Navigation – Plan du site
Tunisie
Chronique politique

Des fissures dans la « Maison Tunisie » ? Le régime de Ben Ali face aux mobilisations protestataires

Vincent Geisser et Éric Gobe
p. 353-414

Entrées d'index

Géographie :

Tunisie
Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir le « Gros Plan » d’Abdallah Tounsi dans le même volume.
  • 2  Michel Camau « Leader et leadership en Tunisie. Potentiel symbolique et pouvoir autoritaire », in (...)

1L’année 2005 a été marquée par toute une série de mobilisations protestataires montrant ainsi les difficultés rencontrées par l’État benalien à maintenir son emprise sur l’ensemble des sphères sociales du pays. Toutefois, ces mobilisations ont gardé un caractère partiel en affectant principalement des groupes professionnels supérieurs. Les avocats d’abord, les magistrats ensuite, puis les universitaires1 et, dans une moindre mesure, les journalistes, se sont engagés dans des actions revendicatives professionnelles qui ont rapidement pris une tonalité politique. L’appareil sécuritaire a, par conséquent, été particulièrement sollicité pour circonscrire l’un après l’autre les mouvements de protestations collectives. Si les manifestations de mécontentement « n’ont donné lieu qu’à des mobilisations restreintes, la hantise d’un dérapage de conflits ou de contestations2 » qui feraient tache d’huile demeure l’obsession de gouvernants dont les « réserves de légitimation » s’étiolent. Les rumeurs autour du cancer du président et l’absence de perspectives politiques au cas où le chef de l’État viendrait à disparaître alimentent une atmosphère d’incertitude qui fait parfois penser à une ambiance de fin de règne. La multiplication et la conjonction des actions collectives dont le point d’orgue a été cette année le Mouvement du 18 octobre pourraient, dans un avenir plus ou moins proche, constituer une menace pour la stabilité d’un régime qui, après le 11 septembre 2001, avait vu son rôle d’allié de choix de l’Occident dans sa lutte contre le « terrorisme islamiste » revitalisé.

Les organisations professionnelles dans les mobilisations protestataires

Des journalistes entre protestations et allégeances

2Lotfi Hajji, ancien rédacteur en chef de la partie arabe de l’hebdomadaire Réalités, avait décidé en 2004 avec quelques collègues de créer un syndicat des journalistes (SJT) pour suppléer aux carences de l’Association des journalistes tunisiens (ajt), transformée en une organisation pro-gouvernementale depuis le début des années 1990. Confrontées à cette initiative, les autorités avaient réagi de façon retorse en refusant par le biais de l’Agence tunisienne de communication extérieure (ATCE) d’accorder à Lotfi Hajji une carte d’accréditation auprès de la chaîne qatarie Al-Jazira.

  • 3  « La FIJ condamne le harcèlement des représentants des journalistes en Tunisie », http://www.tunis (...)

3Interdit depuis lors d’écriture dans la presse tunisienne (à l’exception d’Al-Mawqif, l’organe du PDP), il est sans cesse harcelé par les pouvoirs publics. Son intention de rendre public le rapport du Syndicat des journalistes tunisiens sur l’état des médias en Tunisie à l’occasion de la journée internationale pour la liberté de la presse le 3 mai, lui vaut plusieurs convocations par les services de police. À son retour de Marrakech, le 25 avril, où il s’était rendu pour un séminaire sur la liberté de la presse, une partie des livres qu’il a achetés au Maroc sont confisqués par les autorités à son arrivée à l’aéroport de Tunis-Carthage. Il est ensuite convoqué le 4 mai par la police de Bizerte, qui lui signifie que le syndicat dont il est le président ne dispose pas du statut légal l’autorisant à publier un rapport sur les médias. La veille, le SJT avait diffusé sur internet ledit rapport. Lotfi Hajji est à nouveau convoqué les 7 et 9 mai par les forces de sécurité qui lui demandent la liste des 160 membres supposés du SJT3.

  • 4  À cet argumentaire du pouvoir, Lotfi Hajji rétorque que le SJT n’est pas une association mais un s (...)
  • 5  Syndicat des journalistes tunisiens, « Lettre ouverte à tous les journalistes tunisiens », http:// (...)

4Après une période d’accalmie, la perspective de l’organisation du congrès constitutif du SJT, le 7 septembre, débouche sur une période de crispation des autorités. Les forces de police convoquent le président du syndicat, le 24 août, pour lui notifier l’interdiction de la tenue dudit congrès sous prétexte que le SJT n’est pas une association reconnue4. Le pouvoir fait également pression sur la direction de l’hôtel qui devait abriter les travaux du congrès pour qu’elle ne mette pas de salle à disposition du syndicat. Et le 30 août, celle-ci « exprime son regret de ne pouvoir honorer son contrat »5 sous prétexte de travaux urgents dans la salle devant accueillir le congrès.

  • 6  La campagne de presse a débuté après la publication par Inter Press Service Agency et l’agence de (...)
  • 7  Extraits d’articles cités par José Garçon, « Tunisie : la bête noire de Ben Ali salie. Sihem Bense (...)

5Lotfi Hajji n’est bien évidemment pas le seul journaliste à subir les foudres du pouvoir. On citera plus particulièrement cette année deux autres victimes de harcèlements : Mohamed Fourati et Sihem Bensedrine. Cette dernière, rédactrice en chef du journal en ligne Kalima et porte-parole du CNLT, a été victime durant le mois de mai, peu après la journée internationale pour la liberté de la presse, d’une campagne de presse particulièrement odieuse de la part de plusieurs titres « privés » spécialisés dans les invectives et les attaques contre les opposants et les défenseurs des droits de l’Homme6. Les quotidiens arabophones Ach-Chourouq et As-Sarih, ainsi que les hebdomadaires Al-Moulahidh et Al-Hadath ont rivalisé dans l’insulte : traitée de « création diabolique » débauchant des adolescents, de « machine enragée pour celui qui se rapproche de la clôture de son enfer ou qui tente de frapper à la porte de sa prostitution », Sihem Bensedrine est accusée de « louer son dos – i.e. se prostituer en pratiquant la sodomie – aux étrangers en général et aux sionistes en particulier »7.

  • 8  Observatoire national de la liberté de la presse, de la création et de la diffusion, « Les autorit (...)

6Quant à Mohamed Fourati, journaliste de l’organe du PDP Al-Mawqif, de l’agence Qods Press International et de la publication en ligne Aqlam on Line, il est appelé à comparaître à plusieurs reprises – son procès étant sans cesse reporté – devant la cour d’appel de Gafsa pour répondre à l’accusation d’appartenance à une association non reconnue (en fait le mouvement islamiste Ennahdha). Dans le cadre de cette affaire, qui remonte à décembre 2002, Mohamed Fourati a été acquitté à trois reprises en 2003 et 2004, respectivement par le tribunal de 1re instance et la cour d’appel8. Or, les jugements de la cour d’appel ont été cassés à deux reprises par la cour de cassation, laissant planer une épée de Damoclès au-dessus de la tête du journaliste qui vit dans une insécurité juridique permanente.

  • 9  AJT, 4e rapport annuel sur la situation de la liberté de la presse en Tunisie, 3 mai 2005, http:// (...)
  • 10  Les membres du comité directeur de l’AJT Néji Baghouri, Zied Heni, Mohsen Abderrahmane, « Communiq (...)
  • 11  « Communiqué de l’AJT », 3/5/2005, rapporté par le site d’infotunisie, http://www.infotunisie.com/ (...)
  • 12  Réalités, 4/8/2005.

7On notera également que trois des membres de la commission liberté de l’Association des journalistes tunisiens ont également un court moment franchi la ligne rouge en publiant le 4e rapport annuel sur la situation de la liberté de la presse en Tunisie. L’élaboration de ce document s’est opérée dans un climat de tension au sein du comité directeur de l’AJT. En raison du remplacement du rapporteur initial (Néji Baghouri) par un de ses collègues, thuriféraire du régime, Jamel Karmaoui, trois membres de l’actuel comité directeur et de la commission des libertés chargés de confectionner le rapport (Zied Héni, Mohsen Abderrahmane et Néji Baghouri) prennent l’initiative en mars de le rédiger au nom de l’AJT. Diffusé sur internet le 3 mai, ce rapport évoque la dégradation de la liberté de la presse depuis le début des années 1990, et adopte un ton critique à l’égard de la gestion des médias par le pouvoir9. Néji Baghouri est convoqué le 7 mai par la brigade judiciaire du district de police de Tunis et détenu 4 heures ; dans la foulée le comité directeur se réunit – sans les rédacteurs du rapport – et décide de relever Zied Héni, Mohsen Abderrahmane et Néji Baghouri de leurs fonctions au sein de l’AJT10. Confrontés à ce début d’intimidation, les rédacteurs du rapport rentrent vite dans le rang, « admettent leurs erreurs » et s’engagent « à retirer officiellement le rapport parallèle, élaboré le 3 mai 2005 »11. Ils sont d’ailleurs réintégrés trois mois plus tard dans le comité directeur à l’occasion d’une réunion extraordinaire de ce dernier au début du mois d’août12.

  • 13  Salah Zeghidi, « Abrogation du dépôt légal : changement réel ou faux-semblant ? », At-Tariq al-Jed (...)
  • 14  Sihem Bensedrine, « Abrogation du dépôt légal en Tunisie. Une illustration du non respect de l’Éta (...)

8En cette année de Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI) (voir infra), le pouvoir a tout de même tenté de donner le change en prenant un certain nombre de mesures de « libéralisation » de la presse, en trompe l’œil. Lors de la cérémonie marquant la « journée nationale de la culture », le 27 mai, le président Ben Ali annonce l’abrogation de la procédure du dépôt légal pour les organes de presse. Cette formalité, présente dans de nombreux États et qui est en général destinée à l’information de l’administration et la conservation du patrimoine culturel a été détournée par le régime du président Ben Ali en outil de censure préalable13. Le problème ne provient pas tant du dépôt légal en lui-même que du retard ou du refus illégal de l’administration du ministère de l’Intérieur de délivrer le récépissé que doit exiger un imprimeur pour avoir le droit d’imprimer la publication. Certes, l’abrogation du dépôt légal devrait permettre aux deux journaux de l’opposition « critique » (At-Tariq al-Jedid et Al-Mawqif), d’être mis en vente plus rapidement. Mais cette mesure n’est pas exempte d’effets pervers dans la mesure où le dépôt légal est utile pour conserver les exemplaires des journaux tunisiens et que sa disparition pourrait signifier bien davantage une « abrogation de la conservation de la mémoire » qu’une « abrogation de la censure »14.

9Force est de constater que les velléités de protestations des journalistes ont été de faible ampleur et ont concerné principalement quelques individualités. Ce n’est pas le cas des mobilisations d’avocats et, dans une moindre mesure, des magistrats qui se sont inscrites dans la durée et ont débouché sur une épreuve de force entre le pouvoir et les professionnels de la justice.

Des professions judiciaires sous tension

10Dans la mesure où l’institution judiciaire en Tunisie est intensément mise à contribution pour assurer la pérennité et la reproduction du régime autoritaire, les professionnels de la justice (avocats et magistrats), sont des acteurs clés du dispositif de répression et de contrôle social mis en place par les gouvernants. Ils sont, par conséquent, soumis à de fortes tensions. S’il n’est pas rare de voir les avocats, en fonction de la conjoncture historique, s’inscrire dans des mouvements de protestation, souvent menés au nom du droit, contre les gouvernants, cela l’est bien davantage dans le cas des magistrats. Or, cette année 2005 a témoigné de mouvements protestataires tant dans la magistrature qu’au sein de l’avocature.

  • 15  Comme le démontre amplement la thèse de Liora Israël sur les avocats et les magistrats français pe (...)

11D’une certaine façon, l’histoire du corps des avocats en Tunisie est symptomatique des tentatives répétées et des difficultés de l’État à contrôler une profession libérale dont l’action se doit de contribuer à garantir le respect de l’État de droit, les droits de la défense, le droit pour les justiciables à avoir un procès équitable, etc. À ce titre, ce groupe professionnel est perçu par les gouvernants comme potentiellement dangereux. Toutefois cette assertion ne signifie pas que les hommes à la robe noire auraient partout et toujours une affinité élective avec le libéralisme politique15.

12Le Barreau est soumis en Tunisie, comme sous d’autres latitudes, aux contradictions et aux aléas des dynamiques historiques traversant la société et l’État. Certains avocats utilisent leurs ressources juridiques et leur savoir-faire professionnel pour se positionner comme soutiens de l’ordre établi, même si celui-ci viole les valeurs humanistes et individualistes endossées aussi bien par les avocats pris individuellement que par leur institution professionnelle, l’Ordre des avocats.

  • 16  Sur les raisons de ces difficultés, voir Éric Gobe, « Corporatismes, politisation et dépolitisatio (...)

13Les gouvernants éprouvent de grandes difficultés à « clientéliser » l’organisation représentative que constitue l’Ordre des avocats16. Pourtant, l’élection en 2004 d’un bâtonnier présenté comme modéré en la personne d’Abdessatar Ben Moussa était censée aplanir les relations difficiles entre l’Ordre des avocats et les pouvoirs publics.

14En fait, l’annonce de l’invitation lancée au Premier ministre Sharon par le président Ben Ali pour assister au SMSI a contribué à la cristallisation d’une mobilisation collective de la profession contre les agissements des autorités. L’avocat Mohamed Abbou, membre du parti non reconnu, le Congrès pour la République de Moncef Marzouki, publie le 28 février une tribune sur la liste de diffusion Tunis News dans laquelle il dénonce l’invitation adressée au Premier ministre israélien. Et surtout, dans cet article, il établit un parallèle entre le président Ben Ali et Ariel Sharon : « Les deux hommes ont des caractéristiques communes : ils sont tous deux militaires, tous deux experts en répression des soulèvements et tous deux sont affligés d’une famille impliquée dans des délits de corruption. En outre, ils sont en perpétuelle quête de soutien international ». Mohamed Abbou évoque, dans le même article, et sur un mode ironique, une possible coopération entre les appareils sécuritaires des deux États :

« La Tunisie, de son côté, pourrait envoyer quelques-uns de nos illustres juges afin de mettre un terme à la passivité du système judiciaire israélien. En effet, les juges israéliens disculpent de temps à autre des Palestiniens ou prononcent des peines légères quand l’atteinte à autrui n’est pas établie, à la différence de nos juges qui sont indifférents aux critiques et qui ne pardonnent même pas à leurs compatriotes d’avoir planifié un départ pour aider la résistance palestinienne. Certains ont été condamnés à 15 ans de prison. De même, la Tunisie pourrait rendre service à Sharon en épargnant à son fils les poursuites judiciaires dont il fait l’objet, si Israël acceptait de prendre comme procureur général un juge du parquet tunisien. Son dossier pourrait être clos sous prétexte qu’il est de la famille Trabelsi, qu’il fait partie de la direction de la sûreté de l’État ou du poste de police de Kallaât Laâtach17. »

  • 18  En fait cette commission rogatoire, comme le précise Omar Mestiri, est manifestement antidatée : « (...)
  • 19  Association internationale de soutien aux prisonniers politiques, « Communiqué : arrestation de Ma (...)
  • 20  Mohamed Abbou, « Abou Gharib en Irak et Abou Ghara’ib en Tunisie », http://www.tunisnews.net, 25/8 (...)

15La réaction des pouvoirs publics ne se fait pas attendre, Mohamed Abbou est enlevé dans la nuit du 1er mars sur la voie publique par des policiers en civil. Après avoir annoncé dans la matinée du 2 mars tout ignorer de l’affaire Abbou, le juge d’instruction, Faouzi Sassi, informe le bâtonnier que l’avocat est incarcéré en vertu d’une commission rogatoire délivrée le 28 février18. Maître Abbou est déféré au tribunal de 1re instance pour répondre à l’accusation de « publication et de diffusion de fausses nouvelles dans l’intention de troubler l’ordre public, de diffamation de l’appareil judiciaire, d’incitation de la population à passer outre les lois et de publication d’écrits de nature à troubler l’ordre public »19. Pour brouiller les cartes, et ne pas ajouter aux réactions hostiles provoquées par l’invitation d’Ariel Sharon, les poursuites judiciaires ne portent pas sur le texte incriminé où le président Ben Ali est mis en cause, mais sur un autre article publié par Tunis News le 25 août 2004, dans lequel l’avocat compare les prisons tunisiennes à celle d’Abou Gharib20.

  • 21  Ordre national des avocats, « Communiqué », 2/3/2005, http://www.tunisnews.net, 2/3/2005, voir la (...)
  • 22  Ordre national des avocats, « Communiqué », 4/3/2005, http://www.tunisnews.net, 4/3/2005.
  • 23  Sihem Bensedrine, « Ben Ali prêt à céder sur tout sauf sur la question des libertés », Kalima, n°  (...)
  • 24  D’autant qu’il n’est pas rare que les avocats se voient interdire de rencontrer leur client par la (...)
  • 25  Entre autres, le bâtonnier, deux membres du Conseil de l’ordre, le président de la section de Tuni (...)
  • 26  CNLT, « Violations des droits de la défense en série dans l’affaire Abbou », 16/3/2005, http://www (...)

16Sa comparution devant le juge d’instruction donne lieu dans l’après-midi du 2 mars à des incidents sans précédents dans l’enceinte du Palais de justice de Tunis. Celui-ci est investi par des policiers en civil qui, par la violence physique, empêchent les avocats qui devaient assister Mohamed Abbou d’accéder au bureau du juge d’instruction21. Pour protester contre cette agression, les avocats, à l’appel du Conseil de l’ordre22, observent le 9 mars une grève générale qui est largement suivie23. Pourtant, les autorités ont décidé de jouer l’épreuve de force. Maître Abbou est transféré deux jours plus tard de la prison du 9 avril de Tunis à celle du Kef, à 200 km de la capitale, afin de rendre plus difficiles les visites des avocats qui se sont portés volontaires pour le défendre24. Puis, le 16 mars au matin, alors que le juge d’instruction doit interroger Mohamed Abbou, le Palais de justice de Tunis est bouclé par les forces de l’ordre. Une délégation de cinq avocats25 est autorisée à se rendre au bureau du juge d’instruction, toutefois seul le bâtonnier est admis à entrer. Mais le prévenu est absent et l’entrevue entre le bâtonnier et le magistrat se passe mal : ce dernier expulse manu militari Abdessatar Ben Moussa qui commençait à se plaindre du non-respect de la procédure26.

  • 27  Une vingtaine d’avocats parmi les plus politisés participe au sit-in. Un peu moins de 300 avocats (...)
  • 28  Il est condamné dans la première affaire se rapportant à la publication sur internet de son articl (...)

17Ni les avocats, ni le pouvoir ne semblent vouloir céder. Le comité de défense de Mohamed Abbou appelle à la tenue d’un sit-in ouvert à la maison de l’avocat à partir du 5 avril27. De son côté, l’Ordre mobilise les organisations d’avocats, arabes et internationales, pour soutenir l’action de la profession. Le procès en première instance de Mohamed Abbou s’ouvre le 28 avril dans une atmosphère particulièrement pesante. Jugé dans le cadre de deux affaires, Mohamed Abbou est condamné dans la nuit du 28 au 29 avril à une lourde peine de trois ans et six mois de prison28.

  • 29  http://www.infotunisie.com, 3/5/2005.
  • 30  Fawzi Ben Mrad, avocat d’extrême gauche, ancien secrétaire général de l’Association tunisienne des (...)

18L’offensive des autorités ne s’arrête pas là : le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) réuni en session extraordinaire, tout en exprimant « sa haute considération au président Ben Ali, président du Conseil supérieur de la magistrature » appelle les magistrats à prendre « toutes les mesures qui s’imposent en vue de maintenir l’ordre, lors des audiences »29. Cette mise en garde, adressée par le CSM aux avocats, est immédiatement suivie d’effet : le 3 mai, l’un des avocats de Mohamed Abbou, Fawzi Ben Mrad, alors qu’il vient d’achever sa plaidoirie dans un procès se déroulant à Grombalia, est jugé en comparution immédiate et condamné à 4 mois de prison par le président du tribunal pour outrage à magistrat30.

19Afin de définir la ligne de conduite à suivre face à l’intransigeance des pouvoirs publics, le Conseil de l’ordre des avocats convoque le 14 mai une assemblée générale. Les avocats membres du RCD y sont mis en mis en minorité, et la motion adoptée par ladite assemblée condamne « les agressions récentes dont ont été victimes les avocats » et énumère les modes d’action que pourrait adopter la profession pour que les pouvoirs publics accèdent à leurs revendications31. Ce faisant, cette motion constitue un appel indirect à la cessation du sit-in à la maison de l’avocat. Ce dernier est d’ailleurs suspendu quelques jours après l’assemblée générale de l’Ordre, le 26 mai.

20Toutefois, comme pour saluer cette décision, les autorités font un geste d’apaisement puisque la cour d’appel de Nabeul décide le 30 mai de réduire la peine de Fawzi Ben Mrad de quatre mois à 27 jours et en conséquence de le faire libérer sur le champ. En revanche, il est hors de question pour le pouvoir de rendre sa liberté à Mohamed Abbou qui est allé trop loin dans sa critique du président Ben Ali : il s’agit d’en faire un exemple et d’intimider ceux qui, chez les avocats, auraient des velléités de suivre la même voie que leur confrère. Aussi, la cour d’appel de Tunis confirme le 10 juin, à la suite d’un procès émaillé d’incidents, la peine de trois ans et demi prononcée par le tribunal de 1re instance de la capitale. Mais la tension demeure entre les autorités et le Conseil de l’ordre, d’autant plus que le gouvernement refuse de réou est positiappel

21Si les avocats ont connu depuis l’indépendance du pays plusieurs mobilisations collectives protestataires, tel n’est pas le cas de la magistrature. Les travaux de sciences sociales portant sur cette profession judiciaire dans les régimes autoritaires ont d’ailleurs tendance à la décrire comme un appareil répressif d’État par excellence. Dans l’histoire contemporaine de la Tunisie, la magistrature a constitué une courroie de transmission du pouvoir politique qui l’a utilisée pour lutter contre les mouvements d’opposition et, de manière générale, contre tous les acteurs sociaux ayant des velléités trop forte d’autonomie.

22Pour la première fois sous la présidence de Ben Ali, une fraction de la magistrature représentée par la direction de l’Association des magistrats tunisiens (AMT) s’est inscrite dans une logique oppositionnelle au pouvoir central.

  • 32  Les magistrats tunisiens peuvent être mutés sans leur consentement.
  • 33  La composition du Conseil supérieur de la magistrature et le mode de désignation de ses membres ne (...)

23Si l’affaire Abbou a été le catalyseur de la confrontation entre l’AMT et les autorités, le climat s’était tendu dès la fin de l’année 2004 avec le 10e congrès de l’Association, qui a débouché sur l’élection d’un bureau exécutif et d’un président – Ahmed Rahmouni – considérés comme trop indépendants par le ministère de la Justice et des droits de l’Homme. La motion générale adoptée par ce congrès, qui rejetait de manière catégorique le projet de loi gouvernemental amendant la loi du 14 juillet 1967 relative au statut des magistrats, avait un parfum de contestation. Elle mentionnait sans détours l’absence de garanties fondamentales de l’indépendance de la magistrature dans le nouveau comme dans l’ancien texte de loi : en effet, le projet gouvernemental, comme la loi du 14 juillet 1967, ne reconnaissent pas le principe d’inamovibilité des magistrats de l’ordre judiciaire, y compris ceux du siège32. La motion proposait, outre l’adoption du principe de l’inamovibilité des magistrats (pas de mutations sans leur accord), un régime de promotion automatique, une grille de salaire dynamique et une réforme visant à élargir la base électorale du Conseil supérieur de la magistrature par l’intégration d’un nombre plus important de magistrats élus par leurs pairs33. Cette pevendication d’indépendance de la part de la nouvelle direction de l’AMT a été immédiatement sanctionnée puisque le ministre de la Justice, Bechir Tekkari, refuse de recevoir son nouveau président, Ahmed Rahmouni.

  • 34  AMT, « Communiqué », 2/3/2005, voir la traduction dans les annexes 2.
  • 35  Omar Mestiri, « Violences au palais de justice. Le magistrat barbouze », op. cit.

24La tension monte d’un cran au moment de l’affaire Abbou : le bureau exécutif publie le 2 mars un communiqué dans lequel il dénonce la violation de « l’immunité du tribunal » et « la présence d’agents de sécurité ne faisant pas partie de la police judiciaire »34. Le pouvoir réagit en lançant une campagne de presse visant à déconsidérer le bureau exécutif et une pétition, rédigée par des magistrats proches du pouvoir, commence à circuler pour dénoncer une position qui ne serait pas « représentative de l’avis de tous les magistrats tunisiens ». Par ailleurs, le local de l’AMT est soumis à une surveillance ostensible, et certains membres du bureau exécutif suivis dans leurs déplacements35. Ces mesures ne sont que les premiers éléments d’un dispositif de répression qui va se déployer tout au long de l’année et étouffer progressivement le mouvement de contestation au sein de la magistrature.

  • 36  Selon les statuts de l’AMT, le conseil national n’est pas ouvert à tous les magistrats, seuls les (...)
  • 37  Saraj Hédi, « Le pouvoir tente de déstabiliser l’AMT par l’intermédiaire des magistrats aux ordres (...)
  • 38  Lotfi Ben Saleh, « Que se passe-t-il au sein de l’AMT », As-Sabah, 14/6/2005.
  • 39  Leur but est de limiter l’ordre du jour à la question de la situation de l’AMT en proposant de ret (...)
  • 40  Ach-Chourouq, « Motion de l’assemblée générale extraordinaire », 5/7/2005, voir la traduction dans (...)
  • 41  Sihem Bensedrine, « La fronde des magistrats tunisiens », Kalima, n° 36, http://www.kalimatunisie. (...)

25La mise en place d’un plan de déstabilisation du bureau exécutif prend réellement forme à partir du 12 juin, date à laquelle avait été programmée la réunion du conseil national de l’AMT à Hammamet36. Une soixantaine de magistrats proches du pouvoir et du RCD tentent de prendre possession des locaux au moment de la tenue dudit conseil, obligeant ainsi le président de l’Association et la majorité des membres du conseil national à se retirer et à reporter la réunion au 19 juin37. De leur côté, les magistrats ayant réalisé le coup de force annoncent que le conseil national a décidé de convoquer une assemblée générale le 10 juillet afin d’évaluer l’action du bureau exécutif. Cette information est largement relayée par une campagne de presse dénonçant l’attitude du président de l’AMT et évoquant l’éventualité d’un retrait de la confiance accordée au bureau exécutif38. Toutefois, la réunion du conseil national du 19 juin se déroule normalement et les partisans d’Ahmed Rahmouni croient pouvoir couper l’herbe sous les pieds des magistrats pro-gouvernementaux en décidant à la majorité de convoquer une assemblée générale le 3 juillet. Celle-ci se déroule dans un climat particulièrement houleux, les magistrats inféodés au pouvoir tentant de changer l’ordre du jour39 et d’imposer Khaled Abbes, l’ancien président de l’AMT, pour présider aux travaux de l’assemblée générale. Leur proposition rejetée par la majorité de l’assemblée générale, ils se retirent dans une salle contiguë et publient une motion, présentée comme étant celle de l’assemblée générale, dans laquelle ils annoncent leur décision de créer un comité provisoire chargé de gérer les affaires l’AMT, ainsi que de « retirer leur confiance aux membres du bureau exécutif actuel et de fixer au 4 décembre un congrès électif extraordinaire »40. La presse diffuse alors largement cette motion tout en ignorant celle effectivement votée par l’assemblée générale41.

  • 42  CNLT, « Nouvelle loi relative au système judiciaire, au Conseil supérieur de la magistrature et au (...)
  • 43  Deux membres du comité exécutif en les personnes de la secrétaire générale de l’AMT, Kalthoum Kenn (...)

26Les épisodes suivants de la reprise en main de l’AMT se dérouleel42. Au total une trentaine de dirigeants de l’Association sont affectés dans de nouvelles juridictions, parfois à plus de 400 kilomètres de leur lieu de résidence43. Le choix de la date de l’annonce de ces mutations-punitions, peu après le vote d’une législation contestée par les magistrats n’est pas fortuit : le pouvoir montre ainsi qu’il n’est pas disposé à renoncer à l’une de ses principales armes de contrôle de l’institution judiciaire. Par cette décision, il fait valoir que formuler une telle pevendication pevient à franchir la ligne rouge et à s’exposer à de sévères sanctions.

27Mais les autorités n’en restent pas là : l’avant-dernière étape de la reprise en main consiste à interdire l’accès du siège de l’AMT à son président et aux membres du bureau exécutif. En effet, le 29 août, le procureur de la République près le tribunal de 1re instance de Tunis convoque Ahmed Rahmouni et lui demande de remettre les clés du siège de l’AMT, sous prétexte que le bureau exécutif et lui-même se sont vus retirer la confiance par l’assemblée générale du 3 juillet44. Deux jours plus tard, les serrures du local de l’AMT sont changées, empêchant par là-même au président et aux membres du bureau exécutif d’accéder au siège. Celui-ci est désormais occupé par le comité provisoire chargé de gérer les affaires de l’AMT qui, en mission commandée, doit mettre un point final à l’élimination de la direction de l’AMT issue du 10e congrès. Il le fait en s’appuyant sur le congrès électif du 4 décembre, en dépit d’un dernier baroud d’honneur d’Ahmed Rahmouni qui tente, en vain, de le faire annuler en introduisant un recours en référé devant le tribunal de 1re instance de Tunis. Ce congrès consacre la victoire de Khaled Abbes, ancien président de l’AMT et proche du ministre de la Justice Béchir Tekkari, ainsi que l’étouffement de l’aile contestataire de la magistrature.

28Ce type de pratiques, qui consistent à éliminer des dirigeants trop indépendants d’associations ou d’organisations syndicales en créant des institutions parallèles est une constante dans l’histoire de la Tunisie indépendante de Bourguiba à Ben Ali. Pour domestiquer les associations reconnues, notamment les organisations ayant vocation à promouvoir les droits de l’Homme, les pouvoirs publics mettent en œuvre d’une année sur l’autre une panoplie de techniques répressives assez diversifiées. Une première technique d’ordre juridique consiste à instrumentaliser l’institution judiciaire et à utiliser l’arme de la procédure pour empêcher toutes velléités d’autonomie et d’indépendance de la part des associations. Elle a l’avantage de participer à la fiction de l’existence d’un État de droit, respectueux des procédures, puisque ce sont, la plupart du temps, des adhérents de ces organisations (certes membres du RCD) qui saisissent la justice. Ce faisant, le gouvernement peut affirmer qu’il n’a aucun problème avec ces associations, et que les procédures engagées en justice se rapportent à des affaires internes concernant les adhérents. La seconde technique est d’ordre financier et vise à contrôler les financements extérieurs auxquels peuvent prétendre des organisations comme la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH) et l’Institut arabe des droits de l’Homme (IADH). Depuis décembre 2003, la loi « relative au soutien des efforts internationaux de lutte contre le terrorisme et à la répression du blanchiment d’argent » facilite le contrôle des autorités sur les finances des associations. En effet, celles-ci « se voient restreindre les sources de financement et étouffer leurs activités sous prétexte du respect des procédures de “gestion prudentielle” ». Or, c’est justappel45 que les pouvoirs publics ont bloqué cette année les financements destinés à l’IADH.

Des acteurs des droits de l’Homme en butte au harcèlement

Une LTDH interdite de congrès

29La Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme doit faire face à la politique de déstabilisation mise en œuvre par le Palais de Carthage depuis son 5e congrès en octobre 2000. L’objectif des gouvernants tunisiens est de faire émerger à la tête de la doyenne des ligues arabes une direction plus « docile » à leur égard. À l’instar des années précédentes, l’administration a tenté plusieurs fois de déstabiliser l’actuelle direction de la LTDH en mettael

  • 46  LTDH, « Plaidoyer pour la Ligue : acte III », http://www.tunisnews.net, 3/9/2005.
  • 47  Sihem Ben Sedrine, « La LTDH et le défi de l’indépendance », Kalima, n° 37, http://www.kalimatunis (...)
  • 48  Il s’agit des sections de Tataouine, Montfleury, Séjoumi, le Kef, Kasserine, Hammamet et Tunis-Med (...)

30Le pouvoir ne peut accepter l’opération de restructuration votée dans une motion du 5e congrès et lancée par le comité directeur de la LTDH depuis le début de l’année. Celle-ci a pour objectif de réduire le nombre des sections afin, officiellement, de professionnaliser la structure de la Ligue. Mais dans les faits, elle pevient à se débarrasser des sections n’ayant « pour fonction que de donner des sièges aux candidats du RCD » (Belhassen, 2004, p. 118). Le comité directeur de la LTDH a mis au point une règle qui prévoit une section par gouvernorat si le nombre d’adhérents est supérieur à 50 et une seconde à condition que le nombre de membres soit supérieur à 150. Dans le grand Tunis (4 gouvernorats) où 14 sections existent, il est prévu de fusionner les sections dont le nombre d’adhérents ne dépasse pas les 5046. Ainsi, à la fin août, la restructuration aboutit à la réduction du nombre des sections de la Ligue qui passent de 41 à 2447. Parallèlement à ce processus, sept sections dissoutes et contrôlées par le RCD tiennent leurs congrès et constituent de nouveaux bureaux, faisant fi de la règle de la LTDH selon laquelle seul le comité directeur est habilité à remettre les cartes de renouvellement et à convoquer les congrès de section48.

31Ces congrès sont le prélude à une offensive répressive et judiciaire de la part des autorités tunisiennes qui sont bien décidées à faire annuler le 6e congrès de la LTDH prévu les 9, 10 et 11 septembre 2005. Le 1er septembre, les présidents des sections régionales dissoutes tiennent un point presse au cours duquel ils affirmeel49. Les plaignants assigneelre instance de Tunis dans le but d’empêcher la tenue du 6e congrès de la LTDH50. Le tribunal leur donne raison et prend la décision le lundi 5 septembre 2005 de suspendre le congrès de la LTDH ainsi que tous les travaux préparatoires jusqu’à ce qu’un jugement définitif soit rendu.

  • 51  On peut formuler l’hypothèse que c’est le moment où le jugement est rendu – c’est-à-dire à la veil (...)
  • 52  LTDH, « Déclaration », 22/8/2005, http://www.tunisnews.net, 25/8/2005.

32L’examen de l’affaire au fond sera sans cesse reporté tout au long du dernier trimestre. Il semblerait pourtant à un moment que les plaignants aient retiré leurs plaintes lors de l’audience du 12 novembre. Mais peine perdue, le retrait n’ayant pas été le fait de l’ensemble des plaignants, le tribunal renvoie l’examen de la plainte51. Cet usage de l’arme juridique et procédurale s’est accompagné d’une vague de répression à l’égard des militants de la LTDH. Le 19 août à Nabeul, des policiers en civil empêchent par la force la tenue du congrès de la section de cette ville, tandis que le 21 août, date de la tenue du conseil national de la LTDH, des policiers en civil assiégent le local et empêchent les présidents des sections, membres du conseil national, d’accéder au siège de la Ligue52.

  • 53 LTDH, « Infos – Express : le siège de la LTDH est assiégé par la police tunisienne »,http://www.pdp (...)

33De nouveau, le 7 septembre, des forces de police en civil el53. À la mi-septembre, les locaux de la LTDH de certaines villes de province sont encerclés par les forces de police pour empêcher les réunions de comités de section de se tenir. Les opérations visant à interdire l’accès des locaux de la Ligue à ses adhérents se répètent tout au long des mois de septembre et d’octobre. Cette politique de harcèlement judiciaire et de répression s’articule à un discours alimenté par des campagnes de presse régulières, structurées autour de deux thèmes principaux : la dénonciation de l’inféodation de la Ligue aux intérêts étrangers et la politisation de l’organisation. Le tabloïd en langue arabe Al-Hadath fait de la question des fonds de l’Union européenne destinés à la Ligue et gelés par le gouvernement tunisien le principal argument de sa dénonciation de l’actuel comité directeur :

  • 54  Al-Hadath, « Amères vérités au sujet d’une Ligue qui n’est pas libre », 7/9/2005.

« La question de l’indépendance de la LTDH est la principale source de conflit. De nombreux militants refusent le financement extérieur de la Ligue quel qu’en soit le motif. Ils estiment que celui-ci ne peut être qu’intéressé et reprochent aux membres du comité directeur leurs nombreuses relations avec des milieux étrangers dont les desseins sont connus ; leurs déplacements fréquents aux États-Unis, en Asie et en Europe ; leurs séjours dans les plus grands hôtels ainsi que leur course effrénée après les réceptions dans les ambassades et à l’étranger54. »

  • 55  Mouldi M’Barek, « LTDH : après le jugement en procédure d’urgence en faveur de la suspension de la (...)

34Le journaliste Ridha Mellouli, président d’une section « dissoute » de la capitale (Tunis-Médina) reproche à la direction de la LTDH d’être politisée. Il condamne « les abus répétés du comité directeur actuel qui a transformé la Ligue en une sorte de secte et restreint son audience tout en l’instrumentalisant à des fins politiques et partisanes »55. Par ailleurs les autorités se défendent d’être les responsables du harcèlement de la Ligue :

  • 56  Boubaker Sghaier, « Pourquoi pas une charte de la société civile ? », Al-Moulahidh, 14/9/2005.

« Il est injuste que des professionnels de salon fassent porter au pouvoir la responsabilité des derniers développements au sein de la LTDH. Celui-ci, tout comme le parti au pouvoir, n’a rien à voir dans ce conflit et même si des proches du RCD y sont impliqués. N’ont-ils pas le droit, tout comme d’autres sensibilités, de militer au sein de la LTDH ? Le problème ne réside pas dans le lien direct ou indirect du pouvoir avec la crise actuelle, comme le soulignent les « héros » de la LTDH, mais plutôt dans les dérives de la Ligue qui s’est transformée en parti politique56. »

  • 57  Mouldi M’Barek, « LTDH : après le jugement … », op. cit.
  • 58  Voir le site de l’IADH, http://www.aihr.org.tn.

35Les autorités souhaiteraient voir la Ligue se concentrer sur la « diffusion de la culture du respect des droits de l’Homme, la promotion du dialogue au sein de la société et la consécration de la tolérance »57 et éviter ainsi que l’organisation ne s’intéresse de trop près à leurs violations. Adopter un tel programme peviendrait à transformer la LTDH en une organisation similaire à l’Institut arabe des droits de l’Homme (IADH), ONG régionale arabe ayant pour vocation de promouvoir la « conscience des droits de l’Homme en termes politique, civique, économique et culturel contenus dans la déclaration universelle des droits de l’Homme, les pactes internationaux, ainsi que de diffuser la culture des droits de l’Homme et de la démocratie dans les pays arabes58. »

Un IADH interdit de financement

  • 59  Kamel Ben Younes, « Conférence de presse de l’Institut arabe des droits de l’Homme : “nous sommes (...)

36Cette ONG, installée à Tunis, et créé en 1989 par l’Organisation arabe des droits de l’homme, l’Union des avocats arabes et la LTDH avec le soutien du Centre des Nations-Unies pour les droits de l’Homme, développe une activité qui ne fait pas vraiment peur aux régimes autoritaires de la région : il se contente, à titre principal, d’organiser des sessions de formation aux droits de l’Homme et de publier des brochures et des ouvrages à caractère didactique sur ce même thème. Cette organisation s’est d’ailleurs toujours abstenue de formuler la moindre critique à l’égard des gouvernants tunisiens. En dépit de ce caractère peu dérangeant, les pouvoirs publics bloquent depuis 2004, en vertu de la loi de lutte contre le terrorisme et le blanchiment de l’argent, les fonds en provenance de divers organes de l’ONU (UNICEF, UNESCO et Haut commissariat des droits de l’Homme) destinés à financer l’activité de l’Institut. Face à cette situation qui met dans une position financière difficile l’Institut, son président, Taïeb Baccouche, ancien secrétaire général de l’UGTT, tient le 7 juin une conférence de presse dans laquelle il se plaint du « blocage injustifié » des fonds dans les banques tunisiennes59.

  • 60  Khemaies Ksila, vice-président de la LTDH est réfugié en France depuis 2002. Il a été condamné par (...)
  • 61  Al-Mawqif, 29/7/2005.

37En fait, il apparaît rapidement que l’IADH est sanctionné par les autorités parce qu’il fait figurer Khemaies Ksila60 dans son conseil d’administration. Toutefois, les pouvoirs publics sont désireux de ne pas aller trop loin dans leur politique de harcèlement pour éviter toute éventualité d’un transfert de l’IADH vers un autre pays arabe, notamment le Liban. Un terrain d’entente est rapidement trouvé : dans un premier temps, Khemaies Ksila déclare le 20 juillet dans un entretien à la chaîne satellitaire Al-Jazira qu’il est prêt à présenter sa démission du conseil d’administration de l’IADH si celle-ci peut contribuer au déblocage des fonds61 ; dans un second temps, la LTDH et l’IADH se mettent d’accord pour mettre fin aux fonctions de Khemaies Ksila au sein du conseil d’administration de l’Institut.

38Force est de constater que le caractère sectoriel et partiel des mouvements de protestation a permis aux autorités de les circonscrire d’un point de vue sécuritaire de façon efficace les uns après les autres. Le « Mouvement du 18 octobre », bien qu’il n’ait pas permis la cristallisation de « mobilisations multisectorielles » susceptibles de déstabiliser le régime, constitue un « coup politique » et une forme de mobilisation plutôt a-typique dans l’histoire de la Tunisie indépendante.

Le Mouvement du 18 octobre : un « coup politique » dans le contexte du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) ?

  • 62  La première phase du SMSI, quant à elle, s’est tenue à Genève, du 10 au 12 décembre 2003

39Que l’on se place du point de vue des détenteurs du pouvoir ou de celui des milieux oppositionnels, la seconde phase du SMSI, qui s’est déroulée à Tunis du 16 au 18 novembre 2005, a constitué l’événement majeur de l’année 200562.

  • 63  Voir à ce sujet, M’Barek Khaled, « L’élan brisé du mouvement démocratique », Annuaire de l’Afrique (...)

40Pour les premiers, le sommet doit permettre de tenter de modifier l’image désastreuse du régime tunisien en termes de respect de libertés fondamentales et de droit à l’information. Depuis l’élection présidentielle de 1999 et la gestion catastrophique de l’affaire Ben Brick63, les rapports des ONG internationales sur la situation inquiétante de la presse et des médias en Tunisie se sont multipliés (RSF, FIDH, Amnesty International, Human Rights Watch International, etc.), égratignant au passage la réputation de tolérance et celle de « modèle de stabilité politique ».

41Pour les seconds, il s’agit de tirer profit de l’opportunité du sommet et de la présence des médias internationaux et des responsables gouvernementaux du monde entier pour tenter de gagner des points dans le face-à-face qui les oppose au régime, cherchant soit à le décrédibiliser totalement (stratégie radicale), soit à obtenir des concessions en termes de reconnaissance légale et de conquête d’espaces de liberté même parcellaires (stratégie de compromis).

42En somme, ce sommet représente une vraie gageure pour l’ensemble des acteurs publics tunisiens (hauts responsables du régime comme opposants indépendants), dans la mesure où, il était presque inattendu que l’Assemblée générale de l’ONU choisisse de tenir l’événement international64 dans un tel contexte sociopolitique marqué par un verrouillage sécuritaire de l’information et de l’ensemble des moyens de communication.

43Dès lors, l’on peut comprendre que certaines composantes de l’opposition indépendante, dont les marges de manœuvre sont en permanence limitées par le contrôle sécuritaire et les pratiques de harcèlement du régime, aient voulu se saisir de l’opportunité d’un tel événement international sur le sol tunisien, pour opérer un véritable « coup politique » au sens où l’entendent habituellement les sociologues de la mobilisation collective.

La grève de la faim collective : un « coup politique » pour faire pièce à la répression préventive

  • 65  Ils étaient sept au départ mais ont été rejoints par une nouvelle personnalité au cours de la mobi (...)
  • 66  En référence au premier jour de la grève de la faim, le 18/10/2005.
  • 67  « Pour ce qui est des “coups” eux-mêmes, on visera par ce terme les actes et les comportements ind (...)

44Sur le plan strictappel65, plus connue sous le nom de « Mouvement du 18 octobre66 » s’apparente à un « coup politique » – au sens de Michel Dobry – s’inscrivant dans un jeu de défiance à l’égard du régime67. Cette logique du coup politique est d’ailleurs largement théorisée par les initiateurs de la grève de la faim du 18 octobre :

  • 68  Néjib Chebbi, l’un des initiateurs du Mouvement du 18 octobre, cité par Florence Beaugé, « Sept pe (...)

« Notre grève est purement politique. Nous sommes extrêmement déterminés à la poursuivre. C’est notre ultime recours. […] Nous voulons dire au monde qu’il n’est pas possible de venir discourir sur la liberté d’expression et d’Internet dans un pays écrasé par une chape de plomb, sans libertés et sans respect pour les droits de l’Homme les plus élémentaires68. »

45À cet égard, le Mouvement du 18 octobre peut être traité comme la séquence d’une crise politique qui est venue non seulement modifier les attentes des acteurs de part et d’autre (opposants/régime) mais aussi les configurations protestataires qui dominaient jusque là les scènes politiques tunisiennes (changements se produisant au sein même des milieux oppositionnels). C’est donc une mobilisation relativement « inédite » dans l’histoire politique tunisienne contemporaine.

46Inédite, d’abord, par son caractère unitaire, rassemblant des protagonistes de tout bord, dont les sensibilités politiques et idéologiques se déclinent de l’extrême gauche aux islamistes nahdaouis en passant par les nationalistes arabes, les islamo-progressistes (anciens animateurs de la revue 15-21), les « indépendants » et certains défenseurs des « droits de l’Homme ».

47Inédite, ensuite, par l’ampleur des soutiens internes et externes qu’elle a suscités, établissant une véritable chaîne de solidarité en Tunisie et à l’étranger avec, pour une fois, une assez forte mobilisation des régions de l’intérieur du pays.

48Inédite pas l’onde de choc diplomatique qui a sérieusement remis en cause la configuration initiale du SMSI qui devait être « consensuelle » et qui a été,

49Inédite, enfin, par la montée en puissance de la répression déployée par le régime benalien qui s’est retrouvé plusieurs fois dépassé par le mouvement et qui a dû sans cesse réajuster ses réponses.

Un mouvement unitaire : préfiguration d’un front oppositionnel au régime ?

  • 69  À ce sujet, voir nos(...)
  • 70  C’est d’ailleurs le cabinet professionnel de Ayachi Hammami que les grévistes de la faim ont chois (...)

50Contrairement à une idée reçue, le Mouvement du 18 octobre n’a pas fait l’objet d’une très longue préparation et concertation entre les différentes composantes de l’opposition tunisienne. S’il ne constitue pas non plus une mobilisation « spontanée », dans la mesure où il a été tout de même « pensé » et « réfléchi » par ses principaux protagonistes, il est aussi révélateur de l’état des sociabilités protestataires en Tunisie qui relève d’une forme de paradoxe permanent. Malgré la proximité sociologique, la densité des réseaux relationnels construite au fil des luttes contre le régime autoritaire, les oppositions tunisiennes ont toujours éprouvé des difficultés à développer des actions unitaires en raison des enjeux de leadership et de la polémique récurrente sur la « place » à accorder aux islamistes. Mais, contrairement, à d’autres scènes politiques arabo-musulmanes (Algérie et Maroc, par exemple), où il existe une véritable fracture entre « opposition démocratique laïque » et « opposition islamisante », en Tunisie, les relations entre les militants et les responsables de ces différents courants idéologiques et politiques ont toujours été régulières et suivies69, grâce notamment à des lieux de débats et de luttes communs, tels que la LTDH qui, depuis plus de vingl70 ; Lotif Hajji, secrétaire général du SJT (voir supra), est un ancien islamiste progressiste (15-21), « théoricien » du dialogue entre l’islam politique et la gauche ; Mohamed Nouri, président de l’Association internationale de soutien aux prisonniers politiques (AISPP), sans être officiellement affilié à Ennahdha (interdit) est proche du parti islamiste et joue le rôle de « contact officieux » avec les autres organisations ; enfin, Mokhtar Yahyaoui, le « juge rebelle » qui avait osé défier Ben Ali, en juillet 2001, par une lettre ouverte dénonçant la corruption de la Justice et son inféodation totale au pouvoir présidentiel, se définit lui-même comme « trans-courants » à la fois libéral, démocrate et « islamisant ».

51En ce sens, les grévistes de la faim du 18 octobre sont non seulement des « intimes militants », habitués à travailler ensemble dans les divers cercles protestataires tunisiens, mais aussi des médiateurs au sein de leur propre famille politique, résolument convaincus de la nécessité de promouvoir une démarche de dialogue au sein de l’opposition.

Ampleur des soutiens internes et externes : une mobilisation transnationale performante

52Depuis l’affaire Ben Brick (1999-2000), les milieux oppositionnels tunisiens n’étaient pas parvenus à susciter une telle mobilisation des « soutiens » à l’intérieur et à l’étranger mais surtout dans les différentes régions du pays, pour lesquelles la scène protestataire nationale très « tuniso-centrée » – la capitale, Tunis, concentre la quasi-totalité des actions de contestation – ne réussit pas toujours à établir des relais et des jonctions militantes. De ce point de vue là, le Mouvement du 18 octobre est symptomatique d’une tendance à la professionnalisation des acteurs protestataires tunisiens qui, malgré leur manque de moyens matériels et financiers et les « coups répressifs » portés par le régime, ont acquis une certaine expérience dans l’art d’organiser et de communiquer.

53Dès les premiers jours (le 22 octobre exactappel) est mis en place un Comité national de soutien aux grévistes de la faim, composé de plus de soixante personnalités tunisiennes, recouvrant l’ensemble du « spectre contestataire tunisien ». Sa présidente est la professeure de droit public Sanaa Ben Achour, connue pour son engagement à la fois dans les milieux des défenseurs des droits de l’Homme (CNLT) mais aussi son activisme féministe au sein de l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD, organisation indépendante du régime). Ce choix apparaît judicieux, dans la mesure où S. Ben Achour est réputée pour être résolument hostile à toute alliance politique avec les courants de l’islam politique : d’entrée le mouvement, malgré la présence d’islamistes en son sein, reçoit donc une triple caution « laïque », « démocratique » et « féministe », ce qui n’est pas négligeable dans un contexte international où l’argument anti-islamiste est fréquemment brandi pour discréditer toute action contestataire. Outre une quasi-professionnalisation, le Comité melAl-Mawqif et à Al-Hayat) ; une commission matérielle confiée à Mayya Jribi. Cette efficacité organisationnelle ne manquera pas de produire des résultats rapides, l’« effet 18 octobre » se répandant comme une traînée de poudre protestataire face à un régime qui semble totalement pris de cours.

54Sur le plan sectoriel, d’abord, où les mobilisations autour du Mouvement du 18 octobre offrent une sorte d’effet miroir par rapport au parti présidentiel (RCD) qui, lui aussi, cherche à contrôler l’ensemble des secteurs vitaux de la société tunisienne. Le mouvement reçoit, en effet, le soutien d’un très grand nombre d’organisations nationales qui ne sont pas forcément connues pour leur engagement oppositionnel : le syndicat de l’enseignement primaire (UGTT), le syndicat de l’enseignement secondaire (UGTT), le syndicat des PTT (El Barid, idem), le syndicat de la santé publique (idem), l’Union générale du travail de Sfax (l’une des plus importantes fédérations régionales de l’UGTT) mais aussi le Barreau de Tunis (visite aux grévistes du bâtonnier), l’ATFD, le Syndicat des journalistes tunisiens, la LTDH…

55Ensuite, la quasi-totalité des personnalités tunisiennes indépendantes rendront visite aux grévistes de la faim, y compris les plus hostiles au mouvement islamiste, au premier rang desquels : Mohamed Charfi, ancien ministre de l’Éducation nationale de Ben Ali, Yadh Ben Achour, professeur de droit public, ancien membre démissionnaire du Conseil constitutionnel, le mathématicien de renommée internationale Moncef Ben Salem, le poète Mohamed Seghaïer, ancien directeur de la « Maison de la Poésie » et aussi des personnalités plus « engagées » comme l’historien Mohamed Talbi (membre-fondateur du CNLT), l’ancien prisonnier politique, ex-dirigeant national d’Ennahda, Ali Laarayedh, Mustapha Ben Jafaar (FDLT), Khemaïs Chammari (ancien leader du MDS), Khédija Chérif (ATFD et CNLT), etc.

56Sur le plan générationnel, on pouvait penser que le Mouvement du 18 octobre ne parviendrait à toucher que les classes d’âge les plus anciennes (au-delà de 50Al-jou’ wa La Al-Khounou’ i.e. la faim et non l’asservissement.

57Sur le plan territorial, enfin, dix-huit régions ont organisé des grèves de la faim dites « solidaires » de 48 heures qui ont été majoritairement accueillies dans les sections locales de la LTDH, d’Ettajdid ou du PDP. Au total, plus d’une cinquantaine de militants locaux se sont joints indirectement au Mouvement du 18 octobre, notamment dans les régions de Sousse, Monastir, Sfax, Gabès, Tozeur, Gafsa, Kasserine, Sidi-Bouzid, Jendouba, Siliana, Mateur, Kélibia, Madhia, Bizerte…, couvrant ainsi la quasi-totalité des gouvernorats de la République.

  • 71  Organisation mondiale contre la torture.
  • 72  Groupe d’observation de la Tunisie qui rassemble une dizaine d’organisations des droits de l’Homme (...)

58Le Mouvement du 18 octobre a également pris à l’étranger, où, outre les ONG qui travaillent traditionnellement sur le « dossier tunisien » (Amnesty International, FIDH, OMCT71, IFEX-TMG72, RSF, etc.), l’on a pu enregistrer de nombreuses prises de positions des acteurs politiques « sensibles » à la question tunisienne : au Maroc, où des partis politiques de gauche et des ONG indépendantes ont décidé d’adresser une pétition au président Zine El Abidine Ben Ali ; en Algérie, où une délégation du Front des forces socialistes (FFS) de Hocine Aït Ahmed est venue rendre visite aux grévistes de la faim ; et surtout, en France, où la quasi-totalité des partis de gauche (PCF, Verts et PS) ont exprimé, dans un premier temps, leur solidarité avec le Mouvement du 18 octobre, avant de demander, pour certains d’entre eux, l’annulation pure et simple de la participation française au SMSI, contrastant en cela avec la prudence, sinon la bienveillance, de l’UMP présidé par le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy, dont cinq députés ont même rédigé un message de soutien au président tunisien.

59Ce processus d’externalisation du Mouvement du 18 octobre ne s’est pas traduit uniquement pas des prises de positions d’acteurs que nous pourrions qualifier d’« engagés » ou d’« associatifs » (ONG, associations des droits de l’Homme, partis, etc.) ; il a également suscité une véritable onde de choc diplomatique, modifiant considérablement la configuration des jeux internes au SMSI.

L’onde de choc diplomatique ou la délégitimation progressive de la « version officielle » du SMSI

  • 73  Celui-ci a été très probablement agressé par des agents de la police politique tunisienne après av (...)
  • 74  AFP, 14/11/2005.

60L’un des effets inattendus de la mobilisation et, que ces initiateurs n’avaient probablement prévu au départ, est l’implication des missions diplomatiques qui, plus est, de pays traditionnellement alliés du régime tunisien, vantant son « modèle économique » et sa « réussite » dans l’éradication du phénomène islamiste. En effet, la quasi-totalité des grands États occidentaux ont dépêché sur place des « émissaires » auprès des grévistes de la faim : les États-Unis (visite du secrétaire aux Affaires politiques et aux droits de l’Homme), la Grande-Bretagne (le numéro « 2 » de l’ambassade), l’Allemagne (un ministre fédéral accompagné de l’ambassadeur en titre), le Canada (le chef adjoint de la mission diplomatique) et, bien sûr, le Bureau de l’Union européenne sis à Tunis. La France, quant à elle, a préféré au nom de la Realpolitik chiraquienne à l’égard du régime benalien, rester en retrait du « mouvement ». Il a fallu attendre l’agression physique, le 11 novembre, du journaliste du quotidien Libération, Christophe Boltanski73, pour que le ministère français des Affaires étrangères daigne sortir de sa réserve en publiant un communiqué, demandant aux autorités tunisiennes de faire « toute la lumière » sur cette affaire74.

61Ce non-engagement de la « France officielle » aux côtés des acteurs du Mouvement du 18 octobre – c’est pourtant dans l’Hexagone que résident la grande majorité des exilés politiques tunisiens – va être largement compensé par deux victoires diplomatiques et non des moindres.

  • 75  Voir l’entretien de Cees Hamelink au journal néerlandais Volkskrant, cité par Le Bulletin n° 27 du (...)

62Le premier « coup » est venu des Nations-Unies : à quelques jours de l’ouverture, Cees Hamelink, conseiller spécial du secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, sur le dossier « communication » – il est, à ce titre, l’un des acteurs centraux du SMSI –, donne sa démission, en se livrant à un violent réquisitoire contre le régime benalien75.

63Le second « coup » est donné par les milieux officiels suisses, fait qui serait resté probablement anodin, si le gouvernement helvétique n’était pas précisément le co-organisateur du SMSI, puisque la première phase du sommet s’était tenue à Genève en décembre 2003. Dans un discours, certes, diplomatique mais, très explicite, le ministre suisse de la Communication, Moritz Leuengerberger, critiquera de manière à peine feutrée la gestion de la « crise » par le régime tunisien, soutenant indirectement les acteurs du Mouvement du 18 octobre.

  • 76  La consécration du Mouvement du 18 octobre a été sans doute la visite de la Prix Nobel de la Paix (...)
  • 77  Faute de place dans cette chronique, nous ne pourrons développer les différentes réponses développ (...)

64Si l’on excepte la « prudence » de la France officielle, concernant le traitement du régime benalien, l’on serait tenté d’affirmer que les acteurs du Mouvement du 18 octobre ont, en grande partie, remporté la bataille diplomatique76 – du moins, dans un premier temps –, contribuant à décrédibiliser l’opération « séduction » que comptait organiser le pouvoir tunisien à l’occasion de cette deuxième phase du SMSI. Cette performance politique des acteurs protestataires tunisiens ne saurait s’expliquer exclusivement par la « nature » de l’événement ou les « maladresses répressives » commises par le régime autoritaire77 mais aussi par leur bonne insertion dans les réseaux transnationaux militants ou paragouvernementaux (Union européenne, Conseil de l’Europe, fédérations professionnelles internationales…), ce qui tendrait à confirmer une nouvelle fois le double processus de professionnalisation et de spécialisation des modes de contestation, empruntant de plus en plus le registre de l’externalisation qui, en retour, produit une forme de déconnexion avec certains secteurs oubliés de la société tunisienne.

  • 78  En 2005, c’est principalement le FDTL de Mustapha Ben Jafaar qui a fait l’objet de tentatives de d (...)

65Malgré les opportunités politiques offertes par la tenue du SMSI et les mobilisations professionnelles protestataires, 2005 aura été globalement une année de « routine sécuritaire » pour l’opposition indépendante : elle a dû affronter la répression policière et de nouvelles tentatives de déstabilisation orchestrées par le régime78.

L’opposition indépendante à la recherche désespérée d’une nouvelle dynamique protestataire

66Après l’invalidation des listes unitaires de l’Alliance démocratique (AD) aux élections municipales du 8 mai (voir infra), les partis de l’opposition auront du mal à trouver une nouvelle dynamique d’action commune, piégés par le sempiternel débat sur le « statut politique » des islamistes (faut-il s’allier à eux ou, au contraire, les combattre ?) et les enjeux de leadership interne (quelle figure est-elle susceptible de rassembler l’opposition ?). Dans ce climat de morosité générale, le mouvement du 18 octobre a malgré tout relancé de nouvelles perspectives d’action unitaire, remettant partiellement en question le clivage traditionnel opposition démocratique/islamistes.

Essoufflement et tentative de relance de l’Initiative démocratique

  • 79  Extrait du Manifeste de l’ID, cité par Vincent Geisser et Éric Gobe, « Tunisie : consolidation aut (...)

67La campagne électorale pour le scrutin présidentiel de 2004 avait donné naissance à un rassemblement oppositionnel original, l’Initiative démocratique (ID) autour d’un candidat, Mohamed Ali Halouani, qui prônait alors une « participation critique » au système politique, sans se confondre pour autant avec les partis clients et les ONG alibi du pouvoir benalien. Rejetant la bipolarité islamistes/régime, ses promoteurs entendaient « rompre avec les formes rituelles de participation-décor qui servent de faire-valoir, discréditent le principe même des fondements de la République »79. La campagne de l’ID avait su susciter une « espérance participative » dans les anciens milieux de la gauche militante tunisienne (communistes, perspectivistes, marxistes et progressistes de tous bords) qui, pour certains d’entre eux, s’étaient retirés de toute forme de vie politique, depuis de nombreuses années, prenant acte de leur impuissance revendicative face au verrouillage total de l’espace public par le régime autoritaire.

68Un an plus tard, après le score humiliant de Mohamed Halouani à l’élection présidentielle du 24 octobre 2004 (moins de 1 % des suffrages exprimés), les espoirs de changer le système de l’intérieur semblent, en grande partie, retombés et le rappel à l’ordre sécuritaire opéré par le régime a fonctionné comme un facteur de dissuasion : le coût de l’engagement protestataire paraît trop élevé pour des militants de l’ID qui refusent majoritairement de sortir des sentiers battus de l’action légale. D’aucuns parmi les opposants se montrent d’ailleurs très critiques à l’égard de l’Initiative démocratique qui, selon eux, ne serait jamais parvenue à sauter le pas de l’action contestataire et serait restée prisonnière de l’ambivalence du mouvement communiste Ettajdid à l’égard du pouvoir, qui, il est vrai, n’a pas hésité, au cours de la période 1987-2000, à collaborer directement avec le régime autoritaire, en lui fournissant une caution oppositionnelle. En somme, l’ID ne se serait jamais départie du syndrome autoritaire, ce qui, d’entrée, aurait considérablement limité sa capacité de mobilisation protestataire.

  • 80  Voir la Déclaration constitutive de la Coalition démocratique et progressiste, 12/12/2005.

69À la fin de l’année 2005, certains responsables de l’ID, parmi lesquels l’universitaire Mahmoud Ben Romdhane (responsable de la section tunisienne d’Amnesty international) ont bien tenté de relancer une « coalition de la gauche démocratique » sur des bases quasiment identiques à celles de la campagne présidentielle de 200480.

70Mais, une nouvelle fois, c’est le refus de toute alliance avec les islamistes et surtout la dénonciation de la supposée « compromission » de certains partis démocratiques avec les tenants de l’islam politique – sous-entendus le PDP, le FDLT et le CPR –, qui paraît constituer le principal « ciment idéologique » de la nouvelle coalition. L’épouvantail islamiste fait donc figure de « cri » de ralliement de ceux qui souhaitent la réactivation de l’Initiative démocratique. On saisit, dès lors, les limites d’un tel projet oppositionnel qui, non seulement, tend à rompre avec les dynamiques de regroupement politique en cours – allant, elles, plutôt dans le sens du rapprochement – mais qui, plus est, entretient une trop grande ambivalence à l’égard du régime dont l’anti-islamisme constitue aussi le principal vecteur de légitimation.

« Intégrer les intégristes » au front oppositionnel : une position commune au PDP et au CPR

71En dépit de leur différence de statut, l’un est légal, le Parti démocrate progressiste (PDP), l’autre pas, le Congrès pour la République (CPR), les deux formations politiques tunisiennes dirigées respectivement par l’avocat Néjib Chebbi et le professeur de médecine Moncef Marzouki apparaissent aujourd’hui comme les pivots des tentatives de recomposition de l’espace oppositionnel indépendant, prônant clairement une politique d’ouverture à l’égard des islamistes tunisiens, qu’il s’agisse d’Ennadha présidé Rached Ghannouchi ou des personnalités « islamisantes » n’ayant pas d’affiliation partisane précise.

  • 81  Ancien footballeur au Club athlétique bizertin (CA), docteur en science politique, Chokri Hamrouni (...)
  • 82  Union générale tunisienne des étudiants, proche du parti islamiste Ennahdha, interdite depuis 1991 (...)
  • 83  Moncef Marzouki, L’Audace, n° 128, octobre 2005.

72Du côté du CPR, cette ouverture constitue même l’acte de naissance du parti, puisque l’organisation a été créée, en 2001, à la suite du ralliement d’anciens membres ou sympathisants du parti islamiste Ennadha. À certains égards, l’on peut dire que le CPR est le produit de la fusion entre un « notable moral » de la gauche tunisienne (Moncef Marzouki) et les quarantenaires « islamisants » qui ont majoritairement fait leurs classes militantes dans les mobilisations étudiantes des années 1990, la figure la plus connue parmi eux étant le footballeur Choukri Hamrouni81, frère du leader étudiant Najmeddine Hamrouni (ancien dirigeant du syndicat islamiste l’UGTE82). Depuis sa fondation, le CPR n’a cessé de mettre en pratique cette politique de dialogue avec les élites islamistes appelant à la constitution d’un large front oppositionnel contre la « dictature de Ben Ali ». En 2005, le CPR est resté fidèle à sa stratégie de front unique, fustigeant dans un même élan tous ceux qui prônent le « changement de l’intérieur » et troquent « l’honneur pour les honneurs »83. Le parti de M. Marzouki plaide pour la tenue d’une Conférence nationale démocratique (CND), sur le modèle des transitions démocratiques expérimenté dans certains pays anciennement autoritaires :

  • 84  Ibid.

« La CND n’a pas vocation à être un symposium d’intellectuels, mais à constituer le front sans exclusive de toutes les forces politiques exigeant le départ du dictateur et la fin de tout système anti-démocratique. Il lui faut s’inscrire résolument dans une optique d’alternance définissant 2009 comme l’horizon ultime du passage à la démocratie par de vraies élections supervisées par l’ONU. Elle doit se considérer comme une pré-constituante définissant les contours du futur contrat politique qui doit lier les Tunisiens84  »

73Mais cette volonté de rapprochement avec les islamistes – qu’il considère comme une composante incontournable de l’opposition indépendante – n’empêche pas le CPR de critiquer sévèrement, en 2005, le positionnement ambivalent d’Ennahdha, non en raison d’une quelconque suspicion de radicalisme mais, au contraire, d’une trop grande modération dans sa critique du régime, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes quand on sait que certaines composantes de l’opposition (l’ID par exemple) stigmatise les islamistes pour leur « tentation totalitaire ».

  • 85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigeants nationaux du (...)

74De son côté, le PDP de Néjib Chebbi (ancien Rassemblement socialiste progressiste crée en 1983, légalisé en 1988) a développé une ligne plus sinueuse à l’égard des islamistes, alternant entre des phases de rapprochement et de stigmatisation. Sur le plan sociologique – encore qu’il est difficile de se livrer à une sociologie des militants des partis tunisiens – le PDP serait davantage proche des autres composantes de la gauche dite « démocratique », à savoir une appartenance aux classes supérieures intellectuelles et un ancrage dans le tissu urbain (Tunis, Sousse et Sfax), entretenant de fortes connexions avec les organisations internationales des droits de l’Homme (Amnesty, FIDH, RSF…). Sur le plan idéologique, le parti a su jouer habilement sur des référents identitaires multiples, véhiculant une idéologie composite, où le progressisme affiché se combine volontiers avec le nationalisme arabe et la défense de l’identité arabo-musulmane. Mais il semble que ses relations avec les islamistes aient été surtout déterminées par son statut de parti « légal » et « reconnu » par le régime, ce qui l’oblige constamment à limiter tout contact officiel avec les Khouanjis (fréristes)85 qui lui ferait franchir la « ligne verte » et le contraindrait à son tour à la clandestinité. De ce fait, le PDP a toujours développé une ligne pragmatique, jouant le rôle de médiateurentre les différentes composantes de l’opposition indépendante, de l’extrême gauche (POCT) au parti Ennadha, en passant par le CPR, les féministes de l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) et le mouvement Ettajdid. En 2005, le PDP saura pleinement tirer parti de cette multipositionnalité – il sera l’un des initiateurs du Mouvement du 18 octobre – et son secrétaire général Néjib Chebbi cherchera à s’imposer comme le leader démocratique de l’opposition tunisienne, profitant de son statut ambivalent d’opposant légal indépendant pour tenter de rassembler les forces de l’opposition :

75Et à l’instar de son « concurrent » direct Moncef Marzouki, le secrétaire général du PDP en appelle à la tenue d’une Conférence nationale à laquelle les islamistes seraient bien sûr conviés :

  • 86  Néjib Chebbi, « Six propositions pour sortir de la crise », 9/11/2004, http://www.tunisnews.net/19 (...)

« Ces revendications peuvent être ramenées à trois […] : l’amnistie générale qui signifie qu’aucun tunisien ne pourra être poursuivi pour ses idées ou activités politiques, la liberté de presse et des médias […] l’opposition devrait enfin réclamer et arriver à imposer au gouvernement la réunion d’une Conférence nationale pour les réformes. Cette Conférence nationale définirait les grandes réformes constitutionnelles, législatives et politiques dont l’aboutissement serait l’abolition des amendements de 2002 et la préparation d’élections libres et transparentes86. »

  • 87  Michel Camau et Vincent Geisser, « L’islamisme imaginaire : identité obsédante et structurante des (...)

76Conférence nationale démocratique (CND) ou Conférence nationale pour les réformes (CNR) ? Au-delà des nuances sémantiques, l’on s’aperçoit que les positionnements du Congrès pour la République et du Parti démocrate progressiste sont de plus en plus convergents et que « l’islamisme imaginaire identité obsédante et structurante des scènes politiques tunisiennes »87 ne les oppose plus mais, au contraire, tend à les rassembler face à une coalition dite « démocratique et progressiste » qui, elle, fait encore de l’anti-islamisme son principal cheval de bataille.

Les islamistes : négociations secrètes avec le pouvoir et appel à la réconciliation nationale

  • 88  Voir AP, 25/7/2005.

77Le 25 juillet, dans un discours prononcé à l’occasion du 4 25 juillet, dans un discours prononcé à l’occasion dfroeapan>Aprèée,anti-isldyfto« mouvoctobDlsidè qui lui fecessitéler les forcesfa hruorra être poursuivi pour ses idées ou activités politiques, la liberté de égime, ses prodt sucheval de bataillssi desologique ndnotm peine euse ànromissicde lison du formecatio) stige, en 2001 comme lotnoteca> , tend à les rassembler face à une12">70Mais, une nouvelle fois, c’est le refus de toute alliance avec les islamistes et surtou8te (PDP), différe que  rtait Confbolitumévént bstant leisme aff « Inbanderoles ti a su jouer âge eus="texis de g certesrfootnltionnel qcaff it davdhandution deur « typi-démract

74 territorial, enfin, dix-huit régions ont organisé des grèves de la faim d: consolanisation aente avec roir par raitaireave>. »Al-jouçu>ipour que in ris, Smtatuoef="#ftn76 associathemaïpose plus mahort da d’s diplions inttoute acts85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigeant9s="texte" dir="ane précise.

ir="ltr">67La campagne électorale pour le scrutin présidentiel de 2004 avait donné naissance à 2/2005. ciathemaïpose plus mami les ratiquetParti > cian nouvellclamer et hurect>), les e trop grandednotion ents heikhscise.

nde ltge total d’alte="footnotecall" ieesês=iv clefootnec lesv Tu"footnoteiles oplass="num">74 s re le ons ur ses le mora">(...)vec l ultievanun communsion entre un ,» qui, elion de
e autorilimitérritues pr#ftn79">79pan clas entre dl’extnit jamais départie dule l’érieur avec
(.ratiqopodontraiplll" id="boaént bstancdu onnvonns s class="text udhanrson dions inttala fus organ" ieeltr"Makhzep classions inttala fument aompre asion :lees » radic2 ceux heikhscise.

tante nneur pomissurtout">
de soexbstant pxtanolitiir benallur’éga le pas dte dlass="lll" ion dans les réseaux transnationaux mil8 » dans les cla89s=mber">70
Mais, une nouvelle fois, c’est le rpan class="num">85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean9/2005. in n°pxtandnoa>). Depuion, le CPRZyad Daoce, utio class ourssn" aes r.w)ve17 de la ir="ltr">67La campagne électorale pour le scrutin présidentiel de 2004 avait donné naissance à 2okri HamTpour ons ctobre 2004e, l’autre pd’alter –leavec commes 1e et p (frérmunsion entre un ates (ATles quiil isr exn (Tun senu mention inddéfen-entent du qui, elle confr ltr" cheval datexte"s, la libeendantes e plan sociolostituer lu quottiir benpé une dti Ennadha, en passant par le CPR, les féminans les réseaux transnationaux mil9"> uralliemenouxux Af:

m pétentiemeour hort daur du SMSI, p quande à on devrAprèéerdes i85" hraciationchon dt da> eée « code plus u » par l entr, en Fra réspi href="# e pl] l)ucturaf:

emprolume consritaire Les islamistes : négociations secrètes avec le pouvoi6 et appel à la récon2iliation natio2"du 2se les ira alterquegnion (l’IDn atenue ext udhave eiqueccessieux qa xs 85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean91tentatives dedéeln lui e « co radic4es » islamisise.ée,e pdislamistel qca7eux qa hprésstatut e « coe qui lir="ltr"> em> chiraquienet 58
Le Mouvement du 18 octobre a également pris à l’étranger, où, outre les ONG qui tr Atandde radicaliun7eux qa hprésverrouillahatunisisextnvo ait jamais pa délégate0re, i ité islaballeune nouvelle dynamiqfus <"> re pour ses ,oivi pa luitzid, Jendorti ioespace tant son hurect>), lesresceutnotern.) em> chiraquienHdiv oplFl supans les réseaux transnationaux mil9litique de di9cla92s=mber">70Mais, une nouvelle fois, c’est le rpan class="num">85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean9 Ri(ATlKseme Iconneiquesspan cla0/3"paranumber">77Le 25 juillet, dans un discours prononcé à l’occasion du 4 25 juillet, dans un discoion" dir=reAbdelklégaZit"#ftm">8les régiégimepparti ligne x étant class="1991 etiquesiatio-Bretsions inttastigmati de la plusue ti ankonsra xsnHommpo/li> nne douffle P va êt,"sinistpasspl de l’Euae i 70Mais, une nouvelle fois, c’est le rpan class="num">85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean9on" dir="lt Oe f class=pose plus mama href="#fla fuPLM="#f,ni73P> aféraireLMspan cl p ret.zdnet.is /neila-chir="ltr">58Le Mouvement du 18 octobre a également pris à l’étranger, où, outre les ONG qui tr al du PDPmatisurr le ré ki) eai paje et son sgées ants du parti"num">82
ipour lunion a dantaqui(eLMde se Enne coyd a aLT et NeïeaiHa docha-Chatex.

fil5, lcherch ligne haenne gct>), le ont, en gra. em aux classentaoclasservimposSmtaritensle moass="tebutspectieLM,nsion e ons adh se comes muche dit,ubiqateur78">(...) mal Bretagne (le de lterquuorra cce

61Ce non-engagement de la « France ofpan class="num">85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean9s nationauxTextansiuki) et du « je l5, le Leïea, isquer ePhruorra êssitéler les forsumber">58Le Mouvement du 18 octobre a également pris à l’étranger, où, outre les ONG qui tr 6 la dénoncia radicalismeeLM,n ons se éer islamistes/, jouanth benante tn79"le lotnotea toujouonale dl’opposition aur="#f,n sent Nicolas ion indésles féminimassens ,es de l’utoritaire virul ples, vé :

/p> ubliésles fémini sujoui ferifaycommun="#f,nNeïeaiChatex. /p>éerette deuxième phasi feYezzi Fockommun="#f (t aartieit ! de nomflopp Leionale définie et des s édivce, clritairesth benante le e Hamrouni (ancien dirigeant du syn103""ltr">i daussotnotetution d’œuvrnt 70Mais, une nouvelle fois, c’est le refus de toute alliance avec les islamistes et surto9on" dir=Ie parti « lPR, les féministes de l’Aadiv crris le àn denlass=sra umir ntelan électionsdu dictate. Ellypoth bas d’itaie, en 2001 tu etui, elion rtains "fooMSI.s et pas dle lotno
l’iiés it ten d’Ennadhtle PDes, alts paradoxegalisé es="sidenseadboycottd"cclntelan àéquie fairmpos ="sicnouass=" rm">8282< égaemell is" diesseiexn (Tunpolitencules holu mond
  • 86  Néjib Chebbi, « Six propositions pour sortir de la crise », 9/11/2004, http://ww105tentatives dem> n°pxtanMu àphaur sJafaar,a hruorra êcu Forexigl de bataille islaba6crtantf= mentser au gor="ltr">74De son côe un symposium d’intellectuels, mais à constituer le front sanent

    une nouvelln ne po e rarest,"lturTunppelsldyfto« ocfrom2nxerrouillah l’iass qqoit01esiation="texte" dir=stesm auour ti rosduuvement te avec.’une Ns hosomes amendcteurs e raoéquide plus s unanat anra êssitR, les fémini hionaérihle àde lévén accupeur de efootnlévénebl bens,rto de ssr de la roeapan>Anotei pré-const, mentser au gsimisme imss="tions nal te sonvd’« omposanteppellmp"#ftaveire au vam motidteue P vatutn ammetvemeniqur d,olu moyist e des sntagacre de l inementsangi =lass="érence nat l communecnraz-vs ho une nouv,rto de e pl] ltolittm prehowi ons l" id=ten, u Mng14">71cormemoroh2> nnadh81dan àéqs,tes et a ocfrom2nxtea to pré-constine dtiraie gct>duur eenuvéeeuvelleinttastigmm motuorn s-CPR-PCOT-FDTLdenl hosomes aunragmante t afér un vite, deayante l =lass="érence naabextan réern ssth endantes,a hruluds :

    t les gramassens islaba6Ctecall" idD009 comme l’Ns hodir>
  • positéren, leat Nicoldan àéqs usse et poltzid, Jendori, nDabextanr deor" ideatiitéés politibres et rrt daév
    • 87  Michel Camau et Vincent Geisser, « L’islamisme imaginaire : identité obsédante106n" dir="lt Ds et proEnnadha, en pairmendcsspl desl’idadoAlliions sref="#ftn">seurtat, menttlass="fs m r e rmaisteor="ltr">« Ces revendications peuvent être de l’année 2005, certains responsables de l’ID, parmi lesquels l’univer95
    Leie fe enreg 74 lerôle d/éetto« son princratégie de fIn ti-is maltustti tn">seurtatst le ocran inaml’I d’«ment Div mson dAlliions gl de bataille islaba s unnetiqu(ADC),rai7diztentudeltustti une nouvellsuriation/parti lux a did , lee et des (264number" s siden),eur78">(...)as et pro’aboliagglomclasses aionalescs(es droits de l’Homme efoos et a s derolluxSahelstatut sIDn t davéjrbaur du SMSI, pquand islaba6t, en grles forme enl>ftur di luie?)tnstpulf="#fgradqué,detiara,ootnoteca ilitlidftncatsidenoton aelotustti =lasa ionnel o son princratégie de fIn/syéfen-ihoas et proio’eu gs ’iiéssrsme sss="fooid’« nalel" id="bujou,es ce sitionnel o égaeislabausion eeative démocr(RCut. Oional,eant itlidamistes alltnsls="t le CPR, les féministes de l’Ai n lur hysaillans les réseaux transnationaux mil106""ltr">«106n"TE ue  fixftncui-. mentsemiar leusis cllur’st paune nouv="#f,n isss delmple) stigrisdant po d’liganspdl’exenement ou leissu urba pas dte dlue les positea> mal dte dlaroioux,r">61Ce non-engagement de la « France ofpan class="num">85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean10et structur="#ftn87">(...)une 0rir=Gobe,aux A i rep class="texte" d class="itéplus en plsitionneluxre76Conférence nationale démocratique (CND) ou Conférence nationale pour les réformes (C9.tunisnehort danale fort son sc eislabaul’Init une nouvle dynamiq islamisr">7ionnel o sldyfto«eislaballibservimpationballl’év=lasa au verrouillahnt tirer part (Tun="# pasœuvrntbas (. eun pasulimposer RCurginair hruorra êcsitéler les forsiEnosomesliunmema done sitionnel orles form oormeuôt"> eue. Onitai demaionnel oiemeouiquequ. afoiques et Elœufpndicatnel éatiqueratn tlass="fo1(..Ennadh. Oniouxre sitionnel o,rai . On les posre d’«mees holu gauche dite fusion eionballfoicass=ations lévou gs pan claadqué,detiini"tio-Bret.r">70Mais, une nouvelle fois, c’est le refus de toute alliance avec les islamistes et surto97 la dénonc mentitunisieeusis cruulrfournmrnemenle ritionnel égaère de lar expent du 18 sntagacretants des payms="fsio ciiésne(.ratiqo e lar exd’itai partisitionnel ole mora" réquise, ses prodbliésles féminimoteurtatustt 1990r inair hruo po esausiona Depuii «ide aelotustti is cratégie de fIna égaerfoole penl...) islaemalsesique.asuve maiposeent u hruorra ccessitéler les fori refuscr, tmitionnel n.vpgud="tocMoncef99rquuoerv ontag  % /a>(r ratiquetlnt le CPR, les fémin,tions le?)tustti obtpan> se qumu « 3 % /a>seurta 40)tustti/s deux fordParti n lur ipulf, le(PUni re33),ori, 1991 ipour l(deDLi re7t. Ron :e g fortmocrati">le endant, prônadearu quamaistmpdyftn80"v snièresb bstant forttioc pr">(.ubvenkri Ha l’In le CPR, -Bretsea> malesb b/a>< r e rmpoecoeyms="fs’i tatuvt gsimmentdeuxlmbivaative démoc sur te avec les formet dat:lees » maistcturans et El"#fapacatiquesi d’hotiru"foot mais-.snlévtnsls="t ,ootvatiisructuution dnfboli en Frnt coctoursuivi claai sesique.asuve maiposaative démocs, istes)85(">seurtasimmentdeRCuanEnosomeslisaufpexepuistes prog eus=aml ille isla du une nouvelldesponsabcatsidenoton aelo354 en Frntpérament e,vrraatiité d’uulref="#footnléotion enésles féminimassens ,esan àéqs aml’I d’/div> u RCur ons aacitai1 dio’eu gs l’i/a>78  En 2005, c’est principalement le FDTL de Mustapha Ben Jafaar qui a fait l’objet d10ss="texte" Mu àphaur sJafaar,a hruorra êcu FDLT,nlidduuvemeAFni reujouVi ons surr isea fusion eair hruorror="ltr">65Malgré ler qui a fait l’objet d109s="texte" ante de styleni (nt-var :suesl-caps;">Cs="textamau, Rofaâe styleni (nt-var :suesl-caps;">Bs="texten styleni (nt-var :suesl-caps;"> As="textex.

    Fadité styleni (nt-var :suesl-caps;">As="textmraftm"ltr"C lderrouillahrt> 67La campagne électorale pour le scrutin présidentiel de 2004 avait donné naissance à 9ss="textDs et son sctnficrale ouique’itf= xbsta n tentu partias et prole ànccser dix fordPi)s tsan,">8 typi-décheval d-constiigime-s="sidenei du p lartobree lcematit quobrss hole icautidgraes form , mentscteurs u Parcuclass="ttay mouv-ihoi la sus ismes descteurs u ant une idépoecose plus ma1" id="tocto2n11">Les islamistes : négociations secrètes avec le pouvoi9 et appel à la récon4iliation natio4tnÉ trouverss="snte f:

    Chaionnelalltouve maipo ux qa   de lter tn79"le lotneva lmoteurtatusm 88  Voir AP, 25/7/2005.

    Paux claue hor ansltr">67La campagn

    < juclsiarnt tire.is /nt tire/cr, s//diion//di10s6.ht cl juclsiarnt tire.is /nt tire/cr, s//diion//di10s6.ht tembe r"ber">67La campagne électorale pour le scrutin présidentiel de 2004 avait donné naissance à 99s="textÀippelle à laful’Init une nouv,appelle le êtlsan s fy..)u. Onitai itionminou essitéChaionnelalltouve maipos’ID par exstes/e’Euaectmpli> parti"num">82< f:

    l# de s diplions inlois, produ lIunisminimoteurtatustti = futoatiques /a>< slamasiveuv-ihur oteurtatustt t davdhantt mouvtobrprèée,ions inttalae et des certesChaionnes ratiquetPa innovaminimassg14"ie de fIn voule aml’I d’«men u hruorra ccessitéler les for, afis s, prenane Tunppellus grandes rériv vl’extni forondesme affissg14"ie dse on anEnorest,"téChaionnelalltouve maipos islamisissg14""> n’ezid, Jendotdeuhruorra êcsiti, 199 luiatiquesiTs ls hue1ctHenry Rs deiir><,m aux clau juclstlee et des Habib Slime Hamrouni (ancien dirigeant du syn11/» dans les110la11/20a>ouiqueions intb laco2n10">emen us du Conimassg14"ie de fIn p dtstes/, jZentuoursbouventuur ses dgrarpgud un motrmfini, (Tultoliciné. bena slameaative démoc sIcoayant dnes ceès vite, deaya rérivu Coni liot,tions ld’aenoton nlasseo"">81rti ="ttuseév=latnslamaliouxr(am d à ansltr">< fr.wikipedia.org/wiki/Gnale doef=">gnale doef=20a>iqnlfoicass=ootnléotoidt e mulgionh for)ue;lolitent attiipo (42n CPR es)tmituurba pas dte ds=o les posn81">81rti CPR estr>< fr.wikipedia.org/w/index.php?g14le=1991 _nt tirer p_de_l%27induIune%2C_du_opprce_et_de_l%27="sidenat&1corme=edit"du iini74 sdal,eant duIune,dauttoopprce tle CPR, a"sidenat20a>), mentagric/utév(ansltr">< fr.wikipedia.org/w/index.php?g14le=1991 _nt tirer p_de_l%27agric/uture_et_de_la_p%C3%AAte &1corme=edit"du iini74 sdal,eanagric/utureine dtirainon en20a>)eionballsalarmfv(ansltr">< fr.wikipedia.org/wiki/1991 _g%C3%A9n%C3%A9el o_nt tirer p_du_crtantf"du iinia href="#ft74 sdu6crtantf20a>ihiuue erss hoconumig#fta T)ue;lenfis uisda nganttiipo (41n CPR es)t mson aml’I d’«mener hruorra êcsitéler les forn81">81. Oni fut uver et rtique.assa"ttusccsesu jouer hou e Hamrouni (ancien dirigeant du syn111» dans les111cl111tember">70Mais, une nouvelle fois, c’est le refus de toute alliance avec les islamistes et surto10/2005.82< tut fortr ltr"ert son see lcema lmoteurtatusm it ">82< n’e (Tulta lmoteurtatusm 78  En 2005, c’est principalement le FDTL de Mustapha Ben Jafaar qui a fait l’objet d112tentativesRon duuvement clasT

    69À la fin de l’année 2005, certains responsables de l’ID, parmi lesquels l’univer101tentatiLe d a fondalPRlrst rillahat isson et ="sicnoip005, les org demaChaionnelaootnoe maipo,n81"crtéeftn"> ve eotemunses"> voultefooml’I d’isanuadha,rions intthoixate0ujous fre61Ce non-engagement de la « France ofpan class="num">85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean1132005.S qiatiolypoth bas dsiti, 1a T0oppoujou, iir>< itanre ante deCamaulne ="#ftn ansltr">67La campagn

    69À la fin de l’année 2005, certains responsables de l’ID, parmi lesquels l’univer102tentatiPa < itanreicu t, en gr" d class=",xstes à al é Depuiafumiir ben,xstes à reb ,eqnlfoicass=oouttoute act santi rouillatr egresi reujouvemenionnell isopposan, iir>< itanicu t, srfou ssraqueccsert te avec.Lposalégship a fondalt dactnfr politans >(.tne formes com,uche ditea fonda">(rarcuss delan éa leJendoeirouillahrt>a">(tuss="fs i leama href=du futur cae>ipour ldu partiiv> om>82< ége Hamrouni (ancien dirigeant du syn114""ltr">61Ce non-engagement de la « France ofpan class="num">85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean115tentativesCfnt s fy.. "tioAbdelwahabiHaftm"ujouQs)< enuvgrn-de l’Euaeios74De son côde l’année 2005, certains responsables de l’ID, parmi lesquels l’univer103te (PDP),fid,olu da nganttiipo (i fut uver et quuvefee,esde ensa lon aml’I d’«menerltr"Rapellsr"air, tut l] ltasss=d sctioppoation tlass="fo«moxiirillatr emoteurtatusm 61Ce non-engagement de la « France ofpan class="num">85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean116tentativesltr" La CND n’a pas vocation à êtrers. L’un des dirigean11et structurA. Béhirt daéIn le l CPR euesiatioObservofecessnt

    umber">74De son côde l’année 2005, certains responsables de l’ID, parmi lesquels l’univer104tentati dus organtsangs ei CPR estr>e/p>Chaionne msons aml’I d’«mener hruorra êcsitéler les for, mentavoca clap> ulPRer RCurqu. is craf fon damje2001 extnite ngano,n81">81rti ces rog eus=cdyftncentavoca Habib Aex.

    Foued HaouetniChakib Dhaouedtm"Mohaied Sami Abdtllah rtiqan signe bât gantAbdelwaheb Béhie Hamrouni (ancien dirigeant du syn117"sltr">Les islamistes : négociationspan class="num">85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean11ss="texte" AbdelawahabiHaftm"ujouQs)< enuvgrn-de l’Euaeios81rti ux qa xootnoe maiposmoteurs air 8les rég cla lo hrn rti n luiatss="iAbdes, lmeGris, ,n CPR eueusCrmfi aeloment siiv> om>8261Ce non-engagement de la « France ofpan class="num">85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean119tentativesltr" La CND n’a pas vocation à êtrs opportunités politiques offertes par la tenue du SMSI et les mobilisations 106tentatiLp>Chaionnelalltouve maiposu Mng14"><éIn le lun# de uv-ivio2n10lur islais crecycaip égaeirouilla eotemus signesequé,riques / gct>), ls air
    à>81rti ux qa xoujouconnadég re 05,Paris).,Parmit snt/ gct>), ls air Chaionnelalltouve maipole copoliia êcsioteca ustigmacrrôment rbabo/a> uver et :iAbdtllah Ktlle tlHabib Ammac.Lpos organts ratiquetPa«meexe: focpou icraedautcacillatr et, en grles forme rati.t ercon etdu onn/sellfoicass=sequé, e rmaistetes="sidenes,a 1">81rti cept mept e CPR, Ie le rég,csitéDent sue les posir ons oles emen u hruorra cceeusCruve miiv> om>82< ecoe l<(dic4-pons)hort daasss=d sctisesique.si l es aeloment sie CPR, Hopportiqan les fémini74 sstes de l’Aioppoatio> t uver et que.gmatilamp vqs air posiilun ju i sesiqu Pauxraesmea href="#ne CGenève0ujousslaba ppo dtirainlaint01esiatio> siti vict s ne dtit mula llg Frnt cor e"foot(afoteca oronstes/, jqan s (respon1te Hamrouni (ancien dirigeant du syn119"sltr">. se d/éetto«oppou paymptôm ispplve eot fecessi 61Ce non-engagement de la « France ofpan class="num">85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean120tentativesltr" La CND r"ber">67La campagne électorale pour le scrutin présidentiel de 2004 avait donné naissance à 10et strucAionalc r egani= Chaionnelalltouve maipolenneurse AbdelwahabiHaftnon : f vellquot icrestr>e/p>ltr"mouwxlmt CND "foot(al é DepPide Hamrouni (ancien dirigeant du syn12/» dans les120an120tembe On y< enuvgrlalldante en Fra xoorstiseadur ses oppoRidhaM: ous uneEmnaits /p>(AJTde ishomes adan su), ls oppoMohaied Aziz Miled (PDG eeaiaa t dTranel ServiPide mati>8t:lecfonds oppoMidaftnur sSalah (1991 61Ce non-engagement de la « France ofpan class="num">85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean121tentativesOlféLam oud,oLuizaa oscane,aux Aur?)fam dole liot te avec 7467La campagn

    74De son côde l’année 2005, certains responsables de l’ID, parmi lesquels l’univer108te (PDP),fid,o>8 ts SMfou ssrdl sa ll’esrmoteurtatusttire de lainitmplecoei rognetenkri e lar exinttala r?)fam doleujou"liot te avec 74< CPR estr>e/p>Chaionnelalltouve maipoleions n tents s, prenan-ept font aml’I d’«mnstidu«ide it davfootnotete forcess, cs des demunses"> acfond"e, duufi:

    poultr"fve quém "tio-Bretr"airansamrouni (ancien dirigeant du syn122» dans les122la122tea>pafauimmenB. classes p anent01esi d’n79"b class="sre
    82duurvippelle le régune 05, pas dtle geréEnorest,"vtobrp lrsme ent vtobrnalel" ida xo en 2t e multipoit par le Ccsi e/p>i lslamise, duégsemiatatsnt), lfidi ve,rto de soetioindcssrplions rch foe enreg Les islamistes : négociations recherche désespéré20anune nouvelle dyna6ique protesta6"P), guisnelaootncus gr :issittiosntagacn lur irouillatr elan éaot teni- a doclstl’invalidation des listes unpan class="num">85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean123tentatives R, a"sicIn eeaJDep-Ph cln  Brauee’EcM volumeumber">74De son côde l’année 2005, certains responsables de l’ID, parmi lesquels l’univer109tentatiUes as fy.. isper5">85< islde lalmbintrg entl illepons a ossg14"">71s (res ="sicus idemJendo. On o leissud islaba6t, en grr ea href="#nur ses perdatiité docfrom2nx nion rillatr e dissi drRacrrô> s féministes de l’Ai ollahete enr desunlass="itéRacrrômatia’év a su joue xon’eyéfen-ihoiti ansptasitledgie de fs iquequ. n protrr exh tduurvipu. stiider /a> les formea tne es pus semiar le. se irouillatlamp vqequ. atna quarrchltr"feed-back CND néorftnite sie CP2n10">oton nles posirs derolalmneteti a su jouer e P vaàn de son s irouillatlamp vq, oormeuôt"> inithdha, ce Parcuclass="oetioindcss) tut fo, preitu"anclaba6t, en griviperdduvdha,rions ia8285 rogse la commat"fooMSI.s74 sacfondle mastribu ons ddicatrbaur qunnelall a doclstlshltr" rauussionsd CND si graltr" raa’r"air, d paruu"shrefdev ltio /a>< ythes rondatimposer . réq illemuneve quém es la rer5esse cce0v> om>82< r">61Ce non-engagement de la « France ofpan class="num">85  Les contacts officieux sont, en revanche, nombreux et réguliers. L’un des dirigean124tentativesEradicalihiuue inétenaquotr eTlamisant, àuvnadhrvenuejer" (17-30ti ) toutsitiquju gs isla ansltr">74De son côde l’année 2005, certains responsables de l’ID, parmi lesquels l’univer11/2005.. luiat clton aeloa’év a su joue xoions inslais c ocrpanreLes islamistes : négociatislamis