Skip to navigation – Site map

L’influence de la volition sur la distribution des verbes à alternance causative dans les résultatives de l’anglais

Maryse Grône
p. 99-123

Abstract

This article is a detailed examination of the distribution of verbs undergoing the causative/inchoative alternation in the English resultative. More precisely, the purpose of this paper is to show, on the basis of an extensive corpus investigation of naturally occurring data, that already-existing analyses of the resultative structure – Simpson 1983, Levin & Rappaport Hovav (L&RH) 1998, 1999, 2001, Wechsler 1997 – are insufficient to account for the full range of data collected. On the one hand, Simpson’s and L&RH’s approaches fail to make accurate predictions as to the distribution of alternating change of state verbs in the resultative frame. On the other hand, although Wechsler’s analysis is much more promising, I show that it nonetheless needs to be refined in light of a previously unnoticed fact. Indeed, the distribution of verbs undergoing the causative/inchoative alternation in the COCA indicates that their intransitive variants are much more likely to occur in resultatives than their transitive counterparts. In order to account for this phenomenon, I propose that a new explanatory factor, namely volitionality, influences the acceptability of alternating verbs in the resultative frame.

Top of page

Full text

Introduction

1Il est traditionnellement admis qu’une résultative décrit un accomplissement (au sens où le définit Vendler 1957) formé de manière compositionnelle. En effet, une résultative transforme un prédicat d’activité comme hammer en (1a) en accomplissement grâce à l’ajout, en syntaxe, d’un syntagme exprimant le résultat de l’action dénotée par le verbe. Dans ce qui suit, j’appelle RP (pour ‘Result Phrase’) le syntagme qui sert à dépeindre l’état résultant de l’action dénotée par le verbe. Ainsi, en (1b), flat dépeint le résultat de l’événement décrit par le verbe d’activité atélique hammer et pose de cette façon une borne de droite à cet événement. La modification aspectuelle qui caractérise le schéma résultatif est illustrée en (1) avec le test bien connu des adverbiaux temporels en for et en in.

(1)

a. He hammered the metal for 10 minutes / # in 10 minutes.

b. He hammered the metal flatRP in 10 minutes /??for 10 minutes.

2C’est cette définition, récurrente dans la littérature sur les résultatives (Dowty 1979, Wechsler 1997, Rappaport Hovav & Levin (RH&L) 1998, Ramchand 2008, parmi d’autres), qui constitue le point de départ de mon étude sur le fonctionnement des verbes à alternance causative dans le schéma résultatif.

3Ces verbes présentent des caractéristiques bien particulières. Ils ont en effet deux emplois, transitif et intransitif. Dans leur emploi transitif, le sujet grammatical renvoie à la cause de l’action (l’agent I en (2a) alors que l’objet décrit le patient (c’est bien la fenêtre qui subit l’action en (2a)). Dans leur emploi intransitif, en revanche, le sujet ne renvoie pas à l’agent de l’action, mais au patient (en (2b), c’est à nouveau la fenêtre qui subit l’action).

(2)

a. Iagent broke the windowpatient.

b. The windowpatient broke.

  • 1 Pour certains verbes, comme arrive, glisten et die, seul cet emploi intransitif est disponible (he (...)

L’emploi intransitif de ces verbes1 se distingue ainsi des verbes inergatifs intransitifs comme shout en (3) où le sujet de surface renvoie bel et bien à l’agent de l’action dénotée par le verbe.

(3)

Heagent shouted.

Les verbes à alternance causative soulèvent au moins deux problèmes pour le schéma résultatif anglais.

4Tout d’abord, il convient de rappeler que ces verbes sont des verbes de résultat. Autrement dit, ils lexicalisent tous un changement d’état (Levin 1993 :30), comme l’illustre la manipulation suivante : #I broke the vase, but it is not broken, #the clothes dried, but they are not dry, le résultat encodé par le verbe ne peut être nié sans produire une phrase contradictoire. D’un point de vue aspectuel, ces verbes décrivent donc soit un accomplissement comme melt, dry ou encore lengthen, soit un achèvement (break, explode). Or, si on reprend la définition d’une structure résultative donnée plus haut, on constate qu’il devrait normalement être impossible d’ajouter un nouveau résultat (via un RP) à la structure d’un accomplissement ou d’un achèvement, puisque celle-ci est, par définition, déjà complexe. Néanmoins, comme l’attestent les exemples bien connus en (4), les verbes à alternance causative ne sont nullement exclus du schéma résultatif.

(4)

a. I broke the vase to pieces.

b. The lake froze solid.

Il s’agit donc là d’un premier paradoxe à résoudre.

5La seconde difficulté est, du moins en apparence, essentiellement d’ordre syntaxique. Il existe en effet une différence majeure entre les résultatives formées à partir de verbes inaccusatifs d’un côté et celles formées à partir de verbes inergatifs de l’autre. Alors que les premières ne nécessitent pas l’ajout d’un pronom réfléchi coréférentiel au sujet de surface en position d’objet direct (cf.(5a) vs (5b)), les secondes l’imposent, comme l’illustre le doublon en (6).

(5)

a. The window broke to pieces.

b. *The window broke itself to pieces.

(6)

a. *He shouted hoarse.

b. He shouted himself hoarse.

  • 2 Davies, M. (2008-). The Corpus of Contemporary American English (COCA): 410+ million words, 1990-pr (...)

6Cette différence de comportement a déjà été mentionnée dans la littérature (Simpson 1983, L&RH 1995, 1999, RH&L 2001) et des analyses ont été proposées pour en rendre compte. J’en présente brièvement trois dans la partie suivante, avant de montrer qu’une étude quantitative réalisée à partir de dix verbes à alternance causative sur le COCA2 rend ces analyses insuffisantes pour expliquer de manière exhaustive la distribution de ces verbes dans les résultatives. En outre, la recherche que j’ai menée sur corpus a mis au jour un phénomène jusqu’alors resté inaperçu. Il est en effet apparu que l’ajout d’un RP est facilité lorsque le verbe à alternance causative est employé intransitivement, comme en (7a). Inversement, quand ce verbe est utilisé transitivement avec un sujet volitionnel, le schéma résultatif semble évité. On trouve ainsi très peu d’occurrences semblables à (7b) en corpus.

(7)

a. Despite my stretching them [=muskrat pelts], rubbing them with salt, they dried stiff as cardboard (COCA).

b. ??I wanted to dry my clothes stiff.

7Le reste de cet article visera donc à proposer une explication à cette tendance. À cette fin, je m’appuierai essentiellement sur la différence de sens lexical véhiculé par les emplois transitif et intransitif des verbes à alternance causative.

1. Les travaux sur la question

1.1. Le RP comme simple redondance sémantique (Wechsler 1997, RH&L 1998)

8Afin de résoudre le premier problème soulevé en introduction, à savoir l’incompatibilité hypothétique qu’il devrait y avoir entre l’ajout d’un RP et la structure déjà complexe des verbes à alternance causative, Wechsler 1997 et RH&L 1998 proposent une analyse intéressante. Selon eux, le RP dans une résultative formée à partir d’un verbe à alternance causative ne sert qu’à apporter une précision sur le résultat déjà encodé par le verbe recteur. Le RP constitue ainsi une forme de redondance sémantique puisqu’il répète, tout en apportant tout de même quelques spécifications, le résultat déjà présent dans le sens lexical du verbe. Par conséquent, la présence du RP dans ces résultatives ne constitue pas une bizarrerie aspectuelle puisque aucun nouvel état résultant n’est ajouté à la structure déjà complexe de l’accomplissement ou de l’achèvement dénoté par le verbe recteur. Cette proposition semble vérifiée dans les exemples en (4) déjà notés plus haut.

(4)

a. I broke the vase to pieces.

b. The lake froze solid.

9Dans ces deux exemples, le RP sert bien à chaque fois à expliciter le résultat déjà décrit par le verbe. Alors que le verbe break encode simplement le résultat ‘cassé’ (broken), sans préciser si le vase est en deux ou plusieurs morceaux, le RP to pieces permet justement de gommer cette indétermination en soulignant que le vase est en de nombreux morceaux. De même, (4b) est bien moins vague que the lake froze puisque le RP solid précise que toute l’eau du lac a gelé. Cette proposition permet en outre de faire une prédiction importante : si seuls les RP permettant de modifier le résultat déjà lexicalisé par le verbe peuvent apparaître dans ces résultatives, alors leur nombre devrait être plus restreint que dans les résultatives plus typiques comme he hammered the metal flat et ils devraient être, pour un même verbe, sémantiquement proches les uns des autres (the lake froze solid/hard...).

10Je reviendrai sur cette hypothèse plus loin et montrerai notamment que les prédictions qu’elle suggère ne sont pas vérifiées. Mais avant cela, j’aimerais présenter deux analyses qui visent à expliquer la présence (ou l’absence) du pronom réfléchi dans les résultatives formées à partir de verbes intransitifs. La première de ces analyses a été proposée par Simpson dès 1983, puis reprise ensuite par L&RH 1995 qui lui ont d’ailleurs donné le nom de ‘Restriction sur l’Objet Direct’ (Direct Object Restriction, DOR). Plus récemment, L&RH (1999, 2001) ont développé une nouvelle hypothèse en termes de ‘complexité de l’événement’.

1.2. La Restriction sur l’Objet Direct (Simpson 1983, L&RH 1995) / la Restriction sur le Thème Affecté (Wechsler 1997)

11La DOR a pour point de départ l’ ‘hypothèse inaccusative’ (Perlmutter 1978, Burzio 1986) qui assigne une structure syntaxique différente aux verbes inaccusatifs et aux verbes inergatifs. D’après cette hypothèse, l’argument des verbes inaccusatifs est en fait un objet profond. En d’autres termes, le GN the window en (8) est l’objet profond du verbe break et monte en position sujet par dérivation syntaxique. La structure profonde des verbes inergatifs est différente. En (9), le sujet de surface correspond cette fois au sujet profond et il n’y a aucune transformation syntaxique.

(8)

The windowi broke ei.

(9)

Hesujet de surface/sujet profondshouted.

12Simpson 1983 adopte cette distinction syntaxique entre verbes inaccusatifs et verbes inergatifs, et parvient à expliquer la réalisation argumentale de ces verbes dans le schéma résultatif en formulant la restriction suivante : le RP d’une résultative ne peut porter que sur l’objet direct du verbe recteur. Cette condition lui permet en effet de rendre compte de l’absence d’objet réfléchi dans les résultatives formées à partir de verbes inaccusatifs. Puisque le sujet grammatical de ces verbes correspond en réalité à un objet profond, le RP peut lui être prédiqué directement. Inversement, les verbes inergatifs n’ont pas d’objet direct hors du schéma résultatif, l’ajout d’un pronom réfléchi correspond donc à l’addition d’un objet sur lequel peut porter le RP. (10) et (11) illustrent le mécanisme.

(10)

a. The windowi (objet profond) broke eito piecesRP.

b. *The window broke itself to pieces.

(11)

a. *He shouted hoarse.

b. Hesujet profond shouted himselfobjet direct hoarseRP.

  • 3 Je simplifie ici volontairement l’analyse de Wechsler. En particulier, afin de rendre compte de la (...)

13Formulée de la sorte, l’explication proposée par Simpson 1983 est purement syntaxique et nécessite l’adhésion à l’hypothèse inaccusative. C’est précisément ce que Wechsler 1997 rejette en proposant une version plus sémantique de la DOR. Ainsi, au lieu de parler d’objet direct, il formule une restriction en termes de ‘thème affecté’ (Affected Theme Restriction, ATR) : le RP d’une résultative ne peut porter que sur l’argument qui désigne le thème affecté. Une fois encore, les différences sélectionnelles observées entre les verbes inergatifs et inaccusatifs dans le schéma résultatif se trouvent expliquées. Comme je l’ai rappelé en introduction, le sujet grammatical des verbes inaccusatifs (the window broke) décrit l’entité qui subit l’action exprimée par le verbe. Il s’agit donc du thème affecté et le RP peut porter directement sur lui sans que l’ajout d’un pronom réfléchi en position d’objet direct ne soit nécessaire. Par contre, l’argument des verbes inergatifs renvoie à un agent (he shouted). Autrement dit, aucun thème affecté n’est présent lorsque le verbe est utilisé hors du schéma résultatif, ce qui explique l’agrammaticalité de *he shouted hoarse3.

14Bien que ces deux approches résolvent chacune à leur manière la question de l’absence ou de la présence du pronom réfléchi avec un certain succès, on peut malgré tout rejeter la DOR et lui préférer la variante en termes de rôles sémantiques (la ATR), et ce pour plusieurs raisons.

15D’abord, elle permet de rendre compte du phénomène tout en évitant d’avoir recours à une explication en termes de transformation et de dérivation syntaxique.

16L’hypothèse de Wechsler permet également d’expliquer l’agrammaticalité d’un grand nombre de résultatives. En (14a) et en (14a’), les syntagmes nominaux Mary et the question ne sont pas les thèmes affectés des actions décrites par watch et answer, respectivement, ce qui explique pourquoi l’ajout d’un RP est impossible. En revanche, une analyse en termes d’objet direct serait peu concluante ici. Les SN Mary et the question sont bel et bien les objets directs des verbes watch et answer, et, en s’appuyant uniquement sur la DOR, on prédirait que les résultatives en (14a) et (14a’) sont grammaticales.

17De plus, la résultative en (14b), proposée par Wechsler lui-même pour appuyer son hypothèse, est impossible. Le RP exhausted ne peut en effet pas porter sur le GN John puisque celui-ci n’est pas le thème affecté du verbe recteur hammer.

(14)

a. *John watched Mary bored/to boredom (Ramchand 2008 :10, (13b))

a’. *I answered the question obvious.

b. *John hammered the metal exhausted (Wechsler 1997 : 2)

18Pareillement, et il s’agit là d’ailleurs d’un des objectifs de Wechsler 1997, la ATR permet d’éclairer le comportement atypique des verbes de déplacement dans le schéma résultatif. Ces verbes sont normalement inergatifs hors résultatives, mais ils se comportent comme des verbes inaccusatifs dans la structure résultative en ne nécessitant pas l’ajout d’un objet réfléchi.

(15)

a. He walked into the store.

b. ??He walked himself into the store.

19Un tel comportement trouve une explication si on considère que les verbes de déplacement imposent à leur sujet de surface deux rôles thématiques : le référent de he en (15) est à la fois agent puisque c’est lui qui initie le mouvement, et thème affecté puisqu’il subit un changement de localisation (Jackendoff 1972). Comme le propose Wechsler, c’est précisément parce que le sujet grammatical des verbes de déplacement joue le rôle de thème affecté que le RP peut être ajouté à la structure argumentale du verbe sans qu’un pronom réfléchi en position d’objet direct ne soit nécessaire.

20Toujours dans le même ordre d’idée, la résultative the sailors managed to catch a breeze and ride it clear of the rocks (Wechsler 1997 : 8, (15b)), où le RP porte sur le sujet grammatical alors même qu’un GN objet est présent, est correcte parce que le GN the sailors renvoie au thème affecté du verbe ride. La DOR ne rend, quant à elle, pas compte de ce dernier exemple puisqu’un objet direct est présent (it) sans que le RP ne lui soit nécessairement prédiqué.

21Ainsi, parce qu’elle permet de d’élucider un plus grand nombre de données, une restriction en termes de rôles sémantiques (la ATR) semble bien plus séduisante qu’une analyse qui ne s’appuie que sur les fonctions grammaticales (la DOR). Je reviendrai sur la ATR plus loin, non pas pour la rejeter, mais plutôt pour y apporter quelques précisions.

22Wechsler 1997 n’est cependant pas le seul à s’être volontairement éloigné de l’approche purement syntaxique des résultatives que les travaux de Simpson 1983 ont initiée. RH&L (2001) ont elles aussi soulevé plusieurs objections à la DOR et ont proposé une analyse plus sémantique des résultatives.

1.3. Levin & Rappaport Hovav (1999), RH&L (2001) et la complexité événementielle

23Bien que L&RH 1995 aient fait sienne la DOR proposée par Simpson 1983, elles se sont depuis écartées de l’hypothèse inaccusative. En particulier, elles présentent dans de récents travaux (RH&L 1998, 2001, L&RH 1999, 2005) une théorie originale visant à rendre compte de la réalisation des arguments d’un verbe en termes de complexité événementielle. Parmi les nombreux phénomènes que la notion de complexité événementielle leur permet d’étudier figure justement la question de la présence ou de l’absence du pronom réfléchi dans les résultatives formées à partir de verbes intransitifs.

24Tout d’abord, il convient d’expliciter le concept de ‘complexité événementielle’. Cette notion présuppose une analyse des événements en termes de composition événementielle (un événement est composé de sous-événements distincts). Les résultatives illustrent parfaitement le concept de compositionnalité puisqu’une résultative dépeint deux sous-événements, à savoir l’événement causateur, décrit par le verbe recteur, et l’événement résultant exprimé par le RP.

25L’hypothèse de compositionnalité des événements conduit L&RH à distinguer en fait deux types de structure événementielle. Le premier, qu’elles appellent ‘événement simple’, regroupe les prédicats qui ne décrivent qu’un seul et même événement. Le prédicat sweep the floor en fait partie. Autrement dit, aucune opération de composition événementielle ne précède la formation de ces prédicats. C’est ce qui distingue ce premier type de structure événementielle du second, l’ ‘événement complexe’. Un prédicat qui dénote un événement complexe est en effet constitué de deux sous-événements. En outre, ces deux sous-événements ne sont pas nécessairement coextensifs et concomitants (the subevents are not necessarily temporally dependent, RH&L2001 :776) et entretiennent l’un avec l’autre un lien de causalité. L’événement décrit par he opened the window illustre parfaitement ce point : l’événement causateur (l’agent he fait quelque chose) ne coïncide pas nécessairement, d’un point de vue temporel, avec l’événement résultant (la fenêtre s’ouvre). Ce décalage temporel entre les deux sous-événements est d’ailleurs typique des verbes causatifs comme open où la cause précède logiquement le résultat.

  • 4 Elles en distinguent en réalité trois. Outre les deux que je présente dans le corps de cet article, (...)

26Qu’en est-il des structures résultatives ? Comme je l’ai fait remarquer plus haut, les résultatives dénotent toujours deux sous-événements (l’événement causateur et l’événement résultant). En dépit de cette compositionnalité, les résultatives ne présentent pas toutes une structure événementielle complexe. En fait, L&RH distinguent deux types de résultative4 qui se différencient par le rapport temporel qui existe entre les sous-événements décrits. Considérons dans un premier temps les résultatives formées à partir de verbes inaccusatifs comme en (16).

(16)

The clothes dried stiff.

27(16) évoque bien deux sous-événements (the clothes dried et the clothes became stiff). Toutefois, L&RH notent que ces deux sous-événements sont nécessairement coextensifs et concomitants. En effet, le séchage des vêtements conduit, de manière incrémentale, à l’état résultant (les vêtements sont rigides). Les deux sous-événements sont par conséquent temporellement dépendants, ils démarrent au même moment et se terminent également en même temps. Parce que les deux sous-événements sont solidaires l’un de l’autre d’un point de vue temporel, ils sont interprétés comme un seul et même événement. Autrement dit, la structure événementielle d’une résultative formée à partir d’un verbe inaccusatif comme dry est celle d’un événement simple.

Il en va tout autrement pour les résultatives dont le verbe recteur est inergatif.

(17)

He shouted himself hoarse.

28À nouveau, la résultative en (17) dénote bien deux sous-événements, à savoir he shouted et he became hoarse. Cependant, les deux sous-événements ne sont pas cette fois nécessairement coextensifs et concomitants. Comme avec le prédicat open the window mentionné plus haut, un décalage temporel entre les deux sous-événements est possible. Ainsi, selon L&RH, l’événement causateur (he shouted) débute avant l’événement résultant (he became hoarse). Pour preuve, elles proposent l’exemple suivant où l’on constate que la résultative Sam sang himself hoarse peut tout à fait désigner une situation dans laquelle Sam chante un jour donné mais ne devient enroué que le jour suivant.

(18)


Sam sang enthusiastically during the class play. He woke up hoarse the next day and said, ‘Well, I guess I’ve sung myself hoarse’ (ex (24) de RH&L2001:775).

29L&RH aboutissent donc à la généralisation suivante : alors que les résultatives formées à partir de verbes inaccusatifs dépeignent des événements simples, celles dont le verbe recteur est un verbe inergatif expriment des événements complexes, c’est-à-dire deux sous-événements bien distincts d’un point de vue temporel.

30Une question se pose alors. Comment, à partir de cette distinction sémantique entre les deux types de résultative, L&RH parviennent-elles à expliquer l’absence (ou la présence) de l’objet réfléchi dans les résultatives formées à partir des verbes intransitifs ? Cette problématique touche en fait au problème plus général de l’articulation entre la sémantique et la syntaxe. En effet, L&RH montrent qu’une sémantique en termes de complexité événementielle permet de rendre compte de la réalisation des arguments d’un verbe en posant toute une série de contraintes visant à régir l’interfaçage sémantique/syntaxe. Une de ces conditions nous intéresse tout particulièrement ici, il s’agit de la condition d’’un-argument-par-sous-événement’ que je donne en (19).

(19)

Argument-per-subevent condition: There must be at least one argument XP in the syntax per subevent in the event structure (RH&L2001 : 779).

31D’après cette condition, un événement complexe, qui décrit deux sous-événements bien distincts, nécessite au moins deux arguments en syntaxe. C’est le cas des résultatives formées à partir de verbes inergatifs comme shout. Or, shout est un verbe à un argument hors du schéma résultatif, et ainsi, l’ajout d’un pronom réfléchi en position d’objet direct est nécessaire pour que la condition en (19) soit vérifiée. À l’inverse, dans le cas des résultatives du type the clothes dried stiff qui ont une structure événementielle simple, l’argument unique de dry suffit, et l’ajout d’un objet réfléchi est inutile.

32L’analyse en termes de complexité événementielle proposée par L&RH permet donc, tout comme la ATR formulée par Wechsler 1997, d’expliquer la présence ou l’absence de l’objet réfléchi dans les résultatives formées à partir de verbes intransitifs. Malgré cette similitude, les deux approches ne reposent pas sur les mêmes critères. Wechsler s’appuient sur les rôles sémantiques tandis que L&RH bâtissent leur hypothèse grâce à la notion de complexité événementielle. Une question surgit alors : quelle analyse choisir ?

33Une autre contradiction a pu apparaître au lecteur attentif dans ce qui précède. Si la première analyse que j’ai présentée (Wechsler 1997, L&RH1998) traite le RP des résultatives formées à partir de verbes inaccusatifs comme une simple précision sur le résultat déjà lexicalisé par le verbe, j’ai également mentionné brièvement que L&RH établissent une distinction entre deux types de résultatives formées à partir de verbes inaccusatifs. Le RP peut effectivement être parfois redondant (the lake froze solid), mais ce n’est pas toujours le cas. Par exemple, stiff n’est pas lexicalisé par le verbe dry dans the clothes dried stiff. Une nouvelle fois, on peut se demander quelle analyse est la plus appropriée pour décrire les résultatives formées à partir de verbes inaccusatifs.

34En m’appuyant sur des exemples authentiques tirés du COCA, je me propose maintenant de revenir sur ces trois analyses et de démêler les deux points problématiques que je viens d’évoquer.

2. Les travaux précédents face aux données

35L’étude que j’ai réalisée sur le COCA a porté sur dix verbes à alternance causative (lengthen, melt, break, dry, bake, freeze, burn, heat, ripen, explode). Les exemples que j’ai pu collecter m’ont permis de valider ou, au contraire, d’invalider les analyses présentées dans la partie précédente. Je reprends donc ces analyses l’une après l’autre tout en présentant un phénomène jusqu’alors inconnu.

2.1. Le RP, une simple précision sur le résultat déjà lexicalisé par le verbe ?

36En ce qui concerne le traitement des RP des résultatives formées à partir de verbes inaccusatifs proposé par Wechsler 1997 et L&RH 1998, j’ai déjà en partie apporté une réponse dans la section précédente en montrant que stiff ne fait pas partie du sens lexical du verbe dry dans the clothes dried stiff. Dit différemment, the clothes dried stiff est bien un cas particulier de composition événementielle au même titre que la résultative plus traditionnelle he hammered the metal flat, ce qui invalide l’analyse en termes de redondance sémantique du RP. Les nombreux exemples que j’ai collectés sur le COCA vont dans le même sens. Faute de place, je ne mets en guise d’illustration qu’un nombre limité d’entre eux. Ils sont néanmoins suffisamment parlants. Force est en effet de constater que, dans les exemples en (20), le RP constitue un véritable ajout informatif, et que sa présence ne sert nullement à simplement modifier le résultat déjà présent dans le verbe. Il suffit d’ailleurs de procéder à une manipulation simple pour s’en convaincre. En (20)a’, on note que nier le résultat décrit par le RP de (20)a. ne produit pas une phrase contradictoire avec le verbe dry. Ceci démontre que smelly n’est pas encodé par le verbe inaccusatif dry. De plus, j’ai choisi mes exemples en tenant compte à la fois de la diversité des RP, mais également du verbe recteur, pour bien montrer que l’opération de compositionnalité était possible avec tous les verbes à alternance causative que je m’étais proposée d’étudier.

(20)


a. Nathan didn’t like touching the mud so he painted his face, and that was all. Then they rowed back to the dock and lay down in the sun to let it dry. But it didn’t dry brown. It dried blue and smelly. (COCA)

a’. The paint dried, but it is not smelly.

b. «It’s foggy a lot here,» he said as we rode up The Glacier Chaser high-speed quad and vanished into the murk. There weren’t any snow ghosts; the warm snap had melted the trees clean. (COCA)

c. After a dive in search of a meal, seals frequently battle each other for access to breathing holes in the ice. The fights become more intense as temperatures fall and ice holes and cracks freeze shut. (COCA)

d. I wasn’t wearing gloves and my hands burned numb.(COCA)

e. After days of enduring heavy flooding, the current proved too much for the yacht’s mooring and it broke loose. (COCA)

f. Once or twice a century, when a massive star ripens to death, a few hundred thousand of the galaxy’s most devoted, superrich tarindhus gather to witness the explosion. (COCA)

g. The sun outside had baked the early afternoon into stillness. (COCA)

37De tels contre-exemples rendent nécessaire l’élaboration d’une nouvelle hypothèse afin d’expliquer la compatibilité des verbes à alternance causative, qui, je le rappelle, sont des verbes de résultat, avec le schéma résultatif.

38Mais avant de présenter mon analyse sur ce point, j’aimerais revenir sur l’approche en termes de complexité événementielle proposée par L&RH. En effet, si je n’ai pas trouvé de contre-exemples à leur hypothèse qui soient aussi évidents que ceux donnés en (20), j’ai toutefois remarqué que certaines occurrences étaient problématiques pour leur analyse.

2.2. Une analyse en termes de complexité de l’événement (L&RH) est-elle pertinente ?

39Dans cette section, j’aimerais mettre en exergue deux exemples et montrer que les prédictions auxquelles conduit l’hypothèse de L&RH ne sont pas nécessairement vérifiées.

(21)

a. He shouted himself hoarse.

b. «If you speak again without being asked a direct question, I swear on my mother’s Bible that I will bang your head on this table until you can count your teeth on one hand. Is that clear? That was a direct question.» Peter’s throat had dried shut. He coughed and managed to say, «Clear.» (COCA)

40Considérons d’abord la résultative en (21)a. D’après l’analyse en termes de complexité de l’événement, elle devrait décrire deux sous-événements temporellement distincts puisque l’ajout d’un argument supplémentaire (l’objet réfléchi) est indispensable (*he shouted hoarse). Pourtant, il me semble également possible d’attribuer à (21)a. l’interprétation propre aux événements simples, c’est-à-dire une lecture où les deux sous-événements sont coextensifs et concomitants. De fait, he shouted himself hoarse est souvent glosé en français par il a tellement crié qu’il s’est enroué, ou encore par il s’est enroué à force de crier. Autrement dit, toute la quantité (et donc toute la durée) de l’événement ‘shouting’ est nécessaire pour que le résultat ‘he became hoarse’ soit atteint. Par conséquent, il devient possible de faire coïncider les points de départ respectifs des deux sous-événements (he shouted et he became hoarse), même si l’état résultant (he is hoarse) n’est, quant à lui, visible qu’après un certain temps (cf. (18) plus haut). C’est également pour cette lecture qu’optent Goldberg & Jackendoff (2004).

41De même, l’interprétation de (21)b. est équivoque. Cette fois, l’analyse de L&RH prédit que l’événement dépeint est constitué de deux sous-événements coextensifs et concomitants étant donné qu’aucun pronom réfléchi n’est nécessaire à la formation de la résultative. Toutefois, il s’avère que l’interprétation causative typique d’une structure événementielle complexe est disponible ici aussi. En effet, l’événement causateur (la gorge s’assèche) démarre selon toute vraisemblance avant l’événement résultant (la gorge s’est ‘fermée’). C’est seulement parce que la gorge s’est trop asséchée qu’elle devient comme bâillonnée. Un décalage temporel du même type que celui prévu par L&RH pour (21a) est donc possible.

42On voit donc que chacune des deux résultatives en (21) acceptent finalement les deux types d’interprétation (à la fois l’interprétation d’un événement simple et celle d’un événement complexe). Ceci tend à montrer qu’une approche en termes de complexité événementielle n’est ni claire ni pertinente.

43Le manque de clarté vient probablement de la difficulté que l’on a à déterminer le statut d’événement simple et d’événement complexe dans le cas bien particulier des résultatives. Qu’entend-on exactement par ‘coextension’ et ‘concomitance’ ?

44Si d’un côté, une rupture temporelle est inévitable dans les deux types de résultatives (il faut avoir chanté pendant un certain laps de temps avant de devenir enroué, et la gorge ne peut se fermer qu’après s’être asséchée durant un certain temps), il n’en demeure pas moins vrai que les deux sous-événements restent, toujours dans les deux types de résultative étudiés, dépendants d’un point de vue temporel comme le suggèrent les paraphrases suivantes : la gorge s’est tellement asséchée qu’elle s’est fermée, il a tellement crié qu’il s’est enroué. Dans les deux cas, toute la durée de l’événement causateur a son importance et est indispensable à la validation de l’événement résultant.

45Quand bien même le critère de complexité événementielle serait nettement défini, il n’en serait pas pour autant plus convaincant puisque, comme on l’a vu, les deux lectures sont disponibles pour les deux types de résultative considérés. En d’autres termes, la notion de complexité événementielle ne permet pas de distinguer les résultatives formées à partir de verbes inaccusatifs des résultatives formées à partir de verbes inergatifs.

  • 5 Outre ces objections qui portent exclusivement sur l’étude des résultatives, on peut soulever quelq (...)

46Les reproches que je formule ici à l’encontre de l’hypothèse proposée par L&RH proviennent donc essentiellement du fait que cette analyse repose sur une distinction entre deux types de structure établie au niveau de l’extralinguistique. Si une description de l’extralinguistique est parfois utile pour rendre compte de phénomènes linguistiques, il apparaît que, dans ce cas précis, une distinction extralinguistique n’est pas claire et semble difficile à établir indépendamment de la structure syntaxique des deux types de résultative. En somme, l’observation des deux structures distinctes a conduit L&RH à percevoir une différence d’interprétation au niveau de l’extralinguistique sans qu’une telle distinction ne soit fermement établie par ailleurs5.

2.3. La restriction sur le thème affecté (ATR)

47En ce qui concerne la ATR, je n’ai trouvé aucun contre-exemple au cours de mes recherches sur corpus. Qui plus est, comme je l’ai brièvement souligné plus haut, la ATR présente plusieurs avantages, dont celui de rendre compte d’un nombre important de données sur les résultatives (cf. (14) et (15)). Pour toutes ces raisons, la ATR apparaît sans aucun doute comme l’analyse la plus prometteuse et je l’adopte dans ce qui ce suit. Néanmoins, les données que j’ai collectées sur le COCA montrent que la ATR doit être affinée. En effet, la ATR dit simplement que, s’il y a un RP, celui-ci porte nécessairement sur le thème affecté du verbe. Or, cette restriction ne semble pas suffisante, j’ai ainsi constaté que l’ajout d’un RP n’est pas toujours possible, et ce même lorsqu’un thème affecté est bien présent dans la phrase. Dit autrement, il est apparu que des contraintes supplémentaires doivent être apportées à la ATR afin de rendre compte le plus exhaustivement possible de la distribution des verbes à alternance causative dans le schéma résultatif.

48Je consacre la partie suivante à la présentation des données collectées et à la description du nouveau phénomène observé. J’en profite également pour évoquer rapidement le cheminement méthodologique qui a guidé le mode de constitution des données.

3. Présentation des données

49Les dix tableaux qui suivent compilent les résultats obtenus à partir des dix verbes étudiés. Afin de mettre en évidence le phénomène observé, voici comment lire ces tableaux : la deuxième ligne de chaque tableau donne le nombre d’occurrences du verbe dans le schéma résultatif. J’y ai également adjoint les pourcentages pour que les résultats apparaissent plus nettement, et ce même lorsque le nombre total d’exemples était relativement faible. Ainsi, si on considère les chiffres obtenus avec dry, on constate une nette différence de fréquence entre ses emplois intransitifs et ses emplois transitifs dans la structure résultative (plus de 90% des emplois de dry dans le schéma résultatif sont des emplois intransitifs). La même observation vaut pour les neuf autres verbes.

50Afin de m’assurer que ce contraste avait bel et bien à voir avec le schéma résultatif lui-même, et non pas avec des caractéristiques indépendantes de dry, j’ai également comptabilisé les emplois intransitifs et transitifs de dry hors du schéma résultatif. Il aurait en effet été tout à fait possible que dry soit utilisé plus fréquemment intransitivement que transitivement hors résultative, auquel cas, le contraste observé dans le schéma résultatif n’aurait pas été significatif. Or, une telle disparité entre les emplois transitifs et intransitifs des verbes à alternance causative n’apparaît justement pas hors du schéma résultatif. C’est ce qu’illustre la troisième ligne de chaque tableau. Ainsi, on remarque que, hors du schéma résultatif, dry intransitif et dry transitif apparaissent dans des proportions à peu près égales (44% et 56% respectivement). À nouveau, j’ai obtenu des résultats similaires avec les autres verbes, à l’exception de explode qui, même hors du schéma résultatif, est utilisé le plus souvent intransitivement. Par conséquent, les arguments que je présente dans ce qui suit ne s’appliquent pas directement à explode.

51En plus de cette distinction nette entre les emplois transitifs et intransitifs des verbes à alternance causative dans le schéma résultatif, une autre observation peut être faite. Ce n’est pas le schéma transitif seul qui semble jouer un rôle fondamental dans la formation d’une structure résultative, mais plutôt la spécification sémantique de la cause.

52Les occurrences collectées sur le COCA montrent en effet que les verbes à alternance causative utilisés transitivement prennent le plus souvent des sujets volitionnels. Par exemple, sur 138 occurrences de dry transitif, 83 ont un sujet agentif prototypique, et seulement 11 un sujet non volitionnel. En d’autres termes, l’utilisation transitive de ces verbes est la plupart du temps synonyme d’un fort degré d’agentivité. Il semble donc pertinent d’en déduire que le facteur expliquant la disparité observée entre les emplois transitifs et intransitifs des verbes étudiés dans le schéma résultatif est la volition et non le schéma transitif lui-même.

53Cette remarque est d’ailleurs renforcée par une dernière constatation. Les quelques résultatives formées à partir de l’emploi transitif des verbes à alternance causative n’apparaissent que très rarement avec un sujet volitionnel. À l’inverse, les résultatives transitives avec un sujet non volitionnel sont relativement bien représentées dans le schéma résultatif si on considère la faible fréquence d’apparition des sujets non volitionnels hors du schéma résultatif. Cette disparité suggère donc à nouveau que la possibilité d’ajouter un RP à la structure argumentale d’un verbe à alternance causative est fortement déterminée par la présence ou l’absence d’un sujet volitionnel.

  • 6 En ce qui concerne les résultats obtenus avec ‘melt’, une précision est nécessaire. Alors que j’ai (...)

* = verbes pour lesquels j’ai restreint la recherche d’occurrences sur les années 2010-2011. La fréquence d’apparition de ces verbes était en effet très élevée et le comptage des occurrences, notamment hors du schéma résultatif, pouvait être réalisé sur un nombre d’années limité sans modifier les chances d’obtenir des résultats significatifs sur le comportement de ces verbes.6

54(22) illustre et récapitule le phénomène observé.

(22)

a. The clothes dried stiff.

b.??I dried the clothes stiff.

c.I stiffened the clothes (by drying them / with a hair dryer)

c.The sun dried the clothes stifff

55Lorsque le verbe à alternance causative est utilisé intransitivement, comme en (22a), l’ajout d’un RP semble aisé.

  • 7 Par ‘agent prototypique’, j’entends un animé humain volitionnel qui est la cause directe de l’actio (...)

56À l’opposé, lorsque ce même verbe est employé transitivement avec un agent prototypique7, on ne trouve pratiquement aucune occurrence de résultative dans le COCA. À titre d’exemple, je n’ai pas trouvé de résultatives semblables à (22b) (je commenterai plus loin quelques exemples glanés dans des articles qui semblent aller à l’encontre de l’observation faite ici). On peut faire l’hypothèse que pour exprimer le sens véhiculé par (22b), les locuteurs préfèrent une structure comme (22c) où le résultat visé par l’agent est directement encodé par le verbe recteur alors que la manière ou le moyen est exprimé à l’aide de circonstants.

  • 8 La lecture des dix tableaux montre également que le passif facilite l’insertion du verbe à alternan (...)

57Enfin, l’emploi transitif des verbes à alternance causative n’exclut pas nécessairement l’ajout d’un RP, comme l’illustre (22d). On constate ici que lorsque le sujet grammatical renvoie à une cause non volitionnelle (le soleil), le schéma résultatif est possible. Les chiffres présentés dans les tableaux ci-dessus révèlent d’ailleurs qu’une telle combinaison est attestée dans le corpus consulté8

58C’est cette différence de distribution entre les emplois transitif et intransitif des verbes à alternance causative dans le schéma résultatif que je me propose d’examiner dans le reste de cet article. J’apporte toutefois une précision d’ordre méthodologique. Je cherche avant tout à expliquer l’absence dans le COCA de résultatives du type ??I dried the clothes stiff et la préférence que semblent avoir les locuteurs pour une structure concurrente, à savoir I stiffened the clothes (by drying them). Ce n’est donc pas une agrammaticalité pure et simple que je tente de décrypter, mais plutôt une tendance qui semble parcourir la langue. D’ailleurs, certains locuteurs natifs acceptent, hors contexte, des résultatives comme I dried the clothes stiff. Ma démarche consiste donc à m’appuyer principalement sur l’étude quantitative d’un phénomène afin d’orienter l’analyse (Wechsler 2005, 2008 et Scontras & Gibson 2011 ont récemment adopté une telle approche).

59À ce stade, deux problèmes doivent donc être résolus. Le premier, décrit en introduction, est toujours d’actualité puisque j’ai montré que l’hypothèse de redondance sémantique n’était pas convaincante pour des exemples comme the clothes dried stiff où le RP constitue bien un ajout informatif. En d’autres termes, comment expliquer la compatibilité du verbe de résultat dry avec le schéma résultatif ? Qui plus est, il me faut désormais répondre à une seconde interrogation. Pourquoi les verbes à alternance causative utilisés transitivement avec un sujet volitionnel sont-ils exclus du schéma résultatif ? Ces deux questions sont évidemment liées. Toutefois, je les traite séparément dans ce qui suit.

4. Les verbes inaccusatifs et le schéma résultatif

60Afin d’expliquer pourquoi les verbes inaccusatifs sont compatibles avec le schéma résultatif, je propose l’hypothèse suivante : bien que l’on classe traditionnellement ces verbes parmi les ‘verbes de résultat’ (et donc parmi les accomplissements), ils ne sont en réalité ni téliques ni atéliques structurellement. Ils décrivent un changement graduel sans pour autant qu’un état final ne soit forcément atteint. Par conséquent, ils ne lexicalisent pas de résultat, et l’ajout d’un RP n’est pas bloqué.

61Cette proposition ne concerne bien entendu pas les verbes d’achèvement break et explode qui lexicalisent bien un résultat et sont donc nécessairement téliques. Je reviendrai sur ces deux verbes en conclusion pour montrer notamment que les résultatives qu’ils servent à former sont bien particulières.

62À l’appui de la suggestion que je propose pour les huit autres verbes, on peut se pencher sur le comportement aspectuel tout à fait singulier de ces verbes. En effet, les verbes inaccusatifs comme melt, bake, dry ou encore lengthen acceptent très facilement aussi bien une lecture atélique qu’une lecture télique. J’insiste ici tout particulièrement sur les emplois atéliques de ces verbes étant donné que leur interprétation télique pose rarement problème (il s’agit de verbes de changement d’état). Ainsi, on trouve facilement des emplois atéliques de ces verbes en corpus, comme l’attestent les exemples en (23).

(23)

a. Once the roots were clean we put them in the smokehouse to dry for about a week. (COCA)

b. ...of tissue soaked in paraffin which is just melted for at least twelve, and more often twenty-four hours. (googlebooks)

c. he made a goose, (...) but instead of poaching it in goose fat in a huge stockpot, he basted it in its own fat as it baked for eight hours at 200 degrees. (COCA)

d. The Chernobyl reactor was very different. Its graphite burned for ten days, pouring fission products directly into the stratosphe re. (COCA)

63Ce qui est fondamental ici, c’est que la lecture atélique apparaît tout à fait naturellement, sans qu’il ne soit nécessaire de forcer l’interprétation. En effet, différents travaux sur l’aspect ont montré que, en dépit des classifications aspectuelles traditionnelles comme celle élaborée par Vendler 1957, la plupart des verbes acceptent en réalité les deux lectures. Cependant, il reste tout de même possible d’attribuer à ces verbes un type aspectuel de base, et la seconde interprétation n’émerge que par ‘coercition’ (Corre 2009). Ainsi, un adverbial temporel en for, ou encore le progressif, peuvent imposer une lecture atélique sur un prédicat typiquement télique par ailleurs.

(24)

He was hammering the metal flat when I came in.

(25)

?He hammered the metal flat for a few minutes before being interrupted.

64Or, les verbes inaccusatifs étudiés ici ne nécessitent pas un tel phénomène de coercition pour recevoir une interprétation atélique. Celle-ci apparaît tout aussi naturellement que la lecture télique. Le fait que les deux interprétations sont naturellement disponibles suggèrent que ces verbes ne sont structurellement ni atéliques ni téliques et qu’ils n’encodent par conséquent aucun résultat. Tout ceci explique pourquoi il est possible d’ajouter un résultat nouveau à la structure événementielle de ces verbes.

65Pareillement, l’un des tests proposés par Tenny permet de faire ressortir l’ambiguïté structurelle des verbes inaccusatifs. Tenny oppose les adverbes considerably et finally : alors que considerably signale simplement qu’un changement partiel a eu lieu sans qu’aucun état résultant ne soit atteint, finally témoigne de la télicité du prédicat et indique donc qu’un résultat final est atteint. J’emprunte les exemples en (26) à Tenny. Les paires suivantes sont des exemples authentiques trouvés sur googlebooks.

(26)

a. The weather has finally cooled.

b. The weather has cooled considerably. (ex. (47) de Tenny 1994 : 33)

(27)

a. a cluster of new flowers is rolling open above one of last year’s seed capsules, which has finally ripened after a year on the tree.

b. By the time he got to California, however, the cherries had ripened considerably.

(28)

a. The shadows of time had finally lengthened, and Christmas Eve wasfull upon us.

b. The list of candidate environmental risk factors for schizophrenia has lengthened considerably in recent years.

66Enfin, Hay et al. 1999 montrent que l’adverbe completely est compatible avec des verbes déadjectivaux comme dry sans être pour autant redondant.

(29)

The clothes dried completely. (ex (21) de Hay et al. 1999).

67Completely sert ici à indiquer que l’état résultant ‘the clothes are dry’ est atteint. Hay et al. soulignent que la présence de completely n’est pas perçue comme superflue, ce qui suggère que le verbe dry seul ne lexicalise pas le résultat ‘sthg is dry’. Il est vrai cependant que, même sans l’adverbe completely, l’interprétation télique du verbe dry est fortement privilégiée (??the clothes dried, but they are not completely dry yet), et il semble bien que ce soit ici la lecture la plus naturelle. En fait, Hay et al. 1999 proposent une explication à ce phénomène en se plaçant dans le cadre de la théorie du degré. Je n’ai bien entendu pas la place ici pour détailler leur analyse, mais leur conclusion est intéressante : un verbe déadjectival comme dry, qui est un verbe à échelle fermée, est bien télique ‘par défaut’, mais cette télicité n’est qu’une implicature (Grice 1989) et peut être annulée (the clothes dried for a few hours, but they are not completely dry yet). Leur conclusion ne contredit donc pas mon hypothèse. Puisque le résultat n’est qu’une implicature, il n’est pas encodé par le verbe, ce qui rend possible l’ajout d’un RP.

68L’idée selon laquelle les verbes de changement d’état sont structurellement ambigus n’est pas nouvelle. Dowty 1979, et plus récemment Hay et al. 1999, notent que certains verbes dérivés d’adjectifs ont un comportement aspectuel variable. Tenny 1994 montre également que les verbes de changement d’état sont bivalents d’un point de vue aspectuel. Enfin, Ramchand 2008 souligne aussi que certains verbes traditionnellement classés parmi les accomplissements (comme dry) peuvent décrire un changement graduel sans que l’état final (les vêtements sont secs) ne soit validé, ce qui rend le prédicat atélique. La proposition que je fais ici rejoint donc leurs conclusions, mais en partie seulement.

  • 9 Ce n’est néanmoins pas le cas de tous les emplois transitifs des verbes à alternance causative. Par (...)

69En effet, aucun de ces travaux ne distingue les emplois intransitifs des emplois transitifs de ces verbes. Or, si les emplois intransitifs des verbes à alternance causative présentent en effet une variabilité aspectuelle, les emplois transitifs semblent se comporter différemment. Hay et al 1999 remarquent d’ailleurs que certains emplois transitifs des verbes déadjectivaux sont toujours téliques9. C’est le cas de lengthen dans l’exemple en (30) que je leur emprunte.

(30)

The tailor lengthened my pants in an hour / ?for an hour.

  • 10 Lengthen est un verbe à échelle ouverte et devrait donc être, selon leur description, typiquement a (...)

70Hay et al. parviennent à rendre compte de ce phénomène tout en continuant à adhérer à la théorie du degré10. Ils accordent, dans ce cas précis, une large part au rôle que joue le contexte.

71Or, la télicité de the tailor lengthened my pants peut, selon moi, s’expliquer sans avoir recours au contexte. C’est ce que je me propose de démontrer dans le reste de cet article. Je pense en effet que la télicité de lengthen transitif en (30) n’est pas une irrégularité dûe au contexte, mais concerne en fait bon nombre de verbes à alternance causative lorsque leur sujet renvoie à un agent prototypique. Je vais en particulier tenter de montrer que ces emplois nécessairement téliques découlent d’un phénomène plus général lié au sens lexical même de ces verbes et permettent de surcroît de comprendre pourquoi je n’ai pas trouvé d’occurrences comme ??I dried the clothes stiff dans le COCA.

5. L’emploi transitif des verbes à alternance causative et le schéma résultatif

72Tout au long de cette section, je m’inspire très largement des travaux de Ruwet 1972 sur les verbes à alternance causative du français. Son étude m’a amenée à considérer le sens véhiculé par chacun des deux emplois possibles de ces verbes, et il est apparu qu’une différence de sens lexical existe entre ces deux emplois. Cette différence lexicale a l’avantage de rendre compte d’un certain nombre de phénomènes, dont l’absence de résultatives semblables à ??I dried the clothes stiff dans le COCA.Examinons une nouvelle fois les verbes dry et lengthen.

(33)

a. The clothes dried / the rope lengthened.

b. I dried the clothes / the dressmaker lengthened my pants.

73En (33a), dry intransitif décrit le processus naturel et autonome de séchage, le procès dénoté peut mener à l’état résultant ’the clothes are dry’, mais, comme on l’a vu dans la section précédente, ce n’est pas nécessaire. De plus, le procès a lieu sans l’intervention d’un agent. Par conséquent, même si le résultat prévisible est bien ’the clothes are dry’, il n’est pas visé et peut donc être accompagné d’autres résultats concomitants. L’ajout d’un RP devient ainsi pertinent.

74Dry transitif, en revanche, ne renvoie pas du tout au même type d’événement lorsque le sujet grammatical dénote un agent prototypique. En (33b), par exemple, ce n’est ni le processus graduel de séchage des vêtements ni l’allongement du pantalon que l’on décrit, mais plutôt l’action effectuée par l’agent qui vise un résultat connu et précis. Dit autrement, la combinaison entre un verbe de résultat et un agent prototypique fait du résultat décrit par le verbe le but recherché par cet agent. Par exemple, lorsqu’un couturier allonge un pantalon, l’objectif à atteindre est bien l’allongement du pantalon. Par conséquent, alors que l’emploi intransitif des verbes à alternance causative peut décrire deux types de situation, à savoir la validation d’un état résultant ou un processus graduel qui n’arrive pas à son terme, l’emploi transitif de ces verbes avec un sujet volitionnel favorise une lecture où un état résultant est bel et bien atteint. Dès lors, l’ajout d’un RP à la structure argumentale du verbe est peu probable.

Afin d’étayer cette proposition, un certain nombre d’arguments peuvent être mis en avant.

75Premièrement, une observation des données collectées sur le COCA fait clairement ressortir la différence de contenu lexical entre les utilisations intransitives et transitives des verbes à alternance causative. En effet, on remarque que l’emploi transitif de ces verbes, lorsque le sujet est un agent prototypique, s’accompagne le plus souvent de la mention de l’instrument utilisé par l’agent. Le COCA regorge de telles occurrences. Pour m’en tenir à un seul exemple, les résultats obtenus pour la requête ’I dried (sthg)’ sont éloquents : sur vingt-quatre occurrences, seize explicitent l’outil utilisé par l’agent dans le co-texte. Faute de place, je ne propose en (34) que deux des vingt-quatre exemples collectés en guise d’illustration. Quant aux huit autres occurrences, elles étaient toutes du type I dried my hair/my eyes ou I dried myself qui suggèrent également l’utilisation d’un instrument.

(34)

a. "Open the door, Nina," he said. I dried my hands on my shirt-his shirt-and went to the door.

b. Once I painted in a base flower, I dried it with a blow dryer and then glazed one of the suitor colors over some of the shapes of the petals to create a sense of depth.

76Cet échantillon d’exemples illustre bien l’hypothèse selon laquelle le sens des emplois intransitif et transitif des verbes à alternance causative n’est pas identique. Alors que l’emploi intransitif dénote un processus naturel (le séchage ici) qui peut être interrompu avant son terme ou mener à de multiples résultats, le même verbe utilisé transitivement avec un sujet agentif volitionnel décrit les actions que l’agent effectue en vue d’atteindre un résultat bien précis.

77Cette observation vient d’ailleurs appuyer une remarque faite par Kearns 2007. Tout comme moi, Kearns soutient que la télicité de the tailor lengthened my pants (Hay et al. 1999) ne s’explique pas en termes de scalarité. Elle propose ainsi l’hypothèse suivante : le prédicat transitif décrit ici les différentes tâches réalisées par l’agent pour allonger le pantalon (il faut découdre l’ourlet, ajouter un morceau de tissu, puis recoudre l’ourlet). En d’autres termes, ce n’est pas le processus d’allongement lui-même qui est décrit, mais bien les actions effectuées par l’agent pour atteindre un résultat bien précis. Dans le même ordre d’idée, Girard-Gillet 2012, qui étudie les verbes à alternance causative du français, parle de ‘focalisation sur la causation externe’ lorsque le verbe est utilisé transitivement avec un sujet volitionnel. Ces deux lectures des verbes à alternance causative sont donc très proches de la mienne et l’interprétation que propose Kearns 2007 permet d’expliquer la télicité de the tailor lengthened my pants sans avoir recours à la théorie du degré. C’est sans aucun doute parce que le verbe transitif dépeint les actions de l’agent que la mention de l’instrument utilisé au cours de ces actions accompagne presque systématiquement ces emplois.

78On pourrait même aller jusqu’à suggérer que l’information ’instrument’ fait partie intégrante du sens lexical du verbe lorsque le sujet renvoie à un agent prototypique. C’est d’ailleurs à une conclusion analogue qu’aboutissent Koenig et al. 2003, 2007. Sans étudier les verbes à alternance causative en particulier, ils ont montré, à partir d’une étude expérimentale sur de nombreux verbes anglais, que certains verbes comme chop et behead lexicalisent bel et bien la présence d’un instrument.

79D’autre part, il est ici intéressant de se pencher sur le rôle que jouent les circonstants instrumentaux dans le fonctionnement de ces mêmes verbes en français. En effet, le français semble rendre parfois obligatoire la présence d’un tel circonstant. Ainsi, le verbe sécher utilisé transitivement avec un sujet agentif prototypique impose la mention de l’instrument utilisé. De ce fait, la différence sémantique entre les deux emplois de sécher est mise en lumière. Si le locuteur souhaite décrire une situation dans laquelle les vêtements ont séché à l’extérieur, (35b) ou (35c) seront préférés à (35a). On s’aperçoit aussi que l’emploi transitif avec sujet volitionnel en (35a) est inhabituel. Il est nettement amélioré lorsqu’un groupe prépositionnel mentionnant l’instrument utilisé est ajouté (cf. (36)).

(35)

a.??J’ai séché les vêtements.

b. J’ai fait sécher les vêtements.

c. J’ai mis les vêtements à sécher.

(36)

J’ai séché les vêtements avec un sèche cheveux.

80Le contraste entre (35) et (36) indique que les deux emplois du verbe sécher sont donc très fortement spécialisés. L’emploi intransitif renvoie au processus naturel (le séchage lui-même) alors que l’emploi transitif ne peut décrire que les actions de l’agent qui précèdent la validation du résultat ’les vêtements sont secs’, et non le processus naturel et autonome de séchage. De plus, là où le sens lexical du verbe transitif dry en anglais ne semble que lexicaliser la présence d’un instrument, son équivalent français rend en outre obligatoire sa réalisation syntaxique.

81De même, la différence lexicale que je propose entre les deux emplois des verbes à alternance causative permet de rendre compte de certains faits de sélection observés par le passé. Par exemple, L&RH (1995 : 86) notent les contraintes suivantes.

(37)

a. The waiter cleared the table.

b. *The table cleared.

(38)

a. The dressmaker lengthened the skirt.

*The skirt lengthened.

82Les GN the table et the skirt ne peuvent apparaître en position sujet avec les verbes clear et lengthen utilisés intransitivement. L&RH 1995 expliquent ces restrictions en termes de dérivation lexicale. Selon elles, l’emploi intransitif des verbes à alternance causative est dérivé de leur emploi transitif (on parle alors d’‘anticausativisation’ ou de ‘détransitivisation’). Le sens même de la dérivation rend ainsi aisée la formulation de contraintes puisqu’il suffit à L&RH de poser une restriction à la règle de dérivation afin de bloquer l’apparition du GN the table en position de sujet grammatical du verbe clear intransitif.

83Cependant, en admettant une différence lexicale entre les emplois transitif et intransitif de ces deux verbes, on peut justifier plus facilement l’agrammaticalité de (37b) et (38b). Clear et lengthen transitifs utilisés avec un sujet volitionnel décrivent les actions effectuées par l’agent, ce que ne font pas leurs homologues intransitifs. Or, les événements décrits en (37) et (38) impliquent justement de telles actions. Une table ne peut pas se débarrasser sans l’intervention directe d’un agent volitionnel. De la même manière, seul un agent prototypique peut allonger une jupe. Ainsi, une analyse du sens lexical des verbes suffit à expliquer la contrainte observée en (37) et (38).

84D’ailleurs, une telle hypothèse est d’autant plus convaincante qu’elle permet de rendre compte d’occurrences inattendues au premier abord. Il arrive en effet qu’un locuteur exploite le sens lexical d’un verbe et le fait ainsi entrer dans une construction syntaxique dont il est habituellement exclu. Et il semble qu’une telle manipulation soit justement possible avec lengthen. Une recherche rapide d’occurrences de the skirt lengthened sur googlebooks m’a permis d’en trouver plusieurs. En voici deux.

(39)


a. Necklines in the 1830s continued to be high and set straight across the upper chest. The skirt lengthened and increased in width, and by the mid-1830s, dress bodices were pointed at the waistline. (googlebooks)

b. From the 1660s to the 1670s, the overskirt widened at the front allowing the petticoat to remain visible, forming an inverted ’V’ and the skirt lengthened to become a train. (googlebooks)

85Ces exemples suggèrent au moins deux choses. Dans un premier temps, on s’aperçoit que (38b) n’est en fait pas impossible. En d’autres termes, la différence sélectionnelle observée en (38) n’est pas le fruit d’une restriction pure et simple dans la règle de dérivation lexicale proposée par L&RH 1995. Ensuite, on remarque que the skirt lengthened semble possible dans un contexte bien particulier. Les deux exemples en (39) apparaissent en effet dans un contexte générique où le narrateur compare la longueur des jupes selon les époques et les modes. Plus précisément, il ne s’agit pas de décrire ici une situation spécifique dans laquelle l’intervention d’un agent bien particulier serait mentionnée. Elle est justement ici gommée parce qu’elle n’a aucune pertinence dans un contexte générique. Cette observation vient donc conforter l’hypothèse lexicale que je développe. Dans les deux occurrences en (39), le sens lexical de l’emploi intransitif de lengthen est exploitée, ce qui rend possible la construction intransitive the skirt lengthened.

86Enfin, Ruwet 1972 note également plusieurs types de restriction sur les arguments des verbes à alternance causative du français. La restriction qu’il observe en (40) est tout particulièrement éclairante pour mon propos.

(40)

a. *Le colonel a fondu trois sucres dans son café.

b. Le colonel a fait fondre trois sucres dans son café.

c. Le métallurgiste a fondu le métal. (Ruwet 1972)

87Ces phrases montrent que fondre transitif présente des contraintes sélectionnelles aussi bien sur l’agent en position sujet que sur le patient en position d’objet. Ainsi, pour décrire une situation du quotidien (mettre du sucre dans son café), le français privilégie une construction causative périphrastique (cf. (40b). On pourrait émettre l’hypothèse, selon la distinction bien connue entre causation directe (exprimée par des structures transitives directes) et causation indirecte (exprimée par des constructions périphrastiques), que la construction périphrastique est choisie parce que le colonel n’est que la cause indirecte de la fonte du sucre. Le sucre fond effectivement à cause du liquide. Cependant, (40c) affaiblit cette possibilité en montrant que fondre peut être employé transitivement avec un sujet volitionnel. Mais il y a malgré tout une différence notoire entre (40a) et (40c) qui n’a rien à voir, ou du moins indirectement seulement, avec une différence entre causation directe et causation indirecte. En (40c), l’événement dénoté n’est plus le même. Bien entendu, il est évident que, en dernier lieu, le métal fond, tout comme le sucre, à cause de facteurs indépendants de l’agent (il fond sous l’effet de la chaleur par exemple). Or, ce n’est justement pas ce processus qui est exprimé en (40c). (40c) sert à dépeindre l’action du métallurgiste sur le métal, et non la simple fonte du métal. De plus, le but du métallurgiste est précisément de faire entrer le métal en fusion, tandis que celui du colonel est simplement de sucrer son café, et non pas de faire fondre le sucre. La fonte du sucre n’est, dans le cas du colonel, qu’un moyen d’atteindre une fin (sucrer le café) alors que la fonte du métal est bien l’objectif du métallurgiste.

88Une fois de plus, ces faits de sélection mettent en évidence le contenu lexical des emplois transitifs des verbes à alternance causative avec sujet volitionnel. Ce contenu est à distinguer de celui des emplois intransitifs de ces verbes (the clothes dried vs. I dried the clothes). Et c’est parce l’emploi transitif de ces verbes avec un sujet volitionnel sert à exprimer les actions de l’agent réalisées dans le but d’atteindre le résultat encodé par le verbe que l’ajout d’un RP est en général évité en anglais.

6. Conclusion

89Mon principal objectif était de rendre compte du nombre extrêmement limité d’occurrences du type ??I dried the clothes stiff dans le COCA. À cette fin, j’ai montré dans un premier temps que les analyses déjà existantes ne permettaient pas d’expliquer ce phénomène. J’ai ensuite mis en relief au moins deux critères qui permettent d’apporter une réponse.

  • 11 Je dois ici apporter une précision. S’il est vrai que l’on trouve des occurrences de résultative tr (...)

90Tout d’abord, pour que la structure soit inacceptable, le sujet grammatical doit renvoyer à un agent volitionnel prototypique. Il s’agit là d’une condition nécessaire. En effet, en plus des deux emplois que j’ai analysés jusqu’ici, à savoir les emplois intransitifs et les emplois transitifs avec sujet volitionnel, il y a un troisième cas de figure que je n’ai pas encore mentionné. Il s’agit des emplois transitifs avec des sujets inanimés non volitionnels (instruments, forces naturelles). Lorsque le verbe apparaît avec un tel sujet, le schéma résultatif est tout à fait accepté. En voici quelques exemples11.

(41)

a. My fingers were near frozen, but the sun was coming out and would soon dry it stiff. (googlebooks)

b. The grass was as smooth as velvet all summer until the drought came and dried it brown. (googlebooks)

c. "That’s liquid nitrogen," I told my daughter, about to embark on an explanation of how it can freeze foods solid on contact. (COCA)

d. Simonson knew that he too had reached that point at which men desperate for the top have taken off gloves and boots to gain better holds, despite subzero temperatures that can freeze flesh solid. (COCA)

91Les entités the sun, the drought ne visent pas la réalisation du résultat encodé par le verbe, par conséquent l’événement décrit par le verbe peut déboucher sur des résultats imprévisibles et l’ajout d’un RP devient alors informatif. En réalité, d’un point de vue sémantique, ces emplois ressemblent aux utilisations intransitives des verbes à alternance causative. Ils décrivent eux aussi des processus naturels et autonomes.

92Les résultatives en (41) permettent en outre d’invalider une hypothèse qui aurait par ailleurs été tentante pour rendre compte de la différence de fréquence entre the clothes dried stiff et ??I dried the clothes stiff. On constate en effet désormais que cette différence ne tient pas à la seule notion de ’causation’. Alors que le sens de causation est souvent convoqué pour distinguer les emplois intransitifs (non causatifs) des emplois transitifs (causatifs) des verbes à alternance causative, le fait que l’ajout d’un RP soit possible dans certaines utilisations causatives (the sun dried the clothes stiff) mais pas dans d’autres (?? I dried the clothes stiff) montre que la notion de causation n’est pas suffisante ici, et que la volition doit également être prise en compte.

93Toutefois, le fait que le sujet grammatical renvoie à un agent volitionnel ne permet pas à lui seul de rendre compte de la faible acceptabilité de ??I dried the clothes stiff. Le type de verbe doit également être pris en considération. Les verbes étudiés ici sont tous des verbes de changement d’état. Ce second critère est fondamental puisque le schéma résultatif n’est pas exclu d’emblée lorsque le sujet est un agent prototypique. La résultative en (1b), que je répète en (42), comporte bien un sujet volitionnel qui vise la réalisation d’un résultat, mais l’ajout du RP flat est tout de même possible.

(42)

He hammered the metal flat.

94Si la résultative est ici acceptable, c’est parce que hammer, contrairement aux verbes à alternance causative, ne lexicalise aucun résultat. L’action décrite par hammer peut d’ailleurs déboucher sur plusieurs résultats (he hammered the metal flat / smooth / into the ground, j’emprunte ces exemples à Wechsler 1997). Dit autrement, il n’y a pas de résultat prévisible avec le verbe hammer. C’est pourquoi, l’ajout d’un RP est tout à fait possible.

95Lorsque ces deux facteurs sont réunis (présence d’un sujet volitionnel et d’un verbe de résultat), l’interprétation du verbe est contrainte puisque l’état résultant dépeint par le verbe est presque toujours atteint et l’ajout d’un RP devient ainsi peu probable. On peut souligner au passage que cette conclusion contredit l’hypothèse de Ramchand 2008 selon laquelle le degrée d’agentivité de la cause (qu’elle appelle ’initiator’) n’a aucune conséquence sur la structure argumentale et aspectuelle d’un verbe.

96J’en viens maintenant aux exceptions dont j’ai brièvement mentionné l’existence plus haut. Que faire en effet des exemples bien connus en (43) où le verbe est un verbe à alternance causative et le sujet renvoie à un agent prototypique?

(43)

a. I broke the piggy bank open. (Levin 1993: 242)

b. In a tin dish, (…) melt some paraffine wax until it just begins to smoke, taking care not to heat it hot enough so that it will take fire (COCA).

c. They suffocated him to death / the mob doused two officers with gasoline, and burned them to death. (COCA)

d. I drowned him to death.

97L’ajout d’un RP devrait dans ces conditions être improbable. Or, les résultatives en (43) sont tout à fait naturelles. Je propose l’explication suivante: dans les résultatives en (43), le RP décrit à chaque fois le résultat prototypique de l’action décrite par le verbe (ce qui n’est pas le cas avec ??I dried the clothes stiff). Si on casse une tirelire, c’est justement parce que l’on cherche à l’ouvrir. De même, la mort est le résultat prévisible d’une suffocation ou d’une noyade. En (43b) et (43d), il semble même que l’on ait des cas évidents de redondance sémantique. Par exemple, la mort est déjà encodé dans le verbe drown (#I drowned him, but he survived) .

98Ainsi, (43) suggère qu’un troisième critère est en fait à l’oeuvre dans le phénomène mis au jour dans cet article. Si ??I dried the clothes stiff n’est pas choisi par les locuteurs, c’est parce que le résultat visé (stiff) est trop éloigné sémantiquement du résultat déjà suggéré par le verbe (dry). Stiff n’est pas le résultat prototypique de l’action dry. Lorsqu’une telle ’distance lexicale’ existe entre les deux résultats, c’est une structure bipropositionnelle qui est préférée (I stiffened the clothes by drying them au lieu de ??I dried the clothes stiff, ou encore bake until (it is) crisp au lieu de ??bake crisp).

99Enfin, j’ai sciemment mis de côté les verbes break et explode plus haut (cf. 4.). En effet, ces verbes dénotent des achèvements et lexicalisent donc nécessairement un résultat. Par conséquent, l’hypothèse que j’ai formulée pour rendre compte de la compatibilité des verbes inaccusatifs avec le schéma résultatif ne fonctionne pas pour ces deux verbes. Je pense que la réponse à cette question est semblable à celle proposée pour rendre compte de résultatives comme I broke the piggy bank open, I suffocated him to death. Autrement dit, une explication en termes de résultat prototypique me paraît appropriée. J’ai en effet remarqué que les RP adjectivaux qui apparaissent avec les verbes break et explode sont très limités en nombre et sont très proches sémantiquement les uns des autres. Ainsi, explode ne semble accepter que le RP open alors que break n’est compatible qu’avec l’un des trois adjectifs suivants : free, loose et open dans le COCA. À chaque fois, ces adjectifs décrivent bien les résultats prévisibles des actions exprimées par les verbes break et explode. Ce dernier point explique d’ailleurs les fortes contraintes qui pèsent sur le choix des RP avec break et explode : si le résultat n’est pas prototypique, l’ajout du RP est impossible (*the vase broke worthless, Jackendoff 1990 : 240).

100En ce qui concerne les RP prépositionnels, les chiffres et statistiques que j’ai donnés plus haut n’incluent pas les résultatives prépositionnelles pour les verbes break et explode. Néanmoins, on remarque facilement en parcourant le COCA que les RP prépositionnels qui suivent ces deux verbes sont la plupart du temps du type to pieces, into pieces. Il semble ici aussi que la notion de prototypicalité soit pertinente. Il est d’ailleurs intéressant de constater que le français, langue qui ne semble pas accepter le schéma résultatif par ailleurs (*j’ai martelé le métal plat), permet, dans une certaine mesure, la formation de telles structures lorsque le résultat de l’action dénoté par le verbe est justement prototypique (j’ai cassé le vase en morceaux/en deux, la cour d’assises de la Martinique a condamné hier un homme à vingt ans de prison pour avoir brûlé à mort sa petite amie, à Fort-de-France il y a trois ans, http://www.leparisien.fr/​faits-divers/​en-bref-18-05-2008-3298507743.php).

Top of page

Bibliography

Burzio, L. (1986). Italian Syntax. Dordrecht : Reidel.

Corre, E. (2009). De l’aspect sémantique à la structure de l’événement. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle.

Davies, M. (2008-). The Corpus of Contemporary American English (COCA): 410+ million words, 1990-present. URL: http://www.americancorpus.org.

Delancey, S. (1984). Notes on Agentivity and Causation. Studies in Language 8.2. 181-213.

Dowty, D. (1979). Word Meaning and Montague Grammar. Dordrecht: Reidel.

Gillard-Gillet, G. (2012). Causation externe et causation interne. Rôles sémantiques du ‘causee’ et du ‘causer’. Communication présentée lors du 52e Congrès de la SAES, Atelier de linguistique de l’ALAES. Limoges, 11-13 mai 2012.

Goldberg, A., Jackendoff, R. (2004). The English Resultative as a Family of Constructions. Language 80-3: 532-568.

Grice, P. (1989). Studies in the Way of Words. Harvard University Press.

Hay, J. ; Kennedy, C. ; Levin, B. (1999) : ’Scale structure underlies telicity in ’degree achievements’’. In Semantics and Linguistic Theory 9, Ed. Tanya Matthews and Devon Strolovitch, 127-144. Ithaca, NY : CLC Publications.

Jackendoff, R. (1972). Semantic Interpretation in Generative Grammar, MIT Press.

Jackendoff, R. (1990). Semantic Structures. MIT Press.

Kearns, K. (2007) : ’Telic senses of deadjectival verbs’, Lingua 117 : 26-66.

Koenig, J-P.; Mauner, G. ; Bienvenue, B. (2003). Arguments for adjuncts. Cognition 89: 67-103.

Koenig, J-P. ; Mauner, G. ; Bienvenue, B. ; Conklin, K. (2007). What with ? The anatomy of a (proto)role. Ms., University of Buffalo.

Levin, B. (1993) : English verb classes and alternations. Chicago : Chicago University Press.

Levin, B., & Rappaport Hovav, M. (1995). Unaccusativity: At the syntax-lexical semantics interface. Cambridge, MA: MIT Press.

Levin, B. & Rappaport Hovav, M. (1999). Two structures for compositionally derived events. SALT 9. 1999-223.

Levin, B., & Rappaport Hovav, M. (2005). Argument realization. Cambridge: Cambridge University Press.

Perlmutter, D. M. (1978). Impersonal Passives and the Unaccusative Hypothesis. Proceedings of the 4th Annual Meeting of the Berkeley Linguistics Society, 157-190.

Ramchand, G. (2008). Verb Meaning and the Lexicon: A First Phase Syntax. Cambridge: Cambridge University Press.

Rappaport Hovav, M., & Levin, B. (1998). Building Verb Meanings. In The Projection of Arguments: Lexical and Compositional Factors, ed. Miriam Butt and Wilhelm Geuder, 97-134. Stanford: Center for the Study of Language and Information.

Rappaport Hovav, M., & Levin, B. (2001). An Event structure account of English resultatives. Language, 77-4, 766-797.

Ruwet, N. (1972) : Théorie syntaxique et syntaxe du français. Éditions du Seuil.

Scontras, G. & Gibson, E. (2011) : ’A Quantitative investigation of the imperative-and-declarative construction in English’, Language 87-4 : 817-829.

Simpson, J. (1983). Resultatives. In L. Levin, M. Rappaport, & A. Zaenen (Eds.). Papers in Lexical-Functional Grammar (pp. 143-157). Bloomington: Indiana University Linguistics Club.

Tenny, C. (1994). Aspectual roles and the syntax-semantics interface. Dordrecht : Kluwer.

Van de Koot, H. ; Neeleman, A. (2012). The Linguistic Expression of Causation. In The Theta System: Argument Structure at the Interface, eds. Martin Everaert, Marijana Marelj and Tal Siloni, 20-51.

Vendler, Z. (1957). Verbs and Times. The Philosophical Review, 66 (2) : 143-160.

Wechsler, S. (1997). Resultative predicates and control. In Texas Linguistics Forum 38: The syntax and semantics of predication (pp. 307-321). Austin, TX: The University of Texas at Austin.

Wechsler, S. (2005). Resultatives Under the ’Event-Argument Homomorphism’ Model of Telicity. In The Syntax of Aspect-Deriving Thematic and Aspectual Interpretation, ed. Nomi Erteschik-Shir and Tova Rapoport. Oxford: Oxford University Press, 255-273.
Disponible en ligne: https://sites.google.com/site/wechslerpublications/book-sections

Wechsler, S. (2008). Resultative Wars: Why Wechsler (2005) is 10,000 Times More Likely than Iwata (2008) to be Right. Unpublished Manuscript (draft). Austin, TX: The University of Texas at Austin.

Top of page

Notes

1 Pour certains verbes, comme arrive, glisten et die, seul cet emploi intransitif est disponible (he died, *the soldiers died him, the lake glistened in the sunlight, *the sunlight glistened the lake), et leur sujet grammatical renvoie donc toujours au patient. Que l’emploi transitif soit possible ou non, les verbes utilisés intransitivement et dont le sujet grammatical renvoie à un patient sont généralement appelés ‘verbes inaccusatifs’ ou ‘verbes ergatifs’.

2 Davies, M. (2008-). The Corpus of Contemporary American English (COCA): 410+ million words, 1990-present. URL :

3 Je simplifie ici volontairement l’analyse de Wechsler. En particulier, afin de rendre compte de la présence de l’objet réfléchi dans he shouted himself hoarse, Wechsler formule une seconde restriction, à savoir la ‘restriction sur le résultat canonique’ (the Canonical Result Restriction). Cette restriction, selon laquelle le RP ne peut décrire que le résultat canonique de l’action dénotée par le verbe recteur, ne s’applique qu’aux résultatives à objet sélectionné (he hammered the metal flat). Les résultatives à objet non sélectionné n’y sont pas soumises. Ainsi, étant donné que hoarse n’est pas le résultat canonique de l’action shout, un pronom réfléchi est nécessaire pour transformer la résultative à objet sélectionné (*he shouted hoarse) en une résultative à objet non sélectionné (he shouted himself hoarse) qui permet l’expression d’un résultat non-canonique de l’événement décrit par le verbe. En d’autres termes, à elle seule, la ATR ne permet que d’expliquer l’agrammaticalité de *he shouted hoarse. La restriction sur le résultat canonique est nécessaire pour rendre compte de l’ajout du pronom réfléchi dans he shouted himself hoarse.

4 Elles en distinguent en réalité trois. Outre les deux que je présente dans le corps de cet article, L&RH soulignent que les résultatives où le RP ne fait qu’apporter une précision sur le résultat déjà encodé par le verbe recteur (the lake froze solid) ne sont pas le résultat d’une opération de composition événementielle puisque aucun nouveau résultat n’est ajouté à la structure du verbe. Ces résultatives sont en fait des cas particuliers d’événement simple où le prédicat ne dénote qu’un seul et même événement. Toutefois, l’analyse de L&RH propose un traitement uniforme des résultatives formées à partir de verbes inaccusatifs. Que le RP soit lexicalisé par le verbe (the lake froze solid) ou non (the clothes dried stiff), elles sont toutes analysées comme des événements simples. C’est pourquoi je n’insiste pas ici sur la distinction qu’elles opèrent entre les deux types de résultatives formées à partir de verbes inaccusatifs.

5 Outre ces objections qui portent exclusivement sur l’étude des résultatives, on peut soulever quelques problèmes d’ordre plus général auquel est confrontée l’analyse que développent L&RH.

En effet, la condition d’ ‘un-argument-par-sous-événement’ est, selon moi, problématique parce qu’elle ne fonctionne que dans un sens. Elle explique bien pourquoi un événement complexe nécessite au moins deux arguments en syntaxe, mais elle ne dit rien en revanche sur la réalisation des arguments d’un événement simple, si ce n’est qu’un seul argument suffit. Dès lors, on rencontre une réelle difficulté : comment rendre compte de la rigidité syntaxique de certains prédicats dénotant un événement simple ? Par exemple, un verbe peut effectivement être obligatoirement transitif sans pour autant dénoter un événement complexe. C’est le cas de beat (*he beat).

D’autre part, toujours d’après la condition d ‘un-argument-par-sous-événement’, seuls les verbes dénotant un événement simple peuvent apparaître dans les résultatives à objet non sélectionné (the child rubbed the tiredness out of his eyes, L&RH 1999 :5, (7a)). Comme le rappellent L&RH, de telles structures sont possibles parce que le verbe recteur (rub) a bien un argument réalisé en syntaxe, à savoir l’argument externe (the child), et ceci est suffisant pour rendre l’énoncé grammatical. Il est ainsi possible d’ajouter un GN non sélectionné par le verbe en position d’objet direct (the tiredness). On prédit de la même façon que les verbes de changement d’état, qui dénotent un événement complexe, ne peuvent pas entrer dans les résultatives à objet non sélectionné puisque au moins deux arguments sélectionnés par le verbe doivent être réalisés syntaxe. C’est ainsi que L&RH rendent compte de l’agrammaticalité suivante: *the clumsy child broke the beauty out of the vase (L&RH 1999: 5, (7b)). Or, cette seconde prédiction est mise à mal par l’exemple suivant, tiré du COCA :

(i) There weren’t any snow ghosts; the warm snap melted the trees clean (COCA).

Melt, comme break dans l’exemple précédent, dénote un changement d’état causé par une force extérieure (an externally-caused change of state verb) et décrit donc un événement complexe. Cependant, melt ne présente pas la rigidité syntaxique attendue, le GN the trees n’est pas l’argument ‘normal’ du verbe (ce ne sont pas les arbres qui fondent, mais bien la neige qui se trouve dessus et qui, en fondant, laisse apparaître les arbres). Si de tels exemples sont rares et probablement soumis à de fortes contraintes, comme le suggère l’exemple que j’emprunte à L&RH 1999 (*the clumsy child broke the beauty out of the vase), on constate néanmoins que les verbes dénotant des événements complexes ne sont pas exclus des résultatives à objet non sélectionné. Il s’agit là d’un nouveau défi pour la condition d’‘un-argument-par-sous-événement’ formulée par L&RH.

6 En ce qui concerne les résultats obtenus avec ‘melt’, une précision est nécessaire. Alors que j’ai bien cherché des occurrences du schéma résultatif adjectival (the warm snap melted the trees clean) dans tout le COCA, j’ai restreint mes recherches d’occurrences du schéma résultatif prépositionnel (the tides have melted it [the floor] to a spongy muck) sur les années 2010 et 2011 uniquement.

7 Par ‘agent prototypique’, j’entends un animé humain volitionnel qui est la cause directe de l’action décrite par le verbe (Delancey 1984).

8 La lecture des dix tableaux montre également que le passif facilite l’insertion du verbe à alternance causative utilisé transitivement dans le schéma résultatif. Je laisse ici volontairement de côté ces emplois passifs. Néanmoins, afin d’expliquer pourquoi le passif rend possible l’ajout d’un RP alors que la structure active correspondante semble l’exclure, on peut émettre l’hypothèse suivante. Dans les structures passives, la cause de l’événement décrit par le verbe est mise à l’arrière-plan. Dans les emplois intransitifs des verbes à alternance causative, la cause n’est pas même suggérée. Autrement dit, il y a dans les deux cas de figure une mise à l’arrière-plan de la cause ou de l’agent, et donc une réduction de la pertinence de la distinction entre les deux. Cette explication sommaire permet d’unifier dans une certaine mesure les deux phénomènes.

9 Ce n’est néanmoins pas le cas de tous les emplois transitifs des verbes à alternance causative. Par exemple, le verbe bake transitif acceptent les deux lectures : John baked the cake for/in an hour, Corre 2009 : 169.

10 Lengthen est un verbe à échelle ouverte et devrait donc être, selon leur description, typiquement atélique. Pour Hay et al. 1999, l’interprétation télique de (30) est ici imposée par le contexte. C’est, selon eux, la situation qui permet de borner l’événement puisque l’on sait que les pantalons ont une longueur limitée en contexte. Une fois que le pantalon a atteint une certaine longueur, on sait que l’événement est terminé. Ceci revient à dire que la télicité du prédicat en (30) ne dépend que de la longueur du tissu ajouté au bas du pantalon.

Cependant, je ne suis pas entièrement satisfaite de cette explication. Mon intuition est que l’interprétation télique des emplois transitifs des verbes comme lengthen, dry, melt n’est pas imputable au contexte, mais plutôt à une différence lexicale majeure entre les emplois intransitif et transitif de ces verbes.

J’ai d’ailleurs élaboré un petit questionnaire que j’ai ensuite soumis à des locuteurs natifs francophones. Les résultats sont éloquents. (31) ne contient que des emplois intransitifs. On constate ici que la présence du ciconstant de 5 centimètres fournit une longueur précise (on parle d’ ’échelle bornée’ dans la théorie du degré) et rend le prédicat télique à chaque fois, et ce même lorsque l’on fait varier d’autres facteurs comme la quantisation ou la cumulativité de l’argument patient (la plaque de fer vs des plaques de fer). En revanche, les emplois transitifs en (32) montrent que l’interprétation télique n’est pas sensible uniquement à la présence d’une échelle bornée (cf. (32c)), mais dépend de facteurs indépendants comme le caractère cumulatif ou quantisé de l’objet. En d’autres termes, la télicité n’est pas construite de la même façon selon que le verbe est employé intransitiviement ou transitivement.

(31) a. Sous l’effet de la dilatation, la plaque de fer s’est allongée de 5 centimètres en 10 minutes.
b. *Sous l’effet de la dilatation, la plaque de fer s’est allongée de 5 centimètres pendant 10 minutes.
c. Sous l’effet de la dilatation, des plaques de fer se sont allongées de 5 centimètres en 10 minutes.
d. *Sous l’effet de la dilatation, des plaques de fer se sont allongées de 5 centimètres pendant 10 minutes.
e. Sous l’effet de la dilatation, des plaques de fer se sont allongés en/pendant 10 minutes.

(32) a. Le métallurgiste a allongé la plaque de fer en / ? ?pendant une heure.
b. Le métallurgiste a allongé des plaques de fer pendant / ? ?en une heure.
c. Le métallurgiste a allongé des plaques de fer de cinq centimètres pendant une heure / ? ?en une heure.

Ce propos mérite peut-être d’être nuancé. Comme me l’a fait remarquer E. Corre (cp), la télicité de certains emplois transitifs de verbes déadjectivaux semble bien dépendre de l’échelle lexicalisée par le verbe. C’est le cas de widen dans they widened the road 5 inches in an hour /??for an hour. Cet exemple est également cité dans Hay et al. 1999.

11 Je dois ici apporter une précision. S’il est vrai que l’on trouve des occurrences de résultative transitive du type the sun dried the clothes stiff au même titre que les résultatives intransitives équivalentes (the clothes dried stiff), les secondes sont bien plus fréquentes que les premières dans le COCA. J’ai cependant une explication à cette rareté. Au cours de mes recherches, j’ai découvert que, même hors du schéma résultatif, les verbes à alternance causative utilisés transitivement apparaissent rarement avec des sujets non volitionnels. Ainsi, les chiffres donnés dans les tableaux ci-dessus pour les verbes dry, bake, freeze, heat sont révélateurs. À titre d’exemple, sur 144 emplois de freeze transitif hors du schéma résultatif, 110 comportaient un sujet volitionnel, 6 un sujet non volitionnel et les 28 autres occurrences étaient des structures passives. Van de Kootn & Neeleman (2012 : 23) font également la même observation et notent ainsi que, même si les verbes à alternance causative utilisés transitivement acceptent facilement les sujets non volitionnels, ces verbes semblent néanmoins préférer des sujets volitionnels. En d’autres termes, le faible nombre d’occurrences semblables à celles en (41) découle ici de propriétés indépendantes des verbes à alternance causative et n’ont rien à voir avec le schéma résultatif lui-même.

Cette caractéristique est d’ailleurs intéressante. La préférence des verbes à alternance causative utilisés transitivement pour des sujets volitionnels semble corroborer l’hypothèse que j’ai développée jusqu’à présent : le sens lexical des emplois transitifs des verbes à alternance causative tend à se spécialiser vers la description de l’action effectuée par un agent (et ceci semble tout particulièrement vrai pour le français comme on l’a vu).

Top of page

List of illustrations

Caption * = verbes pour lesquels j’ai restreint la recherche d’occurrences sur les années 2010-2011. La fréquence d’apparition de ces verbes était en effet très élevée et le comptage des occurrences, notamment hors du schéma résultatif, pouvait être réalisé sur un nombre d’années limité sans modifier les chances d’obtenir des résultats significatifs sur le comportement de ces verbes.6
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/173/img-1.png
File image/png, 1.5M
Top of page

References

Bibliographical reference

Maryse Grône, « L’influence de la volition sur la distribution des verbes à alternance causative dans les résultatives de l’anglais », Anglophonia/Sigma, 16 (32) | 2012, 99-123.

Electronic reference

Maryse Grône, « L’influence de la volition sur la distribution des verbes à alternance causative dans les résultatives de l’anglais », Anglophonia/Sigma [Online], 16 (32) | 2012, Online since 24 December 2013, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/173 ; DOI : 10.4000/anglophonia.173

Top of page

About the author

Maryse Grône

Université Paris Diderot – Paris 7, Sorbonne Paris Cité - LILLAC-ARP, EA 3967.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals