Navigation – Plan du site
Dossier: Genre, santé et droits sexuels et reproductifs au Maghreb

L’interférence du stigmate dans la prise en charge médicale. Le cas des mères célibataires

Interference of the stigma in the medical care. The case of single mothers
Amal Bousbaa
p. 69-81

Résumés

Cet article se propose d’étudier les interactions des mères célibataires au sein des structures hospitalières, en s’arrêtant principalement sur le moment de l’accouchement. Il s’agit de rendre compte des articulations du stigmate, liées à la grossesse et la reproduction hors mariage, avec les objectifs proclamés par l’État, d’une part, et les pratiques concrètes du personnel soignant à l’égard des mères célibataires, d’autre part. Pour apporter des éléments de réponse à ces questions, nous nous appuyons sur les apports d’une enquête qualitative menée à Casablanca dans le cadre d’une thèse de doctorat en Sociologie. Le dispositif méthodologique est basé sur des entretiens semi-directifs auprès des mères célibataires, du personnel soignant et des acteurs associatifs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Selon l’article 490 du code pénal « Sont punies de l’emprisonnement d’un mois à un an, toutes les (...)
  • 2 . En s’intéressant au changement des structures familiales au Maroc, El Harras (2006) souligne une (...)
  • 3 . Sur un effectif de 6 962. 000 ménages, 1 243.000 sont dirigées par des femmes en 2013. 54,4% sont (...)
  • 4 . Les seuls statistiques officielles datent de 2002 et sont issues d’une ‘Étude sur les mères célib (...)
  • 5 . « Le Maroc des mères célibataires. Étude diagnostique de la situation. Ampleur et réalités, actio (...)

1Les mères célibataires au Maroc mènent une expérience singulière au regard des spécificités du contexte, caractérisé par un dispositif normatif (religieux, juridique, social) interdisant la sexualité extra-conjugale et faisant de l’institution du mariage le seul cadre légitime de la reproduction1. Toutefois, s’arrêter uniquement sur ce cadre normatif s’avère être réducteur dans le sens où il dresse un portrait idyllique de la réalité, occultant ainsi des aspects qui ne sont forcément pas à l’image des attentes de la collectivité. Une sexualité hors mariage prohibée, mais pratiquée de plus en plus par les jeunes (Bennani-Chraibi, 1994, Barraud, 2008) ;une exigence que la maternité se déroule dans le cadre du mariage, mais qui est vécue aussi en dehors de cette institution ; une structure familiale normative fondée sur des liens conjugaux et dirigée par des hommes, mais aussi des structures nouvelles entretenues par des femmes (El Harras, 2006, p.109)2 ; des familles monoparentales prises en charge par des femmes ayant un statut matrimonial ‘légal’ (HCP, 2014, p.29)3, mais aussi par des mères célibataires dont le statut est occulté des statistiques officielles parce qu’il s’écarte de la normalité4. Les seules données quantitatives se rapportant à la représentativité des mères célibataires à l’échelle nationale sont issues d’une étude menée par l’association INSAF en 20105. Sur l’intervalle de 7 ans (2003-2009), 210.434 mères célibataires ont donné naissance à plus de 500.000 enfants dont l’âge est inférieur ou égal à 7 ans. Ces chiffres sont dits être inférieurs à la réalité, vu qu’ils renvoient uniquement aux mères célibataires ayant accouché en structures hospitalières, estimées à 83 femmes ‘célibataires’ par jour (Cherkaoui, 2010, p. 292).

2Faire parler les chiffres rend compte de l’ampleur de la maternité célibataire et interpelle les chercheurs quant à l’importance de comprendre le vécu des mères célibataires. Des femmes qui ne choisissent pas cette appellation mais qui se la voient attribuée après l’accouchement suite à leur décision de garder l’enfant. L’abandonner est une façon de contourner la transgression commise et d’échapper à la stigmatisation sociale. L’expérience de la maternité célibataire débute ‘formellement’ à l’hôpital, et plus précisément au moment de l’accouchement, un moment où la femme enceinte hors mariage bascule, contre son gré, dans le statut de ‘discréditée’ suite à la procédure de l’identification des patients dans les structures de soin. Le dévoilement du stigmate face à autrui est susceptible d’influer sur les interactions sociales et de susciter des réactions sous-tendues par la logique de l’application des normes aux ‘déviants’ (Goffman, 1975; Becker, 1985).

  • 6 . La vulnérabilité est à la fois objective liée au profil socio-économique précaire des mères célib (...)

3Face alors à une population doublement vulnérables6, nous nous proposons à travers cet article de voir comment s’articule le macro-sociologique et le micro-sociologique dans le rapport d’une population, porteuse du stigmate de la maternité célibataire, avec les structures hospitalières. Autrement dit, il s’agit d’analyser une dimension macro-sociologique étroitement liées aux politiques sociales mises en œuvre par l’ État, et une dimension micro-sociologique portant sur une approche interactionniste des rapports se produisant à l’hôpital. Comment peut-on interpréter l’existence, ou non, de politiques sociales en faveur des mères célibataires ? Quelles sont les logiques qui sous-tendent ces politiques? Comment la dissymétrie objective (capitaux économique, social, économique), et subjective (normal/ stigmatisé) des positions occupées par les mères célibataires et le personnel soignant se traduit-elle concrètement dans les interactions au sein des structures hospitalières (Bourdieu, 1979; Goffman, 1975) ? Dans quelle mesure la sphère médicale peut-elle préserver sa neutralité face aux représentations péjoratives socialement associées aux mères célibataires (débauchées, prostituées, etc.), et mettre en œuvre une prise en charge équitable à toutes les parturientes, abstraction faite de la légalité, ou non, de leur statut matrimonial ?

  • 7 . Soutenue en 2014 à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Ain-Chock, cette thèse a po (...)
  • 8 . À Casablanca, en 7 ans (1996-2002), l’effectif de 5040 mères célibataires estimé à Casablanca est (...)

4Les résultats présentés dans le présent article sont issus d’une enquête qualitative menée dans le cadre d’une thèse de doctorat en Sociologie7. L’enquête s’est focalisée sur Casablanca, une ville dont le nombre des mères célibataires est en croissance permanente (Cherkaoui, 2010, p. 112)8 et qui comprend le plus grand nombre d’associations travaillant sur la thématique des mères célibataires. Cinquante entretiens semi-directifs ont été effectués auprès des mères célibataires pour rendre compte de la diversité de leur parcours (familial, scolaire, professionnel, associatif, etc.) et comprendre leur vécu avant, pendant et après la grossesse et l’accouchement. Afin de mieux saisir les éléments de ce vécu, la triangulation, consistant en la variation des informateurs, a favorisé une richesse des données qualitatives produites et a permis un croisement des points de vue. Ainsi, vingt autres entretiens ont été réalisés avec des acteurs ayant des contacts réguliers avec les mères célibataires, tels que le personnel soignant (gynécologues, sages-femmes, stagiaires) et les acteurs associatifs. La présence prolongée sur le terrain et l’accompagnement des mères célibataires au quotidien était nécessaire pour mieux observer leur vécu et examiner concrètement l’articulation entre les discours et les pratiques. Nous n’avons pas interagi avec les accouchées célibataires au sein des hôpitaux, l’ensemble des entretiens ont été menés en dehors de ces structures. Toutefois, nous avons accompagné les assistantes sociales dans leurs démarches aux services de maternités pour observer de près les conditions de prise en charge des parturientes célibataires, et rendre compte des interactions au sein de ces services.

Des politiques sociales sous-tendues par la légalité du statut

  • 9 . « Les ressources mobilisées dans le cadre du dit fonds d’un montant de 25,27 MDH, ont permis le v (...)
  • 10 . Le montant a été fixé à 350 DH pour chaque enfant pourvu que le montant mensuel versé ne dépasse (...)

5Bien qu’elles soient identifiées en tant que population défavorisée, les mères célibataires ne bénéficient d’aucune politique sociale qui leur soit exclusivement destinée. Ce déni témoigne du rejet de ce qui s’écarte du normatif, et vient donc réconforter l’ordre social dominant. Inclure les mères célibataires dans les politiques sociales implique une sorte de reconnaissance d’une catégorie, jugée déviante, de part la visibilité de la transgression des normes communément admises. Les politiques sociales destinées aux femmes semblent être fondées sur le principe de légitimité des statuts matrimoniaux officiellement reconnus (célibataire, mariée, divorcée, veuve) qui assurent et perpétuent le principe de la reproduction dans le cadre de l’institution du mariage. En effet, le Projet de loi de finance a établi un Fonds d’entraide familiale qui permet aux femmes démunies divorcées et à leurs enfants de percevoir une allocation au titre de la pension alimentaire non versée par le père9. En 2012, le Fonds d’appui à la cohésion sociale permet aux veuves en situation de précarité ayant à charge des enfants scolarisés mineurs de bénéficier elles aussi d’allocations10. Cela va sans dire que ces démarches ne peuvent être que louables et bénéfiques pour des populations en situation de précarité, or notre propos ici n’est pas de juger de l’utilité, ou non, des mesures entreprises mais de comprendre les logiques qui les sous-tendent et qui déterminent leur conception et leur mise en œuvre.

  • 11 . Contrairement aux idées reçues, l’avortement n’est pas exclusivement l’apanage des femmes célibat (...)
  • 12 . Un ensemble d’articles (de 449 à 458) du Code Pénal stipulent que l’avortement, sous ses différen (...)

6Les mères célibataires, quant à elles, tirent profit indirectement des politiques sociales mises œuvre notamment dans les secteurs sociaux. Dans le domaine de la santé, la gratuité des soins de santé de base et l’extension des programmes de santé maternelle et infantile représentent des mesures qui peuvent avoir un impact positif sur le couple mère célibataire/enfant. Souvent liée à la problématique de l’avortement, médicalisé ou clandestin, la maternité célibataire est définie comme une situation qui peut augmenter le risque de la mortalité maternelle et infantile. Face à une grossesse non désirée, une femme, mariée ou non11, ne peut que recourir à l’avortement clandestin12 qui représente un risque, et pour la mère et pour le bébé. En effet, abus et dérapages sont les répercussions des avortements pratiqués, en l’absence des conditions de sécurité requises, telles que les conditions d’hygiène (l’utilisation de techniques dangereuses et d’équipement anti-hygiénique), la qualification insuffisante des praticiens (accoucheuses et guérisseurs traditionnels, charlatan, sages-femmes, infirmiers, médecins généralistes, etc.), l’absence d’accompagnement médical des différentes étapes de la grossesse (pré, pendant, post), et la défaillance du mode de communication (absence d’écoute, stigmatisation, non encouragement à un suivi, etc.) (L’Association Marocaine de Planification Familiale, 2008 ; Bousbaa, 2014).

  • 13 . « Si l’on juge par le niveau élevé de la mortalité maternelle (dont le taux est évalué, en 1995-2 (...)
  • 14 . L’ensemble des parturientes continuent à payer en moyenne 500 MAD entre le coût médian de l’ordon (...)

7Cette réalité est diamétralement à l’opposé de la volonté du pays d’atteindre les objectifs du millénaire pour le développement, notamment en rapport avec la mortalité maternelle (OMD 5) et la mortalité des enfants de moins de 5 ans (OMD 4)13. Toutefois, la Politique de la Gratuité de l’Accouchement et de la Césarienne (PGAC) a été appliquée par le ministère de la Santé en 2008, assurant ainsi à toutes les parturientes un accès équitable aux soins obstétricaux gratuits, abstraction faite de leur statut socioéconomique. Cette politique a permis d’alléger la charge financière des parturientes et de renforcer l’accouchement dans les maternités hospitalières (Ministère de la Santé, 2014). Toutefois, en dépit de la gratuité de l’accouchement, les parturientes démunies, y compris les mères célibataires, trouvent des difficultés à assurer les frais à leur charge (Ministère de la Santé, 2014)14. Pour subvenir à ces frais, des femmes enceintes hors mariage établissent des fois des arrangements officieux avec des tierces personnes en vue de les prendre en charge durant la période de la grossesse (soutien financier, consultation de suivi de grossesse chez le médecin, hébergement, etc.), en contrepartie de l’abandon sauvage de l’enfant après l’accouchement.

  • 15 . Les mères célibataires vivent majoritairement en colocation et changent régulièrement de logement (...)

8Un ensemble de mesures a été adopté pour assurer une couverture médicale de base, notamment l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) et le Régime d’Assistance Médicale aux Économiquement Démunis (RAMED) en faveur des populations défavorisées. Sur le plan légal, rien n’empêche les mères célibataires d’être bénéficiaires de ces couvertures. Les difficultés sont plutôt à caractère officieux lié à la mise en application des procédures. Sont confrontées à ces difficultés les mères célibataires mineures, celles qui n’ont pas une Carte d’Identité Nationale (CIN) étant non déclarées à l’état civil, et encore celles dont les familles refusent de leur délivrer un extrait de naissance. Aussi, ne peuvent postuler au RAMED les mères célibataires qui sont dans l’incapacité de délivrer un certificat de résidence. Les propriétaires ne peuvent fournir ce certificat aux mères célibataires locataires depuis moins de six mois15, certains refusent de se déclarer en tant que propriétaire ayant des biens en location afin d’échapper aux impôts.

Une circulaire « pseudo-existante » : des objectifs proclamés aux effets pervers

  • 16 . La conception d’un enfant hors mariage n’est pas citée par l’article 493 du code pénal comme une (...)

9Accoucher au sein des services de maternité expose une mère célibataire à une procédure discriminante au regard de l’application d’une circulaire suite à laquelle le personnel soignant est tenu de convoquer la police. Les représentants de l’autorité établissent un procès verbal pour la parturiente non mariée et lui font signer une décharge en faveur de la garde ou de l’abandon de son enfant dans la légalité. Le but proclamé de cette circulaire est d’établir de façon formelle le lien entre la mère et le nouveau-né comme une façon de lutter contre le trafic des enfants, l’abandon sauvage et l’infanticide. Néanmoins, ce qui est étonnant, c’est que cette circulaire est formellement inexistante, tout au long de notre travail de terrain, nous n’avons pu y avoir accès d’autant plus que cela a été soulevé dans d’autres écrits sociologiques : « Cette procédure, prévue par une circulaire dont tout le monde parle mais que personne ou presque n’a lue » (Uchôa-Lefebvre, 2014, p. 24). La poursuite judiciaire des mères célibataires ne date pas de nos jours. En effet, durant le début des années 90, une parturiente ‘célibataire’ était tenue de se présenter, avec son bébé chez le procureur, 24 heures après son accouchement. Après l’interrogatoire et l’établissement d’un procès verbal, elle était passible d’emprisonnement avec son bébé pour fornication16. A partir de 1996, la procédure juridique s’est relativement assouplie : Les mères célibataires étaient condamnées d’un à trois mois de prison pour fornication, le plus souvent avec sursis. Elles pouvaient, par conséquent, repartir avec leurs enfants après l’entretien avec le procureur (Naâmane Guessous et Guessous, 2005, p. 216).

  • 17 . La clandestinité de l’avortement fait que les tarifs soient élevés et inaccessibles pour les femm (...)

10L’incursion des autorités en milieu hospitalier remet en cause la question de la déontologie médicale, fondée principalement sur la nécessité de préserver le secret professionnel (Cherkaoui, 2010). L’hôpital ne représente plus pour les mères célibataires un milieu de soin, il est plutôt régi par la logique du contrôle social l’associant à un espace de mortification (Goffman, 1968). La peur d’aller en prison et de la stigmatisation au sein de l’hôpital représentent des causes qui peuvent pousser des filles enceintes hors mariage à faire des tentatives d’avortement en utilisant des substances abortives (la menthe, permanganate, persil…) ou en s’enfonçant des outils, souvent tranchants, dans le vagin17. Elles arrivent aux structures hospitalières dans un état d’urgence certaines meurent, d’autres sont sauvées (hémorragies, utérus perforé, infections, etc.). Des femmes qui mènent leur grossesse à terme abandonnent l’enfant dans le service de maternité, elles s’évadent avant que les autorités ne soient convoquées. Afin d’échapper à l’arrestation de la police, elles font en sorte de ne laisser aucune trace permettant de les identifier (arriver en cas d’urgence à l’hôpital, prétendre oublier la CIN, fournir des informations erronées).

  • 18 . Grâce à une convention de partenariat avec la délégation de la Santé, les assistantes de l’associ (...)

11La dite circulaire détermine dans une large mesure le choix du milieu d’accouchement (médical, non médical), le choix du secteur (privé, public) et aussi des structures hospitalières. La peur d’être confrontées aux autorités amène des femmes enceintes hors mariage à opter pour l’accouchement à domicile, s’exposant ainsi au risque, elles et leurs bébés (complications, mortalité, etc.). L’accouchement dans des milieux non médicalisés favorise les possibilités de l’abandon sauvage de l’enfant au regard de l’absence de toute preuve reliant l’enfant à sa mère biologique. Le choix du secteur est déterminé par le fait de disposer, ou non, de ressources financières. Les mères célibataires ayant des moyens recourent aux structures de soin privées au regard de la qualité de la prise en charge médicale et la non application de la circulaire. Toutefois, la majorité des mères célibataires se dirigent vers les services de maternités publiques en choisissant celles ou les autorités ne sont pas convoquées18 et celles où le personnel soignant est réputé pour sa clémence à leur égard.

Les manifestations du stigmate dans la prise en charge médicale

  • 19 . Se donner la légitimité de sanctionner en s’appuyant sur un référentiel religieux manipulé de faç (...)

12Les représentations négatives socialement attribuées aux mères célibataires (prostituées, débauchées, etc.) ne sont pas sans impact sur les pratiques du personnel soignant (médical et paramédical). Entre une objectivité exigée par la posture professionnelle et un positionnement subjectif qui trouve son sens dans l’intériorisation du système de valeurs normatif, des membres du personnel soignant adoptent la posture des ‘entrepreneurs de morale’ en s’appropriant le droit à ‘corriger’ des femmes ‘fornicatrices19, des ‘déviantes(Becker, 1985).

  • 20 . Les assistantes sociales sont dans l’incapacité d’accompagner à l’hôpital toutes les bénéficiaire (...)

13La particularité de l’expérience des mères célibataires à l’hôpital réside dans la difficulté de dissimiler la transgression commise. Si aux dire du personnel soignant, des femmes osent de plus en plus se déclarer enceinte hors mariage, d’autres préfèrent taire ce qui est susceptible de les discréditer. En dépit de leurs stratégies pour contourner leur stigmate, des signes porteurs de l’information deviennent facilement repérables par le personnel soignant dont le contact est permanent avec les mères célibataires. Ne pas être accompagnée par des proches, notamment des hommes, l’absence du partenaire au moment de l’accouchement, absence ou rareté des visites, être accompagnée par une assistante sociale ou des mères célibataires bénéficiaires des associations20, utilisation des dons fournis par une association (draps, trousseau, couvertures, tenues pour bébés) sont autant de signes qui ne trompent pas et qui renseignent sur le statut de mère célibataire comme le déclare l’une des enquêtées : « Le personnel associatif nous donnait des couvertures et des sacs pour bébés. Dès qu’on les voyait, on savait immédiatement qu’on était maman célibataire ».

  • 21 . Des mères célibataires tombent enceinte en restant vierges. Leur grossesse est consécutive à des (...)

14Ce statut tant dévalorisé socialement amène le corps soignant à concevoir les mères célibataires comme un corps unifié par la souillure, en dépit de la diversité de leurs trajectoires et des raisons qui les ont amenées à devenir mères célibataires. Néanmoins, l’application ‘informelle’ des normes peut varier en fonction de certains facteurs susceptibles d’atténuer les effets du stigmate (mineures, primipares, vierges21, grossesses consécutives à un viol, accompagnement par le père biologique ou les proches, prise en charge associative, attitude de honte et de peur, etc.).

15Désignées à l’hôpital par ‘les célibataires’, cette appellation représente un stigmate institutionnel faisant de l’expérience que les mères célibataires s’efforcent au mieux d’occulter, en l’occurrence la maternité célibataire, la caractéristique principale pour les identifier. Cette qualification dévoile le stigmate à toute personne à l’hôpital (personnels, parturientes, visiteurs, etc.) et conduit à une dépréciation sociale de l’accouchée célibataire qui se voit dépossédée d’une identité sociale ‘respectable’. Pour éviter au maximum d’être désignée comme ‘célibataires’, des femmes renoncent à toute interpellation du personnel soignant (informations, orientations, services, soins). Le but est de passer inaperçues et de limiter le contact au moment de l’accouchement.

16Ce moment est souvent décrit comme traumatisant étant vécu dans la violence qui se manifeste verbalement (cris, insultes, humiliations, disputes, discours moralisateur, etc.), ou dans les pratiques (nombre élevé des points de suture, recoudre l’accouchée sans anesthésie, taper pour propulser une réaction corporelle, etc.). L‘oubli’ et la négligence sont aussi rapportés comme des attitudes qui visent à ignorer les mères célibataires et à les réduire à des non-personnes.

« On ne vous répond pas et on fait semblant de ne pas vous entendre. On ne répond pas à nos questions. Une fois, j’ai demandé à celle qui m’a accouchée le nombre de points de suture qu’elle allait me faire, elle m’a dit de les compter parce qu’elle n’était pas concentrée et qu’elle n’avait pas le temps de le faire. Ils ignorent même nos noms et nos prénoms, on nous appelle « les célibataires ».

17Contrairement aux idées reçues associant la stigmatisation à la gent masculine, garante de l’honneur dans les sociétés à dominante patriarcale, les violences sont dites être plus perpétrées par les femmes que par les hommes. Les rapports sociaux entretenus par une mère célibataire à l’hôpital tendent à être déterminées par le genre faisant que les normes soient appliquées par les femmes à l’encontre des femmes. Les premières en se positionnant en tant que « gardiennes des traditions, se confèrent le droit de mettre en application les normes communément admises et de représenter l’ordre social. Les secondes, dont le corps est associé à la souillure, à la répulsion, à la honte, au « pêché », s’exposent au redressement de la déviance féminine reliée à la sexualité (Yvorel, 2005). Les propos de l’une de nos enquêtées rendent les manifestations de ce ‘redressement’ plus concrètes :

« J’ai demandé à la sage-femme de me traiter doucement, elle m’a dit : « lève tes jambes espèce de pute, de pouffiasse» Elle me criait dessus. Ah oui, je me suis rappelée d’une chose très importante, le moment où la tête du bébé est sortie, en plein moment de poussées, j’ai voulu m’accrocher à elle mais elle m’a criée dessus en me disant « Ne me touche pas ! Ne me touche pas! Tu risques de me salir ». Je lui ai dit « sois tranquille, je ne vais plus te toucher ». J’étais en plein accouchement et je voulais que tout se passe bien, sans problème ».

18La prise en charge médicale des mères célibataires est limitée à l’acte d’accoucher, ou plus précisément, au moment de l’expulsion du fœtus. Les suites de couches sont négligées aux dires des parturientes dans la prise en charge. Nombre de mères célibataires rapportent avoir été contraintes de ‘se débrouiller’ pour s’essuyer, se couvrir, se mettre sur le lit, autant d’actions qui semblent d’une facilité, voire même d’une certaine banalité, mais qui requièrent une importance cruciale pour une parturiente. Au regard de la pénurie du personnel paramédical, les femmes de ménages jouent un rôle déterminant dans les suites de couches notamment auprès des mères célibataire. Le service qu’elles leur accordent est souvent sous-tendu par des attentes intéressées. Une mère célibataire se doit donner (argent, dons en nature, etc.) pour recevoir une faveur.

Quelles alternatives face à la stigmatisation ?

19Des mères célibataires manifestent des signes de la ‘misère morale’ et de « repentir » pour susciter la compassion du personnel soignant (Baisser les yeux, parler à voix basse, pleurer, supplier, mettre en avant une sexualité non consentie, etc. La posture de la parturiente résignée et soumise vise à consentir l’autorité du personnel soignant et à approuver la dissymétrie des positions (corps soignant jouissant d’une position favorable socialement et accouchées célibataires dont le statut et la grossesse sont illégitimes). Toutefois le corps médical souligne le changement du profil des mères célibataires dont la posture a évolué d’une sollicitation d’une faveur à une revendication du droit d’une prise en charge « correcte » :

Avant, lorsqu’on recevait une mère célibataire, nous les médecins, on arrivait à sentir sa peur, parce que c’était clair qu’elle n’arrivait pas à la vaincre, elle n’arrivait pas à nous regarder droit dans les yeux. Maintenant, tout a changé, une mère célibataire arrive au service de maternité tout en étant fière de son statut, elle n’a pas du tout honte, elle s’exprime sans avoir froid aux yeux. (Gynécologue, Homme)

20Aux yeux du personnel soignant, les associations sont tenues pour être responsables de cette évolution. Les mères célibataires ne sollicitent plus d’être prises en charge, désormais elles exigent une prise en charge de qualité. Cette exigence n’a pas à avoir lieu comme elle émane d’une catégorie de femmes dénuée de la légitimité de demander, et encore moins d’exiger.

21Être accompagné par le père biologique à l’hôpital est un autre facteur qui agit favorablement sur la qualité de la prise en charge médicale des mères célibataires. La présence des membres de la famille à l’hôpital (accompagnement, visites, soutien, etc.), notamment masculins, représente une reconnaissance de la fille en dépit de la transgression commise, et lui confère aussi une protection face aux manifestations de la prise en charge stigmatisante, deux fonctions majeures du lien social selon Paugam (2008). Cette réalité témoigne d’une évolution au niveau des rapports intra-familiaux qui tendent de plus en plus vers la clémence à l’égard de la fille ayant transgressé les normes de la sexualité et de la reproduction. Outre la mobilisation du lien familial, les mères célibataires mettent en avant l’importance de la motivation matérielle (argent, dons en nature) de toute personne à l’hôpital susceptible de leur fournir un service (aides-soignantes, femmes de ménage, agents de sécurité, etc.).

Je savais que mon col n’allait pas se dilater, et j’ai averti le médecin mais elle m’a virée dehors, elle m’a demandé de partir et de revenir une fois que j’aurai le col beaucoup plus dilaté. On m’a fait attendre de l’aube jusqu’à 8h05, cela fait deux heures cinq minutes de souffrance morbide pour rien du tout, pour qu’on me déchire de la même façon que j’aurais été déchirée à l’aube. Donc on m’a fait souffrir pendant deux heures parce que je suis une maman célibataire et je n’ai pas d’argent à leur donner et parce que la corruption c’est ce qui marche à l’hosto. D’ailleurs la fille qui vient d’accoucher là a donné de l’argent pour qu’on prenne soin d’elle, pour que la dame qui s’occupe de vous vous traite correctement, pour que le médecin qui fait l’incision ne la déchire pas, pour que, pour que…Quand vous donnez de la corruption, ça y est, on ne vous voit plus comme une maman célibataire c’est clair. Si vous n’avez pas d’argent à donner, vous êtes une femme de joie, une moins que rien, on vous traitera comme de la merde et on vous fera même du mal, histoire de vous corriger.

22Cette dynamique inscrit la prise en charge médicale des mères célibataires dans la logique utilitaire de l’échange des services basée sur un « don » et un « contre don » (Mauss, 2007). Être en mesure de donner (Godbout, 1996) permet un repositionnement favorable des mères célibataires qui déclarent pouvoir bénéficier d’une prise en charge mieux que les accouchées mariées, désormais « demander » quelque chose s’avère être possible.

Conclusion

23Une articulation est manifeste entre les aspects macro et micro-sociologiques dans l’analyse du vécu des mères célibataires. Aucune mère célibataire n’est privée de son droit d’accueil et de gratuité des soins au sein des structures hospitalières, ce qui est en adéquation avec les directives du ministère de la Santé, notamment en rapport avec le protocole d’accueil de la femme en situation d’accouchement et les objectifs du plan d’action 2012 – 2016 pour accélérer la réduction de la mortalité maternelle et néonatale. Les effets du stigmate de la maternité célibataire se traduisent au niveau micro-sociologique référant aux interactions intra-hospitalières. Les pratiques des personnels au sein de l’hôpital sont influancées par les représentations négatives attribuées aux mères célibataires faisant ainsi des structures hospitalières des institutions de contrôle social non épargnées par la dimension discriminatoire. La stigmatisation des mères célibataires prend toute son ampleur au moment de l’accouchement. La grossesse et l’enfant hors mariage témoignent que la maternité n’est aucunement une « affaire privée », il s’agit plutôt d’ ‘une affaire publique’ susceptible d’être jugée par tout un chacun (Knibiehler, 2001).

24Il importe de souligner que dans cet article, nous avons privilégié le positionnement des femmes enceintes hors mariage et des mères célibataires quant à leur prise en charge médicale au sein des structures hospitalières. Ce travail montre la nécessité, pour prendre toute la mesure de l’expérience de ces dernières, de s’arrêter aussi sur les logiques qui sous-tendent les pratiques soignantes et de donner la parole au personnel des institutions hospitalières suivant l’accouchement des femmes non mariées. Le croisement du discours des mères célibataires et du personnel soignant s’avère nécessaire pour mieux comprendre la complexité des « interactions mixtes » au sein de l’hôpital sans basculer dans le jugement ou la victimisation (De Sardan, 2013 ; Goffman, 1975).

Haut de page

Bibliographie

Alami M’Chichi Houria et al., 1996, Les filles-mères dans la réalité marocaine, Rapport pour USAID, Casablanca.

Alaoui Oumnia, 2005, « Genre et violence. L’exemple des mères célibataires », in Groupe de Recherche et d’Études sur Genre et Développement (GREGED) (dir.), Comprendre les inégalités hommes-femmes l’approche genre : théorie et pratiques, Actes de colloque, Rabat, Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales. p. 205-220

Association Marocaine de Planification Familiale (AMPF), 2008, L’étude exploratoire de l’avortement à risque, Étude menée avec le soutien de l’IPAS et l’IPPF, Ed. Novembre.

Barraud Emilie, 2008, « Les femmes face aux transformations socio-économiques. Conflits, négociations et émergence de nouveaux rapports sociaux », EDE Genre en Méditerranée, Rabat, Maroc, p. 1-24.

Barraud Emilie, 2010, « La filiation légitime à l’épreuve des mutations sociales au Maghreb », Droit et cultures, n° 59, p. 255-282, URL : http://droitcultures.revues.org/2118

Becker Howard, 1985, Outsiders. Études de la sociologie de la déviance, Paris, Métaillé.

Bennani-Chraibi Mounia, 1994, Soumis et rebelles, les jeunes au Maroc, Paris, Le Fennec.

Bourdieu Pierre, 1979, La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Les Editions de Minuit.

Bousbaa Amal, 2014, Les formes d’exclusion et de solidarité à l’égard des mères célibataires, Thèse de Doctorat, Faculté des lettres et des sciences humaines Ain- Chock, Université Hassan II de Casablanca (Maroc).

Cherkaoui Nadia, 2010, Le Maroc des mères célibataires. Étude diagnostic de la situation. Ampleur et réalité. Action, représentations, itinéraire et vécus, Étude pour l’Association INSAF, Casablanca.

Centre d’Études et de Recherches Démographiques (CERED), 1995, « Famille au Maroc : les réseaux de solidarité familiale », Ministère Chargé de la Population, Rabat, p. 221-287.

De Sardan Jean-Pierre Olivier, 1995, « La politique du terrain », Enquête [En ligne], n°1, p. 71-109, URL : http://enquete.revues.org/263.

El Harass Mokhtar, 2006, « Les mutations de la famille au Maroc », Centre National de Documentation du Maroc, p.107-127.

Goffman Erving, 1968, Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le Sens Commun » (1re édition en 1961).

Goffman Erving, 1975, Stigmates, les usages sociaux des handicaps, Paris, Edition de Minuit, coll. « Le Sens Commun » (1ère édition en 1963).

Knibiehler Yvonne, 2001, Maternité, affaire privée, affaire publique, Paris, Bayard.

Naamane Guessous Soumaya, 2001, Au-delà de toute pudeur : la sexualité féminine au Maroc, Casablanca, EDDIF (11e édition).

Naamane Guessous Soumaya et Guessous Chakib (2005), Grossesse de la honte. Étude sur les filles-mères et leurs enfants au Maroc, Casablanca, Afrique Orient.

Haut Commissariat au Plan (HCP), 2005, Rapport d’évaluation du plan de développement économique et social 2000-2004.

Haut Commissariat au Plan (HCP), 2010, Objectifs du Millénaire pour le développement. Rapport national 2009.

Haut Commissariat au Plan (HCP), 2014, La femme marocaine en chiffres, tendances d’évolution des caractéristiques démographiques et socioprofessionnelles.

Haut Commissariat au Plan (HCP), 2016, Femmes et Hommes en chiffres 2016, 8 mars journée internationale de la Femme.

Lagnaoui Ahmed, 1999, Aux frontières de la tradition marocaine, Casablanca, Les Éditions Toubkal.

Mauss Marcel, 2007, Essai sur le don : Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, Presse universitaire de France.

Ministère de l’ Économie et des Finances, 2015, Projet de loi de fiances pour l’année 2015. Le rapport sur les comptes spéciaux du Trésor (CST).

Ministère de l’Économie, des Finances, de la Privatisation et du Tourisme, 2002, Les politiques sociales au Maroc. État des lieux. Document de travail n°80.

Ministère de la Santé [Maroc], ORC Macro, et Ligue des États Arabes, 2005, Enquête sur la Population et la Santé Familiale (EPSF) 2003-2004. Calverton, Maryland, USA : Ministère de la Santé et ORC Macro.

Ministère de la Santé, 2014, Évaluation de l’impact de la politique de gratuité de l’accouchement et de la césarienne au Maroc. Nouveau outils, nouvelles connaissances.

Ministère de la Santé, 2015, Plan d’action 2012 – 2016 pour accélérer la réduction de la mortalité maternelle et néonatale. Fin du Compte à rebours 2015.

Paugam Serge, 2008, Le lien social, PUF, coll. « Que sais-je ? ».

T. Godbout Jacques  et al., 1996, La circulation du don dans la parenté : une roue qui tourne, Montréal, Institut nationale de la recherche scientifique.

Tinouche-Stucki Myriam, 2004, Dire la maternité célibataire. Étude menée entre Casablanca et Rabat, Maroc. Mémoire de licence, Université de Neuchâtel, Suisse.

Turki Rim, 1998, « Le tabou de la maternité célibataire dans les sociétés arabo-musulmanes (exemple de la Tunisie) », in El Haggar Nabil (dir.), La Méditerranée des femmes, Paris, l’Harmattan, p. 133-152.

Van Pevenage Isabelle et al., 2009, Pour agir : comprendre les solidarités familiales. La recherche : un outil indispensable. Fiches synthèses de transfert de connaissances, Montréal, partenariat Familles en mouvance et dynamiques intergénérationnelles, INRS.

Uchoa-Lefebvre Luciana, 2014, Mères célibataires au Maghreb, défense des droits et inclusion sociale, recueil d’Expériences, Santé Sud.

Yvorel Jean-Jacques, 2005, « Corps, déviance et institutions. Valorisation de la recherche », Les Cahiers Dynamiques, n° 35, p. 14-15, URL : http://www.cairn.info/revue-les-cahiers-dynamiques-2005-3-page-14.htm

Zirari Hayat et Cherkaoui Nadia, 2002, Étude sur les Mères Célibataires et les enfants nés hors mariage dans la wilaya de Casablanca. Étude pour le Haut Commissariat au Plan.

Haut de page

Notes

1 . Selon l’article 490 du code pénal « Sont punies de l’emprisonnement d’un mois à un an, toutes les personnes de sexe différent qui, n’étant pas unies par les liens du mariage, ont entre elles des relations sexuelles ». L’article 148 du Code de la Famille stipule que « La filiation illégitime ne produit aucun des effets de la filiation parentale légitime vis-à-vis du père ». Ne pouvant être rattaché juridiquement à son père biologique, l’enfant né hors mariage est affilié à la mère (article 146 du même code).

2 . En s’intéressant au changement des structures familiales au Maroc, El Harras (2006) souligne une sur-représentativité féminine dans les familles monoparentales. En effet, 95 % des ménages monoparentaux sont dirigés par des femmes en 1998. Toutefois, l’auteur n’évoque pas les familles monoparentales dirigées par des mères célibataires. Uniquement les femmes divorcées, veuves, épouses de migrants internes ou à l’étranger ont été identifiées en tant que chefs de ces familles.

3 . Sur un effectif de 6 962. 000 ménages, 1 243.000 sont dirigées par des femmes en 2013. 54,4% sont veuves, 27,1% sont mariées, 11,9% sont divorcées, 6,5% sont célibataires.

4 . Les seuls statistiques officielles datent de 2002 et sont issues d’une ‘Étude sur les mères célibataires et les enfants nés hors mariage, dans la wilaya de Casablanca’. Cette étude est menée par Hayat Zirari et Nadia Cherkaoui, et commanditée par le Haut Commissariat au Plan (HCP) en collaboration avec le FNUAP, L’UNIFEM et L’UNICEF. Entre 1996 et 2002, l’effectif des mères célibataires a été estimé à 5040, soit 750 par an mère célibataire, seulement au Grand Casablanca.

5 . « Le Maroc des mères célibataires. Étude diagnostique de la situation. Ampleur et réalités, actions, représentations, itinéraires et vécus » est l’intitulé de l’étude initiée par l’association INSAF, avec le soutien de DORSOS, UN WOMEN et United Nations Trust Fund to End Violence Against Women. Cette étude a été effectuée par Nadia Cherkaoui à l’échelle nationale en vue de fournir des indicateurs de mesure d’ampleur du phénomène ‘mères célibataires’ sur l’intervalle 2003-2009, et de rendre compte des spécificités relatives à leurs vécu.

6 . La vulnérabilité est à la fois objective liée au profil socio-économique précaire des mères célibataires (analphabétisme, insuffisance scolaire, manque de qualification professionnelle, défaillance du réseau social, etc.) (Alami M’Chichi et al., 1996 ; Zirari et Cherkaoui, 2002 ; Naâmane Guessous et Guessous, 2005), et subjective au regard de la visibilité du stigmate dans les structures hospitalières. Cette double vulnérabilité tend à exposer les mères célibataires au risque de l’exclusion sociale (Cherkaoui, 2010).

7 . Soutenue en 2014 à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Ain-Chock, cette thèse a porté sur « Les formes d’exclusion et de solidarité à l’égard des mères célibataires », et a été encadré par le sociologue Jamal Khalil.

8 . À Casablanca, en 7 ans (1996-2002), l’effectif de 5040 mères célibataires estimé à Casablanca est passé à 21. 135 mères célibataires, soit 4 fois plus que dans la période pré-citée.

9 . « Les ressources mobilisées dans le cadre du dit fonds d’un montant de 25,27 MDH, ont permis le versement, durant la période allant de janvier 2012 au mois d’avril 2014, d’avances au titre de la pension alimentaire au profit de 3.568 femmes divorcées démunies et de leurs enfants» (Le rapport sur les comptes spéciaux du Trésor (CST), 2015).

10 . Le montant a été fixé à 350 DH pour chaque enfant pourvu que le montant mensuel versé ne dépasse pas 1050 (dans la limite de trois enfants).

11 . Contrairement aux idées reçues, l’avortement n’est pas exclusivement l’apanage des femmes célibataires qui tombent enceinte suite à des relations sexuelles hors mariage. Il est plutôt pratiqué par tout type de femme, quel que soit son niveau d’instruction, sa situation matérielle, socioéconomique, son statut ou non de mère. L’avortement clandestin représente aussi l’apanage de femmes mariées (refus du mari, absence de ressources, âge avancé, adultère, violence conjugal, etc.).Cependant, bien que les profils soient hétérogènes, ce sont les femmes les plus démunies en ressources personnelles qui recourent le plus aux avortements clandestins à risque (Association Marocaine de Planification Familiale, 2008).

12 . Un ensemble d’articles (de 449 à 458) du Code Pénal stipulent que l’avortement, sous ses différentes formes (aliments, breuvages, médicaments manœuvres, violences, etc.), est un acte illégal sur le plan juridique, et passible de lourdes peines d’emprisonnement. L’interruption volontaire de la grossesse ne peut se pratiquer que lorsque la grossesse représente un danger sur la santé de la mère. En l’absence de statistiques officielles sur le nombre de femmes qui recourent quotidiennement à l’acte d’avortement, les faits témoignent que l’avortement clandestin est une pratique courante, bien qu’elle soit interdite par la loi.

13 . « Si l’on juge par le niveau élevé de la mortalité maternelle (dont le taux est évalué, en 1995-2003, à 227 décès pour 100.000 naissances), le rendement du système sanitaire marocain demeure modeste. » (HCP, 2005, p. 57). Le taux de mortalité maternelle en 2010 est passé à 112 pour 1000 naissances vivantes (HCP, 2016, p. 57).

14 . L’ensemble des parturientes continuent à payer en moyenne 500 MAD entre le coût médian de l’ordonnance à la sortie (313 MAD), et ceux liés au transfert inter-structures pour certaines parturientes et à partir du domicile (entre 50 à 150 MAD).

15 . Les mères célibataires vivent majoritairement en colocation et changent régulièrement de logement suite à des raisons diverses (conflits avec les voisins ou les autres co-locatrices, harcèlement sexuel de la part des propriétaires, quête d’un loyer moins chers avec moins de co-locatrices, etc.).

16 . La conception d’un enfant hors mariage n’est pas citée par l’article 493 du code pénal comme une preuve pouvant établir les relations sexuelles hors mariage. Toutefois, lors du procès-verbal établit par les agents d’autorité, la mère célibataire est amenée d’avouer ces relations sexuelles, d’où l’application des dispositions des articles 490 et 493 du code pénale.

17 . La clandestinité de l’avortement fait que les tarifs soient élevés et inaccessibles pour les femmes enceintes hors mariage. Pour se débarrasser de leur grossesse, ces femmes usent d’autres moyens qui mettent leur vie en péril.

18 . Grâce à une convention de partenariat avec la délégation de la Santé, les assistantes de l’association INSAF sont autorisées à intervenir au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) pour assurer une traçabilité de l’enfant et identifier ses origines (avis de naissance, CIN de la mère, etc.). Leur présence se substitue à celle des autorités d’où une forte concentration des mères célibataires à la maternité du CHU comparativement aux autres maternités.

19 . Se donner la légitimité de sanctionner en s’appuyant sur un référentiel religieux manipulé de façon à justifier les comportements disciminatoires.

20 . Les assistantes sociales sont dans l’incapacité d’accompagner à l’hôpital toutes les bénéficiaires de l’association au moment de l’accouchement (contractions imprévues, nombre élevé des bénéficiaires comparativement au personnel associatif). L’accompagnement se fait souvent par les autres bénéficiaires. Les femmes enceintes hors mariage non prises en charge par une association sont accompagnées par des amies ou des proches.

21 . Des mères célibataires tombent enceinte en restant vierges. Leur grossesse est consécutive à des rapports sexuels superficiels avec le partenaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amal Bousbaa, « L’interférence du stigmate dans la prise en charge médicale. Le cas des mères célibataires », L’Année du Maghreb, 17 | 2017, 69-81.

Référence électronique

Amal Bousbaa, « L’interférence du stigmate dans la prise en charge médicale. Le cas des mères célibataires », L’Année du Maghreb [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3176 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3176

Haut de page

Auteur

Amal Bousbaa

Université Hassan II de Casablanca (UH2C) ; Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Aïn Chock Casablanca (FLSHC) ; Laboratoire de recherche sur les Différenciations Sociales et les Identités Sexuelles (LADSIS) ; Centre Marocain des Sciences Sociales (CM2S).

Haut de page