Navigation – Plan du site
Algérie
Chronique politique

Algérie : l’année du pardon… officiel

Chérif Bennadji
p. 171-199

Entrées d'index

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

« En respect pour la volonté de la nation souveraine consacrée dans la charte pour la paix et la réconciliation nationale et en ce cadre solennel du Conseil des ministres de la République algérienne…, je tiens à m’acquitter, dès aujourd’hui, du mandat que le peuple algérien m’a confié de solliciter, au nom de la nation, le pardon de toutes les victimes de la tragédie nationale et sceller ainsi la paix et la réconciliation nationale.
Au nom de la nation tout entière et en mon nom propre, je sollicite, avec une profonde émotion, le pardon de toutes les victimes de la tragédie nationale… »

  • 1  El-Moudjahid, 4/10/2005, p. 5.
  • 2  Mohamed Hachemaoui, « L’équation philosophique du pardon », El-Watan, 27 et 28/8/2005, p. 2 ; Fade (...)
  • 3  Chiffres tirés du Journal officiel, n° 67 du 5/10/2005, p. 3. Mais de l’avis de tous les observate (...)
  • 4  El-Moudjahid, 15/8/2005, p. 4 à 7.

1Tels sont les termes de la déclaration solennelle du président Abdelaziz Bouteflika lors du Conseil des ministres tenu le 3 octobre 20051. C’est là, indéniablement, le fait majeur qui aura marqué la vie politique en Algérie en cette année 2005 qui pourrait, en conséquence, être dénommée « l’année du Pardon »2. Le pardon officiel sollicité par le premier magistrat du pays est consécutif à la charte pour la paix et la réconciliation nationale adoptée par voie référendaire le 29 septembre 2005, avec un taux de 97,38 % de oui contre 2,62 % de non3. Cette charte avait été révélée dans ses grandes lignes par le chef de l’État lui-même lors d’un discours devant les cadres de la nation le 14 août 20054.

  • 5  B. Djillali, « Réconciliation et réveil politique. Les petits partis reviennent cette semaine », L (...)

2À partir de cette date, la vie politique en Algérie connaîtra une certaine animation, sortant ainsi de la longue léthargie dans laquelle elle était plongée depuis pratiquement avril 20045. Aux frémissements liés au projet de charte pour la paix et la réconciliation succédera une véritable agitation, suite à la grave maladie du chef de l’État contraint de quitter le pays du 26 novembre au 31 décembre pour la France, où il fut hospitalisé.

Une vie politique atone

3De l’avis de la plupart des observateurs durant les sept premiers mois de l’année 2005, la vie politique en Algérie était d’une déplorable atonie. Le 29 mai 2005, interrogé par le quotidien El-Watan à propos de la léthargie qui frappe les partis politiques, l’ancien sénateur Mokrane Aït Larbi, avocat de son état, connu également pour la pertinence de ses analyses, avait répondu :

« Tous les partis politiques ont déserté le terrain après l’élection présidentielle d’avril 2004… Depuis l’avènement du multipartisme, les partis politiques désertent le terrain après chaque élection. En l’absence de vrais partis politiques… nous sommes arrivés à une situation inédite : un pouvoir issu d’une élection relativement démocratique qui pratique le totalitarisme et une opposition légale stérile qui ne s’oppose à rien. »

  • 6  A. Benchabane, « Il y a un an, Bouteflika entamait son deuxième mandat. Bouteflika passe, ses nive (...)
  • 7  Une exception notable : le Parti des travailleurs (PT) que dirige Mme Louisa Hannoun. Cette format (...)
  • 8  Selon le comité Benchicou pour les libertés (du nom de ce patron de presse incarcéré pour deux ans (...)
  • 9  Au cours de cette année, sur injonction de M. Bouteflika, le gouvernement a décidé de mettre un te (...)

4En effet, l’opposition, abasourdie par les résultats exceptionnels obtenus par M. Bouteflika aux élections d’avril 2004, donnait d’elle l’image d’une troupe défaite qui avait décidé de se retirer du champ des opérations6. Décontenancée par l’ampleur de sa défaite, une bonne partie de l’opposition semblait avoir sciemment fui les feux de la rampe. Son attitude participait d’une sorte de « grève de l’opposition »7. Du reste, ce retrait volontaire fut présenté par certains partis tel que le RCD de Saïd Saadi, comme une sorte de mesure de rétorsion contre un régime qui continuait à refuser de lever l’état d’urgence en vigueur depuis 1992 et qui, après avoir verrouillé le champ politique, s’était mis à restreindre le champ des médias8 et celui des libertés publiques9. En se retirant de ce que l’on pourrait appeler la scène visible de l’action politique, cette opposition signifiait ainsi son refus de continuer à jouer le rôle ingrat de faire-valoir à un régime soucieux surtout de donner de lui l’image d’un régime démocratique. Dans le cadre de cette nouvelle posture, certains partis de la mouvance démocratique ont préféré réorienter leur militance vers des actions dites de proximité auprès des populations, actions le plus souvent non couvertes par les médias publics.

  • 10  La formule est de M. Chérif Belkacem, adversaire déclaré de M. Bouteflika, Liberté, 13/1/2005, p.  (...)
  • 11  Coup d’État auquel a participé M. Bouteflika, l’actuel président de la République. Réécrivant l’hi (...)
  • 12  Le président Benbella semble avoir joué un rôle d’intermédiation entre M. Bouteflika et les leader (...)
  • 13  Nabila Amir, « La police brûle ses dossiers noirs », El-Watan, 18/1/2005, p. 1 et 2 ; Ali Bahmane, (...)

5Malgré ce « vide politique total »10, le pouvoir s’échinait à vouloir donner l’image d’un régime démocratique. Au titre des mesures tendant à améliorer l’image du régime on relèvera cette année un certain nombre de faits ou événements. Le premier a trait à la suppression du 19 juin 1965 de la liste officielle des fêtes légales. Qualifié et fêté comme date du « redressement révolutionnaire », le 19 juin est la date anniversaire du coup d’État militaire11 fomenté sous la houlette du colonel Boumediene contre le président Ahmed Benbella. Acte fondateur du régime actuel, sa commémoration était devenue anachronique depuis pratiquement février 1989 c'est-à-dire depuis l’adoption d’une Constitution consacrant les principes d’une ouverture démocratique. Officiellement, la fin du « 19 juin » est présentée comme participant de la politique de réconciliation nationale si chère à M. Bouteflika qui a reçu sur ce point une aide des plus précieuses de la part du président Benbella12. Le deuxième fait qui frise l’anecdote s’est déroulé le 16 janvier 2005 à l’Institut national de la police criminelle d’Alger. À l’occasion de la tenue d’un séminaire de formation des cadres spécialisés de la police autour « des fondements juridiques et des modalités d’exécution des enquêtes administratives », le directeur général de la Sûreté nationale, M. Ali Tounsi, ancien officiel de la sécurité militaire, a procédé à « l’autodafé »13 d’un certain nombre de documents et rapports fallacieux établis par ses services. Cette cérémonie se devait de clôturer une opération largement entamée par la police qui avait décidé de détruire tous les rapports d’enquêtes policières dites d’habilitation qui étaient (et sont encore) exigées avant toute décision de nomination d’un cadre à un poste dit sensible. Commentant cet acte symbolique, M. Ali Tounsi devait déclarer que des milliers de cadres ont ainsi été victimes « d’une mentalité, d’un système et, il faut le dire aussi, d’un certain régime politique ». Qui plus est, ce mode de gestion (sic) des cadres a eu des résultats catastrophiques, tuant l’initiative personnelle, favorisant la médiocrité et la docilité. Pour saisir l’ampleur du drame, il faut rappeler que la police n’est qu’une des institutions parmi d’autres (la gendarmerie nationale et le DRS ex-Sécurité militaire notamment) compétentes pour élaborer ce type de rapports. Sauf qu’à en croire le directeur de la Sûreté nationale, ces institutions auraient détruit leurs documents similaires voilà déjà deux ans. Mais c’est la première fois qu’une telle information est révélée.

  • 14  Voir le point de vue de l’infatigable défenseur des droits de l’Homme Ali Yahia Abdenour, El-Watan(...)
  • 15  Commentant le geste du directeur de la police algérienne, le quotidien El-Watan du 18/1/2005 sous (...)

6Quoiqu’il en soit, en ce 16 janvier 2005, le régime affirme par la voie de son premier policier qu’il a décidé de rompre avec les pratiques honteuses de « l’État policier ». Il s’agit là d’un message fort, même s’il faut en atténuer la portée dès lors que les enquêtes dites d’habilitation ne sont pas supprimées, mais elles seront dorénavant soumises à des règles de droit plus strictes, plus rigoureuses et, ajoute-t-on, plus objectives. Quelle que soit l’appréciation14 qui peut être portée sur cette mesure, il est certain qu’elle tend à redorer le blason du régime et elle participe manifestement de la nouvelle gouvernance15. Dans la même perspective, un troisième événement doit être cité. Il est constitué par l’installation le 12 mars 2005 d’une Commission nationale sur la gouvernance. Regroupant des représentants de l’État (gouvernement et parlement), de la société civile et des acteurs économiques et sociaux, cette commission a été créée dans le cadre de la mise en œuvre du mécanisme africain d’évaluation par les pairs, pour le développement de l’Afrique (MAEP-NEPAS). Elle a pour mission d’élaborer un rapport sur la gouvernance politique et la démocratie, la gouvernance économique, la gouvernance de l’entreprise et enfin, le développement économique et social. Ledit rapport sera soumis à l’appréciation des pays africains ayant souscrit à ce mécanisme confirmant ainsi la volonté affichée par le régime d’aller vers plus de transparence dans l’organisation et le fonctionnement des institutions nationales. Créée en mars 2005, la commission a auditionné à la fin du mois de novembre durant deux jours, pas moins de 13 ministres. Le quatrième fait marquant est indéniablement, l’important discours prononcé par M. Bouteflika le 7 juin 2005 à Genève devant la Conférence internationale du travail. Le thème de l’allocution porte précisément sur l’expérience algérienne en matière de démocratisation et d’emploi. Selon le chef d’État algérien, l’expérience démocratique en Algérie peut paraître déroutante à plus d’un titre : « Destinée en principe à améliorer la fonction de l’État et à le doter d’une nouvelle légitimité, elle a, à certains moments, mis en danger son existence même. »

7Pour comprendre ces dérives, poursuit M. Bouteflika, il faut d’abord faire justice d’une approche erronée, largement répandue tendant à faire accroire que les événements d’octobre l988 sont constitutifs d’une révolution démocratique. Rien n’est plus faux car :

« Il n’y a pas dans l’Algérie de fin de la décennie 80 de demande puissante de démocratie politique… S’il n’y a pas eu de révolution démocratique c’est parce que la société algérienne ne considérait pas l’hégémonie de l’État-parti unanimiste et autoritaire comme totalitaire ou despotique. »

8L’acceptation par la société de cette hégémonie exercée par un État-providence était constitutif d’une sorte de contrat social qui avait généré une remarquable paix sociale. Ce consensus volera en éclat suite à l’ouverture volontariste du champ politique après les événements d’octobre 1988. Depuis lors, selon le président Bouteflika, il est possible de dégager à grands traits, quatre grands moments dans l’expérience démocratique en Algérie :

« “Le premier peut être qualifié de période de centrifugation généralisée et de ressac du populisme”, celui-ci prenant la forme islamiste aux lieu et place de la forme nationale ; le deuxième moment est une “période de souffrances extrêmes” due au terrorisme nihiliste et à la dégradation de la situation économique et financière du pays ; actuellement, la société algérienne vit le troisième moment de son expérience démocratique qui est principalement caractérisé par l’émergence d’un pluralisme politique et d’un redéploiement économique. “L’Algérie s’apprête aujourd’hui à aborder le quatrième moment de son expérience démocratique, celui de la réconciliation nationale qui, pour l’essentiel, consiste à passer de la démocratie-structure à une démocratie-valeur largement partagée par l’ensemble de la communauté nationale” ».

9Au moment où il prononce cette allocution, M. Bouteflika n’a pas encore révélé les détails de son projet de réconciliation nationale. En l’associant au concept de démocratie, il fait de la réconciliation nationale un projet de société. En forgeant la notion de démocratie-valeur qu’il distingue de la démocratie-structure, le président algérien défend l’idée que la démocratie est une culture avant d’être un cadre constitué d’un ensemble d’institutions légitimes.

10Examinée attentivement, cette thèse n’est pas nouvelle, le président Bouteflika ayant déjà affirmé qu’il fallait, en la matière, avancer loin de toute forme de précipitation. Ce qui est nouveau dans cette présentation, ce sont les deux notions mises en avant à cette occasion et qui donnent au propos un lustre évident. Mais au-delà de la paille des mots, la graine des choses tend à signifier que l’Algérie est certes sur le chemin de la démocratie, mais la route sera nécessairement longue. La démocratie étant d’abord une valeur et donc un élément de culture, il ne faudrait surtout pas que la Communauté internationale (la Conférence internationale du travail en l’occurrence) devant laquelle il s’exprimait soit trop exigeante à l’égard du pouvoir en place en Algérie.

  • 16  B. Abdou, « Une démocratie urgente », Le Quotidien d’Oran, 24/11/2005, p. 7.

11Dans cette perspective, l’Algérie serait, même si M. Bouteflika n’utilise pas la formule, une « démocratie émergente »16. Prononcée en Suisse où est établi Hocine Aït Ahmed, le leader charismatique du FFS, le plus ancien et le plus important parti d’opposition, cette allocution a été interprétée par certains observateurs comme une réponse à l’argumentaire que développe, avec constance ce redoutable opposant. Il faut souligner que le parti du FFS et son leader ont su investir les forums et organisations internationaux pour dénoncer les exactions du régime algérien et notamment les atteintes aux libertés publiques et aux principes démocratiques. C’est assez dire que tout en s’essayant à redorer l’image du régime qu’il dirige, M. Bouteflika croise le fer avec un redoutable et intransigeant opposant. Si l’opposition donnait l’image d’une troupe déconfite, du côté du pouvoir, le spectacle que donnaient les partis de la coalition n’était guère brillant. Créée le 16 février 2004 pour porter la candidature du président Bouteflika en vue d’un second mandat lors de l’élection du 8 avril 2004, la coalition FLN (redresseurs) – RND (présidé par le chef du gouvernement) – Hammas (frères musulmans) a fêté le 16 février 2005 sa première année d’existence. Mais hormis le soutien au programme du président Bouteflika, les trois partis qui ne se sont pas réunis depuis août 2004 et qui n’ont pu mettre en place les mécanismes de coordination qu’ils avaient projetés donnent l’image d’un conglomérat composé d’éléments que tout oppose.

  • 17  Nadia Mellal, « VIIIe congrès du FLN. Les faux congressistes démasqués », Liberté, 1/2/2005, p. 2. (...)
  • 18  Akram Houria, « FLN : conférence de presse de M. Belkhadem. Lancement aujourd’hui de l’opération r (...)
  • 19  B. Djamel , « Après la réunion du Conseil national. Purge annoncée au FLN », Le Quotidien d’Oran, (...)
  • 20  En plus de cet argument politique (Pro Benflis contre Redresseurs), il y a une raison bassement ma (...)

12Les divergences latentes entre ces trois formations se révèleront davantage cette année consécutivement au réveil du parti du FLN après la terrible crise qu’il a vécu en 2003. En effet, le parti du FLN a pu enfin tenir son congrès « huitième bis », celui dit « des redresseurs » (même si officiellement il fut qualifié de congrès de réunification) du 30 janvier au 1er février. Néanmoins, il continue à donner l’image d’une organisation qui a toutes les peines du monde à dépasser la crise (la plus grave de son histoire) qui le secoue depuis deux ans. C’est ainsi que lors du congrès qui devait regrouper quelques 3 000 délégués, il fut établi la présence de 368 « inclus délégués » qui furent exclus !17 À partir de ce congrès, le parti du FLN qui s’était lancé dans une vaste opération de restructuration18 doublée en vérité d’une campagne d’assainissement19 de ses rangs, connaîtra au niveau de ses instances de base, de nombreux conflits, particulièrement au sein de quatre wilayas (Batna, Khenchela, Aïn Defla et Oran) où les partisans de l’ancien secrétaire général M. Ali Benflis opposèrent une sérieuse résistance20.

  • 21  Ahmed Cheniki, « Le FLN des illusions perdues », Le Quotidien d’Oran, 3/2/2005, p. 8. Selon cet un (...)
  • 22  Plus qu’un néologisme incompréhensible en dehors du discours politique algérien, ce terme est un s (...)
  • 23  Voir Achour Cheurfi, La Classe politique algérienne de 1900 à nos jours, Alger, Casbah Éditions, 2 (...)

13À l’occasion de la tenue de ce congrès, le parti du FLN se dotera de nouveaux statuts et d’une nouvelle organisation21. Ce qui retient l’attention de l’observateur, c’est le fait qu’une fois encore (comme dans les statuts adoptés en mars 2003), le parti du FLN, parti nationaliste, érige la défense de l’islam au stade de premier objectif des militants et ce, avant même la défense des valeurs et des principes de la Révolution du 1er novembre 1954. Certes, il n’y a là rien de nouveau, mais les articles 5 et 6 des nouveaux statuts qui consacrent cette idée auront une portée encore plus importante avec l’installation de M. Abdelaziz Belkhadem à la tête du secrétariat général du parti. Qualifié de « Barbe féléne », néologisme22 élaboré à la fin des années 1980 pour désigner les islamistes introduits au sein du parti du FLN, M. Belkhadem23 dont la proximité avec la mouvance islamiste est notoire, risquait donc de tirer le plus vieux parti algérien vers le pôle islamiste.

  • 24  Aït Ouarabi M., « Les travaux du VIIIe Congrès prendront fin aujourd’hui. Le FLN s’offre au présid (...)

14Autre fait majeur au cours de ce congrès, l’absence d’un programme politique en bonne et due forme, le parti du FLN déclarant se mettre au service d’un projet : la réalisation du programme du président Abdelaziz Bouteflika. C’est donc dans cette perspective qu’à l’issue du Congrès le parti du FLN proposera la présidence de l’institution à M. Bouteflika24. La réponse de ce dernier vint sous la forme d’un message adressé par le chef de l’État aux congressistes (voir document dans Le quotidien d’Oran, 2/2/2005, p. 4). Véritable chef d’œuvre d’ambigüités le message avait suscité perplexité et circonspection. Plusieurs jours après la publication de ce document, bien malin était celui parmi les observateurs et même les militants de base qui pouvait affirmer sans ambages si M. Bouteflika avait ou non accepté la présidence du parti du FLN.

« [Après avoir rappelé qu’il fut élu en 1999 et réélu en avril 2004 en tant que candidat libre et indépendant, M. Bouteflika déclare] accepter cette position honorifique… dès lors que ceci ne prête à aucune équivoque dans mes rapports avec les partis de l’alliance gouvernementale. Car [poursuit-il], le poste de président de la République exige de rester loin des rivalités partisanes et d’être un président responsable auquel peuvent recourir toutes les algériennes et algériens, [et de conclure] : il n’y a par conséquent point d’inconvénient à répondre au vœu d’un parti avec lequel j’ai eu à partager des moments de joie et de douleur, mais sans que cet engagement me fasse perdre de vue mon seul et unique parti : le peuple algérien tout entier. »

  • 25  Abdelkrim Abada explique les nouveaux statuts du parti « Bouteflika est pleinement président du FL (...)

15Cette missive fut comprise comme signifiant que M. Bouteflika acceptait d’être le président honorifique du FLN. Sauf à ajouter que les statuts du parti adoptés lors du congrès de janvier 2005 ont institué un poste de président « de plein exercice ». Une telle situation fut diversement appréciée tant par les observateurs que par les autres partis politiques notamment ceux de la coalition gouvernementale. Car en définitive personne n’était dupe : lorsque l’on sait avec quelle violence se sont affrontés A. Bouteflika et A. Benflis autour du contrôle du parti du FLN, l’on a peine à croire que le chef de l’État se contenterait d’une présidence honorifique25.

  • 26  Voir également l’analyse de Abdou Benabbou, « Lecture sur les lèvres », Le Quotidien d’Oran, 3/2/2 (...)
  • 27  Abderrahmane Mahmoudi a produit une série d’analyses consacrées au FLN :

16Au titre des réactions, signalons celle d’un des observateurs les plus attentifs, mais également des plus engagés, le patron de presse Abderrahmane Mahmoudi qui n’a pas hésité à voir dans cette démarche mise en œuvre par le FLN à l’endroit du chef de l’État, une sorte de piège26 tendu à M. Bouteflika. Selon cette analyse, depuis sa lourde défaite politique consécutive aux graves événements d’octobre 1988, le parti du FLN n’a eu de cesse de vouloir revenir aux affaires en usant de tous les moyens. Après avoir piégé le président Chadly Bendjedid, le FLN réitère le même scénario quatorze ans après avec le président Bouteflika en faisant croire à celui-ci qu’il roule pour lui « alors que sa seule mission est de se replacer au cœur du dispositif politique du pays »27.

  • 28  Dans le même ordre d’idées, Abderrahmane Mahmoudi, dans Les Débats du 9 au 15/2/2005, p. 3, au sei (...)
  • 29  S.H., « Le FLN n’appartient qu’au peuple », Liberté, 25/1/2005, p. 3. B. Djillali, « Ahmed Benbell (...)
  • 30  Voir La Tribune, 28/3/2005, p. 2.

17Il faut souligner que cette stratégie est mise en œuvre dans un contexte qui n’est pas tout à fait favorable au FLN. À titre d’exemple, au moment de l’ouverture des travaux du congrès, on pouvait lire dans Le Quotidien d’Oran du 27 janvier 2005, une tribune élaborée par un universitaire N. Ramdane sous le titre : « Pour un congrès de dissolution du parti du FLN et un nouveau départ pour le pays ». Pour cet auteur, dès lors que le président Bouteflika a proclamé l’année dernière la fin de la légitimité historique28, il est impérieux de restituer le FLN au peuple. En tenant ces propos au demeurant peu amènes à l’égard des membres du parti du FLN, cet universitaire faisait écho à la thèse du président Benbella dont le retour sur la scène politique algérienne à la faveur du projet de réconciliation nationale est à souligner. Pour le premier chef d’État algérien, nul n’a plus le droit d’utiliser le sigle du FLN pour faire de la politique, car estimait-il, de par sa charge historique, ce sigle n’appartient qu’au peuple algérien. C’est donc un élément du patrimoine et de la mémoire collective29. En cette année 2005, le président Benbella recevra indirectement l’inattendu appui du dirigeant libyen Mouammar El Kaddafi. Profitant de son séjour à Alger à l’occasion de la tenue du sommet arabe, le « Guide de la Révolution » fut amené à rencontrer les représentants de « la famille révolutionnaire » et notamment les membres du Conseil national (sorte de Comité central) du FLN désigné par le huitième congrès bis. Lors de la rencontre qui se déroula dans une immense tente érigée dans la banlieue d’Alger, le leader libyen affirmera que le FLN est l’essence de toutes les formations politiques algériennes et leur référence idéologique. Il révélera à cette occasion avoir même mis en garde les autorités algériennes contre la transformation du Front en parti politique : car le FLN n’est le monopole de personne, il appartient à tous les Algériens30.

18L’irruption de ce personnage tonitruant dans le « débat » politique algérien est assurément surprenante. Mais il n’y a aucun doute que cette démarche a eu lieu avec l’accord des plus hautes autorités algériennes qui seront à cette occasion largement récompensées puisque M. Kaddafi en profitera pour critiquer sévèrement la Constitution algérienne qui limite le nombre de mandats présidentiels !

  • 31  Consécutivement à la tenue du Congrès, le FLN a tenu la première réunion de son instance exécutive (...)
  • 32  La commémoration a duré une année entière, de novembre 2004 jusqu’au 29/11/2005. À cette occasion, (...)
  • 33  Au moment où l’on prétend renforcer le pluralisme politique, le président Bouteflika assène un cou (...)

19Quoi qu’il en soit, s’agissant particulièrement de l’intervention de ce chef d’État étranger à propos du système des partis, elle révèle l’état de la réflexion autour de l’avenir31 du parti du FLN dans un pays censé avoir opté pour le pluralisme politique depuis février 1989. Au titre de la consolidation symbolique du pluralisme politique on signalera l’adoption de la loi n° 05-06 du 26 avril 2005 modifiant la loi n° 63-278 du 26 juillet 1963 fixant la liste des fêtes légales (Journal officiel, n° 30 du 27/4/2005, p. 5). Cette loi qui, faut-il le souligner, est adoptée alors même que l’Algérie célèbre le cinquantième anniversaire32 du déclenchement de l’insurrection armée le 1er novembre 1954 à l’appel du FLN historique, introduit une importante modification dans la dénomination d’une des plus importantes fêtes nationales, celle de l’indépendance, le 5 juillet 1962. En effet jusqu’à la promulgation de cette nouvelle loi du 26 avril 2005, la date du 5 juillet était non seulement la fête de l’indépendance mais également la fête du Front de libération nationale. Désormais le FLN est exclu de la commémoration. Le 5 juillet sera exclusivement la fête de l’indépendance. Pour justifier cette importante, bien que symbolique, modification, le quotidien El-Moudjahid du 8 mars 2005, reprenant les propos du ministre du Travail et de la Sécurité sociale chargé de défendre le projet devant l’Assemblée nationale, affirme que cette modification de la loi du 26 juillet 1963 vise à l’adapter aux principes du pluralisme33 politique consacrés par la Constitution.

  • 34  El-Moudjahid, 14/2/2005, p. 3.
  • 35  El-Moudjahid, 23/2/2005, p. 4. Lors de ce Conseil des ministres d’une extrême importance puisque c (...)

20C’est indéniablement, la première fois que l’information est révélée, avec un tel argumentaire. Auparavant, lors de l’examen de l’avant-projet de la loi par le Conseil du gouvernement le 14 février34 puis par le Conseil des ministres le 22 février35, cette information avait été totalement occultée dans les communiqués officiels. Ces derniers étaient exclusivement consacrés à la mesure tendant à supprimer le 19 juin, date du coup d’État au cours duquel le président Benbella fut renversé en 1965, cette suppression étant présentée comme participant de la politique de réconciliation nationale. Cette manière de procéder révèle que l’on a voulu faire passer la mesure portant suppression du FLN de la date de commémoration de l’indépendance avec le maximun de discrétion.

21Quoi qu’il en soit, ayant réussi la tenue de son congrès et s’étant offert au chef de l’État, le parti du FLN se lance dans une démarche de reconquête de tous les espaces perdus, notamment au profit de son principal rival, le parti du RND que dirige M. Ahmed Ouyahia, le chef du gouvernement.

22Voulant sans doute démontrer sa force, le parti du FLN organise, après une vaste campagne de recrutement de militants, un rassemblement de l’ensemble de ses élus. Organisée à Alger le 15 septembre 2005, cette réunion regroupe près de huit mille militants exerçant des responsabilités à travers tout le territoire national. À ce titre, elle est présentée comme la réunion la plus importante jamais organisée dans l’histoire politique algérienne depuis 1962 ! Au cours de cette Conférence nationale visant officiellement à affirmer la mobilisation de ce parti au service du projet de charte de la paix et de la réconciliation nationale, une revendication a été formulée avec force par les élus du FLN sous la forme d’un slogan : « Houkouma ! Houkouma ! » qui signifie littéralement « gouvernement ! gouvernement ! ».

23À travers ce slogan, les élus du FLN revendiquaient, haut et fort et ni plus ni moins, que « la Chefferie » du gouvernement qui aurait dû être attribuée à l’un des leurs, au lieu d’être confiée au leader d’un parti moins important et donc minoritaire. Soulignons que ce n’est pas la première fois qu’une telle revendication est avancée par le parti du FLN. Depuis le début de l’année 2005 et notamment après le congrès « huitième bis », ce thème a été agité de manière récurrente. Il se disait même que M. Belkhadem n’avait de cesse d’intervenir auprès du chef de l’État pour mettre un terme à ce qui s’apparentait à une véritable anomalie institutionnelle (à défaut d’être une franche anomalie constitutionnelle) constituée par le fait que le chef du gouvernement, M. Ouyahia, était le secrétaire général du parti du RND dont le poids politique était désormais moindre par rapport à celui de son rival et frère-ennemi, le parti du FLN. En réponse aux élus du FLN qui en ce 15 septembre 2005 revendiquaient unaniment le poste de chef de gouvernement pour l’un des leurs, M. Belkhadem répondra : « chaque chose en son temps ».

24Pour l’heure, le FLN se devait de se restructurer, de se renforcer mais également de se protéger. Car de manière surprenante, les dirigeants du FLN affirment être l’objet d’opérations de déstabilisation. On évoque même le fameux terme de « complot ». Dans ce climat de suspicion, les yeux se tournent vers le parti du RND et surtout vers son chef, le Premier ministre Ahmed Ouyahia. Sous prétexte d’appliquer la loi dans toute sa rigueur, celui-ci aurait déclenché une série d’opérations participant d’une sorte de campagne « mains propres ». Les principales victimes de cette campagne seraient les élus locaux du FLN. De là à voir une déstabilisation du parti du FLN, il n’y a qu’un pas que les dirigeants du parti du FLN ont franchi allègrement ; d’autant que cette campagne aurait été orchestrée dans le cadre de la préparation des prochaines élections locales et législatives qui devraient avoir lieu en 2007. La direction du FLN réagira, avec véhémence pour protéger ses élus (c’est même l’un des objectifs fondamentaux de la grande réunion du 15 septembre 2005). Mais à son tour, le parti du FLN ne ménagera pas son frère ennemi. Ainsi toute l’année 2005 sera marquée par les luttes, le plus souvent sourdes, entre le FLN et le RND. L’un des points d’achoppement le plus important entre les deux formations politiques, et plus particulièrement entre leurs leaders respectifs, a trait au projet de révision de la Constitution.

25L’idée de refonte de la loi fondamentale du pays est en gestation depuis de nombreuses années, le président Bouteflika en personne ayant déclaré maintes fois ne pas apprécier cette Constitution qui consacrait un régime politique hybride. Mais la révision de ce texte n’était pas jugée prioritaire par le chef de l’État qui a su s’en accommoder. Pour M. Bouteflika, la priorité des priorités était son projet de réconciliation nationale. Mais à son habitude, le président de la République fera en sorte de préparer les esprits en utilisant des institutions ou des hommes relais. Pour ce dossier, la mission semble avoir été confiée à M. Belkhadem et au parti du FLN.

26Dès le 12 janvier 2005, dans une interview accordée au quotidien L’expression, M. Belkhadem déclare que la révision de la Constitution est « absolument » à l’ordre du jour. Elle vise à « mettre en adéquation le système institutionnel du pays avec la volonté populaire ». Car estime-t-il :

« Il n’est pas normal que le peuple élise un président sur la base d’un programme et en même temps choisisse une majorité sur la base d’un autre programme. C’est le programme adopté par le peuple qui doit être mis en œuvre. Nous allons d’une démocratie semi-parlementaire à un système présidentiel où il y aura une représentation parlementaire qui viendrait conforter le programme sur lequel a été élu le président. »

27L’argumentaire, à dire vrai, n’a rien d’original. Il est la reprise des propos tenus par M. Bouteflika lors des trois premières années de son mandat, dans le cadre des nombreuses interviews accordées aux média étrangers. Durant toute l’année 2005, le président de la République sera sciemment muet sur cette question préférant, manifestement, la sous-traiter à un de ses hommes de confiance dont le poids politique était désormais considérable depuis qu’il dirige le plus ancien et le plus important parti politique du pays.

  • 36  L’argument ne manque pas de pertinence ; car le 7/4/2005, devant les cadres de la nation réunis à (...)

28De manière récurrente, M. Belkhadem martèlera ce thème de la nécessité de la révision de la Constitution. La démarche se fera plus insistante surtout à partir du mois de juin. Depuis le 1er mai, M. Belkhadem qui a quitté le poste de ministre des Affaires étrangères a décidé de se consacrer essentiellement au parti du FLN, même s’il est toujours le troisième homme du gouvernement, avec le titre honorifique de « ministre d’État, représentant personnel du chef de l’État ». Le mois de juin 2005 enregistre pratiquement pour la première fois, la réaction du parti du RND (qui faut-il le souligner est celui du chef du gouvernement) à la proposition de révision de la Constitution. En effet le 23 juin, Miloud Chorfi porte parole du RND déclare que l’idée de révision constitutionnelle est prématurée. La priorité à laquelle s’attèle le chef du gouvernement et qui devrait retenir l’attention de tout le pays est le développement économique36. À partir de ce jour, la polémique entre le FLN et le RND sera régulièrement alimentée dans une sorte de faux débat. Et le 15 septembre, c’est M. Ouyahia en personne qui déclare que la révision de la Constitution n’est pas à l’ordre du jour. Il répondait pratiquement à M. Belkhadem qui, le jour même, déclarait devant près de 8 000 élus du FLN que sitôt le projet de charte de la réconciliation adoptée (le 29 septembre) il faudra aller vers la révision de la Constitution.

29Deux positions étaient ainsi désormais cristallisées. Mais ce qui est tout de même remarquable, c’est le rejet de l’idée et du projet par le chef du gouvernement en personne. Devant le silence de M. Bouteflika, cette joute mettait-elle exclusivement en jeu deux partis politiques et surtout deux personnalités susceptibles un jour de briguer un mandat présidentiel ? Ou bien, les faits n’étaient-ils pas autrement plus complexes et plus subtils ? Représentant personnel de M. Bouteflika au profit de qui il contrôle le parti du FLN, M. Belkhadem n’était-il pas en train de travailler une nouvelle fois pour le compte de son commanditaire ? Auquel cas, l’opposition entre M. Ouyahia et M. Belkhadem serait en réalité et en dernière instance une sérieuse divergence entre le chef de l’État et son Premier ministre.

30L’enjeu de cette divergence, et c’est un truisme que de le souligner, est bien évidemment le pouvoir. Depuis son accession à la magistrature suprême en avril 1999, M. Bouteflika a su de manière méthodique se doter de compétences d’attributions et de prérogatives de plus en plus importantes, restituant ainsi à la présidence de la République la plénitude de son statut. Récusant le statut originel de « trois-quarts président » il a su faire de lui un « quatre-quarts président ». Or, il n’est pas sans intérêt de souligner que ce renforcement de la présidence de la République s’est fait également au détriment de la « chefferie » du gouvernement. Du reste au moment où éclate la divergence à propos de la révision de la Constitution, M. Ahmed Ouyahia n’est plus, à proprement parler, un chef du gouvernement mais un simple Premier ministre. C’est pourquoi la question de la révision de la Constitution, présentée comme devant nécessairement clarifier la nature du système politique, se résume en vérité dans le problème suivant : le président Bouteflika qui épuise déjà la deuxième année de son second mandat peut-il prétendre à un troisième mandat ? Dans l’état actuel de la Constitution, la réponse est négative car l’article 74 de la loi fondamentale limite le nombre de mandats successifs à deux.

31Pour contourner cet important obstacle, l’astuce est toute trouvée : il faut noyer cette modification précise dans un flot de considérations « nobles » : clarifier, dans l’intérêt de la nation bien évidemment, la nature du système constitutionnel algérien ! Cette révision était d’autant plus impérieuse que la Constitution en vigueur avait été adoptée en 1996 pour répondre à une conjoncture particulière, le danger islamiste qui se serait désormais éloigné. Eu égard à l’importance de la révision ainsi envisagée, il était nécessaire de recourir à la voie référendaire.

  • 37  Depuis l’élimination en août 2004 du chef d’état major, Mohamed Lamari et de quelques officiers su (...)

32Dans cet argumentaire, on prend soin d’occulter la modification du fameux article 74. Quand on l’évoque, contraint et forcé, c’est pour jurer que la révision ne sera jamais consacrée exclusivement à cette disposition qui limite le nombre de mandats. S’y cantonner reviendrait en effet à donner du régime l’image d’une « république bananière ». Pour contrecarrer cette approche, avec beaucoup de subtilité, M. Ouyahia laissera entendre qu’il n’est personnellement pas hostile à l’idée d’un troisième mandat pour le chef de l’État, au service de qui il a mis son propre parti dans le cadre de la coalition présidentielle. Il suggère à cet effet de réunir les deux chambres du parlement pour modifier le fameux article 74 de la Constitution et ce, sans qu’il soit besoin de convoquer le corps électoral au moyen de la procédure référendaire. Mieux encore, se voulant encore plus rassurant tout en soulignant sa bonne foi, M. Ouyahia affirme que jamais, au grand jamais, il ne sera candidat à la présidence face à M. Bouteflika, tirant ainsi intelligemment les leçons des déboires de son prédécesseur, M. Ali Benflis. Mais selon lui la révision de la Constitution n’est pas prioritaire et surtout elle n’est pas à l’ordre du jour. Du reste devant le mutisme observé par M. Bouteflika sur cette question, les propos de M. Ouyahia semblent tout à fait pertinents. Sauf à ajouter immédiatement qu’une fois encore ces propos sont également sibyllins. Aussi ne faudrait-il pas, devant une telle difficulté se tourner vers « les oracles du quartier des Tagarins » pour en saisir et interpréter les signes ; si tant est qu’ils aient encore un quelconque pouvoir dans la gestion des grandes affaires de la cité ainsi que dans la détermination de « l’ordre du jour » de la nation dont parle M. Ouyahia37 ?

33Assurément, la question ne peut être oiseuse après la découverte de certaines analyses faites à cette occasion. Malgré toute la prudence dont il s’entoure, M. Ahmed Ouyahia est, in fine, hostile à la révision de la Constitution. Celle-ci est manifestement inspirée par le président Bouteflika même si pour l’heure, il préfère garder le silence sur cette question, la donnant en sous-traitance à son représentant personnel, M. Belkhadem.

34Devant une telle divergence, la tentation est grande de vouloir, une fois encore, trouver une explication dans les rapports entre la présidence et la hiérarchie militaire. À en croire Abderrahmane Mahmoudi, dans une analyse intitulée « pourquoi il faut changer la Constitution », la loi fondamentale adoptée en 1996 doit impérativement être modifiée pour : 1) permettre la détermination claire et nette du rôle de l’armée dans la vie politique algérienne, étant entendu que selon ce journaliste l’intervention directe ou indirecte de l’armée dans la vie politique du pays est encore nécessaire ; 2) supprimer le bicéphalisme du pouvoir exécutif, étant précisé « qu’il n’est pas tout à fait erroné de voir un lien plus ou moins direct entre l’absence de définition par la Constitution de la place de l’armée dans la vie politique du pays et ce bicéphalisme qui donne un opposant permanent au président de la République au sein de son propre exécutif ». Expliquant cette dernière idée, M. Mahmoudi note que de 1989 à nos jours il est possible de déceler une étrange symbiose entre les prises de position des chefs du gouvernement et les positions clefs de quelques généraux connus pour leur hostilité à la prééminence de la présidence de la République dans les affaires de la cité.

  • 38  C’est le lieu de rappeler que M. Belaïd Abdesslam qui fut chef du gouvernement du 8 juillet 1992 a (...)

35Dit autrement, les chefs du gouvernement en Algérie obéissent au doigt et à l’œil à la haute hiérarchie militaire hostile au principe de l’existence d’une présidence de la République assurant la plénitude du pouvoir exécutif. Le Chef du gouvernement représentant direct de l’armée38 serait ainsi le premier contre pouvoir à l’institution présidentielle.

36L’analyse suggérée par Abderrahmane Mahmoudi est audacieuse. Reste à se demander si elle est applicable aux rapports entre M. Bouteflika et M. Ouyahia. Sur ce point précis, le journaliste nuance quelque peu ses propos énoncés, faut-il le souligner, en janvier 2005. Selon lui, depuis l’élimination du chef d’État-major, Mohamed Lamari, « la situation n’est pas tout à fait la même » ; mais, s’empresse-t-il d’ajouter, elle « n’est pas encore tout à fait résorbée du fait de la propension de certains hauts dignitaires de l’armée, en retraite ou encore en activité, à vouloir influer directement sur quelques affaires de la cité à travers des chefs du gouvernement qui leur sont globalement acquis ».

  • 39  Abderrahmane Mahmoudi ne serait pas le seul à le penser. Voir Liberté, 16/1/2005, p. 5 ; article n (...)

37Le lecteur appréciera les circonvolutions de la pensée de M. Mahmoudi. Celui-ci parle de chefs du gouvernement (au pluriel) qui seraient globalement acquis à la haute hiérarchie militaire et ce, même après l’élimination du chef d’État-major Mohamed Lamari, un des adversaires déclarés de M. Bouteflika. Or, depuis le 5 mai 2003, c’est le même et unique chef du gouvernement qui est en poste. Il s’agit de M. Ahmed Ouyahia. Dès lors, en décryptant les propos de M. Mahmoudi, l’on dira que, nonobstant le départ du chef d’état-major de l’armée en août 2004, le chef du gouvernement en activité est « globalement acquis » à l’armée qui continue à vouloir influer directement sur les affaires de la cité. En un mot comme en mille, le chef du gouvernement est l’homme des militaires. Les positions qu’il exprime seraient nécessairement celles de « l’institution »39.

38Rapportée au problème de la révision de la Constitution, cette conclusion pourrait signifier que face à la position exprimée par M. Belkhadem, représentant personnel de M. Bouteflika, en faveur de la refonte de la loi fondamentale en vue notamment de permettre au chef de l’État de briguer un troisième mandat, la contre position de M. Ouyahia serait en vérité celle de la haute hiérarchie militaire qui, in fine, serait hostile à l’idée d’un mandat supplémentaire pour M. Bouteflika. Indéniablement c’est là l’enjeu central de la polémique entre le parti du FLN représenté par M. Belkhadem et le parti du RND dirigé par M. Ouyahia.

39Au cours du dernier trimestre 2005, le parti du FLN se fera plus offensif et plus entreprenant. C’est ainsi que le 8 octobre il installera sa propre commission de révision de la Constitution qui tiendra sa première réunion officielle le 12 décembre. Parallèlement à cette commission, le FLN installera plusieurs groupes de travail pour, notamment, suivre les activités du gouvernement de l’ombre. Le gouvernement de M. Ouyahia qui comporte pourtant treize ministres du FLN est en quelque sorte mis sous contrôle du FLN. Il se dit même que le gouvernement Ouyahia est en sursis. Il aura profité du répit, qui lui a été accordé, par la maladie du président de la République.

40C’est dans ce contexte que le 28 décembre 2005, M. Belkhadem déclarera sans ambages sur les ondes de la Radio nationale que le FLN appréciera la révision de la Constitution pour permettre à M. Bouteflika de briguer un troisième mandat. Par cette déclaration, on ne peut plus claire, le représentant du chef de l’État répond à l’opposition qui soutient que le régime vit une fin de règne et qu’il est déjà dans « l’après Bouteflika ». Quoiqu’il en soit, il apparaît clairement que l’opposition entre le parti du FLN et son frère-ennemi le RND, tous deux membres de la coalition présidentielle, est sérieuse. Tout au long de l’année 2005, les frictions entre ces deux formations seront nombreuses. Mais c’est la question de la révision de la Constitution qui cristallisera le mieux cette opposition.

41Sur un autre plan, le chef du gouvernement M. Ouyahia se heurtera au troisième parti de la coalition, le parti MSP ex-Hamas fondé par le frère musulman feu Mahmoud Nahnah et dirigé actuellement par M. Abou Djera Soltani qui est par ailleurs ministre d’État sans portefeuille. Dans le paysage politique algérien, ce parti islamiste occupe une place assez originale : ambivalent, il est parvenu à faire partie de la coalition présidentielle et du gouvernement tout en ayant un pied dans l’opposition. Orfèvre en duplicité, il prétend participer à la gestion des affaires de la République sans pour autant participer à l’exercice du pouvoir. Le 26 décembre 2005, à l’issue des travaux de son Conseil national, interrogé sur l’ambigüité qui caractérise sa démarche, l’un des dirigeants du MSP répondra : « Nous aurions été dans l’opposition si l’État était suffisamment fort. » Dit autrement, la présence du MSP dans le gouvernement notamment serait une contribution à la stabilité du pays et au renforcement de l’État. De cette position originale, le MSP tire la conclusion qu’il est un parti stratégique. Ceci étant rappelé, le MSP énonça ce jour-là « onze commandements » dont, la levée de l’état d’urgence, la libéralisation du secteur audiovisuel, la levée de l’embargo sur la création de partis politiques, le respect des droits syndicaux, etc. Pratiquement, chacun de ces commandements est un point de divergence avec le chef du gouvernement avec qui il siège au sein de la coalition présidentielle.

42Au cours de l’année 2005, une question a cristallisé particulièrement l’opposition entre le parti MSP et le chef du gouvernement. Il s’agit du régime des études dans la filière dite des sciences islamiques. Suite à l’annonce faite par le ministre de l’Éducation nationale qui est également membre du parti du RND que dirige le chef du gouvernement, de supprimer, à compter de l’année prochaine, la filière « sciences islamiques » au baccalauréat, les partis islamistes manifestèrent une vive hostilité à l’égard de cette mesure. La contestation qui prit diverses formes fut surtout organisée à Constantine où est implantée l’université des sciences islamiques. Dans le cadre de la protestation ainsi organisée, le parti du MSP prendra une part importante reprochant au ministre de l’Éducation et surtout à son chef d’avoir pris cette grave décision sans aucune concertation avec les autres membres de la coalition gouvernementale. Durant près de cinq mois, cette question empoisonnera littéralement les relations entre le parti du RND et le parti MSP. Il a fallu l’intervention de M. Bouteflika lors du Conseil des ministres du 26 juin 2005 pour que la polémique cesse. L’arbitrage rendu par le chef de l’État fut en faveur de son chef du gouvernement. À cette occasion M. Bouteflika a déploré les « calculs politiciens » qui ont vu le jour autour de la suppression de la filière des sciences islamiques. Il n’est pas sans intérêt de savoir en effet que la suppression de cette filière s’inscrit dans le cadre de la réforme du système éducatif. À ce titre, le ministre de l’Éducation a décidé de supprimer pas moins de huit filières sur les quinze qui existent dans le cycle secondaire et de les renvoyer vers l’université. Ignorant les quatorze autres spécialités, les islamistes focalisèrent l’attention de leurs troupes sur la seule filière islamique au motif qu’elle ne doit pas être considérée comme les autres spécialités.

  • 40  « semble » car dans le cas du parti islamiste MSP (Hamas), l’objectif ultime et inéluctable est d’ (...)

43Le rappel de ces données confirme donc qu’il s’agit bel et bien de calculs politiciens, le but de la manœuvre étant le retour dans l’espace politique de la contestation islamiste et la remobilisation des troupes devant peser sur le rapport de forces nationales à la veille de l’annonce du projet de réconciliation nationale. Au moment où se déroule cette polémique, il se dit que le projet définitif n’est pas encore arrêté. Quoiqu’il en soit, si elle a contribué à animer quelque peu la scène politique, cette affaire dite de la filière des sciences islamiques révèle le climat des relations entre deux des trois partis de la coalition gouvernementale. Ajouté au conflit extrêmement sérieux entre le FLN et le RND à propos notamment du projet de révision de la Constitution, cette affaire souligne que cette coalition est des plus factices. Ce qui semble la maintenir en vie c’est un seul et même dénominateur commun aux trois partis : l’alignement derrière le président Bouteflika pour l’exécution du programme de ce dernier. Le drame dans ce schéma c’est que cet alignement semble40 fondé sur le renoncement de chacun de ses trois partis au triomphe de son propre programme. Une telle posture, loin de faciliter la vie politique et sa lisibilité les compliquent, déroutant les citoyens et déconsidérant « le politique ». Dans un article daté du 16 mars 2005 et intitulé « De l’ennui partisan et de ses risques », M. Saadoune du Quotidien d’Oran faisait observer très justement l’existence d’un « sentiment d’inutilité politique des partis politiques qui se perçoit au sein de l’opinion algérienne » ; car ajoutait-il « il n’y a pas de politique mais il y a des appareils qui semblaient interchangeables malgré leurs divergences idéologiques présumées ».

  • 41  Mais également et surtout que les appareils politiques sont incapables de jouer leur rôle d’interm (...)
  • 42  Voir également l’analyse développée par M. Djaballah, Chef du parti islamiste MRN-Islah dans le qu (...)

44Le résultat c’est que « le jeu politique semble complètement figé. »41 Pis encore, cette situation est interprétée comme un signe de stabilité ! Cette notion est effectivement galvaudée dans le discours officiel puisque le pouvoir s’enorgueillit d’avoir rétabli El Istiqrar (la stabilité). Devant « ce paysage politique sans ferment, sans vitalité », M. Saadoune note qu’il y a cumul des désavantages du parti unique et du pluralisme partisan sans en avoir les bienfaits42. Et l’auteur de terminer par un appel pathétique pour « libérer le jeu politique » dans cette situation d’aisance financière et pour doter le pays « d’institutions partisanes crédibles ». Le jeu politique ne sera malheureusement pas libéré. Tout au plus la vie politique nationale connaîtra-t-elle une sorte d’éveil à la faveur de l’annonce du projet de charte de la paix et de la réconciliation nationale.

La charte pour la paix et la réconciliation nationale

45Annoncé par M. Bouteflika à la fin du mois d’octobre 2004, le référendum autour du projet dit de réconciliation nationale s’est finalement tenu, le 29 septembre 2005 dans un contexte des plus défavorables. Avec beaucoup de pertinence, Omar Belhouchet du quotidien El-Watan (15/8/2005, p. 24) faisait observer que le projet fut proposé aux Algériens « dans une conjoncture totalement défavorable à une telle entreprise politique ». Du fait de l’assassinat de deux diplomates algériens en Irak au moment où le contexte international était, par ailleurs, marqué par une exceptionnelle fièvre terroriste, proposer une réconciliation fondée sur l’idée d’amnistie des terroristes islamistes était une véritable gageure. Aussi « pour faire passer ses propositions de pardon aux terroristes, le président de la République a tenu un discours éradicateur, ce qui n’est pas dans ses habitudes ». Le peuple algérien avait été convoqué le 14 août pour se prononcer sur un projet de « charte pour la paix et la réconciliation nationale ».

  • 43  J. L. Hassani, « Djamal ould Abbes à Tizi Ouzou : « La réconciliation est une philosophie, un proj (...)

46L’analyse formelle de ce document révèle qu’il est constitué d’un préambule et de cinq chapitres, le tout occupant trois pages et demi du Journal officiel dans sa version en langue française. Sur le fond, l’association de la notion de « paix » à celle de « réconciliation nationale » a fait dire à certains observateurs et hommes politiques que ce document, loin d’être conjoncturel, était en vérité un projet de société43. Il est vrai qu’en Algérie la notion de charte est connotée historiquement pour être assimilée aux documents prospectifs et programmatiques successifs dont s’est doté le régime. De manière plus pragmatique, les auteurs de ce document se proposent hic et nunc de mettre un terme définitif à ce qu’ils appellent « la grande fitna » ou « la tragédie nationale ». C’est dans cette perspective que sont énoncées un certain nombre de mesures réparties autour des cinq chapitres qui constituent la charte.

47Le premier et sans doute le plus important (même si formellement il est le plus bref) de ces chapitres est intitulé : « Reconnaissance du peuple algérien envers les artisans de la sauvegarde de la République algérienne démocratique et populaire ». Il a pour objet d’absoudre l’armée et les services de sécurité y compris leurs auxiliaires de tous les dépassements et exactions dont ils se sont rendus coupables durant la décennie sanglante. Mieux encore, la charte a la prétention d’interdire tant en Algérie qu’à l’étranger (sic) toute éventuelle poursuite contre les éléments de l’armée et des services de sécurité. Cette façon de procéder a fait réagir l’opposition qui, rejetant le projet de charte, déclara qu’il s’agit là d’un cas honteux d’auto-amnistie qui ne saurait dès lors être opposable aux victimes habilitées, fort heureusement, par le droit international à obtenir justice auprès d’institutions internationales.

  • 44  À côté de « l’auto-amnistie », il y a l’amnistie (même si ce terme n’est jamais utilisé dans la Ch (...)

48L’idée d’auto-amnistie44, à laquelle le chapitre premier de la charte est consacré, est corroborée par les dispositions du chapitre quatre dédié au « dramatique dossier des disparus ». Avant d’en exposer l’économie générale il faut rappeler que l’épineuse question des disparus fait l’objet d’un traitement particulier depuis le 11 septembre 2003, date de création officielle d’un « mécanisme ad hoc » au sein de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme (CNCPPDH) que préside l’avocat Farouk Ksentini. Au moment de son installation le 20 septembre 2003, on dénombrait en gros 7 200 disparus du fait des services de sécurité et 10 000 du fait des terroristes islamiques.

49Mais après dix-huit mois de travail au lieu de cinq prévus initialement, soit le 31 mars 2005, le rapport officiel sur les disparus présenté au chef de l’État par M. Ksentini énonçait le chiffre de 6 146 disparus. Dans ce rapport non publié, la notion de disparus serait entendue au sens restrictifs de victimes de faits d’agents de l’État. Les disparus du fait des terroristes islamistes sont dits « victimes du terrorisme ». Ce chiffre officiel fut et est encore contesté par les militants des droits de l’Homme qui n’hésitent pas à avancer celui de 20 000. Mais le président de la Commission nationale des droits de l’Homme institution officielle, faut-il le souligner, persiste à dire que sur la base des cas documentés seuls les 6 000 disparus sont imputables aux agents de l’État. Mieux encore, le 8 décembre 2005, M. Ksentini ira jusqu’à parler de « faux disparus » ce qui pourrait ramener le chiffre officiel initial à des propositions plus modestes.

50Au-delà de la controverse, à propos du nombre de disparus, il y a lieu de signaler que la Charte du 29 septembre a manifestement récusé la notion restrictive retenue par le mécanisme ad hoc, pour une notion extensive dite de « victimes de la tragédie nationale » incluant tous les disparus qu’ils le soient du fait des services de sécurité ou de celui des terroristes islamistes. Ceci étant précisé, le chapitre 4 de la Charte tend à contredire et à rejeter la thèse de l’opposition accréditant l’idée que les disparus sont le résultat et la conséquence d’une démarche et d’une politique délibérées des services de sécurité et de l’armée. Pour les auteurs de la charte, rien n’est plus faux : les exactions avérées ne pouvant être que le fait d’initiatives individuelles d’agents de l’État. En conséquence de quoi, l’État reconnaît sa responsabilité civile du fait de ses agents mais rejette sa culpabilité ; d’où la formule souvent reprise par M. Ksentini notamment « responsable mais pas coupable ».

51Comme argumentaire, M. Ksentini, qui aimait répéter que durant la décennie sanglante, « le premier des disparus fut l’État », soulignait avec force que l’État algérien ne pouvait en aucun cas être accusé d’avoir mis en place une politique d’élimination physique systématique des islamistes intégristes car tout au long de cette période les services de sécurité ont arrêté 500 000 personnes. Tout ceci se serait déroulé dans le cadre de la loi. Dès lors les 6 146 disparitions ne seraient que le résultat de dysfonctionnement des services publics imputables en dernière instance à des agents zélés qui ont été sanctionnés chaque fois que les preuves de leur culpabilité ont été réunies. Puisqu’il s’agit de responsabilité pénale d’individus employés par l’État, celui-ci s’engage aux termes de la charte à protéger les institutions (traduire les services de sécurité et donc de l’armée) « qui ont accompli leur devoir, avec l’appui des citoyens et au service de la patrie ».

52Du fait de sa responsabilité exclusivement civile ou administrative, l’État algérien s’engage conformément à la charte à réparer le préjudice subi par les ayants droits des disparus, de tous les disparus, qualifiés désormais de victimes de la tragédie nationale. C’est le lieu de souligner que les auteurs de la charte renouent avec le concept extrêmement commode de tragédie nationale. Usitée depuis le début des douloureux événements, l’expression arabe El Ma’sâ a reçu sa consécration juridique une première fois dans le cadre du décret exécutif n° 98-424 du 13 décembre 1998 fixant les conditions et les modalités de prise en charge des familles démunies, victimes de la tragédie (Journal officiel, n° 94 du 16/12/1998). Ce texte qui avait pour objet d’apporter une aide aux familles des « terroristes » était fondé sur l’idée de solidarité nationale, le recours à cette dernière notion étant dicté précisément par la situation de tragédie que vivait le pays depuis janvier 1992. La démarche était sans doute noble, mais elle fut rejetée par l’immense majorité de la population.

53Nonobstant ce rejet, elle sera réintroduite subrepticement dans le discours politique avant sa consécration, à nouveau, dans la Charte du 29 septembre 2005. Dans un article intitulé « les crimes et les mots » paru dans El-Watan du 3 avril 2005, Ali Bahmane dénonçait le retour de cette expression qu’il qualifia de « douteuse » ; car…

« […] si elle signifie violence et horreur, elle n’identifie pas les auteurs de la crise des années 1990 et place les protagonistes sur un même niveau, comme si les dix années de meurtres et de destructions étaient l’œuvre de martiens et comme s’il n’y avait eu ni bourreaux, ni victimes. [Pour ce journaliste], ce terme n’est pas innocent : il participe d’une démarche politique visant à brouiller les cartes de la crise de la dernière décennie dans le but de gommer l’existence d’une insurrection armée à visage religieux à l’assaut de la société et de l’État républicain. La “tragédie nationale” suggère qu’il n’y avait eu aucune motivation politico-idéologique durant la crise et que les meurtres et les destructions ne pouvaient être l’œuvre que “d’égarés”.[Cet article souligne enfin que] la tragédie nationale s’inscrit dans un objectif : obtenir de “l’amnistie générale” le blanchiment des actes de violence et arriver au “grand pardon” sans que les auteurs des cent mille morts, des traumatismes sans fin et des milliards de destructions soient connus, jugés et condamnés[…]. [Et de conclure que] c’est la négation de la réalité, de la justice et de la vérité et c’est l’histoire mystifiée. »

54La consécration de cette notion de tragédie nationale dans la charte pourrait dès lors laisser penser que les appréhensions d’une bonne partie de la population, bien résumées par Ali Bahmane, étaient justifiées. À la vérité, dans le document soumis à référendum l’on ne trouve pas exactement pareille conséquence. Dans la charte en effet, si les victimes sont placées, grâce au recours au concept de tragédie nationale, sur un pied d’égalité, les auteurs responsables de ladite tragédie sont nettement désignés comme relevant d’un seul camp, celui des islamistes. De manière encore plus précise, la charte désigne les politiques c’est-à-dire les dirigeants et les concepteurs du projet islamiste qui sont, à cette occasion, distingués par rapport à leurs troupes et à leurs hordes instrumentalisées et donc elles-mêmes victimes.

55C’est dire que la charte, loin de renvoyer dos à dos les deux principaux protagonistes du conflit, impute exclusivement aux dirigeants de l’islamisme radical, c’est-à-dire le Front islamique du salut (FIS), l’entière responsabilité de cette tragédie nationale. Et comme conséquence à cette analyse des causes de la tragédie, l’interdiction pour les « responsables de cette instrumentalisation de la religion, de toute possibilité d’exercice d’une activité politique et ce, sous quelque couverture que ce soit ». Avec cette mesure, censée être adoptée par référendum, le champ politique algérien sera désormais fermé au parti du FIS et à ses dirigeants, notamment à ceux d’entre eux qui refusent toujours de reconnaître leur responsabilité dans la conception et dans la mise en œuvre d’une politique prônant le pseudo-djihad contre la nation et les institutions de la République.

  • 45  L’opposition légale n’a pas été autorisée à s’exprimer à la télévision et à la radio qui restent d (...)

56Autrement dit, il n’y aura pas de réhabilitation du parti du FIS qui était revendiquée par les islamistes radicaux et suggérée par des partisans de la réconciliation nationale et de l’amnistie générale, à l’instar de l’ancien président Ahmed Benbella. Après avoir joué un rôle important dans le cadre de la campagne au profit du projet de réconciliation nationale, le président Benbella, sans doute en désaccord sur ce point avec les auteurs de la charte, se taira sitôt le référendum organisé. Quoi qu’il en soit, la responsabilité de la tragédie nationale étant imputée exclusivement aux dirigeants islamistes, la charte fut jugée injuste par la mouvance intégriste. Pour les cadres de celle-ci qui eurent le loisir de s’exprimer45, la charte n’apportait pas de réponse politique à la crise dont les germes n’avaient donc pu être éliminés à la faveur de l’adoption de ce document. Rappelons que la mouvance islamiste, prise globalement, mais également d’autres courants, y compris parmi les démocrates, continuent, pour les uns à revendiquer, pour d’autres à sérieusement s’interroger sur la place de l’islamisme dans le paysage politique d’un pays comme l’Algérie.

57Or, pour ces courants, la charte fait l’impasse sur cette question qui ne manquera pas de ressurgir. Sur ce point particulièrement la charte serait porteuse de germes d’une crise future. En réponse à toutes les interrogations et appréhensions formulées lors de la campagne électorale, qui soit dit en passant ressemble beaucoup aux fameuses campagnes dites d’explication, si caractéristiques de la période de la dictature du parti unique, le président Bouteflika invita « à lire la charte entre les lignes » étant entendu qu’il ne pouvait pour l’instant concéder plus que cela eu égard « aux équilibres nationaux ».

58Devant tant d’ambigüités et de phrases sibyllines, bon nombre d’observateurs estimèrent à juste titre qu’il faudrait attendre la promulgation des textes d’application pour saisir la portée exacte de la Charte du 29 septembre. Or, l’année 2005 s’est achevée sans la publication du moindre texte d’application. Bien qu’elle ait été officiellement adoptée de manière massive, la charte s’avérait inapplicable. En tout cas, il faut ajouter une cause sérieuse : la maladie de M. Bouteflika qui, manifestement, ne voulait nullement déléguer les tâches d’application de la charte à son Premier ministre Ahmed Ouyahia qui est un ancien éradicateur rallié au projet présidentiel de réconciliation nationale. Le chef de l’État voulait manifestement maîtriser tout le processus de mise en œuvre de la charte. M. Bouteflika qui se sera rendu célèbre par la formule selon laquelle il ne voulait aucunement être un « trois-quarts président » a saisi cette occasion représentée par la charte pour y faire inscrire et faire avaliser à son profit une mesure qui pourrait être très lourde de conséquences sur le plan politique. En effet, aux termes du tout dernier paragraphe de la charte, il est énoncé que :

« […] le peuple algérien souverain approuve la présente charte pour la paix et la réconciliation nationale et mandate le président de la République pour prendre toutes les mesures visant à en concrétiser les dispositions. »

59De ce paragraphe, il résulte nettement que le président Bouteflika se réserve le droit d’assurer et d’assumer les modalités d’application de ce projet. Mais il est également loisible d’inférer de cette ultime phrase de la charte que M. Bouteflika sollicite et obtient du peuple souverain un mandat avec, ni plus ni moins que les pleins pouvoirs, pour réaliser en Algérie un projet aussi vague que la paix.

60Ceci explique dans ces conditions que les opposants à M. Bouteflika ont vu dans cette disposition l’élément le plus important de la charte dont la portée réelle serait d’instaurer un véritable césarisme, c’est-à-dire « une dictature qui s’appuie ou prétend s’appuyer sur le peuple ». Vue sous cet angle, la charte, dès lors qu’elle est adoptée par référendum, participerait nécessairement d’une sorte de révision implicite de la Constitution. Autrement dit, eu égard aux difficultés rencontrées par M. Bouteflika pour faire modifier, à son avantage, la loi fondamentale (voir supra), il aura su saisir les négociations autour de la charte pour imposer un renforcement de son pouvoir en contrepartie de l’absolution donnée aux militaires pour les exactions commises une décennie durant dans le cadre de la lutte contre l’islamisme radical.

61Désigné en février 2005 président d’honneur (sic) du parti du FLN fort de ses 350 000 militants et de ses 8 000 élus, le président Bouteflika qui avait été élu en avril 2004 avec officiellement près de 85 % des suffrages est donc désormais nanti, depuis le 29 septembre 2005, des pleins pouvoirs pour réaliser « la paix et la réconciliation nationale » objectif qualifié par d’aucuns de véritable « projet de société ».

62Mais à la surprise générale, il est contraint de quitter le pays du 26 novembre au 31 décembre pour la France, où il est hospitalisé pour de sérieux problèmes de santé. C’est avec cet événement que s’est achevé l’année 2005 dans un climat politique incertain. Si l’activité des institutions officielles fut réduite à cette occasion, les rumeurs les plus folles et les supputations les plus fantaisistes contribuèrent à donner quelques couleurs à une vie politique atone. C’est dans un tel contexte que, en réponse aux propos de l’opposition affirmant que le régime algérien s’était désormais installé dans « l’après-Bouteflika », M. Abdelaziz Belkhadem révèlera le vrai motif de sa proposition de révision de la Constitution en déclarant que le FLN est prêt à soutenir M. Bouteflika sous un troisième mandat.

Haut de page

Annexe

Annexes

Journal officiel de la République Algérienne n° 55

10 Rajab 1426

5 août 2005

Décret présidentiel n° 05-278 du 9 Rajab 1426 correspondant au 14 août 2005 portant convocation du corps électoral pour le référendum du jeudi 29 septembre 2005 relatif à la réconciliation nationale.

Le Président de la République, vu la Constitution, notamment ses articles 7 et 77 (6° et 8°) ; vu l’ordonnance n° 97-07 du 27 Chaoual 1417 correspondant au 6 mars 1997, modifiée et complétée, portant loi organique relative au régime électoral, notamment ses articles 168 à 171 ;

Décrète :

- Article 1 - Les électeurs et les électrices sont convoqués à l’effet de se prononcer, par voie de référendum, le jeudi 29 septembre 2005.

 - Art. 2 - Il est mis à la disposition de chaque électeur deux (2) bulletins de vote. La question posée est : « Êtes-vous d’accord sur le projet de Charte pour la paix et la réconciliation nationale qui vous est proposé ? »

 - Si vous êtes d’accord : répondre par « OUI » (bulletin bleu).

 - Si vous n’êtes pas d’accord : répondre par « NON » (bulletin blanc).

 - Art. 3 - Le projet de Charte pour la paix et la réconciliation nationale est annexé au présent décret.

- Art. 4 - Une révision exceptionnelle des listes électorales est ouverte à compter du 17 août 2005, elle est clôturée le 24 août 2005.

- Art. 5 - Le présent décret sera publié dans le Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire.

Abdelaziz Bouteflika

Projet de charte pour la paix et la réconciliation nationale

L’Histoire de l’Algérie est une suite de luttes livrées par son peuple pour défendre sa liberté et sa dignité. Cet héritage, constitué au fil du temps, a fait de l’Algérie une terre de respect des valeurs de tolérance, de paix, de dialogue et de civilisation. Le peuple algérien, puisant sa force dans son unité et s’appuyant sur ses valeurs spirituelles et morales séculaires, a su triompher des épreuves les plus douloureuses pour écrire de nouvelles pages glorieuses de son Histoire. Refusant de se soumettre à l’oppression, il a su, avec patience et détermination, organiser sa résistance, malgré les terribles tentatives de déculturation et d’extermination dont il a été victime durant plus d’un siècle d’occupation coloniale. La glorieuse révolution du 1er Novembre 1954 est venue, telle une lumière dans une nuit de ténèbres, cristalliser les aspirations du peuple algérien et le guider dans la voie du combat pour la reconquête de son indépendance et de sa liberté. Ce combat historique a été suivi par d’autres batailles, non moins importantes, pour la reconstruction de l’État et le développement de la nation. Depuis plus d’une décennie, l’évolution de l’Algérie a été déviée de son cours naturel par une agression criminelle sans précédent, visant dans ses sinistres desseins à effacer les acquis du peuple engrangés au prix d’incommensurables sacrifices, mais, ce qui est plus grave encore, à remettre en cause l’État national lui-même. Dans sa très grande majorité, le peuple algérien a très vite compris qu’une telle agression portait atteinte à sa nature, à son Histoire et à sa culture. C’est donc naturellement qu’il s’est mis progressivement à lui résister, puis à la combattre pour enfin en triompher. Le peuple algérien a vécu, dans sa chair et dans son âme, les affres de cette grande fitna qui s’est abattue sur l’Algérie. Pour les citoyennes et les citoyens, pour les familles algériennes, il est vital de transcender définitivement cette tragédie qui ne réside pas dans des débats théoriques, abstraits ou idéologiques, donnant lieu à des échanges de vues entre acteurs ou organisations, agissant à l’intérieur ou hors du territoire national. Cette question vitale concerne la sécurité des biens et celle des personnes et même leur honneur, c’est-à-dire tout ce que l’Islam sacralise et que la loi protège et garantit. L’Algérie a survécu à cette dramatique épreuve grâce à la résistance farouche de son peuple et à son abnégation, qui lui ont coûté un terrible et lourd tribut de sang consenti pour la survie de la patrie. L’Algérie a survécu grâce au patriotisme et aux sacrifices des unités de l’Armée nationale populaire, des forces de sécurité et de l’ensemble des Patriotes qui ont su, patiemment et avec détermination, organiser la résistance de la nation face à cette agression criminelle inhumaine. Le peuple algérien honore et honorera à jamais la mémoire de tous ceux qui ont consenti le sacrifice suprême pour que vive la République algérienne démocratique et populaire. Il demeurera aux côtés des familles des martyrs du devoir national et des familles des victimes du terrorisme, parce que leurs sacrifices sont dignes des valeurs de la société algérienne. L’État n’épargnera aucun effort, moral et matériel, pour que ces familles et leurs ayants droit continuent de faire l’objet de sa considération, de son hommage et d’un soutien à la mesure des sacrifices consentis. Le peuple algérien est et restera indivisible. C’est le terrorisme qui a ciblé les biens et les personnes, qui a fait perdre au pays une partie inestimable de ses richesses humaines et matérielles et qui a terni son image sur le plan international. Cette tourmente a instrumentalisé la religion ainsi qu’un certain nombre d’Algériens à des fins antinationales. L’Islam, composante fondamentale de l’identité nationale, a été, à travers l’Histoire et, contrairement aux thèses soutenues par les commanditaires de cette odieuse mystification, un ciment fédérateur et une source de lumière, de paix, de liberté et de tolérance. Ce terrorisme barbare qui a endeuillé le peuple algérien durant une décennie est en contradiction avec les authentiques valeurs de l’Islam et les traditions musulmanes de paix, de tolérance et de solidarité. Ce terrorisme a été vaincu par le peuple algérien qui entend aujourd’hui transcender la fitna et ses terribles conséquences et retrouver définitivement la paix et la sécurité. Le terrorisme a été - par la grâce d’Allah le Tout-Puissant et le Miséricordieux - combattu puis maîtrisé sur l’ensemble du territoire national qui a enregistré un retour de la paix et de la sécurité. Les Algériennes et les Algériens sont profondément convaincus que, sans le retour de la paix et de la sécurité, nulle démarche de développement politique, économique et social ne peut donner les fruits qu’ils en attendent. Pour avoir, momentanément, été privés de cette paix et de cette sécurité, ils en apprécient l’importance, en toute conscience, non seulement pour chacun d’entre eux, mais aussi pour l’ensemble de la nation. Pour leur consolidation définitive, la paix et la sécurité exigent aujourd’hui la mise en œuvre d’une démarche nouvelle visant à concrétiser la réconciliation nationale, car c’est seulement par la réconciliation nationale que seront cicatrisées les plaies générées par la tragédie nationale. La réconciliation nationale est une attente réelle du peuple algérien. C’est une attente d’autant plus pressante que l’Algérie est interpellée par les multiples défis du développement auxquels elle est confrontée. Le peuple algérien sait, avec certitude, que la réconciliation nationale est porteuse d’espoir et qu’elle est de nature à consolider les atouts de l’Algérie démocratique et républicaine, au grand bénéfice de tous les citoyens. Il le sait avec certitude depuis qu’il a adhéré massivement à la politique de concorde civile sur laquelle il s’est déjà souverainement prononcé. La politique de concorde civile - tout comme la politique de la rahma qui l’a précédée - a permis de briser l’entreprise diabolique visant à faire imploser la nation. Elle a également permis d’épargner des milliers de vies humaines et de faire retrouver à l’Algérie sa stabilité politique, économique, sociale et institutionnelle. La politique de paix et de réconciliation parachèvera les efforts consentis par toutes les composantes du peuple algérien pour que vive l’Algérie. Le peuple algérien est appelé aujourd’hui à se prononcer sur les dispositions de la présente Charte pour la paix et la réconciliation nationale. Par son approbation, le peuple algérien appuie solennellement les mesures nécessaires à la consolidation de la paix et de la réconciliation nationale. Par cette approbation, il affirme sa détermination à capitaliser les enseignements tirés de cette tragédie, afin de consolider le socle sur lequel sera édifiée l’Algérie de demain. Le peuple algérien, respectueux de l’État de droit et des engagements internationaux de l’Algérie, approuve les mesures suivantes visant à consolider la paix et à rétablir la réconciliation nationale, en réponse aux multiples appels des familles algériennes éprouvées par cette tragédie nationale.

I. Reconnaissance du peuple algérien envers les artisans de la sauvegarde de la République algérienne démocratique et populaire

Le peuple algérien tient à rendre un vibrant hommage à l’Armée nationale populaire, aux services de sécurité ainsi qu’à tous les Patriotes et citoyens anonymes qui les ont aidés, pour leur engagement patriotique et leurs sacrifices qui ont permis de sauver l’Algérie et de préserver les acquis et les institutions de la République. En adoptant souverainement cette charte, le peuple algérien affirme que nul, en Algérie ou à l’étranger, n’est habilité à utiliser ou à instrumentaliser les blessures de la tragédie nationale pour porter atteinte aux institutions de la République algérienne démocratique et populaire, fragiliser l’État, nuire à l’honorabilité de tous ses agents qui l’ont dignement servie ou ternir l’image de l’Algérie sur le plan international.

II. Mesures destinées à consolider la paix

- Premièrement : Extinction des poursuites judiciaires à l’encontre des individus qui se sont rendus aux autorités depuis le 13 janvier 2000, date de forclusion des effets de la loi portant concorde civile.

- Deuxièmement : Extinction des poursuites à l’encontre de tous les individus qui mettent fin à leur activité armée et remettent les armes en leur possession. Cette extinction des poursuites ne s’applique pas aux individus impliqués dans les massacres collectifs, les viols et les attentats à l’explosif dans les lieux publics.

 - Troisièmement : Extinction des poursuites judiciaires à l’encontre des individus recherchés, sur le territoire national ou à l’étranger, qui décident de se présenter volontairement devant les instances algériennes compétentes. Cette extinction des poursuites ne s’étend pas aux individus impliqués dans les massacres collectifs, les viols et les attentats à l’explosif dans les lieux publics.

 - Quatrièmement : Extinction des poursuites judiciaires à l’encontre de tous les individus impliqués dans des réseaux de soutien au terrorisme qui décident de déclarer, aux autorités algériennes compétentes, leurs activités.

- Cinquièmement : Extinction des poursuites judiciaires pour les individus condamnés par contumace, autres que ceux impliqués dans les massacres collectifs, les viols et les attentats à l’explosif dans les lieux publics.

- Sixièmement : Grâce pour les individus condamnés et détenus pour des activités de soutien au terrorisme.

- Septièmement : Grâce pour les individus condamnés et détenus pour des actes de violence, autres que les massacres collectifs, les viols et les attentats à l’explosif dans les lieux publics.

- Huitièmement : Commutation et remise de peines pour tous les autres individus condamnés définitivement ou recherchés qui ne sont pas concernés par les mesures d’extinction de poursuites ou de grâce énoncées ci-dessus.

III. Mesures destinées à consolider la réconciliation nationale

En vue de consolider la réconciliation nationale, le peuple algérien est favorable à la prise de mesures destinées à renforcer son unité, à éliminer les germes de la haine et à se prémunir contre de nouvelles dérives.

- Premièrement : Le peuple algérien souverain adhère à la mise en œuvre de dispositions concrètes destinées à lever définitivement les contraintes que continuent de rencontrer les personnes qui ont choisi d’adhérer à la politique de concorde civile, plaçant ainsi leur devoir patriotique au-dessus de toute autre considération. Ces citoyens ont agi et continuent d’agir de manière responsable pour la consolidation de la paix et la réconciliation nationale, refusant toute instrumentalisation de la crise vécue par l’Algérie par les milieux hostiles de l’intérieur et leurs relais à l’extérieur.

- Deuxièmement : Le peuple algérien souverain soutient également, au profit des citoyens ayant, suite aux actes qu’ils ont commis, fait l’objet de mesures administratives de licenciement décrétées par l’État, dans le cadre des missions qui lui sont imparties, les mesures nécessaires pour leur permettre ainsi qu’à leurs familles de normaliser définitivement leur situation sociale.

- Troisièmement : Tout en étant disposé à la mansuétude, le peuple algérien ne peut oublier les tragiques conséquences de l’odieuse instrumentalisation des préceptes de l’Islam, religion de l’État. Il affirme son droit de se protéger de toute répétition de telles dérives et décide, souverainement, d’interdire aux responsables de cette instrumentalisation de la religion toute possibilité d’exercice d’une activité politique, et ce, sous quelque couverture que ce soit. Le peuple algérien souverain décide également que le droit à l’exercice d’une activité politique ne saurait être reconnu à quiconque ayant participé à des actions terroristes et qui refuse toujours, et malgré les effroyables dégâts humains et matériels commis par le terrorisme et l’instrumentalisation de la religion à des fins criminelles, de reconnaître sa responsabilité dans la conception et dans la mise en œuvre d’une politique prônant le pseudo « djihad » contre la nation et les institutions de la République.

IV. Mesures d’appui de la politique de prise en charge du dramatique dossier des disparus

Le peuple algérien rappelle que le dossier des disparus retient l’attention de l’État depuis une décennie déjà et fait l’objet d’une attention particulière en vue de son traitement approprié. Il rappelle également que le drame des personnes disparues est l’une des conséquences du fléau du terrorisme qui s’est abattu sur l’Algérie. Il affirme aussi que, dans de nombreux cas, ces disparitions sont une conséquence de l’activité criminelle de terroristes sanguinaires qui se sont arrogés le droit de vie ou de mort sur toute personne, qu’elle soit algérienne ou étrangère. Le peuple algérien souverain rejette toute allégation visant à faire endosser par l’État la responsabilité d’un phénomène délibéré de disparition. Il considère que les actes répréhensibles d’agents de l’État, qui ont été sanctionnés par la justice chaque fois qu’ils ont été établis, ne sauraient servir de prétexte pour jeter le discrédit sur l’ensemble des forces de l’ordre qui ont accompli leur devoir, avec l’appui des citoyens et au service de la patrie. C’est dans cet esprit que le peuple algérien décide des dispositions suivantes destinées à favoriser le règlement définitif du dossier des disparus :

- Premièrement : L’État prend en charge le sort de toutes les personnes disparues dans le contexte de la tragédie nationale et il prendra les mesures nécessaires en connaissance de cause.

- Deuxièmement : L’État prendra toutes mesures appropriées pour permettre aux ayants droit des personnes disparues de transcender cette terrible épreuve dans la dignité.

- Troisièmement : Les personnes disparues sont considérées comme victimes de la tragédie nationale et leurs ayants droit ont droit à réparation.

V. Mesures destinées à renforcer la cohésion nationale

- Premièrement : Le peuple algérien tient compte du fait que la tragédie nationale a affecté toute la nation, entravé la construction nationale et porté atteinte directement ou indirectement à la vie de millions de citoyens.

- Deuxièmement : Le peuple algérien considère que fait partie du devoir national la prévention de tout sentiment d’exclusion chez des citoyens non responsables du choix malheureux fait par un de leurs proches. Il considère que l’intérêt de l’Algérie exige d’éliminer définitivement tous les facteurs d’exclusion qui pourraient être exploités par les ennemis de la nation.

- Troisièmement : Le peuple algérien considère que la réconciliation nationale doit prendre en charge le drame des familles dont des membres ont pris part à l’action terroriste.

- Quatrièmement : Le peuple algérien décide que l’État prendra des mesures de solidarité nationale au bénéfice de ces familles qui sont démunies et qui ont été éprouvées par le terrorisme à travers l’implication de leurs proches. A travers son approbation de la présente charte, le peuple algérien entend consolider la paix et les fondements de la réconciliation nationale. Il considère qu’il est désormais du devoir de chaque citoyenne et de chaque citoyen d’apporter son tribut à la paix, à la sécurité et à la réalisation de la réconciliation nationale, pour que l’Algérie ne connaisse plus jamais la tragédie nationale qu’elle a vécue, et proclame « Plus jamais ça ! ». Il mandate le Président de la République pour solliciter, au nom de la nation, le pardon de toutes les victimes de la tragédie nationale et sceller ainsi la paix et la réconciliation nationale. Le peuple algérien ne peut oublier les ingérences extérieures et les manœuvres politiciennes internes qui ont contribué à faire perdurer et à aggraver les affres de la tragédie nationale. Le peuple algérien, qui fait sienne la présente charte, déclare qu’il revient désormais à tous, à l’intérieur du pays, de se plier à sa volonté. Il rejette toute interférence extérieure qui tenterait de contester son choix souverain, librement et démocratiquement exprimé à travers la présente charte. Il affirme qu’il revient désormais à chaque citoyenne et à chaque citoyen de se consacrer à l’œuvre de construction nationale, dans le respect des droits et des devoirs reconnus à chacun par la Constitution et par les lois de la République. Le peuple algérien déclare qu’il est déterminé à défendre, à travers toutes les institutions de l’État, la République algérienne démocratique et populaire ainsi que son système démocratique pluraliste contre toute tentative de dérapage extrémiste ou antinational. Tout en soulignant sa volonté d’ancrer l’Algérie dans la modernité, il proclame sa détermination à œuvrer à la promotion de sa personnalité et de son identité. Le peuple algérien appelle chaque citoyenne et chaque citoyen à apporter sa contribution au renforcement de l’unité nationale, à la promotion et à la consolidation de la personnalité et de l’identité nationales et à la perpétuation des nobles valeurs de la Déclaration du Premier Novembre 1954 à travers les générations. Convaincu de l’importance de cette œuvre qui mettra les générations futures à l’abri des dangers d’un éloignement de leurs racines et de leur culture, il charge les institutions de l’État de prendre toutes les mesures de nature à préserver et à promouvoir la personnalité et l’identité nationales, à travers la valorisation de l’Histoire nationale ainsi que dans les domaines religieux, culturel et linguistique. Le peuple algérien souverain approuve la présente Charte pour la paix et la réconciliation nationale et mandate le Président de la République pour prendre toutes les mesures visant à en concrétiser les dispositions.

Alger, le 9 Rajab 1426 correspondant au 14 août 2005

Haut de page

Notes

1  El-Moudjahid, 4/10/2005, p. 5.

2  Mohamed Hachemaoui, « L’équation philosophique du pardon », El-Watan, 27 et 28/8/2005, p. 2 ; Fadela Belkhenchir, « Qui doit demander pardon à qui ? », Le Soir d’Algérie, 22/8/2005, p. 5.

3  Chiffres tirés du Journal officiel, n° 67 du 5/10/2005, p. 3. Mais de l’avis de tous les observateurs et analystes un tant soit peu sérieux ces taux sont très loin de la réalité : voir notamment El-Watan, 30/9-1/10/2005, p. 1 à 15. Réagissant à l’annonce de ces chiffres officiels, l’opposition fut plus que dubitative. Pour le leader du FFS, ce « Tsunami totalitaire » aura été une farce de bout en bout. Saïd Saadi du RCD estima qu’on venait d’assister au scrutin qui a enregistré l’un des taux les plus bas depuis l’indépendance. Le CCDR déclara que c’est un résultat digne des républiques bananières… À notre modeste niveau nous pouvons témoigner que résidant juste en face d’un bureau de vote nous avons constaté de visu que ledit bureau qui se situe dans la banlieue ouest d’Alger est resté vide durant toute la journée du scrutin. Ce témoignage est corroboré par A. Benchabane, « Les Algérois interloqués (i.e. par les résultats officiels) », El-Watan, 1/10/2005, p. 14.

4  El-Moudjahid, 15/8/2005, p. 4 à 7.

5  B. Djillali, « Réconciliation et réveil politique. Les petits partis reviennent cette semaine », Le Quotidien d’Oran, 30/8/2005, p. 3. Voir également Zouhir Mebarki, « L’Algérie fait peau neuve » (éditorial), L’expression des 16 et 17/9/2005, p. 3 : « Après une longue hibernation qui a duré plus d’une année, la vie politique est de retour dans notre pays… ».

6  A. Benchabane, « Il y a un an, Bouteflika entamait son deuxième mandat. Bouteflika passe, ses niveaux trépassent ! », El-Watan, 7/4/2005, p. 2 ; El-Yazid Dib, « Partis d’opposition : y a quelqu’un ? », Le Quotidien d’Oran, 16/6/2005, p. 8 ; Madjid Makedhi, « L’opposition en léthargie », El-Watan, 25/8/2005, p. 3 ; Ali Bahmane, « Il était une fois l’opposition », El-Watan, 15/5/2005, p. 3.

7  Une exception notable : le Parti des travailleurs (PT) que dirige Mme Louisa Hannoun. Cette formation qui siège à l’Assemblée nationale s’est illustrée cette année particulièrement par son combat contre le programme de privatisation des entreprises publiques et contre le projet de loi sur les hydrocarbures. Profitant notamment de ce que M. Bouteflika a laissé entendre devant les cadres de l’UGTA que la réforme du secteur des hydrocarbures a été imposée à l’Algérie (El-Watan, 24/2/2005, p. 3), le PT s’est mobilisé pour empêcher l’adoption de ce texte qui a eu lieu le 28 avril 2005 (voir dans la présente livraison de L’Année du Maghreb, la réflexion du professeur Madjid Benchikh). Mais le PT continue à revendiquer le retrait de ce texte. À cet effet, il a lancé une pétition nationale contre cette loi.

8  Selon le comité Benchicou pour les libertés (du nom de ce patron de presse incarcéré pour deux ans), pas moins de 18 journalistes ont été condamnés au cours de l’année 2005 à des peines de prison ferme. Aussi n’est-il pas surprenant d’apprendre qu’au classement mondial de la liberté de la presse élaboré par l’organisation « Reporters sans frontières » l’Algérie se situe à la place 129 sur 167 pays répertoriés. Pour rappel, en 2003 elle était classée 95e. Signalons qu’à l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse, le président Bouteflika a adressé un message à tous les journalistes algériens pour leur demander de se conformer à la déontologie et à l’éthique de leur profession.

9  Au cours de cette année, sur injonction de M. Bouteflika, le gouvernement a décidé de mettre un terme au régime tolérant qui régissait les écoles privées. Un régime plus rigoureux a été institué par voie d’ordonnance n° 05-07 du 23/8/2005 (Journal officiel, n° 59 du 28/8/2005) suivi du décret exécutif n° 05-432 du 8/11/2005 (Journal officiel, n° 74 du 13/11/2005).

10  La formule est de M. Chérif Belkacem, adversaire déclaré de M. Bouteflika, Liberté, 13/1/2005, p. 8. Dans cette analyse il soulignait que « personne, aujourd’hui comme hier, ne croit en l’existence d’une vie politique en Algérie » et il ajoutait que « le facteur bloquant de la vie politique en Algérie, c’est le système de pouvoir personnel ». Le patron de presse Omar Belhouchet préfère quant à lui la formule de « vide sidéral » utilisé dans son article intitulé « Démocratie en panne », El-Watan, 7/4/2005, p. 3.

11  Coup d’État auquel a participé M. Bouteflika, l’actuel président de la République. Réécrivant l’histoire, certains analystes susurrent que le colonel Boumediène ne fit qu’excécuter un projet conçu en vérité par M. Bouteflika que le président Benbella s’apprêtait à éliminer. A.K., « Un jour férié controversé. Qui se souvient du 19 juin 1965 ? », Le Matin, 18 et 19/6/1999, p. 7.

12  Le président Benbella semble avoir joué un rôle d’intermédiation entre M. Bouteflika et les leaders de la mouvance islamiste radicale. Dans le cadre du processus de réconciliation nationale, le président Benbella prône la réhabilitation de l’ex-Front islamique du Salut (FIS). Voir Tayeb Belghiche, « Délire », El-Watan, 3/7/2005, p. 24.

13  Nabila Amir, « La police brûle ses dossiers noirs », El-Watan, 18/1/2005, p. 1 et 2 ; Ali Bahmane, « Les rapports de la honte », même journal, p. 24.

14  Voir le point de vue de l’infatigable défenseur des droits de l’Homme Ali Yahia Abdenour, El-Watan, 4 et 5/2/2005, p. 5. Également l’interview accordée par l’universitaire Ali Bensaad, victime emblématique de ces rapports policiers fallacieux, même journal, p. 8.

15  Commentant le geste du directeur de la police algérienne, le quotidien El-Watan du 18/1/2005 sous la plume de S. B. et sous le titre « Rapports tendancieux et cadres fichés. Les écuries d’Augias » notait que « ces réformes n’auront une signification et une portée réelles que si elles s’inscrivent dans une démarche politique globale visant à promouvoir un nouveau système politique fondé sur les principes démocratiques de l’État de droit qui implique le respect des libertés et la saine compétition dans tous les domaines de la vie publique ».

16  B. Abdou, « Une démocratie urgente », Le Quotidien d’Oran, 24/11/2005, p. 7.

17  Nadia Mellal, « VIIIe congrès du FLN. Les faux congressistes démasqués », Liberté, 1/2/2005, p. 2. Du même auteur, « Le VIIIe congrès bis du FLN a pris fin hier. De faux délégués dans le Conseil national », Liberté, 2/2/2005, p. 2. Selon El-Moudjahid du 1/2/2005, p. 3, ce sont 368 délégués qui ont été invités à restituer leur badge et à évacuer la salle ; quatre raisons sont à l’origine de ces exclusions : 1) non respect du critère de l’ancienneté ; 2) antécédents judiciaires (sic) ; 3) appartenance à d’autres partis politiques (resic) ; 4) présentation sur d’autres listes électorales. Les deux derniers griefs concernent donc tous les opportunistes qui avaient quitté le navire FLN au moment où celui-ci traversait la tempête et qui ont voulu le réintégrer maintenant qu’il semblait avoir le vent en poupe.

18  Akram Houria, « FLN : conférence de presse de M. Belkhadem. Lancement aujourd’hui de l’opération restructuration du parti », El-Moudjahid, 24/4/2005, p. 3.

19  B. Djamel , « Après la réunion du Conseil national. Purge annoncée au FLN », Le Quotidien d’Oran, 29/3/2005, p. 1 et 4. Soulignons que le Conseil national qui fait office de Comité central a été désigné le 1/2/2005 soit deux mois plus tôt. Fraîchement constitué, il fallait déjà l’assainir. Voir Nadia Mellal, « Prochaine purge dans les rangs du FLN », Liberté, 11/6/2005, p. 3.

20  En plus de cet argument politique (Pro Benflis contre Redresseurs), il y a une raison bassement matérielle : le renouvellement des structures du parti du FLN est fait en prévision des prochaines élections locales et législatives prévues pour 2007 et qui sont sources de prébendes pour les élus.

21  Ahmed Cheniki, « Le FLN des illusions perdues », Le Quotidien d’Oran, 3/2/2005, p. 8. Selon cet universitaire, « quand les responsables du FLN parlent de moderniser le parti, ils se limitent au choix d’un nouvel organigramme […] qui ne change rien aux choses ni à une mentalité de tribu en quête permanente de cheikh ». Pour cet auteur qui n’hésite pas à parler de parti-zaouia, l’enveloppe externe est moderniste mais « le fonctionnement va reproduire la structure groupale traditionnelle ».

22  Plus qu’un néologisme incompréhensible en dehors du discours politique algérien, ce terme est un sobriquet.

23  Voir Achour Cheurfi, La Classe politique algérienne de 1900 à nos jours, Alger, Casbah Éditions, 2001. Après la démission forcée du président de la République Chadli Bendjedid, c’est à lui que devaient revenir les rênes de l’État. Pour éviter cette situation considérée comme fâcheuse, l’armée a contraint le président Chadli à signer un décret de dissolution de l’Assemblée nationale avant son départ, ce qui permettait d’écarter M. Belkhadem dont les thèses pro-islamistes étaient jugées dangereuses. Voir également Ali Bahmane, « Belkhadem le militant », El-Watan, 23/2/2005, p. 24. Pour ce journaliste, « Belkhadem n’a jamais caché ses positions intégristes. Quel que soit le poste prestigieux qu’il occupe dans la sphère étatique ou celle partisane, Belkhadem reste d’abord et avant tout un militant islamiste… ».

24  Aït Ouarabi M., « Les travaux du VIIIe Congrès prendront fin aujourd’hui. Le FLN s’offre au président », El-Watan, 1/2/2005, p. 1-3.

25  Abdelkrim Abada explique les nouveaux statuts du parti « Bouteflika est pleinement président du FLN », Liberté, 14/2/2005, p. 3. Sauf à ajouter qu’à l’issue des travaux de son instance exécutive (sorte de bureau politique) réunie pour la première fois après le Congrès, le communiqué officiel du FLN note que les membres de cette instance, après avoir salué l’acceptation par le président Bouteflika de la présidence honorifique du parti, expriment leur engagement à s’en tenir au contenu du message adressé par le président aux congressistes. Une telle déclaration révèle qu’un rappel à l’ordre a probablement été adressé par la présidence de la République à la direction du FLN, El-Moudjahid, 21/2/2005, p. 4 (article non signé).

26  Voir également l’analyse de Abdou Benabbou, « Lecture sur les lèvres », Le Quotidien d’Oran, 3/2/2005, p. 5. L’auteur parle lui aussi de « piège » et de « souricière ».

27  Abderrahmane Mahmoudi a produit une série d’analyses consacrées au FLN :

1) « le retour du FLN », 1ere, 2e et 3e partie publiées dans Les Débats du 9/3 au 12/4/2005.

2) « Le FLN dans ses œuvres », article en 5 parties publiées dans Les Débats du 14/9 au 18/10/2005.

Connu pour son franc parler, ce patron de presse n’hésite pas à proférer de graves accusations contre le FLN qui aurait joué un « rôle criminel » pendant les années du terrorisme. Pour Mahmoudi : « Si nous nous refusons à dire que le FLN a carrément été l’un des centres de commandement du terrorisme, il est par contre établi qu’il l’a chevauché politiquement pour l’utiliser comme moyen de pression contre l’armée et contre l’État pour imposer son retour aux affaires du pays » (extraits Les Débats, semaine du 9 au 15/3/2005, p. 11).

28  Dans le même ordre d’idées, Abderrahmane Mahmoudi, dans Les Débats du 9 au 15/2/2005, p. 3, au sein de l’éditorial intitulé « Un morceau d’anthologie », a noté : « […] l’acceptation par le président de la République du poste de président du FLN ne pouvait être que le résultat d’une pression intolérable qui l’a contraint à un recul tactique sur son engagement à mettre fin à l’ère de la légitimité révolutionnaire ».

29  S.H., « Le FLN n’appartient qu’au peuple », Liberté, 25/1/2005, p. 3. B. Djillali, « Ahmed Benbella au Forum d’El-Djazaïr news ». Le Quotidien d’Oran, 25/1/2005, p. 4. Après avoir affirmé que le FLN est « la propriété du peuple et qu’il faudra le lui rendre un jour », M. Benbella ajouta cependant « je ne pense pas que ce soit possible actuellement ». S.E. Belabes, Benbella « Bouteflika est le moins nuisible », El-Watan, 25/1/2005, p. 1 et 3.

30  Voir La Tribune, 28/3/2005, p. 2.

31  Consécutivement à la tenue du Congrès, le FLN a tenu la première réunion de son instance exécutive (sorte de bureau politique) le 20/2/2005. À cette occasion M. Belkhadem déclarera triomphant : « Le FLN n’ira pas au musée et n’est pas un musée. » Analysant ces propos, Aït Ouarabi du quotidien El-Watan du 21/2/2005, p. 1 et 3 souligna que « de tels propos d’un homme très proche du président de la République réconfortent la thèse selon laquelle ce dernier a donné un sursis au vieux parti en guise de reconnaissance à son dévouement et à son allégeance ». Selon ce journaliste il s’agit là d’un véritable deal entre le président Bouteflika et le FLN. Quelques mois après cette déclaration, M. Belkhadem déclarera lors des travaux de l’université d’été de son parti : « Le FLN n’a pas fini au musée comme l’ont souhaité certains ; il est même revenu par la grande porte et a repris sa place de première force politique du pays », Le Quotidien d’Oran, 29/8/2005, p. 5.

32  La commémoration a duré une année entière, de novembre 2004 jusqu’au 29/11/2005. À cette occasion, le ministre des Moudjahidine (anciens combattants) a concédé qu’il existait près de 10 000 faux Moudjahidine minimisant ainsi un phénomène de fraude notoirement plus important.

33  Au moment où l’on prétend renforcer le pluralisme politique, le président Bouteflika assène un coup mortel au pluralisme syndical. Dans un contexte de dégradation des conditions d’exercice des libertés syndicales, le chef de l’État déclare ne reconnaître que l’UGTA. Le président l’a déclaré hier à l’occasion du 24 février « […]je ne reconnais que l’UGTA », Liberté, 24/2/2005, p. 3. Ali Bahmane, « La régression », El-Watan, 28/2/2005, p. 3. D.K., « Discours de Bouteflika sur les libertés. Les syndicats autonomes indignés », El-Watan, 26/2/2005, p. 1 et 3. Hammouche M., « Le monopole restauré », Liberté, 8/3/2005, p. 24.

34  El-Moudjahid, 14/2/2005, p. 3.

35  El-Moudjahid, 23/2/2005, p. 4. Lors de ce Conseil des ministres d’une extrême importance puisque consacré au projet de loi relative aux hydrocarbures, aux projets de code de la famille et de code de la nationalité, le projet de loi relatif aux fêtes légales y fut littéralement noyé. Mieux encore, l’intertitre consacré par El-Moudjahid à ce dernier texte était exclusivement consacré à la « suppression de la date du 19 juin de la liste des fêtes légales ». La démarche est donc assurément vicieuse !

36  L’argument ne manque pas de pertinence ; car le 7/4/2005, devant les cadres de la nation réunis à l’occasion du premier anniversaire de sa réélection, le président Bouteflika a annoncé le lancement d’un plan de soutien à la croissance économique (2005-2009) de l’ordre de 55 milliards de dollars (4 200 milliards de dinars). Réagissant à cette annonce, l’économiste Abdelmadjid Bouzidi à noté que ce plan « constitue incontestablement l’événement majeur de ce premier trimestre 2005 », Le Quotidien d’Oran, 21/4/2005, p. 10 ; article intitulé : « Le plan de relance II : un espoir mais aussi des craintes ». Quant à Ahmed Ouyahia, lors de la présentation devant l’Assemblée nationale de la déclaration de politique générale, il soulignait que l’Algérie qui s’est lancée dans un processus de redressement et de développement, sans précédent dans son histoire, a désormais comme objectif stratégique légitime un véritable décollage économique si les réformes structurelles sont menées à terme (El-Moudjahid, 23/5/2005, p. 9).

37  Depuis l’élimination en août 2004 du chef d’état major, Mohamed Lamari et de quelques officiers supérieurs qui lui étaient proches, le président Bouteflika semble exercer à l’égard de l’institution militaire la plénitude de ses pouvoirs. Tout au long de l’année 2005, il fut amené à introduire plusieurs changements dans les structures et au niveau des hommes. C’est ainsi qu’à la faveur du réaménagement du gouvernement le 1er mai 2005, il nomma le général major Guenaïza Abdelmalek comme ministre délégué auprès du ministre de la Défense nationale, ce dernier poste étant toujours entre les mains de M. Bouteflika. M. Guenaïza serait, avec les deux patrons des « services » (le général major Medine dit Toufik et le général major Smaïn Lamari) l’un des trois derniers « janvieristes » (les partisans et auteurs de l’arrêt du processus électoral en janvier 1992). Tous les autres ont été éliminés, leur maintien aux commandes de l’armée semblant antinomique avec la politique de réconciliation nationale prônée par Bouteflika qui a eu à déclarer que l’arrêt du processus électoral fut une première violence. À signaler également, le départ à la retraite du général major Mohamed Touati, connu pour être le plus politique des militaires algériens, qui exerçait la fonction de conseiller auprès du chef de l’État pour les affaires de sécurité. Son élimination a été perçue comme emblématique de l’abandon par l’armée de son rôle politique. Voir B. Mounir, « Retraite pour le général major Mohamed Touati le “cerveau” s’efface », Le Quotidien d’Oran, 7/8/2005, p. 7. Enfin, le président Bouteflika a mis fin aux fonctions du général Larbi Belkheir en qualité de directeur de cabinet de la présidence de la République. Il sera nommé ambassadeur au Maroc. L’élimination de ce pilier du régime a été interprétée par certains observateurs comme signifiant que le président Bouteflika n’a désormais plus besoin d’interface avec l’armée. Homme dit de réseaux, celui qui est par ailleurs surnommé « le cardinal de Frenda » (localité de l’ouest algérien près de la ville de Tiaret d’où il est originaire) allait-il entrainer dans sa chute les milliers de cadres qu’il a placés depuis au moins deux décennies ? Telle est la question que s’est posée la journaliste Ghania Oukazi (Le Quotidien d’Oran, 3/10/2005, p. 2) qui évoqua la probable « débelkherisation » de l’Administration. Mais l’année 2005 s’est achevée sans confirmer cette attente.

38  C’est le lieu de rappeler que M. Belaïd Abdesslam qui fut chef du gouvernement du 8 juillet 1992 au 21 août 1993 a reconnu publiquement qu’il avait été placé à ce poste par les militaires ce qui pourrait expliquer toute l’arrogance qu’il manifesta dans l’exercice de ces fonctions. Or, cette personnalité a exprimé son hostilité au principe de la révision de la Constitution prônée par M. Belkhadem, rejoignant ainsi la position de M. Ahmed Ouyahia. R. Beldjenna, Belaïd Abdesslam à propos de la révision de la Constitution, « ce n’est pas un signe de bonne santé politique », El-Watan, 30 et 31/12/2005, p. 2.

39  Abderrahmane Mahmoudi ne serait pas le seul à le penser. Voir Liberté, 16/1/2005, p. 5 ; article non signé. On peut y lire : « Si Bouteflika est sorti vainqueur du bras de fer qui l’oppose à l’état-major de l’ANP matérialisé par le départ précipité du général Mohamed Lamari, il n’en va pas du tout de même avec le DRS dont les patrons, tout en ayant roulé pour Bouteflika, ne continuent pas moins de soutenir et défendre l’option Ouyahia, non seulement comme chef du gouvernement mais comme successeur de Bouteflika en 2009. »

40  « semble » car dans le cas du parti islamiste MSP (Hamas), l’objectif ultime et inéluctable est d’instaurer un État islamique. D’ailleurs profitant de la maladie du président Bouteflika, ce parti rappellera les onze commandements de son programme.

41  Mais également et surtout que les appareils politiques sont incapables de jouer leur rôle d’intermédiation et de représentation sociale. Aussi, pour cette année encore, la société s’est bruyamment exprimée en dehors de ces cadres par le recours au procédé de l’émeute. Les émeutes furent tellement nombreuses que l’écrivain et journaliste Kamal Daoud, avec beaucoup de dérision et d’ironie proposa de désigner, au titre de l’homme de l’année 2005, le personnage de « l’émeutier inconnu », dénomination qui rappelle, on l’aura compris la forme du « soldat inconnu », manière subtile de rendre hommage aux émeutiers qui se manifestèrent dans ce contexte de vide politique. Voir « Qui est l’homme de l’année 2005 ? », Le Quotidien d’Oran, 22/12/2005, p. 5 par Kamal Daoud qui est l’auteur du roman La Fable du nain, édition Dar el Gharb, 2003, 126 p.

42  Voir également l’analyse développée par M. Djaballah, Chef du parti islamiste MRN-Islah dans le quotidien El-Watan du 5/6/2005, p. 4 : « Ce qu’on observe aujourd’hui constitue un recul manifeste dans certains acquis démocratiques. Il constitue également un vrai danger menaçant le multipartisme en ce sens où il consacre l’unicité politique à la façade pluraliste. C’est comme si le parti unique s’était régénéré avec des ailes et des têtes multiples. »

43  J. L. Hassani, « Djamal ould Abbes à Tizi Ouzou : « La réconciliation est une philosophie, un projet de société », Le soir d’Algérie, 22/8/2005, p. 4 ; Benyounes à Oran : « Un texte capital pour un véritable projet de société », El-Moudjahid, 16 et 17/9/2005, p. 7 ; B. Mounir, « L’amnistie et le projet de société », Le Quotidien d’Oran, 16/5/2005, p. 24 ; Maître Ksentini à la chaine III de la Radio nationale : « un véritable projet de société », El-Moudjahid, 6/9/2005, p. 6. Notons que le président Bouteflika lui-même fut amené à qualifier cette charte de « projet global pour une société authentique », El-Moudjahid, 9/11/2005, p. 10. Il n’est pas sans intérêt de signaler que cette vision est intellectuellement et politiquement récusée par certains au motif que la démarche du président Bouteflika est tout simplement paradoxale. En effet, le chef de l’État a d’abord proposé « la Concorde civile » avant « la Réconciliation nationale ». Or la logique voudrait que la Concorde civile soit le but ultime et donc le projet de société, la Réconciliation nationale n’étant qu’une étape, importante certes, vers la Concorde entre tous les Algériens.

44  À côté de « l’auto-amnistie », il y a l’amnistie (même si ce terme n’est jamais utilisé dans la Charte) des islamistes qui est consacrée dans le chapitre 2 qui prévoit trois types de mesures : extinction de poursuites, grâce, commutation et remise de peines. Toutes ces mesures ne s’appliqueront toutefois pas aux individus impliqués dans les massacres collectifs, les viols, les attentats à l’explosif dans les lieux publics. A contrario tous les crimes et assassinats commis individuellement seront amnistiés. C’est là une démarche qui est récusée par la population algérienne dans sa grande majorité. Ce qui pourrait expliquer le fort taux d’abstention au référendum et le refus d’accorder son pardon.

45  L’opposition légale n’a pas été autorisée à s’exprimer à la télévision et à la radio qui restent des monopoles au service du pouvoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chérif Bennadji, « Algérie : l’année du pardon… officiel », L’Année du Maghreb, II | 2007, 171-199.

Référence électronique

Chérif Bennadji, « Algérie : l’année du pardon… officiel », L’Année du Maghreb [En ligne], II | 2005-2006, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/100 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.100

Haut de page