Navigation – Plan du site
Partie 1. Istanbul, un cosmopolitisme d’hier et d’aujourd’hui

L’afflux récent des Européens à Istanbul : inerties et recomposition des profils et des positions

Jean-François Pérouse
p. 41-54

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos l’analyse de Haluk Kabaaliogˇlu, président de la « Fondation pour le Développement (...)
  • 2 Voir par exemple la nouvelle de « Voice of America» du 30 décembre 2010 reprise abondamment par la (...)
  • 3 « Il a fait venir du personnel d’Espagne », quotidien Cumhuriyet, 13 avril 2012. Voir aussi « La fi (...)
  • 4 Rappelons ici que début mars 2012, le salaire minimum garanti brut est de 889 livres Turques, soit (...)

1Depuis 2005, les journaux turcs sont enclins à relayer l’idée qui semble flatter l’orgueil national selon laquelle un nombre croissant d’Européens, surtout des jeunes fuyant la « vieille Europe » qui n’offrirait plus aucune perspective d’avenir, chercherait à s’installer en Turquie et tout particulièrement à Istanbul (Özcan, 2005). Ils évoquent avec complaisance les Européens d’origine turque1, les jeunes Grecs2, Espagnols3 ou Allemands fraîchement installés, exaltés et tout à l’aise de donner enfin libre cours à leur énergie entrepreneuriale. Ce phénomène semble à la fois alimenter et être alimenté par l’idéologie de la nouvelle attractivité turque, pour ne pas dire par l’idéologie réactivée de la grandeur nationale reconquise (que l’on peut lire à la fois dans la redécouverte et l’exaltation jubilatoire des grandeurs passées, comme dans le discours sur la nouvelle mission internationale du pays). Par « Européens », nous entendrons les citoyens de pays de l’Europe instituée, caractérisés du point de vue de la population turque par la facilité de circuler (sans visa), par la maîtrise de langues encore dominantes sur le marché international des compétences linguistiques et par un pouvoir d’achat (très) supérieur à celui de la moyenne des citoyens turcs4.

  • 5 Les Levantins – ces citoyens turcs chrétiens de lointaines origines européennes (italiennes, maltai (...)

2À quelques exceptions près (Kurs¸ unlugil, 2010 ; Kaiser, 2010), ce phénomène migratoire récent ne semble pas avoir encore fait l’objet d’études5. On sait que les migrations de classes moyennes et supérieures – perçues comme à retombées bénéfiques et comme « sans problème » – retiennent moins l’attention des chercheurs en sciences sociales que celles des classes inférieures considérées comme plus « menaçantes » (Wagner, 1998). En outre, la prise en charge de ce phénomène migratoire par les sciences sociales européennes suppose un effort de réflexivité parfois inconfortable. Tentons tout de même ici d’esquisser cette problématique, plus, à ce stade, sous la forme d’une note que sous celle de l’exposition de résultats de recherche.

Des données officielles… aux discours ambiants

Une métropole encore caractérisée par une très faible proportion de résidents étrangers

  • 6 Soit un peu plus de la moitié de l’ensemble des étrangers recensés dans tout le pays par la Directi (...)
  • 7 Entretien avec Mme la Vice-consul, responsable de l’état-civil au consulat général de France à Ista (...)

3Pour cerner quantitativement notre objet, on dispose principalement de deux types de données. Celles de l’Institut Turc des Statistiques (ou TÜİK), qui donne pour le département d’Istanbul en mars 2010, d’après le nouveau système de comptage (dit « sur la base de l’adresse » ou ADNS) un nombre de 106 156 étrangers recensés6; et celles des différents consulats généraux concernés qui disposent de chiffres sur leurs ressortissants immatriculés à Istanbul (autour de 5 100 pour les ressortissants français inscrits au Consulat général de France7, autour de 11 000 ressortissants allemands). Si les chiffres fournis par ces deux sources ont une valeur indicative non négligeable, ils présentent de sérieuses limites. Non seulement ils ne prennent pas en compte la partie flottante et moins visible des populations qui nous intéressent, non seulement ils renvoient à des territoires de compétence consulaire qui débordent la seule métropole d’Istanbul, mais en outre ils ne se recoupent pas.

  • 8 Cinq établissements francophones d’Istanbul sont des écoles privées dépendantes du ministère turc d (...)
  • 9 Merci à Mme Brigitte Jelen, membre du comité de gestion du lycée Pierre Loti pour la communication (...)

4Les statistiques des effectifs des écoles italiennes (deux établissements), de l’école française (à distinguer des écoles francophones8) ou des écoles allemandes (trois établissements), peuvent aussi être utilisées à titre supplétif, même si elles renseignent sur une population qui excède largement les ressortissants étrangers. En effet, placer son enfant au lycée privé allemand (Özel Alman Lisesi) ou au lycée français Pierre Loti relève aussi de stratégies de scolarisation distinctive de parents de nationalité turque. Et donc l’accroissement sensible des effectifs observés depuis le début des années 2000 au Lycée Pierre Loti – où on passe de 848 élèves à la rentrée 2000 à 1 160 à la rentrée 20119– ne peut être imputé aux seuls « Français ».

  • 10 Six années auparavant, en avril 2005, ce nombre était de 9 981. Il y a donc eu légère augmentation. (...)

5Une source supplémentaire peut également être sollicitée. C’est celle relative aux acquisitions immobilières des Européens à Istanbul. Le caractère sensible de ce dossier pour certains milieux politiques – qui voient dans ces acquisitions des menaces pour la souveraineté turque et comme un retour des puissances occupantes refoulées au terme de la Guerre d’Indépendance (1919-1922) – explique la récurrente mise en débat public de ces données. Les chiffres qui circulent corroborent en partie les données provenant d’autres sources : fin 2011, on dénombre officiellement à Istanbul 12 532 biens immobiliers appartenant à des étrangers (soit 12 768 personnes concernées), principalement de nationalité allemande et grecque (ces Grecs propriétaires à Istanbul sont en partie soit des descendants des Rum ayant quitté ou fui le pays tout au long du XXe siècle, soit des Turcs de Thrace grecque)10.

  • 11 On ne parlera pas ici d’une activité rentable de certains propriétaires européens à Istanbul qui co (...)

6La plupart des étrangers résidant à Istanbul n’est pas propriétaire. Et certains propriétaires étrangers – en majorité européens – ne sont pas des résidents. Il est, toutefois, utile de prendre en compte l’indice des propriétés, dans la mesure où les propriétés étrangères11 fixent des locataires étrangers, donc des résidents étrangers.

  • 12 En février 2012 les Allemands représentent le premier groupe national, avec près de 10 % des entrée (...)
  • 13 Avec plus de 10 000 entrées de ressortissants bulgares en Turquie par le département d’Istanbul dur (...)

7Deux groupes nationaux se distinguent assez nettement : les Allemands12 d’une part et les Bulgares (européens dans le sens précisé plus haut depuis le 1er janvier 2007) d’autre part. Mais les 15 000 citoyens allemands d’Istanbul recensés par le TÜİK seraient à peine plus nombreux qu’à Dubaï. Ce qui ne manque pas de surprendre. Pour les Bulgares, il faut noter que l’entrée de leur pays dans l’UE n’a pas eu l’effet de tarir les flux vers la Turquie et spécialement vers Istanbul. Bien au contraire, après 2007 les mobilités bulgares vers Istanbul se sont poursuivies13. En outre, comme pour de nombreux ressortissants grecs installés à Istanbul, il s’agit le plus souvent de Turcs « ethniques » (turcophones et musulmans) constituant encore d’importantes minorités dans les deux pays concernés. Des « Turcs de Thrace grecque » et des « Turcs de Bulgarie » (sur une population estimée à 800 000) ont de plus en plus tendance à s’installer à Istanbul et à s’inscrire dans des mobilités fréquentes entre ces pays européens et Istanbul.

La prégnance des discours sur le « retour » ou la fuite d’Europe…

  • 14 On peut dater ce désormais du début des années 2000, plus exactement des années 2003-2004 (marquées (...)

8Dans ce contexte, une opinion s’est banalisée, l’opinion selon laquelle, du point de vue de la considération sociale et des opportunités d’emploi escomptées, il vaut mieux être un « Euro-Turc » (Turc d’Europe possédant une nationalité européenne) en Turquie – qu’un Turc d’Europe en Europe (Kaya & Kentel, 2005). À plusieurs occasions nous l’avons entendu. Il est possible de recenser de nombreux cas de jeunes « Euro-Turcs » diplômés d’une université européenne, préférant tenter leurs chances sur le marché du travail d’Istanbul – perçu désormais comme plus ouvert et plus porteur pour les turcophones maîtrisant parfaitement une langue européenne – que sur le marché européen jugé encombré et encore peu intéressé par des turcophones14.

  • 15 Avec son mari, Turc installé en France depuis dix ans. La décision de “retour” du couple – est plus (...)

9Ainsi la trajectoire de X., née en Turquie en 1975 mais installée en France à l’âge de trois ans auprès de son père bûcheron en Auvergne, est caractéristique. Scolarisée intégralement dans le système public français, diplômée en lettres modernes d’une université du Sud-Ouest de la France, elle a décidé de s’installer à Istanbul après avoir acquis la nationalité française15 – métropole jugée plus tolérante pour les Euro-Turcs et surtout plus riche en emplois pour les francophones turcs –, où elle enseigne le français et le latin dans un établissement privé francophone des beaux quartiers de la rive européenne. Étonnante trajectoire sociale – puisque son père est analphabète –, ascension sociale rendue possible par la maîtrise du français.

10Y., lui aussi arrivé jeune en France pour rejoindre son père qui y avait immigré quelques années auparavant pour des raisons politiques, est diplômé d’une grande école d’ingénieurs de Paris. Après avoir travaillé quelques années en France, il a finalement décidé de tenter sa chance à Istanbul où il a estimé que son profil pouvait intéresser les entreprises françaises en quête de positions sur le marché émergeant turc. Son calcul s’est révélé judicieux, puisqu’il ne cesse d’être sollicité par des firmes françaises appréciant à la fois sa formation française, ses compétences linguistiques et son aptitude à se saisir du marché turc.

11Troisième exemple, enfin : Z., partie jeune en Allemagne faire ses études d’architecture, est revenue à la fin des années 1990 – avec la double-nationalité. Elle s’est alors installée dans le quartier de Galata et a pris place, depuis cette date, sur le marché immobilier informel local. Mettant à profit ses compétences d’architecte et sa connaissance de la langue allemande, elle s’est spécialisée dans l’achat à bas prix de vieilles bâtisses, qu’elle restaure selon des normes « européennes », afin de les louer en appartements à des Européens à la recherche d’authenticité tout confort. On trouve d’ailleurs sur ce créneau immobilier à l’adresse des Européens de passage, plusieurs Turcs d’Allemagne ou Alamancı.

  • 16 Voir la belle thèse de sociologie soutenue en février 2012 par Elif Aksaz : Vivre en France et en T (...)

12En fait les « retours » d’Europe des Euro-Turcs dont parle la presse (Özcan, 2005) ne sont pas le plus souvent des retours directs. Ce sont des retours par transitivité, puisque généralement ce sont les parents qui sont partis en Europe. En outre, il ne s’agit pas nécessairement de « retours définitifs » – expression dont l’usage excessif et automatique conduit souvent à des méprises regrettables16. Ce sont des installations rendues possibles par la facilité de circulation qu’offre une nationalité européenne, résultant de calculs parfois justifiés par des considérations d’ordre identitaire (recherche/construction de racines, recherche/construction d’origines, curiosités).

13Corrélativement, un autre discours transparaît fréquemment dans la presse turque, qui présente Istanbul comme un pôle dynamique, attractif pour la jeunesse de pays européens en crise. Grèce, Espagne et Portugal sont tout particulièrement la cible de ce type de discours, sans que l’on constate pour l’instant l’afflux parfois décrit. Cette interprétation/vision s’inscrit, toujours du point de vue de l’opinion dominante turque, dans le discours englobant relatif à la montée en puissance de la Turquie sur la scène mondiale, qui fonderait son irrésistible attractivité. Et dès lors Istanbul serait l’incarnation la plus frappante et séduisante de cette nouvelle puissance turque. Depuis les débuts de la crise grecque, hommes politiques et presse du main-stream usent et abusent de cette argumentation, qui amène à renverser les représentations ayant prévalu pendant des décennies. Représentations qui plaçaient la Turquie en situation d’infériorité dépendante et de « quémandeur » vis-à-vis de l’Union européenne. Ces discours ont donc comme un accent triomphateur, voire vengeur (Yüzbas¸ıoğlu, 2011).

14Il faut par ailleurs mentionner quelques raisons plus objectives de cette attractivité. Le coût de la vie à Istanbul reste comparativement intéressant pour quelqu’un qui est payé en euros. Le pouvoir d’achat y est, en effet, sensiblement plus important que dans une métropole d’Europe de l’Ouest. Si les motivations affichées par ceux qui s’installent – pour un temps variable – sont d’un autre ordre, ces facteurs sont aussi évoqués dans les entretiens que nous avons pu avoir. Une grande partie des Européens d’Istanbul interrogés a reconnu directement ou indirectement que le coût de la vie relativement modeste était un facteur d’attractivité, ainsi que la facilité de donner sur le marché stambouliote des cours de langues « européennes » prisées des classes aisées, prêtes à investir sans compter dans l’apprentissage de compétences dont la possession est garante de la reproduction de leur position. Là encore, une inégalité/opportunité se fait jour, qui est exploitée par les Européens ou les Euro-Turcs d’Istanbul : alors que les classes aisées stambouliotes cherchent encore la distinction sociale dans la possession d’une langue européenne, une armée de jeunes natifs est disposée à exploiter cette demande.

Portraits, profils-types, différenciations et stratégies communes

  • 17 Dans son étude générale, Kaiser distingue sept types qu’on peut rappeler : 1. Les personnes envoyée (...)

15À ce stade, en parallèle avec celle esquissée par Kaiser (2010 : 59-60), on peut essayer d’esquisser une typologie de ces Européens d’Istanbul17.

Les figures traditionnelles en retrait

  • 18 À ce propos, d’après la Chambre de Commerce d’Istanbul, en 2011 les investissements directs étrange (...)

16Une des mutations sensibles du paysage social offert par cette population migrante européenne s’observe dans le déclin relatif de la figure de l’expatrié, qu’il soit cadre dirigeant, diplomate ou professeur. Même si les investissements européens se maintiennent – voire se renforcent18 – et si un nombre croissant d’entreprises européennes s’implante en Turquie dans la perspective de profiter d’un marché émergent, les expatriés, de plus en plus nombreux en valeur absolue, paraissent perdre en poids relatif sous le coup de l’affirmation d’autres catégories d’Européens. La figure du professeur se dilue avec la démultiplication et la précarisation (pour une partie des nouveaux professeurs en tout cas) des statuts. Au sein des établissements d’enseignement qui ont fortement augmenté en nombre – Istanbul compte au début 2012 plus de quarante universités, dont les trois quarts sont non publiques –, on trouve désormais des Européens aux statuts et rémunérations très différents. Parmi les plus précaires (les « locaux »), on a des aventuriers et souvent des binationaux d’origine modeste.

L’épouse, l’époux, le compagnon

  • 19 Les bancs publiés au Consulat général de France sont très instructifs à cet égard et permettent, pa (...)

17Il s’agit des Européens installés à Istanbul parce qu’unis par des liens, le plus souvent formalisés, à un citoyen turc ou à une citoyenne turque rencontrée soit en Europe (auquel cas, pour ce dernier ou cette dernière il y a eu « retour ») soit dans le pays même, lors de vacances ou de courts séjours19. Selon les âges, le niveau d’éducation et surtout la position socio-économique, ce type prend des formes diverses. Sur le segment supérieur de la hiérarchie sociale, on constate que les épouses/époux ou compagnes/compagnons jouent un rôle dans le processus de gentrification de certains quartiers d’Istanbul (de Galata à Kuzguncuk, en passant par Tarlabas¸ ı), à la fois par leur pouvoir d’achat, par leur mode de vie et par leur intérêt pour les quartiers historiques.

L’étudiant ou l’ancien étudiant

  • 20 Le chiffre de 21 000 boursiers de l’État turc, étrangers, donné par le vice-premier ministre Bozdag (...)

18On dénombrait officiellement un peu plus de 19 000 étudiants étrangers dans l’ensemble de la Turquie à la rentrée 2008 ; dont plus de la moitié dans le seul département d’Istanbul (qui compte au début de l’année 2012 plus de 40 universités de taille et de qualité variables !). En février 2012, ce nombre était de 26 000, dont plus de 10 000 bénéficiaient de bourses de l’État turc (parmi eux un nombre non négligeable d’étudiants turcs de nationalité grecque20). Ceci reste modeste et l’objectif des gouvernements turcs depuis l’accession au pouvoir de l’AKP en novembre 2002 est d’augmenter le nombre d’étudiants étrangers.

  • 21 À l’Université de Galatasaray – mais il s’agit là d’une observation personnelle qui ne peut s’appuy (...)

19Ces étudiants étrangers ne sont pas majoritairement originaires de l’Union européenne (Zaman-France, 22 mars 2012). Mais certaines mobilités ERASMUS – la Turquie reçoit des étudiants dans ce cadre depuis la rentrée 2004-2005 – peuvent déboucher sur des séjours qui prolongent le temps-ERASMUS21. À la rentrée 2011-2012 un peu plus de 6 000 étudiants européens (respectivement de nationalités allemande, polonaise, hollandaise et française) étaient en Turquie – et à Istanbul en majorité – dans le cadre du programme ERASMUS. Ces mobilités ERASMUS ont des effets d’entraînement notables, chaque étudiant européen étant visité durant son semestre ou ses deux semestres par des dizaines de personnes… Il y a mobilités en boule de neige. Les mobilités de visite démultipliées – surtout pour des jeunes souvent à une étape « ouverte » de leur parcours professionnel – pouvant se transformer chacune en installation.

L’artiste et l’aventurier de l’exotisme

  • 22 Chroniques rassemblées et publiées par la maison d’édition ISIS en 2002.

20En 1906-1907, la Revue Commerciale du Levant (bulletin mensuel de la Chambre de Commerce Française de Constantinople) a publié une chronique savoureuse intitulée « La France à Constantinople »22. Le chroniqueur (anonyme) s’y amuse à croquer des portraits de Français installés dans la métropole du Bosphore. Les types « artiste » et « aventurier » qu’il identifie, nous semblent encore correspondre à des profils actuellement repérables.

  • 23 Cela correspond à la catégorie 5 de Kaiser (2010, p. 60), celle des “citoyens européens en quête de (...)

21Il y a chez certains une recherche d’exotisme – elle est formulée en d’autres termes : altérité, autres modes de vie – et une volonté de rompre avec une Europe décrite, voire décriée comme repliée sur elle-même, froide, intolérante et peu accueillante23. Cette vision fait d’Istanbul une base raisonnable pour investir par intermittence l’exotisme anatolien. Dans plusieurs cas, l’installation à Istanbul est liée à une déception européenne – qui va de la déception amoureuse ou professionnelle, à l’accablement face à la supposée morosité européenne – et à la recherche de supposées nouvelles énergies au contact d’un hors l’Europe qui reste proche et contrôlable. Les aventuriers européens des années 2010 à Istanbul se distinguent de ceux des années 1950-1970, en tant que leurs choix semblent plus calculés et que leur accoutumance au confort semble les restreindre à des options raisonnables. Là encore, le faible coût de la vie est un facteur attractif décisif des choix d’implantation.

22Et généralement, l’expérience touristique – un premier séjour, voire plusieurs en tant que touriste – a été déterminante dans le choix d’installation. Cette antériorité de l’expérience touristique n’est pas anecdotique, en tant qu’elle fonde un rapport à la Turquie qui, quels que soient les approfondissements ultérieurs, demeure marqué par la « relation touristique » initiale. On entend par là une relation à un pays étranger fondée, pour une certaine catégorie de population, sur la recherche de la différence culturelle, du dépaysement et du décentrement confortable (en ce sens qu’il ne remet pas en cause une certaine hiérarchie des pouvoirs d’achat ; au contraire, il la renforce/redouble). L’esprit « Guide du routard » anime toujours des installés.

23Certains convertis peuvent être rattachés à cette catégorie. Enquêtant sur le commerce à la valise, à Laleli, il y a quelques années, nous avions eu la surprise de rencontrer un Français converti à l’Islam dans un bureau d’un işhanı (immeuble ne comportant que des lieux de travail), employé d’une entreprise turque exportant vers l’Afrique du Nord. Installé depuis des années à Istanbul – dans une périphérie urbaine récemment émergée – où il avait épousé une Marocaine, ce converti voyait en Istanbul tout autant un environnement de travail très favorable, ouvert sur le grand monde, qu’une métropole musulmane où il pouvait vivre pleinement sa nouvelle foi. Une catégorie de convertis – socialement plus avantagée et à la localisation plus centrale – pourrait être évoquée, à l’instar de cette artiste parisienne devenue un pilier de l’ordre des derviş tourneurs.

Le retraité

  • 24 De nombreux scandales ont éclaté, des agents suspects mobilisant de l’argent en Allemagne ou en Fra (...)

24Même si la question des retraités européens installés en Turquie ne concerne pas au premier chef Istanbul, mais plutôt certains départements littoraux méditerranéens (Antalya et Muğla surtout) et dans une moindre mesure égéens, la métropole du Bosphore est aussi touchée. Néanmoins, il existe une autre catégorie de retraité, celle des travailleurs émigrés partis dans les années 1961-1980 et revenus au moment de leur retraite jouir généralement d’un bien immobilier acquis avec le pécule accumulé pendant la période active. On sait que les investissements dans l’immobilier à Istanbul – supposé être un secteur de bon rapport – comptent parmi les principaux placements des Euro-Turcs. Leur épargne a même été sciemment orientée par des agents de coopératives de construction ou de sociétés de construction à partir de l’Europe24. Une fois parvenus à la retraite, ceux-ci partagent souvent leur vie entre l’Europe et la Turquie. Ces investissements immobiliers ont généralement été réalisés dans de nouveaux quartiers (des hauteurs de Maltepe, sur la rive anatolienne, aux arrondissements comme Beylikdüzü, Gaziosmanpas¸ a ou Bağcılar). La localisation de ces Euro-Turcs intermittents à Istanbul n’a donc rien à voir avec celle des autres Européens, de niveau d’éducation et de revenus supérieurs.

Hétérogénéité, communs rituels, communes stratégies

  • 25 Voir “Yabancılar Ya¸samak için Eski I˙stanbul’u Seçiyor” (« Les étrangers choisissent le vieil Ista (...)

25L’hétérogénéité prime et se reflète à la fois dans les lieux et les modes de vie de ces Européens d’Istanbul. Les sites privilégiés des complexes résidentiels sécurisés sur le Bosphore, de Tarabya à Beşiktas¸ et de Kanlıca à Salacak – auxquels seuls les expatriés du secteur privé peuvent prétendre – constituent une première catégorie. Cihangir et Galata, s’adressent à des personnes plus jeunes, souvent sans enfant, au mode de vie plus « urbain » lié à l’offre culturelle et en divertissements de Beyoğlu. À cet égard, on note une prédilection de jeunes couples ou de célibataires à fort pouvoir d’achat dans les quartiers liés au passé, marqués par la présence de minorités (de Fener-Balat à Kuzguncuk, en passant par Galata). Les localisations les plus indifférentes sont sans doute celles des Turco-Européens dont les investissements immobiliers se sont souvent faits dans l’ensemble de l’agglomération, en fonction des opportunités souvent appréciées à distance. Issus de milieux plus modestes que les autres composantes, leur inclination pour le tissu ancien25 et pour la référence minoritaire n’est pas aussi prononcée. Entre les expatriés et les Turco-Européens, les strates intermédiaires privilégient les quartiers proches des établissements scolaires et de l’offre culturelle, mais aux prix de l’immobilier accessibles.

26Cependant, on a des occasions « européennes » et plus souvent « nationales » qui font – au-delà des clivages sociaux – se converger momentanément les différents types. Les rituels religieux, qui semblent pour les familles concernées revêtir une importance plus grande en contexte d’altérité culturelle, constitue un des temps de convergence. Les écoles et la socialisation des enfants à travers des activités d’ordre culturel ou sportif sont aussi des occasions de rencontres – plus ou moins momentanées et circonstancielles – des divers types, réunis dans un commun culte des enfants. Les élections ou les matchs « nationaux » offrent encore des occasions de fusion, comme certaines associations (à l’instar d’Accueil-Istanbul pour les ressortissants français) ou certains sites Internet destinés à faciliter la vie des expatriés. Les associations pour épouses ou époux de couple mixte – Die Brücke, d’abord, puis La passerelle pour les francophones – constituent un cas à part dans la mesure où elles concernent des milieux plus modestes.

27De même, outre les milieux professionnels partagés (entreprises, universités…), les Européens se retrouvent dans les petites stratégies immobilières : d’acquisition, parfois par l’entremise d’un prête-nom, ou de sous-location – comme dans les petites stratégies d’état civil : quand il s’agit, par exemple, de faire des démarches pour obtenir un permis de séjour ou de sortir du territoire, pour éviter les sanctions d’outre-passement de droit. Pour les bonnes adresses : de lieux de vacances, de médecin ou de vente de tapis… les échanges existent, donnant corps à cette petite communauté européenne subdivisée en sous-communautés nationales, elles-mêmes clivées en sous-ensembles et traversées par des réseaux distincts. Le plus petit dénominateur commun de cette petite communauté européenne d’Istanbul est composé des facilités et des dispositions communes : une facilité de circuler, un pouvoir d’achat et des dispositions d’achat et de consommation spécifiques (consommation « culturelle », importance de la musique, du sport et des vacances). Facilités et dispositions à l’origine de préoccupations partagées et d’un souci implicite commun de préserver une différence et un statut objectivement avantageux. Le prestige et les ressources attachés à des pays longtemps dominants sur la scène internationale (comme les pays européens) continuent à se monnayer à Istanbul, par des anciens comme par des nouveaux ayant-droit (Wagner 2007 : 103).

Conclusion

28Le genre journalistique convenu des années 1990-2000, celui du « portrait étonné d’un Européen atypique installé à Istanbul », ne fait plus florès au début des années 2010, tant ce type de présence s’est presque banalisé. De même, la question naguère invariablement adressée à l’Européen installé en Turquie « Que fais-tu donc ici alors que nous nous essayons de quitter ce pays ? » appartient largement au passé. Les rues de Tarlabas¸ ı, de Cihangir, de Tophane, de Fener, Moda ou de Kuzguncuk offrent désormais le spectacle quotidien d’Européens qui ne sont pas/plus des touristes, mais qui ne sont pas non plus des expatriés envoyés pour représenter officiellement une entreprise européenne ou un État. Ni poussés par la contrainte de l’exil – à l’instar des Allemands fuyant le régime nazi dans les années 1930 et 1940 –, ni par celle de la faim, ni par celle de la représentation (source de gratifications), ces Européens d’Istanbul constituent une population intermédiaire complexe – entre nécessité et hédonisme. Ils forment un monde hétérogène qui défie les consulats, à présent dans l’obligation de construire de nouvelles catégories pour les décrire et les prendre en charge. Le temps de la prédominance des expatriés est révolu. S’ils continuent à dominer pour ce qui est du pouvoir d’achat, de la visibilité et du pouvoir de s’offrir en modèle à l’identification, ils ont été débordés par des groupes plus composites, aux profils sociaux très différents (petite classe moyenne, célibataires en rupture d’Europe, artistes précaires, idéalistes, convertis…).

29En outre, un des faits importants dans la recomposition de ce petit monde social semble bien être l’installation (plus ou moins durable) de jeunes actifs à fort capital scolaire, d’origine turque ou non, qui voient dans le marché du travail stambouliote, un dynamisme et un complexe d’opportunités dorénavant sans équivalent en Europe. Ces nouveaux migrants obligent à revoir les catégories mobilisées pour parler du fait migratoire en Turquie. Au total, on assiste ces dernières années à une diversification des profils des citoyens de l’UE à Istanbul, due à la fois à une nouvelle attractivité de la métropole et aux difficultés vécues dans certains pays de l’Union européenne. Si l’on ne dispose pas d’un recul suffisant pour apprécier pleinement ces mutations, elles nous semblent cependant assez nettes pour nous inciter à construire un autre regard sur les mobilités entre la Turquie et l’Europe et pour consentir à sortir de poncifs encore trop ancrés, au cœur même d’institutions parfois censées les critiquer.

Haut de page

Bibliographie

« 70 % d’étudiants étrangers en plus en Turquie », Zaman-France, 22 mars 2012. https://www.zamanfrance.fr/article/70-d-etudiants-etrangers-en-plus-en-turquie

La France à Constantinople ou Présence française dans la capitale ottomane au début du XXe siècle, Istanbul, Ed. ISIS, Les Carnets du Bosphore, 2002,114 p.

M. Ashman, J. Gökmen (2006) (2005 pour l’édition turque, Doğan), Tales from the Expat Harem. Foreign Women in Modern Turkey, Ed. Seal Press, 302 p.

E. Borromeo, « Les Catholiques à Constantinople. Galata et les églises de rite latin au XVIIe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 107-110 | septembre 2005, pp. 227-243 : http://remmm.revues.org/2811

Ş. Camadan (2003), « Les Européens vivant en Turquie », Radikal, 20 juillet 2003, p. 12.

B. Kaiser (2010), “Avrupa Birliği Uyum Sürecinde Türkiye’nin Yabancılar Mevzuatı ve AB Vatandaşı Göçmenlerin Yaşamları Üzerine Etkileri”, In Pusch, B., Wilkoszewski, T. (ed.) Türkiye’ye Uluslararası Göç : Toplumsal Koşullar – Bireysel Yaşamlar, Kitap Yayınevi, İstanbul, 57-72.

Kaya, A. et F. Kentel (2005) Euro-Turks a Bridge or a Breach between Turkey and the European Union? A Comparative Study of German-Turks and French-Turks, Brussels, Center for European Policy Studies.

K. Kirişçi (2003), “Turkey, a transformation from emigration to immigration”, URL: http://www.migrationinformation.org

İ. Kurşunlugil (2010), “Türkiye’ye Yaldızlı Göç: İstanbul’da Yaşayan Avrupa Vatandaşları” (L’immigration dorée en Turquie: les citoyens européens vivant à İstanbul), Ege Coğrafya Dergisi, 19 (1): 47-63.

Z. Özcan (2005), “Kariyerli ‘Alamancılar’ dönüyor” (Les Turcs d’Allemagne ayant fait une bonne carrière reviennent), Aksiyon, 25 juillet 2005 (URL : http://www.aksiyon.com.tr/aksiyon/haber-13779-34-kariyerli-alamancilar-donuyor.html)

A.-C. Wagner (1998) Les nouvelles élites de la mondialisation : Une immigration dorée en France, PUF, Paris, 236 p.

A.-C Wagner (2007), Les classes sociales dans la mondialisation, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 117 p.

S. Yüzbaşioğlu (2011), “Türkler AB’den geri dönüyor” (Les Turcs rentrent d’Europe), Sabah, 6 juin 2011. (URL: http://www.sabah.com.tr/Ekonomi/2011/06/06/turkler-abden-geri-donuyor).

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos l’analyse de Haluk Kabaaliogˇlu, président de la « Fondation pour le Développement Économique» (I˙KV) – qui parle de 40 000 retours pour la seule année 2011 – reprise par le quotidien Sabah du 6 juin 2011 : « Les Turcs rentrent d’Europe », URL: http://www.euractiv.com.tr/yazici-sayfasi/interview/prof-dr-kabaalioglu-turkler-avrupadan-geri-donuyor-018767

2 Voir par exemple la nouvelle de « Voice of America» du 30 décembre 2010 reprise abondamment par la presse turque : « Istanbul, la solution à la crise pour les Grecs », URL http://www.amerikaninsesi.com/a/turkiye-istanbula-donuyor-yunanlilar-is-ekonomik-kriz-112659749/890978.html

3 « Il a fait venir du personnel d’Espagne », quotidien Cumhuriyet, 13 avril 2012. Voir aussi « La fin de l’eldorado espagnol », Le Monde, 26 août 2011, p. 3.

4 Rappelons ici que début mars 2012, le salaire minimum garanti brut est de 889 livres Turques, soit moins de 420 euros.

5 Les Levantins – ces citoyens turcs chrétiens de lointaines origines européennes (italiennes, maltaises, catalanes ou françaises) –, en revanche, ont intéressé et continuent à intéresser les historiens et les chercheurs du cosmopolitisme. Mais l’articulation du phénomène levantin, largement résiduel, à la présence européenne actuelle n’a pas fait l’objet de travaux. Voir : Arus Y. & Dikkaya F. (2006), Avrupalı Levanten mi ? (Européens ou Levantins?), Istanbul, Bagˇlam ; voir également Ortaylı I˙. (2006), “I˙stanbul’daki I˙talya” (L’Italie à Istanbul), Milliyet, 22 octobre 2006, p. 12.

6 Soit un peu plus de la moitié de l’ensemble des étrangers recensés dans tout le pays par la Direction de la Sécurité turque (Emniyet Genel Müdürlügˇü). Parmi ces étrangers, plus de la moitié est constituée d’Européens. En 1998, le nombre des Européens enregistrés à Istanbul était seulement de 50000 (dont 6 455 Allemands) ; cf. Cumhuriyet-Dergi, 17 mai 1998, p. 6.

7 Entretien avec Mme la Vice-consul, responsable de l’état-civil au consulat général de France à Istanbul, le 11 avril 2012.

8 Cinq établissements francophones d’Istanbul sont des écoles privées dépendantes du ministère turc de l’éducation, alors que l’établissement français dépend du ministère français de l’éducation.

9 Merci à Mme Brigitte Jelen, membre du comité de gestion du lycée Pierre Loti pour la communication de ces chiffres.

10 Six années auparavant, en avril 2005, ce nombre était de 9 981. Il y a donc eu légère augmentation. Cf.

Zaman, 26 avril 2005, p. 1 et 8.

11 On ne parlera pas ici d’une activité rentable de certains propriétaires européens à Istanbul qui consiste à louer leurs biens immobiliers pour de courtes périodes et à des sommes appréciables (en moyenne de 600 à 2000 euros la semaine), généralement à des compatriotes. Ce marché de la location short-time et privé/ sélectif permet en fait à des Européens ayant acquis un ou plusieurs biens avant l’augmentation des prix de l’immobilier à Istanbul, c’est-à-dire avant les années 2002-2003, de s’assurer d’appréciables compléments de revenus. En ce sens, ces pratiques alimentent la pérennisation d’une certaine présence européenne.

12 En février 2012 les Allemands représentent le premier groupe national, avec près de 10 % des entrées étrangères à Istanbul, loin devant les Russes, les Iraniens, les Britanniques (4,4 %) et les Français (4,1 %), les Italiens (3,5 %) et les Hollandais (3 %).

13 Avec plus de 10 000 entrées de ressortissants bulgares en Turquie par le département d’Istanbul durant le mois de février 2012 (pour 11 200 Roumains).

14 On peut dater ce désormais du début des années 2000, plus exactement des années 2003-2004 (marquées par une stabilisation économique et politique et l’avènement d’un climat de confiance sans précédent…).

15 Avec son mari, Turc installé en France depuis dix ans. La décision de “retour” du couple – est plus liée aux perspectives professionnelles de la femme qu’à celle de son mari.

16 Voir la belle thèse de sociologie soutenue en février 2012 par Elif Aksaz : Vivre en France et en Turquie, sous la direction de J.-M. Chapoulie, Paris-1, Panthéon Sorbonne (Ecole doctorale d’économie).

17 Dans son étude générale, Kaiser distingue sept types qu’on peut rappeler : 1. Les personnes envoyées ou employées par des sociétés et institutions européennes; 2. Les épouses et époux européens de citoyens turcs, 3. Les bi-nationaux et enfants de familles turco-européennes, 4. Les citoyens européens retraités, 5. Les citoyens européens en recherche d’une vie alternative, 6. Les migrants européens d’origine turque et 7. “les Allemands du Bosphore”, descendants d’Européens installés depuis des générations sur les rives du Bosphore.

18 À ce propos, d’après la Chambre de Commerce d’Istanbul, en 2011 les investissements directs étrangers (IDE) les plus importants réalisés dans le département d’Istanbul sont provenus de France (alors qu’à l’échelle nationale la France est au 5e rang pour les IDE) ! Cela signifie qu’en dépit des tensions politiques et du discours parfois insistant sur le « déclin de la vieille Europe », les échanges économiques suivent leur cours, qui génèrent aussi des installations d’Européens. Les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Espagne suivent immédiatement la France.

19 Les bancs publiés au Consulat général de France sont très instructifs à cet égard et permettent, par les indications fournies sur les professions et adresses des époux, de reconstituer – dans le cas de mariage mixte – certaines trajectoires.

20 Le chiffre de 21 000 boursiers de l’État turc, étrangers, donné par le vice-premier ministre Bozdagˇmi- avril 2012 comprend des lycéens; la langue turque comprenant parfois sous un même terme (ögˇrenci) les étudiants et les lycéens; cf. « Il y a 21 000 étrangers étudiant avec une bourse turque », Star, 15 avril 2012, p. 13.

21 À l’Université de Galatasaray – mais il s’agit là d’une observation personnelle qui ne peut s’appuyer sur des données chiffrées, à notre connaissance inexistantes, et en tout état de cause difficiles à établir –, une proportion non négligeable des étudiants étrangers venus dans le cadre d’ERASMUS depuis l’automne 2004 sont, une fois leur temps – ERASMUS terminé, restés à Istanbul. Et du type « étudiant », on peut passer dès lors au type jeune aventurier à pouvoir d’achat favorable

22 Chroniques rassemblées et publiées par la maison d’édition ISIS en 2002.

23 Cela correspond à la catégorie 5 de Kaiser (2010, p. 60), celle des “citoyens européens en quête de mode de vie alternatif”.

24 De nombreux scandales ont éclaté, des agents suspects mobilisant de l’argent en Allemagne ou en France auprès des émigrés à la recherche de bons placements pour des projets immobiliers stambouliotes qui n’ont finalement jamais vu le jour. Fadıl Akgündüz, un homme d’affaires condamné à plusieurs reprises s’est illustré dans ce genre d’entreprise frauduleuse.

25 Voir “Yabancılar Ya¸samak için Eski I˙ stanbul’u Seçiyor” (« Les étrangers choisissent le vieil Istanbul pour vivre »), Hürriyet Emlak, 13 avril 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Pérouse, « L’afflux récent des Européens à Istanbul : inerties et recomposition des profils et des positions », Anatoli, 3 | 2012, 41-54.

Référence électronique

Jean-François Pérouse, « L’afflux récent des Européens à Istanbul : inerties et recomposition des profils et des positions », Anatoli [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/421 ; DOI : 10.4000/anatoli.421

Haut de page

Auteur

Jean-François Pérouse

Jean-François Pérouse, est Maître de conférences-HDR, Université Toulouse-II/Université de Galatasaray. Agrégé de l’Université, diplômé de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INaLCO) (turc), ancien pensionnaire scientifique de l’Institut Français d’Études Anatoliennes (Istanbul) et ancien responsable de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (OUI). Délégué depuis 2006 auprès de l’Université de Galatasaray. Attaché à l’équipe CETOBAC (UMR 8032) de l’EHESS. A publié : La Turquie en marche. Les grandes mutations depuis 1980, Paris, La Martinière ; “Transit Maghrebis in Istanbul : Trajectories, Profiles and Strategies”, in İçduygu A. & Kirişçi K. (2009), Land of Diverse Migrations. Challenges of Emigration and Immigration in Turkey, İstanbul, İstanbul Bilgi University Press & MiReKoç, pp. 576-610 ; et İstanbul’la yüzleşme denemeleri. Çeperler, Hareketlilik ve Kentsel Bellek (Essais de face à face avec Istanbul. Périphéries, mobilités et mémoire urbaine), İstanbul, İletişim.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals