Skip to navigation – Site map
Chroniques politiques
Mauritanie

Marches et grèves. Les tourments d’une gouvernance face aux tensions sociales et politiques (2014-2015)

Abdoulaye Diagana, Alain Antil and Céline Lesourd
p. 257-277

Index terms

Keywords :

chronique

Geography :

Mauritanie
Top of page

Author's notes

La chronique propose une analyse des années 2014 et 2015. La chronique 2014 a été entièrement rédigée par Abdoulaye Diagana, les éléments et analyses concernant l’année 2015 ont été ajoutés au texte initial par Alain Antil et Céline Lesourd.

Full text

1La fin de l’année 2013 a été marquée par l’organisation tant attendue des élections municipales et législatives plusieurs fois reportées. Faute d’accord entre le pouvoir et l’opposition, celle-ci avait choisi de boycotter les deux scrutins : l’Union Pour la République – parti du Président Mohamed Ould Abdel Aziz – obtient donc une majorité écrasante ; hormis la présence de quelques formations de faible consistance, l’opposition démocratique est ainsi exclue du jeu politique.

  • 1 . Voir « Économie mauritanienne : des stratégies d’endettement aux licences d’exploration et d’expl (...)
  • 2 . La SNIM Société Nationale Industrielle et Minière exploite le fer en Mauritanie. Elle est la prin (...)

2Au début des années 2010, l’anthropologue Mohamed Fall Ould Bah1 montrait que l’économie mauritanienne, autrefois structurellement endettée et dépendante de l’aide extérieure, avait très nettement amorcé depuis la fin de la décennie 2000 une mutation vers une économie minière. La SNIM2 était depuis plusieurs décennies le fleuron de l’économie nationale. Mais l’appréciation des cours internationaux des principaux produits miniers dans la seconde moitié des années 2000, ainsi que la politique d’attraction des investissements étrangers dans le secteur minier déployée par Nouakchott, ont marqué une véritable transformation. Cependant, la contraction des cours internationaux de ces minerais enregistrée ces dernières années a ralenti le flux d’investissements et conduit des opérateurs déjà installés en Mauritanie à revoir leurs investissements ou à réduire la voilure de leurs activités.

3Cette conjoncture défavorable se conjugue malheureusement à une gouvernance problématique et à la grande corruption qui pénalise le pays. En 2015, la Mauritanie pointe en effet à une piètre 41e place (sur l’ensemble des pays africains) du classement Mo Ibrahim sur la bonne gouvernance3. Opacité des attributions des marchés publics, sous-traitants parfois imposés à certains investisseurs étrangers, sociétés écrans protégeant les intérêts financiers de certains membres du personnel politique, la liste n’est, bien sûr, pas exhaustive.

  • 4 . Le taux de chômage, calculé par la Banque Mondiale en 2014, était de 31 %. http://donnees.banquem (...)
  • 5 . Kinross-Tasiast, filiale de la société canadienne Kinross, avait procédé, en décembre 2013, au li (...)
  • 6 . Descendants des esclaves affranchis.
  • 7 . En 2013 déjà, des détenus islamistes de la prison de Nouakchott avaient entamé une grève de la fa (...)

4Sur le front social, les deux dernières années ont connu de nombreux soubresauts tous azimuts. D’une part, les plans de licenciement dans de grandes entreprises, dans un pays où la question de l’emploi se pose avec une grand acuité4, ont donné lieu à des manifestations de mécontentement. Le plus marquant de ces plans de licenciements est celui initié par Kinross-Tasiast5, une entreprise Mauritano-canadienne intervenant dans l’exploitation du minerai d’or et dans laquelle les autorités mauritaniennes plaçaient d’énormes espoirs. D’autre part, la question des droits de l’Homme et celle de la lutte contre l’esclavage (une épine dans le pied des autorités qui ont créé une Cour spéciale pour les crimes d’esclavage) ont ravivé des tensions déjà existantes : alors que les revendications contre l’enrôlement des populations se sont accentuées sur fond d’accusation de discrimination à l’encontre des populations noires de Mauritanie, les revendications « d’exister » des haratines6 se sont aussi emparées de la rue. Enfin, la radicalisation islamique occupe toujours davantage le devant de la scène : en janvier, des prisonniers salafistes prennent en otage leurs geôliers pour réclamer la libération de quatre détenus ayant fini de purger leur peine, mais maintenus en prison en raison de leur appartenance supposée à une organisation terroriste7.

  • 8 . Après plus de 50 ans de monopole d’État, les ondes ont été libéralisées en 2011 avec l’attributio (...)
  • 9 . A. Diagana, 2015, « Political Change in Mauritania : Desperately Seeking its “Arab Spring”  », in (...)

5Les difficultés de tous ordres auxquelles la Mauritanie est confrontée ont plongé en 2014 et 2015 le pays dans une curieuse atmosphère de « ni guerre ni paix ». À la faveur d’une émancipation de la parole « critique », du fait de la la libéralisation des ondes8 et de la démocratisation de l’information que permet l’essor d’Internet et des réseaux sociaux, les Mauritaniens ont pu suivre tous ces événements à travers la presse nationale dans une relative liberté. Mais dans la plupart des cas, l’attitude des pouvoirs publics qui s’est traduite soit par l’usage de la force pour réprimer les manifestations, soit par une absence de prise en compte des revendications sociales et politiques – que d’aucuns ont assimilé à du mépris – fait penser qu’en Mauritanie la gestion de la chose publique est passée de la politique du « taisez-vous » à celle du « causez toujours »9.

Crispations politiques

  • 10 . Les députés et les maires avaient été élus en 2006 pour un mandat de 5 ans. De nouvelles élection (...)
  • 11 . La Mauritanie a en réalité bénéficié d’un concours de circonstances qui en a fait une candidate p (...)

6Maintes fois reportées depuis 201110, les dernières élections municipales et législatives de novembre 2013 ont permis au Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz de neutraliser son opposition et d’aborder l’année électorale 2014 dans une position suffisamment confortable pour lui assurer une réélection sans péril. La situation lui semble d’autant plus favorable que ses pairs africains lui ont fait un cadeau inespéré : ils ont porté leur choix sur la Mauritanie pour assurer la présidence de l’Union Africaine pour une année11.

  • 12 . En 2009 pour sortir de la crise consécutive au coup d’État perpétré par Mohamed Ould Abdel Aziz c (...)

7Ce choix a été accueilli comme une véritable aubaine par Ould Abdel Aziz – d’autant qu’il survenait pour la première fois depuis 1972. Fort de cette position, le Président a tout loisir de renforcer sa stature internationale en se positionnant comme pièce incontournable dans la résolution des conflits sur le continent tout en s’assurant une place de choix à la table des puissances internationales. Mais chaque médaille a son revers. Dans une Afrique malmenée par des crises de gouvernance démocratique (notamment post-électorales), Mohamed Ould Abdel Aziz s’est trouvé en situation d’être également exposé à un retour de flamme, au moment où il est censé organiser en Mauritanie des élections consensuelles, transparentes et libres, sous peine de devoir vivre chez lui ce qu’il s’emploie théoriquement à éviter « sur le continent ». Le risque a été bien réel. C’est ce qui l’a probablement conduit à jouer une nouvelle fois la carte du dialogue national, cette antienne devenue joker depuis qu’elle a été employée à Dakar en 2009 avec le succès qu’on lui connait12.

L’impossible dialogue

8Au début de l’année 2014, la classe politique est en ébullition à propos de l’idée d’un « dialogue » supposé conduire le pouvoir et l’opposition à l’aplanissement de leurs divergences en vue d’organiser une élection présidentielle consensuelle.

  • 13 . Les formations politiques regroupées au sein de la Convention pour une Alternance Pacifique (CAP) (...)
  • 14 . Le FNDU (Front National de Défense de la Démocratie) est l’héritier de la Coalition de l’Oppositi (...)
  • 15 . Comme la plateforme dont il est l’héritier, la COD l’avait fait lors des municipales et des légis (...)

9C’est en avril 2014 que ledit dialogue politique s’ouvre entre trois pôles politiques mauritaniens : le premier pôle est la Convention pour une Alternance Pacifique (CAP)13, jugée modérée. Le deuxième est le Forum National pour la Démocratie et l’Unité (FNDU)14, une coalition de partis et d’organisations de la société civile qualifiée « d’aile dure ». Le dernier pôle représente les partis de la majorité présidentielle. Si ce « dialogue » proposait pour objectif principal de rapprocher les positions pour l’organisation de l’élection présidentielle, d’entrée de jeu, un malentendu s’est installé quant à la durée des discussions. En effet, dans la conception de la Majorité et de la CAP, les discussions ne pouvaient se poursuivre au-delà du 21 avril, à savoir la date limite de dépôt des candidatures à la présidentielle ; pour le FNDU, il n’y avait pas de préalable et les discussions devaient se poursuivre jusqu’à l’obtention d’un accord quitte à reporter l’élection pour mieux se donner le temps de l’organiser dans des conditions acceptables. En vain donc... La tentative de « dialogue » se solde, faute de consensus, par le boycott de l’élection présidentielle de la part du FNDU15 et Ould Abdel Aziz (en tacticien averti) aborde alors l’élection présidentielle dans les conditions idéales au renouvellement de son mandat puisqu’il n’a plus, en face, qu’une opposition dite « dialoguiste » – dont le poids reste modeste comparé à celui de l’opposition « boycottiste ».

  • 16 . Novembre et décembre 2013.

10Ainsi, comme pour les municipales et les législatives16, les formations politiques et syndicales qui s’étaient regroupées au sein du FNDU appellent au boycott de l’élection présidentielle, ouvrant ainsi un boulevard à Mohamed Ould Abdel Aziz. Le refus de reporter le scrutin et le rejet de l’idée même d’un gouvernement d’union nationale devant assurer l’organisation de l’élection, ont eu raison du dialogue politique.

« À vaincre sans péril... »

  • 17 . De son côté, un temps déclaré candidat, l’ex-bâtonnier Me Ould Bouhoubeyni s’est retiré de la cou (...)

11L’élection présidentielle du 21 juin 2014 a finalement enregistré les candidatures de Boidiel Ould Houmeid, Ibrahima Moctar Sarr, Biram Ould Dah Ould Abeid, Mohamed Ould Abdel Aziz, le Président « sortant-entrant » et Lalla Mariem Mint Moulay Idriss17.

  • 18 . Réformateurs musulmans, première formation de l’opposition parlementaire depuis les élections lég (...)

12Les risques sont considérablement réduits pour Ould Abdel Aziz qui n’aura pas à affronter les formations traditionnelles de l’opposition et les classiques figures politiques d’envergure ne lui porteront pas la contradiction : ni Ahmed Ould Daddah (du Rassemblement des Forces Démocratique, le chef de file de l’opposition et opposant historique qui était allé au second tour en 2007) ; ni Messaoud Ould Boulkheir (troisième à la présidentielle de 2007, qui se pose comme un des plus anciens leader de la cause des haratines) ; ni Mohamed Ould Maouloud (président de l’Union des Forces de Progrès – UFP – représentée au sein de l’Assemblée Nationale sortante) ; ni Jemil Ould Mansour (leader du parti réformateur musulman Tawassoul18) ne participent à cette compétition réduite à sa plus simple expression.

13Face à ces adversaires de faible poids et dans une élection sans suspense, Mohamed Ould Abdel Aziz réussit à conserver son mandat avec un score de 82 %. Arrivé second, largement derrière le président sortant, Biram Ould Dah Abeid ne conteste que timidement les résultats de l’élection.

14Investi le 2 août 2014, Mohamed Ould Abdel Aziz se rend aux États-Unis pour assister au sommet Afrique-USA : auréolé du titre de président de l’Union Africaine et renforcé par cette élection sans remous, il est assuré de figurer en bonne place à la table de Barak Obama.

15Candidat sans véritable adversaire, appuyé de surcroît par une majorité présidentielle hégémonique dans les deux chambres comme dans les municipalités, Mohamed Ould Abdel Aziz n’a néanmoins d’autre choix que de tenter de rouvrir « le dialogue », véritable serpent de mer de la vie politique nationale. C’est au second semestre 2015 qu’on le voit à nouveau poindre. Une réunion est organisée le 7 septembre, fixée de manière unilatérale par la majorité présidentielle et sobrement appelée « Rencontres consultatives préliminaires au dialogue national inclusif ». L’objet de cette réunion est de fixer une méthodologie et un calendrier à un cycle de négociation entre opposition(s) et majorité présidentielle. Les deux principales plateformes de l’opposition, le CAP et le FNDU, dénoncent « une mascarade » et demandent le report de la rencontre. Le gouvernement annonce néanmoins qu’il entend continuer le dialogue national, dont la date est fixée au 10 octobre. Le FNDU rappelle, début octobre, qu’il ne se sent pas concernée par ce processus, mené de manière unilatérale par le pouvoir. Mais le FNDU rappelle également qu’il était attaché au (vrai) dialogue comme « seul moyen de sortir de la crise ». Il a cependant exigé une réponse écrite du gouvernement à son document relatif aux « conditions d’un dialogue sérieux et inclusif ». Le Dialogue national reporté au 7 novembre, le pouvoir invite toutes les forces politiques à s’y engager, sans néanmoins pouvoir tenir une réunion « inclusive ».

Économie en panne. Mobilisations sociales et syndicales

  • 19 . Mauritanian Copper Mines SA exploite une mine de cuivre dans le nord du pays. En 2012, la société (...)
  • 20 . Cette entreprise française était liée à la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN) par un contrat (...)

16Sur le terrain économique, les mauvaises nouvelles se sont accumulées tout au long des années 2014 et 2015, entrainant des mouvements sociaux plus ou moins « durs ». Les plus emblématiques sont ceux qui ont touché Kinross-Tasiast et la SNIM, deux fleurons de l’industrie minière en Mauritanie. Les licenciements opérés par Kinross-Tasiast s’ajoutent à ceux qui avaient touché en 2013 la MCM19 et Pizzorno20. MCM, Kinross-Tasiast et la SNIM subissaient alors de plein fouet les contrecoups de la baisse des cours mondiaux du cuivre, de l’or et du fer.

La cohorte des licenciements

  • 21 . Au sujet des mouvements sociaux de 2013, se reporter à A. Antil et C. Lesourd, 2012 et 2014.

17Annoncée en octobre 2013 déjà, la suppression effective de 293 postes chez Kinross-Tasiast avait eu l’effet d’un coup de semonce et ce, d’autant plus que la cote de cette société était élevée en raison, notamment, des conditions salariales qu’elle offrait à ses employés. L’année 2014 commence donc mal pour les travailleurs mauritaniens, et plus particulièrement pour ceux du secteur minier21.

  • 22 . Une filiale du groupe français PIZZORNO, qui assure le ramassage des ordures à Nouakchott depuis (...)
  • 23 . Communiqué de Dragui Transport en date du 22 mai 2014.

18En mai 2014, dans un contexte marqué par l’élection présidentielle à venir en juin, le ciel des affaires s’assombrit un peu plus encore : la société Dragui Transport22 annonce l’arrêt total de ses activités à compter du vendredi 23 mai. Elle justifie cette décision aussi radicale que soudaine par « un cumul dans le retard de paiement des montants dus à la société qui atteint 4,8 milliards d’ouguiyas (soit plus de 13 millions de dollars US) »23. Avec le départ de Dragui Transport, ce sont 1 200 travailleurs qui se retrouvent du jour au lendemain sur un marché de l’emploi déjà très tendu.

19Cette situation n’est pas sans répercussions sur le climat des affaires en Mauritanie. C’est ainsi qu’en mai 2014 lors d’une rencontre entre des membres du gouvernement mauritanien et des investisseurs français au siège du MEDEF, l’ardeur des investisseurs potentiels est passablement refroidie par l’intervention du représentant de la société Dragui Transport, François Léotard, qui explique à l’assistance les déboires de la société qu’il représente et combien il peine à recouvrer ses créances, malgré tous les efforts consentis. Pire, il déplore que toutes les portes au consensus se ferment subitement devant lui.

20En septembre 2014, les compagnies minières BUMI Mauritanie et TAMAGO BUMI SA, décident, après un long bras de fer, d’assigner le gouvernement mauritanien devant le Centre International de Résolution des Conflits et Différends liés aux Investissements (CIRDI) à Washington. Il s’agit de l’aboutissement d’un conflit né en 2013 quand le gouvernement mauritanien avait décidé unilatéralement de rompre le contrat d’exploration et d’exploitation d’une mine de fer située au nord de Nouakchott. Cette décision avait été jugée « arbitraire » par la partie adverse.

21En février 2015, la société Kinross Gold Corporation décide d’ajourner le projet d’agrandissement de l’usine de traitement de minerai du projet Tasiast. En septembre cette société propose à une partie de ses salariés un plan de départ volontaire, qui est malgré tout suivi d’un plan de licenciement de 148 personnes. En fin d’année 2015 deux articles du quotidien français Le Monde révèlent que la Securities and Exchange Commission (SEC), qui est le gendarme de la bourse américaine et dépend du département de justice américain, avait ouvert une enquête début 2014 sur de possibles liens de corruption entre la société minière Kinross Gold Corporation et le régime du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

22En septembre, la rumeur folle d’une vente de la SNIM à des investisseurs étrangers court à Nouakchott. Même si elle s’avère finalement erronée, la situation de l’entreprise est néanmoins préoccupante, à tel titre qu’elle vend en octobre une partie importante de ses actions dans deux des filiales du groupe (Damane Assurances et Réassurances, et la société Granites et Marbres de Mauritanie [GMM]).

  • 24 . Le Calame, 27 avril 2015. http://lecalame.info/?q=node/2015.
  • 25 . En l’occurrence la société mauritanienne SAMIA (Société Arabe des Industries Métallurgiques), don (...)

23Il faut tout de même mentionner deux nouvelles positives : en avril 2015, l’entreprise américaine Kosmos Energy déclare avoir fait d’importantes découvertes de gaz dans le domaine maritime mauritanien24. Fin, novembre, pour la première fois, la Mauritanie25 exporte une cargaison de gypse.

D’incessantes mobilisations dans le monde du travail

24Les restructurations et les litiges mentionnés plus haut ont eu un coût social considérable et ont alimenté le flot de manifestations ayant secoué le pays tout au long de ces deux années.

25C’est ainsi que dès janvier 2014, la Confédération Libre des Travailleurs de Mauritanie (CLTM), un syndicat ouvrier, publie un communiqué dans lequel elle appelle :

  • 26 . Source : Alakhbar, http://fr.alakhbar.info/8263-0-Licenciement-collectif-chez-Kinross-Mauritanie- (...)

« à la mobilisation contre la politique antinationale du gouvernement Mohamed Ould Abdel Aziz et ses alliés sociétés multinationales dont KINROSS/TASIAST d’extraction d’OR, MCM d’extraction de cuivre… qui depuis le début de l’année 2013 ont mis dans la rue environ 2000 entre permanents et non permanents travailleurs avec la complicité de l’État mauritanien 26».

26Le lendemain, des ouvriers licenciés répondent à l’appel du syndicat et installent un sit-in permanent en face du palais présidentiel. L’opposition ne tarde pas à joindre sa voix aux multiples protestations qui s’élèvent contre ces licenciements qualifiés d’abusifs.

  • 27 . Communiqué de la CGTM en date du 15 janvier 2014.
  • 28 . L’entreprise avait réalisé en 2013 une production record de 13 040 millions de tonnes de minerais (...)

27Quelques jours plus tard, cette fois, ce sont les employés de la Société Nationale Industrielle et Minière (SNIM) qui lancent un mouvement de grève pour « réclamer leur part des dividendes »27 arguant que la société avait réalisé, en 2013, de « bons résultats »28. Ce n’est qu’au mois de mai qu’un accord mettant fin à la série de grèves a été conclu entre la direction de l’entreprise et les travailleurs.

  • 29 . Pour éviter de revaloriser la rémunération des dockers la société TERCOM, spécialisée dans l’impo (...)
  • 30 . Au terme de cet accord, la société TERCOM s’engageait à faire décharger ses conteneurs à l’intéri (...)

28Le feu social ne va pas s’éteindre pour autant. Les dockers occasionnels du Port Autonome de Nouakchott dit Port de l’Amitié (PANPA) ont, de leur côté, engagé un mouvement de grève depuis le mois de janvier 2014. Ils protestent contre le non-respect par la société TERCOM29 d’un accord consécutif à une précédente grève conduite en 2013 pour obtenir l’amélioration de leurs conditions de travail et de rémunération30. Le mouvement ralentit alors considérablement les activités portuaires, obligeant plusieurs navires à rester en rade de Nouakchott plusieurs semaines durant. Il ne prend fin qu’au mois de mars, en même temps que commence un autre mouvement de grève, celui des enseignants contractuels du fondamental et du secondaire, qui exigent leur titularisation après trois années de travail, comme convenu avec le ministère de l’Education Nationale. Ils sont rejoints par leurs collègues de l’enseignement technique et professionnel. Les manifestants réclament, en outre, le paiement de leurs arriérés de salaires.

29Le mois de mars 2014 enregistre également les mouvements de grève des travailleurs licenciés de Pizzorno Dragui Transport pendant que les 150 licenciés de la MCM poursuivent leur bras-de-fer en multipliant les manifestations devant le palais présidentiel.

30Le début de l’année 2015 est marqué à son tour par un important conflit social à la SNIM. Ce mouvement débute fin janvier, d’abord sur le site de Zouérate, puis sur celui de Nouadhibou ; les salariés en grève réclament l’application des accords passés en 2014 portant entre autres sur :

« une augmentation générale de salaire assortie d’un rappel à partir du mois d’octobre 2014, un bonus de salaire en plus du rappel de primes de production impayées sur l’année 2014 estimées à 30 % à chaque fois que la production de minerai de fer atteint un seuil de 1,2 millions de tonnes, la fin du système de sous traitement et le recrutement des travailleurs sous le régime du contrat temporaire »31.

31Après 65 jours, la grève à la SNIM prend fin le jeudi 2 avril. L’entreprise s’engage à réintégrer les 400 mineurs licenciés depuis le début du mouvement, à verser l’équivalent de deux mois de salaire aux travailleurs et à entamer des négociations salariales.

32De nouveau, à leur tour, après quelques jours de grève en avril, des dockers du port autonome de Nouakchott, à l’initiative d’un syndicat, organisent le 29 juin 2015 un sit-in devant le Ministère de la fonction publique pour protester contre un décret qui prévoit la mise à la retraite anticipée des dockers à partir de 55 ans. Les dockers dénoncent une décision prise sans aucune concertation, s’alarmant des graves conséquences notamment de leurs pensions de retraite encore plus faibles que les salaires.

33La multiplication de tous ces mouvements sociaux, entre 2013 et 2015 incarne à sa manière la manifestation d’« un ras-le-bol social » général. Les expressions de la radicalité religieuse sont-elles une autre manifestation de ce « ras-le-bol » ou des « espaces défouloirs » négociés avec l’État ? La question mérite d’être posée.

Radicalisation islamiste

  • 32 . Forgerons, socialement considérés comme formant une « caste » inférieure. Rappelons que la sociét (...)
  • 33 . Lire Ould Ahmed Salem Z. (2013) aussi bien au sujet de l’islam politique que de sa remise en caus (...)

34Fin décembre 2013, c’est très opportunément que les écrits de Mohamed Ould Mkheitir – un jeune ingénieur issu de la caste défavorisée des moualimines [forgerons32] – sont rendus publics, juste au lendemain d’élections législatives et municipales boycottées par une partie de l’opposition… comme s’il s’agissait de reporter le débat sur un autre sujet que la désignation de députés et de conseils municipaux quasi monocolores33.

35Par ailleurs, au même moment, un courant radical, les Ahbab Errassoul34 menace de punir quiconque oserait célébrer les fêtes de fin d’année 2013, considérées comme contraires à l’Islam35. Pour finir, les détenus salafistes de la prison de Nouakchott ont entamé une grève de la faim pour réclamer (et obtenir) la libération d’un de leurs camarades (le Sénégalais Bachir Sidibé qui restait en détention malgré l’expiration de sa peine de trois ans d’emprisonnement). Quelques semaines plus tard, au premier jour de 2014, les mêmes salafistes prennent en otage leurs geôliers pour exiger cette fois la libération de quatre des leurs qui avaient également fini de purger leurs peines respectives36.

36L’année 2014 (l’année 2015 est de ce côté, plus calme) est ainsi marquée par d’importantes manifestations de foules condamnant lesdites « profanations » du coran et lesdits « blasphèmes » qui plongent le pays dans une situation d’extrême violence. Les appels au meurtre sur « les blasphémateurs » et les « profanateurs » ont été des révélateurs de la vigueur, notamment, du mouvement takfiriste, prompt à jeter l’anathème sur les adversaires livrés à la vindicte populaire pour avoir osé émettre un avis différent de la bien-pensance islamiste.

37L’impunité dans laquelle les radicaux agissent au grand jour et l’attitude des pouvoirs publics ont conduit certains observateurs à évoquer l’hypothèse d’une collusion entre ceux-ci et ceux-là. Et la tentation est grande de faire le lien avec les événements de septembre 2012 au Pakistan quand une jeune fille chrétienne est accusée d’avoir profané le Cora avant que ne soit établi que l’auteur de la manipulation n’était en fait… qu’un imam de mosquée.

Profanations et blasphème : l’heure des radicaux

38Des voix portées par des vents favorables et de troublantes coïncidences font planer sur la Mauritanie les plus inquiétantes menaces, en même temps qu’elles alimentent les rumeurs les plus surréalistes. Il y aurait un complot contre l’Islam, communément tenu pour le ciment de la société Mauritanienne.

  • 37 . Voir A. Antil et C. Lesourd, 2014.

39Aux tous premiers jours de 2014, circule sur la toile un texte produit par Mohamed Ould Mkheitir au sujet du prophète de l’Islam, le texte est jugé « blasphématoire »37. Un véritable lynchage public à travers le pays s’abat sur le jeune homme, avec le concours des médias publics qui assurent une large couverture à la campagne de diabolisation. Le Président Mohamed Ould Abdel Aziz part à la rencontre des manifestants qui s’amassent devant le palais présidentiel et leur assure que :

« La Mauritanie n’est pas laïque et que l’Islam et le Prophète Mohamed, Paix et Salut sur Lui (PSL) sont au-dessus de tout. L’atteinte à la religion de l’État et du peuple n’est permise d’aucune manière qui soit »38.

40Dans son habit d’amir el mou’minine, le président abonde dans le sens de la foule qui réclame la pendaison de Ould Mkhaitir, sans autre forme de procès. Soucieux de donner des gages aux mécontents, il déclare que :

  • 39 . Ibid.
  • 40 . Ibid.

« le gouvernement prendra toutes les mesures pour défendre l’Islam et faire face à tous ceux qui tenteraient de lui porter atteinte ». Car, de son point de vue, « ni la liberté, ni la démocratie ne sauraient permettre de porter atteinte à l’Islam religion propre de tous les mauritaniens »39. Comme pour clore le débat, le président « adresse un message à tous et répète une fois encore que la démocratie n’autorise pas l’atteinte à la religion. Et aux journalistes, aux sites électroniques et aux télévisions, je dis que la religion est au-dessus de tout et, d’aucune manière, il n’est permis d’y attenter et sous aucun prétexte, pour la simple raison que l’Islam est la religion du peuple mauritanien et il en sera ainsi toujours quel que soit le niveau de la démocratie et des libertés »40.

41Ould Abdel Aziz reçoit l’association des Oulemas de Mauritanie pour les rassurer. À sa suite, le président du parti politique d’obédience islamiste Mohamed Jemil Ould Mansour appelle « les Oulemas à prendre leurs responsabilités et défendre le prophète »41. Un homme d’affaires de Nouadhibou, capitale économique au nord de Nouakchott, promet l’équivalent de 10 000 € à quiconque assassine l’auteur des propos jugés blasphématoires42.

42Dans cette atmosphère d’appel au meurtre, ceux des Mauritaniens qui attendent une prise de position équilibrée de la Commission Nationale des Droits de l’Homme… ont vite déchanté. L’institution a bien pris position mais pour en appeler à l’application de l’article 306 de l’Ordonnance n°83-162 du 09 juillet 1983 portant institution d’un Code Pénal selon lequel :

  • 43 . À la date du 13 octobre 2015, le communiqué avait mystérieusement disparu du site de la CNDH.

« Tout musulman coupable du crime d’apostasie, soit par parole, soit par action de façon apparente ou évidente, sera invité à se repentir dans un délai de trois jours. S’il ne se repent pas dans ce délai, il est condamné à mort en tant qu’apostat, et ses biens seront confisqués au profit du Trésor. S’il se repent avant l’exécution de cette sentence, le parquet saisira la Cour suprême, à l’effet de sa réhabilitation dans tous ses droits, sans préjudice d’une peine correctionnelle prévue au 1er paragraphe du présent article. Toute personne coupable du crime d’apostasie (Zendagha) sera, à moins qu’elle ne se repente au préalable, punie de la peine de mort »43.

43L’avocat d’Ould Mkheitir, le célèbre Me Ichidou, reçoit à son tour des menaces de mort pour avoir accepté de défendre un « tel » client ; ses propres enfants n’échappent pas non plus à la vindicte des défenseurs autoproclamés du prophète de l’Islam et les sociétés/entreprises auxquelles leurs noms sont associés font l’objet d’un boycott et même de destruction sur la place publique – comme c’est le cas, par exemple, de la marque de téléphone mobile pour laquelle travaille le fils de l’avocat. Finalement, Maître Ichidou cède à la pression et renonce à défendre le jeune homme.

44Pourtant, Ould Mkheitir avait, dès le lendemain de la diffusion de son premier article, publié un autre texte dans lequel il exprimait ses regrets face à l’exploitation faite de son propos et se défend d’avoir voulu attaquer le prophète de l’Islam – qu’il aime plus que tout autre musulman, écrit-il. Il est à signaler que les deux textes ont fait l’objet d’une espèce de censure et n’ont été traduits et mis à la disposition du grand public que grâce à la pugnacité d’un blogueur mauritanien connu sous le pseudonyme de Vlane44 aidé, pour la traduction, par un militant des droits de l’Homme, Jemal Ould Yessa.

45Comme par coïncidence, le 28 janvier – soit quelques semaines à peine après le début de l’affaire dite « du forgeron » – un Coran est retrouvé déchiré à Zouerate, dans le nord du pays. Dès le lendemain, l’auteur de ce geste est déclaré mentalement déséquilibré, donc pénalement irresponsable. Cependant, la tension ne baisse pas.

46Au mois de mars, une nouvelle affaire de profanation de livres de Coran survient, à quelques jours de l’inauguration par Mohamed Ould Abdel Aziz de la première chaine de radio TV « La Mahadra » du Saint Coran. Cette fois, c’est un imam qui déclare avoir vu, dans la nuit du 2 au 3 mars 2014, des personnes descendre d’une voiture avant de s’introduire dans une mosquée, y prendre des livres de Coran qu’ils profanent aussitôt dans les toilettes attenantes. Dans la nuit même – et dans une « spontanéité » qui surprend autorités et citoyens – des manifestations se déclenchent à Nouakchott et se dirigent vers le palais présidentiel. Dispersés par la police, les manifestants se réorganisent dès le lendemain pour lancer une campagne de manifestations sur l’ensemble du pays et renouveler leur demande de pendaison d’Ould Mkheitir. Sans procès.

47Enfin, le 14 janvier 2015, plusieurs centaines de personnes manifestent à Nouakchott contre ce qu’elles appellent « les nouvelles caricatures contre le prophète Mohamed » de l’hebdomadaire français Charlie Hebdo. Se dirigeant vers l’ambassade de France, les manifestants sont stoppés par les forces de l’ordre. Des slogans (très minoritaires) en faveur des frères Kouachi sont alors entendus. Les manifestants affirment que les autorités françaises sont « complices » de Charlie Hebdo, dans la mesure où elles n’ont pas empêché la parution de ces caricatures. Le président Ould Abdel Aziz va une nouvelle fois à la rencontre des manifestants pour « improviser » un meeting au cours duquel il déclare qu’il n’est « ni Charlie, ni Charlot », égratignant sans les nommer ses pairs Africains (les Charlots) qui sont allés manifester à Paris contre les attentats terroristes de janvier 2015.

Islam politique en embuscade

48Jusqu’alors, les autorités mauritaniennes ne se sont pas distinguées par une volonté de mettre un terme à ces manifestations de plus en plus virulentes. Dans certains cas le pouvoir les a même accompagnées et encadrées avant de se faire déborder. Les manifestations consécutives à la profanation des livres de coran connaissent des niveaux de violence extrême. La police tire à balles réelles sur les manifestants provoquant la mort du jeune Ahmed Ould Hamoud, 20 ans. Le pouvoir a-t-il été dépassé par un monstre qu’il a laissé se développer à défaut de l’avoir créé ? Certaines coïncidences sont troublantes et nourrissent les théories complotistes les plus fantaisistes. Comme l’incinération des livres du rite Malékite en avril 2012 qui avait eu lieu à la veille d’une manifestation commune de l’opposition, la médiatisation des propos de Ould Mkheitir (en décembre 2013 au lendemain d’élections législatives et municipales boycottées par une partie de l’opposition radicale) a éclaté au lendemain du lancement du Forum National de la Démocratie et de l’Unité qui avait pour objectif de remettre l’opposition dans le jeu politique et de reprendre l’initiative. Un rapprochement pourrait aussi être établi entre cet acte et l’échec de la version mauritanienne du Printemps arabe. Dans cette hypothèse, les « islamistes » qui ont préempté (un temps) les révolutions tunisiennes et égyptiennes seraient les principaux bénéficiaires d’un embrasement de la situation en Mauritanie.

49D’autant que, outre les menaces proférées contre l’avocat d’Ould Mkheitir et la mise à prix de la tête du jeune homme, un imam du nom d’Ould Dahi (cf. note 34) lance une fatwa45 contre Aminetou Mint El Mokhtar, présidente de l’AFCF46 qui a « osé » demander un procès juste et équitable pour Ould Mkheitir. Les termes de la fatwa sont d’une violence rare. L’imam y déclare que Aminetou Mint El Mokhtar47 est :

« une infidèle dont il était licite de verser le sang pour apostasie » ; il ajoute que quiconque « lui arracherait les deux yeux après lui avoir tranché la tête serait récompensé par Allah ».

50Plus tard, l’affaire de la profanation des exemplaires du coran connait cependant un retournement spectaculaire avec l’arrestation de l’imam qui l’avait révélée ; celui-ci est entendu par la police en sa qualité d’unique témoin48. Profanation réelle ? Invention ? Retour du politique ? Le doute est jeté. Et la Haute Autorité de la Presse et de l’Audiovisuel (HAPA) sort soudainement de son mutisme et publie un communiqué dans lequel elle :

« exhorte […] la presse audiovisuelle, écrite et électronique à s’armer de professionnalisme dans le traitement des informations relatives à cet événement, d’éviter les rumeurs et tout ce qui est de nature à exacerber la situation ou à favoriser les tensions »49.

51Malgré ce nouveau climat de distance entre le politique et le religieux et contrairement aux dispositions mêmes de l’article 306 du code pénal mauritanien, Mohamed Ould Cheikh Mkheitir est séparé de son épouse (devenue « illicite »), il est maintenu en détention, jugé avec l’assistance de deux avocats commis d’office et condamné à mort en décembre 2014.

52C’est le début de ce qui ressemble à un « divorce » entre le pouvoir et certains courants religieux. Plusieurs associations caritatives sont priées de cesser leurs activités pour « être sorties de leur mission »50. L’association El Moustaqbal du célèbre prédicateur Mohamed El Hacen Ould Dedew51 en fait partie. C’est la fin de la lune de miel entre Ould Dedew et le président de la république52. Les biens de l’association sont saisis.

  • 53 . Selon divers témoignage recueillis à Nouakchott en février 2016, une bonne partie de ces mahadras (...)
  • 54 . Voir Noorinfo : « Fermeture de Mahadras et d’Instituts islamiques en Mauritanie : Une guerre poli (...)

53Fin 2015, quelques dizaines de mahadras sont fermées par mesure administratives en particulier dans l’est du pays53, sur décision du Ministère des Affaires islamiques et de l’Enseignement originel, en raison de leur obédience salafiste supposée. Cette décision déclenche de fortes réactions notamment la classique opposition entre les oulémas proches du pouvoir, regroupés au sein de l’association des oulémas de Mauritanie d’une part et des « oulémas » d’opposition de l’autre54. Malgré ce changement de pas, Mohamed Ould Mkheitir, lui, est toujours en prison.

  • 55 . Le régime de Mohamed Khouna Ould Haidallah (1981-1984) avait connu une forte influence des couran (...)
  • 56 . Les actes terroristes perpétrés en territoire mauritanien depuis 2005 par des Mauritaniens, notam (...)

54Cette situation en Mauritanie montre à quel point l’atteinte aux symboles religieux est le plus sûr moyen de faire basculer les équilibres politiques et sociaux. Elle démontre également que la société mauritanienne s’est insidieusement transformée pour plus de radicalisation religieuse. Des pratiques islamiques jusqu’alors inconnues ont commencé à s’installer en Mauritanie depuis les années 1990 dans le sillage des mouvements dits de Da’wa wa Tabligh55. De leur côté et sans réel contrôle, certaines ambassades ont longtemps distillé en sous-marin et en toute impunité leur « vision » d’un Islam prosélyte et radical. Au point que des dizaines de jeunes Mauritaniens ont rejoint les groupes terroristes qui écument le Sahara-Sahel. Les digues ont sauté les unes après les autres et les cordons sanitaires ont disparu56.

55Il serait imprudent de ne pas voir derrière ces manifestations un exutoire des frustrations accumulées au fil des années dans un pays où les citoyens se voient priver de l’essentiel de leurs droits. Enfin, il existe dans ces troubles à caractère religieux qui ont secoué le pays, un faisceau d’éléments qui conduisent à prendre pour hypothèse, digne d’être étudiée, l’idée d’une complicité entre des officines de l’État et certains courants islamistes en vue d’allumer des contre-feux pour désamorcer d’autres dynamiques plus difficiles à contrôler.

Esclavage et crimes de sang : comme des épines à la barbe

  • 57 . En 2015 par exemple, l’UE exprime en janvier sa très vive inquiétude sur le sort des militants de (...)
  • 58 . Les Halpulaar’en (sing Halpulaar), Wolofs, Soninkés et Maures.

56L’image de la Mauritanie ne cesse de pâtir de la situation catastrophique dans laquelle se trouvent les droits de l’homme. Régulièrement, en 2014 et 2015, le pays est cité en mauvais exemple par des ONG et des institutions internationales57. Il s’agit principalement de la manière dont sont prises en charge les questions liées à l’esclavage et ses séquelles d’une part et, de l’autre, l’incapacité dans laquelle se trouve le pouvoir de solder définitivement la question des déportations massives vers le Mali et le Sénégal (plusieurs centaines de milliers de personnes), des exécutions extrajudiciaires, des purges au sein des institutions militaires et des licenciements massifs qui ont frappé les populations noires58 de Mauritanie entre 1986 et 1991.

Activisme des abolitionnistes et réactions décalées du pouvoir

  • 59 . A. W. Ould Cheikh, 1993.
  • 60 . A. Antil et C. Lesourd, 2014.

57Depuis la fin des années 1970 et la création du mouvement El Hor59, les militants anti-esclavagistes exercent sur le pouvoir mauritanien un harcèlement permanent. Le face-à-face mi-feutré qui a prévalu jusqu’à la fin des années 2000 prend une nouvelle tournure, affirmée, avec la publication en 2013 du « Manifeste sur les droits politiques, économiques et sociaux des Haratîns au sein d’une Mauritanie unie, égalitaire et réconciliée avec elle-même »60. Toutefois le face à face ne cesse de muter et, depuis 2014, n’a de cesse de se radicaliser davantage : c’est ainsi que, dès le mois de janvier, Biram Ould Dah Abeid – leader de l’Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA) et prix Nations Unies des droits de l’homme – décide d’associer l’engagement politique au combat pour les droits de l’homme en se déclarant candidat à l’élection présidentielle. La décision surprend d’autant plus que, lors des élections législatives et municipales de novembre 2013, Biram Ould Dah avait dénoncé en des termes sévères les formations qui avaient choisi de participer au scrutin qui n’avait d’autre finalité, de son point de vue, que de valider le forcing de Mohamed Ould Abdel Aziz.

58Dès le mois de février 2014, le pays est secoué par une nouvelle affaire d’esclavage à Bir Moghrein dans le Nord du pays. Dans la foulée, le gouvernement crée une cour spéciale chargée des crimes d’esclavage. Deux mois plus tard, en avril, un collectif dit « Manifeste des droits des haratines » organise une gigantesque marche pour réclamer plus de justice aux haratines et la fin des pratiques esclavagistes. Toute la classe politique et civile y participe. Quelques défections sont cependant enregistrées : l’Alliance populaire progressiste (APP) de Messaoud Ould Boulkheir, leader historique de la cause des haratines ainsi que Biram Ould Dah, le leader d’IRA appellent au boycott de la marche. Au sein de l’organisation abolitionniste, la décision est contestée par quelques membres du bureau exécutif dont le vice-président Brahim Ould Bilal qui démissionne du mouvement. Il reviendra sur sa décision quelques jours plus tard suite à de nombreuses médiations.

  • 61 . C’est aussi deux fois moins que Messaoud Ould Boulkheir aux élections présidentielles de 2009.

59La marche connait un succès éclatant et signe une véritable démonstration de force des anti-esclavagistes qui font la preuve de leur capacité de mobilisation. Les partisans du candidat Biram Ould Dah se prennent à rêver de mettre en ballotage le président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz à l’élection présidentielle à venir (en juin) – Biram Ould Dah n’y recueillera finalement que 8 % des suffrages, largement derrière Mohamed Ould Abdel Aziz qui obtient 82 % des voix61.

  • 62 . Voir AMI, « La ligue des oulémas affirme qu’en Mauritanie, il n’y a plus d’esclavage légal », 31 (...)

60Face au rythme imposé par les militants abolitionnistes, le pouvoir mauritanien tente quelques réponses qui ne dissipent pas le brouillard faute de faire ouvertement face au phénomène. Après avoir créé, sur les cendres de l’Agence Nationale d’Accueil et d’Insertion des Réfugiés (ANAIR), l’agence Tadamoun chargée de combattre « les séquelles de l’esclavage » suivant la terminologie officielle, le gouvernement adopte, dès février 2014, une feuille de route avec un plan ambitieux pour éradiquer l’esclavage. En mars 2015, la ligue des oulémas de Mauritanie, inféodée à l’exécutif, édicte une fatwa qui condamne l’esclavage62.

61Mais dans le même temps, les rapports entre le gouvernement et les militants abolitionnistes ne s’améliorent pas. C’est ainsi que près de Rosso, dans la wilaya du Trarza (au sud du pays), les forces de l’ordre répriment violement, le 11 novembre, une marche organisée à l’appel de l’ONG KAWTAL contre l’« esclavage foncier » et l’expropriation des terres63. Plusieurs manifestants sont arrêtés et jugés : parmi eux, Djiby Sow (président de l’ONG KAWTAL), Biram Ould Dah et Brahim Ould Bilal (respectivement président et vice-président d’IRA) sont condamnés à deux années d’emprisonnement et sont incarcérés à la prison civile d’Aleg (au centre du pays) où ils purgent leurs peines. Malgré leurs recours et la mobilisation de l’opinion publique nationale et internationale, seul Djiby Sow a bénéficié d’une libération provisoire pour raisons médicales.

62Pendant toute l’année 2015, ce bras de fer entre l’IRA et les autorités se poursuivra. Février, grève de la faim de membres de l’IRA pour dénoncer les conditions de détentions de leurs camarades. Juin. Arrestation de militants de l’IRA qui manifestent dans la ville de Rosso lors de la visite du président Mohamed Ould Abdel Aziz dans cette ville. Juillet, manifestation de membres de l’IRA devant le parlement pour réclamer des améliorations de la loi anti-esclavagiste. Septembre, arrestation à Aleg de militants anti-esclavagistes qui, selon les autorités, ont perturbé une réunion publique durant laquelle une ministre venait vanter le Dialogue National. Décembre, lors d’une audition sur la Mauritanie organisée au Parlement européen, dans la sous-commission des droits de l’Homme, un membre de l’IRA a demandé aux autorités mauritaniennes de :

« reconnaître l’identité des Haratines, groupe majoritaire, en tant que groupe ethnique à part entière, indépendant de celui des arabo-berbères, avec lesquels ils partagent la langue, héritage des rapports esclavagistes ».

« Un passif humanitaire » qui ne passe pas

63La cohabitation entre les différentes composantes nationales en Mauritanie vient régulièrement rappeler combien il est difficile de construire un projet où se reconnaitraient les Mauritaniens dans leur pluralité.

  • 64 . Il s’agit de COVIRE (Collectif des Victimes de la Répression), SOS Esclaves, AMDH (Association Ma (...)

64C’est ainsi qu’en janvier 2014, au plus fort des troubles consécutifs à « l’affaire du forgeron », des organisations de défense des droits de l’homme64 organisent une manifestation non autorisée dans le sud du pays, à Wothie, en hommage aux victimes des exécutions extrajudiciaires sous la dictature d’Ould Taya (1984-2005). Cette localité a été identifiée par les défenseurs des droits de l’Homme comme un site abritant des charniers humains suite aux exécutions dont les populations noires de Mauritanie furent victimes en 1989-1991. La manifestation est violemment réprimée par les forces de l’ordre.

  • 65 . Voir A. Diagana, 2015 ; A. Antil et C. Lesourd C., 2012.

65Sur un autre plan, l’enrôlement des populations initié depuis 2011 est régulièrement dénoncé par les populations noires du pays qui y voient une tentative de minorer leur poids démographique65. Pour réclamer l’octroi de leurs droits (notamment des papiers d’état civil), les Mauritaniens anciennement déportés au Sénégal organisent une marche. Le 25 avril 2014, ils quittent Boghé – où ils avaient été « installés » après leur retour organisé par le HCR et l’État mauritanien – pour rallier Nouakchott. Un parcours de près de 300 km. Arrivés aux portes de la capitale le 4 mai 2014, ils sont accueillis par une foule immense, sensibilisée tout le long de leur parcours. Mais les forces de l’ordre ont pour consigne de ne pas laisser les manifestants entrer dans la capitale. Sous une pluie de grenades lacrymogènes, les manifestants doivent se résoudre à se disperser. Cet accueil brutal provoque l’indignation générale. Mais les manifestants ont atteint leur objectif. Ils sont désormais entendus. Pour exprimer leur colère et leur indignation, quatorze étudiants mauritaniens occupent l’ambassade de la Mauritanie en France. Ils seront poursuivis en justice par les autorités mauritaniennes.

66La situation commence à retrouver son calme quand, au mois d’août, survient l’affaire du « disparu de Niabina ». En août 2014, la monture du berger maure Mohamed Ould Cheikh Ould N’zil est retrouvée seule vers Niabina, une localité du sud de la Mauritanie, habitée par des Haalpulareen mauritaniens. Sans nouvelles, les parents du berger mobilisent toute leur tribu dont les membres accourent de tous les coins du pays pour assiéger le village. Les forces de sécurité sont également de la partie. Pendant cinq jours, le village est maintenu sous blocus avant que le disparu ne refasse son apparition à Nouakchott, sain et sauf. Dans l’intervalle, des villageois sont accusés de l’avoir enlevé, voire assassiné.

67Dans ce contexte tendu, se tient, les 29 et 30 aout 2014, le congrès des Forces de Libération des Africains de Mauritanie (FLAM) à Nouakchott. L’événement est de grande portée. Cette organisation qui milite pour le partage du pouvoir et des responsabilités entre blancs et noirs de Mauritanie avait fait l’objet d’une répression violente sous la dictature de Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya (1984-2005). En de nombreuses occasions, le pouvoir s’en est servi comme d’un épouvantail pour réduire la place des populations noires en Mauritanie. À l’issue du congrès, le mouvement décide de se muer en parti politique dénommé FPC (Forces Progressistes du Changement) et produit un document dans lequel il présente sa vision de l’autonomie en Mauritanie66.

68Les années 2014 et 2015 ont été marquées par de violentes secousses politiques, religieuses, sociales et identitaires. À bien des égards, elles ont rudement éprouvé les fragiles équilibres de la société mauritanienne. Si le pouvoir a réussi à désamorcer les crises les unes après les autres, son image en a sérieusement été écornée. Sur le plan intérieur, la désaffection des populations en butte à la gestion d’un quotidien social difficile va en s’accentuant, à mesure que s’accumulent les mauvaises nouvelles économiques. Le régime qui avait axé son discours sur la lutte contre la gabegie et la pauvreté semble de moins en moins capable à gérer dans la sérénité les mobilisations sociales qui ne parviennent toutefois pas à se coaliser. Au plan international, les affaires liées à l’esclavage, au racisme ou à la présence d’un important courant salafiste sur son territoire ternissent davantage l’image du pays. C’est en partie pour redorer son blason et donner l’illusion que le jeu politique n’est pas fermé que le pouvoir relance sans cesse l’idée d’un énième dialogue politique.

Top of page

Bibliography

Ahmed Mohamed Lemine (Ould), 1983, L’abolition de l’esclavage en Mauritanie, Dakar, Faculté de Droit, mémoire de maîtrise.

Ahmed Salem Zekeria (Ould), 2013, Prêcher dans le désert. Islam politique et changement social en Mauritanie, Paris, Karthala.

Antil Alain & Lesourd Céline, 2008, « Non mon Président ! Oui mon Général ! Chronique politique de l’année 2008 en Mauritanie », L’Année du Maghreb, V, p. 365-383.

Antil Alain, 2012, « Chronique politique 2012 : Entre insécurité et émergence d’un modèle de gouvernance », L’Année du Maghreb, IX, p. 369-381.

Antil Alain & Lesourd Céline, 2012, « Une hirondelle ne fait pas le printemps. Grammaire des mobilisations sociales et politiques et retour de la question négro-mauritanienne », L’Année du Maghreb, VIII, p. 407-429.

Bonte Pierre, 1998, L’émirat de l’Adrar. Histoire et anthropologie d’une société tribale du Sahara occidental, Paris, EHESS, thèse d’État en anthropologie.

Bonte Pierre, 2001, La montagne de fer. La SNIM (Mauritanie), une entreprise minière saharienne à l’heure de la mondialisation, Paris, Karthala.

Chassey Francis (De), 1993, L’Étrier, la houe et le livre. Sociétés « traditionnelles » au Sahara et au Sahel occidental, Paris, Anthropos.

Cheikk Abdel Wedoud (Ould), 1985, Nomadisme, Islam et politique dans la société maure précoloniale (XIe-XIXe siècles). Université de Metz, thèse de doctorat en sociologie.

Cheikk Abdel Wedoud (Ould), 1993, L’évolution de l’esclavage dans la société maure, in Bernus E., P., Boiley et al., (dir.), Nomades et commandants, adminis­tration et sociétés nomades dans l’ancienne AOF, Paris, Karthala, p. 181-193.

Ciavolella Riccardo, 2010, Les Peuls et l’État en Mauritanie. Une anthropologie des marges, Paris, Karthala.

Daddah Amel, 1998, « La longue marche des haratines », Le Monde Diplomatique, Novembre.

Diagana Abdoulaye, 2010, « Le développement local en Mauritanie », in Hommes & migrations, « Les migrations subsahariennes », n°1286-1287.

Diagana Abdoulaye, 2015, « Political Change in Mauritania: Desperately Seeking its “Arab Spring” » in Yahia H. Zoubir and Gregory White North African Politics: Change and Continuity, Oxford, Routledge.

El Arby Salek (Ould), 2003, Les Haratins. Le paysage politique mauritanien, Paris, L’Harmattan.

Fresia Marion, 2009, Les Mauritaniens réfugiés au Sénégal. Une anthropologie critique de l’asile et de l’aide humanitaire, Paris, L’Harmattan.

Hamed Moussa (Ould), 2008, « Menace terroriste en Mauritanie : un cas d’école », L’Année du Maghreb, IV | 2008, p. 337-343.

Lesourd Céline & Antil Alain, 2014, « Je dois tout contrôler moi-même ». Changement d’un mode de gouverner », L’Année du Maghreb, XI, p. 275-297.

Top of page

Notes

1 . Voir « Économie mauritanienne : des stratégies d’endettement aux licences d’exploration et d’exploitation minières », intervention au colloque Le Sahel en 2012 : évolutions, sécurité et développement organisée à l’Ifri le 22 juin 2012.

2 . La SNIM Société Nationale Industrielle et Minière exploite le fer en Mauritanie. Elle est la principale pourvoyeuse d’emplois et de devises du pays. Au sujet de la SNIM, voir P. Bonte, 2001.

3 . http://mo.ibrahim.foundation/static/iiag-data-portal-2015/index-fr.html .

4 . Le taux de chômage, calculé par la Banque Mondiale en 2014, était de 31 %. http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SL.UEM.TOTL.ZS . Par ailleurs, le taux d’emplois vulnérable était de 54,6 %. Voir le rapport Mauritanie 2016 de l’African economic Outloock (PNUD/OCDE/ BAfD), p. 12.

5 . Kinross-Tasiast, filiale de la société canadienne Kinross, avait procédé, en décembre 2013, au licenciement de 293 personnes. Selon le communiqué de l’entreprise, cette restructuration était rendue nécessaire par la chute des cours de l’or et avait pour objectif « d’assurer la viabilité de ses activités en Mauritanie à long terme ». Kinross-Tasiast exploite la mine d’or de Tasiast, près d’Akjoujt. http://www.kassataya.com/vous/12109-communique-kinross-tasiast

6 . Descendants des esclaves affranchis.

7 . En 2013 déjà, des détenus islamistes de la prison de Nouakchott avaient entamé une grève de la faim en guise de solidarité avec le détenu sénégalais Bachir Sidibé, maintenu en détention après avoir purgé une peine de trois ans d’emprisonnement pour appartenance à une organisation terroriste. Après huit jours, le 31 décembre, Bachir Sidibé avait été libéré.

8 . Après plus de 50 ans de monopole d’État, les ondes ont été libéralisées en 2011 avec l’attribution, en deux temps, de 10 licences (cinq radios et cinq chaines de télévisions). Les conditions d’attribution restent floues ; les licences sont revenues, pour l’essentiel, à des promoteurs réputés proches du pouvoir. L’auteur de ces lignes avait introduit une demande de licence pour le compte d’un organe qui, à l’époque était le seul à avoir une existence réelle. La demande a été rejetée pour défaut d’engagement à maintenir un actionnariat stable. Or, non seulement le document avait été produit mais il avait été notarié. Dans les faits, le fonctionnement des nouvelles chaines a enregistré plusieurs cas de censure dont certains ont entrainé des démissions comme celles des Directeurs Généraux de Sahel TV (Bah Ould Saleck) et Al Wataniya (Hanevi Ould Dahah).

Voir http://kassataya.com/mauritanie/6113-edito-de-kassataya-liberalisation-des-ondes-au-nom-de-la-mauritanie-plurielle ou encore http://www.noorinfo.com/Liberalisation-de-l-audiovisuel-La-quasi-totalite-des-licences-attribuees-a-des-proches-d-Aziz_a1425.html .

9 . A. Diagana, 2015, « Political Change in Mauritania : Desperately Seeking its “Arab Spring”  », in North African Politics : Change and Continuity, Edited by Yahia H. Zoubir and Gregory White, Routledge, September 2015, p. 203.

10 . Les députés et les maires avaient été élus en 2006 pour un mandat de 5 ans. De nouvelles élections devaient être organisées en 2011 mais elles ont été reportées plusieurs fois pour se tenir enfin en 2013 avec deux ans de retard.

11 . La Mauritanie a en réalité bénéficié d’un concours de circonstances qui en a fait une candidate par défaut. En effet, la présidence de l’UA est attribuée de façon tournante à l’une des régions du continent et, cette année, la présidence devait revenir à l’Afrique du Nord. Or, le Maroc ne faisant plus partie de l’Organisation de l’Unité Africaine puis de son héritière l’UA (qui a reconnu la République Arabe Sahraouie Démocratique), il ne restait que l’Algérie, la Tunisie, l’Égypte, la Libye et la Mauritanie. Compte tenu des problèmes de santé du président Bouteflika et des transitions politiques en cours en Tunisie, en Egypte et en Libye, le choix de la carte mauritanienne a été retenu.

12 . En 2009 pour sortir de la crise consécutive au coup d’État perpétré par Mohamed Ould Abdel Aziz contre le régime civil démocratiquement élu de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, les acteurs politiques mauritaniens s’étaient retrouvés à Dakar dans le cadre d’une médiation internationale pilotée par le Sénégal et l’Union Africaine. Mais si « les accords de Dakar » ont permis d’organiser une élection présidentielle pour marquer un retour à l’ordre constitutionnel normal, l’opposition a toujours estimé qu’elle n’y trouvait pas son compte parce que les décisions de cet accord n’ont été que partiellement mis en œuvre.

13 . Les formations politiques regroupées au sein de la Convention pour une Alternance Pacifique (CAP), réputée modérée (avec l’Alliance Populaire Progressiste de Messaoud Ould Boulkheir ; El Wiam de Boidiel Ould Hoummeid ; Sawab, d’Abdessalam Ould Horma.) avaient, contrairement à la Coalition de l’Opposition Démocratique (COD), participé à un précédent dialogue politique avec la majorité du 17 septembre au 19 octobre 2011 à Nouakchott. Certaines conclusions du dialogue ont été transposées dans la Constitution dont : « la criminalisation des coups d’État » ; la responsabilisation du gouvernement devant le parlement ; l’indépendance de la justice ; la réforme du statut de l’opposition dont le chef de file devra désormais être un élu (ce qui n’est pas le cas de M. Ahmed Ould Daddah qui occupait alors le poste) ; la réforme du code électoral et de la mission de la CENI qui prend en charge désormais l’organisation de l’élection de bout en bout, c’est-à-dire depuis l’établissement des listes électorales jusqu’à la proclamation des résultats ; enfin le nombre de sièges à l’assemblée nationale passe de 95 à 146.

14 . Le FNDU (Front National de Défense de la Démocratie) est l’héritier de la Coalition de l’Opposition Démocratique (COD) à laquelle s’ajoute Tawassoul, d’obédience islamiste et les organisations de la société civile.

15 . Comme la plateforme dont il est l’héritier, la COD l’avait fait lors des municipales et des législatives.

16 . Novembre et décembre 2013.

17 . De son côté, un temps déclaré candidat, l’ex-bâtonnier Me Ould Bouhoubeyni s’est retiré de la course pour les mêmes raisons.

18 . Réformateurs musulmans, première formation de l’opposition parlementaire depuis les élections législatives de décembre 2013. Un de ses membres est le nouveau chef de file de l’opposition statutaire.

19 . Mauritanian Copper Mines SA exploite une mine de cuivre dans le nord du pays. En 2012, la société avait été secouée par de violentes manifestations suite à une première vague de licenciements et à des revendications syndicales pour l’amélioration des conditions de travail.

20 . Cette entreprise française était liée à la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN) par un contrat de gestion des ordures. Le contrat fut dénoncé à la faveur du changement d’équipe municipale et la société française dut quitter la Mauritanie. Pizzorno réclamait en outre la somme de 13 millions de dollars à la CUN et aux autorités mauritaniennes.

21 . Au sujet des mouvements sociaux de 2013, se reporter à A. Antil et C. Lesourd, 2012 et 2014.

22 . Une filiale du groupe français PIZZORNO, qui assure le ramassage des ordures à Nouakchott depuis 2007

23 . Communiqué de Dragui Transport en date du 22 mai 2014.

24 . Le Calame, 27 avril 2015. http://lecalame.info/?q=node/2015.

25 . En l’occurrence la société mauritanienne SAMIA (Société Arabe des Industries Métallurgiques), dont la SNIM est actionnaire à 50 %.

26 . Source : Alakhbar, http://fr.alakhbar.info/8263-0-Licenciement-collectif-chez-Kinross-Mauritanie-la-CLTM-crie-Halte-au-scandale-.html.

27 . Communiqué de la CGTM en date du 15 janvier 2014.

28 . L’entreprise avait réalisé en 2013 une production record de 13 040 millions de tonnes de minerais de fer et un chiffre d’affaires de 1 127 milliards de dollars us. Mais elle a aussi été sollicitée par exemple pour financer en partie, sous forme d’un prêt de 18 milliards d’ouguiyas, les travaux du nouvel aéroport international de Nouakchott réalisés par la société Najah Major Work.

29 . Pour éviter de revaloriser la rémunération des dockers la société TERCOM, spécialisée dans l’import-export, sortait les conteneurs du port pour les faire décharger à moindre frais dans ses entrepôts en ville.

30 . Au terme de cet accord, la société TERCOM s’engageait à faire décharger ses conteneurs à l’intérieur du port, avec des conditions de rémunération plus intéressantes pour les dockers occasionnels. Lire le communiqué de la CGTM, http://www.cgtm.org/spip.php?article1401 .

31 . Voir Financial Afrik, février 2015. http://www.financialafrik.com/2015/02/12/mauritaniemines-les-grevistes-de-la-snim-reclament-la-tete-de-ladg/ .

32 . Forgerons, socialement considérés comme formant une « caste » inférieure. Rappelons que la société maure est scindée en groupes statutaires : hassân (guerriers), zawâyâ (marabouts) – soit les ordres considérés comme « nobles », « aristocratiques » – ; les tributaires, les artisans, les griots, les esclaves et les haratines (descendants d’esclaves affranchis) – sont considérés au bas de la hiérarchie sociale. Tous sont répartis dans des ensembles tribaux. (P. Bonte, 1998 ; A.W. Ould Cheikh, 1985 ; P. de Chassey, 1993).

33 . Lire Ould Ahmed Salem Z. (2013) aussi bien au sujet de l’islam politique que de sa remise en cause par les courants progressistes et abolitionnistes.

34 . Les amis du prophète (littéralement : ceux qui aiment le prophète). Il s’agit d’un mouvement animé par Yehdhih Ould Dahi qui milite pour une vision rigoriste de l’Islam et la défense de son prophète. Ould Dahi, met aussi à profit la très grande couverture médiatique dont il bénéficie pour défendre les textes faisant l’apologie de l’esclavage. Il est enfin l’auteur de la fatwa contre la présidente de l’Association des Femmes Chefs de Famille, Mme Aminetou Mint El Mokhtar : « cette malveillante qui défend Mkheitir et dit qu’il est un détenu d’opinion et qui a demandé sa libération et qu’on lui rende son épouse, celle qui décrit le groupe des amis de prophète comme des Boko Haram et des Takfiri, car ils n’ont fait que demander de l’équité pour le prophète et le respect de son honneur, qu’elle soit damnée par Allah, les anges et les gens réunis. Aujourd’hui j’annonce avec la bénédiction d’Allah son apostasie pour avoir minimisé les atteintes à l’honneur du prophète. C’est une infidèle dont le sang et le bien sont licites. Quiconque la tue ou lui arrache les deux yeux sera rétribué chez Allah ».

35 . Pour saisir les fondements de cette radicalisation du discours religieux, il faudrait remonter au mois d’avril 2012 quand Biram Ould Dah Abeid, un militant antiesclavagiste incinérait des livres de droit islamique malékite à la veille d’une importante campagne de désobéissance civique préparée par l’opposition. Une campagne médiatique sans précédent avait tenu le pays en haleine, de nombreux manifestants demandant la pendaison de l’auteur de l’acte jugé blasphématoire.

36 . Le 23 janvier 2014, http://www.rmibiladi.com/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=2868:prison-civile-de-nouakchott--scenes-surrealistes&catid=1:actualites&Itemid=2

37 . Voir A. Antil et C. Lesourd, 2014.

38 . Source AMI consulté le 2 octobre 2015 http://www.ami.mr/fr/index.php?page=Depeche&id_depeche=25015 .

39 . Ibid.

40 . Ibid.

41 . Consulté le 2 octobre 2015 http://kassataya.com/mauritanie/12331-mohamed-jamil-mansou-aux-oulema-de-defendre-le-prophete .

42 . http://www.kassataya.com/societe/12472-mauritanie-entre-apostasie-libertes-individuelles-et-appel-au-meurtre-debat-muscle-autour-des-valeurs-islamiques .

43 . À la date du 13 octobre 2015, le communiqué avait mystérieusement disparu du site de la CNDH.

44 . http://www.chezvlane.com/2015/01/tenez-vous-bien-voila-le-fond-de.html?view=classic .

45 . http://www.28novembre.info/index.php/int/5207-2014-06-05-12-55-06.html .

46 . Association des Femmes Chefs de Famille qui milite contre l’esclavage, les violences faites aux femmes, la maltraitance des enfants entre autres.

47 . Dans un entretien informel en février 2016, à Nouakchott, Aminetou Mint El Mokthar nous confiait qu’elle avait signalé aux forces de l’ordre cette menace mais que, celles-ci n’avaient pas, à sa connaissance, auditionné Ould Dahi.

48 . http://fr.saharamedias.net/L-imam-de-la-mosquee-ou-les-exemplaires-du-Coran-ont-ete-dechires-arrete-par-la-police_a4230.html .

49 . http://www.ami.mr/fr/index.php?page=Depeche&id_depeche=25664 .

50 . http://www.kassataya.com/societe/12952-mauritanie-le-gouvernement-ferme-des-centres-caritatifs-musulman .

51 . Mohamed El Hacen Ould Dedew est l’inspirateur du parti d’obédience islamiste Tawassoul, proche du courant des « frères musulmans ».

52 . Le premier est souvent intervenu auprès du second comme quand il conduisait les discussions avec les prisonniers salafistes mauritaniens ou encore quand il réconciliait le Président mauritanien et le banquier Mohamed Ould Noueigued du groupe éponyme.

53 . Selon divers témoignage recueillis à Nouakchott en février 2016, une bonne partie de ces mahadras fonctionnaient de nouveau quelques mois plus tard.

54 . Voir Noorinfo : « Fermeture de Mahadras et d’Instituts islamiques en Mauritanie : Une guerre politique à relent religieux ou une guerre par procuration », 8 janvier 2016.

55 . Le régime de Mohamed Khouna Ould Haidallah (1981-1984) avait connu une forte influence des courants islamistes. Il s’était laissé convaincre d’introduire la Charia dans le dispositif judiciaire mauritanien avec le tragique souvenir des mains coupées pour vol, même si, seuls les petits bandits en avaient fait l’expérience.

56 . Les actes terroristes perpétrés en territoire mauritanien depuis 2005 par des Mauritaniens, notamment l’assassinat de quatre touristes français près d’Aleg le 24 décembre 2007 par Ould Chabarnou et son groupe. Lire Moussa Ould Hamed 2008 ; Diagana et alii 2005 ; Z. Ould Ahmed Salem, 2013.

57 . En 2015 par exemple, l’UE exprime en janvier sa très vive inquiétude sur le sort des militants de l’IRA condamnés (voir infra) et « réitère son attachement aux droits de l’homme en général, et aux droit à l’association et de manifestation en particulier, et continue à suivre ce dossier, y compris ses aspects judiciaires, avec une attention particulière », Le Calame, « Inquiétude de l’UE au sujet de la condamnation des militants de l’IRA », 20 janvier 2015, http://lecalame.info/?q=node/1430 . Début novembre, le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies (CDHNU) dresse un tableau sombre de la situation mauritanienne : mutilations génitales, torture, situation lamentable des prisons ou encore la forte dépendance de la justice à l’égard de l’exécutif. Le CDHNU alerte également sur le fait que certains habitants du pays ont des difficultés à obtenir des papiers d’identité.

58 . Les Halpulaar’en (sing Halpulaar), Wolofs, Soninkés et Maures.

59 . A. W. Ould Cheikh, 1993.

60 . A. Antil et C. Lesourd, 2014.

61 . C’est aussi deux fois moins que Messaoud Ould Boulkheir aux élections présidentielles de 2009.

62 . Voir AMI, « La ligue des oulémas affirme qu’en Mauritanie, il n’y a plus d’esclavage légal », 31 mars 2015.

63 . http://www.kassataya.com/societe/15390-caravane-de-sensibilisation-les-autorites-tancent-les-organisateurs . Voir A. Diagana, 2010.

64 . Il s’agit de COVIRE (Collectif des Victimes de la Répression), SOS Esclaves, AMDH (Association Mauritanienne des Droits de l’Homme), KAWTAL, IRA.

65 . Voir A. Diagana, 2015 ; A. Antil et C. Lesourd C., 2012.

66 . Source : kassataya.com http://www.kassataya.com/vous/14583-les-flam-l-autonomie-et-nous .

Top of page

References

Bibliographical reference

Abdoulaye Diagana, Alain Antil and Céline Lesourd, « Marches et grèves. Les tourments d’une gouvernance face aux tensions sociales et politiques (2014-2015) », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 257-277.

Electronic reference

Abdoulaye Diagana, Alain Antil and Céline Lesourd, « Marches et grèves. Les tourments d’une gouvernance face aux tensions sociales et politiques (2014-2015) », L’Année du Maghreb [Online], 15 | 2016, Online since 21 December 2016, connection on 11 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/2904 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2904

Top of page

Authors

Abdoulaye Diagana

Consultant OCDE et fondateur du site d’information http://kassataya.com

By this author

Alain Antil

Chercheur IFRI.

By this author

Céline Lesourd

Anthropologue, CNRS/ Centre Norbert Elias.

By this author

Top of page