Skip to navigation – Site map

Modalisations a priori et a posteriori : le cas de would

Paul Larreya

Abstracts

The analysis presented in this paper is based on a distinction between modality and modalization – the latter being defined as the use which is made of modality according to what the speaker and the addressee know (or do not know) concerning the truth value of the modalized proposition. The two main types of modalization are a priori modalization and a posteriori modalization; the latter can be constative, evaluative or counterfactual. The paper discusses two particular uses of would: (i) with verbs of epistemic judgement (think, guess, expect, imagine, seem, etc.), as in I’d think you’re right and (ii) in contexts which can be called ‘conjectural-factual’ (as in I can’t believe he would do this to me). It is shown that, although would may seem ‘semantically bleached’ in these contexts, it retains a full modal meaning.

Top of page

Author's notes

Cet article a bénéficié des remarques et suggestions d’Olivier Simonin et de deux rapporteurs anonymes, que je tiens à remercier ici. Il va de soi que les erreurs qui peuvent subsister me sont entièrement imputables.

Full text

  • 1 Sur la modalité et la modalisation, voir aussi Larreya 2004.

1Cet article reprend en partie le contenu de Furmaniak et Larreya (à paraître), avec un traitement plus détaillé de certains points et une analyse un peu différente des emplois concernés de would. Il commence par la présentation de la distinction entre modalité et modalisation qui servira de base à l’analyse ; cette présentation « revisitera » la question des types de modalité.1 Seront ensuite examinés deux emplois un peu particuliers de would, qui peuvent être illustrés par les deux énoncés suivants : I’d think you’re right et I can’t believe he would do this to me.

1. Modalité et modalisation

2La distinction entre modalité et modalisation permet de ne pas mettre sur le même plan un certain nombre de concepts qui appartiennent à des catégories de pensée différentes, ce qui se fait inévitablement si on les range tous sous l’étiquette « modalité ». Prenons un exemple : celui de la modalité appréciative. Culioli (1985) définit la modalité appréciative (ou modalité de type III) comme une modalité qui « renvoie au jugement qualitatif de l’énonciateur », et il donne comme exemples « il est naturel », « il est bon », « il est étrange », « il est scandaleux ». Selon moi, ces exemples appartiennent soit à la modalité radicale et plus précisément déontique (il est bon que, il est scandaleux que), soit à la modalité épistémique (il est étrange que – nous verrons en 2.3 pour quelle raison), soit à ces deux types de modalité (il est naturel que). Dans cette perspective, la modalité appréciative est tout simplement une façon particulière d’utiliser la modalité radicale ou la modalité épistémique, et je choisirai de parler non pas de modalité mais de modalisation appréciative. La modalisation sera définie comme une façon d’utiliser la modalité, en fonction de facteurs qui seront précisés en 3.

2. La modalité : définition, catégories

3Je définirai le concept de modalité, pour ce qui concerne sa partie « dure » (non périphérique), comme le domaine du possible et du nécessaire, étant entendu que, comme on le sait depuis Aristote, le possible et le nécessaire sont liés l’un à l’autre par une double négation (cf. la presque synonymie de vous ne pouvez pas ne pas venir et vous devez venir).

4La modalité se divise en deux grandes catégories : d’une part la modalité de l’action et/ou de l’affect (que j’appellerai la modalité radicale, pour reprendre, en l’adaptant au français, le terme root modality introduit par Hofmann ([1966] 1976), et d’autre part la modalité de la connaissance (ou modalité épistémique – terme auquel je donnerai une acception plus large que celle qu’il a habituellement). À propos de cette division entre le champ conceptuel de l’action/affect et celui de la connaissance, il faut observer qu’elle ne concerne pas uniquement le domaine de la modalité. On la retrouve dans d’autres domaines du langage (que l’on pense, par exemple, à la différence entre les verbes espagnols pedir et preguntar (‘demander’) : le premier, qui est utilisé pour demander au destinataire de donner ou de faire quelque chose, appartient au champ de l’action, tandis que le second, utilisé pour demander une information, appartient à celui de la connaissance), et elle est également pertinente dans le domaine de la psychologie.

5Deux autres remarques peuvent être faites à propos de cette division de la modalité en deux catégories :

6a. La nature du lien entre la modalité radicale et la modalité épistémique (sur ce lien, voir par exemple Larreya 2001) explique l’existence de nombreuses zones de chevauchement ou de fusion entre les deux catégories.

7b. Plusieurs autres types de modalité ont été distingués, par exemple la modalité volitive, ou encore la modalité aléthique. Faute de place, je ne peux pas examiner ici la façon dont ces catégories se rattachent soit à la modalité radicale soit à la modalité épistémique. (En 2.2, cependant, j’examinerai la façon dont la volition – ou la modalité volitive – se rattache à la modalité radicale.) Concernant la modalité évidentielle, voir Bardière 2015.

8La modalité radicale et la modalité épistémique se divisent chacune en deux sous-catégories, représentées et illustrées par des exemples dans la figure 1 ci-après.

Figure 1 : types de modalité

Figure 1 : types de modalité

2.1 Modalité radicale : (a) la modalité dynamique

  • 2 Ce terme pourrait être modalité physique (ou physical modality), que j’ai utilisé ailleurs.

9La modalité dynamique est définie de façon assez hétérogène dans la littérature : voir par exemple la définition de Palmer (2001 : 9-10) et celle de Huddleston & Pullum (2002 : 178-179). Malgré cet inconvénient, et pour éviter l’inconvénient plus grand encore de créer un terme nouveau,2 j’utiliserai l’appellation « modalité dynamique », en lui donnant sa énième définition : il s’agira d’une modalité de nature purement physique ou causale, autrement dit d’une modalité dans laquelle n’intervient aucune volition externe (voir en 2.2 ci-après la définition de ce type de volition), par opposition à la modalité déontique. Voici un exemple d’énoncé exprimant une modalité dynamique : He had to stop – a snowdrift was blocking the road (premier exemple de la figure 1). Étant donné que la nécessité (ou contrainte) exprimée dans cet énoncé a pour source un amas de neige, auquel on ne peut pas attribuer une volonté, cette nécessité est de nature dynamique. La modalité dynamique inclut essentiellement ce type de contrainte (une contrainte « involontaire »), la possibilité physique (qui peut être soit la capacité, soit l’absence d’obstacle matériel, soit les deux à la fois, mêlés d’une façon qui peut être imprécise, comme dans I’ll do all I can to help you), et marginalement, comme nous le verrons en 2.2, un certain type de volition.

2.2 Modalité radicale : (b) la modalité déontique et la volition externe

  • 3 On pourrait évidemment discuter à l’infini sur la nature de la volition inhérente aux principes mor (...)

10Contrairement à la modalité dynamique, la modalité déontique fait intervenir une volition à laquelle on peut donner le nom de volition externe (concept défini plus précisément un peu plus loin) : dans des énoncés comme You must go at once ou You can use my mobile if you like, la contrainte ou la possibilité qui constitue la modalité n’est pas (ou pas uniquement) de nature physique, elle implique une forme ou une autre de volonté de la part de la « source modale » (origine de la contrainte ou de la possibilité). La contrainte (ou son absence) peut consister, du moins en partie, en la volonté de l’énonciateur, ou en un règlement, ou en une volonté attribuée à Dieu (dans, par exemple, thou shalt not kill), ou en un principe moral qu’on invoque de façon explicite ou implicite, et qui « veut » l’accomplissement de telle ou telle action.3

11L’appellation « volition externe » se justifie ainsi : cette volition est externe au procès modalisé et à son agent ; elle n’est pas le fait de l’agent du procès modalisé, elle est le fait de la source modale qui s’applique à ce procès (voir les exemples ci-après). Elle ne doit pas être confondue avec la volition interne, qui est présente dans tous les types de modalité radicale, et qui est la volition de l’agent du procès modalisé : dans John had to stop running – he was exhausted, il s’agit de l’acceptation (une acceptation non dénuée de réticence ou de résignation), par John, du fait « arrêter de courir », qui est un fait « volontaire ».

12Dans les exemples que nous venons d’examiner, la volition (interne ou externe) se rajoute à, ou se combine avec, une modalité telle que la contrainte ou la possibilité physique. Toutefois, la volition peut également constituer la partie centrale de la modalité. C’est le cas dans des énoncés comme I WILL speak out ou comme OK, I’ll speak out, dans lesquels le modal exprime fondamentalement une volition. Cette volition est une volition interne : elle est le fait du référent du sujet. Mais on ne peut pas pour autant parler d’une volition « pure ». Le premier énoncé (I WILL speak out), qui exprime une volition interne « forte », implique l’existence d’une volition externe opposée à l’accomplissement du fait <I—speak out>, et le second énoncé (OK, I’ll speak out), qui exprime une volition interne « faible » (acceptation), implique l’existence d’une volition externe, qui, à l’inverse, est favorable à l’accomplissement de ce fait. Dans les deux cas, la volition est de nature déontique, puisqu’elle implique l’intervention d’une volition externe. On peut cependant concevoir l’existence d’une volition « pure », de type dynamique, située entre la volonté « forte » et l’acceptation – donc indépendante d’une volition externe qui lui serait opposée ou favorable –, dans un énoncé comme Next year I’ll go to Greece for my summer holiday.

13On voit donc que, même si la volition ne fait pas partie de la modalité stricto sensu (le possible et le nécessaire), elle en est difficilement dissociable.

2.3 Remarques sur la modalité épistémique

14Comme indiqué plus haut, l’appellation modalité épistémique utilisée dans cet article a une acception plus large que celle qu’on lui donne habituellement : elle désigne tous les types de modalité qui ont trait à la connaissance (cf. le sens étymologique du mot épistèmè).

15Il s’agit donc en premier lieu de l’expression d’une valeur de vérité (située sur une gamme qui va du vrai au faux en passant par le probable, le possible, l’impossible, etc.), concernant un fait. (Le terme « fait » est utilisé ici pour désigner ce que les linguistes anglophones appellent généralement state of affairs ou situation. Le « fait » appartient donc à l’extralinguistique, autrement dit à la référence. Sur le plan du langage, il correspond à la proposition (logique), ou, dans la théorie des opérations énonciatives, à la relation prédicative (dans l’une des deux acceptions du terme). On peut donc parler de valeur de vérité concernant aussi bien un fait que la proposition qui lui correspond. J’appellerai « fait modalisé » le référent de toute proposition langagière soumise à un jugement modal – ce jugement pouvant être exprimé par un auxiliaire modal, une expression verbale de modalité, un adverbe modal, etc.

16Toutefois, la modalité épistémique (ou modalité de la connaissance) ne se limite pas à l’expression de valeurs de vérité : elle inclut également toutes les formes de questionnement (ou de doute, ou de « calcul ») concernant soit (a) l’identité d’un des actants ou circonstants du fait modalisé (This note must have been written by the boss himself / You may have lost it on the train), soit (b) les causes ou les conditions de réalisation de ce fait, et par voie de conséquence son caractère logique ou illogique (It’s logical/surprising/incredible that…, unsurprisingly/surprisingly, etc.).

17La modalité épistémique se divise en deux catégories : la modalité problématique et la modalité implicative.

2.4 Modalité épistémique : (a) la modalité problématique

18La modalité problématique correspond à ce qui est appelé traditionnellement (ou prototypiquement) la modalité épistémique : on peut l’illustrer par des énoncés comme He must/may be careless. Elle consiste à attribuer à un fait (ou à la proposition qui lui correspond) un degré de probabilité situé entre le vrai et le faux (et excluant ces deux valeurs), par l’intermédiaire d’une inférence que l’on peut appeler « faible » si on la compare avec celle de la modalité implicative, qui attribue au fait modalisé des valeurs de vérité absolues (le vrai ou le faux – voir ci-après, 2.5).

2.5 Modalité épistémique : (b) la modalité implicative

19Comme la modalité problématique, la modalité implicative consiste à attribuer une valeur de vérité à un fait (ou à une proposition), mais au terme d’une inférence « forte » : cette inférence est fondée sur une relation d’implication, et elle permet d’attribuer à la proposition une valeur de vérité absolue, le vrai ou le faux. L’exemple (1) ci-après est celui qui illustre la modalité implicative dans la figure 1 :

(1) You have to be mad to drive at that speed.

  • 4 Il n’est pas habituel de placer les énoncés de ce type dans la catégorie des énoncés épistémiques. (...)

20Cette phrase peut être paraphrasée par If you drive at that speed, you are mad, et non par If you drive at that speed, you are probably mad.4

21La forme have to est la forme la plus couramment utilisée pour exprimer ce type de nécessité (même si l’emploi de must n’est pas exclu), mais il faut observer que, dans (1) et dans les phrases du même type, la relation implicative est exprimée à la fois par have to et par la construction syntaxique, dans laquelle la conjonction to joue un rôle essentiel. (Sur ce dernier point, voir Girard- Gillet, 2015.)

22On peut par ailleurs observer ceci : dans le domaine de la modalité épistémique, have to peut exprimer soit (a) une nécessité logique forte mais non absolue (expression d’une forte probabilité, donc modalité problématique, comme dans You have to be joking), soit (b) une nécessité implicative (absolue par nature). La différence entre ces deux valeurs sémantiques est parfois ténue, mais elle reste toujours perceptible. Dans (2) ci-après, have to exprime de façon non ambiguë une forte probabilité (et non une implication) ; la construction n’est pas exactement la même que dans (1) – les deux propositions sont séparées par une virgule – et, par ailleurs, (2) a une référence spécifique, alors que (1) a une référence générique.

(2) Between one and none there gapes an infinity. How alone Friedrich Nietzsche had to be, to know this! (Joyce Carol Oates, Mudwoman, pp. 188-189)

23La modalité implicative fait toujours intervenir deux propositions (soit A et B) liées par une implication (qui peut être symbolisée par =>). L’ensemble de la relation, dans laquelle A est l’antécédent et B le conséquent, peut être représenté ainsi :

A => B

24Cette représentation peut être lue « A implique B », ou « Si A, alors B ». Dans You have to be mad to drive at that speed, l’antécédent A est you drive at that speed, et le conséquent B est you are mad. L’énoncé équivaut à If you drive at that speed, then you’re mad.

25La modalité implicative se divise en deux catégories, en fonction du type d’implication exprimée. En premier lieu, l’implication peut être abductive. Dans ce cas – celui de l’exemple (1) – la relation exprimée infère la cause à partir de la conséquence : dans You have to be mad to drive at that speed, le fait you are mad, qui constitue la conclusion de l’énonciateur, est en fait la cause (présumée ou réelle, peu importe) du comportement you drive at that speed. (On le constate, le terme « conséquent », qui est le terme traditionnellement utilisé par les logiciens pour désigner le second terme de la relation d’implication, peut ici induire en erreur. Le « conséquent » ne doit pas être confondu avec la « conséquence » de la relation causale qui sert de base au raisonnement abductif. Étant donné que ce raisonnement inverse la relation causale, c’est la cause de cette relation, et non sa conséquence, qui est le « conséquent » de la relation implicative.) Voici un autre exemple de modalité implicative abductive :

(3) […] they walk along to the Coke machine. Strauss buys a can for himself. Perowne doesn’t want one. You have to be American to want, as an adult, anything quite so sweet. (Ian McEwan, Saturday, p. 116)

26On peut observer que, dans le cas de la modalité implicative abductive, l’antécédent est toujours exprimé explicitement – alors qu’il peut ne pas l’être dans la seconde catégorie de modalité implicative, que nous allons examiner maintenant.

27Dans cette seconde catégorie, l’implication est déductive : elle va dans le sens « cause-effet », si bien que la relation A => B correspond à une relation causale dans laquelle B est une conséquence de A. Le modal le plus couramment utilisé pour exprimer ce type d’implication est will. L’antécédent A peut prendre la forme d’une subordonnée conditionnelle en if. Voici un exemple, dans lequel l’effet de sens principal du modal est l’expression d’une habitude :

(4) If she becomes too agitated by the story she’s telling, Henry will cut in and laugh loudly and say, ‘Mum, that’s really very funny!’ (Ian McEwan, Saturday, p. 165)

  • 5 Dans la perspective présentée ici, l’expression d’une habitude ou d’une caractéristique – exemples (...)

28Dans les énoncés qui utilisent will pour exprimer une habitude, toutefois, il est fréquent que l’antécédent ne soit mentionné d’aucune façon : il peut s’agir d’un ensemble non précisé de circonstances, comme dans (5) ci-après, ou d’un trait de caractère du référent du sujet, comme dans (6) :5

(5) ‘[…] Sometimes one of the lawyers will work late, and then I leave their rooms […].’ (P.D. James, A Certain Justice, p. 195)

(6) ‘Cartwright told me after the trial but I didn’t believe him. Don’t believe him now. That man will say anything to make himself important.’ (P.D. James, A Certain Justice, p. 97)

29Le cas le plus fréquent d’emploi de will avec une valeur épistémique est probablement l’expression d’une prédiction, comme dans (7) :

(7) Cameron has outsourced worrying about compassion. He’ll regret it. (New Statesman, Oct. 13, 2011)

  • 6 Concernant l’expression du futur – question trop vaste pour pouvoir être abordée ici – je me conten (...)

30La valeur de prédiction, toutefois, est souvent mêlée, de façon imprécise, à la valeur de volonté (bon vouloir, etc.) que will peut exprimer, et l’on a alors une superposition, ou une fusion, de la modalité épistémique (valeur de prédiction) et de la modalité radicale (valeur de volonté) :6

(8) But I’m sure he’ll continue to help us and if we need him I’m sure he’ll be there for us.
<
http://www.coventryobserver.co.uk/​2013/​07/​05/​sport-Carl-Baker-tips-Lee-Carlsey-for-future-manager-role-76516.html>

31Ceci nous conduit à d’autres cas de chevauchement entre les deux grands types de modalité. Les exemples (9) et (10) illustrent un chevauchement entre une nécessité implicative abductive exprimée par la construction have to…to… et une nécessité déontique : ces exemples – contrairement au cas de (1), qui est purement implicatif – sont déontiques pour une partie de leur sens parce qu’ils expriment non pas une conséquence logique mais une loi ou un règlement.

(9) In Oklahoma you have to be 18 to get a tattoo. < http://www.thelostogle.com/​2013/​04/​03/​what-the-kids-in-edmond-are-doing-these-days-when-not-receiving-illegal-tattoos/​>

(10) For the chicken to be kosher he had to cut the throat in one smooth, deadly stroke. (Philip Roth, Indignation, p. 158)

32De même, il y a dans (11) ci-après une superposition entre la modalité implicative et la modalité déontique :

(11) You can’t have your cake and eat it.

33La construction can’t… and… exprime une double implication (you eat your cake => you don’t have it [any more] et you have [i.e. want to keep] your cake => you don’t eat it), mais par ailleurs l’énoncé est l’expression d’une règle de conduite.

3. La modalisation : définition, catégories

34La modalisation peut se définir comme la façon dont la modalité est utilisée :

a) en fonction de l’état des connaissances de l’énonciateur concernant le fait modalisé ;

b) en fonction de l’état présumé (présumé par l’énonciateur) des connaissances du destinataire concernant le fait modalisé.

35Le tableau de la figure 2 représente – illustrés par des exemples – les différents types de modalisation. Les sections 3.1 et 3.2 ci-après explicitent et commentent ce tableau.

Figure 2 : types de modalisation

36(Dans la 3ème ligne horizontale du tableau, les exemples appartiennent à la modalité radicale. Dans la 4ème, ils appartiennent à la modalité épistémique.)

Modalisation a priori

Modalisation a posteriori

Modalisation simple

Modalisation orientée

Modalisation constative

Modalisation appreciative

Modalisation contrefactuelle

You must ask John.

You can ask John.

You should ask John.

You could ask John.

He must leave cigarette butts everywhere!

and eventually he had to leave.

It’s a good thing that we should have healthier school meals. (Internet)

He left because he HAD to (leave).

You should have told them.

He must be there by now.

He should be there by now.

He’ll sit there for hours.

It’s not surprising Stephen King should approach John Kennedy’s assassination through time-travel. (Internet)

He should be here by now [and he’s not].

3.1 Modalisation a priori 

37Avec ce type de modalisation, l’énonciateur se présente comme ne connaissant pas la valeur de vérité du fait modalisé. En d’autres termes, il se présente comme ne sachant pas si le fait modalisé est, a été ou sera réalisé. Ce qui différencie la modalisation orientée de la modalisation simple, c’est la présupposition de doute qui est ajoutée par le morphème du prétérit (en gros, il s’agit de ce que de nombreux ouvrages de grammaire appellent le potentiel), le présupposé exprimé par ce morphème étant quelque chose comme : « mais la réalité est, a été ou sera peut-être différente ».

3.2 Modalisation a posteriori 

38À l’inverse du cas précédent, l’énonciateur se présente comme connaissant la valeur de vérité du fait modalisé.

39Les deux premières sous-catégories, la modalisation constative et la modalisation appréciative, sont assez proches l’une de l’autre. Elles sont toujours exprimées par des formes différentes, mais il arrive que la différence soit marquée uniquement par la place de l’accent nucléaire. C’est le cas dans deux des exemples des colonnes 3 et 4 de la figure 2 : … and eventually he had to leave (modalisation constative) et He left because he HAD to leave (modalisation appréciative). Arrêtons-nous d’abord sur le premier exemple : il illustre le fait que la modalisation constative met moins l’accent sur la modalité que sur le fait modalisé. Le plus souvent, elle sert à asserter ce fait : elle ne le présuppose pas, elle le pose (sa fonction principale étant d’en informer le destinataire).

40Voici quelques autres exemples de modalisation constative :

(12) My car wouldn’t start this morning.

(13) For all his efforts he couldn’t open the door.

(14) In the end Madeleine had to admit that Dabney was far more fluent than she’d ever expected. (Jeffrey Eugenides, The Marriage Plot, p. 38)

41Dans tous ces exemples, on voit que la modalité et le fait modalisé sont étroitement liés l’un à l’autre. L’existence ou (à la forme négative) la non-existence du fait modalisé a été constatée, et la modalisation s’effectue par un retour en arrière à partir de la constatation d’un état de fait : elle remonte vers la cause ou vers les circonstances de cet état de fait, dans certains cas afin d’expliquer sa réalisation ou sa non-réalisation.

42La modalisation appréciative se différencie de la modalisation constative par deux caractéristiques. En premier lieu, elle présuppose toujours l’existence du fait modalisé (qu’il soit positif ou négatif), ce qui signifie qu’elle ne sert jamais (sauf dans le cas d’un effet stylistique) à informer le destinataire de l’existence du fait modalisé. En second lieu, elle est en quelque sorte découplée du fait modalisé, qu’elle considère de l’extérieur, pour porter sur lui un jugement. Ce jugement peut être déontique (par exemple dans it’s a good thing, it’s a pity, it’s disastrous, it’s horrible that…) ou épistémique (par exemple dans it’s surprising, it’s not surprising, it’s incredible, it’s paradoxical that…). Certaines formes, comme it’s natural ou it’s normal that…– voir ci-après les exemples (17) et (19) – peuvent superposer les deux types de modalité ou les exprimer de façon ambiguë – l’ambiguïté étant généralement levée par le contexte.

43Voici quelques exemples de modalisation appréciative. La modalité est déontique dans les exemples (15)-(17) et épistémique dans les exemples (18)-(19). Le système de soulignement des formes modales est explicité dans le paragraphe qui suit ces exemples.

(15) And it is a good thing that someone sensible should be doing so for the subject has got into the hands of theorists of the most tiresome sort. (British National Corpus, AHG342)

(16) But I find it quite deplorable that anyone should sink to such depths. (British National Corpus, CEN 2151)

(17) It is normal that he should want to spend time with family and friends but he needs to take your feelings and time into consideration as well. <www.prisontalk.com>

(18) ‘Didn’t you think it odd that Mr Costello should ask whether you still had the wig? […]’ (P.D. James, A Certain Justice, p. 175)

(19) [P]eople with [ASD] are often quite brilliant in other aspects of their lives, so in that sense it is quite normal that [this boy] should be gifted with numbers.
<https://www.facebook.com/​TheMindUnleashed/​posts/​736116096445538>

44Dans les exemples qui précèdent, le jugement modal est exprimé deux fois : une première fois, dans la proposition régissante, par une expression du type it’s a good thing, it’s deplorable, etc., et une seconde fois (de façon généralement non obligatoire), dans la subordonnée, par un modal (should dans les exemples qui précèdent).

45Il s’agit là de ce que Cherchi (1980 : 204) a appelé un marquage doublé. Le second marquage – celui qu’effectue le modal – est d’une part beaucoup moins précis que le premier, et d’autre part redondant (donc généralement inutile). Il s’agit là de l’un des nombreux cas dans lesquels cas le langage effectue un marquage doublé. Parmi ces nombreux cas, on peut mentionner la concordance des temps, ou le ne « explétif » du français. Nous en verrons d’autres exemples, un peu différents, en 5.

46La modalisation contrefactuelle occupe une place à part. Contrairement aux deux types précédents de modalisation a posteriori, elle ne fait pas porter la modalisation directement sur le fait connu ou présenté comme connu. Dans You should have told them et dans He should be here by now, le fait « connu » (he did not tell them dans le premier cas et he is not here dans le second) fait l’objet d’une hypothèse qui inverse sa polarité (he told them et he is here), et c’est cette hypothèse (ce fait imaginaire) qui est l’objet d’un jugement modal : il est jugé souhaitable dans le premier cas et logiquement probable dans le second.

47Venons-en maintenant à would. Je proposerai d’abord (en 4) une classification simplifiée de ses effets de sens, avec, pour chacune des catégories d’effet de sens, l’indication du type de modalité et du type de modalisation qui la caractérise. J’aborderai ensuite (en 5) les questions posées par quelques emplois de would qui n’entrent pas de façon évidente dans la classification présentée en 4.

4. Typologie simplifiée des emplois de would

48Je m’arrêterai un peu plus longuement sur les emplois 4.3 et 4.6, dont les caractéristiques seront mises en relation avec celles des emplois un peu particuliers de would examinés en 5.

4.1. Volition isochrone (= sans idée de futur)

49La modalité est radicale (dynamique), la modalisation est a posteriori (constative). Le morphème prétérit de would a une valeur temporelle. Exemple :

(20) What vexed me most was that he wouldn’t answer my questions.

4.2. Prédiction et/ou volition portant sur un fait à venir (« futur dans le passé ») 

50La modalité est épistémique (implicative) et/ou radicale (dynamique). La modalisation est généralement a priori, même si dans quelques rares cas, comme celui de (22), elle est a posteriori. Le morphème prétérit a une valeur temporelle. Exemples :

(21) I felt sure he would be there the next day.

  • 7 Il s’agit d’une « fausse prédiction » : au moment où il fait ce récit, le narrateur sait que Miss F (...)

(22) This was exactly […] the last time I would see Miss Frost.7 (John Irving, In One Person, p. 270)

4.3. Conjecture portant sur un fait présent ou passé

51La modalité est épistémique (implicative), et la modalisation a priori. Le morphème prétérit peut avoir une valeur de passé de discours indirect (backshifting), comme en (23), ou une valeur hypothétique d’atténuation (tentativeness), comme en (24), où le contexte présent ne laisse aucun doute concernant cette valeur, étant donné que la valeur de passé est exclue :

(23) Her phone began to vibrate. It would be Belle, from Barton, […]. (Johanna Trollope, Sense and Sensibility, p. 223)

(24) ‘I suppose Imogen would be getting on for thirty now,’ Gill said […]. (Jonathan Coe, The Rain Before It Falls, p. 8)

52Dans un récit au passé, would peut être suivi de have + participe passé, qui marquera la référence temporelle d’un fait passé à propos duquel l’énonciateur « présent » construit une conjecture – c’est le cas dans (25) ci-après –, mais dans certains cas, comme dans (26), cette marque n’est pas utilisée :

(25) The work was in the hands of Miss Elkington’s domestic agency. [...] Their two cleaners were Mrs Carpenter and Mrs Watson. They would have been there last night, arriving at their usual time of eight-thirty. (P.D. James, A Certain Justice, p. 177)

(26) ‘[…] He probably took her from behind, pulled the head back, one swift cut, then let the body gently down. Look at that ungainly twist to the leg. She was dead when she hit the floor.’
‘He
’d be shielded by her body from the main spurt of blood. What about the right arm?’
‘Difficult to say. It was quick and sure. Even so, I think the right arm
would be fairly heavily stained. He’ll have needed to wash before leaving.
(P.D. James,
A Certain Justice, pp. 345-346)

  • 8 Ward et al. (2003 : 77-78) proposent, pour la question de l’emploi ou du non-emploi de have + parti (...)

53Il semble que l’emploi de have + participe passé à la suite de would ne soit obligatoire que dans le cas suivant : le « calcul de probabilité » exprimé par would est le fait d’un énonciateur dont le point de vue est extérieur aux événements relatés, et bien sûr ultérieur à ces événements – ce qui est le cas dans (25). Si en revanche – comme dans (26) – l’énonciateur se place au cœur des événements relatés pour exprimer une probabilité comme pourrait le faire un témoin direct ou un acteur de ces événements, would peut être employé seul (non suivi de have + participe passé).8

54Notons par ailleurs que la question de l’emploi ou du non-emploi de have + participe passé se pose exactement de la même façon pour la valeur de prévisibilité examinée en 4.6 ci-après.

4.4. Conséquence d’une hypothèse irréelle ou non probable (= « conditionnel »)

  • 9 La catégorie du « conditionnel » mériterait évidemment un développement beaucoup plus long, en rais (...)

55La modalité est identique à celle des deux emplois précédents (4.2. et 4.3.). Selon le contexte, la modalisation est a priori (hypothèse non probable) ou a posteriori (hypothèse contrefactuelle). Le prétérit a dans les deux cas une valeur hypothétique. Voici un exemple : 9

(27) I’d do it again if I could. (titre d’une chanson de Bernard Butler)

4.5. Caractéristique/habitude

56La modalité est épistémique, et plus précisément implicative ; comme nous l’avons vu en 2.5, l’antécédent implicite peut être, par exemple, un trait de caractère du référent du sujet syntaxique. La modalisation est a posteriori, constative. Le prétérit a une valeur temporelle, comme en (28) :

(28) Derek was a good boy, but he had his problems. Sometimes, […] he’d start to talk about Jack. (D.H. Dublin, Blood Poison, p. 76)

4.6. Prévisibilité (predictability en anglais)

57Cet emploi est très voisin de l’emploi de caractéristique/habitude, avec une frontière assez floue entre les deux catégories. (Nous reviendrons en 5.3 sur cette proximité, qui n’a rien de surprenant.)

58Comme l’emploi de caractéristique/habitude, l’emploi de prévisibilité donne lieu à une modalisation a posteriori. Toutefois, cette modalisation est généralement appréciative, alors qu’elle est généralement constative dans le cas de l’emploi de caractéristique/habitude. Autres points sur lesquels le would de prévisibilité se différencie du would de caractéristique/habitude : (a) il porte sur un fait spécifique, alors que le would de caractéristique/habitude porte sur une série d’événements et, de plus, (b) contrairement à lui, il peut référer non seulement au présent, comme dans (29) ci-après, mais aussi au passé, comme dans (31). Il partage cette seconde caractéristique avec le would de conjecture (section 4.3).

(29) sidney: He’s in a state of shock.
jane
: He would be. (A. Ayckbourn, Three Plays, p. 70)

  • 10 Je ne pourrai pas apporter de réponse à la question du choix, en relation avec le contexte et le ty (...)

(30) ‘[…] God knows what [religion] I am. Fucking Prot, I’m told. I’d have to be, wouldn’t I, for the fucking Royal Ulster Constabulary?’ (J. Le Carré, A Delicate Truth, pp. 220-221) 10

(31) I’d noticed – well, I would – that parking restrictions only applied between the hours of ten and midday. (Julian Barnes, The Sense of an Ending, p. 145)

59Des énoncés comme la réponse de (29), dans lesquels le fait modalisé est situé dans le présent, pourraient laisser penser que le morphème prétérit de ce would a une valeur non pas temporelle mais hypothétique. Toutefois, dans ce contexte factuel, il semble que sa valeur est essentiellement temporelle, marquant l’antériorité de l’opération mentale de « prévision » par rapport au fait modalisé lui-même : on a cette valeur temporelle dans la glose it was predictable that… applicable à tous les énoncés de ce type. (Cf. aussi la glose possible en français : C’était à prévoir.)

5. Deux emplois particuliers de would

5.1 Would suivi d’un verbe de jugement épistémique tel que think, guess, expect, imagine, seem, etc.

  • 11 La catégorie des « conditionnels épistémiques » du français me paraît inclure ces emplois, même si, (...)

60Cet emploi de would peut sans doute être considéré comme appartenant de façon marginale à la catégorie du « conditionnel » (section 4.4 de la classification présentée plus haut) ; Palmer (1990 : 172-173) le classe sous le titre Implicit conditions, tout en soulignant le caractère vague de la condition implicite (“the implied condition is very vague”). Ce would pourrait être supprimé sans que cela entraîne une modification du sens de l’énoncé autre que la disparition d’un effet stylistique qui est une sorte de hedging (atténuation, précaution oratoire), et qui est assez semblable à celui du conditionnel que le français utilise de façon parallèle : je penserais que…, j’imaginerais que…, il semblerait que….11

(32) Women read more fiction than men do, I would guess. (John Irving, In One Person, p. 315)

(33) ‘Yes, that’s the kind of thing you’d expect to find.’ (BBC World Service, 23 janvier 2010)

(34) I would imagine that they have been able to fix the issue though. <http://linustechtips.com/​main/​topic/​191816-r9-290x-blackscreens/​>

(35) But it would seem that maybe she had it done some time ago. (Peter Robinson, Friend of the Devil, p. 12)

61Notons par ailleurs la relation de cet emploi de would avec l’emploi de conjecture. Ainsi, à partir de (34), on peut imaginer la phrase de sens voisin (34’) – dans un contexte excluant la valeur contrefactuelle –, qui ne diffère de (34) que par la place de would :

(34’) I imagine that they would have been able to fix the issue though.

62Et à partir de cela on peut aussi imaginer (ce qui nous ramène au cas plus banal du would de conjecture examiné plus haut en 4.3) que la phrase (34) est dérivée de (34’) par « montée » du modal, ou, ce qui revient au même, par un déplacement métonymique du modal. (La construction I imagine that X would…, qui est celle de (34’), est d’un emploi fréquent. En voici un exemple : I imagine that they would have seen the insurgents shoot sporadically in the air but they also saw innocent people slaughtered or young girls being kidnapped. <http://www.aworldatschool.org/​global-youth-ambassadors/​entry/​boko-haram-came-looking-for-me-because-they-fear-the-power-of-education>

5.2 Would utilisé dans des contextes épistémiques factuels

  • 12 Cet emploi semble avoir pris de l’extension au cours des décennies récentes, et il semble supplante (...)

63J’utiliserai l’appellation « contextes épistémiques factuels » (à première vue oxymorique) pour désigner des contextes qui sont à la fois épistémiques (l’une de leurs caractéristiques étant l’expression explicite ou implicite d’un doute concernant soit la valeur de vérité d’une proposition, soit l’identité de l’un des actants ou circonstants de cette proposition) et factuels (ils présupposent la vérité de la proposition modalisée – la modalisation est a posteriori, appréciative). L’emploi de would dans ces contextes peut être appelé « conjecturel-factuel ».12

  • 13 Why et how expriment tous deux un questionnement de type épistémique, qui porte sur la cause ou les (...)

64On peut distinguer deux lignes de partage dans les exemples ci-après. La première – exemples (36)-(43) versus exemples (44)-(46) – concerne des facteurs sémantiques qui seront examinés un peu plus loin. La seconde, immédiatement visible, concerne la syntaxe. Dans certains de ces exemples, le modal would se trouve dans une construction interrogative directe ou indirecte introduite le plus souvent par why, mais quelquefois aussi par how, who ou what.13 Dans d’autres, would se trouve dans une proposition subordonnée dépendant d’une proposition régissante qui exprime, explicitement ou implicitement, un jugement sur le caractère logique ou illogique de la survenue du fait modalisé : it was inevitable that…, [he was] surprised that…, etc.

(36) “Are you going to shoot somebody?” […]
Why would you say that?” (Richard Ford, Canada, p. 80)

(37) “But why would Nils shoot himself?” I’d asked Grandpa Harry. (John Irving, In One Person, p. 318)

  • 14 Cité dans Furmaniak & Larreya (à paraître), p. 116.

(38) ‘And you, being curious, went closer, stood under a tree or whatever, and waited.’
Again, Harker was astonished. ‘And
how would you be know­ing that?’14 (Jack Higgins, The White House Connection, p. 68)

(39) “Do you have any idea why you’d be saying this? […]”? (Dan Brown, Inferno, p. 12)

(40) Langdon couldn’t imagine who would have created such an artefact […]. (Dan Brown, Inferno, p. 67)

  • 15 Cité dans Furmaniak & Larreya (à paraître), p. 115.

(41) ‘The “record” button was still pressed down.’ Gill frowned. ‘What would she have been recording, I wonder?’ (Jonathan Coe, The Rain Before It Falls, p. 7)15

(42) “Yes,” Richard said, surprised that the public librarian would know the details of the private school’s mission […]. (John Irving, In One Person, p. 31)

(43) The drug companies use that as an “encapsulator” to carry the medicine. They have since stopped using it. I honestly cannot believe why they would have ever used it in the first place.
<
http://petoftheday.com/​talk/​archive/​index.php/​t-114313.html>.

(44) Well, Afghanistan is an example of why people in France would be worried about [the French intervention in] Mali. (BBC World Service, 24 février 2013)

(45) Anyone can see how a fifteen-year-old boy would be attracted to such possibilities. (Richard Ford, Canada, p. 347)

(46) Looking the way Madeleine and Dabney did, it was inevitable that they would be cast as romantic leads in the scenes of the workshop performed. (Jeffrey Eugenides, The Marriage Plot, p. 34)

65On peut observer que dans tous ces exemples la réalité du fait modalisé est avérée, et plus précisément présupposée (la modalisation est appréciative), et qu’il serait possible de supprimer would sans modifier considérablement le sens de l’énoncé, bien sûr en faisant les ajustements syntaxiques nécessaires. Ainsi, la réponse de (36) et la première phrase de (37) pourraient être remplacées respectivement par (36’) et (37’) ci-après :

(36’) “Why do you say that?”

(37’) “But why did Nils shoot himself?” I’d asked Grandpa Harry.

66Donc, la première question qui se pose à propos de ces emplois est celle du rôle de would. Ce would est-il « démodalisé », « désémantisé » (semantically bleached), voire réduit à une simple fonction syntaxique ? Je ne le pense pas. On ne peut certes pas nier que la valeur modale de would est ici moins évidente que dans d’autres emplois (par exemple celui de volonté), mais elle est néanmoins présente.

67Sa nature apparaît clairement lorsqu’on examine les propriétés syntaxiques et sémantiques des exemples (36)-(46) : il s’agit soit de la valeur de conjecture de would, soit de sa valeur de prévisibilité, soit d’un mélange des deux.

68Sur le plan de la syntaxe, d’abord, on constate que le système des marques temporelles est celui des emplois de conjecture et de prévisibilité : ce would est compatible aussi bien avec les contextes présents, comme dans l’exemple (36), qu’avec les contextes passés, comme dans l’exemple (37), même si le passé est parfois marqué par would have + participe passé, comme dans l’exemple (41).

69En ce qui concerne le sens, nous avons noté en 4 que, même si elles paraissent assez différentes l’une de l’autre, les valeurs de conjecture et de prévisibilité se différencient surtout par le fait qu’en règle générale la première résulte d’une modalisation a priori et la seconde d’une modalisation a posteriori. Ce qui les rapproche est le fait que le would de prévisibilité reproduit « après coup » le mouvement d’inférence qui caractérise l’emploi de conjecture.

  • 16 Quand le would conjecturel-factuel se trouve sous la dépendance d’expressions appréciatives du type (...)
  • 17 Contrairement au would suivi d’un verbe de jugement épistémique (section 5.1), le would conjecturel (...)

70Dans les exemples (36-43), la valeur sémantique du modal est principalement celle des emplois de conjecture. Les contextes montrent, de façon explicite ou implicite, que l’énonciateur, en présence du fait auquel réfère l’énoncé, a une réaction de surprise (autrement dit considère que la réalisation de ce fait était improbable), si bien que le modal would exprime ici, tout simplement, la contradiction entre la « logique » de l’énonciateur et la réalité connue. Concernant le morphème prétérit de ce would, on peut faire la même remarque qu’à propos des exemples (29)-(31) de 4.6 : on peut penser qu’il exprime essentiellement l’antériorité du jugement modal par rapport au fait modalisé. Notons encore que la valeur hypothétique n’est pas exclue, et que l’on est parfois relativement proche du contrefactuel, comme le montre, par exemple, le sentiment d’incrédulité exprimé dans (43).16 L’ensemble de l’énoncé exprime une interrogation sur les causes du fait modalisé. Cette interrogation, qui manifestement est motivée par le sentiment de surprise qu’éprouve l’énonciateur, est marquée principalement par l’adverbe why ou par le contenu de la proposition régissante (do you have any idea…, I can’t imagine why…, etc.), mais elle est en quelque sorte « doublée » par le modal (cf. la remarque en 3.2 sur le « double marquage »).17

71Dans les exemples (44)-(46), la valeur sémantique de would est essentiellement celle des emplois de prévisibilité. La proposition qui contient would est une subordonnée dont la proposition régissante exprime une modalité qui (à l’inverse du cas précédent) va dans le sens de la réalisation du fait désigné dans la subordonnée, et dans tous ces énoncés would ajoute un élément de sens qui est approximativement it was predictable that…. Ainsi, (44) peut être glosé par Afghanistan is an example of the reason why, predictably, people in France are worried about the French intervention in Mali, et (45) par Anyone can see how, predictably, a fifteen-year-old boy is attracted to such possibilities.

72Le point commun des deux catégories d’emplois illustrées par les exemples (36)-(46) est un retour en arrière qui va de l’effet à la cause – ou, en d’autres termes, qui remonte vers la modalité en partant du fait modalisé. On trouve, en dehors de would, de nombreux exemples de ce type de modalisation. En voici trois (dont un en français) :

(47) Où est-ce que j’ai bien pu mettre ces clés ? (série de télévision)

(48) And if he was living on the Rez, can we find out where he might have traveled? (Aimée & David Thurlo, Turquoise Girl, p. 123)

(49) ‘How could you have done that?’ he demanded. ‘It just happened,’ she said. (Salman Rushdie, Joseph Anton, p. 181)

73Vraisemblablement, la question exacte que l’énonciateur se pose en premier lieu dans ces trois énoncés concerne purement des faits : Où ai-je mis ces clés ?  (ou même simplement Où sont ces clés ?), Where did he travel? et How did you do that? Cependant, on peut penser qu’en fait, en même temps qu’il se pose la question « factuelle », l’énonciateur a dans l’esprit un questionnement épistémique qui remonte jusqu’à la cause des faits sur lesquels il s’interroge : Quels sont les endroits possibles/vraisemblables où je pouvais mettre mes clés ?, Where was it possible/likely that he would travel?, What facts/circumstances led you to do that? Et c’est sans nul doute ce questionnement épistémique sur l’« avant » du procès qui, ajouté au questionnement principal, a motivé l’ajout du modal.

74La motivation de l’utilisation de would dans les énoncés (36)-(46) est de même nature : par rapport aux formes non modales correspondantes (formes purement factuelles), would ajoute un questionnement épistémique portant sur les causes ou les circonstances du fait connu auquel réfère l’énoncé.

6. Conclusion

75Nous avons vu que les emplois de would auxquels est consacrée la dernière partie de cet article – et en particulier les emplois caractérisés par une modalisation a posteriori – entrent difficilement dans une catégorie bien définie. Cela pourrait montrer, s’il en était besoin, que les frontières entre les divers emplois de would peuvent être floues, et permettent des superpositions ou fusions de valeurs sémantiques. En d’autres termes, elles montrent qu’il y a de nombreuses relations entre des valeurs sémantiques en apparence très différentes. Cela plaide sinon en faveur d’une conception monosémique du sens des formes grammaticales, du moins, pour certaines de ces formes, en faveur d’une approche qui tienne compte des relations entre les divers emplois.

Top of page

Bibliography

Arigne, Viviane. « La modalité appréciative : vers une sémantique de good. »  (à paraître)

Bardière, Yves. « Les paramètres évidentiels, inférentiels et modaux appliqués à l’étude de must épistémique ». Anglophonia 19 (2015).

Behre, Frank. Meditative-Polemic Should in Modern English That-Clauses. Stockholm: Almqvist and Wiksell, 1955.

Cherchi, Louis. « Lest, That, Should et les autres : un exemple d’observation de données grammaticales. » Les langues modernes, 2 (1980) : 201-208.

Culioli, Antoine. Notes du séminaire de D.E.A. 1983-1984. Paris : D.R.L. Paris VII et Université de Poitiers, 1985.

Furmaniak, Grégory. « Entre logique et réalité : le cas des interrogatives en Why would…? » 25 – Du réel à l’irréel – 1 –Diversité des langues et représentations métalinguistiques. Ed. Catherine Moreau, Jean Albrespit & Frédéric Lambert. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2014. 341-360.

Furmaniak, Grégory & Larreya, Paul. “On the Uses of Would in Epistemic Contexts.” (à paraître)

Girard-Gillet, Geneviève. “A Posteriori modality. Implicative Modality by Abduction.” Anglophonia 19 (2015).

Hofmann, T.R. “Past Tense Replacement and the Modal System.” 1966. Syntax and Semantics, vol. 7. Ed. McCawley, J.D. New York: Academic Press, 1976. 85-100.

Huart, Ruth. “Modals Revisited.” 11ème colloque d’avril sur l’anglais oral – La prosodie. Ed. Alain Deschamps & Ives Trevian. Paris : APLV, 2012. 91-103.

Huddleston, Rodney & Geoffrey K. Pullum. The Cambridge Grammar of the English LanguageCambridge: Cambridge University Press, 2002.

Larreya, Paul. « La grammaticalisation du non-dit : le cas de la modalité épistémique. » Mélanges en l’Honneur de Gérard Deléchelle. Ed. Fabienne Toupin. Tours : GRAAT, 2001. 107-127.

Larreya, Paul « L’expression de la modalité en français et en anglais (domaine verbal) », Revue belge de philologie et d’histoire, Tome 82 fasc. 3, 2004. 733-762.

Palmer, F.R. Mood and Modality – Second edition. Cambridge: Cambridge University Press, 2001. Ward, Gregory, Betty J. Birner & Jeffrey P. Kaplan. “A Pragmatic Analysis of the Epistemic Would Construction in English.” Modality in Contemporary English. Ed. Roberta Facchinetti, Manfred Krug & Frank R. Palmer. Berlin, New York: Mouton de Gruyter, 2003. 71-79.

Top of page

Notes

1 Sur la modalité et la modalisation, voir aussi Larreya 2004.

2 Ce terme pourrait être modalité physique (ou physical modality), que j’ai utilisé ailleurs.

3 On pourrait évidemment discuter à l’infini sur la nature de la volition inhérente aux principes moraux – ou à leurs détournements. Cette problématique se situe de toute évidence à la frontière entre la linguistique et la philosophie. Sur cette question, voir Arigne (à paraître). Notons par ailleurs que la modalité déontique inclut l’expression de tout ce qui a trait au bon ou au bien, ou à leur contraire, avec la possibilité de nombreuses nuances de sens : « c’est une bonne chose que… », « il est regrettable/dommage que… », « c’est un scandale que… », etc.

4 Il n’est pas habituel de placer les énoncés de ce type dans la catégorie des énoncés épistémiques. Cela se justifie cependant, pour deux raisons. En premier lieu, l’implication exprimée dans ces énoncés est une opération mentale de type logique (et bien sûr de type cognitif). Ensuite, le procès auquel réfère la proposition you have to be mad dans You have to be mad to drive at that speed est « non volontaire » – ce qui exclut son appartenance à la modalité radicale.

5 Dans la perspective présentée ici, l’expression d’une habitude ou d’une caractéristique – exemples (5) et (6) – appartient à la modalité épistémique. Il en va de même de la valeur sémantique voisine qu’est la « prévisibilité » (voir plus loin, 4, f). Plus difficile à classer (comme en témoignent les divergences que présentent sur ce point les typologies que l’on peut trouver dans la littérature) est la valeur de « sporadicité » de can dans des énoncés comme Lions can be dangerous. Pour ma part, je situerai cette valeur – apparentée sur certains points à celle de « caractéristique » ou d’« habitude » – dans la zone frontière entre la modalité implicative et la modalité dynamique (capacité).

6 Concernant l’expression du futur – question trop vaste pour pouvoir être abordée ici – je me contenterai de formuler l’hypothèse suivante : le futur exprimé par will n’est jamais absolument « pur », il contient toujours, de façon plus ou moins nette, une composante modale ; cette dernière peut consister en une prédiction (le terme étant pris dans un sens très large), en une volition (ici encore, au sens large du terme) ou en une association des deux valeurs.

7 Il s’agit d’une « fausse prédiction » : au moment où il fait ce récit, le narrateur sait que Miss Frost disparaîtra avant qu’il la revoie, et opère un retour en arrière pour faire cette « prédiction ». La modalisation est donc, de ce point de vue, constative.

8 Ward et al. (2003 : 77-78) proposent, pour la question de l’emploi ou du non-emploi de have + participe passé dans les constructions épistémiques that would be… et that would have been… référant à un fait situé dans le passé, une réponse qui peut être résumée ainsi : l’emploi de have + participe passé n’est pas obligatoire quand la probabilité exprimée concerne l’identification de l’un des actants de la proposition modalisée, mais il l’est quand elle porte sur la localisation d’un événement dans le temps. Il semble toutefois que cette réponse ne puisse pas s’appliquer aux cas autres que ceux de that would be et that would have been. Ainsi, elle semble pertinente dans le cas de (25), mais on ne voit pas comment elle pourrait s’appliquer à (26).

9 La catégorie du « conditionnel » mériterait évidemment un développement beaucoup plus long, en raison non seulement de sa complexité mais aussi de sa parenté avec plusieurs autres catégories sémantico-syntaxiques. Voici un bref exemple de ce type de parenté. Sous l’effet de la présupposition « inverse » qui caractérise le contrefactuel, la construction would + négation peut induire une grande proximité entre les valeurs de prévisibilité et de conditionnel contrefactuel. Ainsi, le forme I wouldn’t know peut dans de nombreux contextes équivaloir, en français, aussi bien à je ne sais pas (et cela était prévisible) qu’à je ne saurais pas (vous dire). C’est le cas dans le dialogue suivant : ‘Mr Cooke? Oh, good afternoon, sir. […] How . . . how’s the weather in London?’ ‘I wouldn’t know, Foley. I’m in Brussels.’ (Jonathan Coe, Expo 58, p. 187). Il n’y a rien de surprenant dans cette parenté, induite par certains contextes, entre la valeur de prévisibilité et celle de conditionnel contrefactuel, étant donné que le conditionnel n’est pas autre chose qu’une inférence (une « prédiction ») relative à un fait hypothétique.

10 Je ne pourrai pas apporter de réponse à la question du choix, en relation avec le contexte et le type d’emploi, entre les trois formes possibles pour would (/wʊd/, /wəd/ ou /d/). Je me contenterai d’une constatation banale : la possibilité de réduction et surtout de « contraction » de would est plus faible pour la valeur de prévisibilité que, par exemple, pour les valeurs de futur dans le passé, de « conditionnel » ou d’habitude, simplement en raison du fait que les emplois de prévisibilité sont généralement appréciatifs et font souvent de la modalité le seul élément « nouveau » de l’information contenue dans la proposition. Pour un traitement général de la question des degrés d’accentuation des modaux, voir Huart 2012.

11 La catégorie des « conditionnels épistémiques » du français me paraît inclure ces emplois, même si, dans la littérature, l’extension de cette catégorie est souvent limitée au conditionnel « de prudence » (énoncés du type Le Premier ministre serait sur le point de divorcer). Ce dernier type de conditionnel, qui n’a pas vraiment d’équivalent syntaxique en anglais, ne représente qu’une partie des nombreux emplois de hedging du conditionnel français.

12 Cet emploi semble avoir pris de l’extension au cours des décennies récentes, et il semble supplanter partiellement (plus précisément : dans la zone où les deux modaux ont des sémantismes voisins) le should que Behre (1955) a appelé meditative-polemic, dont l’emploi a fortement régressé.

13 Why et how expriment tous deux un questionnement de type épistémique, qui porte sur la cause ou les circonstances d’un événement ou d’un état de fait. Il se trouve que ce sont aussi les deux seuls adverbes interrogatifs qui (marginalement dans le cas de how) peuvent être suivis d’une base verbale (sans to).

14 Cité dans Furmaniak & Larreya (à paraître), p. 116.

15 Cité dans Furmaniak & Larreya (à paraître), p. 115.

16 Quand le would conjecturel-factuel se trouve sous la dépendance d’expressions appréciatives du type it’s surprising/incredible that…, il est fréquent que son sens se rapproche du contrefactuel. Après des mots interrogatifs comme why ou how, en revanche, les contextes différencient généralement très clairement le would factuel et le would contrefactuel, si bien qu’une phrase comme Why would he do that? est très rarement ambiguë dans son contexte. Sur la construction why would…?, voir Furmaniak 2014.

17 Contrairement au would suivi d’un verbe de jugement épistémique (section 5.1), le would conjecturel-factuel ne peut pas être traduit en français par un conditionnel – et sa traduction par un présent ou un passé composé n’est pas vraiment satisfaisante. Pour les exemples (36)-(43), elle occulterait l’expression du caractère « illogique » (pour l’énonciateur) du fait auquel il est fait référence. Dans certains cas, la traduction en français pourrait compenser l’absence d’un équivalent syntaxique par l’utilisation d’un adverbe d’insistance ou d’une périphrase modale : « Mais pourquoi tu dis ça ? » – exemple (36) –,  « Mais pourquoi Nils est-il allé se tirer une balle dans la tête ? » – exemple (37).

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : types de modalité
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/457/img-1.png
File image/png, 8.1k
Top of page

References

Electronic reference

Paul Larreya, « Modalisations a priori et a posteriori : le cas de would », Anglophonia [Online], 19 | 2015, Online since 15 July 2015, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/457 ; DOI : 10.4000/anglophonia.457

Top of page

About the author

Paul Larreya

Université Paris XIII
prlarreya@orange.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals