Skip to navigation – Site map

Les grammaires de construction

Jérôme Puckica
p. 69-80

Abstract

This paper is a short presentation of some basic aspects of the grammatical theory known as construction grammar, which has been differently developed by Ch. Fillmore, R. Langacker, and A. Goldberg, among others. First, the notion of “construction” as a form-meaning pairing is explained, as well as the different types of constructions recognized in the theory (simple v. complex, specified or substantive v. schematic or formal). Then, some of the fundamental postulates of the theory are exposed : the conception of a native speaker’s grammatical knowledge as a network of constructions, the lexicon-grammar continuum, the operation of unification involved in the production of sentences, the non-derivational and monostratal nature of construction grammar, and the usage-based approach to language acquisition that is shared by most constructionists. Finally, it is shown that verbo-centric approaches to verbal clauses, including that of generative grammar based on the Projection Principle, cannot provide a satisfying treatment of cases of multiple argument realisation, while these are elegantly and economically accountedfor within the constructionist framework.

Top of page

Full text

Préambule

1De nombreux courants linguistiques se sont développés au cours des dernières décennies, pour beaucoup en réaction à la vision du langage proposée par la grammaire générative qu’avait initiée Noam Chomsky dans les années 1950. C’est parmi ces courants qu’est apparu aux États-Unis, dans la deuxième moitié des années 1980, le courant des grammaires de construction (construction grammar), aujourd’hui diversement représenté par des linguistes tels que Ch. Fillmore, R. Langacker, A. Goldberg ou encore W. Croft, qui s’inscrivent majoritairement, mais non exclusivement, dans le cadre plus large de la linguistique cognitive.

2Cet article propose une brève présentation des grammaires de construction (GC) prenant l’anglais comme langue cible. On y explique d’abord la notion de construction et les principaux types de construction reconnus (§1) ; les postulats théoriques fondamentaux des GC sont ensuite exposés, dont leur conception du savoir linguistique comme réseau de constructions et le continuum lexique-grammaire (§2) ; enfin, cet article se propose d’illustrer la pertinence de l’approche constructionniste pour le traitement des phénomènes de « réalisation argumentale multiple », en la comparant aux approches verbo-centriques, notamment générativiste (§3).

1. La notion de construction

3Dans les GC, une « construction » n’est pas une structure syntaxique, mais un signe linguistique, au sens saussurien, à savoir une « entité psychique à deux faces », qui unit de façon conventionnelle et plus ou moins arbitraire, une forme à un sens, contenu ou fonction. Ces termes reçoivent ici une acception large : en particulier, par « sens » d’une construction, on entendra des propriétés sémantiques, mais aussi des propriétés qui peuvent être appelées pragmatiques, discursives ou informationnelles.

4L’idée qu’une langue est un « système de signes » n’est pas exactement nouvelle en linguistique. Ce qui caractérise l’approche constructionniste du langage est sa volonté de rendre compte du plus grand nombre de phénomènes possibles au moyen de la notion de construction. Des morphèmes liés aux types de proposition en passant par les expressions idiomatiques de la langue, les classes de mots et les règles grammaticales, tout est construction – ou presque (cf. §2 infra). Cette application généralisée de la notion de construction est rendue possible par une extension de la notion traditionnelle de signe linguistique suivant ce que l’on peut voir comme deux axes gradués :

Figure 1 – Deux axes de classification des constructions

Figure 1 – Deux axes de classification des constructions

5L’axe horizontal oppose des constructions simples, qui peuvent être des morphèmes libres ou liés (ex. mad, un), à des constructions morphologiquement et/ou syntaxiquement complexes, à des degrés divers : des mots complexes ou composés (ex. denationalisation, skin-lightener), des verbes à particule (ex. give NP up, look forward to NP), des expressions idiomatiques (ex. take the biscuit, pull NP’s leg), ou même des proverbes (ex. Birds of a feather flock together / Love is blind). La complexité formelle est évidemment une affaire de degré, à divers égards. D’une part, un proverbe est une unité symbolique manifestement plus complexe qu’un mot. D’autre part, une forme qui, synchroniquement, est perçue comme étant simple, peut, diachroniquement, être complexe (ex. husband, sheriff, lord) : la frontière entre morphologie et étymologie reste floue, de même que le statut de formes telles que pre dict, con ceive ou pro pel.

6L’axe vertical oppose des constructions dites « spécifiées », ou « substantives », à des constructions plus ou moins « schématiques », ou « formelles », dont la forme phonologique n’est que partiellement, voire aucunement, spécifiée. Ainsi, une locution semi-figée telle que pull someone’s leg peut être considérée comme une construction complexe partiellement schématique. L’infinitif pull n’est que la forme de citation de ce verbe, qui peut être plus ou moins librement conjugué (He [pulls / would have pulled / was pulling] her leg), ce qui n’est pas le cas, par exemple, du verbe flock dans Birds of a feather flock together. Autrement dit, la construction verbale qui sert de noyau à la locution pull someone’s leg est elle-même partiellement schématique. D’autre part, dans le GN argument du verbe, seul le noyau leg est spécifié. La position de déterminant de ce nom est contrainte-seul un possessif ou un groupe génitif est possible – mais demeure ouverte (He pulled [her / my sister’s / *the/ *that] leg). Par opposition, dans la locution take the biscuit, le déterminant du nom biscuit est figé : aucune autre forme de détermination n’est acceptable – sauf, bien entendu, à considérer que l’on n’a pas affaire à l’expression idiomatique (« décrocher [la timbale/le pompon] »), mais à une combinaison syntaxique libre (« prendre le biscuit »).

7La notion de construction, adéquate au traitement des expressions idiomatiques et plus ou moins « irrégulières », peut tout aussi bien s’appliquer à des expressions tout à fait « régulières ». Si [give someone a piece ofone’s mind] est une construction, alors [give someone something] et [ΝΡ1 give NP2 NP3] peuvent également être reconnus comme des constructions : qu’est-ce, après tout, que la grille valencielle ou thématique d’un verbe si ce n’est une unité complexe de la langue comportant un tête spécifiée (give) et des arguments schématiques auxquels cette tête impose certaines contraintes, prioritairement sémantiques (Agent-donneur, Thème-don, Récipiendaire-donataire). Ainsi, toutes les unités relationnelles – verbes, mais aussi adjectifs, prépositions, etc., y compris des formes dites simples – peuvent être conçues comme des constructions sémantiquement complexes et partiellement schématiques. Il en va de même pour les morphèmes liés ou les articles et autres clitiques. On peut, en réalité, penser que les unités d’une langue ne sont jamais totalement autonomes, conceptuellement. De ce fait, la notion de schématicité, tout comme celle de complexité, est une affaire de degré.

8Enfin, une construction, qu’elle soit simple ou complexe, peut être entièrement schématique. Dans les GC, des catégories traditionnelles telles que prétérit, groupe nominal, proposition transitive ou ditransitive sont considérées comme étant des signes linguistiques de plein droit. Par exemple, la construction Proposition (Mono-)Transitive peut être définie par l’association d’une structure formelle, dont le schéma canonique peut être noté [NP1 V NP2] ou [SVO], et d’un contenu sémantique, qui est une catégorie complexe dont le prototype réduit est l’action d’un Agent sur un Patient. Ainsi, les divers schémas syntagmatiques et propositionnels sont associés à des contenus sémantiques qui leur sont propres, indépendamment des items lexicaux particuliers qui peuvent instancier ces schémas. La pertinence et les avantages de cette approche sont discutés plus loin (§3).

2. Les principaux postulats théoriques des GC

9Le postulat fondamental des grammaires de construction est que la connaissance grammaticale d’un locuteur natif d’une langue donnée est un répertoire structuré de constructions, parfois nommé construction, par analogie avec le nom lexicon. Comme le note Goldberg (2006 : 18) :

What makes a theory that allows constructions to exist a construction-based theory is the idea that the network of constructions captures our grammatical knowledge in toto, i.e. it’s constructions all the way down.

10On notera toutefois que l’intégralité de la connaissance linguistique d’un locuteur ne peut pas être capturée par un tel réseau – bien que la distinction entre connaissance grammaticale et connaissance linguistique soit évidemment malaisée. Connaître une langue, c’est également, par exemple, connaître sa phonologie et donc ses phonèmes, qui ne sont pas des unités associant une forme à un sens. Dans sa Grammaire Cognitive, Langacker (1987, 1999), tout en accordant un statut central à ce qu’il nomme des « unités symboliques » (bifaces), reconnaît de fait deux types d’unités mono-faces, les « unités phonologiques » et les « unités sémantiques ».

11De la conception constructionnelle du savoir grammatical découle l’application généralisée de la notion de construction discutée plus haut (§1). La théorie doit s’efforcer de proposer un traitement homogène et exhaustif des faits langagiers, qu’ils soient irréguliers ou réguliers, supposément « centraux » ou « marginaux ». Une des conséquences de cette approche est l’effacement d’un certain nombre d’oppositions traditionnelles. Ainsi, la distinction entre unité lexicale et règle grammaticale s’estompe : en place d’une règle syntagmatique formelle du type [NP → D N] permettant de « générer » des groupes nominaux particuliers, les GC reconnaissent une construction schématique complexe Groupe Nominal (Noun Phrase), qui « sanctionne » (sanction) ou « autorise » (license) ces structures, c’est-à-dire qui en permet la production et, inversement, l’interprétation. Les GC rejettent en fait toute opposition binaire entre le lexique et la grammaire, et n’admettent qu’un continuum qui unit deux pôles opposés, le continuum lexique-grammaire (ou lexique-syntaxe). Par la même occasion, il est reconnu que, loin d’être autonome du sens, la grammaire est fondamentalement signifiante. Comme le note Langacker (1987 : 13) : « grammar [...], i.e. patterns for grouping morphemes into progressively larger constructions, is inherently symbolic and meaningful ». Plus généralement, c’est toute la conception modulaire du langage proposée par la grammaire générative qui est ici rejetée.

  • 1 Par exemple, la LFG (Lexical Functional Grammar) de J. Bresnan (1982) ou la HPSG (Head-Driven Phras (...)

12Un autre concept-clef des GC est l’« unification », que l’on retrouve également dans les grammaires d’unification.1 Dans les GC, l’unification, ou « assemblage », « intégration », etc., est l’opération fondamentale qui consiste à fusionner deux constructions pour produire un « construit » (construct), c’est-à-dire une portion de discours. Suivant cette approche, un énoncé n’est pas produit en combinant entre eux des items lexicaux au moyen de règles formelles dénuées de signification, mais en unifiant des constructions. Un groupe nominal particulier tel que a book est une instance de la construction Groupe Nominal dans laquelle l’article indéfini A est combiné avec la sous-construction Déterminant de la construction GN et le nom book, avec sa sous-construction Tête. Un énoncé tel que Wasn’t she reading a book? est donc le produit d’une multitude d’unifications, à différents niveaux d’organisation, et implique une multitude de constructions. L’unification de deux constructions peut avoir lieu par défaut tant qu’il n’y a pas de conflit entre les propriétés des constructions (*they thinks / *a furniture). Ce principe de compatibilité permet de rendre compte des structures agrammaticales et ainsi de bloquer la « surgénération ». D’autre part, les constructions grammaticales sont dites plus ou moins « productives », selon que leur potentiel combinatoire est plus ou moins important : par exemple, la construction Proposition Transitive de l’anglais est plus productive que sa construction Proposition Moyenne (ex. This shirt irons easily).

13Une autre caractéristique des GC est qu’elles sont des modèles grammaticaux « non dérivationnels » ou « surfacistes » (monostratal) qui ne reconnaissent qu’un seul niveau de représentation syntaxique, la structure « de surface », et ne recourent donc à aucun type de dérivation ou transformation – « a’what you see is what you get’approach to syntactic form », comme l’écrit plus prosaïquement Goldberg (2006). Une proposition passive n’est pas dérivée d’une structure profonde active : elle est une instance de la construction Proposition Passive qui est produite « directement », par l’assemblage de constructions diverses. On reconnaît de même divers types de constructions interrogatives ou relatives, différemment liées entre elles au sein du constructicon. Alors que depuis son modèle Principes & Paramètres, la grammaire générative propose l’« élimination » pure et simple des constructions grammaticales, réduites au rang d’« artefacts descriptifs » (Chomsky 1995 : 25-6), l’approche surfaciste des GC implique donc tout au contraire une multiplication de constructions particulières qui doivent rendre compte, elles aussi, de toutes les phrases grammaticales de la langue considérée (et elles seules).

14Concernant enfin l’acquisition du langage, les GC postulent que chaque construction d’une langue est propre à cette langue et que le réseau de constructions qui capture la connaissance grammaticale d’un locuteur, tout comme la « langue » saussurienne, est « passivement enregistré » par ce membre de la communauté linguistique. En place du modèle cartésien ou innéiste de l’acquisition du langage défendu par la linguistique générative, les GC adoptent majoritairement un modèle empiriste fondé sur l’usage de la langue (usage-based model). Suivant cette hypothèse, notre savoir grammatical ne repose pas sur une Grammaire Universelle génétiquement héritée. Les constructions grammaticales, tout comme les constructions lexicales, sont apprises et non innées : elles « émergent » progressivement dans l’esprit des locuteurs, par abstraction, sur la base d’instances particulières de ces constructions. Ainsi, c’est en entendant et en utilisant des expressions concrètes telles que in the kitchen, on the table, under the bed, after you, etc. que l’enfant pourrait abstraire progressivement le schéma [Ρ NP] constitutif de la construction Groupe Prépositionnel de l’anglais. Comme noté par Langacker (1999 : 120) : « language acquisition [...] in essence then reduces to reinforcement of the commonality inherent in expressions that actually occur ». Bien évidemment, il ne s’agit pas pour autant de rejeter toute idée d’une prédétermination génétique, aussi bien physiologique que cognitive, à l’acquisition d’une langue humaine (naturelle), puisqu’aucune autre espèce animale n’en paraît capable.

3. Les réalisations argumentales multiples

15La pertinence de l’approche constructionniste peut être illustrée par le traitement des phénomènes de « réalisation argumentale multiple » (Levin & Rappaport Hovav 2005), autrement dit le fait qu’un verbe donné (et dans un sens donné) puisse être diversement construit et notamment accepter différents schémas de complémentation. Des exemples classiques de ce phénomène incluent l’« alternance dative » (ex. He gave the book to her ~ He gave her the book), l’« alternance décausative » (John broke the vase ~ The vase broke) ou encore l’« alternance locative » (ex. The bees swarmed in the garden ~ The garden swarmed with bees).

3.1. Les approches verbo-centriques

  • 2 Le traitement générativiste des énoncés passifs présenté par Haegeman (1991 : 170) illustre bien ce (...)

16Un principe commun à la plupart des théories grammaticales est que la tête ou noyau d’une expression linguistique (endocentrique), par exemple le noyau verbal d’une proposition, en détermine à la fois la structure syntaxique et l’interprétation sémantique de par ses propriétés lexicales, et prioritairement sémantiques. Cette conception « verbo-centrique » des propositions verbales, qui paraît intuitivement justifiée, était celle du père de la notion de valence verbale, L. Tesnière (1959), et a également toujours été celle de la grammaire générative-si ce n’est pour la nature des propriétés lexicales impliquées. Au début des années 1980, la grammaire générative a fait de ce principe une des colonnes maîtresses de son nouveau modèle, sous le nom de Principe de Projection : « l’information lexicale est représentée à tous les niveaux ». Suivant l’approche « projectionniste », le verbe drink., par exemple, est associé dans le lexique mental à une grille de rôles thématiques (grille θ) du type {Agent-buveur ; Thème-bu}, avec l’Agent-buveur comme « rôle θ externe », pris comme sujet à l’actif. Ces rôles doivent être exprimés et la grille θ du verbe drink détermine ainsi ses arguments syntaxiques potentiels. D’autre part, une proposition dont drink est le noyau doit exprimer une instance de l’événement dénoté par ce verbe. Le Principe de Projection n’autorise que des réalisations différentes des mêmes rôles θ d’un verbe, dont la théorie rend traditionnellement compte au moyen de règles de dérivation. Ainsi, pour rendre compte de l’alternance dative (cf. supra), des grammairiens générativistes ont proposé une règle syntaxique permettant de dériver des structures de surface ditransitives du type [NP1 V NP3 NP2] à partir de structures profondes du type [NP1 V NP2 to NP3]. Toute situation dans laquelle il n’y a pas de correspondance biunivoque entre les arguments syntaxiques d’un verbe et ses arguments sémantiques (rôles θ) est problématique et demande un traitement sur mesure.2 Or, de très nombreux verbes peuvent être construits suivant des schémas de complémentation qui ne correspondent pas à leur grille θ et ce, tout en conservant globalement le même sens. En voici un exemple, avec drink :

(1) a. NP1 VNP2
Peter drank a bottle of wine.
b. NPi V [np Possi way] PP
He drank his way [through a bottle of wine / into bankruptcy / out of law school].
c. NP1 VNP2 PP
Johnny can drink pretty much anyone under the table.
d. NP1 V NP2 AP
By the state you’re in I’d say you’ve both drunk the barrel dry! (BNC)
e. NPi V [np Possi-self] AP
She drank herself [silly / stupid / senseless / insensible].
f. NPi V [np Possi-self] PP
He drank himself [to death / into the grave / into a stupor].

  • 3 Sans ce deuxième complément, ces exemples sont d’ailleurs inacceptables : He drank his way *(into b (...)
  • 4 C’est notamment la position de Marantz (1984), cf. Hendrick (1995 : 319). De même, pour rendre comp (...)

17Dans tous ces exemples, drink est employé transitivement et conserve le même sens, qui est son sens de base (« boire »). Cependant, (b-f) n’expriment pas des instances de l’événement dénoté par ce verbe : dans ces exemples, drink exprime systématiquement le moyen ou la manière par lequel l’événement est réalisé, l’événement lui-même étant un changement d’état ou de lieu du référent du sujet ou de l’objet verbal. Par ailleurs, seul (a) constitue une réalisation du verbe prévisible à partir de sa grille θ, avec un argument sujet renvoyant à l’Agent-buveur et un argument objet renvoyant au Thème-bu. Tous les autres exemples contiennent des arguments supplémentaires et/ou « non sous-catégorisés ». En (d), outre un argument objet renvoyant au Thème-bu, on trouve un complément adjectival résultatif (dry). En (b, c, e, f), drink a pour objet un argument dont les propriétés sémantiques ne correspondent pas à ses « règles de sélection » et prend un deuxième complément prépositionnel ou adjectival.3 Si l’information lexicale associée au verbe doit être représentée, comme le stipule le Principe de Projection, alors le verbe ne peut être entouré que d’arguments syntaxiques dont le nombre et le type correspondent à ceux prévus par sa grille θ. La solution par défaut est donc d’attribuer les différents sens des énoncés (b-f) au verbe drink (en dépit de nos remarques) et de multiplier les grilles θ associées à ce verbe dans le lexique, voire de multiplier les entrées pour ce verbe. Une autre solution est de recourir à des règles lexicales qui, à partir de la représentation lexicale de base du verbe, livrent une représentation dérivée, mais celles-ci ne font pas l’unanimité chez les générativistes, particulièrement lorsqu’elles entraînent une modification de la structure argumentale du verbe.4

18Une autre approche verbo-centrique des propositions verbales, dont L. Tesnière (1959) fut l’un des grands pionniers, consiste à recourir à des opérations valencielles, dont certaines préservent et d’autres modifient la valence du verbe. Etant dérivationnelles, ces opérations évitent la profusion de grilles valencielles pour un même verbe, mais, que leur statut soit syntaxique ou lexical, elles posent en définitive le même problème que les règles lexicales mentionnées ci-dessus : si les « diathèses » causatives et récessives de Tesnière (1959) paraissent relativement simples – la valence verbale est augmentée ou réduite d’un actant –, seule des opérations sans aucun équivalent connu pourraient rendre compte d’énoncés tels que (1b) ou (1e) à partir de la grille valencielle (ou thématique) de base du verbe drink.

3.2. L’approche constructionniste

19L’approche constructionniste des exemples (1a-f) consiste à reconnaître que ces énoncés sont produits en assemblant des items lexicaux (dont les verbes noyaux) avec des constructions propositionnelles diverses, qui associent chacune une forme à un sens. Par exemple, (1b) peut être comparé aux exemples suivants, qui illustrent ce que Goldberg (1995) nomme la « Way-Construction » :

(2) a. He elbowed/nunched/kicked/fought his way [through the crowd / out of the room].
b. But they do not simply push their way through : they eat their way through, digesting any organic material as they go. (BNC)
c. Evita was a corrupt populist who slept her way to power. (CCCS)
d. By the mid-twenties Schmeling had jabbed his way through the ranks of Europe’s best boxers. (CCCS)
e. But his real purpose is to trick his way into your home to see what he can steal. (CCCS)
f. Jimmy had dreams of singing his way to stardom. (CCCS)

20Indépendamment de leur verbe noyau et des autres items lexicaux impliqués, ces énoncés suivent un même schéma syntaxique, que Ton peut noter [NPi V [Possi way] PP] et qui est typiquement associé à un même contenu sémantique : un mouvement ou progression, concret ou abstrait, généralement difficile (obstacles, entraves, etc.) et prenant du temps, d’un Agent-Thème (NP sujet) vers un Lieu-But/Direction ou suivant un Lieu-Chemin (PP complément), le verbe noyau exprimant le Moyen de ce mouvement et non le mouvement lui-même, qui est exprimé par way. (La tête syntaxique n’est donc pas la tête sémantique.)

21De la même façon, (1c), malgré son caractère phraséologique, peut être comparé à :

(3) a. She pushed him into a bush.
b. They flew him to Moscow.
c. He showed them into the lounge.
d. She talked him [into/out of] going skiing.
e. Well, if she were acting now, people would probably laugh her off the stage. (CCCS)
f. [He] danced her into the bedroom. (CCCS)
g. Pat sneezed the napkin off the table. (Goldberg 1995)

22Ces énoncés sont tous des exemples de ce que Goldberg (1995) nomme la « Construction de Mouvement Causé » (Caused Motion Construction, ci-après CMC), qui est un sous-type de construction résultative. A nouveau, indépendamment des items lexicaux particuliers, on peut constater que ces énoncés suivent un même schéma syntaxique [ΝΡ1 V NP2 PP], cette fois-ci entièrement schématique, qui est typiquement associé à un même contenu sémantique : un Agent (NP1 sujet) cause le mouvement, concret ou abstrait, d’un Thème (NP2 objet) vers un Lieu-But ou suivant un Lieu-Chemin (PP complément), le verbe noyau exprimant le Moyen de ce mouvement (« X causes Y to move Ζ by V ing »).

23On notera un point souvent omis, qui est que le schéma [NP1 V NP2 PP] n’est qu’une notation catégorielle de la forme abstraite de la réalisation canonique de la CMC, dans une proposition simple (non subordonnée, active, déclarative, etc.). Cette même construction peut être combinée à une construction interrogative ou passive et ainsi livrer un énoncé interrogatif actif (ex. Did he talk her into it ?) ou déclaratif passif (ex. She was talked into it). La représentation formelle d’une construction grammaticale complexe telle que la CMC ou la Proposition Transitive ne peut pas être un simple schéma catégoriel actif déclaratif ; en revanche, elle peut, nous semble-t-il, prendre la forme d’une « entrée verbale schématique » (cf. Michaelis 2006, Puckica 2007).

  • 5 De la même façon, nous suggérions plus haut (§1) que He took the biscuit peut tout aussi bien être (...)

24On notera également qu’une proposition de structure [NP1 V NP2 PP] n’est pas nécessairement une instance de la CMC : des énoncés tels que He left the book on the desk et I consider him as a friend ont des sens bien différents des exemples (3). Des structures syntaxiques identiques peuvent être des instances de constructions différentes : les schémas propositionnels étant assez peu nombreux, c’est sans surprise que l’on trouve ce que l’on pourrait appeler des constructions « homomorphes ».5

25De retour au traitement de nos exemples, puisque les opérations dérivationnelles paraissent exclues, la seule solution offerte par l’approche verbocentrique est, nous l’avons vu, de multiplier les grilles θ (et/ou les entrées) et les sens des verbes qui peuvent potentiellement être construits suivants les schémas impliqués. Cette pratique est d’ailleurs courante dans les dictionnaires : ainsi, le LDOCE mentionne dans l’entrée du verbe work le schéma “work your way to/through etc. something” (ex. He had worked his way up to head of department) associé au sens “to achieve something gradually by working” ; de même, un des sens de grope y est “to go somewhere by feeling the way with your hands because you cannot see” (ex. I was groping my way blindly through the trees). Ces sens sont pourtant tout à fait prévisibles au regard de la Way-Construction. Par ailleurs, les verbes pouvant se construire suivant ce schéma ou celui de la CMC se comptent par centaines-certains le faisant bien sûr de façon plus conventionnelle que d’autres. L’approche verbo-centrique implique donc ici un alourdissement considérable et souvent inutile du lexique mental et constitue ainsi une solution qui est tout à la fois très peu économique, manifestement douteuse-dira-t-on que sleep est un verbe de mouvement pour (2c) et drink un verbe causatif réfléchi pour (1e) ? – et qui, en outre, ne permet aucunement d’expliquer les traits sémantiques communs aux énoncés considérés, puisqu’elle ne peut capturer ces généralisations et la prévisibilité mentionnée.

26La solution constructionniste repose quant à elle sur la notion d’unification : un verbe peut, par défaut, être combiné à une construction tant qu’il n’y a pas d’incompatibilité entre les propriétés de ce verbe et celles de la construction, et prioritairement entre le cadre sémantique associé au verbe et le sens de la construction. Par exemple, la Way-Construction exprime un mouvement : elle est de ce fait incompatible avec les verbes de sens statif (4a-b). De même, l’événement constructionnel est duratif, ce qui rend cette construction peu compatible avec des verbes exprimant un achèvement, c’est-à-dire une situation dynamique instantanée (4c) :

(4) a. ?*He remained his way to the hotel.
b. ?*She disliked her way out of the room.
c. ?He reached his way to the summit.

27On peut ainsi maintenir que le verbe noyau d’une proposition, de par ses propriétés lexicales, et prioritairement sémantiques, détermine son environnement syntaxique, mais d’une façon beaucoup plus souple que ne le laissent penser les approches verbo-centriques. La structure syntaxique et l’interprétation sémantique d’une proposition verbale ne reposent plus intégralement sur son seul verbe noyau ; elles reposent aussi partiellement sur la/les construction(s) avec laquelle/lesquelles ce verbe est combiné, unifié. Quant au schéma de complémentation canonique d’un verbe donné, il n’est alors qu’une forme d’association conventionnelle privilégiée entre un verbe et une construction propositionnelle.

4. Conclusion

28De nombreux points n’ont pas été abordés dans cette présentation des grammaires de construction, dont certaines différences importantes entre ces grammaires. Nous aurons cependant vu que le modèle constructionniste est un modèle théorique original auquel on peut reconnaître diverses qualités : contrairement aux approches verbo-centriques des propositions verbales, il offre une explication séduisante et économique des phénomènes de réalisation argumentale multiple, dont l’importance ne saurait être sous-estimée ; d’autre part, abolissant toute opposition binaire entre le lexique et la grammaire, de même que toute sélection opportuniste des faits censément « centraux », il permet un traitement plus exhaustif et homogène des faits langagiers. D’un point de vue plus théorique, dans ce modèle grammatical où le savoir linguistique est essentiellement composé d’un réseau d’unités symboliques pouvant être plus ou moins complexes et plus ou moins schématiques, il est clairement réaffirmé que la forme ne saurait être séparée du contenu et que la grammaire, loin d’être autonome du sens, est fondamentalement signifiante.

Top of page

Bibliography

Bresnan, Joan. 1982. « The passive in lexical theory ». In Bresnan, J. (ed.) The Mental Representations of Grammatical Relations. Cambridge, Mass. : MIT Press, pp. 3-86.

Chomsky, Noam. 1995. The Minimalist Program. Cambridge, Mass. : MIT Press.

Croft, William. 2001. Radical Construction Grammar. Oxford : Oxford University Press.

Fillmore, Charles J. 1988. «The Mechanisms of ‘Construction Grammar’». Proceedings of the Berkeley Linguistics Society, BLS 14, pp. 35-55.

Fillmore, Charles J., Kay, Paul, & Marie Catherine O’connor. 1988. «Regularity and Idiomaticity in Grammatical Constructions: The Case of Let Alone». Language, 64(3), pp. 501-538.

Fried, Mirjam & Östman, Jan-Ola, 2004. «A thumbnail sketch of Construction Grammar». In Fried, M. & Östman J.-O. (eds.) Construction Grammar in a Cross-Language Perspective, Amsterdam & Philadelphia: John Benjamins, pp. 11-86.

Goldberg, Adele E. 1995. Constructions·. A Construction Grammar Approach to Argument Structure. Chicago & London: The University of Chicago Press.

Goldberg, Adele E. 2006. Constructions at Work. Oxford: Oxford University Press.

Guignard, Jean-Baptiste & Puckica, Jérôme. 2008. Les grammaires de construction. Grenoble: ELLUG. (À paraître.)

Haegeman, Liliane. 1991. Introduction to Government and Binding Theory. Oxford: Blackwell.

Hendrick, Randall. 1995. «Morphosyntax». In Webelhuth, G. (ed.) Government and Binding Theory and the Minimalist Program·. Principles and Parameters in Syntactic Theory. Oxford, UK & Cambridge, USA: Blackwell, pp. 297-348.

Langacker, Ronald W. 1987. Foundations of Cognitive Grammar. Vol. 1 : Theoretical Prerequisites. Stanford, Ca.: Stanford University Press.

Langacker, Ronald W. 1999. Concept, Image, and Symbol. The Cognitive Basis of Grammar. Berlin & New York: Mouton de Gruyter.

Levin, Beth & Rappaport Hovav, Malka. 2005. Argument Realization. Cambridge: University Press.

Marantz, Alec. 1984. On the Nature of Grammatical Relations. Cambridge: Mass.: MIT Press.

Michaelis, Laura A. 2006. «Construction Grammar». In Brown, K. (ed.) Encyclopedia of Language and Linguistics, 2nd edition, Boston, Ma.: Elsevier, pp. 73-84.

Pollard, Carl & Sag, Ivan A. 1987. Information-based Syntax and Semantics. Volume 1: Fundamentals. Stanford : CSLI Publications.

Pollard, Carl & Sag, Ivan A. 1994. Head-Driven Phrase Structure Grammar. Chicago: University of Chicago Press.

Puckica, Jérôme. 2007. “Au-delà de l’allomorphie : Variation et représentation formelles dans les grammaires de construction.” Communication dans le cadre du séminaire “Lexique-Syntaxe” du laboratoire LIDILEM, Université Grenoble 3, 01/06/2007.

Spencer, Andrew. 2000. «Morphology». In Aronoff, M. & Rees-Miller, J. (eds.) The handbook of linguistics. Malden, Mass.: Blackwell, pp. 213-237.

Tesnière, Lucien. 1959. Eléments de syntaxe structurale. Paris: Klincksieck.

Abréviations

CCCS: Cobuild Concordance and Collocations Sampler http://www.collins.co.uk/Corpus/CorpusSearch.aspx

BNC: British National Corpus http://www.natcorp.ox.ac.uk/tools/

LDOCE : Longman Dictionary of Contemporary English. 1978, 2003. 3rd edition. Summers, Delia (dir.). Harlow: Pearson Education.

Top of page

Notes

1 Par exemple, la LFG (Lexical Functional Grammar) de J. Bresnan (1982) ou la HPSG (Head-Driven Phrase Structure Grammar) de C. Pollard et I. Sag (1987, 1994).

2 Le traitement générativiste des énoncés passifs présenté par Haegeman (1991 : 170) illustre bien cette difficulté : pour rendre compte de l’absence du rôle θ externe (« agent ») du verbe au passif, il est postulé que ce rôle n’est pas assigné à un GN argument car il est « absorbé » par la morphologie passive du verbe.

3 Sans ce deuxième complément, ces exemples sont d’ailleurs inacceptables : He drank his way *(into bankruptcy) / Johnny can drink pretty much anyone *(under the table) / She drank herself *(silly) / He drank himself *(to death).

4 C’est notamment la position de Marantz (1984), cf. Hendrick (1995 : 319). De même, pour rendre compte de l’alternance « décausative » ou « anticausative » (cf. supra), nombre de générativistes préfèrent reconnaître l’existence de deux lexèmes break, l’un transitif, l’autre intransitif (voire inaccusatif), cf. Hacgeman (1991 : 308 sq.), Spencer (2000 : 232).

5 De la même façon, nous suggérions plus haut (§1) que He took the biscuit peut tout aussi bien être une combinaison syntaxique libre, de sens essentiellement compositionnel, qu’une instance de l’expression take the biscuit, dont le sens est idiomatique (du moins, opaque).

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 – Deux axes de classification des constructions
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/781/img-1.jpg
File image/jpeg, 31k
Top of page

References

Bibliographical reference

Jérôme Puckica, « Les grammaires de construction », Anglophonia/Sigma, 11 (22) | 2007, 69-80.

Electronic reference

Jérôme Puckica, « Les grammaires de construction », Anglophonia/Sigma [Online], 11 (22) | 2007, Online since 13 December 2016, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/781 ; DOI : 10.4000/anglophonia.781

Top of page

About the author

Jérôme Puckica

Université Grenoble 3, LIDILEM (EA 609)

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals