Navigation – Plan du site

Editorial

Henri Le Prieult

Résumé

Dans ce numéro, cinq articles s’interrogent sur les modalités de la construction du sens, au-delà des simples indices fournis par la chaîne parlée. Les catégories du nom, celle du verbe, et celle de la particule sont l’objet de trois études qui permettent de renforcer l’étude des paramètres abondant la construction du sens : Laure Gardelle pour certains noms collectifs révélant une relation particulière entre classe et unités, Geneviève Girard-Gillet pour deux verbes aspectuels en contexte syntaxique complexe, et Sylvie Hancil pour la particule finale but dans deux variations britanniques. Deux études expérimentales permettent également d’éclairer deux domaines assimilés par la tradition : la typologie talmienne entre langues satellites et à cadrage verbal pour Aurélie Barnabé, et la transmission du discours savant sur le langage pour Jean-Rémi Lapaire.

Haut de page

Texte intégral

1Le dernier numéro de l’année 2016 s’intitule « Construction du sens ». Il regroupe cinq articles qui s’articulent autour de préoccupations diverses et individuelles, néanmoins toutes mues par la recherche actuelle autour du sens et de ses supports. Comment le sens est-il construit, au-delà de la coprésence de signes, de caractéristiques attribuables à certaines parties du discours ? Quels sont les facteurs et les dimensions qu’il convient d’intégrer dans l’analyse du sens, de sa production, comme de sa réception ? Faut-il s’en tenir aux paramètres que la tradition a consolidés, ou bien étendre l’analyse aux frontières de l’interaction, de l’intentionalité, de la cognition ou des représentations corporelles ?

2Le premier article, proposé par Laure Gardelle (Université de Grenoble), s’attache à examiner le fonctionnement de certains nom collectifs (crew, clergy, police) issus de collectifs dénombrables, conjointement à celui de supercatégories collectives (poultry, livestock) regroupant des indénombrables issus de noms superordonnés. C’est leur capacité à impliquer une pluralité de membres au singulier ou au pluriel qui est l’objet d’une enquête à la fois minutieuse et informée. Deux corpus d’anglais américain permettent d’observer le comportement de ces noms collectifs, ainsi que l’évolution de leurs dénotations en contexte (renvoi aux membres d’une classe, saillance des unités, etc.). Les conclusions de cet article permettront sans aucun doute une meilleure appréciation de la relation entre une classe et ses unités, et réouvriront le débat sur le classement des noms collectifs dans la catégorie des indénombrables. Dans le domaine verbal, Geneviève Girard-Gillet (Université Paris 3) se tourne quant à elle vers deux verbes aspectuels complémentés soit par une gérondive soit par une infinitive, mais qui peinent à rejoindre la catégorie communément conçue autour des verbes stop et carry on. Ces deux verbes (cease et continue) confèrent en effet aux propositions qui les complémentent un sens qui n’est pas nécessairement attendu car l’alternance possible entre la proposition infinitive ou gérondive ne produit pas les effets généralement relevés (respectivement, expression du but et d’un procès interrompu puis repris). Les notions d’agentivité et d’intentionalité sont convoquées par l’autrice pour tenter d’expliquer ce phénomène à partir de nombreux exemples en contexte. Ancrées dans une solide connaissance des travaux existant dans le domaine, les propositions de cet article ne manqueront pas d’intéresser les chercheurs en anglistique et, plus largement, en sémantique verbale.

3L’article suivant élargit le périmètre que tente de couvrir ce numéro d’Anglophonia en s’attachant à décrire la particule finale but, déjà largement étudiée en anglais américain et australien. La proposition de Sylvie Hancil (Université de Rouen) souhaite accueillir d’autres types de variations contemporaines, en particulier l’anglais britannique du nord et du sud. Deux sous-corpus oraux sont sollicités pour offrir une image de l’évolution de l’emploi de cette particule en synchronie. L’appui sur les études concernant la grammaticalisation de cette particule, comme le questionnement des propriétés thétiques (principalement contrastives) qui sont généralement attribuées à celle-ci, amènent l’autrice à une série d’hypothèses originales sur la particule finale but dans ces deux variantes britanniques, touchant notamment à ses propriétés cohésives et interactionnelles. Cet article et les résultats qu’il présente contribueront à consolider les connaissances sur les variantes régionales de l’anglais, comme à encourager les travaux sur les particules finales.

4Les deux derniers articles de ce numéro complètent utilement l’étude de la construction du sens par un volet fortement expérimental. En effet, la première étude d’Aurélie Barnabé (Université de Clemont-Ferrand) a amené à sonder des locuteurs francophones et anglophones sur l’emploi de verbes de mouvement alors qu’ils étaient diversement exposés à des expériences sensorimotrices. L’autrice tente de démontrer que la mise en situation interactive pourrait déconstruire la typologie talmienne qui distingue langues satellites et langues à cadrage verbal. La prise en compte, en situation expérimentale, de variables non linguistiques, suivant un protocole où le locuteur décrit les mouvements qu’il est amené à opérer ou bien ceux opérés par un sujet qu’il observe, conduit à des conclusions éclairantes sur la capacité du locuteur à intégrer des représentations, à négocier l’interaction entre acte corporel et acte langagier, et à procéder à un réexamen stimulant des typologies en usage concernant la construction du sens. Le dernier article de ce numéro prolonge, par une seconde expérimentation, la même interrogation, mais cette fois à un niveau métalinguistique. Jean-Rémi Lapaire (Université Bordeaux Montaigne) s’est quant à lui livré à une série d’expériences visant à sonder la réception du discours savant sur le langage et, par voie de conséquence, l’efficience des termes employés pour transmettre le savoir sur la langue. La réception de l’explication grammaticale fonde ce travail et constitue une prise de recul passionnante sur les pratiques d’enseignement et d’apprentissage de la grammaire et de la linguistique. Face aux attentes métalinguistiques individuelles ou institutionnelles, tenant compte des représentations naïves des apprenants, ou celles censément techniques de la discipline, l’auteur s’attache à observer les vecteurs qui rendent la transmission de concepts diversement complexes (verbes irréguliers, modaux, aspects) efficace ou réductrice. Cette enquête auprès d’étudiants de L1 permet à l’auteur de formuler une série d’hypothèses et de propositions novatrices en vue d’une véritable clarification métalinguistique, d’une meilleure articulation entre transmission et réception, ainsi que d’une « convergence heureuse des représentations ».

5À nouveau, en conclusion de cet éditorial, je ne peux qu’encourager toutes celles et ceux qui souhaiteraient soumettre à la revue leurs propositions. Celle-ci souhaite par ailleurs désormais s’ouvrir à la publication de recensions, de débats ou de témoignages. Son comité éditorial est prêt à examiner toute suggestion allant dans ce sens. Les menus latéraux de notre site précisent les conditions et dates de soumission des textes, et donnent aux auteurs toutes les indications matérielles et éditoriales nécessaires. Il est également possible de nous contacter pour nous soumettre une proposition d’appel à contributions sur une thématique jugée d’actualité.

6Nous vous souhaitons une lecture aussi agréable que fructueuse de ce numéro.

7Henri Le Prieult, pour le comité éditorial.

8Avec la participation du CAS (Cultures Anglo-Saxonnes – Université Toulouse-Jean Jaurès).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Le Prieult, « Editorial », Anglophonia [En ligne], 22 | 2016, mis en ligne le 22 mars 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/1027

Haut de page

Auteur

Henri Le Prieult

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals