Navigation – Plan du site
Dossier. Istanbul, capitale régionale et ville monde. Images, usages internationaux et échelles de rayonnement

Introduction

Jean-François Pérouse
p. 41-59

Texte intégral

  • 1 Quelques semaines avant, le maire métropolitain d’Istanbul s’était rendu à Djeddah pour participer (...)

1Le 12 mars 2015 l’assemblée municipale du Grand Istanbul (MMI) a décidé de rebaptiser « Avenue du Quatar » une avenue de l’arrondissement de Sarıyer qui portait jusqu’alors le nom bucolique d’« Avenue de la prairie d’İstinye », en référence à la topographie et à l’histoire locales. Cette décision, intervenue le jour de la visite à Istanbul de l’Emir du Quatar Şeyh Temim Bin Hamed El Sani, n’a pas fait l’unanimité dans l’assemblée. Elle traduit en tout cas le souci des édiles actuels d’Istanbul de séduire les détenteurs de capitaux du Golfe pour les inciter à acheter et investir dans la métropole du Bosphore. Un an après, en avril 2016, la visite à Istanbul du roi d’Arabie Saoudite Selman1 a coïncidé avec une active relance de la communication publique sur l’imminence du lancement du projet « Kanal İstanbul », ce pharaonique canal artificiel destiné à doubler le Bosphore.

  • 2 Çağlar Keyder, “İstanbul’u nasıl satmalı ?”, Istanbul, Sayı 3, Sonbahar 1992, pp. 81-85.
  • 3 Le propos sera plus développé dans une publication postérieure : Keyder Ç. & Öncü a. (1993), Istanb (...)
  • 4 Revue municipale au sous-titre assez connoté : “Doruktaki Hizmet/the service on the top”.

2Ces deux événements tirés de la chronique urbaine récente font écho avec le débat déjà ancien sur l’opportunité et les modalités de la promotion d’Istanbul sur le marché des métropoles internationales. À cet égard, l’article du sociologue Çağlar Keyder paru en 1992 dans le numéro trois de la jeune “revue d’Istanbul” (İstanbul Dergisi) – article intitulé “Comment faut‑il vendre Istanbul ?” – est fréquemment cité comme une contribution‑repère et pionnière pour les études sur la principale métropole turque2. Dans ce court article, Keyder écrit : “Les investissements qui vont être réalisés pour globaliser Istanbul, les ressources qui vont être affectées à cette fin vont influencer de près le destin de tout le pays”. Cette prévision résume assez bien la politique conduite à Istanbul depuis la date de parution de l’article3 : dans le numéro 1 de la revue Belediye ve Kent4 de mai 1996, le maire Recep Tayyip Erdoğan déclarait clairement « Nous allons faire d’Istanbul une ville‑monde ». La réflexion de Keyder rejoint à l’évidence les réflexions sur l’internationalisation d’Istanbul, processus dont on peut dire qu’il s’est (ré)amorcé après 1990. On entend (Labasse 1981 & Sassen 1991) par « processus d’internationalisation » d’un espace métropolitain, à la fois :

  • le mouvement de concentration de fonctions rares (de décision, de direction, de conception…), à rayonnement international (et impliquant des acteurs internationaux) ;

  • la « captation » des investissements internationaux privés, productifs comme spéculatifs ;

  • la tendance à la polarisation des flux d’informations stratégiques, des flux internationaux de personnes et de marchandises… ;

  • et le développement du rayonnement culturel et intellectuel.

  • 5 Sakia Sassen (2005), “the global city: Introducing a concept”, Brown Journal of World Affairs, Wint (...)
  • 6 Cf. Alpay Ş., « Dünya Şehri » [ville monde], Milliyet, 2 novembre 1995 et, sur un registre différen (...)
  • 7 L’architecte Korhan Gümüş, une des figures proéminentes de la « société civile » stambouliote, fait (...)
  • 8 On peut dire qu’un des derniers avatars de cette abondante production est la somme (en 10 volumes) (...)

3Sans recourir strictement aux « théories » de la global city abondamment développées depuis le début des années 19905, on peut retenir de ce mode d’analyse le souci de sélectionner des critères d’appréciation. Par ailleurs, cette internationalisation s’opère le plus souvent au détriment des territoires environnants de moindres densités (d’activités et de population), souvent anémiés, dans un contexte de fonctionnement en réseau des économies, où le problème est moins l’allocation des ressources que leur création, leur renouvellement, leur circulation et leur contrôle (à distance). Le processus s’inscrit dans une économie mondiale de plus en plus « relationnelle » (Veltz, 1996, p. 11), qui implique la « prédominance des relations horizontales (de pôle à pôle), sur les relations verticales (pôle/hinterland)" (Veltz, 1996, p. 62). Cette « connexion » au « système‑ monde » – en dépit de toutes les auto‑proclamations et auto‑ promotions au rang de « cité internationale » –, ne concerne pleinement que quelques rares agglomérations ou mégapoles à la surface de la planète, et suppose, outre des initiatives politiques conséquentes, des moyens, des infrastructures et des équipements adéquats… Pour la Turquie, il est peu contestable que depuis le début des années quatre‑vingt‑dix le rôle de relais international du pays est assuré par Istanbul. En effet depuis l’effondrement du système soviétique, Istanbul est à nouveau décrite (et célébrée) comme une « ville‑monde »6 (dünya-kent ou dünya-şehri) ou une mégapole (mega-kent). On a assisté à une montée en puissance de ces qualifications après le sommet « Habitat‑II » organisé en juin 1996 à Istanbul par la Conférence des Nations‑Unies sur les Établissements Humains (United Nations Conference on Human Settlements)7. En parallèle, toute une production historique a offert les fondements « scientifiques » et discursifs de cette croyance et de ce projet, en assurant la promotion du thème devenu un lieu commun au fil des ans de la « ville capitale de trois empires8 ».

4Pour autant, Istanbul est assez incontestablement une agglomération de dimension internationale (sans doute une des 20 premières au monde, avec plus de 14,5 millions d’habitants au début de l’année 2016), mais surtout le pôle urbain turc le plus ouvert sur le monde, « porte d’entrée et de sortie » de la Turquie. Par sa seule situation et son poids économique Istanbul, point n’est besoin de le rappeler longuement, à l’opposé d’Ankara, est une mégapole ouverte, de fait, sur des horizons extranationaux : sur les Balkans, par la Thrace, sur les pays riverains de la mer Noire qui la baigne au nord, comme sur l’Égée – et donc sur la Méditerranée –, par la médiation de la mer de Marmara, le long des littoraux de laquelle s’étend maintenant (démesurément) la mégapole.

  • 9 Le texte se poursuit ainsi : « Pour la période jusqu’à 2010, l’objectif est de préserver les atouts (...)

5L’introduction générale du Master Plan d’Istanbul rendu public en 1995 – qui fixe les principaux objectifs poursuivis par les initiateurs du plan – nous semble très révélatrice du nouvel esprit entrepreneur que les responsables de la métropole commencent à faire leur à cette période. En effet, il y est souligné très explicitement la volonté « d’accroître l’importance de la ville au niveau à la fois national et international », « d’assurer la croissance et le développement métropolitain en conformité avec le développement du pays dans son entier et en même temps en phase avec les développements économiques dans le monde et dans la région (Moyen-Orient, républiques turcophones, Europe et pays musulmans), tout en garantissant que l’usage des ressources soit canalisé pour la création des fonctions et services nécessaires à faire d’Istanbul un centre de décision et un centre administratif international. » Dès cette date donc, le programme et la phraséologie sont fixés selon des normes assez peu originales, qui ne vont pas fondamentalement varier depuis. Istanbul est à partir de ce moment résolument entrée dans l’ère du marketing urbain international9. L’avant‑pays dessiné alors pour la mégapole avide de reconnaissance internationale est intéressant puisqu’il comprend des horizons différents, renvoyant à des stratégies et aussi des histoires très différentes les unes des autres. Entre les nouveaux horizons, ouverts au début des années 1990 (les républiques turcophones du Sud‑Caucase et d’Asie centrale), les horizons historiques (le Proche et le Moyen‑Orient) et l’Europe, l’éventail de possibles est large.

6Par la suite, en 2000, la préfecture d’Istanbul a publié une étude intitulée “Istanbul Socio‑Economic Assesments Study” qui formulait comme premier objectif fondamental – sur trois – de « Créer Istanbul comme ville‑monde » (les deux autres concernaient l’amélioration de la qualité de la vie, et la promotion d’une administration locale plus démocratique). Les documents stratégiques produits ces dernières années par la mairie métropolitaine, par l’Organisation d’État pour le plan (sorte de Commissariat au plan à la turque), par la préfecture ou par la nouvelle Agence de développement d’Istanbul (instituée fin 2008), continuent à utiliser les mêmes expressions et à se fixer les mêmes objectifs, vingt ans après le texte de 1995 précédemment cité, de manière presque invariée et indifférenciée. Par exemple, le point 1.1 du plan stratégique 2014‑2023 élaboré en 2013 par l’Agence de développement est le suivant (p. 4) : « Faire d’Istanbul un pôle d’attraction économique global. » Rien de nouveau sous le soleil des macro‑objectifs.

7Le développement par l’İBB d’une active « diplomatie de métropole » depuis le début des années 2000 va dans le sens de ce désir de reconnaissance et d’influence internationale. Non seulement la municipalité a multiplié les jumelages avec une trentaine d’autres agglomérations du monde entier – un des derniers jumelages conclus fut avec Tunis, sous Ben Ali –, mais elle développe aussi une politique humanitaire en direction du continent africain et des pays musulmans peu développés. En Erythrée et en Somalie, des puits et fontaines à l’effigie d’Istanbul et de son maire généreux sont visibles. En mars 2012 par exemple, Kadir Topbaş s’est rendu à Lahore au Pakistan en vue de consolider la coopération technique et scientifique dans le domaine environnemental avec la métropole nord orientale du grand pays « frère ». La diplomatie déployée, parallèle à celle de la Turquie dans ses cibles et ses justifications, place Istanbul dans la position d’une métropole développée et exemplaire, au service de ses sœurs moins bien dotées.

8Cette diplomatie passe aussi par une présence active et remarquée dans les grands forums, les grandes organisations et les grandes rencontres internationales. Le maire d’Istanbul a été élu président de l’Union des Collectivités et des Gouvernements Locaux (UCGL) depuis 2010 et il a même été reconduit pour un nouveau mandat de trois ans à l’automne 2013. Il a succédé au maire de Paris et aime voir Istanbul placer au même niveau que les grandes métropoles mondiales telle la capitale française. Istanbul a également investi les organisations rassemblant les villes du “monde musulman” et du “monde turc”, au sein desquelles la métropole turque prétend jouer un rôle de leader éclairé qui fait fidèlement écho au rôle que s’efforce de jouer la Turquie dans l’arène internationale depuis au moins le début des années 2000. En juin 1996, en accueillant le forum international « Habitat‑II », la métropole avait déjà administré la preuve de sa capacité à organiser des grandes rencontres internationales. Depuis cette date, celles‑ci se sont banalisées, profitant des aménités qu’offre Istanbul et des coûts comparativement intéressants, par rapport aux destinations habituelles.

  • 10 Le Grand Changement Dure depuis 9 ans, Mairie Métropolitaine d’Istanbul, s.d. (en fait 2014).

9Dans la superbe brochure10 couleurs en papier glacé de 89 pages largement distribuée à la veille des élections municipales de mars 2014, quatre pages (pp. 86‑89) étaient consacrées à la politique internationale d’Istanbul. Ce, en sept sous‑ensembles qu’il n’est pas inutile de citer pour ouvrir notre propos :

  1. « Nous sommes devenus le centre de gravité du monde avec l’organisation d’événements d’échelle internationale. »

  2. « Nous avons fondé des relations étroites avec les représentations diplomatiques. Victoire de la diplomation des villes ! »

  3. « Nous avons reçu des récompenses et des médailles pour nos travaux internationaux. »

  4. « Nous avons emporté des prix internationaux prestigieux. Nous avons institué des coopérations économiques et politiques géantes (37 villes jumelles, 19 protocoles de coopération, 13 accords avec des villes). Nous avons accouru à l’aide de l’humanité en cas de catastrophe (Séisme en Indonésie, au Japon, inondations catastrophiques au Pakistan). »

  5. « L’attention du monde a été fixée sur Istanbul. » (Capitale Européenne de la Culture‑2010)

  6. « Leaders globaux, décisions globales : Réunions ONU‑5+1, Réunion des gouverneurs des banques centrales du monde entier à l’initiation du FMI. »

    • 11 En turc on a presque l’impression que le maire d’Istanbul depuis mars 2004 a été élu président du m (...)

    « Kadir Topbaş, Président de UCGL‑Monde11. ».

  • 12 Voir aussi “Dünya İstanbul’u izliyor” (le monde suit Istanbul), İstanbul Bülteni, Şubat 2016, p. 12 (...)

10En outre, dans le chapitre « Culture, Art, Tourisme et Restauration » (pp. 56‑61), plusieurs entrées concernent le rayonnement international : « Nous avons équipé Istanbul de centres de congrès et de culture aux standards internationaux », « Dans le domaine du tourisme, nous sommes en passe devenir les 5e d’Europe et les 10e du monde » et enfin « Nous avons représenté Istanbul dans de nombreuses foires touristiques du monde entier ». Le décor discursif est planté12, si l’on peut dire. Tout reste à faire en matière d’analyse.

L’urgence d’une réflexion critique. De quoi donc Istanbul est‑elle la capitale ?

  • 13 Qui savent fort bien utiliser des plates-formes comme le MIPIM de cannes avec la collaboration d’in (...)

11Pour tenter d’aller au‑delà des discours lancinants, assourdissants et non argumentés sur l’internationalité d’Istanbul, qu’ils viennent des promoteurs « nationaux » d’Istanbul13 ou de ses usagers étrangers, il nous a semblé utile de partir à la recherche d’indicateurs concrets permettant d’apprécier ce rayonnement. Décréter Istanbul « ville‑monde » peut avoir des effets performatifs, générer des adhésions, des croyances et des comportements spécifiques. Mais il est important d’apprécier cette internationalité en évitant d’en rester aux seuls changements de la silhouette d’Istanbul et à l’apparition de hautes tours de bureaux, de résidence ou d’hôtel. Si effectivement au début 2016 Istanbul est l’agglomération d’Europe qui compte le plus de hauts bâtiments, ces changements sont des symptômes indirects de l’internationalisation, ils ne nous disent rien de précis sur les dynamiques en cours. Comment donc se libérer des effets des discours de promotion, des superlatifs et des épithètes entêtantes ?

  • 14 Ce discours est abondamment relayé par la mairie métropolitaine ; ainsi dans son discours d’ouvertu (...)

12Dans ce contexte, l’objectif de ce numéro d’Anatoli est d’interroger précisément, d’argumenter et de discuter la dimension et le rayonnement internationaux d’Istanbul, à partir de toute la diversité des « usages extérieurs » d’Istanbul. On sait qu’Istanbul fait office de vitrine pour les gouvernements turcs successifs depuis le début des années 1990 – qui paraissent de plus en plus ivres de centralité mondiale14 – et que c’est à partir d’Istanbul que la Turquie prétend dorénavant s’adresser au monde et s’emploie à mettre en scène sa nouvelle envergure. On pressent aussi le rayonnement régional d’Istanbul, ne serait‑ce qu’à considérer les nouvelles fréquentations touristiques (originaires du Golfe), les mobilités complexes vers Istanbul ou les flux financiers à partir de l’Asie centrale, du sud Caucase, de l’Iran ou des Balkans. Mais il convient d’argumenter et de documenter ce rayonnement.

13De fait, il est important d’aller au‑delà des poncifs – relevant de l’autopromotion, de l’autosuggestion ou de la nostalgie aveuglante (exprimée par le discours lancinant sur le « cosmopolitisme perdu ») – malheureusement souvent relayés par les chercheurs eux‑mêmes contaminés par cette mystique de l’internationalité. En effet, si les études sur les transformations internes d’Istanbul sont dorénavant nombreuses (Türkün, 2014), si les rapports d’Istanbul au reste du territoire turc font l’objet de recherches (notamment à ODTÜ), la question de la dimension globale et régionale d’Istanbul n’a pas fait l’objet de travaux convaincants récents. Les analyses pionnières de Stewig (1964), de Keyder et Öncü (1993) sont déjà datées. On en reste trop aux considérations générales ou impressionnistes sur la « ville‑monde » (Mills 2008 & La pensée du Midi, 2009) ainsi qu’aux analyses du discours des édiles et des déclarations d’intention exaltées.

14Pourtant, cette supposée fonction d’exception dans le système international des métropoles n’est pas donnée, même si la situation d’Istanbul – agglomération structurellement extravertie – peut servir ces desseins. Ce qu’il faut montrer c’est dans quelle mesure cette position est une construction politico‑économique qui s’inscrit dans une conjoncture nationale et internationale précise et qui est le produit d’un système d’acteurs comprenant les usagers extérieurs et les promoteurs. On sera, ce faisant, sensible aux contradictions qui existent entre les ambitions « internationalisantes » affichées et certaines inerties de la politique d’État vis‑à‑vis des étrangers ou des minorités. Ainsi, pour une ville qui se veut “mondiale”, le pourcentage officiel d’étrangers est extrêmement faible (les réfugiés syriens mis à part) – moins de 2 % selon les statistiques d’État – et le refus des autorités turques de reconnaître le caractère œcuménique et de primus interpares du Patriarcat au sein de la religion orthodoxe donne à réfléchir.

15Le présent dossier souhaite ainsi proposer à la fois des méthodes et des résultats pour en finir avec le discours laudatif et pour prendre la mesure plus exacte de cette dimension internationale à la fois à partir d’Istanbul et à partir des pays dont sont issus les utilisateurs d’Istanbul.

  • 15 L’Institut turc de statistique (TÜİK) publie régulièrement les chiffres des ventes de logements aux (...)
  • 16 À ce propos, voir : Claudia Rapp (2002), “ A medieval cosmopolis : Constantinople and its foreign i (...)
  • 17 Dont, il faut le rappeler, plus de la moitié est issue de l’Union européenne (Allemagne, Royaume-Un (...)
  • 18 Voir “Türkiye’nin 500 Büyük Sanayi Kuruluşu”, Dünya-eki, Haziran 2015, p. 10. À signaler qu’en 2009 (...)

16On essaiera donc d’apprécier la présence étrangère à Istanbul, qu’elle soit enregistrée ou non, durable15 ou éphémère, qu’elle soit valorisée ou non par les autorités, qu’elle rapporte à l’économie, touristique ou autre, ou non. Les chiffres officiels relatifs aux résidents déclarés – qui ne prennent pas en compte les centaines de milliers de Syriens, invisibilisation statistique flagrante – suggèrent une réalité en fort décalage avec l’image « internationale » et le passé16 de la métropole, compte tenu du très faible nombre d’étrangers enregistrés ; des Allemands, Bulgares et Azerbaïdjanais pour l’essentiel. Les chiffres officiels relatifs aux permis de travail délivrés aux étrangers permettent de compléter le tableau : en 2012, sur les 32 272 permis de travail accordés dans l’ensemble de la Turquie, plus du tiers – 11 572, exactement – l’ont été dans le seul département d’Istanbul (Géorgie et Ukraine étant en tête). Par ailleurs, Istanbul concentre plus de la moitié des sièges des plus de 30 000 sociétés étrangères implantées en Turquie17, loin devant Antalya, Ankara, İzmir, Muğla et Bursa. Et sur les 500 plus grandes entreprises industrielles répertoriées par la Chambre d’Industrie d’Istanbul (İSO) pour l’année 2014, 126 ont un capital partiellement ou totalement étranger ; mais ces 126 entreprises réalisent 30 % du total des ventes de l’ensemble des 500 « big ones18 ».

17La liste des touristes étrangers séjournant chaque année dans la métropole et l’évolution au fil du temps de la hiérarchie des groupes nationaux font aussi sens (tab.1). La forte croissance ces dernières années des touristes en provenance de l’Arabie Saoudite et du Qatar est un fait remarquable qui s’est traduit par une réorientation de la stratégie de marketing des promoteurs d’Istanbul et des professionnels et moins professionnels du secteur touristique.

Tab. 1 : La fréquentation touristique internationale d’Istanbul en 2012 et au début 2015 / 2016

Nationalité

Pourcentage du nombre d’étrangers entrés à Istanbul(*) durant l’année 2012

Pourcentage du nombre d’étrangers entrés à Istanbul(*) les deux premiers mois de 2015

Pourcentage du nombre d’étrangers entrés à Istanbul(*) les deux premiers mois de 2016 (**)

1. Allemands

11,4

8,4

11

2. Iraniens

4,2

6,3

8,8

3. Russes

5,7

4,5

2,4

4. Britanniques

4,7

3,8

4

5. Français

4,7

3,7

3,8

6. Américains

5,2

3,4

3,4

7. Italiens

4,6

3

2,3

8. Sud-Coréens

2,9

1,7

9. Ukrainiens

2,1

2,7

3,2

10. Libyens

2,2

2,6

0,8

(*)Par les aéroports Atatürk et Sabiha Gökçen, ainsi que les ports de Zeytinburnu, Pendik, Haydarpaşa et Karaköy.
(**)À noter qu’en 2016 entrent parmi les 10 premières provenances l’Irak (4,7 % des entrées de touristes étrangers) et l’Arabie Saoudite (2,8 %).

  • 19 La liste des patrons étrangers installés en Turquie (à plus de 85 % à Istanbul) que publie le magaz (...)
  • 20 Effectifs car les investissements annoncés, rêvés, fantasmés sont innombrables. Par exemple en ce q (...)

18Toujours sous le même angle, l’origine des investissements étrangers directs19, effectifs20 et des flux de capitaux étrangers captés par la Bourse d’Istanbul (BİST) est un indicateur à suivre, même si la « nationalité du capital » est une donnée plutôt discutable et que la labilité de ce dernier est attestée. En avril 2015, par exemple, les quatre origines principales des capitaux placés à la BİST étaient États‑Unis, Royaume‑Uni, Luxembourg et Hollande ; la France ayant abandonné son neuvième rang (d’avril 2014) à l’Arabie Saoudite. L’aménagement actuel du Centre International Financier (IFM pour l’acronyme turc) d’Ataşehir vise d’ailleurs à accroître encore la centralité financière d’Istanbul et notamment à substituer Istanbul à Londres pour la « finance islamique ».

  • 21 En avril 2014, le département d’Istanbul a réalisé 5,7 milliards de dollars sur le total des 13,1 m (...)
  • 22 Voir « c’est la compagnie nationale Turkish Airlines qui a donné son envol à la politique extérieur (...)
  • 23 Sur les 56,9 millions, trente-deux sont assurés par les vols internationaux.

19La dimension internationale s’apprécie aussi à travers les flux sortant. On peut en effet travailler à partir des horizons d’exportation (sachant qu’Istanbul, le seul département) assure un peu moins de 50 % des exportations turques en valeur21 et des horizons de mobilités (avec le trafic des aéroports internationaux d’Istanbul). L’activité des ports et aéroports d’Istanbul, l’extension et la reconfiguration de leur avant‑(aéro)port devrait aussi être prise en compte22. Ainsi l’ouverture internationale peut s’apprécier à travers l’indice des liaisons aériennes, à l’heure où un « troisième aéroport international » est en construction, appelé à être – selon ses promoteurs – un des plus grands du monde (avec plus de 150 millions de voyageurs par an). Entre 1987 et 1996, le nombre d’avions venant et partant de l’aéroport d’Istanbul‑Atatürk‑Yeşilköy – le premier aéroport international d’Istanbul, situé sur la rive européenne – a été multiplié par trois. En 1996 a été atteint un total de 27,3 millions de passagers embarqués/ débarqués annuellement. En 2014, preuve de la montée en puissance d’Istanbul comme hub, le nombre annuel total des passagers embarqués/débarqués au même aéroport d’Atatürk s’est élevé à 56,9 millions (vols intérieurs et vols internationaux23 pris en compte). En outre, l’éventail de destinations desservies s’est considérablement élargi, dessinant une aire de rayonnement et de relations internationales régulières désormais diversifiée, l’aéroport Atatürk s’imposant comme un hub de transit. L’ouverture en 2001 du nouvel (second) aéroport international de Sabiha Gökçen sur la rive anatolienne a confirmé la vocation internationale d’Istanbul pour le transport aérien et a suscité de nouveaux besoins. Le nombre total des voyageurs transportés annuellement via ce nouvel aéroport est passé de 47 000 en 2001 à 23,6 millions en 2014. Malgré l’ouverture récente de ce deuxième aéroport international – qui touche il est vrai des bassins de clientèle différents –, un troisième aéroport est programmé pour la fin de la décennie 2010, qui ressort à la catégorie des « mégaprojets ».

20La création et l’essor des compagnies privées sur les marchés d’abord international puis national a aussi renforcé la centralité du pôle stambouliote. La chronologie des créations de compagnies privées est éloquente : Sun Ekspress (1989), Pegasus (1990), Onur Air (1992), Free Bırd (2001), Atlas Jet (2001), Corendon (2004)…, pour ne citer que les principales. Le cas de la compagnie privée Onur air, créée en juin 1992, est exemplaire à cet égard, en tant que véritablement spécialisée dans les destinations extérieures (de l’Allemagne à l’Égypte, en passant par la République tchèque). Elle avait au départ son siège social à Francfort, rapidement déplacé à Istanbul.

21En outre, pour apprécier le rayonnement en termes économiques, nous pouvons esquisser une carte synthétique de la force de commandement de la place d’Istanbul en synthétisant les territoires de compétence des principales firmes turques et internationales implantées à Istanbul. Le « territoire d’Istanbul » commandé à partir de la métropole utilisée comme « centre régional » (bölgesel merkez) varie selon les firmes, mais des horizons‑force se dessinent : Il faudrait pouvoir ensuite corriger et pondérer en fonction de l’intensité des échanges et flux générés par chacune des multinationales considérées.

Tab. 2 : Les territoires économiques des firmes internationales commandés à partir d’Istanbul

  • 24 Voir « 84 pays sont dirigés d’Istanbul » [84 ülkeyi İstanbul’dan yönetiyor], Star, 1er octobre 2014 (...)

Nom de la firme

Pays « concernés » (outre Turquie)

Reintjes-Avrasya (au 9/03/15)

Roumanie, Ukraine, Géorgie, Kazakhstan, Turkménistan et Azerbaïdjan

Vinci-Concessions (9/04/15)

Roumanie, Bulgarie, Monténégro, Croatie

Mercedes-IT (9/05/15)

Europe, Afrique, Moyen-Orient

Coca-Cola (Star, 1/10/2014, p. 824)

Eurasie et Afrique/Caucase et Asie centrale

3M (Star, 24/03/2015, p. 9)

Europe et Moyen-Orient

Unilever

Asie centrale, Iran

P&G

Asie centrale, Caucase

SHV ENERGY

Asie et Europe de l’Est

Microsoft

Moyen-Orient et Afrique

Oracle

Europe de l’Est, Asie centrale, CEI, Afrique

Pfizer

Afrique du nord, Sénégal, Arabie Saoudite, Pakistan, Inde et Indonésie

Visa Europe

Europe du Sud-Est

Schneider Electric

Moyen-Orient et Asie centrale

Master Card

Europe du Sud-Est

Dow

Asie centrale

Dupont

Moyen-Orient et Afrique

Novartis

Asie, Moyen-Orient, Afrique et Australie

Nutricia

Asie, Moyen-Orient, Afrique et Australie

Sandoz

Moyen-Orient et Afrique

B.A.Tobacco

Chypre

Bank of America Merrill Lynch

Europe de l’Est (“en voie de développement”)

Nestlé

Moyen-Orient et Afrique du nord

Source : Capital, 2015 (9), p. 82 et compilation JFP

Tab. 3 : Les horizons économiques couverts par 22 grandes firmes multinationales à partir de leur siège stambouliote

Ensemble géographique couvert

Nombre de firmes concernées

Afrique

10

Moyen-Orient

9

Asie centrale

7

Europe du Sud-Est (ou de l’Est)

7

Asie du Sud et de l’Est

4

Caucase

3

Australie

2

CEI

1

Ukraine

1

Iran

1

Europe

1

Source : Capital, 2015 (9), p. 82 et compilation JFP (une même firme peut couvrir plusieurs horizons.)

  • 25 En 2014, pour la première fois dans l’histoire turque, le montant total des Ide émis par la Turquie (...)

22En outre la Turquie étant devenue ces dernières années un pays exportateur d’investissements directs25, il est intéressant de voir vers quels horizons se destinent les capitaux désormais exportés par la Turquie.

Tab. 4 : Les investissements directs turcs en fonction des pays-cibles en 2014

Pays

Montant des investissements (en million de US$)

Azerbaïdjan

1.926

Pays-Bas

776

R.-Uni

494

États-Unis

449

Irak

181

Allemagne

178

Luxembourg

142

Etats-Arabes-Unis

114

Norvège

98

Kazakhstan

88

Russie

84

Total des ID turcs

5.234

Source : Dünya

23Si notre approche se situe résolument dans le contemporain (depuis les années 1990), elle ne peut pas ne pas prendre en compte les usages de l’histoire (byzantine, ottomane) destinés fonder le destin voire la vocation mondiale présente d’Istanbul. Aussi, du point de vue du cadrage chronologique, on se propose de commencer au début des années 1990, sans pour autant exclure les usages contemporains d’une histoire plus ancienne (avec prise en compte de l’importance des continuités et des ruptures historiques sur la longue durée, avec les trois périodes impériales et la période républicaine). Le début des années 1990 correspond en effet à la période de la réouverture d’Istanbul à tous les horizons migratoires, circulatoires – d’affaires et de tourisme – conséquente à l’effondrement de l’URSS et de ses régimes satellites. Coincée depuis la Seconde Guerre mondiale entre deux rideaux de fer, l’un du côté de la Bulgarie et de la Roumanie, l’autre du côté de l’Arménie et de la Géorgie, la Turquie peut alors enfin renouer avec son environnement proche à partir de 1991 et Istanbul, redevenir une plateforme et une métropole au sens plein de ville‑mère, nourricière et dévoreuse à la fois. C’est durant ces mêmes années que les édiles, conscients des horizons ouverts par ces grands craquements géopolitiques environnants, commencent à formuler et à forger un destin international pour Istanbul. Les conditions pour la réactivation d’une vocation régionale voire internationale semblent dès lors à nouveau réunies ou pouvoir être optimisées et développées. La loi sur les Jeux Olympiques à Istanbul, adoptée en 1992, peut être considérée comme un indice de l’émergence de ces ambitions internationales… qui ne feront qu’accroître, jusqu’au vertige.

24Conjointement, le début des années 1990 est caractérisé par l’accélération de la restructuration de la base économique d’Istanbul dans le sens d’une désindustrialisation. Les terrains en péricentre prenant de la valeur sont dès lors abandonnés par les usages industriels pour être dévolus à des usages jugés plus « nobles » et de meilleur rapport. En d’autres termes, la tertiarisation de l’économie urbaine, comme l’ouverture à l’économie de la consommation de masse et d’élite, s’opère dès lors plus rapidement ; elle devient même une politique économique revendiquée et encadrée par les pouvoirs politiques ; l’objectif ultime étant de mieux « vendre » Istanbul sur le marché international.

25Par ailleurs, le début des années 1990 est marqué politiquement par une ouverture de l’espace public turc sur le plan de la liberté d’expression. C’est net pour les Kurdes ou les Alévis qui peuvent, à Istanbul en tout cas, à partir de cette date, davantage s’affirmer, afficher et revendiquer leurs différences identitaires, dans le cadre de la citoyenneté turque, socle commun. C’est aussi frappant pour les minorités « traditionnelles » dont la présence fait l’objet d’un réinvestissement et d’une revalorisation (notamment à des fins touristiques). Dans ce contexte, Istanbul devient un fantastique laboratoire des réélaborations identitaires, en phase avec les communautés issues de Turquie diffusées dans le monde entier, avec des effets sur l’ensemble du pays. Les origines rejouent ; elles ne sont plus honteusement cachées, elles sont revendiquées et fondent de nouvelles pratiques et circulations, dont Istanbul est le théâtre privilégié.

26Enfin 1990, moins de deux ans après l’ouverture du second pont autoroutier sur le Bosphore, marque le début de l’étalement tous azimuts de la métropole, auquel une vague de création de nouveaux arrondissements, entre 1989 et 1992 va donner un nom et une forme administrative. Istanbul compte 7 millions d’habitants au recensement de 1990 ; et en octobre 2015, soit un peu plus de vingt ans après, l’agglomération dépasse les 15 millions : la population a doublé et surtout l’emprise urbaine s’est considérablement accrue. Le changement de dimension et l’accélération de l’étalement sont des expressions de la vocation-métropole au service de laquelle sont mis grands projets consommateurs de sol et transformation urbaine.

État, pouvoirs locaux et pari conjoint de l’internationalisation

27Enfin, sur la question de l’« ouverture à l’international » on ne peut pas dire qu’il y ait conflit entre État et pouvoirs locaux. Le consensus règne autour du discours de l’ouverture de la mégapole au monde extérieur, et en premier lieu aux investisseurs et aux touristes étrangers. Dès lors, on peut dire que l’État, en abondant dans ce discours de l’internationalisation nécessaire de la grande ville, cherche à utiliser la mégapole, sans pour autant abandonner ses propres prérogatives, comme si cette orientation internationale pouvait lui assurer des ressources supplémentaires sur lesquelles il compte percevoir des rentes croissantes. L’internationalisation ou la ré‑internationalisation en cours d’Istanbul ne menace pas l’État turc dans ses fondements : tout au contraire, celui‑ci la contrôle et en bénéficie le plus largement possible.

28Dans le contexte de l’internationalisation des économies métropolitaines, on note indéniablement un tiraillement de la structure de l’État‑Nation‑ Territoire, dans le cas turc comme dans d’autres cas. D’une certaine façon, on peut dire qu’Istanbul est d’intérêt national, voire international, pour l’État turc. À ce titre – même si l’idée d’une totale relégation d’Istanbul par la République turque née à Ankara est un lieu commun très discutable –, la métropole est en voie de réinvestissement par l’État turc, comme vitrine, lieu de maximisation de la rente foncière, immobilière et touristique, lieu d‘affaires et porte ouverte sur l’extérieur.

29Par ailleurs, la fréquente fétichisation de l’État conduit à présenter naïvement l’État comme un corps étranger à la société qu’il a en charge d’administrer, quasi neutre. Or l’État ne peut être présenté comme une instance extérieure aux mégapoles, et qui les parasiterait en quelque sorte. L’État, dans la diversité de ses services et « corps » est partie prenante des dynamiques des sociétés urbaines métropolitaines, quel que soit leur degré d’ouverture sur l’économie‑ monde. Donc si les métropoles ont un rayonnement qui déborde des cadres étroits de l’État‑nation‑territoire, l’État n’est pas la première victime de ce débordement : il en est le stimulateur et le complice. Ses fonctions ne diminuent pas ; elles s’adaptent et se redéfinissent. Au sein de l’appareil d’État, par ailleurs, nombreux sont ceux qui profitent de l’ouverture internationale des métropoles. L’internationalisation des économies métropolitaines ne rend pas caduque la raison d’être de l’État. Celui‑ci demeure garant de l’intérêt public, du bien public (par la maîtrise foncière qu’il exerce), et régulateur principal des mobilités, flux et échanges. À ce titre, ses sources de rente et ses prérogatives peuvent même augmenter dans un contexte d’ınternationalisation. Les partisans du « moins d’État », qui se plaisent à opposer dynamisme métropolitain et parasitisme étatique ont donc une vision simpliste et courte : nous rejoignons là pleinement les analyses de S. Wachter. Il faut en conséquence dépasser le face‑à‑face Istanbul/Ankara, et les discours faciles opposant l’État à la métropole périphérique, pour mieux analyser les mécanismes d’appropriation de la dynamique métropolitaine par un appareil d’État non figé, à l’affût de toutes les nouvelles opportunités.

30Pour résumer, l’idée motrice de ce numéro est de voir comment se dessinent et se structurent, qu’il s’agisse de flux humains, matériels ou de représentations – l’avant‑pays et l’arrière‑pays d’Istanbul. C’est aussi d’examiner les modalités concrètes d’usage et d’investissement international de l’ancienne capitale ottomane. En d’autres termes, débarrassés autant que faire se peut des clichés du marketing territorial, du tourisme international ou de la passion ottomane, il s’agit de voir de quoi Istanbul est vraiment la « capitale » (« du monde du XXIe siècle », du « monde turc » ou de l’empire intermédiaire cher à Kitsikis et S. Yerasimos), de quoi elle est le centre ou la « tête de pont » ? Quelle influence l’agglomération transcontinentale exerce‑t‑elle sur l’ancien Empire ottoman dont elle est la capitale déchue ? Et comment s’exerce son rayonnement ?

31Pour ce, nous procéderons en trois temps. En premier lieu nous verrons (avec Emre Tarim, Jérémie Molho et Jean‑François Polo) le repositionnement récent d’Istanbul dans les flux mondiaux ; ensuite (avec Kristen Biehl et Azat Zana Gündoğan), nous nous intéresserons à des territoires emblématiques de cette orientation internationale, l’un dans la péninsule historique (Kumkapı) et l’autre dans les périphéries orientales de la mégapole (Gebze) ; et dans un troisième temps, nous nous focaliserons sur les usages nationaux et aux résonnances nationales différenciés d’Istanbul (avec C. Pierre‑ Magnani & A. Minexiadis, G. Prevelakis, A. Braux, Y. Morvan, C. Beaugrand & D. Yankaya et M. Elchinova). Malheureusement, alors même qu’au début de l’année 2016 ils étaient en train de dépasser les citoyens allemands en tant que premier groupe touristique étranger à Istanbul, les Iraniens ne seront pas évoqués. Leurs usages d’Istanbul, pourtant anciens, diversifiés et en plein redéploiement, ne font pas encore l’objet de travaux. Ce sera peut‑être, pour une prochaine livraison d’Anatoli

Jeunes Iraniens chantant dans l’avenue İstiklâl

Jeunes Iraniens chantant dans l’avenue İstiklâl

(photo JFP, février 2016).

Haut de page

Bibliographie

Akcan E. (et alii…) (2010), Osmanlı Başkentinden Küreselleşen İstanbul’a : Mimarlık ve Kent, 1910-2010, İstanbul, Osmanlı Bankası Arşiv ve Araştırma Merkez.

AlexandrescuDersca Bulgaru Marie‑Mathilde, « L’approvisionnement d’Istanbul par les Principautés roumaines au XVIIIe siècle : commerce ou réquisition », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, Année 1992 Volume 66, Numéro 1, pp. 73‑78 (URL : http://www.persee.fr/doc/remmm_0997‑1327_1992_num_66_1_1574

Davis, Diane E. (2005) “Cities in a Global Context: A Brief Intellectual History,” International Journal of Urban and Regional Research, 29, 1:92109.

Hall P. (1966) The World Cities. London: World University Library, Weidenfeld & Nicolson. (French, German, Italian, Spanish and Swedish translations published simultaneously) Reprinted 1977, 1983.

Hall P. (1996), « La ville planétaire », Revue Internationale des Sciences Sociales, no 147, mars 1996, pp. 19‑29.

« Istanbul, ville‑monde », La pensée du midi, 2009, Actes Sud.

Keyder Ç., “Istanbul’u nasıl satmalı ?”, Istanbul, Sayı 3, Sonbahar 1992, pp. 81‑85.

Mills A. (2008), “The place of locality for identity in the nation: minority narratives of cosmopolitan Istanbul”, Int. J. Middle East Stud. 40 (2008), pp. 383–401.

Labasse J. (1981), « Profil de ville à vocation internationale », Cahiers de Géographie du Québec, Montréal, no 66, pp. 403‑412.

Lepont Ulrike : http://ifeaistanbul.net/website_2/images/stories/oui/Litteraturegrise/ istanbul, %20entre %20ville %20ottomane %20et %20ville %20monde.pdf

Lo, FC and Y. Yeung (1998) Globalization and the World of Large Cities, New York: UN University Press.

Pérouse J.‑F., « Istanbul, capitale du nouveau monde turc ? », Revue de géoéconomie, no 9, printemps 1999, Paris, p. 45‑53.

Pérouse J.‑F., « L’internationalisation de la métropole stambouliote : expressions et limites », In : Bazin M., Kançal S., Thobie, J. & Tekelioglu Y. (coord.) Méditerranée orientale et mer Noire entre mondialisation et régionalisation, Actes du colloque d’Antalya (11‑12‑13 septembre 1997), Paris, l’Harmattan/IFEA, 2000, p. 167‑179.

Pérouse J.‑F. (et S. Gangloff) : « Les travailleurs roumains à Istanbul : flux et reflux », in : Diminescu D. (sous la dir.), Visibles mais peu nombreux. Les circulations migratoires roumaines, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2003, pp. 149‑172.

Pérouse J.‑F., « La vitrine aveuglante de l’AKP ? Istanbul, capitale économique de Turquie », Moyen‑Orient No 16, Octobre‑Décembre 2012, Paris, pp. 84‑91.

Pérouse J.‑F., « Istanbul, capitale du XXIe siècle », in Jean Marcou et Füsun Türkmen (dir.), Vingt ans de changements en Turquie (1992-2012), Paris, L’Harmattan, déc. 2013, pp. 143‑149.

Sassen S. (1991), The Global City. New York, London, Tokyo, Princeton: Princeton University Press.

Scott, A. J. (ed.) (2002) Global City-Regions: Trends, Theory, Policy, Oxford: Oxford University Press.

Stewig R. (1965), Bizans, Konstantinopolis, İstanbul.’Dünya Şehri’problemi bakımından bir araştırma, İstanbul: Ruhi Turfan.

Tapia Stéphane de, « Entre Europe et Asie : Istanbul, cité cosmopolite, carrefour de diasporas ? », Espace populations sociétés, 2006/1 | 2006, 167‑179. (URL : http://eps. revues.org/1086 ).

Türkün A. (derl.) (2014), Mülk, Mahal, İnsan (İstanbul’da Kentsel Dönüşüm), İstanbul : İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları.

Stewig R. (1965), Bizans, Konstantinopolis, İstanbul.’Dünya Şehri’problemi bakımından bir araştırma, İstanbul : Ruhi Turfan.

Türkün A. (derl.) (2014), Mülk, Mahal, İnsan (İstanbul’da Kentsel Dönüşüm), İstanbul : İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları.

Veltz P. (1996), Mondialisation, villes et territoires, L’économie d’archipel. Paris, PUF, 262 p.

Quelques sites internet :

http://geoconfluences.ens‑lyon.fr/doc/typespace/urb1/MetropScient9.htm
http://www.laviedesidees.fr/Hybristanbul.html
http://cdlm.revues.org/76
http://www.numilog.com/package/extraits_pdf/e239524.pdf

Haut de page

Notes

1 Quelques semaines avant, le maire métropolitain d’Istanbul s’était rendu à Djeddah pour participer à un forum économique (Jeddah Economic Forum) ; le bulletin municipal d’Istanbul a rendu compte de ce déplacement du maire dans son édition de février 2016 (pp. 12-13), avec un titre éloquent : “le monde suit Istanbul…” (Dünya İstanbul’u izliyor…).

2 Çağlar Keyder, “İstanbul’u nasıl satmalı ?”, Istanbul, Sayı 3, Sonbahar 1992, pp. 81-85.

3 Le propos sera plus développé dans une publication postérieure : Keyder Ç. & Öncü a. (1993), Istanbul and the Concept of World Cities, Istanbul : Friedrich Ebert Vakfı.

4 Revue municipale au sous-titre assez connoté : “Doruktaki Hizmet/the service on the top”.

5 Sakia Sassen (2005), “the global city: Introducing a concept”, Brown Journal of World Affairs, Winter/spring 2005, vol. XI (2), pp. 27-43.

6 Cf. Alpay Ş., « Dünya Şehri » [ville monde], Milliyet, 2 novembre 1995 et, sur un registre différent, Ekinci O. « İstanbul dünyanın 19. mega-kenti » [Istanbul la 19ème mégapole du monde], Cumhuriyet, 12 juin 1996 (à l’occasion d’habitat-II).

7 L’architecte Korhan Gümüş, une des figures proéminentes de la « société civile » stambouliote, fait de ce sommet de 1996 un moment clé dans la formation de la « société civile » turque. l’association qu’il a longtemps dirigée, l’Association pour les Établissements Humains (İYD), est née dans ce contexte, comme son nom l’indique clairement.

8 On peut dire qu’un des derniers avatars de cette abondante production est la somme (en 10 volumes) parue récemment et intitulée « grande histoire d’Istanbul » : M. Akıf Aydın, Çoşkun Yılmaz v.d., Antik Çağdan XXI. Yüzyıla Büyük İstanbul Tarihi, İSAM Yayınları/İstanbul Kültür ve Sanat Ürünleri A.Ş., 2015.

9 Le texte se poursuit ainsi : « Pour la période jusqu’à 2010, l’objectif est de préserver les atouts universels historiques, culturels et naturels de la ville, pour faire d’Istanbul une ville-monde, telle qu’elle l’a été par le passé et pour assurer que la ville prenne sa place parmi les métropoles du monde en tant que pôle de croissance florissant…. » (notre traduction).

10 Le Grand Changement Dure depuis 9 ans, Mairie Métropolitaine d’Istanbul, s.d. (en fait 2014).

11 En turc on a presque l’impression que le maire d’Istanbul depuis mars 2004 a été élu président du monde…

12 Voir aussi “Dünya İstanbul’u izliyor” (le monde suit Istanbul), İstanbul Bülteni, Şubat 2016, p. 12-13 ; et “Odak Şehir İstanbul” (Istanbul, ville au cœur des préoccupations), İstanbul Bülteni, Şubat 2016, p. 14-15.

13 Qui savent fort bien utiliser des plates-formes comme le MIPIM de cannes avec la collaboration d’institutions/entreprises comme urban land Institute ou comme Pricewater house Coopers. voir « les municipalités à la chasse aux investisseurs à Cannes » [Belediyeler Cannes’da yatırımcı avında], Hürriyet, 12 mars 2015, p. 12. voir aussi « Istanbul est devenu le centre attractif de l’Europe » [İstanbul avrupa’nın cazibe merkezi oldu], Posta, 17 novembre 2012, p. 10.

14 Ce discours est abondamment relayé par la mairie métropolitaine ; ainsi dans son discours d’ouverture du « sommet des Investisseurs Internationaux » d’avril 2015, le maire d’Istanbul déclarait-il : « Istanbul est devenue un point focal du monde » (dünyanın odak noktası). voir İstanbul Bülteni, nisan 2015, p. 38.

15 L’Institut turc de statistique (TÜİK) publie régulièrement les chiffres des ventes de logements aux étrangers, département par département. pour le mois de septembre 2015, par exemple, le département d’Istanbul est passé devant celui d’Antalya – qui occupait la première place depuis longtemps – avec 561 ventes à des étrangers (contre 440 pour Antalya). Il est vrai que depuis quelques années de gros efforts sont consentis pour promouvoir les produits immobiliers stambouliotes l’étranger à travers des salons internationaux comme le MIPIM à Cannes ou Cityscape à Dubaï (voir « Türkiye’nin gündemi Dubai’yi gölgeledi », Dünya, 9 09 2015, p. 16). Entre 2003 et 2013, 21 661 biens immobiliers ont été achetés par des étrangers en Turquie (dont seulement 773 par des Saoudiens, 770 par des Irakiens, 725 par des Koweitiens et 250 par des citoyens des A.A.U.). on est loin des chiffres exorbitants parfois avancés, même si les biens achetés par les citoyens de pays du Golfe sont souvent les plus luxueux (comme certains yalı du Bosphore). Les sociétés d’investissement immobilier étrangères qui opèrent à Istanbul sont désormais nombreuses par ailleurs ; citons Emaar, Neba A.Ş. ou William Turner.

16 À ce propos, voir : Claudia Rapp (2002), “ A medieval cosmopolis : Constantinople and its foreign inhabitants”, in Jon Ma. Asgeirsson & Nancy van Deusen, Alexander’s revenge. Hellenistic Culture through the Centuries, the University of Iceland Press, pp. 153-171.

17 Dont, il faut le rappeler, plus de la moitié est issue de l’Union européenne (Allemagne, Royaume-Uni, Hollande).

18 Voir “Türkiye’nin 500 Büyük Sanayi Kuruluşu”, Dünya-eki, Haziran 2015, p. 10. À signaler qu’en 2009 le nombre de ces sociétés était de 153. Sur ces 500 sociétés, 223 sont enregistrées à Istanbul même (188), Kocaeli, Tekirdağ ou Yalova.

19 La liste des patrons étrangers installés en Turquie (à plus de 85 % à Istanbul) que publie le magazine économique Capital (voir capital, 2014/10, p. 290) sous la rubrique Expat Suit est à cet égard significative.

20 Effectifs car les investissements annoncés, rêvés, fantasmés sont innombrables. Par exemple en ce qui concerne les investissements dits « arabes », en provenance des pays du golfe surtout (exceptés emaar, ben ladin (bİm), et dans le secteur de la santé ; voir m. Sönmez, Paran Kadar Sağlık. Türkiye’de Sağlığın Ticarileşmesi, İstanbul, Yordam Kitap, 2011). En vérité, entre 2002 et 2012, le total des investissements directs français ou même grecs en Turquie a été supérieur à celui de l’ensemble des pays du golfe durant ces dix années (cf. t. Güngör, « Körfezden 10 Yılda 6,5 milyar dolar geldi », Dünya, 6 03 2013). Depuis 2012 cependant, des changements sont survenus, d’importants investissements qataris et bahreïnis ayant été réalisés (notamment par la société Investcorp, dans le secteur textile ; voir Vatan, 2 04 2015, p. 7).

21 En avril 2014, le département d’Istanbul a réalisé 5,7 milliards de dollars sur le total des 13,1 milliards des exportations turques en valeur. En avril 2015, c’était 5,2 milliards sur 11,7. La chute des exportations en valeur a comme renforcé la centralité stambouliote. Les activités de congrès, de foire et d’exposition – portées par des équipements et infrastructures de plus en plus denses – accompagnent cette vocation exportatrice. Voir « IDTM 500 milyon dolarlık yatırım yapacak », Dünya, 21 10 2015, p. 2

22 Voir « c’est la compagnie nationale Turkish Airlines qui a donné son envol à la politique extérieure » [Dış politikalar THY uçurdu], Sabah, 9 avril 2015, p. 12. Voir aussi notre « les nouveaux horizons d’influence de la Turquie à travers l’indicateur des liaisons aériennes », Dipnot, 20 10 2013 ; url : http://dipnot.hypotheses.org/45

23 Sur les 56,9 millions, trente-deux sont assurés par les vols internationaux.

24 Voir « 84 pays sont dirigés d’Istanbul » [84 ülkeyi İstanbul’dan yönetiyor], Star, 1er octobre 2014, p. 8.

25 En 2014, pour la première fois dans l’histoire turque, le montant total des Ide émis par la Turquie dépassait le seuil de 50 % en valeur du montant total des Ide se dirigeant vers la Turquie ; voir : Dünya, 6 avril 2015, p. 5.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jeunes Iraniens chantant dans l’avenue İstiklâl
Crédits (photo JFP, février 2016).
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Pérouse, « Introduction », Anatoli, 7 | 2016, 41-59.

Référence électronique

Jean-François Pérouse, « Introduction », Anatoli [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 17 mars 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/565

Haut de page

Auteur

Jean-François Pérouse

Géographe, enseignant-chercheur à l’IFEA/Uni- versité de Toulouse Jean Jaurès.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals