Navigation – Plan du site
Dossier: Genre, santé et droits sexuels et reproductifs au Maghreb

Les enjeux et les déclinaisons de la notion de « santé sexuelle et reproductive » au Maroc. Réflexions à partir du cas des grossesses hors mariage

Issues and variations of the notion of "sexual and reproductive health" in Morocco. Reflections from the case of pregnancies out of wedlock
Irene Capelli
p. 83-99

Résumés

Au Maroc les grossesses et les naissances hors mariage font l’objet de nombreuses initiatives surtout dans le domaine des organisations non-gouvernementales. Plusieurs de celles-ci demandent le changement du droit de la famille afin que les enfants nés hors mariage ne soient pas discriminés et luttent contre la marginalisation sociale des mères célibataires. Elles offrent à ces dernières l’assistance médicale dont elles ont besoin et leur proposent des activités d’éducation à la santé, aussi dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive. Les recherches de terrain que j’ai menées en 2011 et 2012 dans des hôpitaux, des centres de santé, des ONG et auprès des femmes ayant enfanté hors-mariage à Casablanca m’ont poussée à questionner les enjeux de la notion de santé sexuelle et reproductive (SSR), ses applications et ses appropriations par les acteurs locaux. Au-delà de l’information sur la contraception et les avortements illégaux, les activités pédagogiques promues par les ONG locales et destinées aux jeunes femmes non-mariées, visent à prévenir les « récidives » et à « responsabiliser » les bénéficiaires de leurs services. Les trajectoires des mères célibataires révèlent une grande vulnérabilité dans laquelle s’imbriquent des dimensions socio-économiques, de genre et de santé qui ne sont pas toujours prises en compte par les ONG locales. Est-ce que les discours, les politiques et les pratiques s’inspirant de la notion de SSR au Maroc se déclinent en termes de droits ou produisent-ils des formes inédites de normalisation et de gouvernement des corps féminins ? La notion de SSR se révèle parfois inadéquate afin de saisir la complexité des réalités locales et des expériences subjectives des mères célibataires. Le rôle des inégalités socio-économiques plus larges, des négociations morales ainsi que la création de catégories « cibles » de bénéficiaires « vulnérables » au sein des organisations non-gouvernementales émergent plutôt comme des éléments à problématiser dans une anthropologie critique de la santé et de la reproduction au Maroc.

Haut de page

Texte intégral

1Les relations entre genre, santé, sexualité, reproduction et droits ont été
jusqu’à présent peu abordées dans les sciences sociales et particulièrement dans l’anthropologie de la santé au Maghreb. Ma contribution vise à enrichir ce domaine d’études, à partir d’une recherche ethnographique menée à Casablanca et Rabat en 2011 et en 2012 sur les grossesses hors mariage et l’accès des mères célibataires aux soins de santé maternelle et infantile et sexuelle et reproductive.

2En guise d’introduction, il est important de rappeler que la notion de SSR, tout comme celle de « droits reproductifs » (Petchesky, Judd, 1998), a été formulée au sein de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD) du Caire en 1994 et a ensuite été adoptée à l’échelle internationale. Bien que la notion de SSR se veuille universelle et ait connu une diffusion capillaire, son application et ses outils se heurtent souvent à plusieurs défis sur le terrain des politiques de santé locales, des dispositifs humanitaires et de l’accès aux structures sanitaires.

3Le concept de SSR a été notamment adopté au Maghreb par plusieurs États qui l’ont inscrite dans leurs politiques sanitaires et par des ONG locales.

4Dans ce travail, je questionnerai les implications de la diffusion et des appropriations de la notion de SSR en examinant le domaine de la sexualité, des grossesses et de la maternité hors mariage au Maroc. J’interrogerai d’abord comment des services de santé étatiques et non-gouvernementaux emploient la notion de SSR et si la sexualité et les grossesses hors mariage y sont prises en considération ou pas (§1). Je réfléchirai ensuite (§2) sur la question des femmes catégorisées comme « mères célibataires » dans le secteur non-gouvernemental marocain et sur les déclinaisons de la notion de SSR dans leur prise en charge socio-sanitaire. Je me pencherai enfin (§3) sur les expériences des jeunes femmes qui se confrontent aux dilemmes, contraintes ou obstacles qui suivent la découverte d’une grossesse hors-mariage. Les scenarios que cela implique sont souvent imprévisibles : continuation, dissimulation, interruption de la grossesse. Tous posent des défis et des contraintes qui mettent souvent en crise l’aspiration à l’universalité de la notion de SSR, ainsi que celle de droit à disposer de son corps selon le choix libre et individuel qui fait partie de ses prérogatives.

  • 1 . Des entretiens approfondis ont également étés conduits à Rabat, notamment avec des activistes pou (...)

5J’ai exploré la question des grossesses, des accouchements, des maternités hors mariage, en me focalisant particulièrement sur la santé des femmes et des enfants dans le contexte urbain de Casablanca1. J’ai mené ma recherche de terrain dans des hôpitaux, des centres de santé étatiques, des dispensaires auprès d’ONG – y comprises celles dédiées aux « mères célibataires » – et auprès des femmes ayant enfanté hors-mariage. Ces dernières, avec les assistantes sociales des hôpitaux et des ONG, les différentes opératrices des ONG, les médecins (du secteur public et privé), les infirmières et les avocates, sont les principaux acteurs que j’ai interviewés et côtoyés. Dans les discours des acteurs et dans tous les différents contextes d’usage, le concept de SSR n’avait pas une signification univoque ni nécessairement explicite. Sans compter que les femmes ciblées par les ONG mentionnées ne situaient pas leurs expériences dans le cadre de cette notion, même si elles participaient à des activités présentées sous la bannière de la SSR.

6Ce manque de clarté m’a amenée à me questionner sur l’usage même de la notion de SSR dans les politiques publiques de santé, surtout celles visant les jeunes, la sexualité, la reproduction, ainsi que dans les initiatives humanitaires adressant la condition des femmes qui sont enceintes et/ou accouchent hors mariage. Les situations observées ont mis en évidence le fait que souvent les politiques de santé marocaines ne tiennent pas compte des besoins, des points de vue et des expériences des jeunes femmes. En particulier, elles présupposent une conception du sujet sanitaire qui ne correspond pas à celle des mères célibataires que j’ai rencontrées. En effet, puisque la notion de SSR est étroitement liée à celle de sujet opérant des choix « rationnels », les politiques de santé qui en découlent ont pour préalable, ou demandent, la prise de décision autonome de sujets « rationnels » à propos de leur corps, de leur santé et leur sexualité. Les trajectoires des femmes enceintes hors mariage au Maroc montrent qu’elles ne sont pas toujours dans les conditions d’opérer des choix pour une pluralité de raisons qui renvoient à une dimension subjective et surtout sociale. Malgré cela, la prise en charge offerte par les ONG se focalise elle aussi sur le comportement individuel dans une démarche visant à la « requalification et « re-insertion » sociale des mères célibataires. Les ONG demandent ainsi aux femmes « bénéficiaires » d’apprendre des notions et des normes concernant leur conduite sexuelle, l’hygiène, la contraception, la prévention des IST et du VIH/SIDA en lien avec un modèle de sujet abstrait et souvent absent de la société locale.

Santé, sexualité, reproduction : les « politiques pudiques »

7Depuis son introduction au Maroc, la notion de SSR a presque entièrement remplacé celle de « planification familiale » tant dans les services de santé étatiques que dans les services offerts par les ONG. Le changement n’est pas simplement sémantique, dans la mesure où on est passé d’une approche définie comme « purement démographique des programmes du planning familial » (Rapport national sur la politique de la population, 2004, p. 81)2 à une approche qui renvoie aux « droits et au bien-être des individus » (ibidem, p. 73). Selon la formulation de la Conférence du Caire et de la Quatrième Conférence Mondiale sur les Femmes de Pékin (1995), les droits sexuels doivent être appréhendés comme le résultat des relations égalitaires entre homme et femme dans le couple et de l’empowerment féminin.

  • 3 . Ceci est un exemple de tous les centres de santé publics qui fonctionnent de la même manière.

8L’exemple d’un centre de santé étatique dans un quartier populaire de Casablanca illustre l’un des défis de l’application de la notion de SSR dans la santé publique. Les centres de santé sont les structures auxquelles s’adresse la plupart de la population, notamment des couches populaires. Ici3 les services de SSR consistent principalement dans la distribution de contraceptifs – principalement pilules, IUD et injectables – par des médecins généralistes. C’est donc une intervention de type technique et ponctuel. Ces centres offrent un service de « planification familiale » qui se limite à fournir des méthodes de contrôle de la fertilité à une catégorie implicitement définie : celles des femmes mariées. « Vous n’allez pas trouver de célibataires ici, sauf si elles viennent vacciner leurs enfants » est une réponse fréquente aux tentatives de comprendre qui sont les femmes qui se présentent au guichet avec leur carnet de santé.

  • 4 . Notamment les branches de l’Association Marocaine de Planification Familiale (AMPF). Elle fait pa (...)
  • 5 . Le prolongement du célibat masculin et féminin est désormais reconnus, (Aboumalek, 2011; Bourquia (...)

9Effectivement, même si ces centres sont officiellement ouverts à tout(e)s patient(e)s, le personnel affirme ne recevoir que très rarement des patientes célibataires pour des services de SSR. Une adolescente ou une jeune femme célibataire du quartier ne s’exposerait jamais au regard publique en demandant la pilule ou des préservatifs dans ces centres, car sa réputation serait mise à mal. Ces services ne répondent qu’en moindre partie aux objectifs d’une politique basée sur la notion de SSR, pourtant adoptée par le ministère de la Santé. On pourrait se demander si la création d’espaces plus accueillants par des organisations marocaines actives dans la planification familiale et la SSR4 vise à répondre à cette situation en ciblant de manière spécifique la catégorie des « jeunes ». Pour ces ONG, les « jeunes » sont d’abord identifié.e.s par le fait de ne pas être marié.e.s, d’être étudiant.e.s en secondaire ou à l’université et ils sont désignés comme « adolescents et jeunes ». D’après mon expérience, les personnes célibataires au-dessus des vingt-cinq ans – sans autres caractéristiques spécifiques de risque ou de vulnérabilité – ne sont pas ciblés par ces ONG5.

10Celles-ci travaillent par des activités d’écoute, de conseil et de formation par « les pairs », en plus des services délivrés par des médecins et des sages-femmes, dans des centres qui fonctionnent aussi comme des dispensaires6. Cette approche porte sur l’implication et l’engagement des jeunes dans des actions publiques d’information, de sensibilisation et de dépistage, même si au niveau national le nombre de ces centres est actuellement limité. J’ai remarqué que les personnes ciblées et les formateurs/formatrices pairs de ces programmes sont issus des quartiers populaires, où les centres se situent, et appartiennent principalement au milieu scolaire ou universitaire. Pourtant, ces ONG cherchent à élargir leur action à des catégories considérées comme vulnérables, au-delà de leur appartenance à la population des « jeunes» : « les migrants, les réfugiés, les jeunes en situation d’handicap et les travailleurs de sexe » ou bien « les jeunes et adolescents non scolarisés »7.

11Malgré l’attention des ONG envers la santé sexuelle et reproductive des jeunes et plus récemment leur intérêt pour l’« éducation sexuelle complète (ESC) », elles semblent soucieuses de proposer des activités « publiques et… pudiques » comme l’a formulé une ancienne militante lors d’une de nos rencontres. Ces activités qui ne contreraient pas efficacement les grossesses des adolescentes ni les avortements à risque. Cette expression emblématique invite à réfléchir sur les discours concernant la sensibilisation en matière d’éducation sexuelle, de prévention des MST et du VIH/SIDA ou de la prévention de l’avortement à risque. Ces derniers ne touchent pas ou n’énoncent que de manière générale et de façon « neutre » des aspects centraux comme les relations de genre, les conditions sociales qui les informent et la négociation des rapports sexuels. Cette approche a pour but de faire de la prévention auprès de son public cible, supposé manquer d’information, en motivant les jeunes à s’engager pour diffuser auprès de leurs pairs des informations autour de différentes notions telles la SSR. C’est précisément cette approche des politiques de SSR adressées aux jeunes qui, à mon avis, révèle le processus d’individualisation auquel j’ai fait référence plus haut et que je vais explorer de manière plus approfondie en analysant le cas des mères célibataires.

  • 8 . Plus récemment (2015) l’Association Marocaine de Planification Familiale (AMPF) avec d’autres org (...)

12L’accent sur l’action individuelle émerge de manière claire lorsqu’on analyse les initiatives mises en place par les ONG afin d’informer et de responsabiliser une catégorie précise, celle des jeunes hommes et femmes, à travers un registre technique et/ou médical, acquis à travers des formations sur les méthodes contraceptives disponibles, leur typologie et utilisation. Les formateurs/formatrices doivent transmettre des informations à leurs pairs qui viennent aux centre-dispensaire ou dans des campagnes publiques de sensibilisation. Dans les formations auxquelles j’ai assisté, un fait y est rarement mentionné explicitement : toute relation sexuelle entre personnes non unies par un contrat de mariage est sujette à l’article 490 du Code Pénal et, comme noté dans d’autres contextes nationaux (Tremayne, 2004), les politiques de santé publique n’incluent (presque) pas de données officielles sur la sexualité des jeunes8. Cela, bien sûr, n’empêche pas que la sexualité hors mariage existe dans tout milieu social avec des nuances et des formes de légitimation ou de stigmatisation diverses. La promotion ou la revendication des « droits sexuels et reproductifs » doit ainsi être appréhendée dans un contexte national où d’un côté la sexualité est sanctionnée par le droit pénal et de l’autre l’Etat et les ONG fournissent des arguments qui reconnaissent implicitement les sexualités non-normatives.

Sexualité et grossesses hors mariage : de la criminalisation à l’éducation

  • 9 . Je ne mentionne ici que certaines des conditions dans lesquelles mes interlocutrices sont tombées (...)
  • 10 . Au Maroc on peut interrompre légalement une grossesse seulement si la santé de la mère ou sa vie (...)

13Qu’en est-il des femmes qui accouchent sans être mariées ? Leur situation est exemplaire des multiples réalités sociales qui échappent aux dispositifs mis en place par les ONG qui ciblent les catégories « des jeunes » et « des femmes (mariées)» en excluant les autres groupes. D’après les expériences des jeunes femmes qui accouchent hors mariage, le manque d’information « correcte » sur la contraception n’est que rarement à l’origine des grossesses. Rares sont celles qui utilisent mal leur pilule contraceptive,, par exemple seulement quelques jours ou quelques semaines par mois et/ou selon le degré de stabilité de la relation avec leur partenaire. Ce sont plutôt la contingence et l’impossibilité de négocier ses relations sexuelles et/ou les méthodes contraceptives qui jouent un rôle dans ces grossesses hors-mariage, dans des relations plus ou moins stables. Parfois, l’incertitude concernant l’évolution de la relation contribue à inciter les jeunes femmes à penser qu’une grossesse pourrait aboutir à un mariage. Certaines refusent d’utiliser des contraceptifs, notamment les préservatifs, afin de ne pas être confondue avec les femmes qui pratiquent le commerce du sexe et dont la réputation est redoutable. Dans d’autres cas, c’est leur partenaire qui refuse d’utiliser le préservatif. Certaines jeunes femmes craignent que les contraceptifs hormonaux puissent compromettre leur fertilité et préfèrent défier le hasard, alors que le prolongement du célibat pourrait – en lui-même – reporter voire empêcher la maternité9 . D’autres grossesses sont menées à terme car les jeunes femmes n’ont pas réussi payer un avortement « clandestin »10 ou parce qu’après plusieurs tentatives d’avortement pratiquées à domicile – par des techniques non-biomédicales – ont tout bonnement abandonné l’idée de trouver une solution.

  • 11 . À propos de ces dynamiques par rapport aux « mères célibataires » au Maroc, voir : Capelli (2016) (...)
  • 12 . L’une était une ONG qui cible spécifiquement les « mères célibataires », l’autre accueil des « mè (...)

14Certaines parmi ces dernières accèdent – avant ou après avoir accouché – au circuit des ONG, en devenant « moustafidat » ou « beneficiaires ». Au Maroc, ce terme fait référence au « statut » qu’elles obtiennent quand elles sont considérées éligibles, selon des critères de vulnérabilité, à des formes d’assistance ou d’aide d’une ou plusieurs ONG, ou si elles sont acceptées dans un programme d’empowerment11. Lorsqu’elles deviennent les « bénéficiaires » d’une ONG, elles sont ciblées par un nombre d’activités consacrées à les transformer en des mères et des individus responsables à partir de l’apprentissage de notions et de normes concernant leur corps et leur sexualité. Les séances d’« éducation sexuelle » (al-terbiya al-jinsiya) auxquelles j’ai assisté auprès de deux ONG12 en sont des exemples.

  • 13 . Le terme « ‘azibat » mets plutôt l’accent sur la condition de virginité supposée d’une femme non (...)

15L’une était plus axée sur la distribution d’information (la liste des méthodes contraceptives que les bénéficiaires apprenaient et répétaient par cœur), tandis que l’autre abordait la sexualité de façon plus globale et adressait aussi le sujet central du consensus et de la négociation des relations sexuelles. Pour autant, les deux visaient à prévenir des potentielles « récidives ». Ce terme est utilisé dans ce milieu pour désigner les grossesses à répétition des « bnat », mot qui indique les femmes non mariées et vierges, les « filles »13. Bargach (2002, 78) considère que le terme terbiya fait référence au pouvoir exercé par des procédures de socialisation et par la transmission d’une idéologie. Sa manière de définir ce terme s’applique aussi à l’éducation sexuelle délivrée à ces jeunes femmes, car à travers ces activités elles sont parfois infantilisée, comme si on occultait le fait qu’elles ont/auront des relations sexuelles. Ainsi on produit des nouveaux codes de la pudeur qui viennent renforcer ceux de la pudeur ordinaire. En effet, les formations des ONG nient le fait qu’elles ont une vie sexuelle, ne la prenant en compte que de manière négative à travers des injonctions de conduite – ce qui est à éviter – et lorsqu’elle cause des « problèmes ». Cette approche ne tient pas compte de la SSR et ne vise pas à promouvoir les « droits sexuels et reproductifs » des personnes auxquelles elle s’adresse.

16Les femmes qui tomberaient enceintes pendant la prise en charge sont censées quitter l’association et celles qui ont déjà eu des enfants ne peuvent pas y être admises une autre fois. Voilà deux des principaux critères de sélection adoptés par la plupart des ONG, bien que certaines filles /femmes réussissent à cacher leur passé ou des détails potentiellement discriminants à propos de leur situation. Un autre critère clé concerne le type de relations intimes que ces jeunes femmes ont ou ont eu avec leurs partenaires : si on suspecte que celles-ci impliquent des transactions monétaires et plus d’un partenaire, les femmes ne sont pas éligibles pour être accueillies par les ONG auxquelles elles s’adressent. Des relations intimes mal définies font néanmoins partie du vécu de beaucoup de jeunes femmes qui y attribuent diverses significations, même si elles impliquent une dimension financière.

  • 14 . Voir : « Le Maroc des mères célibataires : ampleur et réalités, actions, itinéraires, représentat (...)

17Les ONG produisent donc une évaluation de la conduite sexuelle et morale de leurs (potentielles) bénéficiaires, montrant que la notion de SSR se décline d’abord en termes de gestion des grossesses et de contrôle des naissances hors-mariage, comme s’il s’agissait d’une situation d’urgence à éviter. Or, si la notion de SSR fournit des outils que les bénéficiaires des ONG pourraient s’approprier, force est de constater qu’elle légitime plutôt un processus de « re-moralisation » et qui vise à la normalisation des conduites sexuelles des femmes célibataires. Celles-ci sont représentées à la fois comme vulnérables, déviantes ou à risque par les organisations qui les prennent en charge et qui leur offrent des soins surtout dans la période périnatale. Certaines ONG opèrent au sein du milieu hospitalier s’opposant au mauvais traitement et parfois aux violences à l’égard des parturientes célibataires de la part du personnel des maternités et essayant d’empêcher l’intervention de la police14. Si l’action de ces ONG a pu limiter l’action de la police en milieu hospitalier, leur activité se concentre seulement dans certains hôpitaux urbains et n’atteint pas d’autres institutions plus périphériques.

  • 15 Voir : Tabet (2004) et Mériam Cheikh (2009) pour la problématisation de ces pratiques dans le conte (...)

18Certaines ONG qui ciblent les « mères célibataires » collaborent avec d’autres qui s’occupent spécifiquement de la prévention des IST et du VIH-SIDA. Il est possible d’y faire des tests de dépistage, ce qui est parfois une condition nécessaire pour être admises dans un foyer d’accueil. Les femmes accueillies doivent également assister à des séances d’information sur la prévention des IST et du VIH-SIDA. Ces activités rentrent dans des programmes qui ciblent des « groupes à risque », tels des femmes définies comme « professionnelles du sexe (PS)» ou « travailleuses du sexe », une catégorie qui, comme celle de « mère célibataire », n’est pas reconnue en dehors du milieu non-gouvernemental et qui regroupe des femmes et des jeunes femmes qui pratiquent des « échanges sexuels monétarisés » (Cheikh, 2009) en les alternant souvent avec d’autres emplois précaires15.

  • 16 . Le terme l-khrij (sortir) indique une relation intime basée sur la transaction sexe-argent. Voir  (...)

19Le personnel des ONG souligne ironiquement qu’« ici, on ne va pas trouver de femmes mariées », ni des « PS » qui fréquentent des milieux sociaux aisés et qui « sortent »16 pour s’habiller à la mode. « Nos femmes s’habillent en jellaba ! » dit une opératrice, en soulignant le milieu populaire d’origine mais aussi les conditions de pauvreté des bénéficiaires de l’ONG pour laquelle elle travaille. Dans les séances sur les IST et VIH-SIDA, on retrouve aussi des (ex)bénéficiaires des ONG qui ciblent les « mères célibataires », mais les discours et les pratiques de sensibilisation sont assez différentes de celles observées dans d’autres ONG. Ici l’attention est clairement centrée sur la gestion et la prévention des risques sanitaires, tandis que le discours sur la pudeur mentionné plus haut est abandonné. Dans les séances, on explique l’utilisation du préservatif à travers des démonstrations pratiques ; on y décrit les symptômes des infections sexuellement transmises et les conditions qui empêchent l’efficacité de la pilule contraceptive, y compris les effets collatéraux de la consommation d’alcool pour celles qui travaillent dans des bars.

20Ces ONG adoptent une approche contraire à celle des ONG pour les « mères célibataires » en se focalisant sur les femmes à partir du présupposé qu’elles entretiennent régulièrement des relations sexuelles, souvent en échange d’argent et sans partenaire fixe. Elles renoncent a priori à la tentative de moraliser leurs conduites. Dans ce contexte aussi, nous sommes face à un processus d’homogénéisation des trajectoires des femmes, qui ne tient pas compte de leurs histoires différentes. Dans les deux types d’ONG pour mères célibataires, il y a surtout des jeunes femmes issues des classes populaires et pauvres, souvent des migrantes internes. Parfois, comme déjà remarqué, il s’agit des mêmes femmes : ce qui les rassemble est une condition de précarité qui se décline au niveau de l’emploi, du logement, des relations affectives et sociales, ainsi que la permanence des liens avec leurs familles d’origine. Ces femmes sont liées à ces dernières par une sorte de « dette », comportant l’envoi d’argent et de cadeaux lors des fêtes et les obligeant à leur rendre visite (de préférence sans enfants). La précarité est aussi manifeste par la contingence et la rapidité avec laquelle les conditions d’emploi changent, le fait que l’emploi est souvent informel et sans garanties, le fait de ne pas avoir de relations sociales ou familiales sur lesquelles compter pour la garde de l’enfant, ou bien le fait d’accepter des « flirts » qui virent souvent vers la violence.

21Les politiques de SSR axées sur la prévention des risques et/ou sur la re-moralisation des pratiques sexuelles ciblent principalement les femmes des classes sociales les plus pauvres, les travailleuses et/ou les migrantes internes, qui parfois sont ou deviennent en même temps des mères célibataires. Ces formes de « gouvernement des corps » (Fassin, Memmi, 2004) visibilisent ou matérialisent leur situation de précarité et/ou de risque, aussi sur le plan de leur sexualité et de leur santé. Les soins et la prévention offerts à ces femmes marquent leur vulnérabilité et leur différence en tant qu’éléments structurels. On leur offre des soins ciblés parce qu’elles n’ont pas la possibilité d’accéder aux soins conventionnels. Comme on l’a vu, ceux-ci sont difficilement accessibles aux jeunes femmes non-mariées de milieu populaire car elles risqueraient de rendre publique leur vie sexuelle. Quant aux dispensaires des ONG, si une femme ne fait pas partie d’une catégorie qui ose problème ou considéré comme à risque, elle pourra difficilement y accéder pour des soins gratuits. Le secteur privé demeure souvent inaccessible quand on n’a pas ou peu de moyens. Donc, on doit bien constater que le fait d’être une « mère célibataire » ou une femme « à risque » représente un accès « paradoxal », même si transitoire et géré par un ensemble de critères de sélection, à des services de SSR auxquels elles n’accéderait pas autrement.

Les droits sexuels et reproductifs en question

  • 17 . Capelli, I. (2017, en cours de peer-review).

22Certains activistes, comme celles de l’Association (marocaine) pour le droit à la vie, affirmaient que les approches basées sur les droits humains adoptées par les ONG casablancaises pour les « mères célibataires » impliquent des « dangers » sociaux. Notamment, un des arguments avancés est qu’aider ces femmes peut favoriser l’augmentation des naissances hors mariage, par la promotion de « la liberté sexuelle » et « individuelle ». Bien que je ne puisse pas m’attarder sur cet aspect, il est intéressant de souligner que ces femmes – médecins et activistes – qui sont engagées pour « le droit à la vie » (de l’embryon), ont mis en avant le concept de sexualité féminine et masculine « responsable » et « égalitaire » dans le cadre conjugal, faisant référence à des arguments sanitaires. En revanche, le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI) accuse les mêmes ONG pour « mères célibataires » et l’Association marocaine de lutte contre l’avortement clandestin (AMLAC) de ne pas être assez radicales dans leurs revendications des droits sexuels et reproductifs des femmes. Les débats17 font souvent référence au cas des grossesses hors mariage et portent aussi sur l’avortement. Ce lien me semble néanmoins questionnable parce que la question de l’avortement ne concerne pas uniquement les « mères célibataires », mais beaucoup de femmes de toutes les générations et avec différents statuts conjugaux.

  • 18 . Pour la question de l’avortement au Maroc et dans la région MENA, voir : Hessini (2007), Bowen (1 (...)
  • 19 . Article 453 du Code Pénal : http://adala.justice.gov.ma/production/legislation/fr/Nouveautes/code (...)
  • 20 . Les résultats des consultations élargies sur la problématique de l’avortement présentées au souve (...)
  • 21 . Voir : « Le Maroc des mères célibataires : ampleur et réalités, actions, itinéraires, représentat (...)
  • 22 . Voir : Mernissi (1975). Pour la région MENA: Huntington (1999) et Seif El Dawla et al. (1998) pou (...)
  • 23 . Soheir Morsy définit l’économie politique en anthropologie médicale comme suit : ”its priority of (...)
  • 24 . Cela évoque aussi les pratiques de l’accouchement. Voir : Obermeyer (2000a), Capelli (2011).

23Pendant longtemps l’avortement au Maroc a été légal dans le seul cas où la vie ou la santé de la femme étaient à risque18 : il s’agissait donc d’« avortement thérapeutique » dans les premiers 120 jours de gestation19. En 2015, le Ministère des Affaires Islamiques, le Ministère de la Justice et de la Liberté et le Président du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) ont présenté au Cabinet Royal et au Ministère de la Santé les résultats d’une consultation nationale menée par une commission constituée par des associations locales, des anciens Ministres de la Santé, de la Justice et de la Famille, ainsi que par plusieurs experts de différents domaines scientifiques, telles que la psychologie, la sociologie, la bioéthique, le droit, la philosophie. Après ce processus, l’interruption de grossesse est devenue légale dans trois autres cas : le viol, l’inceste ou les malformations fœtales graves20. Des associations et des ONG marocaines21 constatent et dénoncent toutefois que le phénomène de l’avortement « clandestin » demeure très répandu. On estime entre 600 et 800 interruptions de grossesses par jour au niveau national surtout dans le secteur privé (cabinets, cliniques, sages-femmes), mais aussi dans le public, en particulier pour sauver la vie de femmes qui ont essayé d’avorter à domicile sans supervision médicale. Ces dynamiques ont été décrites aussi ailleurs22 et suggèrent la diffusion informelle et la légitimation tacite de ces pratiques dans l’économie politique de la santé (Morsy, 1996)23. Les estimations incluent également les avortements et les tentatives d’avortement par le biais de méthodes dites traditionnelles, c’est-à-dire l’utilisation de tisanes de plantes reconnues pour leurs propriétés « chauffantes »24, d’épices, de fumigation de produits achetés auprès des ‘attar (herboristes) ou la consommation de quantités de médicaments en doses très élevées, parfois en association avec des pratiques mécaniques.

  • 25 . Pour l’interruption de grossesse pratiquée dans ce domaine mes interlocutrices utilisaient souven (...)
  • 26 . Des références utiles en termes comparatifs sur cet aspect particulier sont Molina (1997) par rap (...)
  • 27 . Il est intéressant de noter que Delaney (1991) mentionne que dans la Turquie rurale les sages-fem (...)
  • 28 . Ces éléments suggèrent que la commercialisation depuis 2008 de la contraception d’urgence ne touc (...)

24D’après les témoignages des jeunes femmes enceintes hors mariage, il s’agit souvent de la combinaison de plusieurs pratiques, notamment si toutes se révèlent inefficaces et si les femmes savent qu’elles ne pourront pas payer un avortement dans le secteur privé25. Parfois certaines pratiques abortives « traditionnelles » sont adoptées lorsque les femmes ne sont pas encore certaines d’être enceintes26, donc il s’agit d’une « manipulation » d’une phase « ambigüe » (Scheper-Hughes, 1992, 334) ou « liminale » (Belton, 2007) qui peut être représentée comme la tentative de stimuler son cycle menstruel absent ou irrégulier. Il faut souligner la dimension de la temporalité qui fait que ces tentatives ne sont pas forcément reconnues en tant que potentielle « interruption de grossesse »27. Celle-ci est parfois reconnue ou « découverte » tardivement, notamment après le quatrième mois, parce que l’absence de cycle menstruel est attribuée à d’autres causes. En revanche, certaines femmes avouent « voir le sang » et donc ne pas suspecter une grossesse jusqu’au moment ou le ventre devient visible28. A ce moment-là, presque toutes les femmes célibataires qui ne peuvent pas s’éloigner de leur milieu social, cherchent à dissimuler leur condition. Cela se fait à travers des pratiques vestimentaires et l’usage de techniques, comme une ceinture étroite, l-samta, visant à empêcher que leur ventre grandisse et à leur permettre de continuer leurs activités habituelles, y compris des travaux pénibles. Ces différents aspects amènent à repenser la notion de « agency reproductive » (Unnithan-Kumar, 2004) et de SSR telles qu’elles sont globalement entendues : comprendre cette « agency» comme une « stratégie dans le cadre d’une configuration sociale caractérisée par des contraintes et des possibilités spécifiques » (Maffi, 2013, 183) est certainement plus pertinent.

  • 29 . Les prénoms utilisés sont des pseudonymes.

25L’expérience de Nawal29 est emblématique à cet égard : après avoir découvert qu’elle était enceinte au quatrième mois, elle avait essayé plusieurs méthodes mécaniques et chimiques potentiellement abortives :

  • 30 . Cannelle.
  • 31 . Fumigations. Dans ce cas-ci – comme pour les pratiques décrites pour l’accouchement (Obermeyer, 2 (...)
  • 32 . Hessini le mentionne en relation au Maroc (Hessini, 2007) parmi les methodes locales pour provoqu (...)

« J’ai tout essayé […] j’ai pris neuf aspro, j’ai mangé beaucoup de qarfa30 et j’ai fait du bkhur31 avec des herbes…hantita32, mais la fumée n’a rien fait dans mon corps, ça n’a pas marché. C’est cher, j’ai payé 300 dirham…maintenant je crains que je puisse avoir fait du mal à mon fils. Après j’ai bu du coca avec du aspro, encore une fois. Bien sûr j’ai porté une samta très étroite. Mon copain … aurait même payé le médecin [pour un avortement] mais c’était trop tard, le risque trop grand » (Nawal, décembre 2011).

26Les contraintes personnelles et structurelles imbriquées dans le vécu de mes interlocutrices montrent que dans certaines situations la question de la contraception ne se pose pas ou rarement, pas plus que celle de la grossesse ou de son interruption sur la base d’un choix individuel et « libre ». Lorsque la question de l’avortement se pose, elle implique souvent des obstacles de nature économique et/ou des risques sanitaires. Par exemple, Jamila, une jeune femme de la médina de Casablanca, s’était retrouvée dans une clinique privée située dans un quartier riche avec des femmes de classes sociales plus élevées, mariées et célibataires. Toutes y étaient pour interrompre une grossesse, malgré le fait que cet acte impliquait des efforts financiers tout à faits différents selon leur milieu de provenance.

27Une autre femme, Boutaina – mère célibataire employée comme domestique – suggérait que ne pas être mariée serait « mieux » quand on veut faire un IVG, parce qu’aux femmes célibataires on ne demande pas l’autorisation du mari pour interrompre la grossesse à l’inverse des femmes mariées qui doivent obtenir le consentement de leur époux. Pourtant, son expérience montre les risques du marché clandestin de l’avortement. Lors de son deuxième avortement, elle s’était adressée à un cabinet médical privé. A la suite de l’intervention subie, elle avait failli mourir. Grâce à l’aide de ses voisines, elle avait réussi à contacter le médecin qui avait effectué l’opération, qui l’avait emmenée d’urgence dans une clinique privée où on ne lui avait pas posé de questions et, une fois le danger passé, elle était rentrée chez elle.

28Le contexte décrit montre qu’au Maroc la santé sexuelle et reproductive des femmes se configure comme un ensemble de conditions en équilibre précaire, surtout si les individus défient l’ordre social et sexuel en place et se trouvent en situation de précarité socio-économique. Le cas de la légalisation limitée de l’avortement, circonscrite à des cas et à des conditions spécifiques, met en avant que la loi marocaine n’a pas intégré le principe selon lequel les femmes ont le droit de disposer librement de leur corps.

Conclusion

29Dans ce travail, j’ai analysé comment la notion de SSR se décline de manière différentes en fonction des institutions et les obstacles que sa mise en œuvre comporte. Dans les cliniques de santé étatiques, j’ai observé un décalage entre le principe d’universalité au cœur de la notion de SSR et le fait que ces structures ne sont concrètement accessibles qu’aux femmes mariées. Etant des structures de proximité souvent surchargées, elles impliquent des barrières sociales pour les jeunes et pour tous/toutes ceux/celles qui nécessitent des services de santé sexuelle et reproductive en dehors des cadres normatifs dominants.

30Les dispensaires des ONG qui ciblent les adolescent.e.s et les jeunes non marié.e.s semblent répondre à ces défis en proposant des services plus inclusifs et en se focalisant sur la prévention à travers la formation par les pairs. Au sein de ce contexte pourtant, il manque une problématisation de l’intimité sexuelle, des relations de genre et des négociations de ces relations. Les ONG se concentrent sur la capacité des individus à apprendre et à transmettre des informations sur les méthodes contraceptives et les pratiques sexuelles à risque. La limite de cette approche réside dans le fait de contribuer à un processus d’individualisation, de désocialisation et dépolitisation du domaine de la sexualité et de la santé, ainsi que de fabriquer des catégories d’individus détachés des réalités sociales. Ces dynamiques deviennent d’autant plus évidentes dans la prise en charge des jeunes femmes enceintes ou de mères célibataires dans la mesure où elles ne rentrent ni dans la catégorie des « femmes » ni dans celle des « jeunes », catégories ciblées par les politiques étatiques et non-gouvernementales.

31Malgré l’hétérogénéité de leurs trajectoires, dans le domaine associatif local, elles sont ciblées comme une catégorie unitaire. Les ONG qui s’intéressent à leur santé et à celle de leurs enfants insistent sur la responsabilisation des mères célibataires à partir de leurs comportements sexuels pour prévenir des « récidives ». Leurs programmes éducatifs promeuvent des formes de normalisation et de re-moralisation, qui passent tantôt par l’infantilisation des femmes, tantôt par la stigmatisation de leurs comportements considérés comme déviants. En outre, l’apprentissage de comportements répondant aux logiques de la prévention et l’usage de la contraception ne sont pas mis en lien par les ONG avec les contextes sociaux et relationnels dans lesquels vivent les femmes. Au centre de ces mesures il y a le corps biologique et la conduite sexuelle des femmes plus que leur « bien être » général, relationnel et socialement situé. Comme je l’ai montré, c’est moins le manque d’informations sur la sexualité qui est à l’origine des grossesses hors mariage que l’imbrication de plusieurs facteurs qui précarisent la vie des jeunes femmes. Leur pauvreté, leur condition de migrantes internes, leur isolement social, leur condition de mères non mariées les transforme en groupe à risque et/ou vulnérable et donc en cibles privilégiées des mesures de prévention en matière de SSR. Leur inscription dans cette catégorie risque de reproduire, de légitimer voire de renforcer les processus producteurs d’inégalité et de précarité dans lesquels elles sont prises. Des dispositifs similaires se retrouvent au sein des ONG qui se consacrent à la prévention du VIH-SIDA, bien que le modèle féminin qu’elles proposent n’amène pas à des tentatives de remoralisation des femmes accueillies.

32Dans toutes ces associations, le recours aux outils qui relèvent de la notion de SSR justifie l’offre de services sanitaires et sociaux temporaires à condition que les femmes respectent des normes comme l’engagement, la participation et la responsabilité individuelle. Je tiens à souligner que l’action des ONG se déploie dans un cadre humanitaire qui conditionne leur langage, dans la mesure où elles dépendent de bailleurs de fonds internationaux défendant la cause des droits humains, de l’enfance et de l’égalité de genre. Les observations de terrain révèlent d’un côté que les « bénéficiaires » accèdent de façon « tactique » (De Certeau, 1980) et parfois simultanée à des services qui ciblent des catégories différentes. Leurs actions mettent en lumière des effets paradoxaux de l’application de la SSR au Maroc : les mères célibataires peuvent accéder aux services offerts par les ONG, malgré leur situation socialement illégitime et juridiquement illégale, en raison de leur vulnérabilité. Elles y accèdent sous certaines conditions et temporairement non pas en raison du droit à la santé et des droits sexuels et reproductifs universellement définis par la notion de SSR, mais à cause de leur étiquetage en tant que personnes vulnérables. D’autres femmes (jeunes, célibataires sans enfants, sans relations de couple stables ou bien mariées et abandonnées par leur conjoint) qui ne rentrent pas dans les catégories définies par les ONG, sont exclues des services sanitaires ou regimes of care (Ticktin, 2011), si elles ne démontrent pas de façon crédible qu’elles le méritent (Willen, 2012).

33Si on considère le domaine de la SSR, au Maroc comme ailleurs, les conditions dans lesquelles ont lieu les interruptions de grossesse constituent un aspect incontournable de l’application de cette notion. Les débats locaux sur l’avortement lient souvent cette pratique aux grossesses hors mariage, même si la question de l’avortement va bien au-delà de celles-ci. Le fait qu’interrompre une grossesse ne soit légal que sous certaines conditions concerne toutes les femmes marocaines. Disposer de moyens financiers facilite certes l’accès à des cliniques et à des cabinets privés, où pourtant les conditions des soins ne sont pas toujours garanties. La situation de clandestinité pose toujours des problèmes en cas de complications, comme je l’ai montré à travers les expériences de certaines de mes interlocutrices. D’ailleurs, comme je l’ai souligné, elles ne se trouvent pas forcement dans la condition de pouvoir envisager une interruption de grossesse. Certaines cherchent plutôt des arrangements avec leur partenaire – dans le but de consolider leur relation par exemple – ce qui empêche de pouvoir avorter si les choses n’évoluent pas de la façon souhaitée.

34Enfin, des pratiques abortives plus ou moins « traditionnelles » sont mises en place par certaines femmes sans être conçues en tant que telles, lorsque l’état de grossesse n’est pas encore certain. Les mêmes femmes pourraient ne pas pouvoir ou vouloir interrompre leur grossesse une fois que leur état devient clair. En d’autres mots, leurs parcours, les contraintes auxquelles elles sont soumises et les configurations morales où elles s’inscrivent remettent en cause la notion d’agentivité individuelle au cœur des concepts de SSR et de droits sexuels et reproductifs. Les jeunes femmes qui deviennent « mères célibataires » s’adaptent et agissent selon des conditions d’incertitude et de précarité multiples, qui orientent leurs parcours dans une direction ou dans l’autre, souvent de façon contingente.

Haut de page

Bibliographie

Aboumalek Moustafa, 2011, « Casablanca aux yeux des célibataires casablancais », in Péraldi Michel et Tozy Mohamed (dir.), Casablanca. Figures et scenes metropolitaines, Paris, Karthala, p. 33-45.

Atighetchi Dariusch, 2010, « Aspects of the Management of the Rising Life Comparing Islamic Law and the Laws of Modern Muslim States », Droit et cultures, n. 59 (1), p. 305-329.

Bargach Jamila, 2002, Orphans of Islam: Family, Abandonment and Secret Adoption in Morocco, Lanham, MD, Rowman and Littlefield.

Bellakhdar Jamal, 2006, Plantes médicinales au Maghreb et soins de base. Précis de phytothérapie moderne, Casablanca, Le Fennec.

Belton Susanne, 2007, « Burmese women and unwanted pregnancy: ’I thought my blood was stuck inside me’ », in Liaputtong Pranee (dir.), Reproduction, childbearing and motherhood. A cross-cultural perspective, New York, Nova Publisher, p. 47-62.

Bourquia Rahma, 2006, « Introduction », in Bourquia Rahma (dir.), Société, Famille, Femmes et Jeunesse. 50 ans de développement humain et perspectives 2025, (1) Rapport général.

Bowen Donna Lee, 1997, « Abortion, Islam and the 1994 Cairo Population Conference », International Journal of Middle Eastern Studies, n. 29 (2), p. 161-184.

Capelli Irene, 2017 (en cours de peer-review), « Beyond Pro-life and Pro-choice: The Contested Local Framings of Abortion in Morocco », Social Movement Studies.

Capelli Irene, 2016, « Cibler les mères célibataires : la production bureaucratique et morale d’un impensable social », in Bono Irene, Hibou Béatrice (dir.), Le Gouvernement du Social au Maroc, Paris, Karthala, 2016, p. 199-232.

Cheikh Mériam, 2011, « Les filles qui sortent, les filles qui se font: attitudes transgressives pour conduites exemplaires », in Aufauvre Céline, Bennafla Karine, Emperador Badimon Montserrat (dir.), Marges et marginalités au Maroc. L’anthropologie face aux nouveaux enjeux éthiques, Paris, L’Harmattan, p. 35-44.

Cheikh Mériam, 2009, « Échanges sexuels monétarisés, femmes et féminités au Maroc: une autonomie ambivalente », Autrepart, n° 49, p. 173-188.

Courbage Youssef, 1995, « Fertility transition in the Maghreb and the Mashreq: education, emigration, and the diffusion of ideas », in Obermeyer Makhlouf Carla (dir.), Family, Gender and Population in the Middle East: Policies in Context, Cairo, The American University in Cairo Press, p. 80-104.

Delaney Carol, 1991, The seed and the soil. Gender and cosmology in a Turkish Village Society, Berkeley, University of California Press.

De Certeau Michel 1980, L’invention du quotidien. Arts de faire (I), Paris, Inédit.

Engelen Theo et Puschmann Paul, 2011, « How unique is the western European marriage pattern? A comparison of nuptiality in historical Europe and the contemporary Arab world », The History of the Family, n°16, p. 387-400.

Fassin Didier et Memmi Dominique (dir.), 2004, Le Gouvernement des corps, Paris, Editions EHESS.

Hessini Leila, 2007, «Abortion and Islam: Policies and Practice in the Middle East and North Africa», Reproductive Health Matters, n°15 (29), p. 75–84. 

Huntington Dale, 1999, «Abortion in Egypt : official constraints and popular practices», in Obermeyer Makhlouf Carla (dir.), Cultural Perspectives on Reproductive Health, Oxford, Oxford University Press, p. 175-192.

Maffi Irene, 2017, « Abortion in Tunisia after the revolution: bringing a new morality into the old reproductive order », Global Public Health, DOI: 10.1080/17441692.2017.1284879.

Maffi Irene, 2013, Women, Health and the State in the Middle East. The Politics and Culture of Childbirth in Jordan, London, IB Tauris.

Molina Anatilde Idoyaga, 1997, « Ethnomedicine and a world-view: a comparative analysis of the incorporation and rejection of contraceptive methods among Argentine women », Anthropology and Medicine, n°4 (2), p. 145-158.

Morsy Soheir, 1996, « Political Economy in Medical Anthropology », in Sargent Fishel Carolyn, Johnson Thomas M. (dir.), Medical Anthropology: contemporary theory and method, Westport, Praeger, p. 21-40.

Morsy Soheir, 1981, « Towards a Political Economy of Health: A Critical Note on the Medical Anthropology of the Middle East », Social Science and Medicine, n°15B, p. 159-163.

Obermeyer Makhlouf Carla, 2000a, « Pluralism and Pragmatism: Knowledge and Practice of Birth in Morocco », Medical Anthropology Quarterly, n°14 (2), p. 180-201.

Obermeyer Makhlouf Carla, 2000b, « Sexuality in Morocco: Changing context and contested domain », Culture, Health, and Sexuality, n°2(3), p. 239-254.

Obermeyer Makhlouf Carla, 1994, « Reproductive Choice in Islam: Gender and State in Iran and Tunisia », Studies in Family Planning, n°25 (1), p. 41-51.

Petchesky Rosalind, Judd Karen (dir.), Negotiating reproductive rights. Women’s perspectives across countries and cultures, London, Zed Books.

Rachik Hassan, 2006, « Jeunesse et changement social », in Bourquia Rahma (dir.), Société, Famille, Femmes et Jeunesse. 50 ans de developpement humain et perspectives 2025, (1) Rapport général, p. 195-220.

Scheper-Hughes Nancy, 1992, Death without weeping. The violence of everyday life in Brazil, Berkeley, University of California Press.

Seif El-Dawla Aida, Abdel Hadi Amal, Abdel Wahab Nadia, 1998, « Women’s wit over men’s. Trade-offs and strategic accommodations in Egyptian women’s reproductive lives », in Petchesky Rosalind, Judd Karen (dir.), Negotiating reproductive rights. Women’s perspectives across countries and cultures, London, Zed Books, p. 69-107.

Tabet Paola, 2004, La Grande Arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan.

Ticktin Miriam, 2011, Casualties of Care. Immigration and the Politics of Humanitarianism in France, Berkeley, University of California Press.

Tremayne Soraya, 2004, « ‘And never the twain shall meet’ : reproductive health policies in the Islamic Republic of Iran », in Unnithan-Kumar Maya (dir.), Reproductive agency, medicine and the State. Cultural transformations in childbearing, Oxford, Berghahn Books, p. 181-202.

Unnithan-Kumar Maya, 2004, «Introduction. Reproductive agency, medicine and the State», in Unnithan-Kumar Maya (dir.), Reproductive agency, medicine and the State. Cultural transformations in childbearing, Oxford, Berghahn Books, p. 1-23.

Willen Sarah, 2012, « How is health-related ‘deservingness’ reckoned? Perspectives from unauthorized im/migrants in Tel Aviv », Social Science & Medicine, n°74, p. 812-821.

Autres références

« Le Maroc des mères célibataires : ampleur et réalités, actions, itinéraires, représentations et vécus», Diagnostic 2010 : http://www.egalite.ma/fr/ressources-en-ligne/publications/212

Pages Facebook de l’Association Marocaine de Lutte à l’Avortement Clandestin (A.M.L.A.C.): https://www.facebook.com/Association-Marocaine-de-Lutte-contre-lAvortement-Clandestin-424315080916124/timeline/ ; https://www.facebook.com/amlac.org.ma/?fref=ts .

Rapport national sur la politique de la population, 2004 : http://www.hcp.ma/downloads/Demographie-Rapport-national-sur-la-politique-de-la-population_t13064.html

Willman Bordat Stephanie, Kouzzi Saida, 2010, « Legal empowerment of unwed mothers : experiences of Moroccan NGOs », in Golub Stephen (dir.), Legal Empowerment: practitioners’s perspectives, Rome, IDLO (International Development Law Organisation), 2010, p. 179-201; http://www.idlo.org/ .

Livret de plaidoyer pour les droits à la santé sexuelle et reproductive des jeunes :   http://www.ampf.org.ma/images/stories/pdf/Livre%20AMPF%20NEW%202015.pdf .

Site web de l’Association Marocaine de Planification Familiale (AMPF) : http://www.ampf.org.ma/index.php/acceuil/mot-de-la-presidente/87-axes/jeunes/216-services-de-ssr-amis-des-jeunes

Code Pénal (en langue française) : http://adala.justice.gov.ma/production/legislation/fr/Nouveautes/codepenal.pdf

Les résultats des consultations élargies sur la problématique de l’avortement présentées au souverain [http://www.cndh.org.ma/fr/actualites/les-resultats-des-consultations-elargies-sur-la-problematique-de-lavortement-presentees]

Mohammed VI légalise l’avortement au Maroc dans de nouveaux cas [http://telquel.ma/2015/05/16/mohammed-vi-legalise-lavortement-au-maroc-nouveaux-cas_1447111]

Le Maroc va autoriser l’avortement en cas de viol et de malformation [http://www.huffpostmaghreb.com/2015/05/16/maroc-avortement-va-autoriser-en-cas-de-viol-ou-de-malformation_n_7296516.html]

Premier pas timide vers la libéralisation du droit à l’avortement au Maroc [http://www.jeuneafrique.com/232415/societe/premier-pas-timide-vers-la-lib-ralisation-du-droit-l-avortement-au-maroc/]

Haut de page

Notes

1 . Des entretiens approfondis ont également étés conduits à Rabat, notamment avec des activistes pour les droits reproductifs, des médecins gynécologues, des assistantes sociales des services de maternité et des urgences dans deux hôpitaux, ainsi qu’avec l’équipe d’un service hospitalier d’assistance aux femmes victimes de violence.

2 . http://www.hcp.ma/downloads/Demographie-Rapport-national-sur-la-politique-de-la-population_t13064.html

3 . Ceci est un exemple de tous les centres de santé publics qui fonctionnent de la même manière.

4 . Notamment les branches de l’Association Marocaine de Planification Familiale (AMPF). Elle fait partie de réseaux internationaux – International Planned Parenthood Federation (IPPF) – qui la soutiennent et qui forment leurs opérateurs, formateurs ou « jeunes leaders ».

5 . Le prolongement du célibat masculin et féminin est désormais reconnus, (Aboumalek, 2011; Bourquia, 2006 ; Courbage, 1995 ; Engelen, Puschmann, 2011 ; Obermeyer, 2000b ; Rachik, 2006). On associe généralement l’augmentation générale de l’âge au mariage pour les femmes à leur éducation ou à leur travail salarié, ainsi qu’aux coûts élevés du mariage. Pour ces raisons, des opératrices d’ONG qui ciblent les « mères célibataires » suggèrent que le fait d’avoir des relations intimes pre-matrimoniales ne devrait pas être stigmatisé mais devrait être socialement reconnu selon des critères moraux plus égalitaires (et non pas être socialement admis uniquement pour les hommes).

6 . Tous les services sont gratuits.

7 . Voir : http://www.ampf.org.ma/index.php/acceuil/mot-de-la-presidente/87-axes/jeunes/216-services-de-ssr-amis-des-jeunes

8 . Plus récemment (2015) l’Association Marocaine de Planification Familiale (AMPF) avec d’autres organisations nationales et internationales a produit un « Livret de plaidoyer pour les droits à la santé sexuelle et reproductive des jeunes », où on donne des chiffres tirées de deux enquêtes mené par le Ministère de la Santé en 2007 et en 2013. On y plaide aussi pour l’amendement des articles du Code Pénal retenus discriminant du point de vue du genre et en violations des droits humains : http://www.ampf.org.ma/images/stories/pdf/Livre%20AMPF%20NEW%202015.pdf .

9 . Je ne mentionne ici que certaines des conditions dans lesquelles mes interlocutrices sont tombées enceintes et qui figurent aussi dans les études menés par les ONG marocaines Voir : « Le Maroc des mères célibataires : ampleur et réalités, actions, itinéraires, représentations et vécus », Diagnostic 2010, consultable sur http://www.egalite.ma . Les cas de grossesses résultant de violence sexuelle seraient une moindre partie de ceux pris en charge par les ONG, qui est seulement une partie de la population totale de « mères célibataires ».

10 . Au Maroc on peut interrompre légalement une grossesse seulement si la santé de la mère ou sa vie sont en danger, en cas de malformations fœtales graves ou en cas de viol ou d’inceste. Avant 2015 la loi était plus restrictive.

11 . À propos de ces dynamiques par rapport aux « mères célibataires » au Maroc, voir : Capelli (2016). On ne dispose pas de statistiques officielles sur le nombre de naissances hors mariage au Maroc, pourtant des estimations ont été faites pas des ONG. Voir : « Le Maroc des mères célibataires : ampleur et réalités, actions, itinéraires, représentations et vécus », Diagnostic 2010, consultable sur http://www.egalite.ma/ ; S. Willman Bordat et S. Kouzzi, « Legal empowerment of unwed mothers : experiences of Moroccan NGOs », dans S. Golub (ed.), Legal Empowerment: practitioners’s perspectives, Rome, IDLO (International Development Law Organisation), 2010, pp. 179-201, consultable sur http://www.idlo.org/ .

12 . L’une était une ONG qui cible spécifiquement les « mères célibataires », l’autre accueil des « mères célibataires » parmi d’autres femmes en détresse.

13 . Le terme « ‘azibat » mets plutôt l’accent sur la condition de virginité supposée d’une femme non mariée et il est parfois utilisé pour indiquer les « mères célibataires » : « al ummahat al-‘azibat ».

14 . Voir : « Le Maroc des mères célibataires : ampleur et réalités, actions, itinéraires, représentations et vécus», Diagnostic 2010, consultable sur http://www.egalite.ma/ .

15 Voir : Tabet (2004) et Mériam Cheikh (2009) pour la problématisation de ces pratiques dans le contexte marocain.

16 . Le terme l-khrij (sortir) indique une relation intime basée sur la transaction sexe-argent. Voir : Cheikh (2009 ; 2011).

17 . Capelli, I. (2017, en cours de peer-review).

18 . Pour la question de l’avortement au Maroc et dans la région MENA, voir : Hessini (2007), Bowen (1997), Maffi (2017). Par rapport au droit musulman, voir également : Atighetchi (2010), Obermeyer (1994).

19 . Article 453 du Code Pénal : http://adala.justice.gov.ma/production/legislation/fr/Nouveautes/codepenal.pdf .

20 . Les résultats des consultations élargies sur la problématique de l’avortement présentées au souverain [http://www.cndh.org.ma/fr/actualites/les-resultats-des-consultations-elargies-sur-la-problematique-de-lavortement-presentees]; Mohammed VI légalise l’avortement au Maroc dans de nouveaux cas [http://telquel.ma/2015/05/16/mohammed-vi-legalise-lavortement-au-maroc-nouveaux-cas_1447111] ; Le Maroc va autoriser l’avortement en cas de viol et de malformation [http://www.huffpostmaghreb.com/2015/05/16/maroc-avortement-va-autoriser-en-cas-de-viol-ou-de-malformation_n_7296516.html ] ; Premier pas timide vers la libéralisation du droit à l’avortement au Maroc [http://www.jeuneafrique.com/232415/societe/premier-pas-timide-vers-la-lib-ralisation-du-droit-l-avortement-au-maroc/].

21 . Voir : « Le Maroc des mères célibataires : ampleur et réalités, actions, itinéraires, représentations et vécus», Diagnostic 2010, consultable sur http ://www.egalite.ma/ ; pages Facebook de l’Association Marocaine de Lutte à l’Avortement Clandestin (A.M.L.A.C.): https://www.facebook.com/Association-Marocaine-de-Lutte-contre-lAvortement-Clandestin-424315080916124/timeline/ ; https://www.facebook.com/amlac.org.ma/?fref=ts .

22 . Voir : Mernissi (1975). Pour la région MENA: Huntington (1999) et Seif El Dawla et al. (1998) pour l’Égypte; Maffi (2013), pour la Jordanie.

23 . Soheir Morsy définit l’économie politique en anthropologie médicale comme suit : ”its priority of embedding culture in historically delineated political-economic contexts. Accordingly, the relevance of culture is not restricted to ethnomedical conceptions but extends to issues of power, control, resistance, and defiance surrounding health, sickness, and healing” (Morsy, 1996, 23). Voir aussi Morsy (1981).

24 . Cela évoque aussi les pratiques de l’accouchement. Voir : Obermeyer (2000a), Capelli (2011).

25 . Pour l’interruption de grossesse pratiquée dans ce domaine mes interlocutrices utilisaient souvent le terme français « curettage » même si elles parlaient d’un avortement et même si la conversation était en darija (et non pas le terme arabe al-ijah̟d). Le terme « curettage » semble vouloir ‘minimiser’ le genre de pratique et l’intention des femmes d’interrompre la grossesse.

26 . Des références utiles en termes comparatifs sur cet aspect particulier sont Molina (1997) par rapport à l’Argentine, et Scheper-Hughes (1992) par rapport au Brésil.

27 . Il est intéressant de noter que Delaney (1991) mentionne que dans la Turquie rurale les sages-femmes locales utilisaient le même terme pour indiquer la fausse-couche et l’avortement, ne distinguant pas clairement les deux choses. Par rapport à mon terrain, cela sert à créer une marge aussi du point de vue moral.

28 . Ces éléments suggèrent que la commercialisation depuis 2008 de la contraception d’urgence ne touche pas beaucoup des cas des jeunes femmes qui se retrouvent enceintes hors mariage et qui n’auraient pas nécessairement les moyens d’y accéder.

29 . Les prénoms utilisés sont des pseudonymes.

30 . Cannelle.

31 . Fumigations. Dans ce cas-ci – comme pour les pratiques décrites pour l’accouchement (Obermeyer, 2000a) – les femmes se positionnent jambes écartées au-dessus du majmar (brasier) de manière que la fumée stimule les contractions de l’utérus. Ces pratiques sont pourtant découragées par les sages-femmes de la santé publique et considérées dangereuses pour les femmes et les fœtus.

32 . Hessini le mentionne en relation au Maroc (Hessini, 2007) parmi les methodes locales pour provoquer les avortements. Son nom est aussi « hantit» : la résine des racines de la Ferula assa-foetida. Ailleurs au Maghreb il est appelé anjudan (Bellakhdar, 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irene Capelli, « Les enjeux et les déclinaisons de la notion de « santé sexuelle et reproductive » au Maroc. Réflexions à partir du cas des grossesses hors mariage  », L’Année du Maghreb, 17 | 2017, 83-99.

Référence électronique

Irene Capelli, « Les enjeux et les déclinaisons de la notion de « santé sexuelle et reproductive » au Maroc. Réflexions à partir du cas des grossesses hors mariage  », L’Année du Maghreb [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3191 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3191

Haut de page

Auteur

Irene Capelli

Post-doctorante à l’Université de Turin (2015).

Haut de page