Navigation – Plan du site
Tunisie
Point de vue

Les enseignants du supérieur et le pouvoir politique en Tunisie : portée et signification de la grève administrative

Abdallah Tounsi
p. 415-418

Entrées d'index

Géographie :

Tunisie
Haut de page

Texte intégral

1Dans la panoplie des actions des syndicats de l’enseignement, la grève administrative – consistant essentiellement à s’abstenir de corriger les examens – est sans doute l’arme à la fois la plus lourde et la plus redoutée et à laquelle on ne doit avoir recours que pour les moments de crise aiguë et dans les cas extrêmes où tous les autres moyens d’action ont été épuisés. Il est dès lors légitime de se demander comment et pourquoi le Syndicat général de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (SGESRS) s’est finalement engagé, le printemps dernier, dans une grève administrative dont les syndicalistes de l’enseignement secondaire ont été historiquement les premiers à agiter la menace. Un retour sur le contexte sectoriel évoquant les rapports du SGESRS avec l’autorité de tutelle, mais aussi sur le contexte plus général des rapports entre l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) et le pouvoir en place, sera donc nécessaire. Il précédera, d’abord, la description et l’analyse des cinq semaines de grève et de ce qu’elles auront contribué à mettre au jour, ensuite, l’esquisse d’un bilan de cette action, notamment au niveau syndical.

La grève : comment et pourquoi ?

2Depuis au moins six ans, nous vivons, en Tunisie, une situation inédite où le secteur de l’enseignement supérieur se trouve géré sans vis-à-vis syndical, sans la participation du représentant du corps des enseignants. Cette situation malsaine est à la fois la conséquence d’une crise syndicale et de la politique menée par le ministère de l’Enseignement supérieur à l’égard du SGESRS.

3En effet, le syndicat de l’enseignement supérieur a connu une crise importante à la suite de la signature, fin 1999, par l’ancien bureau exécutif du SGESRS d’un accord voulu par le ministère, liant l’augmentation des salaires des universitaires à l’augmentation de leur charge horaire. Cet accord qui a, en fait, abouti à la baisse du salaire horaire des universitaires a logiquement été condamné dès janvier 2000 par la grande majorité des enseignants syndiqués qui ont ainsi retiré leur confiance au bureau exécutif. En octobre 2001, le congrès censé sortir les universitaires de la crise a été marqué par la fraude électorale. Si dans un premier temps, l’UGTT avalise les résultats, les plaintes qu’elle reçoit la pousse à diligenter une enquête qui confirme la fraude et, par conséquent, l’illégalité du bureau élu en 2001. Cette crise syndicale ne connaît sa fin qu’en juin 2003 avec l’élection de l’actuel bureau du SGESRS.

4Mais la fin de la crise syndicale n’équivaudra pas, hélas, à la fin de la crise du secteur. Car l’autorité de tutelle refuse de reconnaître le bureau issu du congrès de juin 2003 en prétextant de l’existence d’une affaire en justice concernant la représentation syndicale des universitaires. En effet, le secrétaire général du bureau élu en 2001 – qui est le signataire de l’accord de 1999 – a intenté une action en justice contre l’UGTT qui s’était positionné en faveur des plaignants et l’avait exclu de ses rangs. Or, le tribunal de première instance a donné tort à la centrale syndicale. Cette dernière a interjeté appel et, de renvoi en renvoi, la justice n’a toujours pas statué sur cette affaire.

5On le voit, ce qui est en jeu ici n’est pas simplement la question de la représentation syndicale des universitaires – qui aurait dû connaître son épilogue en juin 2003 – mais, plus largement, la question de l’autonomie et l’indépendance de la centrale syndicale. En effet, l’UGTT a tranché la question de la représentation syndicale conformément à ses statuts et à son règlement interne. Or, pour elle, et jusqu’à preuve du contraire, c’est aux syndicalistes qu’appartient le droit de décider qui les représente et qui ne les représente pas, qui est des leurs et qui ne l’est pas. Ainsi, la gravité de l’enjeu, pour la centrale syndicale, de la question de la représentation syndicale des universitaires aide-t-elle à comprendre pourquoi l’UGTT a finalement soutenu, pour la première fois dans l’histoire du pays, une grève administrative.

6À vrai dire, le recours final à la grève administrative s’explique, techniquement, par l’épuisement des formes classiques de l’action syndicale mais aussi, politiquement, par les tensions qu’ont connues en 2005 les rapports entre l’UGTT et le pouvoir en place. En effet, au niveau sectoriel, l’année universitaire 2004-2005 a connu en décembre, février et avril, trois journées de grève largement suivies pour revendiquer l’ouverture des négociations entre le ministère et le bureau légitime du SGESRS. Face au mutisme de l’autorité de tutelle, le conseil sectoriel du SGESRS, réuni en janvier 2005, a voté massivement pour une grève d’une journée le 1er mars, suivie d’une grève administrative pour la session des examens du deuxième semestre si le ministère persistait à ignorer les universitaires et leur demande d’ouverture des négociations.

7Cependant, la grève administrative n’aurait sans doute pas été possible si l’UGTT n’avait pas, en cette année 2005, affirmé une certaine indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics. Ainsi, la signature par Ali Romdhane (membre du bureau exécutif de l’UGTT) de la motion du conseil sectoriel appelant à la grève administrative des universitaires constitue le premier point de discorde, en ce début d’année, entre l’UGTT et les autorités. Elle est notamment suivie de la publication par Abdesslam Jrad, secrétaire général de l’UGTT, fin février, d’un communiqué au ton très ferme condamnant l’invitation par le gouvernement tunisien du Premier ministre israélien Ariel Sharon à participer aux travaux du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) qui allaient avoir lieu à Tunis en novembre 2005. Mais le moment le plus délicat de la crise entre l’UGTT et le pouvoir se produit à la fin du mois de mai lorsque la centrale syndicale décide de boycotter les élections de la seconde chambre où quatorze sièges lui avaient été attribués.

Ce que la grève a révélé

8L’autorité de tutelle ayant ignoré toutes les médiations – notamment celle du bureau exécutif de l’UGTT – et les solutions proposées pour sortir de la crise – comme la réception par le ministre des syndicats de base qui n’ont eux « aucun problème de légalité » – on s’est dirigé vers la grève administrative qui a commencé le 2 mai dans la Faculté de droit de Tunis et dans la Faculté de droit et d’économie de Jendouba. Ce mouvement de grève de cinq semaines (jusqu’à sa suspension par une décision du conseil sectoriel réuni le 8 juin) a montré la façon dont le gouvernement traite des mouvements sociaux et a révélé les visions divergentes des missions de l’enseignement supérieur véhiculées par les universités et l’autorité de tutelle.

9En effet, plusieurs événements et faits importants ont scandé le déroulement de cette longue grève dont la fameuse circulaire ministérielle du 15 mai qui restera sans doute pour longtemps un point noir dans l’histoire de l’université tunisienne. Après une dizaine de jours d’attentisme et de jaugeage de la force du mouvement, la circulaire, qui exprime un certain désarroi, est porteuse d’une promesse de répression et de l’impératif de « corriger à tout prix ». Si la première dimension de la circulaire était prévisible, en revanche la seconde, qui constituera la raison fondamentale de la suspension de la grève, a suscité la stupeur des universitaires. Des copies d’examen ont ainsi été corrigées par d’autres personnes que le chargé du cours et le concepteur de l’examen, par des enseignants d’autres spécialités ne disposant parfois ni de corrigés ni même d’une copie de l’épreuve. Certains universitaires se sont ainsi révélés être les derniers à croire au caractère sacré des examens et des diplômes délivrés par l’université.

10De même, il est clair que la grève administrative a été considérée comme un acte de rébellion et a été traitée comme telle : en témoignent les télégrammes et les lettres envoyées aux grévistes évoquant parfois l’idée d’abandon de poste et préparant clairement le terrain à des poursuites disciplinaires pour le moins. Mais c’est sans doute la façon dont ont été traités les universitaires le 3 juin qui montre le mieux le hiatus qui s’est désormais installé entre eux et leur ministère. Ce jour là, en effet, ils avaient prévu un rassemblement pacifique devant le siège de ce dernier et, au lieu d’être reçus par leur ministre, ils l’ont été par les forces de l’ordre qui les ont dispersés moyennant bousculades, agressions et injures. Enfin, et pour couronner le tout, les six cents universitaires formant le noyau dur des grévistes ont été tout simplement privés de la totalité de leur salaire du mois de juin.

  • 1  Voir l’article de Karim Ben Kahla, « L’université tunisienne face au dilemme universalité/mondiali (...)
  • 2  Licence-master-doctorat. Cette réforme est en partie calquée sur celle actuellement menée dans les (...)

11Les universitaires ont été humiliés, eux qui ont fait la grève avant tout pour une question de dignité, ne comprenant pas le refus obstiné de leur ministère à accepter à la table des négociations leur représentant légitime. Six ans de cavalier seul pour l’autorité de tutelle dans la gestion du secteur ne sont apparemment pas encore suffisants. Il est dès lors très important de s’interroger sur la nature profonde du désaccord entre les deux parties et sur ce qui pousse le ministère à vouloir continuer de jouer la partition en solo. En effet, le bureau actuel du SGESRS a été élu sur un programme fortement attaché à l’université publique, à sa place dans la société, à la valeur de ses diplômes, rejetant ainsi la vision simpliste et strictement économique d’un enseignement supérieur qu’il conviendrait d’adapter au « marché du travail » et à des entreprises elles-mêmes inadaptées1. Or, cette vision est justement celle que veut faire prévaloir le ministère. Et la réforme LMD2 n’est en fin de compte que l’occasion idéale pour revoir en profondeur, sans s’embarrasser des représentants du SGESRS , l’esprit même de l’enseignement supérieur conformément à cette idéologie économique et opérer le passage en force souhaité.

12Or, ne l’oublions pas, l’objectif prioritaire de la grève était précisément de gagner la reconnaissance de l’autorité de tutelle en vue de mettre fin à six ans d’ostracisation du corps syndical. Or, cet objectif n’a pas été atteint. Peut-on en déduire pour autant un bilan totalement négatif ?

Quel bilan pour la grève ?

13Le principal objectif des grévistes n’a certes pas été atteint. Mais la grève a renforcé et soudé le corps des universitaires qui n’avaient peut-être pas assez conscience de son unité et de sa solidarité. Celle-ci s’est surtout exprimée à l’occasion de la punition collective qui a été infligée aux universitaires grévistes par le biais de la privation de leur salaire. En ce sens, et paradoxalement, la stratégie du mépris a été contre productive, l’attitude du ministère ayant fortement favorisé la conscience syndicale en redonnant aux universitaires le goût de l’action collective comme en témoigne le taux de croissance du nombre d’adhérents au SGERS qui est passé, de 2003 à 2005, de 2 200 à 3 300 sur un effectif de 5 600 enseignants.

14D’un autre côté, l’intervention du bureau exécutif de l’UGTT a empêché l’autorité de tutelle d’aller jusqu’au bout de sa stratégie punitive. La décision présidentielle du 14 juillet a en effet arrêté les poursuites disciplinaires et a ordonné le versement aux grévistes de leurs salaires du mois de juin. De même, une autre position ferme du bureau de l’UGTT a été à l’origine d’une victoire symbolique pour les universitaires. Ce dernier a en effet imposé le secrétaire général du SGESRS parmi la délégation représentant la fonction publique dans les négociations collectives. L’on s’est retrouvé dans cette situation paradoxale où le représentant des universitaires négociait les augmentations de salaires avec le gouvernement au moment même où son autorité de tutelle refusait de le recevoir et de négocier avec lui.

15Le malaise à l’université tunisienne persiste. Et le scénario vécu par les universitaires a été, depuis, le lot d’autres organisations ayant montré ou affirmé des velléités d’indépendance comme la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme. De même, l’année 2005 a connu des rapports très tendus entre le pouvoir d’un côté et les avocats et les magistrats de l’autre. Le pouvoir en Tunisie serait-il fâché avec ses élites professionnelles ?

Haut de page

Notes

1  Voir l’article de Karim Ben Kahla, « L’université tunisienne face au dilemme universalité/mondialisation : réflexions sur “la fracture universitaire” », Annuaire de l’Afrique du Nord, 2002, Paris, CNRS Éditions, 2004, p. 161-186.

2  Licence-master-doctorat. Cette réforme est en partie calquée sur celle actuellement menée dans les pays de l’Union européenne et dont l’objectif est d’harmoniser les cursus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdallah Tounsi, « Les enseignants du supérieur et le pouvoir politique en Tunisie : portée et signification de la grève administrative », L’Année du Maghreb, II | 2007, 415-418.

Référence électronique

Abdallah Tounsi, « Les enseignants du supérieur et le pouvoir politique en Tunisie : portée et signification de la grève administrative », L’Année du Maghreb [En ligne], II | 2005-2006, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/143 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.143

Haut de page

Auteur

Abdallah Tounsi

Universitaire tunisien

Haut de page