Navigation – Plan du site
Avant-propos

Sahara, protestations sociales et « révolution ».
Le Maghreb à la croisée des chemins

Éric Gobe et Dominique Casajus

Texte intégral

1La période qui s’étend de la fin de l’année 2010 au début de 2011 constitue une rupture dans l’histoire des régimes autoritaires arabes. Le souffle des protestations sociales est parti de Tunisie et a emporté le régime de Ben Ali le 14 janvier 2011, puis celui de Moubarak en Égypte un mois plus tard. La Tunisie est donc au cœur de la seconde partie de L’Année du Maghreb qui traite de l’actualité maghrébine. Les auteurs de la chronique politique Tunisie de 2010 montrent combien les différents contributeurs de L’Année du Maghreb s’intéressant à la vie politique du pays de l’olivier (Michaël Béchir Ayari, Larbi Chouikha, Vincent Geisser et Éric Gobe) ont produit, au cours de ces six dernières années, des analyses mettant en exergue l’essoufflement du régime de Ben Ali, l’assèchement de ses sources de légitimité, et, par conséquent, l’avènement probable d’un nouveau cycle politique. La « révolution » tunisienne témoigne également du surgissement des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans le processus qui a conduit à la chute de l’ancien régime. Elles ont fonctionné comme une énorme caisse de résonnance où les télévisions satellitaires, les caméras numériques des téléphones portables, les réseaux sociaux sur le web, les cyberdissidents et les médias occidentaux se sont interconnectés pour produire un flot continuel d’images, d’informations et de mots d’ordre déstabilisateurs pour le régime de Ben Ali. L’onde de choc de son effondrement a touché, en premier lieu, l’Égypte. Elle a également frappé la Libye du colonel Kadhafi. Mais le « Guide de la Révolution » a fait montre d’une grande capacité de résistance, en dépit de l’intervention militaire aérienne sur le territoire libyen, en mars 2011, d’une coalition internationale sous le drapeau de l’OTAN. L’Année du Maghreb dont les chroniques politiques traitent de l’année écoulée avant sa parution n’aborde pas le mouvement protestataire libyen et sa transformation en une guerre civile entre les fidèles du colonel Kadhafi, adossés à la Tripolitaine, et les insurgés, ancrés en Cyrénaïque. L’onde de choc tunisienne ne semble pas entamer le bloc algérien. Certes, les émeutes se multiplient depuis plusieurs années à un rythme quasi-quotidien, mais elles n’ébranlent en rien le régime algérien et son pilier, la sécurité militaire. Elles ont un caractère infra-politique : il s’agit pour les émeutiers de réclamer leur part de rente pétrolière et gazière, exigence à leurs yeux d’autant plus légitime que les prix de l’énergie ont régulièrement augmenté ces dernières années et que, par voie de conséquence, l’État algérien a connu une hausse équivalente de ses moyens financiers. Au Maroc, le champ politique semble toujours désamorcé, pour reprendre la belle formule de Mohamed Tozy. Reste à connaître les effets qu’auront les réformes constitutionnelles promues par Mohamed VI en 2011 – considérées comme trop timides par une frange de l’opposition marocaine – sur le fonctionnement de la monarchie alaouite. Quant à la Mauritanie, elle voit l’hégémon du président Mohamed Ould Abdel Aziz se renforcer face à une opposition qui a du mal à se positionner vis-à-vis du chef de l’État et de ses politiques.

2Le « printemps arabe », pour reprendre la formulation des médias occidentaux, a quelque peu occulté les enjeux sahariens. Pourtant cette région constitue toujours un sujet de préoccupations pour l'Occident : refuge d’al-Qaïda au Maghreb (AQMI), le Sahara est analysé en termes strictement sécuritaires. D’une part, il est vu comme une zone d’instabilité susceptible de menacer l’approvisionnement de la France en uranium, et d’autre part, il est perçu comme le lieu de passage des « hordes d’émigrés » d’Afrique subsaharienne prêtes à envahir l’Europe via le Maghreb. Le dossier de recherche de L’Année du Maghreb, coordonné par Dominique Casajus, donne du Sahara une autre image. Rassemblant une douzaine d’enquêtes conduites dans plusieurs des pays qui se partagent le Sahara (Maroc, Algérie, Mauritanie, Mali, Niger), le dossier s’attache à faire valoir combien le Sahara a toujours été pris dans un réseau de relations, au point qu’on ne peut le séparer de ses marges. Des marges auxquelles plusieurs contributions sont consacrées, marges du Sahara ou marges des États dont les territoires empiètent sur lui – les deux pouvant se confondre car les populations qui vivent sur les marges du Sahara ont souvent été marginalisées dans leurs pays respectifs. D’autres contributions s’intéressent à ce qu’on pourrait appeler l’invention du Sahara, une invention progressive et qui se sera prolongée sur des siècles puisqu’elle s’amorce avec les premiers voyageurs arabes, avant que les géographes, les utopistes et les romanciers européens ne prennent ensuite leur relais. D’autres enfin s’intéressent aux mouvements de populations qui l’animent, qu’elles le quittent pour les pays riverains ou qu’elles viennent s’y installer. Car, alors que l’Europe de Schengen s’obstine à voir dans le Sahara un lieu vide dont il faut à tout prix empêcher qu’il ne soit traversé, il est en réalité un pays habité. Et ce depuis longtemps, comme le montrent les deux contributions qui ouvrent le dossier. Figé, le Sahara ne l’aura guère été que durant la période coloniale, et encore. En tout cas, les peuples qui l’habitent sont aujourd’hui en mouvement, et c’est la principale leçon de ce dossier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Gobe et Dominique Casajus, « Sahara, protestations sociales et « révolution ».
Le Maghreb à la croisée des chemins », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/1094 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1094

Haut de page

Auteurs

Éric Gobe

Rédacteur en chef et responsable scientifique de L’Année du Maghreb

Articles du même auteur

Dominique Casajus

Directeur de recherches au CNRS, Centre d’études des mondes africains

Articles du même auteur

Haut de page