Navigation – Plan du site
Historiographie et identités culturelles

Sarcophages et klinai. À propos de la représentation du couple dans l’art grec

Alain Pasquier
p. 107-124

Résumés

À propos des couples sculptés à demi-couchés qui ornent les couvercles des sarcophages étrusques de Cerveteri, conservés respectivement au Louvre et au Musée de la Villa Giulia, on n’a guère tardé à découvrir et à commenter l’influence des modèles grecs. Une telle parenté pouvait naturellement inviter à se demander si les Grecs avaient pratiqué le même genre d’art funéraire. On sait qu’il n’en est rien. Cependant, sous d’autres aspects, les sarcophages grecs ne sont pas rares, de l’âge mycénien jusqu’à la période hellénistique. Durant l’archaïsme, c’est surtout en Grèce de l’est qu’on les rencontre. Mais il en est aussi à Tarente, comme dans la presqu’île de Kertch, un peu plus tard, dans les générations classiques. Quant aux klinai sur lesquelles banquettent les époux de Caeré, elles sont bien présentes dans les images grecques, depuis la céramique géométrique, jusqu’aux tombes macédoniennes, et au sarcophage du monument de Bélévi. Le colloque suscitait aussi une réflexion plus large sur la représentation du couple homme/femme, telle qu’on peut la rencontrer dans l’art grec, et où il est parfois difficile de distinguer divinités et mortels. Le groupe familial archaïque de Généléos, à Samos, est un monument qui fixe bien les rôles. Ce qui apparaît à partir d’une observation rapide, c’est que les Grecs, en général, ne réservent pas à l’épouse le même rang que celui qui est offert à la femme étrusque  : la céramique attique à figures rouges en porte témoignage, comme les reliefs grecs votifs et funéraires des périodes archaïque et classique. Toutefois, au milieu d’un grand nombre de scènes purement conventionnelles, certaines stèles funéraires pourraient refléter l’existence de la tendresse échangée par les deux époux.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2019.

Aperçu du texte

Il y a bien longtemps que l’on a remarqué, et amplement commenté, l’influence des modèles grecs, particulièrement ioniens, dans les formes des époux à demi couchés sur la klinè des grands sarcophages de Cerveteri, au Louvre (fig. 1) et au Musée de la Villa Giulia. Mais dans cet art grec auquel il est banal de rappeler que les Etrusques doivent beaucoup, on pourrait ingénument se demander s’il existe des sarcophages semblables. Bien sûr, personne, surtout ici, n’ignore que tel n’est pas le cas. L’inspiration de l’artiste cérétain qui a modelé les visages des deux couples était certes tout imprégnée des motifs que l’on découvre sur les vases peints de la côte occidentale micrasiatique, de Phocée, de Clazomènes ou de leur région. Mais disons-le tout net : le projet de tels sarcophages n’a pas d’équivalent grec.

Fig. 1. Le sarcophage des époux, Musée du Louvre.

Fig. 1. Le sarcophage des époux, Musée du Louvre.

Cela ne veut pas dire qu’il n’existe pas de sarcophage grec. Dans un ensemble de coutumes funéraire...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Pasquier, « Sarcophages et klinai. À propos de la représentation du couple dans l’art grec », Anabases, 24 | 2016, 107-124.

Référence électronique

Alain Pasquier, « Sarcophages et klinai. À propos de la représentation du couple dans l’art grec », Anabases [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anabases/5916 ; DOI : 10.4000/anabases.5916

Haut de page

Auteur

Alain Pasquier

Conservateur général honoraire du patrimoine
pasquieraj@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page