Navigation – Plan du site
Partie 3. Anciens et nouveaux visages de l’émigration et de l’immigration dans la région

La dimension démographique et les caractéristiques sociales et économiques de l’émigration turque en Europe

Ural Manço
p. 121-130

Texte intégral

1La présence étrangère et d’origine étrangère la plus importante au sein de l’UE en provenance d’un pays non-membre est issue de Turquie. Certes en nombre inégal, cette population est présente dans tous les pays de l’Union, ainsi qu’en Suisse et en Norvège. Elle y déploie partout la même logique communautaire dense, ainsi que des relations intenses et diverses avec la Turquie et les groupes de même origine disséminés sur le continent. Cette population est occupée à tisser en Europe une identité transnationale unique par son ampleur.

La diaspora turque en Europe : une communauté diversifiée

2D’après les données du Ministère turc du Travail et de la Sécurité sociale, en 2010, environ 5,3 millions de citoyens turcs vivaient à l’étranger. Parmi ceux-ci, une large majorité, près de 4,4 millions, était installée dans les pays de l’Union européenne. Il s’agit de personnes aux profils et aux statuts très différents : des immigrés et leurs descendants, des naturalisés, des réfugiés, des investisseurs, des étudiants et des fonctionnaires en mission. Il faut ajouter à cette donnée, l’estimation avancée par les autorités turques de près de 300 000 sans-papiers originaires du pays, qui vivent en Europe.

3Avec 2,4 millions d’immigrés et de descendants d’immigrés, la population d’origine turque la plus nombreuse se trouve en Allemagne. La France est le deuxième pôle de population émigrée turque avec un peu plus d’un demi-million d’individus (554 000) ; viennent ensuite les Pays-Bas (360 000), l’Autriche (200 000) et la Belgique (170 000). La Suisse et le Royaume-Uni accueillent également chacun 117 000 personnes originaires de Turquie. On estime habituellement qu’un quart de cette population est constitué par des Turcs alévis (chiites, à la différence de la majorité sunnite des Turcs) et qu’un autre quart est composé d’expatriés kurdes (eux aussi majoritairement sunnites), ainsi que de 5 à 7 % de chrétiens d’Orient et de juifs de Turquie.

À l’origine, une main-d’œuvre sous qualifiée

4Dès les années 1960, l’objectif des premiers migrants originaires de Turquie était de rentrer au bout de quelques années avec une épargne qui pourrait être investie dans une affaire commerciale. Il s’agissait en effet essentiellement de jeunes hommes célibataires ou de jeunes mariés. Le nombre d’émigrés originaires de Turquie ne prit son essor qu’après la signature d’accords officiels entre Ankara et différents pays européens à commencer par l’Allemagne fédérale en 1961. Face au tarissement de ses différentes sources de main-d’œuvre en Europe du Sud et de l’Est, le patronat allemand en particulier cherchait de nouveaux ouvriers bon marché et flexibles afin de répondre à la pénurie chronique de travailleurs. Les secteurs les plus touchés étaient ceux où le travail non qualifié s’avérait le plus pénible ou insalubre : industries extractives et chimiques, sidérurgie, constructions métalliques, travaux publics, nettoyage de bureaux et de matériel roulant. L’accord germano-turc fut suivi par la signature d’engagements comparables avec les Pays-Bas, la Belgique et l’Autriche en 1960 ; avec la France en 1965 ; et avec la Suède en 1967.

Exode rural, émigration, et retour financier au pays

5L’émigration de travailleurs turcs vers l’étranger se développa parallèlement à l’exode rural que connaissait le pays. Pour les autorités turques, l’émigration devait aider à faire face à la surpopulation rurale et à l’augmentation rapide du chômage, l’une et l’autre résultant à la fois de la pression démographique et de la modernisation de l’agriculture. Même si le marché du travail fut privé dans les années 1960 de son stock d’ouvriers les plus qualifiés, l’opération s’est manifestement soldée dans le long terme par un succès économique pour Ankara. Des études montrent qu’entre 1965 et 1990 les travailleurs émigrés ont représenté environ le cinquième du surplus de la main-d’œuvre nationale. Durant la même période, les envois de devises au pays par les travailleurs expatriés ont représenté en moyenne le tiers de la valeur des exportations turques, ce qui a permis d’équilibrer une balance des paiements chroniquement déficitaire.

6Ce constat n’est plus valable de nos jours, tant la baisse tendancielle des envois de fonds que le développement intrinsèque de l’économie turque ont changé la donne. Par exemple, les 4,8 milliards de dollars d’envois enregistrés en 1999 ne représentaient déjà plus que 11 % des exportations turques. Il en va de même de l’investissement immobilier, qui désormais ne s’oriente plus vers la Turquie, mais bien vers les pays d’accueil. Seule la circulation des émigrés entre la Turquie et l’Europe s’est intensifiée. Les revenus du tourisme qu’elle engendre sont en croissance (tour operators, secteur hôtelier, compagnies d’aviation et de location d’automobiles, etc.).

1973-1980, sédentarisation des émigrés et recours à la politique d’asile

7Tant pour les Turcs d’Allemagne que pour ceux d’autres pays d’installation, l’arrêt des politiques de recrutement suite au choc pétrolier de 1973 déclencha la sédentarisation de cette population. À partir de 1978, les gouvernements européens instaurèrent progressivement l’obligation de visas et renforcèrent le contrôle des flux migratoires. Ces développements faisant suite à la crise économique en Europe et à l’instabilité politique en Turquie eurent raison du « rêve du retour » en imposant à tous le recours au regroupement familial. Avec le durcissement de l’accès aux territoires nationaux européens, la demande d’asile se développa comme un nouveau mode d’immigration au gré des coups d’État turcs. En effet, les interventions de l’armée turque en 1971 et surtout en 1980 suscitèrent une augmentation du flux de réfugiés issus des milieux de l’extrême gauche et de l’islam politique. À son tour, la lutte toujours en cours entre l’armée et la guérilla kurde dans le sud-est du pays provoqua l’exil d’un grand nombre de personnes dont une partie demanda l’asile politique en Europe durant les deux dernières décennies du xxe siècle. Ce mouvement de population a sensiblement accru la diversité ethnique de la population originaire de Turquie, puisqu’il concernait essentiellement des personnes kurdes et chrétiennes d’Orient (Araméens, Arméniens, Assyro-Chaldéens).

1989, développement de migrations de main-d’œuvre qualifiée

8De nouveaux types d’émigration se développent depuis la chute du mur de Berlin. Des entrepreneurs turcs investissent et s’installent depuis 1989-1991 dans un grand nombre d’anciennes Républiques populaires de l’Est et de pays issus de l’ex-Union soviétique. Ils organisent la venue dans ces pays d’ouvriers ou de contremaîtres turcs qui les secondent. Par ailleurs, l’Europe occidentale attire aujourd’hui plus de professionnels qualifiés originaires de Turquie qu’auparavant. Ces nouveaux flux ont cessé d’être résiduels, même si la forme de migration la plus ordinaire reste celle des travailleurs peu ou pas qualifiés et le regroupement de leurs proches.

Caractères socio-économiques de cette population émigrée

9Plus que d’autres populations comparables issues de l’immigration (Nord-Africains, populations balkaniques), l’émigration turque est marquée par l’aspect tardif de son installation initiale durant la période de crise des années 1970. L’origine rurale de la majeure partie de ses membres, qui n’ont pas connu la ville avant la migration, est plus perceptible que chez d’autres groupes d’immigrés. La concentration géographique, tant de ses points de départ en Turquie que de ses points d’arrivée dans les pays européens, est plus apparente que dans d’autres cas ; de même que son caractère familial, avec un regroupement rapide et généralisé, ainsi qu’un âge précoce au premier mariage est toujours valable. La préservation de la langue d’origine est un autre trait de caractère de l’émigration turque. Il en va de même de la faiblesse de ses capacités à assimiler les langues européennes et du bas niveau persistant de ses qualifications scolaire et professionnelle. En comparaison avec d’autres, les Turcs d’Europe se singularisent également par des relations relativement moins développées avec les institutions et la société civile des pays d’accueil.

Genre et caractères démographiques

10La population turque en Europe occidentale se signale par son caractère familial avec une quasi-parité démographique entre les hommes et les femmes. D’après les données du ministère turc du Travail, en 2010, le taux de féminisation variait selon les pays de 46 à 50 %. Le tiers de cette population avait moins de 19 ans. La grande majorité de ces jeunes sont nés en Europe. Le nombre de personnes âgées, bien qu’encore limité, croît progressivement puisque la première génération reste majoritairement en Europe pour être proche des petits-enfants, et pour continuer à bénéficier de soins de santé de meilleure qualité. La plupart des personnes âgées partagent leur retraite en passant quelques mois d’affilée au village d’origine et le reste de l’année dans leur ville d’installation en Europe.

11Ces faits décrivent la transformation profonde de cette migration de travail, largement masculine à l’origine dans les années 1960 et au début des années 1970, en une population minoritaire définitivement installée. Même si le regroupement familial s’est achevé vers le milieu des années 1980, il n’en demeure pas moins que la population turque en Europe fait preuve d’une croissance continue. Entre 1985 et 2010, pour l’ensemble des pays de l’Europe communautaire, elle est passée de 2 à 4,4 millions de personnes. Le premier facteur qui explique cela est certainement la fécondité élevée des familles turques d’Europe. En 2002, les 944 000 ménages turcs dans l’UE étaient composés en moyenne de 4,16 personnes, alors que cette moyenne était de 1,8 personne par ménage pour la population totale de l’UE.

12Le second facteur semble être la poursuite de l’immigration par le biais du mariage. En effet, l’âge du premier mariage est précoce chez les Turcs d’Europe : au-delà de 22 ans, il est rare de trouver des célibataires. Partout en Europe, les mariages « mixtes » sont plus rares chez les Turcs que chez d’autres nationalités immigrées originaires du monde musulman.

Nouveaux types de migrations au XXIe siècle

13L’obligation de trouver en Europe un refuge politique a pu expliquer en partie l’augmentation de la population originaire de Turquie durant les deux dernières décennies du xxe siècle, mais aujourd’hui cela ne concerne plus beaucoup de personnes. Ce flux a progressivement laissé la place à d’autres types de migrations : la migration des étudiants, celle des professionnels qualifiés, qui travaillent notamment dans des entreprises transnationales, et celle des fonctionnaires turcs en mission. En effet, depuis le début des années 1980, le gouvernement turc envoie un nombre croissant d’enseignants, d’officiants du culte et d’autres fonctionnaires, qui passent plusieurs années en Europe, souvent en compagnie de leur famille.

14Même si la durée de la scolarité a tendance à s’allonger de manière générale et à s’améliorer lentement, partout en Europe les enfants d’émigrés de Turquie connaissent d’importantes difficultés scolaires et se trouvent massivement relégués dans l’enseignement professionnel, qui n’offre que peu d’avenir dans bien des cas. La conséquence d’une scolarité laborieuse est la non-qualification professionnelle. Les difficultés d’insertion socioéconomique auxquelles l’immigration originaire de Turquie doit faire face sont en effet notoires.

Propension à la création d’entreprises familiales

15Cinquante ans après l’arrivée des premiers migrants turcs, la majorité des actifs est toujours composée d’ouvriers non qualifiés. Ces travailleurs sont surreprésentés dans les secteurs des constructions métalliques, du nettoyage industriel et de bureaux, du bâtiment, des travaux publics et de la confection. D’après le Ministère turc du Travail, parmi les actifs turcs en Europe communautaire, le taux de chômage variait en 2010 de 18 à 36 % selon les pays. Ce qui reste partout nettement au-dessus des moyennes nationales.

16Les difficultés d’insertion professionnelle ont encouragé certains immigrés à investir dans une activité indépendante. La concentration géographique des Turcs, le mode de vie communautaire, ainsi que le faible coût d’une main-d’œuvre familiale permettent le développement des affaires. Modestes au début, celles-ci attirent aujourd’hui une clientèle non exclusivement turque. La formation d’un milieu d’affaires en Europe complexifie la stratification sociale de la population originaire de Turquie, mais lui insuffle un dynamisme nouveau. Désormais, la population turque défavorisée côtoie une classe d’affaires émergente.

17Des dizaines d’organisations d’entrepreneurs turcs ont vu le jour depuis 1990 en Allemagne et ailleurs en Europe. Le taux d’indépendants et d’employeurs dans la population active des immigrés originaires de Turquie en Europe occidentale est passé de 3 % en 1985 à plus de 10 % en 2010. Soixante pour cent des entrepreneurs turcs en Europe ont investi dans le secteur de la distribution alimentaire et dans celui des hôtels-restaurants-cafés ; regroupant 20 % des investisseurs, les services aux entreprises (nettoyage de bureaux) constituent un autre secteur important pour l’entreprenariat turc.

Solidarité des migrants et migrations en chaîne

18Quelle que soit son appartenance ethnique ou religieuse, la population en provenance de Turquie est composée majoritairement de personnes d’origine rurale, qui s’inscrivent dans un processus de migration en chaîne. Ceux qui s’installent à l’étranger s’arrangent pour faire venir leurs proches et ainsi de suite, afin de reconstruire en situation d’exil la solidarité familiale ou villageoise. Le mariage préférentiel des jeunes avec un conjoint issu du milieu d’origine des parents est la pièce maîtresse de ce modèle de migration. Ces alliances peuvent être interprétées comme le renouvellement permanent de la première génération d’immigrants.

19Dans les pays d’accueil, les paysans devenus ouvriers ont tendance à se concentrer selon leur localité d’origine. Dans la mesure du possible, les gens venant d’un même village, les membres d’une même famille élargie ou ceux d’un même mouvement religieux ou politique s’installent les uns à côté des autres ; ils cherchent à se faire recruter dans les mêmes entreprises que leurs proches. Pour ces raisons, la population originaire de Turquie offre une image unie et repliée sur elle-même, malgré une forte hétérogénéité ethnolinguistique entre Turcs, Kurdes et personnes d’origine balkanique ; ou confessionnelle, entre différents courants sunnites, alévis, chrétiens et laïques.

20La communauté se regroupe dans des quartiers défavorisés à forte coloration ethnique : commerces, cafés, mosquées, associations et réseaux d’entraide y sont tout aussi présents. La rareté de la mobilité sociale ascendante, qui nécessite un minimum d’assimilation à la société d’accueil, trouve une compensation dans le mode de vie communautaire, qui offre des capacités pragmatiques d’adaptation à des situations d’exclusion socioprofessionnelle et de marginalité culturelle.

Dimension identitaire des Turcs d’Europe

21Ces observations expliquent dans une certaine mesure le développement d’affirmations identitaires fortes au sein de ce groupe. Il s’agit d’une situation propice au développement de mentalités conservatrices. Ce conservatisme s’observe notamment à travers la persistance des traditions ethnorégionales, comme la hiérarchie familiale patriarcale et le code d’honneur. La vie collective et le contrôle social qui en résultent sont encore largement intacts chez les immigrés de Turquie. Un certain nombre d’autres facteurs ont renforcé dans un passé récent la structuration communautaire, comme les accords de Schengen en 1992, qui permettent la libre circulation des étrangers extérieurs à l’UE entre leurs différentes localités d’implantation à travers le continent. La douleur et la révolte à l’issue des attaques néonazies contre des familles turques d’Allemagne à Mölln (1992) et à Solingen (1993), qui se sont soldées par la mort de huit femmes et enfants, ont certainement contribué à l’émergence d’une conscience collective des Turcs d’Europe.

22L’attachement de ces immigrés à leur pays d’origine n’a pas faibli sur le sol européen. La Turquie est plus proche de l’Europe occidentale que jamais. Aujourd’hui les liaisons aériennes entre les villes turques et l’Europe occidentale abondent. Le développement des transports et celui des télécommunications (médias par satellite, Internet) ont réduit les distances en faisant des Turcs d’Europe des « navetteurs » entre la Turquie et leur pays d’installation. Si les premières épiceries turques datent en Allemagne de 1970, aujourd’hui toutes sortes de produits importés de Turquie inondent plus que jamais les étals des détaillants turcs et de plus en plus les supermarchés européens.

23Les Turcs d’Europe ont développé une réelle propension à commercialiser les biens et les services relatifs à l’appartenance culturelle turque (ou turco-kurde) et islamique. Épiciers, boulangers, quincailliers, orfèvres, libraires, coiffeurs, vendeurs d’articles de mode, voyagistes, réparateurs TV et installateurs d’antennes paraboliques, informaticiens, médecins, avocats et beaucoup d’autres encore offrent biens et services à une demande ethniquement connotée, qui recherche un environnement familier et un accueil en langue turque.

Absence d’interconnexion avec les autres communautés musulmanes

24En ce qui concerne l’islam, il convient de souligner que la population turque, origine nationale principale de l’islam en Europe occidentale, a encore moins de relations (socioculturelles, matrimoniales) avec ses homologues musulmanes nord-africaines, sud asiatiques et balkaniques qu’avec les populations européennes autochtones. Il est illusoire de fantasmer, comme on aime parfois à le faire dans différents milieux idéologiques européens, sur une Umma islamique qui prendrait d’assaut « l’Europe chrétienne » ou « l’Europe laïque », selon les sensibilités qui s’expriment. À l’exception d’une fraction extrêmement marginalisée d’islamistes, il n’y a pas d’interconnexions entre les islams représentés en Europe, l’arabe ou le Sud asiatique d’un côté, le turc ou le balkanique de l’autre.

25La pratique de l’islam, le rapport de cette foi à l’Occident et à la modernité, ainsi que le fond anthropologique des musulmans changent bien sûr grandement selon les origines. L’islam turc en Europe (autant qu’en Turquie) connaît actuellement une sécularisation insoupçonnée par le sens commun occidental, d’autant plus que cette transformation se produit au sein d’une population qui cherche activement à préserver sa vie collective, ses traditions, sa langue et ses attaches avec la « mère patrie ».

Niveau économique actuel de ces populations

26La situation économique de cette population mériterait aussi d’être considérée avec des nuances à la lumière du potentiel de développement des entreprises commerciales et de l’investissement immobilier observable en son sein. Selon l’estimation déjà ancienne du Zentrum für Türkeistudien de l’Université d’Essen en Allemagne, le PIB des ménages turcs de l’UE, donc leur contribution directe à l’économie européenne, se chiffrait en 2002 à 70,2 milliards d’euros. Cette somme dépasse le PIB de sept des douze nouveaux pays membres de l’Union depuis 2004.

Tendance à la naturalisation dans les pays d’accueil

27La naturalisation et l’engouement pour la participation politique seront également des phénomènes clés pour l’avenir proche. À partir du début des années 1980, les ressortissants turcs en Europe furent encouragés par le gouvernement et les médias turcs à l’acquisition de la nationalité du pays de résidence, ainsi qu’à la constitution de groupes de pression économiques et électoraux en Europe. Le message est finalement passé : depuis 1990, en moyenne 84 000 Turcs prennent chaque année la nationalité de leur pays d’installation. À ce jour, 33 % des personnes issues de l’immigration turque ont acquis la nationalité d’un pays de l’Union européenne.

Conclusion

28Malgré une marginalisation attestée par des données socio-économiques, l’immigration turque en Europe voit sa situation s’améliorer dans les sociétés d’accueil depuis les années 2000, ce qui ne l’empêche pas de préserver son fort attachement communautaire et confessionnel. C’est sans doute ce caractère préférentiellement communautaire de toutes les composantes (religieuses ou non) de la population originaire de Turquie qui risque d’être le plus mal compris en Europe.

29Il serait utile d’interroger la rationalité d’un tel comportement, qui valorise, en lieu et place de l’assimilation individuelle, des pratiques collectives où la tradition turco-islamique et le mode de vie occidental se trouvent simultanément légitimés. En effet, les immigrés originaires de Turquie et leurs descendants inventent des pratiques sociales syncrétiques et des modes de pensée modulés en fonction des contingences quotidiennes, des aspirations et du contexte socioéconomique. Chez une même personne, l’attachement à des valeurs considérées comme traditionnelles coexiste fréquemment avec une exigence d’autonomie individuelle.

30Selon l’enseignement qu’il est possible de tirer de l’observation de cette population, l’intégration individuelle et la préservation d’une vie communautaire ne sont pas des phénomènes contradictoires. Les liens d’un acteur social d’origine étrangère avec sa communauté ou la société autochtone ne sont pas rigides. Au contraire, ils peuvent relever de stratégies d’insertion pragmatiques et différenciées (notamment par la scolarité, l’activité commerciale ou la participation politique) où la solidarité communautaire est pensée comme une ressource pour permettre l’intégration négociée et valorisante de l’immigré et de ses enfants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ural Manço, « La dimension démographique et les caractéristiques sociales et économiques de l’émigration turque en Europe », Anatoli, 3 | 2012, 121-130.

Référence électronique

Ural Manço, « La dimension démographique et les caractéristiques sociales et économiques de l’émigration turque en Europe », Anatoli [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/431 ; DOI : 10.4000/anatoli.431

Haut de page

Auteur

Ural Manço

Ural Manço, est Professeur invité aux Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles (FUSL) et promoteur de recherches, responsable de l’axe « Migrations, multiculturalité et appartenances ethnoreligieuses » au Centre d’études sociologiques des FUSL. Dernières publications : Affaires d’identité? Identités à faire! Travail social et «vivre ensemble»: expériences bruxelloises, 2012, L’Harmattan, Paris ; « Corporéités, ascétismes et sécularisation dans le discours de la confrérie Naqshbandi turque contemporaine », Social Compass, 2010, 57 (4), pp. 1 – 14.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals