Navigation – Plan du site
É‎ditorial

Éditorial : Témoigner et rendre compte des rapports de force

Katia Boissevain et Éric Gobe
p. 3-6

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1Cette deuxième livraison de L’Année du Maghreb de 2017 propose un dossier intitulé « Genre, droit et santé sexuelle et reproductive au Maghreb », coordonné par Irène Maffi, Daniel Delanoë et Selma Hajri ainsi que les chroniques annuelles (2016), organisées par pays, qui font la spécificité de notre revue et inscrivent l’observation des évènements dans l’écriture d’une histoire présente.

2Sur le plan institutionnel, L’Année du Maghreb s’est engagée dans la rédaction d’une charte éthique, grâce au travail de Garance Philippe, stagiaire à la revue. Largement inspirée de la Charte européenne du chercheur, cette réflexion est née en vue du référencement de notre revue dans la base Scopus. La nécessité de formaliser un certain nombre de bonnes pratiques répond surtout à des questions récurrentes que la rédaction a eu à traiter au cours de ces dernières années : nombre d’auteurs autorisés et ordre dans lequel ils apparaissent ; caractère inédit des articles et attitude à adopter face au plagiat ou à l’autoplagiat ; soumission du même article à plusieurs revues et engagement (ou pas) sur un délai de réponse sur la publication d’un article ; conditions d’autorisation des rééditions ; veille au respect de l’anonymat des enquêtés et à ce que la publication d’une enquête ne puisse pas nuire à l’institution ou au groupe qui en est l’objet ; nature et limites de la contribution au financement du travail éditorial par les coordonnateurs de dossier lorsqu’ils sont adossés à des programmes de recherche… Une telle formalisation est d’autant plus nécessaire que L’Année du Maghreb évolue désormais dans un espace transnational et que les usages des communautés académiques peuvent être différents.

3L’investissement à la fois financier et humain réalisé à L’Année du Maghreb repose sur la conviction que les sciences sociales, politiques et juridiques ont un rôle à jouer pour accompagner et élucider les processus de transition dans lesquels sont engagées les sociétés du Maghreb contemporain. Il repose aussi, face aux tentations de repli ou aux volontés d’en découdre, sur la nécessité de faire exister un champ académique fonctionnant selon les règles de la science et du débat rationnel, de la neutralité axiologique et des lectures plurielles des faits sociaux. Telle est l’ambition qui anime la rédaction de la revue, visant à associer, dans une même éthique, le savant et le politique.

4Ce souci apparaît de manière évidente dans ce très riche dossier. Réunir des contributions sur les questions de santé reproductive et de santé sexuelle, voire de droits sexuels et reproductifs (un terme mis en avant dès les années 1970) est une initiative qui vient à point nommé. Un sujet comme celui de la politique des corps et de la sexualité, tisse de manière très fine les mailles de la sphère de l’intime et celle du contrôle social. Dans des contextes politiques et juridiques où l’autonomie des femmes quant à leur sexualité, leurs maternités ou leur statut marital demeure en discussion avec plus ou moins de visibilité, il semblait important de présenter les recherches menées de manière parfois isolées, dans des disciplines variées, et de leur permettre de dialoguer. Les articles réunis montrent que si une certaine émancipation est en cours, elle voit surtout le jour dans les milieux les urbains, éduqués et socialement les plus aisés. En dehors de ces microcosmes, certes ouverts sur la société et en prise avec celles-ci, les auteurs décrivent, d’un bout à l’autre du Maghreb, la prégnance de modèles patriarcaux très ancrés et en conséquence, les difficultés d’accès aux soins de santé sexuelle et reproductive pour une bonne partie des femmes (et des hommes), soit par manque d’information, ou parce qu’elles font partie de catégories discriminées par l’institution médicale ou policières telles que les prostituées ou les mères célibataires (deux catégories souvent rapprochées voire confondues dans les discours). Les femmes, comme les hommes, qui vivent en milieu rural, éloignés des centres urbains sont une autre catégorie de citoyens dont l’accès à la santé reproductive est hautement compromis.

5« Droits sexuels et reproductifs » est une catégorie promue par les ONG internationales, par l’Europe, mais relayée activement par les ONG locales et les associations de lutte pour les droits des femmes depuis 40 ans. Les évolutions récentes observées dans les lois ici ou là sont donc le fruit de ce travail de longue haleine, et non le résultat d’une volonté politique supérieure et magnanime. Ainsi, lorsque le chef de l’État tunisien, Beji Caïd Essebsi annonce la suppression de l’article 227 bis de la Loi 46, surnommé « article de la honte » (puisqu’il consistait à permettre à un violeur d’épouser sa victime afin d’échapper aux poursuites judiciaires) il répond à une attente des citoyens et citoyennes de son pays et le range de ce fait aux côtés du Maroc, du Liban, de la Jordanie et de l’Algérie (depuis 2015) qui ont déjà interdit cette disposition. Le nouvel article prévoit 6 ans d’emprisonnement pour relations sexuelles avec une mineure de moins de 16 ans et 5 ans de détention si la jeune fille a entre 16 et 18 ans. Pas de reconnaissance cependant des relations sexuelles entre adultes consentants non-mariés. Les couples illégitimes le demeurent aussi aux yeux de la loi, et le concubinage réprimé. La bienséance et la norme religieuse sont le cadre à l’intérieur duquel doivent se dérouler les rencontres amoureuses, même si les réalités changent, exigeant parfois des aménagements. Certaines autorités religieuses se montrent d’ailleurs souples et acceptent le recours à l’hyménoplastie si elle a pour but de permettre à une jeune femme de contracter un mariage sans que son mari, sa famille et elle-même perde la face. L’idée sous-jacente, comme souvent dans les institutions médicales, est que la femme s’est égarée, qu’elle a été trompée par un homme, qu’il convient de restaurer son honneur.

  • 1 . Coupable d’avoir été violée, Meriem Benmohamed, 2013.
  • 2 . La belle et la meute de Kaouther Ben Henia, 2017.
  • 3 . Violence de Dalila Baccar et Fadhel Jaïbi, 2015.

6Les diverses expressions artistiques ont bien sûr leur place et leur rôle dans la représentation des idées, comme le démontre la reproduction du tableau très évocateur sur notre couverture. L’histoire de Meriem Ben Mohamed – pseudonyme de la jeune femme violée par des policiers en 2012 en Tunisie alors qu’elle avait été interpellée pour attentat aux bonnes mœurs en compagnie de son amoureux dans une voiture à l’arrêt – fait partie des scènes d’injustice qui ont révulsé l’opinion publique. Cette histoire inspira un roman1, un film de cinéma2 et une pièce de théâtre3. Ici les policiers furent reconnus coupables, mais ce ne fut pas le cas au Maroc en 2016 des quatre hommes accusés de viol collectif par une jeune fille de 16 ans, qui se suicida peu après le verdict.

7Les articles sélectionnés dialoguent et donnent à voir avec rigueur et précision les situations dans lesquelles évoluent les bénéficiaires de services de santé sexuelle et reproductive et plus largement les contraintes et normes morales qui encadrent la vie sexuelle et affective des hommes et des femmes au Maghreb. Ils dépeignent des situations inégales au sein des pays. Parmi les quatorze textes retenus, sept portent sur le Maroc tandis que cinq ont pour terrain d’étude la Tunisie. L’Algérie, la Libye et la Mauritanie sont malheureusement absentes de ce dossier, ce qui reflète le peu de recherches en cours sur cette thématique. Les deux autres encadrent le dossier et proposent des approches plus transversales. Il s’agit tout d’abord du texte de Sophie Bessis sur le contrôle du corps des femmes et d’autre part, d’un entretien plus personnel de l’artiste plasticienne marocaine Dalila Alaoui, qui nous fait l’honneur de nous autoriser à reproduire son tableau « Ceci est ma ville » sur la couverture. Nous tenons, au nom des coordonnateurs et de la rédaction à la remercier très sincèrement.

8En ce qui concerne les chroniques, la rédaction a demandé à Garance Philippe de travailler à partir des textes publiés chaque année et de les regrouper dans l’ordre chronologique, par pays, sur le site de la revue. D’ici peu, il sera donc possible de choisir un des pays et de consulter à partir d’un même document, l’ensemble des chroniques qui lui sont consacrées. En permettant une lecture chronologique des évènements de chacun des pays, nous avons la volonté de mettre à disposition de nos lecteurs un outil de travail pratique pour quiconque a besoin de se pencher sur l’histoire récente des pays du Maghreb.

9Dans cette livraison, les chroniques par pays, notamment celles se rapportant au Maghreb central (Algérie, Maroc Tunisie) rendent compte plus particulièrement du type de « technologie gouvernementale » déployé par les régimes politiques pour contenir les contestations dont ils sont l’objet.

10En Algérie, la réforme de la Constitution traduit, d’une part, le nouveau rapport de forces qui s’est installé dans les hautes sphères de l’État entre les pouvoirs civil et militaire en faveur du premier et, d’autre part, exprime la volonté de la part de la présidence de la République de désamorcer les revendications berbéristes tout en ménageant le courant islamo-conservateur, partisan d’une « représentation exclusiviste de l’identité algérienne ». Aussi la Constitution dispose-t-elle que le tamazight est langue nationale officielle tout en affirmant que « l’arabe demeure la langue officielle de l’État ». Autrement dit, la langue amazighe sera enseignée, mais elle ne sera pas utilisée dans les documents officiels de l’administration algérienne.

11Au Maroc, le Palais est toujours à la manœuvre pour désamorcer le champ politique et contrecarrer toutes tentatives visant à remettre en cause ses prérogatives. La notion de tahakkoum, abondamment mobilisé en 2016 par les dirigeant du Parti islamiste de la Justice et du développement (PJD), rend compte précisément du téléguidage parle Roi Mohammed VI de divers acteurs depuis le Palais pour assurer l’emprise de la monarchie sur la scène politique.

12Le principal instrument de l’hégémonie politique de la monarchie exécutive aura incontestablement été cette année le Rassemblement National des Indépendants (RNI). Ce parti politique mis au service du Palais a habilement manœuvré pour montrer au PJD, vainqueur des élections législatives de 2016, qu’en l’absence d’une majorité absolue au parlement, il ne suffit pas d’arriver en tête des suffrages exprimés pour mettre en place une coalition gouvernementale viable.

13De son côté, la Tunisie s’est engagée dans un mouvement de présidentialisation du régime révélateur de la volonté du président Béji Caïd Essebsi de se positionner comme le maître du jeu politique et comme l’homme providentiel par lequel passerait la sortie de la Tunisie du marasme économique. Mais la volonté présidentielle s’est sans cesse heurtée, tout au long de l’année, à des mouvements de protestation sociale récurrents que l’Exécutif a tenté, tant bien que mal, de contrecarrer en formulant des promesses d’embauche dans le secteur public. Par ailleurs, la question djihadiste s’est rappelée au bon souvenir du pouvoir, début mars, avec l’attaque d’un groupe armé venant de Libye sur la ville frontalière de Ben Guerdane. In fine, l’incapacité de Béji Caïd Essebsi à imposer son projet de réconciliation économique et financière et à faire de son fils le leader incontesté du parti qu’il avait lui-même fondé en 2012 est apparue comme le symptôme d’une forme d’impuissance politique.

14La Libye est, quant à elle, dans une problématique complètement différente, car en proie à la guerre civile. L’accord de Skhirat de décembre 2015 passé entre les principales fractions politiques du pays apparait inapplicable. Les autorités reconnues par la « communauté internationale », sont apparues en 2016 désarmées face à ceux qui contestent leur légitimité et sont, par là-même, incapables d’apporter un début de solution au conflit libyen.

15Nous souhaitons un écho le plus large possible de nos dossiers et pour ce faire, la rédaction œuvre pour favoriser la traduction en arabe et en anglais d’un certain nombre d’articles. Pour ce dossier, nous avons obtenu de la part du GIS Institut du Genre un financement qui permettra la traduction vers l’arabe de certains textes, que nous diffuserons dans la version en ligne.

Haut de page

Notes

1 . Coupable d’avoir été violée, Meriem Benmohamed, 2013.

2 . La belle et la meute de Kaouther Ben Henia, 2017.

3 . Violence de Dalila Baccar et Fadhel Jaïbi, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katia Boissevain et Éric Gobe, « Éditorial : Témoigner et rendre compte des rapports de force », L’Année du Maghreb, 17 | 2017, 3-6.

Référence électronique

Katia Boissevain et Éric Gobe, « Éditorial : Témoigner et rendre compte des rapports de force », L’Année du Maghreb [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3146

Haut de page

Auteurs

Katia Boissevain

Chargée de recherche Cnrs, Idemec, Aix Marseille Université/Cnrs, Aix-en-Provence, France. Rédactrice en chef (dossier).

Articles du même auteur

Éric Gobe

Directeur de recherche au Cnrs, Iremam, Aix Marseille Université/Cnrs, Aix-en-Provence, France. Rédacteur en chef adjoint (chroniques politiques).

Articles du même auteur

Haut de page