Skip to navigation – Site map

Les doubles modaux anglais, témoins d’un changement de catégorie

Patrice Larroque
p. 117-134

Abstract

Current English varieties have a class of modal verbs which are syntactically and morphologically irregular. In Standard English these verbs do not have a third person -s present tense inflection, an -ing form, a past participle; they do not permit a direct object and are not followed by another modal verb.
While a double modal construction was possible in Early Modern English and is still found in some regional non-standard varieties in the southern states of America, the north of England (in the Midlands), and Scotland, it is no longer in use in Standard English.
Although such structures as
I might could be able to visit ..., I’d might just let you know, She shouldn’t ought to be there, We’ll shall go, erm, go to the market, are now accounted mistakes, they are nonetheless diachronically and synchronically interesting. Historically, English has, between the 16th and the 19th century, undergone a category change and innovated a new class of verbs. From a synchronic point of view, double modal constructions may bring out, among other things, the root and the epistemic readings of a modal.
The study, therefore, confronts the modal system in the English grammar, past and present, with current double modal constructions in an attempt to account for the grammaticalness of the latter.

Top of page

Full text

Introduction

1Les variétés d’anglais actuelles ont une classe de verbes modaux pour exprimer le possible, le nécessaire, le contingent. En anglais standard, ces verbes n’ont pas de forme en V-ing, ni de participe passé. Ils ne permettent pas non plus de complément d’objet direct, n’ont pas d’inflexion -s à la troisième personne du singulier au présent et ne sont pas suivis d’un second modal. Cette tendance est généralement observée à l’exception de quelques variétés non-standard, notamment dans le sud et le sud-est des Etats-Unis, dans le nord de l’Angleterre (dialecte des Midlands) et en Ecosse. En voici quelques exemples:

(1) a. I might could be able to visit later one (US, the Columbia Guide to Standard American English)
b. She
shouldn’t ought to be here (US, ibidem)
c. OK, erm, I’ve got I just thought I’
d might just let you know that… (UK, extrait de conversation, partie orale du BNC)
d. Erm, the next one we’ll shall go, erm go to market will do (UK, extrait d’un commentaire sur les tableaux de Gauguin, partie orale du BNC).

2Les combinaisons (1a-d) sont bien évidemment impensables et proscrites en anglais standard d’aujourd’hui, mais elles ont un intérêt à la fois diachronique et synchronique. De plus, ce type de construction n’est pas véritablement une innovation de la langue anglaise. Il était possible au début de l’anglais moderne, mais ne l’est plus dans les formes standard nationales alors qu’il existe dans d’autres langues germaniques. L’anglais a, entre le xvie et le xixe siècle, fait subir aux modaux un changement de catégorie et « inventé » une nouvelle classe de verbes.

3Du point de vue synchronique, une construction présentant deux verbes modaux consécutifs est susceptible de faire ressortir le double statut, radical et épistémique, que peut avoir un auxiliaire de modalité, les deux opérations seraient explicitement marquées en surface (Brown 1991 : 76-77 ; Abraham 1998 ; Denison 2000 : 4 ; Larroque 2005 : 212-213, Brandstetter 2006). Nous définirons plus loin ces deux types de relations modales, précisons simplement que cela concerne les relations sujet-prédicat et énonciateur-énoncé.

4Le problème posé par les doubles modaux a fait l’objet de nombreuses discussions qui pour la plupart abordent le phénomène sous l’angle syntaxique et grammatical, sans s’interroger sur les opérations entrant en jeu dans la production d’un énoncé. Boertien (1986) analyse certaines constructions à doubles modaux comme deux verbes formant un nœud verbal unique, et d’autres comme deux auxiliaires. Di Paolo (1989) considère que ces constructions sont en réalité des verbes modaux composés, des éléments représentant une seule unité lexicale. Battistella (1995) redéfinit l’un des deux modaux comme un adjuvant adverbial et Van Gelderen (2003) soutient que le second modal est un infinitif (sans to). Ces analyses supposent que les constructions modales ne contiennent qu’un seul élément modal et que l’autre partie de la structure est un ajout, un complément, voire un déterminant (Turner 1981). Pour Brandstetter (2006), en revanche, chacun des deux modaux fonctionne indépendamment en tant que noyau d’une relation prédicative distincte, mais elle ne tient pas compte de la position de celui ou celle qui produit l’énoncé, ce qui me paraît fondamental lorsqu’on traite de modalité. En effet, la question de l’identification des sujets (énonciateur/co-énonciateur et sujet de l’énoncé) se pose pour tout travail sur les modaux. Parler de modalité déontique, par exemple, implique que l’on sache précisément de qui elle émane et à qui elle s’adresse.

5L’étude qui suit confronte le système des modaux dans la grammaire anglaise, passée et présente, avec des productions dans lesquelles apparaissent deux de ces verbes consécutifs. Elle s’appuie sur un corpus d’exemples qui comporte deux volets. Le premier appartient à la diachronie du vieil et du moyen anglais ; l’autre est essentiellement une collection des combinaisons de modaux les plus courantes attestées en anglais actuel britannique et américain. Par l’analyse de ces constructions, on tentera de définir les valeurs et les fonctions des deux opérateurs, ceci dans une perspective énonciativiste (utterer-centered), c’est-à-dire en considérant le rapport de l’énonciateur à son discours.

1. Le système des modaux dans la grammaire anglaise, passée et présente

6En anglais contemporain les modaux appartiennent à une catégorie de verbes qui présentent des différences importantes par rapport aux autres verbes. Ces différences sont d’ordre syntaxique, morphologique et sémantique. Elles sont héritées de formes plus anciennes et d’un comportement qui les a séparées des autres verbes (Crépin 1994 : 145 ; Stévanovitch 1997 : 7).

1.1. Des formes anciennes

7Les ancêtres des modaux anglais figurent parmi les membres de la classe des perfecto-présents. On peut y ajouter will, issu de l’ancien subjonctif de willan ; le modal þurfan (avoir besoin, être nécessaire) sera plus tard remplacé par le verbe vieil et moyen anglais neodian que l’on retrouve en anglais contemporain sous la forme need. Les perfecto-présents sont des verbes irréguliers dont la forme passée est employée comme présent avec valeur d’accompli, sémantiquement assez proche de have + V-en dans l’expression I have got ( = j’ai) en anglais contemporain, devenue maintenant un simple présent. Must et ought, par exemple, sont de véritables perfecto-présents en ce sens qu’ils sont historiquement des passés à valeur de présent. En anglais américain on peut également citer la forme I got dont on infère la valeur de présent du contexte (I got > I have, j’ai acquis > je possède). La catégorie des perfecto-présents comprenait également des verbes non modaux tombés en désuétude depuis longtemps.

1.2. Une nouvelle catégorie de verbes

8Il semble qu’en vieil anglais les modaux partageaient les mêmes caractéristiques syntaxiques et morphologiques que les autres verbes. Autrement dit, le vieil anglais avait une seule catégorie de verbes qui incluait les modaux (Lightfoot 1979 ; Denison 1993 ; McMahon 1994). Ils avaient une forme infinitive, des désinences verbales et une complémentation « normale », y compris un complément d’objet (Lightfoot 1979 : 100 ; Denison 1993 : 327 ; Bauer 1994 : 23-24), par exemple :

9Transitivité:

(2) and he wiste hire fær, (…)
(…) and hwæt hēo
wolde þær.
and he knew about her life, (…) and what she wanted there (Aelfric of Eynsham, La Vie de St-Basile, 636-637, c.1000)

(3) Binnam þrym nihtum cunne ic his mihta
Within three nights may I know his powers (Anglo-Saxon Metrical Charm 9.14, « Charme contre le vol de bétail »)

(4) For by the feith I shall to God, I wene
For by the faith I owe to God, I believe (G. Chaucer, The Court of Love, 131, 1346)

(5) Let the priest in surplice white
That defunctive music
can. (Shakespeare, The Phoenix and the Turtle, 14, 1601)

10Intransitivité:

(6) They can well on horse back. (Shakespeare, Hamlet, IV, vii, 84)

11Subordonnée en that:

(7) Nou ich wille þet ye ywyte hou hit is ywent.
þet þis boc is ywrite mid Engliss of Kent.
Now I wish that you knew how it has happened. That this book is written in English of Kent (Dan Michaelis of Northgate, Ayenbyte of Inwyt, 1340)

12Suivi d’une préposition :

(8) …þā hī tō scipan woldon
when they wanted to go to their ships (Chronique anglo-saxonne, Anno 1009, Laud )

(9) I will not out of doors, Ile not over the threshold… I will not foorth. (Shakespeare, Coriolan, I, iii, 71)

(10) Sister, farewell; I must to Coventry. (Shakespeare, Richard II, I, ii, 56)

13Leur comportement syntaxique en anglais moderne a contribué à les démarquer des autres verbes, et à innover une classe de verbes qui ont peu à peu perdu une partie de leur contenu sémantique et développé des propriétés syntaxiques d’auxiliaires, notamment quand certains de ces verbes ont cessé d’être employés avec un complément d’objet direct (Crépin 1994 : 145). Il s’agit donc bien d’une grammaticalisation assortie d’un changement de catégorie qui a commencé vers le xve siècle, au début de l’anglais moderne.

1.3. Les doubles modaux

14A cette époque des constructions avec deux modaux consécutifs étaient possibles. Ceux-ci appartenaient à une classe de verbes germanique ayant des propriétés de verbe à part entière et qui pouvaient par conséquent se combiner librement (comme c’est le cas en allemand moderne) dans la langue standard. Visser (1966-2002 : §§1649-1685) indique par exemple que le schéma shall can était très usité et que may précédé de shall était fréquemment employé en moyen anglais et a persisté jusqu’au milieu du xvie siècle. D’autres combinaisons étaient également possibles:

(11) … and he saith he wot not well that he should not con don it and therefore I suppose he shall not abide. (The Paston Letters, « Margaret Paston à John Paston I », 24 Dec. 1459)

(13) Who this book shall wylle lerne, may well enterprise or take on honde merchandises fro one land to another. (Caxton, Dialogues, 3. 37, c. 1483)

(12) I fear that the emperor will depart thence, before my letters shall may come unto your grace’s hands. (Cranmer, Letters in Miscellaneous Writings, II, 237, 1532)

(14) We cannot dare read the times and seasons of Prophecy. (Macduff, Memories of Patmos xi. 153, 1871)

15Dans ces constructions on peut analyser le second modal comme un infinitif (bare infinitive), forme non finie du verbe (Denison 2000 ; Van Gelderen 2003). En tant que telle, cette forme verbale est une forme dépendante qui doit être repérée relativement à un autre élément, en l’occurrence le premier modal. En vieil anglais les modaux ne sont pas suivis de la forme to + infinitif, peut-être parce que la particule to introduit une proposition finale, une intention ou un objectif à atteindre, ce qui n’était sans doute pas compatible avec le sémantisme des modaux. Par conséquent, ought excepté, les modaux apparaissent aujourd’hui suivis d’une base verbale (McMahon 1998 : 117).

16Cependant, une des caractéristiques des modaux en anglais contemporain standard est de ne pas avoir de formes non finies, c’est-à-dire pas de formes impersonnelles du type V-ing (il en reste quelques traces avec willing et cunning qui sont devenus des adjectifs), de participe passé, de to + V, ce qui a pour conséquence qu’un modal ne peut pas véritablement être considéré comme un infinitif et ne peut pas (ou plus) suivre un autre modal dans le même syntagme verbal. Ceci se comprend aisément dans la mesure où le rôle de cet opérateur est essentiellement de « moduler l’assertion » (Adamczewski 1982 : 143).

17Il est probable que leur grammaticalisation progressive motivée par un désir d’expressivité énonciative a favorisé le passage de l’état de verbe à l’état de mot-outil, métalinguistique, perdant ainsi toute forme non finie.

2. Les constructions modales en anglais contemporain

2.1. Morphologie et syntaxe

18La morphologie des modaux en anglais contemporain est bien connue et assez simple. Ils ont presque tous deux formes, un présent et un passé qu’on peut qualifier d’irrégulier, et ne sont pas fléchis (pas de flexion verbale). Du point de vue de la syntaxe, nous avons vu que les modaux sont complétés par un verbe à l’infinitif (sans to), mais pas par un autre modal. En règle générale les modaux se comportent syntaxiquement comme des auxiliaires, et comme les auxiliaires ils partagent les propriétés et les fonctions grammaticales de be, have et do (ils ont une forme négative et ils interviennent dans l’inversion sujet-prédicat des énoncés interrogatifs et dans l’emphase).

2.2. Les constructions avec deux modaux

19Certaines variétés d’anglais contemporain permettent des constructions avec deux modaux consécutifs. Ces combinaisons sont généralement assez limitées. Les exemples qui suivent proviennent de ma propre recherche sur la modalité (en consultant en particulier la partie orale du British National Corpus et certains sites et forums de discussions américains faisant apparaître des combinaisons de modaux), ainsi que d’exemples d’auteurs qui ont considéré la question des doubles modaux (notamment Brown 1991 ; Nagel 1995 ; Brandstetter 2006). Dans les variétés britanniques can/could occupent habituellement la seconde position et les associations will can et might could sont les plus courantes, ce qui n’exclut pas bien sûr d’autres combinaisons.

(15) If they’re already in College, you might could well be because you’re looking at making sure that they, they fullfil what is a dream for you and for them. (Abbey life introduction course, enregistré le 25 jan. 1994, partie orale du BNC)

(16) She might could do it if she had time. (Nagle 1995:208)

(17) He’ll can do it. (Hawick Scots, Brown 1991:76)

(18) Ploughmen and horsemen were the elite of farm workers and the sons would could only aspire to do what they did. (Orkney Sound Archive tape : extrait d’une interview enregistrée le 13 août 1987, partie orale du BNC)

20Dans les états du sud des Etats-Unis on trouve des combinaisons avec may, might ou must en première position suivis de can, could, should, will, would, les paires may can et might could étant semble-t-il très fréquentes :

(19) The participants are asked to choose two of the ideas that they might could adapt for use in their classes. (Brandstetter 2006)

(20) I think you may can find your special dog there, just waiting for you (Karen Marie Moning, forums: « Help me pick a dog », fév. 2008)

(21) As you may can see, this stage takes place in a mine factory. (Dux Dreamcast : http://www.blog.hucast.net, oct. 2008)

21D’autres combinaisons avec will shall et should ought paraissent plus problématiques car apparemment redondantes :

(22) Well, I’ll shall certainly write and tell mother she’s mistaken (Conversation enregistrée en 1991, partie orale du BNC)

(23) I’ll shall have to take you out there, won’t I? (Conversation enregistrée en 1992, partie orale du BNC)

(24) Yes please, small. Oh yes, I’d should think she’s only small (Conversation enregistrée en 1991, partie orale du BNC)

(25) » If he doesn’t play golf, I think he should ought to learn. » (Time, 22 sept. 1940)

(26) She should ought to be here. » (The Columbia Guide to Standard American English, « Double modal auxiliaries », 1993)

22A noter que la combinaison should ought est aujourd’hui assez courante, mais comme les autres elle est non-standard.

23Cependant, les tournures avec deux modaux, plus qu’une survivance du passé, font encore aujourd’hui partie intégrante de la grammaire de certains dialectes régionaux comme le Scots, le Tyneside ou l’anglais du sud des Etats-Unis. En moyen anglais il n’y avait que des dialectes et chacun s’exprimait dans la langue de sa région. Dans l’énoncé (7), par exemple, il est fait mention de l’anglais du Kent, pour Chaucer (4) et Caxton (13) c’était le parler de Londres, pour Margaret Paston le dialecte des Midlands de l’est. La chronique anglo-saxonne, (3) et (8), plus ancienne, reflétait la langue du Wessex. Le Scots (exemple 17), enfin, n’est autre que le dialecte de l’anglais du nord de l’Angleterre parlé dans la région sud de l’Ecosse et connue jusqu’au xvie siècle sous le nom d’Inglis (Freeborn 1998 : 163). Aux Etats-Unis la diversité dialectale est somme toute beaucoup moins marquée du fait de la jeunesse de son histoire linguistique, mais la langue partage de nombreux traits avec les dialectes venus de Grande Bretagne. Ainsi les dialectes sont des variétés d’une même langue, intelligibles mutuellement, qui ont en commun un certain nombre d’éléments lexicaux et grammaticaux. Il n’y a pas de frontière objective entre les dialectes. De plus, ceux-ci attestent d’usages en vigueur au début de l’anglais moderne jusqu’au xixe siècle (cf. les exemples 11-14) qui n’ont pas été affectés par la disparition des schémas grammaticaux avec deux modaux et l’introduction progressive de constructions périphastiques du type modal + be able to, be going to ou have to que l’on peut observer dans la langue standard et qui suggèrent une réanalyse grammaticale et subjective des verbes modaux.

24De ce point de vue, les séquences de modaux permettent en effet d’expliciter en surface la double relation que la modalité établit avec l’énoncé et son contenu.

2.3. Une double relation

25En matière de modalité la tendance générale est de distinguer deux interprétations, épistémique et radicale. La modalité épistémique porte sur la totalité de la relation prédicative. Elle concerne le rapport entre le contenu informationnel de l’énoncé et l’énonciateur qui évalue les possibilités d’actualisation de la relation prédicative en se fondant sur ce qu’il connaît de la situation. Ce sens s’est apparemment développé à partir de la modalité radicale, notamment déontique, avec l’emploi de plus en plus fréquent des formes pour marquer la subjectivité de l’énonciateur (Traugott 1989). La modalité radicale, quant à elle, relie le sujet au prédicat, elle s’appuie sur le sujet de l’énoncé, elle le caractérise en quelque sorte.

26Ainsi il est tout à fait naturel de penser à cette double fonction lorsqu’on a affaire à des constructions avec deux modaux consécutifs et de poser la question de l’ordre syntaxique des deux opérateurs, chacun pouvant avoir une valeur distincte, un sens différent relativement aux autres éléments de l’énoncé.

3. Valeurs et fonctions linguistiques

3.1. Les valeurs linguistiques

3.1.1. La valeur linguistique d’un composant

27La valeur linguistique d’un composant se définit par rapport au sens qu’il prend dans un contexte. Par exemple, nous avons vu qu’on peut, dans les constructions avec deux modaux, analyser le second modal comme un infinitif (au même titre qu’un verbe lexical) qui est une forme non finie, un contenu notionnel, et qui a par conséquent une réalisation sémantique radicale. Dans les énoncés qui suivent le premier modal est épistémique (Boisson 1993 : 100 ; Nagle 1994 : 205-206 ; Larroque 1999 : 89-190, 2005 : 212 ; Elsman & Dubinsky 2009 : 78).

(27) Now, if you are in the market for parts, you may can find some help in this area too even if it is just a car show and not a swap meet. (Annonce, 28 mai 2008, www.old-car-parts.com)

(28) You may can find more information throughout the website. Here are some areas that may help. (Omega 3, « Learning for Health and Medecine », 2008)

28Le modal may vient qualifier la relation <you-can find> qui s’appuie sur un rapport de type radical, non épistémique ; can en (27) et (28) traduit l’aptitude physique et intellectuelle du sujet. D’autre part, les relations <you-can find some help> et <you-can find more information> font l’objet d’une préconstruction: « if you are in the market for parts » en (27) et « more information » en (28). Le rapport entre les deux pourra être représenté ainsi :

you may [you can + Prédicat].

29On a donc deux opérations : une première opération qui caractérise le sujet en lui attribuant une aptitude, une capacité (you can), et une seconde opération qui présente cette caractérisation comme contingente (may épistémique). Il semble que l’ordre soit contraint. Il existe en effet une relation logique entre les interprétations radicales et épistémiques. Lorsque le modal reçoit une interprétation épistémique il est « opérateur de phrase », c’est-à-dire que l’argument du prédicat est une proposition (Sueur 1981 : 168), et par conséquent il porte sur l’ensemble de la prédication. Ainsi, la première modalité correspond à la prise de position de l’énonciateur par rapport à la relation prédicative. Lorsqu’on n’a qu’un seul modal, c’est la modalité épistémique qui est représentée dans la mesure où elle permet d’indiquer le recentrage sur l’énonciateur. L’ordre syntaxique traduit iconiquement en surface cette hiérarchisation. En anglais standard on aura trois interprétations possibles pour (27) et (28) :

a. you can find some help in this area/more information

b. you may find some help in this area/more information

c. you may be able to find some help in this area/more information

30Can dans (a) exprime une possibilité inhérente au sujet you : c’est le fait de consulter le marché des pièces détachées ou le site internet qui rend possible l’accès à l’aide ou à l’information (it is possible for you to find) ; dans (b) et (c), may énonce un jugement sur les chances d’occurrence du procès. La modalité épistémique n’est représentée que dans (b) et (c). Dans (c) be able to, qui n’est pas à proprement parler un modal (il est parfois appelé semi-modal parce qu’il renvoie à la possibilité), rend explicite la valeur radicale de can.

3.1.2. La même analyse

31La même analyse peut être faite pour les combinaisons du type might could dans les énoncés (15) et (29) ou would could dans (30). Cependant, si l’on considère que le second modal est à l’infinitif, comment expliquer qu’il apparaisse sous la forme du prétérit ?

(29) Do you know anybody that’s got that much? Erm, a lot of people have got, maybe, five thou, three thousand. Depends how much ma if you, maybe new PC these days, it would normally have it already on it four thousand K of memory, and three thousand left could be converted to expand memory, but it’s not worth it only use five hundred K of it probably. And you might could try a thousand K, erm, with the other programs, if you start using Windows, you need to use the software called Microsoft Windows if you’re going to use one to four. And yet, that would use all that memory. But, er, one two is that, you can’t use all the memory you’ve got. Erm, the short section here on useful formulae, in fact, basically just one formula, It’s in useful design. Erm… (Séminaire Longman Group UK Ltd Lotus 123, enregistré le 26 nov. 1993, partie orale du BNC)

(30) … it’s fortunate for us Chairman that Mr. isn’t a member of the Environment committee because if that’s the kind of contribution he’s prepared to make on these occasions we would could well do without it. (Hertfordshire County Council : Environment Committee Meeting, enregistré le 11 jan. 1994, partie orale du BNC)

32Etant établi que le premier modal reflète la subjectivité de l’énonciateur, on peut d’abord analyser la forme du second modal comme une concordance des temps, mais alors que penser des combinaisons de (31) et (32) ?

(31) I think it’s a bit cheesy. Moulin Rouge is way over the top. Intentionally so. (…) I think the 40’s glam look would work. (…) I saw a platinum wedding when they used a 1940’s hollywood theme. They did the names in lights and reels. You may could see if you could find pictures from that and get some ideas there. (Yahoo! Answers. Question: I want to have a Moulin Rouge theme wedding. Any ideas or is this a bit cheesy? Août 2008)

(32) … because as you probably know Clyde was looking into a program which will could alleviate a lot. Yes I know. (Conversation enregistrée en avril 1992, partie orale du BNC)

33Une explication possible serait de considérer could comme un modal réanalysé en présent comme must et ought (les perfecto-présents, § 2.1.). On peut également comprendre cette forme comme une marque de désactualisation de la relation prédicative : en (31) le contexte est hypothétique (cf. if you could find pictures from that…) et le sémantisme d’alleviate en (32) indique seulement une atténuation, une actualisation partielle. De plus, la forme could est susceptible de s’interpréter de manière épistémique comme dans l’exemple (33) :

(33) It comes with three cartridges. You know those ones you click on and then you put bullets buying air gun. Is that air gun good? Yeah very good? What’s it like? Is it? Have you seen it?, Yep, yeah sure? Fifteen pounds metal ball bearings, yeah I would could’ve done, probably shoot myself. Joe’s got one shoot a cat’s tail off, it can shoot a cat’s tail off Joe shot a pigeon I know,… (Conversation, 1985-1994, partie orale du BNC)

34Dans cet énoncé les deux modalités paraissent épistémiques. La première, would, signale la relation directe entre l’énoncé et l’énonciateur : sa position vis-à-vis de la relation <I-do> qui a déjà fait l’objet d’une prise en charge énonciative (cf. yeah qui marque l’ancrage direct sur l’énonciateur). Le modal could associé à have + V-en peut être lui aussi interprété comme ayant une valeur épistémique, c’est-à-dire que l’énonciateur apprécie les possibilités de réalisation « observables » (have + V-en) à un moment donné du procès do. Il y a là une double distance énonciative par rapport à la relation <I-do> : d’une part, l’actualisation du procès est incertaine (cf. probably), et d’autre part, l’énonciateur revient sur la prédication pour réduire la possibilité de son actualisation (cf. le contexte). Dans ce cas précis le second modal rejoint l’épistémique mais conserve néanmoins l’essentiel de sa valeur radicale : il en aurait été capable, mais ne l’a pas fait. L’effet épistémique est rendu par la référence à une situation décalée marquée par have + V-en.

35A l’instar de would, abordons maintenant un autre aspect de l’épistémique, l’expression de la prédiction.

3.1.3. La prédiction concerne principalement les modaux will et shall

36La prédiction concerne principalement les modaux will et shall qui semblent avoir des affinités à la fois avec des valeurs épistémiques et des valeurs radicales.

(34) I’ll prepare the dinner I’ll have it with you when you come back tonight I mean I’ll prepare I’ll, I’ll have it when you, I’ll have it with you when you come back alright, whatever you say, right there doesn’t seem to be so much mess as usual in fact I might not even need to vacuum the floor, need I? If I pick that bit of paper up off there what is it erm I’ve forgotten, right are you watching this? Yeah, right, I’ll shall go and do some work in the kitchen … (Conversation, avril 1992, partie orale du BNC)

(35) Oh god. All six foot of him. Oh poor soul. Oh Jesus how can you! No darling you mustn’t do that, I’ll shall, I’ll shall take your cup out. Let her get on with it? (Conversation nov.-déc. 1991, partie orale du BNC)

37L’exemple (34) présente toute une série de I’ll (I’ll prepare, I’ll have it with you, etc.) qui peut être perçu comme une marque de futurité. Mais dire que ’ll (will et /ou shall) est un auxiliaire du futur et appartient à cette catégorie grammaticale nous semble être un raccourci illusoire. Il y a deux raisons à cela : d’une part, le renvoi à l’avenir est indiqué dans le contexte (cf. when you come back tonight) et, d’autre part, le futur est une projection du présent, une prise de position énonciative par rapport à une situation fictive, et en cela il est de nature épistémique, modale (Jespersen 1924 : 260 ; Perkins 1983 : 42 ; Rotgé 1993 : 159-161). Ici, si l’on en croit le contexte (cf. Yeah, right), I’ll établit un lien entre l’énoncé, la relation prédicative et l’énonciateur qui la déclare prévisible. Il s’agit en fait d’une prise de décision. On peut bien sûr analyser la combinaison I’ll shall comme un doublement du même modal dans la mesure où les deux opérateurs sont liés à la prédiction. I’ll shall go and do some work int he kitchen peut se reformuler en

- I’ll go and do some work in the kitchen
- I shall go and do some work in the kitchen,

38paraphrases dans lesquelles will/shall peuvent être assortis d’une valeur métalinguistique, car I shall go and do some work in the kitchen est probablement plus emphatique (intensité liée à l’engagement, au devoir) et ressemble davantage à un rapport discordant entre sujet et prédicat exprimé dans le cotexte par le questionnement (cf. I might not even need to vacuum the floor, need I?, If I pick that bit of paper…, right are you watching this?).

  • 2  Même si morphologiquement on peut penser que I’ll est la contraction de I shall dans ce type de co (...)

39Dans l’énoncé (35), I’ll shall apparaît dans un contexte fortement modalisé. Il répond d’abord à l’énoncé exclamatif How can you !, puis à you mustn’t do that, ce qui exclut l’interprétation « renvoi à l’avenir ». En revanche, on peut dire que l’opérateur ’ll marque l’ancrage sur l’énonciateur (cf. No darling) qui juge la relation inéluctable, voire nécessaire. I shall s’oppose à you mustn’t et en ce sens il est déontique et vient confirmer, garantir le caractère obligatoire de la relation et la détermination du sujet. Dans cette combinaison on ne peut pas véritablement parler de valeur épistémique et radicale pour caractériser will et shall. On n’a pas non plus affaire à un phénomène de redondance : il ne s’agit pas du doublement du même modal2 puisque ce sont là deux opérations qui se situent à des niveaux différents dans la prédication. Comme pour les cas étudiés précédemment, la première modalité marque l’attitude, la prise de position, le jugement de l’énonciateur quant à la relation prédicative. La seconde est directement impliquée dans la relation et concerne le contenu informationnel de l’énoncé. En anglais standard où n’apparaît qu’un seul modal, c’est la modalité énonciative qui est exprimée (sous la forme contractée ’ll) pour autant qu’elle permet de marquer la position ultime, le centrage sur l’énonciateur par rapport à son discours. On aura donc pour (34) et (35) respectivement:

(34’) I’ll go and do some work in the kitchen

(35’) I’ll take your cup out.

40La conséquence de ceci est la neutralisation de l’opposition will/shall et de leurs valeurs radicales. Ajoutons que dans la combinaison ’ll shall, shall est accentué comme un verbe lexical et interprété dans son sens d’obligation morale, alors qu’inaccentué il correspond à son emploi épistémique, énonciatif. Toutefois, shall conserve sa qualité d’auxiliaire, comme c’est le cas dans l’exemple (36) lorsqu’il apparaît sous sa forme négative :

(36) That’s right they only have it off the and when it comes to the… There’s a bit of apple there. There, that’s OK, don’t worry, do you need to go to the toilet? Have a look see, got a bit of apple there. Yeah, please do go to the toilet before my cake come on. He’ll want to go to the toilet when you start blowing the candles out little horror. I’d should go too if I were you. Nip off quick, do you need to go? Before we get the candles for mummy’s cake before the cake, right wet seat. Who did. Over here. Where? There. I think it will be nice if you sat on your chair, don’t you think it will nice if he sat on his chair? Oh definitely, spoil the if you don’t. I’ll shan’t think that you’re there if you do, go on. Go. (Conversation enregistrée en mars 1992, partie orale du BNC)

41Dans cette suite, ’ll traduit la position de l’énonciateur sur ce que le sujet (I) doit penser. C’est par conséquent shall qui porte la négation.

42Conjuguée au passé la combinaison ’ll shall devient ’d should. L’exemple (36) présente aussi un cas de conditionnel d’irréalité :

I’d should go too if I were you

43Should qui a une valeur d’atténuation est rarement employé en tant que contrefactuel ; il est ici dans un emploi déontique, radical. Le contrefactuel est ainsi marqué par la forme contractée de would (’d). Dans l’énoncé (24) cité plus haut, ’d indique l’ancrage sur l’énonciateur, ancrage explicité par Oh yes. Should a ici une valeur de détermination qui est une des interprétations possibles de shall.

44En première position should peut également se combiner avec ought (to), ce qui constitue un autre cas d’apparente redondance.

3.1.4. Should ought

45Should ought est une construction plutôt courante dans le sud des Etats-Unis. Les deux modaux qui la composent expriment l’obligation personnelle ou une certaine forme de nécessité ou d’incertitude quant à l’actualisation du procès. Rappelons d’abord qu’ought est une forme fixée, établie depuis le début de l’anglais moderne dans sa forme de passé et dans sa valeur de présent. Pourtant, en anglais contemporain il peut se comporter soit comme un modal, soit comme un verbe lexical. Pour certains locuteurs les formes oughtn’t (modal) et didn’t ought (lexical) sont possibles, sans oublier ain’t ought et hadn’t ought en anglais non-standard. Soit l’exemple suivant:

(37) (A new, woman-only homemaking course at one of the largest Southern Baptist seminaries has gained media attention as it reignited debate over the biblical role of women.)
Paige Patterson, president of the seminary in Forth Worth, Texas, said that by offering the course, the school is not saying women should stay at home but that « if a woman chooses to stay home and she chooses to devote her energies to her husband and to her children and to the development of her home that is noble and not ignoble and we feel that she
should ought to have the opportunity, » he said on Fox News Channel. (Baptists debate New Seminary Degree in Homemaking, Audrey Barrick, The Christian Post, 15 Août 2007)

46Dans l’énoncé souligné, should, repris du contexte amont the school is not saying women should stay at home, établit par sa valeur de jugement interne une relation directe entre l’énoncé et l’énonciateur. Ce dernier reprend should pour donner son avis. Ought au contraire renvoie à la relation prédicative à récupérer dans le contexte amont : il s’agit de quelque chose qui relève ou d’un choix social ou du rôle (biblique) des femmes (if a woman chooses to stay home and she chooses to devote her energies to her husband …) L’alternative (have the opportunity) qui échoit au sujet she, extérieure à la situation d’énonciation, porte sur ought. Ainsi dans la suite should ought, should traduit le jugement du président du séminaire quant à ce que devrait faire la femme. Dans le cas où n’apparaît qu’un seul modal, le choix se fera selon que l’énonciateur privilégiera son propre jugement (should, cf. we feel) ou les possibilités que les femmes doivent ou devraient avoir (cf. ought to have the opportunity).

47Le contexte (38) de l’exemple (25) explicite cette valeur de contrainte atténuée dont l’effet de sens le plus usuel est le conseil (cf. His resounding advice) :

(38) Emerging as a Congressional candidate, Mr. Frees stood on his head while he made campaign speeches, promised, if elected, to do backflips up the Capitol steps. His resounding advice to Congressman Schaefer: « If he doesn’t play golf I think he should ought to learn. In case fishing was bad, he could pass his time away easier without having to worry so much about something to do. »

48En effet, avec ought Mr. Frees suspend la contrainte à une hypothèse externe (if he doesn’t play golf) en même temps qu’il montre sa propre prise de position avec should (I think).

3.2. Fonction des deux opérateurs

49Définir la fonction d’un opérateur, c’est préciser le rôle grammatical et la place de cet opérateur dans l’énoncé. Nous avons vu qu’il y avait une hiérarchie dans l’enchaînement des deux modaux et que la distinction présent/passé n’avait pas d’importance grammaticale, du moins en ce qui concerne le second modal. En réalité, on peut considérer qu’à cette place-là, can, could, may, might, shall, should, will, would et must, sans parler de ought, sont des opérateurs distincts assortis d’un sémantisme propre. Peut-être n’est-il pas pertinent de décrire could comme le prétérit de can ou should comme la désactualisation de shall, même si à l’origine le premier est la forme passée du second. A l’instar de must, passé utilisé dès le moyen anglais comme présent et qui par conséquent n’a pas de prétérit en anglais moderne (Stévanovitch 1997 : 87), could, might, should et would peuvent être réanalysés comme des présents (des infinitifs ? compte tenu de l’ambiguité de la forme) avec nuance d’atténuation. Dans les exemples étudiés les deux modaux ne renvoient pas au même niveau de l’énoncé. Le premier modal fonctionne comme auxiliaire, en ce sens qu’il localise la relation prédicative par rapport au locuteur, il a une fonction énonciative. Dans ce cas la nuance de forme présent/passé sera analysée comme une distance prise par l’énonciateur vis-à-vis de la relation prédicative. En revanche, le second modal, dont la fonction se rapproche de celle des verbes lexicaux, s’applique au niveau du contenu discursif. Il relie le prédicat au sujet.

50On peut donc dire que dans une construction avec deux modaux consécutifs, chacun d’eux renvoie à une opération distincte, et explicite en surface les deux valeurs dévolues aux auxiliaires de modalité, radicale et épistémique, cette dernière étant exprimée d’abord puisqu’elle est directement liée au jugement de l’énonciateur sur le contenu propositionnel représenté par la relation prédicative.

51Un rapprochement est bien sûr à faire avec les adverbes maybe, perhaps, possibly, necessarily, probably, certainly, etc. qui assument en anglais standard les mêmes fonctions linguistiques. Traugott (1989) rappelle notamment que l’interprétation épistémique des modaux s’est développée en moyen anglais à partir d’adverbes épistémiques comme nedes (needs en anglais moderne), « sans aucun doute, nécessairement » dans (39), (40), (41) et (42) :

(39) He that dooth goode and doth not goodly… must nedes be badd. (Usk, Testament of Love 109, 90, 1385)

(40) … the face I had a glimpse of… but the fruit must needs be delicious, the tree being so beautifull. (Middleton, Spanish Gipsie, I, i, 16, 1623)

(41) … And upon this Head I should be glad you would bestow some Advice upon several young Readers in our Churches, who coming from the University, full fraught with Admiration of our Town Politeness, will needs correct the Style of their Prayer Books. (Extrait d’un article de J. Swift publié en 1710 dans le journal The Tatler, n° CCXXX, voir également Freeborn 1998 : 378)

(42) Must he needs die? (Shakespeare, Measure for Measure, II, ii, 48)

52La valeur épistémique a ensuite été transférée de l’adverbe sur le modal comme dans (43) et (44) où must dit la confiance de l’énonciateur quant à l’actualisation du procès.

(43) Thou old, unhappy traitor
Briefly thyself remember: The sword is out
That
must destroy thee. (Shakespeare, King Lear, IV, vi, 227-229)

(44) … even by Swift, Temple, Addison, and other writers of the highest reputation; some of them, indeed, with such shameful impropriety as one must think must shock every English ear. (R. Baker, Reflections on the English Language, 1770, cité dans Freeborn 1998: 384-5)

53Soulignons cependant que l’emploi de needs n’a pas induit, notamment avec must, que des valeurs épistémiques. Dans l’exemple (45), l’adverbe exprime l’absolue nécessité, quelque chose d’inévitable:

(45) My poor body, madam, requires it; I am driven on by the flesh, and he must needs go that the devil drives. (Shakespeare, All’s Well that Ends Well, I, iii, 26-27)

54Needs est ici un marqueur d’intensité. De plus, il convient de prendre en compte le rôle de l’évolution du verbe motan qui à l’origine a le sens concret « avoir le droit » et qui acquiert dès le moyen anglais un sens plus intériorisé de nécessité consciente, d’obligation (cf. Stévanovitch 1997 : 87), ce que Traugott appelle la « subjectification », c’est-à-dire une implication énonciative croissante par rapport à ce qui est dit. Cette subjectification est attestée non seulement par les semi-modaux (be going to, have to,…), certains adverbes épistémiques (probably, possibly,…) et quelques connecteurs concessifs (while, still, …), mais aussi par l’ensemble du système des modaux, et a contribué au développement de leur valeur épistémique (1996 : 201).

55En anglais contemporain standard lorsqu’il y a deux modalités exprimées dans le même énoncé on aura un modal et un adverbe. L’énoncé (28) par exemple peut s’interpréter de deux manières différentes :

a. You may find more information throughout the website

b. Maybe /Perhaps you can find more information throughout the website

56May en (a) est la seule modalité (épistémique) représentée, en (b) on a deux marques de modalité en surface, l’adverbe maybe/perhaps qui porte sur la totalité de la relation <you-can find>. Can a une valeur radicale et l’adverbe qui vient avant can dans la séquence marque l’ancrage sur l’énonciateur. Dans les deux cas la relation épistémique est privilégiée par rapport à la modalité radicale. Enfin la conversion de you may can find en maybe you can find fait apparaître pour exprimer le contingent l’adverbe maybe, formé de may + be, c’est-à-dire à partir du modal may que l’on retrouve dans l’énoncé non-standard.

Conclusion

57L’analyse, certes incomplète, des constructions avec deux modaux consécutifs permet de mettre en évidence un certain nombre de traits et fonctions linguistiques. Il n’est pas rare en langue de rencontrer deux formes de modalité dans un même énoncé ; il est inhabituel, en revanche, de trouver deux auxiliaires modaux là où en anglais contemporain standard un seul modal est admis.

58Loin d’être une combinaison redondante, les deux modaux explicitent en surface les deux valeurs, radicale et épistémique, que l’on attribue généralement à cette catégorie de verbes. Le premier modal localise l’énoncé par rapport à l’énonciateur, et à ce titre il peut être analysé comme un auxiliaire, et assume une fonction adverbiale (cf. maybe, perhaps…). Le second modal se comporte comme un prédicat définissant un sujet. Il peut cependant se rapprocher de l’épistémique (cf. exemple 33) sans pour autant abandonner l’essentiel de sa valeur radicale. En anglais standard, ces deux fonctions énonciative et discursive sont représentées par un seul opérateur.

59Enfin, ce type de construction témoigne d’états de langue plus anciens où ces verbes particuliers que sont les modaux avaient le comportement syntaxique des autres verbes. Ils forment aujourd’hui une catégorie de verbes grammaticalisés, c’est-à-dire qu’ils sont passés « d’un mot autonome au rôle d’élément grammatical » (Meillet 1912 : 131), mais ils ont conservé une partie de leur sémantisme originel.

Top of page

Bibliography

Abraham, Werner. 1998. « The Morphological and Semantic Classification of ‘Evidentials’ and Modal Verbs in German: the Perfect(ive) Catalyst. » Groninger Arbeiten zur germanistischen Linguistik 42: 192-206.

Adamczewski, Henri. 1982. Grammaire linguistique de l’anglais. Paris: Armand Colin.

Battistella, Edwin. 1995. « The Syntax of Double Modal Constructions. » Linguistica Atlantica 17: 19-44.

Bauer, Laurie. 1994. Watching English Change. London & New York: Longman.

Boertien, Harmon. 1986. « Constituent Structure of Double Modals. » Language Varietiy in the South: Perspectives in Black and White. Michael Montgomery and Guy Bailey, eds. Tuscaloosa: University of Alabama Press.

Boisson, Claude. 1993. « La linéarité : iconicité et arbitraire. » CIEREC, Travaux LXXXI : 85-124. Publications de l’Université de St-Etienne.

Brandstetter, Corinne. 2006. « A Study in Syntactic Variation: Double Modal Constructions. » Communication présentée à NWAV 35 (New Ways of Analyzing Variation).

Brown, Keith. 1991. « Double Modals in Hawick Scots. » In Peter Trudgill & J. K. Chambers (eds.) Dialects of English. Studies in Grammatical Variation: 74-103. London & New York: Longman,.

Crepin, André.1994. Deux mille ans de langue anglaise. Paris: Nathan.

Denison, David.1993. English Historical Syntax: Verbal Construction. London & New York: Longman.

Denison, David.1998. « Combining English Auxiliaries. » In O. Fisher, A. Rosenback, D. Stein (eds.) Pathways of Change: Grammaticalization in English. Amsterdam & Philadelphia PA (Studies in Language Companion Series 53): John Benjamins.

Di Paolo, Marianna. 1989. « Double Modals as Single Lexical Items. » American Speech 64. 3:195-224.

Elsman, Minta & Dubinsky, Stanley. 2009. « Double Modal Syntactic Patterns as Single Modal Interactions. » Actes du 32e colloque annuel de Penn Linguistics. vol. 15.1. Université de Pennsylvanie.

Freeborn, Dennis. 1998. From Old English to Standard English. 2nd edition. London: Macmillan.

Jespersen, Otto. 1924. The Philosophy of Grammar. Chicago & London: University of Chicago Press.

Larroque, Patrice. 1999. Faits de langue en anglais non-standard. Etude des marques énonciatives. Thèse de doctorat. Université Nancy 2.

Larroque, Patrice. 2005. « Variation et représentation linguistique. » Anglophonia 18 : 205-216. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

Lightfoot, David.1979. Principles of Diachronic Syntax. Cambridge: Cambridge University Press.

Mcmahon, April. 1994. Understanding Language Change. Cambridge: Cambridge University Press.

Meillet, Antoine.1912. Linguistique historique et linguistique générale. Paris: Champion.

Nagle, Stephen.1994. « The English Double Modal Conspiracy. » Diachronica 11: 199-212.

Nagle, Stephen.1995. The English Double Modals: internal or external change. Jacek Fisiak (ed.) Linguistic change under Contact Conditions: 207-215. Berlin & New York: Mouton de Gruyter.

Nagle, Stephen. 2003. « Double modals in the southern United States: syntactic structure or syntactic structures? » In R. Facchinetti, M.G. Krug & F.R. Palmer (eds.), Modality in Contemporary English, 349-372, Berlin & New York: Mouton de Gruyter.

Perkins, Michael. 1983. Modal Expression in English. London: Frances Pinter.

Rotgé, Wilfrid. 1993. « Quel avenir pour le futur ? » in J.R. Lapaire & W. Rotgé, Séminaire pratique de linguistique anglaise, 155-171. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

Stevanovitch, Colette.1997. Manuel d’histoire de la langue anglaise des origines à nos jours. Paris : Ellipses.

Sueur, Jean-Pierre. 1981. « Les verbes modaux sont-ils ambigus ? » Actes du colloque sur la notion sémantico-logique de modalité publiés par J. David et G. Kleiber, 165-182, Université de Metz.

Traugott, Elisabeth.1989. « On the Rise of Epistemic Meanings in English: An Example of Subjectification in Semantic Change. » Language 65: 31-55.

Traugott, Elisabeth. 1996. « Subjectification and the development of epistemic meaning: the case of promise and threaten. » In T. Swan & O. J. Westvik (eds.) Modality in Germanic Languages. Historical and Comparative Perspectives, 185-210. Berlin & New York: Mouton de Gruyter.

Turner, Kathleen. 1981. A Unified Description of the Systematic Nature of Double Modals. Masters thesis. Université d’Alabama.

Van Gelderen, Elly. 2003. « Aspect in English Modal Complements. » Studia Linguistica 53: 27-43.

Visser, F. Theodorus.1966-2002. An Historical Syntax of the English Language. Leiden: Brill.

Top of page

Notes

2  Même si morphologiquement on peut penser que I’ll est la contraction de I shall dans ce type de construction. On fait l’hypothèse que l’on a affaire à la contraction de I will absorbant.

Top of page

References

Bibliographical reference

Patrice Larroque, « Les doubles modaux anglais, témoins d’un changement de catégorie », Anglophonia/Sigma, 14 (28) | 2010, 117-134.

Electronic reference

Patrice Larroque, « Les doubles modaux anglais, témoins d’un changement de catégorie », Anglophonia/Sigma [Online], 14 (28) | 2010, Online since 01 March 2016, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/642 ; DOI : 10.4000/anglophonia.642

Top of page

About the author

Patrice Larroque

EMMA, EA 741 - Université Paul Valéry, Montpellier 3.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals