Navigation – Sitemap
Archéologie des savoirs

Observations d’un « profane » sur une réception singulière, celle de Weber « historien » de l’Antiquité

François Chazel
p. 265-282

Zusammenfassungen

Après une période de purgatoire qui s’étend jusqu’aux années 60, les travaux de Weber relatifs à l’Antiquité ont acquis une réelle reconnaissance scientifique, en particulier sous l’influence d’A. Momigliano et de M. Finley. Cependant, cette réception n’a pas été exempte d’ambiguïtés et a abouti même à certaines formes de méconnaissance. La première ambiguïté tient à la rareté des commentaires de Finley sur l’apport propre de Weber. La seconde est liée à son interprétation biaisée sur quelques points majeurs  : Finley s’est plus intéressé à la typologie économique de la ville qu’aux idéaltypes contrastés de politique économique urbaine construits par Weber dans le cadre d’une comparaison entre ville médiévale et cité antique  ; la logique de l’idéaltype paraît lui avoir largement échappé. Enfin, l’œuvre de Weber a été si étroitement associée à l’approche de Finley qu’elle est devenue tributaire d’abord de son succès puis de son rejet plus ou moins radical. Comme l’a montré Christian Meier, Weber ne se laisse pas enfermer dans le vieux débat entre primitivisme et modernisme  ; sa méthode d’étude, centrée sur la mise en évidence de la spécificité du monde antique et le jeu des interdépendances entre les phénomènes qui la produit, conserve sa fécondité heuristique. C’est dans cet esprit qu’il convient d’approfondir la réception de Weber selon des voies multiples, brièvement évoquées en conclusion.

Seitenanfang

Auszug aus dem Text

Dieser Artikel erscheint online im Volltext am Oktober 2019.

Übersicht

Les grandes lignes de cette réception sont connues ; et nous ne prétendons nullement en la matière apporter de quelconques « révélations ». Il se peut cependant, l’auteur de ces lignes n’étant ni spécialiste de l’Antiquité ni, plus généralement, historien, qu’un regard extérieur contribue à en éclairer telle ou telle dimension, voire à en isoler tel facteur significatif. Il est peut-être plus facile de surmonter les incompréhensions ou les malentendus entre les différentes disciplines traitant de l’Antiquité lorsque l’on ne s’inscrit dans aucune d’entre elles. Ce texte, écrit en souvenir de mes études classiques et pour saluer le recueil d’articles d’Hinnerk Bruhns récemment paru, n’en a pas moins – et d’abord – un caractère exploratoire.

Pour commencer, nous nous permettrons, puisque la nature de notre propos nous dispense d’une présentation linéaire, de faire un bond de plus de 40 ans après la mort de Weber jusqu’à l’article de l’éminent historien allemand, Alfred Heuss, « Max Webe...

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

François Chazel, « Observations d’un « profane » sur une réception singulière, celle de Weber « historien » de l’Antiquité », Anabases, 24 | 2016, 265-282.

Online-Version

François Chazel, « Observations d’un « profane » sur une réception singulière, celle de Weber « historien » de l’Antiquité », Anabases [Online], 24 | 2016, Online erschienen am: 01 Oktober 2019, besucht am 13 Dezember 2017. URL : http://journals.openedition.org/anabases/5997 ; DOI : 10.4000/anabases.5997

Seitenanfang

Autor

François Chazel

Université Paris-Sorbonne
Groupe d’Étude des Méthodes de l’Analyse Sociologique de la Sorbonne, GEMASS
francoischazel@free.fr

Seitenanfang

Urheberrechte

© Anabases

Seitenanfang