Skip to navigation – Site map

BE + -ING est-il un marqueur d’aspect ?

Paul Larreya
p. 135-150

Abstract

This paper aims to show that, in all of its uses (including those in which the meaning seems to bear little relation to ‘progressiveness’), BE + -ING expresses a way of viewing the event which may be termed a focusing vision (as opposed to the globalizing vision which characterizes the simple tenses of the English verb), and consists in (so to speak) zooming in on one short moment of the event, usually in order to identify the event itself or one of its characteristics. The point of mental observation (the reference point) may be unique or multiple; in the latter case it may be mobile - it may move over a period of time whose limits are more or less (im)precise.

Top of page

Full text

Elsa comes into the drawing-room. Paul gasps. She is wearing a flame-coloured crepe evening dress with dark beads gleaming at the hem and wrists. She wears a necklace and earrings made of diamonds and rubies. Her fingers are a complex of the same sparkling stones. She is wearing a diamond bracelet. She is saying ‘good evening’ to Paul while he gasps, and to Garven while he stares. Paul is wearing casual black trousers, a green velvet coat and a black turtle-neck sweater. Garven wears a brown tweed coat, light fawn trousers and a shirt of blue and fawn check, open at the neck, where, inside the collar, a small dark blue silk scarf is knotted.
(M. Spark, The Hothouse by the East River, p. 83)

  • 1 Malgré le caractère potentiellement ambigu de ce terme (que certains linguistes réservent à une cat (...)
  • 2 Il n'est pas inconcevable que deux formes appartenant à deux langues différentes puissent avoir la (...)

1L’analyse de BE + -ING présentée dans cet article est une version un peu modifiée de l’analyse guillaumienne (voir par exemple Hirtle 1967 ou Joly et O’Kelly 1990) ; malgré son caractère “aspectuel”, elle s’apparente également à l’analyse de Lapaire et Rotgé (1991), fondée sur le concept de saisie dilatatoire du procès. Elle reprend de façon partielle, et modifie (en utilisant une terminologie différente), une argumentation présentée dans un article antérieur (Larreya 1989b). Schématiquement, il s’agit de ceci : la valeur fondamentale de BE + -ing (ou, en termes guillaumiens, le signifié de puissance dont sont dérivés tous les effets de sens de BE + -ING) est une valeur aspectuelle, dans un système d’opposition entre ce que j’appellerai d’une part une vision globalisante d’un événement1, exprimée (notamment) en anglais par les formes simples du présent et du prétérit, et d’autre part une vision focalisante ; cette dernière peut être exprimée en anglais par BE + -ING, en français par l’imparfait, en espagnol par ESTAR + participe présent, etc. - avec des différences qui se situent au niveau des effets de sens2. La façon dont le concept de vision focalisante se différencie (ou se rapproche) des concepts de vision sécante et de saisie dilatatoire apparaîtra un peu plus loin.

1. Valeur fondamentale de BE + -ING

  • 3 L'hypothèse selon laquelle la valeur sémantique de BE + -ING résulte de l'addition (ou du moins de (...)

2BE + -ING associe les signifiés des deux morphèmes dont il est constitué, BE et -ING3. Je proposerai pour BE et pour -ING les descriptions sémantiques suivantes :

3- Comme tous les marqueurs de mode non fini, -ING exprime un point de vue sur l’événement désigné par le verbe et ses arguments syntaxiques. En ce qui concerne -ING, il s’agit du point de vue “dans” (ou “pendant”) : dénonciateur considère l’événement en un point quelconque (unique ou répété) de son existence dans le temps. (Selon le cas, cette existence peut être vue comme réelle ou comme imaginaire.)

  • 4 Pour une analyse plus détaillée de BE, v. Larreya 1989a et 1989b. Voici brièvement deux exemples et (...)

4- BE situe le réfèrent de son sujet dans un "contenant" (dans une catégorie dénombrable ou indénombrable, dans un lieu, etc.), qui est désigné par le groupe syntaxique situe à sa droite4.

5L’association de V-ING et de BE a deux effets essentiels. D’une part, elle situe le réfèrent du sujet de BE dans le procès désigné par V et ses compléments éventuels (en lui donnant souvent, mais pas obligatoirement, un rôle agentif). D’autre part, le contexte de BE fournit un ou plusieurs points de repère (plus ou moins précis) au regard sur l’événement : ce dernier est observé en un ou plusieurs points de son existence dans le temps, et le contexte détermine ce(s) point(s). (Étant donné que V-ING exprime simplement un regard en un point quelconque, ce point pourrait rester non repéré ; c’est fréquemment le cas dans les constructions non finies : Smoking is a health hazard.)

6Les caractéristiques du point de repère fourni par BE et par son contexte, ainsi que sa relation avec les effets de sens, seront examinées plus loin. Pour l’instant, je m’arrêterai sur le fait qu’il s’agit avant tout d’un point - ce terme étant pris non pas dans son sens mathématique mais dans son sens courant : quand on imagine un point, on l’imagine par rapport à un volume ou une surface ou une ligne, et on le voit comme occupant dans ce volume ou sur cette surface ou sur cette ligne une place aussi réduite que possible. (Ceci est très différent de la définition des mathématiciens, pour qui le point est un "infiniment petit” qui n’a ni volume ni surface ni longueur propres. Dans la vie de tous les jours, on ne peut imaginer un point sans lui attribuer un volume ou une surface, qui sont obligatoirement petits, mais non nuls : il s’agit de quelque chose qui ressemble plus à une minuscule tache d’encre dessinée sur une feuille de papier qu’au point idéalisé des mathématiciens ; encore que, pour Euclide, le point était le plus petit espace existant.)

7Appliqué à un événement, que signifie le concept de point ? Prenons un exemple (qui, bien sûr, représentera seulement l’un des effets de sens de BE + -ING, mais qui cependant permettra de définir une caractéristique essentielle). Dans When I entered the room Tim was watching TV, c’est when I entered the room qui constitue le point de repère non pas de l’événement <Tim-watch TV> mais du regard qui est porté sur cet événement : ce dernier est considéré au moment défini par la proposition when I entered the room. Peut-on considérer qu’il s’agit d’un “point” dans le temps ? Évidemment oui, si l’on s’en tient au sens commun, si l’on accepte qu’un point puisse, pour être perceptible, avoir une certaine "épaisseur”. Ce point - ce moment - aura donc une durée, mais bien sûr cette durée se caractérisera essentiellement par sa brièveté.

  • 5 On peut s'interroger sur l'utilité de créer un terme nouveau pour un concept qui est très proche de (...)
  • 6 Voir un événement de façon globale ou globalisante (ce qui correspond à l'emploi des temps simples (...)

8Je donnerai à ce mode d’appréhension de l’événement le nom de vision focalisante5. Il s’oppose à un mode d’appréhension qui peut être appelé la vision globalisante, et qui consiste à voir l’événement comme un tout dans lequel on ne peut pas ou on ne veut pas opérer une quelconque délimitation. La vision globalisante est celle qui correspond aux formes finies simples du verbe anglais et (pour les modes non finis) à la base verbale6.

  • 7 Au présent simple, le verbe ne porte aucune marque formelle, si l'on excepte le -s de la troisième (...)

9En résumé, et du moins pour ce qui concerne l’opposition entre les formes en BE + -ING et les formes finies simples du verbe, on a deux façons de considérer l’événement. La première (la vision focalisante) consiste à concentrer (à focaliser) son observation sur un point, sur une petite portion de l’événement, qui est prélevée à la manière d’un d’échantillon. Pour décrire cette sorte de coup d’œil mental, on a parfois utilisé (essentiellement à des fins pédagogiques) des métaphores empruntées au vocabulaire du cinéma ou de la télévision, métaphores qui ne manquent pas de pertinence, car elles mettent en évidence les caractéristiques essentielles de cette façon de regarder un événement : on a parlé d’effet de “coup de projecteur”, de “zoom”, ou encore de “flash” (dans ce dernier cas à propos de 1’“imparfait dramatique” du français - Bonnard 1981 : 223). Nous verrons comment ces effets entrent en jeu dans l’opération d’identification. À cette façon de considérer un événement s’oppose la vision globalisante, caractérisée par l’absence de toute opération sur la représentation “brute” de l’événement ; comme dans le domaine du groupe nominal, cette absence d’opération, et plus précisément cette absence de délimitation, correspond en anglais à l’utilisation du marqueur Ø7.

  • 8 D'une façon un peu surprenante, Lewis n'est allé qu'à mi-chemin dans son analyse de l'analogie entr (...)

10L’opposition entre la forme simple et la forme en BE + -ING présente une intéressante analogie avec l’opposition entre les prépositions at et in - analogie remarquée par Lewis (1986 : 42-43 et 90-91). Lewis compare (entre autres formes) We met in London et We met at London, et montre que le choix entre in et at n’est pas déterminé par le caractère “grand” ou “petit” du lieu désigné à la suite de la préposition - de même que l’opposition entre Jack was watching television et Jack watched television n’a rien à voir avec la durée, plus ou moins grande, de la période pendant laquelle Jack a regardé la télévision. Si l’on examine cette analogie de façon un peu plus détaillée, on constate ceci8. Les prépositions in et at sont toutes les deux utilisées pour repérer une entité (une personne, un événement, etc.) par rapport à un lieu ; si l’entité est vue comme occupant seulement une partie de l’espace-repère, on utilisera in ; si en revanche on ne se soucie pas de délimiter un espace à l’intérieur de P espace-repère, et si par conséquent ce dernier est considéré globalement (comme le serait un point indivisible), on utilisera at. On voit P analogie avec P opposition entre BE + -ING et la forme simple.

2. Effets de sens de BE + -ING

2.1. L’opération d’identification

11Nous avons vu que BE + -ING exprime un type particulier de regard sur un événement. Il nous reste à voir de quelle façon ce regard s’exerce, ou, plus précisément, comment le point d’observation est repéré par rapport au contexte d’énonciation et par rapport à l’événement lui-même. Les effets de sens sont déterminés en partie par ce mode de repérage — mais en partie seulement. On voit en effet transparaître, dans la diversité des emplois de BE + -ING, et de façon plus ou moins nette selon le cas, un élément qui constitue une sorte d’archi-effet de sens, et que j’appellerai la valeur d’identification.

  • 9 Le terme identification est utilisé ici dans un sens différent de celui qu'il a dans la Théorie des (...)

12Ce concept appelle quelques précisions. Tout d’abord, il repose sur une définition du terme identification qui est simplement celle du langage courant9. On peut distinguer deux types d’identification : l’identification particularisante et l’identification classifiante, qui peuvent être illustrées respectivement par The driver of the car has been identified; it is one Henry Speedwell, aged 45, of Larkhill, Surrey et par The mysterious object has been identified - it was an army helicopter. La valeur d’identification que l’on trouve fréquemment dans les emplois de BE + -ING découle directement de la valeur focalisante qui constitue le sens fondamental de cette forme, et cela pour une raison banale : quand on veut identifier un événement (c’est-à-dire quand on veut savoir en quoi il consiste : par exemple savoir s’il s’agit de “jouer au ping-pong” ou de “faire la vaisselle”), il n’est pas nécessaire de regarder cet événement de son début à sa fin ; on peut se contenter de jeter un bref coup d’œil, ou, en d’autres termes, d’effectuer le prélèvement d’une petite portion de cet événement - ce qui correspond à l’emploi de BE + -ING. Que l’on me permette ici une métaphore triviale : pour savoir si une soupe est assez salée, on n’a pas besoin de goûter tout le contenu de la soupière, une cuillerée suffit. Une dernière remarque sur ce point : la vision focalisante, en raison de son effet “coup de projecteur”, peut introduire dans l’opération d’identification un élément de dramatisation - particulièrement visible, nous allons le voir, dans un grand nombre des cas où l’emploi de la forme simple serait également possible sans que le contenu sémantique soit profondément modifié.

13Le fait que la valeur d’identification apparaisse souvent de façon très nette dans les emplois de BE + -ING explique ce qui a parfois été décrit comme une présupposition ou comme une anaphore, notamment dans le cadre de la théorie d’Adamczewski (v. par exemple Adamczewski et Delmas 1984 : 56-62). Ainsi, dans When thousands of protestors began a march outside East Berlin’s state television [...] they had no idea they were starting one of the biggest demonstrations in European history (Adamczewski et Gabilan 1996 : 59), la dernière proposition (they were starting...) semble être une reprise de la première (thousands of protestors began...), cela d’autant qu’elle a (du moins en apparence) le même réfèrent (l’action des manifestants). En fait, si l’on va au-delà d’un examen rapide de 1 ’extra-linguistique, on constate que les deux propositions ne sont absolument pas co-référentielles, en dépit du fait qu’elles ont le même sujet et pratiquement le même verbe, et bien sûr en dépit aussi du fait qu’elles semblent se référer à la même action. Ce qui est important (en particulier en ce qui concerne le choix de BE + -ING), c’est que la seconde proposition ne dit pas la même chose que la première : elle identifie l’action désignée comme étant autre chose que ce qu’elle paraît être sous sa première description. (On pourrait donc parler, ici, d’une ré-identification ; certains ont utilisé le terme de réanalyse.)

  • 10 On retrouve ici - d'une façon qu'on peut juger curieuse, voire amusante, ou au contraire tout à fai (...)

14Autres remarques : si l’on éprouve le besoin d’identifier un procès, cela implique que ce procès a déjà, d’une certaine façon, une existence. Il est donc fréquent que l’on commence par poser l’existence d’un procès, pour ensuite l’identifier en utilisant BE + -ING - d’où l’effet d’anaphore. Mais il arrive également que l’on effectue les deux opérations en même temps : un groupe verbal en BE + -ING est utilisé à la fois pour poser l’existence de l’événement et pour indiquer sa nature10. C’est le cas dans (1) ci-après, où le contexte qui précède ne contient aucune mention de la pluie, ni même aucune allusion, si indirecte soit-elle, aux conditions météorologiques :

(1) It was pouring with rain, so Tim and Elinor stayed on in Hackney after lunch listening to a hair-raising Otello [...]. (M. Bernard, Friends and Lovers, p. 264).

15Si, dans les cas de ce type, on veut expliquer l’emploi de BE + -ING par une relation anaphorique, on est obligé de faire appel à des concepts tels que 1'anaphorisation situationnelle (Adamczewski et Delmas 1982 : 63-64), qui ont l’inconvénient de diluer le concept d’anaphore et de lui faire perdre une bonne partie de son pouvoir explicatif. La difficulté que l’on a ici à parler d’anaphore est tout simplement liée au fait que, dans les énoncés de ce type, l’opération d’identification (dans la mesure où l’appellation est encore justifiée) porte sur un terme dont l’existence n’a pas été préalablement posée ou suggérée. On a affaire à l’un de ces effets de sens banals auxquels la grammaire traditionnelle s’est longtemps intéressée de façon quasi exclusive, et dans lesquels la valeur fondamentale est utilisée en quelque sorte au premier degré : l’événement est considéré en un point de son déroulement qui est le moment de l’énonciation (énonciation directe ou indirecte), si bien que l’on a une valeur aspectuelle pure.

16À propos de l’opération d’identification, il importe également de préciser qu’elle ne porte pas nécessairement sur le procès au sens étroit du terme. Il arrive certes que l’identification concerne directement le procès désigné par le verbe (c’est le cas, dans l’exemple (2) ci-après, avec la première et la troisième occurrence du mot writing), mais dans la plupart des cas elle porte sur l’un des arguments ou cir- constants (soulignés dans les exemples ci-après, et bien entendu marqués dans leur forme orale par un accent nucléaire) :

(2) “It’s because you ’re not writing. ” She meant script-writing.
“But I am writing, ” I said. “I'm writing
a journal. ” (D. Lodge, Therapy, p. 43)

(3) [...] while we poor dupes think we’re fighting for ideals, you’ve got a perfect understanding of what is really going on. (T. Stoppard, Travesties, p. 40)

17Trois remarques, pour conclure sur l’opération d’identification :

18- Il va de soi qu’elle n’est pas limitée à la construction “présent/prétérit + BE + -ING”. On la trouve aussi dans d’autres contextes syntaxiques : You've been drinking, He 'Il be trying to sell you your own house next, etc.

  • 11 Cela, bien sûr, ne signifie pas que les deux formes s'opposent toujours de cette façon. Dans l'énon (...)

19- Il va également de soi que l’opération d’identification d’un événement (ou d’un de ses éléments) n’est pas nécessairement effectuée à l’aide de BE + -ING. Dans de nombreux cas, elle peut, ou même doit, être effectuée à l’aide d’une forme simple. (Exemple : T don Y know what John does every morning from ten to twelve at the Rose and Crown. Do you?'Well, I suppose he chats up the barmaid. ’). Dans les cas où les deux formes peuvent être en concurrence, la forme en BE + -ING permet d’effectuer l’identification d’une manière plus spectaculaire, comme nous l’avons vu, en raison de son effet "coup de projecteur”. Ainsi, on peut dire aussi bien Every time you use your car you pollute the atmosphere que Every time you use your car you are polluting the atmosphere. Même si le lien logique entre les deux propositions n’est pas exactement le même dans les deux phrases (la première phrase est beaucoup plus ambiguë entre l’équivalence, la corrélation et la causalité), la seconde proposition de chacune de ces deux phrases identifie un acte comme étant “une pollution de l’atmosphère”. La différence essentielle est que la seconde phrase se caractérise par une certaine dramatisation: en disant ...you’re polluting the atmosphere, on semble pointer un doigt accusateur pour montrer la nature exacte d’un acte que l’on veut dénoncer11.

20- L’opération d’identification dont il est question ici se situe au niveau mé- talinguistique : elle ne fait pas partie (du moins pas directement) du contenu sémantique de l’énoncé. Elle se distingue sur ce point de l’identification que peuvent exprimer, par exemple, BE ou AS ; si je dis John is a lawyer, j’exprime dans l’énoncé lui-même une identification classifiante (John - lawyer). Si je dis à quelqu’un You are lying, j’identifie implicitement ce qu’il vient de me dire à un mensonge, mais cette identification n’est pas ce que “dit” l’énoncé au premier degré.

2.2. Types de repérage et effets de sens

21Les effets de sens de BE + -ING, nous l’avons vu, sont déterminés (a) par le rôle plus ou moins important que joue la valeur d’identification, et (b) par la façon dont est établi le point de repère à partir duquel s’exerce le regard sur l’événement (la vision focalisante). Il est commode de les classer en fonction de ce second facteur : les types de point de repère. (Il va de soi que les catégories présentées ci-après ne pourront pas être examinées de façon exhaustive.)

2.2.1. Point de repère unique

22L’événement est regardé en un seul point de son déroulement dans le temps. Le repérage de ce point peut se faire de plusieurs façons. Le cas le plus banal est celui où il s’agit du moment de l’énonciation :

(4) God, but I love this country! [...] And the sun’s shining. And there’s no traffic on the road [...]. (M. Frayn, Clouds, p. 13)

23Pour the sun's shining, le point de repère ne peut être que le moment de rénonciation, qui est un point de repère en quelque sorte par défaut (comme pour there's no traffic on the road). La forme the sun's shining implique non pas l’observation de l’ensemble de l’action de briller (comme ce serait le cas avec the sun shines), mais un regard en un point du déroulement de cette action ; et, puisque le temps syntaxique utilisé pour l’auxiliaire est le présent, et puisqu’il n’y a pas de référence à (par exemple) un repère itéré, ce point ne peut être que le moment de l’énonciation.

24Egalement très courant est le cas où le point de repère est fourni par une indication d’heure, de date, etc. {At 3 o'clock, he was watching TV) ou par un autre événement {When I entered the room he was watching TV). L’événement-repère peut n’être indiqué que de façon implicite, en particulier s’il s’agit d’identifier (ou de réidentifier) cet événement :

(5) You are insulting me [...]. (T. Stoppard, Travesties, p. 46)
(6) “You 're telling me this other material isn’t yours? "
“That is exactly what I'm telling you, ” said Petra.
(J. Kellerman, Billy Straight, p. 195)

25Aussi bien (5) que (6) font implicitement référence à ce qui vient d’être dit par l’interlocuteur - autrement dit à un acte de parole. Cet acte de parole d’une part fait l’objet d’une ré-identification (d’où l’emploi de BE + -ING), et d’autre part constitue le point de repère temporel marqué par le présent syntaxique de l’auxiliaire (cela malgré le léger décalage par rapport au présent “réel”).

26Un cas particulier est constitué par les énoncés qui impliquent ou du moins sous-entendent le caractère temporaire de l’événement :

(7) ‘She's working on a farm in the West Country, milking cows, feeding hens and pigs-’ (M. Wesley, Part of the Furniture, p. 138)

27Il est certain que, dans ce contexte, la forme She 's working on a farm laisse entendre qu’il s’agit d’une situation temporaire (ce qui ne serait pas le cas avec She works on a farm). S’appuyant sur des exemples du même type que (7), de nombreux ouvrages de grammaire font de cette opposition une règle générale. Or, il est inexact de dire qu’une forme comme She’s working on a farm ou comme He’s living in London implique nécessairement le caractère provisoire de l’événement qu’elle désigne. Voici un contre-exemple (déjà mentionné dans Larreya 1989b, p. 116) :

(8) [...] but if you 're living in Hong Kong or Singapore [...] you’d better tune in to shorter frequencies. (BBC World Service, Wave Guide)

28Contrairement à (7), cet énoncé n’implique pas que l’événement a un caractère provisoire. L’emploi de BE + -ING a tout simplement pour but et pour effet de privilégier la valeur d’identification. (Il va de soi que l’identification porte non pas sur le procès ‘live ' lui-même mais sur le circonstant in Hong Kong or Singapore.)

29Il faut cependant expliquer pourquoi, dans certains contextes, BE + -ING donne à l’événement un caractère de “non-permanence”. Le problème, bien évidemment, ne se pose que pour les événements qui peuvent être vus soit comme permanents soit comme provisoires : live in London, work on a farm, etc. Si l’on choisit de voir un événement de ce type non pas dans sa globalité mais à l’instant t de son déroulement (t étant soit le moment présent soit un moment particulier dans un récit), on affirme qu’il est réel et vérifiable à l’instant f, et, par simple effet de la loi d’informativité (v. Larreya et Watbled 1994 : 75), on laisse entendre qu’il n’était peut-être pas réalisé à l’instant t-1 et qu’il ne le sera peut-être pas à l’instant t+1. (En d’autres termes, on laisse entendre qu’il a un caractère provisoire.) Il importe d’observer qu’il s’agit là simplement d’une implicature, et que le propre des implicatures est de ne pas constituer des affirmations nettes.

  • 12 Cette différence est à rapprocher de l'opposition qui est parfois faite (d'une façon un peu simplif (...)

30Une autre remarque sur les énoncés du type (7) : dans ces énoncés, BE + -ING peut impliquer le caractère temporaire de l’événement (ou d’une série d’événements) même en l’absence d’un adverbial du type these days - qui, lorsqu’il est présent, exprime de façon explicite ce caractère temporaire. On pourrait donc croire que these days (ou tout autre adverbial de ce type) constitue une sorte d’explicitation de la valeur sémantique profonde de BE + -ING. Or, ce n’est pas tout à fait exact. Si je dis He's working on a farm these days, je ne me contente plus d’affirmer la validité de l’événement pour le moment (ou le jour) de rénonciation, comme je le ferais si je disais simplement Hes working on a farm ; en ajoutant these days, j’introduis un point de repère plus large : opérant une sorte de “balayage” (ou de “parcours”), je déplace le point d’observation sur l’ensemble d’une période de “quelques jours” située autour du moment de l’énonciation. (Il peut s’agir de n’importe quel moment de cette période ; on rejoint en fait la problématique du point de repère multiple, examinée plus loin, en 2.2.2.) Donc, s’il y a ici une sorte de dilatation ou d'expansion du présent, il faut observer qu’elle concerne non pas l’événement lui-même mais le regard de l’énonciateur sur l’événement. Même si les deux choses semblent ici se confondre, la différence n’est pas négligeable ; ne pas la voir peut conduire à des analyses comme celle de Lewis, mentionnée plus haut (note 8). Il est donc important de faire une distinction entre d’une part le temps de l’événement et d’autre part le temps d’observation de cet événement. Avec les formes simples du verbe, les repères temporels concernent généralement le temps de l’événement, tandis qu’avec BE + -ING ils concernent toujours le temps de l’observation ; dans le cas d’un “balayage” qui déplace le point d’observation sur toute la durée d’un période (par exemple dans He's been watching TV for two hours), les deux temps peuvent coïncider, mais le point de vue est différent de ce qu’il serait si une forme simple était utilisée12.

  • 13 Cette problématique est en fait très large. Je me contenterai de mentionner l'un des cas dans lesqu (...)

31Un autre cas particulier est celui des verbes dits “non progressifs” (know, see, understand, etc.). On sait qu’il est inexact de dire que ces verbes sont incompatibles avec BE + -ING, mais il n’en reste pas moins que, dans la plupart des contextes, ils ne peuvent être utilisés qu’à la forme simple. Cette incompatibilité relative s’explique sans difficultés, du moins pour ce qui est de son principe général, dans le cadre des analyses de BE + -ING de type aspectuel : même s’ils se situent dans le temps et peuvent avoir une durée, les états du type know the answer ou weigh 10 tons constituent un tout homogène, et le découpage de ce tout en “instants” qui se succèdent ne peut pas avoir grand sens. À cela on peut ajouter que les verbes “non progressifs” expriment tous, de façon plus ou moins directe, le résultat d’une sensation, d’une appréciation ou d’une activité mentale ; or, un résultat est par nature arrêté, il n’est pas possible de le voir “en cours de déroulement”. L’une des questions qui se posent à propos de ces verbes, cependant, a été moins souvent abordée (et le présent article ne fera pas avancer le traitement de cette problématique) : quelles sont les conditions précises dans lesquelles un verbe “non progressif ” peut (ou ne peut pas) être utilisé avec BE + -ING13 ?

32Le cas des états exprimés par BE + adjectif (be honest, be angry, etc.) est un peu semblable. (Pour une étude détaillée, voir Joly et O’Kelly 1990 : 206-207 et 269-272). On peut distinguer entre les états “permanents” (be honest) et les états “temporaires” (be angry), mais les règles qui sous-tendent l’emploi des formes BE + adjectif dénotant ces états ne sont pas fondamentalement différentes, ce qui montre que la question déterminante, concernant l’emploi de BE + -ING ou des formes simples, n’est pas le caractère “permanent” ou “temporaire” du procès lui-même.

2.2.2. Point de repère multiple

33On peut distinguer deux cas essentiels, ainsi que deux cas particuliers.

34- Le point de repère est constitué par un événement répété :

(9) Whenever I go and visit him he is mowing his lawn.
(10) So when they say that they do all they can to solve the problem of those waiting-lists they ’re lying through their teeth. (BBC)

35La seule différence par rapport à des énoncés comme (4), (5) ou (6) est le fait que le point de repère est répété. On peut également avoir - c’est le cas dans (10) - une focalisation sur la nature du procès, pour la ré-identification d’une action répétée précédemment désignée.

36- Le point de repère est constitué par un adverbe comme always ou forever, ou par une expression de sens voisin :

(11) It’s that door-knob [...]. I’m always scraping my knuckles on it. (S. Gray, Quartermaine’s Terms, p. 24)

37Ce cas, abondamment décrit dans les ouvrages de grammaire, ne pose pas lui non plus de problèmes. Le point de repère, fourni par l’adverbial, indique une saisie à la fois répétée et aléatoire, avec une large part d’hyperbole (cf. en français Je n 'arrête pas de...), comme si la validité de l’affirmation pouvait être vérifiée en permanence et à n’importe quel moment.

38- Le premier cas particulier est celui des énoncés du type We were watching the match all afternoon (Quirk et al 1985 : 209), dont voici un exemple (mentionné dans Larreya 1989b, p. 121), avec la partie utile de son contexte :

(12) Tim Reede [...] said to Gertrude, T wonder if there are any of those cheese biscuits in the kitchen? I was painting all through lunch and I could do with a snack.(I. Murdoch, Nuns and Soldiers, p. 36)

  • 14 L'emploi de all through (ou simplement de all, dans d'autres énoncés de ce type) me paraît constitu (...)

39On pourrait, à première vue, juger cet emploi inhabituel, puisqu’il n’y a pas ici (du moins de façon évidente), de repère correspondant à un “point” dans le temps : on se réfère à la totalité d’une période qui n’est pas présentée comme brève (‘all through lunch’), si bien que la forme simple pourrait paraître mieux convenir que BE + -ING. Or, ce n’est pas le cas. On pourrait gloser I was painting all through lunch ainsi : “Si, à n’importe quel moment de la période du déjeuner, vous m’aviez regardé pour voir ce que j’étais en train de faire, vous m’auriez trouvé en train de peindre”. Ce qui est exprimé est donc bien, comme dans tous les emplois de BE + -ING, un point de vue focalisant, un regard en un point de l’événement ; simplement, ce point d’observation est déplacé, par une sorte de “balayage”, sur toute la durée de la période indiquée14. Il va par ailleurs de soi que l’événement lui-même (le travail de peinture effectué par Tim Reede) a pu commencer avant et se terminer après la période du déjeuner - mais cette possibilité ne serait pas exclue si le prétérit simple était utilisé, et ce n’est donc pas cela qui, dans ce contexte, différencie les deux formes.

40- Le second cas particulier est celui d’emplois de BE + -ING au présent pour des faits qui sont des “vérités générales” - à propos desquelles, on le sait, les ouvrages de grammaire affirment habituellement qu’elles imposent l’utilisation du présent simple. On trouve ces emplois (de façon occasionnelle, car ils n’apparaissent que dans des conditions bien particulières, comme nous allons le voir) essentiellement dans des textes scientifiques ou de vulgarisation. L’exemple (13) ci-après est extrait d’une émission scientifique de la BBC (Radio 4, The Natural History Programme), au cours de laquelle un journaliste interroge un chercheur à propos de plantes sans feuilles et à l’écorce verte que l’on trouve dans certains déserts particulièrement secs. À la suite d’une explication donnée par le chercheur, le journaliste pose la question suivante :

(13) So the bark is actually helping the plant to survive when there is absolutely no water around?

  • 15 Voici quelques autres exemples: During our dreams, we are actually forgetting the nonsense we have (...)

41Il est indéniable que la valeur d’identification (plus précisément de ré-identification d’un fait déjà mentionné) joue ici un rôle important, mais elle n’est peut-être pas suffisante pour expliquer l’emploi de BE + -ING. Des anglophones interrogés sur plusieurs énoncés de ce type y voient ce que j’appellerai une irruption de l’instantanéité et de la subjectivité : devant quelque chose qui est une vérité scientifique objective et générale, l’énonciateur réagit de façon subjective, et il réagit comme s’il s’agissait d’un événement spécifique ; le repère temporel implicite (que, par une sorte de transfert langagier, il attribue à un fait qui par définition ne peut pas avoir de repère temporel) est celui de la découverte soudaine qu’il vient de faire concernant ce fait. Ceci me paraît confirmé par les contextes dans lesquels on trouve cet emploi de BE + -ING ; l’emploi de so n’est pas rare (souvent pour traduire une réaction du type “Ça y est, je comprends”, ou pour introduire une conclusion que l’énonciateur juge un peu surprenante), de même que l’emploi de actually15.

2.2.3. Point de repère situé dans le futur

42Il peut s’agir d’un repère du type “point unique” (Fin meeting him tomorrow at 5.30) ou du type “balayage d’une période”, cette dernière pouvant être définie de façon plus ou moins précise (Tomorrow night I'm watching the match on TV / I'm not answering questions). Il y a en fait deux repères temporels dans les énoncés de ce type ; l’un de ces deux repères (qui peut être explicite ou implicite) renvoie au futur ; l’autre (marqué syntaxiquement sur l’auxiliaire BE) renvoie au moment de l’énonciation (qui peut être une énonciation rapportée, par exemple dans un énoncé comme He was leaving two hours later).

  • 16 Le fait qu'il y ait une intention déjà existante ne suffit cependant pas pour permettre, et encore (...)

43Dans une première approximation, on peut dire que les énoncés de ce type désignent un événement futur qui fait l’objet d’une intention existant déjà au moment de l’énonciation16. Cette intention peut être l’intention du sujet - exemple (14) ci-après - ou l’intention de l’énonciateur - exemple (15) - ou encore - exemple (16) - l’intention d’un agent qui n’est ni le sujet ni l’énonciateur :

(14) We ’re getting married on the first day of the summer vac’ [...] (S. Gray,

Quartermaine’s Terms, p. 55)
(15) You are having dinner with us.
It’s obligatory. (S. Gray, Quartermaine’s
Terms, p. 58)

(16) Some of the civilians killed in the massacre are being buried today. (BBC)

44On peut expliquer cet emploi de BE + -ING par le fait que l’intention, à côté de sa composante de type radical (la volonté qui en principe mènera à la réalisation de l’événement), contient une composante de type épistémique : elle implique que l’on se projette par la pensée dans l’événement à venir, que l’on se donne de cet événement une représentation mentale. Ceci permet d’expliquer la différence avec les conditions d’emploi du présent simple, utilisé pour un événement futur lorsque ce dernier est présenté comme le résultat d’un programme pré-établi, qui peut être indépendant de la volonté du sujet : The train for Leeds leaves at 7.24. (La possibilité d’utiliser ici BE + -ING dans ce cas exige un contexte particulier, comme nous allons le voir.) Ceci explique également le caractère agrammatical, ou du moins improbable, d’une forme comme (17), qui semble faire de la venue de la comète de Halley un événement “volontaire” :

(17) ? Halley ’s Comet is coming back in sixty years.

  • 17 Certains emplois de BE + -ING avec un sens futur - par exemple She 's having her baby in June - son (...)
  • 18 Je dois à Wendy Schottman l’essentiel des remarques qui suivent.

45En fait, il existe (même s’ils ne sont pas très fréquents) des emplois de BE + -ING avec un sens “futur” dans des cas où la réalisation de l’événement n’est pas, du moins de façon directe, liée à une volonté. Si l’on examine les contextes dans lesquels ces emplois sont possibles, on constate qu’ils ont pour caractéristique commune - du moins dans la plupart des cas17 - ce que j’appellerai une participation émotionnelle : l’énonciateur, ou le sujet au nom de qui l’énonciateur parle, a une raison affective de se placer à l’intérieur de l’événement à venir (comme dans le cas de l’intention). Ainsi18, on pourra dire Our train is leaving at 7.24 (au lieu de Our train leaves at 7.24) à quelqu’un qui ne semble pas être conscient de l’imminence du départ d’un train que l’on doit prendre en sa compagnie. (Il y aura un effet de “dramatisation” dans l’utilisation de BE + -ING.) De même, la phrase The direct flight to Madrid is leaving at 12.40, qui serait peu concevable s’il s’agissait d’une annonce officielle dans un aéroport, devient tout à fait vraisemblable si elle est dite par un employé s’adressant à un voyageur qui vient de manquer le vol de 12 heures 10 pour Grenade ; elle sera complétée, par exemple, par ...and from Madrid you have a flight to Granada at 16.40. If y ou hurry you can make it.

2.3. Une remarque pour conclure

  • 19 Il va de soi que sur cette question la diachronie peut apporter un éclairage important. Voir notamm (...)

46L’une des problématiques qui n’ont pas été traitées dans cet article est celle de la nature sémantico-syntaxique du morphème -ING qui constitue le second élément de BE + -ING. On peut se demander si la forme V-ING sous laquelle apparaît un verbe auquel on adjoint BE + -ING est fondamentalement de la nature du nom (v. par exemple Jespersen [1924] 1992 : 278) ou de la nature de l’adjectif19. Ceci, à son tour, pose le problème de la place de Y-ING dans le système général des formes non finies du verbe anglais, entre l’infinitif (qui semble être plutôt de type nominal) et le participe passé (de nature nettement adjectivale).

Top of page

Bibliography

ADAMCZEWSKI, H. et DELMAS, C., (1982) Grammaire linguistique de Vanglais. Paris : Armand Colin.

ADAMCZEWSKI, H. et GABILAN, J. P., (1996) Déchiffrer la grammaire anglaise. Paris : Didier. BONNARD, H., (1981) Code du français courant. Paris, Magnard.

GROUSSIER, M. L. et RIVIERE, C., (1996) Les mots de la linguistique. Lexique de linguistique énonciative. Paris et Gap : Ophrys.

GUILLAUME, G., ([1929] 1970) Temps et verbe. Théorie des aspects, des modes et des temps. Paris : H. Champion.

HLRTLE, W. H., (1967) The Simple and Progressive Forms. An Analytical Approach. Québec : Presses de l’Université Laval.

JESPERSEN, O., ([1924] 1992) The Philosophy of Grammar. Chicago: The University of Chicago Press.

JOLY, A. ET O’KELLY, D., (1990) Grammaire systématique de l’anglais. Paris : Nathan.

LANCRI, A., (1996) “Réflexions sur l’invariant de -ing : variations sur le mode diachronique”. Communication au Congrès de la SAES, Université de Nancy II (Actes à paraître).

LAPAIRE, J. R. ET ROTGE, W., (1991) Linguistique et grammaire de l'anglais. Toulouse : PUM.

LARREYA, P., (1989a) “Sur la relation BE/HAVE”, in L’anaphore, domaine anglais, Travaux LXV, C.I.E.R.E.C., Saint-Étienne : pp. 57-77.

LARREYA, P., (1989b) “BE et HAVE auxiliaires et connecteurs prédicatifs”, Sigma, 12/13, pp. 105-152.

LARREYA, P., RIVIERE, C., ASSELINEAU, R. ET GREMY, A., (1992, 1998) Mémento grammatical anglais. Paris : Robert & Nathan.

LARREYA, P. ET WATBLED, J. P., (1994) Linguistique générale et langue anglaise. Paris : Nathan.

LEWIS, M., (1986) The English Verb. An exploration of Structure and Meaning. Hove: LTP.

TREVISE, A., (1994) Le prétérit anglais. Paris : Nathan.

Top of page

Notes

1 Malgré le caractère potentiellement ambigu de ce terme (que certains linguistes réservent à une catégorie particulière de procès), je parlerai d'événement (cf. le mot event utilisé par de nombreux linguistes de langue anglaise) pour désigner ce qui, sur le plan du référent, correspond non pas au seul groupe ''verbe (+ compléments)", ce qui est en gros le sens du terme procès, mais à l'ensemble "sujet + prédicat", le prédicat étant pris dans son sens le plus large (c'est-à-dire incluant les circonstants éventuels). Nous verrons que pour décrire le sémantisme de BE + -ING on ne peut pas se contenter de faire référence au procès, ni même à la relation prédicative si l'on exclut de cette dernière les circonstants. Il va par ailleurs de soi que le terme "événement" ainsi défini inclut les états (John knows the answer, Mary is French, etc.).

2 Il n'est pas inconcevable que deux formes appartenant à deux langues différentes puissent avoir la même valeur fondamentale (le même "signifié de puissance"); en effet, si l'on met à part le lexique, les besoins d'expression sont grosso modo les mêmes dans toutes les sociétés humaines, et par conséquent dans toutes les langues. L'identité du signifié de puissance, toutefois, n'implique pas celle des effets de sens. Ces derniers ont généralement tendance à s'étendre, par des glissements sémantiques de types divers, mais ils ne s'étendent pas nécessairement de la même façon dans des langues différentes.

3 L'hypothèse selon laquelle la valeur sémantique de BE + -ING résulte de l'addition (ou du moins de l'association) de la valeur sémantique de BE et de celle du suffixe -JNG est communément admise. Il faut cependant observer qu'elle présuppose que la forme verbe+ -ING a une valeur sémantique invariante, ce dont on peut douter si l'on considère, par exemple, que V-ING semble avoir deux valeurs très différentes dans As he was losing his blood in abundance he shouted for help et dans Seeing (*As he was seeing. .. ) that he was in danger he shouted for help.

4 Pour une analyse plus détaillée de BE, v. Larreya 1989a et 1989b. Voici brièvement deux exemples et un commentaire : John is lazy situe John dans la catégorie 'lazy people'; This book is Ted 's situe le référent de this book dans la catégorie "l'univers de Ted"; la catégorie définie à droite de BE peut être un ensemble constitué d'un seul élément (et on a alors la valeur d'identité): Mary is Ted's mother.

5 On peut s'interroger sur l'utilité de créer un terme nouveau pour un concept qui est très proche de ce que Guillaume (v. notamment [1929] 1970 : 61-63) appelle la vision sécante. Le choix d'un terme différent me paraît justifié par le fait que la valeur sécante décrite par Guillaume se définit essentiellement comme une division (d'où l'utilisation de l'adjectif sécant, formé sur le latin secare) de l'image verbale "en deux parties, l'une déjà accomplie qui figure dans la perspective réalité et l'autre inaccomplie qui figure dans la perspective devenir", de part et d'autre d'un point défini de façon quasi mathématique. Or, ce qui a été défini plus haut sous l'appellation de vision focalisante n'a rien d'une division de l'événement en deux parties, et, comme nous allons le voir, s'apparente à l'opération de prélèvement. Le concept de vision sécante, par ailleurs, n'est pas défini exactement de la même façon chez tous les linguistes guillaumiens. Joly et O'Kelly (1990 : 266), introduisant une temarité dans la binarité guillaurnienne, considèrent que la part d'accompli et la part d'inaccompli sont séparées par un "instant d'actualisation'', qui possède une certaine durée. Quant à Bonnard, il écrit (1981 : 218): "[ ... ]le procès est montré en un point de son déroulement, sans qu'on voie le début ou la fin: c'est l'aspect duratif (on dit aussi sécant, terme moins ambigu)".

La différence est beaucoup moins grande avec le concept de saisie dilatatoire du procès de Lapaire et Rotgé (1992: 420-424 et passim), qui distinguent dans le procès trois phases (un "avant", un "pendant" et un "après"), et soulignent "le point de vue d'observateur" de l'énonciateur (p. 423). Une précision encore sur le concept de vision focalisante: il va de soi qu'il ne doit pas être confondu avec les procédés de focalisation tels que le clivage ou l' extraposition.

6 Voir un événement de façon globale ou globalisante (ce qui correspond à l'emploi des temps simples et de la base verbale) ne signifie pas nécessairement que l'on voit cet événement d'un bout à l'autre de sa durée, ou comme accompli au moment repère. Ceci s'applique notamment aux emplois du prétérit (voir sur ce point Trévise 1994: 56) et au second verbe des constructions du type "verbe de perception + GN + base verbale". De façon analogue, la forme Ø + nom ne fait pas nécessairement référence à la totalité de la catégorie dénotée par le nom : l'emploi de Ø signifie simplement que (du moins dans le segment concerné) on n'opère aucune délimitation dans la notion.

7 Au présent simple, le verbe ne porte aucune marque formelle, si l'on excepte le -s de la troisième personne du singulier, qui peut être considéré comme un marqueur de personne. Quant à la marque du prétérit simple, elle ne change pas la valeur aspectuelle du verbe. On peut observer trois analogies avec le système de la détermination nominale. La première (celle qui vient d'être mentionnée) concerne le degré zéro de la détermination (aucune délimitation n'est opérée, au niveau du GN ou du GV, dans la catégorie dénotée par le nom ou le verbe - ce qui correspond à la marque Ø). La deuxième analogie réside dans l'opération de délimitation (ou de prélèvement), qui est effectuée avec BE+ -ING dans le domaine du verbe, avec un déterminant du type a/an ou some dans le domaine du nom. La troisième analogie est la suivante: l'opération de délimitation a pour suite naturelle, dans les deux domaines, une opération d'identification (ou de repérage). Cette dernière est dans les deux cas effectuée par le contexte, et il s'agit dans les deux cas d'un contexte extérieur (extérieur au GN et extérieur au GV). Sur la succession des opérations de détermination, voir Larreya et al. 1992 : 72.

8 D'une façon un peu surprenante, Lewis n'est allé qu'à mi-chemin dans son analyse de l'analogie entre les deux oppositions. Sans doute a-t-il estimé que cette analogie était seulement partielle. Pour lui (v. 1986 : 87), BE+ -ING est utilisé pour se référer à une "période limitée". ('The essential characteristic of (be) + ... ing forms used for the "present continuo us" is that the speaker uses the (be) + ... ing form if, at the moment of speaking, (s)he conceptualizes the action as existing for a limited period of time.') Cette analyse est erronée, à mon avis, d'une part parce qu'elle opère une généralisation abusive à propos d'énoncés du type I'm living in Oxford (on trouve de nombreux contre-exemples), et d'autre part parce qu'elle confond la période d'observation de l'événement (le regard mental sur l'événement) avec la période de l'événement lui-même; c'est la première qui est "limitée", dans les cas où on emploie BE+ -ING, et non la seconde. Nous aurons l'occasion de revenir sur ce point à propos des énoncés du type I'm living in Oxford.

9 Le terme identification est utilisé ici dans un sens différent de celui qu'il a dans la Théorie des Opérations Énonciatives (v. par exemple Groussier et Rivière 1996: 101) ou chez les logiciens. Il s'agit du sens dérivé de celui qu'a le verbe identifier dans identifier un voleur (exemple emprunté au dictionnaire Robert).

10 On retrouve ici - d'une façon qu'on peut juger curieuse, voire amusante, ou au contraire tout à fait normale - le vieux débat des philosophes: l'existence précède-t-elle l'essence? Il serait présomptueux de la part d'un linguiste de vouloir apporter sa contribution à ce débat.

11 Cela, bien sûr, ne signifie pas que les deux formes s'opposent toujours de cette façon. Dans l'énoncé ci-après, par exemple, l'opposition entre I'm listening et I listen est simplement aspectuelle au sens étroit du terme : 'You 're not saying much. You hardly do, you know, when l'm here.' '/'m listening. I listen. J'm an écouteur[ . . ].' (P. Roth, Deception, p. 42). On pourra également s'interroger sur ce qui différencie les emplois des deux formes dans l'épigraphe du présent article.

12 Cette différence est à rapprocher de l'opposition qui est parfois faite (d'une façon un peu simplificatrice) entre le caractère "objectif' des formes simples et le caractère "subjectif' de BE + -ING. Si cette opposition correspond en partie à la réalité, c'est tout simplement parce que les formes simples représentent l'événement en quelque sorte à l'état brut, alors que BE+ -ING représente un regard de l'énonciateur sur l'événement.

13 Cette problématique est en fait très large. Je me contenterai de mentionner l'un des cas dans lesquels il me paraît difficile de fournir une explication éclairante et prédictive : on peut opposer He couldn 't believe what he saw/what he was seeing et The sight was gorgeous, and he 'd undertaken the task of describing what he saw in front of hirn (? ... what he was seeing in front of him). Les théories fondées sur le concept d'anaphore ne me semblent pas pouvoir fournir une explication. Le concept d'identification ne permet pas lui non plus de rendre compte des différences de façon entièrement satisfaisante. Il semble que, dans He couldn 't believe what he was seeing, BE+ -ING fait en quelque sorte surgir l'événement dans l'instant, ce qui a pour effet de rendre dynamique le procès consistant à voir ; le verbe see de cet énoncé n'est plus tout à fait un verbe de "perception inerte", il contient l'idée d'un effort conscient pour bien voir et être bien sûr de ce que l'on voit, et il y a aussi, lié à l'idée de surprise, quelque chose qui rapproche un peu le sens de ... what he was seeing de celui de ... what he was discovering.

14 L'emploi de all through (ou simplement de all, dans d'autres énoncés de ce type) me paraît constituer sinon une preuve du moins un indice en faveur de cette interprétation. À cela on peut ajouter que cette sorte de "balayage" apparaît dans d'autres emplois de BE + -ING, par exemple dans He 's been watching TV for two hours.

15 Voici quelques autres exemples: During our dreams, we are actually forgetting the nonsense we have accumulated during the day. (BBC, 10 mars 1997) Two new reports suggest that house cats are transmitting bubonic plague and other diseases Io people. (Newsweek, 18 avril 1994). [ . . ] each man has two minds, the conscious and the sub-conscious. The subconscious mind is highly concentrated, but the conscious mind, the one everyone uses, is a scattered, unconcentrated thing. It is concerning itself with thousands of different items, the things you are seeing around you and the things you are thinking about. (The Wonderful Story of Henry Sugar - and six more, p. 136) Much of what we experience as loneliness, grieving or helplessness, in fact, comes down to stress. So experiences of the mind are obviously influencing events in the immune system. (Newsweek- déjà cité dans Larreya 1989b, p. 119).

16 Le fait qu'il y ait une intention déjà existante ne suffit cependant pas pour permettre, et encore moins pour déclencher, l'utilisation de BE+ -ING. Ce type d'intention peut également être exprimé par BE GOING ro. Il ne peut évidemment pas être question ici de définir ce qui détermine le choix entre les deux formes. Je me contenterai d'observer qu'on utilisera BE+ -ING (et non BE GOING TO) si, par exemple, une période future a déjà été évoquée, et s'il s'agit d'identifier l'activité du sujet au cours de cette période (No, J can 't tomorrow night. I'm watching the match on TV).

17 Certains emplois de BE + -ING avec un sens futur - par exemple She 's having her baby in June - sont cependant difficiles à classer dans une catégorie particulière, et ce qui suit ne permet pas de les expliquer d'une manière entièrement satisfaisante.

18 Je dois à Wendy Schottman l’essentiel des remarques qui suivent.

19 Il va de soi que sur cette question la diachronie peut apporter un éclairage important. Voir notamment Lancri 1996.

Top of page

References

Bibliographical reference

Paul Larreya, « BE + -ING est-il un marqueur d’aspect ? », Anglophonia/Sigma, 03 (6) | 1999, 135-150.

Electronic reference

Paul Larreya, « BE + -ING est-il un marqueur d’aspect ? », Anglophonia/Sigma [Online], 03 (6) | 1999, Online since 15 June 2016, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/682 ; DOI : 10.4000/anglophonia.682

Top of page

About the author

Paul Larreya

Université Paris XIII

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals