Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jeroen W. P. Wijnendaele, The Last of the Romans. Bonifacius -Warlord and comes Africae

Claude Aziza
p. 364-365
Référence(s) :

Jeroen W. P. Wijnendaele, The Last of the Romans. Bonifacius -Warlord and comes Africae, London /New Delhi / New York / Sydney, Bloomsbury, 2015, 182 p.
39, 95 dollars/ isbn 978-1-78093-717-5

Texte intégral

1Le comte Boniface, qui disputa à Aetius le titre de « Dernier des Romains », reste peu connu, éclipsé par la figure de son rival. L’auteur a tenté, en six chapitres, d’éclai­rer la vie et la carrière d’un des plus grands défenseurs des dernières années de l’Em­pire Romain d’Occident. L’ouvrage brosse d’abord un tableau complet du monde de Boniface, ces années 375-420 qui voient la difficile succession de Valentinien I, mort en 375, la terrible défaite d’Andrinople (378) face aux Goths, la prise de Rome par Alaric (410). Le jeune homme est tribun en Afrique et commence avec Augustin une corres­pondance qui se poursuivra longtemps. Car – deuxième chapitre – les débuts de Boni­face (413-421) le montrent d’abord comme un soldat du Christ. La mort de son épouse et le chagrin ressenti ne l’empêchent pas de gravir peu à peu les échelons du pouvoir. Le troisième chapitre le décrit, dès 422, après un remariage, légat de Constance, puis pre­nant le parti de Galla Placidia et de Valen­tinien qui partent en exil à Constantinople. Quand ce dernier monte sur le trône, en 425, Boniface est nommé Comes Africae et Comes domesticorum. Il est alors au faîte du pou­voir. Mais très vite, dès 427 (c’est le sujet de la quatrième partie), le vent tourne : Boni­face est proclamé Hostis publicus. Il faudra attendre l’arrivée des Vandales en Afrique, en 429 (cinquième partie), pour que l’Em­pire lui redonne ses titres. Mais la rivalité entre Aetius et Boniface, qui s’avérera mor­tifère pour Rome, les conduit à l’affronte­ment, en 432, à Rimini. Boniface y perdra la vie. Le dernier chapitre est consacré à son beau-fils Sébastien qui mènera, jusqu’à sa mort en 442, une vie hasardeuse et aventu­reuse, entre Rome et l’Afrique des Vandales.

2Précis, bien documenté, d’une lecture aisée, ce livre fait toute la lumière sur un des derniers défenseurs de l’Empire, laissé injustement un peu dans l’ombre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Aziza, « Jeroen W. P. Wijnendaele, The Last of the Romans. Bonifacius -Warlord and comes Africae », Anabases, 24 | 2016, 364-365.

Référence électronique

Claude Aziza, « Jeroen W. P. Wijnendaele, The Last of the Romans. Bonifacius -Warlord and comes Africae », Anabases [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anabases/5793

Haut de page

Auteur

Claude Aziza

Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris 3
claude.aziza@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page