Navigation – Plan du site
Partie 4. Enjeux régionaux : de l’Adriatique à la Caspienne

Les conflits iconographiques autour de l’ex-Yougoslavie : un point de vue

Nano Ruzin
p. 231-247

Texte intégral

1Nous pouvons constater, sans le moindre doute, que les peuples balkaniques sont un terrain propice à l’apparition et à la mythologisation de l’iconographie. Relisons les propos de Jovan Cvijic ou d’Ivo Andric (La typologie psychique des Balkans, 1996) sur les caractéristiques psychiques du type dinarique : esprit vif et intelligence aiguë, dévoué à ses ancêtres et héros historiques, impulsif, téméraire, réactif, sachant se sacrifier, plein de tempérament, ne supportant pas l’injustice, plein de fantaisie et de logique mystique (Cvijic, Andric, 1921 ; 30). Il est tout à fait compréhensible que les iconographies se développent et qu’elles deviennent un bien de surconsommation. Dans l’espace de l’ex-Yougoslavie, ce stéréotype psychique était présent en Croatie, en Bosnie-Herzégovine, au Montenegro, en Serbie et dans une partie de la Macédoine où persiste un type aux caractéristiques semblables, appelé « Miyak » (Cvijic, Andric, 1920/1996 ; 67). Sans entrer dans le détail de l’histoire lointaine, au travers d’une analyse de l’iconographie et des mythes, nous allons tenter d’expliquer quelques phénomènes et processus importants qui continuent à avoir de l’influence, tant au plan interne qu’externe, sur les relations entre les pays voisins. Certains phénomènes ne peuvent s’expliquer qu’à travers un large contexte historique, politique ou économique. De ce fait, nous allons nous consacrer à l’analyse de l’iconographie à l’époque communiste, marquée par la domination du Maréchal Tito, puis de l’iconographie à l’époque de l’indépendance, de la liberté, des conflits et du nationalisme et enfin à la période actuelle, pacifique, marquée par la rivalité des iconographies dans les Balkans. Si dans le premier chapitre nous ne nous intéresserons pas à Huntington, dans le deuxième et le troisième, nous retrouverons certains éléments de sa doctrine. Et dans tous les cas de figure, nous retrouvons également le politicien et sa manipulation politique des masses populaires.

L’iconographie communiste de la réunification et de l’auto-affirmation

2La création de la Première Yougoslavie avec le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, cette « folle » nuit du 1er décembre 1918, telle que l’a dénom­mée le fameux écrivain croate Krleza, correspond à la naissance de l’État européen le plus hétéroclite, le plus segmenté d’un point de vue linguistique, ethnique et religieux. Derrière la mise en place de la future monarchie constitutionnelle persistait la rhétorique liée au projet fédéraliste d’inspiration germanique, défendu par les Slovènes et les Croates et le projet jacobin, se basant sur un fort pouvoir central d’inspiration française, défendu par les Serbes. Le défenseur le plus assidu du premier modèle était Stjepan Radic, députe croate au Parlement du Royaume, assassiné en 1929 par un député monténégrin. C’est pourquoi, le roi Alexandre Ier, partisan du modèle français, suspend la Constitution la même année et commence son règne en monarque absolu. En 1934, le Roi est à son tour assassiné à Marseille par un membre de l’organisation Révolutionnaire Macédonienne (VMRO), Vlado Cerno­zemski.

3Fort de la mauvaise expérience jacobine du roi Alexandre Ier, le 29 novembre 1943, à Jajce, le Conseil Antifasciste de Libération Nationale de la Yougoslavie (AVNOJ), qui avait à sa tête le Maréchal Tito, se proclame nouveau gouvernement de la Fédération Démocratique de Yougoslavie. La République Fédérative Socialiste de Yougoslavie, créée en 1963, était un État fédéral, composé de six républiques et de deux régions autonomes (Kosovo et Vojvodina) dans le cadre de la République de Serbie. Tito disait que la Yougoslavie avait six républiques, cinq nations, quatre langues, trois religions, deux alphabets et un seul parti. Il y avait en effet dans ces six républiques, cinq nationalités reconnues (peuples) : les Slovènes de langue slovène et de religion catholique, les Croates de langue serbo-croate et de religion catholique, les Serbes et les Monténégrins de langue serbo-croate et de religion orthodoxe et les Macédoniens de langue macédonienne et de religion orthodoxe. À ces peuples ou nationalités, s’ajoutaient les minorités reconnues, telles les Albanais du Kosovo ou de Macédoine, les Hongrois, les Bulgares ou les Slovaques de Vojvodina. En 1971, une nouvelle nationalité est reconnue en Bosnie-Herzégovine, distincte des Serbes et aussi des « musulmans », en général fidèles à l’Islam. Ce sont les Musulmans, avec un M majuscule, qui bénéficient en Bosnie d’une représentation particulière, grâce au système des quotas.

4Conscient de la complexité de la nouvelle société yougoslave qui n’avait aucune expérience communiste préalable comme ce fut le cas de l’URSS, Tito tente d’homogénéiser la société à l’aide de l’expérience soviétique, de l’idéologie communiste et de la solidarité antifasciste des peuples et nationalités de la Yougoslavie d’après-guerre. En commençant par le terme « yougoslave » qui est toujours resté marqué par son origine idéologique, une valeur politique pour désigner le mouvement pour l’union des peuples slaves du sud – les spin-doctors de Josip Broz ont misé sur l’unité de la nouvelle Fédération Yougoslave. Dans ce contexte, tout un système iconographique fut construit autour de la connotation de la « fraternité et de l’égalité ». Sur les armoiries de la Yougoslavie figurent six flambeaux personnifiant les six peuples fraternels, unis en 1946 sous la direction du mouvement communiste, dont l’iconographie était représentée par le symbole de l’étoile. De même, le nouvel hymne yougoslave disait : « Vous les slaves, toujours en vie, que vive, que vive l’esprit des slaves ». Consciente du caractère multiconfessionnel et multiethnique de la Fédération yougoslave, Tito suggéra : « Préservez la fraternité et l’égalité comme la prunelle de vos yeux », ou bien : « beaucoup trop de sang a coulé pour la fraternité et l’unité pour que l’on laisse quelqu’un les détruire de l’intérieur ». Des centaines de chansons patriotiques s’inspirent du thème, d’innombrables entreprises, usines, écoles, clubs sportifs et rues dans les milieux ethniquement mélangés sont baptisés « Fraternité », « Égalité » ou bien les deux ensemble. Ce fut le cas de l’autoroute traversant le pays du Nord au Sud, et celui du chemin de fer Samac-Sarajevo. On répand la légende du serbe Boro et de l’albanais Ramiz, ayant sacrifié leurs vies dans la lutte contre le fascisme. Plus tard, vers le milieu des années 70, l’expression « Fraternité et Égalité » fut remplacée par le terme « Unité ».

5Au cours de la période qui suivit la fin de la guerre, le fascisme et le nazisme qui laissèrent de nombreuses traces dans la société yougoslave et contre lesquels fut créée l’union des forces anti-fascistes dans le cadre du Front National, fournissent une très bonne base pour l’interprétation iconographique. Ainsi, la formule de politesse, à la fin de chaque lettre ou télégramme, contenait ces mots : MORT AU FASCISME – LIBERTÉ AU PEUPLE (en majuscules) pour rappeler les crimes fascistes et la liberté obtenue grâce au sacrifice de 1,6 million de victimes.

6Retraçant le modèle de l’école iconographique soviétique, les experts en propagande yougoslave développent une iconographie basée sur les enseignements et l’idéologie marxiste-léniniste, la révolution bolchévique et yougoslave, l’iconographie communiste et de gauche déjà existante, qui passe par tout un assemblement de symboles, tels que la couleur rouge, la serpe et le marteau, l’étoile, l’internationale, l’hymne, le Parti Communiste, les partisans, les chansons révolutionnaires, les légendes sur les héros morts au combat, les bande-dessinées et les romans consacrés à « Mirko et Slavko », « Pinki », « Ivo Lola Ribar », « Sava Kovacevic et Bosko Buha », le film « Walter défend Sarajevo », la classe ouvrière, la collectivisation, les associations de fermiers et agri­­culteurs, les peuples et les nationalités. Josip Broz vouait une affection parti­­culière aux ouvriers, lui-même étant originaire d’une famille d’agri­culteurs. Adolescent, travaillant comme ouvrier métalo, il avait commencé à lire les œuvres de Marx et Lénine, impressionné par leurs théories sur la classe ouvrière révolutionnaire. En 1950, la nouvelle ligne directrice du Parti établit un nouveau principe : les usines aux ouvriers – qui obtient, la même année, sa base légale par l’adoption de la loi sur l’autogestion ouvrière. Semblable au héros soviétique du travail, Stakhanov, le titisme lance un modèle de héros national, incarné par Alija Sirotanovic, mineur de Breza, ayant réussi à creuser et remplir six wagons de minerai, en un jour à lui seul. Des anecdotes se répandaient à ce sujet : « faites attention, Alija pourrait un jour transpercer le globe en le creusant ». Le même type de compliment avait été décerné à Arif Haralic, ouvrier métallurgique de la ville de Zenica, en Bosnie. Les effigies de ces deux héros du travail figuraient sur les billets de 20 et 10 dinars. L’euphorie autogestionnaire et le mythe de l’ouvrier firent en sorte que l’on qualifiait chaque citoyen de « travailleur ». Ainsi, nous avions des ouvriers de la santé publique, des ouvriers de culture, des ouvriers de l’enseignement. Plus tard, l’iconographie fut dirigée vers l’autogestion, les écoles d’autogestion, les drapeaux autogestionnaires, les médailles, les bourses d’études, les cours du soir, les écoles syndicales…

7Néanmoins, la plus importante iconographie concernait le Maréchal Tito. Ses portraits et ses bustes étaient partout présents, dans chaque institution, école, usine. Dans chaque ville du pays, une rue, une place et une école portaient obligatoirement le nom du Maréchal. Dans chaque république une ville était rebaptisée en rajoutant à son nom d’origine le préfixe Titov (de Tito) : ainsi furent créés Titovo Uzice, Titov Veles, Titovo Velenje, Titograd, Titova Mitrovica… Le mythe du leader remplissait diverses publications consacrées aux discours de Tito, à sa biographie, à ses loisirs, ses sports favoris, ses voyages à l’étranger, l’autogestion vue par Tito. Les timbres postaux représentaient quasiment tous Tito dans ses différentes phases : au cours de la guerre, au cours des grandes batailles de Sutjeska, Neretva, Drvar. Ces évènements étaient également filmés sur grand écran, et on n’hésitait pas à payer le cachet de Richard Burton pour jouer le rôle de Tito. Burton auquel on avait demandé quel avait été son rôle le plus difficile, déclara un jour « celui de Tito, parce qu’il est très difficile pour un acteur de jouer le rôle d’un autre acteur »…

8Sans aucun doute, toute l’iconographie yougoslave avait une connotation idéologique, unilatérale, de monopole absolu et efficace en son temps. Outre la main-forte du parti, de la police et de l’armée, l’iconographie a joué un rôle considérable dans le maintien de la création artificielle d’un pays durant 45 ans. Comment expliquer l’apparition d’une sixième catégorie-nation, les « yougoslaves » lors du recensement de la population en 1981 ? Ces citoyens se voulaient neutres et étaient au nombre de 990 000. Le ciment de l’iconographie yougoslave fut formé lors de la lutte anti-fasciste et de Libération et pendant le régime de parti unique de l’après-guerre, le tout sous la direction et l’autorité du Maréchal. L’économie était consensuelle, loin de l’économie de marché. Il est ainsi tout à fait compréhensible, d’après la Constitution de 1974 établissant une forme de confédéralisme, que la Fédération ait commencé à se disloquer après la mort de Tito. Nous aurions tort de croire que cela est dû à la haine inter-ethnique. La disparition de la Fédération est le résultat de l’interaction entre la décomposition du système communiste et celle du système de la Fédération.

L’iconographie post-communiste de mobilisation du nationalisme et de la religion

9« Vive la nation » fut le cri de ralliement sous lequel l’armée révolutionnaire française a remporté en 1792, lors de la bataille de Valmy, sa première victoire sur l’armée de coalition des États européens féodaux. L’apparition du nationalisme au sein des peuples de la Fédération yougoslave fut le résultat de la libération de la tutelle du monopartisme, de l’État et du contrôle militaire et policier. Le nationalisme en tant que produit du xixe siècle était considéré comme le grand responsable de l’éclatement des deux guerres balkaniques et des deux guerres mondiales. Puis le libéralisme au nom du bien-être socio-économique ainsi que la construction européenne initiée en 1957, considéraient le marxisme comme définitivement vaincu à l’Ouest comme à l’Est. Plusieurs facteurs, tels que la fin de la guerre froide et les changements de l’ordre international, le vide idéologique, la démocratisation survenue suite à la chute du communisme, la globalisation économique et la fragmentation politique pouvaient néanmoins générer à nouveau l’apparition du nationalisme.

10Les leaders politiques slovénes et croates ont défendu leur cause indépendantiste en s’appuyant sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ils se référaient à la chute du mur de Berlin et à la liberté retrouvée des pays satellites de l’URSS (Dimitrijevic, 2002 :2).

11Les frontières qui se sont progressivement construites sont d’abord culturelles. La notion de culture est idéologiquement utilisée comme grille de lecture et comme moyen d’ordonner l’espace social. La réhabilitation de la vieille idée d’Europe de l’Est a été revendiquée de la part des intellectuels comme Havel, Kundera, Konrad. Les traits culturels les plus fréquemment utilisés ont été : l’individualisme, les droits de l’homme, l’égalité, la démocratie, la laïcité, la rationalité, l’humanisme, le scepticisme et la tolérance. Cette opération avait pour but de démontrer que l’Europe occidentale et l’Europe centrale partageaient les mêmes valeurs. L’Europe centrale est placée du côté de l’Europe occidentale tandis que l’Europe balkanique est déterminée par l’orthodoxie, l’islam, l’holisme, le non-respect des droits de l’homme, le despotisme, l’intolérance religieuse et l’obscurantisme moyenâgeux. L’Europe balkanique est placée en dehors de cette culture occidentale (Dimitrijevic, 2002 :3). L’objectif des responsables politiques croates était de faire accepter l’idée d’une incompatibilité de civilisations entre les Croates et les Serbes.

12Pour asseoir la légitimité des nouveaux États, les pouvoirs nationalistes avaient besoin de les ancrer dans l’histoire longue. D’abord l’idéologie communiste est morte, et puis pour justifier la guerre, il a fallu réparer les injustices historiques, rafraîchir les mythes des royaumes serbe et croate, dévoiler le mythe du Kosovo, déterrer la mémoire collective pour déterminer quel est le peuple le plus ancien des Balkans, prouver que les musulmans de Bosnie ne sont ni des croates ni des serbes ayant adopté la foi musulmane, mais les héritiers de l’église hérétique bosniaque du Moyen Âge, assimilant le bogo­milisme du xe siècle, ainsi devenus la population la plus ancienne de Bosnie-­Herzégovine.

13Le nationalisme bosniaque est ressenti de la part des Serbes et des Croates de Bosnie-Herzégovine sur la base de la différence religieuse mais aussi à partir de sa mise en concurrence avec le nationalisme albanais au Kosovo et en Macédoine (pourtant musulmane). L’identité se construit moins dans le rapport envers soi et envers l’identique que dans le rapport envers l’autre et dans la différence, définie tout à la fois par l’autre et contre l’autre. Cette réalité constitue une base solide pour créer des nouvelles iconographies inspirées du passé historique, nationaliste et religieux.

14Selon Dragutin Knezevic Krunica (Où sont tombées les têtes serbes, Где су пале српске главе, 1999) repris par Ivan Colovic (La politique des symboles, Politika simbola, 1997 :15), le peuple serbe est le peuple le plus ancien au monde et tous les autres peuples en sont issus, de même que la langue serbe est à l’origine de toutes les autres. Mais c’est en même temps le peuple le plus jeune et le plus énergique du renouveau européen. Quant aux frontières, celles-ci n’ont pas été tracées par les Serbes mais par les tombes des Serbes. Les endroits où tombaient les têtes serbes constituent les démarcations frontalières (Komnenic, 1989). Au sujet des frontières, le divin homo-balkanikus ne reconnaît pas les frontières actuelles. La représentation de sa communauté nationale, de son malheur, son destin, l’expansion de la nation influencent son attitude vis-à-vis des frontières. Pour lui, c’est seulement en considération de l’histoire et du passé que les vraies frontières ont existé. De notre temps, les frontières sont toujours à l’étranger.

15En manque d’idéologie, les peuples balkaniques de l’ex-démocratie populaire, se tournent vers le passé, vers les célèbres guerres et les héros nationaux. Mircea Eliade a eu raison de constater que les héros mythiques poursuivent leur destin même après leur mort. Leurs cimetières, leurs reliques, traversent les siècles (Eliade Mircea, 1976 ; 300). En Serbie, le plus célèbre a été Milos Obilic, l’assassin du Sultan Murat pendant la guerre de Kosovo en 1379. Comparé à lui, Marko Kraljevic (Krali Marko de Prilep en Macédoine) n’est pas aussi populaire car il était très réaliste, bon vivant, loin d’une religion mythique et héroïque et puis Kraljevic Marko vivait en Macédoine. Au Monténégro, en 1937, le ministre de la défense, dans son discours dédié au jubilé des 80 ans de la guerre à Mojkovac, souligne : « tout le peuple a été armé. Les moins armés ont porté des croix dans une main et des fusils dans l’autre ». En Croatie on a célébré Ban Jelacic, Ljudevid Gaj mais aussi Ante Pavelic le Kisling, croate pendant la Deuxième Guerre mondiale. En Macédoine on a réincarné les auteurs de l’assassinat de Thessalonique, Goce Delcev, Pitu Guli, Nikola Karev, mais aussi des héros des symboles antiques.

16La religion a joué un rôle important dans l’affirmation de l’identité nationale et confessionnelle des nations balkaniques. Elle a remplacé l’idéologie et a inspiré la production des iconographies religieuses pour mobiliser la nation autour d’une vocation confessionnelle. Les nations ont « découvert » leurs religions, leurs églises, cathédrales ou mosquées. Les hommes politiques ont commencé à apparaître dans les églises et mosquées pour les liturgies, processions, pour voir et montrer leur vocation pro-religieuse mais aussi pour être vus et prouver qu’ils sont proches du peuple et des adeptes. Les traditions religieuses de l’époque pré-communiste, marginalisées ou mal traitées pendant le communisme, ont été renouvelées. Des nouvelles églises et mosquées ont été construites, des immenses croix illuminées ont été dressées sur les collines surplombant les villes. La médiatisation des fêtes religieuses, la transmission des liturgies à la télévision, les tentatives pour introduire le catéchisme et la théologie dans l’enseignement public obligatoire, malgré les constitutions laïques, démontrent que l’iconographie religieuse a vécu sa plus grande renaissance aux Balkans au cours du siècle dernier.

17Vivant sur un territoire multi-ethnique et multi-religieux, dans le contexte de l’implosion d’une fédération qui n’a eu ni la force, ni le temps, ni l’envie de se reformer sous l’influence de la crise économique interne, du désordre international et des impulsions des nationalistes et particularismes, les peuples de l’ex-Yougoslavie se dirigeaient vers la confrontation tous azimuts. Les Serbes étaient dirigés par Slobodan Milosevic, perçu comme un nouveau Tito, décoré avec la même iconographie titiste (« Druze Slobo mi ti se kunemo » : Camarade Slobo nous te prêtons serment). Pour les Croates, le Président Tudjman était perçu comme le père libérateur de la Croatie tandis qu’Alija Isetbegovic représentait le sauveur de la nation bosniaque, celui qui a mobilisé et redéfini l’identité des Bosniaques musulmans contre l’hégémonie communiste. Là où l’idéologie et les agitprops ont échoué, les institutions et l’iconographie religieuse ont pris le relais. En ex-Yougoslavie la guerre fut aussi une guerre des iconographies, très proche de la doctrine de Samuel Huntington. Certains experts, tel Ramet (Balkan Babel), M.A.Sels (The Bridge Bertrayed : Religion and the war in Bosnia, 1996), Paul Mojzes (Religion and the War in Bosnia), Rudolph Grulic/Thomas Bremer (Die Religions­gemeinschaften im ehemaligen Jugoslavien-Krieg) constatent que les trois principales organisations religieuses ont généré la crise et des conflits. Déjà, dans un interview de 1987 (Spasojevic, The Communists and I, p. 104) le Patriarche serbe German suggère que « les Serbes devront bientôt choisir le vrai morceau du territoire de l’État ». En même temps, la revue orthodoxe serbe Pravoslavje publie un article du représentant de la Patriarchie Svetozar Dushanic qui opte pour « la répartition de la Yougoslavie entre la partie orientale orthodoxe et la partie occidentale catholique » (Vjekoslav Perica, 2006 ; 83). De son côté, le métropolite monténégrin (qui se considère serbe) déclare que « la réconciliation entre les Serbes orthodoxes et leurs frères catholiques ne peut pas se faire au prix des tombeaux des innocents » (Vjesnik 7.09.1990). La rhétorique religieuse continue dans les endroits saints à rafraîchir la mémoire des nouvelles générations qui ont oublié les crimes des uns et des autres pendant la Deuxième Guerre mondiale. Parallè­lement, on assiste à la destruction des églises catholiques et orthodoxes parmi les peuples. Les leaders religieux commencent à se mêler de politique. Le Patriarche serbe traite le système politique de la Croatie de « régime néofasciste », héritier du système Kisling croate proche du nazisme hitlérien. De leur côté, les hommes politiques soutiennent l’action de l’Église. Radovan Karadjic déclare dans un journal de Sarajevo, que l’Église serbe n’est pas seulement une Église confessionnelle mais aussi une institution nationale et culturelle importante pour les Serbes, qu’ils soient ou non adeptes et pratiquants (Nedelja 02.09.1990). Enfin, la Constitution de Republika Srpska garantit un statut particulier à l’Église orthodoxe. L’orthodoxie devient une religion d’État. La situation n’est pas meilleure en Croatie ou en Bosnie Herzegovine. La « Gospa » de Medjumurje est devenue une sorte de culte et de « la Révolution spirituelle », utilisée par le régime de Tudjman. Le catholicisme est proclamé religion officielle d’État. Mostar, la capitale de l’enclave en Bosnie occidentale, connue comme « la ville des ponts » fut bombardée par l’artillerie croate, détruisant le célèbre pont datant du Moyen Âge, qui constituait référence iconographique pour les musulmans. D’autre part, le quotidien croate Slobodna Dalmacija estime qu’en 1995 il y avait plus de 190 groupes et organisations actifs en Bosnie-Herzégovine. Reis-ul-ulema, Mustafa Ceric, déclare que « le mariage mixte entre religions différentes est un péché et qu’un musulman de Malaisie est plus proche d’un Bosniaque, qu’un orthodoxe ou un catholique de Bosnie ». L’islamisation, l’expansion du catholicisme et de l’orthodoxie s’intensifient. En 1988, l’Église catholique procède à la béatification d’Alojz Stjepinec, ancien collaborateur des nazis, ce qui a provoqué une forte réaction de la communauté serbe et orthodoxe. De son côté, l’Église orthodoxe serbe reconnaît ses propres saints, victimes de la terreur nazie et oustachi pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le Monastère Hilendar, en Grèce, propose l’hospitalité des moines à Radovan Karadjic, tandis qu’en 1997, le Patriarche serbe Pavle et une dizaine d’intellectuels signent une déclaration contre les accusations à l’encontre du Général Mladic et de Radovan Karadjic. L’histoire de l’implication de l’Église et du nationalisme se répète au Kosovo en 1999 et partiellement pendant la crise en Macédoine en 2001. Les plus grandes victimes ont été les monuments sacrés, les églises et mosquées appartenant au patrimoine historique. Des scènes surréalistes survenaient parfois : telles que des soldats de l’UNMIK d’origine africaine ou asiatique en train de protéger une église orthodoxe médiévale de la foule albanaise voulant l’incendier. Pour conclure cette partie, une évidence s’impose : la guerre en ex-Yougoslavie a eu des effets désastreux et dévastateurs avec près de 200 000 victimes du côté bosniaque, serbe et croate. Il s’est agi d’une guerre des ethnies, d’une guerre de religions. Serbes orthodoxes contre Croates catholiques, Serbes orthodoxes contre Bosniaques musulmans, chrétiens orthodoxes serbes et catholiques croates ensemble contre les Bosniaques musulmans, Serbes orthodoxes contre les Albanais musulmans du Kosovo, Macédoniens orthodoxes contre les Albanais macédoniens musulmans. Il s’agissait d’une guerre des iconographies nationalistes et religieuses. Les mêmes religions des ex-peuples yougoslaves ne se sont pas confrontées entre elles.

L’iconographie de la reconstruction identitaire – l’exemple de la Macédoine

18Outre le fait de faire partie de l’identité nationale, dès qu’elle devient idéologique, la tâche première de l’iconographie est de constituer un instrument massif de manipulation de la population. Tous les grands démagogues de l’histoire, tels Napoléon, Staline, Hitler, Mussolini – des civilisations les plus anciennes, en passant par la guerre froide, jusqu’aux nouvelles élites – ont chacun joué sur la production des iconographies politiques.

19La République de Macédoine est une société multiethnique et multiconfessionnelle. En ex-Yougoslavie c’était l’une des républiques les moins développées et les plus conservatrices. Les iconographies communistes et titistes ont trouvé ici un terrain très favorable à leur expansion, leur popularisation et à leur respect.

20Aujourd’hui encore, le mouvement pro-titiste et pro-yougoslave est parmi les plus forts en Macédoine (Stafeti). Après la disparation de Josip Broz et la chute du communisme, l’équipe du pouvoir transitoire du premier Président Gligorov s’est prononcée pour sauver la Fédération yougoslave reformée, mais contre le projet de « Serbo Slavie » du président serbe Milosevic.

21L’idéologie communiste et autogestionnaire laisse la place au retour du nationalisme romantique de l’histoire et aux anciennes et nouvelles iconographies. Suite à la chute du communisme, l’ex-classe communiste macédonienne s’est tournée vers la partie des communistes reformés ou s’est retirée de la vie politique pour se consacrer à l’économie privée. Les premières actions nationalistes macédoniennes proviennent des milieux littéraires et des historiens. Chez les Albanais il s’agissait d’intellectuels ou de personnes ayant été condamnées pendant le communisme et formées au Kosovo ou dans la diaspora. Leurs premières apparitions politiques étaient très folkloriques et iconographiques, surtout pendant les premières élections libres. Le VMRO-DPMNE a choisi le symbole du soleil de Vergina, que l’on retrouve sur le sarcophage de Filipe II à Vergina (Koutlesh) en Grèce du Nord, considéré comme étant un territoire appartenant à la Macédoine de Skopje. C’est la faute du Maréchal Tito qui se focalise sur la ville de Trieste au lieu de revendiquer cette partie, pour que la Macédoine (socialiste) gagne une issue sur la mer Égée via Thessalonique. « Nous allons tenir notre prochaine Congrès du parti (VMRO) à Thessalonique », a déclaré Ljupco Georgievski, le leader de ce parti, en 1990. Malgré cette déclaration irréelle et brutale, qui a provoqué une réaction importante de la part d’Athènes et de Bruxelles, il s’agit plutôt d’une déclaration à usage interne pour démontrer l’anti-macédonisme de Tito, célèbre parmi les communistes reformés, se faire des sympathies auprès de la diaspora toujours nationaliste et afin de se créer une nouvelle iconographie plutôt antique. Ce parti proche de la droite croate et bulgare s’est focalisé sur l’indépendance du pays. Dans son iconographie on pouvait voir la carte de Grande Macédoine, les quatre loups (les pays voisins : Serbie, Bulgarie, Grèce et l’Albanie) qui ont dévoré la Macédoine, les écussons des rois macédoniens du Moyen Âge ou de l’Antiquité, les lions, la couleur rouge, la même que celle qui était omniprésente lors de la victoire électorale de 1998 (tous les membres de VMRO-DPMNE avaient alors les mêmes costumes et les mêmes cravates rouges avec un lion au milieu). En ce qui concerne le peuple macédonien, le nouveau look suggéré par l’iconographie a bien germé. Les hommes ont commencé à imiter les héros nationaux du passé, portant massivement les moustaches de style Goce Delcev ou la barbe de style Jane Sandanski, mort en 1903, à Krushevo, lors de la première République libre, rapidement étouffée par l’Armée turque. Les gens ont commencé à se bousculer dans les églises, les prêtres et surtout l’Archiépiscope macédonien sont devenus populaires et importants, classés au rang d’hommes politiques. Dans la vie publique, les héros nationaux de la Deuxième Guerre mondiale, les membres de mouvement de la résistance, les victimes du fascisme ont été peu à peu remplacés par les « komiti », par les nationalistes de l’époque ottomane, par les assassins de Thessalonique « gemidjii » ou par les victimes du communisme et du Maréchal Tito qui rêvait de la Macédoine indépendante. Les photographies et les bustes du Maréchal Tito et du pro-serbe Lazar Kolichevski ont disparu. On a remplacé le drapeau et l’hymne yougoslave par un hymne macédonien.

22L’iconographie de la communauté albanaise en Macédoine a suivi la même trajectoire. Pendant les premières élections libres, le leader politique Nevzat Halili est apparu à Tetovo, la plus grande ville peuplée par les Albanais, habillé en costume folklorique avec le chapeau traditionnel « kecce » monté sur un cheval blanc. Le drapeau avait un fond rouge avec un aigle à deux têtes en son centre provenant du sceau similaire et du casque de Gjergj Kastriot Skanderbeg, meneur de la révolte contre l’Empire ottoman. L’aigle bicéphale est le symbole d’une Albanie religieusement divisée. L’aigle aux ailes ouvertes représente la liberté et le fond rouge représente le sang des patriotes qui ont donné leur vie pour la patrie, le folklore, l’histoire, l’Ilirida, la grande Albanie, l’unification de tous les Albanais dans un État qui englobe les territoires voisins. Les mosquées sont devenues trop étroites pour accueillir tous les adeptes, les prières très populaires, répandues et bruyantes. Les mariages mixtes qui existaient en ex-Yougoslavie ont pratiquement disparu.

23Lors de la crise de 2001, l’iconographie nationaliste et patriotique des deux côtés a atteint une dimension inquiétante. Les Macédoniens misent sur le panslavisme, l’orthodoxie, les héros nationaux du passé, imitant l’iconographie des Serbes pendant la guerre au Kosovo. De leur côté, les UCK de la Macédoine imitent ou utilisent la même iconographie que celle des Kosovars lors de la guerre contre les Serbes : des chansons patriotiques et nationalistes, des « Rambo » de part et d’autre, des drapeaux, des bandeaux sur la tête, des barbes, des moustaches, des collants de bal… pour exprimer leur héroïsme mais aussi pour mobiliser d’autres volontaires. Grâce à la communauté internationale, les belligérants signent les Accords-cadres d’Ohrid, ces documents deviennent la nouvelle iconographie des nouvelles générations.

24En 2006, et surtout en 2007, lors du nouveau Gouvernement VMRO-DPMNE, présidé par Nikola Gruevski, une large campagne iconographique prend son essor et provoque des réactions véhémentes des pays voisins, en particulier de la Grèce. Cette campagne avait surtout un objectif de politique intérieure et s’est montrée très payante et profitable à ce gouvernement qui a gagné toutes les élections locales, législatives et présidentielles depuis 2006. L’enjeu principal était le nom du pays – la Macédoine. Pour mieux homogénéiser son corps électoral, les spins du Premier ministre sont partis à l’époque de la Grèce Antique. Philippe II et son fils Alexandre le Grand sont considérés comme étant les ancêtres de l’actuel peuple macédonien. On a trouvé l’histoire d’une tribu pakistanaise, les Hunsi, qui d’après la légende seraient les anciens combattants d’Alexandre le Grand, restés au Pakistan pour y vivre. Le roi de tribu Hunsi a visité la Macédoine, et l’Archiépiscope macédonien a constaté qu’il y avait une ressemblance frappante entre son excellence Hunsi et Alexandre le Grand, ceci malgré une différence visible quant à la couleur de teint entre les deux personnages… Puis on a changé le nom du stade de la ville « Gradski stadion » en arène Philippe II, le nom de l’aéroport « Petrovec » en aéroport « Alexandre le Grand », le corridor A-8 en corridor Philippe II. On a tourné des spots « historiques » où un jeune joue le rôle d’Alexandre le Grand attaqué par une armée nombreuse, qui décide de poursuivre les combats et remporte la victoire, au lieu de se retirer comme lui suggère son conseiller. Donc, ne jamais renoncer pour ressembler à son ancêtre, devient le mot d’ordre. Et enfin, sur la place centrale de Skopje, mais aussi dans d’autres villes, plusieurs monuments des deux rois sont érigés, dont le plus grand – la statue monumentale en bronze d’Alexandre – sur la place centrale de Skopje, qui mesure 35 mètres de haut, acquise pour la modique somme de 30 millions d’euros. De l’autre coté du Vardar, on vient d’installer la statue de la mère d’Alexandre, Olympe et derrière, celle de son père Philippe II. Sans oublier que pendant les cérémonies officielles, des soldats habillés comme la garde macédonienne de l’époque antique constituent immanquablement le fond du décor avec toute l’iconographie d’accompagnement.

25Comment expliquer cette évolution de la manipulation iconographique et quel est son objectif général ? Il y a plusieurs explications possibles d’origine historique, politique ou identitaire.

Les aspects historiques

26D’après les historiens macédoniens, la connexion entre les Macédoniens antiques et les Slaves de Macédoine a commencé vers la fin du vie et le début du viie siècle. Au cours de cette période d’intégration complexe, les anciens peuples balkaniques ont continué à préserver et cultiver leurs traditions culturelles (Blazevski, Stojanovski, Slavevska 1992 :28). Dans les contacts directs de ces différentes cultures, il y a eu de nombreux brassages entre l’héritage culturel mythique des Balkans antiques et celui des Slaves. Ceci signifie que d’après le droit de succession ou d’héritage, les Slavo-macédoniens ont hérité du patrimoine culturel antique. D’après Blaze Ristevski les axes antique et slave ont parallèlement influencé la formation de la conscience des Slavo-macédoniens. Les peuples balkaniques ont pour tradition ethnique de soigner et mythifier les personnages des empereurs antiques et de les traiter comme leurs ancêtres. Alexandre le Grand a évolué dans le mythe du peuple chrétien, métaphore de la résistance contre le régime ottoman, d’où une fable populaire macédonienne sur les deux princes avec leurs armées.

27D’un côté, il y avait le Sultan Murat, menant les Ottomans et de l’autre, Alexandre le Grand, à la tête des Slaves. Le Sultan Murat sortit gagnant de la bataille, remportée grâce au « péché d’Alexandre » qui n’avait pas accepté le cadeau de Dieu – une croix dorée et une épée d’or, censées lui porter chance pour vaincre le Sultan. La population, dans son impuissance et sa frustration dues au joug des pashas turcs qui la pillaient avait recours à l’imagination et aux contes fantastiques pour contrer en pensées la victoire du plus fort, elle évoquait ainsi un sauveur imaginaire, le grand frère à la rescousse. Les slavo-macédoniens chrétiens rêvaient ainsi d’Alexandre le Grand qui ne pouvait être vaincu que par Dieu lui-même.

28Ces réminiscences s’intensifient au milieu du xixe siècle quand commence l’éveil de la conscience nationale des Macédoniens. Ainsi le mijak de Galicnik (voir Jovan Cvijic), Georgi Pulevski (1817-1895) a écrit : « je ne suis ni Bulgare, ni Grec, ni Cincar, je suis Macédonien comme Philippe et Alexandre de Macédoine ». À cette époque, les noms antiques comme celui d’Alexandre de Macédoine, d’Iliria se sont développés. Plus tard les frères Nikola Cuparov (1853-1925) et Dimitrija Cuposki (1878-1940) ont poursuivi la doctrine de Pulevski, conscients que les Macédoniens antiques n’étaient pas des Slaves, mais qu’ils appartenaient à la tradition des Macédoniens, à l’identité spirituelle macédonniene (Blaze Ristevski 1978 :19). Dans le rapprochement entre les mythologies alexandrine et slavo-macédonienne, l’iconographie a joué aussi un rôle important. La présence du lion sur les armoiries macédoniennes est une réminiscence du grand empereur, comme celle du plus grand tsar, au moyen de la métaphore du lion, roi des animaux. Les représentations iconographiques d’Alexandre le Grand, comme celle d’Héraclès avec une peau de lion, figurent sur les monnaies trouvées dans les Balkans. Il est intéressant de constater que dans le premier recueil héraldique des peuples balkaniques, Petar Ohmucevic a placé l’écusson macédonien au milieu des écussons serbe, bulgare, hongrois et autres. L’écusson macédonien obtient ainsi un caractère slave dès le xvie siècle. Finalement, même le croate Ludevid Gay, l’un des initiateurs du mouvement illyrique, a traité les Macédoniens slaves comme les descendants d’Alexandre le Grand.

29De ce bref rappel historique, il ressort que les hommes politiques de Macédoine indépendante ont rencontré un terrain propice au retour à l’histoire antique, ceci pour mieux l’usurper et l’utiliser à des fins politiques, populistes et manipulatrices. Le peuple est une matière facile à manipuler surtout quand il s’agit de sujets aussi sensibles, qui peuvent affecter les émotions identitaires et patriotiques. La psychologie de masse refuse la politique rationnelle, écrivait Serge Moscovici (L’âge des foules, 1981). L’homme ne peut pas supporter la réalité. Les masses encore moins. Une fois ensemble les hommes perdent leur sentiment critique. Leur conscience ne résiste pas aux illusions. De leur côté, les hommes politiques sont a priori surpris par la force du sentiment collectif, l’exagération de ce qui est prononcé par les individus constitutifs de la masse populaire. Habitués à la sagesse ou au compromis, ils discutent sans arriver à une décision et demeurent incompris. Ils sont dépourvus de principes, indécis, laissant le temps et les évènements faire le reste. Les masses aiment la liberté et la démocratie mais se comportent comme s’il fallait leur chercher un nouveau despote, un nouveau César, frayant ainsi le passage à un tel leader. Les masses veulent un homme fort et se comportent comme si elles étaient une classe soumise, elles espèrent un libérateur même au prix d’un futur despote… Le paradoxe c’est que les hommes libres et les démocrates appellent ensemble à l’aide le despote. Ce fut le cas de toutes les révolutions, de la Révolution française avec Robespierre, de la Révolution bolchevique de Lénine, de celle de Yougoslavie avec Tito, de Castro à Cuba et pourquoi pas aujourd’hui, des petits et ambitieux totalitaristes des Balkans et d’ailleurs.

Les aspects politiques

30Les hommes politiques de la République de Macédoine sont, depuis l’Indépendance, préoccupés, avec la Grèce, de la résolution du problème du nom de leur pays. À l’époque du président Gligorov, on pensait que « le temps jouait en faveur de la Macédoine et qu’il était un allié naturel du pays. » Après la reconnaissance d’un « nom constitutionnel » par les États-Unis puis par le Canada, la Grèce est devenue beaucoup plus exigeante et a imposé la formule erga omnes, c’est-à-dire qu’elle a exigé trouver un nom acceptable pour tous et pour tous les usages. La nouvelle jeune équipe de VMRO-DPMNE, qui a pris le pouvoir en 2006, a commencé à alexandriser et à philippiser le pays, si bien qu’Athènes a bloqué l’invitation de l’OTAN pour la Macédoine. Depuis Bucarest, en 2008, le nom est devenu un enjeu de politique intérieure du parti au pouvoir, mais aussi un enjeu régional et international. La manipulation du peuple à travers des iconographies s’est intensifiée par des slogans agressifs pendant les matchs sportifs (des groupes de supporters habillés comme les Phalanges de l’Empereur), des manifestations, des monuments, des livres sur le jeune Alexandre (sur son caractère, son image, son intellect, sa mère, son père), Le Soleil de Vergina et surtout la définition de la Raison d’État : trouver éventuellement le tombeau d’Alexandre de Macédoine sur le territoire de la République de Macédoine.

31Le sujet a été exploré pendant les campagnes électorales. On a différencié ceux qui se sont prononcés en faveur de la conception populiste, qui prétendent que les racines des macédoniens actuels sont directement liées à Alexandre le Grand, de ceux qui ont critiqué cette hypothèse et qui ont perdu les élections. Le même raisonnement a été soutenu par les intellectuels qui veulent trouver une solution de compromis pour le nom. La diaspora mais aussi les intellectuels proches du gouvernement et les medias ont traité de traîtres les intellectuels qui préfèrent l’OTAN et l’Union Européenne, aux combats autour du nom.

Identité nationale

32L’expression identité nationale est un sentiment, une conscience sociale, elle désigne le sentiment d’appartenance à une nation ressenti par une personne. En partant du fait que la nation macédonienne a pour la première fois, à partir de 1990, pu s’exprimer librement à travers ses iconographies historique, traditionnelle et nationale, les hommes politiques ont employé tous les moyens pour édifier et fortifier l’identité nationale. Certains ont « découvert » ou actualisé les iconographies traditionnelles, orthodoxes, religieuses, folkloriques ou culturelles. Mais d’autres ont développé les iconographies antiques et historiques. Dans ce contexte, l’iconographie de l’époque antique s’est tellement répandue et approfondie qu’elle est devenue partie intégrante de l’identité nationale. La symbolique locale ainsi que celle de l’État pullulent d’iconographies antiques. Les historiens et quasi-historiens, les écoles et les éducateurs (à travers leurs manuels), les nationalistes de la diaspora et de l’État, mais surtout les partis populistes et nationalistes ont fait partie intégrante de cette opération. Le Premier Ministre Gruevski savait articuler ses ambitions politiques nationalistes et populistes grâce aux iconographies de l’époque antique macédonienne. Il a créé une véritable imagerie iconographique politique, des images et des mises en scène comme dans la publicité, le show-business ou la religion. Il savait aussi que les gens étaient sensibles à l’identité nationale, oubliée ou marginalisée par l’ancien système communiste. Pratiquement, les Macédoniens, privés de leur nom constitutionnel au niveau international (alors que celui-ci avait été utilisé pendant 50 ans à l’époque communiste, sous obstruction régulière, de la part de la Grèce, lors de chaque manifestation internationale et finalement bloqué dans l’intégration euro-atlantique) ont justifié cette politique de Gruevski, la considérant comme un coup héroïque. Les plus assidus de la cause nationale, considèrent Gruevski comme un nouvel Alexandre qui s’est opposé ouvertement, pour la première fois, à ceux qui sont supérieurs : Athènes, les membres de l’OTAN et de l’UE. Dans certains spots, on a insisté sur la ressemblance physique et les caractéristiques psychologiques et mentales d’Alexandre et de Gruevski : courageux, décisifs, etc. Ceci a effacé l’image et le tempérament stéréotype des Macédoniens slaves, décrits comme étant un peuple modéré, patient, pondéré, très rationnel, prêt à perdre son orgueil et sa dignité pour vivre en paix. Grâce à cette devise « so trpenie do spasenie », les Macédoniens sont restés le plus longtemps, parmi tous les autres peuples balkaniques, sous occupation ottomane. La classe politique de l’Indépendance (1991) est considérée comme très modérée et compromise, pour avoir accepté très facilement le terme d’Ex-République Yougoslave de Macédoine (FIROM). Pour la première fois, un homme politique macédonien au pouvoir s’est fermement opposé, comme Athènes, à ce qui rappelle aux Macédoniens antiques qu’ils sont considérés comme des barbares, comme ce fut le cas avec Philippe II de la part de Démosthène. « Si on m’offre la possibilité de changer de nom, d’identité nationale, pour devenir membre de l’OTAN ou membre de l’UE, je préfère ne pas vendre mon identité nationale ». C’est la réaction de 70 % des Macédoniens d’après l’Agence « Rating ». Donc, l’affaire d’Alexandre le Grand est une affaire identitaire mais aussi une question de revanche politique. Les hommes politiques et certains intellectuels macédoniens ont réussi à persuader l’opinion publique que changer le nom du pays, correspondait à un changement d’identité nationale. Ils ont confondu l’identité nationale, qui est un sentiment, avec l’iconographie qui est un symbole, ou avec la nationalité, qui est une appartenance politique ou juridique. Si on cherche les responsables, on peut les trouver des deux côtes de la frontière. Le même esprit, le même tempérament, le même caractère qui revendiquent, aspirent ou s’accaparent les mêmes iconographies. Néanmoins il nous reste une consolation. Au moment où nous rendons hommage à Samuel Huntington, 20 ans après la parution de son ouvrage sur le choc des civilisations, on est certain que les Grecs, les Bulgares et les Macédoniens appartiennent à la même civilisation. À supposer que son hypothèse soit exacte, la probabilité d’un conflit iconographique entre ces peuples est exclue.

Haut de page

Bibliographie

Cvijić, Jovan, Andrić, Ivo, O balkanskim psihološkim tipovima, Belgrade, Prosveta, 1921/1996.

Colovic Ivan, Politika simbola, Belgrade, Cigoja stampa, 2000.

Dimitrijevic Dejan, « Frontières symboliques et altérité : les guerres en ex-Yougoslavie », Études balkaniques, Cahiers Pierre Belon, 9/2002 p. 93-113.

http//etudesbalkaniques.revues.org/index 135.htmi.

Gourevitch Jean-Paul, L’imagerie politique, Paris, Flammarion, 1980.

Huntington P. Samuel, Le choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, 1997.

Eliade Mircea, Histoire des croyances et des idées religieuses, I, Paris, 1976.

Erzen Andrej, Sclavie, Slaves, Slovènes, Illyriens ou Vindi, Wenden, Veneti « Les enjeux de nom slovènes et de leur langue » Cahiers de l’ILSL, N° 26, 2009, pp. 95-112.

Komnenic Milan, Glas prastaoca, Knizevne novine, 1.X.1989.

Perica Vjekoslav, Balkanski idoli, tom 1/tom 2, Belgrade, Cigoja stampa, 2006.

Simic Pero, « Tito fenomen stoljeca », Zagreb, Vecernji list, 2009.

Smith Anthony D., National identity, Penguin Books, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nano Ruzin, « Les conflits iconographiques autour de l’ex-Yougoslavie : un point de vue », Anatoli, 4 | 2013, 231-247.

Référence électronique

Nano Ruzin, « Les conflits iconographiques autour de l’ex-Yougoslavie : un point de vue », Anatoli [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/477 ; DOI : 10.4000/anatoli.477

Haut de page

Auteur

Nano Ruzin

Nano Ruzin, Recteur de Sciences Politiques de l’Université FON de Skopje. Il a poursuivi ses études à Belgrade, à Zagreb et à Paris (Sorbonne, Institut de Sciences Politiques). Député entre 1994 et 1998, Professeur au Département de Philosophie à l’Université de Skopje de 1988- 2001, Ambassadeur à l’OTAN entre 2001-2008, Nano Ruzin dispose d’une importante expérience universitaire et politique. En 2012 il a été décoré par la France de la Légion d’honneur.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals