Skip to navigation – Site map
Dossier : Profession journaliste
2. Des espaces professionnels diversifiés

Être correspondant régional en Tunisie : De l’aliénation au pouvoir à la liberté totale

Local Correspondents in Tunisia, from Dependence to Political Power to Total Freedom
Hamida El Bour
p. 115-128

Abstracts

The uprisings that took place in Tunisia from 17th of December 2010 to 14 January 2011 show how the mainstream Tunisian media made a blackout on what was happening in the regions inside the country. This is how did the media system during the former Ben Ali’s regime era used to deal with the real concerns of the citizens. The coverage of the local events was far from the rules of the proximity journalism which is based on journalistic practice that reflect the reality of the people and their daily life problems. This paper compare between the Tunisian media coverage of the local news before and after the revolution through the experience of 16 local correspondents out of 27 working for the Tunis Afrique Presse news agency, a public media the only news house to get a correspondents network in all the regions of Tunisia since the sixties of the last century. We conducted a qualitative survey among these correspondents asking about the local news agenda and the correspondents’ choice of priorities to cover the news before and after January 2011. What changed in their practice, their behavior and their discourse? They said that censorship and self-censorship were overwhelming the way of covering the news in the regions and that the main role for the reporter is very limited. They were told what to cover and how. The local news agenda was linked to the politics and the local authorities activities. No criticism was admitted. The correspondents mentioned two essential fields for «safe media coverage» : Tourism and culture. Today, within the context of press freedom the correspondent feel themselves as the voice of voiceless people. The power of the media is challenging the political power which can no longer use the media for propaganda purposes by intervening in the correspondents work.

Top of page

Full text

  • 1 . Zine El Abidine Ben Ali, deuxième président de la Tunisie (1987 – 2014). Il a destitué le premier (...)

1Identifier les missions des médias tunisiens dans un contexte de transition démocratique s’inscrit dans le sillage des lectures critiques de la production journalistique et des diagnostics au sujet des dysfonctionnements du secteur de l’information en Tunisie avant les révoltes de 2010-2011. Pendant les années de dictature et de contrôle des médias, le pouvoir de Ben Ali1 se caractérisait par « une emprise sur toute les sphères d’expression autonomes  » et le musellement de « tous les militants associatifs et/ou politiques ayant des velléités critiques » (Chouikha, Gobe, 2015, p. 51).

  • 2 . Voir à ce propos le rapport général de l’INRIC, p. 135.

2Les mouvements de révolte du 17 décembre 2010 - 14 janvier 2011, déclenchés dans les régions défavorisées de l’intérieur de la Tunisie et ayant conduit à la chute du régime de Ben Ali, ont mis en lumière les défaillances d’une information locale qui ne reflétait pas la réalité des régions qu’elle était censé couvrir2. La qualité de la couverture de ces évènements par les médias locaux témoigne de l’état de fermeture et de censure qui pesaient sur les médias tunisiens. En raison du manque de crédibilité des médias dits officiels ou institutionnels (Chouikha, 2015, p. 65), les Tunisiens avaient pris l’habitude de suivre ce qui se déroulait dans le pays grâce à « l’articulation entre chaînes satellitaires et médias sociaux », ce qui a brisé « le black-out imposé par le pouvoir sur l’information » provenant des régions en ébullition (Chouikha, Gobe, op.cit., p. 78).

  • 3 . Instance Nationale de réforme de l’information et de la communication.
  • 4 . Le code de la presse qui ne favorisait pas la liberté de la presse a été abrogé et deux textes ré (...)

3Ce décalage entre la réalité et la couverture des révoltes a guidé les médias tunisiens, après le 14 janvier 2011, dans leur quête de réconciliation avec le public d’autant qu’ils évoluent dans un contexte nouveau. La chute du régime de l’ex-président Ben Ali a entrainé, dès les premiers mois, la disparition des outils de contrôle des médias. « Le ministère de la Communication a été aboli, l’agence tunisienne de la communication extérieure qui contrôlait l’information via l’attribution des marchés publicitaires des organismes publics a été dissoute, et en mars 2012, une instance, l’INRIC3 a été créée » (Ben Messaoud, 2013, p. 24). Sur le plan réglementaire, les textes de loi limitant la liberté de la presse ont été supprimés et le système de création de médias d’information a été déverrouillé (El Bour, 2015a, p. 67). Les nouveaux textes de loi4 relatifs aux médias mettent l’accent sur « la liberté de presse et d’expression et la diversité des opinions » ce qui a favorisé l’émergence de contenus critiques vis-à-vis du nouveau pouvoir politique » (El Bour, 2015b, p. 43). Avec cette nouvelle donne, les médias perçoivent qu’il est de leur devoir, dorénavant, d’exprimer les préoccupations des citoyens et de s’insérer dans une configuration universelle où les médias « n’ont pas d’autres choix que de suivre la diversité sociale et les attentes expressives des publics » (Maigret, Macé, 2005, p. 136). Ce sont essentiellement les médias publics qui ont été contraints à cet aggiornamento afin d’endosser les fonctions dévolues aux médias du service public dans toute société démocratique (El Bour, 2014, p. 165). Cette représentation du nouveau rôle des médias dans une ère de liberté, privilégie les pratiques journalistiques fondées sur le principe général du droit à l’information et appuyées sur les notions proximité et de couverture de l’information régionale au même titre que l’information de portée nationale.

Quels agendas pour l’information régionale ?

4Ceci étant, même dans un contexte de liberté, l’action des médias reste basée sur la sélection des faits à diffuser. « La première opération des médias étant sélective, de nombreux faits ne s’inscriront jamais dans le discours médiatique » (Esquenazi, 2002, p. 48). Selon la théorie de l’agenda setting des médias, ces derniers dressent l’échelle des priorités, par les flux d’informations qu’ils diffusent et décident donc des faits à mettre en exergue, et ils reproduisent, simultanément, l’image que les journalistes esquissent de la réalité (Biagi, 2010, p. 264). Transposé au contexte de la couverture de l’actualité régionale, les priorités en termes de médiatisation sont identifiées par les correspondants locaux qui établissent l’ordre de choix des évènements locaux dignes d’être rapportés à l’échelle nationale.

5Le correspondant local est celui qui « contribue selon le déroulement de l’actualité à la collecte de tout information de proximité relative à une zone géographique déterminée ou une activité sociale particulière pour le compte d’une entreprise éditrice «  (Louvier, Hovine, 2003, p. 150). Cette contribution consiste en l’apport d’informations soumise à la vérification avant une éventuelle publication (op. cit., p. 150).

6Notre problématique dans cet article s’intéresse aux façons de faire des correspondants dans le choix des priorités de couverture de l’actualité régionale avant et après le 14 janvier 2011. Nous explorerons cette question à travers la comparaison entre les pratiques et les méthodes de travail des correspondants régionaux sous la dictature et dans le nouveau contexte de liberté de la presse en Tunisie. Nous tenterons également d’esquisser le profil du correspondant régional tel qu’il se présente aujourd’hui en vue de saisir les logiques d’action des médias dans le traitement journalistique de l’information régionale et locale. Nous entendons par information régionale ou locale, les faits et les évènements se produisant à l’intérieur du pays, loin du centre du pouvoir politique basé dans la capitale Tunis.

7Le premier volet de notre travail est traité sur la base d’une analyse comparative entre les pratiques de couverture de l’information régionale avant et après le 14 janvier 2011 d’un média public tunisien, l’agence Tunis Afrique Presse. Ce choix est motivé par la nature même du travail de l’agence qui est obligée d’être « toujours plus rapide à donner l’information avant tout le monde » (Giniés, Thivard, Vigny, 2007, p. 70). Deuxième facteur de choix, d’aucuns considèrent que les agences de presse « continuent à jouer un rôle central en termes de professionnalisme et de rigueur dans le traitement de l’information » malgré la concurrence avec d’autres médias en termes de rapidité et de réactivité » (INRIC, 2012, p. 79).

  • 5 . Voir à ce propos : Gamaoun Sahraoui, L’agence Tunis Afrique Presse TAP, pour une information obje (...)
  • 6 . L’agence TAP a été créée le 1er janvier 1961. Elle était la seule source officielle de l’informat (...)
  • 7 . Voir à titre d’exemple le rapport de la ligue tunisienne des droits de l’Homme intitulé « La pres (...)
  • 8 . À titre d’exemple, Kamel labidi, président de l’INRIC et militant des droits de l’homme est un an (...)

8Le choix de l’agence permet finalement de saisir les évolutions des pratiques et des méthodes du travail journalistique avant et après le 14 janvier 2011, évolutions dont les marques sont perceptibles dans l’ensemble des médias5. En effet, l’agence TAP est le grossiste de l’information et des photos en Tunisie, et elle bénéficie du réseau de correspondants le plus étendu6. Sous la dictature, elle exerçait « une fonction d’agenda setting de cadrage de l’information…qualifiée d’aiguilleur de l’information, elle traçait pour les autres médias les limites tolérables pour ce qui est de la couverture des informations publiables par rapport à l’actualité nationale et internationale » (Mtibaa, 2013, p. 85). Différents rapports critiques analysant la situation de la presse en Tunisie mettaient en exergue cette fonction de l’agence comme étant l’unique source d’information concernant les évènements officiels en Tunisie.7 Paradoxalement, elle affiche en même temps l’image « d’une citadelle du refus » dans la mesure où ce média a compté parmi ses agents et agenciers des figures de la lutte syndicale mais aussi des journalistes militants pour les droits de l’homme et le droit de la presse » (op. cit., p. 83)8.

9Après les révoltes de fin 2010 début 2011, l’agence s’est trouvée libérée du statut de « porte-parole de l’exécutif » et elle n’a plus eu « l’exclusivité de la diffusion de l’information gouvernementale »(Mtibâa, op. cit., p. 98). La charte de la rédaction adoptée par les journalistes de l’agence en avril 2012 consacre les principes d’indépendance et d’objectivité dans le travail journalistique des agenciers et insiste sur la distance que la TAP doit observer vis-à-vis de toutes les tendances politiques et de toutes les tentatives d’orientation et de désinformation9. 

10Notre analyse comparative de l’état de l’information régionale produite par l’agence avant et après 2011, s’appuie sur les résultats d’une enquête qualitative au moyen d’un guide d’entretien menée auprès d’un corpus de 16 correspondants sur un total de 27 couvrant les régions du Nord, du Centre et du Sud du pays et ayant une expérience de correspondant avant et après le 14 janvier 2011. Nous avons opté pour cette méthode car elle « consiste à faciliter l’expression de l’interviewé en l’orientant vers des thèmes jugés prioritaires pour l’étude tout en lui laissant une certaine autonomie » (Guibert, Jumel, 1997, p. 102).

  • 10 . L’institut de presse et des sciences de l’information IPSI a été crée en 1967, c’est le seul étab (...)

11Sur les 16 correspondants interviewés, on compte quatre femmes et douze hommes. Ils sont âgés de 38 à 60 ans, ils sont tous diplômés du supérieur, et parmi eux 13 sont détenteurs d’un diplôme en journalisme délivré par l’unique institution universitaire publique, l’Institut de Presse et des Sciences de l’information10. Ils appartiennent à la catégorie du staff journalistique permanent de l’agence. L’enquête, accompagnée d’éléments d’observation de terrain des correspondants régionaux (voir encart ci-après) nous ont permis de dégager le profil du correspondant en Tunisie, ce qui constitue le deuxième volet de notre recherche.

L’ère de la marginalisation régionale

12Avant de procéder à l’étude du profil du correspondant régional aujourd’hui, il convient d’analyser le discours des correspondants enquêtés en vue de dégager les éléments qui renseignent sur les pratiques de la couverture médiatique des régions avant et après les mouvements de révolte par un média public, en l’occurrence l’agence TAP. Le constat fait par l’instance nationale de réforme de la communication et de l’information INRIC sur l’état de l’information régionale ne diffère pas de l’analyse de la situation générale du secteur médiatique tunisien. Un contexte caractérisé par le « musèlement de la presse et la quasi absence de critique » (INRIC, 2012, p. 146). De plus, et en comparaison avec les services centraux, l’information régionale était marginalisée et les entreprises de presse accordaient peu d’intérêt à leur bureaux régionaux (op.cit, p. 135).

13L’agence TAP qui voulait à la fin des années 60 « promouvoir l’information régionale » en créant un service spécial pour les régions (TAP, 1991, p. 30) n’a pas réussi dans cette démarche.

Considérations méthodologiques

Le guide d’entretien que nous avons utilisé dans ce travail comporte des questions sur les thèmes que les correspondants de l’agence TAP couvrent avant et après le 14 janvier, ce qui a changé dans leurs pratiques professionnelles, leurs méthodes de travail, les rapports avec la hiérarchie centrale et les sources. D’autres axes du guide d’entretien ont pu servir à dresser une sociographie des correspondants, les représentations de leur travail et de leur mission d’information.

À part l’enquête, nous nous sommes appuyés sur les éléments d’une observation de terrain que nous avons menée dans plusieurs régions. L’observation avait pour objectif de « saisir des activités, des comportements, des relations et des rites… et de porter un diagnostic » sur une situation donnée (Guibert, 1997, p. 94-98), et de cerner les caractéristiques sociologiques des correspondants régionaux. Il nous a été possible d’effectuer cette observation grâce à la participation en tant que formatrice, de mai à septembre 2014, à des sessions de formation organisées avant les élections législatives et la présidentielle de 2014 au profit des correspondants en vue de les initier à la couverture électorale sur la base de l’équité entre les femmes et les hommes . Cette observation, en plus des résultats de l’enquête qualitative, nous a permis de dégager les caractéristiques du correspondant régional aujourd’hui en Tunisie.

14Ses correspondants qui accumulent plus d’une dizaine d’années dans le métier font état « d’un travail monotone, fortement liée à l’activité des hommes politiques relevant du pouvoir en place ». Il convient de signaler que depuis l’indépendance en mars 1956 et jusqu’au 14 janvier 2011, « la généalogie et l’évolution de l’État tunisien ont toujours façonné le champ journalistique dans son ensemble. Et dans cet ordre d’idées, l’habitus des journalistes, leur production et la structuration des entreprises de presse dépendaient largement du monde politique incarné par l’institution étatique » (Chouikha, 2015, p. 11)

15Les correspondants de la TAP le confirment en décrivant leurs pratiques professionnelles : « On traitait deux sujets majeurs, le patrimoine et le tourisme », affirme l’un d’eux. Ce choix s’inscrit, comme le soulignent certains chercheurs, dans une optique de contrôle et de restrictions au droit à l’information, d’autant que le choix des thèmes peut être «  un prétexte » qui justifie « des cas de censure et de silences stratégiques » (Bernier, 2004, p. 142).

16Dans le travail quotidien de l’agencier correspondant, cela se traduit par des règles non écrites, mais appliquées à la lettre : « tout texte critique de portée politique était refusé. On acceptait uniquement les textes culturels, artistiques et sportifs » disent-ils. S’agissant des sujets à caractère social, il était « interdit de traiter de la pauvreté mais il fallait mettre en exergue les projets au profit des familles défavorisées ». D’après l’expérience des correspondants interviewés, même dans le traitement de ces sujets « il y a[vait] des limites à ne pas dépasser ». La pratique professionnelle, dans ce cas, est basée sur un travail « routinier ». Quelle que soit la nature de l’évènement, la couverture est une sorte de « procès-verbal qui ne répond pas aux normes de l’écriture de la nouvelle » affirment les correspondants de l’agence.

17Que ce soit à Gafsa, dans le Sud, Nabeul dans le Nord, Sfax dans le centre du pays, ou l’Ariana, près de Tunis, le traitement de l’actualité locale était le même, le discours sur l’expérience passée est le même. « L’information régionale requiert de l’importance avec la visite d’un responsable politique. » Elle acquiert de la valeur « si elle sert à valoriser le régime politique et sa gestion des affaires de l’État. »

18Le correspondant se contentait donc d’une attitude attentiste où toute forme d’initiative était bannie. La censure a donné lieu à tout un système d’autocensure. « On savait que cela ne passerait pas, et qu’on serait réprimandé pour la couverture des sujets considérés comme des lignes rouges. Donc on faisait de l’autocensure pour éviter les tracas ». Cette attitude est alors une pratique commune. Toute une semaine peut s’écouler sans évènements à caractère officiel. Donc c’est une période sans couverture puisque les reportages et les autres genres journalistiques de terrain ne sont pas acceptés. « Nous étions toujours en attente des évènements provenant des sources officielles. On avait toujours une seule source ».

19En un mot, le correspondant « rapporte le point de vue du pouvoir ». La recommandation que le correspondant pouvait recevoir de ses chefs hiérarchiques, c’était « d’être à l’écoute des demandes du gouverneur ». Il n’était pas rare de voir le travail du journaliste remplacé par le texte envoyé par l’attaché de presse, « essentiellement s’il s’agit d’une information du ministère de l’Intérieur ou du ministère des Affaires Etrangères. »

20Une journaliste parmi les enquêtés, âgée d’une quarantaine d’années, est correspondante de l’agence dans l’une des régions limitrophes à la capitale Tunis, depuis plus de quinze ans. Diplômée en journalisme, elle a commencé sa carrière journalistique dans un quotidien privé avant d’opter pour l’agence, « les médias publics offrant plus de sécurité de l’emploi que les médias privés ». Ceci étant, la pratique professionnelle est différente. Son bureau se situait au siège du gouvernorat, et les consignes de son chef hiérarchique, qu’elle recevait par téléphone, c’était « de voir ce que le gouverneur voulait ». « Le gouverneur pouvait dicter les sujets à traiter et les angles possibles » et « n’hésitait pas à se plaindre auprès du Président Directeur Général de l’agence si l’attitude du journaliste ne lui plaisait pas ».

  • 11 . Le Rassemblement constitutionnel démocrate, R.C.D, était le parti au pouvoir en Tunisie a été dis (...)

21Le texte de cette correspondante passait par le filtre du gouverneur et de son attaché de presse, mais ce n’était pas suffisant. « Un deuxième filtre [était] parfois un passage obligé avant que la dépêche arrive à la rédaction, celle du responsable régional de l’ex-parti au pouvoir11 ayant participé à l’évènement ». Même quand ils sont présents sans parler, certains « hauts responsables de l’ex- parti au pouvoir » pouvaient intervenir à l’insu du journaliste en contactant directement les responsables de la rédaction pour ajouter des éléments inexistants dans le texte de couverture ». Dans ce type de situations, cette journaliste dit qu’elle se sent « un agent de la poste plutôt que journaliste ».

22Elle n’était pas consultée lorsqu’on intervenait pour ajouter des éléments à son texte et on ne lui expliquait pas pourquoi « certaines informations », comme celles relatives à la pauvreté, à titre d’exemple, « ne passaient pas ». « L’un des sujets interdit, c’était la pauvreté », dit-elle. De son côté, elle ne protestait pas parce qu’elle connaissait la règle du jeu. Pas de négociation possible, c’était à prendre ou à laisser.

  • 12 . Il s’agit des partis d’opposition qui étaient représentés au sein du parlement tunisien à la fave (...)

23Des consignes bien précises étaient données oralement pour la couverture d’autres thèmes spécifiques, en l’occurrence l’activité des partis politiques de l’opposition reconnus12. « Afin que l’activité de l’un de ces partis bénéficie d’une couverture, il fallait impérativement que le secrétaire général du parti évoque les réalisations et les œuvres du président Ben Ali », dit-elle. Ce que cette correspondante vivait comme rapports à la hiérarchie et aux représentants du pouvoir politique était la règle dans le vécu professionnel des correspondants de l’agence TAP.

  • 13 . Mouldi Zouabi, actuellement correspondant de l’agence TAP à Jendouba a été poursuivi, en 2010, po (...)

24Il était très difficile pour les correspondants de travailler en toute indépendance et librement. Parmi les enquêtés, nous avons tenu à étudier le cas d’un correspondant de l’agence TAP qui travaillait, avant le 14 janvier 2011, pour des médias étrangers. La particularité du cas provient du fait qu’il ne pouvait, avant les révoltes de 2010-2011, rêver de travailler pour l’agence de presse publique13. À travers son expérience, il est possible également de se rendre compte des difficultés vécues par les correspondants des médias étrangers qui diffusaient des contenus « non contrôlés ». À chaque reportage ou article, les responsables locaux venaient le chercher, il devait user de stratagèmes pour cacher cassettes et matériel d’enregistrement, et dès qu’il n’était plus poursuivi, il sortait la matière de sa cachette afin de pouvoir diffuser ce qu’il avait recueilli comme informations. Dans ce jeu de cache-cache, il jouissait de l’appui des proches et d’un « cordon de syndicalistes et de défenseurs des droits de l’Homme » qui lui apportaient un appui. Son recours, dans ces moments difficiles, restait « le soutien des organisations internationales comme le CPJ centre de protection des journalistes et le club Pen International ». Des poursuites policières étaient son lot à la parution de chaque article ou à la diffusion de chaque reportage. Le chef d’accusation était toujours le même : « Porter préjudice à la réputation du pays ».

25Il représentait la voix dissonante à Jendouba, une région défavorisée du Nord-Ouest. « On faisait des reportages et des enquêtes sur le vécu des citoyens, contre la corruption et l’argent des étrangers mal utilisé ». Dans cette démarche, et pour chaque sujet traité, le correspondant a besoin d’un informateur, une source d’information qui lui fournit des données, ce qui constitue le socle de son travail de terrain. Cette source est définie par Esquenazi comme étant « le personnage discursif dont le rôle, au sein de la nouvelle, consiste à renseigner le journaliste responsable… il est la forme que prennent dans le texte de la nouvelle, les véritables sources des journalistes » (Esquenazi, 2002, p. 50).

26Les sources de ce correspondant étaient « les citoyens soumis aux injustices et certains responsables ». Les sources qui osaient donner des déclarations aux correspondants critiques étaient « punies » et elles faisaient l’objet de poursuites policières. Le correspondant de Jendouba devait prendre des précautions. « Il faut avoir une bonne connaissance des textes juridiques » dit-il.

27« Je devais être sûr de l’information et je devais faire les recoupements nécessaires de sorte que personne ne puisse mettre en doute ce que je dis ». À défaut de mise en doute des versions livrées par le correspondant, on montait contre lui des « affaires montées de toutes pièces », ou « on essayait de me dissuader d’écrire en me proposant du travail pour moi et pour ma femme ». Pour recevoir sa pige, il était obligé d’utiliser une série de stratagèmes : « J’étais payé par mandats que je percevais dans les bureaux de poste d’autres régions, il faut toujours se déplacer », raconte-t-il.

La région, désormais un pôle médiatique

  • 14 . La chaîne de télévision publique watanya 1 (Nationale 1) a récupéré l’audience locale et son télé (...)

28Après le 14 janvier 2011, ce qui aurait pu représenter un frein à l’accès de ce correspondant au travail dans un média public est devenu un atout qui lui a permis de devenir correspondant de l’agence TAP à Jendouba. Il n’a plus besoin de cacher son matériel dans un contexte de « la liberté et de la confiance qui règnent ». « Depuis le 14 janvier 2011, les conditions de l’indépendance éditoriale ont fondamentalement changé. Le système central de la censure a disparu. » (Unesco, 2012, p. 31). « Lorsque ma dépêche ouvre le journal télévisé de 20h sur la chaine publique Watanya 1, je suis fier14 » dit le correspondant de Jendouba.

29Force est de constater que « le journal télévisé de 20h de la télévision nationale tunisienne traite l’actualité régionale avec le même intérêt que celui porté à l’information nationale », et que « la multiplication des revendications sociales sur tout le territoire tunisien a apporté un plus grand équilibre entre les informations locales et les informations nationales » (Unesco, 2012, p. 79). Il est donc tout à fait normal que celui qui est habitué au reportage, trouve plus d’aisance dans le travail.

30« Il n’y a plus aucun traitement de faveur pour le gouvernement dans les médias » (op.cit., p. 31). Les correspondants enquêtés le confirment. Leur discours concernant la comparaison entre leurs pratiques professionnelles sous la dictature et leurs conditions de travail aujourd’hui illustre le nouveau contexte de travail. L’un des changements notoires concerne la relation avec le pouvoir régional représenté par le gouverneur. « Lorsque nous couvrons les protestations et les sit-in, nous donnons la parole aux citoyens et nous nous adressons au gouverneur pour avoir l’autre son de cloche. Quand il refuse de commenter ou de donner sa version des faits, nous le rapportons. Nous sommes tenus de faire l’équilibre et de diversifier nos sources », dit l’une des enquêtés dont l’expérience avec les représentants du pouvoir politique a été développée plus haut. En effet, « le savoir-faire de tout journaliste se déploie et se construit dans les contraintes d’une structure d’interdépendance avec sa hiérarchie, ses collègues, ses sources » (Neveu, 2004, p. 43). Dans une phase de transition démocratique, « le passage d’un système d’information privilégiant la propagande à un système d’informations basé sur la liberté de la presse et le droit à l’information nécessite l’engagement des professionnels » (El Bour, 2013b, p. 33). Tous les tabous sont tombés, y compris l’information relative à la sécurité. Et il devient même possible que l’agent de sécurité soit vu comme une source d’information, ce qui était impensable auparavant.

31Tous les correspondants enquêtés s’accordent à souligner qu’ils produisent beaucoup plus qu’avant, en toute liberté, et qu’ils perçoivent la région en tant que « pôle médiatique ». Ils mettent en avant cette possibilité de « défier le pouvoir mais sans les risques de représailles ou sanctions ». Au contraire, la production des correspondants est attendue par les pouvoirs publics régionaux pour faire le suivi de certains dossiers.

32« Aujourd’hui on interagit avec la société. La révolution a changé nos méthodes de travail » disent la plupart d’entre eux. « On ne se contente plus de la version officielle, la règle de notre travail c’est la diversité des sources », disent-ils. En un mot, « La révolution nous a donné des ailes », explique un correspondant basé dans le Sud. Néanmoins il relativise les sentiments euphoriques de ses collègues. « Les tentatives de pression et de censure ont nettement diminué mais elles n’ont pas totalement disparu », constate-t-il. Ceci étant, il se sent mieux armé pour les combattre. « Mes arguments, c’est le respect des règles éthiques et déontologiques ».

33Toutefois, pour arriver à afficher une telle posture, les correspondants de l’agence ont du faire « un certain auto- apprentissage, une sorte d’autorégulation pour connaître les règles de travail d’un média de service public, pour être ouvert à la diversité des sources tout en veillant à respecter l’éthique professionnelle et à ne pas propager de fausses nouvelles », dit une correspondante de l’agence basée au Sud du pays. Pour elle, ce passage s’est fait « dans la douleur, dans la crainte de faillir à la mission d’information », et dans « la peur d’être agressée » puisque « la rue est devenue source d’information ». Elle fait le constat qu’il n’y a pas eu de rencontre entre les responsables de la rédaction et les correspondants « pour tracer la ligne éditoriale du média de service public ». Avant, elle était la seule à couvrir la région mais maintenant elle est confrontée « à la concurrence des médias privés ». Elle estime qu’elle a pu surmonter tout cela par une seule arme : « le professionnalisme ».

Le profil des correspondants

34La qualité de l’information régionale est liée aux conditions de sa production mais elle est surtout tributaire des compétences des hommes et des femmes qui font et défont quotidiennement l’information. C’est ce que traduit le mot « professionnalisme » évoqué plus haut. D’après les enquêtés, et dans une sorte de représentation de soi, le profil du correspondant de l’agence avant la révolution, c’était celui de « quelqu’un qui ne devait pas prendre d’initiatives individuelles, il était plutôt proche du pouvoir, et il ne disposait d’aucune marge de liberté ». Il était « entre le marteau de la colère des représentants locaux du pouvoir politique en place et l’enclume de l’image négative de la société en tant qu’outil de propagande ». Certains soulignent, néanmoins, que son image « ne dérogeait pas de l’image du journaliste tunisien qui s’accommode du système de l’information orientée ».

35Aujourd’hui, cette représentation a changé. La nouvelle perception des enquêtés de leur propre image dans la société est désormais positive. Le correspondant est appelé à « être plus proche des préoccupations du peuple », exercer une certaine « pression pour faire bouger les choses…Un moyen de pression contre le gouvernement ». Cela lui donne une certaine « notoriété » dans la région qui rompt avec l’image d’avant. « Le correspondant est sollicité par tout le monde ».

36Le changement notoire du statut du correspondant est « la reconnaissance dont il jouit comme porte-voix des sans voix », disent-ils. Toutefois, le regard qu’ils portent sur les correspondants des autres médias, essentiellement les médias privés, est négatif. Dans ces médias, la fonction de correspondant requiert un profil sans grandes qualifications. L’essentiel de ce que l’on peut lui demander, d’après les annonces de recrutement publiées sur les colonnes de certains quotidiens, c’est une bonne maîtrise de la langue. Pour cette raison, un grand nombre des correspondants régionaux sont des enseignants du primaire et du secondaire.

37Depuis six ans, la forte demande des médias en matière de correspondants d’une part, et « les maigres rémunérations prévues en contrepartie de leurs contribution d’autre part » ouvrent la voie à l’accès d’un grand nombre de correspondants dont le profil ne cadre pas avec l’activité journalistique professionnelle. « Tout le monde peut devenir correspondant ». Aujourd’hui, un infirmier, ou un ouvrier agricole peut devenir correspondant. Et le résultat, ce sont des « informations qui ont porté préjudice au secteur et au journalisme, contraires aux règles éthiques et déontologiques. L’information régionale ne peut pas évoluer tant que les critères de choix des correspondants n’ont pas changé », disent-ils.

  • 15 . À titre d’exemple Mabrouka Khedir, une journaliste tunisienne correspondante d’une chaîne alleman (...)

38Les manquements commencent par le recours à « des sources non fiables, et qui ne détiennent pas l’information, ce qui les met dans une situation de diffusion de fausses nouvelles ». Il n’est pas rare de voir ces agissements dénoncés par les journalistes sur les réseaux sociaux15. Ce sont des correspondants dont le rôle consiste, d’après la description des enquêtés « à tendre le micro à la source et c’est elle qui donne l’information. La mission du correspondant ne peut pas évoluer tant que le choix des correspondants ne se fait pas sur la base de la compétence.

39Cela conforte nos observations de terrain. Sur 120 correspondants censés venir pour se former en prévision de la couverture des élections, et mis à part les correspondants des médias publics, un grand nombre est constitué de jeunes qui ont découvert le blogging après le 14 janvier 2011, et qui estiment qu’ils ont le profil pour être des correspondants, ou provenant d’autres spécialités très diverses où se mêlent les branches techniques et les spécialités littéraires. Mais la majorité est constituée d’enseignants, qui viennent pour se former car ils sont conscients de la nécessité d’avoir une formation pour améliorer leur production. « Une formation que les médias ne nous fournit pas », d’après leurs témoignages. Face à la demande, ils n’hésitent pas à travailler pour plus d’un média, « même si la rémunération est dérisoire ». Cette multiplicité des supports évoque une expérience antérieure au 14 janvier 2011, précisément dans les pratiques des attachés de presse des gouvernorats qui étaient des correspondants de plusieurs médias et assumaient ainsi la fonction de journaliste/communicateur.

  • 16 . « Le terme pigiste désigne un journaliste rémunéré en fonction du nombre et de l’importance de se (...)
  • 17 . Le décret loi 115 en date du 2 novembre 2011, relatif à la liberté de la presse, de l’impression, (...)

40Dans cette pratique du journalisme régional, les correspondants ayant le statut de pigistes16 se fondent dans une image de « soutiers de l’information, représentant une main d’œuvre bon marché » (Rieffel, 2005, p. 56) et se défendent en affirmant qu’ils « ne sont pas journalistes professionnels » même s’ils sont détenteurs d’un diplôme universitaire. En fait, en Tunisie, « la qualité de journaliste professionnel n’est reconnue qu’à celui qui exerce sa profession à titre principal, de manière régulière et qui en tire le principal de ses ressources » (Hizaoui, 2012, p. 281). À l’ensemble de ces critères s’ajoute la condition de « détenir une licence ou un diplôme scientifique équivalent »17.

41Cette situation est comparable au statut des correspondants de la presse régionale française. Les correspondants locaux « ne sont pas qualifiables de journalistes. Il s’agit le plus souvent de personnes ayant par ailleurs une autre activité » (Louvie, Hovine, op.cit, p. 150). D’aucuns considèrent toutefois que le pigiste « se trouve fragilisé », de par sa situation « précaire » face à ses sources et à ses supérieurs (Neveu, 2004, p. 20), ce qui n’est pas sans effets sur la qualité de l’information qu’il peut produire. C’est pourquoi dans le cas français la contribution du correspondant local « consiste en l’apport d’informations soumises avant éventuelle publication à la vérification ou à la mise en forme préalable par un journalise professionnel » (Louvier, Hovine, op.cit., p. 151)

42Dans le cas de la Tunisie, les correspondants régionaux qui n’ont pas de cursus journalistique sont livrés à eux-mêmes, d’après ce qu’ils disent, mais ils tirent leur légitimité des dysfonctionnements des correspondants salariés pendant la période précédant la révolution en raison de leur rôle de « propagandistes du régime ». Ils s’en servent comme argument pour arracher une certaine reconnaissance et s’imposer dans un secteur qui les considère comme des « intrus ».

Conclusion

43Censure et autocensure caractérisaient les pratiques professionnelles des correspondants régionaux de l’agence TAP à une époque où l’équité entre les régions dans l’accès aux médias tunisiens n’était pas une priorité. L’agenda setting du discours médiatique dominant célébrait les projets et les réalisations du pouvoir politique en place et mettait en sourdine les véritables préoccupations locales. Le profil même du correspondant se confondait avec une mission de communication dont l’objectif premier et ultime se limitait à reproduire un discours laudateur au profit des acteurs politiques au pouvoir.

44Le nouveau contexte de la liberté de presse et d’expression prévalant après le 14 janvier 2011 a changé la donne. Le correspondant est devenu, d’après l’expérience des journalistes de l’agence Tunis Afrique Presse, le porte-parole de ceux dont il n’osait ni transmettre les doléances ni rapporter le vécu défavorable.

45Le changement des rapports de force entre pouvoir politique et pouvoir des médias favorise l’équilibre dans les relations entre les acteurs politiques et les acteurs médiatiques dans les régions. Ceci étant, cet équilibre qui permet de consacrer le droit à l’information des citoyens n’est pas sans risques en raison du flou qui entoure le profil de certains correspondants, et des pratiques qui portent préjudice à la crédibilité des médias.

Top of page

Bibliography

Bernier Marc-François, 2004, Ethique et déontologie du Journalisme, Quebec, Presses de l’Université de Montréal, édition revue et augmentée.

Biagi Shirley, 2010, An Introduction to Mass Media, Boston, Wadsworth Cengage Learning.

Ben Messaoud Moez, 2013, « Médias et acteurs politiques dans une Tunisie en transition démocratique », in Ben Messaoud Moez, El Bour Hamida et Stoepler Janine (dir.), Manuel de couverture des évènements politiques, Tunis, Éditions IPSI - DWA.

Chouikha Larbi, Gobe Éric, 2015, Histoire de la Tunisie depuis l’indépendance, Paris, La Découverte.

Chouikha Larbi, 2015, La difficile transformation des médias. Des années de l’indépendance à la veille des élections de 2014, Tunis, Éditions Finzi.

El Bour Hamida, 2013a, « Journalisme politique et couverture électorale », in Ben Messaoud Moez, El Bour Hamida et Stoepler Janine (dir.), Manuel de couverture des évènements politiques, Tunis, Éditions IPSI - DWA.

El Bour Hamida, 2013b, « L’expérience du monitoring des médias en Tunisie », in Lajmi Nouri (dir.), Le droit du public à une information de qualité – Actes de colloque- Les chantiers de la démocratie,Tunis, Éditions Réseau Théophraste.

El Bour Hamida, 2014, « Le monitoring des médias, mécanismes pour une couverture équitables des acteurs politiques ? Expérience du monitoring des médias en Tunisie lors des élections de 2011 », in Ben Messaoud Moez (dir.), La communication politique dans le monde arabe et en Afrique. Approches et mécanismes de mise en œuvre, Tunis, Éditions IPSI, KAS.

El Bour Hamida, 2015a, « Entre discours politique, discours savant et discours médiatique, le traitement journalistique de l’information en Tunisie », in Merah Aissa et Meyer Vincent (dir.), Communication publique et territoriale au Maghreb, enjeux d’une valorisation et défis pour les acteurs, Paris, l’Harmattan.

El Bour Hamida, 2015b, « La cyberdissidence en Tunisie avant et après le 14 janvier 2011, le cyberactivisme des jeunes bloggeurs et l’expression de l’engagement politique », Revistas De Estudios Internacionales Mediterraneos –REIM, No 19 http://dx.doi.org/10.1536/reim2015.09.03.

Esquenazi Jean Pierre, 2002, L’écriture de l’actualité – Pour une sociologie du discours médiatique, Grenoble, Collection la communication en plus – Presses universitaires de Grenoble.

Gamaoun Sahraoui, 2016, L’agence TAP, vers une information objective pluraliste, Tunis, TAP.

Ginies Marie Lorène, Thivard Élodie, Vigny Aurianne, 2007, les métiers du journalisme, Collection métiers, Éditions studyrama, 6e edition.

Guibert Joël, Jumel Guy, 1997, Méthodologie des pratiques de terrain en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, Collection Cursus.

Hizaoui Abdelkérim, 2012, « la médiation journalistique traditionnelle à l’épreuve des nouvelles médiations », in Najar Sihem (dir.), les nouvelles sociabilités du Net en Méditerranée, Paris, IRMC – Kharthala.

Louvier Jacques, Hovine Axelle, 2003, Lancer sa publication de presse, Paris, Guide légipresse, PUF.

Mace Éric, Maigret Éric, 2005, Penser les médiacultures-nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, Média Culture, Armand Colin, INA.

Mtibaa Mouna, 2013, « L’agence Tunis Afrique Presse a-t-elle réussi sa mutation vers un média de service public ? », in El Bour Hamida (dir.), Médias publics arabes et transition démocratique, Tunis, Éditions IPSI, KAS.

Neveu Erik, 2004 Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, collection Repères.

Rapport général de l’INRIC, Tunis 2012.

Rapport de la LTDH, La presse sinistrée, Tunis, 2003.

Unesco, 2012, Étude sur le développement des médias en Tunisie basée sur les indicateurs de développement des médias en Tunisie.

Sites

http://kapitalis.com/tunisie/2015/11/04/poursuivi-depuis-2009-mouldi-zouabi-acquitté

http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/04/07

http://www.iort.gov/decret115

http://www.psychiatrie-politique.fr

http://www.sigma-conseil.com

http://www.tap.info.tn

Top of page

Notes

1 . Zine El Abidine Ben Ali, deuxième président de la Tunisie (1987 – 2014). Il a destitué le premier président de la Tunisie Habib Bourguiba le 7 novembre 1987 et a quitté le pouvoir suite à la révolution de 2010 - 2011.

2 . Voir à ce propos le rapport général de l’INRIC, p. 135.

3 . Instance Nationale de réforme de l’information et de la communication.

4 . Le code de la presse qui ne favorisait pas la liberté de la presse a été abrogé et deux textes régissent le secteur médiatique, le décret loi 115 en date du 2 novembre 2011 et relatif à la liberté de la presse, de l’impression et de l’édition et le décret loi 116 relatif à la liberté de la communication audiovisuelle et portant création d’une instance indépendante de la communication audiovisuelle. La Constitution tunisienne adoptée le 27 janvier 2014 consacre dans ses articles 21, 31 et 49 la liberté d’expression et d’information. Voir ces textes sur http://iort.gov.tn.

5 . Voir à ce propos : Gamaoun Sahraoui, L’agence Tunis Afrique Presse TAP, pour une information objective et pluraliste, Editions TAP, Tunis, 2016. p. 87-88.

6 . L’agence TAP a été créée le 1er janvier 1961. Elle était la seule source officielle de l’information. Elle dispose de 17 bureaux régionaux et elle a des correspondants dans les 24 gouvernorats du pays. Voir à ce propos le rapport de l’INRIC p. 82.

7 . Voir à titre d’exemple le rapport de la ligue tunisienne des droits de l’Homme intitulé « La presse sinistrée. La liberté de la presse en Tunisie » – Tunis, mai 2003 p. 11.

8 . À titre d’exemple, Kamel labidi, président de l’INRIC et militant des droits de l’homme est un ancien journaliste de la TAP, de même que maître Radhia Nasraoui.

9 . Voir à ce propos la charte de la rédaction de l’agence TAP http://www.tap.info.tn.

10 . L’institut de presse et des sciences de l’information IPSI a été crée en 1967, c’est le seul établissement universitaire public à dispenser une formation initiale en journalisme et en communication. Les études en journalisme duraient 4 ans et elles étaient sanctionnées par une maîtrise en journalisme. Depuis 2010, et à l’instar de la majorité des établissements de l’enseignement supérieur, les études à l’IPSI durent 3 années et les diplômés obtiennent une licence. La formation au journalisme se fait également au sein de quelques universités privées. Ceci étant, les rapports d’évaluation et les diagnostics de la situation des médias en Tunisie après 2011 mettaient l’accent sur la nécessité de réformer la formation initiale des journalistes. C’est dans cette optique qu’un concours d’accès aux études au journalisme a été instauré depuis 2012. Voir à ce propos l’étude sur le développement des médias en Tunisie basée sur les indicateurs de développement des médias de l’UNESCO-Tunis, 2012.

11 . Le Rassemblement constitutionnel démocrate, R.C.D, était le parti au pouvoir en Tunisie a été dissous par décision judiciaire le 9 mars 2011. Il a été fondé le 27 février 1998 par l’ex-président Zine El Abidine Ben Ali (1987-2011) sur les cendres du parti socialiste destourien PSD, parti du premier président de la Tunisie, feu Habib Bourguiba. Voir à ce propos Chouikha Larbi et Éric Gobe, 2015, « Aménagement institutionnel et pluralisme de cooptation », in Histoire de la Tunisie depuis l’indépendance, Paris, Éditions la Découverte.

12 . Il s’agit des partis d’opposition qui étaient représentés au sein du parlement tunisien à la faveur de l’introduction d’un multipartisme de façade à la chambre des députés depuis 1994. Il s’agit des partis suivants : Le Mouvement des démocrates socialistes MDS, le parti de l’unité populaire PUP, le mouvement Ettajdid Le renouveau ex PCT parti communiste tunisien, l’Union démocrate unioniste UDU, le parti social libéral PSL. Pour plus de détails voir à ce propos « Aménagement institutionnel et pluralisme de cooptation », Chouikha Larbi et Éric Gobe, op.cit.

13 . Mouldi Zouabi, actuellement correspondant de l’agence TAP à Jendouba a été poursuivi, en 2010, pour « agression physique et verbale ». Il était à cette période correspondant du quotidien arabe basé à Londres Al Quds Al Arabi, et du site Al-Arabiya. Il estime que l’affaire est montée de toutes pièces, qu’il était poursuivi suite à la publication d’une série d’articles dans lesquels il avait accusé l’organisation des scouts tunisiens de corruption et de propagande pour le régime de Ben Ali lors des la présidentielle de 2009. La cour du Kef a prononcé un non lieu dans cette affaire le 03/11/2015 (Source : http://kapitalis.com/Tunisie/2015/11/04/poursuivi-depuis-2009-mouldi-zouabi-acquitté).

Il a également interviewé pour le compte de Radio Kalima, M. Alaya Kouki, un ingénieur de 44 ans qui a annoncé son intention de se porter candidat à l’élection présidentielle de 2009 et qui a été interné à l’hôpital psychiatrique Errazi à la Manouba. Voir à ce propos Présumé internement psychiatrique forcé/crainte pour l’intégrité physique et psychologique http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/04/07 et Ces hommes politiques qui se battent malgré la psychiatrie http://www.psychiatrie-politique.fr.

14 . La chaîne de télévision publique watanya 1 (Nationale 1) a récupéré l’audience locale et son télé journal de 20h arrive en tête des programmes d’informations. Voir à ce propos www.sigmaconseil.com. Cette tendance est perceptible deux ans près la révolution, le public tunisien suit l’actualité d’abord dans les médias locaux, ce qui a produit un net recul des médias étrangers (El Bour, 2013a, p. 140).

15 . À titre d’exemple Mabrouka Khedir, une journaliste tunisienne correspondante d’une chaîne allemande, a posté sur sa page Facebook le 28/11/2015 un commentaire dans lequel elle dénonce « certains correspondants qui ne maîtrisent pas le fact checking, qui restent dans leurs bureaux ou à la maison tout en prétendant être sur le terrain… Des correspondants à qui on donne des miettes et qui l’acceptent …je reproche à ce secteur sa précarité et aux médias de payer le moins possible des correspondants qui ne sont pas faits pour ce métier, même si cela se fait au détriment de la crédibilité ». Le 15 juillet 2015, l’association régionale de la presse à Jendouba, dénonce, sur sa page Facebook « les agissements irresponsables « du correspondant d’un journal privé qui n’hésite pas à « plagier » des pages sur les réseaux sociaux.

16 . « Le terme pigiste désigne un journaliste rémunéré en fonction du nombre et de l’importance de ses articles et autres productions dénommées piges » (Louvier, Hovine, 2003, p. 150). Il n’est donc pas salarié. Le pigiste « n’appartient pas en tant que salarié à une rédaction… Payé à l’article, il a la lourde responsabilité d’un travail sans surveillance » (Giniès, Hivard, Vigny, op.cit., p. 61)

17 . Le décret loi 115 en date du 2 novembre 2011, relatif à la liberté de la presse, de l’impression, et de l’édition stipule dans son article 7 que le correspondant en Tunisie ou à l’étranger ne peut être considéré journaliste professionnel que s’il tire ses principales ressources de l’activité journalistique et qu’il détient au moins une licence ou un diplôme scientifique équivalent.

Top of page

References

Bibliographical reference

Hamida El Bour, « Être correspondant régional en Tunisie : De l’aliénation au pouvoir à la liberté totale », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 115-128.

Electronic reference

Hamida El Bour, « Être correspondant régional en Tunisie : De l’aliénation au pouvoir à la liberté totale », L’Année du Maghreb [Online], 15 | 2016, Online since 21 December 2016, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/2836 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2836

Top of page

Author

Hamida El Bour

Enseignante chercheure à l’Institut de presse et des sciences de l’information - Université de la Manouba (Tunisie).

Top of page