Skip to navigation – Site map
Varia

« Si vous votez la loi d’exclusion aujourd’hui, c’est vous qui serez exclus demain »

Recomposition de l’élite politique tunisienne (2011-2014) au prisme des révolutions est-européennes
«If You vote the Law of Exclusion Today, You will be excluded Tomorrow.» Recomposition of the Tunisian Political Elite (2011-2014) to the Prism of Eastern European Revolutions
Bilel Kchouk
p. 319-339

Abstracts

This research focuses on the effect of the fall of Ben Ali’s regime (2011) on the role and trajectory of the Tunisian political elites. Our aim is to analyze the impact of the institutional change and the strategies underlying the repositioning of the Tunisian elites in the light of the Eastern Europe situations. As in the case of the fall of communism, we defend the idea of an enlargement of the political elite space allowing newcomers to cohabit with former political elites. This repositioning took place through multiple logics such as political sacrifice of several agents, networking solidarity and bargaining. It is, above all, a proof of a great circulation and a mild political reproduction. The cohabitation between the Ben Ali’s elite and the emerging elite makes it possible to emphasize the ambiguity of the restructuring and the overlaps between the «old» and the «new» regime.

Top of page

Full text

  • 1 . Le coup stratégique se définit comme une « action visant à influencer le choix de l’adversaire en (...)
  • 2 . Définie par Dobry (2009, p. 36) comme « la classe particulière des conjonctures critiques qui cor (...)

1Parmi les changements de régimes arabes post 2011, le cas tunisien semble être le plus abouti en termes de bouleversements institutionnels, d’entrée de nouveaux acteurs jusque-là interdits de concours aux fonctions politiques et d’acquisition de nouvelles libertés collectives et individuelles. Le départ du président Ben Ali, le 14 janvier 2011, a constitué une étape importante dans ce changement de régime, marqué symboliquement, par la promulgation d’une nouvelle constitution (Riahi, 2016) en janvier 2014. Entre ces deux évènements, la Tunisie a vécu un moment politique incertain, durant lequel les élites de l’ancien régime et les nouveaux venus ont cherché, dans un contexte de violence politique et de crise économique, un équilibre permettant au nouveau régime d’exister et de fonctionner. Cet équilibre est le résultat d’un ensemble de coups stratégiques1 provenant, schématiquement, mais pas exclusivement, de ces deux pôles – celui des élites de Ben Ali et celui des élites émergentes –, le tout en « conjoncture politique fluide »2. Cette situation de crise politique a vu les tenants de l’exclusion des précédentes élites être obligés de faire concession sur concession, notamment à cause de la stratégie conciliante du nouveau poids lourd de la scène politique tunisienne, le parti islamiste Ennahdha. En effet, la phobie des membres d’Ennahdha du scenario des années 1990 menant à leur éradication par Ben Ali, a trouvé un écho particulièrement alarmant et contraignant dans l’épisode simultané égyptien (Romani, 2014), voyant les Frères Musulmans au pouvoir être bannis de manière radicale par l’ancien régime de retour aux affaires. La « révolution égyptienne » entre ainsi comme élément d’analyse de la transition politique en Tunisie et surtout comme paramètre de calcul des acteurs impliqués.

  • 3 . Le colloque « Peut-on comparer les ‘révolutions de couleur’ et les ‘printemps arabes’ » qui s’est (...)
  • 4 . Notre qualificatif. Nous remettons en cause cette lecture dans le cas tunisien. À titre d’exemple (...)

2Plusieurs recherches s’intéressent à ces « révolutions arabes » au regard des changements de régimes en Europe de l’Est3. Ces études, souvent comparatives, ont l’avantage d’interroger la supposée exceptionnalité de ces processus régionaux. Par exemple, Kaldor (2011) insiste sur les points de convergence dans le rôle des sociétés civiles arabes et est-européennes. Voeten (2011) revient sur les éléments de similarités – dont la supposée4 défection des élites – et de divergences – dont la primauté des mobilisations populaires sur les ententes élitaires dans les cas arabes – entre le 1989 est-européen et le 2011 arabe. Bellin (2012), se référant, entre autres, à la chute du communisme européen, défend sa célèbre thèse sur le rôle de l’appareil coercitif dans la survie d’un régime. D’autres auteurs ont, de manière hâtive, proposé des résultats qui, malgré cette même intention comparative pertinente, semblent erronés dans leur analyse de la situation tunisienne.

3Parmi eux, Way (2011) focalise sur la loyauté des élites envers le dirigeant et les relations du régime avec l’Occident pour expliquer la chute des autocrates et l’éventuel succès des démocratisations. Trois ans plus tôt, le même auteur exposait sa thèse analysant les « vraies raisons des révolutions de couleur » (Way, 2008). Selon cette approche, les autocrates postcommunistes ont eu tendance à s’accrocher au pouvoir lorsqu’ils avaient accès à au moins l’une de ces sources de pouvoir autoritaire : un parti unique hautement institutionnalisé, un fort appareil coercitif qui a gagné la majorité des conflits violents et un contrôle discrétionnaire de l’État sur l’économie. Cette thèse de Way s’acclimate mal au cas tunisien, malgré la validité de ses hypothèses de départ. En effet, le régime de Ben Ali disposait d’un parti hégémonique maillant tout le territoire, centralisateur et hautement institutionnalisé (Camau et Geisser, 2003 ; Erdle, 2010). Il reposait sur un appareil de sécurité gérant par la coercition et le renseignement la sécurité publique et la vie politique (Bou Nassif, 2015 ; Boumediene, 2016). Enfin il gérait l’économie de manière dirigiste et planifiée (Camau, 2005 ; Hibou, 2006). Pourtant, en 2011, Way insistait pour expliquer le départ du président Ben Ali par un lâchage, selon nos recherches infondé, par ses élites. Autrement dit, la transposition du modèle de Way au cas tunisien pose problème, malgré les tentatives de l’auteur de le faire voyager. Sa conclusion demeure cependant, en partie, valide: « the sudden communist collapse of 1989, like the fall of Ben Ali and Mubarak more recently, shows that even the most extensive and well-established patronage-based regimes are vulnerable to sudden collapse» (Way, 2011, p.19-20). La comparaison resitue ainsi des enjeux géopolitiques, économiques et sécuritaires pertinents pour une analyse qui transcende les restrictions géographiques, « culturelles » ou temporelles ; elle ne prémunit pas contre les contre-sens – ou les précipitations – analytiques.

  • 5 . Rassemblement Constitutionnel Démocratique, le parti hégémonique de Ben Ali. Voir notamment Gharb (...)

4Similairement, lorsque Landolt et Kubicek (2014) analysent le rôle des oppositions dans les processus de démocratisation, ainsi que les limites structurelles de la comparaison transrégionale – en raison de la nature du régime et de l’influence externe –, ils soulignent, à juste titre, que la chambre des députés, la cour constitutionnelle, le parti-État du RCD5 ont été dissouts, et que Ben Ali et son clan ont été écartés du pouvoir. Pour autant, conclure que les élites de l’ancien régime sont absentes des « corridors du pouvoir » (p. 993) revient à confondre le rôle des agents et des institutions formant le régime. Les élites du régime de Ben Ali n’ont pas toutes abandonné, durant le cours de la transition, la voie politique; même si certaines ont été « délestées » par les anciennes nouvelles autorités de 2011, afin de permettre à d’autres de continuer à exister politiquement. En investissant de nouvelles et anciennes formations politiques, certains de ces acteurs ont réussi à se repositionner sur l’échiquier politique tunisien. L’intrication de l’ « ancien » et du « nouveau » régime se comprend ainsi en termes d’agents qui les composent. Elle prend également sens quand on analyse, plus généralement, les propriétés des acteurs qui dirigent le pays, et non pas simplement les noms des personnes en charge des postes décisionnels. Un régime peut ainsi changer d’individus qui animent la vie politique et économique sans pour autant changer les groupes ou clans au pouvoir (en termes d’origine géographique, générationnelle, sectorielle – on pense, au-delà du cas tunisien, à l’armée, au parti hégémonique–, etc.).

  • 6 . En l’occurrence dans les passages vers la république indépendante (1956) et du régime de Bourguib (...)
  • 7 . Dans tout le reste de ce texte, nous désignerons par « anciennes » élites (ou encore élites de Be (...)
  • 8 . D’autant plus que le pouvoir a « changé de camp » suite aux élections législative et présidentiel (...)
  • 9 . A. Mourou, fondateur et vice-président du parti islamiste tunisien Ennahdha, vice-président de l’ (...)

5En nous inspirant de l’approche sociographique utilisée par Emmecey et al. (1975), Charfi (1989) ou encore Sraieb (2003) pour les études des élites politiques tunisiennes dans le passage d’un régime à un autre6, il est possible d’examiner l’effet de la « révolution » tunisienne de 2011 sur les propriétés sociologiques du corps gouvernemental et parlementaire. Dans une perspective comparable, Mink et Szurek (1998) ou encore Wasilewski (1998) ont observé la reconversion d’une certaine nomenklatura vers la sphère économique en Europe centrale. En prenant appui sur leurs résultats, il est possible de dégager certains « patterns » de circulation dans le cas tunisien, bien qu’il soit encore tôt pour tirer des conclusions définitives sur les reconversions inter-champs sociaux. À l’instar de processus observés à l’Est, nous défendons l’idée d’un élargissement de l’espace élitaire politique permettant aux nouveaux venus de cohabiter avec d’anciennes élites à la recherche d’une position nouvelle sur un terrain politique incertain. Ce repositionnement s’est fait selon des logiques de délestage, de solidarité réseautique et de marchandage témoignant d’une grande circulation et d’une es élites é reproduction politiquelass="paranumber">5En nous iuelaitutioe cours de lontent="article" =don et d du s élitng="frs rel="styliter et al s ="#ftn3v class=(Pux httre1 D’autant p860;: . Vari span>

A. Mou9 tunisiennes dans le passage d’un réglturelles » ou temporelles ; rielle – on pense, au-delà du cas tunisien, à l’armée, au parti hégémonique–, etc.).

10» élites (ou encore élites de Be biensell" id=pute et écconomiq r">eté pubn ophref="#fs, il est u="fr" lang="fr">Le coupp stratégique se définit comme une « action visant à infl12» élites (ou encore élites de Be .n éch(1)pouvolget de sexces deuossible oranes noanciencerita(2)uitutfi" lang="fr"> D’autan1finie par Dobry (2009, p. 36) comme « action visant à infl13
    , psilewsves e sur les pet al des aprlon olitiques et d (cas tseme9 class="num">iviductonale
class="textandnotes"> udesspac hodng="fr"> ou encore Sraieb (2003) pour les études des 1fonctionner. C1le11»unisiennes dans le passage d’un régim concre tô oinvesti iiahi, 2016) en 6 .f. Oi-État du r" ia cl(1)porigeant t/css" a a(2)uitutf011, afin a(3)uitutfi"in éch fcrise éconiuela(4)erns » de circul ou encore Sraieb (2003) pour les études des 1t celui des 1fin12»unisiennes dans le passage d’un régimcelaml:lang="fseaor6">(..226 ys, et nonmiq ex.19- l » (p. 9oot138 aprlon sle doip l(p><é litasement itutiolisé, ubodyfseiconrs> cDOccidecomprend ainsi en tsr">,san>nte (195La
  • <>(...) n d’analyser rbin dans lesll" >

    Stratégie de réi» omers to autresa vers ositionnv id=class pouvoir » (p. ercitif rlementaire. s deouienneda « rtes i mee sionà lg="fsenes oiscré>, i, 2016) en pfti unt r""bodyftnion d conci aune certa,>5oagenseme9cue, iupessus ="#ftn3v é>Conup>2< au mnge, e natuun réfa hrefx vlf="2s nourmanrs slé e. générationnelle, sectoh1nnahdha, vice-prion2">Outline

    1printemps hifsutionnes(itique, id="blass="dult, à le vi ss=8 miconum">dtes. Ourion) rsemedhur s="num">5» éliDnts et ancien régime de retoIf You vote,que, lass="clasfuer lvenus déparobligés de ef="#ftn6">s="paranumberr lba lontent=ement ass pouvoir » (p. erien, bien qu’is T récoslovamett (14%),is A ponisistitutioRDA (18%),is Png=n da (12,5%),is B 14 éch(13%),is Hf="s du (10%priéis Roumvers If %e,que, ement s du politutio id="blass="dult, ef="#ftn6">ositiovi ss=25%raieb (2003) pour les études des 1ten (2011) re1tre1nt surphiquAli niliant nfluen.sll" Imne certai[donc]litutconcan clf="rtés dSmotes,poli)
  • 15
    Pse su sur lesté dip><é lr » (p. ert de adica" lang="flites., aux a angemeturellespouvoir a « changé de camp » suite aux éle1
    e9 c1, résultat lectivde cpt"> - hodesll">5ctions lll" La utln href="#mmede central ars dles – celui des élites de Ben Ali e1itre, que la 1it 15 ;: pfti oord
    5hes.,san><éuel si e te polie l’exclus class="paranumienne f ncienneent de l’i e dères Mu="f#ftcen enselle 1n1s="p5">(...) tive opp» ass pouvoiree doiisann xml:lancu un miovi ssétiquedes anmber"ons dans les="footnotecall" id="bodyfte l’arable tcommunistemergentee l’exclhes.,san>
    17
    Jas tsemélarg lang afines ) tôt, l– ifsur de call"rleueicoie Hibe de adicref="#tes de continass pouvoi entente3 lang="fr"> D’autan1t plus que le pouvoir a « changé de camp » suite aux éle1ctions législative et présidentiel D’autan1Mourou, fondateur et vice-président d action visant à influ0tions législative et présidentiel Déf0inie par Dobry (2009, p. 36) comme « la classe particulière des conjonctures critiques qui cor <0tions lLarchnxt"> D’autan1t p1860;: (.ilibrl:lansauvere. Cette th"#ftalmionnelsnt lf rapque tunidonisiela valj instsfocalise(Dakhlar Ben3)cherches s’intéressent à ces «19"ng="fr">A. 1Mou19es émergentee l’excl"docent de l’ dmpt en aatura vers t du p ass pouvoirssanu> ="fr">, pan> omuveapideontendrant, e un e9 ci>
    21» élites (ou encore élites de Be 11» éliLacquisitiomant le p25 survres et d’à lg="flin6">(..110ciliante dime pee de Way soment sebdicreen Ali ngela clfmais p="footue, >(.nSzurek ellescollectgentee l’exclrche d’une erien,aine nSzurep>Abdtesah, A.e de Dhia, A.eIusesene nrellA.eKtesel,quatrép><é li-dyfseiconrspfti (p. vaen Ali naj itt pour in6",litiq nd t s ncre curlitaitaj itjet l’bués nt. En l’imin6">ins alle – en e de upsien si e ten st ogiqu noms des perapprocn Euriki (1U e te polie l’excln> omers to des annéeespoirspansauverecle ttunireviet eis p">(.nSzured poe e payscliteudÀ l’inst t1">< d’agde permett)er rui lr iéai cofi clrdodyélémpt en. Faraisonéeinsu"f#sd="bodancienin « anB.Certtlibsi – celui des élites de Ben Ali etfonctionner. tfo 21»sur"> . 5ume"élfsn xml "bodyftnio xml f011 rtain, durant leq ancien régid suppos e ptecalerarqul(2014) nfpose prulgation d’une nophiqupa ="#ftn3v u et Geiss –, le to>the gime de retour r de procesu pouvoclass="texiolisêent=emepv é>(...).sllLres tnotecale[...] Dti unt lres Mu[ire du régime e]jet l’="foot[…]lass="ttictionum">1
    2uencer le ctôt, ladicale par lKdu (1u co titutn> 2printemps arabes’ » qui s’est . Déftre qualificatif. Nous remettons en ca
    25» élites (ou encore élites de Be <é rg="fr" lang="fr">Défn> . Rassemblement Constitutionnel Dé
    26» élites (ou encore élites de Be Déf’occurrence dans les passages vers luse cette lecture dans le cas tunisien. À titre d’exemple 1printemCitif qcien régi oord des u mmber">ee doiains «atio mautique et onnes défe">suiq eue, un éqs p><é li (prlon (2n3t)erymbero"f#ff03 l’ de Way onu are p" lang=uti en terssible d’exatutoprlon ral de maneftn1">-ci, oinvesti iiahs pola xml:lang=s snotF. Mebazaa /div> – celui des élites de Ben Ali etitre, que la fn> 25en émMes du rbrv eumieid=class pouvoir » (p. es «ensypouvoir ai coctecall"jud#ff. d, afi ass=ztes itésté dip><é lr » (p.  des autier"on"tut aranumloir ai coctecall"jud#ff.
    2nte (1956) et du régime de Bourguib PocSectiopone3(s c intjugsemélestant doi ? Js pers nsemblque mm="flbd égalemenbledanc‘Lcteurpes aibesoi. Dans ue, 2014),em5 ;tsemee . En au uesem. J="flidvalj instmle preeiber bloitoi x vp><é pan claes I ies., a>oagenntjed alide9cuen/san xml:. Js suintn sembleln> opresrspanaux aff – celui des élites de Ben Ali etn politiquelatn 2nte ém malgré cette même inintention comparative pertin/blockquélcette lecture dans lcas tunisien. À titre d’exemple 15» éliConvvercusiolisêent=vtue individg="fsh vésoprcnSzur ,brv euleositionns d’ag/span> . (onfoots. La «oprlon ra3vi ègfe">(...) m malgré cette même intelà du cas tunisien, à l’armée, au parti hégémonique–, etc.).

    28
    L emnonvropéen e"frapanA ctront ,tioef eumtiopuines ee "texe xml:lang="fr"ic, maluparrsemevoi efatiorg="fr" lang="fr">Déft plus que le pouvoir a « changé de camp » suite aux éle29te (1956) et du régime de Bourguib DéfMourou, fondateur et vice-président du parti islamiste tunisien Ennahdha, vice-président de l’ 1 (.ner llat d"fsh >en comto ou encore Sraieb (2003) pour les études des 28"> D’autanft p28 tunisiennes dans le passage d’un réglf v euleositionnieid=clont pars anmbeéconomass=d itt vp><é pan claes I ies. eueA. fMou29 tunisiennes dans le passage d’un régloyant leolidcÀ l’inst :lang="o"f#ffrp»<é lr ea feue, (R.  rira)telaitutositionnp><é li laes I ies. euelf="/span>dyfseiconrspp.19-20). empt eocènlitturelles » ou temporelles ; rielle – on pense, au-dEnnahdha, vice-président de l’ 17 Sim dime pee de Way/Ts molsiua
  • . Co vi ss=400reermapt ensement, mail:lang="fva. st la (enhurf13=micontexumberrre rrspUSape jknrspà cg="fr.e le ,2ngemura>
  • 0» élites (ou encore élites de Be Le colloque «0inie par Dobry (2009, p. 36) comme
    1
    tôt, tconcan cre tôare ainsEst
    Le colloque «p stratégique se définit comme une « action visant à infl32
    Mes du régtisetuodyf> "doct ist="frotigiqn4">(.scène pens ia>oguireermance t a au pouvolipoqg="fr"> Le colloque «finie par Dobry (2009, p. 36) comme u parti islamiste tunisien Ennahdha, vice-président de l’ 18 tot  (23 rég ) Dans uluôftn;étig="flitrn titutontmodcitefoutes Cdancienin « anecall" que Lapens ix rég[tun]sesobsercomme ee">Co vi ss=heitemi"icekys, et non[tun]stola n sembleranumies, dcessu terx(Riason dfautaj iter ts du mi"icpà cmounachidC ncienocSectisles – celui des élites de Ben Ali e3fonctionner. p s31»surtransit oinvestiAss="tee eeotes"> s ee revieortoi x v)n sembleleuebav i aba" dan xml:lanaleue de Way; claCf="slon Pau clrR danM. Marzouues 8.7%)e to>thes raicas tlé publiqanes mo; Ettakatol (7%)e uvocbendre raicas o-d thèsl:lanoi M.e de Jaafaemergent Troïkales, s’accplei oia>Cli>oagennttioslt et Kue">
    3» élites (ou encore élites de Be Le colloque « Peut-on comparer les ‘révolutions
    4» élites (ou encore élites de Be Le colloque «tre qualificatif. Nous remettons en cause cette lecture dans le cas tunisien. À titre d’exemple 1ctions lOrie ladicale par comp e le ,2paranlaidus qui atcè>3ves dgime de B l’e sanumber:llleborad’ag/ ont été dissouts,g repsmearidyftnsha sà lg=tsr">uticas tlriéieiransit. Difsur de lorrojetclaevlfnirevi, maidOccidenslrviidOctiqcu mmbeanll" lne analyse ositionnillleborad’ag/ o (p. vasoment orrojetspanla s in" lanilémensoeiid="bodyftn6" hr(Gob gérand, afiivsrnnes o"f#f,g jaugsedes pmfe si clres is T. Ouriondfac au pouvoli Dans ulusnts etnt aux nouvmibertéles arabes et est-européennes. Voe3 révolution P33te émr objetslrvi,été iepnefvucaie l’exret,lqula pubn ">3FrSzur amusulmrégsouypadicre, pjui"icil 3 l<é lr ea feue,,marqué symbnune dnnes pesi clrbala class="sidncienDans ue, llangiynunees s pour us5 ; Hm intsort euleositio r
    35» élites (ou encore élites de Be e most exteur et vice-président d luse cette lecture dans le e cas tunisicique et">Loir ai li e rasem5 ; cteurs dase’ane preeemerluir">1(. Js ms suintrrononcut ntdy
    euleositionnieid=class pouvoirita ense disxvn tjedsuintroinvesti euecle ttunis, et quvn5">(...)trrononcutntroinvevlEnadic eueclissouts,,e">C">ae péde la mes de boumea’uin"or o. Madu j="flidvalj instan> à dnnire ègutut lisass="numdanc‘span>

    générationnelle, sectintention comparative pertin/blockquélcette lecture dans lcas tunisien. À titre d’exemple u0tions lan>Cs"fss="nvedurfi e prudl claolidaritnrel">, paaéiEenirspatbCont Un rouL">1Co v, Min/se, siut lishieemMadu li La f=aatsio is="tex,pan> 36» élites (ou encore élites de Be d,a Tou id=eestiAerel leq aT. Ouri)sesobetun cr alass=nt aux noulettcte .Certtlibsi ica" rilng="fr"> Le colloque «’occurrence dans les passages vers luse cette lecture dans le cas tunisien. À titre d’exemple 21» éli.Certtlibsi footarfns v, Mink ses lémenssle pr="siN>d,a Tou id – celui des élites de Ben Ali e3lites politi’36t surphiquAmapt> .en a chaml:lang=ieid=classotnotecall"s pouvoi,fi e opecalefecat ue rto are v nous (ou encore élites de Be Clicceentfs:l(1)p rés dent i rnnéeordr icas tlr7">(...ssible d’epnef aTroïka plui al p restio uta(2)u rés do"frirarte alEstos lres M lpires dst en sentre que poon d sem lentpouvo(ftn1"reN>d,a Tou id=ncie i La «ue pr="sins v, Moi detnoonalabConqugnestsdnng="fr">, ">C">(.nSzurevucuremnonv cr alass=re. Un et hbrv e="f d cla. ">CncienocSectlturelles » ou temporelles ; rielle – on pense, au-dblockquélcette lecture dans le celà du cas tunisien, à l’armée, au parti i hégémonique–, etc.).

    3nte (1956) et du régime de Bourguib Le colloque «7 Peut-on comparer les ‘révolutions 38
    39te (1956) et du régime de Bourguib <é lr s Aff. Le colloque «Mourou, fondateur et vice-président d action visant à infl40» élites (ou encore élites de Be Livil (ou encore élites de Be <é lr es I d ispfti (p. 9trans04 sief Yoetupouvoir a « changé de camp » suite aux éle42» élites (ou encore élites de Be 2uencer lCeu rés aisus de9 . .en Ali»iransi4nfoots. ptioforc av ist c euecli a conned cla. Conucmpd,a Tou id,al podu larmanlesd cla.
    1ositiolodu polr">ee odu pol sét indifootslt et Ku poneA. Mou39bre des dnin « anophftdmoucoN>d,a Tou id.uSe. schéi"e, Fmr ooumi phiquté di ditt vxtep dunéqs h g=d ff. d,a Tou id=nciel ercat
    d,a Tou id.uDetnoonalabCon="fr">, psà le que lre repositionnieid=class pouvoir » (p. es « vln4"ercia vers revisalephft (age,exeégapan>Chelbi – celui des élites de Ben Ali e4fonctionner. 4foe41 ;: Rmssmm – celui des élites de Ben Ali e4t celui des 4t e42»a>).uDseme989)ssollabCevi, maid égalemenbe ref. Cde s,t2005 ;eifsur de qugnest scum"fr">, ps générationnelle, sectorielle – on pense, au-dblockquélcette lecture dans le celà du cas tunisien, à l’armée, au parti i hégémonique–, etc.).

    43» élites (ou encore élites de Be ect, ef="#ftne most exteur et vice-président d l 4printemps arabes’ » qui s’est <é lr » (p. ert de adica" lang="flites., aux a angemeturellespouvoir a « changé de case cette lecture dans le e cas tunisicique et">->
    45
    M.nJomaamnAli ngapP>(.ner p><é lrlihn t une ddsr"#ft(...ssible d’ep="fr"> Livil (ou encore élites de Be Le colloque 4n> . Rassemblement Constitutionnel Dé
    46
    CerAyarar té dip><é lr »xml:lana,vuté di odyé st x.19- lires dBt r">pMmngnaic, mas envGog="fr"> Le colloque 4’occurrence dans les passages vers l case cette lecture dans le e cas tunisicique et">->Aprlon ra(..P>(.ner p><é l .en ArerLrme de ret,lje à nts thjsetuétivzuretuetuconomllat noms desioea’ui><,fi (gation araies js perm(2t,nsembleEuritrr icu uue pr="s,n[vu] c Mutspaégi’eemc Mula«neezur – celui des élites de Ben Ali e4lites politi4’46pr ém malgré cette même inintention comparative pertin/blockquélcette lecture dans lcblockquélcette lecture dans le celà du cas tunisien, à l’armée, au parti i hégémonique–, etc.).

    47
    Até dip><é l-dyfseiconrr » (p. ert de adica" lang="flites., aux a angemeturellespouvoir a « changé de case cette lecture dans le e cas tunisicique et">->J="flid’aamindunemuvoce dsolciem>dmoucof. générationnelle, sectintention comparative pertin/blockquélcette lecture dans lcblockquélcette lecture dans le celà du cas tunisien, à l’armée, au parti i hégémonique–, etc.).

    48
    até dip><é lr » (p. ert de adica" lang="flites., aux a angemeturellespouvoir a « changé de case cette lecture dans le e cas tunisicique et">->J="flidéput ntneenn1u’is r lt apmes de bou,f" fvzure"texer mio, gniscr – celui des élites de Ben Ali e48"> D’autan48" 48 ém malgré cette même inintention comparative pertin/blockquélcette lecture dans lcblockquélcette lecture dans le celà du cas tunisien, à l’armée, au parti i hégémonique–, etc.).

    49te (1956) et du régime de Bourguib <é lr » (p. ert de adica" lang="flites., aux a angemeturellespouvoir a « changé de case cette lecture dans le e cas tunisicique et">->Jedsuintlesslihn t,tced alidmblevoulu ref. A. 49" 49tea> générationnelle, sectintention comparative pertin/blockquélcette lecture dans lcelà du cas tunisien, à l’armée, au parti hégémonique–, etc.).

    50» élites (ou encore élites de Be . -ciua
  • Cs r< l1eniifsiv> eue a es., la
  • dép des s « a, (p.  d>empêntftdouvoli, schcn ermapten st r . .evésprce repserueatterns ffinde la mre e é s eed – celui des élites de Ben Ali e50onctionner. 50o 50» ém malgré cette même intention comparative pertinEnnahdha, vice-président de l’ 2printemEe doiains «boes a"arses dagps lesent=eme st r lpouvo(ftn1"reaba" défun ensece dsu La «li nluvoc av> Dans ue all#etcansog/dmve ee"tent=>aba" (.ssyon[…]lvn5">(...)tme anareref="#ftautiquea trara< g3ntul adgnalenticmnonspan xojetcl "bodyftnn. d’analys phiqi g3sl">, psha otnolang="fr"icekem>suiqnsi4nos dgim/a>apaes lodu pog/ ont été dissouts,griEenirsx v)aba" 25» éliCitif unégi o ana-ncessu ter >(.nSzurevucursadnf c elerare dscrétinoonalabConsiEura de la cas og="fr">, "ermance " ee:la logiquenent=>aba" ,ss=nt aux noueurs rns" de e/un enseitutla«neentssan>arofeent hnr"iceunge qu/agr">olitique et nr"iceeitutnsertant..).sLe" lang="frur lesssouts,gu pg=te989)sslaitutlynamn>="foosts. ptioionnis="texiouassyo ,fotLidonupen cas og="fr">spatcrcl. Un rémmber">5 d="alo u rés d deses et individuelles.Bse maeentse dee s="paranumberqcienf011, afieuleo d’ag"en" langrs 5erm(t évolution tunt mur">,ssm malgré cette même inth1ef="#art vice-prion2">E"foostnt des et individuelles.Bstternslasainsi en cas og="fr">, du ocSectioari de ret class 1lgré cette même intEnnahdha, vice-président de l’ 26 d= i saine(.nee s=" lass=itonsaan>s="us sugrcitef r< Rouuntnboil convlentid opan>"enibere’ea, ’ava. steme/spa a"lqutlftnsttunia"focis d de l’inst :lae pa5Clesssouts,.uIl esobsare sexistmlitnspan lisre tôe/unLiviqua="fttn3v u etxtivi,d deses et individuelles.Barfns v, Minadicale pa leq acas og="feditusuleogeuee euesle rères Musconcass="fomaneftntif qcienf011, afi.sLur cale pa cas og="fr">spa rnastitustio un/se, jle tinf011 l Bnspaa ncessuq nd nelgéogra sem ocSectiopo cMadu onstio"fry photog/dphen footha lnsenur cale pves synamn>suiqceasoment oan> . .en a ss= tsemleusirnnes d es <-ccide réncienf011, afieuduelles.Bse stio fdgc,ou « a,ids année rères Muitueifsur de vl=idbiceeitg/oiainsasant erdcisaiur cla?:lariEil’ onneengrspass="fomanodyé leq aqcien régint aux noutuconomontcautenuconomasssouts,ie">27 1 . , p.sLe" l="siaesog/eentvt indimmbd"lessa capsciscr inflo tcan(Murphy, oli) ; Erdl géra0 ; (pRejeb angem).sLe" l=« a,issemleusir onneengrsp rés d deuelles.Bse figud=ls dq,tribres Muitulai ditdlémfoot lcl. Un rétola rept> .en a sementont"> taknrspouvonid’aont rciv> maknrspouvo(Giddicr s1973)otLidon.19- l’uqua="pires (.ner p><é lrer pa p <,p dunssible d’ep=ivia="f1"enia adansn>">Cli> s ee eust= (p. 9trasaontplei oia>,f,>"enia anu are an an> . e d deuelles.B ncieni oisupouvo(f Youngem).sgénérationnelle, sectohref="#art vice-prion2">R>28 1="foost xmrupessuse/spa a auti11, afiumberqthes raemlfurdeclass pouvoir » (p. er malgré cette même intEnnahdha, vice-président de l’ 29 , p indinnebevlEns» (p. ertlrns talentis p="foot10% <é li dipoypane vtion desssible d’ea pti (p. vaelrnsn tsorepcmnonat t8%ass="sidn pouvoirncieni oisurech l=« a,ielrnsonu ugmen a l .encerqa « distlenlacienn liransit cileme m» ou temporelles ; Tunisie et surtout comme paramètre de calcul des acteurs impliqués.

    51» élites (ou encore élites de Be Le colloque 5p stratégique se définit comme une « action visant à infl52» élites (ou encore élites de Be 0» éliréjlen pa d’analy=nciel slemepanla smmbds eeles, s="paranumbermapt> .en a ss= noms desioL..ssible d’epa, dipoypane,e9 .encer(30-40 rég; 40-50 ré) – celui des élites de Ben Ali e5fonctionner. 5p s51 ;:;ortdiseref="#ftolitique et e l/spamnonvence e">(60-70 ré;d70 régeticmno)irevi<.19-pla l .en a viscr – celui des élites de Ben Ali e5t celui des 5t l52» émch l=« a,ioeimoypane vansng/ a20 gSzur aebadascrem>susemg=teariquemslaitut cel reDansng/ vicres dn ola renf01ca l .ence générationnelle, sectorielle – on pense, au-d Tunisie et surtout comme paramètre de calcul des acteurs impliqués.

    53» élites (ou encore élites de Be . <é l . Aprlon ans l de m titut ifsur de lossibg="fr"> Le colloque 5 Peut-on comparer les ‘révolutions 54» élites (ou encore élites de Be <é l alEns» (p. ,ielrnd ae "docmmnonatansn 3%soprlon raut"fss="num">g="fr"> Le colloque 5tre qualificatif. Nous remettons en ca 55» élites (ou encore élites de Be (.nerg=p><é li (stte8)stola n"paranspSg="fr"> Le colloque 5n> . Rassemblement Constitutionnel Dé 56» élites (ou encore élites de Be l,rita id="docsexistGeinee ixml:pvi"icpg="fr"> Le colloque 5’occurrence dans les passages vers luse cette lecture dans le cas tunisien. À titre d’exemple 1 .en a ss=» og/dphes d, ra l,, aux a a dtuéon np sein98)<é li – celui des élites de Ben Ali e5 révolution5 P53te émL..Sahel=nn » régimun ensesu La «Sconse – celui des élites de Ben Ali e5ten (2011) re5tre5nt suree tentaculirsonuli np re de Bsp< l 55»a> pSfax=aines on,uqua="pirens p, Dansnarmantenu au pouvolila tnt denent=l v)
    .en a e nseror sle poidn élites daevi<.1mog/dphes d – celui des élites de Ben Ali e5lites politi5’56te émL.s< g3ntstnt denent=eotnt sud,=aines oneemglob « a, =ivi1dumblxtivinf innir Dansnt r x.19- lsm malgré cette même intention comparative pertin Tunisie et surtout comme paramètre de calcul des acteurs impliqués.

    57
    43%=d g=p><é li pti (p.  dli e alentiouvoliquivtlenlsusemg=tdo="or tritail Btola o vi ss=50%ass="sidn="fr"> Le colloque 57 Peut-on comparer les ‘révolutions
    58» élites (ou encore élites de Be s u p="fr"> Le colloque 58occurrence dans les passages vers luse cette lecture dans le cas tunisien. À titre d’exemple 2encer lCest rce dsubi,p» d g= iplaanumbepcyclepl inles arabes et est-européennes. Voe5n politiquela57 P57 sur;tduneeurs larmann sempt> put  la=aines oiscrétigao>thes raiires dslihn eotecalessible d’ea t. Ouriondins e eelEns» (p. erL g= iplaanumtola madn ce repogiq div, Ms tefsp»<é li t. Ourion.pLa Fretcanmmbdeeurter e"lessa ls g/ odu   f inni"pes. dan iplaan vésé rssible d’exat"> d’analys.pLa aux aff, ns p, auti11e sein98) D’autan5858 ém malgré cette même intention comparative pertin Tunisie et surtout comme paramètre de calcul des acteurs impliqués.

    59te (1956) et du régime de Bourguib défol po peiqetun contextassiblep="fr"> Le colloque 5Mourou, fondateur et vice-président d action visant à infl60» élites (ou encore élites de Be défopreendivid34 sie36%mslaitut éliteen e/ninncnerg=d 4 sie12%etuost exteur et vice-président d luaction visant à infl63» élites (ou encore élites de Be l<é , afi.tuost exteur et vice-président du parti islamiste tunisien Ennahdha, vice-président de l’ 3 , psiires ds.19-ra>t vottx vj inne des.,toon reasi’epni A. 5Mou59tea>:aitutobservésssible d’ea eà fvzur etsn preeeuituce " l"s filipan sc<é , av rce , eux,immbd"" ="#c">, p indieuso .enceles arabes et est-européennes. Voe6fonctionner. 6fol61» émL="fligmen a ss=deq arroaorf> d g=exvoe Bse ,geitlle sét indimu’is iplaanumcmnontconsa sem1,intsexistmpltl défoe/spa afilipan sc élites dseeieninncnSzuri – celui des élites de Ben Ali e6t celui des 6t l62» émch l=« a,ioesr">3 .en a s vtion des1, ps générationnelle, sectorielle – on pense, au-dEnnahdha, vice-président de l’ 4» élich nin ,p»<é li eust- (p.  d>o peffetun contextaxt aux nou(panla ssiéga »aambmssmd’tl pp><é l)ass="sidn pouvoirituce1">-ciouL">1, "t< contextniasommbd"r..).sLes qthes raemirenxtn5" hg"s fe g=r">l"s jlen tse auti11e.).sMalgteffia=div, Ms tcaf> d g= iplaanuh1 id="docvalj instla Fretcannt ia=aux affs"> défmL.s< ilipan scjurdn> défosrevi, mj instlec. Un rln98) déiéarofeent hn lisrs qui ) générationnelle, sectoEnnahdha, vice-président de l’ 5» éliAare ,t1,lgteff lat leeupessus vi ibiceeeiesinguliSzurs,ioesrqthes raemlasaiesp» . d g=fe g,e9sps="sidn lang="frur lesssouts,gu pg=te989) Pau cleanody litrnlemeboeéncienf011, afie . ,ssv>(.arqut c eu cldre » régimuetid ladiorganeotecale putac"eniagncre etungime de uellula de luqua="piresioionnis="texiouasocSectioari de ret.uIl esobinl nidbiceref="#ftlit rce , icu uuee ls g/ gssu t1 64» élites (ou encore élites de Be 6» éliP gréeaf="frapand des at lg= lodu pogvmiberté éqs < d’a neftnt té dissouts,g alAmble erv laq asc é axt aux noufootha dgch tsemi objnu mentacipdumbleirecrnt imbrtcaf> enent=té diettuveaux vsocSectioari de retriquemil convlentid o yssersog usucosle iEenir.sLur cale pa cas og="fr">seconcvlenti#ff ica" im e d deuelsur de eust-"en" langruo"fry itonden ead es slé e.stmlitnspa/s cMink e dSzssukae p9co tLa «  Wasilewskiae p9co trevi lan> 9 ciola oopoolt ittt o a epouvo(Mink e dSzssuk, oli83 lciola ni iset hses r x.19- lsspti (p. aest="eé unecrétil st xmlitsy=arofeent hnr"ic lnanci-à-dody n st saa>spaEced. Un rlme ananatansn 87%uce re"pes ielt indi ai ta chaml:ls/a>ssible d’ea,itiq nd socSectis . Dansnt r xvoecschaml:lprlon lcsl:cieux,ionuli nsolciem>s vtion desdomadndsc élites dse(n
  • <é li u pyssurgr ul< se d’tnt dauseiciéiquenentpt edse(e siéarivvesS) pNv < – celui des élites de Ben Ali e6ten (2011) re6te 64»a>e dmmbeistlaremarqui cdifsur de loroen ead crnt ncessuq tion de(Riasotu a="biondrbC=tola conv, tanu PDGnouealiant berdyfseic e="f dp><é , afi berbt r">piéiecas li nninncnSzur, "#ftn e n/PDGniecas li narivves, PDG/ odyé st » régimu(ou otnolang=" berdyfseic e="f dp><é , afi) ermapttsy=a iéarivves, "#ftn e na ec. Un rlnerdyfseic (css=zfrve arivves, etcertunérationnelle, sectorielle – on pense, au-dEnnahdha, vice-président de l’ 7» éliré odyéass=ont élites daevima agentse epouvopttsy=a "u a="biondrtué une"des unéqs ts du à cx tsurnlxtivinr">seconcaa>.stmu reliEer.sO989)sdgchiatrlemev, Msémes="sidncié st élites d,hiatrl. a> .en y slemepanupecaleaml:l"u a="biondrpti (p. vaupecalerseme98 repogiq p undpars >e st ladionetuétivzureciduelles.Bstterastot oiscrétiseinune ee(23 ré) rénc duixml:pa>, p indirtant.d l"ima ag  an diRexis,ritaes bus de s,>l"ima ag  an hsesrl. a>ee Pog="nsioL..ca"> d’ana>emprunif aire vdqs tsae"éoin scsiEuraili diparanumberr lboucms n rofeent hnr"eo l’lsnnieid=cla ont été dissouts,meu "> d preeiber,r< exeéga, >imise" ="#c">, p indirnsolasref="scrspde ,anellphita nd jle trsemell#etcaeme/span ,hdansn>den Arnsmplem"tn sc hsereilEn chanvéspr3Cde div> class 1lgré cette même int Tunisie et surtout comme paramètre de calcul des acteurs impliqués.

    65» élites (ou encore élites de Be Le colloque 6n> . Rassemblement Constitutionnel Déu parti islamiste tunisien Ennahdha, vice-président de l’ 8 1
    icu uue ravi ssétiquades anmbe,>den Ar yse ibioiscrrtavlentiostes dise, jle t d g= défun eeentse decre lrcog lass=mas enl/ leq ari de reto d’analy ah l=« a  a vssible d’e,ass="num "anN>d,a Tou idrbC=tola ell#s n oinvesti6" oyssur lar litentsest ddeouvolqufà c xtivi» – celui des élites de Ben Ali e6itre, que la 6n> 65» émL.s noms des indiinniscr:m malgré cette même intrielle – on pense, au-dEnnahdha, vice-président de l’ 9te (195s (ou encore élites de Be "en" lans.,tt ede socSectis talentia="nve es="sidn pouvoiraml:lpmber"try lcon nouo p="fr"> Livil (ou encore élites de Be Livil (ou encore élites de Be ee:la ,q acas og="fedit r, p indiirecr"iciouasxnotecall"issouts,mLaemlasainsi en (» og/dphes df,>arofeent hnr"iceunolitique et nr"ice)>"en" l ead crsiys, et nsd ao"frynocmblei (ssyo erien,anma =vzurent P>(.ner p><é lrl> s d, V rndsspagi ,se rtanonçs >Csuconomllang="frur lesssouts,gu pg=te989)ion d Ensnciunos ibictnerdyftn5" nt">er onom[bene des.tLa «  le] cen" lans.nciumber,r ense">apaan cldavdy ? uvote (195s (ou encore élenes de Beene>(tmotes, oli) – celuigo-toptre, que entacle-3106">T eofmllgt classiellgré cette mêmt Tune Benibiiog/dphy"s acteursyéassés.

    ohref="#artsyéassérésident de vic">Bibiiog/dphytuost ext
    Bellin Eva, 2012, « Reconsidering the Robustness of Authoritarianism in the Middle East: Lessons from the Arab Spring», Comparative Politics, Vol. 44, No 2, p. 127-149.

    Ben rejeb Riadh, 2014, « Le RCD, les destouriens et la révolution : un trinôme détonnant », Kapitalis [en ligne], 15/01/2014, url : http://www.leaders.com.tn/article/13067-le-rcd-les-destouriens-et-la-revolution-un-trinome-detonant, (page consultée le 10/10/2014).

    Bou Nassif Hicham, 2015, « A Military Besieged: the Armed Forces, the Police, and the Party in Bin Ali’s Tunisia, 1987–2011 », International Journal of Middle East Studies, Vol. 47, No 1, p. 65-87. 

    Boubekeur Amel, 2015, « Islamists, Secularists and Old Regime Elites in Tunisia: Bargained Competition », Mediterranean Politics, Vol. 21, No 1, p. 1-21.

    Boumediene Malik, 2016, « Armée, police et justice dans la Tunisie contemporaine », Pouvoirs, Vol. 156, No 1, p. 107-118.

    Bourgois Pierre, 2016, « Les ‘révolutions de couleur’ et les ‘printemps arabes’ chez Francis Fukuyama : mêmes causes, mêmes conséquences ?», 01/2016, Sciences Po [en ligne], url : http://www.sciencespo.fr/ceri/content/dossiersduceri/les-revolutions-de-couleur-et-les-printemps-arabes-chez-francis-fukuyama-memes-causes-memes?d10 (page consultée le 04/04/2017).

    Camau Michel, 2005, « Remarques sur la consolidation autoritaire et ses limites » in Camau Michel et Martinez Luis (dir.), L’autoritarisme dans le monde arabe. Autour de Michel Camau et Luis Martinez, Le Caire, CEDEJ, p. 9-51.

    Camau Michel et Geisser Vincent, 2003, Le syndrome autoritaire: Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po.

    Charfi Mohamed, 1989, Les ministres de Bourguiba (1956-1987), Paris, L’Harmattan.

    Chennaoui Henda, 2015, « Kasbah 1 et 2 : Quatre ans après, retour sur une occupation révolutionnaire confisquée », 30/01/2015, Nawaat [en ligne], http://nawaat.org/portail/2015/01/30/kasbah-1-et-2-quatre-ans-apres-retour-sur-une-occupation-revolutionnaire-confisquee/, (page consultée le 13 juin 2015).

    Dakhli Leyla, 2013, « Une révolution trahie ? Sur le soulèvement tunisien et la transition démocratique », La vie des idées [en ligne], 19/02/2013, url : http://www.laviedesidees.fr/Une-revolution-trahie.html, (page consultée le 05/01/2014).

    Doobry Michel, 2009, Sociologie des crises politiques, Paris, Les Presses de Science Po.

    Emmecey Jean, Santucci Jean-Claude et Michel Hubert, 1975, « Les élites politiques du Maghreb » dans Cnrs (dir.), Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine, Paris, Presses du CNRS, p.83-129.

    Erdle Steffen, 2010, Ben Ali’s ‘New Tunisia’ (1987–2009): A Case Study of Authoritarian Modernization in the Arab World, Berlin, Klaus Schwarz.

    Giddens Anthony (1973), The Class Structure of the Advanced societies, Hutchinson, Hutchinson University Library.

    Gobe Éric, 2012, « Tunisie an I: les chantiers de la transition », L’Année du Maghreb, Vol. VIII, p. 433-454.

    Gobe Éric, 2016, « Système électoral et révolution: la voie tunisienne », Pouvoirs, Vol. 156, p. 71-82.

    Gumenyuk Nataliya, 2016, « How Framing of Revolutions (the Arab Spring and Maidan) Takes Us Away from Their Roots During and After the Protests », 01/2016, Sciences Po [en ligne], url: http://www.sciencespo.fr/ceri/content/dossiersduceri/how-framing-revolutions-arab-spring-and-maidan-takes-us-away-their-roots-during-and-after?d10 (page consultée le 04/04/2017)

    Heurtaux Jérôme, 2016, « Comparer ‘transitions’ postcommunistes et révoltes arabes. Un point de vue semi-sceptique», 01/2016, Sciences Po [en ligne], url : http://www.sciencespo.fr/ceri/content/dossiersduceri/comparer-transitions-postcommunistes-et-revoltes-arabes-un-point-de-vue-semi-sceptique?d10 (page consultée le 04/04/2017).

    Hibou Béatrice, 2006, « Le libéralisme réformiste, ou comment perpétuer l’étatisme », L’Économie Politique, Vol. 32, No 4, p. 9-28.

    Hibou Béatrice, 2011, « Macroéconomie et domination politique en Tunisie : du ‘miracle économique’ benaliste aux enjeux socio-économiques du moment révolutionnaire», Politique africaine, Vol. 124, No 4, p. 127-154.

    Icg [International Crisis Group], 2012b, « Tunisie : Lutter contre l’impunité, restaurer la sécurité », Rapport Moyen-Orient/Afrique du Nord, No 123, 09/05/2012, 38 p.

    Kaldor Mary, 2011, « Civil society in 1989 and 2011 », 7 février 2011, [en ligne], url : http://www.opendemocracy.net/mary-kaldor/civil-society-in-1989-and-2011 (page consultée le 20 avril 2015)

    Khiari Sadri, 2012, « Tunisie: révolution, contre-révolution et transition », Revue marocaine de sciences politiques et sociales, Hors-Série, Vol. 4, p. 100-117.

    Kis János, 1998, « Between Reform and Revolution », East European Politics and Societies, Vol. 12, No 2, p. 300-383.

    Landolt Laura K. et Kubicek Paul, 2014, « Opportunities and Constraints: Comparing Tunisia and Egypt to the Coloured Revolutions », Democratization, Vol. 21, No 6, p. 984-1006.

    Marzouki Nadia, 2016, « La transition tunisienne : du compromis démocratique à la réconciliation forcée», Pouvoirs, Vol. 156, No 1, p. 83-94.

    Mink Georges et Szurek Jean-Charles, 1998, « L’ancienne élite communiste en Europe centrale : stratégies, ressources et reconstructions identitaires », Revue française de science politique, Vol. 48, No 1, p. 3-41.

    Murphy Emma C., 1999, Economic and Political Change in Tunisia From Bourguiba to Ben Ali, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

    Murphy Emma C., 2013, « The Tunisian Elections of October 2011: a Democratic Consensus », The Journal of North African Studies, Vol. 18, No 2, p. 231–247.

    Pachon Alejandro, 2014, « Loyalty and Defection: Misunderstanding Civil-Military Relations in Tunisia During the ‘Arab Spring’», Journal of Strategic Studies, Vol. 37, No 4, p. 508-531.

    Perthes Volker, 2004, « Politics and Elite Change in the Arab World » in Perthes Volker (dir.), Arab Elites: Negotiating the Politics of Change, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2004, p. 1-32.

    Riahi Mouldi, 2016, « La constitution : élaboration et contenu », Pouvoirs, Vol. 156, No 1, p. 31-53.

    Rijkers Bob, Freund Caroline et Nucifora Antonio, 2014, « All in the Family, State Capture in Tunisia », The World Bank, Middle East and Northern Africa Region, Poverty Reduction and Economic Management Unit and Office of the Chief Economist & Development Research Group Trade and International Integration Team, March 2014, Policy Research Working Paper 6810.

    Romani Vincent, 2014, « Transition dictatoriale en Égypte », Relations, No 774, p. 30-31.

    Rouquié Alain, 1985, « Changement politique et transformation des régimes », in Grawitz Madeleine et Leca Jean (dir.), Traité de science politique, Tome 2, Paris, PUF, 1985, p. 599-633.

    Schelling Thomas C., 1986, Stratégie du conflit, Paris, PUF.

    Smolar Alexander, 1999, « Les aventures de la décommunisation », Critique internationale, Vol. 5, No 1, p. 155-166.

    Sraïeb Noureddine, 2003, « Le renouvellement du corps ministériel tunisien (1987-1997) », in Sraïeb Noureddine (dir.), Anciennes et nouvelles élites du Maghreb, Aix-en-Provence, Institut de recherche et d’études sur le monde arabe et musulman, 2003, p. 229-237.

    Stepan Alfred, 2012, « Tunisia’s Transition and the Twin Toleration», Journal of Democracy, Vol. 23, No 2, p. 89-103.

    Voeten Erik, 2011, « Similarities and Differences between Eastern Europe in 1989 and the Middle East in 2011 », Mai 2011, [en ligne], url :http://themonkeycage.org/2011/05/30/similarities-and-differences-between-eastern-europe-in-1989-and-the-middle-east-in-2011/, (page consultée le 25 avril 2015)

    Wasilewski Jacek, 1998, « Hungary, Poland, and Russia: The Fate of Nomenklatura Elites», in Dogan Mattei et Higley John, Elites,Crises, and the Origins of Regimes, Lanham, Rowman and Littlefield Publishers, 1998, p. 147-168.

    Way Lucan, 2008, « The Real Causes of the Colour Revolutions », Journal of Democracy, Vol. 19, No 3, p. 55-69.

    Way Lucan, 2011, « The Lessons of 1989 », Journal of Democracy, Vol. 22, No 4, p. 13-23.

    Top of page

    Notes

    1 . Le coup stratégique se définit comme une « action visant à influencer le choix de l’adversaire en faveur de soi-même en jouant sur l’attente de ce dernier face au choix que l’on fera. Il s’agit, en se contraignant soi-même au choix d’un certain mode d’action, de faire peser sur l’adversaire une contrainte qui l’amènera en retour à résoudre le problème de maximisation auquel il se retrouve confronté dans un sens favorable à soi-même tout en lui interdisant de procéder de même » (Schelling, 1986: 198).

    2 . Définie par Dobry (2009, p. 36) comme « la classe particulière des conjonctures critiques qui correspond à des transformations d’état des systèmes complexes lorsque ces systèmes sont soumis à des mobilisations multisectorielles».

    3 . Le colloque « Peut-on comparer les ‘révolutions de couleur’ et les ‘printemps arabes’ » qui s’est tenu le 25/09/2015 à Paris à l’Université Sorbonne Paris Cité, et pour lequel cette recherche a été formulée dans sa première mouture, correspond à ces tentatives d’analyses interdisciplinaires et comparatives de deux évènements temporellement et géographiquement éloignés. Parmi les travaux présentés qui offrent une ligne comparative, citons notamment Heurtaux (2016) Bourgois (2016) et Gumenyuk (2016).

    4 . Notre qualificatif. Nous remettons en cause cette lecture dans le cas tunisien. À titre d’exemple, Pachon (2014) montre que l’armée et ses dirigeants ont fait preuve de discipline habituelle et donc de soutien au président durant la crise de décembre 2010-janvier 2011. Selon notre enquête et nos entrevues avec les acteurs économiques et politiques qui comptent, c’est-à-dire les « Political Relevant Elites » au sens de Perthes (2004), les élites du régime de Ben Ali n’ont pas abandonné celui-ci avant son départ pour l’Arabie Saoudite.

    5 . Rassemblement Constitutionnel Démocratique, le parti hégémonique de Ben Ali. Voir notamment Gharbi (2008) et Ben Aicha (2011) pour un examen du rôle du RCD et de stratégies de survie respectivement durant et après le mandat de Ben Ali.

    6 . En l’occurrence dans les passages vers la république indépendante (1956) et du régime de Bourguiba vers celui de Ben Ali (1987).

    7 . Dans tout le reste de ce texte, nous désignerons par « anciennes » élites (ou encore élites de Ben Ali), les acteurs ayant exercé une fonction décisionnaire dans les institutions politiques (gouvernement, parlement, parti-État, Palais, etc.) de 1987 à 2011. Certaines d’entre elles ont poursuivi une activité politique après 2011, d’autres non. Par « élites émergentes », nous référons aux acteurs politiques ayant été privés de participation politique institutionnelle au sein de cet ancien régime et qui entrent, depuis 2011, sur la scène politique tunisienne officielle. Il s’agit essentiellement d’acteurs de l’opposition – dans toutes ses variantes structurelles – tolérée ou bannie par Ben Ali.

    8 . D’autant plus que le pouvoir a « changé de camp » suite aux élections législative et présidentielle de 2014, sans exclure les islamistes de la coalition gouvernementale. Voir entre autres Boubekeur (2015) et Marzouki (2016) pour une analyse de l’alliance islamiste-séculariste post-élections de 2014.

    9 . A. Mourou, fondateur et vice-président du parti islamiste tunisien Ennahdha, vice-président de l’actuelle Assemblée des Représentants du Peuple. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

    10 . Entrevues réalisées lors de deux séjours de recherche à Tunis, à l’été 2014 et 2015.

    11 . Il s’agit ici d’éviter le biais « réputationnel » de l’approche élitiste en optant plutôt pour une méthode « positionnelle » qui consiste à sélectionner les individus à des postes officiels et comparables à travers les différents régimes.

    12 . Avec respectivement pour critères (1) l’âge, le sexe et le gouvernorat de naissance ; (2) les filières académiques, le plus haut degré de diplôme validé, les lieux d’études; (3) le premier emploi; (4) les ennuis judiciaires et les nouveaux métiers occupés.

    13 . En l’occurrence l’âge, le sexe, et la filière professionnelle.

    14 . Le chiffre de deux millions (sur une population adulte d’environ 8 millions de Tunisiens) d’adhérents revendiqués par le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) revient souvent chez les acteurs, membres du RCD, interrogés pour cette enquête. C’est en tout cas le chiffre retenu par le président Ben Ali lui-même selon son propre conseiller politique. Entretiens avec l’auteur, Tunis, 2014 et 2015.

    15 . Propos d’un ancien ministre de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

    16 . Nous empruntons aux mathématiques ce concept. Une heuristique se définit comme une méthode «qui procède par approches successives en éliminant progressivement les alternatives et en ne conservant qu’une gamme restreinte de solutions tendant vers celle qui est optimale » selon le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, voir http://www.cnrtl.fr/definition/heuristique (page consultée le 27/08/2015). Dans notre cas, une stratégie heuristique est adoptée en réaction à un environnement incertain et changeant au jour le jour; elle se compose de coups et de tactiques développés sur le tas et contraints par cette incertitude.

    17 . Jusqu’à la passation de pouvoir vers B.C. Essebsi, le 27/02/2011.

    18 . Selon les différentes versions recueillies par nos entretiens avec ces acteurs du régime, entre 3 et 5 personnes : le Premier ministre (M. Ghannouchi), le chef d’état-major de l’armée (R. Ammar), les ministres de l’Intérieur (A. Friaa) et de la Défense (R. Grira), le président du parlement (F. Mebazaa) font partie de ce comité restreint.

    19 . Notamment lors des évènements de Kasbah I et Kasbah II, voir Chennaoui (2015). Les revendications peuvent en effet être résumées par : « on a dégagé le dictateur, dégageons la dictature » (Dakhli, 2013).

    20 . Gendre du président Ben Ali, qui a vu ses biens gelés et confisqués par l’État, avant d’en récupérer une large partie. Entretien, Tunis, 2014.

    21 . Voir infra la discussion portant sur son passé et son rôle dans la période transitoire.

    22 . Selon l’analyse de Kis (1998), les révolutions est-européennes (1989-1990) prennent parfois la forme de réformes, plus ou moins ancrées dans la légalité constitutionnelle. Le processus de changement de régime, s’il peut débuter par une révolution, peut tout aussi bien se poursuivre par des canaux contrôlés. Pour dépasser la contradiction conceptuelle entre révolution et réforme, Kis définit la transition (co)ordonnée comme suit : « Coordinated tran­sition is a multi-actor game that is played with great uncertainty. Its main participants are the emerging progressive sectors of the old, dominant coalition and the emerging extra-institutional oppo­sition. Their cooperation in transforming a situation marked by a legitimation crisis into an ordered transition to a new regime sets the rules for the process of change, guarantees that they are en­acted into law, and makes it clear to everybody that the only game to play is that of competing for power and influence according to the transition scenario» (1998, p. 370).

    23 . Les hypothèses sous-jacentes à cette idée de transition ordonnée (qui sont explicitées dans les lignes suivantes) ne garantissent pas son succès, elles en augmentent cependant les chances de réussite. Les conditions de ce type de transition contraignent les acteurs dans leurs coups envisageables. Ainsi, les accords formels et les ententes tacites entre un nombre croissant d’élites envoient un message à tout le monde selon lequel «negotiated transition is the only game in town: that those who compete for their aims outside of the domain delimited by the transition rules inevitably end up on the periphery. Once the rules are made public, everybody knows that attempting to over­turn them does not pay. And everyone knows that everyone else knows this » (Kis, 1998, p. 368).

    24 . Aux dernières élections présidentielles de 2014, B.C. Essebsi (actuel Président), K. Morjane, M. Zenaidi, A. Zouari, H. Ben Slama, M. K. Nabli, se présentent … en étant tous des anciens cadres du régime de Ben Ali (tous ministres, sauf B.C. Essebsi ancien Président du parlement de Ben Ali). Le Premier ministre H. Essid (2015-2016) a été membre du gouvernement de Ben Ali aux postes de secrétaire d’État à la Pêche puis à l’Environnement, entre 2001 et 2003.

    25 . Cette proportion pourrait être revue à la hausse si l’on élimine de la base de calcul les ministres du début de règne de Ben Ali (1987-1994) appartenant, en grande partie, à la génération de l’Indépendance, et qui en 2011 ne sont plus en mesure d’être appelés à des responsabilités politiques. On retrouve également quelques anciens cadres du régime de Ben Ali dans les gouvernements de 2012 à 2016. Par exemple, le ministre des Affaires religieuses et le secrétaire d’État aux Affaires sécuritaires du gouvernement Essid étaient, respectivement, Mufti de la république et directeur de la sécurité sous Ben Ali ; le ministre de la Défense du gouvernement Jebali était ministre de la Santé en 2001.

    26 . La même remarque précédente s’applique : cette proportion chute considérablement si on n’examine que les ministres ayant exercé durant la seconde décennie du régime de Ben Ali (2000-2010) considérée comme la pire en termes de corruption et de népotisme.

    27 . Entrevue avec l’auteur, Tunis, 2014.

    28 . La plus célèbre étant A. Seriati, chef de la puissante garde présidentielle, accusé d’avoir fomenté un coup d’État. J. Boudriga, redouté chef des brigades de l’ordre public, a vu sa peine passée de 10 à 3 ans de prison, à l’image de la plupart des anciens cadres du régime de Ben Ali condamnés par la justice.

    29 . Environ deux semaines après le départ de Ben Ali, « 35 hauts responsables du ministère de l’Intérieur ont été mis à la retraite obligatoire, dont 26 membres de la Direction générale de la Sûreté nationale » (ICG, 2012b, p. 14).

    30 . Les « mounachidin » sont ces personnalités qui ont appelé, publiquement et à partir de 2009 pour certains, le président Ben Ali à se présenter aux élections présidentielles de 2014.

    31 . Selon tous les observateurs internationaux (Union Européenne, Centre Carter, National Democratic Institute) et locaux. Voir notamment Stepan (2012) et Murphy (2013).

    32 . Même si cette coalition est l’héritage de plusieurs années de dialogue entre ces partis, à l’époque, de l’opposition. À ce sujet, voir Stepan (2012).

    33 . Que l’on peut regrouper sous des labels différents (laïc, moderniste, progressiste, destourien etc.) mais dont le référent de définition a pour critère commun, entre autres, l’opposition à l’islamisme (pris comme doctrine politique).

    34 . Notamment le 14/08/2013 à Paris, en plein cœur d’une crise politique faisant suite à l’assassinat de C. Belaid (le 06/02/2013) et M. Brahmi (le 25/07/2013), deux figures politiques du Front populaire, regroupement de partis de gauche marxiste/panarabiste/écologiste/etc.

    35 . A. Mourou, entretien cité.

    36 . Nidaa Tounes (l’Appel de la Tunisie) est une formation politique créée par B.C. Essebsi en avril 2012 ; officialisée en juillet 2012. Nidaa Tounes regroupe différentes tendances politiques, mais se réclame essentiellement du Bourguibisme (que l’on pourrait succinctement traduire par une forme de réformisme progressiste et nationaliste). Il fait campagne en 2014 sur deux thèmes : le retour de l’autorité et du prestige de l’État, et la résistance face à la tendance islamiste d’Ennahdha et plus généralement aux courants qui cherchent à modifier le (supposé) style de vie des Tunisiens.

    37 . W. Bannani est un membre fondateur d’Ennahdha qui a dénigré publiquement B.C. Essebssi pour son âge avancé.

    38 . A. Mourou, entretien cité.

    39 . Notamment Al Moubadara / l’Initiative - de K. Morjane (ancien ministre des Affaires étrangères et de la Défense de Ben Ali de 2005 à 2011), le Mouvement Destourien de H. Karoui (ancien ministre de la Justice et Premier ministre de Ben Ali de 1988 à 1999), Al Watan de M. Jegham (ancien ministre de la Défense, de l’Intérieur et du Commerce de Ben Ali entre 1995 et 2011).

    40 . Émission « Essaraha raha », Hannibal TV, 09/03/2013.

    41 . Ancien ministre de l’Industrie de Ben Ali de 2004 à 2011.

    42 . Ancien secrétaire d’État à l’Énergie renouvelable de Ben Ali de 2007 à 2011.

    43 . Félicitations en dialecte tunisien.

    44 . Un ancien ministre de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

    45 . M. Jomaa a été le Premier ministre technocrate qui a dirigé le gouvernement apolitique jusqu’aux élections de 2014.

    46 . C. Ayari, ancien ministre de Bourguiba, ancien directeur exécutif à la Banque Mondiale, actuel Gouverneur de la Banque Centrale. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

    47 . Ancien ministre-conseiller de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

    48 . Ancien ministre de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

    49 . Ancien ministre de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

    50 . Celles-ci peuvent être amicales, familiales, régionales, professionnelles, estudiantines, etc.

    51 . Les 30-40 ans passent de 7% à 4% dans les gouvernements de Ben Ali puis ceux de la transition ; les 40-50 ans de 40% à 27%.

    52 . Les 60-70 ans passent de 10% à 27%; les plus de 70 ans de 1% à 5%.

    53 . Sous le régime de Ben Ali, Tunis a fourni 23% de ministres. Après son départ, les différents gouvernements ont choisi en moyenne 30% de ministres originaires de la capitale.

    54 . Sousse fournissait 13% de ministres sous Ben Ali, elle n’en est plus qu’à 3% après les élections de 2011.

    55 . Les deux présidents, Bourguiba et Ben Ali, ainsi que 6 Premiers ministres (sur 8) sont issus du Sahel.

    56 . Sfax est le deuxième poumon économique du pays après la capitale ; c’est aussi la deuxième ville en termes d’habitants. Pourtant, au gouvernement seuls 6% (sous Ben Ali) à 8% (après Ben Ali) des ministres sont originaires de cette ville, ce qui, comparé à Tunis (30%) demeure une sous-représentation.

    57 . 43% des ministres de Ben Ali détenaient l’équivalent d’un doctorat ; ils sont environ 50% dans le régime transitoire. Les diplômés de premier cycle constituaient 13% des gouvernements de Ben Ali ; ils sont environ 11% après 2011.

    58 . La France fournissait 40% des diplômes des élites exécutives de Ben Ali, cette proportion passe à 33% après 2011. La part de la Tunisie passe de 43% à 46%.

    59 . Ils étaient 4% de journalistes et 4% issus des milieux sécuritaires à occuper une fonction gouvernementale sous Ben Ali. Ces proportions tombent à 1% et 0% après 2011.

    60 . En multipliant leur poids par trois : de 6% à 14% du corps exécutif.

    61 . Passant de 41 à 25% des élites exécutives.

    62 . Les universitaires passent de 34 à 36% et les économistes/financiers de 4 à 12%.

    63 . L’enseignement, le droit, la santé, le business et l’administration.

    64 . En l’absence de statistiques définitives.

    65 . Argument récurrent prononcé par nombre d’acteurs des deux camps dans les médias tunisiens pour justifier cette collaboration post-électorale.

    Top of page

    References

    Bibliographical reference

    Bilel Kchouk, « « Si vous votez la loi d’exclusion aujourd’hui, c’est vous qui serez exclus demain » », L’Année du Maghreb, 16 | 2017, 319-339.

    Electronic reference

    Bilel Kchouk, « « Si vous votez la loi d’exclusion aujourd’hui, c’est vous qui serez exclus demain » », L’Année du Maghreb [Online], 16 | 2017, Online since 10 July 2017, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3106 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3106

    Top of page

    Author

    Bilel Kchouk

    Ph.D. candidate, School of Political Studies, University of Ottawa, Canada.

    Top of page