Navigation – Plan du site
Éditorial : Villes, urbanités... et citoyenneté

Éditorial : Villes, urbanités... et citoyenneté

Frédéric Abécassis et Katia Boissevain
p. 3-7

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . De Certeau Michel, 1990, L’Invention du quotidien, vol.1, Arts de faire, Paris, Gallimard.

1Cette livraison du premier semestre de l’année 2015 de L’Année du Maghreb est tout entière consacrée au dossier porté depuis dix-huit mois par Saïd Belguidoum, Raffaele Cattedra et Aziz Iraki, avec une énergie, une constance et une rigueur intellectuelle qu’il convient de saluer. Leur appel à contribution, paru en janvier 2014, est certainement celui qui a suscité le plus de réactions de toute l’histoire de la revue. Sans doute faut-il y voir une preuve de l’intérêt de la question, du dynamisme de la recherche dans ce champ, mais aussi de l’acuité des problèmes posés par la transition urbaine en cours au Maghreb. Sur la soixantaine de propositions d’articles qui nous sont parvenues, une petite dizaine seulement trouve son aboutissement dans une publication de ce dossier. C’est dire combien la sélection assumée par le comité éditorial est loin d’épuiser le sujet, combien aussi elle fut délicate à opérer. Nous avons d’emblée écarté toutes les propositions dont les problématiques relevaient de l’aménagement urbain, d’une vision « par le haut » de la planification urbaine, pour mieux partir à l’écoute de ce qui fait la ville au quotidien, des pratiques d’acteurs déployées dans la ville, qui permettent de se sentir ou de se dire de la ville. Non que les questions de la fabrique urbaine, du financement de la construction, du zonage ou de l’urbanisme et de leur caractère imposé ou négocié soient inopérantes ou caduques, au contraire. Elles pourront trouver toute leur place dans les prochaines livraisons de la revue et dans ses varia. Mais ces modes d’intervention qui sont l’apanage des praticiens de la ville nous ont paru devoir être revisités à la lumière des modes d’appropriation de la ville par ceux qui sont appelés à en être, selon la belle formule de Michel de Certeau, les pratiquants1. De l’ambivalence des identités résidentielles aux effets dirimants de la consommation ; de l’émeute comme mise en scène du chaos à l’élargissement de l’éventail des formes de la protestation ; de l’émergence d’espaces publics à celle de modes de vie urbains spécifiques, l’univers des signes par lesquels se disent et se lisent les villes est aussi le lieu où s’exprime l’exigence de nouvelles citoyennetés, déclinées du quartier à l’espace mondialisé, en passant par toutes les échelles de l’accès au politique.

Vous avez dit Maghreb ?

2La question, un brin provocante, a émergé au sein du comité éditorial de la revue, à l’occasion des débats sur le précédent dossier : « Dynamiques religieuses sur les routes de la migration ». Elle renvoyait à la question pratique, mais récurrente, des textes que nous sommes prêts à accepter, des limites et des frontières que nous posons à notre objet Maghreb, de leur pertinence et de leur légitimité. Cette question repose aussi sur le constat des déséquilibres entre les traditions académiques propres à chaque État et aux études disponibles sur chacun d’eux, qui font ressortir autant de points aveugles : sur les soixante propositions de ce dossier, 28 concernaient l’Algérie, 17 le Maroc, 10 la Tunisie, 2 la Mauritanie et aucune la Libye. Deux se voulaient transversales aux différents pays du Maghreb, et une dernière partait du bilan des politiques françaises de la ville en vue d’un transfert de compétence au Maroc. S’il n’est pas réduit aux grandes capitales, c’est tout de même un Maghreb bien resserré autour du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie qui est présenté au final dans ce numéro ; et un Maghreb à géométrie bien variable qui apparaît au fil des propositions et même de nos différentes livraisons, puisque les routes de la migration traversant le Maghreb étendaient leurs ramifications du Burkina Faso à l’Égypte et au Liban.

3Ces questions sur l’objet d’étude renvoient à l’identité même de la revue, à sa place dans le champ académique et au débat propre aux sciences sociales depuis les années 1960 entre « aires culturelles » et approches disciplinaires. C’est ainsi qu’en marge du travail éditorial, Isabelle Grangaud a proposé autour de cette question : « vous avez dit Maghreb ? » un séminaire « expérimental », co-animé à la Maison méditerranéenne des Sciences de l’homme par Katia Boissevain et Sylvie Mazzella. L’Année du Maghreb ne saurait oublier qu’elle s’est longtemps appelée Annuaire de l’Afrique du Nord, dont l’évolution à travers les âges, « des indépendances à la globalisation » a pu être analysée (Alain Roussillon, 2000) comme « la routinisation du travail de deuil de la colonisation ». L’’expression « Afrique du Nord » marquait indéniablement la

  • 2 . Roussillon Alain, 2000, « L’Annuaire de l’Afrique du Nord à travers les âges. Des indépendances à (...)

« permanence d’une aire de référence qui évoque le souvenir et porte la marque, dans sa désignation même, de l’empire colonial français, malgré quelques « excursions », sporadiques, à partir des années quatre-vingt, en direction de l’Égypte – qui, après tout, fait partie de l’Afrique du Nord – ou de l’islam en France, plus ou moins explicitement saisi comme une extension de l’islam maghrébin, ou encore à l’occasion de dossiers thématiques « transversaux », dans une perspective comparative « Maghreb/Machreq » dont je reviendrai sur les présupposés. L’Algérie, le Maroc et la Tunisie sont d’emblée « membre de droit » des sommaires de l’Annuaire qui consacre, dès le volume III-1964, une chronique distincte à leurs relations, bientôt suivis par la Libye (1965), et c’est seulement en 1975 (vol. XIV) que la Mauritanie fait son apparition, suivie à partir de 1977 par le Sahara occidental. »2

4De façon significative, et sans que nous en ayons eu forcément bien conscience, le volume IX de 2013 est le dernier, après le changement de nom de la revue en 2004, à appréhender le Maghreb comme une entité géopolitique. Les « besoins d’histoire », les « dynamiques religieuses sur les routes de la migration », l’urbanisation, l’approche critique du « droit musulman », les liens entre musique et exil, l’exercice du journalisme pour les dossiers passés ou en cours, les enjeux de la régionalisation, de la santé et des droits sexuels et reproductifs, ou de la « question berbère » parmi les dossiers envisagés apparaissent au contraire sans territorialisation prédéfinie. L’Année du Maghreb entend traiter à travers ces dossiers de phénomènes qui ne sont pas propres au Maghreb. Ce faisant, sa démarche, et ce qui pourrait apparaître comme une ligne éditoriale, consiste à la fois à banaliser et à spécifier cet espace : banaliser au sens où elle l’inscrit dans une globalisation qui le dépasse largement en traitant de phénomènes mondialisés ou liés à un espace transnational, comme l’extension des hypermarchés, le développement d’un référentiel se réclamant d’un droit musulman ; spécifier au sens où il s’agit de partir à la recherche de modes particulier d’action, de réaction ou de régulations face à ces phénomènes globalisés, dont certains pourraient apparaître comme des formes de spécificité ou « d’exception maghrébine ». Le Maghreb n’est pas une donnée figée et encore moins un espace politique (il suffit d’aller sur le site internet de l’Union du Maghreb arabe pour constater que la dernière « actualité » du site remonte à 2013 dans la version française et à mai 2014 dans sa version arabe !) ; tout au plus un horizon occidental, un construit culturel en gestation permanente, un miroir du monde tel qu’il va – mais un miroir singulièrement réfléchissant. C’est ainsi en tout cas que la rédaction entend l’appréhender dans les livraisons qui viennent. Faut-il pour autant, dans le tumulte des « printemps arabes », des « hivers islamistes », dans le chaos de la guerre civile libyenne, parler, quinze ans après Alain Roussillon, de « routinisation du travail de deuil du Grand Maghreb ? » Animée par « l’optimisme de la volonté », notre pratique de chercheurs en sciences sociales nous inviterait plutôt à penser que le Maghreb pourrait bien être, dans son indétermination même, un des lieux où s’inventeront des manières de s’inscrire dans des environnements multiscalaires, un creuset des citoyennetés du xxie siècle.

Guerre et sciences sociales

5En ce premier numéro de l’année 2015, comment échapper à l’actualité et ne pas évoquer les attentats de Charlie Hebdo et du supermarché cacher de Paris en janvier, celui du musée du Bardo à Tunis en mars ? Comment ne pas percevoir les échos de la guerre en Irak, au Sinaï, en Syrie, au Yemen et en Libye, ne serait-ce que par l’engagement sur ces terrains de jeunes gens issus des sociétés du Maghreb – dans l’acception la plus large d’un espace qui s’étendrait du Mali à l’Europe du Nord ? Comment ignorer enfin que ce premier semestre 2015 détient déjà le triste record du nombre de migrants noyés en Méditerranée ?

6Le temps de l’actualité et celui des sciences sociales ne sont pas les mêmes et la réactivité d’une revue scientifique peut paraître bien lente au regard des enjeux du présent. Il semble pourtant que l’onde de choc qui se propage de part et d’autre de la Méditerranée ne se limite pas à l’impact économique de la baisse de fréquentation touristique au Maghreb. Les effets post-attentats viennent nourrir une méfiance préexistante, qui enfle à l’intérieur des sociétés au nord comme au sud de la Méditerranée et entre ces deux rives. En France, et dans une moindre mesure aux Pays Bas et en Finlande, les enfants et petits-enfants d’immigrés, musulmans de pratique, de tradition ou d’assignation, sont implicitement ou explicitement sommés, une fois de plus, de donner des gages de leur attachement et de leur appartenance à leur pays, tandis qu’au sud, avec la multiplication des attentats et arrestations d’individus qualifiés de « terroristes », des voix commencent à dire plus haut que par le passé la crainte d’un scénario qui rappellerait la décennie noire en Algérie.

7Les « printemps arabes » sont passés par là et leur souffle d’espoir est retombé. Certains des salafistes tunisiens qui ont pu partir en Syrie, fomenter l’attentat du Bardo ou s’en réjouir, ne l’étaient pas forcément au début de la Révolution. Et comme le propose Alain Bertho, les éléments de compréhension sont peut-être plus à trouver dans un processus « d’islamisation radicale de la révolte » que dans un radicalisme islamique. C’est à dire, que « La vérité de leurs mobiles et de leur pensée ne doit pas tant être cherchée dans la théologie, de l’Islam en général ou du wahhabisme en particulier, mais bien dans la cohérence contemporaine des propositions politiques qu’ils portent. »3 Ainsi, pour ne prendre que cet exemple, les destructions de sites archéologiques opérées par Daech doivent-elles être lues comme une volonté d’abolition du passé anté-islamique, une énième répétition de la lutte contre l’adoration des idoles, ou bien plutôt comme une forme de révolte radicale et nihiliste contre les politiques patrimoniales universalisantes qui ont servi d’assise à une économie du tourisme du milieu du xixe à la fin du xxe siècle ?

  • 4 . Jacques Rancière, 1992, Les Mots de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Seuil.
  • 5 . Jacques Commaille et Françoise Thibault (dir.), 2014, Des sciences dans la Science, Paris, Allian (...)

8Au-delà de l’écart entre l’effet de sidération et la prise de recul nécessaire à un discours de vérité, force est de constater que la violence et la science ne font pas bon ménage. L’établissement de vérités, selon le mot de Jacques Rancière, « lisibles pour tous et enseignables à tous »4 nécessite un long et patient travail de médiation peu compatible avec les violences du quotidien, infligées ou subies, les peurs, les anathèmes ou les autocensures. Les sciences de la société et les arts de la médiation jouent dans ce contexte aussi bien leur existence que leur légitimité. Les sciences humaines et sociales s’inscrivent « dans une certaine idée de la science, comme projet d’élucidation de l’homme, de la société et du monde, sans distinction d’ordre ni de dignité, à partir d’une commune exigence de méthode, de critique et de progrès, au service d’une commune ambition de savoir, mais aussi d’utilité sociale »5 (Jacques Commaille et Françoise Thibault, 2014). Face aux poussées de violence, aux injonctions, aux traumas, aux ripostes sans fin ou aux replis défensifs, elles doivent s’efforcer de raison garder ; parce que leur rôle, au-delà des souffrances et du tumulte du moment, est aussi de produire du sens, de bâtir des registres d’analyse dans lesquels chacun puisse imaginer un avenir possible où il pourrait se sentir reconnu et représenté. Le Maghreb ne peut plus faire figure de territoire de l’altérité, au même titre que « les SHS sont des sciences de l’intelligibilité du monde, leurs objets des laboratoires où s’expérimentent des techniques et des méthodes qui peuvent être transposées ailleurs. » (Ibid.).

9L’enjeu d’une aventure éditoriale comme celle de L’Année du Maghreb est d’ouvrir à une meilleure compréhension de cette région du monde, d’élargir le cadre de nos représentations du Maghreb et de la Méditerranée. En prise avec le contemporain, notre revue ne saurait porter la nostalgie d’un espace pacifié, d’une Méditerranée pour touristes européens en mal de sens ; elle doit inlassablement se mettre en quête d’une co-production de sens avec des acteurs s’inscrivant dans une commune contemporanéité. Cela suppose, certes, d’engager des politiques volontaristes de recherche, mais aussi que ne soient pas tuées, dans les violences du temps, le désir et la possibilité de les conduire, de part et d’autre...

Haut de page

Notes

1 . De Certeau Michel, 1990, L’Invention du quotidien, vol.1, Arts de faire, Paris, Gallimard.

2 . Roussillon Alain, 2000, « L’Annuaire de l’Afrique du Nord à travers les âges. Des indépendances à la globalisation : routinisation du travail de deuil de la colonisation », Annuaire de l’Afrique du Nord, Vol. 37, Centre national de la recherche scientifique, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) (éds.), Paris, Éditions du CNRS, p. 529-538.

http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1998/Pages/AAN-1998-37_01.aspx.

3 . http://blogs.mediapart.fr/blog/alain-bertho/130515/une-islamisation-de-la-revolte-radicale

4 . Jacques Rancière, 1992, Les Mots de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Seuil.

5 . Jacques Commaille et Françoise Thibault (dir.), 2014, Des sciences dans la Science, Paris, Alliance Athéna, Collection Athéna.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Abécassis et Katia Boissevain, « Éditorial : Villes, urbanités... et citoyenneté  », L’Année du Maghreb, 12 | 2015, 3-7.

Référence électronique

Frédéric Abécassis et Katia Boissevain, « Éditorial : Villes, urbanités... et citoyenneté  », L’Année du Maghreb [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/2358 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2358

Haut de page

Auteurs

Frédéric Abécassis

Rédacteur en chef et responsable scientifique de L’Année du Maghreb, ENS de Lyon, LARHRA.

Articles du même auteur

Katia Boissevain

Rédactrice adjointe, chargée de recherche CNRS, Idemec, UMR7307, Aix Marseille Université/CNRS, 13094, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page