Skip to navigation – Site map

Le concept de “métalinguistique” dans la linguistique anglaise

Claude Boisson
p. 151-198

Abstract

This article is a detailed examination of the uses of “metalinguistic” and “metaoperation” in English linguistics, mainly in the work of Henri Adamczewski and his followers. It is shown that they suffer from serious inadequacies and confusions. Since the term “metalinguistic” must keep the canonical meaning it has always had in the logic and linguistic literatures since Tarski’s coinage of “metalanguage” in 1930, it is suggested that the “Grammaire métaopérationnelle” be renamed, as the label is misleading.

Top of page

Full text

  • 1 Je tiens à remercier Arianna Betti (Université de Gênes), Norbert Dupont (Université Lumière-Lyon 2 (...)
  • 2 Ce n'est pas seulement une carence terminologique que je vise, c'est aussi un manque de rigueur dan (...)
  • 3 De même encore pour "sujet", pour "relation prédicative", pour "validation'', dont je ne dirai rien (...)

1La linguistique souffre paradoxalement de carences terminologiques1. En dehors de la bien connue prolifération de termes suivant les écoles, on note des glissements conceptuels derrière certains des mots apparemment universels. Or une clarification des concepts de base, ainsi qu’un usage strict de la terminologie, se révèlent impératifs pour aider la pensée. Par concepts de base, je n’entends évidemment pas les primitives, par définition indéfinissables, mais ceux des concepts qui se situent pas trop loin des primitives dans le déroulement du système des concepts2. Le terme “métalinguistique” renvoie à un de ces concepts de base pour lesquels la clarté est exigée. En effet la clarification du concept qu’il recouvre est un des acquis majeurs dans l’histoire de la logique occidentale. Tout vacillement sur ce concept constitue ipso facto une erreur fondamentale3. Or, on va le voir, il a positivement fasciné une partie importante des anglicistes français parmi les plus distingués, qui ont cru y trouver la solution profonde à toute une série de problèmes. Ils ont été victimes d’illusions. Ces illusions devenant maintenant tenaces sont en passe de se figer dans la littérature au point de ne même plus se laisser percevoir. La diffusion de ces illusions nuit à la clarté de la pensée grammaticale dans notre pays.

2Je m’intéresserai prioritairement à deux des courants énonciativistes / opérationnalistes de Panglistique française : de manière très prédominante à la “Grammaire Métaopérationnelle” (GM) d’Henri Adamczewski et de ses élèves, et, dans une très faible mesure, à la “Théorie des Opérations Énonciatives” (TOE) d’Antoine Culioli. Ensuite je dirai brièvement quelques mots de conceptions de Halliday, car si elles ne font pas appel à “métalinguistique”, elles utilisent néanmoins la relation “méta” d’une autre manière. Dans cette analyse critique, je me propose de montrer que les emplois de “métalinguistique” comportent des confusions très graves, et que, s’agissant de la GM en tout cas, qui se fonde sur l’existence supposée d’une “métalangue naturelle”, ils appellent une révision radicale du cadre conceptuel.

3Les deux observations liminaires suivantes seront utiles au lecteur :

  • 4 La majorité des quantifications naturelles sont floues : "pratiquement pas de x", ''presque pas de (...)

4(1) Quand je parlerai de logique, pour faire court, j’opposerai simplement le faux au vrai. En fait, bien sûr, non seulement cette logique classique est impuissante à modéliser notre logique naturelle, mais n’y parvient pas même une logique essentiellement trivalente du type de celle à laquelle a recours Larreya (Larreya 1984). Y pourvoient plutôt des logiques non classiques autres, y compris du type de celles qui se construisent sous les contraintes de la recherche en intelligence artificielle (présentations rapides dans Iturrioz & Dussauchoy, éds. 1990 ; voir aussi da Costa 1997). On signalera en particulier, d’apparition assez récente, la logique floue, susceptible de permettre des reformulations des énoncés linguistiques de la TOE opérant avec la notion de “frontière” (Bouchon-Meunier 1994), même si Culioli demeurait sceptique naguère, trop à mon sens (Culioli 1981 : 30)4. En outre la logique naturelle doit prendre en compte “1 ’ argumentativité” sur laquelle Ducrot a attiré notre attention depuis de nombreuses années, mais sans que les anglicistes français lui prêtent une attention suffisante (Ducrot 1980 ; L'Argumentation 1981); là-dessus, voir plus loin.

  • 5 Les psychologues ont débattu pour savoir si les représentations mentales se font selon des modes di (...)

5(2) Je ferai comme si le signifié d’une proposition est un contenu propositionnel conceptualisable selon le modèle de la logique des prédicats. Ce n’est que la reprise de la vieille idée du “langage intérieur” (sur les ancêtres, depuis l’Antiquité, du “mentalese” de Jerry Fodor, voir Boisson, Basset & Kirtchuk 1994). Néanmoins je ne prétendrai pas que c’est toujours la manière la plus adéquate d’envisager le signifié. Notamment (mais pas uniquement) parce que "le vague et la typicalité, quelles que soient les méthodes auxquelles on recoure pour les contenir, marquent les limites de la représentation logique au moyen de la logique des prédicats” (Nef 1990 : 21). Si bien que d’autres modélisations sont en compétition: les réseaux connexionistes issus de Quilian, ainsi que les "modèles mentaux” de Johnson-Laird, qui sont des modèles analogiques où est construit un analogue avec la situation désignée par la phrase ou le texte (ce qui est donc très différent d’une représentation propositionnelle) ; ces modèles mentaux sont de plus susceptibles de générer des images mentales (au sens précis des psychologues)5. Au moins naguère, Johnson-Laird proposait la coexistence de représentations propositionnelles et de représentations comme modèles mentaux, les premières étant converties en les secondes dans le décodage linguistique (sur les modèles mentaux, v. Johnson-Laird 1983 ; Ehrlich & alii, eds. 1990).

6Même des propriétés dont nous avons l’habitude de considérer qu’elles sont spécifiques des seules propositions, comme la valeur de vérité, sont vraisemblablement extensibles à des représentations mentales d’un autre type, et, comme le dit Russell : “Je n’entends pas nier qu’un souvenir consistant en des images, et non en des mots, peut être “vrai” ou “faux” ; mais c’est alors dans un sens légèrement différent, qui ne doit pas nous concerner pour le moment” (Russell 1969 = 1940 : 76). J’ignore si cette note en passant de Russell a déclenché des réflexions sur la notion de vérité, mais si ce n’était le cas, cela le mériterait.

1. Métalinguistique : introduction et rappels

  • 6 A ce propos, on prêtera attention à la subtilité suivante. Une opération récursive (réappliquée suc (...)
  • 7 Culioli déclare sans ambages : "L'ignorance de la plupart des linguistes concernant la logique, en (...)

7Nous allons toucher des notions d’apparence délicates, car “métalinguistique” a des connexions avec des concepts comme “réflexivité”, “auto-référence”, “récursivité”6. Pour cela nous devrons utiliser des outils qui faciliteront la description et l’analyse, mais dont la nature logico-mathématique ne doit pas effrayer, car ils demeurent tout ce qu’il y a de plus élémentaires7. De toute façon, rappelons d’entrée que “métalangue” et “métalinguistique” sont des termes préemptés par une terminologie stabilisée, ce qui oblige à une grande méticulosité dans leur emploi, ou alors à une redéfinition dûment proclamée, mais qui ne saurait manquer d’engendrer des quiproquos. Les linguistes ne peuvent pas continuer à se dispenser d’un emploi rigoureux de ces termes.

  • 8 Vu son origine, certains logiciens restent sceptiques devant son emploi en dehors d'une hiérarchie (...)
  • 9 L'apparition des idées de Tarski a connu une histoire compliquée (Tarski 1956 : 152, note ; 154, no (...)
  • 10 Camap semble avoir joué un certain rôle dans la diffusion du concept de métalangage, même s’il a pu (...)
  • 11 En logique mathématique, comme équivalents ou quasi-équivalents de “métalangue / métalangage”, on t (...)
  • 12 Dans ses notes à l'article Warheitsbegriff, Tarski parle des cours de Lesniewski à partir de 1919-1 (...)

8Le concept de “métalinguistique” s’est pleinement dégagé au début du 20ème siècle, chez les logiciens et mathématiciens, mais, on le verra, il était substantiellement acquis il y a 17 siècles8. L’inventeur du mot “métalangue” est Alfred Tarski (pratiquement inconnu des linguistes). Tarski a introduit cette notion dans des communications orales de logique mathématique en 1930, dans une publication polonaise en 1933, et dans deux publications allemandes en 1933 et 1936. C’est dans ces trois articles que le terme “métalangue” apparaît, en polonais en 1933, et en allemand en 1933, puis 1936. Les deux articles allemands sont disponibles en version anglaise dans Tarski (1956 : 152-278)9. Cependant le mot anglais “metalanguage” apparaît en anglais dans un article de Mind dès 1936, mais, semble-t-il, en référence à Camap10. L’équivalent “métalangage” ne serait apparu en français qu’en 1957, ce qui est bien tardif11. Tarski ne se donne comme précurseur que son maître Stanislaw Lesniewski, dont il fut le (seul) thésard, et il semble bien que Lesniewski aurait déjà bien entrevu l’opposition entre langage-objet et métalangage dès une publication de 1911, sans toutefois aller jusqu’à forger l’outil de la hiérarchie tarskienne des langages12.

  • 13 Pour donner un exemple simple, étant donné un système logique S constituant un langage-objet, on se (...)
  • 14 La métathéorie peut aussi concerner la sémantique ou théorie des modèles (Gauthier 1997 : 16, 137). (...)

9Pour ce qui est du mot, on notera par ailleurs que David Hilbert avait forgé “Metamathematik” en 1923 dans Die logischen Grundlagen der Mathematik (et le mot apparaît en anglais dès 1926 dans l’Encyclopœdia Britannica). De sorte que si le terme qui nous intéresse comme linguistes est bien dû à Tarski, le schéma de formation de ce terme est déjà chez Hilbert, et que le concept d’opposition entre langue-objet et métalangue ou pour le moins entre système et méta-système se trouve esquissé chez Lesniewski (vingt ans avant Tarski), puis très nettement dessiné chez Hilbert (pour ce dernier : Church 1956 : 47, note 110 ; et la longue citation de Hilbert dans Bochenski 1956 : 332-333)13. Chez Hilbert “métamathématique” désigne la théorie de la démonstration pour les mathématiques14.

10Au surplus, la distinction conceptuelle langue / métalangue se trouve aussi chez Frege, non pas explicitement, mais du moins en ébauche et par implication, dès 1893. Cela est clairement dit dans un passage de l’histoire de la logique de Bochenski (1956 : 313), où l’auteur résume les multiples apports de Frege qui en font, selon lui, le plus grand novateur en logique depuis Aristote. Bochenski a certainement à l’esprit le fait que, selon ce qu’on dit usuellement, Frege utilisa le premier les guillemets pour faire la distinction entre “mention” et “usage” d’une expression (Belna 1996 : 212). En réalité, le logicien Curry indique que les linguistes avaient déjà utilisé les “quotation marks” pour les mots en emploi autonymique au moins dès 1765, bien que j’ignore à quel texte il fait allusion (Curry 1977 : 82). Et en fait, si l’on veut bien tenir compte d’autres procédés graphiques pour indiquer l’emploi autonymique d’un mot, on observe l’usage (massivement prédominant) des italiques dans les grammaires anglaises imprimées en romain (et, inversement, du romain dans un texte en italiques) dès le 16ème siècle (Monique Verrac, communication personnelle). D’autres procédés plus rares et moins constants étant les “inverted commas”, parenthèses, crochets, caractères gothiques, association d’italiques plus parenthèses. S’agissant de l’importante grammaire latine de Lily, A Short Introduction of Grammar (édition de 1549), Monique Verrac m’indique ceci : “le texte est en caractères gothiques, les citations latines sont en caractères romains droits et les “signes” anglais cités sont en italiques, et précédés autant que suivis de virgules”. Noter en français les parenthèses du passage “À cause que (ie) est pronom” dans la Briefue Doctrine, premier traité d’orthotypographie française paru en 1533 (Catach 1994 : 73). C’est dire si la symbolisation graphique de l’autonymie est ancienne.

11En tout cas Frege se vit autorisé à dire : “Je distingue ainsi les cas où je parle du signe lui-même de celui où je parle de sa référence” (introduction aux Grundgesetze der Arithmetik, 1893, reproduite à la fin de l’ouvrage de Belna). Mieux encore : Frege a terminologiquement distingué “langage auxiliaire” (“Hilfsprache” = langage-objet de Tarski) et “langage d’exposition” (“Darlegungs-sprache” = métalangage de Tarski), et cela avant Tarski, mais c’est dans un inédit tardif daté de 1924/1925, publié seulement dans les Nachgelassene Schriften, sortis en 1969 (Belna, ibid). Dans ses travaux anciens il ne maîtrise pas encore pleinement l’outil, et peine à s’exprimer adéquatement (Claude Imbert, p. 19 de son introduction à Frege 1971).

  • 15 Il n'y a guère que Heidegger à oser rapprocher, avec son aplomb habituel, "métalinguistique" et "mé (...)

12Pour un examen du “métalinguistique” dans des directions différentes de celle qui m’intéresse ici (Hjelmslev, Josette Rey-Debove), et qui m’entraîneraient trop loin, voir la thèse soigneuse de Jon (1981). À l’adresse des lexicologues, notons que le patron de formation en “méta-” date du milieu du 19ème siècle, à partir de “métaphysique”, où “méta” est interprété comme “allant au-delà de”, mais selon un type de dépassement autre15.

  • 16 "There are infinite numbers ofmeanings to 'there are"' (Russell 1918, 1985: 139).

13Première notule historique : on observera que, comme il est bien connu, la “supposition matérielle” des logiciens médiévaux, constitue indubitablement une esquisse d’appréhension du concept de métalinguistique, non pas certes au niveau de la proposition, mais en tout cas au niveau du mot (Bochenski 1956 : 190). “Suppositio materialis” est le nom donné au fait de prendre “homo” non pas comme un signe renvoyant à l’homme ou aux hommes (“supposition personnelle”), mais au mot, comme dans “homo est nomen”, “homo est vox disyllaba” (Biart 1989 ; Bochenski 1956 : 188-193 ; Ockham 1323, 1988, ch. 63-67). La supposition matérielle des logiciens est reprise du “materiale impositum” des grammairiens, utilisée déjà par ces derniers au 12ème siècle (de Libera & Rosier 1992 : 151-152). “L’imposition” étant l’acte d’assigner un nom à une entité, emploi encore attesté dans “l’imposition” du prénom au baptême, le terme de “seconde imposition” venait en . fait de .Porphyre (voir plus bas), et cela via d’autres commentateurs d’Aristote du 4ème au 6ème siècle, chez les Grecs par Ammonios d’Alexandrie (fils d’Hermias), Dexippe, Elias, Simplicius, et chez les Latins par Boèce dans In Categorias Aristotelis (Arianna Betti, comm, personnelle ; cf. Biard 1989 : 109, lequel mentionne aussi comme source des médiévaux Augustin, lequel connaissait Porphyre, avec sa distinction entre signes d’objets et signes de signes dans De magistro). De plus les scolastiques s’étaient évidemment attaqués au problème des paradoxes logiques (qu’ils appelaient “insolubilia”), du type de "ego dico falsum”, et avaient proposé plusieurs solutions. Celle d’Ockham et de certains autres logiciens était d’interdire les propositions autoréférentielles, préfigurant la position de Russell. Chez Pierre d’Ailly, écrivant à la charnière des 14ème et 15ème siècles, on est proche de la problématique actuelle : "La solution de Pierre d’Ailly démontre donc que les valeurs de vérité d’une proposition mentale ne peuvent être exprimées dans le même système de propositions mentales, mais seulement dans un autre système parlant de ces propositions mentales, comme le fait le système des propositions orales ou écrites” (d’après Anton Dumitriu, cité dans Falletta 1998 : 113). Deuxième notule historique, anticipatrice : d’après Bochenski, la théorie des types, dont il va être question ci-dessous, est l’explicitation d’une vue ébauchée dans la conception thomiste (contre les scotistes) suivant laquelle l’expression “être” n’est pas "univoque”, mais qu’il faut considérer qu’il y a des "analogies de l’être” (Bochenski 1990 : 66-67)16.

14Troisième notule historique : les logiciens médiévaux occidentaux tiraient leur distinction de Porphyre (3ème siècle après J.-C.), lequel, dans Eis tas Aristotelous Katêgorias katapeusin kai apokrisin, distinguait déjà nettement "première imposition” et "seconde imposition”, ainsi : “appeler une certaine matière or relève de la première imposition des noms [...], mais dire que le mot or est un nom relève de la seconde imposition” (citation opportunément traduite dans Larcher 1988 : 118 note 3). C’est Porphyre qui se trouve à l’origine d’une double tradition, une tradition occidentale mentionnée plus haut, et, chose à noter, une tradition arabe indépendante, laquelle, par l’intermédiaire de la falsafa (la distinction entre première et seconde imposition se trouvant chez al-Farabi) a passé chez les grammairiens de la langue arabe, notamment al-Astarabadhi au 13ème siècle (Larcher ibid. ; Larcher 1991 ; Larcher 1992).

15Il faut prêter attention au problème suivant, qui n’est peut-être pas dénué de pertinence dans l’exégèse que je ferai des textes d’Adamczewski, et qui, pour le moins, permettra d’écarter d’emblée un emploi fautif de “métalinguistique” chez un excellent linguiste américain. Cette subtilité nous mettra en éveil quant au caractère assez dangereux du concept de "métalinguistique”.

  • 17 L’évacuation des antinomies sémantiques exige la distinction langage-objet / métalangage, mais non (...)
  • 18 S’il y a plusieurs arguments n’appartenant pas au même type, et que, parmi eux, le type le plus éle (...)
  • 19 La théorie des types constitue une solution ad hoc pour éviter les antinomies. Une autre consiste à (...)
  • 20 “Tarski’s approach enforces a sharp distinction between logic and metalogic, between propositions w (...)

16Lorsqu’on veut éviter certains des paradoxes, il existe deux manières classiques d’envisager ce que nous pourrions appeler des hiérarchies d’êtres : la théorie des types de Russell, et la distinction langue-objet / métalangue de Tarski17. Au regard de la théorie des types, une fonction f est d’un type logique t immédiatement supérieur à celui (t-1) auquel appartiennent les objets qui entrent en prédication avec lui, les arguments (mettons, a). Donc, quand on écrit “f(a)”, “a” appartient par exemple au type 0, mais “f” appartient au type immédiatement supérieur, 118. De même, s’agissant des ensembles, les objets appartiennent à un type, mais les classes à un type supérieur. On écrit donc canoniquement “f(a)” ou “x appartient à E”, tandis que “x appartient à x” est illicite. Ces règles de syntaxe sont posées pour rendre impossibles par construction les antinomies bien connues résultant de l’auto-référence (le catalogue des catalogues, le Crétois menteur, etc.). Nous voyons que ces expressions associent des entités appartenant à des types distincts, elles sont “typalement” hétérogènes19. Or si nous confrontons ceci avec ce qu’a écrit Tarski sur la métalangue, il y a un problème d’articulation des deux problématiques20. En effet, dans la perspective de Tarski, quand on a formé une proposition telle que “f(a)”, celle-ci appartient globalement à une langue de niveau déterminé. Et elle peut entrer en bloc comme objet dans une métalangue, comme, disons dans le cas où “Mon petit Pierre a mangé toutes les crêpes” est inséré dans la phrase que voici : “Dans Mon petit Pierre a mangé toutes les crêpes, le prédicat est a mangé toutes les crêpes”.

17Ici deux observations sont requises. D’abord, chez Russell, se rencontre une conception de la hiérarchie des langues à partir du langage-objet, mais qui ne coïncide pas avec celle de Tarski. En particulier le langage le plus bas dans la hiérarchie, le langage-objet, ou langage primaire, ne contient aucun connecteur logique (Russell 1969 = 1940). Et, pour me répéter, chez Russell, les types concernent des entités ultimes (objets, prédicats...), tandis que chez Tarski les niveaux de langues concernent, non pas véritablement les entités constitutives des propositions, mais les propositions elles-mêmes.

  • 21 Au surplus, Russell indique ceci dans un article de 1924: “When two words have meanings of differen (...)
  • 22 Une tentation de confusion analogue se lit dans la formulation trop rapide que voici : "la théorie (...)

18Deuxièmement, on voit un auteur, pourtant logicien, s’exprimer de telle sorte que “a” serait un être de la langue objet L0, tandis que “f ’ serait un être de la métalangue L1 (Hottois 1989). Dans ces conditions, toute proposition est, par construction, hétérogène quant à la distinction langue / métalangue, ce qui, pour nous autres linguistes, serait une propriété non dénuée d’intérêt21. Cependant cette ‘‘traduction” de l’hétérogénéité typale des expression dans la problématique langue objet / métalangue se révèle erronée, comme me le confirme Jean-Pierre Ginisti : en effet “f ’ et “a” appartiennent tous deux bel et bien à l’alphabet de la langue-objet, au même titre, par exemple, qu’appartiennent à l’alphabet de la logique propositionnelle “non”, “ou”, “et”, d’une part, mais aussi bien “P”, “Q”, “R”. On ne peut pas dire que dans”(non-P) ou (Q et R)”, “P”, “Q”, “R” appartiendraient à la langue, tandis que les connecteurs logiques appartiendraient à la métalangue. Il ne faut pas confondre la hiérarchie d’êtres (symboliques) et la hiérarchie de langages22.

  • 23 On croirait lire Adamczewski parlant de la "métalangue naturelle".
  • 24 L'erreur de Longacre montre excellemment le caractère dangereux du concept de "métalangage", d'auta (...)

19On pourrait penser que la confusion du logicien Hottois ne nous concerne pas en tant que linguistes. Il n’en est rien, car c’est cette même confusion dans laquelle tombe le linguiste Longacre dans un passage d’un gros livre où il parle (lui aussi) de “built-in metalanguage” (Longacre 1983 : 78-79)23. Dans une langue comme l’anglais, dit-il, on dispose de connecteurs du genre “and then”, “while”, “and”, “but”, qui permettent d’associer des propositions, comme : “My horse is white but your horse is black”. Mais on peut aussi dire, dans un style intellectualisant : “My horse’s whiteness contrasts with your horse’s blackness”. Longacre traite cette reformulation comme faisant appel à un “metalinguistic predicate” “contrast with” associé à des nominalisations. Il suggère également que cette machinerie des langues indo-européennes ne se trouve guère dans d’autres familles linguistiques, en tout cas pas dans les langues méso-américaines dont il est un spécialiste reconnu. Mon interprétation n’est pas du tout celle de Longacre : l’énoncé avec “but”, qui associe deux propositions, et l’énoncé avec “contrast with”, qui n’est qu’une seule proposition, sont des paraphrases dans lesquelles aussi bien “but” que “contrast with” correspondent à un connecteur ou à une fonction (ou prédicat) dans une traduction logique. Ce connecteur ou cette fonction ne sont certes pas du même type que les entités qui lui sont associés, mais on ne saurait en conclure pour autant qu’elle assume un statut metalinguistique par rapport à ces entités24.

  • 25 Cela a pour effet que toute modélisation robotique des sujets parlants exige l'inclusion d'actions (...)
  • 26 Dans les deux premiers exemples (Code civil, articles 534, 556), les italiques figurent dans mon éd (...)
  • 27 Je ne suis pas certain toutefois qu'un énoncé comme "Le grec pratique abondamment la composition" s (...)
  • 28 Wardhaugh suggère que cette activité métalinguistique clarificatrice est normalisée et stéréotypée, (...)
  • 29 Ducrot affecte d'un caractère métalinguistique la négation elle-même, considérant comme il le fait (...)
  • 30 D'après Silverstein on ne retrouve pas dans la culture des locuteurs de Lower Chinook l'insistance (...)
  • 31 Exemple chez un enfant de trois ans un mois : "Quand c'est un yaourt au citron, on dit que c'est un (...)

20Dûment prévenus des glissements possibles, et avant d’examiner des emplois de “métalinguistique” qui sont sujets à caution dans la GM, fixons nos idées en nous demandant quels sont les emplois clairs et non litigieux de “métalangue”, “métalinguistique”. Ce sont essentiellement ceux qu’avait à l’esprit Jakobson, parfaitement au courant des travaux des logiciens puisqu’il avait lu Tarski, lorsque, déroulant la liste des fonctions du langage naturel, il y incluait la "fonction métalinguistique” du langage naturel (Jakobson 1960). Beaucoup de ces emplois sont d’un usage courant, et il est d’ailleurs étonnant que la plupart des manuels de linguistique n’en fassent même pas mention, d’autant que l’utilisation métalinguistique du système de communication est vraisemblablement spécifique de l’espèce humaine25. Je les illustrerai, eux et quelques autres, par des exemples comme ceux-ci, déversés sans prétention à un classement rigoureux, et où je n’exclus pas que, parfois, se soient glissées des utilisations abusives de "métalinguistique”. (1) Dans un système L0, je produis une expression E0 comme "La neige est blanche”, puis dans un système L1 (métalangage) je produis une expression comme "La neige est blanche est vrai”. L1 est un métalangage pour le langage objet Lq, et E} contient E0 en bloc comme argument. C’est avec cet exemple bien connu que Tarski a introduit sa définition de la vérité, platitude seulement en apparence. (2) Dans une phrase comme "Il y a cinq lettres dans neige”, il est fait un emploi métalinguistique (auto-nymique, auto-référentiel, sui-référentiel) du mot "neige”, tandis que dans "La neige est blanche”, il en est fait un emploi linguistique au sens restreint. (3) Dans le glossaire de Delmas & alii (1993), on met à part une série de "métatermes” de la langue de description des linguistes ("extraposition”, “prédicat”, etc.). Ce sont des exemples de ce qui a été appelé ailleurs un "métalexique” (Larcher 1988 : 119 note 7). (4) Dans les dictionnaires, on rencontre des définitions formulées métalinguistiquement dans le style : "miauler : se dit du chat (et de certains félins) quand il fait entendre son cri” (Martin 1992 : 60). De même dans des textes juridiques, comme les codes, où, à côté de définitions linguistiques du type "La propriété est...”, “L’usufruit est le droit de...”, qui sont de loin prédominantes, on trouve des définitions métalinguistiques "Les mots meubles meublant ne comprennent que...”, “Les atterrissements et accroissements [...] s’appellent alluvion”, "Est dite de collaboration l’œuvre à la collaboration de laquelle...”, "Sont dénommés entreprises de communication audiovisuelles...”26. (5) Les écrivains peuvent introduire métalinguistiquement un terme de couleur locale : "À Lyon, les fils de riches ne portent pas de blouses ; il n’y a que les enfants de la rue, les gones comme on dit” (Daudet, Le Petit Chose). (6) Les informateurs sont capables de fournir des commentaires métalinguistiques sur leur langue ou sur d’autres27. (7) Très couramment, il est fait un emploi métalinguistique d’items linguistiques, dans des expressions discursives ou dans des expressions adverbiales du genre des suivantes, qui permettent notamment des reformulations : “let’s put it this way”, “in other words”, “I mean”, “strictly speaking”, “so to say”, “that’s exactly what I was trying to say”, et même, avec des ambiguïtés d’emploi, “kind of’, “sort of’, “almost”, “actually”, “frankly”, “literally”, “let me explain”, “rather”, ou dans d’autres items (Schifffin 1987 : 303-304 ; Quirk & alii 1985 ; ch. VI dans Guimier 1988 ; Sweetser 1990 ; Wardhaugh 1985 : 134 ; Brazil 1995, ch. 15, 16 ; Gilbert 1989 : 25-28)28. Dans les négociations interactionnelles de la conversation courante, la co-construction du signifié par les interlocuteurs fait souvent appel à ces outils métalinguistiques (Berthoud 1997). Des connecteurs comme la négation peuvent fonctionner dans un emploi métalinguistique (ou “polémique”) lorsqu’il y a rejet d’une affirmation préalable, ou plutôt du terme choisi d’abord : “Il n’en est pas satisfait, il en est enthousiaste” (Ducrot 1972 : 104 ; Ducrot 1980 : 28, 70 ; Payne 1992 : 76)29. On a donc pu parler ici “d’actes métadiscursifs” (Vemant 1997 : 51, 52, 57). (8) De plus on a aussi fréquemment des commentaires métalinguistiques sur les valeurs illocutoires. On a ainsi des échanges assez courants, du genre : “A - On va au cinéma. B - C’est une question ?”, où B a trouvé ambiguë l’intonation de A, et pose une question sur la valeur illocutoire de l’énoncé de A. (9) Des items métalinguistiques servent à scander les discours et conversations (voir ce qui est dit des actes “meta-interactive” dans Coulthard 1985 : 123-126). L’étude des descripteurs “métapragmatiques” (verba dicendi) du type de ceux que Silverstein envisage dans des textes narratifs de Lower Chinook permet d’atteindre l’ethnothéorie de la langue (la “culture of language” ou “ethnometapragmatics”) qui est ainsi véhiculée, et qui diffère de la nôtre (Silverstein 1985)30. (10) Les apprenants d’une langue se livrent à une activité métalinguistique sur elle (Berthoud 1982). (11) Les enfants prononcent des énoncés partiellement au moins métalinguistiques, posent des questions métalinguistiques et s’adonnent à des jeux métalinguistiques (Jakobson 1971 : 248 ; Johnson-Laird 1983 : 263-264)31. (12) Certaines aphasies se signalent par une perte des capacités métalinguistiques (Jakobson 1971 : 247-248). (14) Les grammaires comportent des spécifications concernant l’application des règles (lesquelles sont au niveau méta-linguistique) : ces spécifications sont donc méta-métalinguistiques.

21L’applicabilité du concept de métalangage en linguistique a été mise en doute par Berrendonner (1981 : 128-137). Mais j’avoue ne pas appréhender son argumentation, soit l’idée que “langage-objet” se réfère à une énonciation, à un événement.

  • 32 En logique, Curry introduit "epitheory" et des termes de formation analogue (Curry 1977, ch. III). (...)

22D’autres distinctions sont à garder à l’esprit. Culioli distingue “métalinguistique” et “épilinguistique” : il appelle “gloses épilinguistiques les textes qu’un sujet produit lorsque, de façon spontanée ou en réponse à une sollicitation, il commente un texte précédent” (Culioli cité in Berthoud 1982 : 159)32. Il s’agit de reformulations ou ajustements (du type de ceux que j’ai mentionnés plus haut) qui sont en principe inconscientes (Groussier & Rivière 1996 : 70 ; Gilbert 1989 : 60, note 11). Dans Halliday, on trouve des idées très intéressantes, dont il sera brièvement question plus bas.

23En outre il faut se souvenir que les langues naturelles permettent d’exprimer des “raisonnements” (au sens le plus général du terme) où certaines distinctions doivent être faites au moins au regard du logicien, mais non pas nécessairement au regard de l’usage naturel de la raison.

24Les logiciens distinguent ainsi les propositions qui concernent la logique, celles qui concernent la métalogique (le discours sur la logique), et celles qui concernent ce qu’on pourrait se hasarder à appeler “Pextralogique”, et spécialement le “monde”. Ainsi certains connecteurs des langues naturelles sont ambigus quant au niveau auquel ils se situent. C’est le cas de “parce que”, qui peut correspondre à une relation conditionnelle (implication dite “matérielle”) en logique, à une relation d’inférence en métalogique, ou à une relation causale dans le monde empirique. Le “brouillage” entre ces domaines est probablement fonctionnel. Quand je dis “La limaille de fer est attirée par l’aimant parce que celui-ci est entouré d’un champ magnétique”, je joue sur les deux tableaux : logique (au sens large) et extralogique (empirique).

25En outre on ne doit pas s’attendre à une articulation simple entre ces distinctions d’une part et celle entre langue et métalangue (comme l’emploient les linguistes) d’autre part. Regardons la phrase suivante : “On considérera : si p implique q est vrai, on ne peut rien inférer sur la valeur de vérité de p”. L’ensemble de cet énoncé entre “ ” est proféré au niveau métalinguistique. Il contient un énoncé au niveau linguistique, l’énoncé qui est “considéré” et écrit ci-dessus en italiques, soit : “si p implique q est vrai, on ne peut rien inférer sur la valeur de vérité de p”. Cet énoncé linguistique a un signifié complexe. Là-dedans en effet, on a inséré “p implique q”, laquelle est une expression qui renvoie au niveau logique, tandis que tout le reste renvoie au niveau métalogique ; on voit tout de suite, par exemple, et pour se borner à quelques mots ou expressions, que “vrai”, “inférer”, “valeur de vérité”, sont des entités métalogiques.

26Le lecteur patient aura compris que le commentaire que je viens de faire est méta-métalinguistique, et il pourra même y ajouter le méta-commentaire (méta-méta-métalinguistique) : “Tout ça c’est bien joli, mais ça nous donne le tournis”... Il faut toutefois bien voir que de tels cas d’emboîtements de poupées russes ne sont pas si rares dans des discours de nature intellectuelle, même si la forme compacte du langage naturel masque usuellement les imbrications, comme dans “il est vrai que [l’énergie varie par quanta]”, énoncé très simple qui mobilise un niveau métalinguistique, soit : (1) on a la proposition P dans L0 : “l’énergie varie par quanta” ; (2) on a la proposition Q dans L1 : “la proposition P est vraie”. Ce type d’emboîtement ne devra donc pas être confondu avec des enchâssements à l’intérieur d’un même niveau, comme dans “Mieux vaut subir l’injustice que la commettre” (voir ce qui est dit plus bas à propos de Halliday).

  • 33 Ainsi les numéros des théorèmes d'un système logique sont normalement métathéoriques, mais l'incorp (...)

27Pour être complet, on peut finalement envisager de s’interroger sur l’éventualité de déplacer la frontière entre linguistique et métalinguistique. En effet, comme me le rappelle Jean-Pierre Ginisti, en ce qui concerne les langues formelles, il y a des possibilités d’incorporer à la langue des éléments qui, à première vue, étaient à faire figurer dans la métalangue33. La distinction langue / métalangue n’est donc pas nécessairement fixée par principe pour tous les éléments. Ce jeu est-il transposable aux langues naturelles ? J’avoue ne pas voir clair là-dessus pour le moment, mais cela me paraît difficile vu la différence considérable entre langages formels et langues naturelles pour ce qui nous occupe ici.

2. “Métalinguistique” chez Adamczewski

  • 34 Par exemple très clairement chez Harris (1971 : 19-20, 142-146, etc.).
  • 35 Cotte (1996 : 56, note 1). Cotte pense peut-être à des notations comme celle-ci, à vrai dire fort a (...)

28Adamczewski présente comme un des éléments centraux de son modèle GM l’idée brillante et peut-être profonde que la langue comprend dans son propre fonctionnement une “métalangue naturelle”. Cette idée est très probablement à distinguer de l’idée partout rencontrée que les langues naturelles incluent leur propre métalangue, encore que cela ne soit pas expliqué avec toute la netteté souhaitable34. Selon Pierre Cotte, l’idée se trouverait déjà chez Gustave Guillaume35. Mais cette assertion frappante d’Adamczewski exigera un examen attentif, examen d’autant plus utile et licite qu’Adamczewski se présente lui-même comme très exigeant sur la métalangue des linguistes (Adamczewski 1996 : 106-110). Au surplus le terme de “méta-opérateur”, désormais bien installé dans la terminologie de certains au moins des anglicistes universitaires, commence à se répandre dans des ouvrages destinés à l’enseignement secondaire, en sorte que son succès social appelle une estimation rigoureuse de sa légitimité scientifique.

  • 36 Le logicien Curry, pour sa part, se montre sensible à ces données dans l'analyse sémantique des pré (...)

29D’entrée, dans la littérature de la GM, l’interprétation du terme d’après son analyse morphologique présente un certain flou, qui peut expliquer pour une petite part les mauvaises directions prises. Une présentation explique que “meta” signifie “à côté, avec”, et que “to”, “-ing”, etc. sont des éléments de la langue qui se mettent “à côté d’autres éléments linguistiques pour commenter leur mise en relation” (Delmas & Girard 1993 : 103). Je passe sur le fait que, dans cette analyse qui est déjà trop pleinement engagée dans la GM, on attribue au grec “meta” un sens “à côté de” qu’il n’a pas (ce sens étant véhiculé par “para” ou “pros”), car ce serait faire preuve d’une cuistrerie un peu vétilleuse. Mais je suis surpris de la justification de l’emploi de “meta” dans des termes comme “métaopérateur”, puisque je pensais que “meta”, ici, a le sens qu’il a dans l’emploi classique de “métalangage”, “métalinguistique” (cette formation canonique oriente inéluctablement vers un sens précis), ce qui ne fait nullement appel au sens “à côté” (et pour cause, puisque “meta” ne peut vouloir dire cela). Ailleurs, il est dit que “meta” signifie “à côté, après” (Delmas dans Delmas & alii 1993 : 6), ce qui est moins inadéquat, parce que effectivement “meta” + accusatif veut dire “après”36.

  • 37 On sera attentif aux glissements possibles induits par l'emploi de "commenter", "porter sur". Ces t (...)

30Malgré ces défectuosités d’expression qui ne prêtent finalement pas trop à conséquence, je comprends que, selon la GM, toute une série de marqueurs sont des outils métalinguistiques qui “commentent” une opération37. Ils sont à la fois “opérateurs” et “métaopérateurs” (Delmas & alii : 1993 : 227). Ils fonctionneraient dans ce qu’Adamczewski appelle joliment la “métalangue naturelle”, inscrite dans la langue elle-même, et à distinguer, par exemple, cela va de soi, des métalangues terminologiques, la “métalangue du linguiste” (Adamczewski 1996 : 106). Corrélativement, les langues diffèrent quant au fait qu’elles sont “plus ou moins généreuses quant à la présence visible de leur métalangue naturelle” (ibid. : 78). Cette partie de leur machinerie s’expose plus ou moins visiblement. C’est ce séduisant concept de métalangue naturelle qui constitue une des spécificités majeures de la GM d’Adamczewski, et même la plus importante d’entre elles, étant proprement définitoire.

31Le concept, toutefois, ne saurait prendre un contour appréhensible qu’à la faveur d’analyses spécifiques où il est invoqué. Or dans la GM il arrive le plus souvent qu’on affirme le caractère “métalinguistique” d’une entité sans en apporter une justification pleinement convaincante.

32A titre de test, prenons comme premier exemple ce qu’on appelle traditionnellement le prétérit modal, qui se trouve re-nommé “passé métalinguistique” ou “prétérite métalinguistique” (Delmas & alii 1993 : 80, 92). Dans “I wish they were here”, “were” serait un “passé métalinguistique construit à partir de la prise en compte de la situation d’absence au moment de rénonciation” (Delmas in Delmas & alii 1993 : 80). Mais qu’en est-il ? Une entité métalinguistique porte sur (dans un sens précis de “porter sur”) une entité linguistique, mais aucunement sur une “situation”, fut-elle “prise en compte”. Donc ici, que faut-il entendre précisément par “prise en compte” ? Probablement Delmas veut dire ceci. L’énonciateur forme un contenu propositionnel du type NOT (POSITION (THEY, HERE)). Puis dans un deuxième temps il forme le souhait que, contrairement à ce qui est le cas, (POSITION (THEY, HERE)). Mais en quoi la forme prétérite serait “métalinguistique”, voilà qui n’est toujours pas clair.

33Pour essayer de comprendre, je me tourne maintenant vers Adamczewski, chez qui je trouve heureusement un traitement développé de la question à propos d’exemples comme “It is high time you sold your car” et “I wish I knew the fellow’s name” (Adamczewski 1982 : 49-50). Selon la sévérité coutumière à l’auteur, on trouve d’abord une condamnation sans appel de l’étiquette traditionnelle de “prétérit modal” : “bel exemple de métalangue qui, au lieu d’éclairer un problème, contribue à le rendre plus opaque !”. Puis Adamczewski propose de considérer que “-ed” signale que la cible du jugement “it is high time...” est la connexion entre “you” et “sell your car”. De même pour l’autre exemple. Nous avons donc là un “passé de type présuppositionnel”. Cette façon de prendre les choses ne manque pas de plausibilité : l’énonciateur doit avoir préalablement envisagé en esprit des propositions comme SELL(YOU, CAR) et KNOW (ME, NAME) pour en faire l’objet d’un souhait, si bien que “-ed” est métaphoriquement appliqué à ces propositions. On peut ergoter sur l’adéquation du terme “présupposition” strictement entendu, mais peu importe ici.

  • 38 A cause de la course rapide de sa pensée, Adamczewski est porté sur ces sauts conceptuels / termino (...)

34Ce qui vient ensuite, en revanche, est déconcertant. Adamczewski affirme en effet abruptement : “Résumons ce qui vient d’être dit : -ed peut renvoyer à un passé d’ordre métalinguistique où ce qui est en cause n’est plus la chronologie événementielle mais celle des opérations de structuration de l’énoncé”. Malgré le volontariste “résumons”, il ne s’agit nullement ici d’un résumé, mais bel et bien d’une reformulation opérée sans préparation aucune38, où ce qui était “présuppositionnel” jusqu’ici devient subitement “métalinguistique”. L’assimilation de ces deux concepts est hautement problématique, mais n’a nullement été argumentée. Nous reviendrons plus loin sur cette assimilation insoutenable entre présupposition (et “présupposition” dit “inférence”) et métalinguistique. Quoi qu’il en soit, le concept infondé de “passé métalinguistique” menace de s’ancrer dans la tradition de l’anglistique française, puisque, via Cotte, il est repris par l’ouvrage par ailleurs très soigneux de Gamier & Guimier (1997 : 95,197).

35L’examen d’un premier point de grammaire nous a rendu prudents. Je redis que je trouve l’idée d’Adamczewski sur la métalangue naturelle extrêmement séduisante, car si elle est vraie, elle ouvre des perspectives saisissantes. Cependant, au vu de l’exemple que nous venons d’examiner, la prudence s’impose, et je voudrais que nous procédions à une série de vérifications serrées pour savoir, dans ce qu’asserte la littérature de la GM, ce qui est vraiment métalinguistique et ce qui ne l’est pas. J’annonce dès maintenant en en prenant le contre-pied la série des assimilations que j’estime injustifiées, et qui seront illustrées successivement.

36On se doit de distinguer rigoureusement les sept classes de relations suivantes, savoir :

  1. ce qui ressortit à des “relations méta”, de type linguistique / métalinguistique (un niveau manipule des entités prises sur le niveau immédiatement inférieur, dans le sens que nous avons vu) ;

  2. ce qui ressortit à des relations de transformation, ou, par complexification, des relations de composition de transformations sur le même niveau, ou de transformation de transformation, choses sur quoi je reviens immédiatement en-dessous ;

  3. ce qui ressortit à des relations d’inférence, notamment concernant les présuppositions ;

  4. ce qui ressortit à des relations de désignation ou de référence (ne faisant pas intervenir des relations “méta”) ;

  5. ce qui ressortit à des opérations ou relations tropiques (métaphorisation tout particulièrement) ;

  6. ce qui ressortit à la relation information nouvelle vs. information ancienne ;

  7. ce qui ressortit à la relation “hypo- / hyper” (sous-ensemble vs. ensemble).

37Si mes lectures sont faites avec soin, je crains que nous ne rencontrions des confusions entre ces différentes sortes de relations, ainsi qu’on va le constater de manière répétée. La séduction du concept de métalinguistique pris comme principe généralisant s’est révélée irrésistible et a induit des assimilations en chaîne qui ne résistent pas à l’inspection.

  • 39 Sur la manière double dont Piaget envisage les "opérations", voir l'appendice.
  • 40 Il convient de s'interroger sur les mérites respectifs des sémantiques suivantes : (a) sémantique d (...)

38Avant de continuer l’examen des textes d’Adamczewski, je clarifie mon allusion ci-dessus à la notion de composition d’opérations. Et préalablement je signale (mais c’est, je pense, assez clair à la lecture du présent texte) que les “opérations” seront envisagées formellement, et qu’elles sont théoriquement susceptibles de diverses interprétations, même si dans les faits l’interprétation sera presque toujours psychologisante39. C’est qu’en effet, il faut s’en aviser, les linguistiques opérationnalistes (Guillaume, Culioli, Adamczewski) entrent constitutionnellement dans le champ de la psycholinguistique, même si tous leurs praticiens n’ont pas toujours une conscience très aiguë des implications de cette position. On devrait notamment s’efforcer d’éviter des cercles vicieux dans les explications, en se méfiant de ce scénario standard : on observe un “marqueur” ou “opérateur” (et si on l’observe pas, alors on déclare l’existence d’un marqueur “zéro”), puis on postule une “opération” qui lui correspond, et enfin on invoque cette opération sans avoir exhibé des indices indépendants d’existence de ladite opération (sur les opérations, voir mon appendice en fin d’article). En outre les opérationnalistes adhèrent volontiers au principe selon lequel les différences formelles codent des différences opérationnelles et, a contrario, un opérateur donné correspond à une opération unique (“invariant”). Mais cela semble bien impliquer que le catalogue des opérations mentales atteints par les linguistes spécialistes de telle langue est en bijection avec le catalogue des opérateurs d’une langue, ce qui est loin d’aller de soi. C’est vraisemblablement pourquoi Lapaire et Rotgé ont prudemment inventé l’adjectif hybride “psycho-grammatical”, sans que le statut de cette entité soit très clair. Comme nous autres anglicistes français sommes maintenant très majoritairement opérationnalistes peu ou prou, nous ferions bien de prêter attention à ces difficultés40.

  • 41 Les six premiers termes ne sont pas toujours utilisés avec des significations nettement différencié (...)

39En mathématiques et en logique on rencontre des compositions de relations, ou d’applications, ou de fonctions, ou d’opérations, ou d’opérateurs, ou de foncteurs, ou encore de morphismes41. Étant données deux fonctions y = f(x) et y = g(x), on peut les composer ainsi : y = F(x) = g(f(x)) = (g•f)(x) = gf(x), selon diverses notations. On voit que g•f est une fonction composée, où f est appliquée d’abord, puis g. En notation relationnelle infixée, xRy et ySz se composent en x(S•R)z. La loi de composition est associative, mais peut n’être pas commutative (l’ordre est pertinent).

40Voici des exemples de telles compositions. (1) En géométrie une transformation de rotation dans le plan suivie d’une deuxième rotation. (2) Par suite, dans les actions quotidiennes, si je tourne un variateur de lumière rotatif d’un certain angle (action A) puis d’un autre angle (action B), les actions A et B se composent, mais l’action B n’est pas une méta-action sur l’action A. (3) En arithmétique, la composition d’opérations qu’on trouverait dans (3+2)x5. (4) Si f(x) correspond à l’équation y = ax+b et g(x) à l’équation y = x2, alors g•f(x) = (ax+b)2. (5) Dans la logique des relations familiales, on peut aussi considérer la combinaison de “être le père de” et de “être la mère de”, combinables en : “A est le grand-père maternel de B”. (6) En linguistique, on peut, si l’on souhaite traiter les choses dans ce cadre-là, donner l’exemple de la monstrueuse forme verbale [déontique contrefactuel parfait progressif passif] réalisée dans “He should have been being read constantly ever since he wrote his book”, citée dans Joos (1968 : 75). Dans tous les cas, on n’applique pas g à f, S à R, on applique une fonction au résultat obtenu d’une autre fonction (qui peut être la même itérée).

  • 42 Ce dernier exemple est donné par Frege lui-même dans "Fonction et concept'', article de 1891 (Frege (...)
  • 43 Notule technique. Si on s'imaginait que, dès qu'on se donne une fonction de fonction, on a ipso fac (...)

41Différent est le cas où on généralise la notion de fonction afin de permettre à une fonction de prendre pour valeur une autre fonction ; on a alors une fonction de fonction, ou fonction d’ordre supérieur C’est ce qui se passe dans la logique combinatoire de Moïse Schônfinkel (Ginisti 1997 : 16-18), ou bien dans les langages de programmation fonctionnelle (ou applicative), du type de Scheme ou de Miranda (voir par exemple Hufflen 1996 ; sur les langages applicatifs pour la linguistique : Desclés 1990). Ce peut d’ailleurs être également le cas en mathématiques, où l’on peut opérer des sommes, produits et quotients de fonctions. Par exemple dans la décomposition de Fourier pour une fonction périodique, on procède à une sommation de fonctions trigonométriques sinus et cosinus. Ou bien encore avec les intégrales, où la fonction à intégrer est un argument42. Dans cette perspective, si on considère l’opérateur ou fonction s qui effectue des sommes, on aura, en notation préfixée pour un exemple avec deux fonctions : h(x) = s(f(x), g(x)). Ici la fonction s s’applique a des arguments qui sont des fonctions f(x) et g(x), et retourne comme résultat la fonction h(x). La fonction s, l’opérateur s, ne peut aucunement être considérée comme une métafonction, un métaoperateur43.

  • 44 Autre notule technique. Il y a une conceptualisation ensembliste de la fonction, où la fonction / r (...)

42En tout cas, la chose est claire. Dans le cas de la composition de fonctions (g•f)(x), on ne dira jamais que g est une "métafonction” (un “métaopérateur”) sur f, mais qu’il y a composition de f par g44. Dans le cas des fonctions de fonctions, on dira que la fonction fait passer d’une ou plusieurs fonctions à une fonction. Ainsi, dans aucune de ces deux situations on ne sort d’un niveau pour accéder au niveau “méta” suivant. La distinction tarskienne n’intervient pas. Cet exposé préparatoire pourra paraître éloigné de la linguistique, mais nous allons voir qu’il nous offre les moyens d’une analyse précise de certains glissements conceptuels dans les textes que je vais étudier.

43Tout ceci posé, voici une formulation de l’intuition centrale d’Adamczewski par un observateur sympathique : "Notons qu’un linguiste comme Henri Adamczewski préfère parler de métaopérateur s que d’opérateurs tout court, afin de souligner que BE, HAVE et DO appartiennent à la “métalangue naturelle de l’anglais”, c’est-à-dire aux signaux qui permettent à la langue anglaise de commenter son propre fonctionnement. DO est par exemple glosable par “il est question de la réalité du lien sujet / prédicat”. C’est cet "événement métalinguistique” qui doit être identifié en premier, dans l’analyse grammaticale et qui doit prendre le pas sur la description de "l’événement extralinguistique” auquel il est fait référence” (Lapaire 1993 : 87).

44Delmas nous dit qu’il y a une opération d’insertion dans le discours, et puis que A et THE sont des outils métalinguistiques qui commentent cette opération d’insertion du nom, A étant un outil de phase 1 (première insertion dans le discours) et THE étant un outil de phase 2 (l’insertion dans le discours a déjà eu lieu) (Delmas & alii 1993 : 6). Est-on absolument obligé de dire cela ? Ne peut-on pas dire plus simplement que les opérations d’insertion constituent un ensemble muni d’une structure d’ordre ? C’est-à-dire, en termes simples : on mentionne une entité la première fois, puis on la mentionne à nouveau par la suite ("new information” vs. "old / given / shared information”). J’hésite entre les deux approches. La reprise implique-t-elle nécessairement le métalinguistique ? Faut-il vraiment multiplier ainsi les strates ? On reparlera de ceci.

45Cette prolifération des étagements semble proposée par Adamczewski. Dans sa grammaire, à propos de l’exemple “For George to smoke a cigar is unusual”, il indique que, tout d’abord, “to ...] est [...] de nature métalinguistique puisqu’il fonde une relation grammaticale à partir d’éléments notionnels” (Adamczewski 1982 : 12). Ce “to”, rappelons-le est “la trace en surface de la mise en relation” qui constitue la relation prédicative. Ensuite, “unusual” porte sur “to”, de sorte qu’à son tour il est par rapport à “to” dans une relation métalinguistique ; Adamczewski ne dit pas cela explicitement, mais c’est impliqué par le “c’est ainsi que” qui suit un paragraphe introduisant le concept “d’opération métalinguistique”. Donc si tant est que je lise correctement, la prédication de “unusual” effectue une opération métalinguistique sur un opérateur qui se trouve être lui-même métalinguistique.

  • 45 Les logiciens distinguent évidemment avec soin la syntaxe et la sémantique. Un système formel se vo (...)

46On ne doit pas à rejeter d’emblée une telle complexité que l’analyste détecterait sous de P apparemment simple, le langage pouvant contenir bien des subtilités de ce genre. Cependant il faut lever un préalable. Nous devons nous interroger sur le caractère effectivement métalinguistique du “to”. Adamczewski déclare, je le répète, que “to lui-même est aussi de nature métalinguistique puisqu’il fonde une relation grammaticale à partir d’éléments notionnels”. Ici se pose la question de savoir ce que veut dire “fonder”. Déjà, il me paraît difficile de “fonder” (=, je suppose, constituer, établir ?) une relation syntaxique (“grammaticale”) “à partir” d’éléments sémantiques (“notionnels”) : je ne reviens pas sur les objections que j’ai formulées à l’encontre d’un tel mixte ontologique, absolument indéfendable, car on aura beau s’échiner à malaxer autant qu’on voudra des signifiés, on n’en fera jamais surgir des signifiants45. On fonde une relation syntaxique avec des entités syntaxiques, lesquelles, cela va de soi, peuvent être associées à des “notions”, mais c’est autre chose. On m’objectera peut-être que, dans la GM, “grammatical” ne se réduit pas au syntaxique pur, mais alors il aurait fallu préciser comment les choses se passent, ce qui n’est jamais fait.

  • 46 C'est, sauf erreur, l 'opération "delta" de Grize (Grize 1990 : 69).

47Il est possible alors qu’Adamczewski ait cherché à dire ceci : “to” est la trace syntaxique, la trace formelle (“en surface” comme il dit, de façon curieusement post-chomskienne) de l’opération de construction, de constitution, d’un contenu prépositionnel dans lequel un argument et un prédicat se trouvent associés (d’autres traces possibles étant “-ing” ou “-s”). Si donc “to” est une trace formelle, il n’y a pas de sens à dire que c’est un outil “de nature métalinguistique”. Ce qu’il convient de dire, c’est que “to” est la trace, la marque, la manifestation, l’expression, la matérialisation, d’une opération46 ; mutatis mutandis, “to” entretient avec cette opération mentale le même type de relation que la suite graphique <cigar> entretient avec le signifié CIGARE. Par tolérable abus de langage (à déclarer), on pourrait certes appeler “to” un être “métalinguistique”, mais à la seule condition que l’opération dont il est la trace soit elle-même caractérisable comme “métalinguistique” : un peu comme, par abus de langage cursif on dit souvent “SN animé” pour dire “syntagme nominal exprimant un signifié possédant le trait sémantique [+animé]’’.

  • 47 Le "etc., etc." est d'Adamczewski.

48Voici maintenant un autre exemple de glissement notable. Je lis que la surface des énoncés présente “des traces visibles des opérations d’encodage”, que, dans une telle optique, “do”, “be+ing”, “may”, “will”, “but”, “the”, “bien”, “aussi”, “-ait”, etc., etc.47 “renvoient à ces opérations” (Adamczewski 1983 : 5-6). Continuons la lecture : “Loin de coder directement le monde, les opérateurs grammaticaux signalent les opérations formelles qui concernent la structuration de l’énoncé”. Jusqu’ici, rien à redire : on reconnaît toute une vénérable littérature sur les syncatégorèmes. Toutefois, à la phrase suivante, le mot “opérateur” est repris sans explication sous la variante “métaopérateur”. Il me semble qu’on entrevoit ici le passage de la notion de “encodage”, de “signaler des opérations” à la notion indubitablement distincte de “porter sur des opérations”. Si un marqueur, une trace X “signale”, “encode”, “renvoie à” des opérations (dites “formelles”, “qui concernent la structuration de l’énoncé”), ce n’est pas du tout la même chose que de dire que nous avons des opérations qui portent sur des opérations, ou bien (ce qui est encore autre chose) un discours tenu sur ces opérations.

  • 48 Je ne parviens pas à localiser ladite définition "technique".

49Assurons-nous que nous n’avons pas trahi notre auteur. Dans un article de 1983, Adamczewski écrit ceci : “Tout comme les énoncés en anglais en BE+ING, les énoncés français à l’imparfait sont liés à la prédication. Ici aussi on a affaire à des énoncés métalinguistiques, c’est-à-dire des énoncés qui loin de renvoyer plus ou moins directement à l’extralinguistique (comme dans ceux de PHASE 1) présentent en fait une opération purement grammaticale de mise en relation d’un sujet et d’un prédicat (au sens technique que nous avons donné à ces termes dès le début de cet article)48” (Adamczewski 1983 : 10). Ce qui est dit, si je saisis bien, c’est que, dès qu’on a un énoncé en phase 2, la seule mise en relation d’un sujet et d’un prédicat est une opération métalinguistique.

  • 49 On a fait observer que les langues naturelles sont un peu comme une carte qui contient sa propre lé (...)

50Si l’on a bien voulu me suivre jusqu’ici, nous voici donc conduits à nous poser sérieusement la question suivante : est-ce que la constitution d’un contenu prépositionnel est une opération méta-linguistique ? Non, il n’en est rien, c’est une opération linguistique, un point c’est tout. Je ne rappellerai pas ce que j’ai brièvement indiqué plus haut sur l’emploi canonique de “métalinguistique”. Il y a du “métalinguistique” quand il y a du dire sur du dire, quand en particulier une proposition dans une métalangue contient comme argument une proposition dans la langue objet inférieure, étant entendu que la langue objet et la métalangue peuvent coïncider, comme dans les langues naturelles (d’où des exemples comme "La neige est blanche est vrai”)49 . En revanche la construction d’une proposition est un acte, et ce n’est même pas un acte de dire, c’est un acte de construction de dire. Râbachons : un acte de construction du dire n’est pas du dire sur du dire.

51Pour bien nous assurer que nous comprenons la différence, effectuons une petite expérience, qui se déroulera en trois stades. (1) Supposons en premier lieu que je découpe un morceau de papier sur lequel j’écris ce syntagme nominal latin: "senatores” (les / des sénateurs) ; puis je découpe un autre morceau de papier sur lequel j’écris ce syntagme nominal latin : "boni uiri” (les / des hommes bons). Pour le moment, je n’ai que des membra disjecta, chacun ayant une référence, mais sans qu’il y ait plus que cela. (2) Supposons ensuite que, avec un adhésif, je colle ensemble ces deux morceaux dans un certain ordre. J’obtiens alors "senatores boni uiri” (les sénateurs sont des hommes bons). Par ce collage, j’ai établi, construit, constitué, noué, une phrase, c’est-à-dire que du même coup j’ai constitué une structuration syntaxique (en latin elle se manifeste graphiquement par rien, le verbe "être” n’étant pas ici nécessaire, mais elle se manifeste prosodiquement par un contour intonatif intégrateur) et une structuration sémantique (j’obtiens un contenu propositionnel). Il s’agit d’un acte de construction, d’un "fiat”. (3) Supposons maintenant que le morceau de papier résultant du collage ("senatores boni uiri”) soit collé sur une grande feuille de papier, et que, autour de ce morceau collé je dessine sur la grande feuille un cercle, d’où je fais partir une flèche à la pointe de laquelle j’écris : “ceci est une phrase en latin”. J’obtiens alors entre "ceci est une phrase en latin” et "senatores boni uiri” une relation métalangue / langue objet (ou plutôt "métadiscours”, comme dirait Larcher / discours), une relation "métalinguistique”. Ce que j’ai fait en (2) et ce que j’ai fait en (3) diffère du tout au tout. Pour répondre à Adamczewski dans ses propres termes : une construction n’est pas un commentaire.

52Certaines formulations d’Adamczewski vont encore plus loin, comme celle-ci : “La grammaticalisation authentique n’apparaît qu’avec l’émergence de TO dont la fonction fondamentale est justement de mettre en relation un sujet et un prédicat, entités métalinguistiques à part entière (cf. For a priest to kill is surprising)” (Adamczewski 1983 : 12). On nous avait déjà indiqué que TO est un outil métalinguistique, mais maintenant nous passons au cran suivant, puisque “sujet” et “prédicat” sont eux-mêmes déjà des “entités métalinguistiques”.

53Je crains qu’ici ne s’insinue un jeu subtil mais qui induit des dérapages sémantiques lourds de conséquences. Pour le linguiste, "sujet” et “prédicat” sont effectivement des termes appartenant à la linguistique, c’est-à-dire à un discours métalinguistique technique sur la langue, au “métalexique” (Larcher) du linguiste ; on devrait peut-être dire que "la linguistique est méta-langagière”. Mais ceci n’implique nullement que les objets qu’il dénomme ainsi soient par eux-mêmes des êtres métalinguistiques. Si ce sont des constituants immédiats de la phrase, leur existence est démontrable comme telle par des comportements tels que la passivation, l’accord verbal, etc. On peut même leur attribuer un statut psycholinguistique. Ce sont des morceaux d’un tout. Ce tout, la phrase, est un être linguistique. Si le tout a le statut de "linguistique”, les morceaux de ce tout ont également ce même statut "linguistique”, et non pas “métalinguistique”. N’est métalinguistique que ce qu’on en dit.

54Dans ces conditions, et devant la prolifération quasiment incontrôlée des entités dites métalinguistiques en GM, ne serait-il pas plus expéditif de dresser la liste des résidus qui ne sont pas “métalinguistiques” dans la langue ?

55Dans un passage de sa grammaire, Adamczewski présente l’exemple "She was made to open her bags”, et propose une explication que, je l’avoue, je ne suis jamais parvenu à comprendre. Peu importe en l’occurrence le problème particulier, mais citons l’auteur : “Résumons-nous : la présence de to dans les énoncés passifs pour les verbes à complémentation notionnelle du type make confirme notre point de vue selon lequel to est la trace d’une opération de dépassement de la notion verbale et du rapport au plan métalinguistique (séparation totale d’avec l’extralinguistique)” (Adamczewski 1982 : 19). Dans les textes du courant adamczewskien, "dépassement” intervient assez souvent, mais sans clarification. Mais Adamczewski nous avait indiqué à la page précédente que, de toute façon, "la construction passive (que les enfants acquièrent, nous disent les psychologues, bien après les constructions actives) est, par nature, une opération métalinguistique”. Et encore : “On se trouve donc sur un plan plus nettement détaché de l’extralinguistique qu’à l’actif : on n'est plus au stade de la nomination des concepts mais à celui de leur utilisation métalinguistique, purement grammaticale si l'on préfère”. Pourquoi ? Parce que la passivation est une "opération seconde”, qui a procédé à "la promotion de l’objet originel au rang du sujet grammatical” ; au surplus, bien entendu, on se trouve en "phase deux”. Donc dans “Velasquez a peint La Vénus au miroir” (mon exemple), je serais sur un plan linguistique, encore attaché à 1 ’extralinguistique. Mais si je passivise en “La Vénus au miroir a été peinte par Velasquez”, je bascule dans le métalinguistique. Ai-je bien compris ? Il semble que oui : “Passer de l’actif au passif [...] signifie que l’on abandonne le parallélisme initial monde extralinguistique / langue et que l’on pénètre dans le plan métalinguistique où on n’opère plus qu’avec des entités purement grammaticales comme objet, sujet, agent, etc.” (Adamczewski 1982 : 187).

  • 50 On a une expression fonctionnelle f(x, y) et son expression converse f*(y, x). En passant de l'une (...)

56Dans ma banale façon de dire, pour ce qui est du contenu, la phrase active thématise l’agent et la passive thématise le patient, ce qui s’exprime par des structures morpho-syntaxiques différentes. Il est exact que l’anglais, comme, je le suppute, la quasi-totalité des langues où cela a un sens, a une forte tendance à préférer la thématisation de l’agent (il existe une hiérarchie des rôles sémantiques). Mais en quoi une thématisation de l’agent (“vision” non-marquée) nous placerait dans le linguistique, tandis qu’une thématisation du patient ou du résultat ("vision” marquée) nousplacerait dans le métalinguistique, voilà qui m’échappe entièrement. Complexité opérationnelle accrue n’implique aucunement accession au niveau métalinguistique50.

57Il se peut qu’Adamczewski ait légitimement appréhendé un phénomène profond, mais j’ai l’impression que, dans cette éventualité, la terminologie à laquelle il a recours ne rend pas justice à son éventuelle intuition, et même pourrait conduire certains esprits expéditifs à la rejeter.

  • 51 C'est le terme (judicieux) employé par Culioli (1981 : 17). Aussi dans Lapaire (1993 : 74). Mais La (...)

58Si je me hasarde à oser reformuler les présentations d’Adamczewski, je proposerai ce que j’ai déjà esquissé plus haut, et qui est relativement acceptable à beaucoup de linguistes, voire banal : les structures passives sont tout bonnement marquées par rapport aux actives. On pourra bien ajouter que cette marque est le signal d’une complexité opérationnelle plus grande, d’une complexité “psychogrammaticale” plus grande, diraient Lapaire et Rotgé. On se souviendra que, à l’époque du générativisme classique, on avait déjà suggéré la même chose, ce qui avait déclenché nombre d’investigations psycholinguistiques sur la “réalité psychologique” de la “complexité transformationnelle”. Jusqu’ici, tout roule paisiblement. Au-delà de quoi, quel contenu plus original entreverrait Adamczewski avec son recours au concept de “métalinguistique” ? Je n’arrive pas à mettre la main dessus. La complexité psycho-grammaticale accrue ne saurait, j’imagine, déclencher une prise de conscience par l’énonciateur de ses opérations linguistiques, et Adamczewski, certainement, ne dit pas cela. Il dit simplement qu’il y a des “opérations secondes” se surajoutant à des opérations premières (le “dépassement”, sans doute). Cela suffit-il à nous faire entrer dans le métalinguistique ? Aucunement, car si, comme je le crains, il s’agit simplement, soit d’opérations qui se composent avec d’autres, soit de fonctions de fonctions, alors on reste bel et bien dans le linguistique (voir plus haut mon développement préparatoire sur les compositions de fonction et les fonctions de fonction). Adamczewski assimile les complexités opérationnelles (certains diraient les enchaînements d’opérations51) avec le passage au niveau métalinguistique. On voit bien comment ce glissement alimente opportunément (quoique innocemment) l’ambition théorique d’une “Grammaire Métaopérationnelle”, mais au prix d’une confusion méthodologique qui ébranle radicalement l’architecture de la construction.

  • 52 Pour l'opposition analyse binaire/ analyse ternaire, qui est centrale dans la GM, je ne peux qu'int (...)

59On trouve à nouveau ce problème d’interprétation à propos de “be + ing”. Avec les énoncés anglais à forme verbale simple, on serait en prise directe avec le monde extralinguistique, le SN sujet correspondrait véritablement à un agent ; la proposition signifié s’analyserait en trois éléments. Avec les énoncés en “be + ing”; on serait dans le métalinguistique et dans la description (ce que coderait le verbe “be”, argument non sans force), on porterait un jugement sur le réfèrent du sujet grammatical (les énoncés en “be + ing” sont “orientés vers le sujet grammatical”) ; la proposition signifié s’analyserait en deux éléments52.

  • 53 Ce qui laisserait supposer que dans un présent simple l'énonciateur ne "dit" rien à propos du référ (...)

60Posons-nous des questions simples. Je me demande comment on peut rendre compte dans ces termes d’un dialogue malgré tout possible comme : “A - What’s he doing ? B - He’s mowing the lawn”. La GM nous interdit pratiquement d’invoquer l’aspect progressif, devenu un concept tabou, mais de plus elle nous enjoint de voir ici des “jugements”, des “commentaires”, et de considérer que le réfèrent du SN sujet ne correspond en aucun cas à un agent, et qu’il est même “entièrement dominé par Pénonciateur qui dit quelque chose à son propos”53 (ce qui élimine “toute possibilité d’agentivité”), et même de tenir qu’il en est réduit à être comme une “marionnette entre les mains de Pénonciateur”, assertion sans nuance qui ne laisse pas d’intimider le lecteur confiant.

  • 54 Mais au fait, est-ce que c'est cela que veut dire Adamczewski ? Ce n'est même pas certain, car l'au (...)

61Mais enfin, ce qui m’inquiète dans le cas du petit dialogue ci-dessus, c’est que, tout de même, le personnage A pose bel et bien une question sur l’action du tiers personnage. Et B lui répond en donnant une information sur cette activité. Pourquoi diable Adamczewski veut-il nous interdire de comprendre en termes simples ce que disent innocemment les phrases ? Je ne disconviens pas que ses idées rendent merveilleusement compte des exemples du genre du maintenant fameux “When a girl of twenty marries a man close to eighty it is obvious that she is marrying him for money”, mais toutes les données peuvent-elles y être réduites ? On nous dit que l’exemple suivant “illustre particulièrement bien notre analyse du sujet grammatical comme objet de discours dominé par l’énonciateur” : “A - What were you doing between 9 and 11 a.m.? B - I was playing golf with a friend of mine” (Adamczewski 1982 : 64-65). J’avoue ne pas saisir, et je refuse fermement de me laisser impressionner par le jeu de mots sur “sujet” et “objet”, opposés artificiellement, alors qu’il s’agit d’entités manifestement bien différentes quant à leur statut. Il est bien possible que A domine B54. Mais c’est parce que A s’est mis en position d’interrogateur, et que, au surplus, la prosodie et des indicateurs paralinguistiques (voire kinésiques) signalent peut-être une attitude un peu dominatrice. Tout cela ne me semble rien avoir à faire avec “be + ing”.

  • 55 On me rétorquera que je suis prisonnier d'une conception "chosiste" de la linguistique, mais enfin (...)

62Il suffit d’ailleurs de changer les conditions du dialogue et le jeu des pronoms pour voir s’évanouir toute tentation de projeter de la “domination”. Et c’est ce qui arrive dans : “A - What’s he doing ? B - He’s mowing the lawn”. Qui domine qui ici ? Où est la marionnette ? Ça se corse encore dans l’inquiétant dialogue que voici : “A - Look at that bull, what’s he doing ? B - He’s charging down on us !”. On m’affirme que toute agentivité est à exclure pour “bull”, mais je ne comprends pas puisque, dans une situation de ce genre, on est pratiquement obligé d’avoir recours à une forme en “be + ing”, qui, mystérieusement, interdirait de conceptualiser le taureau comme actif. En somme, par un paradoxe qu’on ne cherche jamais à évacuer, chaque fois qu’on est conduit naturellement à mettre au progressif un verbe d’action55, on devrait, nous dit-on, justement s’interdire de parler d’agent pour cette action.

  • 56 Notez que dans le glossaire de Groussier & Rivière (1996), on trouve "préconstruit", mais pas "prés (...)
  • 57 Ce type d'association existe dans un très petit nombre d'autres langues, notamment dans une famille (...)
  • 58 Laquelle, bien évidemment ne doit pas être confondue avec l'opposition classique thème/rhème. Reste (...)

63Aux problèmes que je viens de soulever s’en ajoutent d’autres. Certaines formulations lient fortement “métaopération”, “présupposition”, “préconstruit”56 et “anaphore”, et l’on glisse de l’un à l’autre sans crainte aucune. Exemple, après une annonce que la langue “parle au sujet d’elle-même” : “L’opérateur - ou plus exactement le métaopérateur - DO affectionne à la fois les constructions emphatiques, les énoncés négatifs et les structures interrogatives57. Sa présence dans les trois cas de figure atteste leur dénominateur commun, à savoir la présupposition, c’est-à-dire le caractère préconstruit, fut-ce de manière purement mentale, de la relation S/P. or ces trois types de construction ne sont viables que par la reprise - ou anaphore - de la relation déjà posée” (Santin-Guettier 1994 : 17). Il ne manque plus que l’introduction des termes “thématique / rhématique”58 pour assister à la convocation complète de tous les termes-clés du modèle adamczewskien. Noter ceci : on semble fortement suggérer ici à nouveau que dès qu’il y a présupposition, il y a relation métalinguistique, ce qui pour moi ne se justifie pas, comme je l’ai déjà indiqué plus haut à propos du “prétérit modal”. Entre “La femme de César eut un pressentiment” et “César avait une femme”, il y a une relation de présupposition (je peux validement inférer la deuxième proposition à partir de la première), mais on ne saurait dire que “César avait une femme” soit un objet linguistique sur un niveau, qui serait repris sur le niveau métalinguistique suivant, à l’intérieur d’une proposition de niveau supérieur “La femme de César eut un pressentiment”.

64Pour me répéter, il y aurait relation de métalinguistique à linguistique dans un énoncé comme celui-ci : “La phrase La femme de César eut un pressentiment présuppose César avait une femme”. Un tel énoncé contient métalinguistiquement un objet linguistique, de niveau inférieur “César avait une femme”.

65Je redis donc : la présupposition met enjeu une relation d’inférence et non pas une relation “méta” (de métalinguistique à linguistique, en l’occurrence).

  • 59 Comme le rappelait Russell, un "objet" est étymologiquement un obstacle sur mon chemin.

66Douteux également est un autre emploi de “métalinguistique” par Adamczewski, celui qui intervient dans son analyse du futur anglais en “be going to” et du futur français en “aller” (Adamczewski 1982 : 298). S’agissant de “M. Harris va nous chanter quelque chose”, l’auteur nous dit que le français “emploie lui aussi métalinguistiquement le verbe aller”. Est-ce véritablement d’un emploi “métalinguistique” qu’il s’agit ici ? N’aurions-nous pas plutôt un déplacement sémantique à l’intérieur du “linguistique”, et sans aucun saut entre “linguistique” et “métalinguistique” ? À savoir tout simplement... une métaphore grammaticalisée. Ce serait une métaphore d’un type bien répertorié dans diverses langues, fondée sur l’analogie posée entre temps et espace, et où l’on dit que l’on “va” vers l’événement futur, ou bien, plus rarement, que l’on “vient” vers lui, l’événement devenant corrélativement par métaphore un “objet” spatial59 (exemples dans Boisson 1981 ; dans un autre domaine, sur l’importance de la métaphore, notamment pour les modaux, voir Sweetser 1990). Platitude : le langage peut jouer entre le littéral et le figuré, fige volontiers des emplois tropiques, tant dans le lexique qu’en grammaire, et même dans l’illocution (les “tropes illocutoires” de Kerbrat-Orecchioni). Pourquoi l’opposition littéral / figuré serait à réinterpréter comme linguistique / métalinguistique ?

67Mon impression est donc celle-ci. Adamczewski utilise l’opposition Phase 1 / Phase 2 comme un outil puissant pour expliquer une masse énorme de phénomènes. L’auteur est souvent séduisant, voire convaincant, et nombre de ses analyses sont d’une pregnance incontestable. Seulement ensuite il assimile sans précautions suffisantes Phase 2 et métalinguistique. Car comme il est dit clairement dans la grammaire : “En conclusion, on rappellera que les énoncés de phase 2 sont de nature métalinguistique”, alors que “face aux énoncés métalinguistiques, il y a ceux de phase 1 qui sont en prise directe avec 1 ’extralinguistique” (Adamczewski 1982 : 63, 64). Les deux oppositions sont confondues sans autre forme de procès, sans aucune analyse qui permettent de justifier l’assimilation. Adamczewski gâte les acquis de ses idées sur la Phase 2 en lui adjoignant une reformulation en “méta” qui, loin d’approfondir les choses, ne fait que créer une confusion bien évitable.

  • 60 Avant de parler de "rhématique" / "thématique" ou de l'opposition entre phases, Adamczewski parlait (...)

68De même, dans un article très difficile à propos de l’anaphore avec “the”, Delmas indique que, dès qu’il y a détermination, “nous sommes dans le domaine du subjectif’, et qu’il y a “négation métalinguistique” du “concret”, “négation métalinguistique de 1 ’ extralinguistique”, car “le lien avec 1 ’ extralinguistique est rompu” (Delmas 1983). Pour traduire un peu sommairement dans une autre terminologie : l’information ancienne est assimilée à du métalinguistique60. Et là je demeure sceptique, d’autant que “métalinguistique” couvre en outre des réalités que, comme je l’ai indiqué, on aurait avantage à étiqueter autrement.

69Il faut dire à ce propos que la conception du “renvoi” chez Adamczewski et les praticiens de la GM, comme d’ailleurs chez bien d’autres linguistes, se révèle trop sommaire. Le traitement des mentions successives s’opère suivant deux conceptualisations distinctes, au moins idéalement. Dans l’une, on parle “d’anaphore / cataphore”, comme étant des opérations endophoriques, dans lesquelles les mentions seconde et autres renvoient en quelque sorte à la première mention, et cela à l’intérieur même du discours ; c’est dans les faits la conception à laquelle se rattache la GM, et qui conduit Adamczewski à invoquer le métalinguistique. Mais dans l’autre conceptualisation, on préfère utiliser le terme de “co-référence”, qui à lui seul indique significativement une approche toute différente. “Co-reference theory considers ‘backward reference’ to noun phrases as an inadequate explanation of how reference works, since noun phrases exist in the text, not in the discourse world or in the real world” (McCarthy 1994 : 268).

  • 61 Je passe sous silence un problème très particulier, celui où une anaphore semble renvoyer à deux en (...)
  • 62 Certains auteurs emploient la métaphore du "fichier" ("file") ou du "dossier" que l'on ouvre, que l (...)

70Nous allons préciser ce qui se passe en quatre temps : (1) la co-référence fait appel à ce que j’appellerai un “signifié évolutif’ procédant notamment à des cumulations d’informations, (2) elle introduit des informations supplémentaires, (3) elle fait appel au savoir encyclopédique, (4) et cela notamment dans le cas de la dite anaphore associative61. Pour ce qui est du premier point, comme McCarthy l’indique, lors d’une interaction communicative, les participants construisent cumulativement un univers local de connaissances partagées, le texte étant le correspondant verbal de l’interaction qui crée ce monde mental. Et donc, contrairement à ce qu’on dit généralement, les “anaphoriques” ne renvoient pas à une première mention dans le texte, mais aux entités mentales figurant dans cet univers discursif partagé construit pour l’occasion (ces entités ayant évidemment un répondant extralinguistique). Ainsi l’objet mental élaboré par le discours est un signifié évolutif qui se construit progressivement, (tout en gardant une identité reconnaissable à travers ses changements), de sorte que les mentions secondes servent aussi à cette construction62. À chaque fois qu’apparaît une mention supplémentaire, elle renvoie normalement à la dernière version du signifié évolutif, et non pas à la version initiale, devenue caduque. C’est une lapalissade donc : le déroulement des conversations / discours / textes s’accompagne de l’élaboration de signifiés évolutifs. Brown et Yule montrent bien que les mentions secondes ne conduisent pas à sauter en amont vers la mention première, ainsi qu’on le voit dans les recettes de cuisine, où les ingrédients changent d’état au fur et à mesure de la préparation. De même pour les narrations : “It would be a poor reader of David Copperfield who failed to realise at the end that the hero was no longer the infant he was introduced to at the beginning” (Brown & Yule 1983 : 203). Mais on peut aussi considérer que dans le déroulement du texte, le signifié évolutif ne change pas seulement par accumulation de sèmes, mais aussi par des changements d’éclairage, des sélections de facettes : “The speaker by making reference may not simply identify but may construct the object by selecting from a field of relations these properties that are relevant at the moment of utterance” (D. M. Levy cité in Brown & Yule 1983 : 57).

  • 63 Ces phénomènes nous obligent à nuancer l'assertion d'iconicité suivante: "The principal linguistic (...)

71Cette accumulation ou ces modulations de propriétés fait que la distinction “endophorique” / “exophorique” de Halliday est difficile à tenir (Brown & Yule 1983). Et deuxièmement, ce qui la rend encore plus difficile à tenir c’est que s’y ajoute ceci : les reprises ne se contentent pas de jouer sur un signifié cumulatif (même si on y pratique des sélections), mais peuvent s’accompagner d’un ajout d’informations immédiat et explicite, ainsi que d’additions important le point de vue de l’énonciateur. D’où des syntagmes nominaux expansés par compléments, relatives, adjectifs. Combettes parle ici de “rhème secondaire” (Combettes 1988 : 84-85). Donnons après lui l’exemple d’une phrase dans laquelle il est question d’événements liés à l’action de Solidarité en Pologne. La reprise est : “Ces nouveaux développements porteurs de nouveaux dangers...” (mes italiques)63.

  • 64 Combettes donne un autre bel exemple, où toutefois une analyse du texte permet de comprendre ce qui (...)

72Troisièmement, la co-référence peut faire appel directement à des informations encyclopédiques. Comme le dit Commettes : “la coréférence peut relier deux unités “autonomes” : chacun des groupes nominaux est, finalement, une façon de désigner, sans ambiguïté, une même réalité ; pour comprendre qu’il y a coréférence, une information sur le réel est obligatoire : le contexte linguistique immédiat ne donne pas, d’ordinaire, cette indication”. En d’autres termes : “Les locuteurs [doivent posséder] une connaissance de la multiplicité des dénominations d’une même réalité” (Combettes 1988 : 86). Si dans un texte de 1980 “M. Jacques Chirac” est repris par “le président du RPR”, cela peut mobiliser une connaissance encyclopédique qui n’est pas nécessairement inferable du seul texte. De même si, en 1998, “Elizabeth II” est repris par “la reine d’Angleterre”64. C’est une des difficultés classiques de l’interprétation des textes pour les étudiants de langues vivantes étrangères. Un francisant japonais qui ne saurait rien sur l’Église catholique aurait des difficultés à parfaitement s’orienter au milieu de la chaîne co-référentielle de Daudet dans La Mule du pape, où, une fois le pape introduit par “un bon vieux [pape] qu’on appelait Boniface”, on reprend non pas seulement par “le digne homme”, “le bonhomme”, “le pape”, “le bon pape”, “le pauvre pape” (qui ne posent pas de problème), mais aussi par “un prince”, “Sa Sainteté”, “le Saint-Père”, qui exigent un minimum de compétences extra-textuelles. Ces observations sont des platitudes qui s’oublient facilement.

73Quatrième et dernier point, relié directement au précédent. Il est impossible de justifier l’interprétation métalinguistique de l’anaphore dans le cas de “l’anaphore associative” ou “indirecte”, celle où par exemple, “a book” ayant été mentionné, on peut dire “the author”, “the pages”, “the content”. Ici la compréhension exige un appel à une bibliothèque de scénarios ou “frames” ou “scripts”. Ce type de coréférence n’est nullement négligeable, et serait même carrément l’emploi le plus fréquent du “the” anglais, à en croire Hawkins (1978 : 123).

74J’ai été un peu insistant, mais tous ces développements nous autorisent à assurer (a) que la “reprise” n’est pas réductible à un simple renvoi à la première mention ; (b) qu’il n’y a rien de métalinguistique dans tout ceci, et qu’il ne faut donc pas confondre avec Adamczewski renvoi métalinguistique et signal de “déjà mentionné”. Au reste, on voit s’exhiber la distinction en question dans le style juridique ancien, où un acte mentionnera “la ville de Lyon” pour la première fois, et puis ensuite utilisera systématiquement, et jusqu’à la nausée, “ladite ville de Lyon”. Dans ce style redondant, on ne remplace pas la première désignation par une désignation courte, et donc on répète sans vergogne "la ville de Lyon”, ce qui est... la façon la plus simple et la plus explicite pour désigner la ville de Lyon. Toutes les occurrences de la portion de syntagme “la[...] ville de Lyon” co-réfèrent à la ville de Lyon. Seulement en plus, pour toute mention au-delà de la première, on ajoute à l’article un "-dite” qui indique le fait que c’est du déjà mentionné. Les items “ledit” et autres (“susdit”, "susnommé”, "aforesaid”, "the latter”, "the aforementioned”, etc.) servent à cela, à signaler cette itération, un point c’est tout, et ne visent en aucune manière à coder une opération métalinguistique. Ici ne nous laissons pas abuser par la présence du participe du verbe “dire” dans “ladite”, qui pourrait égarer vers une mauvaise piste métalinguistique, étant donné qu’on ne glose pas sur l’acte de dire.

  • 65 Bien entendu le "mention" d'Adamczewski n'est pas à confondre avec le "mention" des logiciens (s'op (...)

75Conséquemment, pour que l’item en Phase 2 soit associé à une opération métalinguistique (au sens canonique du mot), il faut, par définition, que cet item renvoie, non pas, pour faire court, au réfèrent (même pour la deuxième fois), mais à la désignation première du réfèrent. Il s’agirait alors de commenter la première mention en tant que mention. Or voici des arguments a contrario en faveur de la dissociation entre "deuxième mention”65 (Phase 2) et "métalinguistique”.

  • 66 L'ambiguïté lexicale en français entre désignation d'un acte et désignation de son résultat (partic (...)

76Un premier cas de reprise comportant une opération métalinguistique serait à la rigueur celui de la réactivation. Exemple : "Vous vous souvenez que je vous avais parlé d’une princesse ; eh bien cette princesse...”. On est dans un cas où le locuteur a peur que, lors de la deuxième mention, l’information se soit déjà dissoute dans la mémoire du destinataire, que l’univers discursif partagé se soit dégradé. Pour réactiver l’information, il ne se contente pas de la répéter, mais attire l’attention sur la première mention, c’est-à-dire sur le fait même qu’il l’avait déjà mentionnée66.

  • 67 Les langues sont des trésors de désignations compactes.

77Un deuxième cas de reprise comportant une opération métalinguistique serait celui de la correction explicitée. Je commence une histoire par "Il était une fois une belle princesse que son père choyait autant qu’il le pouvait”, et ensuite je dis simplement : “La belle princesse ne sortait jamais de sa tour”. Si "la belle princesse” était un commentaire métalinguistique sur "une belle princesse” en amont, on ne comprendrait pas qu’il existe effectivement des cas, d’expression distincte et plus complexe, où la deuxième mention (désignation) s’accompagne d’un recalibrage dénominatif qui a véritablement statut métalinguistique. C’est par exemple le cas si je disais : “la belle princesse, ou plutôt duchesse (car c’est d’une duchesse en fait qu’il s’agissait)...”. Ici on prend la description “la princesse”, et on l’insère dans un reprise corrective que je vais dérouler complètement et pesamment comme suit, mais que lalangue rend bien plus économiquement67 : “je vous déclare maintenant que la désignation la princesse préalablement employée à la première mention de l’entité extralinguistique en question, est en fait incorrecte, et que je la remplacerai désormais par la désignation véritablement adéquate la duchesse”. Ici, oui, la deuxième mention s’accompagne d’un acte métalinguistique, qui est surajouté à la mention. Mais de ce cas particulier on ne peut arguer qu’il en va toujours ainsi. Au contraire, observez ceci. Si dans un conte je fais première mention “d’un roi”, et que, par ce type de métabole (“elegant variation”) dont se moquait Pascal, j’en reparle ensuite en l’appelant “le monarque”, “le souverain”, “le prince”, alors, abstraction faite de la différence entre article indéfinissant et article définissant, les noms “roi”, “monarque”, “souverain”, “prince” co-désignent (se réfèrent à) la même entité, conceptualisée de manière à chaque fois légèrement différente (le signifié diffère un peu) ; la modulation sur le signifié est pauvre, mais non nulle. Les mentions à partir de la seconde ne renvoient nullement à la première mention (puisque ici il n’y a pas correction), mais à la même entité de l’univers discursif et de 1 ’extralinguistique. Quant à la différence entre les articles indéfinissant et définissant, je redis qu’elle signale simplement la différence textuelle entre une première mention (information nouvelle) et une mention non première (information ancienne). Cette façon simple de dire les choses remonte au Hermes de Harris, publié en 1751 (citation dans Brown & Yule 1983 : 170).

78L’assimilation entre Phase 2 et métalinguistique chez Adamczewski tend maintenant à être acceptée sans examen. Deux ouvrages de Lapaire & Rotgé comportent un utile lexique de terminologie linguistique, où “métaopération” est explicitement donné comme couvrant d’une part la Phase 2 (“les métaopérateurs sont mémoriels”), et d’autre part ce qui est métalinguistique au sens tarskien (Lapaire & Rotgé 1993 : 289-290 ; 1992 : 222-223). Or cette polysémie affichée est acceptée sans discussion, alors qu’elle vicie irrémédiablement le terme, qui mélange dès lors, non pas des concepts voisins ou en intersection (ce qui se légitimerait partiellement), mais des concepts radicalement distincts. Du coup, loin d’être un outil d’analyse pour le linguiste apprenti ou expert, “métaopération” ne fait que multiplier les confusions.

79Pour se résumer : même si occasionnellement une “reprise” peut s’accompagner d’un commentaire, en soi une reprise n’est pas un commentaire.

80Les langues sont des trésors de désignations compactes.

81Si, suite à une intuition même vague, Adamczewski souhaite englober dans un concept générique l’opposition Phase 1 / Phase 2 et linguistique / métalinguistique, et qu’il pense être en mesure de le faire, il faut : (a) qu’il présente des indices de plausibilité (je ne demande même pas des arguments au sens fort) ; (b) qu’il trouve un terme englobant adéquat, “métalinguistique” ne pouvant pas être même temps son propre hyponyme et son propre hyperonyme, du moins pas dans une terminologie utilisable. Je n’exclus pas du tout qu’Adamczewski ait entrevu profondément des connexions jusqu’ici inconnues, il se pourrait que sa terminologie trahisse gravement sa pensée, et il suffirait peut-être de clarifier les choses.

  • 68 Ces confusions ont des analogues, ainsi qu'on l'a vu dans le cas où les connecteurs de la langue ne (...)

82Adamczewski met dans la même catégorie ce qui est "avant / après” (première mention et mentions non-premières dans la successivité discursive ou bien renvoi à du pré-construit) et ce qui "au-dessous / au-dessus” (niveaux de langues dans un étagement ontologique). Pour ma part, actuellement, je ne vois rien d’autre de commun entre ces deux oppositions qu’une relation d’ordre strict, ce qui est bien trop général pour nous apprendre quoi que ce soit d’utile. Mais c’est peut-être parce que je n’ai pas assez réfléchi à ces questions. Faudrait-il par exemple envisager que, dans le fonctionnement psycholinguistique, il y ait effectivement assimilation des structures d’ordre “avant / après” et “au-dessous / au-dessus”, l’une étant prise comme l’image de l’autre, voire "écrasée” sur l’autre ?68 Je peine à en dire plus.

  • 69 Et, secondairement, la manière d'envisager la Phase 2 devrait tenir compte des observations sur le (...)

83En définitive, je rassemblerai cursivement les résultats de mes investigations sur la GM de la manière suivante : les deux oppositions Phase 1 / Phase 2 et linguistique / métalinguistique sont rabattues l’une sur l’autre sans justification. Or mon observation est centrale pour une appréciation globale du cadre théorique de la GM, puisque la GM, par construction, se présente comme la combinaison d’une “théorie des phases” et d’une "théorie des métaopérateurs”. Mais nos deux résultats sont : (a) la notion de métaopération pose problème en elle-même (et la notion de métalangue naturelle) ; (b) le lien de cette notion avec la notion de phase pose problème69. Dès lors c’est l’architecture générale de la GM qui se trouve atteinte dans ses piliers centraux.

  • 70 Corrélativement toutefois, les linguistes sous-estiment considérablement la difficulté de la tâche (...)

84Un abandon ou au minimum une révision intégrale se révèle donc inéluctable. On l’observera : je ne dis pas que cette révision devrait nécessairement mettre radicalement en cause toutes les solutions proposées aux problèmes spécifiques, solutions qui pourraient très bien conserver une réelle valeur, au prix d’éventuelles modulations. Il serait bien étonnant que des linguistes qui appliquent leur talent à étudier des problèmes de grammaire depuis de longues années n’aient pas dégagé des pistes suggestives. En outre l’effondrement du cadre théorique général ne présente pas la même gravité que dans des sciences dures : les cadres “théoriques” en linguistique ne sont heureusement pas d’une telle rigueur qu’ils entraînent tout dans leur chute70. De plus, on observera que je ne mets pas en cause fondamentalement la “théorie des phases”, même si, dans ma critique de certaines conception de l’anaphore, j’ai pu montrer que son maniement exige des précautions.

85Mais mon analyse a montré que cette révision nécessaire doit conduire à renoncer totalement à l’emploi de “métalinguistique” comme concept central de la GM, car c’est une fausse généralisation qui constitue pour le linguiste un piège redoutable. Il faut procéder à un redéploiement analytiquement fondé, une dissociation, des concepts qui, actuellement sont illicitement confondus sous “métalinguistique”. Il n’est pas exclu que cette dissociation, en levant les graves hypothèques que j’ai rendues publiques et en renonçant à des assimilations sans justification, s’avérerait fructueuse pour le bon développement à venir de la “GM”. En tout cas, la dénomination même de “Grammaire Métaopérationnelle”, complètement officialisée (voir encore tout récemment Adamczewski 1999) nous paraît maintenant malheureux, voire auto-destructeur.

86Malheureuses aussi toutes les reprises faites à Adamczewski touchant la “métalangue naturelle”. Or chez les anglicistes elles vont se multipliant. C’est ainsi que même Pierre Cotte se laisse enfermer dans le piège au cours d’un développement sur les constructions hypothétiques, alors qu’il ne travaille pourtant pas dans la mouvance adamczewskienne. Comme il ne donne pas d’exemple, prenons : “If the kid does his homework, his mother will be very pleased”. Ayant rappelé que la protase est au présent et l’apodose au futur, Cotte, sous l’influence d’Adamczewski (et de son précurseur Guillaume, dit-il) se laisse entraîner à ajouter imprudemment : “Les temps disent ainsi le statut énonciatif de la construction linguistique. Implicitement ils sont “métalinguistiques” : ils indiquent secrètement la nature de l’opération sémantique effectuée” (Cotte 1996 : 55-56). En fait l’analyse de cette construction hypothétique est simplement celle-ci, si on note A la subordonnée hypothétique dépouillée de “if’ et B la principale : (a) le réfèrent de A et le réfèrent de B sont en relation causale (A est la cause, B l’effet) ; (b) le réfèrent de A et le réfèrent de B sont en relation chronologique (A est antérieur à B) ; (c) ces deux relations sont envisagées hypothétiquement en imaginant ce qui se passe au cas où A est censé être réalisé à un certain moment repéré par rapport à l’énonciateur. Voilà tout, et telle est d’ailleurs à quelques détails près l’analyse que je trouve justement exposée chez Gamier & Guimier (1997 : 72). La séquence des temps n’a rien qui fasse appel au métalinguistique, et Cotte confond, à la suite d’Adamczewski, un rapport métalinguistique et un rapport chronologique. Ce dernier rapport est au surplus d’une banalité qui ne réclame aucune exégèse profonde (ce que laisse entendre la formulation “les temps [...] indiquent secrètement...”) : dans le monde matériel que nous livre l’observation commune, la causation est nécessairement plongée dans un temps à écoulement unidirectionnel, et notre énoncé anglais se borne à exprimer cette contrainte.

3. “Méta” dans le courant culiolien

87On vient de le voir, le concept de “métalinguistique” pose problème dans littérature de la GM, où il est central et même définitoire, comme l’indique le nom de la théorie. Mais il en va de même dans la TOE des élèves de Culioli, où, heureusement toutefois, son rôle est considérablement plus effacé, au point de s’être évanoui (voir Groussier & Rivière 1996 : 117-118).

  • 71 Les "opérations" sont, je le suppose, des entités psychiques. Ces entités (a) peuvent être désignée (...)

88Si on dit (page 117) que “métalangue” désigne “l’ensemble des termes et symboles renvoyant aux opérations de représentation et de construction de la référence sous-jacentes aux énoncés, p. ex. l’opérateur epsilon”, je comprends bien qu’il s’agit d’un ensemble de symboles qui désignent des opérations, mais alors je ferai observer que l’emploi de “métalangue” suppose strictement que les “opérations” constituent une “langue” pour laquelle les symboles fonctionnent dans une “métalangue”, ce qui est déjà assez curieux71.

89Seulement ensuite, sous l’entrée “métalinguistique”, on dit que cet adjectif qualifie “les opérations de représentation et de construction de la référence sous-jacente à un énoncé, par exemple l’opération de repérage symbolisée par l’opérateur epsilon est une opération métalinguistique”. Ou de même encore, la construction du domaine notionnel “est une opération métalinguistique”. Donc, cette fois-ci, vous l’aurez noté, “métalinguistique” ne qualifie plus les noms et symboles désignant des opérations, mais ces opérations elles-mêmes. De sorte que, compte tenu du double sens de “métalangue” et “métalinguistique”, on en vient à confondre le mot et la chose. Le glissement définitionnel est d’autant plus frappant qu’il figure dans un glossaire qui est constitué avec un soin très méticuleux. Ceci ne fait que confirmer le caractère hautement dangereux du concept de “métalinguistique”.

  • 72 Il est également question de "métaopérations" dans l'ouvrage culiolien déjà un peu ancien de Fuchs (...)

90Culioli a pu être tenté d’appeler “méta-opérateur” son opérateur epsilon, et il est effectivement appelé “méta-opérateur” dans la brève présentation de Fuchs & Le Goffic (1992 : 148)72. Mais on semble s’être ravisé, d’où l’entrée suivante dans le glossaire de Groussier & Rivière : “Métaopération. Opération métalinguistique. Dans l’état actuel de la TOE, on peut faire l’économie de ce terme et lui préférer simplement opération. Le terme de métaopération est par ailleurs favorisé par certaines théories dérivées de la TOE”. Rétrospectivement, je trouve extrêmement heureux ce renoncement majoritaire de la TOE (éventuellement favorisé a contrario par le désir de se démarquer de l’inflation dans la GM adamczewskienne ?). On esquive ainsi bien des pièges virtuels.

91En voici la preuve par la négative. Dans la perspective de la TOE, Éric Gilbert examine des structures de syntagmes nominaux déterminés avec “the” et présentant une postmodification par proposition relative déterminative ou par complément de nom : “the book Sue had given me for my birthday”, “the creak of a chair”. Il justifie le “the” dans des énoncés comportant ces syntagmes, parce que, en dépit du fait qu’il s’agit d’une première occurrence, ils “correspondent en réalité à une deuxième occurrence d’un point de vue métalinguistique” (Gilbert 1993 : 86). La confusion est parallèle à celle d’Adamczewski analysée longuement plus haut : on assimile à tort une deuxième mention à du métalinguistique. En réalité ce qu’on observe, c’est la présentation compactée dans une même structure globale : (a) de la construction d’une première mention glosable en “a book” ; (b) de la reprise d’une information déjà construite, d’où “the book”. Ces deux opérations se font dans un même mouvement, ou pour mieux dire, l’ordre des opérations diffère de l’ordre de présentation dans la chaîne. C’est ce qu’on a pu justement appeler “définition simultanée à la mention” (Larreya & Rivière 1991 : 130). La confusion d’Éric Gilbert est d’autant plus frappante que, dans une publication antérieure, il avait étudié de façon parfaitement judicieuse les reformulations métalinguistiques (ou “épilinguistiques”, selon la terminologie culiolienne) en “rather” (Gilbert 1989). Elle montre ainsi que, même pour un auteur qui la maîtrise en principe, la notion de métalinguistique demeure dangereuse.

92La solution de la “deuxième occurrence d’un point de vue métalinguistique” est à nouveau invoquée par Gilbert à propos des adjectifs employés nominalement: “the homeless”, “the unemployed” (ibid., 89). Sans plus de raisons. La postulation d’une extraction implicite préalable (“some people are homeless / unemployed”) ne justifie en rien que la reprise de ce préconstruit soit qualifiée de “métalinguistique”.

4. "Méta" chez Halliday

  • 73 J'ai changé l'exemple originel de Halliday.

93Halliday entretient des idées très subtiles sur ce qu’il appelle les “métaphénomènes” (ou “projections”) (Halliday 1985: 108-109, 243-251). Il propose l’exemple : “I can see boats turning”. Là-dedans, “boats turning” désigne directement un phénomène complexe de 1 ’extra-linguistique (“macrophenomenon”). Soit maintenant : “‘Veni, vidi, vici’, said Caesar”. Ici la proposition rapportée en discours direct “represents a second-order phenomenon, something that is itself a representation. we will refer to this as a ‘metaphenomenon73’” . Dans ce cas, “Veni, vidi, vici” est un métaphénomène présenté linguistiquement au niveau “lexicogrammatical”, c’est un “wording”.

94J’ai changé l’exemple originel de Halliday.

95Mais un métaphénomène peut être présenté linguistiquement d’une autre manière : au niveau sémantique. C’est ce qui se passe dans le discours indirect : “Dr Singleman always believed that his patient would recover”. “When something is projected as a meaning it has already been ‘processed’ by the linguistic system; but processed only one, not twice as in the case of a wording [...]. A wording is, as it were, twice cooked [...]. When something is projected as a meaning, we are not representing ‘the very words’, because there are no words”.

  • 74 Le terme générique "fact" regroupe chez Halliday des concepts exprimables par des mots tels que : " (...)
  • 75 La projection est définie ainsi: ''the logical-semantic relationship whereby a clause cornes to fun (...)
  • 76 Ce sont des procès de "faire".

96Ensuite Halliday examine la notion de “fait”74. Dans “That Caesar was dead was obvious to all”, “that Caesar was dead” est un “fait”. Voir d’ailleurs la glose : “The fact that Caesar was dead was obvious”. Il n’y a pas de processus de dire ou de pensée qui présente “that Caesar was dead”. Il n’y a aucune instance qui soit responsable de la constitution du fait, il est là, c’est tout : “a fact is an impersonal projection”, “[it] comes as it were ready packaged in projected form”75. Les “facts” sont à distinguer des “reports” et des “ideas”, et on distinguera donc : “Mark Anthony thought that Caesar was dead” et “Mark Anthony regretted [the fact] that Caesar was dead”. “What kind of projection is a fact? It is still a meaning, a semantic abstraction, not some third type differing both from meanings and from wordings (indeed there is no third level to which it could belong). But it is not a meaning created in anybody’s consciousness, nor is it emitted by any signal source; it is simply got up so as to function as a participant in some other process - typically a relational process, but sometimes also a mental or a verbal one. Not, however, in a material process76; facts cannot do things, or have things done to them [...]”.

97Une subtilité supplémentaire (il y en a beaucoup chez Halliday) est la suivante. Dans “Mark Anthony regretted (the fact) that Caesar was dead”, “that Caesar was dead” est projeté comme “fact”, et donc : (a) il peut dépendre d’un syntagme nominal du type “the fact” ; (b) il peut être remplacé par un groupe nominal “Caesar’s death” ; (c) il ne peut être cité. En revanche, dans “Mark Anthony thought that Caesar was dead”, “that Caesar was dead” est projeté non pas comme “fact”, mais comme “idea”, et donc : (a) il ne peut être précédé de “the fact” ; (b) il ne peut être remplacé par “Caesar’s death” ; (c) il peut être cité (“‘Caesar is dead’, thought Mark Anthony”).

98“Metaphenomena — projections — can be associated only with certain types of process, essentially saying, thinking, and liking, plus in certain circumstances being”.

99Les classes de métaphénomènes présentés linguistiquement (soit comme “wordings” soit comme “meanings”) ont des noms, tels que : “act”, “statement”, “query”, “belief’, “doubt”. Les signifiants de ces noms peuvent être suivis d’une postmodification désignant le métaphénomène, comme dans : “Threatening people will get you nowhere” / “The act of threatening people will get you nowhere”, ou"That Caesar was deads was obvious to all” / “The fact that Caesar was ambitious was obvious to all”.

  • 77 Les langues peuvent disposer de mécanismes divers pour "nominaliser" des suites plus ou moins compl (...)

100S’ajoute la subtilité que voici : en fait, les “facts” ne sont pas pleinement assimilables aux “metaphenomena” stricto sensu, car ils peuvent être chosifiés (“objectified”) et entrer directement comme arguments dans la structure d’une phrase. Ainsi : “He accepted that he had made a mistake”, “He regretted having made a mistake”, “That he had made a mistake distressed him”77.

101Halliday distingue donc, répétons-le :

  1. les présentations directes de 1 ’ extra-linguistique dans le langage, comme dans “I can see the boats turning”, où “the boats turning” présente directement un phénomène (ici, un “macrophénomène”), un événement ;

  2. les présentations médiatisées par un pré-empaquetage qu’il appelle “projection” ou “metaphenomenon”, comme dans “I can see that the boats are turning”, où “the boats are turning” est traité comme une idée du phénomène, ou méta-phénomène : “The process 6the boats are turning’ is being treated as the projection or idea of a phenomenon — a ‘metaphenomenon’, something not just bigger but of a different order of reality”.

  • 78 Halliday en général, ainsi que les linguistes fonctionnalistes et typologistes comme Dik, Givon, Co (...)

102Les remarquables (et difficiles) pages de Halliday mériteraient d’être analysées et commentées, d’autant qu’elles semblent n’avoir eu aucun impact sur l’anglistique française78. Leur confrontation avec, par exemple, le concept de préconstruit culiolien, serait peut-être fructueuse.

103Ceci dit, quel que soit l’intérêt des considérations de Halliday, il faut examiner de près la justification du “méta” de “métaphénomène”, les connotations du “méta” de “métalinguistique” étant inévitables. S’agit-il de relations du même genre ? Je ne le crois pas. En effet, la relation de désignation première des phénomènes met en relation le monde extralinguistique des référents et le monde linguistique des désignations. Et on observera que Halliday prend le soin de ne pas employer le terme “métalinguistique” : il y a là une prudence remarquable (qui n’est vraisemblablement pas due au hasard) par rapport à la hardiesse d’Adamczewski, que j’estime mal fondée.

104Ce que Halliday semblerait envisager en fait, si je ne trahis pas sa pensée, c’est une hiérarchie de niveaux dans l’appréhension, dans la conceptualisation, des phénomènes du monde. Cette hiérarchie est donc d’abord d’ordre psychologique. Le linguistique, ensuite, se saisit de ces entités psychologiques situées à des niveaux conceptuels distincts. De la sorte, la relation de X à méta-X est une relation à l’intérieur du psychologique, plutôt qu’une relation à l’intérieur du linguistique, si du moins on peut disjoindre les deux domaines sans artifice, ce qui n’est pas certain.

  • 79 Notons-le : ce terme est manifestement inspiré de Jespersen, que Curry déclare avoir lu, sans spéci (...)
  • 80 Cependant il ne va pas de soi qu'une proposition est le "nom" du phénomène auquel correspond la pro (...)

105Ainsi, je conteste qu’on puisse traiter comme métalinguistiques des propositions nominales complétives anglaises en “that”. D’autres auteurs le soutiennent malheureusement (Leech 1981 : 314-315). Il s’agit là en réalité du phénomène appelé suivant les écoles “embedding” (les générativistes) ou “rank-shifting” (les structuralistes anglais) ou “translation” (Tesnière), par lequel une proposition se trouve nominalisée, et entre comme argument du prédicateur (verbe) de rang plus élevé. Les subordinateurs comme “that” sont des réalisations linguistiques de cette classe de foncteurs que le logicien Curry appelle des “subnecteurs” (“subnectors, which form nouns out of sentences”, Curry 1977 : 33)79. De sorte que le concept de “métaphénomène” hallydayen rappelle le traitement des “facts” comme étant des “noms” chez certains logiciens. Ainsi Epstein, commentant “It was an accident that Daniel fell from the window”, en dit : “This is the usual way we talk, using a ‘that’ phrase with a proposition ‘naming’ the action (‘Daniel fell from a window’)” (Epstein 1994 : 197-198)80.

5. Conclusions

106Notre exploration des emplois de “métalangue”, “métalinguistique”, “méta-opérateur” a montré les confusions que fait naître l’emploi de ces termes sans précautions suffisantes. Nous avons vu en particulier chez Adamczewski quelle est la collection des relations de nature très différente, qui ont été assimilées indûment avec la relation “méta”. Il serait facile d’illustrer d’autres confusions chez d’autres linguistes, tant ces concepts semblent constituer des pièges pour notre profession.

107Dans l’ouvrage récent de Nyan, écrit dans l’optique de la Théorie de l’argumentation, dans lequel sont examinés des opérateurs pragmatiques re-nommés “metalinguistic operators”, ne se trouve pas de justification précise de cette nouvelle dénomination — ce qui n’enlève rien à l’intérêt des observations (Nyan 1998). Plus généralement, les approches pragmatiques comme la Théorie des actes de langage (Austin, Searle) et la Théorie de l’argumentation (Anscombre et Ducrot) nous proposent une vision heureusement enrichie du “contenu”, mais la différence de “niveaux” qu’elles postulent (les distinctions entre “contenu propositionnel” et “force illocutionnaire” d’une part et entre “contenu propositionnel” et “contenu argumentatif’ d’autre part) ne coïncide pas avec la distinction entre langage-objet et métalangage.

108Il faudrait y ajouter les recherches sur la présupposition et sur l’implicature. Frege était parfaitement conscient de F importance des présuppositions dans les langues naturelles, en cela différentes du langage de la logique, comme le montre son excellente observation sur l’exemple “Alfred n’est pas encore venu”, où l’on “indique que l’on attend sa venue, mais on l’indique seulement” (dans “Recherches logiques”, de 1918-1919 : Frege 1971 : 177). On a vu plus haut, à propos de l’analyse des idées d’Adamczewski, les confusions nées de l’assimilation des relations de présupposition avec les relations “méta”.

  • 81 Les logiciens en sont parfaitement conscients (Hottais 1989 ; Grize 1990 : 19). D'ailleurs les logi (...)

109Ces données illustrent une des difficultés de transposer les distinctions des logiciens aux structures langagières. Les langues naturelles sont, pour faire court, “feuilletées”, elles répartissent ce qu’on appellera globalement le “contenu” en une multiplicité de représentations telle que leur aplatissement sur le seul “contenu prépositionnel” constitue indubitablement une simplification dommageable. Ce feuilletage du contenu est dû au moins à trois raisons : (1) les discours générés par les systèmes des langues naturelles sont pris en charge par un énonciateur qui les repèrent par des “indexicaux” ; (2) ces discours n’existent que dans un cadre dialogique au moins virtuel, et l’énonciateur est en interaction avec un destinataire ; (3) les interlocuteurs baignent dans un groupe social, et partagent un certain nombre de connaissances encyclopédiques, de “préconstruits culturels” et de “topoi” argumentatifs. Au contraire les langages logiques classiques, à supposer même qu’ils reçoivent une interprétation sémantique, ne sont pas feuilletés, parce qu’ils ne présentent aucune de ces caractéristiques81. Or, pour un esprit non prévenu, la tentation est irrésistible d’assimiler ce feuilletage naturel avec la hiérarchie des langages au sens tarskien.

110Il faut s’arc-bouter, et savoir tenir bon, si nous souhaitons préserver pour “métalangage” une utilisation raisonnable garantissant la rectitude de la pensée, si nous voulons transmettre à nos successeurs cet acquis précieux de nombreux siècles de réflexion et de désignation : une terminologie digne de confiance.

Appendice : les opérations

111Sur le concept d’opération en linguistique (très français, peu connu ailleurs), on pourra consulter l’article de Lapaire (1993). Il rappelle très brièvement son apparition en philosophie classique : Descartes, Pascal, Condillac. Sur la dichotomie chez Port-Royal entre idées de choses et idées d’opérations, voir brièvement Doming 1992 : 438).

112On pourrait ajouter qu’il y a toute une filiation à étudier, s’agissant du concept couvert par les “opérations intellectuelles” et de ses inflexions, typiques de la langue classique, spécialement dans le courant empiriste. On les trouve presque à chaque page chez Destutt de Tracy, si bien que cet “idéologue” s’intéresse moins aux “idées” qu’aux “opérations” dont, dit-il, elles se composent. Ainsi voir ce passage : “Mais les signes fondamentaux, les mots, sont des notes permanentes qui restent constamment attachées aux idées qu’elles représentent, qui fixent et perpétuent le résultat des opérations intellectuelles par lesquelles les idées ont été composées, et que l’homme emploie dans toutes ses déductions, le plus souvent sans remonter jusqu’à ces opérations intellectuelles qui en déterminent la valeur” (Destutt de Tracy 1998 : 329-330).

113Les “operationes mentis”, “opérations intellectuelles”, “opérations de notre esprit”, “opérations de notre intelligence”, “opérations de l’esprit”, “opérations de l’entendement”, “opérations de l’âme” (mais apparemment pas “opérations mentales”), sont caractéristiques du langage philosophique des 17ème ,18ème siècle et 19ème siècle français, et l’on trouve ces expressions partout, par exemple : Descartes, Buffon, Rousseau, d’Alembert, Condorcet, Bonald, Victor Cousin, Coumot. On les rencontre dans le français de Leibniz : “quoique je croie véritablement que les langues sont le meilleur miroir de l’esprit humain, et qu’une analyse exacte de la signification des mots ferait mieux connaître que tout autre chose les opérations de l’entendement” (Leibniz 1765, 1990 : II, 7, 7, p. 261). Aussi chez Locke, chez Hume, chez Berkeley (“the operations of the understanding”, “the operations of the mind”). Naturellement, la préhistoire de ces expressions va jusqu’aux “operationes intellectus”, “animae operationes” médiévales. Mais il semble que ces “opérations” ne sont généralement pas des opérations élémentaires, comme nous l’entendons actuellement, sauf éventuellement chez Condorcet, qui envisage, comme Leibniz en rêvait, un langage scientifique normalisé permettant de noter des “opérations de l’entendement précises et calculées”. Encore dans les considérations grammaticales de Destutt de Tracy (qui réduit la grammaire à “l’idéologie” ou “science des idées”), les opérations de l’esprit sont sentir et juger (ce qui diffère peu de la triade concevoir, juger, raisonner).

114Chez les linguistes, il est certain que s’est exercée l’influence de Gustave Guillaume, chez qui se rencontrent les expressions “actes de langage”, “opération de discours”, “action mentale”, “procès psychique”, “opération de pensée”, “opération mentale”, “opération sous-jacente” (Guillaume 1990 : 95, 121, 122, et voir l’index). Cette citation est assez parlante : “Les choses étant ainsi, les faits de langue seraient à tout jamais des faits mystérieux, impénétrables si, dans la langue elle-même, dans la disposition et la composition des êtres qui la constituent, ne s’inscrivaient en traits visibles les opérations de pensée révolues depuis un temps qui ne se laisse pas évaluer, auxquelles les êtres de langue doivent leur existence” (ibid. : 122). Curieusement, par la suite, les guillaumiens utilisent assez peu “opération”.

115On peut aussi parier que Piaget a exercé une influence même indirecte, comme déjà dit : voir d’ailleurs les citations anglaises dans l’Oxford English Dictionary, 2ème éd., 1989, sub “operation”, 4.b, toutes en relation avec Piaget. C’est en tout cas dans l’air du temps que de répudier les substances au profit des opérations (cf. Fuchs & Léonard 1979 : 12, 14). Corrélativement, il conviendrait de s’interroger sur les relations entre “opération mentale” et “représentation mentale”.

116On observera le point suivant qui est important dans notre perspective : pour Piaget, la logique est “Vaxiomatisation des structures opératoires du sujet”, les-dites opérations résultant de Pintériorisation d’actions. À première vue, nous voilà donc en présence d’une version révisée du vénérable programme empiriste, devenu “praxiste” de “sensualiste” qu’il était, chez Condillac en particulier. Mais il faut apprécier toute la complexité de la pensée de Condillac, lequel discerne dans l’âme de l’homme aussi bien des “sensations” que des “opérations”, et envisage même déjà très spécifiquement “le langage d’action”, par exemple “le calcul avec les doigts” (Condillac 1798, 1805, 1981 : 10). Quoi qu’il en soit de ces préfigurations, chez Piaget on observe avec toute la netteté voulue comment “opération” comporte à la fois un versant logico-mathématique et un versant psychologique, ce dernier correspondant à un système originel praxéologique (les actions).

  • 82 Ceci dit, la réduction ultime de la pensée, même mathématique, au calcul, à la "computation", est r (...)

117Au surplus, chez certains linguistes, “opération” est explicitement lié à “calcul” : “Pourquoi dit-on opération ? Tout simplement parce qu’on fait un calcul” (Bouscaren 1991 : 7). Le lien entre opération et calcul est clair, en effet. On peut songer aux “opérations de l’arithmétique”, et, plus profondément et généralement, à l’assimilation entre pensée et calcul depuis Hobbes et surtout Leibniz, suivant une tradition qui, après la reprise booléenne, nous conduit jusqu’à notre époque si friande de computations82. Seulement on se devra de noter que, chez nous autres linguistes, l’algorithme de ce calcul n’est jamais spécifié, en sorte que toutes ces belles choses ne se révèlent guère plus que programmatiques.

Top of page

Bibliography

ABEILLE, Anne, (1993) Les Nouvelles syntaxes, Grammaires d'unification et analyse du français. Paris : Armand Colin.

ADAMCZEWSKI, Henri, (1982) Grammaire linguistique de l'anglais. Paris : Armand Colin.

ADAMCZEWSKI, Henri, (1983) “Pour une grammaire méta-opérationnelle de l’anglais”. Tréma (Paris III) 8 : 5-16. Réimpression avec commentaires in ADAMCZE W SKI 1996 : 55-70.

ADAMCZEWSKI, Henri, (1996) Genèse et développement d'une théorie linguistique (suivi de Les Dix composantes de la grammaire métaopérationnelle de l'anglais). Perros-Guirec : La TILV.

ADAMCZEWSKI, Henri, (1999) Clefs pour Babel. Saint-Leu d’Esserent (60340) : Éditions EMA.

ADAMCZEWSKI, Henri, & Gabilan, (1992) Les clés de la grammaire anglaise. Paris : Armand Colin.

L'Argumentation (1981) Lyon : Presses Universitaires de Lyon.

AUROUX, Sylvain, éd., (1992) Histoire des idées linguistiques. Tome 2. Liège : Mardaga. BELNA, Jean-Pierre, (1996) La Notion de nombre chez Dedekind, Cantor, Frege : Théories, conceptions et philosophie. Paris : Vrin.

BERRENDONNER, Alain, (1981) Éléments de pragmatique linguistique. Paris : Les Éditions de Minuit.

BERTHOUD, Anne-Claude, (1982) Activité métalinguistique et acquisition d’une langue seconde : Etude des verbes déictiques allemands. Berne / Francfort-am-Main : Peter Lang.

BERTHOUD, Anne-Claude, (1997) “Construction interactive d’un domaine notionnel”. 187-196 in RIVIÈRE, Claude & GROUSSIER, Marie-Line, eds., (1997) La Notion. Gap / Paris : Ophrys.

BESNARD, Philippe, (1990) “Logique des défauts”. 149-161 in ITURRIOZ & DUCHAUSSOY 1990.

BETTI, Arianna, (1997) “Lesniewski”. Documentation Internet dans une série de pages Polish Philosophers, de l’Université de Catane. URL : http://www.fmag.unict.it/PolPhil/Lesnie/Lesnie.html.

BETTI, Arianna, (1998) “The Porohy on Dnepr. Lesniewskian Roots of Tarski’s Semantics”. To appear in Logica 98 Yearbook.

BIARD, Joël, (1989) Logique et théorie du signe au XlVe siècle. Paris : Vrin.

BOCHENSKI, Joseph M., (1956) Formale Logik. Freiburg / München : Karl Adler.

BOCHENSKI, Joseph M., (1990) Entre la logique et la foi : Entretiens avec [...], recueillis par Jan Parys. Montricher, Suisse : Les Éditions Noir sur Blanc.

BOISSON, Claude, (1981) “Hiérarchie universelle des spécifications de temps, de lieu, et de manière”. Confluents VII, 2 : 69-126 (Université Lyon 2).

BOISSON, Claude, (1986) “Analogues de l’auxiliaire DO anglais en Nouvelle Guinée et ailleurs”. 43-64 in Lexique-Grammaire, Domaine anglais. CIEREC, Travaux XXXXVII. Université de Saint-Étienne.

BOISSON, Claude, ; Basset, Louis ; Kirtchuk, Pablo, (1994) “Problématiques des parties du discours”. 9-45 in BASSET, L. & PÉRENNEC, M., éds., (1994) Les Classes de mots : Traditions et perspectives. Lyon : Presses Universitaires de Lyon.

BOUCHON-MEUNIER, Bernadette, (1994) La logique floue. Que Sais-Je ? Paris : Presses Universitaires de France.

BOUDON, Raymond, (1990) L’Art de se persuader des idées douteuses, fragiles ou fausses. Paris : Fayard.

BOUSCAREN, J., (1991) Linguistique anglaise : Introduction à une grammaire de l’énonciation. Gap : Ophrys.

BRAZIL, David, (1995) A Grammar of Speech. Oxford: Oxford University Press.

BROWN, Gillian & Yule, George, (1983) Discourse Analysis. Cambridge: Cambridge University Press.

CARNAP, Rudolf, (1942, 1943, 1968) Introduction to Semantics and Formal Logic. Two volumes in one. Cambridge, Mass.: Harvard University Press.

CATACH, Nina, (1994) La Ponctuation. Presses Universitaires de France.

CHAFE, Wallace L., (1976) “Givenness, contrastiveness, definiteness, subjects, topics, and point of view”. 25-26 in LI, Charles N., (1976) Subject and Topic. New York: Academic Press.

CHANNELL, Joanna, (1994) Vague Language. Oxford: Oxford University Press.

CHURCH, Alonzo, (1956, 1996) Introduction to Mathematical Logic. Princeton: Princeton University Press.

COMBETTES, B., (1988) Pour une grammaire textuelle : la progression thématique. Bruxelles / Paris / Gembloux : De Boeck-Duculot.

CONDILLAC, Etienne Bonnot de, (1798,1805, 1981) La Langue des calculs. Lille : Presses de l’Université de Lille.

COTTE, Pierre, (1996) L’Explication grammaticale de textes anglais. Paris : Presses Universitaires de France.

Cotte, Pierre ; Joly, André ; O’KELLY, Dairine ; GILBERT, Éric ; DELMAS, Claude M. C. ; GIRARD, Geneviève ; GUERON, Jacqueline, (1993) Les Théories de la grammaire anglaise en France. Paris : Hachette.

COULTHARD, Malcolm, (1985) An Introduction to Discourse Analysis. New edition. London: Longman.

CREISSELS, Denis, (1995) Eléments de syntaxe générale. Paris : Presses Universitaires de France.

CRUSE, D. A., (1986) Lexical Semantics. Cambridge: Cambridge University Press.

CULIOLI, Antoine, (1985) Notes du séminaire de DEA. Université de Paris 7, Département de recherches linguistiques. Poitiers. [Aux bons soins de Jean-Claude Souesme, Jean Chuquet et Jean-Louis Duchet].

CURRY, Haskell B., (1977) Foundations of Mathematical Logic. New York: Dover.

DA COSTA, Newton C. A., (1997) Logiques classiques et non classiques. Essai sur les fondements de la logique. Trad, par Jean-Yves Béziaux. Paris : Masson, Paris.

DANON-BOILEAU, L., (1987) Énonciation et référence. Gap / Paris : Ophrys.

DE LIBERA, Alain & ROSIER, Irène, (1992) “L’analyse de la référence”. 137-158 in AUROUX, Sylvain, éd., (1992).

DELMAS, Claude, (1983) “De l’anaphore à la métalangue naturelle”. Tréma (Paris III) 8 : 69-83.

DELMAS, Claude, (1993) “De l’extralinguistique au métalinguistique”. 195-212 in LAPAIRE & ROTGÉ 1993.

DELMAS, Claude ; Adams, P. ; DELECHELLE, G. ; GIRARD, G. ; LANCRI, A. ; NAUDE, G., (1993) Faits de langue en anglais. Paris : Dunod.

DELMAS, Claude & GIRARD, Geneviève, (1993) “Grammaire métaopérationnelle et théorie des phases”. Pp. 97-124 in COTTE & alii, (1993).

DESCLÉS, Jean-Pierre, (1990) Langages applicatifs, langues naturelles et cognition. Paris : Hermès.

DESTUTT DE TRACY, A. L. C., (1998) Extraits de Éléments d’idéologie, III. Édition de 1805. BNF, extraits de la base Frantext. URL : http://gallica.bnf.fr/Fonds_Frantext/T0088156.htm

DOMINIC Y, Marc, (1992) “Le programme scientifique de la grammaire générale”. 424-441 in AUROUX, Sylvain, éd., (1992).

DUCROT, Oswald, (1972) Dire et ne pas dire : Principes de sémantique linguistique. Paris : Hermann.

DUCROT, Oswald, (1980) Les Échelles argumentatives. Paris : Les Éditions de Minuit.

EHRLICH, Marie-France ; TARDIEU, Hubert ; CAVAZZA, Marc, eds., (1993) Les Modèles mentaux : Approches cognitives des représentations. Paris : Masson.

EPSTEIN, Richard C., (1994) Predicate Logic. Oxford: Oxford University Press.

FALLETTA, Nicholas, (1998) Le Livre des paradoxes. Paris : Diderot Éditeur. Trad, par Jean-François Hamel de The Paradoxicon, New York: Doubleday, 1983.

FREGE, Gottlob, (1971) Écrits logiques et philosophiques. Traduction et introduction de Claude Imbert. Paris : Éditions du Seuil.

FUCHS, Catherine & LE GOFFIC, Pierre, (1992) Les Linguistiques contemporaines, Repères théoriques. Paris : Nouvelle édition. Hachette.

FUCHS, Catherine & LÉONARD, Anne-Marie, (1979) Vers une théorie des aspects : Les systèmes du français et de l’anglais. Paris : Mouton.

GARDIES, Jean-Louis, (1975) Esquisse d’une grammaire pure. Paris : Vrin.

GARNIER, Georges & GUIMIER, Claude, (1997) L'Épreuve de linguistique au CAPES et à 11agrégation d ’anglais. Paris : Nathan.

GAUTHIER, Yvon, (1997) Logique et fondements des mathématiques. Paris : Diderot Éditeur.

GILBERT, Éric, (1989) “Quite, rather”. 5-61 in Cahiers de recherche. T. 4, Grammaire anglaise. Travaux de l ’équipe de Janine Bouscaren. Gap : Ophrys.

GILBERT, Éric, (1993) “La théorie des opérations énonciatives d’Antoine Culioli”. 63-96 in COTTE & alii, (1993).

GINISTI, Jean-Pierre, (1997) La Logique combinatoire. Que-Sais-Je ? Paris : Presses Universitaires de France.

GRIZE, Jean-Biaise, (1990) Logique et langage. Gap : Ophrys.

GROUSSIER, Marie-Line ; GROUSSIER, Georges ; CHANTEFORT, Pierre, (1975, 1994) Grammaire anglaise, Thèmes construits. Paris : Hachette.

GROUSSIER, Marie-Line & RIVIÈRE, Claude, (1996) Les mots de la linguistique, lexique de linguistique énonciative. Gap / Paris : Ophrys.

GUILLAUME, Gustave, (1990) Leçons de linguistique. 1943-1944, Série A : Esquisse d’une grammaire descriptive de la langue française II). Québec : Les Presses de l’Université Laval / Lille : Presses universitaires de Lille.

GUIMIER, Claude, (1988) Syntaxe de l’adverbe anglais. Lille : Presses Universitaires de Lille.

HALLIDAY, M. A. K., (1985) An Introduction to Functional Grammar. London: Edward Arnold.

HALMOS, Paul R., (1967, 1997) Introduction à la théorie des ensembles. Trad, par J. Gardelle de Naive Set Theory, D. Van Nostrand, 1965. Mouton / Gauthier-Villars. Réimpression à Paris : Éditions Jacques Gabay.

HARRIS, Zellig S., (1971) Structures mathématiques du langage. Paris : Dunod. Trad, par C. Fuchs de Mathematical Structures of Language, New York : John Wiley.

HAWKINS, John A., (1978) Definiteness and Indefiniteness, A Study in Reference and Grammatically Prediction. London: Croom Helm / Highlands, NJ : Humanities.

HEIDEGGER, Martin, (1976) Acheminement vers la parole. Paris : Gallimard. [Traduction de Untenvegs zur Sprache, Pfullingen : Gunther Neske, 1959].

HOTTOIS, Gilbert, (1989) Penser la logique : Une introduction technique, théorique et philosophique à la logique formelle. Bruxelles : Éditions Universitaires / De Boeck.

HUFFLEN, Jean-Michel, (1996) Programmation fonctionnelle en Scheme : de la conception à la mise en œuvre. Paris : Masson, Paris.

ITURRIOZ, Luisa & DUCHAUSSOY, Alain, eds., (1990) Modèles logiques et systèmes d’intelligence artificielle. Paris : Hermès.

JAKOBSON, Roman, (1960) “Linguistics and poetics”. 350-377 in SEBEOK, Thomas A., éd., (1960) Style in Language. Boston: MIT Press.

JAKOBSON, Roman, (1971) Selected Writings II : Word and Language. The Hague / Paris : Mouton.

JOHNSON-LAIRD, P. N., (1983) Mental Models: Towards a Cognitive Science of Language, Inference, and Consciousness. Cambridge: Cambridge University Press.

JON, Sung-gi, (1981) L’Enoncé métalinguistique. Thèse de 3ème cycle de linguistique, Université Lyon 2.

JOOS, Martin, (1968) The English Verb, Forms and Meanings. Madison: The University of Wisconsin Press.

KLEENE, Stephen C., (1971, 1987) Logique mathématique. Armand Colin, Paris. Réimpression Paris : Éditions Jacques Gabay, 1987. Trad, par Jean Largeault de Mathematical Logic, New York: John Wiley & Sons, 1967.

LAPAIRE, Jean-Rémi, (1993) “Le concept d’opération en linguistique énonciative”. 71-88 in LAPADŒ & ROTGÉ 1993.

LAPAIRE, Jean-Rémi & ROTGÉ, Wilfrid, (1991) Linguistique et grammaire de l’anglais. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

LAPAIRE, Jean-Rémi & ROTGÉ, Wilfrid, (1992) Réussir le commentaire grammatical de textes (CAPES / Agrégation anglais). Paris : Ellipses, Éditions Marketing.

LAPAIRE, Jean-Rémi & ROTGÉ, Wilfrid, (1993) Séminaire pratique de linguistique anglaise. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

LARCHER, Pierre, (1988) “Quand, en arabe, on parlait de l’arabe... Essai sur la méthodologie de l’histoire des “métalangages arabes” (I)”. Arabica 35 : 117-142.

LARCHER, Pierre, (1991) “Quand, en arabe, on parlait de l’arabe... (II) [...]”. Arabica 38 : 246-273.

LARCHER, Pierre, (1991) “Quand, en arabe, on parlait de l’arabe... (III) [...]”. Arabica 39 : 358-384.

LARREYA, Paul, (1984) Le possible et le nécessaire : Modalités et auxiliaires modaux en anglais britannique. Paris : Nathan.

LARREYA, Paul & RIVIERE, Claude, (1991) Grammaire explicative de l’anglais. Paris : Longman France.

LEECH, Geoffrey, (1981) Semantics: The Study of Meaning. 2nd ed. Harmondsworth : Penguin Books.

LEIBNIZ, Gottfried Wilhelm, (1765, 1990) Nouveaux essais sur l’entendement [humain]. Paris : Flammarion.

LEROUX, Jean, (1998) Introduction à la logique. Paris : Diderot Éditeur.

LONGACRE, Robert, (1983) The Grammar of Discourse. New York / London: Plenum Press.

LYONS, John, (1995) Linguistic Semantics, An Introduction. Cambridge: Cambridge University Press.

MARTIN, Robert, (1992) Pour une logique du sens. 2 édition. Paris : Presses Universitaires de France.

McCARTHY, Michael, (1994) It, this and that. 266-275 in COULTHARD, Malcolm, ed., (1994) Advances in Written Text Analysis. London: Routledge.

MYHILL, John, (1992) Typological Dicourse Analysis: Quantitative Approaches to the Study of Linguistic Function. Oxford: Blackwell.

NEF, Frédéric, (1990) La Logique du langage naturel. Paris : Hermès.

NYAN, Thanh, (1998) Metalinguistic Operators With Reference to French. Bern: Peter Lang.

OCKHAM, Guillaume d’, (1323, 1988) Somme de Logique, Première partie. Mauvezin : Trans-Europ-Repress.

PAYNE, John, (1992) “Negation”. 75-76 in BRIGHT, William, éd., (1992) International Encyclopaedia of Linguistics. New York / Oxford: Oxford University Press.

QUINE, Willard V. O., (1972) Méthodes de logique. Paris : Armand Colin

QUIRK, Randolph ; GREENBAUM, S. ; LEECH, G. ; SVARTVIK, J., (1985) A Comprehensive Grammar of the English Language. London: Longman.

RUSSELL, Bertrand, (1940) An Inquiry into Meaning and Truth. London: Allen & Unwin, [trad, française, Signification et vérité, Paris : Flammarion, 1969].

RUSSELL, Bertrand, (1985) The Philosophy of Logical Atomism. David Pears, ed. La Salle, Illinois: Open Court, [contient The Philosophy of Logical Atomism, 1918 et Logical Atomism, 1924].

SANTIN-GUETTIER, Anne-Marie, (1994) Analyse de l’anglais en contexte : Initiation à la linguistique. Paris : Ellipses.

SCHIFFRIN, Deborah, (1987) Discourse Markers. Cambridge: Cambridge University Press.

SILVERSTEIN, Michael, (1985) “The culture of language in Chinookan narrative texts; or, On saying that... in Chinook”. 132-171 in NICHOLS, Joanna & WOODBURY, Anthony C., eds., (1985) Grammar Inside and Outside the Clause: Some Approaches to Theory from the Field. Cambridge: Cambridge University Press.

SWEETSER, Eve E., (1990) From Etymology to Pragmatics: metaphorical and cultural aspects of semantic structure. Cambridge: Cambridge University Press.

TAMBA-MECZ, Irène, (1988) La Sémantique. Que Sais-Je ?, Paris : Presses Universitaires de France.

TARSKI, Alfred, (1956) Logic, Semantics, Metamathematics. [Traductions par J. H. Woodger]. Oxford: Clarendon Press.

TAYLOR, John R., (1995) Linguistic Categorization: Prototypes in Linguistic Theory. Second edition. Oxford: Clarendon Press.

VERNANT, Denis, (1986) Introduction à la philosophie de la logique. Bruxelles : Pierre Mardaga.

VERNANT, Denis, (1997) Du Discours à Faction : Études pragmatiques. Paris : Presses Universitaires de France.

WANG, Hao, (1990) Kurt Gödel. Paris : Armand Colin [Trad, de Reflections on Kurt Gödel. MIT Press, 2nd éd., 1988].

WANG, Hao, (1996) A Logical Journey: From Gödel to Philosophy. Cambridge / London: The MIT Press.

WARDHAUGH, Ronald, (1985) How Conversation Works. Oxford: Basil Blackwell / London: André Deutsch.

WITTGENSTEIN, Ludwig, (1921, 1922, 1961) Tractatus logico-philosophicus, suivi de Investigations philosophiques. Paris : Gallimard.

Top of page

Notes

1 Je tiens à remercier Arianna Betti (Université de Gênes), Norbert Dupont (Université Lumière-Lyon 2), Jean-Pierre Ginisti (Université Jean Moulin-Lyon III), Pierre Larcher (Université de Provence), Denis Vemant (Université Grenoble II-Pierre Mendès-France), Monique Verrac (Université de Pau) pour leurs informations et leurs réponses à des questions diverses.

2 Ce n'est pas seulement une carence terminologique que je vise, c'est aussi un manque de rigueur dans l'enchaînement des apparitions des concepts. A contrario, on observera la manière dont opère un auteur soigneux (Creissels 1995).

3 De même encore pour "sujet", pour "relation prédicative", pour "validation'', dont je ne dirai rien, mais qui sont souvent non définis, mal définis, ou polysémiquement employés dans la littérature énonciativiste / opérationnaliste des anglicistes français.

4 La majorité des quantifications naturelles sont floues : "pratiquement pas de x", ''presque pas de x", "un nombre infime de x", ''vraiment très très peu de x", "très peu de x", "peu de x", "encore assez de x", "pas mal de x", "un nombre respectable de x", "beaucoup de x", "énormément de x", "la plupart des x", ''presque tous les x", "pratiquement tous les x", etc. Et les "notions" ont des contours flous, comme Culioli y insiste justement. En fait "il serait peut-être plus intéressant[ ... ] de recenser ce qui est à l'abri du vague" (Nef 1990 : 20). On rapprochera cela de la problématique de la prototypie, et aussi de la peu connue "logique des défauts" de Reiter, qui permet de modéliser des inférences du type "normalement, un oiseau, ça vole", lesquelles intègrent les exceptions aux règles générales (v. Besnard 1990). Sur le flou du langage, voir Channell (1994).

5 Les psychologues ont débattu pour savoir si les représentations mentales se font selon des modes distincts, ou si elles si elles sont toutes convertibles et réductibles à un seul mode, que nous pourrions représenter comme propositionnel. On ne doit pas nier la possibilité de raisonner sur des représentations non propositionnelles : Johnson-Laird et ses collaborateurs ont essayé de montrer comment c'était possible dans leur perspective des modèles mentaux. Cela présente aussi des implications importantes sur notre vision de la cognition animale : c'est une assertion bien hardie que de nier que les animaux pensent, et qu'ils puissent même raisonner de manière simple. En deux mots : les humains ne pensent pas que par le langage, et les animaux pensent aussi.

6 A ce propos, on prêtera attention à la subtilité suivante. Une opération récursive (réappliquée successivement aux résultats successifs de ladite opération) n'est pas une opération réflexive (s'appliquant à elle-même en tant qu'opération). Comme l'indique Wittgenstein : "Une fonction ne peut pas être son propre argument, en revanche Je résultat d'une opération peut parfaitement constituer sa propre base [ ... ]. L'application répétée d'une opération à son propre résultat, je la nommerai son application successive[ ... ]. Le concept de l'application successive de l'opération est l'équivalent du concept et ainsi de suite" (Wittgenstein 1921, 1922, 1961, sections 5.251 sqq.). Quoi que soit la récursivité des mathématiciens ou des informaticiens, la récursivité des linguistes est ce qui permet le montage d'enchâssements successifs.

7 Culioli déclare sans ambages : "L'ignorance de la plupart des linguistes concernant la logique, en particulier la logique mathématique, est fantastique" (Culioli 1985 : 10). Pour éviter toute ambiguïté, je me dois d'indiquer ceci. Ces outils me semblent très utiles pour se former des idées claires, notamment dans l'analyse des discours (ici, des linguistes). En revanche, le recours direct et massif à l'appareillage logico-mathématique pour l'édification de la linguistique elle-même n'a guère donné jusqu'ici, je Je constate, de résultats probants, conduisant à un substantiel surcroît d'intelligibilité, une fois les espoirs initiaux dissipés. Je mets à part les grammaires conçues de fait en vue d'une implémentation informatique (ex. : Abeillé 1993). Cela ne préjuge pas de l'avenir, pour peu que les mathématiques s'enrichissent de nouveaux objets.

8 Vu son origine, certains logiciens restent sceptiques devant son emploi en dehors d'une hiérarchie de langues formalisées (Curry 1977 : 89). Ne nous laissons pas trop impressionner par ce rigorisme, inévitable déformation professionnelle.

9 L'apparition des idées de Tarski a connu une histoire compliquée (Tarski 1956 : 152, note ; 154, note ; 277 ; Curry 1977 : 89 ; Betti 1998). La théorie de la vérité, qui fait appel au concept de métalangage, aurait été élaborée par Tarski dès 1929. En octobre et décembre 1930, il l'expose oralement à Varsovie et à Lwow devant deux sociétés savantes. En 1931 elle fait l'objet d'une présentation par Lukasiewicz à Varsovie. La première publication date de 1931, sous la forme d'un résumé en polonais dans Ruch Filozoficny, vol. 12, daté de 1930-1931 (maintenant réimprimé dans le premier volume des oeuvres de Tarski, Varsovie 1995). Un autre résumé paraît en allemand en 1932 dans les actes de l'Académie des Sciences de Vienne. En 1933 paraît un article en polonais dans Prace Towarzystwa Naukowego Warszawskiego. Par ailleurs la même année paraît un article en allemand dans les Monatshefte für Mathematik und Physik ; c'est là que Je terme apparaît en allemand pour la première fois ; on trouvera l'article, qui porte, non sur le concept de vérité, mais sur la consistance, traduit en anglais dans Tarski 1956 : 279-295. Enfin c'est en 1936 que paraît dans Studia Philosophica I, le grand article allemand "Der Warheitsbegriff in der formalisierten Sprachen", avec des additions par rapport à l'article polonais de 1933 (trad. "The concept of truth in formalized languages" dans Tarski 1956 : 152-278). Arianna Betti m'indique que, dans le résumé en polonais de 1931, Tarski emploie encore les circonlocutions définitoires "le langage dans lequel nous parlons" et "le langage sur lequel nous parlons".

10 Camap semble avoir joué un certain rôle dans la diffusion du concept de métalangage, même s’il a pu être réticent au début (Wang 1990 : 84). D’ailleurs Camap est fréquemment crédité à tort du concept et du terme de métalinguistique (ainsi : Tamba-Mecz 1988 : 55). Hao Wang ajoute que Gödel aurait recommandé la nécessité de recourir au métalangage en 1929, mais sans fournir de référence (Wang 1990 : 84). S’agit-il de sa thèse de doctorat sur la complétude de la logique élémentaire, terminée en juillet 1929, et soutenue et publiée en 1930, ou bien d’une intervention dans un colloque organisé à Vienne par Karl Menger en octobre 1929 ?

11 En logique mathématique, comme équivalents ou quasi-équivalents de “métalangue / métalangage”, on trouve aussi : “métathéorie”, “langue syntactique”, “syntaxe” (“syntax language”), voire, de façon parlante, “langage de l’observateur” (Kleene 1971 11, et note ; 207, 208). On trouvera chez Curry une distinction entre “U language” et “metalanguage” ; le “U language” est la langue utilisée pour communiquer sur quelque sujet que ce soit, et c’est toujours le niveau le plus élevé dans la hiérarchie des métalangages (Curry 1977 : 28-32).

12 Dans ses notes à l'article Warheitsbegriff, Tarski parle des cours de Lesniewski à partir de 1919-1920, et de conversations privées (voir Tarski 1956 : 155, note 1 ; aussi 402), mais on a l'impression qu'il s'agit plus spécifiquement de réflex.ions sur le concept de vérité et sur les antinomies sémantiques, et telle est l'interprétation de Carnap (1942, 1968 : X, 29). Noter toutefois qu'un article de 1936 mentionne explicitement Lesniewski en rapport avec le concept de métalinguistique (voir Tarski 1956 : 402 dans sa traduction anglaise). Par ailleurs Daniel Vernant signale chez Lesniewski une mise en cause de la confusion de niveau entre langage-objet et métalangage dans les Principia Mathematica de Russell et Whitehead, qui se trouverait dans un travail de 1927-1931 sur les fondements des mathématiques (Vernant 1997 : 30). Mieux encore, un riche site Internet de l'Université de Catane consacré aux logiciens polonais comporte une biographie circonstanciée de Lesniewski (Betti 1997), d'où il ressort que Lesnewski a écrit en 1910 un article "Contribution à l'analyse des propositions existentielles", publié en 1911 dans Przeglad filozojiczny, puis utilisé pour l'obtention du titre de docteur ée en juille12, olonais yse deion nominale de Twardowski. Dans "Contribution ... ", Lesniewski avait déjà parfaitement clarifié la distinction entre langage-objet et métalangage, dont Tarski est usuellement crédité mais qui vient de son maître, même si Lesniewski ne disposait pas des termes que Tarski a créés avec bonheur (Betti, communication personnelle). Néanmoins il demeure que Lesniewski n'avait pas élaboré la hiérarchie de langues qui est maintenant associée au nom de Tarski (Betti 1998).

13 Pour donner un exemple simple, étant donné un système logique S constituant un langage-objet, on sera amené à démontrer dans le métalangage S' le (méta-)théorème "Tout théorème de S est une tautologie" (Church 1956 : 97). C'est dans S' qu'on trouvera le symbole "est un théorème de" (ibid. : 87). Et c'est de toute façon dans S' qu'aura déjà été exprimé l'établissement de S (ibid. : 53, note 120). Si S est un système logique, c'est aussi dans S' (et non pas dans S) que seront exprimées la vérité et la fausseté des propositions de S (théorème de Tarski sur le concept de vérité).

14 La métathéorie peut aussi concerner la sémantique ou théorie des modèles (Gauthier 1997 : 16, 137). Voir là-dessonaLeroux (1998).

15 Il n'y a guère que Heidegger à oser rapprocher, avec son aplomb habituel, "métalinguistique" et "métaphysique", par un de ces mirobolants jeux de mots qui lui valent une réputation de profondeur vertigineuse (Heidegger 1976 : 144-145). On a vu proliférer les formations en "méta-", par exemple (y compris en convertissant des mots que je n'ai rencontrés qu'en anglais) : "méta-classe", "méta-mémoire", "méta-théorie", "méta-règle", "méta-logique", "méta-terme", "méta-opérateur", "méta-lingual", "méta-pragmatique", "méta-dogme", "métacognition", "métajournalisme" (Le Monde du 6e en juille98) et même le très chic "métabaron" dans une bande dessinée fantastique de Jodorowski (le98), etc. C'est bien significatif de notre époque obsédée à la fois par le langage et par la mise en abyme. Même l'ouvrage exceptionnellement soigneux de Raymond Bourlon (1990) sur la méthodologie des sciences choisit bizarrement de renommer "métaconscient" le concept de "subconscient" / "inconscient" ; il s'agit d'éviter des connotations freudiennes, mais le résultat est terminologiquement inadéquat.

16 "There are infinite numbers ofmeanings to 'there are"' (Russell le18, 1985: 139).

17 L’évacuation des antinomies sémantiques exige la distinction langage-objet / métalangage, mais non l’évacuation des antinomies logiques (Cardies 1975 : 51-52, note 31).

18 S’il y a plusieurs arguments n’appartenant pas au même type, et que, parmi eux, le type le plus élevé est k, alors f doit être de type k+1. Les expressions sont dites alors “stratifiées”.

19 La théorie des types constitue une solution ad hoc pour éviter les antinomies. Une autre consiste à contraindre le système axiomatique pour éviter leur apparition : c’est la politique de Zermelo (Gauthier 1997 : 16-17).

20 “Tarski’s approach enforces a sharp distinction between logic and metalogic, between propositions we shall reason with and propositions about those propositions. Earlier logicians such anaLeibniz, Frege, and Russell emphatically rejected such a distinction” (Epstein 1994 : 91).

21 Au surplus, Russell indique ceci dans un article de 1924: “When two words have meanings of different types, the relations of the words to what they mean are of different types; that is to say, there is not one relation of meaning between words and what they stand for, but as many relations of meaning, each of a different logical type, as there are logical types among the objects for which there are words” (Russell le85: 168).

22 Une tentation de confusion analogue se lit dans la formulation trop rapide que voici : "la théorie des types[ ... ] constitue une méthode de hiérarchisation des langages" (da Costa 1997 : 210). Hiérarchisation des éléments d'un langage, certes, mais certes pas hiérarchisation des langages eux-mêmes.

23 On croirait lire Adamczewski parlant de la "métalangue naturelle".

24 L'erreur de Longacre montre excellemment le caractère dangereux du concept de "métalangage", d'autant que, par ailleurs, Longacre propose une notation "logique" pour les types d'énoncés (c'est à vrai yse plus une notation qui facilite l'analyse et le classement qu'une vraie construction logique, c'est une symbolisme de commodité et non une symbolisation associé à une formalisation).

25 Cela a pour effet que toute modélisation robotique des sujets parlants exige l'inclusion d'actions métalinguistiques, ce qui, à ma connaissance, n'a pas encore été réalisé. Je laisse de côté la question difficile de savoir quels liens existent entre la conscience et la capacité métalinguistique.

26 Dans les deux premiers exemples (Code civil, articles 534, 556), les italiques figurent dans mon édition. Les deux autres exemples, sans italiques, viennent du Code de la propriété intellectuelle.

27 Je ne suis pas certain toutefois qu'un énoncé comme "Le grec pratique abondamment la composition" soit vraiment "métalinguistique", même partiellement. La langue grecque est pour le locuteur un domaine comme un autre, ni plus ni moins que les minéraux dans "l'échelle de Mohs permet de classer les minéraux selon leur dureté". Dans cet énoncé sur le grec, on ne procède pas véritablement à la citation du nom d'un objet linguistique.

28 Wardhaugh suggère que cette activité métalinguistique clarificatrice est normalisée et stéréotypée, et qu'elle fait l'objet d'un apprentissage, nettement institutionnalisé par exemple dans les "debating clubs" anglais.

29 Ducrot affecte d'un caractère métalinguistique la négation elle-même, considérant comme il le fait l'ensemble de la proposition. Mais si on affecte le caractère métalinguistique au mot, cela modifie quelque peu l'interprétation fine du phénomène. Par ailleurs, si certaines corrections sont métalinguistiques, d'autres sont plutôt à prendre comme des recatégorisations, ou sont ambiguës quant à leur statut ; les recatégorisations étant typiques des corrections du langage parlé (Brown & Yule 1983 : 17). Voir ainsi certains des exemples de Cruse sur les "plesionyms" ou mots de sens voisin (Cruse 1986 : 285-289). Cela, à mon avis, peut dépendre de la manière dont le mot est prononcé/ écrit, car dans "lt wasn't a tap 1 heard - more of a rap", on peut pencher pour une recatégorisation, mais il suffit d'effets prosodiques sur "tap" et "rap" (et d'italiques ou de gen jumets à l'écrit) pour fase pencher vers l'emploi métalinguistique. Noter que chez Culioli, le type de phénomènes étudié par Ducrot est vu olonai'angle de la "notion", conceptualisée topologiquement (Danon-Boileau 1987 : 53-57).

30 D'après Silverstein on ne retrouve pas dans la culture des locuteurs de Lower Chinook l'insistance que nous mettons notamment sur la référence et sur la prédication ("He asserted that...", "He stated that...").

31 Exemple chez un enfant de trois ans un mois : "Quand c'est un yaourt au citron, on dit que c'est un yaourt citronné".

32 En logique, Curry introduit "epitheory" et des termes de formation analogue (Curry 1977, ch. III). Mais comme il s'agit de logique mathématique, la visée est autre que chez Culioli.

33 Ainsi les numéros des théorèmes d'un système logique sont normalement métathéoriques, mais l'incorporation d'une arithmétique au système permet d'inclure ces numéros dans l'alphabet du système, et donc de les traiter comme internes au système. Sur cette "gödelisation", voir par exemple Gauthier (1997 : 53),aLeroux (1998 : 267-168).

34 Par exemple très clairement chez Harris (1971 : 19-20, 142-146, etc.).

35 Cotte (1996 : 56, note 1). Cotte pense peut-être à des notations comme celle-ci, à vrai yse fort allusive : "Quant à la puissance même de penser, à celle que possède l'esprit de saisir éelui-même ses propres mouvements, le seul monument qu'on en ait, c'est la langue" (Gen jaume 1990 : 107).

36 Le logicien Curry, pour sa part, se montre sensible à ces données dans l'analyse sémantique des prépositions grecques "meta" et "epi" (Curry 1977 : 122).

37 On sera attentif aux glissements possibles induits par l'emploi de "commenter", "porter sur". Ces termes innocents mais polysémiques peuvent se révéler dangereux si l'on ne garde pas constamment à l'esprit une définition précise. En particulier, quand on "commente" un texte, ce n'est pas nécessairement métalinguistiquement.

38 A cause de la course rapide de sa pensée, Adamczewski est porté sur ces sauts conceptuels / terminologiques et argumentatifs. Il aime par exemple présenter une hypothèse explicative, puis citer un exemple dont il ne fait pas l'analyse en fonction de son hypothèse, pour montrer comment l'hypothèse est ainsi confirmée à nouveau. Il déclare alors brusquement au lecteur que, sachant ce qu'il sait, celui-ci interprétera immédiatement le phénomène. Or le lecteur, même sympathique, n'est pas toujours en mesure de sauter par-dessonale gouffre.

39 Sur la manière double dont Piaget envisage les "opérations", voir l'appendice.

40 Il convient de s'interroger sur les mérites respectifs des sémantiques suivantes : (a) sémantique de l'invariant, ou, pour parler comme Gen jaume, recherche d'un unique signifié de puissance qui donne une multiplicité d'effets de sens ; (b) comme proche de (a), mais plus explicite, sémantique à deux étages, distinguant un signifié invariant (du ressort de la linguistique) et un étage conceptuel (plutôt du ressort de la psychologie), à la Bierwisch (présentation et objections dans Taylor 1995 : 264-289) ; (c) sémantique fondée sur les ressemblances de famn ju (Wittgenstein) et la prototypie (Rosch).

41 Les six premiers termes ne sont pas toujours utilisés avec des significations nettement différenciées.

42 Ce dernier exemple est donné par Fregeelui-même dans "Fonction et concept'', article de 1891 (Fregee1971 : 98).

43 Notule technique. Si on s'imaginait que, dès qu'on se donne une fonction de fonction, on a ipso facto construit une relation "méta", on se heurterait à l'absurdité suivante. Comme Fregeele savait déjà, et comme Schonfinkel l'a retrouvé, puis Curry, une fonction polyadique (à plusieurs arguments) peut toujours se réduire à un emboîtement de plusieurs fonctions monadiques, par le procédé appelé "currying" : on permet ainsi qu'une fonction soit argument d'une fonction (Curry 1977 : 67 ; Ginisti 1997 : 16-17). Mais alors cela voudrait dire que le métalinguistique fait irruption dès qu'on se trouve devant une fonction de plus d'un argument !

44 Autre notule technique. Il y a une conceptualisation ensembliste de la fonction, où la fonction / relation, vue en extension, se réduit à être un sous-ensemble du produit cartésien entre son domaine et son codomaine, de sorte que l'on se dispense d'un concept autonome de fonction, encore distincte chez Frege, Peirce, Schrèider (cette réduction remonte à Norbert Wiener et à Kazimierz Kuratowski : Vernant 1986 : 40). Cette réduction interdit évidemment de voir dans la composition· de fonctions quelque chose qui ferait sortir du système "contenant" les ensembles. Il n'est donc nullement question de passage au niveau "méta". On notera par incidente que cette réduction ensembliste crée un malaise chez certains, qui réservent "fonction" à "un objet [ ... ] en quelque sorte actif, et l'ensemble des couples que nous avons appelé la fonction est alors appelé le graphe de la fonction" (Halmos 1967, 1997 : 40). D'ailleurs il est peu vraisemblable que cette conception ensembliste de la fonction (vue statiquement) corresponde à ce dont les linguistes ont besoin lorsqu'ils pensent aux opérations comme actions (Desclés 1990 : 29, 54). Pour autant cela ne change rien à la nature de l'enchaînement des fonctions.

45 Les logiciens distinguent évidemment avec soin la syntaxe et la sémantique. Un système formel se voit interprété dans une sémantique, mais celle-ci est à distinguer du système formel stricto sensu. C'est pourquoi, au lieu de "langage formel'' ou "système formel'', certains disent "langage non interprété" (Leroux 1998 : 170).

46 C'est, sauf erreur, l 'opération "delta" de Grize (Grize 1990 : 69).

47 Le "etc., etc." est d'Adamczewski.

48 Je ne parviens pas à localiser ladite définition "technique".

49 On a fait observer que les langues naturelles sont un peu comme une carte qui contient sa propre légende (Desclés).

50 On a une expression fonctionnelle f(x, y) et son expression converse f*(y, x). En passant de l'une à l'autre par une opération de conversion, je reste sur le même "plan", dans le même langage ; la relation entre f(x, y) et f*(y, x) n'est pas la relation entre une expression et une méta-expression. Si, dans le plan, je fais correspondre à une figure géométrique sa figure symétrique par rapport à une droite, ou sa duale, etc., la deuxième figure obtenue reste une figure géométrique, et non un être méta-géométrique. Ces exemples ne sont pas pleinement des analogues des oppositions actif / passif, à cause de la notion supplémentaire de marque qui intervient éelinguistique.

51 C'est le terme (judicieux) employé par Culioli (1981 : 17). Aussi dans Lapaire (1993 : 74). Mais Lapaire ne détecte pas la distinction radicale à établir entre "enchâmement" et "métaopération" (il n'y a aucune critique dans sa présentation de la terminologie adamczewskienne à la page 87 de son article)

52 Pour l'opposition analyse binaire/ analyse ternaire, qui est centrale dans la GM, je ne peux qu'interpréter très conjecturalement Adamczewski en assignant son analyse au contenu et non à la syntaxe. Il met en garde contre l'erreur de procéder à cette opposition sur "la phrase de surface", mais sans aller jusqu'à nous dire où au juste il est licite de la faire. Voir Adamczewski & Gabilan 1992 : 12-13, où il est dit : "c'est la relation prédicative qui est binaire, et non pas la phrase de surface". Nous voilà donc ramenés à interpréter "relation prédicative", question centrale à laquelle je me suis intéressé par ailleurs, mais qui ne fait pas l'objet du présent article.

53 Ce qui laisserait supposer que dans un présent simple l'énonciateur ne "dit" rien à propos du référent du SN sujet ?

54 Mais au fait, est-ce que c'est cela que veut dire Adamczewski ? Ce n'est même pas certain, car l'auteur st allusif, et ne se hasarde pas à préciser les conditions d'interlocution et la relation sociale entre les interlocuteurs.

55 On me rétorquera que je suis prisonnier d'une conception "chosiste" de la linguistique, mais enfin qu'y puis-je si le langage sert aussi de temps à autre à parler du monde (peu important ce qu'est le monde) ? Cela réconforte de lire soonais plume d'un auteur assurément peu naïf : "la fonction primordiale du langage est de parler des choses" (Berrendonner 1981 : 128).

56 Notez que dans le glossaire de Groussier & Rivière (1996), on trouve "préconstruit", mais pas "présupposition". Est-ce significatif ?

57 Ce type d'association existe dans un très petit nombre d'autres langues, notamment dans une famn ju de langues papoues (Boisson 1986). De telles associations méritent examen. Cependant que les faits existent n'implique pas nécessairement que telle interprétation qu'on en propose soit la bonne.

58 Laquelle, bien évidemment ne doit pas être confondue avec l'opposition classique thème/rhème. Reste que le choix des termes est malheureux, qui conduit le lecteur vers des interprétations inadéquates.

59 Comme le rappelait Russell, un "objet" est étymologiquement un obstacle sur mon chemin.

60 Avant de parler de "rhématique" / "thématique" ou de l'opposition entre phases, Adamczewski parlait de "première mention" vs. "deuxième mention" ; les termes "saisie non-présupposante" et "saisie présupposante" sont à noter aussi, à ceci près qu'il faudrait clarifier "présupposition" (v. Adamczewski 1996).

61 Je passe soonasilence un problème très particulier, celui où une anaphore semble renvoyer à deux entités dans deux mondes, comme le "la" de "Si cette table était en formica (au lieu d'être en chêne) on pourrait la mettre dans la cuisine", où "la" semble "désigner la même table dans deux mondes", celui où elle est en bois et celui où elle est en formica (Nef 1990 : 34).

62 Certains auteurs emploient la métaphore du "fichier" ("file") ou du "dossier" que l'on ouvre, que l'on fenne (Lapaire & Rotgé 1991 ; Myhill le92 : 21, 259). C'est une excellente analogie, à condition de la poursuivre jusqu'au bout : le dossier peut voir des pièces s'ajouter, disparaître, etc.

63 Ces phénomènes nous obligent à nuancer l'assertion d'iconicité suivante: "The principal linguistic effects of the given-new distinction in English and perhaps all languages, reduce to the fact that given information is conveyed in a weaker and more attenuated manner than new information" (Chafee1976: 31 ). Chafeepense à "lower pitch", "weak stress", et à la pronominalistaion.

64 Combettes donne un autre bel exemple, où toutefois une analyse du texte permet de comprendre ce qui se passe : dans un compte-rendu dans L 'Équipe d'un match de football entre "Montpellier" et "Sochaux" en 1981, il y a une reprise par "les joueurs de Mosca" (c'était le nom de l'entraîneur de l'équipe de Sochaux) et "les joueurs de Firoud" (entraîneur de l'équipe de Montpellier).

65 Bien entendu le "mention" d'Adamczewski n'est pas à confondre avec le "mention" des logiciens (s'opposant à "usage"), et qui désigne un emploi métalinguistique. Par ailleurs la notion de Phase 2 ne se réduit pas à l'anaphore textuelle (elle englobe le préconstruit), mais cela ne change rien au caractère inacceptable de l'assimn ation entre Phase 2 et métalinguistique.

66 L'ambiguïté lexicale en français entre désignation d'un acte et désignation de son résultat (particulièrement pour les mots en "-ion") oblige à rappeler ceci : une chose est la première mention (résultat de l'acte), autre chose est le fait de procéder à la première mention (l'acteelui-même).

67 Les langues sont des trésors de désignations compactes.

68 Ces confusions ont des analogues, ainsi qu'on l'a vu dans le cas où les connecteurs de la langue ne distinguent pas entre relation "logique" et relation "extralogique".

69 Et, secondairement, la manière d'envisager la Phase 2 devrait tenir compte des observations sur le signifié évolutif.

70 Corrélativement toutefois, les linguistes sous-estiment considérablement la difficulté de la tâche de théorisation (si l'on veut que ce mot prestigieux ne se réduise pas à un faux semblant), soumise à des contraintes considérables de rigueur t de testabilité. Une "théorie" logique, si faible soit son champ, est d'une rigueur de fer ; une "théorie" physique est un système de grande ampleur (Newton, Clerk Maxwell, Planck, Einstein), et s'impose de strictes contraintes de falsifiabilité.

71 Les "opérations" sont, je le suppose, des entités psychiques. Ces entités (a) peuvent être désignées par des mots ou par des symboles (mais la relation de désignation n'est pas une relation de méta-Là L, sinon, analoguement, par exemple, le mot "César" serait "métalinguistique" par rapport à l'individu César) ; (b) peuvent laisser des "traces" sous la forme "d'opérateurs" (ou mieux encore : "marqueurs") par exemple. Ces entités psychiques ne constituent pas une "langue" L0 pour une métalangue L1• On pourrait certes avoir des métaopérations concernant des opérations, mais c'est une tout autre chose.

72 Il est également question de "métaopérations" dans l'ouvrage culiolien déjà un peu ancien de Fuchs & Léonard (1979).

73 J'ai changé l'exemple originel de Halliday.

74 Le terme générique "fact" regroupe chez Halliday des concepts exprimables par des mots tels que : "fact'', "principle", "possibility", ''probability", "implication", "evidence", "need'', "obligation", "duty". Un autre exemple : "The reason why Caesar was killed is that he was ambitious". Ces concepts sont distribués par Halliday dans quatre classes : "cases", "chances'', ''proofs'', "needs".

75 La projection est définie ainsi: ''the logical-semantic relationship whereby a clause cornes to fundeion not as s yse de representation of (non-linguistic) experience but as a representation of a (linguistic) representation". On serait donc, apparemment, dans du "méta".

76 Ce sont des procès de "faire".

77 Les langues peuvent disposer de mécanismes divers pour "nominaliser" des suites plus ou moins complexes. Cette nominalisation formelle répond peut-être au niveau conceptuel (le risque de cercle vicieux est évident) à la conceptualisation ("modus intelligendi" des scolastiques) comme "chose". Un phénomène du type, disons, "il y a du ça court" peut être envisagé soonale modus objectal, réifiant, d'où une expression nominale "cursus", ou soonale modus processoel, d'où une expression verbale "currere".

78 Halliday en général, ainsi que les linguistes fonctionnalistes et typologistes comme Dik, Givon, Comrie, n'ont que peu d'échos chez nous.

79 Notons-le : ce terme est manifestement inspiré de Jespersen, que Curry déclare avoir lu, sans spécifier quel ouvrage (Curry 1977 : 86).

80 Cependant il ne va pas de soi qu'une proposition est le "nom" du phénomène auquel correspond la proposition. Russell le niait explicitement à la suite de Wittgenstein (Russell le18 = le85 : 46-47, 48-49).

81 Les logiciens en sont parfaitement conscients (Hottais le89 ; Grize 1990 : 19). D'ailleurs les logiciens actuels accordent de plus en plus de place à ces complexités : voir Vernant (1986, ch. 6 ; 1997)

82 Ceci dit, la réduction ultime de la pensée, même mathématique, au calcul, à la "computation", est rejetée par divers auteurs non suspects de "soft-mindedness", dont Gôdel luimême (Wang 1996 : ch. 6, "Minds and machines : on computabilism").

Top of page

References

Bibliographical reference

Claude Boisson, « Le concept de “métalinguistique” dans la linguistique anglaise », Anglophonia/Sigma, 03 (6) | 1999, 151-198.

Electronic reference

Claude Boisson, « Le concept de “métalinguistique” dans la linguistique anglaise », Anglophonia/Sigma [Online], 03 (6) | 1999, Online since 15 June 2016, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/683 ; DOI : 10.4000/anglophonia.683

Top of page

About the author

Claude Boisson

Université Lumière-Lyon 2. Adresse électronique : <Claude.Boisson@univ-lyon2.fr>

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals