Skip to navigation – Site map

À propos des Relatives Appositives. Syntaxe, sémantique, pragmatique

Jean-Charles Khalifa
p. 7-29

Abstract

Our purpose in this paper is to discuss the specificities, if any, of non-restrictive relative clauses (NRRCs). After a review of the two models that have been proposed to account for the syntax of NRRCs, namely the single constituent hypothesis and the main clause hypothesis, we go on to present the most significant results of a corpus study of those clauses. On the basis of a representative sample of 500, we try to lay the groundwork of a typology of NRRCs, showing in particular that the relative frequency of each of the 4 types we distinguish falls perfectly in line with the “perceptual hierarchy” proposed by psycholinguistics, not only for NRRCs, but for restrictive clauses as well, and which reflects syntactic complexity. We then conclude on pragmatic values of NRRCs in discourse.

Top of page

Full text

Everything you NEVER wanted to know about non-restrictive relative clauses, and therefore NEVER bothered to ask...

Introduction

1Le sous-titre de cette étude n’est que très partiellement provocateur ; force est de constater, en effet, que l’évocation même du problème des relatives appositives soulève, chez bon nombre de grammairiens, au mieux quelques soupirs entendus, au pire des bâillements d’ennui assourdissants... Dès lors, la question se voit, soit escamotée purement et simplement, soit évacuée en quelques lignes, qui du reste se ramènent à peu près toujours à situer les appositives « en creux » par rapport aux restrictives, c’est-à-dire par exemple à énumérer toutes les propriétés qu’elles ne possèdent pas. Cet embarras, ou ce manque d’intérêt, procède, si l’on y regarde de plus près, d’un véritable problème taxinomique. Le moins que l’on puisse dire est qu’il n’existe guère de consensus sur le statut même des appositives, et en particulier sur la question de leur rapport aux restrictives : en termes impressionnistes, les premières constituent-elles un « cas particulier » des secondes ? Plus précisément, en sont-elles syntaxiquement « dérivées », et quel statut donner à cette dérivation ? Et, quelle que soit la réponse à cette question centrale, quel rôle jouent-elles au plan sémantico-discursif ? Le but de cet article n’est pas de résoudre tous les problèmes, .mais plus modestement, d’établir un « état des lieux », contribuant ainsi (nous l’espérons) à les poser de façon plus accessible.

  • 1 Khalifa 1999 (voir bibliographie), en particulier Ch. 7.

2Les structures qui constituent notre objet d’étude constituent, de l’avis général, un ensemble flou ; nous nous efforcerons, dans le cadre limité de cet article, de nous en tenir strictement aux formes les plus canoniques. On supposera connues les problématiques classiques associées aux relatives, et en premier lieu la fragilité de l’opposition traditionnelle restrictive / appositive. Nous avons nous-même montré1, à la suite de bien d’autres, qu’il était plus fructueux de ramener cette opposition à un gradient dont les deux types traditionnels constituent les pôles extrêmes, et on sait en particulier le rôle clé de la détermination de l’antécédent dans le positionnement sur ce gradient. Ainsi avons-nous écarté de notre étude des énoncés du type de :

[1] We couldn ’t land at the naval station because it was cut off by the enemy who completely surrounded the town at a range of six hundred yards, so the boat ran in beside the flaming market. (Graham Greene, The Quiet American, 1955)

3où le rôle de la relative en contexte ne peut manifestement pas être restrictif et définitoire (l’« ennemi » dont il est question est unique et bien connu du lecteur), et où l’introduction d’une virgule ou d’un tiret entre antécédent et dictive uements/1.t d0 k rel="st class="

e> exte">e détun mêmpe de  m><  Amenuera/p> t pluu a nenonumérer

e>

[1] We couldn ’“T..rrouulsorytrictivconklely idewoté,the enemy whoy sumayoposednot 195an>douutong>, so the boat r un o5an>tn iurntdo of priéts syntwnd aumakomo>stat95an>frequt="A< ceateur ? (ricaI atpe dvis gspan xml:lang="en" lang="en">. (Gra13/8/an> : . (Gra)span xml:lang

3où l4 rôle de laa’un tir l a urdis>douctueu(ljà, onnt grammairiens,er ntaxiifniciateur ;den sde tas

3où l5 rôle Pet. lspositisresistus aorcerons, snmmcset artices aplstituent, es, et en parti aytnl et. et dictive ueurammaret l relativisé alanHeby e sais sr toutvoes éct-eus caner lieu opri la fragilité et. is>dnrntque. (GraP énumérere limi:

[1] We couldn ’ricyurdsedgartssediscsmo> r fé,the enemy whoy synthelpsr is to dhuminstyng>. (Graham GreeneMargaécAtwoodet AmericaHmesestourds Taat/p> 8

  • 1 Khaltructure Àne étuse itstiqueAbouft#toc(ion)

2Les s6ructureon est s, ltielimsAbouft#toc2 s, os,er s lent évipomeur ; fomique. e bien cone virg,oducton faudrvefil" eurachoixnudiv>f/a>

  • 1 Khale rôle , os,m>of thosdelNimègue1 8ographie), en particul

2Les s7 rôle Euses l am>

Notes

1 Khalifa 1999 (voir bibliographie), en particulier Ch. 7.

2 À titre statistique, nous avions dans notre corpus (voir plus bas), une bonne dizaine de tels cas d’ambiguïté, que nous n’avions d’ailleurs pas forcément tous repérés comme tels lorsque nous avons constitué le corpus !

3 Ces trois exemples, tirés du corpus de Nimègue, sont empruntés à de Haan 1989 (voir bibliographie).

4 Exemple fabriqué tiré de Khalifa 99, op. cit., et lui-même inspiré d’un exemple fabriqué par E. Bach (“Nouns and noun phrases”, in Bach & Harms, eds, Universals in Linguistic theory, Holt, Rinehart & Winston, 1968). Voir également note 8 infra.

5 La fig. 1 est reprise de Jackendoff 1977 : 169 (voir bibliographie).

6 Me Cawley 1988 (voir bibliographie). Nous tenons ici au passage à rendre un hommage tout particulier à ce linguiste, que nous citions en exergue de La Syntaxe Anglaise aux Concours, et qui est malheureusement décédé prématurément depuis.

7 II n’y a par exemple pas un seul mot sur le sujet dans les 556 pages de Syntactic Theory and the Structure of English, de A. Radford, paru en 1997. De même, on ne trouve rien dans les courants comme HPSG et autres (merci à Philip Miller pour cette dernière précision).

8 Exemples empruntés à Emonds 79 (voir bibliographie).

9 Sauf indication contraire, les exemples de cette section sont empruntés à (ou librement adaptés de) McCawley 1988.

10 La troisième possibilité théorique, celle où la relative est initiale, n’est pas attestée en anglais. Elle l’est en français littéraire, même si elle reste très marginale : Extrêmement romantique, mais qui se défend de l’être, mon nouvel ami parle... une langue précise, pure... (J. B. Blanche, cité dans Damourette & Pichon 1968 : IV, 241) ; Il regarde qui vient par le sentier sinueux Violaine toute dorée qui par moments resplendit sous le soleil entre les feuilles. (Claudel, cité dans Rothenberg 1972).

11 Il y en a très exactement 500 dans le corpus, mais nous avons vu plus haut que certains cas étaient des cas limite, d’où le « environ ».

12 Voir Flintham 1995 pour des différences significatives GB / US, mais cette étude porte surtout sur les restrictives.

13 Voir Biber et al. 94, qui compare les postmodifieurs du nom (donc entre autres les relatives) dans trois registres écrits distincts.

14 Tout au moins si l’esprit en question est un peu au fait des progrès de la linguistique de corpus. Les approches plus classiques, quelles que soient les écoles théoriques, ne se posent guère la question. Rappelons cependant que Otto Jespersen, dès 1927, dans le volume III de Modern English Grammar (voir bibliographie), pratiquait déjà les méthodes de corpus, en comparant les relatives et les relatifs chez 8 auteurs classiques du XIXe (p. 84).

15 de Haan, op. cit.

16 Flintham, op. cit .

17 Quirk 1957 ; voir bibliographie.

18 Nous passons rapidement sur une proportion de WHERE / WHEN très inférieure (4 %) qui ne nous paraît pas très significative.

19 Ce qui suppose, bien évidemment, que l’on souscrive à l’hypothèse (b) des indépendantes coordonnées (cf. supra § 1 ).

20 Voir entre autres A. Kaye, “Is English diglossic?”, in English Today 28, Oct. 1991.

21 Khalifa, op. cit. p. 196.

22 Bolinger 1977:12.

23 Jacobsson 1994 ; voir bibliographie.

24 Voir entre autres Khalifa, op. cit., pp. 197-199

25 Kennedy 1998 : 139 (voir bibliographie).

26 de Haan, op. cit., pp. 123-129.

27 II semble un peu moins rare dans les restrictives (2,4 % dans le même corpus de référence), mais les chiffres sont ici trop faibles pour être véritablement significatifs).

28 Cette discussion se trouve déjà dans Ross 1967. Le mouvement du mot -WH entraîne avec lui tout ou partie de son syntagme d’origine en structure profonde, comme le joueur de flûte de Hamelin entraînait les rats vers la rivière dans la légende allemande. Certains linguistes francophones emploient depuis peu le joli néologisme de « hamelinage ».

29 Nous avons inclus dans cette catégorie un très petit nombre de cas limite, tels the Green Party of Germany, ou the Kingdom of Heaven, qui à strictement parler n’en sont pas, mais où le syntagme fonctionne en bloc et en possède presque toutes les propriétés ; en particulier ils sont écrits avec des majuscules, et surtout au plan sémantique renvoient à un référent unique.

30 de Haan, op. cit., p. 127.

31 Même si, marginalement, on peut trouver des expressions figées comme She-who-must be obeyed.

32 Ce pourcentage (et les deux suivants) est calculé sur les 360 GNs qui ne sont pas des noms propres, et non sur l’ensemble du corpus comme dans le tableau n° 3.

33 Il s’agit essentiellement de numéraux (Dingell ‘s bill attracted more than 40 vulnerable Democrats, who could avoid the wrath of the gun lobby, ... at a meeting set/or 9:30 a.m., when his chieff of staff walked in…), d’adjectifs (another) ou de quantifieurs (many).

34 Op. cit., p. 183. Le tableau de de Haan ne donnant pas directement ces statistiques, nous avons reconstitué ces chiffres à partir de celui-ci.

35 Il y en a au total 26 dans notre corpus, soit 5,2 %.

36 Op. cit., pp. 125 et 129.

37 Les pourcentages sont calculés non pas sur le total du corpus (500), mais déduction faite des 70 adverbiaux, et des quelques énoncés ambigus signalés à la note n° 2.

38 Nous avons pour cette combinaison 168 OI/S et 55 OD/S. Pour les deux dernières lignes, il ne nous a pas semblé utile de faire la différence.

39 Nous-même n’avons d’ailleurs pas échappé à ce travers (voir supra).

40 Nous pensons en particulier à Romaine 82 et 84 ; voir bibliographie.

41 Ou tout au moins soumis à de fortes contraintes. Voir Khalifa, op. cit., p. 201.

42 Il s’agit (en gros) des types O/S et O/O du tableau n° 6 supra, donc de deux bons tiers des appositives du corpus.

43 Jespersen vol. ID : (voir bibliographie). Ce volume date de 1927.

44 Joos 1964 : 127 (voir bibliographie).

45 Nous ne citons personne en particulier, mais chacun d’entre nous doit avoir l’impression que cette remarque est bien familière ...

46 Grice 1975 (voir bibliographie).

47 « Produit » doit être ici pris au sens naïf et non mathématico-logique du terme. Le symbole V, par ailleurs, est choisi arbitrairement.

Top of page

List of illustrations

URLa> clef="#aca nie/e.http://jrcelés.op"nedions .org/glaihonesia/ca nie/e.. body> URLa> clef="#aca nie/e.http://jrcelés.op"nedions .org/glaihonesia/ca nie/e.. body> URLa> clef="#aca nie/e.http://jrcelés.op"nedions .org/glaihonesia/ca nie/e.. body> URLa> clef="#aca nie/e.http://jrcelés.op"nedions .org/glaihonesia/ca nie/e.. body> URLa> clef="#aca nie/e.http://jrcelés.op"nedions .org/glaihonesia/ca nie/e.. r/tleaua class="go-top" href="#article-672">Top of page
F. 1 e: 1sttd
F. 1 21sttd
F. 1 3sttd
F. 1 4: 1sttd
Tleau n° .

td