Navigation – Plan du site
Dossier de recherche :
Le Maghreb avec ou sans l'Europe ?
Le partenariat euro-maghrébin

Les nouveaux modes de gestion de la proximité euromaghrébine

Maghreb with or without Europe? New management of Europe-Maghreb proximity
Jean-Robert Henry
p. 39-56

Résumés

La crise dans laquelle est plongé depuis près de cinq ans le système euro-méditerranéen invite à repenser la question des relations euromaghrébines. Celles-ci n’avaient pas été privilégiées ni distinguées par le Processus de Barcelone dont le premier objectif était d’accompagner le processus de paix au Moyen-Orient. Or, toute gestion des rapports entre le Maghreb et l’Europe doit prendre en compte la proximité des sociétés du nord et du sud de la Méditerranée occidentale et leur exceptionnelle imbrication économique, humaine et culturelle.
Aujourd’hui, l’Union européenne ne se désintéresse pas du Maghreb, mais l’enlisement de sa politique méditerranéenne et sa faible réactivité au « printemps arabe » laissent de plus en plus le champ libre aux stratégies nationales, avec des logiques plus concurrentielles que convergentes. Alors, par exemple, que l’Allemagne joue surtout du levier économique pour élargir son influence, la France de François Hollande mobilise des leviers diplomatiques et militaires pour reprendre l’initiative au Maghreb et dans tout le Nord-ouest africain, en écartant les aspects les plus contestables de l’action du quinquennat précédent.
Sur le plan multilatéral, la défaillance du partenariat euro-méditerranéen favorise une réactivation du dialogue 5 + 5, à travers lequel les pays riverains de la Méditerranée occidentale s’efforcent de renforcer leurs relations bilatérales et transnationales et d’inscrire dans la durée une coopération sous-régionale élargie aux questions sécuritaires. Ce faisant, le « 5 + 5 » contribue indirectement à la relance de l’Union du Maghreb arabe. À ces stratégies nationales et multilatérales, il faut ajouter le rôle croissant des stratégies, moins visibles mais réelles, des acteurs civils, individuels ou organisés, dans la construction humaine de l’espace sous-régional.

Haut de page

Texte intégral

1« Le Maghreb sans l’Europe » : une affirmation ou un mot d’ordre qui peuvent être entendus dans plusieurs sens : Soit on fait référence à un Maghreb autocentré, soumis à ses propres forces et dynamiques : il s’agit d’un rêve récurrent dont la concrétisation ne semble pas prochaine. Soit, au sens le plus courant, on entend sous cette expression mettre l’accent sur les nouveaux partenariats du Maghreb qui tendent à se substituer à l’influence des pays européens (États-Unis, Inde, Japon, Turquie, pays du Golfe, Russie et bien sûr Chine. Toutefois, les évènements des deux dernières années nuancent cette vision simplificatrice des choses : l’intervention en Libye, celle du Mali, la relance du 5+5, le développement de la coopération bilatérale soulignent que les acteurs européens traditionnels restent très actifs sur la scène maghrébine.

2Soit enfin, et c’est le sens qui nous retiendra davantage ici, le Maghreb sans l’Europe est celui qui échapperait à la politique méditerranéenne de l’Europe unie, une politique commune qui aurait fait, notamment à l’occasion du printemps arabe, la preuve de son fiasco ou de son impuissance. Il est certain que la crise profonde dans laquelle sont aujourd’hui plongés le processus de Barcelone et ses configurations successives invite à repenser dans son ensemble la politique méditerranéenne et arabe de l’Europe, en reconsidérant tout particulièrement les relations euromaghrébines. Celles-ci n’ont pas été particulièrement avantagées par le processus de Barcelone, qui entendait à la fois dépasser l’échec du dialogue euro-arabe et accompagner le processus de paix au Moyen-Orient, ce qui impliquait de sacrifier l’idée d’une relation euromaghrébine privilégiée, caressée par Bruxelles au début des années 1990. Aujourd’hui, on constate à nouveau un regain d’intérêt pour cette relation. Dans quelles perspectives se gère aujourd’hui la proximité euromaghrébine ? Quelles sont les alternatives à la politique méditerranéenne de l’Europe qui se mettent en place ?

La crise de la politique méditerranéenne de l’Europe

3En 1995, la Conférence de Barcelone avait porté l'espoir de voir s'instaurer un véritable partenariat Nord-Sud en Méditerranée. Mais, très vite, s’est fait jour un sentiment d'enlisement et d’inefficacité du processus. Et, dix ans après la conférence de Barcelone, à l’occasion d’un sommet anniversaire, on parlait déjà de « bilan mitigé », et même d’échec du Processus de Barcelone.

4Cet insuccès appelait des tentatives de diagnostic. Certains analystes insistaient sur la mise en œuvre technique et financière du partenariat euro-méditerranéen. D’autres mettaient en avant son caractère inachevé, avec notamment l’échec du Projet de Pacte de stabilité pour la Méditerranée que les Français avaient essayé de promouvoir à la conférence euro-méditerranéenne de Marseille en 2000 (Daguzan, 2000). C’était aussi une façon de renvoyer à l’échec du processus de paix israélo-palestinien, qui plombait un partenariat conçu en fonction de lui pour garantir la paix dans l’espace méditerranéen. Face à cet échec, un partenariat réduit essentiellement à l’économie avait-il vraiment un sens ?

5Par delà les facteurs conjoncturels et les aléas du processus de paix, quelques observateurs pointaient des raisons plus structurelles, touchant à la nature du rapport de l’Europe à son sud. S’il est vrai que le projet européen, fondé sur les ruines d’expériences extrêmes en matière d’affrontement des nationalismes et de mépris des Droits de l’homme, est considéré comme la plus féconde avancée des relations internationales depuis la Seconde guerre mondiale (il a d’ailleurs été récompensé à ce titre par l’attribution en 2012 du prix Nobel de la Paix), le développement de cet espace de paix, de prospérité et de mieux-vivre relatif a eu aussi des effets complexes, à la fois attractifs et déstabilisants, sur son environnement, comme l’a illustré la crise yougoslave.

6Ce problème a été aggravé par le fait que, depuis Maastricht, le rapport du projet européen à son voisinage méridional est devenu structurellement contradictoire. Il a pris peu à peu la forme d’un processus d’inclusion-exclusion du Sud par le Nord : la Méditerranée constitue pour l’Europe à la fois une région périphérique, qu’elle considère comme son prolongement naturel, et une frontière identitaire, humaine et culturelle.

7D'une part en effet, l'Europe cherche à y accroître et stabiliser son influence, notamment économique et culturelle, en constituant un vaste espace euro-méditerranéen, malgré la concurrence croissante des autres grandes puissances et des pays émergents.

8Mais, d'autre part, l’invention de l’Europe comme espace humain, et non plus seulement économique, fabrique de la frontière et de l’altérité en Méditerranée : l’extension du projet européen à des dimensions politiques, sécuritaires, identitaires produit un effet de clôture, de frontière culturelle, sociale et humaine face à un monde islamo-méditerranéen considéré de plus en plus comme une altérité radicale. La pseudo-logique géographique laisse libre cours au déploiement de critères « culturels » : religieux, ethniques, voire bio-culturels, de différenciation entre « eux » et « nous » (Henry, 1998). L’humanisme initial du projet européen s’efface derrière les logiques identitaires : une vision confusément ethno-religieuse de l’identité européenne tend à s’imposer pour définir par rapport au Sud et au monde musulman une Europe plus blanche et chrétienne qu’elle n’a jamais été. L’application du système de Schengen renforce ce sentiment, en faisant oublier que la clôture de l’espace humain européen est un phénomène récent, qui ne remonte qu’au milieu des années 1980.

9Or, ces nouvelles frontières de l’Europe sont taillées dans un espace relationnel méditerranéen extrêmement dense. Les sociétés d’outre-Méditerranée, particulièrement celles du Maghreb, n’ont jamais été aussi proches de l’Europe, par les liens issus de l’immigration, par les pratiques culturelles et par la puissance du mirage européen. Cette réalité humaine et culturelle s’accommode mal de l’invention des frontières de l’Europe.

10Un point faible du processus de Barcelone est qu’il avançait des solutions inadaptées à cette imbrication des sociétés. Ou plutôt il y répondait de façon sélective : il organisait la libre circulation des biens dans la région méditerranéenne tout en restreignant celle des personnes, c’est-à-dire qu’il instaurait un divorce entre espace économique et espace humain, tout en comptant sur le dialogue culturel et la coopération des sociétés civiles pour en réduire les effets : deux ressources incapables à elles seules de faire de la Méditerranée un espace humain commun.

11Les responsables européens ont été conscients, surtout après le 11 septembre 2001, qu’il y avait là un risque d’aggraver la « fracture culturelle » dans l’espace méditerranéen (Rapport de la Commission pour la Conférence de Valence en 2003, qui sera relayé avec brio en 2004 par le Rapport des Sages sur le dialogue des peuples et des cultures en Méditerranée).

  • 1 Dans son ouvrage, Nos voisins musulmans. Histoire et mécanisme d’une méfiance réciproque (Les belle (...)

12Une réponse pétrie de bonnes intentions à ce défi a été la « philosophie du voisinage », proposée en 2003 par R. Prodi. Mais cette philosophie, devenue « politique de voisinage » après son adoption par les instances européennes, aggrave d’une certaine façon les contradictions de Barcelone, car elle ne laisse même plus miroiter la perspective d’un espace humain commun. Elle renforce la vision ethnoculturelle de l’Europe, qui oppose implicitement aux « voisins » (catégorie exprimée) la « famille » européenne (catégorie implicite, mais omniprésente comme point de départ du discours). Cette famille européenne fait particulièrement sens à l’égard des « voisins » ou « vis-à-vis » musulmans1, comme à l’égard des minorités musulmanes – d’origine ou immigrées – en Europe.

13Plus que toute autre relation extérieure, le rapport au monde islamo-méditerranéen pose en réalité à l’Europe un dilemme. Elle l’invite à choisir entre deux modèles fondamentalement différents du projet européen :
- ou bien construire une forteresse de prospérité, une sorte de grande Suisse continentale repliée sur son patrimoine humain, économique et culturel, et protégée des menaces potentielles du Sud et de l'Orient musulmans par des barrières supposées infranchissables ;
- ou bien, à l’opposé, revenir au pari d’une « Europe sans rivages » (selon le titre du livre de François Perroux, publié en 1954), qui intègrerait progressivement les pays du Sud dans un espace commun avec l’Europe. Il s’agirait de penser celle-ci moins comme un repli continental que comme un régionalisme ouvert, moins comme une finalité identitaire que comme un projet ouvert sur une perspective universaliste. Encore faut-il que ce projet soit porté par une volonté commune et par des acteurs soucieux de la servir. Ce sont deux facteurs qui ont fait défaut dans les tentatives de relance du Processus de Barcelone, comme dans les débats du début des années 2000 sur l’ouverture de l’espace européen vers le Sud.

14À cette époque, la question de l’élargissement de l’Europe vers l’espace méditerranéen n’avait pas disparu de l’horizon européen, et prenait en réalité plusieurs formes.

15D’une part, elle était posée directement à travers le lancement du processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Sur le plan des principes, il ne semblait plus y avoir d’obstacle pour faire entrer, à un horizon (certes lointain et qui restait à fixer), ce grand pays « musulman » dans l’Union européenne. La perspective d’une telle éventualité s’est beaucoup rétrécie aujourd’hui, au point qu’on puisse douter que l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne soit toujours à l’ordre du jour, malgré un déblocage récent et partiel des résistances françaises.

16Une autre façon, indirecte, de poser la question de l’élargissement de l’espace européen aux pays partenaires du Processus de Barcelone était présente dans l’idée d’établir des « coopérations renforcées » avec des partenaires du Sud. Soit ces coopérations étaient pilotées par l’UE elle-même et présentées comme une étape vers un objectif final encore inconnu (c’est ce qui a été fait pour le Maroc). Soit, il s’agissait de favoriser une coopération spécifique de proximité entre des partenaires du Nord et du Sud. C’est le scénario qui a été exploré et partiellement mis en œuvre dans le dialogue 5+5, réactivé à partir de 2001 et qui regroupait dix pays de Méditerranée occidentale.

17Le recentrage sur la Méditerranée occidentale partait de la conscience que les riverains de ce bassin partageaient des intérêts communs majeurs, insuffisamment servis par le partenariat euro-méditerranéen et la politique de voisinage. Ce qui les unissait était finalement un « destin commun », une formule qu’on retrouvera aussi dans le projet de Traité d’amitié et de coopération franco-algérien paraphé en 2003. L’idée d’un rapprochement avec le Maghreb était à ce point dans l’air qu’elle avait inspiré au journal Le Monde en décembre 2003 un titre de première page : « Europe-Maghreb : l’autre élargissement ? ». 

18Certes, l’idée d’élargissement de l’Union européenne vers le Sud était à l’époque très minoritaire, mais elle n’était pas totalement absente de la réflexion sur les scénarios méditerranéens. En 2002, le Club de Marseille avait par exemple cherché à promouvoir l’idée d’Union euro-méditerranéenne (Henry, 2002). Au Maroc, certains documents officiels reprenaient aussi, à l’occasion du 10e anniversaire de Barcelone, des arguments en faveur d’une adhésion de ce pays à l’Union européenne.

19D’autres alternatives aux dysfonctionnements du Processus de Barcelone avaient été explorées à la même époque.

20Pour éviter au partenariat euro-méditerranéen d’être paralysé par le conflit du Moyen-Orient, certains hommes politiques proposaient périodiquement une « relance » du dialogue euro-arabe, qui avait tenté, avec des succès inégaux, d’organiser les relations transméditerranéennes entre 1974 et 1990. C’est ce que fit notamment Jacques Chirac en avril 2006, lors d’une initiative sans lendemain.

21Toujours dans le souci d’éviter le blocage politique du processus de Barcelone, d’autres responsables français proposaient, au milieu des années 2000, un élargissement du « 5+5 » à un « 6+6 » englobant l’Égypte et la Grèce. C’était aussi une façon de rapprocher  le « 5+5 » du Forum franco-égyptien, autre instance informelle sur laquelle la France exerçait son influence.

22Plus ambitieuse en apparence était la proposition de Jean-Louis Guigou d’instaurer une « Communauté méditerranéenne ». Il s’agissait de promouvoir sur les marches méridionales de l’Europe un sous-régionalisme bienveillant et pacifique, relayant en Méditerranée le projet européen sans le concurrencer ni avoir l’étendue de ses compétences. Cette conception euro-centrée des choses n’était cependant pas très attrayante pour les voisins du Sud et ne semble pas avoir suscité chez eux un grand intérêt.

23Elle semble avoir pourtant inspiré en partie le projet d’Union de la Méditerranée lancé en février 2007 par Nicolas Sarkozy en pleine campagne électorale et réaffirmé, après son élection, comme le futur grand chantier de la diplomatie française. Mais cette vision quelque peu improvisée du devenir méditerranéen était porteuse de fortes contradictions, la plus sensible portant sur la gestion de l’intersection entre un espace européen fortement intégré - à qui les États ont délégué d’importantes compétences comme la circulation des personnes - et un espace méditerranéen faiblement intégré qui ne pourrait prétendre qu’à des délégations de compétences résiduelles des États dans les mêmes domaines.

24On connait le sort advenu à cette initiative méditerranéenne de la France, à savoir un rejet total par la Turquie, un faible enthousiasme des partenaires du Sud et de fortes réticences des pays européens qui n’avaient pas été consultés, à commencer par l’Allemagne. Il fallut presqu’un an de marchandages pour aboutir à un compromis laborieux, baptisé Union pour la Méditerranée. Celle-ci, créée solennellement à Paris en juillet 2008, fut formatée institutionnellement par la Conférence euro-méditerranéenne de Marseille en novembre 2008 : l’UPM restait dans le cadre du processus de Barcelone, tout en élargissant celui-ci à l’ensemble des pays de la Ligue arabe, ce qui était une avancée intéressante. La diplomatie française avait aussi longuement négocié pour que Israël ait bien toute sa place, reconnue par les pays arabes, dans cette configuration.

25Toutefois, le lancement de la nouvelle institution a fait long feu, en raison de la guerre de Gaza, que les Européens n’ont pas su ou voulu prévenir, ce qui a suscité chez beaucoup de dirigeants arabes le sentiment d’avoir été trahis. Le blocage institutionnel affectant l’UPM a contaminé tout le système euro-méditerranéen. L’un et l’autre sont maintenant paralysés depuis plus de quatre ans par l’impossibilité de réunir la conférence des ministres des Affaires étrangères, instance-clé du processus de Barcelone comme de l’UPM : les États arabes ne veulent pas siéger à côté d’Israël qu’ils accusent d’avoir torpillé la mise en place de l’UPM. La confusion institutionnelle est donc totale, les nouvelles institutions n’ayant pas réussi à prendre le relais des anciennes. Confrontés à cette impuissance, deux secrétaires généraux de l’UPM ont démissionné, et une autre conséquence de l’impasse institutionnelle a été la restitution par la France en mars 2012 à l’Union européenne de la « coprésidence » de l’UPM qu’elle s’était attribuée. Même si ce retour à la logique communautaire fait sauter un des verrous du blocage institutionnel et accroît légèrement la marge d’action de la politique extérieure européenne, le partenariat euro-méditerranéen est dans la crise la plus profonde et la plus longue qu’il ait jamais connu. On doute qu’il parvienne à s’en relever dans les circonstances actuelles.

26Quand on recherche les responsabilités immédiates de cette paralysie des relations euro-méditerranéennes, les erreurs, les maladresses et les incohérences de la politique française sautent aux yeux (Henry, 2012). Mais il faut tenir compte également de l’incapacité des Européens à penser leur rapport au Sud autrement que sous l’angle des intérêts économiques, de la peur de l’Islam et du repli identitaire. Ils paient aussi leur lâcheté persistante face au conflit du Moyen-Orient, ainsi que les effets de la fragmentation des pouvoirs de décision au sein du système européen, un problème de gouvernance qui tourne à l’impuissance en matière de relations internationales.

Le défi des révoltes arabes

  • 2 En 2008, la nouvelle équipe de la Fondation Anna Lindh avait commandé une enquête d’opinion dans le (...)

27Le « printemps arabe » n’a pas changé ces donnes européennes ni remis à flot l’UPM, malgré les espoirs de certains responsables français. Il a souligné l’effacement d’une politique méditerranéenne de l’Europe, réduite à des déclarations bien-pensantes sans portée effective, et il a mis en évidence les défaillances du système euro-méditerranéen :
- celui-ci n’a pas fonctionné comme espace de dialogue politique ou de conciliation dans les révolutions qui ont contesté les régimes autoritaires arabes, ni dans les conflits ouverts qui ont suivi en Libye et en Syrie ;
- il n’a pas apporté massivement d’aide économique et financière aux sociétés en mutation : les promesses d’aide ont été faites pour l’essentiel dans le cadre d’autres instances et attendent d’être concrétisées ;
- les Européens ont vu disparaître leurs interlocuteurs habituels du Sud disqualifiés par la contestation populaire, comme Ben Ali et surtout Moubarak, sur le partenariat duquel la France avait fondé son leadership dans l’UPM ; le mépris par l’Europe de l’opinion publique arabe s’est retournée contre elle, malgré les mises en garde multipliées depuis plusieurs années2.

28Il est difficile de refonder le partenariat euro-méditerranéen sur les bases actuelles du processus de Barcelone ou de l’UPM, pour plusieurs raisons :
- le blocage autour du conflit du Moyen-Orient et l’impuissance de l’Europe sur ce dossier sont plus forts que jamais, même si cette impuissance est aussi le lot (ou le choix) de la diplomatie américaine ;
- le repli de l’Europe sur elle-même et l’absence de volonté politique européenne ne favorisent pas une initiative de relance du partenariat euro-méditerranéen depuis Bruxelles, malgré les bonnes intentions affichées dans les déclarations de mars et mai 2011 ;
- à ceci s’ajoute un élément nouveau : l’insécurité saharienne à la suite de l’intervention de certains pays européens en Libye. Le manque d’anticipation des conséquences de cette politique d’ingérence « humanitaire » a  mis le feu à toute la région saharienne et sahélienne, dont les fantasmes euro-méditerranéens rêvaient de faire la future centrale solaire de l’Europe (Henry, Marçot, Moisseron, 2011) ; aujourd’hui, le rattachement du Sahara à l’espace méditerranéen est une perspective qui perdrait beaucoup en crédibilité si la sécurité de la région n’était pas assurée.

  • 3 à l’exception, semble-t-il, de l’Allemagne, dont les exportations et les investissements prospèrent (...)

29De façon plus globale, la question du Sahel souligne une fois de plus l’inexistence d’une expression militaire de la puissance européenne. A quelques rares exceptions (Yougoslavie et opération « Atalante », lancée en 2010 contre la piraterie dans l’Océan indien), le seul domaine où l’Europe tente de se donner les moyens d’une politique collective de sécurité est le contrôle de ses frontières humaines, à travers le système Frontex. Pour le reste, elle renvoie le soin de sa politique de défense commune à la couverture de l’OTAN.
- sur le plan économique, on observe un amoindrissement relatif des positions économiques européennes en Méditerranée3, en raison de la concurrence de la Chine, de la Turquie, de l’Inde, du Brésil et des autres pays émergents.

30L’effacement de l’UE comme acteur méditerranéen crédible et son incapacité à sortir le partenariat euro-méditerranéen de sa crise ont eu deux conséquences : d’une part, cette situation laisse plus que jamais le champ libre aux stratégies nationales – du nord et du sud – qui s’activent dans la région avec des logiques souvent plus concurrentielles que convergentes ; d’autre part, elle pousse à une dé-globalisation, à une fragmentation de la politique méditerranéenne de l’Europe au profit de relations de proximité, en particulier avec le Maghreb. Le jeu de la France sur ces deux points est éclairant.

L’emprise des stratégies nationales

  • 4 Le développement du jeu méditerranéen des « grandes puissances » de l’Union européenne au détriment (...)

31Tout en donnant au partenariat euro-méditerranéen ce qui ressemble à un coup de grâce, le « printemps arabe » a renforcé le déploiement en Méditerranée de stratégies nationales dont la diplomatie française avait donné une éclatante et discutable illustration en 2007 et 2008, au prix d’une farouche concurrence entre « grandes puissances européennes »4. Tout en continuant à servir des ambitions de puissance régionale, la reprise d’initiative française au moment des révoltes arabes a été peu cohérente : après de mauvaises réactions initiales en Tunisie et en Égypte, le « coup » diplomatique et militaire de Libye, inspiré par un philosophe en mal de visibilité internationale, n’a pas mesuré les conséquences régionales d’une explosion incontrôlée du régime libyen, ni les effets diplomatiques sur d’autres scènes de conflits – à commencer par la Syrie – d’un dépassement du mandat accordé par le Conseil de sécurité. Sur le plan économique, les retombées que la France attendait de son intervention en Libye n’ont pas été à la hauteur des espoirs, alors que dans le même temps les intérêts miniers français risquaient d’être fragilisés par la nouvelle instabilité du Sahel. Ajoutons à ce bilan globalement décevant une brouille avec la Turquie (à propos du génocide arménien), dont la diplomatie française aurait pu faire l’économie, et qui contrastait avec l’importance démesurée accordée au partenariat avec le Qatar. Même si la Grande-Bretagne s’était autant engagée dans l’affaire libyenne que la France, avec le même soutien de l’OTAN, elle l’avait fait d’une façon moins ostentatoire, c’est-à-dire avec un moindre risque de voir porter les effets pervers de cette ingérence humanitaire à son passif.

  • 5 Cf. entretien accordé au journal Le Monde par le nouveau ministre des Affaires étrangères le 29 mai (...)
  • 6 Cette amélioration s’est même traduite en mai 2013 par la signature d’un accord sur la fourniture d (...)

32Le bilan diplomatique du quinquennat de Nicolas Sarkozy a pesé pour partie sur la politique étrangère de son successeur. Il est significatif que les candidats à la présidentielle aient très peu parlé de la Méditerranée, à l’exception de Jean-Luc Mélanchon. François Hollande, de son côté, avait joué la discrétion en matière de politique étrangère. Une fois élu, le nouveau président s’est cependant senti lié par les engagements de son prédécesseur sur l’affaire libyenne, sur le dossier syrien et sur l’Iran. Les changements qu’il a apportés à la politique méditerranéenne de la France ont été prudents et progressifs. Dans un premier temps, ils se sont contentés d’affirmer la soumission de la politique française à l’internationalisme et au droit international, en exprimant des réserves sur la poursuite des interventions militaires et en plaidant plutôt pour une « diplomatie d’influence »5. Les choses ne semblaient devoir changer que sur les marges : amélioration des rapports avec Ankara6, partenariat moins exclusif avec le Qatar, abandon d’un discours islamophobe interne qui tournait à la guerre des cultures et finissait par avoir des effets négatifs sur la politique extérieure. Il a fallu six mois pour que le nouveau président abatte plus clairement ses cartes : sans renoncer à jouer avec ses partenaires européens la relance de la coopération euro-méditerranéenne, c’est d’abord vers le Maghreb qu’il entendait désormais porter les efforts de la diplomatie française.

  • 7 Décision du Conseil des ministres allemand du 19 février 2013, justifiée en ces termes par le minis (...)

33Plus discrète, l’Allemagne est devenue une puissance qui compte sur la scène méditerranéenne. Après avoir longtemps nié toute ambition méditerranéenne, elle a montré en s’opposant à la France à propos des projets de N. Sarkozy que cette époque était révolue. Elle s’est ensuite tenue ostensiblement à l’écart des interventions en Libye, puis au Mali, où elle a finalement décidé en février 2013 d’envoyer des forces non combattantes7. L’Allemagne mène aujourd’hui en Méditerranée une politique conforme à ses intérêts économiques, qu’elle défend avec une certaine âpreté, par exemple en matière de développement de l’énergie solaire ou de ventes de matériels militaires. Son influence s’appuie aussi sur la présence dans les pays du Sud de ses Fondations (politiques ou industrielles) qui tissent un réseau très actif auprès des acteurs civils, confortant, sur des sujets valorisants comme la démocratie et les droits de l’homme, l’influence de sa diplomatie traditionnelle.

  • 8 L’exportation d’armements et de matériels militaires allemands vers l’Arabie saoudite, l’Algérie, l (...)
  • 9 El Watan, 18 mai 2013.

34L’Allemagne a saisi l’occasion du « printemps arabe » pour développer dans le cadre de « partenariats de transformation » sa coopération bilatérale avec les pays touchés par la vague révolutionnaire. Au Maghreb, cette politique a été particulièrement active en direction de la Tunisie, partenaire déjà privilégié de Berlin sous le régime Ben Ali. Soucieux de faire de leur nouvelle coopération un modèle, les deux pays ont signé en 2012 de nombreux accords finalisés par des Déclarations communes et suivis par des groupes de travail mixtes (Schäfer, 2013). Avec le Maroc et l’Algérie, moins affectés par le « printemps arabe », les liens se renforcent également : ainsi, l’Allemagne, qui semble avoir supplanté la France comme troisième exportateur mondial d’armes, a vendu à l’armée algérienne plusieurs centaines de véhicules blindés et doit en produire de nombreux autres sur place8. Depuis la visite du président Bouteflika à Berlin en décembre 2010, une commission mixte algéro-allemande a été instituée pour suivre la coopération bilatérale ; sa troisième réunion a eu lieu en mai 2013. Enfin, des échanges ministériels fréquents nouent un dialogue politique au niveau le plus élevé sur des questions intéressant la région méditerranéenne9. à côté du développement multiforme de sa coopération bilatérale, l’Allemagne reste toutefois très attachée à placer ses liens avec le Maghreb sous l’égide de la politique méditerranéenne de l’Europe. C’est ce cadre qui lui parait le plus propre à concilier ses valeurs et ses intérêts. C’est là aussi où elle se trouve plus à même de faire jouer son influence grandissante dans les instances européennes, contrairement au dialogue 5 + 5 dont elle se défie d’autant plus qu’elle en est exclue (Schäfer, 2013).

35Touchée par la crise économique, l’Espagne, qui s’était illustrée par une politique méditerranéenne nationale euro-compatible, conduite par de grands diplomates comme Miguel Angel Moratinos, est moins active sur cette scène depuis l’échec de la conférence euro-méditerranéenne qu’elle avait tentée de réunir à Barcelone en 2010 et depuis l’enlisement de l’UPM, qui n’est pas compensé par le soutien espagnol apporté au fonctionnement du secrétariat général de cette organisation. Sur le plan bilatéral, la coopération avec le Maghreb suit une vitesse de croisière, scandée par des réunions « de haut niveau » des chefs de gouvernement, comme celles tenues à Rabat en octobre 2012 et à Alger en janvier 2013. Les circonstances économiques et les problèmes politiques internes contribuent également à réduire la capacité d’initiative méditerranéenne de l’Italie, qui semble avoir oublié le Traité d’amitié et de coopération qu’elle avait conclu en 2008 avec la Libye (malgré une modeste tentative de relance par Mario Monti en janvier 2012) et qui ne semble plus disposée à participer comme en 2011 à une intervention militaire au sud de la Méditerranée.

36Toutes ces politiques nationales, plus ou moins concurrentes, ne prospèrent qu’en l’absence d’une politique méditerranéenne européenne, y compris dans les domaines où elle s’imposerait le plus comme l’énergie. Même dans l’hypothèse où finirait par émerger une vision communautaire des choses, une question qui demeurera est celle de l’articulation entre les politiques nationales, voire infra-étatiques, et la politique commune : comment faire profiter celle-ci des atouts et réseaux méditerranéens propres à chaque État ou à chaque région de l’Union européenne? Derrière cette question, s’en profile une autre, plus fondamentale : comment concilier des perceptions différentes du voisinage méditerranéen de l’Europe ? Si, pour l’Allemagne ou la Pologne, la Méditerranée est d’abord une frontière avec des pays non-européens, elle est pour la France, l’Espagne ou l’Italie un lien avec des sociétés extrêmement proches à beaucoup d’égards. Le fait que la concurrence entre puissances européennes en matière de politiques méditerranéennes ne mobilise pas seulement des intérêts divergents mais aussi des perceptions différentes du rapport aux sociétés d’outre-Méditerranée rend difficile et peu vraisemblable l’élaboration d’une politique méditerranéenne unique de l’Europe qui s’imposerait à tous ses membres.

37Du côté des partenaires méditerranéens de l’Europe, les pays touchés par le printemps arabe ont vu s’effondrer ou s’affaiblir leur politique étrangère, surtout quand elle était, comme pour l’Égypte et la Tunisie, étroitement connectée aux jeux diplomatiques des européens. La reconstruction sur de nouvelles bases de leur action internationale prend manifestement du temps. Par contre, l’Algérie et le Maroc, qui ont réussi à se tenir à l’écart de la contestation populaire ou à maîtriser le phénomène, conservent leurs grandes orientations internationales et les atouts d’une politique extérieure relativement indépendante.

38La stratégie de la Turquie est celle d’une puissance régionale montante, stimulée à l’échelle méditerranéenne par les résistances opposées à sa demande d’adhésion à l’Europe, qui restent fortes du côté de l’Allemagne et de l’Autriche notamment. Ce pays semble mobiliser toutes ses ressources : croissance économique insolente, puissance militaire, séduction de son modèle de réformisme musulman, pour étendre son influence politique, promouvoir la paix chez ses voisins immédiats et développer ses exportations et ses investissements dans toute la région (Hérodote, 2013). Dans une instance comme l’Organisation de la Conférence islamique, elle a su par exemple donner une dimension religieuse à ses arguments en faveur du libre-échange. Par contre, il lui est difficile de vendre à ses partenaires arabes, notamment maghrébins, l’héritage de l’empire ottoman. Sur le plan bilatéral, elle entretient avec les pays maghrébins des relations commerciales et industrielles de plus en plus significatives : l’Algérie a été le huitième client de la Turquie et son septième fournisseur en 2012. Et elle soigne ses relations politiques avec eux comme le montre la tournée accomplie au Maghreb en juin 2013 par le premier ministre Erdogan.

Retour à une priorité maghrébine ?

  • 10 Ibid. Les arguments économiques, politiques, démographiques avaient été soigneusement inventoriés p (...)

39Il y a quelques années, dans le dossier de L’Année du Maghreb 2004 consacré à « L’espace euromaghrébin », nous avions souligné la résistance du « fait euromaghrébin » à l’invention des frontières de l’Europe, et posé la question du « retour à la Méditerranée occidentale » (Henry, 2004). Nous avions dressé un bilan des atouts qui plaidaient pour une meilleure gestion de la « proximité euromaghrébine ». Sans répéter nos propos de l’époque, rappelons les principaux de ces atouts :
- l’imbrication exceptionnelle entre les sociétés de Méditerranée occidentale, caractérisée par la grande densité de liens historiques, économiques, humains et culturels entre les pays maghrébins et leurs voisins du nord ;
- le fait que la coopération dans cette région échappait à la persistance du conflit israélo-palestinien qui affectait lourdement le fonctionnement du système euro-méditerranéen ;
- les bons rapports franco-maghrébins faisant suite à la dénonciation par Paris de l’intervention américaine en Irak en 2003 ;
- le renouveau du dialogue 5 + 5, soutenu en France par le Cercle des économistes qui proposait de renforcer la complémentarité économique entre les pays de la Méditerranée occidentale en établissant entre eux une « association renforcée », conçue comme une étape vers un « destin commun »10. Ajoutons que, même au sein des instances européennes, le besoin de « coopérations renforcées » avec certains partenaires à l’intérieur du processus de Barcelone avait été reconnu par la conférence euro-méditerranéenne de Naples en décembre 2003, le Maghreb étant visé explicitement.

40Ces perspectives relativement réalistes de renforcement des relations euromaghrébines, qui se voulaient davantage complémentaires que concurrentes du processus de Barcelone, furent bousculées par la nouvelle vision de la politique méditerranéenne de la France défendue en février 2007 par Nicolas Sarkozy. Après la victoire électorale de celui-ci, on cessa pendant quelques années de parler du Maghreb, de la Méditerranée occidentale et du dialogue 5 + 5 pour centrer le débat – et la polémique -, sur les avatars de l’initiative française en Méditerranée, qui ne triompha, fin 2008, que pour connaître aussitôt la paralysie engendrée par la guerre de Gaza.

41Aujourd’hui, plusieurs signes montrent un incontestable regain d’intérêt pour les rapports euromaghrébins.

42Sur le plan bilatéral, le nouveau président français a choisi de donner la priorité au renforcement des liens de la France avec le Maghreb, et particulièrement avec l’Algérie. Avec ce pays, qui avait décidé en juillet 2012 de ne pas inviter la France à la célébration du cinquantenaire de son indépendance, l’amélioration des relations a été spectaculaire en quelques mois. Le voyage de François Hollande en Algérie en décembre 2012 a été soigneusement préparé, en vue de construire un partenariat solide entre les deux pays, dépassant les malentendus mémoriels. Le bilan de cette visite a été perçu de façon globalement positive de part et d’autre et laisse espérer que cette nouvelle tentative de réconciliation entre les deux pays – après celles de la coopération des années soixante, de 1982 et de 2003 - sera enfin la bonne. Le séjour médical de plusieurs mois effectué en France au printemps 2013 par le président Bouteflika est évidemment l’indice d’un climat de confiance. Dans le même temps, une grande attention reste portée par la France aux rapports avec le Maroc, toujours au beau fixe malgré la concurrence implicite des liens de ce pays avec les États-Unis. Rappelons que, lors du voyage du président français en Algérie, son premier ministre s’était rendu à la tête d’une importante délégation au Maroc, pour préparer la visite de François Hollande dans ce pays, qui a eu lieu en avril 2013 mais dont l’écho a été éclipsé par les remous de l’affaire Cahuzac. Un espoir de la diplomatie française est, semble-t-il, de favoriser un rapprochement entre les deux grands voisins maghrébins, ce qui impliquerait une évolution importante de la question du Sahara occidental. En attendant, les deux pays coopèrent dans le cadre de la relance de l’UMA et du dialogue 5+5. Les responsables français veillent également à améliorer leurs rapports avec la Tunisie, où une visite du président Hollande a eu lieu en juillet 2013.

  • 11 Dans la région Maghreb-Sahel, treize pays utilisent le français comme langue officielle ou comme la (...)
  • 12 Pour probable et ancienne qu’elle soit, la coopération franco-algérienne en matière sécuritaire se (...)
  • 13 Par contre, on en connaît mieux les effets : la France a soutenu et justifié la gestion par l’Algér (...)

43Sans chercher à imposer, comme sous le quinquennat précédent, des ambitions de puissance régionale, la nouvelle politique de la France en direction du Maghreb semble décidée à renforcer, dans le respect de l’égalité et de la souveraineté de ses partenaires, sa coopération avec la région méditerranéenne dont elle est le plus proche sur le plan humain, économique et culturel. Ceci n’exclut pas l’existence de préoccupations géopolitiques et géostratégiques françaises élargies à tout le nord-ouest africain « francophone »11, mais on parait conscient du côté français que la préservation des intérêts français au Sahel passe par une plus grande concertation avec tous les partenaires de la région, notamment les puissances maghrébines. Même s’il n’est pas avéré que l’intervention française au Mali ait fait l’objet d’une entente préalable avec l’Algérie, elle a probablement constitué de fait la première expérience d’un nouveau mode d’interaction entre les deux pays sur la scène régionale12. L’affaire d’In Amenas n’a pu que renforcer la convergence objective entre les deux pays dans leur lutte contre les mêmes adversaires, même si on sait peu de chose sur la façon dont cette convergence a été concrètement gérée13. La seule certitude est qu’une opération comme celle du Mali se prépare techniquement, sous forme de scénario, longtemps à l’avance.

  • 14 Cf. Le Monde du 26 février 2013.

44La question de la concertation entre les pays de la région et une puissance extérieure n’est pas totalement nouvelle, puisque les États-Unis ont mis en œuvre depuis plusieurs années une « initiative transsaharienne de lutte contre le terrorisme » qui les associe à une dizaine de pays du Maghreb et du Sahel, dont l’Algérie14. Pourquoi est-ce finalement la France qui a réagi en urgence, face à la menace qui pesait sur Bamako et sur les résidents français au Mali, sans laisser le temps à une véritable concertation entre les États concernés ? On peut penser que tous les partenaires régionaux, y compris l’Algérie et le Maroc, ont finalement soutenu activement ou passivement une opération à laquelle ils n’étaient pas fondamentalement hostiles : la situation est beaucoup plus simple qu’au Moyen-Orient, dans la mesure où l’ensemble des pays du nord-ouest africain avaient intérêt à se débarrasser de la menace des islamistes armés. De même que les États-Unis, qui ont apporté très vite leur soutien logistique, suivis beaucoup plus tard par l’Allemagne, d’abord très réticente.

  • 15 Il est significatif que le secrétaire général des Nations Unies et des troupes des Nations Unies ai (...)
  • 16 Il faut ajouter à cet activisme militaire le rôle important que la Marine de guerre française joue (...)

45Dans le même temps que s’instaure cette coopération « anti-terroriste » de fait avec divers partenaires dont les intérêts convergent, la France entend se montrer plus respectueuse du droit international que lors de l’opération menée en Libye en 2011, et aussi plus respectueuse de ses partenaires africains. Son intervention, à la demande du président malien, a reçu le soutien explicite de l’Union africaine et des Nations Unies15. Reste néanmoins que la France est intervenue militairement trois fois dans la région depuis deux ans (Côte d’Ivoire, Libye, Mali, sans compter une présence dissuasive en RCA), ce qui confirme sa prééminence militaire dans la région16. L’élément le plus nouveau par rapport aux habitudes néocoloniales est peut-être l’alliance mise en œuvre sur le terrain avec le Tchad : la mobilisation de solidarités anciennes, qui restent d’actualité pour la formation des officiers, a permis de fédérer des forces africaines dont le rôle a été considérable sur le terrain. Un autre indice de changement est l’intense activité diplomatique déployée par la France pour assurer la relève de ses soldats par une force des Nations Unies et pour faire assurer la reconstruction du Mali par la communauté internationale.

46Vis-à-vis des partenaires européens, les initiatives françaises prennent à contre-pied la vision d’une politique extérieure européenne qui ne mettrait en œuvre que des moyens pacifiques, ce qui, en pratique, se traduit le plus souvent par l’abstention ou par le recours au parapluie de l’OTAN. L’action de la France interroge d’autant plus la question de la politique extérieure européenne et de ses outils que la France est un des deux seuls États européens à pouvoir engager de telles actions avec une certaine autonomie, une bonne technicité et des moyens significatifs (avec des forces pré-positionnées en Afrique). Cette capacité spécifique donne à ce que François Hollande appelle sa vocation de « puissance repère » une ampleur et une visibilité qui l’éloignent du dénominateur commun européen et qui compensent l’affaiblissement de la position française sur la scène économique européenne. La contrepartie de ce versant militaire de la médaille est la gestion de la paix : le retour du Tchad à la démocratie reste fragile, et on a constaté que le soutien du Tchad à l’intervention française avait engendré en retour la complaisance de Paris sur la mise au pas de l’opposition tchadienne.

  • 17 Cette relance n’est pas partie de rien. Elle avait été préparée dans des cercles informels, comme e (...)

47Un autre signe de regain d’intérêt pour la Méditerranée occidentale est la nouvelle réactivation du dialogue 5 + 5. Neuf ans après le premier sommet des chefs d’État de ce « cadre souple et informel de dialogue » qui réunit les cinq pays du Maghreb et leurs vis-à-vis de la rive nord, un second sommet a été organisé à La Valette les 5 et 6 octobre 2012, à l’initiative de Malte et avec le soutien de la France17. Les sujets évoqués brièvement n’ont pas bouleversé la donne des relations entre les partenaires : il a été question de coopération économique, de lutte contre les migrations irrégulières, de concertation des politiques en matière d’énergie, d’environnement, d’infrastructures, de sécurité alimentaire, de partage des valeurs démocratiques. Mais certains sujets innovent par rapport au partenariat euro-méditerranéen : la sécurité, la défense, l’éducation, des mesures en faveur de la jeunesse. On y a discuté de la situation militaire en Libye, en Syrie, au Mali, à propos duquel la France militait, malgré les réticences algériennes, pour une intervention militaire des pays d’Afrique de l’Ouest avalisée par le Conseil de sécurité.

48L’intérêt de cette réunion tenait au total moins dans ses objets que dans le contraste que la tenue d’un tel sommet offre avec la paralysie du système euro-méditerranéen et son incapacité persistante à tenir une conférence des ministres des Affaires étrangères. La coopération entre pays riverains de la Méditerranée occidentale fait au contraire figure de politique du possible, susceptible d’inscrire les importantes relations bilatérales et transnationales nord-sud et même la relance de l’UMA dans un cadre sous-régional. Il est également significatif que des responsables maghrébins issus du printemps arabe aient été présents à ce sommet qui a remis dans le circuit diplomatique ces partenaires nouveaux. Deux autres réunions du « 5+5 » ont eu lieu depuis Malte : celle des ministres de l’Intérieur à Alger le 8 avril (centrée sur la lutte contre le terrorisme et le crime organisé) et surtout celle des ministres des Affaires étrangères, à Nouakchott le 17 avril. Cette dernière s’est efforcée, comme convenu à Malte, de faire une place plus grande aux nouveaux acteurs de la société civile, et particulièrement aux jeunes, en répondant mieux à leurs attentes en matière de mobilité. Et on y a bien sûr parlé de la situation politique dans la région.

49Un intérêt de regain d’activité du dialogue 5+5 est qu’il se développe parallèlement aux tentatives de relance de l’Union du Maghreb arabe, dont les ministres de l’Enseignement supérieur se sont réunis à Alger en mars 2013, les ministres de l’Intérieur en avril à Rabat et les ministres des Affaires étrangères en mai à Rabat également.

50Troisième signe d’intérêt pour la Méditerranée occidentale : celui manifesté récemment par l’Union européenne, peut-être sous la pression de l’activité du 5+5. Le 19 décembre 2012, la Commission européenne et la Haute représentante de l’UE pour les affaires extérieures ont présenté une communication conjointe (en anglais, ce qui est un peu surprenant pour un document destiné aux acteurs maghrébins) intitulée « Soutien européen pour l’intégration au Maghreb ».

51Alors que les pays et les sociétés du Maghreb (re)prennent conscience de l’importance de développer les relations entre eux, les auteurs du texte estiment que l’expérience européenne peut donner aux pays du Maghreb des idées pour rapprocher les populations, accélérer la croissance et l’emploi, favoriser le règlement des différends politiques, et développer des solidarités concrètes visant à faire face aux problèmes communs, comme la menace terroriste, la désertification ou le changement climatique. Ils se veulent convaincus que l’intégration du Maghreb serait un facteur de stabilité profitable à toute la région, y compris l’Union européenne. C’est pourquoi elle souhaite le soutenir.

52Dans cette perspective, le texte propose une série d’actions pour renforcer les relations entre l’UE et le Maghreb, et favoriser leur dialogue politique, en matière de sécurité et de défense, de droits de l’homme et de démocratisation. Il propose aussi de favoriser le dialogue et la coopération entre l’UE et les instances régionales telles que l’Union du Maghreb Arabe et le 5+5, pour activer la mise en œuvre de la stratégie UE-Afrique ou pour faire face à l’instabilité dans la région sahélo-saharienne.

53Il propose d’intensifier la coopération sectorielle en matière de transport, d’énergie, de commerce, de développement social, de politique maritime, d’environnement, de développement culturel et humain. Il insiste particulièrement sur la coopération énergétique, où l’intégration maghrébine pourrait à la fois aider à la constitution d’un marché électrique maghrébin et favoriser l’exportation vers l’Union européenne d’énergie renouvelable d’origine solaire. Le texte invite enfin à encourager le développement des réseaux de la société civile, considéré par les pays maghrébins eux-mêmes comme un outil essentiel de soutien à la transition politique.

54Comme beaucoup de textes européens, celui-ci est résolument optimiste, et sa vision de la transformation du Sahara en centrale solaire de l’Europe fait bon marché des problèmes concrets d’une telle entreprise, à commencer par les problèmes sécuritaires. Faut-il par ailleurs considérer cette nouvelle stratégie ambitieuse de l’UE en direction du Maghreb comme un retour à l’éphémère projet euro-maghrébin de 1992, comme une façon de contourner un partenariat euro-méditerranéen impossible à remettre en route ?

55Il est difficile en réalité de prévoir quels sont les nouveaux agencements politiques et institutionnels qui présideront aux rapports euromaghrébins. Entre le Maghreb et l’Europe, la situation actuelle rebat beaucoup de cartes, avec des enjeux sensiblement différents qu’il y a vingt ans, ou d’il y a sept ans, ce qui ne saurait faire oublier d’importantes constantes. Au premier rang de celles-ci, la proximité et l’imbrication entre les sociétés continuent à s’imposer comme une donnée géopolitique incontournable. Parallèlement, l’attractivité du Maghreb s’accroit aujourd’hui avec le développement des conflits armés au Moyen-Orient et l’impasse dans laquelle l’intransigeance des responsables israéliens sur la colonisation a placé toute solution du problème palestinien. Il est clair que la liaison entre processus de paix et processus de Barcelone n’a plus guère de sens aujourd’hui. Par contre, la dimension militaire n’est pas, comme on l’a vu, absente des nouveaux enjeux franco-maghrébins. C’est une innovation importante par rapport à la logique euro-méditerranéenne.

56La préoccupation sécuritaire pèsera sans doute sur la redéfinition politique des rapports euromaghrébins, dont les scénarios et le jeu des acteurs restent toutefois ouverts.

57Malgré l’échec de la politique euro-méditerranéenne de l’Europe, il ne faut pas sous-estimer le rôle de l’Union européenne. Ce n’est pas un acteur virtuel sur le terrain maghrébin. C’est elle qui a attribué au Maroc le statut de partenariat renforcé, une « étape » vers un but qui se veut plus que l’« association » et moins que l’adhésion, et c’est elle qui appuie aujourd’hui beaucoup d’initiatives de la société civile maghrébine. L’Union européenne sert aussi de relais à des États européens non riverains de la Méditerranée occidentale, qui entendent faire valoir au Maghreb leur influence, ou faire prospérer leurs stratégies : c’est le cas notamment pour le « plan solaire méditerranéen », en fait saharien, fortement soutenu par l’Allemagne, même si de grandes entreprises allemandes se sont retirées de ce projet qui tourne aujourd’hui au mirage.

  • 18 Entre les États et les acteurs civils, se situe le niveau, cher à Michel Vauzelle, président de la (...)

58Il ne faut surtout pas négliger le rôle des acteurs civils. En matière de gestion de la proximité euromaghrébine, les stratégies nationales, infra-étatiques et institutionnelles rencontrent ici plus qu’ailleurs les attentes des sociétés civiles qui peuvent conduire à d’autres scénarios de recomposition des rapports euro-maghrébins que ceux qui sont mus par le réalisme politique ou économique18.

59C’est grâce aux attentes des acteurs civils que, malgré le poids des politiques méditerranéennes nationales, les scénarios d’élargissement de l’espace européen vers le Sud n’ont pas totalement disparu des perspectives de recomposition de l’espace méditerranéen. Ils ont été indirectement présents lors du « remue-méninges » de 2007 préludant à la mise en place de l’Union pour la Méditerranée. C’est ainsi qu’en réponse au projet français d’Union méditerranéenne, A. Moratinos, ministre espagnol des Affaires étrangères, avait proposé de créer une « Union euro-méditerranéenne », sur le contenu de laquelle il s’est peu étendu, mais qui pouvait déboucher sur un scénario audacieux de rattachement de l’espace méditerranéen à l’Union européenne.

60De même, au début de la « révolution de jasmin » en Tunisie, certains acteurs et observateurs, de part et d’autre de la Méditerranée, ont considéré que cette Tunisie nouvelle, qui aspirait à jouir des mêmes droits de l’homme que les Européens, avait vocation à rejoindre l’Union européenne.

61Et, de fait, un seul facteur, mais important, pousse aujourd’hui à l’élargissement de l’Union européenne vers le Sud, c’est le facteur humain. D’une part, la proximité et l’imbrication des hommes et des cultures dans l’espace euromaghrébin induisent des phénomènes et des espaces de mixité, dont la réalité finit par s’imposer aux politiques. Par leurs pratiques, les individus inventent un « vouloir-vivre ensemble » et des solidarités qui ne doivent pas grand-chose à la mythologie méditerranéenne, ni aux vertus abstraites du dialogue culturel sous le signe d’Averroès, ni aux échanges musicaux, ni aux relations intergouvernementales, mais qui s’incarnent dans des espaces et des modes de vie. Ainsi, l’utopie de « citoyenneté des deux rives » a cessé d’être un mot d’ordre marginal ; elle est portée concrètement par des millions de plurinationaux, dont les stratégies de franchissement juridique des frontières sont désormais prises en compte par les acteurs politiques ou économiques. De même, on observe depuis une vingtaine d’années une montée en puissance des acteurs civils organisés, qui s’activent dans tous les domaines et s’emploient notamment à défendre les droits des migrants « illégaux », qui cherchent à rejoindre l’Europe depuis le Maghreb ou le Sahel. En matière migratoire, l’élargissement de l’espace euro-méditerranéen au Sahel est en effet une réalité déjà ancienne, aussi bien pour les défenseurs de la frontière européenne que pour ceux qui aspirent à la franchir.

62Un autre indice significatif de la montée en puissance des acteurs civils est la façon dont la Fondation Anna Lindh, institution à la fois intergouvernementale et « civile », se donne aujourd’hui pour mission de conjuguer les aspirations et les efforts des « acteurs d’en bas » dans l’espace culturel et humain méditerranéen. Elle tend à prendre le relais du Forum civil euro-méditerranéen - qui n’a pas survécu au naufrage des grandes conférences euro-méditerranéennes - pour faire survivre un esprit euro-méditerranéen que des institutions exclusivement interétatiques ne sont plus en mesure de porter. Elle n’est pas seule à agir dans ce sens, comme le montre la série de réunions méditerranéennes organisée à Marseille en avril 2013 : faute de pouvoir réunir les États dans une grande conférence euro-méditerranéenne, on a mobilisé les parlements, les collectivités locales, les acteurs civils de tous ordres et bien sûr la FAL…

  • 19 Cf. notre article : « Le retour des hommes sur la scène méditerranéenne », Revue des mondes musulma (...)

63Le retour des hommes et des acteurs civils sur la scène régionale pose, bien évidemment, le problème de l’organisation politique de cet espace humain méditerranéen19. Face au réalisme à court terme des politiques, qui s’en tient à une séparation craintive des espaces humains, les partisans d’un réalisme méditerranéen à long terme considèrent que les pratiques et les attentes des « acteurs du bas » poussent à l’invention d’une citoyenneté méditerranéenne. Mais celle-ci implique d’abord de refaire de la Méditerranée un espace de mobilité et de libertés. Dans quelle mesure peut-on s’inspirer ici du modèle européen sans en transposer la logique, c’est-à-dire sans accepter l’existence d’un espace euro-méditerranéen commun où la mobilité humaine soit la règle ? Et que faire alors du Sahara et du Sahel ?

64Entre ces perspectives maximalistes et la paralysie du système euro-méditerranéen, émergent ou revivent quelques stratégies alternatives visant à mieux gérer la proximité entre les rives de la Méditerranée. En Méditerranée occidentale, c’est, bien sûr, la relance du dialogue « 5+5 », devenu « dialogue méditerranéen ». Ce format de dialogue, peu formel et aux ambitions encore modestes, est conforté comme on l’a vu par le souci des États maghrébins de faire revivre en même temps l’Union du Maghreb arabe. A une échelle plus globale, la réactivation de la Ligue arabe pourrait contribuer à relancer le dialogue euro-arabe. On a en effet observé, à propos du dossier syrien, une collaboration active entre l’Union européenne et son homologue arabe : serait-ce le premier frémissement d’un renouveau du dialogue euro-arabe qui avait eu son heure de gloire dans les années 1970 et qui demeure le symbole d’une relation égalitaire et non euro-centrée entre nord et sud de la Méditerranée ? Dans les deux cas, ces alternatives au partenariat euro-méditerranéen ont le mérite de contourner le guêpier du conflit israélo-palestinien. Mais une relance du dialogue euro-arabe aurait aussi pour effet pervers de traiter la Méditerranée davantage comme une « inter-région », selon la vieille formule d’Edgar Pisani, que comme un espace humain commun. En Méditerranée occidentale, ce serait un recul par rapport aux attentes des sociétés.

Haut de page

Bibliographie

Daguzan Jean-François, 2000, « La Charte pour la paix et la stabilité : la fin des illusions de Barcelone ? », Confluences, n° 35, automne.

Henry Jean-Robert, 1998, « La Méditerranée, nouvelle frontière européenne ? », in Jean-Claude Ruano-Borbalan (dir.), L'identité, Auxerre, éditions Sciences Humaines.

, 2002, « L’Union euro-méditerranéenne : une utopie nécessaire », Projet, juin.

, 2004, « La Méditerranée occidentale en quête d’un « destin commun », L’Année du Maghreb, CNRS Éditions.

, 2012, « La politique méditerranéenne de Sarkozy », (en anglais), in Contempory French & Francophone Studies, vol 16 issue 3, June.

Henry Jean-Robert, Marçot Jean-Louis et Moisseron Jean-Yves, « Développer le désert : anciennes et nouvelles utopies », L’Année du Maghreb 2011 (Dossier Sahara en mouvement), CNRS Éditions.

Schäfer Isabel, 2013, « Entre idéaux et intérêts : les nouvelles perspectives françaises et allemandes sur le Maghreb », Paris, IFRI (CERFA), février.

Hérodote, 2013, La géopolitique de la Turquie, n° 148, 1er trimestre.

Haut de page

Document annexe

  • Henry (application/pdf – 284k)
Haut de page

Notes

1 Dans son ouvrage, Nos voisins musulmans. Histoire et mécanisme d’une méfiance réciproque (Les belles lettres, 2004), Yves Montenay souligne combien la situation des années 2000 exacerbe quatorze siècles de méfiance réciproque. Le regard serein que Yadh Ben Achour pose sur Le rôle des civilisations dans le système international (Bruxelles, Bruylant, 2003) l’amène aussi à dénoncer la construction contemporaine des figures de l’hostilité et la cristallisation par le discours politique et juridique des lignes de fracture entre les civilisations au détriment des visions d’appartenance à une même humanité.

2 En 2008, la nouvelle équipe de la Fondation Anna Lindh avait commandé une enquête d’opinion dans les pays arabes qui avait fait apparaître la méfiance grandissante des populations concernées vis-à-vis de l’Europe.

3 à l’exception, semble-t-il, de l’Allemagne, dont les exportations et les investissements prospèrent dans toute la région.

4 Le développement du jeu méditerranéen des « grandes puissances » de l’Union européenne au détriment d’une politique méditerranéenne commune n’est pas un phénomène nouveau. Il avait déjà été pointé dans l’ouvrage Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil (Henry et Groc (dir.), 2000), puis dans Mediterranean policies from above and below (Schäfer et Henry (dir.), 2009). Mais ses effets pervers ont pris une dimension considérable. Cf. notre article « La politique méditerranéenne de l’Europe à l’épreuve des dérives identitaires et nationales », Annuaire IEMed de la Méditerranée 2010 (Barcelone).

5 Cf. entretien accordé au journal Le Monde par le nouveau ministre des Affaires étrangères le 29 mai 2012. Cet entretien fait écho sur plusieurs points au document un peu évasif élaboré en octobre 2011 par le Parti socialiste sur la politique étrangère.

6 Cette amélioration s’est même traduite en mai 2013 par la signature d’un accord sur la fourniture d’une centrale nucléaire à la Turquie.

7 Décision du Conseil des ministres allemand du 19 février 2013, justifiée en ces termes par le ministre de la Défense : « L’Allemagne apporte son aide pour que le succès français se maintienne dans la durée » et par le ministre des Affaires étrangères : « Nous, Européens, avons un intérêt fondamental à ce qu’aucun havre pour le terrorisme mondial ne se crée dans notre voisinage » (Le Monde du 21 février 2013). Sur le Mali, la position allemande semble avoir davantage reflété de l’indécision qu’un choix délibéré.

8 L’exportation d’armements et de matériels militaires allemands vers l’Arabie saoudite, l’Algérie, le Qatar est devenue très importante. Ceci a suscité une réaction de la gauche allemande qui reproche à Madame Merkel de transgresser des principes traditionnels de la politique extérieure allemande (selon Der Spiegel du 7 décembre 2012, cité par Courrier international, et Maghreb-Info, 4-12-2012)

9 El Watan, 18 mai 2013.

10 Ibid. Les arguments économiques, politiques, démographiques avaient été soigneusement inventoriés par le Cercle des économistes, pour qui « une association renforcée » entre les riverains de la Méditerranée occidentale pouvait « éviter une fracture nord-sud porteuse de toutes les dérives » ; il invitait à ne pas traiter différemment le Maghreb des PECO ou des Balkans.

11 Dans la région Maghreb-Sahel, treize pays utilisent le français comme langue officielle ou comme langue d’usage.

12 Pour probable et ancienne qu’elle soit, la coopération franco-algérienne en matière sécuritaire se veut d’ordinaire très discrète. Il est donc surprenant qu’elle ait fait l’objet d’une longue et substantielle contribution dans le numéro de mai 2013 d’El-Djazaïr.com, une publication proche de milieux militaires algériens et qui se définit comme « le magazine promotionnel de l’Algérie ». Quoique l’auteur, Yves Bonnet (ancien préfet de Corse), soit Français, le fait de lui donner une place importante dans la publication est une façon d’avaliser ses propos, ainsi que ceux du général Henri Poncet qu’il cite longuement pour souligner que « l’Algérie est devenue pour notre engagement au Mali notre meilleur allié ». Le « chapeau » de l’article est encore plus explicite : « L’Algérie et la France ont retrouvé en Afrique subsaharienne les voies et les moyens d’une coopération militaire qui vient compléter le rapprochement politique concrétisé par la visite de Hollande en décembre 2012 et la collaboration sécuritaire essentielle engagée depuis le milieu des années quatre-vingt… »

13 Par contre, on en connaît mieux les effets : la France a soutenu et justifié la gestion par l’Algérie de l’affaire d’In Aménas, alors que d’autres pays occidentaux dénonçaient les défaillances des services algériens de sécurité et l’insuffisante attention apportée au sort des otages. Cette affaire aura peut-être aussi des conséquences économiques si des pays traditionnellement confiants dans la sécurité de l’approvisionnement en gaz algérien sont amenés à redéployer leur stratégie d’importation d’énergie. A ce jour (juin 2013), les rumeurs à ce sujet ne semblent pas confirmées.

14 Cf. Le Monde du 26 février 2013.

15 Il est significatif que le secrétaire général des Nations Unies et des troupes des Nations Unies aient accepté d’être présents au défilé militaire du 14 juillet 2013 à Paris.

16 Il faut ajouter à cet activisme militaire le rôle important que la Marine de guerre française joue dans le Golfe de Guinée et sur les côtes occidentales d’Afrique pour lutter contre la piraterie et sécuriser les communications commerciales (Cf. Le Monde du 27 juin 2013)

17 Cette relance n’est pas partie de rien. Elle avait été préparée dans des cercles informels, comme en témoigne par exemple l’ouvrage publié quelques mois avant le sommet de Malte, sous la direction de Jean-François Coustillière : Le 5+5 face aux défis du réveil arabe, L’Harmattan, 2012. Par ailleurs, le président Hollande a fait une référence appuyée au dialogue 5+5 dans sa conférence annuelle aux ambassadeurs le 27 août 2012.

18 Entre les États et les acteurs civils, se situe le niveau, cher à Michel Vauzelle, président de la région PACA, de la coopération entre régions riveraines de la Méditerranée. C’est notamment sur ce point que doit porter le rapport que lui a commandé le président Hollande pour juin 2013 sur la politique méditerranéenne de la France.

19 Cf. notre article : « Le retour des hommes sur la scène méditerranéenne », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 119-120, novembre 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Robert Henry, « Les nouveaux modes de gestion de la proximité euromaghrébine », L’Année du Maghreb, IX | 2013, 39-56.

Référence électronique

Jean-Robert Henry, « Les nouveaux modes de gestion de la proximité euromaghrébine », L’Année du Maghreb [En ligne], IX | 2013, mis en ligne le 21 octobre 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/1831 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1831

Haut de page

Auteur

Jean-Robert Henry

Directeur de recherches émérite au CNRS, IREMAM, UMR7310, Aix-Marseille Université/CNRS.

Articles du même auteur

Haut de page