Skip to navigation – Site map

OTHER and ELSE : Same difference ? Deux expressions de l’altérité en anglais

Martine Schuwer and Blandine Pennec
p. 183-195

Abstract

In terms of qualifiers, other and else may both express the notion of otherness in English. At the semantic level, they seem to be very similar in the sense that they share the same notional feature of “presupposition”. It is indeed bv reference to a first element that a second one may be qualified with other or else. However, other and else differ in terms ofsyntactic behaviour, thus denoting distinct underlying operations, and probably accountingfor their differing values in context. According to their linguistic environment, other and else may in fact either bring a qualitative or a quantitative determination. Carried out within the framework of the Theory ofEnunciative Operations, this study proposes a model of the various values corresponding to either determining operation.

Top of page

Full text

1Cette étude porte sur deux réalisations lexicales de la notion d’altérité en anglais - OTHER et ELSE. Cette équivalence ne signifie pas pour autant que OTHER et ELSE sont synonymes, bien que l’on puisse parfois avoir le sentiment que, sur le plan référentiel, ils sont très proches, voire interchangeables, comme peuvent le laisser penser les segments en caractères gras en (1) et (2) :

1 If you’re using someone else’s registered trade mark as a means of attracting consumers to your auction, […]
2 If you use a trademark that is similar to, or the same as,
another person’s registered trademark, you can be held liable for damages.

1. DESCRIPTION

  • 1 The Oxford English Dictionary Online (2008) : “Else is a synonym of other”; The Cambridge Grammar o (...)

2Pour un trait sémantique commun (l’altérité1) et l’appartenance – pour certains - à la même partie du discours (adjectif), OTHER et ELSE comptent plusieurs caractéristiques qui les différencient.

3- OTHER :

    • 2 La multiplicité des catégorisations justifierait une analyse à elle seule. Elle témoigne, pour le m (...)

    selon les ouvrages, il est étiqueté comme adjectif (OED, Roggero 1979), adjectif classifiant (Collins Cobuild), general ordinal (Quirk 1973),2.

    • 3 Il est cependant postposé au nom qu’il modifie dans la séquence other than, qui permet d’introduire (...)

    il figure exclusivement en position prénominale,3

  • il peut qualifier tout type de substantif (discontinu singulier ou pluriel, continu dense ou compact), (3-4-5)

  • il peut être pronom et possède des propriétés nominales, (6-7)

  • il peut être précédé de tout déterminant, (3 à 8)

  • il peut porter la marque du pluriel. (7)

4Les énoncés (3) à (8) illustrent ces propriétés :

3 Thus, in formulating a theory, a general three-dimensional system of stress must be introduced, and yet another question must be asked:….. (FLOB J71167)
4 Here are some other books I’ve either been reading or have on my list to read. (Google)
5 Some other design may be better. (Google)
6 I read two of the hymns at random. One was about a joyous boat ride […]. The other was about the blessed spirits of those who’ve gone before. (Margaret Atwood, Lady Oracle)
7 He was a happy boy and a good one and made many others happy. (FLOB G33155)
8 In this chapter, we have included some of the technical terms doctors and Ø other professionals commonly use for their own convenience. (FLOB)

5-ELSE :

  • il est également étiqueté « adjectif » (Collins, Roggero), sans autre spécification,

  • il est toujours post-posé au terme sur lequel il porte,

  • ELSE est « invariable », dans le sens où il ne connaît qu’une seule forme.

  • l’élément sur lequel il porte est au singulier.

  • ses co-occurrences forment une série finie. On recense ainsi :

    • les composés en “some”, “any” et “no” suivis de “thing” ou “body”, (9)

    • les pronoms en WH-, (“what”, “who”, “where”, “when”, “why”), à l’exception de “which”, (10)

    • les quantifieurs “all”, “much” et “little”.(11)

6On remarque que tous ces éléments, à l’exception des quantifieurs, partagent le trait indéfini.

7Les énoncés (9) à (11) illustrent quelques-uns de ces emplois :

  • 4 Sur 19 931 occurrences de ELSE, le BNC recense 210 occurrences de “little else”, 284 “much else” et (...)

9 This means that unless you are a higher rate tax payer there is nothing else to pay. (BNC)
10 What else do they think we are running here? (BNC)
11 Little else is requisite to carry a state to the highest degree of opulence (BNC)4

***

Remarques

8OTHER peut être suivi de than. Cette séquence permet d’introduire l’élément à partir duquel on construit l’élément-autre. OTHER figure alors après l’élément sur lequel il porte :

12 People were asked to report whether they sometimes or always spoke a language other than English at home.

9ELSE peut avoir un emploi adverbial, parfois combiné à la conjonction or (réduction de other…)

13 Stop that or else…!

***

2. CALCUL REFERENTIEL

10Parler d’un élément « autre », c’est présupposer l’existence d’un élément premier.

11C’est, en d’autres termes, repérer un élément par rapport à un autre.

2.1. OTHER

14 Many of the resident derived a childish pleasure from telling others where they lived. (FLOB R01128)

12C’est à partir du segment “many of the residents” que s’effectue le calcul de la valeur référentielle de “others”.

13“Many of the residents” constitue l’élément-repère (Er), “others” l’élément repéré, que l’on nommera élément-autre (Ea).

15 Reporters who use [this technique] generally are masters at getting people to say things they shouldn’t. It works like this. The reporter asks a question and you answer. Instead of following with another question, the reporter pauses.5

14De la même façon, il faut que “a question” (Er) ait été posé pour que “another question” (Ea) soit interprétable.

2.2. ELSE

15Examinons la construction de la valeur référentielle dans le cas de ELSE :

16 Children need someone unconditionally and permanently committed to them, and it is difficult to see why a parent who takes no responsibility for a child’s care has a right to prevent someone else from doing so. BNC

16Ici, l’élément-autre (Ea) “someone else” est repéré par rapport à “a parent”, élément-repère (Er).

17• L’élément-repère ne figure pas toujours aussi clairement dans l’énoncé, mais il est récupérable :

17 My wife has gone to live with someone else.

18Cette fois, l’élément-repère est déductible à partir de “my (wife)” : il s’agit de l’énonciateur lui-même.

19• On remarquera enfin le cas où l’élément-repère doit impérativement être posé pour que l’élément-autre puisse être nommé, comme l’illustre 18.

  • 6 Harlan Coben, The Key to My Father.

18 What did he say?
He said for you to check his pocket.[…]
What else did he say?
Thats it.
Those were his final words? Check his pocket?6

20En d’autres termes, “What else (did he say)” (Ea) vient en écho à “What (did he say)” (Er).

21L’élément-repère est un préconstruit inhérent à l’emploi de OTHER et ELSE, car l’altérité se mesure nécessairement par rapport à un autre terme. Ces marqueurs posent en discours l’existence d’un élément-autre, dont les propriétés sont calculées relativement à cet élément préconstruit. En nommant l’autre, on pose de facto l’un.

***

Remarque

22Un tel fonctionnement n’est pas réservé à OTHER et ELSE. Pour ne citer qu’eux, « second » ou « same », pour fonctionner, demandent également un élément-repère, leurs instructions sémantiques lui conférant un statut d’antériorité (pour « second ») ou d’identité (pour « same »).

***

3. VALEURS EN CONTEXTE

23OTHER et ELSE sont susceptibles de prendre deux effets de sens différents selon le contexte.

  • 7 Extrait de Collins English Dictionary 2007.

24Pour mémoire et schématiquement, ils sont généralement définis ainsi7 :

25OTHER

1 refers to an additional thing like one that has been mentioned
2 refers to someone / something that is not the person / thing mentioned

26ELSE

1 other than this
2 more than this

27En certains cas, OTHER et ELSE s’interprètent donc comme déterminant le nom sur lequel ils portent sur le mode essentiellement quantitatif (additional thing like, more than this) ; en d’autres cas, ils le déterminent sur le plan essentiellement qualitatif (that is not…, other than this).

28L’interprétation paraphrastique des énoncés 14 à 18 en témoigne :

  • en 15, another question, peut être paraphrasé par one more question, a second (or third) question.

  • .en 18 “What else did he say ?” par what more did he say ?

29Il s’agit bien ici d’une détermination de type quantitatif : l’élément-autre s’ajoute à l’élément repère.

30En revanche, dans les autres énoncés, on a affaire à une détermination de type qualitatif ; l’élément-autre est différent de l’élément-repère :

  • 8 En effet, 14 peut, hors contexte, recevoir deux interprétations : il est possible d’interpréter “ot (...)

31.en 14 others (dont l’élément-repère est residents) peut s’interpréter8 comme non-residents :

14’ Many of the residents derived a childish pleasure from telling people who were not residents where they lived.

32.en 16 somebody else = not a parent

16’… why a parent who takes no responsibility for a child’s care has a right to prevent a person who is not his/her parentfrom doing so.

33.en 17 someone else = not me/I

34En (14, 16, 17), c’est par la négation de la propriété attachée à l’élément-repère qu’est défini l’élément-autre.

35Il s’agit maintenant d’expliquer comment la notion d’altérité, sémantiquement commune à OTHER et ELSE, peut donner lieu à ces deux effets de sens en contexte.

3.1. OTHER

36Avec OTHER, on a toujours accès, directement ou non, à la nature de l’élément-repère et/ou de l’élément-autre.

37Trois cas se présentent :

3.1.1. Identité totale

38l’élément-autre (Ea) est nommé par le même lexème que l’élément- repère (Er). Ils sont alors. compris comme appartenant à la même classe :

19 Mr Kinnock appears to have been preparing the ground for a possible arrangement with the Liberal Democrats by stressing his party’s commitment to proportional representation in a Scottish assembly and to involve other parties in a review ofalternative voting systems for the House of Commons.
(BNC AHN)

39Ici, Er = “his party’s” et Ea = “other parties” = parties excluding Mr Kinnock’s party

  • 9 On s’appuie ici sur le concept de domaine notionnel, développé dans le cadre de la Théorie des Opér (...)

40Les éléments-autres correspondent donc à des occurrences du domaine notionnel9/party/, tout comme l’élément-repère.

41Toutes les occurrences (Er et Ea) se situent à l’intérieur du domaine notionnel/party/.

42En raison même de leur appartenance.à une même classe, la nature, de l’un des deux termes (Er ou Ea) peut ne pas être explicitée :

43- soit other est pré-nominal : c’est alors la nature de l’élément-autre qui est nommée, le calcul référentiel de l’élément-repère s’opérant par déduction :

20 He was talking with two other doctors (Margaret Atwood, Lady Oracle)

44L’élément-autre est “two other doctors.

45Comme la situation décrite dans le roman implique trois et seulement trois personnages, on en déduit que l’élément-repère, “he”, correspond à “a doctor”.

46- soit other est pronominal, c’est alors la nature de l’élément-repère qui est explicitée :

21 [….] colour operates simultaneously on the one level as pre-verbal, and on the other as a sign or symbol which modifies or disrupts a system or construction. (BNC FBF 95)
Er = “the one level
Ea = “the other” [level]
A partir de l’élément-repère (“the one level”), on interprète sans ambiguïté l’élément-autre (“the other”) comme une occurrence de “level.

47Ainsi, lorsque Ea et Er sont de même nature, on a affaire à une opération de repérage réciproque, car une seule mention de la classe d’appartenance suffit : celle de l’élément-repère ou celle de l’élément-autre. L’élément non dénommé est alors aisément identifiable.

48Lorsque1[élément-repère et l’élément :autre sont tous, deux pronominaux, la nature de la classe d’occurrences figure nécessairement dans le texte avant :

22 There were two cooks […..] One of them took half the time of the other and was twice as polite.
(Google)

49En ce cas, la nature de l’élément-repère (“one of them”) comme celle de l’élément-autre (“the other”) est exprimée par le biais d’un segment antérieur (“two cooks”). Celui-ci pose la classe, qui est constituée de l’élément-repère et de l’élément-autre.

50Dans ces 3 cas de figure (illustrés par 19, 20, 21, 22), Er et Ea appartiennent à la même classe d’occurrences, toutes situées à l’intérieur du même domaine notionnel.

3.1.2. Identité partielle

51Si Ea et Er sont nommés par deux lexèmes différents, Er appartient nécessairement à une sous-classe de Ea :

23 They have set great store by congregational singing, preferably with organ accompaniment, and donated these instruments to schools and other institutions. (BNC BNK 583)

52Modifié par other, l’élément-autre (institutions) acquiert le statut d’hyperonyme. L’élément-repère (schools) constitue de ce fait une sous-classe d’occurrences de institutions.

53De la même façon, en 8, doctors constituent une sous-classe de professionals :

8 In this chapter, we have included some of the technical terms doctors and other professionals commonly use for their own convenience. (FLOB)

54Tous les doctors sont des professionals, mais les professionals ne partagent que certains traits avec doctors (dont les occurrences figurent donc en F). On peut représenter ainsi le domaine notionnel/doctor/ :

55Lorsqu’il y a totale identité de nature entre l’élément-autre et l’élément repère, Er et Ea appartiennent à I.

56En cas d’identité partielle, Er appartient à I, tandis que Ea appartient à F.

3.1.3. Altérité – Différence qualitative

57Le pronom others, sans autre déterminant, peut construire une référence qualitativement différente de celle de l’élément-repère, tout en le prenant comme point de référence.

58Ainsi :

24 Parents and teachers build certain sorts of information more deeply and irreversibly than others into their systems. (BNC CEE 506)

  • 10 Ce n’est qu’en tant que pronom indéfini qu’others peut construire une altérité qualitative. S’il es (...)

59En tant que pronom indéfini, others est ici porteur de deux informations : le trait animé humain, et la propriété non-[parents and teachers].10

60Dans le domaine notionnel correspondant à l’ensemble /parents and teachers/, others renvoie à des occurrences appartenant à Ε :

61

62Ea Er

63Er I

64Ea Ε

3.2. ELSE

65Pour ELSE l’altérité et l’identité ne se conçoivent pas sur le même plan : l’altérité renvoie à une différence qualitative, tandis que l’identité est quantitative.

3.2.1. Altérité ou identité

66•Altérité : différence qualitative

67ELSE.peut également construire, une. occurrence qualitativement différente de l’élément repère, comme on l’a vu en 16 :

16 Children need someone unconditionally andpermanently committed to them, and it is difficult to see why a parent who takes no responsibility for a child’s care has a right to prevent someone else from doing so. BNC

68Dans le domaine notionnel/parent/, someone else appartient à l’extérieur :

69L’élément autre- someone else est différent de l’élément-repère, tout en étant défini par rapport à lui :

70Ea Er

71Er I et EaΕ

72Identité – mode quantitatif

73Si Ea et Er sont de même nature, ELSE détermine, l’occurrence sur le mode quantitatif :

24 The doctor takes a second.
“He said for you to check his pocket.”
“What else?”
“Pardon?”
What else did he say?”
“That’s it.”
“Those were hisfinal words? Check his pocket?”

74La question (What else did he say ?) porte sur l’existence éventuelle d’une autre occurrence en I.

75En tout état de cause, Ea et Er I.

76Ainsi, si le contexte permet d’identifier la nature de l’élément-autre (en l’occurrence, le segment “final words” en 24), c’est qu’elle est identique à celle de l’élément-repère. Ea n’est alors qu’une occurrence supplémentaire, et ELSE détermine l’occurrence sur le mode essentiellement quantitatif (quelque chose de plus a-t-il été dit ?). La composante qualitative de la détermination portée par ELSE reste cependant présente, dans le sens où les « autres paroles » éventuelles auraient sans doute été différentes des précédentes, sans que l’on puisse en avoir la certitude.

77En revanche, ne pas avoir accès à la nature de l’élément-autre (comme c’est le cas en 16) est à comprendre comme l’indice d’une occurrence qualitativement différente de l’élément-repère. ELSE manifeste alors l’altérité. Mais, là encore, l’autre composante de la détermination par OTHER, quantitative cette fois, est perceptible : la personne « autre » est présentée comme différente certes mais elle est aussi, en tout état de cause, une personne supplémentaire.

78Comme bon nombre de déterminants, ELSE a donc deux composantes - dont l’une est toujours dominante - l’une quantitative, l’autre quantitative.

3.2.2. Propriétés spécifiques

  • Catégorisé comme adjectif, ELSE n’en possède que quelques traits : certes, il appartient au même paradigme puisqu’il peut permuter avec la plupart des adjectifs (something else / good / strange…), mais l’analogie s’arrête là puisqu’on ne peut prédiquer ELSE, alors que something good (analysé parfois comme une relative elliptique) peut faire l’objet d’une expansion : something that is good / strange.

    • 11 Schuwer 2005.

    Comme un nombre très limité d’adjectifs,11 ELSE figure obligatoirement en postposition. Mais ceci tient au fait qu’il ne peut se trouver en association qu’avec des pronoms indéfinis, et que la modification de ces pronoms est obligatoirement postposée. Contrairement à d’autres adjectifs à syntaxe contrainte, il n’y a donc pour ELSE aucune autre place possible.
    obligée qu’elle soit, cette place n’en est pas moins marquée. La caractérisation effectuée par ELSE se trouve mise en exergue du fait de sa position ‘focus’.

    • 12 D’autant que le sémantisme du substantif modifié peut lui-même être très vague (thing).

    Le caractère indéfini des pronoms modifiés par ELSE les différencie radicalement des pronoms anaphoriques. Ils ne donnent qu’une indication générale de la catégorie ontologique de l’élément-autre12 ; on sait qu’il s’agit de personne (-body,-one), de chose (-thing), de lieu (-where), de temps (when), de cause (why), de quantité (all, much, little), même si le texte avant ou après apporte parfois quelques précisions sur certaines propriétés de l’occurrence :

25 Dentist hates his work, wants to do something else
(titre de journal)

79L’élément-repère (work) renseigne sur la nature de l’élément-autre (do something else), mais on n’est toutefois pas en mesure d’identifier cette activité plus précisément (quelle activité sera choisie, après celle de dentiste ? On ne peut le savoir). L’élément-autre ne nomme que la propriété considérée comme pertinente aux yeux du sujet (else) : que son activité (do) soit autre.

80A l’indéfinitude du pronom modifié s’ajoute la propriété « altérité » ainsi placée en position focalisée, c’est-à-dire saillante. Au bout du compte, la différence qui est ainsi posée s’impose comme le seul trait caractérisant de l’élément-autre.

81Dans d’autres exemples, contrairement à 25, le contexte ne permet pas de restreindre la catégorie ontologique. Ainsi :

26. He had jogged on the beach today. He wouldn’t mind jogging somewhere else, he said, but he didn’t like people watching.
(FLOB K08123)

82Cette fois-ci, tout ce que l’on sait de Ea est qu’il correspond à un lieu qui est “not on the beach”.

83Remarquons enfin que certains énoncés mettent précisément l’accent sur le fait qu’il est impossible d’identifier complètement l’élement-autre :

27. The thought occurred to me: he could be a spy for someone else. The Americans? The Russians ? The South Africans?
(FLOB Κ1439)

84Ici, la série de questions postérieure à « someone else » met en évidence le fait que Ea, hormis la propriété animé humain, est voué à rester indéterminé.

4. CONCLUSION

85La question de la place (anté/postposée) et celle du sémantisme de l’élément modifié sont tout à fait liées ; elles témoignent de la différence de stratégie énonciative entre OTHER et ELSE.

86Qu’ELSE ne puisse s’employer qu’après un pronom indéfini est la preuve de l’existence d’un fort présupposé : la nature (aussi vague soit-elle) de Ea est supposée connue, qu’elle ait été déjà mentionnée ou que le contexte la rende évidente. Quant à la propriété dénotée par ELSE, on en ignore la nature : seule importe la différence avec l’élément-repère (+sg). En tout état de cause, l’identification n’est jamais totale.

87OTHER, pour sa part, peut modifier toute sorte de substantif : aucun présupposé n’est alors nécessaire ; en effet, si elle ne l’a pas été dans le texte-avant, la nature de l’élément-autre peut sans problème être nommée en discours. De ce fait, l’élément-autre (qu’il fasse l’objet d’une opération de prélèvement, de fléchage ou parcours) modifié par OTHER réfère à une occurrence qui appartient à une classe pré-construite. L’autre élément de la classe sera compris comme une occurrence venant s’ajouter ou se substituer à l’élément-repère, selon le contexte. On ajoutera que l’existence d’une classe pré-construite tient sans doute à l’étymologie de OTHER, qui en vieil-anglais signifiait « the second, one of the two, other ».

88La différence d’identification référentielle mise en évidence explique pourquoi OTHER et ELSE ne sont pas interchangeables. Ainsi, pour évoquer un élément spécifique de l’extralinguistique, on ne peut employer que OTHER. Afin, par exemple, de demander une autre tasse de thé, on ne peut que demander another cup of coffee. Demander “something else” reviendrait en effet à demander quelque chose d’autre, ce « quelque chose » restant indéterminé.

89Au terme de cette analyse, revenons sur les deux segments mentionnés dans l’introduction (1 et 2), “someone else’s trademark” et another person’s trademark”. ELSE pose que l’occurrence (élément-autre) est certes quantitativement mais avant tout qualitativement différente (on évoque un animé humain différent de you”), tandis que OTHER construit la différence sur le mode essentiellement quantitatif : les deux sont de même nature (“person”), l’élément-autre correspondant à une occurrence s’ajoutant à l’élément-repère.

90Bien que chacun de ces marqueurs puisse en contexte prendre l’un ou l’autre effet de sens, ces analyses reflètent néanmoins leurs associations privilégiées. Notons d’ailleurs que l’ordre dans lequel leurs paraphrases sont présentées dans les dictionnaires (cf. 3 Valeurs en contexte) en témoigne : OTHER est en effet défini en premier lieu par l’addition (autrement dit, de la différence quantitative), tandis que c’est l’altérité (et donc la dimension qualitative) qui est mise en avant dans le cas de ELSE.

Top of page

Bibliography

Bacha, J. (2003). « L’autre », in Β. Combettes, C. Schnedecker, A. Theissen (dirs.), Ordre et distinction dans la langue et le discours, Paris : H. Champion, pp. 17-27.

Berrendonner, A. & Reichler-Beguelin, M.-J. (1996). « De quelques adjectifs à rendement anaphorique : premier, dernier, autre », in G. Gross, P. Lerat, et C. Molinier (éds), Studi di linguistica teorica e applicata, XXV/3 : 475-502.

Corblin, F & Laborde, M.-C. (2001), « Anaphore nominale et référence. Mentionner : le premier, le second, l’un et l’autre », in W. De Mulder, C. Vet, C. Vetters (dirs.), Anaphores nominales et pronominales. Etudes pragma-sémantiques, Amsterdam : Rodopi, pp. 99-121.

Dougherty, R.C. (1974). «The Syntax and Semantics of each other Constructions», Foundations of Language, 12 : 1-47.

Feuillet, J. (1991). « Adjectifs et adverbes, essai de classification », in C. Guimier et P. Larcher (dirs.), Travaux linguistiques du CERLICO Les états de l’adverbe, 3 : 35-58, Presses Universitaires de Rennes.

Groussier, M.-L. & Riviere, C. (1996). Les mots de la linguistique, Gap : Ophrys.

Harris, M.R. (1968). « French autre, a Classificational Crux », Romance Philology, 24/4 : 450-62.

Huddleston, R. & Pullum, G. K. (2001), The Cambridge Grammar of the English Language, Cambridge : Cambridge University Press.

OED = The Oxford English Dictionary Online (2008), Oxford : Oxford University Press, http://dictionary.oed.com/.

Quirk, R. & Greenbaum, S. (1973), A University Grammar of English, London : Longman.

Roggero, J. (1979), Grammaire anglaise, Paris : Nathan.

Schnedecker, C. (2006). De l’un à l’autre et réciproquement, Aspects sémantiques, discursifs et cognitifs des pronoms anaphoriques corrélés l’un / l’autre et le premier / le second., Champs linguistiques, Duculot, pp. 105-197.

Schuwer, M. (2000). « Etude sur la syntaxe des adjectifs en -ed en anglais » Cahiers du CIEL Centre interlangue d’études en lexicologie, pp. 109-149.

Schuwer, M. (2005). « Système des adjectifs non prédicatifs en français et en anglais : constantes et variations » Cahiers de Lexicologie 86 : 85-103.

Van Peteghem, M. (2000b). « Les indéfinis corrélatifs autre, même et tel », in L. Bosveld, M. Van Peteghem, D. Van de Velde (dirs.), De l’indétermination à la qualification. Les indéfinis, Arras : Artois Presse Université, pp. 117-202.

Top of page

Notes

1 The Oxford English Dictionary Online (2008) : “Else is a synonym of other”; The Cambridge Grammar of the English Language, p. 916: “Else is semantically like other”.

2 La multiplicité des catégorisations justifierait une analyse à elle seule. Elle témoigne, pour le moins, de la singularité de other et donc de l’inadéquation de chacune de ces appellations : other n’est pas un general ordinal comme les autres, et n’est pas non plus un adjectif (voire classifiant) comme les autres.

3 Il est cependant postposé au nom qu’il modifie dans la séquence other than, qui permet d’introduire l’élément à partir duquel est construit l’élément-autre (cf. remarque page suivante). A l’exception de ce cas, la position prénominale est obligée.

4 Sur 19 931 occurrences de ELSE, le BNC recense 210 occurrences de “little else”, 284 “much else” et 296 “all else”.

5 http://www.alsde.edu/other/email_c/March %20pros.htm.

6 Harlan Coben, The Key to My Father.

7 Extrait de Collins English Dictionary 2007.

8 En effet, 14 peut, hors contexte, recevoir deux interprétations : il est possible d’interpréter “others” soit comme des non-résidents, soit comme d’autres résidents. Seul le contexte permet de désambiguïser. Dans le cas présent, “where they lived” réfère à la résidence en question, si bien que l’interprétation de “others” est nécessairement celle de non-résidents, de personnes vivant ailleurs.

9 On s’appuie ici sur le concept de domaine notionnel, développé dans le cadre de la Théorie des Opérations Enonciatives (Culioli). Toute notion est organisée en un « domaine notionnel », qui comporte un intérieur I comprenant les occurrences conformes au centre organisateur, un extérieur Ε celles qui n’y correspondent pas du tout, la zone F (frontière) incluant les occurrences ayant certaines des propriétés (mais pas toutes) du centre organisateur de la notion (Groussier & Rivière, 1996).

10 Ce n’est qu’en tant que pronom indéfini qu’others peut construire une altérité qualitative. S’il est anaphorique, il détermine des occurrences en tout point équivalentes à celles à celles des éléments-repères.

11 Schuwer 2005.

12 D’autant que le sémantisme du substantif modifié peut lui-même être très vague (thing).

Top of page

References

Bibliographical reference

Martine Schuwer and Blandine Pennec, « OTHER and ELSE : Same difference ? Deux expressions de l’altérité en anglais », Anglophonia/Sigma, 12 (24) | 2008, 183-195.

Electronic reference

Martine Schuwer and Blandine Pennec, « OTHER and ELSE : Same difference ? Deux expressions de l’altérité en anglais », Anglophonia/Sigma [Online], 12 (24) | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/996 ; DOI : 10.4000/anglophonia.996

Top of page

About the authors

Martine Schuwer

EA 3874 LIDILE et Université de Rennes II

Blandine Pennec

EA 3874 LIDILE et Université de Rennes II

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals