Navigation – Plan du site
Dossier: Genre, santé et droits sexuels et reproductifs au Maghreb

L’émergence d’une sexualité juvénile hors mariage chez les jeunes de Sidi Ifni (Maroc)

The emergence of juvenile sexuality outside marriage among young people in Sidi Ifni (Morocco)
Leila Boufraioua
p. 31-48

Résumés

Chez les jeunes de Sidi Ifni, les mentalités évoluent et modifient progressivement les modes d’entrée à l’âge adulte, dans la mesure où les mariages précoces disparaissent et l’allongement des études offre à la jeunesse un temps libre de maturation en dehors de la sphère conjugale. L’accès au statut d’adulte se fait donc au prix d’une longue période d’attente, période au cours de laquelle les Ifnaouis explorent les relations affectives, dès le collège ou le lycée. Les fréquentations amoureuses constituent pour eux aujourd’hui une nouvelle étape, permettant de comprendre les mécanismes à l’origine de l’allongement du célibat et l’essor des relations sexuelles hors mariage. En effet, selon notre enquête, 50 % des hommes qui se sont mariés entre 20 et 24 ans ont déclaré avoir eu une sexualité prémaritale avec leur future épouse. Dans ce contexte, la sexualité hors mariage est souvent associée à l’idée de fonder à terme une famille avec son partenaire. Cette conception est aussi partagée par les femmes, puisqu’un quart des jeunes femmes mariées, de la classe d’âge des 30-35 ans, affirment avoir débuté leur vie sexuelle avec leur fiancé bien avant leur mariage.

Ainsi, malgré les interdits moraux, les fréquentations amoureuses se banalisent et l’influence du monde extérieur remet en cause l’éducation puritaine. Ainsi, ces jeunes sont de plus en plus nombreux à transgresser les lois de la morale sociale, et l’école devient le lieu où garçons et filles s’initient aux relations amoureuses et ouvrent la voie à une sexualité hors mariage. À Sidi Ifni, ces évolutions socioculturelles ont profondément ébranlé les structures familiales patriarcales, l’institution matrimoniale et les rapports de genre.

Haut de page

Texte intégral

1Au début du XXe siècle au Maroc, le mariage constituait un puissant régulateur social, car il était le seul cadre légal où s’exerçait la sexualité. La formation du couple était placée sous l’autorité des aînés qui veillaient à sa pérennité et à sa stabilité au cours du temps (Fargues, 1986, 2000, Naamane-Guessous, 1987). Ces derniers se chargeaient de la gestion des alliances matrimoniales, en imposant, dès leur plus jeune âge, un époux ou une épouse à leurs enfants, et en donnant la priorité aux cousins germains (Lacoste-Dujardin, 1985).

  • 1 . Les fréquentations amoureuses, flirt, idylles, relations affectives, amoureuses ou prémaritales r (...)

2Néanmoins, depuis la seconde moitié du XXe siècle, ces structures familiales ont subi de profonds bouleversements. Selon les recensements de 1960 et 2004, l’âge moyen au premier mariage au Maroc a reculé de près de 8 ans, passant de 18 à 26 ans pour les femmes et de 24 à 31 ans pour les hommes (Recensement, 1966, 2004) ; paradoxalement, l’endogamie familiale est restée à un niveau stable (1/3 des mariages) et le célibat définitif est un phénomène relativement rare (autour de 3 %). Toutefois, pour certains chercheurs l’allongement de la durée du célibat au Maroc s’accompagne d’une plus grande autonomie des jeunes, dont l’une des manifestations serait l’essor des relations affectives et d’une sexualité juvénile hors mariage (Naamane-Guessous, 2013 ; Dialmy, 2000). Ces évolutions sociales s’expliqueraient selon eux par l’émergence de nouveaux espaces de mixités promus, entre autres, par l’école, le marché de l’emploi, et les lieux publics où dorénavant garçons et filles se côtoient. Ces nouveaux rapports de genre sont à l’origine d’une sexualité juvénile hors mariage, car de nos jours les jeunes n’attendent plus nécessairement le mariage pour vivre pleinement leur sexualité. Mais pour prendre la mesure de ces changements, nous avons fait le choix d’étudier une « aire culturelle particulière », la ville de Sidi Ifni. Située dans le Sud-Ouest marocain, cette dernière se trouve dans une région où les contrastes sociaux ne cessent de se creuser et constitue aujourd’hui encore l’épicentre de la contestation juvénile. Le recensement de 2004 révèle d’ailleurs des résultats démographiques surprenants pour la région : les hommes et les femmes se marient en moyenne deux ans plus tard qu’au niveau national urbain. En l’espace de quelques décennies, l’âge moyen à la primonuptialité a reculé de dix ans, contribuant à faire de Sidi Ifni l’une des villes où la phase de célibat est l’une des plus longues du Maroc. Cet allongement de la jeunesse s’accompagne chez les Ifnaouis d’un changement dans les rapports sociaux de sexe, observables notamment à travers l’adoption de nouvelles mœurs telles que les fréquentations amoureuses1 et l’essor d’une sexualité juvénile hors mariage.

3Face à tel constat, nous nous sommes demandé quels sont les événements clés qui ont influencé les jeunes Marocains à vivre une vie sexualité active hors mariage ? Comment se fait le passage du premier flirt vers une sexualité active ? Existe-t-il des différences selon le sexe ? Quel sens donnent-ils à leur sexualité ? Et quelles conséquences la sexualité hors mariage peut-elle avoir sur leur trajectoire de vie ?

4Nous partons de l’hypothèse qu’à Sidi Ifni l’essor des relations prémaritales chez les jeunes rendent plus difficile le respect de l’abstinence et ouvrent la voie à une sexualité hors mariage. L’objectif de cette étude est de mettre en exergue les faisceaux de facteurs qui, une fois réunis, concourent à l’analyse des comportements sexuels des jeunes et leurs conséquences sur leur trajectoire affective. Pour mener à bien cette mission, nous avons replacé les parcours de vie des jeunes Ifnaouis dans leur environnement, en nous référant notamment à l’histoire, à l’héritage culturel parental, au groupe de pairs, aux mœurs, aux cultures macro et micro locales, à l’époque, mais aussi au rapport à l’État et aux politiques publiques. Notre étude se fonde donc sur une approche multidimensionnelle, tout en accordant une importance particulière à l’étude de genre et des rapports sociaux de sexe. Le genre étant défini comme un « […] système qui organise la différence hiérarchisée entre les sexes, la notion de rapport social permet, elle, de penser la dynamique de ce système. » (Kergoat, 2005, p. 94). Selon Danièle Kergoat,

« le rapport social peut être assimilé à une tension qui traverse la société ; cette tension se cristallise peu à peu en enjeux autour desquels, pour produire de la société, pour la reproduire ou « pour inventer de nouvelles façons de penser et d’agir », les êtres humains sont en confrontation permanente […] c’est pourquoi l’on peut dire que les groupes sociaux de sexe sont créés par et se créent dans le rapport social, qu’ils ne lui sont pas préexistants » (Kergoat, 2005, p. 95).

5C’est donc à partir de ces concepts que nous analyserons l’évolution des rapports sociaux de sexe chez les jeunes Ifnaouis, et ce à travers l’étude de leurs relations affectives, de leurs pratiques sexuelles et de la perception qu’ils s’en font, mais aussi des conséquences quelles peuvent avoir sur leur trajectoire de vie.

Changement dans les rapports sociaux de sexe chez les jeunes de Sidi Ifni (Maroc)

Les données : l’enquête biographique et les entretiens semi-directifs

  • 2 . L’enquête biographique (EBSI) réalisée auprès des 408 Ifnaouis n’est pas représentative de la pop (...)

6Pour prendre la mesure de ces changements, nous avons opté pour une méthodologie quantitative et qualitative complémentaire, en nous fondant sur une enquête biographique « contextuelle », réalisée dans la ville de Sidi Ifni (sud-ouest du Maroc), auprès des jeunes âgés de 15 à 35 ans (408 enquêtés)2 en 2009, et de 25 entretiens approfondis. L’analyse biographique « contextuelle » consiste à analyser l’histoire biographique d’un individu, en sachant que celle-ci comporte en son sein plusieurs trajectoires distinctes : résidentielle (différentes migrations survenues selon l’âge), scolaire (évolution du niveau scolaire selon l’âge), familiale (changement de statut célibat/mariage/divorce) ou affective (sexualité, reproductive) dont l’agrégation construit le parcours de vie d’un individu. Ces biographies individuelles sont surtout utilisées pour étudier non seulement l’occurrence des événements dans le temps, mais aussi les interactions et leurs évolutions tout au long de l’existence. Cette méthode permet de dépasser l’opposition entre les approches holiste et individualiste des phénomènes sociaux, en intégrant conjointement dans l’analyse le temps, l’histoire de vie des individus et le contexte institutionnel, familial et social, dans lequel ils s’inscrivent (Courgeau et al., 2001). Ainsi, pour mettre en œuvre cette approche nous avons réalisé un questionnaire structuré en 9 modules à caractère biographique. Une partie est consacrée aux caractéristiques sociodémographiques classiques de l’interviewé, avec pour objectif d’en définir le profil en matière d’âge, d’origine, de diplôme, de statut d’activité, etc. À partir de ces données, nous avons opté pour deux types d’analyse statistique ; le premier renvoie aux méthodes descriptives des biographies, servant principalement à obtenir l’intensité et le calendrier des différents phénomènes étudiés. Nous avons aussi utilisé l’estimateur Kaplan-Meier pour calculer les fonctions de survie, la médiane et les quartiles, mais aussi la significativité des quotients obtenus grâce au test de rang. Quant au second, il fait référence aux méthodes explicatives des phénomènes sociaux, nous nous sommes servis principalement du modèle d’Allison, dont l’objectif est de prendre en compte le risque d’occurrence d’un événement au cours du temps selon les spécificités propres à chaque individu.

7Parallèlement à ce questionnaire biographique, nous avons réalisé des entretiens semi-directifs auprès de nos enquêtés, afin d’éclairer l’attitude des jeunes face aux différents événements qui ont marqué, entre autres, leur parcours affectif et sexuel. Cette méthode qualitative nous a semblé être la plus appropriée, car elle permet de conserver auprès de chaque interviewé toute la latitude nécessaire à l’expression des représentations et des points de vue qu’il souhaiterait exprimer (Blanchet et al., 1992). Notre guide d’entretien comprend trois grands axes : 1) l’identité sociale, culturelle et économique de l’interviewé 2) ses pratiques socioculturelles, affectives, et matrimoniales, 3) ses rapports aux pratiques religieuses, familiales, domestiques et sexuelles. C’est au sein du troisième axe que nous abordons les questions relatives aux pratiques sexuelles de l’interviewé et ses représentations en matière de sexualité prémaritale.

Population enquêtée

  • 3 . Parmi les individus qui ont accepté de participer à un entretien approfondi, on recense chez les (...)
  • 4 . Les 165 hommes enquêtés sont nés entre 1974 et 1994, ils se répartissent de la manière suivante : (...)

8Dans le cadre de cette étude, nous avons réalisé 25 entretiens biographiques auprès de 13 hommes et 12 femmes représentatifs des différents profils rencontrés chez les Ifnaouis enquêtés3. Parallèlement à ces entretiens, nous avons collecté les biographies de 165 hommes et 243 femmes, célibataires ou mariés et âgés de 15 à 35 ans en 20094. Les personnes enquêtées appartiennent à diverses générations (comprises entre l’année 1974 et 1994), et ce afin de comparer leur trajectoire (familiale, résidentielle, scolaire, professionnelle, affective, sexuelle, etc.).

9Pour sélectionner les enquêtés, nous avons choisi comme unité de sondage les aires géographiques. Afin d’appliquer cette méthode, un agent municipal nous a fourni une carte de Sidi Ifni sur laquelle figure le nouveau découpage de la ville en 23 circonscriptions, que nous avons agrégées au sein des neuf quartiers. Nous avons décidé d’enquêter sur la totalité de ces quartiers, en appliquant la méthode des itinéraires : les enquêteurs avaient comme consigne de sélectionner au sein de chaque ménage un homme ou une femme âgé(e) de 15 à 35 ans, quelle que soit sa situation matrimoniale. Cette population cible (15-35 ans) représente 37 % des habitants de Sidi Ifni en 2004 (recensement, 2004) ; nous avons enquêté 5 % d’entre eux, soit 408 personnes, dont 42 % d’hommes et 58 % de femmes.

  • 5 . Afin de protéger l’identité des individus enquêtés, nous avons réalisé un questionnaire anonyme, (...)

10Ce sont trois enquêtrices et sept enquêteurs, dont deux superviseuses, qui ont permis d’entreprendre la collecte de données. Pour la réalisation des entretiens semi-directifs, les enquêteurs avaient pour consigne de demander aux enquêtés s’ils acceptaient de participer à des entretiens approfondis. Mais, pour se faire, ils devaient sélectionner des individus issus de cohortes (1974-1979, 1980-1984, 1985-1989 et 1990-1994) et de statuts matrimoniaux différents. Sur le terrain, il s’est avéré que les enquêtés ont considéré que le temps de passation du questionnaire était trop long (un peu plus d’une heure en moyenne), justifiant par là leur réticence à participer à la réalisation d’entretiens semi-directifs, surtout en présence d’un dictaphone. Selon les enquêteurs, ce sont ces principaux facteurs qui ont conduit un certain nombre d’enquêtés à ne pas souhaiter participer à des entretiens semi-directifs, sauf pour 25 d’entre eux qui ont accepté de nous accorder de leur temps5.

11Ce sont donc ces deux méthodes qui nous ont permis d’éclairer les expériences contrastées au sein des trajectoires affectives et sexuelles des jeunes Ifnaouis, en fonction de leur appartenance sociale, mais aussi selon le sexe, afin d’identifier les facteurs clés à l’origine ou non d’une émancipation des mœurs.

12Dans le cadre de cette étude, nous verrons tout d’abord comment ont émergé les relations effectives auprès des jeunes Ifnaouis, et le sens donné à ces relations selon le sexe. Par la suite, nous aborderons l’essor des rapports sexuels hors mariage, puis la perception que ces jeunes s’en font, ainsi que les conséquences quelles peuvent avoir sur leur parcours de vie.

Les fréquentations amoureuses vers de nouveaux rapports genrés

13Les données des différents recensements réalisés au Maroc entre 1966 et 2004 confirment la disparition des mariages précoces induits, entre autres, par la démocratisation de l’enseignement associée à un allongement des études (Ajbilou, 1998 ; Courbage et al. 2007 ; Kateb, 2015). Or, l’accès à l’école offre à la jeunesse un temps libre de maturation en dehors de la sphère conjugale (Bensalem et al. 2001). Chez les Ifnaouis, cette période de célibat est le moment propice pour explorer les relations affectives dès le collège ou le lycée. Selon Françoise De Bel-Air, les pays arabo-musulmans qui ont connu l’une des plus longues phases de célibat sont également ceux qui depuis ces vingt dernières années ont vu la plus forte augmentation des relations prémaritales chez les jeunes (De Bel-Air, 2008). À Sidi Ifni, ce phénomène prend de l’ampleur et tend à avoir une incidence sur le calendrier d’entrée en première union. Dans cette région, les relations amoureuses vont à l’encontre de l’éducation parentale, qui s’efforce depuis l’enfance d’éloigner les garçons des filles, tout en condamnant fermement ce type de déviance.

  • 6 . En sociologie, la mondialisation et la globalisation sont des synonymes, elles sont définies comm (...)

14En ville, l’essor des familles nucléaires au détriment des familles élargies contribue à affaiblir la pression familiale masculine (grand-père, oncles, cousins) que subissaient autrefois les jeunes filles. En effet, en zone urbaine, la diminution de la taille des logements favorise plutôt l’essor des familles nucléaires au détriment des familles élargies, ce qui a pour effet de réduire le nombre d’hommes (frères, père) présent au sein du foyer et concourt à desserrer l’étau qui opprimait les filles. Ainsi, les modifications structurelles de la famille, associées à l’école, les médias de masse et à la mondialisation6, contribuent à forger une nouvelle identité sociale chez les jeunes. Au sein de la société, l’impact de la globalisation et l’instruction de masse modifient profondément les rapports genrés et donnent naissance à un modèle culturel hybride, entre une culture héritée des anciennes générations et l’influence de la culture occidentale, cette dernière étant tout autant véhiculée par l’institution scolaire, inspirée du modèle français, que par les médias, à travers notamment la télévision et le cinéma.

15À Sidi Ifni, ces différentes sphères d’influence façonnent les contours d’une nouvelle identité culturelle, dont les fréquentations amoureuses sont l’une des manifestations. Cette expérience des relations affectives, collectivement partagée par 70 % des hommes et 45 % des femmes, concourt à une redéfinition des trajectoires affectives.

16L’influence du monde extérieur remet en cause l’éducation puritaine d’une jeunesse de plus en plus nombreuse à transgresser les lois de la morale sociale. Les fréquentations matérialisent cette nouvelle culture commune, fondée sur des relations affectives officieuses, en rupture totale avec les modèles culturels hérités du passé. L’école, en devenant le lieu où naissent les rapports de séduction à l’égard du sexe opposé, se retrouve au centre de cette nouvelle effervescence.

17En effet, selon un célibataire de 34 ans : « Ce genre de situation n’existait pas avant, car les filles n’allaient pas à l’école ».

18Ces nouveaux rapports genrés sont consécutifs à l’accès à l’éducation et à l’élévation du niveau d’instruction des femmes. L’émergence de cette nouvelle proximité entre les sexes est souvent justifiée par une volonté féminine de s’émanciper, comme en attestent les entretiens suivants :

« Aujourd’hui les parents ne maitrisent plus leurs filles, elles sont libres de faire ce qu’elles veulent » (F., mariée, inactive, 26 ans en 2009).

« À l’époque, les filles avaient peur de leurs parents, mais maintenant il n’y a plus cette crainte, elles ne respectent même plus leurs frères, qui vivent avec elles. […] Même leurs vêtements ont changé, leurs comportements à l’école et dans la rue ont changé, elles sortent avec des hommes […] Elles sont plus libres qu’avant […] Car autrefois, une fille qui n’était pas mariée ne sortait pas de chez elle, elle ne connaissait rien de son mari, elle le découvrait quand il venait demander sa main » (H., célibataire, étudiant, 19 ans en 2009).

19Autrement dit, l’accès à l’école aurait profondément modifié la conception des rapports sociaux de sexe, comme l’atteste un examen plus attentif de leur parcours de vie. Selon l’enquête, les femmes vivent leurs premières idylles dès le collège, et entretiennent des relations amoureuses tout au long de leurs études et même après leur insertion professionnelle.

20Parmi les générations féminines les plus jeunes, les premiers flirts débutent entre 13 et 19 ans, contre 17 et 25 ans pour les générations les plus âgées. Pour leur part, les hommes sont amenés à vivre cette expérience plus tardivement, entre 19 et 25 ans (générations 1983-1994), contre 25 et 29 ans chez leurs aînés (générations 1974-1982). Ainsi, le calendrier d’entrée en relations amoureuses diffère fortement selon le sexe et s’accompagne d’un rajeunissement de cette pratique chez les générations nées entre 1983 et 1994, et l’intensité du phénomène diffère selon les générations, car on constate que les femmes les plus âgées ont 2,5 fois moins de chances d’entrer en fréquentation amoureuse que celles issues des générations les plus jeunes, nées entre 1983 et 1994.

21Le même processus s’observe chez les hommes appartenant au groupe de générations le plus ancien (1974-1982) ; ils ont trois fois moins de chances de vivre une relation amoureuse que ceux nés entre 1983 et 1994. Ces différences générationnelles sont principalement liées à leurs conditions de vie durant l’enfance. Il apparaît que les générations les plus anciennes sont plus nombreuses à avoir grandi en zone rurale, dans un environnement où l’accès à l’école était limité. Par exemple, les femmes les plus âgées (1974-1982) ont hérité du mode de vie de leurs aînées, en vivant leur phase de jeunesse dans l’espace clos de la maison. Ces femmes sont quatre fois plus nombreuses à être touchées par l’analphabétisme, comparées à celles nées entre 1983 et 1994. Selon l’enquête, l´école semble jouer un rôle prépondérant dans l’émergence des fréquentations amoureuses, en devenant l’un des premiers espaces de rencontre. Elle contribue à modifier les comportements des garçons et des filles, en les intégrant dans un univers dominé par les relations entre pairs, comme le révèle l’entretien suivant :

« Les études en réalité c’est une couverture, ça permet d’entretenir des relations avec des filles […] Je peux me permettre de frapper à la porte de la maison d’une fille qui est dans ma classe, car en général la famille n’a pas de soupçon, dès l’instant où on étudie ensemble. Ça permet de se faire accepter par ses parents, et les personnes extérieures sans se dévoiler, tout le monde pense qu’on n’est que des camarades de classe. […] Mais si une personne n’étudie pas avec la fille en question, là ça pose problème, l’école permet aux jeunes de masquer leurs relations […] C’est grâce aux études que l’on tolère de voir deux étudiants marcher ensemble, sans forcément se dire qu’ils se fréquentent » (H., célibataire, travailleur manuel, 34 ans en 2009).

22Ainsi l’école est incontestablement le lieu où les jeunes s’initient aux relations amoureuses : à l’âge de 15 ans, plus de huit jeunes sur dix ont vécu leurs premières histoires d’amour durant leurs années de collège, avec un partenaire sensiblement du même âge.

Les logiques sous-jacentes des relations amoureuses selon le sexe

23Derrière ce semblant d’expérience commune se cachent des logiques relationnelles différentes selon le sexe. En effet, pour les hommes, ces premiers flirts n’ont pas pour ambition de fonder une famille, mais constituent une étape préalable pour expérimenter les relations affectives. C’est l’occasion pour eux de découvrir le sexe opposé.

« Fréquenter les filles permet de nous préparer au mariage, car se marier sans connaître une fille c’est difficile, il faut comprendre leur psychologie, apprendre à éviter les problèmes […] C’est pour ça que c’est important pour un homme d’avoir une certaine expérience des femmes » (H., célibataire, travailleur manuel, 34 ans).

24Mais pour d’autres, ces flirts leur permettent de passer du « bon temps », avant d’envisager une relation sérieuse. Un jeune cadre de 28 ans nous confie que : « Lorsqu’un garçon fait la cour à une jeune fille, généralement elle ne veut pas de lui. Alors il lui promet de l’épouser, juste pour obtenir ce qu’il veut d’elle […] C’est comme ça que les filles tombent dans le panneau ».

25Nous retrouvons le même type de propos chez un cadre de 30 ans, nous expliquant que : « Les hommes abusent de la confiance des jeunes filles, car elles cherchent surtout à se marier […] Et finissent par se mettre en couple avec des hommes sans aucune morale ».

26Ainsi, les hommes semblent cerner les attentes des femmes et rusent parfois pour réussir à convaincre leur partenaire à vivre une idylle. Mais les femmes ne semblent pas ignorer ce type de pratique, l’une d’entre elles affirme qu’ils : « veulent une petite amie pour s’amuser, mais au fond on sait qu’ils ne vont pas l’épouser, ils préféreront se marier avec celle qui a su rester chez elle » (F., divorcée, inactive, 29 ans en 2009).

27Dans un tel contexte, certaines filles enquêtées font part de leurs doutes quant à la sincérité des intentions de leurs partenaires. Malgré tout, elles acceptent de se mettre en couple avec l’idée de trouver à terme un époux potentiel, car elles associent plus fréquemment la relation amoureuse au mariage, ce qui reflète chez elles une vision plus formelle de la relation affective, même si les adolescentes enquêtées considèrent qu’elles ne sont pas encore prêtes pour le mariage. L’une d’entre elles, âgée de 15 ans, se décrit en ces termes : « Je me sens encore trop jeune, à mon âge on ne pense pas à se marier […] Il faut au moins avoir fini ses études avant ».

28Durant l’adolescence, les jeunes filles espèrent plutôt entretenir une relation sur le long terme. En effet, les résultats de l’enquête montrent que c’est durant ces âges que les relations amoureuses sont les plus longues, trois ans et demi en moyenne pour les deux sexes. D’après une étudiante de 24 ans, même les filles de son âge « ne sont pas assez mûres pour le mariage » ; fréquenter un homme, aujourd’hui, est devenu une étape indispensable « avant de pouvoir fonder une famille ». Elle précise même qu’il faut parfois « entretenir une relation de près de 10 ans avant qu’un petit ami ne vienne rencontrer la famille, et encore, une fille n’est pas sûre de l’issue, car il peut se sauver à tout moment ». Ce qui ressort de ces entretiens, c’est l’incertitude et la fragilité de ces relations, qui peuvent prendre fin assez rapidement et donner lieu à une succession de relations instables. À Sidi Ifni, le choix du partenaire varie fortement selon le sexe et l’âge des enquêtés lors des fréquentations. Par exemple, les femmes sont convaincues que seuls les hommes établis professionnellement envisagent le mariage. Et c’est l’une des raisons pour lesquelles elles vont s’intéresser en particulier à ces hommes, dans l’espoir que leur relation aboutisse à l’officialisation de leur union. D’ailleurs, un jeune étudiant de 19 ans le confirme : « J’étais intéressé par une fille qui était dans ma classe […] Mais elle m’a répondu qu’elle préférait les hommes plus âgés, car, pour elle, ils sont plus mûrs, plus réfléchis, et ils ont déjà une expérience de la vie […] C’est comme ça, ici, les filles recherchent des hommes plus âgés et les garçons recherchent des filles plus jeunes ».

29Ainsi cette préférence féminine pour des hommes stables professionnellement traduit une volonté d’accélérer le processus d’entrée en conjugalité. Cette attitude s’observe dès l’adolescence, période durant laquelle les filles se mettent en couple avec des partenaires ayant en moyenne 4 ans de plus qu’elles. Ces écarts atteignent leur paroxysme à l’âge de 25-29 ans, avec des hommes dont l’âge dépasse de 7 ans en moyenne celui de leur compagne. Ainsi, chez les filles, cette supériorité masculine par l’âge renvoie davantage à l’âge social de l’homme (un âge où les hommes sont censés occuper un emploi) qu’à son âge physique.

30Quant aux hommes, leur préférence s’inverse, car, contrairement aux femmes, ils privilégient des partenaires plus jeunes qu’eux. En effet, selon un étudiant : « Les hommes aiment se mettre en couple avec des filles beaucoup plus jeunes […] Mais pour certains c’est de l’abus, il y a des hommes de 27 ans qui vont se mettre en couple avec des filles de 15 ans ».

31Ce comportement est révélateur d’une double domination masculine, celle liée à l’âge et celle liée au statut de l’homme par rapport à celui de sa partenaire, exception faite pour la période scolaire, où les partenaires sont souvent des camarades de classe appartenant sensiblement à la même génération. Un commerçant de 34 ans nous dévoile sa première histoire d’amour durant ses études :

« Au lycée j’ai rencontré une fille […] On s’entendait bien et je tenais vraiment à elle […] Mais on ne s’est pas mariés, car on n’avait pas les moyens à l’époque […]. Et à cet âge-là, on pensait surtout à réussir nos études ».

32Ainsi, durant leur scolarité, les relations amoureuses permettaient aux hommes de vivre leurs premières expériences sentimentales et sexuelles sans forcément s’engager. Tout au long de cette phase, les partenaires sont issus soit de l’environnement scolaire, soit de la sphère publique. En effet, selon l’enquête, 31 % des jeunes rencontrent leurs petit(e)s ami(e)s dans un espace public. Les jeunes semblent donc privilégier ce mode de rencontre ; à Sidi Ifni l’un des lieux les plus prisés par la jeunesse est une place surnommée « el Balandia », située sur le front de mer, elle constitue pour eux un espace privilégié pour rechercher un partenaire potentiel. D’ailleurs, pour s’y rendre, les jeunes se parent de leurs plus beaux atours afin d’attirer l’attention du sexe opposé.

33Mais cet espace n’est pas le seul : d’autres lieux ont été mentionnés par les enquêtés, comme la rue, la plage ou les jardins. Ces Ifnaouis, et en particulier les hommes, semblent s’en remettre aux aléas des marchés ouverts pour trouver un partenaire, tandis que pour les femmes, les lieux de rencontre diffèrent fortement selon le type de parcours scolaire qu’elles ont emprunté. Selon les résultats de l’enquête, deux parcours féminins se dissocient : le premier renvoyant à celui des femmes que nous avons nommées « conservatrices », par opposition au second représentant les femmes « avant-gardistes » (ces indicateurs sont corrélés au statut social des familles). Le premier groupe fait référence à celles dont la trajectoire familiale est sensiblement la même que celle de leur mère. Ce sont essentiellement des femmes peu éduquées, analphabètes pour un tiers d’entre elles, tandis que les autres n’ont pas dépassé le niveau primaire. Déscolarisées avant l’âge obligatoire, ces femmes ont quitté leur établissement scolaire à l’âge médian de 13 ans. Cette sortie précoce du système éducatif n’a pas permis à ces femmes d’expérimenter les relations amoureuses durant leurs études.

34Selon l’enquête, chez ces dernières, les fréquentations surviennent plus tardivement au cours de leur vie : leurs premières histoires d’amour émergent essentiellement entre 15 et 20 ans, soit 8 ans en moyenne après la sortie de l’école. De plus, la rencontre et le choix du partenaire se font dans des espaces clos, tels que les « lieux privés », et en présence de l’entourage familial. Ces lieux de rencontre traditionnels constituent l’une des particularités de ces trajectoires, car 50 % des rencontres ont lieu dans ce cadre. Le contexte socio-économique et familial de ces filles semble influencer leurs trajectoires affectives. En effet, issues de familles modestes, elles ont hérité d’une éducation très stricte, dans un univers bipolaire au sein duquel les hommes et les femmes sont séparés afin d’éviter tout rapprochement. Dès l’adolescence, ces filles vivent un durcissement du contrôle familial à travers l’autoritarisme du père, la surveillance des frères et la vigilance de la mère qui assurent un contrôle permanent sur leurs faits et gestes.

35En dépit de ces contraintes, certaines d’entre elles réussissent à vivre une relation amoureuse en toute discrétion. Le cercle familial devient alors le théâtre des rencontres, notamment lors des fêtes ou des mariages, leur donnant l’occasion de nouer des liens avec des hommes, sans inquiéter leur famille. La plupart d’entre elles se mettent en couple avec un partenaire plus âgé, en moyenne de sept ans et demi leur aîné, ayant également la particularité de faire partie de leur parentèle (cousin parallèle patrilinéaire, cousin croisé matrilinéaire, membre de la famille élargie) dans 40 % des cas. Ces femmes disent chercher auprès de ces hommes de l’affection et une satisfaction matérielle (cadeaux, argent de poche) avec l’espoir à terme d’une demande en mariage. Mais la stabilité de ces relations ne commence à être atteinte qu’entre 25 et 29 ans, période durant laquelle les relations affectives sont plus fréquentes. D’ailleurs, c’est à ces âges que 41 % des femmes « conservatrices » projettent de se marier avec leurs partenaires, car elles se sentent prêtes à fonder une famille. Lors de cette phase, les relations amoureuses sont plus courtes et durent en moyenne un an, avant d’aboutir pour la majorité d’entre elles au mariage. On constate que parmi ces femmes « conservatrices » ayant fréquenté leur partenaire entre 20 et 24 ans, 78 % d’entre elles l’ont épousé, contre 95 % chez celles ayant vécu cette relation entre 25 et 29 ans.

36À l’opposé de cette trajectoire émerge un deuxième groupe de femmes, que nous avons qualifiées d’« avant-gardistes » et qui ne concerne que des femmes d’un haut niveau d’instruction. Chez elles, les trajectoires affectives sont plutôt marquées par une succession de flirts dès l’adolescence. 49 % d’entre elles ont poursuivi leurs études jusqu’au lycée et 51 % ont eu accès à l’université. Sur l’ensemble des trajectoires scolaires féminines, ces femmes ont l’âge médian de sortie du système scolaire le plus élevé, à savoir 21 ans. Mais l’un des traits caractéristiques de ces parcours est l’âge auquel débutent les fréquentations amoureuses et le lieu de rencontre du partenaire : près de la moitié de ces femmes ont vécu leurs premiers flirts pendant leurs études entre 15 et 23 ans.

37Pour celles qui ont eu accès à l’université, les relations évoluent dans un contexte où la vie en solitaire offre à la jeunesse une période de liberté dans l’anonymat des grandes villes. En effet, les femmes détentrices d’un diplôme universitaire ont 19 fois plus de chances de fréquenter un partenaire que celles qui n’ont pas dépassé le collège. Cette tendance se confirme aussi chez les hommes dans la mesure où un diplômé du supérieur a 28 fois plus de chances de fréquenter une femme que ceux qui ont quitté l’école au collège. Ainsi, la durée de la scolarité influence à la fois la probabilité de vivre une relation amoureuse et les modalités de rencontre. Il apparaît aussi que leur volonté ou non d’entreprendre une carrière professionnelle a un impact sur le choix du partenaire. Chez les « avant-gardistes », les rencontres s’effectuent dans des « lieux réservés » comme les soirées privées entre amis où « n’entre pas qui veut », pour reprendre l’expression de Michel Bozon et François Héran (Bozon et al., 2006, p. 57).

38Ces rencontres résultent en particulier d’une sélection culturelle, où la jeunesse instruite se retrouve entre soi, comme à l’université, à la bibliothèque ou lors des sorties organisées par le groupe de pairs. Ainsi, ces parcours hors normes sont révélateurs d’un contexte nouveau pour les femmes, dans lequel leur épanouissement personnel se développe en dehors de la sphère familiale. Paradoxalement, ces jeunes vivent ces relations officieuses durant la période où ils cohabitent avec leurs parents.

L’essor des relations sexuelles hors mariage

39Les fréquentations amoureuses ne s’apparentent pas au même type d’expériences selon le sexe et les classes sociales, car pour certaines elles vont de pair avec l’adoption d’une sexualité hors mariage. En effet, on constate que nombre de jeunes n’attendent plus le mariage pour débuter leur vie sexuelle, même si, au Maroc, la sexualité préconjugale est explicitement interdite. L’État tente de maintenir le mariage comme seul cadre légitime de la sexualité et de la procréation par le biais des institutions religieuses et judiciaires (Dialmy, 1995 ; Naamane-Guessous, 1987). Comme l’atteste l’article 490 du Code pénal : « Sont passibles d’un mois à un an d’emprisonnement toutes personnes de sexe différent qui, n’étant pas unies par les liens du mariage, ont entre elles des relations sexuelles ».

40À travers cette législation, l’État se porte garant de la morale religieuse et réprime tout comportement considéré comme déviant. Comme en attestent certains de nos enquêtés, qui ont été témoin ou victime de la survenue d’événements non désirés, comme une grossesse ou la découverte des relations sexuelles hors mariage par l’État ou la famille. Loin d’être des cas isolés, ces événements touchent près d’un jeune sur dix durant l’adolescence (EBSI, 2009). Ainsi, sous le poids des normes sociales, certains sont contraints par l’État ou la famille de brûler des étapes en se mariant directement. En effet, selon les enquêtés, de nombreux mariages ont été célébrés sans qu’il y ait de consensus entre les principaux intéressés. Les cas les plus souvent cités sont ceux de couples officieux pris en flagrant délit de rapports sexuels illégitimes par les autorités ou les familles. Dans ce type de situation, les institutions prennent des mesures pour contraindre ces jeunes au mariage ; souvent déscolarisés avant la fin de leurs études, ils entrent prématurément en conjugalité. Plutôt mal vécues par les couples, ces unions engendrent chez eux un mélange confus de culpabilité et de déshonneur.

41Un homme de 36 ans nous raconte l’histoire de son demi-frère qui, âgé de 21 ans en 2009, a vécu cette situation :

« Il y a environ 3 ans, mon demi-frère a fréquenté une jeune fille de 15 ans […] qu’il a rencontrée dans un parc […] Mais un soir l’employeur de cette fille les a vus ensemble […] Il les a dénoncés à la police […] D’abord ils ont été convoqués, pour en savoir plus sur leur situation […] et ils ont obligé la fille à aller faire des examens de santé pour vérifier sa virginité […] Quand ils ont découvert qu’elle n’était plus vierge, ils ont accusé mon demi-frère de l’avoir agressée […] Il a été contraint de payer une amende et de l’épouser […] À l’époque, il venait tout juste d’avoir 19 ans […] Pour lui c’était soit la prison, soit le mariage […] Il a vite fait son choix. »

42Ce type de récit est corroboré par un autre témoignage : « Quand j’étais au lycée, deux camarades de classe se sont mariés […] Ils ont été découverts […] et les parents les ont forcés à se marier » (H., célibataire, travailleur manuel, 34 ans en 2009).

43Ces propos confirment qu’au Maroc, les relations sexuelles hors mariage sont sévèrement punies par la loi, surtout lorsque des mineurs sont concernés. En effet, l’article 475 du Code pénal marocain stipule que :

« Quiconque, sans violence, menace ou fraude, enlève ou détourne, ou tente d’enlever ou de détourner, un mineur de moins de dix-huit ans, est condamné à une peine d’un à cinq ans d’emprisonnement assortie d’une amende de 200 à 500 dirhams. Lorsqu’une mineure nubile ainsi enlevée ou détournée a épousé son ravisseur, celui-ci ne peut être poursuivi que sur la plainte des personnes ayant qualité pour demander l’annulation du mariage et ne peut être condamné qu’après que cette annulation du mariage a été prononcée. »

44Au Maroc, cette législation se fonde sur un héritage culturel et religieux, interdisant les relations hors mariage (Naamane-Guessous, 1987). L’État, à travers ces mesures répressives, souhaite imposer des limites à la jeunesse en ayant recours à de lourdes sanctions. Pour les Ifnaouis, les rapports sexuels hors mariage constituent un risque réel pouvant porter préjudice à leur liberté.

45Ce contexte incite les jeunes à vivre leurs relations sexuelles dans le secret le plus total, afin de se soustraire au regard de la communauté. Un jeune commerçant de 34 ans affirme même qu’il est important de ne rien dire et que « c’est une bonne chose qu’une fille et un garçon puissent découvrir ensemble leur sexualité même s’ils ne sont pas mariés ».

46Selon l’enquête cette opinion n’est pas un cas isolé, car parmi les hommes en couple âgés de 15 à 19 ans en 2009, 18 % encouragent la sexualité féminine, contre un tiers chez les femmes. Cependant, les femmes des générations les plus jeunes (1984-1994) sont deux fois plus nombreuses à soutenir une sexualité féminine hors mariage, considérant qu’aujourd’hui, ce qui compte le plus c’est d’être « aimée de son partenaire » et non d’être mariée. Lors des entretiens approfondis, nous leur avons demandé si une femme pouvait avoir des rapports sexuels avant le mariage, et la plupart d’entre elles ont répondu :

« Oui, c’est normal, si elle a une relation sérieuse et qu’elle aime son partenaire » (F., divorcée, cadre, 32 ans en 2009).

« Oui, les filles ont aussi des sentiments et des besoins » (F., Mariée, inactive, 33 ans en 2009).

« Oui, si elle a des sentiments » (F., Mariée, inactive, 25 ans en 2009).

47Ces propos montrent une évolution des mentalités, qui fait passer la sexualité féminine d’une gestion communautaire à une gestion personnelle où seuls les sentiments priment. Cette vision prend même de l’ampleur avec l’âge, et 58 % des hommes âgés de 20 à 24 ans en 2009 encouragent l’émancipation sexuelle des femmes, contre 28 % chez leurs homologues féminines.

48Mais une opposition très nette est observée chez les hommes et les femmes qui n’ont pas vécu d’histoire d’amour durant leur jeunesse. Ces derniers s’opposent à ce type de pratique, invoquant, le plus souvent, la religion pour justifier leur refus catégorique.

« C’est contre notre religion, on n’a pas été élevé comme ça, l’Islam ne pardonne pas ce genre de comportement.» (F., mariée, inactive, 33 ans en 2009).

« C’est contraire aux règles religieuses, un mari est heureux de trouver sa femme vierge.» (H., marié, cadre, 33 ans en 2009).

49Quant à la sexualité masculine, elle ne semble pas suivre le même traitement que les femmes, car les hommes jouissent d’une grande liberté et d’une tolérance telle qu’ils sont parfois encouragés à découvrir très tôt les relations sexuelles. D’ailleurs, les trois quarts des femmes enquêtées considèrent qu’il est tout à fait normal qu’un homme en fasse l’expérience avant même de se marier. Cependant, les hommes âgés de 15 à 19 ans en 2009 défendent une vision conforme aux valeurs religieuses et rejettent de façon catégorique les fréquentations amoureuses et les dérives associées à ce comportement.

« Une fille est comme un homme : il faut attendre le mariage, car l’abstinence unit le couple » (F., mariée, inactive, 33 ans en 2009).

« L’Islam a ordonné aux jeunes de s’abstenir d’avoir des relations sexuelles. Mais ceux qui ne peuvent pas résister doivent donc soit faire le jeûne soit se marier » (H., marié, travailleur manuel, 31 ans en 2009).

50Ainsi, ces entretiens démontrent que pour certains jeunes issus des classes populaires, la sexualité féminine doit rester conforme aux prescriptions religieuses et ne peut avoir lieu que dans le cadre du mariage, alors que la sexualité masculine est vivement encouragée par les hommes comme par les femmes. Néanmoins, la sexualité féminine hors mariage, plus contestée, laisse apparaître deux opinions féminines divergentes. Selon une collégienne de 15 ans : « Aucune de mes copines ne me parle de ce genre de choses, et même si elles le font, elles ne le diront pas, c’est un peu la honte de parler de ça ». Aujourd’hui encore, ce sujet reste tabou et suscite une certaine gêne auprès des enquêtées. Elles éprouvent même des difficultés à prononcer le terme de « sexualité », et préfèrent passer par des sous-entendus, en utilisant des expressions comme « franchir le pas », « aller au-delà des limites » ou « on a fait ce qu’on devait faire ». Ces propos sont le reflet des contraintes sociales et des non-dits, où la sexualité hors mariage se vit cachée dans des lieux préservés des regards extérieurs.

51Garçons et filles déclarent qu’« Il faut toujours chercher des lieux isolés, où il n’y a personne, pour pouvoir profiter des moments passés ensemble, car ce n’est pas possible de s’afficher dans la rue ». Les lieux les plus cités sont les « parcs publics » et les « plages désertes » qui offrent la possibilité d’aller au-delà de simples échanges affectueux, et certains vont même jusqu’à évoquer la location d’espaces privés (appartement, maison…) pour laisser libre cours à leurs envies sans être vus. En effet, les hommes sont unanimes et confirment que « pour embrasser, faire des câlins ou toucher une fille », il est préférable, que « chacun aille là où il se sent le plus à l’aise, à l’abri des regards ». L’objectif est d’instaurer un climat apaisant, loin de toute forme de stress, pour laisser libre cours à leur sexualité. Mais, avant d’en arriver à ce stade, les hommes affirment devoir gagner la confiance de leur partenaire pour réussir à franchir le pas : « avec les filles, il fallait y aller en douceur, un câlin, un bisou, petit à petit en gagnant du terrain, avant de vraiment pouvoir passer aux choses sérieuses ». Un certain nombre d’entre eux ciblent en priorité « les filles les plus faciles, qui ont des rapports sans soucis » tout en conservant une certaine « prudence », car ces filles peuvent tomber enceintes et les mettre dans une situation délicate.

52Un jeune de 34 ans nous raconte l’expérience qu’il a vécue avec une certaine amertume :

« Je suis sorti avec une fille qui m’a annoncé qu’elle était enceinte. Pour me sortir d’affaire j’ai demandé conseil à une prostituée […] Elle lui a concocté une boisson qui provoque l’avortement […] Après ça, j’ai pris mes distances et je ne l’ai plus jamais revue ».

53Cette attitude montre toute l’ambigüité de la situation : cet homme a tout d’abord cherché une solution pour stopper cette grossesse avant de prendre la fuite. Or, à Sidi Ifni la sexualité hors mariage est souvent source de problèmes, notamment pour les femmes qui affirment vivre cette expérience dans la crainte d’être découverte. Ce contexte dissuade la majorité des filles de franchir le pas. Selon une jeune lycéenne de 16 ans,

« une fille ne devrait pas aller trop loin, elle doit conserver son honneur […] Elle doit faire en sorte qu’aucun homme ne s’amuse avec elle […] Aller trop loin, c’est prendre le risque d’avoir des problèmes avec ses parents, et de devoir supporter le regard humiliant des gens. […] Une fille doit garder sa dignité jusqu’à son mariage, pour elle et sa famille. Alors qu’un garçon est libre de faire ce qu’il veut ».

54La plupart des filles enquêtées invoquent l’importance qu’il y a de préserver sa « virginité », cette dernière symbolisant pour elles « la dignité d’une femme ». Elle est le signe d’une bonne éducation, et l’honneur de la famille repose, aujourd’hui encore, sur la virginité des jeunes filles. Ces dernières sont les héritières d’une culture qui tend à sacraliser la virginité et le refus de la sexualité et constitue l’un des points cruciaux de leur éducation. Cette vision de la sexualité féminine permet de mieux comprendre la surveillance accrue des jeunes filles, car les parents restent soucieux de leur avenir. Ainsi, pour ces familles, les rapports sexuels ne peuvent avoir lieu que dans le cadre du mariage et la virginité des jeunes filles reste une condition indispensable pour contracter une union. Les contraintes sociales qui pèsent sur elles les obligent à se conformer aux règles, même si certaines prennent le risque de les transgresser. Partant du principe que les partenaires doivent être amoureux pour envisager d’avoir des relations sexuelles, rares sont les femmes qui osent franchir ce cap : seules 3 % des jeunes filles âgées de 15 à 19 ans en 2009 ont déclaré avoir des rapports sexuels avec leur partenaire, contre la moitié des hommes du même groupe d’âges (Graphique 1). La classe d’âge la plus touchée par ce phénomène est celle des 30-35 ans, avec un taux de 10 % pour les femmes et un peu plus du double (22 %) pour les hommes (Graphique 1).

Graphique 1. Proportion d’hommes et de femmes, ayant déclaré des rapports sexuels avec leur dernier partenaire selon leur âge lors de leur première rencontre

Graphique 1. Proportion d’hommes et de femmes, ayant déclaré des rapports sexuels avec leur dernier partenaire selon leur âge lors de leur première rencontre

Source : enquête biographique à Sidi Ifni (EBSI), 2009

Champ : 226 individus : 116 hommes et 110 femmes, nés entre 1974 et 1994.

55Ces statistiques montrent une évolution des mœurs, tout en révélant également une certaine méfiance des femmes à franchir le pas, par crainte de ne jamais pouvoir se marier. Quant aux hommes, on constate chez eux une chute drastique des relations sexuelles hors mariage entre 25 et 35 ans, âges au cours desquels ils vivent des relations plus courtes et font le choix de former un couple avec une femme qu’ils désirent réellement épouser. Aussi évitent-ils d’enfreindre avec elles les règles de la morale, les considérant comme des épouses potentielles, et préférant attendre le mariage avant de vivre pleinement leur sexualité. Cette conception du couple semble partagée par une majorité d’hommes, comme en témoigne un jeune étudiant de 19 ans qui défend l’idée selon laquelle « C’est normal pour un homme d’avoir des rapports sexuels, mais pas avec la fille qu’il va épouser ». Cependant, une large fraction de la jeunesse ne semble pas respecter cette règle, car 50 % des hommes qui se sont mariés entre 20 et 24 ans ont déclaré avoir eu une sexualité prémaritale avec leur future épouse (Graphique 2).

Graphique 2. Proportion d’hommes et de femmes, ayant déclaré des rapports sexuels avec leur conjoint avant leur mariage, selon l’âge lors de leur première rencontre

Graphique 2. Proportion d’hommes et de femmes, ayant déclaré des rapports sexuels avec leur conjoint avant leur mariage, selon l’âge lors de leur première rencontre

Source : enquête biographique à Sidi Ifni (EBSI), 2009.

Champ : 226 individus : 116 hommes et 110 femmes, nés entre 1974 et 1994.

56Dans ce contexte, la sexualité hors mariage est souvent associée à l’idée de fonder à terme une famille avec son partenaire. Cette conception est aussi partagée par les femmes, puisqu’un quart des jeunes femmes mariées, de la classe d’âge des 30-35 ans, affirment avoir débuté leur vie sexuelle avec leur fiancé, bien avant leur mariage (Graphique 2). Leur idée de la sexualité au sein du couple a manifestement changé, et leur attitude est devenue plus permissive en la matière.

« Je pense que ça fait partie d’une relation sérieuse, mais uniquement dans ce cadre » (H., marié, travailleur manuel, 32 ans en 2009).

« C’est possible si elle se marie avec son petit ami, sinon non ». (F., célibataire, étudiante, 15 ans en 2009).

« Les filles et les garçons ont le droit, mais pas avec plusieurs partenaires, juste avec la personne avec qui elles vont se marier » (H., marié, cadre, 27 ans en 2009).

« Oui, avec le fiancé seulement » (F., mariée, cadre, 32 ans en 2009).

57Ces témoignages révèlent la plus grande liberté sexuelle des jeunes, mais une liberté conditionnée, notamment par l’obligation d’aboutir in fine à un mariage. Ainsi, les relations prémaritales et le recul de l’âge d’entrée en union rendent plus difficile le respect de l’abstinence et ouvrent la voie à une sexualité hors mariage. Cependant, dans l’ensemble, les jeunes déclarent être profondément attachés aux valeurs religieuses. Nombre d’entre eux considèrent qu’au nom de la religion, ces pratiques ne devraient pas exister, dans la mesure où ce genre d’attitude est source de « problèmes » et ne peut attirer que la « malédiction divine ». Un jeune lycéen de 19 ans est convaincu que lorsque « les jeunes suivent la mauvaise voie, Dieu les punit par la suite ». Chez les Ifnaouis, ces opinions divergentes permettent de distinguer deux grandes tendances opposées : la première défendant une éthique religieuse et la seconde soutenant une libéralisation des mœurs, qui va de pair avec l’émancipation des femmes. Cette opposition très nette observée chez les Ifnaouis dénote une évolution des mentalités dans un sens qui parfois va à l’encontre des normes sociales dominantes.

Conclusion

58Chez les jeunes générations, les mentalités évoluent et modifient progressivement les modes d’entrée à l’âge adulte, car les mariages précoces disparaissent et l’allongement des études offre à la jeunesse un temps libre de maturation en dehors de la sphère conjugale. Cette période de célibat est aussi le moment propice pour les Ifnaouis d’explorer les relations affectives dès le collège ou le lycée. Ainsi, outre cette borne d’entrée traditionnelle qu’est le mariage, les fréquentations amoureuses constituent aujourd’hui une nouvelle étape, permettant de comprendre les mécanismes à l’origine de l’allongement du célibat et l’essor des relations sexuelles hors mariage. Cette expérience, partagée par 70 % des hommes et 45 % des femmes, concourt à une redéfinition des trajectoires affectives et façonne les contours d’une nouvelle identité culturelle, dont les fréquentations amoureuses sont l’une des manifestations. Ainsi, malgré les interdits moraux, les relations affectives se banalisent et remettent en cause l’éducation puritaine. Ces jeunes sont de plus en plus nombreux à transgresser les lois de la morale sociale, et l’école devient le lieu où garçons et filles s’initient aux relations amoureuses et ouvrent la voie à une sexualité hors mariage. En effet, on constate que les jeunes n’attendent plus nécessairement d’être mariés pour débuter leur vie sexuelle, même si, au Maroc, la sexualité préconjugale est interdite par la loi. Malgré tout, l’État tente de maintenir le mariage comme seul cadre légitime de la sexualité et de la procréation, en sanctionnant pénalement tout comportement déviant. Toutefois, selon l’enquête ces relations consensuelles constituent, malgré tout, l’élément le plus marquant chez ces jeunes Ifanouis, dont les parcours de vie sont caractérisés par une forte mobilité affective, donnant lieu parfois à une succession de flirts avant d’aboutir à une relation stable. Ce nouveau seuil ne représente pas nécessairement le premier pas vers la constitution de la famille, mais marque plutôt une étape intermédiaire dans l’acquisition de l’autonomie, dont la sexualité juvénile est l’expression. À Sidi Ifni, ces évolutions socioculturelles ont profondément ébranlé les structures familiales patriarcales, l’institution matrimoniale et les rapports sociaux de sexe.

59Pour conforter ces résultats, il semblerait judicieux d’effectuer une comparaison avec d’autres communes similaires afin de déterminer si les modes d’entrée dans la vie sexuelle des Ifnaouis sont spécifiques à cette région ou, au contraire, si nous sommes plutôt face à une diffusion de ces mœurs à l’échelle nationale. D’autre part, il conviendrait aussi d’élargir cette enquête à un échantillon plus important, à partir d’une enquête à passages répétés, en interrogeant des jeunes à intervalles réguliers, sur une période de 10 ans. Cette méthode offrirait l’avantage d’étudier, à moyen et à long terme, la progression de leurs pratiques sexuelles au gré des événements qui jalonnent leur existence. Ce suivi de cohorte apporterait un nouvel éclairage sur le processus d’entrée des jeunes dans une vie sexuelle active et contribuerait par-là à enrichir le débat sur ce sujet.

Haut de page

Bibliographie

Ajbilou Aziz, 1998, Analyse de la variabilité spatio-temporelle de la primo-nuptialité au Maghreb, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant.

Akoun André, 1999, « Mondialisation », in Akoun André, Ansart Pierre (dir.), Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Robert, p. 350.

Ben Salem Lilia et Locoh Thérèse, 2001, « Les transformations du mariage et de la famille », in Vallin Jacques et Locoh Thérèse (dir.), Population et développement en Tunisie, la métamorphose, Tunis, Cérès Éditions, p. 143-169.

Blanchet Alain et Gotman Anne, 1992, L’enquête et ses méthodes, Paris, Nathan.

Bozon Michel et Héran François, 2006, La formation du couple, Paris, La Découverte.

Courbage Youssef et Todd Emmanuel, 2007, Le rendez-vous des civilisations, Paris, Éditions du Seuil.

Courgeau Daniel, Lelièvre Éva, 2001, « L’Analyse démographique des biographies », in Caselli Graziella, Vallin Jacques, Wunsch Guillaume (dir.), Démographie : analyse et synthèse. La dynamique des populations, Paris, Ined, chapitre XXIII, p. 503-517.

De Bel-Air Françoise, 2008, « Mariage tardif et célibat au Moyen-Orient : quels enjeux ? », in Drieskens B. (dir.), Métamorphoses du mariage au Proche-Orient, Beyrouth, Ifpo, p. 119-150.

Dialmy Abdessamad, 1995, Logement, sexualité et Islam. Essai, Casablanca, Eddif.

Dialmy Abdessamad, 2000, Jeunesse, sida et Islam au Maroc : les comportements sexuels des Marocains, Casablanca, Eddif.

Fargues Philippe, 1986, « Le monde arabe la citadelle domestique », in Burguiere André, Klapisch-Zuber Christiane, Segalen Martine, Zonabend Françoise (dir.), Histoire de la famille. Le choc des modernités, Paris, Armand Colin, Vol. 2, p. 339-374.

Fargues Philippe, 2000, Génération Arabes L’alchimie du nombre, Paris, Fayard.

Kateb Kamel, 2015, L’émergence des femmes au Maghreb : une révolution inachevée, Alger, APIC éditions.

Kergoat Danièle, 2005, « Rapports sociaux et division du travail entre les sexes », in Maruani Margaret (dir.), Femmes, genre et sociétés, Paris, La Découverte, p.94-101.

Lacoste-Dujardin Camille, 1985, Des mères contre les femmes. Maternité et patriarcat au Maghreb, Paris, La Découverte.

Naamane-Guessous Soumaya, 1987, Au-delà de toute pudeur, Paris, Casablanca, Eddif.

Naamane-Guessous Soumaya, 2013, Nous les femmes, vous les hommes !, Rabat, Marsam.

Haut de page

Notes

1 . Les fréquentations amoureuses, flirt, idylles, relations affectives, amoureuses ou prémaritales renvoient au fait d’entretenir une relation affective avec un partenaire de son choix, sans qu’il y ait nécessairement une relation sexuelle entre les partenaires.

2 . L’enquête biographique (EBSI) réalisée auprès des 408 Ifnaouis n’est pas représentative de la population de Sidi Ifni, car nous n’avions pas eu accès à une base de sondage.

3 . Parmi les individus qui ont accepté de participer à un entretien approfondi, on recense chez les hommes : 7 célibataires et 6 mariés, dont deux sont issus de la cohorte 1990-1994, 2 autres dans celle comprise entre 1985-1989, 3 sont nés entre 1980-1984, enfin les 6 derniers figurent dans la cohorte 1974-1979.Tandis que chez les femmes, nous avons 4 célibataires et 8 mariées, qui se répartissent de façon homogène avec 3 femmes dans chaque cohorte (1990-1994 ; 1985-1989 ; 1980-1984 ; 1974-1979).

4 . Les 165 hommes enquêtés sont nés entre 1974 et 1994, ils se répartissent de la manière suivante : 13 sont issus de la cohorte 1990-1994, 24 figurent dans celle comprise entre 1985-1989, 27 sont dans la cohorte 1980-1984 et 101 sont nés entre 1974-1979. Parmi ces hommes, nous avons 57 célibataires, 101 mariés, 7 divorcés et 0 veuf. Tandis que pour les 243 femmes nous avons : 32 issues de la cohorte 1990-1994, 41 dans celle de 1985-1989, 76 femmes appartiennent à la cohorte 1980-1984 et enfin on recense 94 femmes nées entre 1974-1979. Parmi ces femmes, on recense 54 célibataires, 171 femmes mariées, 16 divorcées et 2 veuves.

5 . Afin de protéger l’identité des individus enquêtés, nous avons réalisé un questionnaire anonyme, et pour les individus interviewés nous nous sommes engagés à ne citer aucun nom, ni prénom tout en évitant de donner des informations précises sur les emplois occupés par les individus sondés, afin qu’ils ne puissent pas être identifiés.

6 . En sociologie, la mondialisation et la globalisation sont des synonymes, elles sont définies comme étant : « Un processus par lequel un ou des phénomènes se répandent dans le monde entier, sous des formes qui tendent à devenir universelles, et par l’effet du développement des communications. » (Akoun, 1999, p. 350 et p. 244).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Proportion d’hommes et de femmes, ayant déclaré des rapports sexuels avec leur dernier partenaire selon leur âge lors de leur première rencontre
Légende Source : enquête biographique à Sidi Ifni (EBSI), 2009
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/3158/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 2. Proportion d’hommes et de femmes, ayant déclaré des rapports sexuels avec leur conjoint avant leur mariage, selon l’âge lors de leur première rencontre
Légende Source : enquête biographique à Sidi Ifni (EBSI), 2009.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/3158/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leila Boufraioua, « L’émergence d’une sexualité juvénile hors mariage chez les jeunes de Sidi Ifni (Maroc) », L’Année du Maghreb, 17 | 2017, 31-48.

Référence électronique

Leila Boufraioua, « L’émergence d’une sexualité juvénile hors mariage chez les jeunes de Sidi Ifni (Maroc) », L’Année du Maghreb [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3158 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3158

Haut de page

Auteur

Leila Boufraioua

Maître de conférences en démographie et sociologie à l’Université Moulay Ismail de Meknès.

Haut de page