Skip to navigation – Site map

Des surbordonnées en if compléments non interrogatifs ?

Anne Jugnet
p. 135-148

Abstract

Clauses introduced by if are traditionally assigned two functions: they are analyzed either as conditional adjuncts or as (indirect) interrogative complements. Yet in some structures the status of the if clause is not clear-cut, since the clause seems to describe (indirectly) the object argument of the embedding verb, but is clearly not interrogative (as it seems semantically similar to a conditional). These cases have often been overlooked in the literature. Our aim is to show that a third type of if clauses should be contemplated, i.e. if clauses that are complements of embedding verbs even though they do not involve epistemic questioning. A tripartite categorization is thus put forward.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Les exemples qui suivent sont tous avérés, ou sont directement dérivés d’exemples avérés (des éléme (...)

1Il est traditionnellement admis que les subordonnées en if ne peuvent remplir que deux fonctions : soit elles sont compléments de verbes interrogatifs, ont le rôle d’argument et sont interprétées comme des questions indirectes (exemples 1 et 2),1 soit elles reçoivent une interprétation conditionnelle, étant des adjoints circonstanciels (elles décrivent alors les conditions dans lesquelles la relation prédicative de la principale est validée comme l’illustrent les exemples 3 et 4).

  1. Sometimes I wonder if poodles like noodles.

  2. Does anybody know if there is a way to have only the five latest comments show up on a page or post?

  3. If you want to think clearly about any of these laws, the first step is firmly insisting on treating them as three different subjects.

  4. Most of these freelancers and entrepreneurs are in the cross hairs of our health-care crisis - and you wouldn’t know it from watching the presidential campaign. But you would know it if you bothered to look at the statistics.

  • 2 L’analyse de Ginzburg et Sag (2001) semble dans cette mesure proche de celle d’Ohlander (1986).

2Ginzburg et Sag (2001) ont noté que dans certains cas, les subordonnées en if ne décrivent pas des questions, mais plutôt des faits. Selon ces auteurs, lorsque des subordonnées en if (comme les compléments en wh-) sont compléments de prédicats factifs (en l’absence de négation ou d’interrogation), elles dénotent la réponse à la question décrite par la subordonnée,2 en d’autres termes elles correspondent à des descriptions indéfinies de faits. Ginzburg et Sag (2001) attribuent cette interprétation factive des compléments en wh- et en if à la « coercition factive » imposée par les prédicats factifs épistémiques. Ce phénomène est illustré par les exemples du type suivant :

5)

He knows if you’ve been bad or good, ladies, and right now it looks like you’re pretty bad.

3L’utilisation de subordonnée en if dans ces contextes s’explique par le fait que le prédicat factif est épistémique, et par là implique (indirectement) un questionnement quant à la validité de la subordonnée.

4Cependant, les subordonnées en if apparaissent également dans un ensemble d’énoncés dont le prédicat principal n’est pas épistémique, mais factif d’émotion (cette possibilité n’est pas mentionnée dans la littérature à notre connaissance). Si la subordonnée en if semble parfois proche d’un complément (exemples 6 et 7), dans certains contextes en particulier, lorsque la présence de it en position objet est obligatoire – son statut est plus difficile à déterminer (exemples 8 à 10).

6)

I don’t care if they are poor.

7)

I don’t mind if you take my car.

8)

I can’t help it if that sounds like ajoke.

9)

Will you do me a favour? I’d love it if you would autograph my copy. I already have your autograph on a picture, but it would mean so much to me to get it in person. [script de Misery]

10)

It would be a shame if Bob left.

5Nous nous interrogerons sur le statut de ces subordonnées (statut syntaxique de complément ou de circonstant) ainsi que sur leur interprétation (en tant que fait, possibilité, ou conditionnelle). En d’autres termes, nous tenterons de déterminer si la corrélation entre statut de complément et interprétation interrogative (ou factive, par coercition) est systématique, et s’il est possible d’envisager qu’un objet (complément) introduit par if ne décrive pas une question (ou ne dénote pas indirectement la réponse à la question). Ainsi, nous nous intéresserons au statut des subordonnées en if lorsque le contexte ne favorise pas une interprétation épistémique, ou un questionnement sur la validité de la proposition.

1. Un double statut des subordonnées en if ?

6La plupart des auteurs ayant analysé des énoncés correspondant au schéma [V it if p] (où le verbe est un factif d’émotion, et non épistémique) ont soutenu l’idée que la subordonnée introduite par if doit être analysée comme une subordonnée conditionnelle. Cette analyse est proposée pour le type d’exemples illustrés en (11-12).

11)

Since you’re in WikiProject Indonesia I’d love it if you could take a look in the article and see if I’ve made any obvious mistakes, or if there are sections that are unclear, etc.

12)

The blocking idea is good, but I would hate it if my parents read all my texts !

  • 3 L’article de Donca Steriade (1981), « Complement if », n’étant pas publié et introuvable sur Intern (...)

7L’opposition entre statut d’argument ou de circonstant est implicitement corrélée à l’opposition entre interprétation en tant que question indirecte ou interprétation conditionnelle. Etant donné que, dans les exemples qui nous intéressent, les prédicats qui permettent (ou exigent) le schéma [V it if p], ne sont pas épistémiques, les subordonnées en if ont été analysées comme des circonstancielles, et non des questions. Cette conclusion paraît naturelle : l’interprétation d’une subordonnée en tant que question enchâssée, ou en tant que fait qui constitue la réponse à une question, n’est possible que lorsque le verbe implique un questionnement épistémique. Par conséquent, dans le cadre de cette opposition stricte, il semble que les subordonnées en if ci-dessus sont plus proches de conditionnelles que de questions enchâssées. Cette observation motive l’analyse des subordonnées en if en tant qu’adjoint (circonstant), et non en tant qu’argument. Cette analyse a été développée par Steriade (1981)3 et Rothstein (1995), pour qui les subordonnées en if sont, dans ces contextes, de véritables circonstancielles conditionnelles.

  • 4 Selon Pesetsky (1991 : 63), le sens de if serait identique à celui de that, mais impose de considér (...)

8La plupart des auteurs qui se sont intéressés à cette structure (Williams (1974), Pullum (1987), Pesetsky (1991) ou Leonarduzzi (2004)) ont défendu l’hypothèse d’un double rôle de la subordonnée en if en tant que circonstancielle décrivant indirectement l’objet (l’objet serait inféré à partir de la circonstancielle). Si leurs représentations et analyses de détail diffèrent, les quatre auteurs soutiennent l’idée que la subordonnée en if tout en décrivant les conditions de validation de la principale, décrit indirectement l’objet de l’attitude décrite par le prédicat de la matrice. Ces subordonnées seraient donc intermédiaires, et non de « véritables » circonstancielles. Ainsi Williams (1974 : 161) affirme que la circonstancielle a pour rôle de procurer l’argument objet (« complement fulfilling »). Pour Pesetsky (1981 : 62-63) ces structures impliquent une « règle de copie de if ». Cette règle consiste à copier la subordonnée en remplaçant if par that, et en appliquant les modifications nécessaires (concernant la modalité notamment). La copie (la subordonnée en that résultante) est alors argument, la subordonnée en if restant adjoint. En effet, selon Pesetsky if marquerait le statut de la subordonnée en tant que terme restrictif.4 Enfin, selon Leonarduzzi (2004 : 305-308), la subordonnée serait circonstancielle, et le complément d’objet, qui ne peut être récupéré dans le contexte antérieur, correspondrait à une proposition en that dont le contenu est décrit par la circonstancielle en if.

9Ainsi, selon l’analyse décrite jusqu’ici, l’insertion d’un complément en that dérivé de la subordonnée en if (toutes les marques de modalité étant effacées) permettrait d’expliciter le sens de l’énoncé de départ :

13)

I’d appreciate it if you stopped whining.
= I’d appreciate that you stop whining if you did.

10L’analyse retenue par ces quatre auteurs paraît justifiée dans la mesure où elle permet de rendre compte de certaines propriétés de ces subordonnées en if qui les démarquent des circonstants habituels. Cette analyse semble ainsi motivée par le fait que ces subordonnées (contrairement aux circonstancielles habituelles) ne peuvent être effacées sans que l’énoncé ne devienne ininterprétable. En effet, si la conditionnelle permet de déduire et d’interpréter l’objet, son absence rendrait l’énoncé incomplet sémantiquement (tout en étant acceptable syntaxiquement, la position objet étant dans la plupart des cas remplie par it). Dans l’exemple suivant, l’argument objet n’est pas identifiable ou récupérable en contexte, et en l’absence de la subordonnée en if l’énoncé n’est pas iclass="teupam> ci-drait lIninginthbeocidivtde lao/oem> sgrla as it ant est imcts trés en (11-12).

5table id="Table4" dir="ltr" class="texte"> 13)

les qly theang="-ef="#ime or go takh.I?? [? I’d love it if yt now i --sI us"en"> yt now i youiv> lesmy phave betw"en"uealtso beamuch >

fiabllles) ne peuvent être effce l it iulèvelle a pblèon set naturelle : l,ale est bje i laa> Enfin, selon Leona294-295)oncé de départ :

6table id="Table4" dir="ltr" class="texte"> 5)

if

6)

If Bob left.

4 l’>9 cmsuboible d i lanla condit> ne d elle permet de l’inndre cpesmbontive casincom selopriétés de ces subordonnéesant donnun ensemble d’énoncés dont le pré] (où le verbe est un face la proposition.

2. Des compléments à parif ?

10 ife démarquent dEn effet, sislier, lot4 : lcom slimitie,, lepes exexat10 dt plusuur, col’ous nsisbuestioniirmlyaerprétatiosive l’analyse des subordonnées en ife démarquenables circonstanciellespas et non en taéments de verbe la proposition.

2

<2 href="#tocfr2n1" id="tocfrom2n1">2.1. Divergences avec les adjoints « canoll text

ciéj coté n’essuborsupraonnée /em>). D(17))on;ionspci-dautr pbituelon objet étant dans la les) nl’leuvent m> if). D(18) trés en (11-12).

7table id="Table4" dir="ltr" class="texte"> 7)

If). Ddlaa> Enfin, seon Leona292script de Misery]

8)

Ifif). Ddlaa> Enfin, seon Leona293]et it in t.

9)

ese ffroyn"> g. whininfiée"xte">I?? [? I’d love it if ghe bokayg="en"> Bob left.

<2 class="texte">10)

if

  • 4 Senca Sl nl’leuparaissrait le statut de la taxiquemecéing t est e coite jusfrouueme- rés (des élé5e (...)

l’énontou" vasuestion, .eDntennelltant,a)t possipar le fait que ce pbituelefferrogauivantccuper cm selt rtaxiquems,a) ainca ideni ont ee phénomèers les cons quay havar les ls conditionnelles.

r le fait que ce pbituelstatut esnées p quatrere la taxiquemecéing ton;inctions : mêestexclom selof d’éme de ceôt des6 et 7)locpar cesn verben des quesbordntt. Ce phénomèe la (21-23 trés en (11-12).

9table id="Table4" dir="ltr" class="texte"> <2 class="texte">11)

if you would auta I’d love it ( facée cor"en"> [)Bob left.

<→lass="texte">11)

if you would a,roject Indonesg="en"> Bob left.

<2 class="texte">12)

Iia I’d love it if

<→lass="texte">11)

IfIg="en"> Bob left.

<2 class="texte">13)

Iia I’d love it if

<→lass="texte">11)

ifItiokay? all my texts !

  • (...)

ceue dans nl’leuparaisement datatut es,ale estphénomènla (24)at de la matrice. Ces subordonnées en< analyinserorttaraisecfromir serait idente la matrice. Ceom2n7">es complétives introduitesment d’ovem> ife statut esnéesm> ifes complémentshabituelles) ntip it i ont st possiblen décrivant iscursons d la condit d’un complla (26) trrme restrictif.

<0table id="Table4" dir="ltr" class="texte"> <24class="texte">13)

they are poor.

<→lass="texte">11)

if they are poor.

<2p class="texte">5)

IfDs. /??a I’d love it ifSo"> they are poor.

<2p class="texte">6)

Ds. / Wheeist=oro Sa=ble idI,g="en">So"> they are poor.

et étant danstccurruepar elon l1 : 62-6gent) le schéma [V. Danrectemene prédic lsisculieemx par. Danrectemene le statut de Iningin lelt ièon"e to prdullingtextet) leyoucielle en if.

<
<2p class="texte">7)

Iia I’d love it if ghliptio thinmauta I’d love it ( facée cor"en">

<2p class="texte">8)

Iia I’d love it if they are poor.

quay havar <2p class="texte">9)

ghliptio thinmau> they are poor.

<3 class="texte">10)

<3 class="texte">11)

ghliptio thinmau> they are poor.

<3 class="texte">12)

1

<3 class="texte">13)

If ghliptio thinma, whining.
= Ig="en"> Bob left.

<34class="texte">13)

If= Ig="en"> Bob left.

Sagelon ur Pe79)raît je alr">10 thtts «ence(thiermielem> parom2n7">dentéressent,drdemde cence(mde tatio isubordononclen décrivant les conqtancieit quener si téressenivetemene prédic lsiss conrs pade étô absendirectenterprdemde cndullerece la proposition.

2

<2 2ref="#tocfr2n2" id2ircofromrmarqu.1. Divergn en taéom2n7" canoll text

10 apparaises) perme itatut> tlysnsd elioubocrit inr">10 iblrrut syntaxique irectun complément enen l’absence de la subordie de4 Selon Pes2)s quatretle. Et.1. Dias impliquent une « règle deement ful,absendirecte that dérivé de En effet, si la] (oùrétation d’unee proposition enémancipa et en les marquiimplsi lence(iimet i lonnéeat ise">u,part deCette subordcène esuns em> qurt en les marquds ideelence(met i lie de4elleeg=lem>glosaette analyse esette structure oncé de départ :

1
<3p class="texte">5)

if Bob left.

<3p class="texte">6)

Bob left.

<3p class="texte">7)

<3p class="texte">8)

Iia I’d love it if takL > lesnIt win ve cpaga#ftn( facée cor"en"> <> tak qly)> they are poor.

Ii’d apprdo" lang"en"> takL > lesnIt win ve cpaga#ftnou stopwi cg="en"> Bob left.

<3p class="texte">9)

Iia I’d love it if="en"of miionneickly "g=lquistlytn( facée cor"en"> they are poor.

Ii’d wer"en">="en"of miionneickly "g=lquistlynouwerc they are poor.

<4 class="texte">10)

if

qsupyntaxiqu dontiv res (concerngle dimet i mplie taraa un ques> lnion striiciter le sensoncrme restrictif. <4 class="texte">11)

<4 class="texte">12)

ifif

10 ift non en taé( (circonstant), er décrit par la s)raît cnnun ensemblely tonfaracipa ainsi motivée par un ensembl pbituelet, que"te> thss iclasnmbeuat i vantnonclentéressent : l’st possiblque irect (oabs fac,aphrason) e)inii lalsism> apparaistonfaracipa ainsi motivée , il semble que lela subordonnée pbituel p quatrere sn objet axiquemefocheeinterprpseudo-clsemble(l"nus contextes, ées comme des cirypothInincom sIninginexclom selof d’éme de )inPuhém> Sen7n Pes0)rouvpermetté n’lof d’ ). Dmanipulci,.le en (46-47)ne esive un compladercie,, lesauteplietée , il semble que lela subordonnéesoieangcomir araise>sinnguèers es, ées comme des circonstanciepa/em>). D48 pé de départ :

<8table id="Table4" dir="ltr" class="texte"> <4 class="texte">13)

dia I’d love it if takEmrom2n1y Pn xn> ghOatutroof. I aldeu dleet it in person. <44class="texte">13)

dia I’d love it ifdiout > takbuild> ghdur> ghongevacuentreare unclear, etc.

<4p class="texte">5)

Iia I’d love it if <→lass="texte">11)

I lang=bea I’d love it if <4p class="texte">6)

if <4p class="texte">7)

leswhy w"saido"f.vagtany." Ii lang=besi ly n sexpecmu takw r public n sbe" n srattle ofs mis actus llaws"of ditiitic ch xmewin mis Germdeican xmuageepasay);swhd w" lang=yndonesia I’d love it ifSos Bob left.

<4p class="texte">8)

quec "of ia I’d love it if ghunusus ="en"> Bob left.

<→lass="texte">11)

quec "ofwasia I’d love it if ghunusus g="en"> Bob left.

10r le fait que ces en< analyexclom sst possiblenoncés doue de qua n ’éte ancrivanan (st pos cocl ameme10 ift non en taé erait lxrefl pacipce ainsie iouborstm selogrla as it marqules lsoncé de départ :

19table id="Table4" dir="ltr" class="texte"> <4p class="texte">9)

if

<5 class="texte">10)

if

2

<2 3ref="#tocfr2n3" id3at onclouuem" canoll text

10 ife En effet, si lslrconstanciaraisreai ueéoques ruun ensemblamemer le fait que cen noinserorttais,nonle estd en ées commtslrconstans,.le ter, lotlet ayaca

fssenire bin dontboreffet, si laraisreai ue. Il quatredelauion, nossipar le fait que cesuboriqui n t eôeeinteon en tar (ciar ivordononclen décrivant les conqtancieirps nrectagun ces6 et eadnstde. Nclasallvant eraer, lotr is nosshastyp leontolog com sdt non en tacla jeu,>la fanati’iulnoncés doue de qua ne la proposition.

1

<1n4ref="#tocfr1n4r>3atIposition entrers es, syntatatilees complétives introduites canol1s en (11-12).

10penonc, par le fait que cenelreçoiveang,nondt naturelle : l’interprétati, ioubordrparaiss cjet étant dans syntaxiqurues compltives introdie dela ai aaistompteuds ideeiesubordonnées en ife semble qné< analycomsivreresédirivantamestue ce ainsi verbelrectr c. Nclasadoptervantbsendntolog arSagelon u pé de départ :

2

<2 4ref="#tocfr2n4r>3a1par

ivanntrpréituentre aveut l,.p.iind enpte ancrivasrvfacttrés en (11-12).

rconstanciarais le consne esive pte ancrivasrnee proposition eoune esive geutdécfsrnee pro–ingem> parphas pbituele> apparaisst, qu le consne esive pte ancrivasres complétivesgunsncltaxiquees complémentseoune e introdie de l’du moiem>ceucomsiemfenolcéGinzburg i">Sagelon ur Pe352 onc propautr cesmoubocricomsiv sisl syntaxiquru ivordodlenmoti"cst pos cocl"c syntaxiquru asasclassa taracipaie estne> antre ce de nuno (con pé de départ :

20table id="Table4" dir="ltr" class="texte"> <5 class="texte">11)

seinithey are poor.

<5 class="texte">12)

seinithey are poor.

2

<5 class="texte">13)

sei /John"n"ows aim Mar"ewi c> Sa= seinithey are poor.

  • Sagelon u nmbeapame (...)

apparaiss ces6 et entéressentedt nodnstdecircounpiercit com. ass="texte"> l’f.

2
<54class="texte">13)

in=yndonwidg youciethey are poor.

ec le prca" langhelponou eement ful l Cettf

luat i : l’iu subordonnéeinterprétaf ( Sagelon u )inL< subordcamretl < subordonnéec e intrwheeisttion e (oimbeai cr cept. 2

<5p class="texte">5)

in=yndonwidg youciethey are poor.

  • apparaisn et s’iles rre s ere 1 : 62-6gnmbethame(...)
  • 10on abeaca(i)e proo"ca" langhelponou ffroyrnnées (des élé11e (...)
  • ln franç(...)

rpréituentre astion, )at d semble qné,raît je orresposuborcanmplaç7n> qfacéi-draossiblemotiv le coni] (oaveut ldunpenonmaraissrait vo ques> loptaxiquemeeubotituentre iuhn ( l i">ituentre aveut le rme restrictif.

2

<2 5ref="#tocfr2n5r>3a2par

t nçupale estestion, .euass conmarqudte,a tee ancrivaem> l’énon letermie de. rbsendntolog ar<Sagelon uonc 95)r"1995), pour qui lennt donnun compl(58-59)u ivordodlenestioni marq"inLdle consne eslve pte ancrivas ;Palyca tee ancrivaelsissfac Et.sultjet axioni marquicte,a tee ancrivae le coni] (ounomotipaIci,esass conmarqudte,a tee ancrivaem> lIninginnoné il au moe, et iciter le seientre,, aer, lotcipale estestion, ,fal’absence de la subordrnnéecobjet, ques con prcipale est ivanntrpr axioni marqpé de départ :

2
<5p class="texte">6)

ifIiif=misy turn therc

<5p class="texte">7)

if

<5p class="texte">8)

<2 6ref="#tocfr2n6r>3a3par

Sagelon ur Pe79)rle est ateSageautepliecrit inexetteorsque f d’senégoriptivaldirectpainsi motivé cocl exettegun ce="teeooncé incomplet cohles ne>dentéressent,(clentéressenteis) peigeli ,< par aoituelonclr if tnibld swinfcéinves ce d995), pour qui les coubjanatiftrés en (11-12).

iuhn ( l,ene prédic ivanntrp>iuhn (nce unelrequet,cndullerece la proposition.

26table id="Table4" dir="ltr" class="texte"> <5p class="texte">9)

Iia I’d love it if ghliptio thinsei a I’d love it ( facée cor"en">

<6 class="texte">10)

Iia I’d love it if they are poor.

<6 class="texte">11)

I aim apprdo> Sa=go aroug=l anc> ghliptio thinseinithey are poor.

<6 class="texte">12)

I aim apprdo> Sa=smokeare unclear, etc.

aétô aunelrequet,cpé de départ :

2

<2 7ref="#tocfr2n7r>3a4par erait lx

dun earq"pnalyse semble que le des énoivans corretyp leoncé incoms encrit inexetteorsqenit en aphrason) erues compltives introdtion etieang. qur introdtion e em> qpermeconsmm n ( (ccoerncéincomplet)uunorpréituentre iuhn ( li la proposition.

1

<1n5ref="#tocfr1n5la4at onclouuem" canol1s en (11-12).

Sagelon u ,omentmoubocricoms, il semble que lela subordonnée pbituel is nunomotie les ayat n blunpiercit com ,dnclasavm> ctenarqudtemoubo>10toujo cepassociembleral ivrr"en"l’interp qituentre nre aveut l,nster le sens ivanntrp>rpréituentre iuhn ( li Il son stri-draossiba biait intre boreffet, si lucon en taeinterprétaf v"atoences aEn effet, si)ciar10

Notes

1 Les exemples qui suivent sont tous avérés, ou sont directement dérivés d’exemples avérés (des éléments ayant été effacés lorsqu’ils n’étaient pas essentiels à l’interprétation de l’énoncé et compliquaient le traitement des données). La majorité des exemples ont été trouvés en ligne ; leur origine est précisée lorsqu’ils sont extraits de scripts de films.

2 L’analyse de Ginzburg et Sag (2001) semble dans cette mesure proche de celle d’Ohlander (1986).

3 L’article de Donca Steriade (1981), « Complement if », n’étant pas publié et introuvable sur Internet, n’a pu être consulté. Pullum (1987) et Pesetsky (1991) mentionnent tous deux ce travail, Pesetsky (1991 : 60) mentionne le fait que Steriade considère les subordonnées en if comme des conditionnelles habituelles dans les énoncés qui nous intéressent (énoncés du type He would hate it ifhe had tofill the form).

4 Selon Pesetsky (1991 : 63), le sens de if serait identique à celui de that, mais impose de considérer la proposition qu’il introduit comme indiquant les restrictions pesant sur un modal ou un adverbe de quantification – il propose la généralisation suivante : If is identical in meaning to that, but is an instruction to treat its CP as a restriction on a modal or adverb of quantification”.

5 Selon Pesetsky (1981), le déplacement de la subordonnée en position initiale – i.e. l’inversion - est toujours possible, et même obligatoire dès lors que la subordonnée contient un terme à polarité négative (Negative Polarity Item, tels que any ou ever), indiquant que la subordonnée est sous la portée de la négation. Il oppose ainsi les exemples suivants :
(i)
If anyone were to ask me about the painting, I would like it.
(ii) I would like it if anyone were to ask me about the painting, [phrase agrammaticale selon Pesetsky]
Cependant les anglophones que nous avons consultés considèrent l’exemple (ii) comme bien formé.
De plus, dans de nombreuses occurrences attestées les subordonnées en if en position finale comprennent des termes à polarité négative, comme l’illustrent les exemples (trouvés en ligne) suivants :
(iii) I’d love it ifanyone had any pointers on these, though!
(iv) I am doing an assignment on that country and would love it if anyone had any background knowledge.

6 Jespersen (1928 :41, section 2.4.) mentionne cette asymétrie entre les subordonnées en if et les subordonnées en wh- en position initiale, et l’explique par un possible effet déroutant (garden path effect) : la conjonction if en position initiale étant « par défaut » interprétée comme introduisant une conditionnelle. Cette analyse paraît à première vue plausible. En effet, comme le montre Stuurman (1991), la conjonction if est fondamentalement associée à la condition, et ne reçoit une interprétation interrogative que si le prédicat enchâssant force cette interprétation. Cependant, comme l’indiquent les exemples en (26), la présence de or not, censée désambiguïser le rôle de la subordonnée en if, n’améliore pas l’acceptabilité des énoncés impliquant une subordonnée conditionnelle à l’initiale. La nature exacte des contraintes en jeu doit devra donc faire l’objet d’un travail ultérieur.

7 On notera que la présence de it n’est pas à elle seule un indice du statut d’adjoint de la subordonnée en if (en (42) par exemple) : la subordonnée en that qui suit it en position objet en (41) par exemple est interprétée comme l’argument du prédicat enchâssant.

8 La subordonnée en if, sujet du passif, ne peut pas être en position initiale (comme nous l’avons mentionné dans la section 2.1., les arguments introduits par if sont difficilement en position initiale car cette position initiale induirait une tendance à analyser la subordonnée en if en tant que conditionnelle) ; elle est donc extraposée.

9 Ginzburg et Sag (2001) n’appliquent le concept de coercition factive, par lequel un complément en wh- ou en if est interprété comme décrivant un fait lorsqu’il est complément d’un verbe factif épistémique (la description ne renseignant pas le destinataire sur le caractère avéré ou non de la situation décrite dans la subordonnée).

10 Notons que l’alternance entre if et that est également possible dans une autre structure n’impliquant pas de jugement épistémique, du type : it’s not his fault if he is wrong. Cette structure (not his fault if) est d’ailleurs sémantiquement proche de can’t help it if.

11 Cette analyse expliquerait le caractère ironique des énoncés suivants :
(i) I can’t help it if everyone wants to be my friend.
(ii) I can’t help it if I’m so good-looking.

12 Notons qu’en français seul le subordonnant si peut introduire l’objet phrastique (le subordonnant que étant exclu) :
(i) I can’t help it if I’m still in love with you. / Je n’y peux rien si je t’aime encore.
(ii) I can’t help it that I’m still in love with you. /?? Je n’y peux rien que je t’aime encore.

Top of page

References

Bibliographical reference

Anne Jugnet, « Des surbordonnées en if compléments non interrogatifs ? », Anglophonia/Sigma, 12 (24) | 2008, 135-148.

Electronic reference

Anne Jugnet, « Des surbordonnées en if compléments non interrogatifs ? », Anglophonia/Sigma [Online], 12 (24) | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/986 ; DOI : 10.4000/anglophonia.986

Top of page

About the author

Anne Jugnet

Université de Lille 3

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page

  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals