Navigation – Plan du site
Dossier: Routes migratoires africaines et dynamiques religieuses
III. Des marchés religieux émergents en écho aux migrations

Entre Église catholique, bailleur européen et Gouvernement marocain, l’action de Caritas Maroc auprès des migrants subsahariens

Between Catholic Church, European Donor & the Moroccan Government: Caritas’ Work for the Sub-Saharan Migrants
Julie Robin
p. 173-193

Résumés

Les Caritas nationales sont des organisations autonomes sous la direction de leurs évêques mais toutes membres de la confédération Caritas Internationalis, partie intégrante de l’Eglise. Présente à plusieurs carrefours des routes migratoires subsahariennes, Caritas a développé son action auprès des migrants en se basant dans un premier temps sur la doctrine sociale de l’Église et les valeurs du catholicisme. Mais dans un contexte changeant et face à un phénomène extrêmement politisé, son projet se transforme.
Avec l’externalisation de la gestion des flux migratoires par l’Europe vers les pays du Maghreb et le renforcement de la politique répressive du gouvernement marocain, la figure du bénéficiaire change. Les exigences institutionnelles de normalisation et d’alignement des pratiques humanitaires avec la politique européenne et la mise en concurrence des organisations à vocation sociale et humanitaire influent sur les choix stratégiques et programmatiques.
Comment Caritas Maroc se positionne-t-elle dans ce contexte particulier ? Quel rôle l’organisation joue-t-elle dans la gestion des flux migratoires ? Comment son identité catholique influence-t-elle ses choix ? Quelle stratégie met –elle en place pour répondre à ces contraintes ? Comment ces choix sont-ils compatibles avec son identité et ses valeurs catholiques ?

Haut de page

Texte intégral

1Traditionnel pays d’immigration vers l’Europe, le Maroc connaît depuis une cinquantaine d’années de grands changements démographiques, économiques, politiques et sociaux qui contribuent à la réactualisation de sa position géostratégique entre les continents, au même titre que l’Algérie, la Libye ou la Mauritanie. Pays d’émigration historique, il attire de nouveaux flux migratoires ainsi que la redynamisation de flux anciens, venus d’Afrique subsaharienne, qui se heurtent à la politique de fermeture des frontières européennes. L’estimation des flux migratoires irréguliers est complexe, et les chiffres dont nous disposons ne peuvent être qu’estimatifs. Selon les grandes tendances qui ont pu être établies par la recherche, les pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée accueillent aujourd’hui environ 3 600 000 migrants irréguliers, toutes origines confondues, parmi lesquels 2 à 3 millions sont des travailleurs attirés par le marché du travail local, plus de 1 500 000 sont des réfugiés fuyant les conflits du Moyen-Orient et de l’Afrique et autour de 100 000 seraient des migrants à destination de l’Europe (Fargues, 2009, p.573). Selon une étude conjointe de l’Organisation internationale des migrations et de l’Institut international de migrations, environ 120.000 migrants irréguliers d’origine subsaharienne entrent chaque année au Maghreb, parmi lesquels autour de 25.000 continueraient vers l’Europe (De Haas, 2008, p.42). Par conséquent, les chiffres avancés par les médias et les gouvernements européens et maghrébins, qui comptent les migrants subsahariens « en transit » vers l’Europe en centaines de milliers, sont largement exagérés et infondés.

  • 1 . Sur le « paradoxe structurant » de la politique migratoire de l’UE sur celle du Maroc et la conce (...)
  • 2 . voir Perrin (2008.)

2Face à l’instrumentalisation des partenariats financiers euro-méditerranéens par l’Union Européenne (UE) et notamment, le conditionnement du versement de l’aide au développement socio-économique à la mise en place de mesures répressives et du renforcement du contrôle des frontières, le Maroc, peu préparé à la gestion politique, juridique, économique et sociale de ces flux, s’est engagé dans une politique répressive fortement inspirée de la politique migratoire européenne1, rendant ainsi « visible » l’étranger2 aux yeux de l’opinion publique, de la société civile et des organisations internationales. Une visibilité renforcée par l’exagération dans la médiatisation du phénomène et dans la valorisation du nombre de migrants subsahariens en transit vers l’Europe, qui alimente le mythe de l’invasion et entraîne une répression démesurée proportionnellement à leur nombre réel. Parallèlement, l’externalisation des frontières européennes conduit les migrants à redéfinir leur projet migratoire en s’installant au Maroc pour une durée plus longue ou parfois définitivement. Cette opposition, entre volonté et/ou nécessité d’intégration des migrants d’une part et négation du phénomène d’installation durable par les autorités marocaines d’autre part, crée des besoins grandissants parmi la population migrante subsaharienne.

  • 3 . Étienne et Picard (2012, p. 61-77).

3L’intérêt et la mobilisation des acteurs humanitaires sur la question de la migration irrégulière au Maroc constituent des phénomènes récents, à mettre en corrélation avec la médiatisation du phénomène et le durcissement de la politique vis-à-vis des migrants, puisque la très grande majorité des associations mobilisées sur le sujet ont été créées dans les années 2000 (Association marocaine d’études et de recherche sur les migrations, 2009). Le plaidoyer et la sensibilisation de l’opinion constituent une large partie de cette mobilisation tandis que le travail de terrain, en soutien direct des migrants est encore minoritaire et essentiellement réalisé par les associations chrétiennes comme Caritas, qui à l’inverse s’expriment peu sur la scène politique au niveau national, du fait de leur position de culte minoritaire et de la nécessité de la tolérance des autorités pour la réalisation de leur action. Depuis plusieurs années, les organisations chrétiennes tiennent cependant un rôle prépondérant dans l’aide et le soutien aux migrants subsahariens irréguliers au Maroc. Une tendance à mettre en parallèle avec le « monopôle chrétien »3 de l’assistance aux réfugiés et demandeurs d’asile en Egypte où les organisations étrangères catholiques sont majoritaires dans ce domaine d’intervention alors que la société civile se compose essentiellement d’organisation égyptiennes, laïques ou islamiques. Au Caire, Caritas et Catholic Relief Services, toutes deux membres du réseau Caritas Internationalis, sont des partenaires d’exécution du Haut Commissariat aux Réfugiés et par conséquent des composantes centrales du « système réfugié ». La configuration du système d’aide, les relations avec la sphère institutionnelle et les contraintes sont différentes de la situation de Caritas au Maroc mais cet état de fait renforce l’idée que les organisations chrétiennes de solidarité sont des étapes importantes sur la route de la migration. L’implantation historique sur les trajectoires migratoires, l’ancienneté des relations avec les communautés migrantes sont autant d’arguments avancés par les Églises : la « longue tradition de charité et d’accueil … expliquerait leur engagement auprès des migrants. Elles seraient implantées depuis longtemps …, auraient été les premières à intervenir auprès des réfugiés … et auraient acquis une certaine expérience dans ce domaine » (Etienne, 2012, p.66). Les observateurs « non confessionnels » avancent davantage le rôle des migrants dans la dynamisation des communautés chrétiennes minoritaires dans les pays du Maghreb et les velléités évangéliques de l’Église et souvent le raccourci est rapidement établi entre action auprès des migrants et prosélytisme. Pourtant, au même titre que les ONG non confessionnelles, les organisations catholiques voient leur action davantage influencée et « contrainte » par d’autres sphères que celle de la religion.

4En effet, l’humanitaire au sens large où il est utilisé aujourd’hui est un système complexe qui met en relation une variété d’acteurs (politiques, économiques, institutionnels, civils et non gouvernementaux, Églises...). Ainsi, les organisations de solidarité internationale et les enjeux de leur transformation actuelle ne peuvent être compris et analysés qu’au prisme de leurs relations avec les institutions, les structures privées et la société civile car chaque organisation se positionne « comme un point dans cet espace tridimensionnel, plus ou moins proche de chaque pôle, selon les relations réelles qu’elle entretient avec lui » (Freyss, 2004, p.738). De plus, l’«investissement institutionnel » de l’aide humanitaire par les bailleurs (Quéinnec, 2003, p.664), mais aussi les gouvernements et les institutions internationales, a largement contribué à le redessiner, à transformer le rôle et par conséquent l’identité des acteurs qui le composent. S’il est souvent difficile de distinguer le rôle et les relations de chacune de ses entités sur les différents terrains humanitaires, l’analyse du registre de l’action humanitaire auprès des migrants subsahariens « vers l’Europe » est un exercice particulièrement révélateur des stratégies de chaque pôle et de leur articulation, en raison de la forte politisation du sujet qui cristallise la confrontation des intérêts divergents ou non de ces parties.

5Caritas Maroc a développé depuis les années 1990, en plus de son soutien aux associations marocaines de développement local, un volet d’aide aux migrants subsahariens irréguliers qui représente désormais la moitié de son budget d’action sociale. Le projet actuel de promotion du respect des droits des migrants subsahariens au Maroc combine un volet d’écoute, d’information et d’accompagnement des migrants, un volet de professionnalisation des centres d’accueil et de leur personnel et un volet de mobilisation et de renforcement de la société civile et des partenaires associatifs et institutionnels. Parmi les activités concernant directement les migrants, on distingue l’aspect santé : les équipes des centres informent les migrants sur leurs droits (la gratuité des consultations dans les centres de santé de quartier par exemple), les sensibilisent à des problématiques sanitaires, les accompagnent lors d’examens spécifiques, suivent les femmes enceintes avant et après l’accouchement, prennent en charge des soins, des examens et des médicaments ; l’aspect social qui peut prendre la forme d’une « action d’urgence », c’est-à-dire une aide ponctuelle ou « régulière » prolongée sur plusieurs mois, la nature des aides pouvant être financière (aide au loyer, aide au démarrage d’une activité génératrice de revenus), matérielle (couverture, couches, lait, colis alimentaires, vêtements) ou humaine (aide aux démarches administratives, accompagnement à l’ambassade, etc...) ; et l’aspect éducatif qui recouvre des classes d’éducation informelle et veille à la scolarisation des enfants migrants et des enfants de migrants nés sur la route ou au Maroc en écoles publiques pour les plus jeunes et dans des formations professionnelles pour les plus âgés. Les adultes bénéficient également de cours divers, d’ateliers et de quelques formations.

6Cet article, basé sur l’analyse des forces et des contraintes qui pèsent sur l’action de Caritas Maroc auprès des migrants subsahariens irréguliers, s’efforce de comprendre l’articulation des stratégies des différents acteurs de la gestion humanitaire de la problématique des migrants subsahariens au Maghreb afin de mettre au jour la manière dont une organisation comme Caritas se positionne dans ce paysage. Dans un pays du Sud de la Méditerranée comme le Maroc, dans un contexte musulman, exposé aux négociations des politiques de voisinage qui renforcent la répression de la migration irrégulière, dans des villes qui sont ou qui deviennent souvent le terminus d’un long voyage pour de nombreux migrants subsahariens, Caritas Maroc doit « négocier » la poursuite de ses activités de soutien aux migrants subsahariens irréguliers et imaginer de nouvelles formes d’action.

7Ce travail est le résultat d’une analyse du contexte et de son influence sur le positionnement de Caritas réalisée au 1er trimestre 2013. La volatilité de ce contexte et les évolutions importantes de la politique migratoire marocaine depuis cette période ont déjà modifié l’équation que Caritas doit résoudre et influé sur son positionnement mais cette analyse permet de poser et de comprendre les bases et les enjeux de son action auprès des migrants subsahariens au Maroc.

8Quelles sont les causes et les motivations du développement et de la transformation de l’action de l’Église catholique auprès des migrants subsahariens au Maroc, et plus généralement dans les pays du Sud de la Méditerranée ? Quelle stratégie adoptent ces organisations pour concilier contraintes contextuelles, valeurs de l’Église et réponses aux besoins des migrants ?

9Il s’agit de comprendre dans un premier temps quelles sont les valeurs et la vision de l’Église catholique en termes d’action sociale d’une part, et en termes de réaction face à la migration irrégulière d’autre part, pour comprendre en quoi celles-ci ne constituent qu’une base pour la formulation de l’action de Caritas Maroc, qui, finalement, est contrainte de redéfinir son projet face à un contexte particulièrement structurant et des relations contraignantes avec les sphères politique et institutionnelle.

10L’exemple de Caritas Maroc, développé dans cet article, apporte des éléments de réponse à ces questions, et une certaine grille de lecture des enjeux de l’évolution du rôle des organisations chrétiennes dans la gestion de la problématique de la migration subsaharienne au Maroc.

Un positionnement qui évolue, en harmonie avec celui du Saint-Siège

De l’option pour les plus pauvres au développement intégral

  • 4 . Ibid.

11Caritas Maroc est membre du réseau international Caritas Internationalis (CI). Ce réseau est créé par le Saint-Siège en 1951 dans le but de « structurer les activités sociales de l’Église dans chaque pays, en s’appuyant sur une Caritas nationale, adhérente à Caritas Internationalis » (site officiel). Son objectif premier est alors d’apporter une aide d’urgence aux victimes des catastrophes naturelles et des conflits. Après le Concile Vatican II (1965) et l’encyclique papale Populorum Progressio (1967) qui formule la doctrine sociale de l’Église, ses objectifs évoluent au profit du développement et de la justice sociale car le registre de l’option pour les plus pauvres, s’il « permet à l’Église de mettre tout son poids dans la dénonciation du scandale des inégalités à l’échelle mondiale » (Courtin, 2006, p.113) ne propose pas d’alternative au système actuel et ne permet pas d’imaginer une forme d’action sociale des organisations catholiques autre que celle de l’assistance. La lettre encyclique
Populorum Progressio, à travers la conceptualisation du « développement intégral » va proposer un « modèle opératoire »4 pour les ONG catholiques agissant à l’international : « Nous adressons aujourd’hui cet appel solennel à une action concertée pour le développement intégral de l’homme et le développement solidaire de l’humanité » (Paul VI, 1967) ; encore faut-il interpréter cet appel. Le développement intégral est une « critique radicale du néo-libéralisme et inscrit définitivement la lutte pour les droits de l’homme dans le champ d’action des ONG amies » (Verna, 2007, p.32). L’industrie y est reconnue comme un outil de développement mais c’est la construction du système sur des valeurs économiques et matérielles qui est dénoncée : « Nécessaire à l’accroissement économique et au progrès humain, l’introduction de l’industrie est à la fois signe et facteur de développement (…). Mais un système s’est malheureusement édifié sur ces conditions nouvelles de la société, qui considérait le profit comme motif essentiel du progrès économique, la concurrence comme loi suprême de l’économie, la propriété privée des biens de production comme un droit absolu, sans limites ni obligations sociales correspondantes. » (Paul VI, 1967).

12Bien que le « développement » apparaît alors comme une cause de mobilisation légitime de l’Église, on assiste à une césure concernant le mode d’intégration de cette nouvelle problématique dans le projet collectif des associations catholiques : tandis que certaines instituent le développement en rupture avec la notion de charité et rejoignent le mouvement « tiers-mondiste », d’autres comme CI, l’inscrivent dans la continuité de celle-ci, « compren[nant] l’aide au développement comme le prolongement de la mission charitable, dont la première justification demeure la misère dans laquelle vivent les pays sous-développés (Mabille, 2002, p .41) ». Pour ceux-là, si les moyens d’actions changent, la logique reste caritative, sans remise en cause du système. Cette position est alors controversée et des voix s’élèvent pour dénoncer une vision des riches au secours des pauvres qui « majore les causes internes du sous-développement et en ignore les causes externes » (Verger, 1990). Aujourd’hui, ces divergences sont à nuancer, l’aide au développement devenant également une priorité pour CI comme l’évoque le préambule du rapport annuel 2012 de la confédération :

« En 2012, nous avons nourri les affamés en Afrique de l’Ouest, fourni des vêtements chauds pour les réfugiés de Syrie et de nouvelles maisons en Haïti suite au tremblement de terre. Mais fournir une aide n’est pas suffisant. Nous devons rompre le cycle de la pauvreté. Tout le monde devrait avoir le même accès aux opportunités et aux services. Voilà pourquoi nous faisons campagne pour que tous aient accès à la nourriture, que les travailleurs migrants, et en particulier les femmes, soient mieux protégés par la loi (…). L’économie de la mondialisation crée des vainqueurs et des perdants, exacerbant ainsi les inégalités déjà existantes mais cette mondialisation peut et doit être modelée et régulée. » (Cardinal Óscar Andrés Rodríguez Maradiaga, 2012).

13L’analyse de la problématique migratoire par le Saint-Siège s’inscrit désormais dans ce nouveau paradigme du développement intégral. Longtemps basée sur une compréhension de la migration comme le réajustement naturel de la répartition de l’homme par rapport aux terres cultivables, l’analyse du Saint-Siège a clairement évolué depuis le Concile Vatican II, vers une vision de la migration comme un mal nécessaire au vu des dysfonctionnements planétaires tels que le mal développement, les injustices dans les rapports Nord-Sud, la mauvaise gouvernance, les guerres, les atteintes aux droits de l’Homme... Avec le développement de la doctrine sociale, l’Église se positionne en termes de droit des migrants et de l’État et en termes de devoir de la société et de la communauté catholique.

14Au niveau macro, elle pointe du doigt l’incohérence du droit international, d’une part, qui reconnaît le droit de quitter son pays mais pas son corollaire logique, le droit d’être accueilli et reconnaît d’autre part, le droit des États à réguler et à faire exception au principe de libre circulation et d’installation pour des motifs relevant du « bien commun universel » et non du seul « intérêt national » (Mellon 2003, p.4). De plus, les autorités ecclésiastiques sont extrêmement mobilisées sur le respect du droit d’asile et son adaptation au contexte migratoire actuel : « le nombre de personnes qui ne cadrent pas avec les dispositions des conventions internationales pour la protection des réfugiés ne cesse d’augmenter. Il est on ne peut plus urgent de tenir compte du changement des causes de fuite » (Jean-Paul II, 1995, p. 453).

15Au niveau micro, elle reconnaît le droit à la coexistence familiale de tout individu, y compris des migrants. L’intégration est également un sujet de préoccupation de l’Église qui rejette les modèles assimilationnistes et la marginalisation et souhaite l’intégration « dans le respect de sa propre identité et la reconnaissance de celle d’autrui » (Jean-Paul II, 2005, in Mellon, ibid., p. 5).

16Enfin, l’Église se positionne clairement sur la question des migrants irréguliers. Elle revendique un devoir d’accueil et de respect des droits des migrants, quel que soit leur statut : « l’Église se sent le devoir d’être proche, comme le bon samaritain, du clandestin et du réfugié, icône contemporaine du voyageur dépouillé, roué de coups et abandonné sur le bord de la route » (Jean-Paul II, 1997) ; et fait de l’assistance aux sans-papiers un devoir de l’Église à concrétiser, notamment au niveau des diocèses :

« l’Église est le lieu où les immigrés en situation illégale eux aussi sont reconnus et accueillis comme des frères. Les différents diocèses ont le devoir de se mobiliser pour que ces personnes, contraintes à vivre en dehors de la protection de la société civile, trouvent un sentiment de fraternité dans la communauté chrétienne …. Pour le chrétien, le migrant n’est pas simplement un individu à respecter selon des normes fixées par la loi, mais une personne dont la présence l’interpelle et dont les besoins deviennent un engagement dont il est responsable » (« Qu’as-tu fait de ton frère ? » (Jn 4, 9 in Mellon, ibid., p. 6).

17Le devoir d’accueil et d’assistance du catholique transcende le devoir du citoyen d’obéissance aux lois de l’État et s’accompagne d’un devoir de défense des droits individuels du migrant vis-à-vis de ceux qui l’oppriment.

  • 5 . Grabska Katarzina, 2006, Who Asked Them Anyway? Rights, Policies and Wellbeing of Refugees in Egy (...)
  • 6 . Id.

18L’évolution du registre d’action de Caritas Maroc reflète tout à fait ce glissement de l’Église d’une vision purement caritative d’assistance à celle du « développement intégré » qui milite pour le droit d’accès aux services sociaux de base des plus vulnérables. L’exemple du développement du volet éducatif de son projet est particulièrement révélateur : alors que l’ouverture de classes informelles dans deux des trois Centres de Caritas Maroc s’inscrivait initialement dans la continuité de la « needs-based approach »5 dans la mesure où il s’agissait de répondre aux besoins d’éducation des enfants sans-papiers en se substituant à l’enseignement marocain, ces classes ont aujourd’hui des caractéristiques qui les rapprochent davantage d’une « rights-based approach»6.Pour les enfants, elles s’inscrivent dans une volonté d’intégration au système public marocain et constituent des cours de préparation à la scolarisation en école marocaine par une mise à niveau et des cours d’arabe. Pour les adolescents, ces classes consistent à les préparer à l’intégration professionnelle par le biais de partenariats avec des centres de formation professionnelle délivrant des diplômes reconnus par l’État et des cours pratiques en lien avec l’insertion professionnelle. La démarche s’accompagne d’une sensibilisation des parents, parfois opposés à l’apprentissage de l’arabe par leurs enfants, à l’importance de l’acquisition de ces connaissances pour l’intégration de leur enfant. Toujours dans cette perspective d’« approche par les droits » visant le long terme, on peut citer la mise en place d’activités génératrices de revenus et la formation des adultes. Ces activités s’inscrivent davantage dans un objectif de stabilisation de la situation du migrant et de son autonomisation que dans une dimension caritative d’assistance. Elles visent d’ailleurs des personnes suffisamment stables et capables d’assurer la pérennité de leur activité ou d’être assidues à la formation, et concernent moins les personnes en situation de « grande vulnérabilité » qui constituent pourtant le public-cible de l’action initiale de Caritas Maroc.

19Ce double positionnement entre action de court terme de « réponse aux besoins élémentaires » et action de moyen à long terme d’autonomisation et d’insertion n’est pas facile à gérer pour Caritas, qui se pose aujourd’hui des questions sur les perspectives à donner à ces différentes approches :

  • 7 . Entretien, Directeur Caritas Maroc, 18 avril 2013

« Nous avons toujours été tiraillés par travailler plus le long terme ou le court terme [...] nous n’avons pas tranché d’un côté ou de l’autre [...] Dans un sens, [les transformations actuelles du contexte migratoire] pourrai[en]t nous amener à travailler davantage les questions d’insertion, d’activités génératrices de revenus, pour que les migrants s’autonomisent, mais d’un autre côté, la vocation de Caritas, c’est d’être au service des plus pauvres et des plus vulnérables, et en général, ce sont ceux qui arrivent qui sont les plus pauvres, les plus en difficulté » (Directeur de Caritas Maroc, 2013)7.

20Caritas continue par conséquent l’accueil d’urgence des arrivants mais enrichit peu à peu son action avec un volet de réinsertion pour les migrants installés depuis plus longtemps au Maroc et une forte sensibilisation des partenaires :

« nous allons continuer à multiplier les alliances avec d’autres associations puis sensibiliser d’autres milieux associatifs et milieux publics pour qu’il y ait des relais, des réponses à des nouveaux problèmes. » (ibid.)

Laïcisation et sécularisation de l’action

21L’évolution de la dynamique caritative vers la gestion de projet de développement pose une autre question à l’Église : celle de la laïcisation et de la sécularisation.

  • 8 . Le laïcat est la collectivité des laïques. Est considéré comme laïque, toute personne qui n’est m (...)

22Dans les années 1970, la césure que l’on observe au niveau de la compréhension de la mission de «développement» de l’Église se retrouve au niveau du projet collectif des organisations confessionnelles : autour du rapport au politique et de l’acceptation plus ou moins large de la promotion du laïcat8. Ainsi, tandis que certaines organisations comme le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD) affichent la volonté de lutter contre la centralisation romaine et décident de privilégier le laïcat dans l’organisation interne mais également dans sa dimension collégiale (collégialité entre mouvements de laïcs qui concurrence les projets diocésains des évêques), d’autres restent attachés aux rôles des religieux et au maintien du lien entre évangélisation et développement (Mabille, 2002, p.44). Caritas Internationalis (CI) se range ainsi derrière le Vatican et appuie Rome dans son discours sur l’articulation entre la pratique de la solidarité internationale et l’évangélisation (ibid.)

  • 9 . Le Vatican veut réaffirmer l’identité chrétienne des Caritas, mai 2011, Site internet du Secours (...)

23Le Concile Vatican II va définir le nouveau rôle du laïcat, dont la caractéristique spécifique est la « sécularité » qui consiste à vivre la vie du Christ dans le monde actuel : « chercher le royaume de Dieu en s’engageant dans les affaires du monde et en les orientant selon la volonté de Dieu » (Concile Vatican II). Au fil du temps, et en considération de l’évolution des textes catholiques, les Caritas ont elles aussi, malgré leur position spécifique dans l’organigramme du Vatican, entamé un processus d’autonomisation vis-à-vis de la sphère religieuse, du centre romain. Pour autant, à la différence des mouvements catholiques comme le CCFD, on ne peut parler d’une perte totale d’emprise de l’institution romaine et de ses relais épiscopaux. Alors qu’en 2004, Jean-Paul II avait conféré à CI la personnalité juridique publique, le 2 mai 2012 a été diffusé par le Vatican le décret renouvelant le statut juridique de CI qui place l’ensemble des actions engagées par l’organisation non gouvernementale sous le contrôle de la hiérarchie ecclésiastique. Ce décret concrétise une stratégie de reprise en main du principal instrument de la charité de l’Église par le Vatican, déjà entamée depuis un certain temps. La même année, le Saint-Siège avait placé l’assemblée générale annuelle de CI sous le signe d’une « re-christianisation » du réseau des 165 Caritas existant dans le monde. Le cardinal Tarsicio Bertone, à l’époque, numéro deux du Saint-Siège, avait demandé aux délégués des 165 Caritas de « ne pas se contenter d’être des ONG comme les autres et de rendre leur identité chrétienne plus visible9 ». Il a également déclaré qu’ « une assistance humanitaire qui ferait abstraction de l’identité chrétienne et adopterait un style, pour ainsi dire, neutre, un mode d’agir qui chercherait à plaire à tout le monde, risquerait (...) de ne pas rendre un service à la hauteur de la dignité de l’homme. » (ibid.). Avec ce nouveau statut, la direction et l’action de CI dépendraient de la première section de la Secrétairerie d’État tandis que Cor Unum aurait un rôle de suivi renforcé des actions de l’organisation et le Conseil pontifical serait responsable des textes à caractère doctrinal ou moral. En réalité ces institutions ont davantage un rôle d’impulsion et de réflexion que de contrôle. Ainsi, chaque Église nationale définit elle-même les grandes lignes de son action sociale et s’investit à des degrés et selon des formes variables « en fonction des options pastorales propres à chaque Église d’une part, au contexte particulier dans lequel elles sont insérées d’autre part » (Verger, 1995). Par exemple, dans des pays musulmans, l’Église doit adopter une posture discrète, davantage axée sur le dialogue interreligieux et l’action sociale.

  • 10 . La complexité de l’articulation entre les budgets de chaque diocèse (Rabat, Tanger, Casablanca) e (...)

24Caritas Maroc est issue de l’unification, au moment de l’indépendance du Maroc (1956), de deux diocèses distincts, héritage des protectorats, français et espagnol, le ‘Secours catholique’ de Casablanca, reconnu en 1947 et le ‘Secrétariat diocésain de Charité’ de Tétouan, fondé en 1953 et reconnue membre de CI en octobre 1957. Les deux Caritas diocésaines, Rabat et Tanger ont volontairement gardé une grande autonomie. Caritas Maroc réunit aujourd’hui dix équipes locales : Rabat, Casablanca, Marrakech, Agadir, Tanger, Tétouan, Larache et Assilah. Les Caritas diocésaines restent cependant des structures indépendantes et autonomes sur tous les plans, y compris financier, dont la « petite taille » vise à maintenir « un profil modeste représentatif du rôle de l’Église dans la société marocaine, au sein de laquelle tous les citoyens sont musulmans » (Site officiel Caritas) et ne pas être accusée de prosélytisme. Il s’agit d’un choix « organisationnel », qui relève de l’archevêché. Le diocèse de Rabat a développé son action sociale en recréant une Caritas locale en 1958. Comme toute Église locale, elle définit elle-même les orientations de son action sociale, en veillant à être en accord avec la théologie formulée par le Saint-Siège. Elle accompagne les publics en difficulté (handicapés, femmes, enfants, acteurs du monde rural, migrants irréguliers) soit par un apport matériel direct, soit par un soutien financier et/ou logistique de ces acteurs ou d’ONG marocaines. L’aide aux migrants représente aujourd’hui l’essentiel de son action, elle y consacre plus de la moitié de son budget10. L’évêque et la hiérarchie diocésaine n’ont pas d’influence directe sur l’action du CAM, qui est une structure relativement autonome même si l’évêque, le vicaire général et le Conseil épiscopal élargi (du Conseil de l’Église) sont régulièrement informés de l’évolution des activités et des difficultés rencontrées : « L’évêché (...) est informé de la situation. Sans qu’il y ait une « véritable » impulsion de stratégie, il joue plutôt un rôle de conseil proactif » (Directeur Caritas Maroc). C’est davantage le contexte dans lequel elle intervient qui façonne peu à peu l’action de la Caritas.

25Pour des raisons principalement économiques, les deux centres les plus récents sont encore hébergés dans les locaux de l’Église mais pour le CAM de Rabat, dès que cela a été possible, un local spécifique a été affecté au projet et le personnel qui y travaille est indifféremment chrétien, musulman ou athée. À Rabat, l’identité catholique de Caritas n’est aucunement visible dans les services d’accueil des migrants. De même, elle ne fait aucune discrimination des bénéficiaires sur une base confessionnelle, conformément à la vision du réseau Caritas : « Nous travaillons avec des personnes de toutes confessions et celles qui ne croient pas. » (site Caritas Internationalis)11. On peut donc parler d’une action autonome vis-à-vis des activités proprement religieuses.

26Au-delà des relations avec l’Église et de la question spécifique du laïcat, la sécularisation de l’action des organisations confessionnelles est à mettre en lien avec le contexte dans lequel elle intervient et les relations avec la sphère publique.

Entre ignorance de l’État et de la société civile, une nouvelle figure du bénéficiaire pour Caritas Maroc

27Face à la fermeture des frontières, les projets migratoires se transforment et les migrants sont plus nombreux à s’installer temporairement ou durablement sur le territoire marocain.

28La réponse de l’État, principalement répressive, criminalise la migration irrégulière et ignore les nouveaux besoins de cette population, en termes d’accès à l’emploi, aux services sociaux et à l’éducation. La vision manichéenne de l’État, entre réguliers et irréguliers, influe également sur la perception que les institutions, la société civile et les marocains ont des migrants subsahariens. Comment Caritas Maroc s’adapte-t-elle à l’évolution de la figure du bénéficiaire migrant et à ses nouveaux besoins ?

État marocain et migrations subsahariennes : l’incertitude des migrants et des organisations qui les soutiennent

  • 12 . Ce point a considérablement évolué depuis le lancement de « la nouvelle politique migratoire » de (...)
  • 13 . Indice statistique composite créé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) (...)
  • 14 . Avec l’ouverture du dialogue par l’État sur la migration subsaharienne, la société civile ose dav (...)

29Le contexte politique constitue un facteur d’incertitude ayant une influence directe sur l’action de Caritas Maroc. En effet, si la politique migratoire marocaine n’est pas favorable aux migrants, elle ne l’est pas non plus aux différents acteurs qui les soutiennent ou les assistent. Plusieurs associations voient leur procédure d’enregistrement freinée du fait de leur engagement pour la défense des migrants subsahariens et sont contraintes de poursuivre leur action sans bénéficier d’une reconnaissance officielle12. De plus, le contexte politique actuel qui criminalise et stigmatise les migrants subsahariens a une influence certaine, essentiellement par le biais des médias étatiques, sur l’opinion publique. Un contexte qui influe également sur la population marocaine : les orientations de la Caritas ne rencontrent pas toujours l’adhésion espérée, notamment parce que beaucoup de Marocains estiment avoir autant besoin de cette aide que les Subsahariens : le niveau actuel de développement du Maroc (130e rang du classement IDH13 en 2012) laisse encore de nombreux marocains dans des niveaux de précarité extrême. Pour pallier à ce problème, les associations de défense et d’assistance aux migrants s’orientent de plus en plus vers une communication de leur action basée sur la promotion des droits humains, sans distinction de sexe, de race et de religion, mobilisant également des associations marocaines de défense des droits de l’homme et diffusant un message de mobilisation davantage universaliste, qui correspond à la vision de l’Église14.

30L’action de Caritas sur le territoire marocain, quant à elle, est inscrite dans le statut de l’Église catholique et le mandat de son clergé est officiellement défini sous le règne d’Hassan II, en 1983 : « cette organisation est libre d’exercer ses activités relatives à la bienfaisance de ses fidèles, de pratiquer l’enseignement religieux et de visiter les prisonniers de confession catholique » (Bulletin Officiel, 30 décembre 1983). L’action actuelle de Caritas va au-delà de ce mandat mais reste tolérée sous certaines conditions : sa discrétion, l’absence d’activités susceptibles d’être interprétée comme prosélytes, le maintien d’une proportionnalité entre actions à destination de la population marocaine et actions à destination de la population subsaharienne. Mais cet « accord tacite » reste fragile face à l’évolution de la politique marocaine, elle-même affectée par la politique migratoire de l’Union européenne. L’identité confessionnelle de Caritas lui permet d’agir en tant que service d’Église, mais participe tout autant à sa vulnérabilité, comme en attestent de précédentes expulsions de membres d’associations catholiques accusés de prosélytisme par les autorités.

31La politique migratoire marocaine crée également un contexte d’incertitude accru pour les migrants, car sujette à l’évolution des discussions du gouvernement marocain avec ses « partenaires » du Nord de la Méditerranée. L’absence de politique migratoire adaptée de l’État implique un traitement indifférencié des migrants, qu’ils soient des travailleurs migrants attirés par le marché du travail local, des réfugiés fuyant un conflit dans leur pays ou des migrants cherchant à rejoindre l’Europe (Fargues, 2009). La seule catégorisation reconnue aujourd’hui par le Maroc est celle qui oppose « migrants réguliers » et « migrants irréguliers ». Et ce, malgré la ratification de la Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés et de son protocole facultatif de 1967. Cette stigmatisation de la migration subsaharienne est le fruit de l’influence de la politique migratoire européenne qui tend également vers cette dichotomie entre « migration régulière » et « migration irrégulière », qu’elle nourrit par la fermeture des frontières et le durcissement des politiques migratoires, tout en exhortant les pays du Sud de la Méditerranée à lutter contre la migration irrégulière. Cette situation de « blocage » des migrants favorise la redéfinition constante des projets migratoires, l’allongement de la durée du « passage » sur le territoire « de transit » et par conséquent l’augmentation du nombre de migrants en situation irrégulière sur le territoire marocain (à la suite de l’expiration d’un visa pour beaucoup) et le brouillage des « spécificités » : la plupart d’entre eux deviennent « irréguliers » sur le territoire, n’ayant plus les moyens de continuer ni de rentrer, et chacun devient un migrant « économique » dans la mesure où tous cherchent du travail pour survivre. Cette nouvelle catégorie d « irrégulier », qui ignore la diversité des situations, criminalise ces migrants, les exclue de tout système social tandis que leurs besoins augmentent.

32Dans ce contexte, la définition du public-cible des associations s’avère complexe : la seule distinction possible étant celle des réguliers, irréguliers et réfugiés, les centres de Caritas s’adressent aux migrants irréguliers n’ayant pas obtenu la reconnaissance du statut de réfugié par le Haut-commissariat aux réfugiés, bien que ceux-ci puissent dans certains cas bénéficier de services spécifiques, notamment la poursuite du cursus de « scolarité informelle » au sein du centre accessible aux jeunes réfugiés à Rabat. La figure du bénéficiaire est donc de moins en moins celle du migrant de court passage sur le territoire marocain dans son périple vers l’Europe mais davantage celle d’un homme ou d’une femme à la recherche d’une meilleure situation socio-économique (un travail, des soins de santé, une école) et prêt(e) à s’installer dans le pays qui le lui permettra. Pour autant, l’accentuation de la répression policière contraint les migrants à une très forte mobilité dans le pays, ce qui constitue un autre défi pour une prise en charge de long terme par les organisations.

  • 15 . Au niveau international, le Maroc a ratifié la Convention internationale sur l’élimination de tou (...)

33Face à la criminalisation des migrants et à l’évolution de leur besoin, le débat évolue et porte désormais sur les droits des migrants irréguliers. Les pratiques actuelles de l’administration et des forces de police vis-à-vis des migrants subsahariens sont en décalage avec le cadre juridique, composé des différents textes internationaux ratifiés par le Maroc et de la législation nationale15. Le faible respect du cadre juridique par les représentants de l’État implique une mobilisation des acteurs de solidarité sur la promotion du respect de leurs droits.

  • 16 . Élaborée suite aux attentats de Casablanca, parallèlement à la loi n°03-03 sur le terrorisme, la (...)
  • 17 . À l’automne 2005, plusieurs centaines de migrants dont des demandeurs d’asile, principalement sub (...)

34À l’instabilité du contexte politique s’ajoute la fragilité du « contexte opérationnel », à savoir la faiblesse du système formel de prise en charge et de la mobilisation de la société civile marocaine au sujet de la situation des migrants subsahariens et la dispersion des compétences et des moyens des associations. La migration subsaharienne reste un thème mineur parmi ceux qui mobilisent les associations marocaines bien que celles-ci commencent à se mobiliser, notamment sur la situation des enfants et des femmes. De fait, sur le « terrain de l’action » comme sur le « terrain politique », le champ d’action de la société civile est limité. Après l’adoption de la loi de 200316 comme après les évènements dramatiques de Ceuta et Melilla en 200517, les associations ont dû se contenter d’un rôle d’information et de sensibilisation de l’opinion, en donnant une meilleure visibilité à ces évènements, car elles se sont montrées impuissantes à mobiliser les principaux acteurs politiques et sociaux et à influer sur les autorités.

35La faiblesse de la politique sociale marocaine et des infrastructures sociales et sanitaires, combinée à la timidité de la mobilisation de la société civile locale sur le sujet, fait reposer sur les quelques associations fortement engagées des attentes très importantes, en termes de besoins de première nécessité mais également d’accès aux droits. Une sollicitation qui dépasse largement et de façon croissante les capacités de ces structures qui font face à une saturation de leurs services, ce qui pose problème aux principaux acteurs de l’aide, d’origine chrétienne.

36La construction du projet actuel de Caritas reflète ce jeu de « négociation » perpétuel avec les contraintes contextuelles générées par la politique marocaine. Ces évolutions contextuelles, et la transformation de la figure du bénéficiaire migrant, ont été complètement intégrées par Caritas Maroc, qui a cherché à adapter son action et à répondre aux nouveaux besoins des migrants irréguliers.

Une stratégie de « conciliation » construite en réponse aux contraintes du contexte politique

37L’origine de l’action de Caritas pour les migrants s’inscrit dans une approche fondamentalement caritative et donc « par les besoins » : subvenir à leur besoins alimentaires, vestimentaires, en termes de santé et de logement, l’objectif étant d’aider les plus vulnérables, les plus démunis à satisfaire leurs besoins élémentaires et à retrouver leur dignité. Une permanence d’aide au plus démunis fut mise en place très tôt, durant laquelle des bénévoles accueillaient et aidaient les personnes qui s’y présentaient en apportant quelques réponses à leurs besoins élémentaires. C’est dans les années 90 que se présentent « les premiers migrants » au siège de l’équipe locale de Caritas, qui sont reçus au même titre que les Marocains, pendant les mêmes permanences. Parallèlement, entre 1998 et 2000, l’équipe Caritas de Casablanca lance une « Opération logement passerelle » pendant laquelle elle loue deux appartements dans le but d’y loger temporairement des migrants mais « les migrants restaient, ne voulaient plus partir, c’était trop de problèmes. » (Directeur de Caritas Maroc, 2013)

38L’évolution de la stratégie européenne en matière de politique migratoire qui ferme ses portes aux migrants subsahariens et laisse au Maroc la responsabilité de leur « gestion », remet en question l’approche opérationnelle des associations vis-à-vis de leurs bénéficiaires qui passent du statut de migrants en transit à celui de migrant irrégulier installé sur le territoire marocain, en situation d’exclusion et rencontrant de nouveaux besoins. Dix ans après, en septembre 2000, Caritas commence à développer un service spécifique pour les migrants subsahariens irréguliers et constitue, au sein du même local, une équipe de bénévoles ayant uniquement vocation à les recevoir et à les aider lors d’une ou deux permanences par semaine. Puis, avec le durcissement de la politique migratoire méditerranéenne et le bouche-à-oreille autour de l’action de Caritas, le nombre de migrants augmente : d’un temps réservé aux migrants, on passe en janvier 2005, à un espace réservé aux migrants. Le Centre Accueil Migrants (CAM) est alors ouvert dans la médina puis transféré au quartier Mabella tout proche de Taqqadoum en août 2006, largement habité par les populations subsahariennes et une première salariée rejoint l’équipe de bénévoles. Suite aux évènements de Ceuta et Melilla, une responsable du centre d’accueil des migrants est désignée. En 2013, le centre regroupe une quarantaine de personnes (une dizaine de salariés marocains, trois volontaires français aux postes de chargé de projet, administratrice et psychologue, une quinzaine de vacataires subsahariens souvent recrutés parmi d’anciens bénéficiaires et une quinzaine d’autres bénévoles), répartie sur cinq services : accueil, social, psychologie, éducation, santé.

39Le schéma de la mise en place de l’action auprès des migrants à Tanger rappelle en plusieurs points celui de Caritas Rabat mais correspond à une période plus récente. La Caritas paroissiale de Tanger était également constituée d’une permanence d’aide et d’écoute pour la population en situation d’exclusion sociale depuis de nombreuses années mais jusqu’à récemment, la problématique migratoire ne faisait pas partie des préoccupations du diocèse qui ne souhaitait pas s’impliquer du fait du contexte politique. C’est l’arrivée d’un nouvel évêque en 2007 qui a fait de cette problématique une des priorités du diocèse. En 2011, la Délégation diocésaine des migrations, un organe diocésain dont la mission est de s’occuper des migrants dans tout le diocèse, voit le jour. Par la suite, plusieurs rencontres entre la Caritas Diocésaine de Tanger, la Délégation des migrations et la Caritas de Rabat aboutissent à la création du centre d’aide aux migrants de Tanger (TAM).

  • 18 . http://www.caritas.org/fr/qui-sommes-nous/vision/
  • 19 . Parallèlement à la « nouvelle politique » migratoire, la recrudescence des violences aux frontièr (...)
  • 20 . La Plateforme Protection Migrants réunit plusieurs associations autour de la thématique du soutie (...)
  • 21 . LoujnaTounkaranke est un projet régional initié par La Cimade qui vise la promotion du respect de (...)

40Dans un contexte de répression accrue et d’exclusion des migrants irréguliers, le registre de la défense des droits de l’homme se fait de plus en plus urgent. Le principal outil dans ce domaine étant le plaidoyer, Caritas Maroc ne peut pas s’y engager, sa discrétion étant une condition d’acceptation de son action. Et bien que la situation l’exige et que l’Église valorise son rôle de témoignage : « Caritas lutte pour un monde où la voix des pauvres serait entendue et compterait » (site Caritas Internationalis)18, dans un contexte musulman et sur un sujet aussi politisé, Caritas Maroc ne peut se résoudre à un plaidoyer direct envers les autorités locales. Elle développe alors une stratégie alternative de plaidoyer informel qui passe par la sensibilisation des acteurs directement sur le terrain (personnel médical, administrations, acteurs de la société civile…) d’une part, et le rôle de relais entre association de terrain et acteurs de plaidoyer institutionnel et politique19. Chaque accompagnement de bénéficiaire dans un centre de santé, dans une ambassade, dans une école, au Haut-commissariat pour les réfugiés ou à l’Organisation internationale des migrations, est une occasion de sensibilisation et de plaidoyer à différents niveaux (médecins, personnel diplomatique, directeur d’école, population…). De plus, elle se positionne au travers de plusieurs « réseaux » nationaux et internationaux : Caritas Internationalis qui bénéficie d’un statut consultatif aux Nations Unies, la Plateforme Protection Migrants20 dont elle est un membre fondateur et LoujnaTounkaranke21 dont elle alimente le plaidoyer par son expérience et son expertise de terrain.

Professionnalisation et droits de l’homme : quand les sphères économiques et institutionnelles s’en mêlent

  • 22 . Département de la Commission européenne dédié à la gestion de l’aide au développement de l’Union (...)

41Comme d’autres organisations de solidarité internationale, Caritas Maroc a dû aligner ses moyens financiers sur l’élargissement de son action. Église du Sud, elle est sous « perfusion » des Églises du Nord et le réseau Caritas constitue son principal financeur. Elle s’est donc tournée depuis 2009 vers les bailleurs internationaux de l’aide au développement, notamment EuropeAid22et la Coopération Suisse.

  • 23 . EuropeAid, Appel à propositions restreint 2011-2012, Référence : EuropeAid/131088/C/ACT/Multi

42Caritas Maroc a bénéficié de trois financements EuropeAid, dont le dernier pour la période 2013-2015, en réponse à l’appel à propositions restreint du « Programme thématique de coopération avec les pays tiers dans le domaine des migrations et de l’asile de 2011-2012 » de l’Union Européenne, dont l’objectif général est d’« aider les pays tiers à mieux gérer les flux migratoires sous tous leurs aspects23 », selon cinq axes : « favoriser les liens entre migration et développement, encourager une gestion efficace de la migration de travail, lutter contre l’immigration irrégulière et faciliter la réadmission des immigrés irréguliers ; protéger les droits des migrants ; protéger les migrants contre l’exploitation et l’exclusion et soutenir la lutte contre la traite des êtres humains ; promouvoir l’asile et la protection internationales des réfugiés ». En cohérence avec la politique migratoire européenne actuelle d’externalisation des frontières, « le programme est essentiellement centré sur la migration vers l’Union européenne » et s’adresse prioritairement aux pays classées « à haut risque migratoire » par l’UE.

  • 24 . Clarke, G., « Les dangers de l’implication : donateurs bilatéraux, organisations confessionnelles (...)

43Le lien entre les stratégies du Département de la Commission européenne et celles des États européens n’est plus à démontrer. Dans le système actuel de l’aide humanitaire, « les politiques nationales et les engagements gouvernementaux ont eu des répercussions substantielles sur les donateurs et leurs relations avec les organisations confessionnelles et les autres organisations de la société civile » (Clarke, 2013, p.3)24. Cette approche basée sur le respect des droits dans les nouveaux pays d’accueil, encouragé par EuropeAid est en droite ligne avec le souhait de l’Union Européenne, comme le confirment régulièrement les déclarations de représentants politiques des pays membres, et s’inscrit dans sa stratégie actuelle de gestion des migrations qui consiste à externaliser les frontières de l’Union Européenne et se poser comme défenseur des droits de l’homme dans les nouveaux pays d’accueil.

  • 25 . Claire Short, ministre britannique du développement international entre 1997 et 2003.

44Les bailleurs gouvernementaux et internationaux sont tout à fait conscients du rôle de légitimation que peuvent jouer les ONG confessionnelles dans leur « politique humanitaire » et recherchent activement leur participation : « Les groupes confessionnels doivent aller au-delà de la charité … relever le défi d’embrasser des ambitions plus élevées, de convaincre des pays de soutenir les bonnes politiques, de dépenser l’argent à bon escient. » 25(Claire Short, 2002 in Clarke, ibid., p.6). Pour Sylvie Brunel, c’est le résultat d’une stratégie des gouvernements et donc des bailleurs internationaux, de « remplacement de la protection sociale publique par la charité privée » qui aurait un objectif double : maintenir des États faibles au Sud et « tenir les pauvres à distance » (Brunel, 2005). Le recours privilégié des bailleurs aux Services d’Église s’expliquerait par le fait qu’ils n’aient « aucun projet de contestation sociale et gèrent le monde tel qu’il est » (Brunel, 2005).

45En réalité, comme expliqué plus haut, l’action sociale de l’Église a connu un changement de paradigme : s’attaquer aux injustices sociales à la racine plutôt que de fournir des soins palliatifs inopérants sur le long terme est désormais l’objectif de plusieurs ONG confessionnelles. Mais le risque d’une dépendance envers un bailleur qui constitue une partie prenante évidente dans le débat concerné par l’action de Caritas est de devenir « le bras droit du libéralisme et [de] s’oppose[r] aux mouvements altermondialistes porteur d’un projet d’avenir » (Brunel, 2005) que l’Église porte également. D’autant que si l’on compare la situation de l’aide aux migrants dans plusieurs pays du Maghreb, il semble que les bailleurs aient opté pour une stratégie de « sous-traitance » aux acteurs chrétiens, probablement pour des raisons déjà citées, comme leur devoir de réserve dans ces contextes particuliers ou leur approche principalement caritative, qui ne constitue aucune menace pour l’ordre établi.

46Face à la concurrence entre les organisations de solidarité, la course au financement est dangereuse pour les organisations confessionnelles et constitue certainement un obstacle au développement d’une nouvelle forme d’action sociale, en rupture avec le système actuel qu’elles critiquent dans la mesure où les bailleurs internationaux « sont de ce fait enclin à les considérer comme des instruments, par exemple comme des sous-traitants … (et) cherchent également à serrer la bride des organisations confessionnelles qui reçoivent des financements directs, ce qui a pour effet de garantir une forte convergence politique » (Clarke, 2013, p. 10).

47L’exemple de Caritas Maroc nous montre de quelle façon les contraintes en rapport avec la conditionnalité du financement des bailleurs induisent non seulement une convergence des modèles d’organisation et d’intervention à travers l’uniformisation des pratiques mais également des valeurs et des causes défendues par les organisations. En effet, les organisations confessionnelles observent « en raison de la technicité de la question et des discours dominants en vigueur, une laïcisation et une professionnalisation du personnel et de leurs mouvements »(Mabille, ibid., p.51) mais également une sécularisation de leur discours « où le référent théologique vient en dernier, dans un usage purement interne et s’inscrit lui-même dans un pluralisme des représentations religieuses » (ibid.)

48Caritas Maroc tente de concilier les normes des bailleurs et les valeurs propres au catholicisme en mélangeant les registres afin de satisfaire toutes les contraintes : registre de la défense des droits de l’homme, registre des personnes exclues et marginalisées (qui implique une démarche d’accompagnement), registre de l’« option préférentielle pour les plus pauvres » (qui implique de centrer l’action sur l’assistance matérielle d’urgence pour les plus démunis) mais l’acceptation de fonds de l’agence européenne constitue une contradiction avec les valeurs du « développement intégral » et des droits humains que prône l’Église, dans la mesure où elle participe à la politique ambivalente de l’UE qui externalise ses frontières et transpose la responsabilité du non respect des droits humains au pays du Sud de le Méditerranée, et ne permet pas de mettre l’accent sur le plaidoyer pour un système migratoire européen plus juste (et non uniquement sur le respect des droits des migrants) auprès de ces mêmes instances.

49Cependant, dans ce contexte de forte concurrence, ces financements peuvent également être considérés comme stratégiques, à partir du moment où Caritas est consciente de cette contradiction et met en place une stratégie alternative, comme elle l’a initié avec le plaidoyer informel, de terrain ou le plaidoyer en réseau.

Un projet collectif en perpétuelle recomposition pour concilier contraintes externes et valeurs internes

50La mobilisation des acteurs confessionnels auprès des migrants dans les pays du Sud de la Méditerranée est le fruit de facteurs multiples internes et externes, volontaires ou subits : position sur les trajectoires migratoires, ancrage dans les communautés, devoir d’accueil du frère étranger, défaillance de l’État et de la société civile locale et exhortations des bailleurs.

51Toutes ces composantes s’articulent de façon complexe autour de l’action de Caritas Maroc qui a dû transformer en profondeur son fonctionnement et repenser son projet d’action sociale à la lumière de cette équation. Son identité de Service d’Église l’a naturellement orienté au départ vers un registre d’« option pour les plus pauvres », qui lui garantissait une légitimité vis-à-vis des autorités marocaines. Mais progressivement, la dégradation du contexte migratoire marocain et la stratégie du bailleur européen l’ont poussé vers un registre d’action davantage axé sur les droits et l’assistance aux personnes exclues et marginalisées. Registre qu’elle peut difficilement assumer dans la mesure où son silence est gage de pérennité vis-à-vis des autorités marocaines et où la principale cible d’un plaidoyer pour le respect des droits des migrants est aussi un de ses bailleurs principaux !

52Ces contraintes poussent Caritas Maroc vers une stratégie de conciliation des intérêts des différents acteurs institutionnels et gouvernementaux de la gestion des flux migratoires, qui sert peut-être davantage l’intérêt des acteurs politiques et institutionnels que celui des migrants sur le long terme, et lui donne un rôle d’acteur à part entière de la politique migratoire européenne.

53Pourtant, il ne faut pas sous-estimer la démarche active et les logiques internes de Caritas Maroc qui malgré les contraintes, tente de façonner une stratégie qui la rapproche de la vision du développement intégral et de la défense des droits de l’homme au sens d’une remise en question du système actuel. Comme beaucoup d’ONG confessionnelles, elle s’interroge sur son projet collectif et sur le positionnement à tenir vis-à-vis des différentes parties du système humanitaire et il est fort probable qu’elle continue de développer une approche mixte qui combine réponse d’urgence pour les plus vulnérables et promotion des droits pour plusieurs raisons : ses valeurs et sa mission d’origine d’aide aux plus démunis lui dictent de conserver un volet de réponse aux besoins élémentaires d’autant que peu d’acteurs sont encore mobilisés sur ce terrain : « il y avait la volonté de ne pas faire d’assistance et plus de l’accompagnement, mais après il y a la réalité avec toutes les urgences » (Directeur de Caritas Maroc, 2013). D’autre part, le contexte politique pose certaines limites au développement d’activités d’intégration (forte mobilité des bénéficiaires, arrestation et reconduite à la frontière). Toute la difficulté sera de trouver l’équilibre entre la « politisation » de son action qui d’une part peut nuire à ses valeurs et à son projet, la substitution au gouvernement marocain (dans la mesure où elle ne peut pas directement l’impliquer dans une démarche de renforcement des capacités ou même de sensibilisation au respect des droits des migrants) et l’atteinte de ses propres objectifs, à savoir un monde plus juste et respectueux de la dignité humaine.

54Néanmoins, cet article se base sur un contexte qui a depuis déjà beaucoup évolué. Depuis septembre 2013, le Roi du Maroc a pris position et a donné des instructions et des directives au gouvernement pour la mise en place d’une « nouvelle politique migratoire » répondant aux standards internationaux en matière de droits humains. Un projet de loi sur l’asile et un autre sur la lutte contre la traite humaine ont été rédigés et déposés au Secrétariat du gouvernement avant examen et approbation au Parlement, un projet de loi sur l’immigration est en cours d’écriture pour remplacer la loi 02/03, une campagne de régularisation de certaines catégories de migrants se déroule depuis janvier 2014 jusqu’à décembre 2014, une circulaire ministérielle autorise désormais l’inscription dans les écoles des enfants migrants subsahariens et une douzaine de conventions de financements a été accordée à des ONG et au Croissant Rouge par le Ministère des résidents à l’étranger et des affaires migratoires.

55L’État marocain reconnait d’une part le phénomène d’installation durable des migrants et leurs besoins d’intégration et affine son analyse des flux migratoires en distinguant de nouvelles catégories de migrants. En contrepartie de cette nouvelle politique, les autorités marocaines ont resserré la surveillance de leurs frontières et la répression policière pour empêcher l’arrivée de nouveaux migrants et le passage vers l’Europe.

56Dans ce contexte changeant, l’approche de Caritas Maroc est en perpétuelle évolution. Confirmée par les engagements politiques du pays dans la dynamique d’accompagnement à la socialisation et à l’insertion des migrants, ses activités visant l’amélioration de la situation des bénéficiaires sur le long terme devraient être renforcées. Si l’on reprend l’exemple de l’accès à l’éducation, l’inscription des enfants dans le système marocain étant acquise, Caritas Maroc devrait s’orienter vers des activités de suivi des enfants scolarisés afin de prévenir l’échec et l’exclusion par exemple. Mais cela reste également conditionné au développement des capacités des partenaires pour la prise en charge de l’accueil d’urgence. Son plaidoyer pourrait également s’orienter davantage vers l’intégration suite à l’étude qu’elle financera cette année sur les trajectoires d’intégration des migrants subsahariens au Maroc et qui devrait être rendue publique à la fin de l’opération de régularisation, fin 2014, et peut-être servir à un plaidoyer pour l’élargissement de la loi sur l’immigration ?

57Finalement, Caritas Maroc, au même titre que les ONG non confessionnelles, doit jongler avec les intérêts. divergents des acteurs de l’aide humanitaire (gouvernements, bailleurs, ONG, société civile et bénéficiaires). Ce phénomène est certainement à mettre en lien avec la « décentralisation » de l’Église catholique et l’autonomie des Services d’Église qui mobilisent eux-mêmes des ressources, formulent leurs actions et gèrent leurs projets. Pour François Mabille, « cette « Église-monde » se caractérise aujourd’hui par l’absence d’une autorité supérieure contraignante, et à ce titre présente de profondes similitudes avec ce qui s’observe par ailleurs entre les sphères publiques et les acteurs associatifs non confessionnels autour des mêmes problématiques » (Mabille, 2002, p. 51). Elles doivent apprendre, à leur tour, à essayer de préserver leurs principes tout en s’intégrant à un système de plus en plus normé.

58Les ONG confessionnelles, dont Caritas Internationalis, ont été les premières à agir et à défendre les droits de l’homme, notamment auprès des Nations Unies, où elles occupent une place importante, « bénéficiant généralement de crédibilité et d’une certaine respectabilité qui permettent d’accroître leur rôle et influence, les ONG confessionnelles ont des responsabilités correspondantes à assumer dans la promotion et la protection des droits de l’homme. » (Marie, 2007, p.52). C’est en se fondant sur leurs valeurs et leur lecture du monde, « en cultivant cette spécificité et en coopérant étroitement en réseau » (ibid.) qu’elles pourront réellement apporter leur contribution au développement des droits de l’homme, et dans ce cas, des migrants subsahariens.

Haut de page

Bibliographie

Association Marocaine d’Études et de Recherche sur les Migrations, 2009, De l’Afrique subsaharienne au Maroc: les réalités de la migration irrégulière. Résultats d’une enquête socio-économique, Rabat.

Berriane M., De Haas Hein, 2012, « Nouvelles questions pour un travail de recherche innovant sur les migrations africaines », in Berriane Mohamed, De Haas Hein (dir.), Les recherches sur les migrations africaines, méthodes et méthodologies innovantes, Paris, L’Harmattan, p. 248.

Brunel Sylvie, 2005, Conférence « Religion et humanitaire », IEP de Paris.

Cardinal Óscar Andrés Rodríguez Maradiaga, Président de Caritas Internationalis, 2012, Rapport annuel 2012, http://www.caritas.org/fr/qui-sommes-nous/rapports-annuels-de-caritas/

Clarke Gérard, 2013, « Les dangers de l’implication : donateurs bilatéraux, organisations confessionnelles et développement international », Revue internationale de politique de développementOnline, 4/2013,http://poldev.revues.org/1313

Courtin Christophe, 2006, « Les ONG confessionnelles chrétiennes sur la scène internationale : quelles motivations », 113-122, in K. Blanchet et B. Martin (dir.), Critique de la raison humanitaire, Paris, Le Cavalier Bleu.

De Haas Hein, 2008, « Migration irrégulière d’Afrique occidentale en Afrique du Nord et en Union européenne : une vue d’ensemble des tendances générales », série Migration research de l’OIM, n°32.

Etienne Agathe et Picard Julie, 2012,« Réfugiés et migrants subsahariens en transit au Caire : le monopole chrétien de l’assistance», A contrario, 2012/2 n° 18, p. 61-77.

Fargues Philippe, 2009, « Work, Refuge, Transit: An Emerging Pattern of Irregular Immigration South and East of the Mediterranean », International Migration Review, vol.43, n°3, p. 544-577.

Freyss Jean, 2004, « La solidarité internationale, une profession : ambivalences et ambiguïtés de la professionnalisation », Revue Tiers Monde, t. XLV, n°180, octobre-décembre.

Mabille Françoise, 2002, « L’action humanitaire comme registre d’intervention de l’Église catholique sur la scène internationale, l’exemple du CCFD », Genèses, 2002/3 n° 48, p.30-51.

Marie Jean-Baptiste., 2007, « Les ONG confessionnelles aux Nations Unies et la défense des droits de l’homme », in Duriez B., Mabille F. et Rousselet K. (dir.), Les ONG confessionnelles, Religions et action internationale, Paris, L’Harmattan.

Martínez Laura Feliu, 2012, « Les migrations en transit au Maroc. Attitudes et comportement de la société civile face au phénomène », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, URL : http://anneemaghreb.revues.org/611.

Mellon Christian, 2013, « Immigration : quels fondements pour une parole des chrétiens ? », Migrants et migrations, Ceras revue Projet, janvier,
URL: http://www.doctrine-sociale-catholique.fr/index.php?id=7027

Ntang Jean-Louis et Peraldi Michel, 2011,« Un ancrage discret, l’établissement des migrations subsahariennes dans la capitale marocaine », in Peraldi M. (dir.), D’une Afrique à l’autre : migrations subsahariennes au Maroc, Paris, Karthala.

Paul VI, 1967, Lettre encyclique PopulorumProgresio, Lyon, Apostolat des éditions.

Perrin Delphine, 2008, «L’étranger rendu visible au Maghreb - La voie ouverte à la transposition des politiques juridiques migratoires européennes », REVUE Asylon(s), N°4, mai, Institutionnalisation de la xénophobie en France,
http://www.reseau-terra.eu/article770.html

Quéinnec Erwan, 2003,« La performance opérationnelle des ONG humanitaires : une analyse en termes d’enjeux institutionnels », Tiers-Monde, tome 44, n°175, p. 657-682

Jean-Paul II, 1995, Conférence épiscopale d’Allemagne, mars, Documentation catholique, 7 mai 95, p. 453.

—, 1997, Message pour la journée mondiale des Migrants.

Verger Chantal, 1990, Micro-réalisations et développement : analyse de l’approche du Secours catholique, Thèse de doctorat, Université de Picardie.

—, 1995, Pratiques de développement, l’action des chrétiens et des Églises dans les pays du Sud, CCFD- Karthala, 237 p.

Verna Gérard, 2007, « Le comportement des ONG engagées dans l’aide humanitaire : selon leur culture d’origine et les pressions politiques subies », Anthropologie et Sociétés, vol.31, n°2, p. 25-44.

Zeghbib Hocine, 2009, « Droit et migrations au Maghreb : au cœur de la fabrique »,  in Bensaâd A. (dir.), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes : Immigration sur émigration, Paris, Karthala.

Rapports d’activités des centres,
compte rendus des réunions d’équipes et réunions du Comité de direction du Projet Migrants.

Haut de page

Notes

1 . Sur le « paradoxe structurant » de la politique migratoire de l’UE sur celle du Maroc et la conception instrumentale du droit, voir Zeghbib (2009).

2 . voir Perrin (2008.)

3 . Étienne et Picard (2012, p. 61-77).

4 . Ibid.

5 . Grabska Katarzina, 2006, Who Asked Them Anyway? Rights, Policies and Wellbeing of Refugees in Egypt, Forced Migration and Refugee Studies, the American University in Cairo.

La « needs-based appproach » qui consiste à soulager et couvrir les besoins matériels urgents s’inscrit dans une optique caritative visant à alléger les souffrances des pauvres, par opposition à la « rights-based approach » qui s’inscrit dans une approche de long terme et d’autonomisation visant à atténuer les inégalités structurelles. Cette opposition rejoint celle de charité et développement.

6 . Id.

7 . Entretien, Directeur Caritas Maroc, 18 avril 2013

8 . Le laïcat est la collectivité des laïques. Est considéré comme laïque, toute personne qui n’est membre ni du clergé, ni d’un ordre monastique.

9 . Le Vatican veut réaffirmer l’identité chrétienne des Caritas, mai 2011, Site internet du Secours Catholique : http://www.secours-catholique.org/actualite/le-vatican-veut-reaffirmer-l-identite-chretienne-des,9399.html?date=1976-12

10 . La complexité de l’articulation entre les budgets de chaque diocèse (Rabat, Tanger, Casablanca) et le budget de Caritas Maroc qui ne porte en réalité que le projet de « Promotion du respect des droits des migrants subsahariens » ne permet pas de donner la proportion exacte. Au niveau du diocèse de Rabat, le CAM de Rabat représentait jusqu’à janvier 2014 une part égale à la somme de l’appui apporté à la société civile et l’opération « P’tits Cœurs ». Début 2014, Caritas Rabat a dû reprendre le Service Accueil Migrants de Casablanca, précédemment soutenu par Jesuit Refugee Service, portant ainsi la part de son budget consacré à l’aide aux migrants à près des deux tiers. Les chiffres concernant le budget du diocèse de Tanger ne sont pas disponibles à mon niveau.

11 . http://www.caritas.org/fr/qui-sommes-nous/vision/

12 . Ce point a considérablement évolué depuis le lancement de « la nouvelle politique migratoire » de l’État marocain fin 2013. Le gouvernement s’affiche comme ouvert au dialogue et à la concertation avec la société civile sur le sujet de la migration subsaharienne. Depuis l’été 2014, plusieurs appels à projet lancés par le Ministère chargé des marocains résidant à l’étranger et des affaires migratoires et par le Ministère de l’Education nationale ont abouti à la concrétisation de projets d’associations dans le domaine de la migration. Un nouveau centre d’accueil pour les migrants « similaire » à celui de Caritas Rabat devrait être ouvert cet été par une association très proche du Makhzen.

Dans cette nouvelle dynamique de reconnaissance de la société civile, le Gadem a obtenu dès l’automne dernier son récépissé et se trouve propulsé « représentant privilégié » de la société civile sur tous les sujets et dans toutes les instances.

Face à ce nouveau positionnement du gouvernement, l’inquiétude pourrait à l’avenir porter davantage sur la perte d’indépendance du secteur associatif impliqué en soutien aux migrants que sur des entraves directes des autorités.

13 . Indice statistique composite créé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en 1990 pour évaluer le niveau de développement humain des pays du monde, l’Indice de Développement Humain se fonde sur trois critères majeurs : l’espérance de vie à la naissance, le niveau d’éducation, et le niveau de vie.

14 . Avec l’ouverture du dialogue par l’État sur la migration subsaharienne, la société civile ose davantage conduire des discours ciblés. Récemment, plusieurs associations se sont impliquées dans une campagne de sensibilisation directement antiraciste : « Je ne m’appelle pas Azzi », lancée le 21 mars 2014, au lendemain de l’annonce de l’opération de régularisation.

15 . Au niveau international, le Maroc a ratifié la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale (ratifiée en 1970), le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (ratifié en 1979), la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (ratifié en 1979), la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (ratifiée en 1993), la Convention relative aux droits de l’enfant (ratifiée en 1993), la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille (ratifiée en 1993), la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées (ratifiée en 2007) et la Convention relative aux droits des personnes handicapées (ratifiée en 2009). Ces neufs textes internationaux ont été ratifiés mais également publiés au Journal Officiel et à travers la Constitution, leur primauté sur le droit national a été reconnue.

16 . Élaborée suite aux attentats de Casablanca, parallèlement à la loi n°03-03 sur le terrorisme, la loi n°02-03 criminalise la migration irrégulière tout en formulant quelques mesures protectrices (procédure de reconnaissance du statut de réfugié, notification, droit à un avocat, recours, protection des mineurs et femmes enceintes contre le refoulement, ...)

17 . À l’automne 2005, plusieurs centaines de migrants dont des demandeurs d’asile, principalement subsahariens, tentent de franchir les murs de grillage qui les séparent de Melilla et Ceuta. Débordées, les polices espagnoles et marocaines tirent, entraînant des morts et de nombreux blessés.

18 . http://www.caritas.org/fr/qui-sommes-nous/vision/

19 . Parallèlement à la « nouvelle politique » migratoire, la recrudescence des violences aux frontières et une pratique sécuritaire nouvelle – le déplacement forcé, notamment vers Rabat, des migrants arrêtés autour des enclaves espagnoles – a poussé Caritas Maroc, au 1er semestre 2014, à sortir du cadre unique de « plaidoyer informel et en réseau » qu’elle s’était fixé pour mener un plaidoyer intensif et direct sur le sujet hyper sensible de la violence policière.

20 . La Plateforme Protection Migrants réunit plusieurs associations autour de la thématique du soutien aux migrants irréguliers. C’est à la fois un réseau de coopération opérationnelle et un outil de production et de diffusion d’une expertise sur les droits et la protection des migrants au Maroc.

21 . LoujnaTounkaranke est un projet régional initié par La Cimade qui vise la promotion du respect des droits des migrants subsahariens.

22 . Département de la Commission européenne dédié à la gestion de l’aide au développement de l’Union Européenne

23 . EuropeAid, Appel à propositions restreint 2011-2012, Référence : EuropeAid/131088/C/ACT/Multi

24 . Clarke, G., « Les dangers de l’implication : donateurs bilatéraux, organisations confessionnelles et développement international », Revue internationale de politique de développementOnline, 4/2013.

25 . Claire Short, ministre britannique du développement international entre 1997 et 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Robin, « Entre Église catholique, bailleur européen et Gouvernement marocain, l’action de Caritas Maroc auprès des migrants subsahariens  », L’Année du Maghreb, 11 | 2014, 173-193.

Référence électronique

Julie Robin, « Entre Église catholique, bailleur européen et Gouvernement marocain, l’action de Caritas Maroc auprès des migrants subsahariens  », L’Année du Maghreb [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/2302

Haut de page

Auteur

Julie Robin

Cet article a été rédigé dans le cadre du master effectué au sein de l’université Paris-Descartes, Laboratoire CEPED, sous la direction de Lama Kabbanji (UMR 196, Ined-IRD, Paris-Descartes).

Haut de page