Navigation – Plan du site
Dossier. Istanbul, capitale régionale et ville monde. Images, usages internationaux et échelles de rayonnement
Partie 3. Usages nationaux et résonances nationales différenciés d’Istanbul

(En)Quête d’hellénisme… Tourisme et visites d’Istanbul en langue grecque

Céline Pierre‑Magnani et Alexis Menexiadis
p. 177-195

Texte intégral

Remerciements à Catherine Nazloglou et Claire Visier pour leurs conseils et leur bienveillance.

Figure 1 : Kostantinos Keretsetzis. Megali tou Genous Scholi. (La Grande École de la Nation. Fener-İstanbul)

Figure 1 : Kostantinos Keretsetzis. Megali tou Genous Scholi. (La Grande École de la Nation. Fener-İstanbul)

« Il s’agit de la plus ancienne institution pédagogique de l’hellénisme. Elle fut créée au lendemain de la conquête de Constantinople et poursuit aujourd’hui encore sa mission éducative de haut niveau, auprès de ses élèves grecs et non‑grecs. Aujourd’hui, elle fonctionne comme établissement scolaire du secondaire. Le bâtiment massif, impressionnant, domine le quartier du Phanar et incarne l’âge d’or de l’hellénisme de la Ville. »
Kostantinos Keretsetzis.
La Grande Ecole de la Nation.
Constantinople, Ta Nea, 2015, p. 34.

  • 1 L’école théologique de Halki est fermée depuis 1971, même s’il est possible de visiter les lieux.
  • 2 Un des principaux quotidiens de centre gauche en Grèce.

1Heybeliada, 31 août 2015, École théologique de Halki. Konstantinos Kerestetzis trône, imperturbable, au milieu du couloir. Penché sur sa toile, il se concentre sur les détails d’une embrasure de porte. Son projet est de peindre l’école dans ses moindres détails : vue générale, intérieurs, jardins, rayon de lumière perçant dans une salle de classe… Si la réouverture de l’école est autorisée1, elle sera entièrement rénovée. Le bâtiment en a peut-être besoin, mais une rénovation serait synonyme d’effacement d’une partie de la mémoire communautaire. Alors Kostas s’est mis à la tâche et élabore patiemment un nouvel écrin aux souvenirs. Ce n’est pas son premier projet en Turquie. Il y a quelques années de ça, il s’est mis en tête de faire le portrait d’Istanbul, « La Ville », et a déjà produit des centaines de tableaux. L’essentiel a été publié dans un petit livre commandé et distribué par le quotidien Ta Nea2 et la sélection des toiles laisse peu de doutes quant au contexte de publication : Patriarcat, quartier du Phanar (Fener), architectures à Büyükada… Dans chaque scène, les légendes s’efforcent de dévoiler les traces d’une présence hellène passée.

2Le territoire de la Turquie actuelle occupe une place centrale dans le récit national grec. Érigée en capitale de l’Empire romain d’Orient en 330 sous l’empereur Constantin (324-337), la ville d’Istanbul connaît plusieurs périodes particulièrement fastes (au VIe, sous l’empereur Justinien, aux XIe XIIe siècles, sous les Comnènes. Mantran 1996) et incarne l’apogée de l’histoire de l’hellénisme. Berceau de l’orthodoxie, territoire d’affirmation du culte, elle concentre également nombre d’églises byzantines et autres bâtiments religieux plus récents qui sont autant de marqueurs d’un enracinement historique. En grec, c’est le toponyme « Constantinople » (Κωσταντινούπολη) qui est utilisé puisqu’« Istanbul » ne serait qu’une version turquisée de la phrase grecque « eis tin Poli » (« à la ville ») (Mantran 1996 : 191). Comme pour Médine, on la désigne aussi par le générique « La Ville » (η Πόλη) comme s’il n’en existait pas d’autre. Constantinople est, dans les récits historiques, la ville « prise » (η άλωση) par les Ottomans, où les Byzantins et leurs descendants se trouvèrent relégués au rang de peuple soumis sur leurs propres terres.

3Bien que cinq siècles se soient écoulés depuis la conquête ottomane, nostalgie et attachement à la ville d’Istanbul continuent de s’exprimer dans les récits historiques et discours identitaires nationaux. L’organisation des mobilités touristiques semble confirmer cette tendance. S’il ne prétend pas à l’exhaustivité, ce début d’enquête sur le secteur touristique en langue grecque apporte des éléments de compréhension des enjeux identitaires qui peuvent se nouer au cours d’un voyage à Constantinople. « Tout le processus de formation identitaire a consisté à déterminer le patrimoine de chaque nation et à en diffuser le culte », rappelle Anne-Marie Thiesse (Thiesse 1999 :12). Il semble que les mobilités touristiques jouent un rôle dans la diffusion de ce culte puisqu’elles permettent de confirmer, par l’expérience sensible, l’existence du patrimoine national. Nous nous intéresserons donc plus particulièrement au tourisme dit « culturel » (plutôt qu’au tourisme balnéaire ou de loisir, également largement représenté en Turquie) à partir de l’organisation et du contenu de l’offre touristique, ainsi qu’aux interactions entre les différents acteurs (touriste-guide, touriste-agence, touriste-association etc.). Sa géographie recoupe-t-elle les sites phares du récit identitaire national ? Dans quelle mesure le tourisme culturel participe au processus de territorialisation de l’identité ? Que nous enseignent les itinéraires de visite sur la nature du lien entretenu avec la ville ?

4Deux types de mobilité sont à distinguer pour apporter des éléments de réponse. Une partie de l’offre du tourisme culturel, à but lucratif, est gérée par les acteurs classiques du secteur touristique (agences et guides professionnels) et se structure autour de la visite d’espaces ou monuments qui cristallisent les souvenirs et les représentations collectives : « (…) les « lieux de mémoire », là où la mémoire se trouve cristallisée, générée (…) ils interrogent le processus qui conduit certains sites à incarner une mémoire, l’idée d’une continuité historique qui persiste. Ce sont des « lieux de mémoire » (…) car ils ont cessé d’être des « milieux » de mémoire. » (Nora 1989). Mais d’autres acteurs, plus informels, viennent également jouer un rôle dans les mobilités du tourisme culturel en dehors des circuits commerciaux : paroisses et associations de Constantinopolitains organisent également des visites guidées de la ville. Si les itinéraires proposés sont relativement similaires, la démarche et les attentes semblent attester d’un « dialogue », d’un rapport de réciprocité, d’un lien encore vivant à l’espace d’Istanbul. Précisons qu’il s’agit, dans un cas comme dans l’autre, de circuits touristiques proposés à des groupes : contrairement aux visites individuelles, l’aspect collectif de la démarche participe au maintien du régime de vérité des récits originels. On vient étayer ce que l’on a appris ; les remarques des uns et des autres viennent compléter les souvenirs parfois partiels de la mémoire individuelle. Les visites sont également dites « guidées » : elles supposent un choix préalable pour un circuit et, sur place, un renoncement partiel à la capacité individuelle de sélection de lieux de visite jugés pertinents. Les visiteurs s’en remettent alors à leur guide. Difficultés financières et mauvaise posture internationale de la Grèce poussent ses citoyens à aller chercher un peu de réconfort : dans le cadre commercial comme dans le contexte associatif, mélancolie et nostalgie imprègnent les discours.

Incarner l’identité nationale…

5Pour « vendre la Turquie » en France, guides et agences touristiques n’hésitent pas à mobiliser les icônes de l’imaginaire orientaliste. L’hybridité fantasmée d’Istanbul fait figure d’argument de vente principal et sa position géographique « à cheval entre l’Orient et l’Occident » est un élément de langage récurrent dans les descriptions de séjours : « C’est l’Orient (tout) contre l’Occident. Les rives du Bosphore se regardent, parfois jalouses, toujours jumelles. »3. Selon John Urry, le regard du touriste serait principalement orienté par la curiosité et une recherche de la différence (Urry 2009 :26). Mais toutes les mobilités dites « touristiques » sont-elles motivées par ce seul goût de l’étrange ? La Grèce faisant elle-même partie du tableau orientaliste, et l’occupation ottomane n’étant pas si loin dans les esprits, vanter les mystères de l’Orient pour la promotion d’un voyage en Turquie ne semble pas être, commercialement, des plus efficaces. C’est, à l’inverse, plutôt une recherche du « même », du « semblable », une recherche de « soi » qui semble orienter une partie du tourisme culturel grec à Istanbul. Les itinéraires et la structure du secteur touristique tendent à confirmer cette hypothèse : il s’agit de découvrir Istanbul à travers la visite des « lieux de mémoire » du récit national grec4.

  • 5 Source : Türkiye İstatistik Kurumu. http://www.tuik.gov.tr/PreTablo.do?alt_id=1072. Dernière consul (...)
  • 6 Les noms utilisés dans l’article sont des pseudonymes.
  • 7 Maria insiste sur cette tendance. Les guides précisent que les attentats à la bombe peuvent causer (...)
  • 8 http://www.gecmisgazete.com/haber/otobuste-yangin-36-turist-feci-sekilde-oldu?tamBoyut. Dernière co (...)
  • 9 Certaines agences proposent un séjour de 4 à 5 jours pour 275 euros tout compris (Ahmet).
  • 10 Le programme de visite de cinq agences différentes a été pris en compte (Ginis, Versus, Manessis, I (...)
  • 11 http://www.versustravel.gr/tour/%CE%BA%CF%89%CE%BD%CF%83%CF%84
    %CE%B1%CE%BD%CF%84%CE%B9%CE%BD%CE%BF% (...)
  • 12 C’est la formule qui est parfois utilisée littéralement. http://www.pyramistravel.gr/taxidia/europe (...)
  • 13 Il est intéressant d’interroger les guides professionnels ayant suivi la formation « langue rare » (...)
  • 14 Les noms des guides ont été anonymisés.
  • 15 Le terme « rum » désigne les citoyens de la Turquie de confession orthodoxe pour l’administration. (...)

6Les chiffres des entrées et sorties des citoyens grecs viennent confirmer le regain du tourisme grec entamé au début des années 2000 (Pérouse 2002). Entre 2000 et 2014, le nombre d’entrées en Turquie est en augmentation constante (à l’exception d’un léger recul entre 2006 et 2008) puisqu’il a quasiment été multiplié par quatre sur la période5. Ahmet (50‑60), Giannis (40‑50) et Maria (50‑60)6, guides depuis respectivement 6, 17 et 33 ans, précisent que le secteur touristique grec à Istanbul est loin d’être stable. Très sensibles aux fluctuations des relations diplomatiques entre la Grèce et la Turquie, le flux de visiteurs dépend également en partie des rebondissements sur la scène politique turque7. Les années 90 ont été des années de vache maigre suite à l’accident d’un bus de touristes ayant fait 36 victimes dans un incendie en 19918. Le nombre de visiteurs est reparti à la hausse dans les années 2000, notamment entre 2006 et 2011 (Ahmet), bien que l’impact de la crise se fasse nettement sentir depuis. Tous les acteurs interrogés du secteur sont unanimes : les trois dernières années ont été marquées par un net recul du nombre de groupes en dépit d’une offre tirant les prix toujours plus bas9. Les principales agences touristiques10 proposant des visites d’Istanbul affichent des programmes de séjours quasiment identiques et d’une régularité surprenante. Les séjours se déroulent sur quelques jours (entre 4 et 7 jours) et privilégient les longs week‑ends (du Jeudi au Mardi). Les descriptions rappellent le passé byzantin et proposent de revenir sur les traces de la présence hellène : « après une visite des bazars, nous profiterons d’une croisière privée en bateau pour nous rendre dans les milliers de recoins du Bosphore avec ses paysages et ses sites exceptionnels, ses vieux yalı, ses anciens villages grecs, ses lieux de vacances et le « spectacle » de l’architecture grecque et ottomane. »11 Toutes les agences proposent, de manière incontournable, la visite d’un certain nombre de sites qui constituent le cœur du séjour : la journée « églises byzantines »12 est prévue, avec la visite de Notre-Dame des Poissons (Παναγιά την Μπαλουκλιώτισσα), Notre-Dame-des-Blachernes (Παναγία των Βλαχερνών) et le musée de Saint-Sauveur-in-Chora (Μονή της Χώρας). À l’écart des grands espaces touristiques, elles sont moins accessibles que d’autres églises de Beyoğlu comme l’église de la Sainte-Trinité (Αγίας Τριάδος Σταυροδρομίου) et supposent une organisation logistique autorisant un détour. L’itinéraire se poursuit souvent par une visite au Patriarcat, dans le quartier du Phanar (Φανάρι), sur les rives de la Corne d’Or. La journée dite « des classiques » fait partie des invariants : elle propose aux visiteurs de découvrir les principaux sites de la péninsule historique et du quartier de Sultanahmet (Sainte-Sophie, Mosquée bleue, Citerne Basilique, Hippodrome…). Enfin, la journée dans les îles des Princes (Πριγκηπονήσια) propose de visiter des espaces connus pour leur peuplement rum, de se rendre à l’école théologique de Halki et au monastère de Saint-Georges (Χάλκη και Πρίγκηπος). La formation des guides vise à satisfaire la diversité de la demande touristique13 : Emrah explique qu’il a choisi de se spécialiser en « architecture orthodoxe » pour mieux répondre aux attentes de ses clients. D’après les observations de Giannis, Maria, Emrah et Ahmet14, les groupes sont généralement composés à plus de 50 % de citoyens grecs d’origine rum15. Majoritairement retraités, ils sont souvent enfants, ou petits enfants des échangés de Lausanne (1923). Un séjour à Istanbul se poursuit parfois par une visite dans le village d’origine de la famille (Izmir, région égéenne, mer Noire, Thrace orientale…).

  • 16 Mühteşem Yüzyıl
  • 17 Pour reprendre la distinction terminologique proposée par A.A de Tapia. Cette précision sémantique (...)

7Il serait faux de dire que l’histoire ottomane est exclue de ces circuits : les visites de la Mosquée Bleue et du palais de Topkapı sont également au programme. La série télévisée « Le siècle magnifique »16, produite en Turquie et largement diffusée à l’étranger, a indéniablement fait des adeptes en Grèce. Elle a largement contribué à populariser l’histoire ottomane au-delà des frontières de la Turquie, et notamment le règne de Soliman le Magnifique, âge d’or de l’empire. Il n’en reste pas moins que la visite de ces lieux se fait en parallèle de la visite d’autres monuments, eux plus directement en lien avec le passé byzantin, rum, ou « chrétiens ottomans » (de Tapia 2015)17 de la ville.

8Les deux journées qui restent sont souvent consacrées à une croisière sur le Bosphore, une visite du palais de Dolmabahçe et une journée shopping aux Grand bazar et Bazar égyptien. Il est intéressant de noter que d’autres monuments totalement intégrés aux circuits touristiques classiques d’Istanbul ne sont parfois même pas évoqués (Tour de Galata, Mosquée d’Ortaköy…). Ne seraient-ils pas assez « grecs » pour faire l’objet d’un détour ?

9Étant donné l’ancienneté de la présence hellène, les espaces historiques centraux de la ville sont généralement désignés par des toponymes grecs au cours des visites (Pera pour Beyoğlu, Chrissoupoli pour Üsküdar, Khalkidon pour Kadıköy…) et leur usage contribue à nourrir un sentiment de familiarité et de légitimité. Si les agences proposent des programmes standardisés, il n’est pas rare qu’elles soient amenées à répondre à des demandes plus spécifiques. Certains groupes demandent des visites centrées sur les églises orthodoxes de la ville. Un séjour à Istanbul est également l’occasion de découvrir la gastronomie locale, et notamment la gastronomie rum. Initialement diffusé sur la chaîne Mega TV, puis sur Alpha TV en Grèce, le programme télévisé de Maria Εkmekçioğlu pousse plus d’un visiteur à s’éloigner des sites touristiques centraux pour aller déguster des börek de Roumélie à Etiler18.

  • 19 Les guides ayant une cocarde et travaillant régulièrement en grec sont référencés sur le site de l’ (...)
  • 20 La partition relativement récente de l’île de Chypre (1974), les ingérences militaires de la Turqui (...)
  • 21 La qualification des événements de 1453 est à ce titre parlante : ce sont les termes de « conquête  (...)

10La personnalité du guide semble jouer un rôle prépondérant dans le déroulement du séjour. La règlementation du secteur veut que seuls les détenteurs d’un passeport turc soient autorisés à guider les touristes. Le grec étant une langue difficile et peu enseignée comme langue étrangère, le marché se partage principalement entre les rum et les musulmans de Thrace, populations bilingues en turc et en grec. L’essentiel de la population rum ayant fui la Turquie au cours du XXe siècle, le réservoir de candidats potentiels issus de la communauté s’est réduit comme peau de chagrin. La majorité des guides officiels19 habilités à travailler en Turquie est donc originaire de Thrace. Il est pourtant fréquent que les groupes expriment leur préférence pour un guide de culture rum. Ils le formulent d’ailleurs au préalable auprès de l’agence grecque responsable de l’organisation du séjour et les agences turques avec lesquelles elles collaborent sur place sont donc chargées de trouver des guides qui puissent satisfaire la demande. « Ils pensent que la communication passera mieux. Ils voient les Rum comme la continuité de leur culture à Istanbul » estime Emrah (30‑40). Ils sont plusieurs à affirmer perdre de nombreux contrats faute d’avoir un nom grec. Certains guides utilisent alors des pseudonymes à consonance grecque afin de ne pas être pénalisé : Ahmet devient « Aleko », et Mehmet se fait appeler « Michalis ». Ahmet raconte avoir eu de très mauvaises expériences avec les groupes de touristes d’origine chypriote grecque tant leur défiance était grande à son égard20. La proximité culturelle supposée avec le guide semble autoriser les visiteurs à établir une connivence, et les guides rum sont plus souvent facilement exposés aux discours nationalistes que leurs confrères : « C’est chez nous ici, pourquoi doit-on payer pour entrer à Sainte‑Sophie ? », répète Giannis (40-50), rapportant les propos d’un visiteur. Ces comportements font écho à l’idée que la Grèce est détentrice de « droits moraux naturels (…) et puise sa légitimité dans le rôle de Grèce en tant qu’État parrain (kin state) de la minorité grecque orthodoxe de Turquie » (Anastassiadou 2015 : 291), mais la communauté ne voit pas toujours ce parrainage d’un bon œil (Pierre-Magnani 2010 : 55‑56). Maria est rum et affirme se sentir davantage « de Turquie » que « de Grèce », contrairement aux attentes de certains de ses clients. Elle explique qu’ils ont souvent une vision biaisée de la Turquie et précise qu’elle doit fréquemment lutter contre leurs préjugés. Malgré une règlementation restrictive, un système de contournement dit « ombre » (gölge) rend possible les visites guidées par des ressortissants grecs. Les agences grecques envoient leur propre personnel qui s’associe à un guide sur place. Ce dernier a simplement pour obligation d’accompagner le groupe, contre compensation financière, afin de pouvoir présenter une « cocarde » professionnelle en cas de contrôle sur les lieux de visite et rester dans la légalité. Au-delà des désaccords que génère ce type de contournement entre professionnels, Emrah et Ahmet notent que cette configuration laisse la porte ouverte à des récits dévoyés, l’expression d’un nationalisme revanchard et d’un anti-turquisme à peine dissimulé. La teneur des récits durant la visite fait l’objet de tensions. Les histoires nationales grecque et turque se trouvent fréquemment en concurrence dans le récit des événements ayant marqué l’évolution d’Istanbul21. Les guides en ont parfaitement conscience et développent des stratégies différentes selon le contexte. Ahmet admet privilégier souvent les versions romancées et les légendes en lien avec le récit national grec car « c’est ce qu’ils attendent », bien qu’il s’efforce de rester impartial. Emrah précise quant à lui qu’il se fait un point d’honneur à être direct avec son auditoire. Il propose trois options à ses clients, à savoir une version « turque », une version « grecque » et une version « scientifique » de l’histoire des lieux. Ce dernier se plaint également d’avoir à gérer le zèle de ses compatriotes turcs : il a été contraint de bloquer l’accès à son site promotionnel en Turquie au motif qu’il s’intitulait « Konstantinopolis‑guide », et qu’il recevait des messages peu sympathiques, exigeant le retrait d’un toponyme qui n’aurait plus droit de cité.

  • 22 Nicos, vendeur dans une boutique de souvenirs dans le quartier du Phanar, prend soin de ne les étal (...)
  • 23 Page d’accueil de l’Association des habitants de Constantinople. http://www.conpolis.eu/. Dernière (...)

11Certains lieux de visite sont manifestement plus investis symboliquement que d’autres. La visite de Sainte-Sophie fait figure de moment phare du séjour. Le bâtiment a une valeur quasi-métonymique pour la ville d’Istanbul (cartes postales et couvertures de guides en attestent), même si la Mosquée bleue lui fait une concurrence certaine. Si l’intérêt qu’elle suscite est largement partagé parmi les visiteurs de tous horizons, elle semble être particulièrement chargée symboliquement pour les touristes de langue grecque. « Sainte-Sophie représente tout pour eux », assure Ahmet. « Il y a des gens qui entrent dans Sainte-Sophie et qui ne peuvent retenir leurs larmes » renchérit Nicos (30‑40). Chaque guide explique s’attarder tout particulièrement sur ce monument pour faire découvrir tous les secrets du bâtiment. Il arrive parfois que les visiteurs soient déjà de fins connaisseurs de la question et viennent agrémenter les explications du guide. Achevée sous Justinien en 537, elle symbolise l’apogée de l’Empire byzantin mais également celui du rayonnement de l’orthodoxie. Les pillages lors de la conquête de la ville en 1453, l’intrusion de Mehmet II et la construction de minarets toujours en place aujourd’hui rappellent un épisode douloureux de l’histoire de l’hellénisme qui peut parfois susciter des discours amers. À la sortie de Sainte-Sophie, un des visiteurs exprimait sa rancœur contre la « trahison des Latins » au moment de la conquête de 1453 : « Ils nous ont trahi, et c’est encore un problème à l’heure actuelle. Le Pape lui-même a présenté des excuses officielles…c’est très important. ». Les représentations de Sainte-Sophie qui circulent témoignent d’un refus d’entériner la transformation de la basilique en mosquée et la volonté d’oublier l’humiliation que celle-ci représente : il n’est pas rare de trouver des peintures de Sainte-Sophie sans les minarets. L’industrie touristique a su saisir cette opportunité et met en vente (discrètement22) des moulages de la basilique dans son état initial. Les sites Internet d’associations constantinopolitaines23 et autres blogs affichent également des photographies de Sainte-Sophie sans minarets, laissant deviner une capacité de contorsion et un sens certain de la perspective.

Figure 2 : Figure de Sainte-Sophie sans minarets. Boutique de souvenirs aux abords du Patriarcat.

Figure 2 : Figure de Sainte-Sophie sans minarets. Boutique de souvenirs aux abords du Patriarcat.

Photo : Céline Pierre-Magnani. Août 2015. Fener

Figure 3 : Sainte-Sophie.

Figure 3 : Sainte-Sophie.

Source : http://www.conpolis.eu/​

  • 24 « Visiting such sites and linking personal memories with collective narratives and larger ideologic (...)

12Ces séjours sélectifs, centrés sur les espaces de l’hellénisme, byzantins et rum, confirment la dimension identitaire de ce type de tourisme : « Les individus s’intègrent à la nation par la visite de ces sites : le lien s’opère avec les récits collectifs et autres référents idéologiques (Anderson, 1983). Ils peuvent entreprendre ce voyage pour répondre à une quête d’identité, une découverte, une « actualisation » ou une « consolidation » de soi » (Marschall 2014b : 336‑337)24. Le voyage de citoyens grecs à Istanbul peut donc se trouver motivé par une quête des racines (roots tourism) mais également par une nostalgie de la terre natale (homesick tourism) (Marschall 2014a) puisqu’une partie est issue de la communauté rum ayant quitté la Turquie au cours du XXe siècle. La démarche peut en effet se cristalliser à plusieurs échelles, national ou communautaire, selon les origines individuelles (rum ou simplement orthodoxe). Le souvenir des récits familiaux est souvent l’élément déclencheur de ce tourisme des racines, mais certains visiteurs ont un rapport plus intime avec la ville d’Istanbul pour y avoir eux-mêmes vécu.

… Et maintenir le lien filial

13Parallèlement au secteur touristique classique, d’autres acteurs s’adressent plus particulièrement à ce public dans un cadre non-lucratif et jouent un rôle dans les mobilités touristiques en langue grecque. Les associations de Constantinopolitains, les réseaux d’églises et les organes de presse organisent également des visites groupées pour faire découvrir ou redécouvrir « La Ville ». Ces circuits, plus informels, plus confidentiels, ne sont pas toujours aisés à retracer. Nombres d’entre eux sont organisés de manière spontanée. Les premières informations recueillies proviennent de particuliers ou d’« organisations-étapes » de circuits, comme la Confédération œcuménique des Constantinopolitains (Οικουμενική Ομοσπονδία Κωσταντινουπόλιτων)25. Si les programmes ne sont pas fixés, les itinéraires de visites ne semblent pas changer fondamentalement de ceux proposés par les agences touristiques classiques : Sainte-Sophie, le Patriarcat, les îles… mais la teneur du voyage, les aspirations et les attentes apparaissent davantage liées à des parcours personnels. Certains ont d’ailleurs encore des connaissances, parlent toujours le turc et bénéficient donc d’une certaine marge d’autonomie sur place mais il est plus facile et plus authentique d’entreprendre le voyage avec ses pairs, et de s’y rendre en initié. Les visites en groupe apportent une dimension supplémentaire puisqu’elles permettent de rejouer et de renforcer les récits identitaires collectifs. La visite peut être circonscrite au religieux, avec la visite d’une ou plusieurs églises orthodoxes, la participation aux messes, s’inscrivant alors plus strictement dans le cadre du tourisme religieux26, même s’il n’est pas toujours possible de le distinguer complètement d’autres catégories du tourisme (identitaire, balnéaire, de loisir…) tant les motivations de voyage sont multiples et combinées. Certaines paroisses font le déplacement pour aller rendre visite à l’« église-mère », premier bâtiment religieux construit sous le nom de l’église à laquelle ils appartiennent en Grèce.

  • 27 On ne compte pas moins de 18 cimetières grecs orthodoxes à Istanbul (Anassiadou-Dumont 2011 : 227).

14L’itinéraire proposé peut aussi intégrer divers lieux de mémoire : visites de cimetières grecs27 (cimetière de Şişli, tombes des patriarches à Notre-Dame des Poissons), des écoles de la communauté rum (Zappeion, Zographeion, Grande école de la Nation etc.), du siège des derniers journaux de la communauté rum à Péra (l’Echo et Apogevmatini, mais dont les bureaux ont fermé en février 2015). L’hommage aux anciens, enterrés à Istanbul, par l’émotion qu’il suscite, fait partie des temps forts d’une visite tant il contribue à ancrer encore davantage le sentiment d’appartenance à l’espace de la ville. Bien que certains aient passé leur vie en Grèce, leurs dépouilles sont parfois rapatriées à Istanbul pour rejoindre le caveau familial. Divers événements organisés peuvent également motiver le voyage : le festival des Constantinopolitains invite la communauté à se rassembler sur les terres d’origine pour une série de manifestations culturelles (expositions, conférences, projections, concerts, tournois sportifs) :

  • 28 Troisième festival des Constantinopolitains. « 3° øεστɪβáλ ĸωνσταντɪνοuττολıτών », http://www.analy (...)

Figure 4 : 3e Festival des habitants de Constantinople (« La Ville des villes, La Ville de nos cœurs »)28

Figure 4 : 3e Festival des habitants de Constantinople (« La Ville des villes, La Ville de nos cœurs »)28
  • 29 Terme synonyme d’« hellénisme ». Voir le poème de Giannis Ritsos, « Ne pleure pas la Romiosini » (η (...)

15Parler de « Grecs d’Istanbul » en français tend à estomper le différentiel identitaire qui existe entre les Rum (Ρωμιός) et les « Helladiques » (Ελλαδίτης). L’identité rum est liée à une zone géographique aujourd’hui intégrée au territoire de l’État turc. La mémoire collective de la population d’origine rum se structure aujourd’hui essentiellement autour de l’idée de rupture avec la terre des origines (Anatassiadou 2015 : 285). Cette nostalgie de l’exil s’exprime par exemple dans le domaine artistique avec le rebetiko micrasiate, genre musical qui chante la patrie perdue. Les vagues successives de réfugiés (1923, 1955, 1964) arrivèrent en Grèce en terre étrangère. Bien qu’ils aient la langue et la religion en commun avec la population du pays, ils ont pu connaître des problèmes d’intégration qui ont marqué la société grecque (de Tapia 2015). Sorti en 2003, le film Politiki kouzina (Πολιτική κουζίνα) de Tassos Boulmetis a porté à l’écran le point de vue des Constantinopolitains et a contribué à une meilleure reconnaissance populaire du vécu de ces populations. Les associations constantinopolitaines se sont créées et existent aussi bien en Grèce qu’à l’étranger, dans les pays d’installation traditionnelle de la diaspora hellène (Belgique, Allemagne, Australie, États-Unis). On peut citer quelques associations athéniennes telles que l’Association des citoyens hellènes expulsés de Turquie (Σωματείο Ελλήνων Υπηκόων Απελαθέντων εκ Τουρκίας), le Nouveau Cercle des Constantinopolitains (Νέος Κύκλος Κωνσταντινουπολιτών) ou encore l’Union des Constantinopolitains (Ένωσις Κωνσταντινουπολιτών) (Anastassiadou, Dumont 2011 : 65‑68). Elles gardent un discours identitaire centré sur l’attachement à la ville d’Istanbul, à la spécificité de la Romiosini29 stambouliote, et œuvrent à sa transmission :

  • 30 Extrait d’une présentation de Ioannis Iakovidis intitulée « Réfugiés de Constantinople et associati (...)

16« Pour la plupart (des réfugiés de la première génération), Constantinople est un vécu, une nostalgie, une terre-mère, un art de vivre et une éducation particulière. (…) Nombreuses sont les personnes âgées qui n’ont pas réussi à s’adapter en Grèce. L’identité territoriale des Constantinopolitains s’exprime par des visites à Constantinople, à travers la publication et la lecture des journaux constantinopolitains (Anatoli, Politis, Les sept collines, Nouveau cercle des Constantinopolitains…). » (Iakovidis 2008 : 2-4)30.

  • 31 Il s’agit de chiffres qui, contrairement aux catégories administratives, n’intègrent pas les orthod (...)

17Le voyage à Istanbul est, au-delà du religieux, de l’ordre du « pèlerinage » (Maria) : il porte « l’espoir d’y retrouver l’écho d’un passé révolu » (Anastassiadou, Dumont 2011 : 65). Il s’impose comme incontournable, marqueur d’appartenance à la Romiosini puisque la ville apparaît toujours comme le seul espace d’expression de l’identité rum (Pierre‑Magnani 2010). La démarche du journal Politis (ο Πολίτης) reflète cette préoccupation puisque l’équipe du journal a à cœur d’envoyer les jeunes Grecs d’origine rum à Istanbul pour rencontrer les membres de la communauté vivant encore sur place (moins de 2000 personnes selon les derniers recensements31). Bien que les frontières soient poreuses, il semblerait que cohabitent deux diasporas hellènes : la diaspora grecque bien connue, de culture « helladique », ayant la Grèce actuelle pour territoire identitaire de référence, et une autre diaspora de culture rum, ayant quant à elle, le territoire de la jeune république turque pour espace de référence identitaire. Les distinctions existantes entre les deux types d’offre touristique en langue grecque (commerciale/associative) tendent à confirmer cette hypothèse.

18

Carte 1 : Les espaces du tourisme en langue grecque. La géographie des itinéraires met en lumière l’aspect sélectif des circuits. Elle confirme que le « tourisme identitaire » tend à se polariser entre circuits « grecs » et circuits « rum ». (Atelier de cartographie – İFEA)

Carte 1 : Les espaces du tourisme en langue grecque. La géographie des itinéraires met en lumière l’aspect sélectif des circuits. Elle confirme que le « tourisme identitaire » tend à se polariser entre circuits « grecs » et circuits « rum ». (Atelier de cartographie – İFEA)
  • 32 Entretien du 22/09/15.

19Le Patriarcat orthodoxe grec fait partie des incontournables de ces visites plus informelles. L’institution est parfois abordée avec ambivalence, accusée de complicité avec l’État turc, parfois qualifiée de « graine turque »(« Τουρκόσπορο ») mais elle reste un symbole fort de la présence rum à Istanbul. Il est, plus que le consulat grec, l’institution de référence vers laquelle se tourne la communauté rum encore présente sur place (Pierre‑Magnani 2009 : 55). Les Rum et leurs descendants y sont particulièrement attachés, la visite du Patriarcat peut même constituer la principale motivation du voyage (Iakovidis 2008 : 2‑4). Le caractère œcuménique du Patriarcat orthodoxe continue de drainer des flux de fidèles venus de Grèce, mais aussi d’autres pays de tradition orthodoxe (Russie, Ukraine, Bulgarie, Biélorussie…). Il n’exerce sa juridiction que sur une partie du monde orthodoxe (Grèce du Nord dont le Mont Athos, Finlande, quelques diocèses occidentaux etc.) mais bénéficie d’un prestige et d’une centralité particulières (Özsüer 2015 : 259). Dans le cas particulier du tourisme religieux, les périodes de flux les plus intenses correspondent aux fêtes religieuses : l’affluence est toute particulière au moment de la Pâque, de Noël et de la période des baptêmes (6 janvier). « Le Patriarcat, c’est comme la Mosquée d’Al‑Aqsa », lance Michalis Vasiliadis32, rédacteur en chef et (unique) journaliste à Apogevmatini. L’expression est volontairement lapidaire : le niveau de tension sur l’esplanade des mosquées de Jérusalem est difficilement comparable à celui qui règne dans le quartier du Phanar. Le parallèle exprime cependant la frustration que peut générer la coupure territoriale qui existe entre la hiérarchie religieuse orthodoxe et ses espaces d’influence. Le siège de l’orthodoxie est une sorte d’archipel où l’accès des fidèles reste soumis à l’autorisation de l’administration turque de pénétrer dans le territoire. Une partie des rituels religieux continuent d’être observé à Istanbul ; ce qui concourt à transformer la position du visiteur : partie intégrante des activités sur place il n’est plus uniquement passif, dans une position de spectateur, mais se trouve en dialogue avec l’espace et les institutions de « La Ville ».

Conclusion

« Appartenir à la nation, c’est être un des héritiers de ce patrimoine commun et indivisible, le connaître et le révérer. »
La création des identités nationales. Anne-Marie Thiesse

  • 33 Fontaines sacrées auxquelles on attribue des vertus thérapeutiques.

20Les premiers éléments recueillis quant à l’organisation du tourisme culturel en langue grecque à Istanbul révèlent la charge symbolique de la ville. Les séjours participent à la territorialisation des identités nationale et communautaire. Les itinéraires s’organisent essentiellement autour de hauts lieux de mémoire (Sainte-Sophie, le Patriarcat), les églises et aghiasma33, les bâtiments scolaires, les cimetières et les biens communautaires (conformément à la typologie proposée par Anastassiadou et Dumont. Anastassiadou, Dumont 2011 : 205‑260) mais dépend de la proximité identitaire du groupe à la Romiosini. Pour aller plus loin, il serait intéressant d’étudier plus systématiquement la réception des discours des guides par les visiteurs : dans quelle mesure sont-ils déterminants dans le processus de construction identitaire ? Quels sont les effets de l’expérience collective sur le déroulement et l’expérience individuelle du voyage ? Tous les ressortissants grecs ne s’inscrivent pas systématiquement dans une telle démarche en venant à Istanbul, mais ceux qui le privilégient semblent bien s’inscrire dans une approche identitaire. La raison de ces flux réside dans le décalage qui existe entre le territoire actuel de l’État-nation grec et les espaces déclarés de la culture hellène, à partir de laquelle s’élabore l’identité nationale grecque. L’organisation des séjours (circuits, guides, récits) trahit une nostalgie et une mélancolie qui font autant écho au récit national qu’à des discours identitaires plus spécifiquement rum, selon l’origine des visiteurs. Une distinction s’opère entre séjours organisés dans le cadre commercial et séjours organisés dans le cadre associatif, attestant de deux types distincts de demandes : la géographie des itinéraires tend à se polariser entre circuits « grecs » et circuits « rum ». Dans les deux cas, les itinéraires proposés sont sélectifs dans ce qu’ils dévoilent de la ville et l’analyse des lieux de visite révèle une préférence pour les monuments byzantins et les espaces de la Romiosini au détriment du patrimoine ottoman, pourtant omniprésent dans la ville. Si les agences touristiques font la promotion d’une visite générale d’Istanbul, elles font la part belle aux territoires de l’hellénisme tandis que les itinéraires proposés par les associations s’efforcent de raviver l’appartenance à la communauté rum d’Istanbul. La Romiosini stambouliote, vécue comme une identité spécifique, gagne ainsi en validité et en visibilité. L’organisation d’activités sur place incluant les visiteurs (manifestations culturelles, rituels religieux, missions bénévoles etc.) favorise l’entretien d’un lien vivant avec le territoire de la ville, participe au processus d’appropriation des lieux et développe un sentiment d’appartenance d’autant plus fort que la visite est fréquemment réitérée. Les itinéraires proposés par les paroisses et centrés sur la visite d’églises sont sans doute les plus restrictifs et le tourisme religieux apparaît, dans cette perspective, comme le plus sélectif de ces circuits. Si le degré d’intimité avec Constantinople varie selon les trajectoires personnelles et les origines familiales, il semblerait que le voyage relève dans tous les cas d’un type de tourisme centré sur les « lieux de mémoire ». Une visite « en archipel » de la ville constitue une étape de la formation identitaire et contribue à corroborer un récit historique national nostalgique, à même de renforcer l’appartenance à la famille, à la Romiosini et à la nation.

Haut de page

Bibliographie

Anastassıadou-Dumont, Méropi, et Paul Dumont. Les Grecs d’Istanbul et le patriarcat oecuménique au seuil du XXIe siècle : une communauté en quête d’avenir. 1 vol. L’histoire à vif. Paris : les Éd. du Cerf, 2011.

Anastassıadou, Méropi. « Excursions identitaires et tourisme religieux en Turquie. La redécouverte des lieux de culte grecs orthodoxes au début du xxıe siècle ». Anatoli, no 6 (2015): 285-307

Basu, Paul. “Roots Tourism as Return Movement: Semantics and the Scottish Diaspora.” In Emigrant Homecomings: The Return Movement of Emigrants, 1600-2000, Marjory Harper (ed.). Manchester : Manchester University Press, 2005.

Bruneau, Michel. « Les territoires de l’identité et la mémoire collective en diaspora ». L’Espace géographique Tome 35, no 4 (15 janvier 2007) : 328-33.

de Tapia, Aude Aylin. « La Cappadoce Chrétienne Ottomane : Un Patrimoine (volontairement) Oublié ? » European Journal of Turkish Studies 2, no. 20, mis en ligne 04/ 2015). http://ejts.revues.org/4934.

Fourcade, Marie-Blanche. « Tourisme des racines ». Téoros. Revue de recherche en tourisme 29, no 1 (1er mai 2010). http://teoros.revues.org.gate3.inist.fr/483.

Ιακωβίδης Ιωάννης , « Κωνσταντινουπολίτες πρόσφυγες και σύλλογοι στην Ελλάδα », 2008, Εγκυκλοπαίδεια Μείζονος Ελληνισμού, Κωνσταντινούπολη URL : http://kassiani.fhw.gr/l.aspx?id=11007

Keretsetzıs, Kostantinos. « La Grande École de la Nation ». Constantinople. Ta Nea. 2015

Mallet, Laurent. « Le Tourisme En Turquie : De La Manne Financière Aux Changements de Mentalités. » Hérodote, no. 127, mis en ligne 04/2007. pp. 89-102.

Mantran, Robert. Histoire d’Istanbul. Histoire des grandes villes du monde. Paris: Fayard, 1996.

Marschall, Sabine. “Homesick tourism’: memory, identity and (be)longing”, Cultural and Heritage Tourism Programme, University of KwaZulu-Natal, Durban, South Africa, mis en ligne le 02/06/2014.

Marschall, Sabine. “Tourism and Remembrance: The Journey into the Self and Its Past.” Journal of Tourism and Cultural Change 12, no. 4, mis en ligne le 5/03/2014. pp. 335-348.

Martın, Cilia. « Une réécriture urbaine. La mise en mémoire du quartier de Kurtuluş à Istanbul ». European Journal of Turkish Studies. Social Sciences on Contemporary Turkey, no 20, mis en ligne le 15/03/2015. http://ejts.revues.org/4997.

Nora, Pierre. « Between Memory and History: Les Lieux de Mémoire ». Representations, no 26. 01/04/1989. pp. 7-24

Öktem, Kerem. « Un Cosmopolitisme sans Fierté. » In Istanbul, Ville Monde, 29. pp. 18-24. La Pensée Du Midi. Actes Sud, 2009. http://www.cairn.info/revue-la-pensee-de-midi-2009‑3-page-18.htm

Pérouse, Jean-François, « Istanbul, une métropole méditerranéenne ? Critique d’un lieu commun tenace », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 64 | 2002, mis en ligne le 15/06/2004, consulté le 05/05/2015. URL : http://cdlm.revues.org/76

Pıerre-Magnanı, Céline. « Petite géographie des Grecs d’Istanbul ». Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2009

Pıerre-Magnanı, Céline. « Petite géographie des Roums ». Anatoli, 1. CNRS, 2010. pp. 295-300

Σταματόπουλος, Κώστας Μ. Βήματα στα πάτρια Κωνσταντινουπόλεως. Εκδόσεις Δόμος., 1992.

Urry, John. Turist Bakışı. Bilgesu Yayıncılık, 2009.

Özsüer, Esra. « Istanbul Ortodoks Fener Rum Patrikhanesi ve Balkan Kiliseleri Üzerindeki Tarihi Rolü ». In International Balkan Annual Conference (IBAC), Bosna-Hersek, 2015. pp. 240-61

Thıesse, Anne-Marie. La création des identités nationales : Europe XVIIIe XXe siècle. Paris : Le Grand livre du mois, 1999.

Sites consultés

Agences touristiques : Ginis, https://www.ginis.gr/ ; Versus, http://www.versustravel.eu/ ; Manessis, http://www.manessistravel.gr/home/ ; Iason, http://www.iasontours.gr/ ; Pyramis, http://www.pyramistravel.gr/

Association des guides en langue grecque : “Dernekler Kanunu – Yunanca Rehberler Derneği.” Date de consultation 13/09/2015. http://yunancarehberler.org/kanun.asp.

Chambre professionnelle des guides touristiques : “İRO (İstanbul Rehberler Odası),”n.d. http://iro.org.tr/

Confédération œcuménique des Constantinopolitains, http://www.conpolis.eu/Anakoinwseis/Anakoinwseis.aspx

Encyclopédie de l’hellénisme, http://www.idame.gr/ehw/forms/Default.aspx

Ender Pınarbaşı. Istanbul Tour Guide. Date de consultation 13/09/2015. http://www. konstantinoupolis-guide.com/en/. / Ξεναγηση στην Κωνσταντινουπολη | Ξεναγος Κωνσταντινουπολη | Ksenagos Konstantinoupoli | Ελληνοφωνος ξεναγος κωνσταντινουπολη.” Date de consultation 14/09/2015. http://www.konstantinoupolis-guide.gr/.

Foundation of the Hellenic World. Date de consultation 25/09/2015. http://www.ime. gr/fhw/

Rumvader : “Σύνδεσμος Υποστήριξης Ρωμαίικων Κοινοτικών Ιδρυμάτων.” Date de consultation 13/09/2015. http://www.rumvader.org/

TÜRSAB, n.d. http://www.tursab.org.tr/tr.

Haut de page

Notes

1 L’école théologique de Halki est fermée depuis 1971, même s’il est possible de visiter les lieux.

2 Un des principaux quotidiens de centre gauche en Grèce.

3 http://www.routard.com/guide/code_dest/istanbul.htm. Dernière consultation : 24/08/15. En savoir plus : http://www.routard.com/guide/code_dest/istanbul.htm#ixzz3oR3rknGn. Dernière consultation : 24/08/15.

4 Voir Martin 2015. Cilia Martin explique comment l’historien Kostas Stamatopolous propose une description très sélective des monuments d’Istanbul, une visite imaginaire de la ville qui se concentre sur le bâti hellénique.

5 Source : Türkiye İstatistik Kurumu. http://www.tuik.gov.tr/PreTablo.do?alt_id=1072. Dernière consultation : 30/08/16. (Entrées : “Giriş Yapan Yabancı ve Vatandaşlar” – “Çıkış Yapan Yabancı ve Vatandaşlar”). 218092 entrées en 2000 pour 830841 entrées en 2014. Il est également intéressant de noter que le nombre de sorties du territoire sont inférieures à celles des entrées entre 2001 et 2014, ce qui laisse supposer qu’une partie s’installe en Turquie.

6 Les noms utilisés dans l’article sont des pseudonymes.

7 Maria insiste sur cette tendance. Les guides précisent que les attentats à la bombe peuvent causer des vagues d’annulations très dommageables pour le secteur.

8 http://www.gecmisgazete.com/haber/otobuste-yangin-36-turist-feci-sekilde-oldu?tamBoyut. Dernière consultation : 15/09/15.

9 Certaines agences proposent un séjour de 4 à 5 jours pour 275 euros tout compris (Ahmet).

10 Le programme de visite de cinq agences différentes a été pris en compte (Ginis, Versus, Manessis, Iason et Pyramis). Les quatre premières ont été sélectionnées pour leur visibilité, et la fréquence de leurs encarts publicitaires dans le journal de référence, Kathimerini. La dernière, Pyramis, est la seule agence que l’un des guides interrogés en entretien à bien voulu communiquer. La forte concurrence du secteur semble les rendre frileux à partager ce type d’information.

11 http://www.versustravel.gr/tour/%CE%BA%CF%89%CE%BD%CF%83%CF%84
%CE%B1%CE%BD%CF%84%CE%B9%CE%BD%CE%BF%CF%8D%CF%80%CE
%BF%CE%BB%CE%B7/. Dernière consultation : 10/09/15.

12 C’est la formule qui est parfois utilisée littéralement. http://www.pyramistravel.gr/taxidia/europe/omadika/tourkia/item/1670-taxidi-sthn-konstantinoupoli.html. Dernière consultation : 10/09/15.

13 Il est intéressant d’interroger les guides professionnels ayant suivi la formation « langue rare » proposée par le Ministère de la Culture et du Tourisme. Si l’ensemble des cours est dispensé par des spécialistes des thématiques étudiés, et souvent de sensibilité « kémaliste » (Pierre. 50-60), certaines thématiques sensibles font l’objet de séminaires particuliers, plus orientés idéologiquement, comme le terrorisme ou le génocide arménien dits « évènements » de 1915.

14 Les noms des guides ont été anonymisés.

15 Le terme « rum » désigne les citoyens de la Turquie de confession orthodoxe pour l’administration. Terminologie issue de l’Empire ottoman, elle désigne la communauté orthodoxe de langue grecque. Elle a été massivement déportée vers la Grèce au moment des échanges de populations à la suite de l’Accord d’échange de population signé à Lausanne en janvier 1923 à l’exception des Rum d’Istanbul et des îles d’Imbros (Gökçeada) et Tenedos(Bozcaada).

16 Mühteşem Yüzyıl

17 Pour reprendre la distinction terminologique proposée par A.A de Tapia. Cette précision sémantique permet de garder un recul critique sur l’usage de catégories issues des discours nationalistes qui voudraient que les chrétiens orthodoxes de langue grecque soient des Hellènes éloignés de leur patrie d’origine, la Grèce. Elle insiste sur la spécificité du contexte politique et territorial ayant déterminé l’évolution des communautés chrétiennes orthodoxes sous l’Empire ottoman.

18 http://www.mariasrestaurant.net/. Dernière consultation : 30/08/16.

19 Les guides ayant une cocarde et travaillant régulièrement en grec sont référencés sur le site de l’association des guides en langue grecque, YURED (Yunanca Rehberler Derneği) http://yunancarehberler.org/uyeler.asp. Dernière consultation : 09/08/16.

20 La partition relativement récente de l’île de Chypre (1974), les ingérences militaires de la Turquie et l’absence de résolution entre le Nord et le Sud de Chypre malgré les tentatives de médiation des Nations Unies sont autant d’entraves à un dialogue apaisé entre les peuples concernés.

21 La qualification des événements de 1453 est à ce titre parlante : ce sont les termes de « conquête » (fetih), « prise » (ηáλωση) ou « chute » de Constantinople dont il est question selon la langue et le contexte d’énonciation.

22 Nicos, vendeur dans une boutique de souvenirs dans le quartier du Phanar, prend soin de ne les étaler qu’au fond de sa boutique. « Il paraît que c’est interdit d’en vendre », confie-t-il. Que cette crainte soit ou non avérée, elle manifeste un état d’esprit plus général largement partagé par nos interlocuteurs, l’idée selon laquelle il existe des règles tacites de « bonne conduite » pour éviter d’être accusé de traîtrise envers la nation turque.

23 Page d’accueil de l’Association des habitants de Constantinople. http://www.conpolis.eu/. Dernière consultation : 13/10/15.

24 « Visiting such sites and linking personal memories with collective narratives and larger ideological constructs helps individuals connect with the nation (Anderson, 1983). (…) People may undertake such journeys in search of identity, self-discovery, self-actualization or the consolidation of the self »

25 http://www.conpolis.eu/Anakoinwseis/Anakoinwseis.aspx

26 http://www.imra.gr/id-2015/articles/proskynimatiki-ekdromitis-enorias-agioy-panteleimonos-adele-stin-konstantinoypoli-kai-ta-prigkiponnisia.html. Dernière consultation : 60/08/16.

27 On ne compte pas moins de 18 cimetières grecs orthodoxes à Istanbul (Anassiadou-Dumont 2011 : 227).

28 Troisième festival des Constantinopolitains. « 3° øεστɪβáλ ĸωνσταντɪνοuττολıτών », http://www.analyst.gr/2014/09/27/trito-festival-konstantinoupoliton/. Dernière consultation : 13/09/15.

29 Terme synonyme d’« hellénisme ». Voir le poème de Giannis Ritsos, « Ne pleure pas la Romiosini » (η Pωμɪοσἠνη μηνκλαiς).

30 Extrait d’une présentation de Ioannis Iakovidis intitulée « Réfugiés de Constantinople et associations en Grèce », 2008, disponible sur le site de l’Encyclopédie de l’Hellénisme, http://constantinople.ehw.gr/forms/filePage.aspx?lemmaId=11007. Dernière consultation : 25/09/15

31 Il s’agit de chiffres qui, contrairement aux catégories administratives, n’intègrent pas les orthodoxes arabophones d’Antioche.

32 Entretien du 22/09/15.

33 Fontaines sacrées auxquelles on attribue des vertus thérapeutiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Kostantinos Keretsetzis. Megali tou Genous Scholi. (La Grande École de la Nation. Fener-İstanbul)
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/586/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2 : Figure de Sainte-Sophie sans minarets. Boutique de souvenirs aux abords du Patriarcat.
Crédits Photo : Céline Pierre-Magnani. Août 2015. Fener
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/586/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 3 : Sainte-Sophie.
Crédits Source : http://www.conpolis.eu/​
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/586/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 4 : 3e Festival des habitants de Constantinople (« La Ville des villes, La Ville de nos cœurs »)28
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/586/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Carte 1 : Les espaces du tourisme en langue grecque. La géographie des itinéraires met en lumière l’aspect sélectif des circuits. Elle confirme que le « tourisme identitaire » tend à se polariser entre circuits « grecs » et circuits « rum ». (Atelier de cartographie – İFEA)
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/586/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Pierre‑Magnani et Alexis Menexiadis, « (En)Quête d’hellénisme… Tourisme et visites d’Istanbul en langue grecque », Anatoli, 7 | 2016, 177-195.

Référence électronique

Céline Pierre‑Magnani et Alexis Menexiadis, « (En)Quête d’hellénisme… Tourisme et visites d’Istanbul en langue grecque », Anatoli [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 22 mars 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/586 ; DOI : 10.4000/anatoli.586

Haut de page

Auteurs

Céline Pierre‑Magnani

Chercheure associée à l’IFEA

Articles du même auteur

Alexis Menexiadis

Historien, Jewish Museum of Greece

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals