Navigation – Plan du site
Algérie
L'année politique

Élections, dumping politique et populisme : Quand l’Algérie triomphe du « printemps arabe »

Cherif Dris
p. 279-297

Entrées d'index

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . C’est notamment le discours tenu par le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, qui ava (...)

1Alors que de nombreux observateurs s’attendaient à ce que l’Algérie suive le cheminement pris par la Tunisie et l’Égypte, le régime algérien a démontré une capacité de résilience déconstruisant ainsi le discours sur des effets de domino auquel l’Algérie n’échapperait pas. Les demandes de changement émanant de certains acteurs civils ont été contenues grâce à une stratégie savamment imaginée, consistant à faire croire que l’Algérie n’a pas besoin de changement, puisqu’il s’est déjà produit en 19881. Au discours de la révolte, le régime algérien a opposé celui de la stabilité et de l’exception algérienne. Ainsi, l’année 2012 s’est achevée sans que le « printemps » promis par beaucoup n’atteigne l’Algérie.

2Soucieux de démentir les pronostics qui plaçaient l’Algérie dans la trajectoire des turbulences affectant certains pays de la région, le régime algérien a déployé tout un arsenal d’initiatives dont le seul objectif est de contenir toute velléité de révolte. Ainsi a-t-il lancé des réformes, et non « la réforme », incluant les lois sur les partis, les associations et l’information. Dans les faits, ces réformes ont trouvé leur déclinaison dans la création de nouveaux partis mais aussi et surtout dans l’organisation des élections législatives et communales, deux processus censés déboucher sur le renouvellement du personnel politique. En effet, les deux élections, législatives et locales, organisées respectivement le 10 mai et le 29 novembre 2012, devaient déboucher sur une nouvelle configuration politique, marquant ainsi une rupture avec l’ordre politique prévalant depuis une décennie. Plus important encore, elles devaient traduire, dans les faits, les promesses, faites par le Président Abdelaziz Bouteflika, lors de son discours du 15 avril 2011, d’introduire des changements en vue de consolider le processus démocratique. Ces élections ont-elles traduit réellement les promesses d’une nouvelle dynamique politique, engagées par le Président Bouteflika?

Discours de campagne : le poids du sécuritaire et des affaires

3Lors de son discours du 24 février 2012, le Président Abdelaziz Bouteflika avait comparé les élections législatives de 2012 au 1er novembre 1954. Cette mise sur le même pied d’égalité de deux évènements, dont la temporalité et la symbolique politique sont forts contrastées, visait en fait à encourager les électeurs algériens à aller voter en masse. Une abstention massive, similaire à celle constatée en 2002 et 2007, que les autorités algériennes redoutaient fortement. En établissant le parallèle avec le 1er novembre 1954, le Président Abdelaziz Bouteflika espérait non seulement l’implication d’un plus grand nombre d’électeurs algériens à ce vote, mais aussi susciter l’adhésion des Algériens aux réformes qu’il avait initiées le 15 avril 2011. En d’autres termes, plus qu’une participation massive, les autorités algériennes souhaitaient un plébiscite de ces réformes.

4L’enjeu était donc très important pour les autorités algériennes qui redoutaient un désaveu massif de la part de la population et ce, dans un contexte régional en pleine ébullition. Il l’était d’autant plus que l’effet de contagion n’était pas à exclure. En effet, et sans l’avouer ouvertement, les dirigeants algériens appréhendaient une contagion qui profiterait aux islamistes. Aussi, la stratégie discursive du régime algérien au sujet des révoltes arabes s’était-elle orientée vers la banalisation et la minimalisation de la portée de ces révoltes en leur déniant le statut de révolution. En filigrane, on y décelait aussi une mise en garde certaine contre tout changement qui se traduirait par une agitation favorisant l’extrémisme. L’argument sécuritaire devient ainsi le référentiel à l’aune duquel cette campagne a été conçue. Car, l’ouverture démocratique imposée de l’extérieur constituait, selon les hautes autorités algériennes, le premier des dangers qui pourrait menacer la région arabe. Ainsi dans son discours à l’occasion de la fête de la science, célébrée le 16 avril de chaque année, le Président Abdelaziz Bouteflika a-t-il clairement délimité les contours du « projet démocratique » auquel l’Algérie aspire :

  • 2 . Extrait du discours du président Bouteflika à Sétif, le 8 mai 2012.

« Le peuple algérien, comme tous les peuples sous domination, a appris qu'aucune partie étrangère, aussi démocratique et développée soit-elle, ne lui apportera le développement et la démocratie. Ce qui se passe aujourd'hui sous couvert de démocratie et de respect des droits de l'homme reste sujet à débats. Car la démocratie comme le développement ne s'octroie pas comme un don et ne s'importe pas comme une usine clés en mains.2  »

5Un argument répété à satiété par certains responsables politiques algériens, pointant du doigt les risques d’un changement incontrôlé et encouragé de l’extérieur.

  • 3 . « Corruption, 510 affaires au 1er semestre 2012 », Info soir, 03/10/2012.
  • 4 . i Sara Monaci “Scandalo Saipem in Algeria, cadono i vertici”, Cronologia articolo, 06 dicembre 20 (...)

6En sus du contexte régional qui a abondamment inspiré la dimension sécuritaire de la campagne, celle-ci a été rythmée par les affaires de corruption largement relatées par la presse. De source officielle, 510 affaires liées à la corruption ont été traitées et 712 individus ont été condamnés3. La particularité des affaires est double. En premier lieu, elles mettent souvent en cause des acteurs étrangers, comme le démontre le scandale impliquant le groupe pétrolier Italien Saipem avec la Sonatrach4. En second lieu, notons que les affaires ont éclaboussé ce qu’il est commun d’appeler les « hommes du président ». Anciens ou actuels ministres, Abdelaziz Belkhadem, Cherif Rahmani, Amar Ghoul, Mohammed Temmar, Chakib Khellil sont des noms régulièrement cités.

7La multiplication des affaires de corruption n’est sans doute pas étrangère aux résultats économiques enregistrés en 2012. L’excédent commercial a dépassé 20 milliards de dollars, soit une progression de facto des réserves en devises à près de 200 milliards de réserves de change. En somme, ces scandales correspondent au fait que l’Algérie a obtenu une très mauvaise note (3,4 sur 10) dans le classement de Transparency International. Elle caracole à la 105e place sur un total de 176 pays. Les résultats ne sont pas meilleurs sur une échelle réduite : 10e place sur 18 pays arabes et 21e place sur 50 pays africains. Pour l’Association algérienne de lutte contre la corruption (AACC), ce score et ce classement étaient prévisibles d’autant que « des ministres en exercice – cités et/ou impliqués dans des affaires de corruption – continuent de bénéficier d’une totale impunité et de l’inertie de la justice ».

8D’autres scandales, éclatés en 2013, ont plongé de grosses entreprises algériennes ainsi que l’ensemble de la classe politique dans la tempête. Cette tempête a définitivement montré que l’intégration de l’Algérie dans l’économie mondiale pouvait passer par la complicité coupable d’investisseurs peu scrupuleux et attirés par les opportunités d’investissements dans le domaine des hydrocarbures et des grands travaux relatifs au développement de l’infrastructure. Au niveau interne, la révélation de ces scandales obéit sans doute à un agenda politique, puisque l’élection présidentielle de 2009 avait également été précédée de scandales de ce type. Les perspectives de l’élection de 2014 apparaissent dans cette optique comme la reproduction de ce scénario dans lequel des pressions sont exercées sur le président afin de le dissuader de briguer un quatrième mandat.

« Des révolutions ? Non, des révoltes et l’Algérie n’a pas besoin de changement »

  • 5 . Le colloque a vu la participation de chercheurs du monde arabe et des États-Unis. Bizarrement, au (...)
  • 6 . Le président du parlement de l’époque, Abdelaziz Ziari, avait refusé d’accéder aux doléances de c (...)

9Au mieux, les autorités algériennes considéraient ce qui se passait dans certains pays de la région comme des révoltes. Au pire, c’est le vocable « émeutes » qui était mis en avant, afin de dépolitiser ces mouvements et de les réduire à une dimension socio-économique. Très significatif de ce glissement sémantique dans la stratégie discursive des autorités algériennes est le colloque organisé, en marge du salon international du livre d’Alger, en septembre 2011. L’intitulé de ce colloque est d’ailleurs très révélateur de l’état d’esprit des dirigeants algériens : Le monde arabe en ébullition : révolutions ou révoltes ?5 En fait, il s’agissait, lors de ce colloque, de déconstruire un certain discours sur les révoltes arabes en réduisant ce qui se passe dans la région à des révoltes et non à des révolutions ; la formulation choisie pour illustrer l’ensemble des événements ne saurait étonner. Ainsi, lors des évènements de janvier 2011, le gouvernement algérien s’est empressé de ramener le mécontentement des jeunes à des frustrations générées par la flambée des prix de certains produits de première nécessité. Pointant du doigt les spéculateurs, la mission parlementaire6 avait conclu au rôle négatif joué par certains grossistes, excluant de fait tout arrière-fond politique pouvant justifier le soulèvement éphémère de jeunes algériens.

  • 7 . Mustapha Mohamed, « Les élections législatives en Algérie : fausse particularité, statu quo dange (...)

10La lecture que les dirigeants algériens ont donnée des révoltes arabes a trouvé un écho au sein d’une partie de la classe politique. Se réappropriant le discours officiel, certains partis, ceux de la coalition gouvernementale au premier chef, se sont lancés dans des campagnes de banalisation des évènements survenus dans certains pays de la région. En pleine campagne électorale pour les législatives de 2012, ce discours a pris des tonalités plus agressives à l’égard des partisans d’une importation des révoltes arabes en Algérie. Même à l’égard des partisans du boycott, qualifiés par le ministre des Affaires religieuses, Bouadellah Goulamallah, « d’Hypocrites et de lâches ». Ce ministre est allé jusqu’à demander aux imams de faire des prêches pour louer les vertus du vote et condamner, d’un point de vue religieux, ceux qui appellent à son boycott7.

11Du côté des partis politiques, ceux gravitant autour du pouvoir notamment, les élections sont perçues comme un sursaut démocratique. Ainsi, pour le RND et le FLN, notamment, s’aligner sur le discours du pouvoir était considéré comme allant de soi en entonnant à satiété un crédo se résumant à cette formule : l’Algérie n’a pas besoin de changement. Le printemps démocratique, clame-t-on, l’Algérie l’avait connu en 1988. Même le Parti des Travailleurs de Louisa Hanoune n’était pas en reste, puisque pour son porte-parole, la main des puissances occidentales n’est pas étrangère à ce qui se passe dans certains pays de la région.

« Non, il n’y a pas de printemps arabe. Ce concept est raciste. Comme si les peuples étaient là soumis à des régimes dictatoriaux et attendaient que quelque chose se passe. Ils sont comme tous les peuples. Il y a des similitudes entre des pays arabes et d’autres européens par rapport notamment à l’orientation économique. »

  • 8 . Déclaration faite à la radio Chaine 3, le lundi, 2 mai 2012.

12Louisa Hanoun ne déroge pas à cette règle qu’elle s’est imposée depuis qu’elle a commencé sa lutte syndicale puis politique : attaquer l’impérialisme symbolisé par les états-Unis et les institutions financières internationales. Son analyse de la situation en Tunisie est à ce propos révélatrice de cette constance du discours trotskiste : ce qui se passe en Tunisie est « Une révolution sociale qui a posé la nécessité de se débarrasser d’une dictature qui était soumise à l’Union européenne, au FMI et aux grandes puissances. Une révolution que nous soutenons ». En revanche, son appréciation de la situation en Égypte est nuancée. Tout en considérant ce qui s’y passe comme une révolution, elle a néanmoins pointé un doigt accusateur en direction des institutions financières internationales8 et de l’impérialisme américain. Et même si les élections législatives sont comparées au 1er novembre 1954, l’Algérie n’est pas prédestinée à subir le même sort connu par les autres pays de la région. Exit donc un changement démocratique qui serait synonyme d’une remise en cause de l’ordre établi.

  • 9 . Amara Benyounes: « Faire du 10 mai le printemps de l Algérie pour un changement pacifique », http (...)

13Sur le même ton, Amara Benyounes, secrétaire général du Mouvement Populaire Algérien (MPA), déclare lors d’un meeting électoral que « L’Algérie,  le premier pays arabe à avoir pratiqué la démocratie depuis vingt ans, n’a pas besoin de recevoir de leçons de pays étrangers, ni de soutien en matière de démocratie, de droits de l’Homme ou de multipartisme ». Dans un autre meeting à Mila il s’est montré plus catégorique en déclarant que : « l’Algérie est en mesure de constituer une exception dans le monde arabe pour la réalisation du changement par des voies pacifiques »9.

14Cette réappropriation de la rhétorique anti-révolution arabe, par une partie de « l’opposition », conforte le régime algérien dans sa stratégie de consolidation autoritaire. Elle le consolide d’autant plus qu’avec l’instabilité en Lybie, en Tunisie et au Sahel, la crainte d’un retour à la situation connue durant les années 90 hante l’ensemble des Algériens. Un argument de taille que les autorités algériennes ne manquent pas d’utiliser pour appuyer leur démarche. Et cette dernière trouvera sa déclinaison dans les élections législatives et locales organisées le 10 mai et le 29 novembre 2012.

Des élections pour reproduire la même configuration politique

15Les textes de lois adoptés au début de l’année ont été suivis par des élections législatives et municipales. Ces scrutins devaient traduire le changement d’orientation que les autorités politiques algériennes avaient promis pour contenir toute tentation d’exporter les révoltes arabes en Algérie. Or, les résultats des législatives et des municipales ont démenti tous les pronostics qui misaient sur l’ascension des islamistes et le déclin des partis dits nationalistes. Il faut dire que la conjoncture interne, marquée par des mouvements de redressement au sein des partis de l’alliance présidentielle et externe, avec la chute des régimes tunisien, égyptien et libyen et la montée en puissance des mouvements islamistes, plaidaient pour un tel scénario. Difficile donc d’imaginer, à cette période là, une reproduction de la configuration politique produite par les élections de 2007. Pourtant, ces élections ont non seulement reproduit, avec quelques exceptions près, le schéma de 2007, mais elles ont conforté le FLN dans sa position de première force politique du pays. Une perspective que le FLN lui-même n’espérait sans doute plus réaliser en 2012. Le tableau ci-après nous donne une vue assez complète de cette configuration politique dont la nouveauté a trait à l’entrée en scène de nouveaux acteurs politiques.

Tableau 1. Les votes et les sièges obtenus lors des élections législatives du 10 mai 2012

Parti

Votes

% votes

Sièges

% sièges

FLN

1324363

17,3

208

45,0

RND

524057

6,9

68

14,7

AAV

475049

6,2

49

10,6

FFS

188275

2,5

27

5,8

PT

283585

3,7

24

5,2

Indépendants

671190

8,8

18

3,9

FNA

198509

2,6

9

1,9

Addala

232676

3,0

8

1,7

MPA

165600

2,2

7

1,5

PFJ

132492

1,7

5

1,1

FC

173491

2,3

4

0,9

PNSD

114372

1,5

4

0,9

FNJS

140223

1,8

3

0,6

Ahd 54

120201

1,6

3

0,6

UFDS-El Ittihad

114481

1,5

3

0,6

ANR

109331

1,4

3

0,6

FM

174708

2,3

2

0,4

Part El Karama

129427

1,7

2

0,4

MNE

119253

1,6

2

0,4

RA

117549

1,5

2

0,4

RPR

114651

1,5

2

0,4

Parti des Jeunes

102663

1,3

2

0,4

Parti Ennour El Djazairi

48943

0,6

2

0,4

ME

116384

1,5

1

0,2

MCL

115631

1,5

1

0,2

PRA

111218

1,5

1

0,2

FNIC

107833

1,4

1

0,2

FND

101643

1,3

1

0,2

Total

6327798

83

462

100

  • 10 . Élections législatives : Algérie 2012. Union européenne: Mission d’observation électorale. Rappor (...)

Source : Rapport de la commission d’observation de l’UE.10

  • 11 . Louisa-Dris Ait-Hamadouche, « The 2007 legislatives elections in Algeria : Political reckonings » (...)
  • 12 . Ibid.

16Les résultats affichés dans le tableau ci-dessus appellent plusieurs lectures. En premier lieu, l’ascension inattendue du FLN qui a réalisé un score nettement plus important qu’en 2007. De 136 en 2007, le FLN passe à 208, soit une hausse de 45% en termes de sièges et 17% en termes de voix exprimées, confortant ainsi sa position de première force politique en Algérie. A noter, cependant, que les 136 sièges obtenus en 2007 correspondaient à 22.98% des voix11. Inattendue certes, cette percée dénote la volonté du pouvoir de reproduire la même configuration politique, pour contenir toute velléité de remise en cause de l’ordre établi. En effet et bien qu’affaibli, ce parti reste la machine électorale par excellence sur laquelle le pouvoir s’appuie pour valider son projet de réformes (nous y reviendrons). En second lieu, les autres partis de la défunte alliance présidentielle se retrouvent distancés par le vieux parti, eux qui espéraient tirer profit de la crise qui couvait dans ce dernier. Mais si pour le RND, le résultat est en adéquation avec son poids sur le terrain et ses ambitions – en 2007 ce parti avait obtenu 61 sièges, soit 10,33% des voix12 –, tel n’est pas le cas pour l’Alliance Verte. Les trois partis islamistes, à savoir, le MSP, le MRN et Ennahda, ont conclu une alliance dans l’espoir de remporter la majorité des sièges au parlement. La percée des partis islamistes en Tunisie, au Maroc et en Égypte devait servir d’énergisant pour ces trois partis qui pariaient sur une désaffection des électeurs algériens vis-à-vis du FLN et du RND. De surcroît, l’Alliance verte misait sur un recul des deux principaux partis, le FLN et le RND, du fait des turbulences auxquelles ces deux formations politiques faisaient face. Or, non seulement ces deux partis se sont redéployés avec force sur l’échiquier politique algérien, mais les partis de l’Alliance verte n’ont pas réussi à dépasser la barre des 50 sièges, alors qu’en 2007 le MSP avait réussi, à lui seul, à obtenir 52 sièges, soit 9,64% des voix. La déroute du courant islamiste ne saurait se réduire au score modeste réalisé par l’Alliance verte. Les autres partis islamistes nouvellement créés n’ont pas été en mesure de s’imposer : 7 sièges pour le Front pour la Justice et le Développement d’Abdellah Djaballah et 4 sièges seulement pour le Front du Changement d’Abdelmajid Menasra, un transfuge du MSP. Au-delà du score modeste réalisé par ces partis, c’est l’incapacité des islamistes algériens à s’imposer comme la première force politique en Algérie qui est questionnée. Plus loin, ces résultats ont parachevé l’effritement du camp islamiste algérien alors que les évènements dans les autres pays de la région et les turbulences au sein des deux partis d’appareil, le FLN et le RND, plaidaient pour une restructuration du champ politique au sein duquel les islamistes imposeraient les contours (nous y reviendrons).

  • 13 . Ancien cadre dirigeant du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) et ancien ministre (...)

17En troisième lieu, force est de constater que ces élections ont été l’occasion pour d’autres partis, dont l’ancrage politique et social, comparé à celui des trois partis de la défunte alliance présidentielle, n’était pas aussi important, de se redéployer. C’est le cas du Front des Forces Socialistes (FFS), absent des deux dernières législatives et dont le score (27) sièges lui permet de se positionner comme la première force politique en Kabylie, après la défection du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD). Quant aux toutes nouvelles formations politiques, leur participation était en soi une victoire. Dans un marché politique verrouillé et où l’offre se limite à ce que les trois principaux partis de la défunte alliance présidentielle proposent, participer aux élections législatives et décrocher un ou deux sièges est en soi une prouesse. Le but recherché par les nouveaux partis n’est pas la remise en cause de l’ordre politique établi, d’autant que certains d’entre eux se positionnent résolument dans une logique de continuité du régime en se prononçant ouvertement pour un quatrième mandat pour le Président Bouteflika. C’est le cas de Amara Benyounes13, devenu ministre de l’environnement et de l’aménagement du territoire.

18La reproduction du schéma que le régime a imaginé trouve son expression également dans les élections locales du 29 novembre 2012. Ces élections devaient traduire pour les autorités politiques le parachèvement d’un processus initié par le discours du 15 avril 2011. Mais dans les faits, le schéma produit par les législatives du 10 mai a été, à quelques exceptions près, reproduit comme le démontrent les résultats ci-après14 :

Parti

Voix
obtenues 

Taux 

Sièges obtenus 

Taux 

Nombre femmes 

Communes majorité absolue 

FLN

2 232 114

26,30 

7 191

28,89 

1 105

159

RND

1 800 926

21,22 

5 988

24,06 

854

132

MPA

524 861

6,18 

1 493

6,00 

256

12

FFS

296 991

3,50 

954

3,83 

164

11

FNA

346 835

4,09 

920

3,70

156

9

Indep

276 383

3,26 

863

3,47 

146

17

PT

382 279

4,50 

826

3,32 

190

3

HMS

272 448

3,21 

718

2,88 

150

5

FM

255 969

3,02 

678

2,72 

120

6

PFJ

228 422

2,69 

594

2,39 

110

6

Alliance verts

228 008

2,69

552

2,22

106

5

RCD

145 209

1,71

526

2,11

70

13

PLJ

141 244

1,66

341

1,37

63

19Comme on peut le constater et à l’exception du FFS et du MPA de Amara Ben Younes, ces élections ont confirmé le FLN dans son statut de première force politique. Suivi du RND, le FLN s’impose donc comme la constante dans un ordre politique peuplé de variables. La victoire enregistrée aux élections législatives était d’autant plus importante que le vieux parti traversait des turbulences intérieures susceptibles de menacer son statut de « parti du pouvoir ». L’enjeu était donc de taille autant pour le parti que pour son chef, son secrétaire général de l’époque, Abdelaziz Belkhadem. A travers ces élections, Abdelaziz Belkhadem jouait sa place, lui qui faisait face à une fronde au sein de son propre parti. Permettre au FLN de sortir victorieux de ces élections devait en théorie lui permettre de garder sa place. Il n’en fut rien. Le comité central du parti qui s’est réuni, au mois de février de l’année en cours, a voté, à une majorité très courte, 164 voix contre 156, en faveur de sa destitution de son poste de secrétaire général du parti, comme nous le verrons plus loin.

20Mais ce que ces élections avaient tout particulièrement mis à nu ce sont les limites de l’influence des partis islamistes. Le MSP, qui s’est détaché de l’Alliance verte en se présentant seul lors de ces élections, s’est classé huitième (718 sièges, soit 3,21% des voix), loin derrière le FFS, le PT et les indépendants. Le MPA de Amara Ben Younes, parti nouvellement créé et donc doté d’une faible assise sociale, a pourtant réussi à se positionner sur la troisième marche de l’échelle électorale. D’où le questionnement suivant : comment expliquer une configuration politique dans laquelle des partis comme le MSP, pourtant bien assis socialement et politiquement, ne parviennent plus à se positionner dans les premières lignes ?

21Nous pouvons avancer comme premier élément d’explication, l’émiettement des voix islamistes du fait de la présence de plusieurs partis se réclamant de cette obédience. Mais cela n’est pas la seule explication. Le vote des corps constitués (les militaires notamment), l’utilisation par certains partis, le FLN et le RND notamment, des moyens publics pendant la campagne électorale, l’argent sale qui a coulé à flot pendant cette campagne, sont autant de raisons expliquant la reproduction du scénario des législatives du 10 mai. Ces pratiques constituent une infime partie des 52 griefs ayant entaché ces élections locales, selon la commission nationale de surveillance des élections dirigée par Mohammed Seddiki15.

22Un autre type d’explication est à chercher dans le régime électoral et la fameuse loi des 7% pour les communales, alors qu’elle est de 5% pour les législatives.

La loi des 7% et la recomposition politique forcée

23Tant pour les législatives que pour les locales, le régime électoral adopté est celui de la proportionnelle. Toutefois, le code électoral précise que pour les élections locales, la répartition proportionnelle des sièges est pondérée à 7%, contre 5% pour les législatives. « Les sièges à pourvoir sont répartis entre les listes proportionnellement au nombre de suffrages obtenus par chacune d’elles avec application de la règle du plus fort reste. Les listes qui n’ont pas obtenu au moins sept pour cent (7 %) des suffrages exprimés ne sont pas admises à la répartition des sièges », est-il mentionné dans l’article 66 du code électoral du 12 janvier 201216. L’obligation d’obtenir 7% des suffrages a pénalisé beaucoup de partis, en ce sens qu’elle a émietté leurs voix, mais a favorisé, a contrario, d’autres partis de dimension modeste. Ainsi, le fait qu’un parti comme le MSP ait été relégué à la 8e place est révélateur en soi de l’arrière-pensée sous-tendant cette loi : les autorités politiques algériennes redoutaient une domination des instances locales par l’un des partis, surtout si celui-ci est d’obédience islamiste. En fait à travers ces pourcentages, le pouvoir entendait restructurer l’échiquier politique local dans le sens d’une reproduction autoritaire. Ce qui amène certains leaders de partis à parler de ces élections locales comme l’expression d’une recomposition politique forcée17. Cette recomposition s’est révélée profitable à d’autres partis dont la participation a servi de test mesurant leur capacité à se positionner dans l’échiquier politique local, et national. Elle a également servi d’alibi pour le régime algérien cherchant à crédibiliser les réformes qu’il a initiées.

  • 18 . Pour plus de détail sur cette notion, cf. Rachid Tlemçani, « Algérie : un autoritarisme électoral (...)

24L’autoritarisme électoral que le régime algérien18 s’emploie à appliquer en usant de toute la technologie de fraude la plus sophistiquée, dénote une certaine capacité de résilience dont les plus importantes déclinaisons restent : la consolidation du FLN dans son statut d’appareil électoral, mais aussi et surtout de perpétuel vote refuge, les mouvements de redressements au sein des partis et l’émiettement du courant islamiste et le dumping politique à travers l’autorisation de création de nouveaux partis. Ces trois points méritent un examen attentif.

Le FLN où la perpétuation du vote refuge

25La percée réalisée par le FLN au cours des deux rendez-vous électoraux paraissait pour bon nombre d’Algériens comme incertaine. Deux raisons essentielles rendaient, logiquement, une domination du FLN sur le parlement improbable.

  • 19 . Avant d’être nommé premier ministre, Ali Benflis était le directeur de campagne d’Abdelaziz Boute (...)

26La première, est d’ordre endogène et elle est en rapport avec la crise qui secoue ce parti depuis plus de trois ans. En effet, ce parti est entré dans une phase de turbulences depuis le début de l’année 2010 et qui s’est achevée par la destitution de son secrétaire général, Abdelaziz Belkhadem, le 31 janvier de l’année en cours. Le mouvement de redressement lancé par certains membres de ce parti a eu raison de celui qui s’est longtemps considéré comme l’un des fidèles du Président Abdelaziz Bouteflika. L’apparente unité affichée lors du 8e congrès, sanctionnant la destitution d’Ali Benflis19, s’est fissurée laissant place à des dissensions révélant au grand jour la fragilité d’un parti fonctionnant au grè des cercles décisionnels. Ces dissensions ont eu également pour effet d’écorner l’image de ce parti dans l’opinion publique algérienne, même si la popularité du vieux parti n’a eu de cesse de s’éroder et cela en dépit du fait que son président d’honneur soit le Président Abdelaziz Bouteflika.

27Renvoyant l’image d’un parti fissuré, le FLN se voyait perdre du terrain face à ses partenaires dans l’alliance présidentielle mais aussi face à ses adversaires. La logique aurait voulu que la crise qui le secouait de l’intérieur, affaiblisse le FLN, d’autant plus que la décision du gouvernement de légaliser de nouveaux partis, a poussé certains militants et cadres FLN à créer leur propres partis ou à rejoindre les formations politiques nouvellement créées. La nouvelle configuration électorale aurait du déclasser le FLN au profit d’une coalition de partis dominés par les islamistes.

  • 20 . Le 30 juin de l’année en cours, l’armée a pris la décision de destituer le président Morsi, entra (...)

28La seconde raison est d’ordre exogène. Les révoltes qui ont secoué certains pays de la région ont modifié la carte politique dans ces pays. Les islamistes ont été les grands vainqueurs de ces changements. En Égypte, les frères musulmans, restés en retrait pendant la révolte, ont su récupérer ce mouvement en s’imposant comme la première force politique à l’issue des législatives et en imposant un des leurs à la tête de l’ État, à l’issue de l’élection présidentielle la plus « serrée » de l’histoire contemporaine de l’ Égypte20. En Tunisie, le mouvement Ennahda a lui aussi réussi une percée considérable en remportant les élections législatives. Le cheminement a été emprunté par les PJD marocain qui a réussi à obtenir la majorité lui permettant de former un gouvernement disposant de pouvoirs assez élargis, à la faveur de la nouvelle constitution adoptée en 2011.

29Ces changements avaient mis les partis traditionnels dans une posture difficile. Face aux islamistes gagnant en popularité et exploitant les victoires islamistes dans le monde arabe, les partis dits nationalistes voyaient leur crédit au sein de la population s’éroder progressivement, d’autant que le gouvernement avait donné son accord pour la légalisation de nouveaux partis islamistes. Dans ce contexte marqué par la restructuration des ordres politiques internes à certains pays de la région, le FLN ne pouvait que redevenir un acteur parmi d’autres, perdant ainsi sa position hégémonique dans un échiquier aux contours façonnés par le pouvoir.

  • 21 . Extrait du discours du Président Bouteflika à Sétif, le 8 mai 2012.
  • 22 . L’ancien président de l’APN, Abdelaziz Ziari, actuellement ministre de la santé, a reconnu, dans (...)

30Au regard de ces deux paramètres, les résultats des élections législatives et locales devaient donner naissance à une nouvelle architecture politique. Il n’en fut rien. Pourquoi ? Il est indéniable que le discours du Président Bouteflika à Sétif le 8 mai est, en partie, à l’origine de cette prouesse électorale. Son intervention sonnait comme un appui au vieux parti alors que les pronostics s’orientaient vers un parlement hétéroclite. Même si le FLN était assuré de remporter un nombre de sièges, il n’avait pas pour autant la garantie de rafler une majorité confortable. La stratégie du Président Bouteflika était claire : empêcher la reproduction des scénarios tunisien, égyptien et marocain en Algérie. Que les islamistes en Algérie puissent dominer le parlement, était pour le Président Bouteflika le scénario à ne pas reproduire. Aussi s’était-il senti obligé de s’impliquer, alors que la période officielle de la campagne était expirée, après avoir senti le vent de la victoire souffler dans le sens des partis islamistes. Ne pouvant compter sur le RND, le Président Bouteflika a misé sur le parti dont la loyauté à sa politique ne souffrait d’aucune ambiguïté. Car si le RND a de tout temps affiché son soutien au Président Bouteflika, les ambitions présidentielles, non avouées certes, de son ex-secrétaire général, Ahmed Ouyahia, n’étaient pas pour rassurer le locataire d’El Mouradia et tout son clan. De surcroît, le FLN reste la première force politique tant au niveau de son ancrage au sein d’une frange importante de la société, les bassins ruraux et les personnes du troisième âge, que celui de son implantation au sein de l’administration. C’est donc par calcul que le Président Bouteflika a jeté son dévolu sur le FLN. En effet, tout en appelant « toutes les catégories de la société à exprimer leur choix libre et à élire leurs représentants nonobstant leur obédience ou leur appartenance »21, Abdelaziz Bouteflika n’a pas omis de faire allusion au parti auquel il appartient. Aussi est-on fondé à nous interroger sur le pourquoi d’une telle allusion surtout dans une ville, Sétif, connue pour son ancrage nationaliste ? Comme nous l’avons souligné, précedemment, la démarche de Bouteflika était réfléchie, et son auditoire ciblé, puisqu’il a eu recours à une expression populaire bien connue « Djjili tab jnanou » (ma génération est finie), suggérant ainsi que sa génération allait passer le relais. Or, à travers le coup de pouce donné au FLN22, Abdelaziz Bouteflika, n’a fait que perpétuer le statu quo. Si nouvelle configuration politique il y a, cette dernière n’incarnera pas la rupture avec l’ordre politique en vigueur depuis la création de l’ État algérien indépendant en 1962.

31Les élections législatives et locales de 2012 confirment, si besoin est, la permanence d’un jeu politique au sein duquel il est difficile d’imaginer un FLN relégué au statut d’acteur mineur. Davantage encore, ces législatives, et après elles les locales, ont signé l’acte de décès de l’Alliance présidentielle et l’émergence de nouveaux acteurs sur la scène politique, fruit d’un dumping politique conçu par le pouvoir afin d’assurer la continuité du jeu politique traditionnel.

La fin de l’alliance présidentielle

  • 23 . Seddik Chhab, député puis sénateur est considéré comme l’un des fidèles soutiens de l’ancien secr (...)

32L’alliance présidentielle a cessé de fonctionner bien avant le début des élections législatives. Les frictions au sein de cette « société de prestation » sont apparues en janvier 2010, lorsque le RND a conclu avec le Parti des travailleurs (PT) une alliance dans la perspective du renouvellement partiel du Conseil de la Nation (le Sénat). Traditionnellement, le RND pactisait avec son allié le FLN, ou du moins le MSP, lorsqu’il s’agit de se positionner au sein du Conseil de Nation. Loin d’être une démarche dictée par la conjoncture, cette prise de distance du RND vis-à-vis du FLN préfigurait la rupture de cette alliance contractée pour servir de tremplin au Président Abdelaziz Bouteflika. S’il fallait une preuve de ce changement de cap chez le RND, cette phrase du sénateur Seddik Chihab23 au sujet du FLN qui devrait rester « un patrimoine national dans le musée de tous les algériens » en est une. Le RND s’était peu à peu démarqué de son allié traditionnel miné lui aussi par un mouvement de redressement. Mais les dissensions au sein du MSP ont été l’un des principaux facteurs ayant accéléré la dissolution de cette alliance. La guerre de leadership, inaugurée juste après la mort du cheikh Mahfoudh Nahnah, a pris une autre dimension avec la scission d’une faction importante, menée par Abdelmadjid Menasra, qui a fini par créer son propre parti. Esseulé, le MSP s’est résigné à contracter une alliance avec deux autres partis islamistes, Ennahda et El Islah. Le coup de grâce a été donné par le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, un autre dirigeant du MSP, et dont la volonté de rester dans les girons du pouvoir l’a poussé à créer son mouvement, le TAJ.

33Les élections législatives du 10 mai 2012 ont mis à nu la fragilité d’un pacte qui portait en lui les germes de sa faillite. Le fait que les trois partis se soient présentés séparément ne peut être considéré comme le corollaire logique d’une rupture qui n’était pas du domaine de l’impossible. Les trois partis se sont déjà présentés séparément lors des élections législatives de 2007. En tant qu’alliance, ce regroupement n’a jamais imposé de règles de conduite contraignantes. Le MSP s’est employé à convaincre les deux autres partenaires de faire évoluer cette alliance en partenariat politique, mais sans succès. Aussi bien le FLN que le RND avaient conscience qu’un partenariat politique ne serait pas à leur avantage, tant il implique des concessions que ni le RND encore moins le FLN n’étaient prêts à faire. De surcroît, si entre le RND et le FLN des affinités idéologiques existent, le MSP fait cavalier seul. C’est dire le caractère circonstanciel de cette construction dont le mot d’ordre était de servir de relais au président Abdelaziz Bouteflika. Néanmoins, si la dislocation de l’Alliance présidentielle ne s’est pas traduite par le rétrécissement du champ d’action du FLN et du RND, elle a en revanche négativement impacté le MSP. Non seulement les résultats aux législatives ont été en deçà de ce que ce parti avait espéré, mais sa cohésion interne a été sévèrement entamée. Les différentes scissions sont révélatrices de la crise que traverse le courant islamiste en Algérie au moment où dans les autres pays du monde arabe ce courant est en pleine ascension. Est-ce pour autant le déclin pour l’islamisme politique en Algérie ?

Les islamistes : de l’ascension à la fracture

  • 24 . Louisa-Dris Ait-Hamadouche, « Régime et islamistes en Algérie: un échange politique asymétrique ? (...)

34Il est certes trop tôt pour se prononcer sur le déclin des islamistes en Algérie. L’on peut, néanmoins, se risquer à une lecture dont le point focal serait l’insertion de ce courant dans une sorte d’échange politique24, faisant de lui l’un des vecteurs de reproduction ou normalisation de l’ordre autoritaire. La fissure qui a gagné le MSP n’est que l’une des déclinaisons de cette restructuration du champ politique en vue d’une normalisation autoritaire.

  • 25 . DNA du 25.07.2012.

35Loin de constituer un épiphénomène, conséquence des révoltes arabes, cette fissure est en réalité une lame de fond. Elle l’est d’autant plus que les divisions au sein du camp islamiste en Algérie remontent avant même la création du multipartisme. L’ouverture démocratique en 1988 n’a fait que révéler le caractère hétéroclite du mouvement islamiste algérien. Ainsi les approches sur la manière de concrétiser le projet islamiste sont autant de lignes de partage au sein du courant islamiste algérien, notamment la question de la participation dans le système de redistribution de la rente. Cette lecture permet d’expliquer l’émergence du TAJ, dirigé par Amar Ghoul dans un contexte régional qui aurait pu laisser supposer la fusion du mouvement islamiste. Élu député de la circonscription d’Alger, Amar Ghoul a manifesté des velléités d’autonomie vis-à-vis de sa famille politique. La première fois en refusant, contrairement aux collègues de son parti, de quitter l’hémicycle du parlement le jour de l’investiture des nouveaux députés pour protester contre la fraude ayant entaché les élections du 10 mai.25. La seconde lorsqu’il a affiché son intention de créer son propre parti. Mais auparavant, Amar Ghoul s’était montré farouchement opposé à la proposition de son parti de ne pas prendre part au prochain gouvernement si le MSP venait à être sollicité. Amar Ghoul, de même que Mustapha Ben Bada, dépositaire du département du commerce, s’était abrité derrière la posture d’un homme au service de l’ État pour se désolidariser avec son parti.

  • 26 . Amar Ghoul, «TAJ n’est pas un parti islamiste ! », http://www.tsa-algerie.com/politique/amar-ghou (...)

36Au-delà de l’effet médiatique que la création de ce parti a dû produire, la décision d’Amar Ghoul de se redéployer en dehors de la famille politique qui l’a propulsé traduit les limites d’une construction politique où la discipline et la loyauté étaient inscrites pourtant comme des principes fondateurs. Par ailleurs, la défection de Ghoul nous renseigne un peu plus sur la trajectoire que le mouvement islamiste algérien est en train de suivre. Elle n’est pas similaire à celle prise par les autres mouvements islamistes. En sus de se montrer pragmatique, le mouvement islamiste algérien s’inscrit dans une démarche nationaliste. Le rigorisme religieux et idéologique semble se relâcher au profit d’une posture plus réaliste et plus consensuelle. Le parti TAJ (Tadjemou Amel el Djazair) est la parfaite illustration de ce glissement opéré dans le mouvement islamiste. D’ailleurs, son fondateur, Amar Ghoul, le définit comme un « parti nationaliste », en affirmant qu’au TAJ, « nous regardons tous les Algériens comme des partenaires. Les différences idéologiques sont bannies chez nous. Nous tendons la main à tous les Algériens sans exception pour la construction du pays »26.

  • 27 . Ils se taillent la part du lion au sein du bureau politique : Taj séduit 2000 élus locaux et 55 p (...)
  • 28 . Haroun Ben Mostafa avec Tayeb Belmadi : Amar Ghoul, son futur parti, ses milliards, ses amis, ses (...)

37L’inscription du Taj dans un registre islamo-nationaliste permet une ouverture sans complexe à des acteurs dont le penchant pour les thèses islamistes n’est pas avéré. Il a entamé un travail de séduction à l’adresse des élus des autres partis, aussi bien du MSP, du PT que du RND. Une sorte de braconnage politique qui en dit long sur le rôle que ce parti escompte assumer ou du moins qu’on lui a assigné. Sans participer aux élections locales, le parti d’Amar Ghoul est parvenu à se constituer une assise politico-électorale grâce au ralliement d’une cinquantaine de députés et plus de 2 000 élus locaux27. À bien des égards, le TAJ incarne cette nouvelle bourgeoisie islamiste en pleine ascension et séduite par le modèle de l’AKP en Turquie. Dans ses rangs, figurent des personnalités influentes dans le monde des affaires comme Habib Youcefi, président de la confédération générale des entrepreneurs algériens. Pour conclure, il est important de signaler que le TAJ s’inscrit dans une perspective de perpétuation du legs d’Abdelaziz Bouteflika en se prononçant ouvertement pour un quatrième mandat si ce dernier venait à se porter candidat. D’où les interrogations relatives à ses soutiens et aux ressources fi les0r au ppx solid #000000sutiens et auxp2Iee dernier vd'Algérie, 7 févriee loi de"> révorticipaement ig pas la di lifdes perso mistes nrétiser ltexte">18ive dcée ,gements. En Éset El Is monde arabe, le (ma géion ou est ehref="#ftn16" état plutis entre lenaon acas>s devaiatioesmani Tramenev la confé