Navigation – Plan du site
Partie 3. L’influence des idées de Huntington

La méta-frontière chez Samuel Huntington ou l’avenir d’une représentation

Michel Foucher
p. 111-116

Texte intégral

1Ce qui est remarquable est l’impact postérieur à 1993-1996, le succès d’une idée décriée à l’origine et l’écho des thèses de Samuel Huntington : une pensée du monde et posée à l’échelle mondiale, incluant sa dimension non occidentale.

2Samuel Huntington a mis en place un récit, réutilisé plus tard, après le 11 septembre 2011, et de manière inattendue par des acteurs antagonistes en des formules binaires : « contre nous ou avec nous » ; « croisade ». L’éditorialiste John Vinocur y a contribué dans un article publié dès le 13 septembre 2011 sous le titre « The New World Order is a Clash of Civilizations ».

3Un récit incluant une référence religieuse trouve facilement un public aux États-Unis dans une période de bifurcation historique ; c’est une clé facilement compréhensible même si le rapport américain au monde est saturé de stratégie et d’idéologie. L’impact ne peut être détaché du contexte géopolitique et des sources intellectuelles qui ont inspiré le texte.

Des intellectuels organiques1 et une pensée action

  • 1 Par contraste avec les intellectuels classiques et les clercs religieux, les intellectuels organiqu (...)

4C’est une caractéristique spécifique des écrivains politistes américains que d’écrire avant ou après être passés aux affaires. Leur objectif s’exprime par les concepts qui scandent les titres de leurs ouvrages : « To shape », « to recast », « to remake ».

  • 2 Strategic Vision : America and the Crisis of Global Power, 2012.
  • 3 A World Recast and « The Folly of Forgetting the West », 2012.

5Les publications d’Huntington s’inscrivent dans la série des textes cherchant à établir des clés d’interprétation du monde depuis deux décennies (Kissinger et l’avenir de la puissance américaine et de la Chine ; Brzezinski et le grand échiquier puis la vision stratégique2 ; Zacharia, un monde post-américain ; Serfaty en 20123). Ces travaux ont tous le même objectif : réfléchir au maintien du leadership américain dans un monde dont le « reste » s’émancipe par rapport à l’Ouest. Huntington n’y échappe pas : c’est le sous-titre du livre de 1996 « the remaking of the world order ». Obsession du « shaping », du formatage et du « soft power ».

*

  • 4 Je remercie Georges Prévélakis de m’avoir fait découvrir ce texte.
  • 5 « Any civilisation, any way of life, is an indivisible whole in which all the parts hang together a (...)

6Il faut également faire une place à la question centrale dans la politique américaine de la problématique israélo-arabe. Huntington lui-même, qui fut l’assistant de Bernard Lewis au National Security Council (sous la présidence de Jimmy Carter 1977-1981, Brzezinski en fut le directeur, l’inventeur de l’arc de crise et d’un projet de balkanisation du Moyen Orient). Lewis développa ses thèses dans le contexte de l’après-crise de Suez (il enseigna en 1957 à Johns Hopkins) ; en 1963 il publie « The Middle East and the West » dans lequel est énoncée la thèse du conflit de civilisations ; en 1984-86 il conseille Benyamin Netanyahou à l’ONU ; en 1990 dans « The Atlantic Monthly » il insiste sur la place du ressentiment et considère que le choc de civilisations compte plus que les querelles entre États, et que l’opposition principale est moins entre islam et Occident qu’entre islam et démocratie, thèse développée en 1993 dans « Islam and the West » qui est une reprise actualisée des thèses de Toynbee et de sa liste des civilisations. Dans « The World and the West », publié en 19534, Arnold Toynbee distingue Russie, Islam, Inde, Extrême Orient ; il cherche à décrire une psychologie des rencontres sur le modèle des Grecs et des Romains et avance le concept de « clash des cultures », pour mieux admettre que c’est l’Ouest qui a heurté les autres pendant quatre à cinq siècles d’où l’inversion assumée de son titre. Il insiste sur les facteurs d’interdépendance et le jeu des apports extérieurs, notamment dans les cas de la Turquie et de la Russie5. Huntington en est l’héritier direct mais sans y faire référence.

7C’est parce que la même question est posée depuis plus de vingt ans, celle de l’avenir des États-Unis et de l’Occident, que la lecture de Samuel Huntington est, entre autres, utile aujourd’hui, mais à condition d’en sélectionner les morceaux choisis les plus pertinents.

Des méta-frontières

  • 6 Commentaire, vol.18, n° 86, été 1994.

8Je retiendrai donc moins la question des civilisations, dont le critère de découpage n’est pas homogène chez l’auteur et qui n’est pas très opérationnelle comme interprétation globalisante (Pierre Hassner décrit plutôt l’époque comme celle de « l’éclatement des paradigmes et de l’impossibilité des explications totalisantes » dans son article de 1994 « Un Spengler pour l’après-guerre froide ? »6), que celle de la place de la culture (dont la religion), c’est-à-dire également des valeurs et finalement des fondamentaux politiques dans la réorganisation du monde et la redistribution des cartes depuis 1989-1991.

  • 7 In Esprit 1961 et dès 1955.

9Abordant la notion de civilisation, le philosophe français Paul Ricœur7 la définit nettement comme processus d’accumulation, de perfectionnement, de distinction et de circulation de valeurs et de normes, à distinguer des cultures nationales (ouvertes ou fermées). Ricœur insistait sur le temps long du processus et cherchait à donner sa juste place aux facteurs culturels et religieux.

10Très critique de Huntington, Marc Crépon a dénoncé, par le moyen de la mise en place d’une identité la plus large, une tentative de globaliser la peur, d’inventer un ennemi désigné, ouvrant la voie au « war on terror » de G. W. Bush (causalité unique, surdétermination, théorie qui convenait aux groupes terroristes radicales), à la dichotomie « nous et eux ».

11On a pu discuter de la validité de ces huit ou neuf regroupements (civilisation occidentale, latino-américaine, orthodoxe, islamique, chinoise, hindoue, japonaise, bouddhiste et « peut-être » africaine), du primat du culturel sur le stratégique ou l’économique, de l’hypothèse d’un affrontement irréductible entre Occident et islam (conviction d’une culture supérieure et d’une puissance inférieure), ou bien encore de l’appel à l’unité du monde occidental élargi (en dépit de ses divisions).

12Il convient donc d’aller au-delà des énonciations formelles (« les frontières sanglantes de l’islam ») et des grands découpages en aires politico-culturelles aux limites incertaines. Il s’agit en réalité de méta-frontières, qui imposent un découpage en méga-ensembles monolithiques, à une seule échelle et sur la base d’un critère unique.

13La principale faiblesse méthodologique de Samuel Huntington, d’un point de vue de géographe, est le refus de manier les échelles. Il généralise à partir de faits singuliers. Voici un exemple contemporain : le conflit en cours entre la minorité musulmane Rohynga et des populations birmanes de religion bouddhiste autorise-t-il une extension à l’ensemble de l’Asie du Sud-Est ? Idem en Inde du Nord-Est sur l’immigration du Bengladesh. Les ruptures provoquées par Boko Haram contre les chrétiens du Nord du Nigéria et contre l’État fédéral nigérian permettent-elles de conclure à un nouvel affrontement en Afrique de l’Ouest sur ce seul clivage alors que le processus de sunnification de populations acquise à l’islam traditionnel des confréries est le vecteur central des tensions ? Idem entre Inde et Pakistan. Il manque à Samuel Huntington l’outillage du géographe pour être convaincant. Les nations restent les acteurs principaux du système international, y compris en Europe.

14Dans la formation de la grille de représentation du monde d’Huntington, il y a pourtant bien une méta-frontière originelle, qui est représentée dans la seule carte incluse dans l’article de Foreign Affairs de l’été 1993. Elle est reprise d’un ouvrage de William Wallace, politiste britannique alors professeur à la London School of Economics, publié en 1990 sous forme de ligne religieuse vers 1500. Pour mémoire et par souci d’approfondir cette archéologie des représentations, William Wallace faisait partie d’un groupe d’experts européens que j’animais dans un projet intitulé « Visions d’Europe » et j’avais présenté à Londres, en 1989, une carte des risques potentiels de tensions sur le continent européen liés aux questions de frontières et de minorités (après la crise du Nagorno-Karabakh) en mettant en valeur la ligne de 1054, remaniée par la Contre-réforme, comme ligne de clivages possibles. L’intention était de repérer les lignes de fragmentation du continent une fois la méta-frontière idéologico-stratégique dissoute, dans l’isthme mer Blanche/mer Noire.

Le contexte intellectuel et géopolitique du début des années 1990 : rappel

15La décennie s’ouvre avec l’implosion de l’URSS, les crises dans le Caucase entre Arméniens et Azerbaïdjanais, les craquements dans les Balkans occidentaux, les problèmes de minorités et de frontières en Europe médiane, la 1re guerre du Golfe en 1990 (où la majorité des leaders arabes prend parti pour Badgad contre « l’Ouest »), l’affirmation politique des nationalistes hindous et des thèses nationalistes au Japon…

16On relève également une rivalité économique et technologique croissante entre les États-Unis et le Japon, la promotion des « valeurs asiatiques » et du modèle singapourien de développement autoritaire qui se diffuse en Chine ; Kishore Mabhubani (The West against the Rest, 1992), à qui Huntington entend répondre. Il aborde le défi du : « Modern, not western » et des « Obstacles to non-Western countries joining the West ».

Reprise et relance de la grille d’analyse après le 11/9/2001

17Le paradigme simplificateur de 1993 a survécu à ses critiques en devenant un fait politique et, pour certains, une prophétie auto-réalisatrice. La rhétorique civilisationnelle (antagonisme entre ensembles culturels, c’est-à-dire religieux) a été transformée et se présente dans les années 2000 comme un affrontement entre « Occident » et « islamisme ».

18Le contexte actuel contient des éléments de continuité des représentations culturelles à impact géopolitique. Ce sont le ou les Islam(s) avec la sécession du Soudan méridional (soutenu par des stars d’Hollywood et des églises évangéliques). On le voit dans les débats sur la place de la Turquie en Europe, les inquiétudes sur la montée en puissance de la Chine, pays non religieux, pragmatique, assis sur une forte économie et animé d’un projet de reprise d’influence politique et géopolitique, qui est un défi à la mesure des États-Unis, après celui posé par l’URSS puis, au plan économique et financier, par le Japon, réintégré dans l’Occident américain, en position de faiblesse. On le perçoit dans les interrogations sur la place de l’Occident dans le monde en transformation ; les États-Unis délaissent l’Occident classique pour affirmer un pivot vers l’Asie ; l’OTAN se voudrait global, faute de pouvoir expliciter sa fonction stratégique présente. On le voit également dans la critique de la non-représentativité des institutions internationales, la mise en cause de la portée universelle des droits de l’homme, du principe de laïcité (débat sur l’équation valeurs universelles = valeurs occidentales). Comme réponse, Huntington affirme que « The rest wants to join the world made in the West » et conçoit la globalisation comme une occidentalisation.

19C’est toujours l’objectif de Washington, capitale d’un pays qui a des difficultés à penser et accepter l’interdépendance.

20En Europe, la rhétorique civilisationnelle est devenue un lieu commun du discours et une référence pour les initiatives qui sont des contre-modèles et des contre-discours : dialogue des civilisations, Alliance des civilisations (2006, ONU), dialogue des cultures, dialogue des religions, discours du Caire de Barack Obama (qui essentialise l’islam dont l’Amérique ne serait pas l’ennemie), insistance sur la société civile dans la diplomatie américaine. Faire mentir Huntington est devenu un objectif ou du moins un leitmotiv des diplomaties européennes.

21Huntington avait pourtant insisté moins sur l’occidentalisation irréversible du monde (Fukuyama, 1989) que sur le développement du « hors zone » occidentale des relations internationales où des coalitions néfastes pourraient se nouer (islam + bouddhisme), affectant les intérêts américains.

En conclusion

22Nous n’en avons pas fini avec la théorie du choc des représentations, du moins dans la rhétorique des djihadistes internationalistes adeptes du slogan : « le croissant contre la croix » et tenants de nouvelles querelles des iconoclastes. Or, une diplomatie visant à enrayer le risque d’un choc se situe encore dans cette catégorie d’interprétation, en raison de la force des représentations dans un monde d’images de l’autre, véhiculées par les technologies de circulation instantanée de masse. En outre, on constate une série de mouvements de fond : la crainte occidentale d’une revanche des autres sur le passé colonial (les 100 ans d’humiliation en Chine ; les rumeurs de réparations dues par les anciennes métropoles ; les coûts du changement climatique qui devraient être assumés par les seuls pays initiateurs de la révolution industrielle) ; la négation des dynamiques propres et de la force des géopolitiques internes (précoloniales). Autant de réflexes d’une géopolitique occidentalo-centrée. Face à ces réductions de la pensée, il convient de bâtir un polycentrisme intellectuel, apte à la prise en compte des projets et des représentations des autres.

Haut de page

Notes

1 Par contraste avec les intellectuels classiques et les clercs religieux, les intellectuels organiques s’attachent à élaborer des unités de représentation dont l’effet final recherché est de promouvoir l’hégémonie de la vision du monde proposée. Son activité culturelle est organiquement liée au pouvoir dominant. Ce qui importe est moins le travail effectué que le rôle joué au sein de la société.

2 Strategic Vision : America and the Crisis of Global Power, 2012.

3 A World Recast and « The Folly of Forgetting the West », 2012.

4 Je remercie Georges Prévélakis de m’avoir fait découvrir ce texte.

5 « Any civilisation, any way of life, is an indivisible whole in which all the parts hang together and are interdependent » écrit Toynbee sur l’occidentalisation de l’armée turque. Sur la Russie, il estime que ce pays a résisté à l’Ouest avec les armes de l’Ouest et importé une hérésie occidentale, le communisme.

6 Commentaire, vol.18, n° 86, été 1994.

7 In Esprit 1961 et dès 1955.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Foucher, « La méta-frontière chez Samuel Huntington ou l’avenir d’une représentation », Anatoli, 4 | 2013, 111-116.

Référence électronique

Michel Foucher, « La méta-frontière chez Samuel Huntington ou l’avenir d’une représentation », Anatoli [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/467 ; DOI : 10.4000/anatoli.467

Haut de page

Auteur

Michel Foucher

Michel Foucher est titulaire de la chaire de géopolitique appliquée au Collège d’études mondiales (FMSH/ ENS Ulm). Géographe et diplomate, il a publié récemment : Atlas de l’influence française au xxie siècle (Robert Laffont et Institut français, octobre 2013), La bataille des cartes, analyse critique des visions du monde (Bourin éditeur, 2e édition 2012) et L’obsession des frontières (3° édition, Perrin, 2012).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals