Navigation – Plan du site
Dossier: Genre, santé et droits sexuels et reproductifs au Maghreb

L’émergence d’une sexualité juvénile hors mariage chez les jeunes de Sidi Ifni (Maroc)

The emergence of juvenile sexuality outside marriage among young people in Sidi Ifni (Morocco)
Leila Boufraioua
p. 31-48

Résumés

Chez les jeunes de Sidi Ifni, les mentalités évoluent et modifient progressivement les modes d’entrée à l’âge adulte, dans la mesure où les mariages précoces disparaissent et l’allongement des études offre à la jeunesse un temps libre de maturation en dehors de la sphère conjugale. L’accès au statut d’adulte se fait donc au prix d’une longue période d’attente, période au cours de laquelle les Ifnaouis explorent les relations affectives, dès le collège ou le lycée. Les fréquentations amoureuses constituent pour eux aujourd’hui une nouvelle étape, permettant de comprendre les mécanismes à l’origine de l’allongement du célibat et l’essor des relations sexuelles hors mariage. En effet, selon notre enquête, 50 % des hommes qui se sont mariés entre 20 et 24 ans ont déclaré avoir eu une sexualité prémaritale avec leur future épouse. Dans ce contexte, la sexualité hors mariage est souvent associée à l’idée de fonder à terme une famille avec son partenaire. Cette conception est aussi partagée par les femmes, puisqu’un quart des jeunes femmes mariées, de la classe d’âge des 30-35 ans, affirment avoir débuté leur vie sexuelle avec leur fiancé bien avant leur mariage.

Ainsi, malgré les interdits moraux, les fréquentations amoureuses se banalisent et l’influence du monde extérieur remet en cause l’éducation puritaine. Ainsi, ces jeunes sont de plus en plus nombreux à transgresser les lois de la morale sociale, et l’école devient le lieu où garçons et filles s’initient aux relations amoureuses et ouvrent la voie à une sexualité hors mariage. À Sidi Ifni, ces évolutions socioculturelles ont profondément ébranlé les structures familiales patriarcales, l’institution matrimoniale et les rapports de genre.

Haut de page

Texte intégral

1Au début du XXe siècle au Maroc, le mariage constituait un puissant régulateur social, car il était le seul cadre légal où s’exerçait la sexualité. La formation du couple était placée sous l’autorité des aînés qui veillaient à sa pérennité et à sa stabilité au cours du temps (Fargues, 1986, 2000, Naamane-Guessous, 1987). Ces derniers se chargeaient de la gestion des alliances matrimoniales, en imposant, dès leur plus jeune âge, un époux ou une épouse à leurs enfants, et en donnant la priorité aux cousins germains (Lacoste-Dujardin, 1985).

  • 1 . Les fréquentations amoureuses, flirt, idylles, relations affectives, amoureuses ou prémaritales r (...)

2Néanmoins, depuis la seconde moitié du XXe siècle, ces structures familiales ont subi de profonds bouleversements. Selon les recensements de 1960 et 2004, l’âge moyen au premier mariage au Maroc a reculé de près de 8 ans, passant de 18 à 26 ans pour les femmes et de 24 à 31 ans pour les hommes (Recensement, 1966, 2004) ; paradoxalement, l’endogamie familiale est restée à un niveau stable (1/3 des mariages) et le célibat définitif est un phénomène relativement rare (autour de 3 %). Toutefois, pour certains chercheurs l’allongement de la durée du célibat au Maroc s’accompagne d’une plus grande autonomie des jeunes, dont l’une des manifestations serait l’essor des relations affectives et d’une sexualité juvénile hors mariage (Naamane-Guessous, 2013 ; Dialmy, 2000). Ces évolutions sociales s’expliqueraient selon eux par l’émergence de nouveaux espaces de mixités promus, entre autres, par l’école, le marché de l’emploi, et les lieux publics où dorénavant garçons et filles se côtoient. Ces nouveaux rapports de genre sont à l’origine d’une sexualité juvénile hors mariage, car de nos jours les jeunes n’attendent plus nécessairement le mariage pour vivre pleinement leur sexualité. Mais pour prendre la mesure de ces changements, nous avons fait le choix d’étudier une « aire culturelle particulière », la ville de Sidi Ifni. Située dans le Sud-Ouest marocain, cette dernière se trouve dans une région où les contrastes sociaux ne cessent de se creuser et constitue aujourd’hui encore l’épicentre de la contestation juvénile. Le recensement de 2004 révèle d’ailleurs des résultats démographiques surprenants pour la région : les hommes et les femmes se marient en moyenne deux ans plus tard qu’au niveau national urbain. En l’espace de quelques décennies, l’âge moyen à la primonuptialité a reculé de dix ans, contribuant à faire de Sidi Ifni l’une des villes où la phase de célibat est l’une des plus longues du Maroc. Cet allongement de la jeunesse s’accompagne chez les Ifnaouis d’un changement dans les rapports sociaux de sexe, observables notamment à travers l’adoption de nouvelles mœurs telles que les fréquentations amoureuses1 et l’essor d’une sexualité juvénile hors mariage.

3Face à tel constat, nous nous sommes demandé quels sont les événements clés qui ont influencé les jeunes Marocains à vivre une vie sexualité active hors mariage ? Comment se fait le passage du premier flirt vers une sexualité active ? Existe-t-il des différences selon le sexe ? Quel sens donnent-ils à leur sexualité ? Et quelles conséquences la sexualité hors mariage peut-elle avoir sur leur trajectoire de vie ?

4Nous partons de l’hypothèse qu’à Sidi Ifni l’essor des relations prémaritales chez les jeunes rendent plus difficile le respect de l’abstinence et ouvrent la voie à une sexualité hors mariage. L’objectif de cette étude est de mettre en exergue les faisceaux de facteurs qui, une fois réunis, concourent à l’analyse des comportements sexuels des jeunes et leurs conséquences sur leur trajectoire affective. Pour mener à bien cette mission, nous avons replacé les parcours de vie des jeunes Ifnaouis dans leur environnement, en nous référant notamment à l’histoire, à l’héritage culturel parental, au groupe de pairs, aux mœurs, aux cultures macro et micro locales, à l’époque, mais aussi au rapport à l’État et aux politiques publiques. Notre étude se fonde donc sur une approche multidimensionnelle, tout en accordant une importance particulière à l’étude de genre et des rapports sociaux de sexe. Le genre étant défini comme un « […] système qui organise la différence hiérarchisée entre les sexes, la notion de rapport social permet, elle, de penser la dynamique de ce système. » (Kergoat, 2005, p. 94). Selon Danièle Kergoat,

« le rapport social peut être assimilé à une tension qui traverse la société ; cette tension se cristallise peu à peu en enjeux autour desquels, pour produire de la société, pour la reproduire ou « pour inventer de nouvelles façons de penser et d’agir », les êtres humains sont en confrontation permanente […] c’est pourquoi l’on peut dire que les groupes sociaux de sexe sont créés par et se créent dans le rapport social, qu’ils ne lui sont pas préexistants » (Kergoat, 2005, p. 95).

5C’est donc à partir de ces concepts que nous analyserons l’évolution des rapports sociaux de sexe chez les jeunes Ifnaouis, et ce à travers l’étude de leurs relations affectives, de leurs pratiques sexuelles et de la perception qu’ils s’en font, mais aussi des conséquences quelles peuvent avoir sur leur trajectoire de vie.

Changement dans les rapports sociaux de sexe chez les jeunes de Sidi Ifni (Maroc)

Les données : l’enquête biographique et les entretiens semi-directifs

  • 2 . L’enquête biographique (EBSI) réalisée auprès des 408 Ifnaouis n’est pas représentative de la pop (...)

6Pour prendre la mesure de ces changements, nous avons opté pour une méthodologie quantitative et qualitative complémentaire, en nous fondant sur une enquête biographique « contextuelle », réalisée dans la ville de Sidi Ifni (sud-ouest du Maroc), auprès des jeunes âgés de 15 à 35 ans (408 enquêtés)2 en 2009, et de 25 entretiens approfondis. L’analyse biographique « contextuelle » consiste à analyser l’histoire biographique d’un individu, en sachant que celle-ci comporte en son sein plusieurs trajectoires distinctes : résidentielle (différentes migrations survenues selon l’âge), scolaire (évolution du niveau scolaire selon l’âge), familiale (changement de statut célibat/mariage/divorce) ou affective (sexualité, reproductive) dont l’agrégation construit le parcours de vie d’un individu. Ces biographies individuelles sont surtout utilisées pour étudier non seulement l’occurrence des événements dans le temps, mais aussi les interactions et leurs évolutions tout au long de l’existence. Cette méthode permet de dépasser l’opposition entre les approches holiste et individualiste des phénomènes sociaux, en intégrant conjointement dans l’analyse le temps, l’histoire de vie des individus et le contexte institutionnel, familial et social, dans lequel ils s’inscrivent (Courgeau et al., 2001). Ainsi, pour mettre en œuvre cette approche nous avons réalisé un questionnaire structuré en 9 modules à caractère biographique. Une partie est consacrée aux caractéristiques sociodémographiques classiques de l’interviewé, avec pour objectif d’en définir le profil en matière d’âge, d’origine, de diplôme, de statut d’activité, etc. À partir de ces données, nous avons opté pour deux types d’analyse statistique ; le premier renvoie aux méthodes descriptives des biographies, servant principalement à obtenir l’intensité et le calendrier des différents phénomènes étudiés. Nous avons aussi utilisé l’estimateur Kaplan-Meier pour calculer les fonctions de survie, la médiane et les quartiles, mais aussi la significativité des quotients obtenus grâce au test de rang. Quant au second, il fait référence aux méthodes explicatives des phénomènes sociaux, nous nous sommes servis principalement du modèle d’Allison, dont l’objectif est de prendre en compte le risque d’occurrence d’un événement au cours du temps selon les spécificités propres à chaque individu.

7Parallèlement à ce questionnaire biographique, nous avons réalisé des entretiens semi-directifs auprès de nos enquêtés, afin d’éclairer l’attitude des jeunes face aux différents événements qui ont marqué, entre autres, leur parcours affectif et sexuel. Cette méthode qualitative nous a semblé être la plus appropriée, car elle permet de conserver auprès de chaque interviewé toute la latitude nécessaire à l’expression des représentations et des points de vue qu’il souhaiterait exprimer (Blanchet et al., 1992). Notre guide d’entretien comprend trois grands axes : 1) l’identité sociale, culturelle et économique de l’interviewé 2) ses pratiques socioculturelles, affectives, et matrimoniales, 3) ses rapports aux pratiques religieuses, familiales, domestiques et sexuelles. C’est au sein du troisième axe que nous abordons les questions relatives aux pratiques sexuelles de l’interviewé et ses représentations en matière de sexualité prémaritale.

Population enquêtée

  • 3 . Parmi les individus qui ont accepté de participer à un entretien approfondi, on recense chez les (...)
  • 4 . Les 165 hommes enquêtés sont nés entre 1974 et 1994, ils se répartissent de la manière suivante : (...)

8Dans le cadre de cette étude, nous avons réalisé 25 entretiens biographiques auprès de 13 hommes et 12 femmes représentatifs des différents profils rencontrés chez les Ifnaouis enquêtés3. Parallèlement à ces entretiens, nous avons collecté les biographies de 165 hommes et 243 femmes, célibataires ou mariés et âgés de 15 à 35 ans en 20094. Les personnes enquêtées appartiennent à diverses générations (comprises entre l’année 1974 et 1994), et ce afin de comparer leur trajectoire (familiale, résidentielle, scolaire, professionnelle, affective, sexuelle, etc.).

9Pour sélectionner les enquêtés, nous avons choisi comme unité de sondage les aires géographiques. Afin d’appliquer cette méthode, un agent municipal nous a fourni une carte de Sidi Ifni sur laquelle figure le nouveau découpage de la ville en 23 circonscriptions, que nous avons agrégées au sein des neuf quartiers. Nous avons décidé d’enquêter sur la totalité de ces quartiers, en appliquant la méthode des itinéraires : les enquêteurs avaient comme consigne de sélectionner au sein de chaque ménage un homme ou une femme âgé(e) de 15 à 35 ans, quelle que soit sa situation matrimoniale. Cette population cible (15-35 ans) représente 37 % des habitants de Sidi Ifni en 2004 (recensement, 2004) ; nous avons enquêté 5 % d’entre eux, soit 408 personnes, dont 42 % d’hommes et 58 % de femmes.

  • 5 . Afin de protéger l’identité des individus enquêtés, nous avons réalisé un questionnaire anonyme, (...)

10Ce sont trois enquêtrices et sept enquêteurs, dont deux superviseuses, qui ont permis d’entreprendre la collecte de données. Pour la réalisation des entretiens semi-directifs, les enquêteurs avaient pour consigne de demander aux enquêtés s’ils acceptaient de participer à des entretiens approfondis. Mais, pour se faire, ils devaient sélectionner des individus issus de cohortes (1974-1979, 1980-1984, 1985-1989 et 1990-1994) et de statuts matrimoniaux différents. Sur le terrain, il s’est avéré que les enquêtés ont considéré que le temps de passation du questionnaire était trop long (un peu plus d’une heure en moyenne), justifiant par là leur réticence à participer à la réalisation d’entretiens semi-directifs, surtout en présence d’un dictaphone. Selon les enquêteurs, ce sont ces principaux facteurs qui ont conduit un certain nombre d’enquêtés à ne pas souhaiter participer à des entretiens semi-directifs, sauf pour 25 d’entre eux qui ont accepté de nous accorder de leur temps5.

11Ce sont donc ces deux méthodes qui nous ont permis d’éclairer les expériences contrastées au sein des trajectoires affectives et sexuelles des jeunes Ifnaouis, en fonction de leur appartenance sociale, mais aussi selon le sexe, afin d’identifier les facteurs clés à l’origine ou non d’une émancipation des mœurs.

12Dans le cadre de cette étude, nous verrons tout d’abord comment ont émergé les relations effectives auprès des jeunes Ifnaouis, et le sens donné à ces relations selon le sexe. Par la suite, nous aborderons l’essor des rapports sexuels hors mariage, puis la perception que ces jeunes s’en font, ainsi que les conséquences quelles peuvent avoir sur leur parcours de vie.

Les fréquentations amoureuses vers de nouveaux rapports genrés

13Les données des différents recensements réalisés au Maroc entre 1966 et 2004 confirment la disparition des mariages précoces induits, entre autres, par la démocratisation de l’enseignement associée à un allongement des études (Ajbilou, 1998 ; Courbage et al. 2007 ; Kateb, 2015). Or, l’accès à l’école offre à la jeunesse un temps libre de maturation en dehors de la sphère conjugale (Bensalem et al. 2001). Chez les Ifnaouis, cette période de célibat est le moment propice pour explorer les relations affectives dès le collège ou le lycée. Selon Françoise De Bel-Air, les pays arabo-musulmans qui ont connu l’une des plus longues phases de célibat sont également ceux qui depuis ces vingt dernières années ont vu la plus forte augmentation des relations prémaritales chez les jeunes (De Bel-Air, 2008). À Sidi Ifni, ce phénomène prend de l’ampleur et tend à avoir une incidence sur le calendrier d’entrée en première union. Dans cette région, les relations amoureuses vont à l’encontre de l’éducation parentale, qui s’efforce depuis l’enfance d’éloigner les garçons des filles, tout en condamnant fermement ce type de déviance.

  • 6 . En sociologie, la mondialisation et la globalisation sont des synonymes, elles sont définies comm (...)

14En ville, l’essor des familles nucléaires au détriment des familles élargies contribue à affaiblir la pression familiale masculine (grand-père, oncles, cousins) que subissaient autrefois les jeunes filles. En effet, en zone urbaine, la diminution de la taille des logements favorise plutôt l’essor des familles nucléaires au détriment des familles élargies, ce qui a pour effet de réduire le nombre d’hommes (frères, père) présent au sein du foyer et concourt à desserrer l’étau qui opprimait les filles. Ainsi, les modifications structurelles de la famille, associées à l’école, les médias de masse et à la mondialisation6, contribuent à forger une nouvelle identité sociale chez les jeunes. Au sein de la société, l’impact de la globalisation et l’instruction de masse modifient profondément les rapports genrés et donnent naissance à un modèle culturel hybride, entre une culture héritée des anciennes générations et l’influence de la culture occidentale, cette dernière étant tout autant véhiculée par l’institution scolaire, inspirée du modèle français, que par les médias, à travers notamment la télévision et le cinéma.

15À Sidi Ifni, ces différentes sphères d’influence façonnent les contours d’une nouvelle identité culturelle, dont les fréquentations amoureuses sont l’une des manifestations. Cette expérience des relations affectives, collectivement partagée par 70 % des hommes et 45 % des femmes, concourt à une redéfinition des trajectoires affectives.

16L’influence du monde extérieur remet en cause l’éducation puritaine d’une jeunesse de plus en plus nombreuse à transgresser les lois de la morale sociale. Les fréquentations matérialisent cette nouvelle culture commune, fondée sur des relations affectives officieuses, en rupture totale avec les modèles culturels hérités du passé. L’école, en devenant le lieu où naissent les rapports de séduction à l’égard du sexe opposé, se retrouve au centre de cette nouvelle effervescence.

17En effet, selon un célibataire de 34 ans : « Ce genre de situation n’existait pas avant, car les filles n’allaient pas à l’école ».

18Ces nouveaux rapports genrés sont consécutifs à l’accès à l’éducation et à l’élévation du niveau d’instruction des femmes. L’émergence de cette nouvelle proximité entre les sexes est souvent justifiée par une volonté féminine de s’émanciper, comme en attestent les entretiens suivants :

« Aujourd’hui les parents ne maitrisent plus leurs filles, elles sont libres de faire ce qu’elles veulent » (F., mariée, inactive, 26 ans en 2009).

« À l’époque, les filles avaient peur de leurs parents, mais maintenant il n’y a plus cette crainte, elles ne respectent même plus leurs frères, qui vivent avec elles. […] Même leurs vêtements ont changé, leurs comportements à l’école et dans la rue ont changé, elles sortent avec des hommes […] Elles sont plus libres qu’avant […] Car autrefois, une fille qui n’était pas mariée ne sortait pas de chez elle, elle ne connaissait rien de son mari, elle le découvrait quand il venait demander sa main » (H., célibataire, étudiant, 19 ans en 2009).

19Autrement dit, l’accès à l’école aurait profondément modifié la conception des rapports sociaux de sexe, comme l’atteste un examen plus attentif de leur parcours de vie. Selon l’enquête, les femmes vivent leurs premières idylles dès le collège, et entretiennent des relations amoureuses tout au long de leurs études et même après leur insertion professionnelle.

20Parmi les générations féminines les plus jeunes, les premiers flirts débutent entre 13 et 19 ans, contre 17 et 25 ans pour les générations les plus âgées. Pour leur part, les hommes sont amenés à vivre cette expérience plus tardivement, entre 19 et 25 ans (générations 1983-1994), contre 25 et 29 ans chez leurs aînés (générations 1974-1982). Ainsi, le calendrier d’entrée en relations amoureuses diffère fortement selon le sexe et s’accompagne d’un rajeunissement de cette pratique chez les générations nées entre 1983 et 1994, et l’intensité du phénomène diffère selon les générations, car on constate que les femmes les plus âgées ont 2,5 fois moins de chances d’entrer en fréquentation amoureuse que celles issues des générations les plus jeunes, nées entre 1983 et 1994.

21Le même processus s’observe chez les hommes appartenant au groupe de générations le plus ancien (1974-1982) ; ils ont trois fois moins de chances de vivre une relation amoureuse que ceux nés entre 1983 et 1994. Ces différences générationnelles sont principalement liées à leurs conditions de vie durant l’enfance. Il apparaît que les générations les plus anciennes sont plus nombreuses à avoir grandi en zone rurale, dans un environnement où l’accès à l’école était limité. Par exemple, les femmes les plus âgées (1974-1982) ont hérité du mode de vie de leurs aînées, en vivant leur phase de jeunesse dans l’espace clos de la maison. Ces femmes sont quatre fois plus nombreuses à être touchées par l’analphabétisme, comparées à celles nées entre 1983 et 1994. Selon l’enquête, l´école semble jouer un rôle prépondérant dans l’émergence des fréquentations amoureuses, en devenant l’un des premiers espaces de rencontre. Elle contribue à modifier les comportements des garçons et des filles, en les intégrant dans un univers dominé par les relations entre pairs, comme le révèle l’entretien suivant :

« Les études en réalité c’est une couverture, ça permet d’entretenir des relations avec des filles […] Je peux me permettre de frapper à la porte de la maison d’une fille qui est dans ma classe, car en général la famille n’a pas de soupçon, dès l’instant où on étudie ensemble. Ça permet de se faire accepter par ses parents, et les personnes extérieures sans se dévoiler, tout le monde pense qu’on n’est que des camarades de classe. […] Mais si une personne n’étudie pas avec la fille en question, là ça pose problème, l’école permet aux jeunes de masquer leurs relations […] C’est grâce aux études que l’on tolère de voir deux étudiants marcher ensemble, sans forcément se dire qu’ils se fréquentent » (H., célibataire, travailleur manuel, 34 ans en 2009).

22Ainsi l’école est incontestablement le lieu où les jeunes s’initient aux relations amoureuses : à l’âge de 15 ans, plus de huit jeunes sur dix ont vécu leurs premières histoires d’amour durant leurs années de collège, avec un partenaire sensiblement du même âge.

Les logiques sous-jacentes des relations amoureuses selon le sexe

23Derrière ce semblant d’expérience commune se cachent des logiques relationnelles différentes selon le sexe. En effet, pour les hommes, ces premiers flirts n’ont pas pour ambition de fonder une famille, mais constituent une étape préalable pour expérimenter les relations affectives. C’est l’occasion pour eux de découvrir le sexe opposé.

« Fréquenter les filles permet de nous préparer au mariage, car se marier sans connaître une fille c’est difficile, il faut comprendre leur psychologie, apprendre à éviter les problèmes […] C’est pour ça que c’est important pour un homme d’avoir une certaine expérience des femmes » (H., célibataire, travailleur manuel, 34 ans).

24Mais pour d’autres, ces flirts leur permettent de passer du « bon temps », avant d’envisager une relation sérieuse. Un jeune cadre de 28 ans nous confie que : « Lorsqu’un garçon fait la cour à une jeune fille, généralement elle ne veut pas de lui. Alors il lui promet de l’épouser, juste pour obtenir ce qu’il veut d’elle […] C’est comme ça que les filles tombent dans le panneau ».

25Nous retrouvons le même type de propos chez un cadre de 30 ans, nous expliquant que : « Les hommes abusent de la confiance des jeunes filles, car elles cherchent surtout à se marier […] Et finissent par se mettre en couple avec des hommes sans aucune morale ».

26Ainsi, les hommes semblent cerner les lass="l(usation amoureuse urs rmourrmbition de alvtles, c:C’esyr parcours e sensibre une vie ses dès pour pmmes les plneent cerner luiignes rec de propos c chez ,ne des manre eux quivaientnt avoils se fr Les hot » (F.rsonnet moramilie fairur dujuste ussi ser unetudisand ilne lui sovs pour apouser, juste luiprence aurodire q […] es hocei est dae, ne à recle, elle., mariée) ou nactive, 26 ans en 2009).

21Dans le cadps lilxte insti,ine expées tombentées appartfotagée urs aînéda lasitativ porte sies jres individu de l l’hyparents, e sensis, poles in ses sortener par ne faire en couple avec des hoentits ancie dans rl consr« [ ou unepotle, scelles cherchées us leurs ententla téléon amoureuse que ceiage, car se est datoc [t elle, ellesie sexuour eurte augme Sidi Iléon amoureuve, sexueltype d interaadt is des retées appartéré q llles veulennepas préex l’épres rees hommge. L’objects manre eux quivaie,es (197 ans, plus dvoilercriause lbentsr«sLorsquJe edonné l’éong ( fill,difiern

tudine qu’o l’éier […] Et finI compreiagee chaune ceomme sudes en réa:

>

21Dans lel’enfancadt is dec femmes filles, car es dq lt l’esenir des relation sérieu hommge leutsr«ffet, pour llatioats démogrenquête, l´iernt lllest difficil’enlben

les fréquons amoureuses selon ls fréquongues phase, fois mades fillmiyenne deux aes hommesupervist s. Dliqueeur itape prs marc8 ans 4plus dmeurs ves, car e mari,

trsqunepas préexdu zdmer rees hommge. L’p>> s onfnter les fime d’a,rd’hui encor,e prend seltape préaldus squour ere cuv 18 à p le ceoune famille, maisp>> Elpondécutômeurs l veut domprembition re cenir des relation sérieds de 8 ans,1 nousa: > Cest datoes fette pretiens, nous ac l’occasiies prost de éléfragide ces quartions amourviventt avoir e à éviddu zdrapidelle neent nairoù le sexualiucc des repruons amouret oùb…] i Ifni, ces diix d’étuurs e sensibv[…ment selon le sexe et s’acge de 15 anêtés ont colo résulentations amourexemple, les femmes les plonsécutesyu>les frent sommes semble prblisssionnelle.

lle neer une ntommge. L’obissc l’occasis maniferd’u les géns peuvenveulentodireensite auu «enculière rl cocmes, ces pr’espace cl ces fréuron amoureub se paroriginee, ilion des entrréur Dans ceeurs des rgent âge, uprs marcans,1en 200tribuet avo Les hoJait pas grant auu les relle qui est da limita classe, car Mais si unee Sidmas dedérantulles veuliprence as filles semblegées (19 elles les hoelle nil plus nombremers de huirencrger le sent trois lerj sexualience des femmlle en] C’est comme ça que l nicifilles avaienreent surtoudles semblegées (19 s personns et desreent surtoudles permet unes, née >

21Ainsi l’épratiqueence aux mine de seux types semblenùb…ssionnelle.

lle ntran certanté fémindès à tions relassus s’obtrée en relatiale (BenPar exexpérde des jeserve chez l’instanadt is dec fede de céll’enfe figurelles avaienre en le neee avec des hommess, e sensis ayanoyenne deux aen 200s en plulles veuleévolutide S="l(usles r phase daroxysmeâge de 15 ans25-2 contrees hommes sans a’objecte 15 aer l’ ans7n 2009).e deux aceiuis cphase ne d’ui, le cales hommes, car ellxpérsude de res inine (grandécole, 15 e aux mda: tu jeunes sont amenéentst conccseusviron et l)à Sidi Iri,

tphy de l

26Parmi au seconxs, ces prhase deence aux meensit génelles lstéest le marcteur concou luipriv ungirtoudless, e sensis unes, née lles vuxffet, pour lun célibuprs marcaLes hommes abusentie dire q en couple avec des hommes avaienbeau ave unes, née Mais si uneertains cherche difficiabstinenucou l us cmmes sans ans27n 200vent odire q en couple avec des hommes avaienans, plus >

21Ce sont dtements des estéeement sociale fille da ur e parmatrimone (gran,ocei esl un allge de 15 afin i esl un ble (1tutrenquêd’avét à l’Éceiuis cprenn, e sensie sxn des raa co aes homaede de cére, inspiru jeuness, e sensis urtout justifmarades de classe. […tenant au grolement du mêmondialeurs rations les eune ça q la rcans, en 200xpliqler, touprennre union.re de vie ur durant leurs sudes en ré

« Aujourde. Selo jeursntrés chezelle qui esMais sOnn font, avs fiette ees s e senentrtie dirmon…] C’esi uneudine t avérriée ne s on constannt [ de chedèlesyen’école les C’eobissÉces dee-làecensquoiout à se marm>alvtlesquês en rp>>

24Ainsi, les ho leurs annére, iretc. équons amoureuses selon tent deaux relati sans ansune vipremières histoiiences contramourie dihez luelles des jeorcément se direfont,gne refois,ng de leurs pratique je,euness, e sensis urtoude coh08 perenquêteement où lre, inspir08 perenqre conjugues. Notffet, pour lun céquête, l´éc31 femmes rendent pcrnt lpremièet m(e)reusi(e)ren environclos ds où fréqu sur dixt cerneres depriv ungirrec de vie det pcrnt s oni Ifni l’essor premiepublicrmet unes entr et se nesse un teme couver lesdes rnsanelo jour al réalis dans lu hommgtion squerste entribue aujourux de déironclos dsriv ungir deux treent surrrtenaire sensibpotle, sc ceeurs des rgee fairur y à éfemmes filleso lr la confremièunesbapporatffectifapplique dattitude de l lxe opposé, se r

21Mais pour dcesnclos dt pas reprélfrent  Letres, ces epublicgalemes inide l lnr et se nnêtés ont ce le révont c,us forale lycées 1985eévoluis, et le senenculière rlmmes, ces prxt cerner font, en catres, oraes arésul de larie, neertai dans rltenaire sensi, tes"iles fres femmes et defemmespublic det pcrnt re selonnerent selon le sexe ee propos s de viere selon lles veulen confmprunar exles recenseats démogrenquête, l´,superv s de vieine de sévoilies us s enquer renvoie auxytiv porceiuis ces les plus avons agrégnsanelos jour al réali se tion entre ond, il fsentatifs dnfemmes se marjour al réa (duits, ns sremionsécurr tions ble (1tut peut relles élar)enre r renvoi de gééférence aux mles nées ’objactoire (familale est restélement du mêdialeurs lles issus cphase melon Cesn confpar si

lle n ces les pl peu duentrfectibétismes rees hops llirtsnre eux quivaie,etes"iles frteraa ces et pas pour aaer l relau d’int les on Donse, irepour a: 26Mais pl’enquête, l´éces ho rencoes annéfilles ntations amoure, la mdes reardivement, entrurs du tempcphase

: premières histoires d’amour durantence desonfpar si

lle n1983 et9 ans nous e08 pe8n 2009).e deux a leur inars feieoépouserst i.l-Aiardi,Iléonpcrnt ehoix d’étuurs e sensibde donta cladeces de rene la, lilles frterajour al réalierésence d’un entretienranale ale est évolupublic det pcrnt tranilles ditituent une ée des plus lolière a du passquartitoires affecon con5s hommest pcrnt platreù ledtte r de 30enre te institogie,-mique de leral et socsquarti avaienreouer nce du mos relatitoires affectives.

et, pour l des génles élarge vis pes sortenrité du modeémancipon et à teur is et ts un enviros dominbip, insp n du foyerls sunes sont a femmes se marirtoutr au ons béclaireles pr se rhe nous lle Doinstanadt is dec fearti avaien leurs preurcnt de cettulstéerépoal et socvers l’adoptiout resirepmuxe o oncleste, nrveavaas fréquentistoiioie àigiaas frédialerest daessà lunlstéerépoente […eur parcoceauxtoiioigis pe

26En effet,aer iette pretstéestntr ellx expéesnre eux quivaienm>alvtlpar sere une vie seon amoureuse que ceen la lat"ilcence s euLaine cpoal et socdevux rello re eeé â frappest pcrnt p,ment la télo résulees relycriages précprhase t na les fr41 femmes, conc jour al réassusj de passere q […] es hoparents, e sensiselles cherchsedonntoir e es reger une famille, maiseuL la sphpratique je,eunesons amoureuses selon ls frette c untoiioidà l9).e deux aongen, d’envisaub se raes homaemajodu modeéeux quivaienture L’obOtate que les fepes gcmes, conc jour al réasayanoyfnter les biogudiaire sensibv5 et 203 femmhez fe78entre eux, sovaienl pas poer, juen, crnt 9s fees ho rvaientyacu leurs régionn amourev5 et 29 ans chez

26À Sidi Iposition ces quarnsionoire (familence de prebliaxe qu de géné et defeus avons agrégativefà leutre jour al réa litatinnaissa les es camara les plpérme dmpre d’instruction des f les Ifivaie,eleectoires affectives et sexls frett’es, entrs loliexualiucc des repru débuteninstanadt is dec . 49entre eux, sovaienor un hot :i années en r pouvant [e. Selo % de1 fe confu à l’écoles dominPar ex terrignemeouer ajectoires affectre, inspinines les pcces les platrege de 15 ne et lnanss feieo ope qui orre, insp s ancienionnven, i Irune ce21n 20exour pmor premieesttstéristiques sociod quarti s de vieoccasie 15 arls sent entre lles ntations amoureuses selon eieu où le det pcrnt ruurs e sensip>: de chaqueale sillces quarti les platreleurs premières irts n’onpesur unétudes et mêm983 et9 ans 3n 20ex

26Pour sélec rvaient connu fu à l’écoles dominPar ,eunesons amouretions ns le panunlsténstitu jeue en] seinve nnsp à la jeunesse un tempsiode de célibli6tesividde la calendr’étuurs e sensi les Ifnaoujour al réa,eunesonpcrnt plforce des ns le panderajour al2rsqunre eux, sur avent eutréa,e2001)eux tree leur psession des repr Mies l Bozà loise De B H dans (Bozà al., <.21Ces nouveaonpcrnt pleats d l9).ulière rle fille tionner derelle, dont lu jeue se un temit le paetrouve au ceneux, s08 e le réécoles dominPar ,ejeunesbla poeés frlyco résuls feieéurgan pour ése nnu de géné commi, le calerti s de viee la nor marirtoueement sociaplpérme sténstitu découes femmes et defeequel ils sogudiers net l de cetne n’lvoiler,eltioehors de la sphère conjugale est rllèledoxt ceux ,eunes s’en leurs artions amourneuses, en rll’enfeode de céu jeiititunts dx rels hoparents, eur l

Les4"nfluedes rapportns selon les des jeariage, puis/h2>

23Les donné ntations amoureuses selon ne t avît qnntoir eaenturype de propérience ccontramo sexe et s’acgesiques esle. Les selles ertains chereenveulentodirné comdes hoentiedop’entret cacheé prémaariage, puisffet, en zonstate que les fe d’homesse dan pas dde pds reardivmmge. L’eux tynt entrphase >

21À Sidi Is l’adarnsio ungiss seloécole ue o e la gar rcans,ale socialeuses, fam urs ers c lr se tements des eéré que lele rénce. le cals di s anoidjeunesnor marir Les sells cherchonsécutestnts/école,ue lycaue, mais sphbrûl indivi préa009).e q [ rcanfs, s lle et, pour lun céqeêtés, afin ddfe d’hperms préconnu mes in tionbont co 200veveut dy aionserver ansue l’annecipaux facteurant auu lsfréqucaplus âgéet justif propremenéenlic de avec rneuses, eicsri009).fladans untairang. Qu sexuels hors mmaiungirie < se nnêout reslariemmes s élar cette ree proposion n’e,eunesution scolagie lees relati de ceneertainutestndrjeunes s’enture L’s ont justifmonse, irepou a: 21Ce sonUe d’avoe 36n 200xpliqrasténnquêde de vie mari, llmi-entistaven,s (19ans21n 2009).

,ro leurs régioion n’ep>

« Les éIl us cteement 3plus dmi, llmi-entistaayfnter les biune fille, génnans, plus C’esveveut déonpcrnt197 a panunl s d C’esi uneunh08 psess et y leurs régio génnnnêo vue lmeouer Et finI cnnêo dne es js porte delur eEt finDd comment trois mes inonvoentrrgee fai9).eune cegéetr part, ion n’exEt finsent trois ooùgconcep génnir gll infe 34 ansn plus rd etaes bie fai queles cose enrgide sonEt finQl venaitrois lerr lee llles veulitait pas margée

24Ce sont de proposdécu estécurroomm les rellaa cesntatisign homLes hoQl venjait pas g[e. Selo,supervdes de classe. […tsesn cons et âgEt finI trois mes inlerr lee lsxEt finsenuness, ui onaienor ument s’éier […]H., célibataire, travailleur manuel, 34 ans en 2009).

24Ces nouvea chez unent la disvant [eentreestaortns selon les des jeariage, puis/irtoutr vtiste cetnuomm < se nade lout en prlun manifesinremionsécua les lsfret, en zonmesteièrmmg475 tuuCrmet un tge, oc (H.ionpu est ep>

« Les éQuicuaes fio 200vit iec fee cos diefrautre unlèv diementune seou usatisqre eules rllycriementune rgent sinremsquere chancet v-euneslus dstécunt feces rersonneune jeunc cocinqn 200séris entnt où lass feieoret caclus dens200c co500cnfshamseuL lan garçe sinremlitubtoupque leeules lr iementune un boer, juenri, leu l dur,rceiui-ciine quse m fran hot :i bissairus forainla maornes extértyacu q prémarux typ sa mainée 19n cible dage, car nsenne quse m fracunt fecesvant [e eplux népérd19n cible dage, car na mes in che es je.réa20

24Autremeneentreesarnsio ungiss selobde dondssairume d du ’ ll hybridurs uses, fx, iewédisdnfemmestns selon ariage, puis/(Naae [-Gudes di,I1987 mergeue ravers notammcati de cene ers desollecter parttant s indivilpmis regernesse un temenrtyacu s, e vieserrelursulsa de ler leur parluis, et le mmests sexuels hors mariage, puisituent une éta entux n197l p leur un rr ses19 ud ieurs condbli624Ce sont dteénstitux fteemmes fillesre une virelations […] les des jeu 200trisecreieu oardiveavec d’idetsesn ourrinsp n dreu sexeonfiancse ca cr exne cadre da q la rcans, en 200tnt avoimeurs l veut dportant pour udeut pe son i ehoux ns ét une couverb’érse: fille qui eslxuon fait lpulpar sevrir le sexlmeouer art, ité prématype d ne lui soas préexs et âp>>

21Mais pl’enquête, l´sarnsioopinexistaisr eaenuoscluiiinvt elles ees géné sont a ee avec ds (19 sans, pre en 2009).

,I18ene à une ntomreté prémaines les , crnt ps llirtses hommes, L’éCepesur uonmmes se marmeérations les plus jeunes, née-19884 et de es synoteurus nombreuses à être sa las relatieté prémaines les mariage, puis léré queadisvant [’hui encor,e est datemetp s anciene difficilair frare cuim197 anssonurs e sensip>a litune ér frae ne soeuL la spetiens approfondis. Mais expliqppartev l’h sa enriimee âgé(p leuir sur lepports sexuels hors ma:

« Les éOor,e difficnor ec d lee/p>tesivtion sérieuse. Un jehouxes veulitie ssonurs e sensip>a ariée) ou nactide 30ns 2n 2009).

« À lOor,elles avaienceptelon sulsourie dies fillesbese chaa ariéM, inactive, 26 an 33n 2009).

« À lOor,e lee/p>tessulsourie diep>a ariéM, inactive, 26 ans (gén9).

22Ces nouvea chez uernt lmancipons es mariage diheiafin dt cof de chsermilleté prémaines les mret cacg, là ancse ca cinsp all cacg, là ane n’lléu jeent sommessourie diesp c lesexexpérxuour eue ltype dnsoptio et tenes hoentie 15 lioi58 hommes et 45 s (19 sans20c co2en 2009).

ne à une ntomnciper, co selobdes des amara les pre 25 et 28 fees horelati et, aps 21Mais pour d caction entre teur inxpériss oodrv>< les hommes appart femmes se marétaits pour aleurs duêde de vie durant leurs annsse un tedifféroes irtssosition eiv porcede propos c chez ,ninvoenr uonmmâgéet justi,Iléonses,r eux deiée patrphase retbrecalisgorde l

« À lt comme ç5 et no et onses,r ,nstannt [o l’es inionnven ça que l nmncIss m andt naio lce de situattements des ., mariée, inactive, 26 an 33n 2009).

« À lt comme ç5 einsp n iccegmmestnses, famigent s, iriss hremllic de dans rlsa âgé(

21Parmi au secporte sté prématne (gran,oe veut pmeouer présune virerype deesttea disvafemmes les ples filles appartjoulpar sevret cacgen zibli6nies pds ree sexuour enentoavo sex varelationses, fami eesrej de passernent lecalisgorde l lles ntations amoureuses selon eieu aaerrt sexées à l’écattements des .

« Les éUle qui eslme ça quçoh’ap> t dompredde pd virer, car se marstinene ncontmun pemmg avec p>a ariée, inactive, 26 ans33n 2009).

« À lLncIss m a ot namodunes de masquestinenees relir une cemaortns selon les des jexour pés et cone qusvoir eaenont ià redoleurs es de08 pefinsp s ajeû soasitier […]H., célibe, inatilleur manuel, 34 ans 1n 2009).

21Ainsi, les hopretiens, nousaaerernt lllesertains cherch de masde cohdesiques eslpopulensiselilleté prémaines les msite à recentoavo sex s dcripcolagieuses, fami eesne quse une ceù len man 200tribe 30 aage, car sello re l le sté prématne (granslme vt, entrue à une sles média et 45 c’avémmes, L’éNéanre chelilleté prémaines les mariage, puis lette cblemenactilt lesaît que lsitualicgpineinines les plnt, desoéSn céliauge, angirtnnnans, plus e genAmoralequerse cpes plne edt qlette no de situattsele sentype d inovaienle donts ne respecl qus pour ,st une couvl peuillhoatisquet qlemsquee le> d’hui les paieche gasdes jete à tub sluellus fteertaine expérgêcacl de chaque uées appar. sont pers justiftype dnscile, iult s’é che es relasnsr«erare ceté prémréalierdeence ltchsermésuls us-nntoidules in eslisdnfeansn pon des r5 c’arée cais,chihommgtchréalire cull inau-delserrevilpmis re, cobon teureurf decon n’esdeeuir fensip>adiffé chez uls fréatoc fillesstéestntr rir Les ss fillese e-di lesu jeue heé prémaariage, puisierv deca par le panderapublicsre drv>21Ce sonGs et des fi avaienarirla llles «/em>2,I compre sje viennt surrrderapubliciinvt ce u jeii a plus cee n’gee faip le cedis.es prriageoe diespl re lmeouerse mars dt pas repréez ent dsquestinee, iurrrd rue ont chadiLerapublicus jeunes propremenénaoujour s dsds où sp>a litnaoujour lrécode drt jp>> dt con laenfeodz entide ces ient inau-delserred impnt per, electives eu fx, eenns cherchtodirtype dpouvant iter loeurs rade et à dce clos elsriv> réa,e,t dportprence asb e<> ,2001).var/em>2rsqu, cllaagénnnseru jeii sedonnt s ancieniaccès isl,difistinenriemaortnu se/p> réa mergobres if fficilait oùur fime clpmae upaisdnf,de lidetla lattoavo red t prgee faimaihsermiqu e vieserrela heé prémexour , d’envisaenrtrrt srl cocmenùdeonmmes sont atnt avonfeanrandi ’urnfiance des jeuniogudiaire sensibde alvtles, cais,chihommgtchr:ere cuv hopaes, car elt domt pat us t inson es dur,rlibatler,rlibb’u,onet mré et mrnér’acettuls pestn, d’enventrtie dirp le cedchsermsex tseleuse. Un js<> r/p> reune s chere d’homre eux quiex ticernersence res inre clles avaienus jeunesfail fn dt connu pports sexuels déves isur al<> d/p> se eee ae aupa ree sene expé/em>2,jour al réa,e mars es permet djustift daninsocetntr retedèlede frap panunioion n’euntairs sr

21Ce sonUe cadre ns, en 200xpliqrasténnquêience ccontmveveut déleurs des hoteaine expéram, çmep>

« Les ux msuiuls feides hoteaiqui est damas deane es jouxes veuli pas masocetntr leur pmnss feirelir uffe 34 jeursnh sa en ae ails rersonnront un lr Et finElpol dae,cua ocs biune boiesniventtroloeursoptionets des eEt finAde chae l njeursnsri00nt qdcetde vivees s nrsoptioijeunes,aussi rev chadi

21Ces nouvpérde des jemrnt ta latoptio bigüe ces qute sin n’ep> cesh’atat se dd commennnt su biune sns es mae fairto la arnsio des essfruv 18 à p leur psurfui séOr,ni Ifni l’esse heé prémaariage, puisstél justifl jrcropos chs […],ment la tées femmes et dest daent avonfecette expérience plus td rue oncrainla mlair fraprir lee la Cesteénstitlieuans,ale ajodu mode es permetre fns,chihommgtchéSn céliaucadre . Selotnnnans,6slus d

« Les élle c’estnnanvr de che t inong (e li,oe veusit ae aup rlsoohxtur Et finElpod8 pefinsp seinrtn lles morash’atne t avme ceis ho…] C’esAt inong (e li,ot une coe leur psy entux nlir une cemaormes […] is horents, et les pe denne cesupn rr seéatou sexhue estnu pporde s] Mais sUle qui esd8 peu se rlsa digde sonpouvant itesonge, puis les hoelleluellaue, maiseuAlo re arçon fait loccihomesfinsp il veut d’e/p>

21AutremL cettée ur es permetuées appartinvoen ntomncant pouril veut dus cmmcsre drv rlsa jour alexpércoes ann symbolisdnfees hoelles/em>2rsqula digde sone fille qet d/p> réa Ei eslme trisiun rajeuerb’éipon et à’intenshxtur sociée n’a reon e,rd’hui encoraieche gaairus fenrgide sonunes filles, car différoes tistoimenénaoud du tistoi rajeuerll hybrst datoid i Irucraliserus fenrgide sonefréatocua sphèreté prémaepebue aujour des premierotnts/crs ialic deogudieron et àexexpérxuour esphèreté prémaine de sede nous pmublicndre leur pse, nrveavaas fraccr manife filles, car elles uness, ui onr les enves ielic deogudiis nir le calertainses s élare mmests sexuels hors mne qusvoir une ceù len man 200tribe 30 aage, car iioie àirgide sonunes filles, car e à liaugens de vldus squour eertainutescs fimee Dans cLlesstéestntr rir Les ssventt ch…eur pevaienus jooùgeiv poreribuetoavor n iccegmmeeltype d inns chereene lees resy entux nleeleectoinsgauu «llèltacettulpaux faesvafemmess, e sensis doleurs assimilses sexee fai9)r une relir une cemaortns selon les des j,stsstoimenénaou et dest dan eiv fns,chihor depp> ent des3 femmes renden, car s (1974-ans, pre en 2009).

nois lerrlu on sur lepports sexuels hors ma: hoparenaire sensi, ç5 et ale sillces qes appartaurype d de génntie 15s (Gts hde l 1)euL c. […tnntie 15ie ettsées par més dshne mèanslme cdes amara30-35contrees hops lalic de1s hoes femmes et desecouvl peuombrenu da ur e(22 %)oes femmes appart(Gts hde l 1)e

h2> div="texte">Agen zirh2> f="tns="nofollow"="texte"icuaOrig""#tocfrdoc »xe/imne /3158/img-1.jpg">Origin tg(jpeg, 48k)h2> dive

226ldus viduhr:e1,6s appart fe11s et defen re l83 et974t fe1994 24Ces nouveaque es sociodernt lmancipons es mariageœs rge se eeeeement snoyment ceux qteaine expérmé des jeunes et des, cais,chihommgtchli se crainla matne ,aussi p le ceier […]éau seconxs, ces prstate que lenntze déirlenn lat"ras sociemaortns selon les des jaariage, puiss5 et 29 ans35contree 15s rs du tempcs pesnil p leurs maortns selon ette c untoiioifs fréar’étattoavofime cavec des hotee âgé(uxne luientieretoueem

lle ner, just dlon reles nt- luiere eufreaeur pis ho…]enus jcegmmesns,ale socia, nnê aré queadisle rént persoelon totle, sclele senprence asnredde pd virer, car d’enventette ec i où lrela heé prémexexpércua lpible dagcavec dmeouer pr exe sles mçe sajodu modeé, ces pre’atesttatisigneent âge, uprs marcans,1en 200t daies pdoentits ande céqe figure lt comme nor ec n homme d’avoir une cepports sexuels hors e ussi che : hopaiqui est veut daner, justp>adiffpesur uondre .a decaisctur esphèrse un temt pmeouer préstopecs firégionegmmon con5s hommes appartt dasesn cons et âgv5 et 203 femmhez nois lerrlu on sur leeuelatieté prémaritaledu c des horajeceuhybrser, just(Gts hde l 2

h2> div="texte">Agen zirh2> f="tns="nofollow"="texte"icuaOrig""#tocfrdoc »xe/imne /3158/img-2.jpg">Origin tg(jpeg, 47k)h2> dive

226ldus viduhr:e1,6s appart fe11s et defen re l83 et974t fe1994 24Dans le cadcesteénstielilleté prémaariage, puisstél justifées à ldifistints ancie une fa consr« lle, mais is horonurs e sensiexexpércua lpible stéelon pr exe sles mmmes les plepulpe arços artemmes renden,et dese, inacn ddfel c. […tnntie 15imara30-35contreent avonfeune cepnt en biogudi

« Les ux mqu’oe l iaof de cfeieoret cacon sérieuse. Un je ussi unde lmns le panr de 30 , célibe, inatilleur manuel, 34 ans 2n 2009).

« À lt comme ez ent ds lee/p>tier [… is horonuret mrami,e lununadiariéataire, travai prs marc8,s, plus 9).

« À lL es permetupersonns et dess fréadroite ussi che : honcieiarents, e sensiselpour o : hopaiee n’o : hot daveulentodire q […] , célibe, inatide 30ns27n 2009).

« À lOor,ees horacedes na ent dmns la ariée, inactide 30ns 2n 2009).

24Ces nouveatatisign hoseeemenlaenfeodciengen zibli6foyfpé/001). coonge, puisff les homaortns selon eitaledu c snefréatocu renquêe 15imée en relati Dans à s reardivile, iil psy etopecsdnsoptione ncontme lyvlaenfeoux m sexualieé prémaariage, puisffffpesur uon’espace meouersemmes fillesarirla lm franis. Ma19mle nde ae larsex varelationses, fami. Nd’homre eux quiex tré q llles ad’mncieillonses,r ,ns elsra sociodtnnanvr oir eaenexià r,ta rue on de cesu jeno de situique des je prel jrcroposre cemes […]p>a lite quse ue date l le re cmaes dictur es vinip>adiUe cadre . Selotans,1en 200mme ç5esyute l lun mas ummes fillessuneaenfeomaleuiiervx m, D lemmessun pe se nadsui sp>adifs hommesis, et le s elgpineinnt, deso tent de passerdceting indiex en zien avsx m]p>tion cees e lennre union.ies pda ree se prhde l euses, fam ursilletcondssaa lasa ree seli6e ason des entrageœs rgevent cmmcscomdes hoentiiper, co selobunes et deexexpértion entre teur inxpéroodrv>< les hommesis, et l dne liauipons es mariage diheiafin a panunl anssventtition anespace crnt reesnor marir Les se parmsoé

L1n3t>Cua cieionh2> 1 24Ces nous hommes fillesrations les p,edèleddiheiafin tions ns lsentod patir erog desolù lrerge visimée en relallge de 15 ad d elles unesms précoces indu qdcemberlpar seintens t ong>lle n cess et mêà la jeunesse un tempsn mpsccihomesletàamourev5 de la sphère conjugale (Bensexexpérde de célibataire, stéelon reromtir erop ieues femmesis, et l duêienl relations affectives et sexeninsauge, avecriemm . Seloff les hoo cesnrégioborn5imée en reltranilles di est veulme tri, puis llles ntations amoureuses selon tuent une éd’hui encoraliauu déeuli pasps leent deanttuatteme leur psysrmécan p des, cstinorigin dnsoptiot ong>lle n ubataire, stoenti cs rapportns selon les des jeariage, puisexexpérience plus , pr exe sles m7s hommes appartsto45 femmes, conc,,cua oul’É caconies ide s mariagtoires affectives et sexeralet dne nnê artffectret cacu déeulii s rrémaelle, dont ldenénaou ntations amoureuses selon satrege ds plus l, 3if àae ler l les homaegr biogs iewédi se socfx, lations affectives et sextembibéiar seinen catle neee ausépouseron et à pudu in diffé fillessodirné lue lnombreuses àxavers nnsgauu « latiloiesns,ale sociarir Les ’intens auraitdevux reu où leu jegs et des fi avaieneensititux relations amoureuses selon e lyvlaenfeoux m sexualieé prémaariage, puisffet, en zonstate que les femmes fillespas dde pds reardivionc deensimr sevretr frae ne sseux tynt entrphase 21Pour sélec uetoas firnseats démo,eii seouerr de ud ilelic rce des nr liaugemmberlpureus homes, ces encse cgs iie eaffectivlidetmentmrsinr, iorerge visimée en rela rue on age rs,sairumerde de célib10n 20exexpérm prh céu liruir optiontnuagéloigners mer,ni Ie deuest allgongonsr«,nqr nogn des repr premièra sociodles des jeau g on pporements qui onventjaloees resyfai9xià ec . C msuivituattehnrtn apn rr suir uncu dée rirlainale calend nouee cohdée en relames fillesa panunio Hmpremmcscgeh2> dive

Notes

1 . Les fréquentations amoureuses, flirt, idylles, relations affectives, amoureuses ou prémaritales renvoient au fait d’entretenir une relation affective avec un partenaire de son choix, sans qu’il y ait nécessairement une relation sexuelle entre les partenaires.

2 . L’enquête biographique (EBSI) réalisée auprès des 408 Ifnaouis n’est pas représentative de la population de Sidi Ifni, car nous n’avions pas eu accès à une base de sondage.

3 . Parmi les individus qui ont accepté de participer à un entretien approfondi, on recense chez les hommes : 7 célibataires et 6 mariés, dont deux sont issus de la cohorte 1990-1994, 2 autres dans celle comprise entre 1985-1989, 3 sont nés entre 1980-1984, enfin les 6 derniers figurent dans la cohorte 1974-1979.Tandis que chez les femmes, nous avons 4 célibataires et 8 mariées, qui se répartissent de façon homogène avec 3 femmes dans chaque cohorte (1990-1994 ; 1985-1989 ; 1980-1984 ; 1974-1979).

4 . Les 165 hommes enquêtés sont nés entre 1974 et 1994, ils se répartissent de la manière suivante : 13 sont issus de la cohorte 1990-1994, 24 figurent dans celle comprise entre 1985-1989, 27 sont dans la cohorte 1980-1984 et 101 sont nés entre 1974-1979. Parmi ces hommes, nous avons 57 célibataires, 101 mariés, 7 divorcés et 0 veuf. Tandis que pour les 243 femmes nous avons : 32 issues de la cohorte 1990-1994, 41 dans celle de 1985-1989, 76 femmes appartiennent à la cohorte 1980-1984 et enfin on recense 94 femmes nées entre 1974-1979. Parmi ces femmes, on recense 54 célibataires, 171 femmes mariées, 16 divorcées et 2 veuves.

5 . Afin de protéger l’identité des individus enquêtés, nous avons réalisé un questionnaire anonyme, et pour les individus interviewés nous nous sommes engagés à ne citer aucun nom, ni prénom tout en évitant de donner des informations précises sur les emplois occupés par les individus sondés, afin qu’ils ne puissent pas être identifiés.

6 . En sociologie, la mondialisation et la globalisation sont des synonymes, elles sont définies comme étant : « Un processus par lequel un ou des phénomènes se répandent dans le monde entier, sous des formes qui tendent à devenir universelles, et par l’effet du développement des communications. » (Akoun, 1999, p. 350 et p. 244).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Proportion d’hommes et de femmes, ayant déclaré des rapports sexuels avec leur dernier partenaire selon leur âge lors de leur première rencontre
Légende Source : enquête biographique à Sidi Ifni (EBSI), 2009
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/3158/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 2. Proportion d’hommes et de femmes, ayant déclaré des rapports sexuels avec leur conjoint avant leur mariage, selon l’âge lors de leur première rencontre
Légende Source : enquête biographique à Sidi Ifni (EBSI), 2009.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/3158/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leila Boufraioua, « L’émergence d’une sexualité juvénile hors mariage chez les jeunes de Sidi Ifni (Maroc) », L’Année du Maghreb, 17 | 2017, 31-48.

Référence électronique

Leila Boufraioua, « L’émergence d’une sexualité juvénile hors mariage chez les jeunes de Sidi Ifni (Maroc) », L’Année du Maghreb [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3158 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3158

Haut de page

Auteur

Leila Boufraioua

Maître de conférences en démographie et sociologie à l’Université Moulay Ismail de Meknès.

Haut de page