Skip to navigation – Site map

Les paramètres évidentiels, inférentiels et modaux appliqués à l’étude de must épistémique

Yves Bardière

Abstracts

This study focuses on the modal and evidential values of must / devoir. The major difficulty is that evidentiality is not clearly grammaticalized neither in English nor French, unlike Amerindian languages such as Tuyuca or Bosavi. However new theories have emerged showing that not only modal but also evidential values can be conveyed by modal auxiliaries, especially those expressing an epistemic meaning. Another problem is that most analyses have generated some conceptual confusion, which makes it difficult to assess the respective roles of evidentiality and modality and the possible relationship between the two. For instance inferential evidentiality and epistemic modality are often used interchangeably. This study therefore aims at providing the reader with a simple method which consists in applying the Guillaumian concept of notional chronology to three notions, evidentiality, inference and modality. These notions are both distinct and closely interconnected and inference plays a key role in this cause-effect relationship. This relationship shows that if modality implies evidentiality, evidentiality does not automatically lead to modality. It ultimately makes it possible to shed some light on one of the major questions of today’s research: is evidentiality coded or not in the semantic value of epistemic modal auxiliaries?

Top of page

Outline

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Le terme médiation, introduit en 1956 par Lazard (voir § 1.) ne recouvre pas à l’identique celui d’(...)
  • 2 Le classement de Culioli comporte 4 types de modalité : la modalité de rang 1 ou modalité assertive (...)

1Si la modalité a inspiré une littérature abondante et stimule toujours la recherche, l’évidentialité (ou médiation)1 constitue un domaine d’investigation plus récent, le croisement de la modalité et de l’évidentialité offrant a fortiori de larges perspectives à explorer. La problématique de l’évidentialité est qu’elle ne possède pas dans les langues indo-européennes de marqueurs évidentiels grammaticaux aisément identifiables, contrairement, par exemple, au tuyuca, langue amérindienne, parlée en Colombie et au Brésil et souvent invoquée dans les travaux sur la médiation. Bien que l’évidentialité ne dispose de marquage grammatical évident ni en anglais ni en français, ces dernières décennies ont fait émerger de nouvelles hypothèses selon lesquelles les formes modales, plus particulièrement épistémiques2, présenteraient une coïncidence sémiotique de leurs valeurs évidentielles et modales.

2L’objectif de cet article est d’étudier les relations de cause à effet qui s’établissent entre évidentialité, inférence et modalité à travers l’étude de must épistémique. Ces notions jouent un rôle très important dans le roman de Stevenson, The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde, qui servira d’illustration à mon analyse. Dans ce récit, qui s’apparente à une véritable enquête policière, must épistémique occupe une place privilégiée pour traduire les conjectures auxquelles se livrent régulièrement les personnages principaux à l’affût du moindre indice susceptible d’étayer leurs hypothèses.

3Les relations causales entre évidentialité, inférence et modalité seront appréhendées à travers le concept de chronologie notionnelle qui servira de base théorique à l’ensemble de cette étude. La chronologie notionnelle, également appelée chronologie abstraite, idéelle, ou encore de raison est une chronologie « relative non pas à une succession d’événements qu’aurait à signifier momentanément le discours, mais à une successivité abstraite, entre idées, qui s’établit, à titre permanent, dans la langue même, avant que le discours intervienne » (Guillaume 1964 : 189). Cette définition, fondée sur une distinction entre langue et discours, désigne fondamentalement la chaîne de causation idéelle qui mène de l’expérience à la langue (ou langage puissanciel) puis au discours (ou langage effectif). Elle a par la suite été utilisée dans la littérature guillaumienne dans un sens plus large pour renvoyer à l’ordination logique qui fait passer successivement d’une notion à une autre (Moignet 1981 :122 ; Joly et O’Kelly 1989 : 110, 1990 : 111, 116, 171, 189 ; Joly et Boone 1996 : 92-93). Quelles que soient ses applications, cette chronologie n’est pas temporelle mais strictement notionnelle.

4Après avoir rappelé le cadre théorique de l’analyse et plus particulièrement ce qu’il convient d’entendre par évidentialité, je mobiliserai le principe guillaumien de chronologie notionnelle pour distinguer trois étapes faisant successivement passer de la source évidentielle au raisonnement inférentiel puis à la modalité épistémique. J’examinerai ensuite plus en détail chacune des ces trois phases, en soulignant la position centrale qu’occupe l’inférence dans la chaîne de causation idéelle. Je tenterai enfin d’apporter quelques éléments de réponse à la question centrale que pose la recherche actuelle, celle de savoir si l’évidentialité est encodée ou non dans le sémantisme même de la forme modale.

1. Evidentialité et marqueur évidentiel : approche définitoire

5Les termes evidential et evidentiality, dérivés du substantif anglais evidence qui signifie preuves, sont apparus dans le lexique linguistique anglophone à la fin des années 40 et ont vu leur usage consacré dans les années 80 (Dendale et Tasmowski, 2001 : 339-340 ; Kronning 2014) :

Le terme anglais evidentiality a été introduit par Boas en 1947. Repris par Jakobson en 1957, transposé au français sous la forme évidentialité en 1988 par Vet, ce terme est utilisé notamment par Dendale et Tasmowski. Le terme français médiatif, introduit en 1956 par Lazard dans un article sur le tadjik (Guentchéva 1966 : 11), a été repris et disséminé notamment par Guentchéva (1984, 1966) et son équipe (Kronning 2004 : 36).

6L’évidentialité (ou médiation) connaît fondamentalement deux définitions, restreinte et large. La première désigne l’indication par le locuteur de la source de l’information véhiculée par son énoncé. La seconde a trait à l’indication de la fiabilité de l’information communiquée. La source de l’information peut être directe (ce que le locuteur perçoit lui-même), ou indirecte (ce qu’il obtient d’autrui, par ouï-dire ou par inférence). En résumé :

Figure : évidentialité directe et indirecte

Figure : évidentialité directe et indirecte

7Les marqueurs évidentiels (ou médiatifs) désignent les morphèmes (grammaticaux ou lexicaux) qui expriment (la nature de) la source de l’information. L’exemple du tuyuca (Barnes 1984) est à cet égard d’un grand intérêt, car il est la preuve même de l’existence d’un système grammatical évidentiel à part entière. Cette langue amérindienne distingue à l’aide d’un paradigme flexionnel de suffixes verbaux cinq types de source épistémique : la perception visuelle et non visuelle, l’inférence, l’emprunt et la présomption. Le tableau suivant, proposé par Kronning (2004 : 37), affine la présentation schématique de la première figure :

Tableau : le système grammatical évidentiel du tuyuca

Catégories évidentielles

Dénominations de Barnes 1984

Marqueurs évidentiels

Traductions et gloses de Barnes 1984

PERCEPTION VISUELLE

« visual »

díiga apé-wi

He played soccer’

(I saw him play)

PERCEPTION NON VISUELLE

« non visual »

díiga apé-ti

He played soccer’

(I heard the game and him, but I didn’t see it or him)

INFERENCE I

« apparent »

díiga apé-yi

He played soccer’

(I have seen evidence that he played: his distinctive shoe print on the playing field. But I didn’t see him play)

EMPRUNT

« secondhand »

díiga apé-yig

He played soccer’

(I obtained information from someone else)

INFERENCE II

« assumed »

díiga apé-hiyi

He played soccer’ (It is reasonable to assume that he did)

8A cette approche strictement grammaticale des langues flexionnelles à morphologie médiative, Kronning (2004 : 34) oppose une  approche lexicale des langues indo-européennes, en évoquant le classement mis en avant par Chafe (1986) :

Tableau : le classement évidentiel de Chafe (1986)

Catégories évidentielles

Dénominations de Chafe 1986

Marqueurs évidentiels

Exemples de Chafe 1986

PERCEPTION VISUELLE

« sensory evidence »

I see

I see her coming down the hall.

PERCEPTION NON VISUELLE

« sensory evidence »

a) I hear

b) I feel

a) I hear her taking a shower.

b) I feel something crawling up my leg.

INFERENCE

« induction »

a) must

b) evidently

c) seem to

a) I must have been a kid.

b) It had evidently been under snow.

c) And she absolutely did not seem to know what was going on.

INFORMATION EMPRUNTEE

« hearsay evidence »

a) they say

b) it seems

c) I have been said to

b) Well Schaeffer it seems had just found the latest article from the Smithsonian.

c) They were using more verbs than English speaking kids have been said to learn.

9Les langues occidentales ont peu ou pas de grammèmes exprimant l’évidentialité et la grammaticalisation de certains marqueurs évidentiels, évoquée dans plusieurs travaux, ne fait pas l’unanimité parmi les linguistes. Ainsi, selon Dendale et Van Bogaert (2012), le français ne connaît pas d’évidentialité grammaticale, le marquage de cette catégorie étant strictement lexical. De même, Rabatel (2009) avance que le français n’a pas de marques morphologiques pour exprimer le médiatif. En revanche, Kronning (2012) considère le conditionnel français épistémique ou le discours indirect encadré (dans les « constructions cadratives » du type selon X) comme des marqueurs grammaticaux de médiation. Pour l’anglais, Dendale et Tasmowski (2001) estiment que must est un marqueur évidentiel dans John must have arrived (because I see his coat on the chair).

10Si l’évidentialité n’est pas clairement grammaticalisée, la recherche avance la théorie d’un marquage conjoint de l’évidentialité et de la modalité. Par exemple, Willett rappelle que l’évidentialité ne constitue que rarement une catégorie grammaticale indépendante : « In very few languages does it occur as a separate grammatical category ; rather its meaning is usually coded as a part of the modal system of a language, with overlap into certain areas of tense and aspect » (1988 : 51). C’est à ce lien entre modalité et évidentialité, portées par un même marqueur, que sera précisément consacrée la suite de cette étude.

2. Evidentialité et modalité épistémique : les trois étapes de la chronologie idéelle

2.1. Les outils d’analyse : un certain flou terminologique et conceptuel

11C’est fondamentalement la valeur épistémique qui intéresse les évidentialistes. Ainsi que le souligne Vetters, « Les énoncés épistémiques ont la particularité que modalité et évidentialité inférentielle y sont intrinsèquement liées : l’abduction et l’incertitude épistémique vont de pair » (2012 : 45). Et comme le rappelle Barbet, « c’est devoir qui a surtout fait l’objet d’analyses en termes d’évidentialité » (2012 : 49). Nombreux sont les auteurs, en effet, qui voient dans devoir épistémique et, dans une moindre mesure, dans pouvoir épistémique, un évidentiel inférentiel (Dendale 1994 ; Tasmowski et Dendale 1994; Dendale et De Mulder 1996 ; Desclés et Guentchéva 2001 ; Vetters 2012 ; etc.). Je ne m’étendrai pas sur les raisons pour lesquelles devoir a fait l’objet d’un traitement privilégié, mais m’interrogerai ici sur la pertinence des outils théoriques, élaborés au fil des analyses, pour appréhender cette problématique.

12Depuis les premières études sur l’évidentialité, évidentialité inférentielle et modalité épistémique sont plus ou moins confondues (Dendale et Tasmowski 1994, 2001). Ce flou conceptuel est généré par les associations métalangagières de toutes sortes qui abondent dans la littérature. Par exemple, l’adjectif épistémique se trouve associé à des noms référant à des concepts très divers : source épistémique, médiation épistémique, inférence épistémique, modalité épistémique, futur épistémique (ou de conjecture), conditionnel épistémique (ou journalistique), etc. Si le terme épistémique tend à désigner prioritairement un type de modalité, force est de constater qu’il est également utilisé pour renvoyer à la source évidentielle, à l’inférence, au temps et au mode. De plus, si une distinction s’impose, ainsi que le préconisent Dendale et Tasmowski, entre évidentialité inférentielle et modalité épistémique, l’association terminologique opérée entre évidentialité et inférentielle, risque, elle aussi, d’introduire une certaine confusion méthodologique pour aborder sereinement la question.

2.2. Thèse en faveur d’une chronologie notionnelle en trois temps

13Revenons brièvement au classement proposé dans le deuxième tableau figurant § 1. Les différentes catégories établies par Chafe sont toutes mises sur le même plan et cela est vrai de la plupart des analyses ayant trait à l’évidentialité dans les langues indo-européennes. Pourtant la catégorie inférentielle me paraît occuper une position à part. Elle ne relève pas, à mon sens, de l’évidentialité au même titre, par exemple, que la perception visuelle, auditive ou l’emprunt. Je considérerai l’inférence comme une catégorie transversale, c’est-à-dire une catégorie qui transcende, de manière plus ou moins nette, les autres catégories. Dire I hear her taking a shower présuppose non seulement l’existence d’une source sonore, qui représente alors la source évidentielle proprement dite, mais également tout un cheminement mental d’identification de ladite source par l’énonciateur, processus inférentiel qui constitue le préalable nécessaire à l’assertion de l’énoncé produit. De même, I must have been a kid traduit une évaluation modale sous-tendue d’un raisonnement inférentiel qui s’appuie sur les éléments plus ou moins identifiables selon le contexte.

14C’est la raison pour laquelle, pour étudier les liens susceptibles de s’établir entre évidentialité et modalité, la prise en compte non pas de deux mais de trois critères différenciés introduirait plus de clarté dans l’analyse, à savoir la source évidentielle, le raisonnement inférentiel qu’elle suscite et l’évaluation épistémique à laquelle parvient le locuteur. L’origine de l’amalgame conceptuel auquel conduit la multiplication des associations métalangagières me paraît liée à une identification insuffisante du rôle exercé par chacun de ces trois critères dans la chaîne de causation idéelle. Je proposerai donc le schéma suivant :

Tableau : chaîne de causation idéelle

Tableau : chaîne de causation idéelle

15Cette présentation inspirée par le principe guillaumien de chronologie notionnelle (voir supra : introduction) se fonde également, du moins en partie, sur la théorie du philosophe et psychologue cognitiviste américain Jerry Fodor et son traitement des informations linguistiques par le cerveau humain. Selon cette théorie, connue sous le nom de modularisme, le traitement de l’information se fait par étapes successives, correspondant chacune à un composant de l’esprit. Par exemple, le système périphérique, spécialisé dans le traitement des données visuelles, auditives et olfactives, opère un premier traitement de l’information. Le traitement des données fourni par le système périphérique se trouve ensuite complété par le système central, processeur non modulaire commun à tous les domaines. C’est à ce niveau qu’interviennent les processus inférentiels. La chaîne de relations causales proposées dans le tableau ci-dessus présente donc des analogies avec le modularisme de Fodor.

16Le modèle fodorien a été très critiqué. Il ne s’agit pas toutefois, dans le cadre de cette étude, de se demander si les aires adjacentes du cortex associatif temporal ou pariétal plaident ou non contre l’existence d’un processeur central ni même d’examiner l’argumentation mise en avant par la psychologie évolutionniste qui reproche notamment à Fodor de réduire l’esprit à un ensemble de modules interagissant de manière algorithmique en dehors de toute considération adaptative (Donald 1999, 2001). L’objectif visé dans ce paragraphe consistait, de manière beaucoup plus humble, à évoquer dans ses grandes lignes la théorie de l’auteur sur le modularisme, pour introduire des outils théoriques susceptibles d’éclairer l’analyse de l’évidentialité et de la modalité.

2.3. Application concrète : un extrait du roman de Stevenson, The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde

17Il n’est guère surprenant que les verbes de perception forment la base du développement des marqueurs d’évidentialité directe. Ils sont très nombreux dans le roman de Stevenson, The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde. En voici un exemple, extrait des premières pages du récit :  

(1) “And you never asked about – the place with the door?” said Mr Utterson.
No sir: I had a delicacy,” was the reply […]. “But I have studied the place for myself,” continued Mr Enfield. “It seems scarcely a house. There is no other door, and nobody goes in or out of that one, but once in a great while, the gentleman of my adventure. There are three windows looking on the court on the first floor; none below; the windows are always shut, but they’re clean. And then there is a chimney, which is generally smoking; so somebody must live here. And yet it’s not so sure; for the buildings are so packed together about that court, that it’s hard to say where one ends and another begins. (p. 26)

  • 3 L’enjeu du discours ne porte pas tant sur l’apparence des lieux que sur la question de savoir si ce (...)

18La source de l’information repose ici sur la perception visuelle d’indices extérieurs (fenêtres propres, cheminée qui fume) qui constituent autant de signes attestant la présence permanente d’un habitant. Ces mêmes indices sont mis en opposition avec un faisceau d’éléments, également d’ordre visuel, qui portent à penser que la maison est inoccupée : une seule porte utilisée de manière exceptionnelle, fenêtres régulièrement fermées, apparence globale d’une maison qui n’a pas l’air d’en être une (It seems scarcely a house).3 Cet ensemble de paramètres ne s’impose pas comme une évidence mais résulte au contraire d’un examen attentif (I have studied the place for myself) qui trahit l’engagement du sujet (voir infra § 5.) dans le processus évaluatif. Il s’instaure un véritable débat intérieur et ce n’est qu’au terme de cette confrontation que l’énonciateur parvient à formuler son jugement.

  • 4 Cet emprunt à l’anglais semble avoir intégré la littérature linguistique française, comme le montre (...)

19La source évidentielle, celle qui fournit des évidences (au sens anglais du terme, c’est-à-dire des traces ou marques susceptibles de servir de preuves)4 ne porte pas en elle de valeur épistémique. Si, comme le stipulent Barbet et Saussure « la modalité épistémique indique le jugement du locuteur sur la possibilité ou la nécessité que quelque chose soit le cas, ou son degré de certitude à l’égard d’un fait » (2012 : 5 ; voir note 2), un tel jugement ne peut être élaboré et formulé qu’à l’issue d’un raisonnement inférentiel, étape intermédiaire entre le recueil de données et le jugement de valeur proprement dit.

3. Le rôle joué par l’étape n°2 de la chronologie notionnelle (l’inférence)

20La phase inférentielle établit une passerelle entre l’étape n°1 (la source évidentielle) et l’étape n° 3 (le jugement modal). Elle représente un chaînon central non seulement par sa position intermédiaire mais également par le rôle qu’elle joue dans la chronologie idéelle (voir supra, tableau 3). L’importance accordée à l’inférence varie selon les emplois en discours. Dans l’énoncé “so somebody must live here”, prélevé sur l’extrait (1), elle est clairement soulignée par la présence explicite d’un double marquage inférentiel, so et must. Les deux formes pourraient en effet s’employer séparément comme le montrent les manipulations suivantes appliquées à l’énoncé de départ (1a) :

(1a) And then there is a chimney, which is generally smoking; so somebody must live here.

(1b) And then there is a chimney, which is generally smoking; so somebody lives here.

(1c) And then there is a chimney, which is generally smoking; somebody must live here.

(1d) And then there is a chimney, which is generally smoking; somebody lives here.

21Les énoncés (1d) “somebody lives here”, (1b) “so somebody lives here” et (1c) “somebody must live here” ont pour propriété commune d’exprimer la conclusion logique à laquelle aboutit l’énonciateur. Mais alors que le raisonnement inférentiel est laissé dans l’implicite en (1d), so (1b) et must (1c) désignent explicitement cette phase. Autrement dit, so et must explicitent le lien cohésif qui relie l’étape n°1 à l’étape n° 3 de la chronologie notionnelle. Ils exercent un renvoi anaphorique au raisonnement qui sous-tend la conclusion de l’énonciateur et ultimement à la source évidentielle (smoking chimney) à partir de laquelle se construit ce raisonnement. C’est peut-être la raison pour laquelle la manipulation (1d), bien que recevable, est malgré tout perçue comme moins spontanée. Utilisés conjointement, so et must combinent simplement leur force respective pour mettre en avant le processus inférentiel.

  • 5 La modalité thétique peut se définir comme une assertion, la modalité hyperthétique comme une sur-a (...)

22La différence entre (1b) et (1c) se situe essentiellement sur le plan modal : “So somebody lives here” exprime une modalité thétique, “somebody must live here”, une modalité hypothétique.5 Must bémolise l’assertion, introduit une dose d’incertitude dans le jugement de l’énonciateur.

23Quelle que soit la modalité choisie in fine par l’énonciateur, c’est la même source évidentielle (“And then there is a chimney, which is generally smoking”) qui constitue le point de départ de la chaîne de causation. C’est dire l’importance qu’il convient d’accorder à la phase intermédiaire. Le jugement final dépend d’abord et avant tout de la manière dont l’énonciateur traite les données évidentielles.

24L’analyse contrastive révèle elle aussi l’importance de cette étape intermédiaire. Les traducteurs du roman de Stevenson ont pris diversement en compte le rôle exercé par les paramètres modal et inférentiel. Soit, à titre comparatif, le tableau suivant :

Tableau : première série de traductions

Traducteurs

And then there is a chimney, which is generally smoking; so somebody must live here. And yet it’s not so sure;”

1

Théo Varlet

([1998] 2007)

« Et puis il y a une cheminée qui fume en général ; donc quelqu’un doit habiter là. Et encore ce n’est pas absolument certain, […] ». (p. 22)

2

Georges Hermet

(2007)

« En outre, il y a une cheminée, qui, en général, fume ; par conséquent quelqu’un doit habiter là. Et encore, ce n’est pas si sûr, […] ». (p. 27)

3

Jean-Pierre Naugrette

(1999)

« Et puis il y a une cheminée, qui fonctionne la plupart du temps : j’en déduis donc qu’on habite ici. Et encore, rien de moins sûr, […]». (p. 28)

4

Charles Ballarin

(1992)

« Et puis il y a une cheminée, qui fume généralement ; il faut donc que quelqu’un habite là. Et pourtant, ce n’est pas si certain ; ». (p. 33)

5

Jean Muray

(1975)

« Il y a aussi une cheminée qui fume souvent. Donc, quelqu’un vit derrière ces murs. Et encore ce n’est pas démontré ». (p. 19)

  • 6 Dans son article «  Où sont passées nos “belles infidèles” ? » Bardière distingue littéralité lingu (...)

25Les traductions (1), (2) et (4) respectent fidèlement (Pottier 1987, Chevalier et Delport 1987, Bardière 2008)6 le texte source, Charles Ballarin soulignant davantage la nécessité logique impliquée par must par le recours au verbe falloir. La traduction (3) privilégie ouvertement la phase inférentielle (« j’en déduis donc … ») au détriment de la modalisation épistémique exprimée par must. La portée thétique de l’assertion (« on habite ici ») est toutefois minorée dans la mesure où elle est explicitement placée sous la seule responsabilité de l’énonciateur – celui-ci prend soin de souligner que l’affirmation n’engage que lui (présence affichée du je : « j’en déduis … ») – et où elle est aussitôt remise en cause dans la phrase suivante. La traduction (5) ne conserve que la valeur inférentielle véhiculée par so, le jugement épistémique porté par must ayant été purement et simplement occulté. Il semble donc que ce soit la déduction logique qui ait retenu l’attention de l’ensemble des traducteurs, la variable épistémique étant restituée de manière aléatoire, comme si le paramètre modal tendait à s’effacer devant la dimension purement inférentielle.

26L’étape n° 2 conditionne le jugement auquel le locuteur aboutit et il y a fort à parier que pour une même situation donnée, ce jugement varie d’un locuteur à l’autre. Tout semble donc se jouer à ce niveau. On se demandera malgré tout si la nature de la source évidentielle n’oriente pas dès le début l’évaluation modale à laquelle parvient l’énonciateur ou, en d’autres termes, si l’étape n° 3 n’est pas aussi conditionnée dès le départ par l’étape n° 1.

4. Le rôle joué par l’étape n° 1 de la chronologie notionnelle (la source évidentielle)

4.1. La fiabilité de la source évidentielle

27Revenons au texte source. Dans l’extrait (1), la présence des marqueurs adversatifs but, and yet montre à quel point le locuteur tergiverse entre le pôle positif et le pôle négatif. Le personnage pense pour ainsi dire à haute voix et l’on assiste en direct à une réflexion en cours d’élaboration. A l’issue de la phase 2, il choisit pourtant must et non may, optant ainsi nettement pour la quasi-certitude au détriment de la simple éventualité. Mais il n’a pas sitôt tranché en faveur d’une conclusion positive qu’il revient sur sa décision : “And yet it’s not so sure”.

28Cette remise en cause de l’évaluation résulte pour l’essentiel de la prise en compte de nouveaux paramètres, également d’ordre visuel, qui modifient la source évidentielle initialement considérée : “for the buildings are so packed together about that court, that it’s hard to say where one ends and another begins”. Ce nouvel élément apparaît linéairement dans le texte après le jugement “And yet it’s not so sure”, mais en chonologie notionnelle la source évidentielle précède nécessairement la conclusion de l’énonciateur. On voit donc que l’évaluation telle qu’elle apparaît dans l’étape n° 3 ne dépend pas uniquement de la manière dont l’énonciateur traite les données évidentielles mais de la nature même de ces données. Il ne paraît donc pas illégitime de considérer que le degré de certitude auquel parvient l’énonciateur soit en partie conditionné par la nature de la source évidentielle sous-jacente.

4.2. Le caractère partagé des évidences : la théorie de Barbet

  • 7 L’opposition entre lecture « subjective » et « objective » de la modalité a été mise en évidence en (...)
  • 8 La modalité épistémique objective se rapproche à cet égard de la modalité aléthique (Gosselin 1998, (...)

29Cécile Barbet suggère pourtant « que ce n’est pas tant la fiabilité des indices qui provoque une lecture objective ou subjective que le caractère partagé ou non de ces indices ou evidences [sic.]. En effet, un modal épistémique sera interprété comme objectif si et seulement si ces indices sont partagés, peu importe leur fiabilité » (2012 : 53). Le caractère partagé ou non des évidences jouerait donc, selon elle, un rôle décisif dans l’interprétation objective ou subjective des modaux épistémiques.7 Une interprétation subjective s’appuierait sur des indices personnels, faillibles et incomplets tandis qu’une interprétation objective se fonderait sur des données plus généralisables et donc plus fiables.8

30L’interprétation objective des modaux épistémiques, telle que la présente Barbet, repose toutefois sur un leurre : de la subjectivité naîtrait en effet l’objectivité ; l’objectivité se fonderait sur un procédé cumulatif de jugements individuels subjectifs ; il suffirait d’additionner des impressions subjectives concordantes pour parvenir à l’objectivité. C’est ainsi que se forgent souvent, il est vrai, les certitudes, mais certitude et objectivité sont deux notions bien différentes. Les convictions intimes auxquelles parviennent les personnages dans Dr Jekyll and Mr Hyde, donnent peut-être l’illusion de l’objectivité dans la mesure où elles sont partagées par le plus grand nombre. Mais elles ne reposent en réalité que sur des impressions. Elles ne sont étayées d’aucune preuve tangible. Tout jugement, fût-il partagé, n’en devient pas pour autant automatiquement objectif.

31Le concept de caractère partagé des évidences mis en avant par Barbet pose également la question de savoir comment et par qui lesdites évidences sont partagées. Elles supposent par exemple la présence d’un observateur capable de centraliser suffisamment de jugements similaires pour générer une telle impression d’objectivité. Dans le roman de Stevenson, c’est le lecteur qui semble le mieux placé pour recueillir et mettre en résonnance des indices sinon épars dans le texte. Les personnages observateurs du roman ne sont pas, quant à eux, tous logés à la même enseigne. S’il est donné à certains l’occasion d’approcher Hyde à plusieurs reprises, d’autres, en revanche, ne l’apercevront qu’une fois. En outre, alors que certains éprouvent un sentiment de répulsion sans même se douter que celui-ci est partagé, d’autres, au contraire, ont déjà été mis en garde contre l’inquiétante créature, de vive voix ou par ouï-dire. L’observateur juge-t-il alors en toute objectivité / impartialité ?

32Le principe évoqué par Barbet demanderait donc à être affiné par la prise en compte de critères à la fois quantitatifs et qualitatifs beaucoup plus rigoureux: nombre d’observateurs, nombre d’observations par observateur, observateurs sous influence ou non, nature des indices observés, qualité des conditions d’observation (jour, nuit, distance, durée), mise en relation du taux d’opinions concordantes et discordantes, centralisation de l’observation (Qui opère le calcul ? Qui établit le bilan ?), etc. Comment déterminer le seuil critique, c’est-à-dire le nombre d’occurrences au-delà duquel la modalité subjective cède le pas à la modalité objective ? Alchimie bien complexe laissée de toute évidence à l’appréciation de chacun et qui remet en cause la fiabilité scientifique d’un tel critère.

33Si l’analyse développée par Barbet se fonde sur des intuitions globalement partagées, je préfère opposer, à l’instar de Gosselin, la subjectivité individuelle à la subjectivité collective. Qu’il soit individuel ou collectif, le jugement est ainsi maintenu dans la sphère de la subjectivité. De plus, la question des évidences partagées me paraît tout au plus envisageable sous la forme d’un continuum avec les zones d’incertitude ou zones frontières que comporte inévitablement ce type d’approche.

4.3. De la fiabilité au caractère partagé des évidences

34Au lieu de raisonner en termes d’exclusivité, comme le fait Barbet lorsqu’elle asserte que « ce n’est pas tant la fiabilité des indices qui provoque une lecture objective ou subjective que le caractère partagé ou non de ces indices ou evidences », il est préférable de traiter la question en termes de complémentarité. D’une part, les indices ne sont pas tous uniformes – il est par exemple possible dans l’extrait (1), de hiérarchiser les éléments répertoriés, And then there is a chimney, which is generally smoking, émergeant sans doute comme le trait le plus saillant – et, d’autre part, loin d’être divorcés, les deux pôles de l’argumentation (fiabilité des indices et caractère partagé des indices) me semblent au contraire étroitement corrélés par une relation de cause à effet, des indices fiables ayant a priori pour conséquence de générer un taux plus élevé de réactions partagées.

35Le roman de Stevenson illustre un cas extrême et remarquable de convergence dans la mesure où les passages dévolus à la description de Mr Hyde pointent tous, sans exception aucune, dans la même direction. Les indices sont pour ainsi dire partagés à l’unanimité absolue et suscite chez chaque observateur le même type de malaise indéfinissable. Chaque occurrence renforce alors peut-être ce sentiment d’objectivité, réduisant inexorablement, surtout chez le lecteur, la part de doute inhérente à tout jugement épistémique (voir infra exemple (2), § 5.5.).

5. Le rôle joué par l’étape n° 3 de la chronologie notionnelle : la nature de l’évaluation modale véhiculée par must

5.1. L’étape n° 3 perçue comme le point d’aboutissement de la chronologie notionnelle

36La troisième étape de la chronologie notionnelle fixe le choix en cours d’élaboration par l’énonciateur dans la phase précédente. Elle n’est plus le lieu de la source évidentielle mais celui du jugement modal arrêté par le sujet parlant. En simplifiant un peu, je poserai que l’étape n° 1 prend en compte la source évidentielle, l’étape n° 2 met en relation les deux paramètres évidentiel et modal (l’énonciateur peut par exemple encore hésiter, à ce stade, entre une simple éventualité exprimée par may ou une quasi-certitude exprimée par must), l’étape n° 3 livre le choix modal opéré in fine par l’énonciateur. L’étape n° 3 apparaît donc comme un résultat, l’étape n° 2 comme un processus conduisant à ce résultat.

37Cette dernière phase appartient également au plan du discours dans la mesure où elle manifeste langagièrement le parcours mental qui la sous-tend. Dans le cas de must épistémique, elle correspond au lieu où s’exprime la subjectivité du locuteur. Si je simplifie là encore, le passage de l’étape n° 1 à l’étape n° 3 correspond à un mouvement menant de l’objectivité à la subjectivité. La source évidentielle, visuelle en l’occurrence, s’inscrit en effet globalement dans le champ de l’objectivité, le jugement modal dans celui de la subjectivité. L’affirmation se veut simplificatrice et donc quelque peu réductrice, dans la mesure où elle ne vise qu’à dégager des tendances. Certaines évidences visuelles sont en effet passées au crible plus ou moins fin de la subjectivité de l’énonciateur : ainsi l’apparence extérieure de la maison (exemple 1 : it seems scarcely a house) est d’abord un jugement modal avant de devenir un critère évidentiel (voir note 3).

38En résumé, l’étape n° 3 constitue un point d’aboutissement : (1) elle marque le résultat d’un processus mental sous-jacent, (2) elle inscrit ce résultat dans le discours et, (3) dans le cas de must elle encode linguistiquement la subjectivité du locuteur. C’est à ce dernier point que sera consacrée la suite cette section. Après un bref rappel sur le rôle joué par la notion de subjectivité dans l’analyse linguistique (§ 5.2.), j’examinerai la question corrélative de l’engagement de l’énonciateur dans son discours.

5.2. La subjectivité en question(s) : rappel théorique

39La subjectivité dans le langage occupe depuis plusieurs décennies une place très importante dans la recherche. Voici ce qu’écrivait Benveniste il y a près d’un demi-siècle :

C’est dans et par le langage que l’homme se constitue comme sujet ; parce que le langage seul fonde en réalité, dans sa réalité qui est celle de l’être, le concept d’ « ego ». […] Est « ego » qui dit « ego » (Benveniste 1966 : 259).

40Cet extrait montre que Benveniste défend une conception fondamentalement linguistique de la subjectivité : le locuteur n’est sujet que par le langage. Ce sont les formes grammaticales (catégories de la personne, des pronoms, du temps) qui rendent possible l’expression de sa subjectivité.

41La réflexion grammaticale menée par l’auteur devait ouvrir la voie à de nombreuses études. Trois figures dans le domaine francophone ou anglophone retiendront ici mon attention, Kerbrat Orecchioni, Langacker et Traugott.

42Kerbrat Orecchioni postule une antériorité de la subjectivité par rapport au langage. Le sujet existe selon elle en dehors de et avant la langue, qu’il imprègne de sa subjectivité. L’auteur fait l’inventaire des unités linguistiques qui traduisent l’intervention du sujet et recourt à la notion de « subjectivème », unité minimale (substantif, adjectif, verbe ou adverbe) renvoyant à la trace que laisse l’énonciateur dans son énoncé. Celui-ci donne ainsi accès à l’énonciation : « faute de pouvoir étudier directement l’acte de production, nous chercherons à identifier les traces de l’acte dans le produit » (1980 : 30). La subjectivité s’appréhende in fine dans cette approche sous la forme d’un gradient selon la nature et le nombre de subjectivèmes que l’énonciateur laisse dans son discours.

  • 9 Le parcours spatio-temporel est tout autant généré par le sémantisme de go que celui de to. Qu’il s (...)

43La question de savoir si la subjectivité se forge dans et par le langage (comme chez Benveniste) ou l’intègre, déjà constituée, en y laissant des traces, n’est pas pertinente outre-Atlantique, une autre tradition théorique s’étant établie dans les années 1980 avec Langacker et Traugott. Ces recherches s’articulent davantage autour de la notion de subjectification (ou subjectivation, en français) que celle de subjectivité. Pour Langacker (1990, 2006), la subjectivation relève de considérations strictement grammaticales. Par exemple le parcours spatial que marque go dans Mary is going to close the door devient purement mental dans An earthquake is going to destroy the city9. Dans ce cadre théorique, les constructions s’opposent en fonction de leur degré de subjectivation plus ou moins élevé. Ce principe se retrouve dans les travaux de Traugott, mais alors qu’il est mobilisé en synchronie par Langacker, il est appréhendé en diachronie par Traugott. Il est corrélé dans ce dernier cas à un processus de « grammaticalisation ». Le point de vue du locuteur ferait évoluer le sens des lexèmes et des constructions conduisant à ce que l’auteur appelle une « sémanticisation » de la subjectivité (2010 : 30-31). Le résultat de ce processus sémantique se produirait selon un mouvement menant de l’objectif au subjectif. C’est ainsi que, pour reprendre l’exemple précédent, be going to exprimant d’abord la destination a fini par exprimer également l’intention du locuteur et devenir un auxiliaire du futur. Une évolution comparable affecte les modaux, notamment le passage de la modalité déontique à la modalité épistémique exprimée par devoir / must.

  • 10 Du moins en discours, qui, comme l’explique Guillaume (1919, 1964, 1991), appartient au seul plan d (...)

44Pour ce qui relève de la question de la subjectivité, le présent article n’adopte pas une approche diachronique visant à expliquer la sédimentation du sens dans le signifié de puissance de telle ou telle unité linguistique, mais une approche strictement synchronique. Il ne s’intéresse pas non plus au phénomène de subjectivation en tant que processus de grammaticalisation. Il tend simplement à montrer, via le principe de la chronologie notionnelle, que la subjectivité précède sa représentation langagière.10 Il vise également à établir comment, à partir de la trace visible que laisse l’énonciateur dans son énoncé, il est possible, notamment pour le destinataire, d’effectuer une remontée vers l’étape n° 1 (voir infra § 6.2.). Il s’interroge enfin sur l’illusion d’objectivité que des occurrences réitérées de must épistémique sont susceptibles d’induire à l’échelle d’un roman et corollairement sur le degré d’engagement que l’utilisation de ce modal peut manifester en discours.

5.3. La valeur d’engagement liée à la modalité épistémique : arrière-plan théorique

45A l’instar de la subjectivité linguistique, la notion d’engagement a stimulé la recherche, plus particulièrement dans le cadre de la théorie de l’énonciation (Culioli 1999, Donaire 2011), de la polyphonie linguistique (Ducrot 1984), de la théorie des actes de langage (Austin 1962, Searle 1979, Katriel et Dascal 1989), du dialogue et l’argumentation (Hamblin 1970, Beyssade et Marandin 2009) ou encore la modalité et l’évidentialité (Pietrandrea 2008, Nuyts 2006, Papafragou 2000, Ifantidou 2001, etc.). Pietrandrea, par exemple, conçoit l’engagement comme un état mental déjà présent dans l’esprit du locuteur avant la production de l’énoncé. Les marqueurs linguistiques de modalité épistémique indiquent le degré d’engagement du locuteur. Nuyts (2006 : 6) envisage la modalité épistémique comme un degré de conviction compris entre la certitude absolue que la situation est réelle ou au contraire la certitude absolue qu’elle ne l’est pas. Papafragou (2000) considère que les modaux à valeur épistémique véhiculent des degrés d’engagement du locuteur, mais elle finit par rejeter cette idée en 2006 et tente de démontrer que les interprétations épistémiques subjectives appartiennent au contenu propositionnel de l’énoncé (2006 : 1693). Kronning (2012) va même jusqu’à aborder la question en termes de « désengagement ». C’est son analyse qui fera ici l’objet d’un commentaire.

5.4. La valeur de désengagement livrée par must épistémique : l’analyse de Kronning

  • 11 Goffman définit la « face » comme « la valeur sociale positive qu'une personne revendique effective (...)

46L’engagement est présenté par Kronning dans son analyse de must / devoir sous la forme d’un désengagement par rapport à l’assertion thétique. Ce désengagement est alors corrélé à une stratégie intersubjective liée au concept de « face » mis en évidence par Goffman (1974)11. L’énonciateur se protège à l’avance de tout point de vue divergent de la part du co-énonciateur. Kronning commente ainsi le rôle que joue DEVOIRE (épistémique) dans la « préservation de la face »:

Regarde les yeux rouges du concierge ! – Il a sans doute pleuré (+ a dûE pleurer) !

Du point de vue du locuteur, il semble que la fonction primaire du marquage médiatif soit de permettre un certain désengagement vis-à-vis du contenu propositionnel qu’exprime l’énoncé. […] Le désengagement ainsi impliqué diminue les risques de perdre la face que subit le locuteur au cas où il serait contredit ou se dédirait lui-même. […] Sans marqueur médiatif, l’expression du désengagement n’est normalement pas possible (2004 : 53).

47Près de dix ans plus tard, l’auteur s’exprime ainsi sur le sujet :

(1) Marie doitE être malade. Elle est si pâle.

(2) Marie est apparemment malade.
a. Elle est si pâle.
b. Pierre l’a dit.

(3) /Selon Pierre,/ Marie seraitE malade.

(4) Marie est malade.

En se servant d’une assertion simple (4) (sans marqueur épistémique), le locuteur risque, au cas où il serait contredit ou se dédirait lui-même, d’enfreindre cette norme, et, par voie de conséquence, de « perdre la face » (Brown & Levinson 1987). S’il réduit sa responsabilité énonciative en insérant dans son énoncé un des marqueurs épistémiques (1-3), il présentera, en revanche, la vérité de cet énoncé comme plus facilement « négociable », adoucissant ainsi la menace dirigée contre sa « face » (2012 : 84).

48La position de Kronning reste donc inchangée, à un détail près. Le désengagement du sujet est lié à la présence d’un marqueur évidentiel dans le premier cas, d’un marqueur épistémique dans le second. La différence est significative, car l’expression du désengagement du sujet ne saurait se situer sur le plan évidentiel mais bel et bien sur le plan modal. La notion de désengagement est en effet évaluée par rapport à la modalité assertive et ce n’est pas l’évidentialité en tant que telle qui marque une quelconque mise en retrait du sujet énonciateur mais le jugement épistémique proprement dit.

49Le désengagement du sujet, tel que l’analyse Kronning répond à une stratégie intersubjective : l’énonciateur se protège à l’avance de tout point divergent de la part du-co-énonciateur. La face peut être perdue, maintenue ou valorisée. La « préservation de la face » (« the face-saving view ») a été finement analysée par Fraser (1990) qui s’appuie sur l’approche de Brown et Levinson (1987), lesquels empruntent la notion de face à Goffman (1974) (voir note 11).

5.5. Illustration de cette valeur en contexte

50L’extrait suivant servira ici de support à l’analyse :

(2) The lawyer stood awhile when Mr Hyde had left him, the picture of disquietude. Then he began slowly to mount the street, pausing every step or two, and putting his hand to his brow like a man in mental perplexity. This problem he was thus debating as he walked was one of a class that is rarely solved.

Mr Hyde was pale and dwarfish; he gave an impression of deformity without any namable malformation, he had a displeasing smile, he had borne himself to the lawyer with a sort of murderous mixture of timidity and boldness and he spoke with a husky whispering and somewhat broken voice, – all these were points against him; but not all of these together could explain the hitherto unknown, disgust, loathing and fear with which Mr Utterson regarded him. “There must be something else,” said the perplexed gentleman. “There is something more, if I could find a name for it. God bless me, the man seems hardly human! Something troglodytic, shall we say? or can it be the old story of Dr Fell? Or is it the mere radiance of a foul soul that thus transpires through, and transfigures its clay continent? The last, I think; (p. 45-46)

51Le principe de désengagement dégagé par Kronning demande à être relativisé pour au moins trois raisons :

52- Tout d’abord, la notion de désengagement est indissociablement liée à celle d’engagement. Ces deux notions n’existent pas l’une sans l’autre et elles ne peuvent s’appréhender que de manière inversement proportionnelle. Dans le cas de must épistémique, l’engagement prime largement sur le désengagement. Must traduit un degré d’engagement élevé, tout en maintenant l’énoncé en-deçà de l’assertion thétique. Je considérerai donc, contra Kronning, que si must / devoir injecte une dose d’hypothèse, c’est davantage la notion d’engagement que de désengagement du locuteur qui doit être mise en avant.

53La suite “There must be something else” / “There is something more” aide à mieux cerner ce principe. La frontière qui sépare la modalité épistémique de la modalité assertive est ici si ténue que l’hypothèse (“There must be something else”) n’est pas sitôt exprimée qu’elle cède le pas, et cela sans transition aucune, à l’hyperthèse (“There is something more”). Le prédicat fortement accentué exprime clairement ici une valeur « posée comme non négociable par l’énonciateur » (Desclés 2009 : 36). C’est parce que la valeur hypothétique véhiculée par must se situe aux confins de la valeur thétique que se trouve facilité le passage de l’hypothèse à l’hyperthèse (voir note 5), sans passer par le truchement de la simple assertion thétique. Il paraît difficile dans un tel cas de concevoir must en termes de désengagement. En disant “There must be something else”, le perplexed gentleman ne semble guère réduire sa responsabilité énonciative au cas où il serait contredit.

54- D’autre part, par rapport à quoi cette valeur de désengagement est-elle évaluée? Le degré de désengagement apparaît éminemment variable selon qu’il est apprécié à l’aune de l’assertion thétique ou de l’assertion hyperthétique. Pour des raisons évidentes, le retrait énonciatif manifesté par must paraît plus important par rapport à la surassertion There is something (accentuation de is dans l’énoncé) que la simple assertion There is something (is inaccentué).

55- Enfin, la valeur d’engagement / de désengagement est modulable. Comme le fait remarquer Kronning lui-même, « la négociabilité peut […] varier à l’intérieur de la catégorie de l’assertion simple. Ainsi, un énoncé comme Il fait plus beau aujourd’hui, qui renferme le prédicat axiologique ‘beau’, est certainement plus négociable que (4) [Marie est malade] » (2012 : 83). Cette remarque s’applique mutatis mutandis aux énoncés modalisés en must (ou devoir). Must épistémique peut recevoir selon son emploi en discours une coloration plus ou moins marquée d’engagement du sujet selon que celui-ci souhaite ou non présenter l’événement aux limites du certain. Il suffit par exemple que must soit affecté d’un accent tonique (modalité prosodique), pour faire tendre le prédicat ainsi modalisé vers le certain. C’est donc sous la forme d’un continuum que la question de l’interprétation épistémique de must et corollairement d’engagement ou de désengagement du sujet énonciateur doit être abordée.

5.6. Approche contrastive

56Il est intéressant d’examiner la manière dont les traducteurs ont rendu le passage de la modalité hypothétique à la modalité hyperthétique. Pour mieux cerner la complexité des phénomènes linguistiques mis en jeu dans les traductions, il convient tout d’abord de souligner que la verbalisation de l’expérience constitue un thème central du roman. La difficulté qu’éprouvent les énonciateurs à traduire l’expérience en représentation langagière apparaît clairement dans l’extrait (2) : “he gave an impression of deformity without any namable malformation”, “if I could find a name for it”. Elle se manifeste de manière tout aussi nette dans le passage (3) ci-dessous où apparaissent successivement “He is not easy to describe”, “I really can name nothing out of the way” et “I can’t describe him”:

(3) “He is not easy to describe. There is something wrong with his appearance: something displeasing, something downright detestable. I never saw a man I so disliked and yet I scarce know why. He must be deformed somewhere; he gives a strong feeling of deformity, although I couldn’t specify the point. He’s an extraordinary-looking man, and yet I really can name nothing out of the way. No sir; I can make no hand of it; I can’t describe him. And it’s not want of memory for I declare I can see him this moment.” (p. 27-28)

57Toutefois, à y regarder de plus près, on s’aperçoit que la difficulté ne se situe pas tant au niveau de la langue que de l’expérience elle-même. Si la langue peine à représenter la réalité phénoménale, comme le mettent en avant les personnages eux-mêmes, c’est d’abord et avant tout parce que cette réalité est diffuse. Les psychomécaniciens ont mis en évidence l’ordination qui, en chronologie notionnelle, fait successivement passer de l’expérience à la langue. L’incapacité manifestée par les locuteurs se situe donc ici très en amont, dès le départ de la chaîne de causation, toute défaillance sur le plan de la représentation expérientielle se répercutant alors inévitablement sur celui de la représentation langagière. La modalité épistémique (There must be something else) porte précisément sur l’existence d’un élément explicateur, c'est-à-dire d’un critère d’ordre strictement expérientiel que, faute de représentation mentale claire, l’énonciateur ne parvient pas à traduire langagièrement. La difficulté à verbaliser trouve donc son origine dans la difficulté à conceptualiser. Elle ne sera pleinement surmontée qu’à la fin du roman, la levée du mystère rendant alors possible la mise en adéquation des plans de l’expérience et de la langue.

58Comment les traducteurs se sont-ils emparés du texte source (exemple 2) ? Observons les traductions suivantes :

Tableau : deuxième série de traductions

Traducteur

There must be something else,” said the perplexed gentleman. “There is something more, if I could find a name for it.”

1

Théo Varlet

« Il doit y avoir autre chose », se dit ce gentleman, perplexe. Il y a certainement autre chose, mais je n’arrive pas à mettre le doigt dessus ». (p. 33)

2

Georges Hermet

« Il doit y avoir quelque chose d’autre », se disait le notaire dans son embarras. Il y a certainement autre chose. Si seulement je pouvais le définir ». (p. 46)

3

Jean-Pierre Naugrette

« Il doit y avoir autre chose », se disait le gentleman, perplexe. Il y a sûrement autre chose. Si seulement je pouvais mettre un nom dessus… ». (p. 28)

4

Charles Ballarin

« Il y a sûrement autre chose », se disait le notaire, de plus en plus perplexe. Il y a quelque chose de plus, et j’aimerais bien pouvoir mettre un nom dessus ». (p. 45)

5

Jean Muray

« Il faut qu’il y ait autre chose, se répétait-il tout en marchant. Sans doute quelque élément inconnu de moi jusqu’ici et auquel, naturellement, je suis encore incapable de donner un nom ». (p. 31)

59Pour rendre l’énoncé hyperthétique (“There is something more”), les trois premières traductions ont introduit une nuance de doute tout en soulignant l’engagement du sujet dans son énoncé. Certainement ou sûrement ont pour effet paradoxal de situer l’événement en-deçà de la certitude tout en mettant en avant le degré de conviction du sujet-énonciateur (voir supra la notion d’engagement : § 5.3. à § 5.5.). La traduction (5), de loin la plus approximative, introduit même ouvertement une modalité de doute qui n’existe pas dans le texte de départ. La traduction (4) se contente, quant à elle, de proposer une version simplement thétique de la phrase d’origine. L’adverbe certainementsûrement n’a pas été utilisé peut-être tout simplement parce que déjà mobilisé en première instance. Dans toutes ces traductions, se trouve ainsi bémolisée, à des degrés divers, la valeur d’hyperthèse introduite dans le texte origine par l’accentuation de is, réduisant ainsi l’écart, présent dans le texte source, entre la modalisation hypothétique (“There must be something else”) et la modalisation hyperthétique (“There is something more”).

6. MUST encode-t-il l’évidentialité ?

6.1. De l’analyse modale à l’analyse évidentielle de must épistémique

60La question de savoir si must encode l’évidentialité apparaît au cœur des débats contemporains sur l’évidentialité. Concernant les verbes modaux devoir et pouvoir et leur rapport à l’évidentialité, à peu près toutes les hypothèses ont été défendues. Elles peuvent être exposées sous la forme d’un continuum faisant passer insensiblement de la modalité à l’évidentialité. Seul figure dans le tableau ci-dessous le nom de quelques auteurs dont les travaux sont relativement récents :

Tableau  : De l’analyse modale à l’analyse évidentielle de devoir épistémique

DEVOIR EPISTEMIQUE

exclusivement modal

mixte

exclusivement évidentiel

fondamentalement modal

fondamentalement

évidentiel

C. Barbet (2012)

H. Kronning (2004, 2012)

C. Rossari et al. (2007)

Louis de Saussure (2012)

P. Dendale et L. Tasmowski (1994) et P. Dendale (1994)

61Je ne peux, faute de place, passer en revue ces différentes théories. Je soulignerai simplement que l’argument sans doute le plus puissant, mis en avant pour démontrer que must n’encode pas l’évidentialité, est que la valeur d’inférence peut résulter d’un effet de sens purement pragmatique. Par exemple, l’énoncé manipulé (1d) “And then there is a chimney, which is generally smoking; somebody lives here” (voir supra § 3.) ne comporte aucun marqueur d’évidentialité inférentielle, mais n’en exprime pas moins le point d’aboutissement de la chaîne de causation idéelle. De même, en (2), la suite “ ʻThere must be something else,ʼ said the perplexed gentleman. ʻThere is something more [...]ʼ ” exprime, nous l’avons vu, le passage d’une modalité hypothétique à une modalité hyperthétique. La suppression de l’énoncé en must occulterait simplement le premier jugement modal sans nuire pour autant à la cohérence globale du texte. Amputé de cette partie, There is something more constituerait la conclusion à laquelle aboutit le perplexed gentleman. Cet énoncé non modalisé par must apparaîtrait donc comme le résultat d’un processus inférentiel, échafaudé à partir des mêmes indices visuels. Dans ces deux exemples, aucun constituant n’encode la valeur évidentielle. Si l’inférence peut être portée par un énoncé, en l’absence de toute marque spécifique, pourquoi serait-elle alors inscrite dans le sémantisme même du modal ?

62L’argument n’est pas dénué d’intérêt, mais deux remarques s’imposent. La première est que cette approche semble présupposer que valeur pragmatique et valeur sémantique sont mutuellement exclusives. En conséquence, sur le plan de l’analyse, le risque est qu’un effet de sens puisse en cacher un autre. Si, pour reprendre l’exemple précédent, There is something more implique, en l’absence de tout marqueur, un effet de sens inférentiel, cela ne signifie pas pour autant qu’un tel effet ne soit pas véhiculé par must dans There must be something else. Rien n’empêche dans un énoncé de ce type que la valeur inférentielle soit portée conjointement par le sémantisme de must et un effet de sens pragmatique.

63La deuxième remarque est que pour remettre en cause le sémantisme évidentiel de devoir / must, l’analyse met en avant le critère inférentiel, d’où cette expression d’évidentialité inférentielle qui tend à fusionner les plans évidentiel et inférentiel. Cibler l’inférence pour juger de l’évidentialité présuppose une relation de cause à effet entre les deux. Cela me paraît être effectivement le cas, mais l’absence de distinction claire et nette entre ces deux notions complexifie l’approche méthodologique pour appréhender la question. De plus, par voie de conséquence, si l’on pose, d’une part, que l’évidentialité ne fait pas partie du sémantisme de must épistémique mais, d’autre part, que l’inférence implique l’évidentialité, il ne reste alors guère d’autre choix, pour valider la première partie du raisonnement, que celui de considérer que la valeur épistémique du modal ne présuppose pas l’inférence, ce qui est difficilement acceptable.

6.2. Mise en évidence des relations implicatives via le cinétisme ascendant et descendant de la chronologie notionnelle

64Il faut bien voir que si la modalité épistémique est sous-tendue d’évidentialité, l’évidentialité ne conduit pas automatiquement à la modalité épistémique. Les relations de cause à effet entre évidentialité et modalité d’une part et entre modalité et évidentialité d’autre part présentent des caractéristiques propres. Concevoir la question en ces termes implique la prise en compte d’une orientation diamétralement opposée de la chaîne de causation idéelle. Ce double cinétisme, ascendant et descendant, peut être figuré comme suit :

Tableau  : cinétisme ascendant et descendant

Tableau  : cinétisme ascendant et descendant
  • 12 La phase inférentielle peut générer une quête d’indices visant à étayer le jugement final. Elle imp (...)

65Le cinétisme ascendant se calque sur le cheminement mental de l’énonciateur dans l’élaboration de son jugement épistémique.12 Le cinétisme descendant vise à déconstruire ce processus mental. La mise en rapport du cinétisme ascendant et du cinétisme descendant et des relations implicatives qui les sous-tendent respectivement permet de dégager les différences.

66Décontextualisons les énoncés prélevés sur les extraits (2) et (1) en les isolant arbitrairement de leur environnement, ce qui conduit à considérer There must be something more, Somebody must live here – ou, si l’on préfère, utilisons l’un des nombreux exemples désincarnés qui émaillent la littérature grammaticale et linguistique, tels que Il doit être à la piscine. Hors contexte, ces énoncés modalisés suscitent aussitôt l’image d’un contexte conjectural sous-jacent. Must épistémique conduit à revenir en arrière vers les étapes antérieures de la chronologie notionnelle. Il implique une remontée spontanée vers le raisonnement inférentiel sous-jacent et déclenche ultimement une recherche des évidences ayant pu générer une telle inférence. Replacés dans leur contexte, les énoncés There must be something more et Somebody must live here imposent là aussi un mouvement rétroactif sur le rôle joué par les critères évidentiels qui précèdent. Mais ces derniers sont alors clairement identifiables et revêtent leur véritable raison d’être lorsqu’apparaît le jugement épistémique proprement dit.

67Le cinétisme ascendant montre, quant à lui, qu’une même source évidentielle ne débouche pas nécessairement sur un jugement modalisé par must. Ainsi, (1b) “so somebody lives here ” et (1a) “so somebody must live here” sont l’aboutissement d’un raisonnement inférentiel fondé sur une même base évidentielle, mais seul (1a) exprime la modalité épistémique. Une même base évidentielle peut donc conduire à un jugement exprimé par must, un modal différent de must (par exemple may), un marqueur autre qu’un auxiliaire de modalité (par exemple so), ou encore à une simple assertion thétique dépourvue de tout marqueur identifiable.

68La relation implicative entre évidentialité et modalité peut également s’appréhender en termes de relation hypero-hyponymique. Ce n’est pas l’évidentialité mais la valeur modale épistémique de must qui subsume et implique les autres phases de la chronologie notionnelle. Si l’évidentialité ne constitue pas la valeur première de must, elle existe malgré tout par implication. La dimension modale constitue donc, à mon sens, la valeur fondamentale de must, la valeur évidentielle n’étant, quant à elle, qu’un effet dérivable du sens modal et / ou du contexte.

Conclusion

69Must épistémique apparaît bel et bien associé à l’évidentialité mais il ne saurait être considéré comme un marqueur évidentiel à part entière, au même titre, par exemple, que les morphèmes grammaticaux du tuyuca ou encore du bosavi. Contrairement à ces derniers, il n’encode pas une source évidentielle particulière. Ainsi Somebody must live here s’appuiera indifféremment, selon le contexte, sur une information visuelle, auditive, obtenue par ouï-dire, etc. (voir supra tableaux § 1.). En revanche, le modal épistémique must ne saurait exister sans une source évidentielle quelconque. Il renvoie nécessairement, de manière explicite ou implicite à une base évidentielle, sans pour autant en préciser la nature. Enfin, une source évidentielle peut exister indépendamment de must.

70Les travaux fondateurs d’Aikhenvald (2004, 2014) sur les langues à morphologie évidentielle montrent que préciser la source évidentielle fait partie des contraintes incontournables du système linguistique. En clair, toute source évidentielle implique nécessairement son marquage. Et inversement, tout marqueur évidentiel renvoie naturellement à la source qui fonde les propos de l’énonciateur. La relation se noue donc dans les deux sens. Rien de tel en ce qui concerne must épistémique. Le seul point de recouvrement entre le marquage évidentiel par les morphèmes flexionnels du tuyuca et le marquage évidentiel – à supposer que ce soit le cas – par must ne porte que sur un sens de la relation, celle qui mène de l’étape n° 3 à l’étape n° 1 de la chronologie notionnelle (cinétisme descendant). Mais encore une fois, dans ce cas, contrairement à ce qui se passe pour le tuyuca, must n’encode pas un type d’évidentialité spécifique. Difficile, pour ces différentes raisons, de faire de must épistémique un vrai marqueur d’évidentialité.

71La prise en compte de l’évidentialité permet de mieux identifier les critères qui président à l’élaboration du jugement modal et de mieux cerner leurs rôles respectifs : la nature de la source évidentielle, son degré de fiabilité, le caractère partagé ou non des évidences, le rôle crucial joué par l’inférence, etc. sont autant d’éléments susceptibles d’influer sur l’évaluation modale à laquelle aboutit l’énonciateur. L’analyse comparative entre langues amérindiennes et langues indo-européennes comporte donc des vertus qu’on ne saurait lui nier, les systèmes théoriques et / ou linguistiques comparés fussent-ils très éloignés l’un de l’autre. La recherche sur l’évidentialité a le mérite de stimuler la réflexion sur la modalité en poussant notamment l’analyse à se doter d’outils théoriques qui n’auraient peut-être sinon pas vu le jour. Ces critères d’analyse, si modestes soient-ils, ont consisté ici à dégager plus clairement une chaîne de causation idéelle fondée sur trois ancrages théoriques. Autre conséquence appréciable sur le plan de l’analyse contrastive mais, cette fois, entre l’anglais et le français, l’utilisation de ces mêmes ancrages pour cerner plus finement le choix des traducteurs. Il s’établit ainsi des relations de cause à effet a priori insoupçonnables entre d’une part l’analyse comparative du tuyuca et de l’anglais, d’autre part l’approche traductologique de l’anglais et du français via l’élaboration de nouveaux concepts théoriques.

  • 13 Parmi les sources évidentielles, Guentcheva évoque en effet les « connaissances généralement admise (...)

72Enfin, toujours sur le plan méthodologique, il convient de souligner que la source évidentielle a été limitée dans cette étude à la perception visuelle. Mais les deux tableaux figurant § 1 montrent qu’elle peut être élargie à quatre ou cinq catégories. Dans d’autres analyses, elle incorpore, de manière plus vaste encore, notre connaissance particulière ou générale du monde (our world shared knowledge).13 Le problème est le suivant : dès lors qu’on élargit l’extension de la notion d’évidentialité, il devient possible, pour qui veut bien s’en donner la peine, de mettre au jour une source évidentielle quelconque pour étayer le moindre de nos propos. Il s’ensuit alors un risque réel de dérive. Ce risque affecte également l’inférence, car il semble là encore possible de débusquer un raisonnement inférentiel derrière n’importe quel emploi de discours. Dans la littérature contemporaine, ce raisonnement prend souvent la forme d’un syllogisme – sans que soit faite véritablement au départ la différence entre source évidentielle et inférence – et est parfois même étendu aux formes radicales comme dans cet énoncé proposé par Kronning (1996 : 31) : Louis XIV doit être honoré qui sous-entend Louis XIV est Roi, les Rois doivent être honorés, donc Louis XIV doit être honoré. Le danger guette enfin la modalité, si l’on part du principe par ailleurs légitime que tout, en définitive, est modalisé. C’est la raison pour laquelle, la plupart des études portant sur la modalité et / ou l’évidentialité sont le plus souvent assorties, en préambule, d’une définition large et étroite. Evidentialité, inférence et modalité soulèvent donc la question incontournable de leur délimitation notionnelle, tout énoncé, quel qu’il soit, pouvant manifester à des degrés divers chacune de ces trois composantes. L’analyse proposée dans cette étude a été délibérément circonscrite à l’évidentialité visuelle et l’interprétation modale épistémique de must. Elle laisse donc le champ libre à d’autres investigations, mais toujours dans un cadre dont il convient d’indiquer précisément les limites.

Top of page

Bibliography

Corpus

Stevenson, Robert Louis. Le Cas étrange du Dr Jekyll et de Mr Hyde. Traduction de Jean Muray. Paris : Hachette, 1975.

Stevenson, Robert Louis. L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde. Traduction de Charles Ballarin, Folio classique. Paris : Gallimard, 1992.

Stevenson, Robert Louis. L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde. Traduction de Jean-Pierre Naugrette. Paris : Le livre de poche,1999.

Stevenson, Robert Louis. The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde / L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde. Traduction de Georges Hermet, Langues pour Tous, Bilingue. Paris : Pocket, 2007.

Stevenson, Robert Louis. Le Cas étrange du Dr Jekyll et de Mr Hyde. Traduction de Théo Varlet. Paris : Flammarion [1998] 2007.

Bibiliographie

Aikhenvald, Alexandra Y. Evidentiality. Oxford: Oxford University Press, 2004.

Aikhenvald, Alexandra Y. and R. M. W. Dixon (eds.). The Grammar of Knowledge: A Cross-Linguistic Typology. Oxford University Press, 2014.

Austin, John Langshaw. How to Do Things with Words. Oxford: Clarendon Press, 1962.

Barbet, Cécile. « Devoir et pouvoir, des marqueurs modaux ou évidentiels ? » Langue française 173 (2012) : 49-63.

Barbet, Cécile et Louis de Saussure. « Présentation : modalité et évidentialité en français. » Langue française 173 (2012) : 3-12.

Bardière, Yves. «  Où sont passées nos “belles infidèles” ? » Modèles linguistiques. Tome XIX, fasc.1 (2008) : 105-122.

Barnes, Janet. “Evidentials in the Tuyuca Verb.” International Journal of American Linguistics, 3/50. Chicago: The University of Chicago (1984): 255-271.

Benveniste, Emile. Problèmes de linguistique générale. Tome I. Paris : Gallimard, 1966.

Beyssade, Claire and Jean-Marie Marandin. « Commitment : Attitude propositionnelle ou attitude dialogique ? » Danielle Coltier, Patrick Dendale et Philippe de Brabanter (eds). La notion de prise en charge en linguistique. Langue Française (2009): 89-107.

Brown, Penelope et Stephen C. Levinson. Politeness: Some Universals in Language Usage. Cambridge : Cambridge University Press, 1987.

Chafe, Wallace. “Evidentiality in English Conversation and Academic Writing.” W. Chafe and Johanna Nichols (eds). Evidentiality: The Linguistic Coding of Epistemology. Norwood (NJ). Ablex (1986): 261-272.

Chevalier, Jean-Claude et Marie-France Delport. L’horlogerie de Saint-Jérôme. Problèmes linguistiques de la traduction. Paris : L’Harmattan, 1995.

Cotte, Pierre. « To, opérateur de dévirtualisation en anglais». Modèles linguistiques. Tome IV, fasc. 2 (1982) : 135-149.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation. Tome 3. Paris : Ophrys, 1999.

Dendale, Patrick. « Devoir épistémique, marqueur modal ou évidentiel ? » Langue française 102 (1994) : 24-40.

Dendale, Patrick et Liliane Tasmowski. « Présentation. L’évidentialité ou le marquage des sources du savoir. » Langue française 102 (1994) : 3-7.

Dendale Patrick and Walter De Mulder. « Déduction ou abduction : le cas de devoir inférentiel. » Zlatka Guentchéva (ed.). L’énonciation médiatisée. Louvain/Paris : Peeters (1996) : 305-318.

Dendale, Patrick and Liliane Tasmowski. “Introduction: Evidentiality and Related Notions.” Journal of Pragmatics 33. Amsterdam. North Holland Elsevier (2001): 339-348.

Dendale, Patrick et Julie Van Bogaert. « Réflexions sur les critères de définition et les problèmes d’identification des marqueurs évidentiels en français ». Langue française 173 (2012) : 13-29.

Desclés Jean-Pierre et Zlatka Guentchéva. « La notion d’abduction et le verbe devoir ‘épistémique’ ». Cahiers Chronos 8 (2001) : 103-122.

Desclés, Jean-Pierre. « Prise en charge, engagement et désengagement ». Langue française 162 (2009): 29-53.

Donaire, Maria Luisa. « La (non-) prise en charge, une dynamique polyphonique. Le cas de la stratégie concessive. » Patrick Dendale et Danielle Coltier (eds.). La prise en charge énonciative : Etudes théoriques et empiriques. Paris, Bruxelles : De Boeck, Duculot (2011) : 55-74.

Donald, Merlin. A Mind So Rare: The Evolution of Human Consciousness. W.W. Norton, 2001.

Ducrot, Oswald. Le dire et le dit. Paris : Editions de Minuit, 1984.

Fodor, Jerry A. La modularité de l’esprit. Paris‑: Minuit, 1983. The Modularity of Mind. Cambridge : MA, MIT Press, 1986.

Fraser, Bruce. “Perspectives on Politeness.” Journal of Pragmatics. Volume 14 (1990): 219-236.

Goffman, Erving. Les rites d'interaction. Trad. Alain Kihm. Collection « Le Sens Commun ». Paris : Éditions de Minuit, 1974.

Gosselin, Laurent. « Modalité. » O. Houdé, et al. (éds). Vocabulaire de sciences cognitives. Paris : PUF (1998) : 266-268.

Gosselin, Laurent. « Statut du temps et de l’aspect dans la structure modale de l’énoncé. Esquisse d’un modèle global. » Syntaxe et sémantique, 2, Caen, Presses Universitaires de Caen (2001) : 57-80.

Gosselin, Laurent. « L’opposition entre modalités absolues et modalités relatives est-elle pertinente ? » Les médiations langagières, volume 1, Des faits de langue au discours. Sous la direction de Régine Delamotte-Legrand. Actes du colloque international. La médiation : marquage en langue et en discours. Dyalang CNRS, Publications de l’université de Rouen (2004) : 97-109.

Guentchéva, Zlatka. « Manifestations de la catégorie du médiatif dans les temps du français. » Langue française 102 (1994) : 7-23.

Guillaume, Gustave. Le problème de l’article. Paris : Hachette, 1919.

Guillaume, Gustave. Langage et science du langage. Québec : Presses de l’Université Laval. Paris : Nizet, 1964.

Guillaume, Gustave. Leçons de linguistique 1943-1944. Série A, vol.10. Lille : Presses Universitaires de Lille. Québec : Les Presses de l’Université Laval, 1991.

Hamblin, Charles Léonard. Fallacies. London: Methuen, 1970.

Ifantidou, Elly. Evidentials and Relevance. Amsterdam, Philadelphia: John Benjamins, 2001.

Joly, André et Annie Boone. Dictionnaire terminologique de la systématique du langage. Paris : L’Harmattan, 1996.

Joly, André et Dairine O’Kelly. L’analyse linguistique des textes anglais. Paris : Nathan, 1989.

Joly, André et Dairine O’Kelly. Grammaire systématique de l’anglais. Paris : Nathan, 1990.

Katriel, Tamar and Marcelo Dascal. “Speakerʼs Commitment and Involvement in Discourse.” Yishai Tobin (ed.). From Sign to Text: a Semiotic View of Communication. Amsterdam, Philadelphia: John Benjamins (1989): 275-295.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. L’énonciation de la subjectivité dans le langage. Paris : Armand Colin, 1980.

Kratzer, Angelika. Modals and Conditionals. Oxford: Oxford University Press, 2012.

Kronning, Hans. Modalité, cognition et polysémie : sémantique du verbe modal ‘devoir’. Uppsala/Stockholm, Acta Universitatis Upsaliensis, Almqvist et Wiksell International, 1996.

Kronning, Hans. « Modalité et médiation épistémique. » Les médiations langagières, volume 1, Des faits de langue au discours. Sous la direction de Régine Delamotte-Legrand. Actes du colloque international. La médiation : marquage en langue et en discours. Dyalang CNRS, Publications de l’université de Rouen (2004) : 35-65.

Kronning, Hans. « Le conditionnel épistémique : propriétés et fonctions discursives. » Langue française 173 (2012) : 83-97.

Langacker, Ronald Wayne. Subjectification. Cognitive Linguistics, 1 (1990) : 5-38. http://dx.doi.org/10.1515/cogl.1990.1.1.5

Langacker, Ronald Wayne. “Subjectification, Grammaticization, and Conceptual Archetypes.” Angeliki Athanasiadou, Costas Canakis and Bert Cornillie (eds.). Subjectification: Various Paths to Subjectivity. Berlin and New York: Mouton de Gruyter (2006): 17-40.

Lazard, Gilbert. “Mirativity, Evidentiality, Mediativity, or Other?” Linguistic Typology 3 (1999): 91-110.

Lazard, Gilbert. “On the Grammaticalization of Evidentiality.” Dendale and Tasmowski (eds). Journal of pragmatics 33. (2001): 359-367.

Moignet, Gérard. Systématique de la langue française. Paris : Klincksieck, 1981.

Nuyts, Johan. “Modality: Overview and Linguistic Issues.” William Frawley (ed.). The Expression of Modality. Berlin and New York: Mouton de Gruyter (2006): 1-25.

Papafragou, Anna. Modality: Issues in the Semantics-Pragmatics Interface. Oxford: Elsevier Science, 2000.

Papafragou, Anna. “Epistemic Modality and Truth Conditions.” Lingua 116 (2006): 1688-1702.

Pietrandrea, Paula. “Certamente and Sicuramente. Encoding Dynamic and Discursive Aspects of Commitment in Italian.” Philippe de Brabanter and Patrick Dendale (eds). Commitment, Belgian Journal of Linguistics 22. Amsterdam: John Benjamins (2008): 221-246.

Pottier, Bernard. Théorie en analyse linguistique. Paris : Hachette, 1987.

Rabatel, Alain. « Prise en charge et imputation, ou la prise en charge à responsabilité limitée...» Langue française 162 (2009) : 71-87.

Rossari, Corinne et al. « Devoir et l’évidentialité en français et en roumain. » Discours 1 [http://discours.revues.org/116], 2007.

Saussure, Louis de. « Modalité épistémique, évidentialité et dépendance contextuelle. » Langue française 173 (2012) : 131- 143.

Searle, John Rogers. Expression and Meaning: Studies in the Theory of Speech Acts. Cambridge, London: CUP, 1979.

Traugott, Elisabeth. “(Inter)subjectivity and (Inter)subjectification: A Reassessment.” K. Davidse, L. Vandelanotte and H. Cuyckens (eds.). Subjectification, Intersubjectification and Grammaticalization. Berlin and New York: Mouton de Gruyter (2010): 29-71.

Vetters, Carl. « Les verbes modaux pouvoir et devoir en français. » Revue Belge de Philologie et d’Histoire 82 (2004) : 657-671.

Vetters, Carl. « Pouvoir sporadique est-il aléthique ? » Cahiers Chronos 19 (2007) : 63-78.

Vetters, Carl. « Modalité et évidentialité dans pouvoir et devoir : typologie et discussions. » Langue française 173 (2012) : 31-47.

Willett, Thomas. “A Cross-linguistic Survey of the Grammaticization of Evidentiality.” Studies in Language 12 (1988): 51-97.

Top of page

Notes

1 Le terme médiation, introduit en 1956 par Lazard (voir § 1.) ne recouvre pas à l’identique celui d’évidentialité : « Quoiqu’il désigne le même phénomène, il met plus l’accent sur la « distance » entre le locuteur et son énoncé que sur la source de l’information proprement dite » (Barbet et Saussure  2012 : 3). De plus, il tend à s’utiliser pour ne renvoyer qu’à l’évidentialité indirecte. Enfin, les mots médiation ou médiatif sont préférés par une partie des chercheurs francophones, notamment Guentcheva (1994) ou Kronning (2012), pour éviter le calque linguistique dans la mesure où le terme anglais evidence, qui a produit par dérivation evidential et evidentiality, revêt un sens très différent du mot français évidence. Comme le fait remarquer Guentchéva, « le médiatif introduit [même] le contraire de l’évidence » (1994 : 9). Ces distinctions ayant été rappelées, évidentialité et médiation seront par souci de simplification utilisés dans cet article de manière interchangeable.

2 Le classement de Culioli comporte 4 types de modalité : la modalité de rang 1 ou modalité assertive; la modalité de rang 2 ou modalité épistémique, la modalité de rang 3 ou modalité appréciative, la modalité de rang 4 ou modalité radicale. J’utilise par commodité les étiquettes métalangagières de « modalité épistémique » et « modalité radicale », dans le sens désormais consacré par l’usage. La modalité épistémique renvoie à la manière dont l’énonciateur évalue les chances que l’événement a de se réaliser ou, comme l’exprime en termes plus linguistiques la Théorie des Opérations Énonciative (TOE) de Culioli, les chances de validation de la relation sujet / prédicat. La modalité radicale regroupe, quant à elle, la modalité déontique ou intersubjective qui désigne toute forme de pression exercée par le hors-sujet (souvent l’énonciateur) sur le sujet et la modalité dynamique, terme emprunté à Palmer, pour indiquer une aptitude inhérente au sujet.

3 L’enjeu du discours ne porte pas tant sur l’apparence des lieux que sur la question de savoir si ceux-ci sont occupés ou non. It seems scarcely a house exprime un jugement lui-même issu d’un raisonnement inférentiel étayé par une source évidentielle (visuelle en l’occurrence). Mais il est ici ravalé au rang d’un simple argument parmi d’autres, visant à étayer le jugement épistémique vers lequel tend ultimement le discours. Les deux formes seems et must n’occupent donc pas la même position hiérarchique dans la phrase, l’une étant mise au service de l’autre. La valeur modale de must impose un retour en arrière vers une interprétation évidentielle de seems. It seems scarcely a house présente donc la particularité d’occuper successivement les positions 3 puis 1 de la chronologie notionnelle. Il constitue à la fois le point d’aboutissement de la modalité appréciative manifestée plus précisément par seems et scarcely et le point de départ de la modalité épistémique véhiculée par must.

4 Cet emprunt à l’anglais semble avoir intégré la littérature linguistique française, comme le montre le commentaire de Cécile Barbet sur le caractère partagé des évidences (voir § 4.2.). Le terme sera toutefois mis systématiquement en italiques pour signaler qu’il s’agit d’un anglicisme.

5 La modalité thétique peut se définir comme une assertion, la modalité hyperthétique comme une sur-assertion,  la modalité hypothétique comme une sous-assertion : « En modalité thétique, le locuteur pose son assertion, sans plus. En modalité hyperthétique, il hausse le ton, « dièse » en quelque sorte l’assertion thétique ; en modalité hypothétique au contraire, il la « bémolise » (Joly et O’Kelly 1989 : 35).

6 Dans son article «  Où sont passées nos “belles infidèles” ? » Bardière distingue littéralité linguistique et littéralité orthonymique. C’est la première acception qui prévaut ici, must étant dans ces trois traductions littéralement restitué en français. La notion d’orthonymie introduite par Pottier a été affinée par Chevalier et Delport.

7 L’opposition entre lecture « subjective » et « objective » de la modalité a été mise en évidence entre autres par Papafragou (2000, 2006) pour l’anglais et Vetters (2004, 2007) pour le français. La notion de subjectivité linguistique véhiculée par l’auxiliaire de modalité must sera évoquée plus loin dans la partie consacrée à l’analyse du jugement modal proprement dit (voir § 5.2.). Pour éviter toute digression dans cette section centrée sur les sources évidentielles, la subjectivité et / ou l’objectivité sont essentiellement appréhendés ici à travers le rôle que peut jouer à cet égard l’étape n° 1 de la chronologie notionnelle.

8 La modalité épistémique objective se rapproche à cet égard de la modalité aléthique (Gosselin 1998, 2001) avec laquelle elle partage précisément ce caractère véridicible et objectif. Voici un exemple de modalité aléthique, emprunté à Carl Vetters (2012 : 36) : Si tu lances une pierre en l’air, elle doit retomber ≈ ... elle retombera (nécessairement) ≠... elle retombera probablement.

9 Le parcours spatio-temporel est tout autant généré par le sémantisme de go que celui de to. Qu’il soit utilisé comme préposition ou particule proclitique de l’infinitif, to exprime l’afférence (rapprochement du point visé). Dans son emploi infinitif, Cotte en fait très justement un opérateur de dévirtualisation (marquant le passage du virtuel à l’actuel). Quel que soit son contexte d’emploi, il exprime donc un mouvement. Dans sa combinaison avec to, le phénomène de subjectivation de go semble même d’abord et avant tout lié au sémantisme de to.

10 Du moins en discours, qui, comme l’explique Guillaume (1919, 1964, 1991), appartient au seul plan de l’effet, par opposition à la langue, qui appartient au plan de la puissance (voir supra : introduction).

11 Goffman définit la « face » comme « la valeur sociale positive qu'une personne revendique effectivement ». Sa théorie a inspiré bien des auteurs, entre autres Brown et Levinson pour qui la face est « the public self-image that every member wants to claim for himself » (1987 : 61) et Fraser (1990), qui introduit la notion de « face-saving view » (« préservation de la face »).

12 La phase inférentielle peut générer une quête d’indices visant à étayer le jugement final. Elle implique alors un retour vers l’étape n° 1. Il peut donc s’établir un va-et-vient entre les différentes étapes de la chronologie notionnelle. Mais ces éventuels retours sont mis au service d’un jugement que l’énonciateur cherche à affiner. C’est donc ultimement le mouvement ascendant qui est privilégié. Autrement dit, l’étape n° 3 apparaît même dans ce cas comme le point d’aboutissement d’un processus qui commence avec l’étape n° 1 et non l’inverse.

13 Parmi les sources évidentielles, Guentcheva évoque en effet les « connaissances généralement admises ou transmises par la tradition » (1994 : 8), Dendale parle de « stock de connaissances déjà acquises » (1994 : 32) ou encore de « stock des connaissances ou de croyances » (p. 37), Dendale et Van Bogaert soulignent que « pour [L. Anderson, K. Boye et P. Harder] une valeur évidentielle peut parfaitement résulter de connaissances du monde » (2012 : 24).

Top of page

List of illustrations

Title Figure : évidentialité directe et indirecte
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/487/img-1.png
File image/png, 4.4k
Title Tableau : chaîne de causation idéelle
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/487/img-2.png
File image/png, 6.6k
Title Tableau  : cinétisme ascendant et descendant
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/487/img-3.png
File image/png, 10k
Top of page

References

Electronic reference

Yves Bardière, « Les paramètres évidentiels, inférentiels et modaux appliqués à l’étude de must épistémique », Anglophonia [Online], 19 | 2015, Online since 15 July 2015, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/487 ; DOI : 10.4000/anglophonia.487

Top of page

About the author

Yves Bardière

Université de Toulon
UMR 7320 et EA2649
y.bardiere@laposte.net

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals