Skip to navigation – Site map

La directionnalité et la nature non-téléologique de l’évolution linguistique

Brian Lowrey
p. 231-246

Abstract

This paper deals with the nature of linguistic change, and, taking examples from the history of English, seeks to show that, contrary to what appears to be a widely held assumption, there is no reason to suppose that because one language undergoes a certain type of change, a similar change will necessarily take place in other, related languages. On the contrary, purely local factors may, and indeed often do decide which potential innovations will succeed, and which will fail. We look at two areas of English grammar in particular, the so-called ‘narrative perfect’ and infinitival complements of causative verbs, and compare the changes which have taken place within these fields in English to those which have occurred in French. The comparison shows not only that French and English have evolved in completely different directions, but also that assuming language change to be teleological in nature can lead to the wrong predictions being made as to which developments are likely to take place in the future

Top of page

Full text

Nous remercions très vivement les deux relecteurs de cet article. Nous remercions également Fabienne Toupin pour toutes ses remarques et suggestions, et pour sa lecture attentive d’une version pré-finale du texte. L’auteur est seul responsable de toute erreur ou omission

Introduction

  • 2 Par changement linguistique, on comprend l’évolution de la langue dans tous les domaines, y compris (...)

1Il sera question ici d’évolution linguistique et d’une notion souvent évoquée par les linguistes anglicistes en France, la ‘directionnalité.’ En prenant appui sur l’histoire de l’anglais, nous montrerons que, contrairement à une idée qui semble assez répandue, le changement linguistique2 est de nature non-téléologique, et que directionnalité ne signifie pas que les langues naturelles, même proches, évoluent toutes vers une destination commune, mais à des vitesses différentes. Bien au contraire, les choix syntaxiques ou sémantiques auxquels les locuteurs sont confrontés peuvent se faire en fonction de paramètres purement ‘locaux,’ c’est-à-dire propres à la langue concernée. Pour illustrer notre propos, nous comparerons le français et l’anglais, évoquant deux cas où, face à des choix très similaires, les locuteurs de ces deux langues ont adopté des solutions très différentes.

1. Un premier exemple : le ‘parfait narratif’

  • 3 Les exemples que nous citons ici ont pour seul but d’illustrer notre propos. Il va de soi que notre (...)

2Notre première étude de cas concerne l’emploi de la forme verbale périphrastique réunissant l’auxiliaire have et le participe passé, appelée ‘present perfect’ en anglais, dont l’évolution est comparée à celle de structures morphologiquement similaires dans d’autres langues indo-européennes par Boulle (1993)3. S’appuyant sur les travaux de Benveniste, basés essentiellement sur le français, il commence par identifier deux types de temps narratif, appelés ‘temps narratif subjectif’ et ‘temps narratif objectif’ respectivement. En français, c’est le passé composé qui joue le rôle de temps narratif subjectif, « fondé sur un rapport concret, en situation, entre deux interlocuteurs » alors que le passé simple sert de temps narratif objectif, « dans lequel n’existe pas ce rapport en situation » (1993 : I 37). Ensuite, il observe d’autres langues européennes pour constater que les rapports entre le parfait et les formes simples varient beaucoup d’une langue à l’autre. Boulle identifie quatre « états » différents qui, selon lui, constituent les différentes étapes d’une évolution :

  1. Celui du latin, du vieil-anglais, et du vieux-français archaïque. Toutes ces langues anciennes ne possédaient qu’une seule forme verbale pour le temps narratif subjectif et objectif.

  2. Celui de l’anglais et de l’espagnol contemporains, et du français classique. Ces langues possèdent deux formes, un ‘parfait’ ou ‘passé composé’ ainsi qu’un ‘passé simple.’ Le parfait ne s’emploie cependant que dans des contextes où il existe un lien entre le passé et le centre déictique, la situation d’énonciation.

  3. Celui du français contemporain (et, on imagine, de l’allemand moderne également) où le parfait est devenu le « temps narratif du discours » (1993 : I 38). Boulle précise que : « il s’agit donc bien d’une extension d’emploi du passé composé par rapport à des états de langue antérieurs analogues à ceux de l’anglais ou de l’espagnol actuels » (1993 : I 38). Le passé simple, désormais « se voit cantonné aux emplois où l’énonciateur s’efface » (1993 :1 39).

  4. Celui du russe contemporain, où on retrouve un système à une seule forme, à cette différence près que « le passé composé s’empare alors de tout l’espace du récit passé, éliminant le passé simple » (1993 : I 39).

  • 4 C’est nous qui soulignons, de même que dans les citations suivantes.
  • 5 Voir, entre autres, Kurylowicz (1964, 1972) ou encore Zieglschmid (1930).
  • 6 Voir à ce propos Cotte (1987).

3Le quatrième état peut paraître discutable, dans la mesure où Boulle assimile le ‘passé perfectif’ russe ha au passé composé périphrastique. Mais l’essentiel n’est pas là. Boulle estime y avoir décelé « une clé essentielle pour l’étude de l’évolution des langues » (1993 :I 37). Considérant que « ces étapes sont des phases d’évolution successives » (1993 :1 38)4, il postule que la même évolution va se produire, selon le même schéma, dans toutes les langues. Les formes nouvelles sont des formes « expressives » selon Boulle, dont la valeur première est de mettre en évidence le rapport avec la situation d’énonciation. Les anciennes formes situationnelles à ce moment ne s’emploient plus que pour exprimer une valeur non-situationnelle. Ceci paraît tout à fait plausible, et rejoint dans une certaine mesure les positions de Hopper & Traugott, qui signalent que les formes grammaticalisées ont tendance à acquérir : « more abstract and speaker-based meanings, specifically temporal meanings based in speaker time » (1993 : 3). Et plusieurs linguistes confirment ce que Elness appelle : « a general tendency for the preterite to be superseded by the present perfect » (1997 : 346)5. Mais Boulle adopte un point de vue fortement déterministe : implicite dans sa démarche est l’idée que toutes les langues indo-européennes vont connaître la même évolution, passer par les mêmes étapes, pour arriver au même résultat. Ceci se manifeste dans certains de ses commentaires. A propos de son étape IV, par exemple, Boulle considère que : « Nous n’en sommes pas encore là en français, mais le russe a atteint ce stade » (1993 : I 39). Quant au français et l’anglais, il estime que : « le passé composé français est ‘en avance’ sur le développement du temps anglais correspondant (‘present perfect’) » et que, par conséquent, « les langues ne sont pas forcément au même point de développement dans tous leurs domaines » (1993 : I 41). Un peu plus loin (1993 : II 49), à propos du fait que le parfait anglais ne s’est pas chargé de valeur narrative, il poursuit : « Je rappelle la comparaison de Kurylowicz, qui disait que, en regardant un paysage, on peut deviner par où l’eau s’écoulera lorsqu’il pleuvra, mais que cela ne nous dit pas quand il va pleuvoir. L’anglais, l’espagnol, le portugais n’ont pas, pour l’instant, connu cette évolution ». Pour Boulle, donc, ce n’est qu’une question de temps. La même évolution se produira en espagnol, en portugais et en anglais puisqu’elle s’est déjà produite ailleurs. Qui plus est, il évoque « un développement analogue, encore très discret » qui serait en train de se produire à l’heure actuelle en anglais britannique6.

4Ainsi, l’évolution apparemment inévitable qui a déjà eu lieu en français et en allemand ne saurait tarder à se produire en anglais également : on en verrait déjà les prémices. Mais les données diachroniques ont plutôt tendance à infirmer cette hypothèse. Il s’avère que l’anglais a déjà connu une ébauche d’évolution de ce type, qui a été rejetée par les locuteurs. Le phénomène a été constaté a plusieurs reprises, y compris par les références en ce qui concerne l’histoire de l’anglais que sont Mossé (1952 : 105), Mustanoja (1960 : 503-7), Visser (1963-73 : §§805-11), Mitchell (1985 : §723) et Denison (1993 : 352-54). Ce dernier cite un certain nombre d’exemples où le parfait semble être un substitut du prétérit : « the present perfect appears to be commuting with a simple past. The evidence is provided by a parallelism with a simple past or by occurrence with an adverbial of definite past time » (1993 : 352). Mustanoja explique le phénomène par l’influence du français : « Evidence from Chaucer and Gower suggests that it is a feature of literary rather than popular style, probably ascribable—in part at least—to French influence » (1960 : 506). Il est vrai que des exemples dans les œuvres de Chaucer et de Gower ne sont pas difficiles à trouver :

1) First telleth hyt, whan Scipion was come / Into Aufryke, how he mette Massynysse,
That hym for joy in armes
hath ynome. (CHAUCER, Parliament of Fowls)
‘First it tells how Scipio, when he came to Africa, met Massinissa, who, for joy, took him [litt.: has taken] him in his arms.’

5Le parfait morphologique s’emploie ici au même titre que le prétérit mette dans la ligne précédente pour évoquer une action révolue, la suite d’une séquence d’événements. Considérer que le phénomène ne se limite qu’au dialecte plus ou moins londonien de Chaucer et Gower serait pourtant une erreur. Mossé (1952 : 105) cite un exemple trouvé dans le Bruce de John Barbour, de la même époque que les Canterbury Tales et le Confessio Amantis, mais en dialecte écossais :

2) And quhen the kyngis hounde has seyn / Thai men men assale his mastir swa / He lap till ane (BARBER, The Bruce)
‘And when the king’s dog saw [litt. has seen] the men attack his master thus, he leapt at one of them.’

6Si de tels exemples deviennent relativement fréquents vers la fin du quatorzième siècle, la tendance a vraisemblablement commencé nettement plus tôt. Denison (1993 : 352) cite des exemples datant de l’époque du vieil-anglais. Notre but ici n’est pas de mettre en cause l’intuition de Boulle selon laquelle le rapport entre le ‘passé simple’ ou prétérit et le ‘passé composé’ ou parfait constitue un site de changement potentiel dans les langues indo-européennes. Bien, au contraire, le fait de constater une ébauche d’évolution de ce type en anglais semble conforter, plutôt, une partie de son hypothèse. Ce que nous voulons démontrer est que l’évolution qu’il décrit n’a rien d’obligatoirement universel. Si le français et l’allemand ont adopté une évolution qui voit le parfait remplacer le prétérit, l’anglais a testé et finalement rejeté cette option. Ces trois langues ne convergent donc pas vers un même état, qui serait dans l’hypothèse de Boulle une destination commune à tous les parlers issus de l’indo-européen. C’est d’autant plus vrai que le parfait en anglais contemporain ne semble pas être en train d’étendre son champ de variation aux dépens de celui du prétérit. Bien au contraire, c’est plutôt le prétérit qui gagne du terrain face au parfait, l’anglais américain optant pour le premier là où le second demeure pour l’instant la règle en anglais britannique :

3)‘Care for a sandwich?

No thanks, I just ate. (US)

I’ve just eaten. (GB)

4) Did you ever see (US)

that Spielberg movie about flying saucers?

Have you ever seen (GB)

7Cette tendance, déjà signalée par Vanneck (1958) et par Defromont (1973), est confirmée par l’étude plus récente d’Elness (1997), qui observe la chose suivante : « the frequency of the present perfect has now peaked (...) this verb form is now losing ground to the preterite » (1997 : 341).

8Compte tenu du poids respectif des modèles américain et britannique au sein du monde anglophone, on peut s’attendre à ce que ce soit la structure américaine qui se généralise. Comme le dit Ellness encore : « there is ample reason to believe that most of the linguistic influence being exerted across the Atlantic is in the direction from American to British English » (1997 : 341). On en voit la trace, déjà, à la télévision et à la radio britanniques. A l’heure qu’il est, il s’est donc déjà produit dans la variante d’anglais la plus parlée une évolution en contradiction totale avec celle que l’on devrait constater si toutes les langues avançaient vers un même destin commun.

2. Les causatifs

  • 7 Pour une analyse comparative des structures causatives dans les langues du monde, voir Song (1996).

9C’est sensiblement la même perspective sur l’évolution linguistique qui est implicite, selon nous, dans l’analyse des causatifs de l’anglais proposée par Khalifa (1999), que nous résumons rapidement ici. Khalifa, comparant les structures causatives du français et de l’anglais contemporains, observe que : « il existe beaucoup de langues où l’opérateur causatif de l’imbricante et le verbe de l’imbriquée fusionnent » considérant également que « le français contemporain évolue vers cette situation » (1999 : 151). Ceci paraît tout à fait compatible avec les analyses généralement proposées pour les causatives dans les langues romanes, qui impliquent une forme de ‘fusion’ ou de ’reconstruction,’ à l’instar de Burzio (1986), ou encore de Kayne (1975)7 : les structures argumentales du causatif et de l’infinitif enchâssé fusionneraient. De nombreux arguments sont avancés en faveur de cette hypothèse, entre autres celui du positionnement des pronoms personnels clitiques devant le causatif et l’infinitif, ainsi que la contiguïté de l’infinitif et du causatif.

  • 8 Pour ‘Verb + Object or Subject + Infinitive.’
  • 9 Ceci est loin d’etre evident. Des cas d’adjacence avec d’autres verbes causatifs ne sont pas si dif (...)

10Khalifa constate également, à juste titre, que l’anglais contemporain ne possède pas de structure causative ‘à fusion.’ Il ne dispose en effet que de causatifs ‘analytiques’ : des verbes comme make, have, cause, ou get employés soit avec la construction superficielle appelée VOSI8 par Visser (1973) (ainsi que la ‘variante’ avec to devant l’infinitif que nous avons baptisée VOSI[to] dans Lowrey, 2002), soit avec un participe passé (essentiellement have et get, plus rarement make). Pour Khalifa, make possède un statut différent de celui des autres causatifs de l’anglais : « avec make, on est en présence d’une intégration imbricante-imbriquée si étroite qu’elle se trouve très proche du degré supérieur de l’intégration, à savoir la fusion » (1999 : 156). Il se base sur la possibilité d’avoir en anglais moderne des énoncés comme notre (5) ci-dessous (son 76) avec make, alors que pour lui les autres causatifs y seraient impossibles9 :

5) He made appear upon the scene two dancing images.

11Considérant que « cette fusion (...) est déjà à l’œuvre » dans des exemples de ce type, Khalifa justifie son point de vue en insistant sur « la ‘montée’ du verbe en position adjacente au causatif ». C’est, pour lui, le « premier pas vers la fusion morphologique ». Là aussi, son argument repose sur le fait que « cette situation d’adjacence est celle du français contemporain [langue ‘à fusion,’ donc], où l’opérateur causatif faire est toujours en contact avec l’imbriquée. On ne peut pas avoir, en effet, *il fit Marie venir » (1999 : 156-7). Le causatif make serait en train de suivre la même évolution que faire, vers la fusion.

12Les choses commencent à se compliquer, en revanche, à partir du moment où les données diachroniques s’intègrent à l’analyse. Khalifa, s’appuyant sur une étude de Gougenheim (1929), observe dans un premier temps que « ces structures [de type VOSI, sans adjacence Vcaus—Vinf] étaient la norme en vieux-français », lui empruntant (6), (7) et (8) :

6) il en fist le sanc voler
7) Ge ferai le baron venir
8) qui faict les coquins mandier

13Il cite Gougenheim : « l’ancien français place souvent entre faire et l’infinitif le sujet de ce dernier, complément d’objet de faire, si l’infinitif n’est pas suivi d’un complément d’objet direct. » La conclusion lui paraît logique : « le français contemporain a donc évolué plus rapidement que l’anglais vers la fusion » (1999 : 157). L’implication en est très claire : les deux langues évoluent vers une même destination finale et, si le français a pris de l’avance pour l’instant, ce n’est qu’une question de temps avant que l’anglais n’arrive au même point.

14Cette vision quelque peu ‘déterministe’ des choses est contredite par les données diachroniques. Si on examine de près l’histoire de l’anglais, on s’aperçoit que des structures très proches en apparence de celles ‘à fusion’ que l’on trouve en français moderne étaient extrêmement fréquentes en anglais ancien. C’est la construction superficielle appelée ‘V+I’ (pour ‘verb + infinitive’) par Denison (1993). En voici quelques exemples :

9a/b) We han wel knowen how many grete harmes and destrucciouns weren idoon by the empereur Nero. He leet brennen the cite of Rome, and made sleen the senatours
‘We have been well informed of what great harm and destruction was done by the emperor Nero. He had the city of Rome burned and had the senators slain.’ (CHAUCER,
Boece)

10) Þe king heom lette feden; Þoe king heom lette scruden
‘The king had them fed, the king had them clothed.’ (LA3AMON, Brut)

11) œrst heo lette fleon to; feond-liche swiðe. / flan al swa Þicket swa Þe snau adun ualleð.
‘First they let fly upon [them], fiendishly quickly, arrows as thick as the falling snow.’ (LA3AMON,
Brut)

  • 10 Has hanged, à comprendre au sens causatif, litt. ‘faire pendre.’ Ceci n’est pas un parfait.

12) And euerilk fot of hem slowe, / But godard one, Þat he flowe, / So Þe Þef men dos henge,
‘... and slew every one of them, except Godard alone, like the thief one has hanged
10.’ (Havelok)

  • 11 Rappelons que let dans (9)-(l1) n’est pas à comprendre dans son sens contemporain mais comme un cau (...)
  • 12 Cet ordre linéaire n’était pourtant pas obligatoire, même en moyen-anglais précoce, et a tendance à (...)

15On observera que dans chacun des exemples, tout à fait typiques, l’infinitif (souligné) est adjacent au causatif11 chaque fois. Ce premier pas vers la fusion morphologique a donc été franchi en anglais il y a plus de huit siècles. On observe également que V+I causatif partageait de nombreuses propriétés avec la construction à fusion du français contemporain. L’exemple (10) montre qu’un argument pronominal pouvait figurer non seulement devant l’infinitif mais également devant le causatif, exactement comme en français moderne12 :

13) Je le fais porter

16Khalifa estime trouver « un autre indice » de cette fusion vers laquelle le français et l’anglais sont censés évoluer « dans le fait que la diathèse passive n’est pas marquée en français sur le prédicat imbriqué » (1999 : 157). Nous lui empruntons l’exemple suivant :

14) Il a fait manger les enfants.

17Comme le signale Khalifa, cet exemple peut avoir deux lectures : une ‘active,’ où le SN les enfants sert de sujet au verbe manger, et une ‘passive’ où il est COD du même verbe. Mais on trouve exactement la même ambiguïté avec V+l causatif en moyen-anglais (MA), pour peu que l’infinitif enchâssé puisse fonctionner aussi bien comme verbe transitif qu’intransitif. On ignore si le SN Þe Þef dans notre exemple (12) ci-dessus est sujet du verbe intransitif henge ou COD d’un henge transitif. Si ce paramètre indique en effet que nous sommes en présence de fusion, force est de reconnaître qu’elle se produisait déjà en moyen anglais, au treizième siècle. Cela n’a donc rien d’une innovation récente, qui verrait l’anglais rattraper son retard sur le français. Il s’agit plutôt d’une construction grammaticale licite en anglais ancien mais ultérieurement rejetée, au début de la période moderne. V+I causatif disparaît vers la fin du quinzième siècle, concurrencé par les compléments passifs (Lowrey, 2002).

  • 13 Pour une comparaison plus détaillée des fréquences relatives de VOSI, V+I et de toutes les autres c (...)

18Observons également que nos exemples (9) – (12) montrent qu’il s’agit bien d’une construction grammaticale possible à une époque avec tous les verbes causatifs, plutôt qu’un phénomène limité à un seul verbe. V+I demeure extrêmement productif en anglais jusqu’à la fin de la période dite du moyen-anglais, tout comme VOSI et VOSI[to], aussi bien dans les textes en prose que dans les textes en vers, avant de disparaître rapidement dans la première moitié du seizième siècle. A titre d’exemple, Thomas Malory, écrivant vers 1475, utilise V+I à presque 150 reprises dans son Mort d’Arthur, rien qu’avec let causatif13. Plutôt que de suivre à quelques années d’intervalle l’évolution du français, il semblerait que l’anglais ait évolué dans une direction diamétralement opposée. Là où le français moderne ne retient que la construction à fusion et rejette la structure analytique, l’anglais, confronté au même choix, fait exactement le contraire, conservant le type VOSI et perdant définitivement V+I, si bien que V+I est devenu pratiquement impossible en anglais contemporain :

15) *Mary made build a new house last year.

19Ce que les données présentées par Khalifa permettent de mettre en évidence est que les deux langues ont en commun une forme de compétition entre deux constructions grammaticales qui se disputent le même terrain : l’expression de la causation. Mais la même présomption téléologique que nous avons déjà rencontrée lors de notre discussion du parfait narratif l’empêche d’arriver à la bonne conclusion en ce qui concerne l’issue de cette compétition, radicalement différente dans les deux cas.

20Ceci devient plus évident encore si l’on considère le cas de laisser et de let modernes. Comme le montrent Abeillé et al (1995) cette même compétition entre structure à fusion et structure analytique se poursuit sous le verbe laisser en français contemporain. Elle est terminée, en revanche, en ce qui concerne let anglais, qui n’accepte plus les compléments de type V+I. Néanmoins, on trouve toujours en anglais des énoncés comme (16), où let et l’infinitif sont contigus :

16) He let go the entire platoon (exemple emprunté à Khalifa)

21Nous partageons tout à fait l’avis de Khalifa qui considère que l’on ne peut se satisfaire d’une explication des énoncés de ce type « par le fourre-tout de l’idiomatisme » (1999 : 157). Il considère que let dans cette construction a atteint un degré de fusion plus élevé, ce que semblent confirmer des énoncés comme le suivant :

17) She let go of my hand, and left me here facing the wall (Bob DYLAN, I Don’t Believe Υοu)

22Cette fois-ci le SN my hand, désormais complément de la préposition of n’est plus analysé du tout comme le sujet de go, mais plutôt comme le COD d’un ‘prédicat complexe’ let go of. Il se produit effectivement une forme de fusion entre let et l’infinitif. Ce que nous avons baptisé la présomption téléologique conduit Khalifa à supposer que let évolue vers un degré de fusion plus élevé : « cette situation est de plus en plus celle d’un verbe comme let » (1999 : 157). Ce point de vue cependant n’est pas compatible avec les données diachroniques. La structure de (16) tout comme celle de (17) n’est plus productive en anglais contemporain. On ne la trouve que sous le verbe let, avec certains verbes inaccusatifs comme go ou fly. Ce sont des formes figées, les dernières traces d’une construction autrefois plus fréquente, illustrée par l’exemple (11). On ne dirait plus en anglais contemporain *Mary let telephone her neighbour, ou *the teacher let stay indoors the children because of the rain. L’anglais a connu une évolution qui voit les exemples comme (16) se marginaliser plutôt, pour ne survivre aujourd’hui qu’en tant que fossiles, avec une poignée de verbes inaccusatifs.

23Nos deux exemples, le parfait narratif et les compléments causatifs, montrent bien que l’issue d’une compétition de ce type n’est en aucune façon déterminée d’avance. Des éléments purement locaux, propres aux langues concernées, peuvent tout à fait faire pencher la balance en faveur d’une des options en jeux, indépendamment des choix faits par d’autres langues.

24Une fois encore, notre but n’est pas de critiquer la démarche ou les analyses de Khalifa et de Boulle, dont nous partageons pour l’essentiel les conclusions. Ce que nous mettons en cause est la présomption téléologique qui conduit fatalement à des erreurs dans l’interprétation d’une évolution linguistique. On peut s’interroger sur les origines de cette présomption, apparemment si profondément enracinée.

3. La directionnalité et la nature non-téléologique du changement linguistique

25On pense à deux possibilités pour expliquer l’existence de cette présomption : l’hypothèse de l’unidirectionnalité, ainsi qu’une tendance à confondre deux notions appelées respectivement ‘téléologie’ et ‘directionnalité’ par Smith (1996 : 151) : « the distinction is an important one, which has not always been understood clearly ».

  • 14 Voir la discussion dans Hopper & Traugott (1993 : 99-139).

26La notion d’unidirectionnalité est souvent évoquée à propos de la grammaticalisation14 : « the steps whereby particular items become more grammatical through time » (Hopper & Traugott, 1993 : 2). La grammaticalisation est un processus réputé unidirectionnel dans la mesure où il semble être irréversible. S’il existe de nombreux cas attestés où un mot ou une expression acquiert de nouvelles fonctions grammaticales, abandonnant complètement ou partiellement ses fonctions lexicales anciennes, le contraire ne semble pas se produire. Une fois qu’un élément commence à avancer sur le chemin de la grammaticalisation, il peut très bien s’arrêter en cours de route, mais il ne revient pas, en principe, en arrière. Pour emprunter la métaphore de Hopper & Traugott : « grammatical forms do not, in general, move ‘uphill’ to become lexical » (1993 : 16).

  • 15 Il n’est pas exclu, bien entendu, que le phénomène de l’unidirectionnalité puisse concerner d’autre (...)

27Le principe de l’unidirectionnalité est parfois contesté. Ramat (2001), Nichols & Timberlake (1991), ou encore Beths (1999) proposent tous des contre-exemples potentiels, évoqués par Traugott (2001). Comme le signale Prévost (2003), la grammaticalisation est par définition unidirectionnelle, ce terme se bornant à désigner le processus qui voit une forme lexicale assumer des fonctions plus grammaticales. On pourrait évoquer des cas éventuels de ‘dégrammaticalisation’ (on parle aussi de ‘lexicalisation’ à ce propos), mais comme l’indique Marchello-Nizia (2006), ceux que l’on cite s’avèrent souvent être des évolutions linguistiques d’un tout autre genre. Elle cite notamment le cas de up verbe dans Let’s up the pressure a bit (2006 : 33) : on peut penser aussi à not dans the haves and the have nots, par exemple. Mais il s’agit de la création d’un nouveau lexème, d’une catégorie syntaxique différente du mot ancien homonyme, plutôt que d’une dégrammaticalisation. Nous suivons ici l’avis de Traugott (2001), qui nous invite à considérer l’unidirectionnalité au moins comme : « a robust tendency ». Elle ne concerne, cependant, que la grammaticalisation, c’est-à-dire un type parmi tous les types d’évolution possibles. Il est important, comme le souligne Prévost (2003), d’éviter toute confusion entre grammaticalisation et changement linguistique en général. Si la première est presque toujours unidirectionnelle, le deuxième ne l’est pas nécessairement15. Il n’y a pas lieu d’étendre le principe de façon systématique à toute évolution, quelle qu’en soit la nature.

28En même temps, Smith (1996 : 151) apporte une précision très importante lorsqu’il signale que le changement linguistique est à la fois directionnel et nontéléologique. Cette distinction, pourtant cruciale, n’est pas souvent mise en évidence. Comme nous le verrons par la suite, la notion de ‘directionnalité,’ dans la perspective adoptée par Smith, n’est pas à confondre avec l’unidirectionnalité que nous venons d’évoquer à propos de la grammaticalisation.

  • 16 On pense à la citation de Sapir (1921) : « A linguist that insists on talking about the Latin type (...)

29Le changement est non-téléologique en ce sens qu’il n’est en aucun cas dirigé vers un but quelconque. Il n’a pas de finalité, il n’existe aucun stade ultime que les langues sont censées atteindre au terme de leur évolution16. Ceci est démontré par les nombreuses tentatives d’évolution, ou innovations, qui finalement n’aboutissent pas, un peu à la manière des mutations biologiques qui se produisent dans le monde naturel mais qui demeurent sans suite. On voit mal, en effet, pourquoi ce genre d’innovation improductive se produirait si l’évolution avait un but. Des exemples de ce phénomène sont pourtant extrêmement nombreux : le cas du parfait narratif en moyen-anglais en est un très bon exemple.

30La nature non-téléologique du changement linguistique est signalée en même temps par le fait que certaines de ces évolutions réussissent dans une langue donnée, mais échouent dans d’autres, pourtant très proches. Ceci est démontré une fois encore par les exemples que nous avons présentés ici : l’anglais a rejeté l’innovation adoptée par le français et l’allemand en ce qui concerne le parfait narratif, tandis que le français et l’anglais ont retenu des options radicalement différentes en ce qui concerne la complémentation des causatifs. Un troisième exemple est fourni par le verbe anglais let dans la construction impérative, et son ‘cognat’ en néerlandais, laten. En effet, ce dernier verbe permet deux constructions. La première ressemble, du moins sur le plan superficiel, au VOSI de l’anglais moderne :

18) Laat ons gaan

  • 17 Nous employons à des fins purement descriptives ce terme courant dans la tradition générative, sans (...)

31Le pronom ons ‘nous’ se met au cas accusatif. Cette phrase permet deux lectures : une première, l’équivalent de Let us go, une demande de permission ou d’autorisation, ainsi qu’une deuxième, signifiant plutôt Let’s go, ‘partons,’ où laten permet surtout la formation d’une forme impérative périphrastique, à valeur hortative. En même temps, le néerlandais possède aussi une construction où laten fonctionne comme un verbe à montée du sujet en position sujet17 :

19) Laten we gaan

32Cette fois-ci, le pronom we est au nominatif. Cette structure, qui appartient à un registre plutôt littéraire, n’exprime que la valeur hortative de ’partons.’ L’anglais contemporain n’a pas l’équivalent de (19). Une telle construction a vu le jour en revanche en moyen-anglais précoce, pour remplacer l’ancienne construction morphologique illustrée par speke we dans l’exemple suivant :

20) Lete we nu ane while; Þeos ferde bilœue. / and speke we of Arðure aðelest kinge
‘Let us now leave this army for a while and speak of Arthur, noblest of kings.’
(LA3AMON, Brut)

33Sa carrière est pourtant brève, cette structure disparaissant pratiquement au XIIIème siècle (Lowrey, 2006). L’innovation adoptée par le néerlandais s’est ainsi trouvée précédemment rejetée par une autre langue germanique, pourtant très proche.

34L’évolution linguistique n’a donc rien de prédéterminé, et il est impossible de supposer que toutes les langues évoluent vers un but commun. Bien au contraire, des paramètres locaux peuvent tout à fait déterminer quelles innovations vont réussir, et lesquelles resteront sans suite.

35En revanche, c’est précisément à cause de ces paramètres que l’on peut estimer que le changement linguistique est aussi ‘directionnel.’ Pour expliquer ce phénomène, Smith (op. cit.) fait appel à la notion de « drift » chère à Sapir (1921). Les innovations qui réussissent sont ceux qui se trouvent : « in tune with the overall drift of the language » (1996 : 151). A titre d’exemple, l’évolution de l’anglais est caractérisée par un mouvement que l’on pourrait résumer, assez grossièrement, par la formule « du [+ synthétique] vers le [+ analytique] ». Le même auteur poursuit, un peu plus loin : « the ultimately successful system will be that which coheres best with developments of other, neighbouring systems ». C’est ainsi qu’il explique (1996 : 143-150) l’échec des tentatives de réorganiser les systèmes de flexions de cas du nom en MA précoce, d’autres innovations rivales se montrant plus compatibles avec les changements en cours ailleurs dans le système.

36C’est sans doute le même principe qui empêche le parfait narratif de remplacer le prétérit en MA, et qui explique pourquoi VOSI plutôt que V+I s’impose dans les compléments des causatifs. En première approche, le parfait narratif semble épouser le mouvement du synthétique vers l’analytique. Qui plus est, il correspond parfaitement à la tendance, typique des grammaticalisations, qui voit des formes périphrastiques nouvelles venir remplacer des formes morphologiques plus anciennes. Pourquoi cette innovation n’a-t-elle donc pas réussi ? Une fois encore, il est nécessaire de tenir compte de ce qui est en train de se produire simultanément ailleurs dans le système linguistique de l’anglais à l’époque considérée. Il se trouve que le prétérit morphologique du MA est déjà concurrencé par deux formes périphrastiques : celle impliquant gan (ancien prétérit de onginnan, ‘begin’) mais aussi par do périphrastique :

21) there was no chyldys play. / the gyaunt to the chylde smote so / that hys hors & he to grounde dud go; / the stede on kneys lay. (Octovian, MS Cambridge)
‘There was no childish play. The giant so smote the child that he and his horse went to the ground. The steed lay on its knees.’

22) was Þore no childes playe. / the geaunt smote to Þe childe so / pat childe & horse to pe grownde gan go;/ the stede one knes laye. (Octovian, MS Lincoln)
‘There was no childish play. The giant so smote the child that he and his horse went to the ground. The s
teed lay on its knees.’

37Il s’agit de deux versions du même texte. Do et gan sont des formes déjà largement grammaticalisées. Gan dans (22) semble avoir perdu toute valeur inchoative. Comme do dans (21), il sert surtout à situer le procès dans le passé, à la place du prétérit morphologique. Si la périphrase en gan finit par disparaître, do périphrastique va s’imposer, pour donner naissance plus tard à l’auxiliaire moderne, suite à une deuxième grammaticalisation. L’échec du parfait narratif en tant qu’innovation en MA s’explique sans doute en partie par l’existence de deux autres formes périphrastiques déjà en compétition avec le prétérit. La voie était, à cause de cette concurrence, moins libre pour le parfait anglais que pour son homologue français, par exemple.

38Quant à V+I causatif, il semble avoir été la victime du rejet général de V+I en tant qu’option syntaxique. V+I est courant en MA avec les verbes de perception, aussi :

23) Eutycyus pe abbot, his felawe, / Herd sey hys here was do adawe; (R. MANNYNG, Handlyng Synne)
‘Euticius, the abbot, his comrade, heard it said that his bear had been done away with’

  • 18 Le cas de help est discutable dans la mesure où le sujet du verbe est coréférentiel (du moins parti (...)

39Mais il commence à disparaître au XVIè siècle, si bien qu’il ne survit à l’époque actuelle que dans des expressions figées comme hearsay, ou avec les verbes comme make ou help18 :

24) John helped mend the fence
25) Mary made believe that all was well

40L’issue de la compétition l’opposant à V+I avec les causatifs se détermine donc en fonction de paramètres plus larges, et l’adoption par l’anglais de VOSI comme seule possibilité en matière de complémentation infinitive.

4. Conclusion

41Nous avons essayé dans cet article d’apporter quelques précisions concernant la nature de l’évolution linguistique. Nous avons vu qu’elle est surtout non-téléologique, au sens que Smith (1996) prête à ce terme.

42En même temps, nous avons essayé de mettre en garde contre la présomption déterministe, apparemment très courante, qui voit toutes les langues européennes évoluer nécessairement dans le même sens. Les cas du parfait narratif en anglais ainsi que celui des compléments causatifs en anglais et en français infirment selon nous ce point de vue. Les auteurs que nous avons cités ne veulent pas nécessairement affirmer que le changement est de nature téléologique, mais cette présomption semble sous-jacente ou implicite dans beaucoup de formulations que l’on trouve.

43De nombreuses questions demeurent, bien entendu, sans réponse pour l’instant. Certaines s’adressent surtout à ceux qui s’intéressent à l’histoire de la langue anglaise. Nous ne sommes toujours pas en mesure, par exemple, d’expliquer avec précision les raisons de l’échec du parfait narratif en anglais, alors que la même innovation s’est effectivement produite dans d’autres langues. Nos connaissances des circonstances et des causes de la disparition de V+I restent également très incomplètes à l’heure actuelle. De manière plus générale, on peut se demander pourquoi certains domaines, comme l’expression de la causation, semblent connaître d’importantes évolutions, dans de nombreuses langues naturelles.

44Les exemples cités ici nous incitent également à réfléchir à la place de la diachronie dans l’étude des langues modernes. S’il est évident que la diachronie n’est pas en mesure de tout expliquer de l’état synchronique d’une langue, il apparaît néanmoins qu’une prise en compte des données historiques peut parfois contribuer à l’analyse de phénomènes contemporains.

Top of page

Bibliography

Sources primaires

1487(1375) John Barbour, The Bruce, MS G 23, St. John’s College, Cambridge. Source : Skeat (1870-89). Texte électronique : University of Michigan.

v.d. (1369-95) Geoffrey Chaucer, Boece and The Parliament of Fowles, Source : Benson (1997). Texte électronique : University of Virginia.

cl300(cl270) Havelok, Bodleian MS Laud Misc 108. Source : Skeat (1868). al225(al200) La3amon, Brut, MS Cotton Caligula A IX(C), British Library. Source : Brook& Leslie (1963-78). Texte électronique : University of Michigan.

al400(cl303) R. Mannyng, Handlyng Synne, MS Harley 1701. Source : Furnivall (1901-03). Texte électronique : University of Michigan.

al470 Thomas Malory, Morte d’Arthur, Source : Vinaver (1971). Texte électronique : University of Michigan.

cl430(a1350-70) Octovian, MS 91, Dean & Chapter Library, Lincoln Cathedral. Source : McSparran(éd). Texte électronique : University of Virginia.

al350-70 Octovian, MS MC Ff2.38, Cambridge University Library. Source : McSparran(éd). Texte électronique, University of Virginia.

Sources secondaires

Abeille, A. D. Godard & P. Miller (1997) : ‘La double structure des causatifs et des verbes de perception’ in J. LABELLE (éd) 2d colloque des lexiques-grammaires comparés, Montréal : UQAM, pp. 129-150.

Beths, F. (1999) ‘The History of dare and the Status of Unidirectionality’ in Linguistics 37-6, pp. 1069-1110.

Benveniste, E. (1966) Problèmes de linguistique générale I et II, Paris : Gallimard.

Boulle, J. (1993) Agrégation d’anglais, option linguistique : cours et directions de travail, I, II, et III, Paris : CNED.

Burzio, L. 1986 : Italian Syntax, Dordrecht : Reidel.

Cotte, P. (1987) ‘Réflexions sur l’emploi des temps du passé en français et en anglais à la lumière de deux évolutions récentes du système verbal de l’anglais’ in Contrastes 14-45, pp. 89-161.

Defromont, H. (1973) Les constructions perfectives du verbe anglais contemporain : étude comparée de l’aspect transcendant dans les systèmes verbaux anglais et français, Janua Linguarum, Series Pratica 185, The Hague : Mouton.

Denison, D. (1993) English Historical Syntax : Verbal Constructions, London & New York : Longman.

Ellness, J. (1997) The Perfect and the Preterite in Contemporary and Earlier English, New York : Mouton de Gruyter.

Gougenheim, G. (1929) Etude sur les périphrases verbales en français, Paris : Les Belles Lettres.

Haegeman, L. (1991) An Introduction to Government and Binding Theory, Oxford : Blackwell.

Hopper, P. & E. Traugott (1993) Grammaticalization, Cambridge : CUP.

Kayne, R. (1975) French Syntax, Cambridge, Mass. : MIT Press.

Khalifa, J.-C. (1999) La syntaxe anglaise aux concours : théorie et pratique de l’énoncé complexe, Paris : Armand Colin.

Kurylowicz, J. (1964) The Inflectional Categories of Indo-European, Heidelberg : Carl Winter.

Kurylowicz, J. (1972) ‘The Role of Deictic Elements in Linguistic Evolution’ in Semiotica 5, pp. 174-183.

Lowrey, B. (2002) Les verbes causatifs en anglais : une étude diachronique du moyen-anglais à l’anglais moderne, thèse de doctorat, Université de Lille III.

Lowrey, B. (2006) ‘A propos de la grammaticalisation de l’impératif périphrastique en let’ in Bulletin des anglicistes médiévistes 70, pp 1-29.

Mitchell, B. (1985) Old English Syntax, vols I & II, Oxford : Clarendon Press.

Marchello-Nizia, C. (2006) Grammaticalisation et changement linguistique, Bruxelles : De Boeck.

Mosse, F. (1952) A Handbook of Middle-English, Baltimore : John Hopkins Press.

Mustanoja, T. (1960) A Middle-English Syntax I : Parts of Speech, Mémoires de la société néophilologique de Helsinki.

Nichols, J. & A. Timberlake (1991) ‘Grammaticalisation as Retextualisation’ in Traugott & Heine (eds), vol I, pp. 129-146.

Prevost, S. (2003) ‘La grammaticalisation : unidirectionnalité et statut’ in Le français moderne LXXI/2, pp. 144-166.

Ramat, P. (1992) ‘Thoughts on Degrammaticalisation’ in Linguistics 30, pp. 549-560.

Roberts, I. (1993) Verbs and Diachronic Syntax : a Comparative History of English and French, Dordrecht : Kluwer Academic Publishers.

Sapir, E. (1921) Language. An Introduction to the Study of Speech, New York : Harcourt, Brace, & World.

Smith, J. (1996) An Historical Study of English : Function, Form and Change, London & New York : Routledge.

Song, J. J. (1996) Causatives and Causation, London & New York : Longman.

Traugott, E. (2001) ‘Legitimate Counterexamples to Unidirectionality’ paper presented at Freiburg University, October 2001.

Traugott, Ε. & B. Heine (1991) Approaches to Grammaticalisation, Amsterdam : Benjamins.

Traugott, E. & R. Dasher (2005) Regularity in Semantic Change, Cambridge : CUP.

Vanneck, G. (1958) ‘The Colloquial Preterite in Modern American English’ in Word 14, pp. 237-242.

Visser, F. (1973) An Historical Syntax of the English Language, Leiden : E. J. Brill.

Zieglschmid, A. (1930) ‘Concerning the Disappearance of the Simple Past in various Indo-European Languages’ in Philological Quarterly 9, pp. 153-157.

Top of page

Notes

2 Par changement linguistique, on comprend l’évolution de la langue dans tous les domaines, y compris la syntaxe, la sémantique, le lexique et la phonologie.

3 Les exemples que nous citons ici ont pour seul but d’illustrer notre propos. Il va de soi que notre intention n’est pas de stigmatiser telle approche particulière, encore moins tel collègue linguiste.

4 C’est nous qui soulignons, de même que dans les citations suivantes.

5 Voir, entre autres, Kurylowicz (1964, 1972) ou encore Zieglschmid (1930).

6 Voir à ce propos Cotte (1987).

7 Pour une analyse comparative des structures causatives dans les langues du monde, voir Song (1996).

8 Pour ‘Verb + Object or Subject + Infinitive.’

9 Ceci est loin d’etre evident. Des cas d’adjacence avec d’autres verbes causatifs ne sont pas si difficiles à trouver :
Some ingenious men of science
caused to appear moving images representing the aforesaid programmes (http://www.churchtimes.co.uk/content.asp?id=57364&print=1)
But Jessie, faithful to her husband’s wishes, had caused to appear above these words a more intimate and cryptic clue to the hope in which he died (gurdjieff-bibliography.com/Current/23_moore_biog-digresses_2004-07-)
Le facteur pertinent semble être plutôt la nature du verbe enchâssé.
Seuls les verbes inaccusatifs permettent, apparemment, l’adjacence, et la permettent avec tous les causatifs. En revanche, placer un verbe intransitif qui ne soit pas inaccusatif à côté du causatif produit généralement un résultat inacceptable, même avec make :
*He
made sing his sister in the garage
Ce phénomène s’explique assez logiquement si on adopte l’analyse générative classique, qui fait commencer le SN sujet d’un verbe inaccusatif en position post-verbale, en tant qu’argument interne, et qui le voit ‘monter’ en position préverbale (voir par exemple Haegeman, 1991).

10 Has hanged, à comprendre au sens causatif, litt. ‘faire pendre.’ Ceci n’est pas un parfait.

11 Rappelons que let dans (9)-(l1) n’est pas à comprendre dans son sens contemporain mais comme un causatif à part entière, valeur qu’il exprimait surtout dans les dialectes du sud et de l’ouest en moyen-anglais.

12 Cet ordre linéaire n’était pourtant pas obligatoire, même en moyen-anglais précoce, et a tendance à devenir de plus en plus rare au fur et à mesure que l’ordre SVO s’impose.

13 Pour une comparaison plus détaillée des fréquences relatives de VOSI, V+I et de toutes les autres constructions causatives du moyen-anglais, voir Lowrey (2002).

14 Voir la discussion dans Hopper & Traugott (1993 : 99-139).

15 Il n’est pas exclu, bien entendu, que le phénomène de l’unidirectionnalité puisse concerner d’autres types de changement linguistique que la seule grammaticalisation. Dans le domaine de l’évolution sémantique, Traugott & Dasher (2005) trouvent ce qu’ils appellent : « repeated evidence for unidirectional changes ». A titre d’exemple, dans l’ensemble des langues possédant un lexème susceptible d’exprimer et l’obligation (une modalité déontique ou radicale), et la probabilité (une modalité épistémique), le sens déontique semble toujours précéder le sens épistémique sur le plan historique. C’est le cas de must en anglais, où une phrase comme they must be married est aujourd’hui ambigu, hors contexte, entre une lecture déontique (‘I demand that they be married’) et une autre, épistémique (‘I am certain that they are married) (2005 : 2). Cette evolution semble participer également d’une tendance plus générale que Traugott & Dasher appellent « subjectifïcation », tendance que l’on voit à l’œuvre également dans le cadre de la grammaticalisation. Ce processus s’accompagne typiquement de l’acquisition par les formes concernées de : « more abstract, speaker-based meanings » (Hopper & Traugott, 1993 :3).

16 On pense à la citation de Sapir (1921) : « A linguist that insists on talking about the Latin type of morphology as though it were necessarily the high-water mark of linguistic development is like the zoologist that sees in the organic world a huge conspiracy to evolve the race-horse or the Jersey cow ».

17 Nous employons à des fins purement descriptives ce terme courant dans la tradition générative, sans forcément adhérer à 1’hypothèse d’une analyse qui ferait littéralement monter le sujet d’une phrase enchâssée en position de sujet du verbe enchâssant par le biais d’une transformation syntaxique.

18 Le cas de help est discutable dans la mesure où le sujet du verbe est coréférentiel (du moins partiellement) à celui de help. Dans (24) par exemple, John participe à la mise en peinture. Dans les ‘vraies’ constructions V+I le sujet de l’infinitif est de type non-spécifie, éventuellement de type PRO (Denison, 1993 : 171) ou petit pro’ (Roberts, 1993).

Top of page

References

Bibliographical reference

Brian Lowrey, « La directionnalité et la nature non-téléologique de l’évolution linguistique », Anglophonia/Sigma, 13 (26) | 2009, 231-246.

Electronic reference

Brian Lowrey, « La directionnalité et la nature non-téléologique de l’évolution linguistique », Anglophonia/Sigma [Online], 13 (26) | 2009, Online since 13 December 2016, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/907

Top of page

About the author

Brian Lowrey

Université de Picardie, Amiens, EA CORPUS 4295. brian.lowrey@u-picardie.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals