Navigation – Plan du site
Archéologie des savoirs

Max Weber et l’Antiquité

Christian Meier
p. 251-263

Résumés

Cette contribution est la traduction française d’un article publié en 1988 par Christian Meier, intitulé «  Max Weber und die Antike ». L’auteur se propose d’évaluer l’apport des travaux de Max Weber dans le domaine de l’histoire ancienne et des sciences de l’Antiquité. Après avoir interrogé la place accordée à l’Antiquité dans l’œuvre du savant allemand, depuis son habilitation sur L’histoire agraire romaine (1891) jusqu’à son essai sur LaVille (rédigé entre 1911 et 1914, publié en 1921), Christian Meier souligne l’originalité de la démarche historienne de Weber, centrée sur la question de la spécificité de la civilisation gréco-romaine au sein de l’histoire universelle. Il montre comment les recherches de Weber dans ce domaine, fondées à la fois sur l’analyse croisée de facteurs concrets et la mise en œuvre d’une approche comparatiste, constituent le point de départ d’une théorie globale de la société antique. C’est en cela que réside, selon Christian Meier, toute l’actualité de l’œuvre de Weber, que l’on peut compter parmi les historiens de l’Antiquité de premier plan.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2019.

Aperçu du texte

Max Weber fut sans aucun doute un historien de l’Antiquité de tout premier plan – à ceci près que rares sont les représentants de cette discipline à l’avoir remarqué à ce jour, mais cela importe peu. Et il ne fut historien de l’Antiquité qu’accessoirement : car il fut bien avant tout, au départ, un juriste, un économiste ensuite, un sociologue enfin, et ses études historiques s’étendirent bien au-delà de l’Antiquité.

Il est vrai qu’il n’a guère pris part aux efforts habituels des historiens de l’Antiquité pour établir des faits à partir des sources. Il a certes lu de nombreux auteurs, en a aussi étudié certains, redécouverts ou abordés pour la première fois pour l’histoire ancienne. Pour l’essentiel, cependant, il a tiré ses connaissances sur l’Antiquité de la littérature secondaire. Il ne fait pourtant aucun doute, à y regarder de près, que peu ont fait autant et produit des apports aussi essentiels pour la connaissance et la compréhension de l’Antiquité gréco-romaine, dont il est ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Meier, « Max Weber et l’Antiquité », Anabases, 24 | 2016, 251-263.

Référence électronique

Christian Meier, « Max Weber et l’Antiquité », Anabases [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anabases/5989 ; DOI : 10.4000/anabases.5989

Haut de page

Auteur

Christian Meier

Professeur émérite de l’université de Munich

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page