Skip to navigation – Site map

Anaphore et fonction attribut du sujet : le cas de SO

Elisabet Johansson-Manoury
p. 129-150

Abstract

This article deals with a particular kind of subject complement, and in so doing discusses the notions of “defining feature” and “subjective feature” in utterances where the adverb SO acts as an anaphora for the subject complement. The feature referred to by SO qualifies the subject, thus constituting a defining feature or a subjective qualification of the subject. The problem under scrutiny is the fact that I have stated elsewhere that the marker SO is linked to the notion of alterity: a feature of subjective origin involves the notion of alterity whereas a defining feature normally does not. In order to make these traits stand out the marker SO is opposed to one and Ø.

Top of page

Full text

1. Introduction

  • 1 Ce dernier cas de figure fera l’objet d’un article ultérieur.

1Le caractère fondamentalement qualitatif du marqueur SO ne fait aucun doute lorsqu’il se trouve en position attributive et ceci aussi bien en fonction attribut du sujet qu’en fonction attribut de l’objet. Dans les deux cas il qualifie l’élément sur lequel il porte. Plus précisément, il attribue une propriété au sujet lorsqu’il est attribut du sujet ou à l’objet lorsqu’il est attribut de l’objet1.

2L’étude d’un large corpus d’exemples relevés à la main et complété par des exemples en ligne (BNC) a permis d’identifier deux types de propriétés de l’antécédent anaphorisé par SO.

3La distinction entre une propriété définitoire et une propriété d’origine subjective est particulièrement révélatrice lorsque SO anaphorise un élément qui se trouve en position attributive dans l’énoncé antécédent. La propriété anaphorisée est ensuite attribuée au sujet, ou à l’objet, sur lequel SO porte et dont elle constituera soit une propriété définitoire constitutive, soit une qualification subjective de la part de l’énonciateur.

  • 2 Cet article présente une version allégée d’un chapitre de ma thèse intitulé : SO en construction at (...)

4En ce qui concerne l’antécédent, il convient de noter qu’avec une propriété définitoire, l’altérité est exclue et qu’avec une propriété d’origine subjective, l’altérité n’est pas exclue. Or, le problème est que nous avons postulé que SO est indissociable de l’altérité2. La question qui se pose est bien évidemment de savoir si SO est compatible avec les deux types de propriétés et si oui, dans quelles conditions.

5La présente étude se situe dans un cadre énonciatif. Plus précisément, nous empruntons, entre autres, les termes de notion et d’altérité à la théorie des opérations énonciatives d’Antoine Culioli. L’anaphore avec SO s’effectue au niveau notionnel, autrement dit, SO n’anaphorise que du qualitatif. Or, lorsque SO se trouve en fonction attribut du sujet, il peut anaphoriser aussi bien une propriété définitoire qu’une propriété d’origine subjective. Autrement dit, SO peut anaphoriser un qualitatif de type notionnel et un qualitatif de type différentiel. Ainsi, la façon dont SO anaphorise un élément se révélera de manière précise. L’anaphore à l’aide de SO ne fonctionne pas comme une simple reprise d’un préconstruit qui est validé, sans que l’énonciateur puisse le défaire. Autrement dit, ce n’est pas la nature de l’antécédent qui est primordiale mais la façon dont SO anaphorise cet antécédent : c’est SO qui construit l’altérité en accord avec le contexte et en accord avec un point de vue subjectif.

6Afin de mieux faire ressortir les spécificités des propriétés en question et la spécificité du marqueur SO nous allons prendre en compte à la fois les marqueurs SO, one et Ø.

2. Vers une distinction entre propriété définitoire et propriété d’origine subjective

7La distinction entre propriété définitoire et propriété d’origine subjective mérite quelques précisions. Afin de mieux cerner la différence entre ces deux types de propriétés, nous nous appuierons sur les commentaires de trois linguistes :

2.1 E. Gilbert (1989 : 55)

8E. Gilbert distingue entre, d’une part, des termes qui réfèrent à des propriétés intrinsèques stables, inhérentes à la notion, non-gradables et physiquement définissables et, d’autre part, des termes qui renvoient à des propriétés extrinsèques, gradables, culturellement définies ou, autrement dit, définies selon les énonciateurs :

…[d]es termes (…) comme change, trick, failure, etc. renvoient à des concepts culturellement définis qui apparaissent compatibles avec une gradation, caractéristique d’ailleurs nécessaire pour que puisse s’effectuer l’opération sous-jacente de comparaison. Par contre, des termes comme table ou dog qui renvoient à des concepts physiquement définissables ne semblent guère susceptibles de permettre la construction d’un gradient. Ainsi par exemple, si, avec des notions comme /failure/, /change/, /charmer/etc., on peut envisager l’existence d’échecs ou de changements partiels, d’individus qui sont plus ou moins des charmeurs, etc., cela s’avère plus difficile avec des notions comme /dog/ou /table/, lorsqu’on s’en tient à leurs propriétés strictement définitoires.
(…)
A la base de ce phénomène, on [
re] trouve (…) la distinction (…) entre les notions qui peuvent constituer des propriétés intrinsèques et celles qui représentent des propriétés extrinsèques. Avec des notions du type de /dog/ou de/table/, on a affaire à des propriétés inhérentes stables. On a, de ce fait, une opposition en «  tout et rien  » entre I et E et il n’est pas possible de définir des valeurs frontières composées à la fois de propriétés de I et de E, car, en tant qu’intrinsèques, ces propriétés sont antinomiques.

2.2. L. Cherchi (1988 : 188)

9Les remarques de L. Cherchi concernent directement un des cas de figure étudié ici : l’emploi prédicatif du nom.

Dans la construction be + groupe nominal (…), l’emploi du nom est comparable à celui de l’adjectif. Ce qui est important, c’est qu’il y a deux sortes d’emploi prédicatif du nom, que nous illustrerons par deux exemples nettement différenciés :
--
Gerald is an architect.
--
Gerald is a fool.
Le premier range Gerald dans une catégorie : prédicat de catégorie. Le second porte un jugement sur Gerald, lui attribue un défaut, une qualité, un type de comportement, etc. Appelons-le prédicat de qualité. (…).
La principale différence entre les deux types de prédicats nominaux est que le prédicat de catégorie ne reçoit pas une marque de degré : le prédicat de qualité l’accepte. (…).

Dans le premier cas, la propriété prédiquée est une propriété constitutive du sujet Gerald et, dans le deuxième cas, la propriété attribuée au sujet Gerald a seulement pour origine le jugement subjectif de l’énonciateur.

2.3. J. Chuquet (1991 : 50-51)

10Soit les deux exemples suivants :

(55)

He is a doctor (a plumber, a linguist ...)

(56)

He is a fool (a cheat, a liar ...)

Les remarques de J. Chuquet à propos de ces deux exemples vont tout à fait dans le sens de celles citées précédemment :

Signalons néanmoins la différence sensible que l’on perçoit entre (55) et (56) : en apparence fool fonctionne de la même façon que doctor (…). Pourtant le fool d’un énonciateur donné n’est pas nécessairement celui d’un autre énonciateur. La propriété attribuée en (56) l’est de façon extrinsèque et relève du jugement de l’énonciateur alors que celle attribuée en (55) est une propriété intrinsèque, certes reconnue par l’énonciateur mais répondant à des critères «  objectifs  » : on aura donc plus difficilement sur le terme de départ une prédication en termes de «  + ou – docteur  ».

On remarquera en particulier l’opposition objectif/subjectif (jugement de l’énonciateur) introduite par J. Chuquet.

11Si les trois extraits abordent différemment la différenciation des deux types de propriétés concernées, il n’en reste pas moins qu’ils se complètent : dans le premier extrait, d’E. Gilbert, on se situe à un niveau notionnel ; J. Chuquet aborde la manière dont la propriété est attribuée au niveau de l’énoncé et L. Cherchi présente la façon dont la propriété situe l’élément auquel elle est attribuée d’un point de vue sémantique. On verra au fur et à mesure comment il convient de ne négliger aucun de ces points de vue dans l’analyse de SO.

12On remarquera aussi, puisque cela nous concerne directement, que même si dans les extraits cités on ne parle que de noms, les mêmes observations valent a priori également pour les adjectifs. A ce propos, il convient d’ajouter que le Collins Cobuild English Language Dictionary désigne les adjectifs non-gradables par le terme «  classifying adjective  » et les adjectifs gradables par le terme «  qualifying adjective  ». Seule cette dernière catégorie fait intervenir la subjectivité de l’énonciateur.

3. Les verbes de type : be, become, remain3

  • 3 Les verbes de type be, become, remain sont aussi communément appelés copule, pour be, et semi-copul (...)

13Les exemples suivants serviront d’illustration de départ :

(1)

Am not very fond of it, but may become so

(Longman Dictionary of English Language and Culture)

(2)

In the Netherlands, nearly a third of the local fungi species are extinct or shortly to become so.

(BNC J33 137)

14Dans ces exemples, on a be dans l’antécédent et become dans la proposition avec SO. Cela implique qu’on compare deux états différents d’un seul et même sujet. De ce fait, l’altérité est présente dans le contexte. L’antécédent est soit de type subjectif, gradable, comme dans le premier exemple, soit de type classifiant, non-gradable, comme dans le deuxième. Dans le deuxième exemple, la relation sujet / attribut posée dans la phrase antécédente exclut toute altérité mais en ajoutant or, l’énonciateur revient sur ce qu’il a d’abord posé et en conséquence l’altérité est envisageable. Plus précisément, la relation <sujet/be extinct> est d’abord posée comme validée et ensuite elle est posée comme à-valider, d’où une visée de la valeur p <be extinct> sans pour autant exclure la valeur complémentaire p’ <not be extinct>. Dans les deux cas, SO est incident à un verbe attributif et de ce fait il qualifie le sujet (implicite) de la phrase dans laquelle il se trouve.

15Il convient de préciser que cette étude est volontairement limitée à be, become, remain alors qu’on aurait pu ajouter, par exemple, les semi-copules appear et seem. Ce choix est justifié pour la raison suivante : les verbes appear et seem, contrairement à be, become, remain ont une valeur modale de non-certain. De ce fait, SO incident à ces verbes se trouve dans un contexte qui d’une certaine manière permet de maintenir une valeur complémentaire. Le propos ici est de voir comment l’altérité dont SO a besoin est maintenue avec des verbes comme be, become, remain qui a priori ne la permettent pas.

16Toutefois, on remarquera dès à présent la différence entre les verbes, be, become, remain, à partir des définitions suivantes proposées par CCELD :

be → Be is used to express the relationship between the subject of a sentence and its complement or adjunct. It brings them together in one clause so that more information can be added about the subject. 

become → To become means to change or develop in the way that is mentioned, or to start being something different in the way stated.

remain → To remain in a particular state or condition means to stay in that state or condition and not change.

  • 4 « état » est à prendre dans le sens illustré, par exemple, par Micro Robert : « manière d’être (d’u (...)

17Dans le premier cas, on indique un état du sujet ; dans le deuxième cas, on exprime un changement d’état et, dans le dernier cas, l’énonciateur indique qu’il y a absence de changement. D’une manière générale, ce qui est anaphorisé par SO précise l’état du sujet4.

3.1. Rappel des études proposées

18Il s’agit, d’une part, de deux extraits de deux grammaires différentes, l’une anglaise, l’autre française, et, d’autre part, de quelques remarques tirées de deux écrits différents du linguiste F. Cornish.

3.1.1. S. Greenbaum et R. Quirk (1990 : 253)

19Selon les linguistes, « So [acts] as pro-form for complement » et « So can substitute for an adjective phrase or a noun functioning as complement ». Ils ajoutent:

After be, ellipsis is preferred, or (informally) the substitutes like that or that way are used:

The plants are healthy enough now,

be (?so).

but I wonder how long they will 



be like that.

remain so.

Ils ne mentionnent pas dans quelles conditions il y a ellipse, ce qui donne à penser qu’il n’y a pas de conditions. Or, L. Cherchi (1988 : 202) dit à ce propos :

So alterne (…) avec Ø :
Dennis is afraid of storms.
He always is (so).
So est effaçable.

  • 5 Nous soulignons.

La concurrence ne semble pas être dans le sens mais se limite plutôt au cas où be est en position finale5. So est maintenu dans: He is always so.

3.1.2. L. Cherchi (1988: 201-202)

20L’extrait suivant permet de relever les difficultés en jeu :

  • 6 Passage déjà cité, il s’agit de « prédicat de catégorie » et « prédicat de qualité ».

Il faut dire un mot de be so.
a) She is unhappy, and has been so for a long time.
So représente un terme prédicatif, ici un adjectif.
b) On sait que le terme prédicatif peut-être un nom (…). Pour le représenter, so alterne avec one :
Jenny is a superior woman, and will be so/one as long as she lives.
So et one en concurrence rappellent les deux valeurs du nom prédicat6 : la nature donne one, la qualité est reprise par so. Avec une indication de degré, seule la qualité peut être choisie, c’est-à-dire so :
Jenny is a superior woman, but would be less so/*one if she was married.
(…)
Au pluriel, ones étant exclu sans déterminant, c’est so qui sert dans tous les cas, sans distinction entre nature et qualité :
They are nurses/superior women, and have always been so/*ones.

21Le problème majeur posé dans ce passage est bien évidemment de savoir pourquoi il n’y a plus de distinction entre « nature » et « qualité » (cf. « la nature donne one, la qualité est reprise par so ») lorsque SO n’est plus en concurrence avec one. Plus important encore, cela sous-entend que SO peut anaphoriser « la nature ». Ajoutons à cela que l’une des deux phrases, « They are nurses, and have always been so. », contenue dans le dernier exemple n’a pas été jugée acceptable par les anglophones interrogés. On remarquera dès à présent qu’aucune altérité n’est présente dans le contexte. Nous y reviendrons lors de l’étude d’exemples en contexte.

3.1.3. F. Cornish (1999 : 73 et 1986 : 95)

22Dans la remarque suivante il s’agit, encore une fois, davantage de l’incompatibilité d’un autre élément, ici it, que de la compatibilité ou de l’incompatibilité éventuelle de SO dans le contexte concerné :

Just as factive verbs tend to select the definite argumental pronoun it as direct object, so copulative and quasi-copulative verbs, which do not impose a specific sense constraint on their complement expression,8 (la note= Other than that it should act as the predicator, i.e. fulfil the main predicative function in the clause in question.) select a complement which is specifically not argumental but predicative in status, So (…) is the optimal pronoun in such circumstances:

(3.6)

Albert Quigley became a plumber at the age of 14, and remained so/*it for the rest of his life.

(1999 : 73)

  • 7 Nous ne citons que celui qui pose problème.

23Un des problèmes posés implicitement par les exemples de L. Cherchi est illustré explicitement par un des deux exemples7 cités par F. Cornish (1986 : 95) :

“…Kent is a wealthy county and has been so all through history” (…).
Here, the ‘antecedent’ may be the entire predicate of the first conjunct (‘λ (x) (Wealthy county, x)’), or (perhaps more saliently) the predicate corresponding to its attributive adjective(‘λ (x) (Wealthy, x)’).

24Il convient de remarquer que cette hésitation de la part de F. Cornish, et d’autres anglophones, quant à l’antécédent de SO est due, du moins en partie, à la façon dont SO anaphorise un élément.

3.2. Étude d’exemples

25Les descriptions ci-dessus ont permis de poser SO par rapport à d’autres éléments avec lesquels il entre en concurrence :

     → SO vs Ø
et plus précisément
     be so vs be Ø
         mais
become / remain so
       et non
*
become / remain Ø
    →SO vs one

Voici un exemple, avec be Ø, où l’on aurait pu avoir be so ou be one :

(3)

George was a bloody minded old sod and always had been.

(BNC GUF 11)

Toutefois, le contexte joue un rôle très important. Déjà dans l’exemple ci-dessus be Ø est privilégié à cause de la place de l’adverbe always :

(3’)

? George was a bloody minded old sod and always had been so / one.

(3’’)

George was a bloody minded old sod and had always been so / one.

3.2.1. Be + syntagme adjectival et be so / be Ø (be one étant exclu d’emblée)

3.2.1.1. SO non-obligatoire

26Comme l’a fait remarquer L. Cherchi, be so et be Ø entrent en concurrence uniquement lorsque ces deux marqueurs se trouvent en position finale. C’est une des raisons pour laquelle la semi-copule remain est exclue car elle est toujours, du moins dans notre corpus, suivie d’un adverbial (le plus souvent introduit par until). De plus, aussi bien remain que become commentent, grâce à leur contenu sémantique, le lien sujet / attribut, d’où la présence de SO (ou one lorsque l’antécédent est un nom).

Le type d’exemple proposé par L. Cherchi, rappelé ici :

Denis is afraid of storms. He always is (so).

où il dit que « so est effaçable », autrement dit possible mais non obligatoire, est inexistant dans notre corpus. D’ailleurs, d’une manière générale, le corpus est sans équivoque sur ce point : la quasi-totalité des exemples sont des exemples avec be Ø. La présence de SO est interprétée comme un ajout et de ce fait comme une insistance sur la propriété reprise. Ajoutons à cela les deux exemples suivants à titre d’illustration :

(4)

Glastonbury was nice of course. He always is.

(BNC HTG 2463 )

(5)

She was right at that. She always is.

(BNC FAP 2427 )

27Néanmoins, il arrive qu’on trouve un exemple avec SO non effaçable. La remarque de L. Cherchi concernant le changement de sens, ou plus précisément l’absence de changement de sens, peut néanmoins être légèrement modulée si l’on compare l’exemple de S. Greenbaum et R. Quirk à l’exemple suivant :

(6)


Andrew Houston marshalled them unto one group in a roadway well away from where the inrush of peat had occurred it was a place still free from sludge but they wondered for how long it would be so.

(BNC BM6)

28S’il est vrai qu’il n’y a pas de véritable changement de sens, il n’en est pas moins vrai que la présence de SO apporte un léger changement. Et ceci malgré un contexte particulier qui permet l’absence de SO, sans pour autant rendre l’énoncé inacceptable.

  • 8 A noter que la source a été vérifiée, il s’agit d’anglais britannique, tout comme, bien évidemment, (...)

29En (6), malgré un contexte similaire à celui de l’exemple de S. Greebaum et R. Quirk cité plus haut, le choix de l’auteur s’est porté sur SO et non sur Ø.8

30A partir du moment où SO est, a priori, effaçable, sa présence selon les anglophones interrogés marque une insistance sur ce qui est anaphorisé, « free from sludge ».

Dans le contexte de cet exemple, on donne à SO l’interprétation suivante :

<It/be like that> avant que cela ne devienne <It/be otherwise>

31Dans les deux exemples, on a une relation prédicative, <I / wonder for how long> et <they / wonder for how long>, qui implique l’idée d’un changement. Or, dans l’exemple de S. Greenbaum et R. Quirk, on n’a pas cette opposition, probable, d’une valeur complémentaire sous-jacente, en absence de SO bien entendu. En résumé, en (6), le choix de l’auteur s’est porté sur SO et non sur Ø, afin de faire apparaître une valeur complémentaire. De plus, il semblerait que la présence de l’adverbe still dans la phrase antécédente favorise la présence de SO dans la mesure où il accentue l’idée de changement : « …although something has not yet happened, it is possible or probable that it will happen in the future » (CCELD). A ce propos il convient d’ajouter que si l’on a l’énoncé The plants are still healthy …, au lieu de celle contenue dans l’exemple de S. Greenbaum et R. Quirk cité plus haut, comme point de départ, la présence de SO est, selon les anglophones interrogés, préférable à Ø.

3.2.1.2. SO obligatoire

32SO se trouve, du moins dans notre corpus, dans les exemples de type :

(7)



I didn’t like the look of the picture or its feeling pictures, I thought, should be of something pretty, should record a moment chosen for its beauty. These people hadn’t even troubled to look their best they were ugly and quite content to be so.

(L.P. Hartley, The Go-Between, p. 205)

33Dans cet exemple, l’antécédent, « ugly », est d’origine subjective, ce qui s’accorde parfaitement avec l’anaphore effectuée par SO. De plus, l’élément déterminant ici est « quite content » qui porte une appréciation subjective sur ce qui est anaphorisé. Plus précisément, il marque une modalité appréciative de type positif. Or cette modalité n’est possible que parce que le sujet, « they », est à même d’opposer les deux valeurs complémentaires de la relation sur laquelle porte son appréciation. Cette opposition n’est possible que grâce à la présence de SO. Il s’agit en fait de la valeur p <they / be ugly> par rapport à p’ <they / not be ugly>. L’appréciation subjective marquée par « quite content » indique un choix préférentiel porté sur p. On notera que dans le contexte une valeur complémentaire autre, marquée par « pretty », est présente.

Les deux exemples suivants montrent un cas de figure différent :

(8)

They did not have to stop being feudal, for they had long ceased to be so.

(E.J. Hobsbawn, Industry and Empire, p. 81)

(9)

Much of the pain centres upon the LEA, a structure which was pivotal and which is rapidly and rather messily ceasing to be so.

(BNC B28 54)

34En effet, dans ces deux exemples, SO est obligatoire. Sans SO on interpréterait ces énoncés en termes d’existence du référent du sujet et ce n’est pas possible dans le contexte donné.

Aux deux exemples précédents, on opposera le suivant qui montre bien la différence :

(10)

What had once been the greatest and most prosperous of Elf realms had effectively ceased to be.

(BNC CM1 278 )

35A partir de cet exemple on peut construire :

(10’)

What had once been the greatest and most prosperous of Elf realms had effectively ceased to be so.

36La présence de SO fait intervenir une valeur différente dans le sens d’un degré moindre sur le gradient où « the greatest and most prosperous » marque le degré maximal. Autrement dit, l’existence même du Elf realm concerné n’est pas en cause, contrairement à l’exemple (10).

37Ceci n’est pas possible dans les exemples (8) et (9) car les adjectifs « feudal » et « pivotal » sont de type définitoire. La propriété à laquelle ces adjectifs renvoient est définie de manière objective. Or, lors de l’anaphore avec SO la propriété n’est pas simplement reprise telle quelle : l’énonciateur situe ce qui est anaphorisé en p par rapport à p’ à partir de P et plus précisément ce que l’on pourrait gloser ici par « ce qui est » par rapport à « ce qui n’est pas », ou encore « ce qui n’est plus ». En effet, le contexte, « cease » et « stop », implique explicitement l’idée d’un changement. La présence de SO fait ainsi intervenir une valeur complémentaire opposée, par exemple, de « pivotal » à /not pivotal/ ou de « feudal » à /not feudal/.

Dans les deux exemples suivants, SO est obligatoire et Ø est exclu d’emblée car be ne se trouve pas en position finale :

(11)



In order for there to be a narrative at all, Douglas must have the manuscript sent to him through the mail. There is thus an address on the text: the story is a letter. Indeed, it is triply so: sent first by the governess to Douglas, then by Douglas to himself, then by Douglas to the narrator. As a letter, the narrative entails both a change of location and a change of address.

(S. Felman, Writing and Madness, p. 184)

(12)



I am a writer. ‘A writer’ is indeed the simplest and also the most accurate general description of me. In so far as I am also a psychologist, an amateur philosopher, a student of human affairs, I am so because these things are part of being the kind of writer that I am.

(I. Murdoch, The Black Prince, p. 12)

38Dans ces deux exemples l’antécédent de SO, « a letter » dans le premier exemple et « a psychologist … » dans le deuxième exemple, est une propriété définitoire du sujet en question, « the story » et « I ». Ainsi toute altérité est exclue dans la phrase antécédente. Pourtant cette propriété est reprise par SO. Cela tend à montrer que SO construit l’altérité. Toutefois, ceci ne peut se faire qu’en affinité avec le contexte. Ceci peut bien entendu se faire, comme nous verrons au fil des pages, de multiples façons. Dans les deux exemples ci-dessus, la propriété attribuée au sujet ne semble pas aller de soi et il faut donc la justifier.

39Dans le premier exemple, la notion /letter/ anaphorisée par SO est une notion en tout ou rien ou, pour le dire autrement, une lettre est une lettre ou elle n’en est pas une. Cette notion renvoie à des propriétés inhérentes stables qui a priori ne sont pas discutables. Or, dans l’exemple ci-dessus, la notion /letter/ est discutée dans la mesure où le statut /letter/ attribué au sujet « the story » est à justifier. Il y a trois traits, marqués par « triply » et explicités par « first … then … then », qui justifient ce statut ou, pour le dire autrement, qui valident le statut “lettre” tout en excluant le statut “non-lettre”.

40Dans le deuxième exemple, la propriété anaphorisée par SO est encore justifiée. Cette justification est explicitement introduite par « because ». La justification montre que le sujet « I » ne possède pas vraiment la propriété définitoire anaphorisée par SO, « psychologist » etc. Le sujet « I » est écrivain comme le montre la première phrase : « I am a writer » et la propriété représentée par « a psychologist … » vient en quelque sorte qualifier le type d’écrivain que « I » est, c’est-à-dire que cela ne concerne qu’un aspect de son statut d’écrivain. Ceci est souligné par « also » au niveau de l’antécédent. En résumé :

I = a writer :

● propriété définitoire

● statut acquis

I = a psychologist :

● propriété non définitoire

● pas de statut

● propriété contingente qui se greffe sur la propriété stable /writer/

41Autrement dit, la propriété « psychologist » vient différencier la propriété « writer ». L’altérité concerne donc ici explicitement le point de vue subjectif de l’énonciateur qui redéfinit en quelque sorte la notion /writer/.

3.2.2. SO vs one

42SO et one sont seulement en concurrence lorsque l’antécédent est un syntagme nominal. Cette restriction implique implicitement que l’anaphore n’est pas de même nature dans les deux cas.

3.2.2.1. Antécédent de type : a + adjectif + nom

43Soit l’exemple suivant:

(13)


Here, this view becomes converted into the argument that the refusal of treatment may not have been a rational decision or may not appear to others to have been so.

(BNC ASK 1662)

44Comme l’a fait remarquer F. Cornish (1986 : 95), il y a indétermination quant à l’antécédent de SO : soit il anaphorise tout le syntagme nominal, ici « a rational decision », soit il anaphorise l’adjectif seul, ici « rational ». Rien de tel avec one qui ne peut que reprendre le syntagme nominal « a rational decision » :

(13’)


Here, this view becomes converted into the argument that the refusal of treatment may not have been a rational decision or may not appear to others to have been one.

Ceci est bien entendu dû au fait que one reprend un nom de type /discret/.

45Dans l’exemple suivant, SO est plutôt interprété comme anaphorisant l’adjectif seul. Ceci est justifié par la présence de l’adverbe « more » qui porte sur SO :

(14)


He refused to look either side; crossing the bridge on the pleasantest of days could be a frightening experience and more so now as the ice below split and cracked.

(BNC K95 1129)

Or, il convient de remarquer que les deux paraphrases suivantes sont a priori possibles :

...and (could be) more frightening now as …
...and (could be) more of a frightening experience now as …

46En revanche, one est totalement exclu dans ce contexte. Ceci laisse entendre que seul le contexte a une influence sur la présence ou l’absence de l’un ou de l’autre.

Or, comment rendre compte des paires d’énoncés suivants proposés aux anglophones :

(15).

? He was a good doctor and remained so until his death

(16)

? He was a good doctor and remained one until his death.

ou

(17)

? He is a nice doctor and has always been so.

(18)

? He is a nice doctor and has always been one.

47Elles ont toutes été jugées « awkward » et on leur a préféré une phrase telle que : « He was a good doctor his entire career ». Il reste néanmoins que les phrases avec SO ont été jugées comme étant préférables.

Les exemples avec one sont de loin les plus nombreux et ils sont particulièrement révélateurs :

(19)

My grandfather is a famous champion so maybe some day I’ll be one, too.

(BNC 399)

(20)

I did not have to pretend that he was a great man: by his acts, his understandings, and his solicitude, and by the example he set and maintained of standards higher than those of his fellows, he showed himself to be one.

(BNC 56)

(21)

Where James might well have preferred to be a private man, it was quite clear that circumstances would not allow him to become one.

(BNC CD9 945)

(22)

IF THERE is such a thing as a born artist, Joan Miro was one. 

(BNC 439)

Auxquels il convient d’ajouter l’exemple donné par L. Cherchi (1988 : 201) et rappelé ici :

(23)

Jenny is a superior woman, and will be so/one as long as she lives.

48L’exemple de L. Cherchi laisserait entendre que SO et one sont interchangeables. Or, il semble difficile, à des degrés divers, de remplacer one par SO dans les exemples ci-dessus :

(19’)

? My grandfather is a famous champion so maybe some day I’ll be so, too.

(20’)



?? I did not have to pretend that he was a great man: by his acts, his understandings, and his solicitude, and by the example he set and maintained of standards higher than those of his fellows, he showed himself to be so.

(21’)

??? Where James might well have preferred to be a private man, it was quite clear that circumstances would not allow him to become so.

(22’)

???? IF THERE is such a thing as a born artist, Joan Miro was so.

49Pour comprendre les différences des exemples (19’), (20’), (21’) et (22’) on regardera l’exemple de L. Cherchi, particulièrement révélateur, où SO et one sont posés comme interchangeables. Pourtant, avec one on prédique avant tout l’appartenance de Jenny à la catégorie des femmes ou plus précisément à une sous-classe de cette catégorie, c’est-à-dire à la catégorie des « superior women ». Avec SO on distingue avant tout une particularité, une propriété, une qualité. En partant du fait qu’une personne répondant au nom de Jenny fait partie de la classe des femmes, ce qui est important c’est de la distinguer des autres femmes en lui attribuant une particularité : celle d’être « superior ». En résumé, avec one on ne fait qu’indiquer l’appartenance de Jenny à une catégorie / sous-catégorie, avec SO on applique une qualité distinctive / différentielle. One renvoie ainsi à un prédicat de type catégorie alors que SO met l’accent sur une qualité qui permet de distinguer le sujet de l’énoncé des autres sujet de la même classe.

50Il est clair que dans les exemples (19) et (20) one renvoie encore une fois à une catégorie : « grandfather » fait partie de la catégorie / sous-catégorie des « famous champions » et « he » fait partie de la catégorie / sous-catégorie des « great men ». Ceci est particulièrement clair dans (20) où le contexte ne fait qu’expliciter pourquoi il appartient à cette catégorie, d’où la forte improbité d’avoir SO. L’exemple (19) est moins explicite. De plus, par rapport à l’exemple (23) de L. Cherchi, il est légèrement différent. En effet, il y a deux sujets différents « grandfather » et « I ». Le nom « champion » n’est pas forcément interprété comme une propriété inhérente, elle n’est qu’attribuée comme telle au(x) sujet(s) en question, alors que le nom « woman » est interprété comme une propriété inhérente du sujet « Jenny ». En d’autres termes, dans l’exemple ci-dessus, SO n’est pas totalement exclu dans la mesure où le sujet « I » peut a priori déjà posséder la caractéristique « champion », d’où une focalisation éventuelle sur la qualité distinctive « famous ». Cela expliquerait aussi les deux exemples de départ, SO peut reprendre « good » / « nice » où « he » et « doctor » sont coréférentiels alors que « nice » dans « a nice doctor » peut difficilement être une sous-catégorie de « doctor ».

51En résumé, SO et one ne sont pas toujours interchangeables, ils ne le sont que dans un certain contexte, et lorsqu’ils le sont ils n’anaphorisent pas l’antécédent de la même manière. SO et one sont possibles dans les exemples de type (13) et (23) car la suite en « a + adjectif + nom » attribuée au sujet permet aussi bien de prédiquer l’appartenance du sujet à une catégorie, dans le cas de one, que de distinguer un sujet à l’intérieur d’une catégorie précise dans le cas de SO. Dans le dernier cas, on renvoie à la fois à une catégorie et à une qualité distinctive. Cela explique pourquoi, concernant SO, il est impossible de dire s’il anaphorise tout le syntagme nominal ou l’adjectif seul. Par contre, lorsque l’antécédent est une expression quasi-figée, comme dans l’exemple (22), SO est exclu car il ne peut plus effectuer une différenciation.

Le paragraphe suivant permettra d’affiner la description de la nature de l’anaphore effectuée par SO, par rapport à one, et en même temps de restreindre la nature de l’antécédent.

3.2.2.2. Antécédent de type : (a) + nom

  • 9 Plus précisément, un nom précédé de l’article indéfini car, comme nous le verrons, one ne se trouve (...)

52Le paragraphe précédent a montré que SO et one peuvent entrer en concurrence lorsque l’antécédent est un nom, prémodifié par un adjectif et précédé de l’article indéfini. En ce qui concerne un antécédent de type (a) + nom, il est remarquable de noter qu’il y a très peu d’exemples avec SO, alors que one excelle dans ce type de contexte9 :

(24)


Years later the feminists were inspired by her most famous statement, ‘one is not born a woman, one becomes one’, to conclude that the inferior status of ‘the second sex’ was not a natural phenomenon but a man-made one.

(BNC ACS 891)

(25)



‘(...). Who is your artist?’ ‘Myself.’ She looked back at the painting with redoubled surprise. ‘But you have a great talent.’ And, with Gallic frankness, he agreed. ‘I was to have been an architect.’ ‘If this becomes reality, you may yet live to become one.’ He shook his head and shrugged. ‘If it becomes reality, I shall be too busy.’

(BNC HPO 3280)

De plus, one est difficilement remplaçable par SO dans les exemples cités :

(24’)


* Years later the feminists were inspired by her most famous statement, ‘one is not born a woman, one becomes so’, to conclude that the inferior status of ‘the second sex’ was not a natural phenomenon but a man-made one.

(25’)



* ‘(...). Who is your artist?’ ‘Myself.’ She looked back at the painting with redoubled surprise. ‘But you have a great talent.’ And, with Gallic frankness, he agreed. ‘I was to have been an architect.’ ‘If this becomes reality, you may yet live to become so.’ He shook his head and shrugged. ‘If it becomes reality, I shall be too busy.’

Si SO et one sont en concurrence lorsque l’antécédent est un syntagme nominal au singulier, cela exclut d’emblée l’exemple suivant :

(26)

Deny it as much as you like, but we’re lovers now and shall continue to be so.

(BNC H8J 2171)

Toutefois, ceci n’empêche pas one d’opérer une extraction à partir d’un nom au pluriel dans un autre type de contexte où SO est exclu :

(27)


When Jenny learned next day about the Brownies from the tall lady, whose name was Miss Clinton and who was a District Commissioner in the south of England, made her long to be one.

(BNC 780)

  • 10 Dans l’exemple proposé par L. Cherchi (1988 : 202) « They are nurses and have always been so. » on (...)

53En ce qui concerne l’exemple avec SO, il convient de remarquer que la propriété définitoire « lover » n’est pas interprétée comme étant une propriété stable, inhérente au sujet « we » à cause du contexte. La phrase « Deny it as much as you like » implique que pour l’énonciateur la relation <we / be lovers> est validée alors que pour le co-énonciateur cela implique que la relation <we / be lovers> n’est pas validée. De plus, à cause du sens même du nom en question10, cela constitue difficilement un prédicat de catégorie à proprement parler. Néanmoins, la présence de shall fait qu’il y a insistance sur la validation de la relation <we / continue to be so>. De ce fait, le choix de la valeur p /be lovers/, par rapport à la valeur p’ /not be lovers/, est privilégié. En ce qui concerne SO, cela donne une interprétation de type « c’est ainsi et pas autrement » ou « c’est ainsi et cela ne sera pas autrement ». Plus précisément, et pour résumer, à partir d’une propriété définitoire, l’altérité est prise en compte pour finalement être exclue.

54A présent il convient de regarder de plus près les cas de figures où l’antécédent est un syntagme nominal au singulier. Soit les exemples suivants, authentiques ou fabriqués, et qui, nous le verrons, sont plus ou moins acceptables. L’exemple déjà cité de F. Cornish est rappelé ici comme numéro (33).

(28)

He is a fool and has always been so.

(29)

? He is a doctor and has always been so.

(30)

He is a doctor and has always been one.

(31)

? He became a doctor and remained so until his death.

(32)

He became a doctor and remained one until his death.

(33)

Albert Quisley became a plumber at the age of 14, and remained

so/*it for the rest of his life.

(34)

He became chairman and remained so until his death.

Exemple tiré de The Compact Edition of the Oxford English Dictionary.

(35)

? He was a doctor and remained so until his death.

(36)

He was a doctor and remained one until his death.

(37)

He was a doctor and so he remained until his death.

(38)

He was nice and he remained so until his death.

(39)

He was nice and so he remained until his death.

  • 11 Allant de « n’utiliserait pas » à « rejet de la phrase ».
  • 12 Le verbe become, on le rappelle, implique « to become means to change or develop in the way mention (...)

55Il convient de remarquer qu’une grande partie des exemples fabriqués a été jugée « clumsy » ou « awkward » par les anglophones interrogés dans la mesure où ils préfèrent des énoncés tels que : « He was a doctor until his death » ou « He was a doctor and practiced medicine until his death ». Un anglophone justifiant cette préférence disait: « A doctor is a bad example because all doctors are doctors until their death ». Cela résume parfaitement le problème qui est au cœur de cette étude. Toutefois, les exemples en question ont été jugés acceptables / inacceptables à des degrés divers.11 En résumé, les exemples sans point d’interrogation sont classés parmi les acceptables, et les exemples avec un point d’interrogation sont classés parmi les inacceptables. Malgré ces différences le résultat est assez significatif. En ce qui concerne les trois premiers exemples, un antécédent d’origine subjective comme « a fool » peut être anaphorisé par SO, mais un antécédent de type propriété définitoire comme « a doctor » ne peut pas l’être, alors que cela ne pose pas de problème avec one. En (31) à (34), il s’agit du verbe become12 et l’attribut est de type « resulting attribute » (S. Greenbaum et R. Quirk, (1990 : 343)). La propriété attribuée au sujet n’est donc pas présentée comme étant permanente. Il n’en reste pas moins que l’exemple (32) avec one est toujours préféré à l’exemple (31) avec SO. L’exemple de F. Cornish est un peu faussé dès le départ dans la mesure où il n’oppose pas SO à one mais SO à it et dans ce cas il est clair que le choix ne peut que porter sur SO et non sur it, qui est impossible.

56En (37) à (39), il convient de noter l’absence de point d’interrogation devant l’exemple avec SO antéposé.

  • 13 En non pas la prise en charge explicite de l’énonciateur, cf. aussi note 18.

57Les deux derniers exemples, avec un antécédent de type subjectif, ne posent pas de problème particulier. La différence entre les deux serait une différence de niveau de langue : l’exemple avec SO postposé appartient, toujours selon les anglophones interrogés, à la langue orale et l’exemple avec SO antéposé à un niveau de langue recherché, écrit. Or, cela ne suffit pas à tout expliquer car l’exemple (37) avec SO antéposé a été jugé acceptable alors qu’un exemple tel que (35) ne l’a pas été. Cela montre que SO peut anaphoriser une propriété de type définitoire, dans un contexte où l’altérité est exclue, lorsqu’il est antéposé. Ceci laisse à entendre qu’avec SO antéposé l’énonciateur ne prend pas en compte la valeur complémentaire. Dans ce cas de figure précis, c’est la nature de l’antécédent qui impose l’antéposition13.

58Il reste toutefois l’exemple (34) qui est un exemple authentique. On remarquera que le caractère permanent ou non de ce à quoi le nom réfère ne change a priori rien car même si un « chairman » est élu, contrairement à un « doctor » qui est un « doctor » pour toute la vie, on aura, par exemple, l’exemple suivant, proposé par un des informateurs, avec one et non SO :

(40)

He was a senator and remained one until his death.

A partir de là il convient d’examiner de plus près ce type d’exemples, soit les énonçables et les inénonçables suivants :

(31)

? He became a doctor and remained so until his death.

(32)

He became a doctor and remained one until his death.

mais

(34)

He became chairman and remained so until his death. 

à partir duquel on peut construire :

(34’)

??? He became chairman and remained one until his death.

auquel nous ajoutons:

(34’’)

He became a chairman and remained one until his death.

Les exemples (31), (32), (34’) et (34’’) ont tous été construits à partir de l’exemple (34).

  • 14 Du moins pour SO postposé.

59Dans tous les exemples, une propriété définitoire, représentée par « doctor » ou « chairman », est attribuée au sujet « he ». Le verbe « become » présente cette propriété comme n’étant pas permanente, d’où la possibilité, a priori pour SO, de l’anaphoriser. Cette contrainte ne concerne en rien one. Or, les manipulations montrent explicitement qu’il y a une autre différence entre SO et one. Cette différence se trouve au niveau du syntagme nominal antécédent : dans le cas de SO, il peut y avoir ou ne pas y avoir d’article indéfini, et dans le cas de one il doit y avoir un article indéfini. Cette différence est particulièrement évidente avec un nom tel que « chairman » qui peut se construire à la fois avec SO et one, alors que ce n’est pas le cas pour le nom « doctor »14. On remarquera à ce propos que l’exemple (31) n’est pas correct si on enlève l’article.

  • 15 En fait, ceci est une distinction bien connue. cf., par exemple, O. Jespersen, A Modern English Gra (...)

60Dans les deux cas, le nom entre dans ce que L. Cherchi (1988 : 188) appelle un « prédicat de catégorie ». Toutefois il convient de différencier « chairman » de « doctor ». A propos de ce premier type de nom L. Cherchi ajoute (1988 : 190)15 :

Lorsque le prédicat nominal désigne une catégorie, comme dans That man is a colonel, il arrive souvent que la construction désigne un statut, administratif, politique, militaire, ecclésiastique, etc. Deux cas peuvent alors se présenter.
-- Gerald is a Cabinet minister.
L’indéfini a (un individu parmi d’autres) signifie que le statut de Gerald est partagé par d’autres individus.
-- Gerald is Minister of Health.
Le statut de Gerald est possédé par lui seul dans la situation considérée, en l’occurrence le présent cabinet britannique. 

Ceci suggère que SO renvoie à un état et one à une personne. D’ailleurs, c’est ce que H. Poutsma écrit (1914-1929 : 750) :

When the reference is to a noun preceded by the indefinite article, we find so varying with one. It is hardly necessary to observe that the use of one shows that the preceding noun is felt to be indicative of a person or thing, rather than a state.

61Plus précisément, dans l’exemple (34) « chairman » est une propriété (une qualité) parmi d’autres propriétés possibles attribuée au sujet en question, alors que dans l’exemple (34’’) « a chairman » classe le sujet en question dans la classe des « chairmen ». Ceci n’empêche en rien les deux noms de désigner une propriété définitoire du sujet en question. Néanmoins, cette qualification ne s’effectue pas de la même façon : one implique une sorte d’identification entre le syntagme nominal et le sujet auquel cette propriété est attribuée, dans le sens qu’ils renvoient au même référent, alors que ce qui est anaphorisé par SO ne fait que qualifier le sujet en question. Cette différence est due au fait que one est le signe du prélèvement d’une occurrence de la notion alors que SO effectue une anaphore purement notionnelle. De ce fait, l’appartenance à une classe peut être marquée par one dans un autre type de contexte où SO est impossible :

(41)

‘I say this only to the very special women, of which there are few, and of which, my dear Alexandra, you are one.

(BNC 717)

L’exemple suivant est issu du précédent :

*

I say this only to the very special women, of which there are few, and of which, my dear Alexandra, you are so.

62Avec one on a l’extraction d’un élément à partir d’une classe posée dans le contexte avant. Il s’agit plus précisément de cas de constructions partitives sous-jacentes, d’une part on a few of the special women et, de l’autre, you are one of the (few) special women. Par contre, il convient de remarquer l’excellent exemple cité par F. Cornish (1992 : 169) que nous reproduisons ici :

(42)



‘... Only a virgin can join [the new religious order launched recently by the bishop of Verona, ‘in defiance of a society infatuated by the idols of consumerism and sex’], and she must remain so for the rest of her days “as a sign of martyrdom”’

(The Guardian, March 1991)

Suivi de ses commentaires :

...the predicate ‘virgin’ in the subject expression of the initial clause is syntactically nominal and semantically a set (the class of human females defined by the property of being virgins). Note that the NP this noun-predicate heads is already generic, genericity corresponding to a less highly referential (and hence more fully predicative) contextual value. Note also the variation between she (referring to the prototypical virgin eligible to join the religious order in question), on the one hand, and so on the other, sharing the same antecedent trigger – though with very different discourse model referents.

Il est clair que SO renvoie à la propriété dénotée par le nom « virgin » alors que one, dans l’exemple suivant, renvoie à un (ou plutôt une) qui est « virgin » :

(43)


Despite her previous marriage, Æthelthryth had always lived as a virgin and was determined to remain one, retiring altogether to live as a nun in Coldingham about 672. 

(BNC 698)

A titre d’illustration, citons un dernier exemple où l’exclusivité de statut, attribuée au syntagme nominal anaphorisé par SO, est explicitement marquée par « of the … » :

(44)


After serving on various eyres and assizes, he became chief justice of the King’s Bench in 1274 and remained so until 1290; in the last ten years of the reign he was chief justice of the Common Bench.

(BNC F9L)

De plus, cet exemple montre on ne peut plus explicitement que l’état attribué au sujet « he » n’est que temporaire, d’où résulte entre autres, la possibilité d’avoir SO en tant qu’anaphorique d’une propriété définitoire.

3.2.2.3. Antécédent de type : adjectif

63Il ne s’agit pas de revenir sur ce qui a déjà été dit à ce propos (cf. exemples (1) et (2)) mais seulement d’ajouter quelques remarques qui vont dans le même sens à propos d’un cas de figure très précis et particulièrement prolifique. Il s’agit de SO, postposé, incident au verbe remain suivi de until. Voici quelques exemples:

(45)


The risks and benefits of adding intravenous heparin to aspirin and thrombolysis are unknown and will remain so until trials are done to address this question adequately.

(BNC HWV)

(46)


These universally fatal chronic brain infections of mammals (including humans) are untreatable and will remain so until more is known about this unique agent.

(BNC FT4)

64D’une manière générale, ce type d’exemples s’analyse, pour ne prendre qu’un seul exemple, comme suit. L’énoncé antécédent <The risks … are unknown> est une assertion. Ensuite, l’énonciateur asserte <(The risks) will remain so> où le verbe implique une absence de changement. Autrement dit, l’énonciateur qui asserte <(The risks) will remain so> le fait car, dans la situation, cela aurait pu ne pas être le cas. Plus précisément, remain, de par son sens, implique un terme possible : unknown now vs. not unknown in the future. SO construit l’altérité en affinité avec la situation : l’énonciateur prend en compte une valeur complémentaire qui n’était peut être pas exclue pour finalement l’exclure explicitement.

65De plus, dans les exemples ci-dessus, l’antécédent est un adjectif, « unknown » dans (45), « untreatable » dans (46), qui suppose une opposition en tout ou rien. De ce fait on ne peut définir des valeurs intermédiaires. Aucune altérité n’intervient a priori au niveau de la référence de ce qui est anaphorisé par SO. Or, il convient de remarquer que dans les exemples relevés, SO est suivi d’un adverbial, introduit par until, restreignant ce qui a été posé comme validé à un moment précis introduisant ainsi l’altérité au niveau de ce qui est anaphorisé par SO. L’adverbial introduit par until délimite un état temporaire de ce qui était posé comme un état permanent dans l’antécédent.

66Lorsqu’il y a un adjectif qualitatif dans l’antécédent il n’y a aucune contrainte de ce type. Par définition, la nature même de l’adjectif suppose la détermination subjective dont SO est indissociable. Par exemple, l’adjectif « fit » implique le jugement de l’énonciateur:

(47)


Old age begins officially on retirement but the majority of people in their sixties and many in their seventies remain reasonably fit, independent, active and content and in many cases they will remain so until the end of their lives.

(BNC FS6 393)

67Contrairement aux exemples précédents, l’adverbial introduit par until, « until the end of their lives », implique ici que la propriété qui a été attribuée au sujet l’est de manière stable.

3.2.2.4. Une exception

68Même si c’est le seul exemple de notre corpus, il s’agit toutefois d’une exception qui confirmera ce qui a été avancé dans les pages précédentes :

(48)







There was at least something to be said, after all, for a poor-relief system which was adaptable to suit personal need as it arose; for all the parsimony of parish overseers, careful guardians of the ratepayers’ monies as they were, they were dealing with paupers whom they knew as people. Eventually the Frome overseers decided, and annotated it accordingly, that Betty Titford was a ‘sickly woman’ and so she remained until her death. The poor book entry for 1783 helpfully gives us her age as 48, and she is variously described as living at ‘Coniger’, ‘Cowards Batch’ and ‘Nail Street’ – all within the Trinity area.

(BNC CBJ 15)

69Dans cet exemple, nous avons le même type d’antécédent que dans l’un des cas de figure étudié précédemment : article indéfini + adjectif + nom. Par contre, contrairement aux autres énoncés avec SO, on n’attribue pas une particularité, « sickly », au sujet en question mais l’énonciateur prédique avant tout l’appartenance de Betty Titford à la catégorie des « sickly women » ou, pour le dire autrement, il s’agit là d’une propriété définitoire de Betty Titford. Cette interprétation, faite par les anglophones interrogés, est soulignée par les guillemets autour de l’ensemble « ‘sickly woman’« . La propriété définitoire est quand même reprise par SO ou, précisons-le, par SO antéposé. Ce qui est anaphorisé par SO ne vient pas caractériser le sujet « she » à proprement parler mais il s’agit plutôt de confirmer le statut donné à Betty Titford dans la proposition antécédente. Le contexte implique une absence totale de changement ou d’altérité : la relation <Betty Titford/be a sickly woman> est posée comme validée. D’ailleurs, le statut dont il est question est confirmé par le contexte dans la mesure où il est question de la classer dans une catégorie dans un rapport (cf. « the poor book »).

70L’exemple (42) avec SO postposé n’est pas un contre-exemple car l’antécédent implique à la fois l’appartenance à une catégorie et une qualité différentielle permettant de distinguer une femme d’autres femmes. Seule cette dernière est reprise par SO postposé. On remarquera à ce propos que cette possibilité n’existe pas avec un groupe nominal comme « a doctor », ce qui expliquerait pourquoi on a SO antéposé dans les exemples cités plus haut.

4. Conclusion

  • 16 On verra (dans un article ultérieur consacré à la fonction attribut de l’objet) que SO antéposé ass (...)

71Sans aller jusqu’à dire que SO antéposé constitue une occurrence de la notion au même titre que one, il n’en reste pas moins que SO antéposé, contrairement à SO postposé, peut anaphoriser une propriété définitoire sans qu’a priori aucune altérité16 n’intervienne dans le contexte. Par contre, l’altérité dont SO postposé a besoin est présente directement au niveau de l’antécédent ou bien SO la construit en accord avec le contexte. Dans le premier cas, l’antécédent représente une propriété d’origine subjective (cf. par exemple « a fool » dans (28)) ou un adjectif qualitatif (cf. par exemple « fit … » dans (47)). Dans le deuxième cas, il s’agit d’un antécédent de type propriété définitoire (cf. par exemple « a letter » dans (11) et « a psychologist » dans (12)) ou d’un adjectif classifiant (cf. par exemple « feudal » dans (8) ou « unknown » dans (45)) et SO fait intervenir, en affinité avec le contexte, l’altérité au niveau de la référence de ce qui est anaphorisé.

Top of page

Bibliography

Dans deux les cas, ces caractéristiques sont le signe de la nature profondément qualitative de l’anaphore effectuée par SO.

Bibliographie

Cherchi, L., (1988), La grammaire anglaise au fil des textes, Dijon, Éditions de l’Aleï, 288 p.

Chuquet, J., (1991), To be or not to be – A propos de believe et de quelques autres, Cahiers de recherche en grammaire anglaise, T. 5, Paris, Ophrys, pp. 25–84.

Cornish, F., (1986), Anaphoric Relations in English and French, A Discourse Perspective, London, Croom Helm, 242 p.

Cornish, F., (1999), Anaphora, Discourse, and Understanding, Oxford, Clarendon Press, 277 p.

Gilbert, E., (1989), Quite, Rather, Cahier de Recherche en Grammaire Anglaise, T.4, Paris, Ophrys, pp. 7-64.

Greenbaum, S. & Quirk, R., (1990), A Student’s Grammar of the English Language, London, Longman, 490 p.

Johansson-Manoury, E., (2004), Le marqueur SO en anglais contemporain : ses emplois en relation avec un élément verbal, Thèse de Doctorat, Université de Caen Basse-Normandie.

Johansson-Manoury, E., (2006), « SO + V + S et SO + S + V, L’inversion sujet/verbe (begin, end, go, run) après SO », Points de vue sur l’inversion, Cahiers de Recherche Tome 9, Éditions Ophrys, pp. 85-99.

Poutsma, H., (1914-1929), A Grammar of Late Modern English, 5 vols., Groningen, P. Noordhoff.

Dictionnaires

Collins Cobuild English Language Dictionary, (1987), London: William Collins Sons & Co Ltd.

Longman Dictionary of English Language and Culture, (1993), Harlow: Longman Group UK Limited.

The Compact Edition of the Oxford English Dictionary, (1972), London, Oxford University Press, 1971

Top of page

Notes

1 Ce dernier cas de figure fera l’objet d’un article ultérieur.

2 Cet article présente une version allégée d’un chapitre de ma thèse intitulé : SO en construction attributive, cf. bibliographie.

3 Les verbes de type be, become, remain sont aussi communément appelés copule, pour be, et semi-copules, pour become et remain.

4 « état » est à prendre dans le sens illustré, par exemple, par Micro Robert : « manière d’être (d’une personne ou d’une chose) ».

5 Nous soulignons.

6 Passage déjà cité, il s’agit de « prédicat de catégorie » et « prédicat de qualité ».

7 Nous ne citons que celui qui pose problème.

8 A noter que la source a été vérifiée, il s’agit d’anglais britannique, tout comme, bien évidemment, dans l’exemple de S. Greenbaum et R. Quirk, et non d’anglais américain.

9 Plus précisément, un nom précédé de l’article indéfini car, comme nous le verrons, one ne se trouve que dans ce contexte précis.

10 Dans l’exemple proposé par L. Cherchi (1988 : 202) « They are nurses and have always been so. » on a bien affaire à un prédicat de catégorie. Toutefois, l’exemple en question n’a pas été jugé acceptable par les anglophones interrogés.

11 Allant de « n’utiliserait pas » à « rejet de la phrase ».

12 Le verbe become, on le rappelle, implique « to become means to change or develop in the way mentioned, or to start being something different in the way that is stated » (CCELD)

13 En non pas la prise en charge explicite de l’énonciateur, cf. aussi note 18.

14 Du moins pour SO postposé.

15 En fait, ceci est une distinction bien connue. cf., par exemple, O. Jespersen, A Modern English Grammar, Vol. 7, p. 451.

16 On verra (dans un article ultérieur consacré à la fonction attribut de l’objet) que SO antéposé associé à d’autres verbes, contrairement à SO postposé, est par exemple le signe d’une prise en charge explicite de l’énonciateur donc d’une détermination subjective explicite excluant de ce fait l’altérité au niveau de ce qui est anaphorisé par SO même si dans ce cas l’altérité persiste par rapport à un autre énonciateur.

En ce qui concerne SO antéposé dans un autre contexte cf. aussi Johansson-Manoury ( 2006 ).

Top of page

References

Bibliographical reference

Elisabet Johansson-Manoury, « Anaphore et fonction attribut du sujet : le cas de SO », Anglophonia/Sigma, 16 (32) | 2012, 129-150.

Electronic reference

Elisabet Johansson-Manoury, « Anaphore et fonction attribut du sujet : le cas de SO », Anglophonia/Sigma [Online], 16 (32) | 2012, Online since 15 December 2014, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/180 ; DOI : 10.4000/anglophonia.180

Top of page

About the author

Elisabet Johansson-Manoury

Université de Caen – CRISCO.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals