Navigation – Plan du site
Dossier: Genre, santé et droits sexuels et reproductifs au Maghreb

Les réfections chirurgicales de l’hymen en Tunisie. Des techniques de purification et d’absolution ?

Surgical Reconstructions of the Hymen in Tunisia: Techniques of Purification and Absolution?
Ibtissem Ben Dridi
p. 119-132

Résumés

Du recours aux hymens artificiels « chinois » à la pratique des réfections chirurgicales de l’hymen (hyménorraphie et hyménoplastie), cet article se penche sur les espaces interstitiels permettant de négocier l’impératif social de virginité prénuptiale. Au-delà de la description des usages en vigueur, il s’agit d’analyser la construction sémantique du discours de différents acteurs (jeunes femmes, corps médical, autorités religieuses), en montrant comment s’élabore une logique morale aux réfections d’hymen, qui convoque tour à tour les principes de repentance, protection et bien commun, ainsi que la notion de purification physique et psychique. Il importe en définitive de montrer comment les chirurgies de l’intime posent les techniques médicales à l’intersection de normes culturelles et arrangements individuels, sociaux et religieux, relevant tant du savoir-faire que du savoir-taire.

Haut de page

Texte intégral

« [L’]hymen comme écran protecteur, écrin de la virginité, paroi vaginale, voile très fin et invisible, qui, devant l’hystère, se tient entre le dedans et le dehors de la femme, par conséquent entre le désir et l’accomplissement. Il n’est ni le désir ni le plaisir mais entre les deux. Ni l’avenir ni le présent mais entre les deux. C’est l’hymen que le désir rêve de percer, de crever dans une violence qui est (à la fois ou entre) l’amour et le meurtre. Si l’un ou l’autre avait lieu, il n’y aurait pas d’hymen [...] Avec toute l’indécidabilité de son sens, l’hymen n’a lieu que quand il n’a pas lieu, quand rien ne se passe vraiment [...], quand le voile est déchiré sans l’être. » (Derrida, 1972, p. 262).

1Désignant dans son étymologie latine, à la fois une membrane anatomique et l’union de deux époux, l’hymen est investi, dans les pays du monde arabo-musulman, d’une charge émotionnelle et sociale importante. J’aborderai ici deux réfections chirurgicales de l’hymen, l’hyménorraphie et l’hyménoplastie, à partir d’enquêtes ethnographiques que j’ai réalisées à Tunis et dans le gouvernorat de Gafsa (milieux urbains et ruraux) entre 2001 et 2016, tant auprès de jeunes femmes que de praticiens de santé exerçant en cabinets privés ou dans des espaces de soins publics, tels qu’hôpitaux, dispensaires et centres de planning familial.

2Après avoir contextualisé d’un point de vue religieux, juridique et social l’impératif de virginité prénuptial, j’analyserai les usages sociaux des chirurgies de l’hymen, la manière dont elles sont appréhendées par les jeunes filles et le corps médical, ainsi que les normes corporelles de genre qu’elles sous-tendent. À partir d’avis juridiques musulmans produits entre 1987 et 2009, j’expliciterai la manière dont certaines éminences sunnites ont été amenées à puiser dans les sources scripturaires et la loi islamique des principes permettant de légitimer le recours aux réfections chirurgicales de vertu et faire de ces dernières des techniques de purification et d’absolution.

3Je montrerai, en définitive, comment les chirurgies de l’intime posent les techniques médicales à l’intersection entre normes culturelles et arrangements individuels, sociaux et religieux.

Une intimité en partage

  • 1 . Voir les versets 29, 30 et 31 de la 70e sourate.
  • 2 . Voir notamment Bokhari ([texte du IXe siècle], 1977) et Ghazâlî ([texte du XIIe siècle], 1989).

4La norme virginale est souvent considérée, dans le sens commun, comme une norme religieuse. Pourtant, son caractère religieux est ambivalent. Car si le Coran énonce clairement que l’acte sexuel en-dehors du cadre conjugal est perçu comme un péché (zina) et proscrit1, il n’y est pas question de la virginité des époux à proprement parler, ni des preuves que doit en apporter la jeune femme le soir des noces. Les écrits androcentrés de quelques grands théologiens de l’islam ainsi que la tradition prophétique ont cependant œuvré à une certaine mise en valeur de la virginité féminine2, qui reste prégnante dans les discours de la plupart des interlocuteurs interrogés.

  • 3 . Je remercie Sami Ben Abderrahmane, magistrat au tribunal administratif de Tunis, de m’avoir éclai (...)

5Au regard du droit tunisien3, la non-virginité de l’épouse ne peut faire ni l’objet de l’annulation d’un mariage, ni l’objet d’un « divorce pour préjudice » (alâq lil arar). Le marié prend seul la responsabilité du divorce, qui est considéré comme « un divorce caprice » (alâq insha’) à ses torts. La loi considère que le préjudice est subi par la femme, son intimité ayant été publiquement dévoilée.

  • 4 . La fréquence de ces contrôles dépend des lieux, des périodes et des partis politiques au pouvoir.

6Cependant, cela n’est pas significatif d’une véritable liberté sexuelle préconjugale. En témoigne le statut du concubinage qui, s’il n’est pas interdit par la loi, est souvent jugé comme un « mariage non conforme au droit » (zawaj ‘ala khilâf al sigha al qanuniyya) ou un « délit de prostitution » (jarîma al bigha’). Sur les instructions du ministère de l’Intérieur, beaucoup d’hôteliers refusent en outre d’héberger un couple de Tunisiens non mariés. Cette répression est également présente dans l’espace public où un jeune couple peut parfois être interpelé pour « atteinte aux bonnes mœurs » ou subir un contrôle d’identité, accompagné de questions sur la manière dont les deux partenaires se sont connus et d’éventuelles menaces de signalement de la jeune fille auprès de ses parents4.

7Malgré un code pénal qui a amélioré le sort des femmes, le domaine de la sexualité continue donc de relever essentiellement du domaine public et la liberté sexuelle féminine reste globalement soumise à une étroite volonté de contrôle.

  • 5 . Sur la notion d’honneur, voir notamment Bourdieu (1972), Pitt-Rivers (1983 [1977]), Ferchiou (198 (...)

8L’exigence de virginité, de laquelle dépend l’honneur familial5, ne se focalise toutefois pas tant sur la sexualité préconjugale des jeunes femmes que sur une partie infime de leur anatomie : l’hymen.

L’hymen et son sang : une écriture du corps virginal féminin

9Le langage commun qui nomme la virginité et sa perte est significatif : le terme sbiyya qui qualifie toute jeune fille tunisienne avant qu’elle ne prenne époux, désigne littéralement « celle qui garde son hymen (sba) ».

  • 6 . Les termes mis entre guillemets dans cet article proviennent du discours des jeunes filles ou des (...)

10Une jeune fille ayant perdu sa virginité avant les noces est désignée en Tunisie par le vocable mkasra, qui évoque un objet brisé, cassé, détruit, ne pouvant plus être utilisé. La seule rupture de l’hymen se répercute ainsi sur la désignation de la jeune fille toute entière. Celle-ci évoque d’ailleurs cette atteinte corporelle en disant qu’elle « s’est cassée » (tkassart)6.

  • 7 . Sur cette pratique biblique qui a imprégné les deux rives de la Méditerranée, il est possible de (...)

11Malgré sa très relative fiabilité, des pratiques sociales plus ou moins prégnantes en fonction des époques et des milieux sociaux ont donné au saignement de l’hymen la valeur de preuve irréfutable d’une virginité préservée. L’exhibition de chemises nuptiales (suriyya) maculées du sang virginal est l’exemple le plus ancien et le plus notoire de ce contrôle corporel étroit7. Si les chemises nuptiales ne sont aujourd’hui que très rarement exhibées en public, elles continuent à être importantes et à être demandées au couple après leur voyage de noces, afin d’être vues par les membres de la famille et de la belle-famille. La persistance de ce contrôle trouve une illustration dans un récit que m’a conté en 2016 une gynécologue exerçant dans une banlieue populaire de Tunis :

« Ça faisait cinq jours que le couple était marié sans que le mariage ne soit consommé. La jeune femme ne s’était pas laissée pénétrer les premiers soirs et le jeune homme avait fini par en perdre sa puissance sexuelle. De retour de cinq jours de voyage de noces, le couple devait impérativement montrer la suriyya. Ils souhaitaient que le sang soit réel, ce qui les a amené à me demander une défloration chirurgicale faite au-dessus de la chemise nuptiale. Si j’ai tenté de les raisonner et leur ai demandé de prendre le temps d’établir sereinement leur relation, les jeunes mariés n’ont rien voulu savoir. J’ai dû déflorer cette jeune femme au bloc, au-dessus de sa chemise. »

12La pression imposée par le milieu familial quant à la preuve de la virginité de l’une et de la virilité de l’autre a dépassé toute autre considération, et la technique médicale a permis d’accompagner ou de seconder cette demande sociale.

13Prouver sa virginité par le sang est donc aujourd’hui encore un fait social important, qu’il paraît difficile d’outrepasser. Du subterfuge rudimentaire aux chirurgies de l’intime, en passant par les hymens artificiels « chinois », des exutoires bienveillants se sont cependant développés afin de rendre cette gestion collective des intimités féminines moins pesante et d’amortir les conséquences tragiques d’une éventuelle transgression.

Du subterfuge rudimentaire à l’élaboration d’hymens artificiels « chinois »

14Les bricolages de vertu ont toujours existé. Le théologien égyptien Jalâladdîn Suyûti atteste de leur profondeur historique en énumérant déjà au XVe siècle neuf artifices permettant de simuler l’écoulement du sang virginal. Si le recours à un sang fictif est un subterfuge classique, il restait autrefois cantonné à des moyens assez rudimentaires : sang d’un animal que l’on répandait sur la chemise nuptiale ou encore foie de poulet ou filaments de safran que l’on introduisait dans le vagin.

15Il existe depuis quelques années une version plus élaborée de ce simulacre de vertu : les hymens artificiels « chinois ». Conçus au Japon dans les années 1990, ces derniers étaient au départ des sextoys utilisés par des couples voulant apporter un peu de fantaisie à leur vie sexuelle, en mimant une nouvelle première fois. Ils ont ensuite été médiatisés et commercialisés par la société chinoise Gigimo, ce qui leur a valu leur surnom d’ « hymens chinois ». Aujourd’hui, il existe plusieurs sites internet vendant ces produits8, consistant en de petites poches de cellulose hydrosolubles, emplies d’une poudre rouge artificielle. Il convient de les placer au fond du vagin une quinzaine de minutes avant le rapport sexuel. Ainsi qu’il est expliqué sur un des sites :

« Sous l’influence de la chaleur du corps et de l’humidité vaginale, l’hymen se dissout et crée une membrane artificielle qui simule l’hymen [...] Pendant le rapport intime, la fausse membrane se brisera et la poudre rouge, mélangée aux sécrétions vaginales, va créer un liquide rouge, qui va se répandre et tâcher les draps, simulant ainsi la rupture de l’hymen. » (http://www.hymen-artificel-le.com).

16Le mode d’emploi précautionneux du produit précise que « l’effet sera meilleur si la femme donne l’impression de ressentir douleur et timidité ».

  • 9 . Des remèdes naturels dit « médicaments arabes » sont utilisés en Tunisie dans la même optique. Le (...)

17L’inventivité de ces simulacres se renouvelle sans cesse, et il existe actuellement plusieurs qualités de produits. En fonction de leur degré d’élaboration, les hymens artificiels (toujours vendus par deux), coûtent entre 20 et 55 euros. À côté du produit le plus basique, appelé sur certains sites « l’hymen Jeanne d’Arc », il existe un hymen artificiel un peu plus élaboré, baptisé « Virginia Care ». Celui-ci contient de la « poudre lyophilisée de sang bovin » permettant que « la couleur et la texture du faux sang » soit « plus réaliste ». Un troisième produit, nommé « pilule de virginité artificielle », est présenté comme étant un subterfuge plus sophistiqué que les deux autres. Il contient du faux sang, dont « la couleur et la texture » serait « encore plus réaliste ». Les « kits de virginité artificielle », vendus à 110 euros, proposent quant à eux deux pilules de virginité artificielle accompagnées de quatre ovules de rétrécissement vaginal « Aabab », à utiliser quatre jours consécutifs avant le rapport sexuel. Ils sont constitués d’extraits d’herbes asiatiques ainsi que d’alun et de noix de galles aux vertus astringentes9. Ainsi que le mentionne le site commercialisant ce kit, ces ovules « feront en sorte que votre partenaire croit vraiment que vous êtes vierge ».

  • 10 . Plusieurs techniques ont existé, selon les époques et les cultures afin de s’assurer d’une « virg (...)

18Il est nécessaire de s’appuyer ici sur des données de terrain afin de mieux comprendre le cadre d’usage de ces produits astringents. Ces derniers font en effet écho à un imaginaire du corps vierge fortement ancré dans les discours, selon lequel le vagin d’une jeune femme chaste se reconnaît à son étroitesse. Certains interlocuteurs masculins, se targuant d’une large expérience sexuelle, affirment ainsi pouvoir identifier une femme « authentiquement vierge » à partir de sa seule pénétration. De nombreux récits, relevant souvent de la rumeur sociale, relatent l’histoire de femmes quittées par leur mari, quand bien même l’épreuve du sang avait été passée avec succès : l’étroitesse de leur vagin n’était pas conforme à celle requise et cela avait éveillé les soupçons du nouvel époux. Aussi paraît-il important, dans l’optique d’un parfait simulacre de virginité, de ne point négliger cette zone corporelle10.

19Si elle n’est encore que très rarement évoquée dans le domaine des effets de virginité, il existe dans le champ médical une opération nommée vaginoplastie qui vise à resserrer les muqueuses vaginales par voie chirurgicale. Pratiquée en général pour retrouver une nouvelle jeunesse sexuelle après plusieurs accouchements et/ou un relâchement des tissus avec l’âge, on peut se demander dans quelle mesure cette opération ne deviendra pas à terme un recours supplémentaire dans la quête d’une apparente chasteté, couplée à une chirurgie de l’hymen.

Les chirurgies de l’intime 

  • 11 . Voir par exemple Venette (1778 [1687]).

20Mentionnées dans les écrits européens des XVIe et XVIIe siècle comme le « raccommodage des pucelages perdus »11, les réfections chirurgicales de l’hymen ont su avec le temps gagner en technicité et en visibilité. Sous le terme d’hyménorraphie et d’hyménoplastie, on désigne aujourd’hui deux opérations chirurgicales permettant de reconstituer un hymen « intact » qui saignera le soir des noces. L’hymen, qui est situé à un ou deux centimètres de l’entrée du vagin, se déchire le plus souvent lors du premier rapport sexuel, et cette déchirure sépare l’hymen en plusieurs lambeaux hyménéaux.

21L’hyménorraphie, qui désigne littéralement la « suture de l’hymen », désigne un raccommodage provisoire de ces résidus hyménéaux. Le chirurgien fait passer un fil tout autour des résidus, et, en serrant les bords de l’hymen, il recrée un hymen annulaire aux contours intacts. Cette suture est assez fragile et ne tient que peu de temps. Elle doit donc se faire quelques jours avant le mariage (de trois à sept jours) et ne procure qu’un écoulement sanguin assez faible.

22L’hyménoplastie est une opération plus conséquente et plus coûteuse, qui consiste à recréer solidement une membrane hyménéale à partir d’éventuels résidus hyménéaux et de lambeaux de muqueuse vaginale. Cette technique, pratiquée sous anesthésie générale, permet une reconstitution solide de l’hymen, qui tient tant que la jeune femme n’a pas de rapport sexuel. Cette opération assure un saignement souvent abondant, mais peut rendre la défloration et les rapports sexuels suivants particulièrement douloureux.

23Si de tels actes opératoires étaient autrefois souvent niés, les médecins en assument de plus en plus la pratique et l’hyménorraphie et l’hyménoplastie ont gagné en visibilité. Ainsi trouve-t-on des sites internet aussi bien tunisiens que français, qui donnent une description précise des opérations ainsi que leur prix. En 2017, l’hyménorraphie en Tunisie coûte de 500 à 600 dinars (180 à 215 euros), alors que le prix de l’hyménoplastie varie entre 800 et 1000 dinars (285 à 350 euros) et peut aller jusqu’à 2000 dinars (700 euros) chez les praticiens les plus chers. En France, le prix des opérations varient entre 1800 et 2500 euros et peuvent se pratiquer dans des structures hospitalières publiques, ce qui n’est pas le cas en Tunisie où ces chirurgies ne sont pas autorisées dans les hôpitaux. Elles sont en revanche tolérées dans les structures médicales privées. Notons également l’existence d’agences de tourisme médical proposant des formules « all inclusive » comprenant le voyage en Tunisie, trois jours d’hôtel et une hyménoplastie pour 1250 euros.

Appréhension des réfections de l’hymen par le corps médical

24Les médecins, qu’ils soient hommes ou femmes, relèvent constamment la position ambiguë dans laquelle les place la pratique des chirurgies de l’hymen, les faisant osciller entre la réprobation d’une norme sociale trop contraignante, l’acte de mensonge qu’ils cautionnent, et le sens d’un certain devoir de réintégration sociale des jeunes femmes ayant « fauté ».

25Cette ambivalence de l’attitude des médecins se retrouve également lorsque des jeunes filles demandent un certificat de virginité alors qu’elles ne sont plus vierges. Les médecins se trouvent en général tiraillés entre un refus catégorique de faire un faux certificat et une volonté d’aider la patiente. Beaucoup d’entre eux ont recours à une solution intermédiaire, en délivrant à leur patiente un certificat attestant non pas de leur virginité mais de leur « bonne santé ». Dans son ouvrage sur la virginité féminine, Yvonne Knibiehler cite dans le même sens le cas d’un gynécologue exerçant en France qui délivre des certificats attestant de l’ « intégrité anatomique » de l’appareil génital des jeunes filles et non de leur virginité (Knibiehler, 2012, p. 202).

26Si les médecins ont du mal à cautionner les chirurgies de l’intime, ils sont toutefois nombreux à considérer que leur pratique est un acte « social » et « bienveillant », presque « humaniste », permettant à la jeune fille de réintégrer la société. Ils sont par là même assez nombreux à attendre que les jeunes filles leur soient particulièrement reconnaissantes. Ainsi s’exprime un gynécologue exerçant dans une banlieue aisée de Tunis :

« Je trouve ça dommage quand même de ne plus avoir de nouvelles de ces filles après l’opération. On fait tout ça pour elles et puis après, plus rien Une fois, il y en a une qui est revenue à mon cabinet. Elle m’a sauté au cou et m’a dit un grand merci !!! . Là, ça m’a fait plaisir, là au moins, j’étais content ! »

27Souvent, les médecins décrivent cette opération comme une « nécessité » ou un « mal nécessaire », face à des « mentalités » qui tardent à changer. Il faut ici souligner l’attitude particulière de certaines jeunes femmes gynécologues qui ressentent quelque satisfaction à « berner » les hommes et leurs « désirs machistes ». Ainsi par exemple, une de ces gynécologues exerçant à Tunis me décrit le cas un peu extrême d’une jeune femme qu’elle suit depuis des années, qui a connu de nombreux hommes dans sa vie de jeune fille et fait sept hyménorraphies, jusqu’à « tomber sur le bon ». Finalement voilée et mariée avec un musulman rigoriste, elle retourne voir sa gynécologue pour le suivi de sa première grossesse. Elle est accompagnée de son mari. Sa gynécologue me raconte la scène :

« Lorsque je l’ai vu arriver, lui, avec sa barbe et tout. Il était si persuadé et si fier d’avoir dégoté la perle rare. Et moi j’avais sous les yeux le dossier avec toutes les hyménorraphies de cette jeune femme voilée. Je riais tellement intérieurement et j’étais si contente de le berner. Il était tellement ridicule. »

Appréhension des réfections de l’hymen par les jeunes femmes

28Selon les gynécologues, les jeunes femmes tunisiennes ayant recours aux chirurgies de l’intime sont très nombreuses et ce, toutes classes sociales confondues. La majorité des jeunes femmes font cette demande après avoir eu des relations sexuelles avec un homme qui ne sera pas leur futur époux. Il n’est pas rare que la jeune fille ait cédé aux avances d’un compagnon moyennant la promesse d’un paiement d’une hyménorraphie au moment de ses noces. Parmi les témoignages que j’ai pu recueillir, on peut néanmoins citer des cas spécifiques, comme par exemple celui où la jeune fille a perdu sa virginité avec l’homme qu’elle va épouser, mais où il semble tout de même nécessaire de subir une opération afin de faire preuve de son honneur devant les deux familles.

29Le sexe du médecin auquel est adressée la demande de chirurgie importe peu. Ce qui ressort des témoignages des jeunes filles est surtout une volonté d’anonymat, et le médecin sera donc choisi avant tout en fonction de son éloignement par rapport au domicile familial. Les patientes ne donnent en outre que rarement leur vrai nom et portent fréquemment des lunettes de soleil dans les salles d’attente. En fonction de leur situation, elles peuvent être seules, accompagnées d’une amie, de leur mère qui a été mise au courant de la situation, ou encore de l’homme (futur époux ou pas) qui les a déflorées.

30Certaines jeunes femmes n’ont eu que peu de relations sexuelles avant de demander une hyménorraphie. Celles-ci paraissent ressentir une certaine culpabilité, parfois extrêmement forte. D’autres ont eu de nombreuses relations sexuelles et ne ressentent pas nécessairement ce sentiment. Les sentiments des jeunes femmes sont cependant complexes à cerner de manière certaine, tant leur expression paraît subordonnée aux contraintes morales de la société. L’observation des interactions au sein de structures médicales privées a ceci d’intéressant que les patientes s’y autorisent souvent un réel récit de leur histoire sexuelle, contrairement aux structures publiques où il demeure difficile pour les femmes de s’affranchir d’une certaine langue de bois sociale, le personnel médical y travaillant étant généralement très moralisateur.

31La plupart des femmes nourrissent en outre une attitude ambivalente quant à l’appartenance de leur corps et de leurs choix. D’un côté, elles considèrent, selon la formule consacrée, que « leurs corps leur appartient » ; de l’autre, elles ne peuvent se résoudre à outrepasser le pacte qui les lie aux conventions sociales et à s’affirmer comme des jeunes femmes ayant eu des relations sexuelles hors du cadre marital. Ces conventions marquent indubitablement les jeunes femmes, et même celles qui paraissent les plus émancipées du carcan culturel finissent souvent par avancer qu’elles se sentent atteintes dans leur pureté, qu’elles se sentent « sales » (maskha).

32Lors de leur demande de chirurgie, il est fréquent que les jeunes femmes arrivent voilées, ou alors qu’elles se voilent suite à l’opération. Car si le recours à cette chirurgie de l’intime est une manière de « protéger son honneur », c’est également un moyen de restaurer une certaine pureté. Il est intéressant de constater qu’après l’opération, la majorité des témoignages fait en effet état d’une virginité retrouvée, non seulement sur un plan physique mais aussi sur un plan moral : après s’être « fait coudre » (tkhaïât’), s’être fait « revierger » pour reprendre leurs mots, les jeunes femmes affirment être redevenues « propres » (ndhîfa) et s’être débarrassées d’une souillure, qu’elles expriment en qualifiant l’acte sexuel ou l’état corporel qui en a résulté de « sale » (massakh). Le voile accompagnant l’opération apparaît alors comme un accessoire supplémentaire de cette purification et de cette remise en ordre tant morale que corporelle. Ainsi que l’affirme l’anthropologue Mary Douglas :

« La réflexion sur la saleté implique la réflexion sur le rapport de l’ordre au désordre, de l’être au non-être, de la forme au manque de forme, de la vie à la mort. Partout où les notions de saleté sont hautement structurées, on découvre, en les analysant, qu’elles mettent en jeu ces thèmes profonds » (Douglas, 1971[1967], p. 27).

33Le terme de « revirginisation » et l’expression « se faire re-vierger », tous deux couramment utilisés en français par les jeunes femmes, traduisent bien l’idée d’un effacement du passé et d’un nouvel état du corps et de l’esprit. Il s’agit d’une nouvelle étape de l’existence, où l’individu renaît à lui-même et à la société, avec un statut neuf. Aussi l’expression de jeune femme « toute neuve » (jdîda) est-elle très souvent utilisée, que ce soit par les jeunes femmes elles-mêmes ou par le corps médical.

  • 12 . Celles que l’on dénomme les born again virgins ont fait l’objet de plusieurs articles de presse. (...)

34Cette construction des notions de souillure, de pureté et de renaissance fait dans un sens écho aux conceptions du protestantisme évangélique qui, selon le principe de nouvelle naissance (born again) incite ses adeptes à recourir à l’hyménoplastie pour se racheter de leur péché et parfaire ainsi leur « repentance »12.

35Étroitement lié à la sauvegarde de l’ordre social et de l’intégrité individuelle, ce champ sémantique gravitant autour de la rédemption transparaît, comme nous allons le voir, dans les positionnements religieux en faveur des réfections chirurgicales de l’hymen.

Positionnements religieux face aux réfections chirurgicales de l’hymen

36L’acte de réfection des vertus, bien qu’il se pratique beaucoup, n’est pas enseigné dans les écoles de médecine, et les praticiens se forment « sur le tas ». L’acte n’a reçu ni validation ni invalidation de l’Association des gynécologues ou de l’Ordre des médecins. Seule l’Organisation islamique pour les sciences médicales (IOMS) a sollicité certaines autorités religieuses musulmanes afin de statuer sur la licéité des simulacres de vertu.

Le débat de l’Organisation islamique pour les sciences médicales de 1987

  • 13 . Pour un plus ample développement des mécanismes du droit musulman, voir Fortier (2010).
  • 14 . Ainsi que le précise Sandra Houot, la fatwâ est un « outil légal à valeur non légiférante ». C’es (...)

37C’est en 1987 qu’un débat a officiellement pris corps, lors du troisième symposium de la jurisprudence médicale. Ce symposium a été organisé au Koweït par l’Organisation islamique pour les sciences médicales (IOMS). Cette organisation est une des principales instances qui traite des questions de bioéthique auxquels sont confrontés les pays musulmans. Le débat qu’elle a initié en 1987 regroupe plusieurs éminences sunnites qui discutent de la légitimité de la réfection des vertus en se fondant sur la même logique argumentative que celle qui anime le droit musulman (fiqh)13 : c’est en puisant dans le Coran et la tradition prophétique que les juristes (‘ulamâ, mufti, fuqahâ) vont distinguer ce qui est permis (alâl) de ce qui ne l’est pas (arâm) et émettre leur avis juridique (fatwâ)14.

  • 15 . Pour consulter cette argumentation, voir The islamic vision of some medical practices (1987) et A (...)
  • 16 . Ces opérations sont désignées dans le débat par l’expression littéraire tarqî (ou ratq) ghishâ al (...)

38Sans reprendre l’argumentation exhaustive de chacun des intervenants15, j’évoquerai ici les arguments principaux invoqués en faveur ou défaveur des réfections de vertu16 au travers des grands principes qui orienteront le débat, à savoir : le bien commun, la discrétion, la protection et la repentance.

  • 17 . Voir le quatrième verset de la 95e sourate.

39Le Grand Mufti de Jordanie Ezzedine Tamimi ouvre le débat en insistant sur les effets néfastes (mafâsid) de l’autorisation des chirurgies de l’hymen. En libérant intempestivement les individus de toute sanction sociale, ces opérations mèneraient à une intensification des rapports sexuels illégitimes. À partir d’un verset du Coran qui stipule que Dieu a « créé l’homme dans la forme la plus parfaite »17, Ezzedine Tamimi évoque l’idée que toutes les parties du corps servent à quelque chose. Pour lui, la fonction de l’hymen est claire : prévenir le sexe illicite.

40Il est en outre relevé qu’autoriser sa réfection serait une tromperie (ghishsh) envers le futur mari. Cependant, pour certains juristes, on ne peut considérer l’hyménorraphie comme une tromperie envers le futur mari dans le sens où selon les critères de la sharî’a, la tromperie est le fait de couvrir un vice (ikhfâ) ou quelque chose de honteux (‘ayb) ; or, dans le cas où l’hymen défloré résulte d’autres causes qu’un acte sexuel pré-marital, l’hyménorraphie ne couvre aucun vice ni honte.

  • 18 . Le péché de zina désigne toute relation sexuelle en dehors du cadre licite du mariage (nikah). Il (...)
  • 19 . On dit des filles nées un mois ou un jour saint, qu’elles sont sans hymen.

41Nous voici face à un point important d’argumentation : la rupture de l’hymen peut avoir d’autres causes qu’un rapport sexuel illicite (zina)18. Le cheikh tunisien Mohamed Mokhtar Sellami en énumère cinq, en s’appuyant sur des textes arabes anciens : faire un grand bond, monter à cheval, tomber d’un mur, tomber sur un objet contendant, être née au cours d’un mois ou d’un jour saint19. Il est intéressant de voir que cette énumération rejoint des légendes communes, fréquemment évoquées dans les craintes journalières des adolescentes ou dans les justifications avancées par les jeunes femmes souhaitant faire une hyménorraphie.

42À partir de ces conceptions corporelles spécifiques, plusieurs éminences sunnites avancent l’idée que l’hyménorraphie peut être pensée comme légitime. Cette permissivité est élargie aux cas de viol. En effet, tant les chutes provoquant l’altération de l’hymen que les viols sont appelés à être appréhendés comme des « blessures accidentelles ». Le juriste jordanien Mohamed Naim Yacine fait un pas de plus vers l’autorisation des réfections de vertu, en avançant qu’un hymen défloré ne peut de toutes les manières pas être considéré comme une preuve suffisante de sexualité illicite dans le sens où la loi islamique n’accepte que deux types de preuves dans ce domaine : la confession de la personne fautive et le témoignage de quatre témoins oculaires. Conclure qu’une jeune fille est dans le péché uniquement à la vue d’un hymen défloré serait ainsi contraire au règlement et à l’esprit de la loi islamique (sharî’a). On ne peut punir sans les preuves requises.

  • 20 . Dans l’arabe dialectal tunisien, le terme satr est présent dans des expressions courantes signifi (...)

43Ce même juriste défend en outre l’hyménorraphie en se basant sur le principe de bien commun (maslaa). Ce principe autorise l’introduction d’innovations non blâmables, utiles à la société. Il est ici articulé avec le principe de discrétion et de protection (satr) qui repose sur l’idée de « cacher pour protéger »20. L’articulation des principes de maslaa et de satr permet d’envisager l’hyménorraphie comme une opération qui protègerait du mal la jeune fille et sa famille et qui serait bénéfique à la société en ouvrant la voie au mariage, en dépit de l’hymen défloré. Plusieurs pairs s’accordent sur l’idée qu’il est plus dangereux pour la société d’interdire le mariage à une jeune femme – qui n’aura par la suite plus rien à perdre et usera de toutes les tentatives illicites pour vivre sa sexualité – que de lui permettre de reprendre le bon chemin. L’hyménorraphie est ainsi vue comme un bienfait pour la société, qui évite que certaines femmes se transforment en une source permanente de péché.

  • 21 . Voir le huitième verset de la 66e sourate du Coran.

44Les partisans de l’hyménorraphie mobiliseront pour finir le droit de repentance (tawba) dont bénéficie tout individu. L’acte du repentir consiste à être convaincu que la désobéissance vis à vis des commandements divins nuit à la purification de l’âme et contribue à s’éloigner de Dieu. Cette conviction doit provoquer un sentiment de regret (nadam), lequel implique la volonté d’abandonner certains comportements nuisibles et la résolution ferme de ne plus y revenir21. Ainsi, pour certains juristes, si une jeune femme faute, qu’elle se repent et souhaite avoir une vie honnête, il faut l’y aider. Dans cet état d’esprit, la repentance aux prostituées est également rendue possible, partant du fait que les hommes, coutumiers des relations sexuelles illicites, sont dans tous les cas socialement exemptés.

45On observe tout au long du débat une gradation dans les arguments avancés en faveur des réfections de vertu. Les principes mobilisés (bien commun, discrétion, protection et repentance) seront repris et médiatisés en 2007 et 2009 afin de donner une légitimité aux réfections de vertu mais également, comme nous allons le voir, à l’utilisation des hymens artificiels « chinois ».

Les assentiments religieux de 2007 et 2009

  • 22 . Al-Azhar, situé au Caire, est un des centres d’étude les plus prestigieux de la religion musulman (...)
  • 23 . Pour la retranscription intégrale de cette fatwa, voir Ali Gomaa, Ratq ghashâ el-bakâra, http://w (...)

46En 2007, Soad Saleh, rectrice de la faculté des études islamiques Al-Azhar22 a déclaré que l’hyménorraphie devait être permise pour les femmes victimes de viol et celles qui se repentent de leurs erreurs. Quelques jours plus tard, le Grand Mufti d’Égypte Ali Gomaa lui emboîte le pas en émettant, lors d’une allocution publique télévisée, un avis favorable à la pratique de l’hyménorraphie23. Il s’agit, quelles que soient les raisons de la perte de vertu, d’aider les jeunes filles à la repentance afin qu’elles puissent se remettre à vivre dans la légitimité. En se basant sur le principe islamique de discrétion et de protection, Ali Gomaa autorise les chirurgies de l’hymen, y compris pour des raisons de « mode de vie ». Le mufti égyptien explique ainsi que selon ce principe, la femme n’a pas à avouer à son mari sa défloration antérieure, ni la réfection de l’hymen, car dans un pareil cas, il faut toujours opter pour le moindre mal. Il affirme également qu’une femme peut mentir à son mari s’il pose des questions sur sa vie sexuelle pré-maritale, non seulement dans le but de sauver son mariage, mais aussi parce que le mari n’a aucunement le droit de lui poser de telles questions, tel que le suggère la sharî’a.

  • 24 . La Tradition affirme que le mariage rend l’homme possesseur de la moitié de l’accomplissement rel (...)

47En Octobre 2009, les principaux arguments de cet avis juridique sont repris par le théologien marocain Abdelbari Zemzami, qui rend licite le recours aux hymens artificiels « chinois ». Alors député islamiste du Parti de la renaissance et de la vertu, il contre la position première du Conseil des ‘ulema de Rabat qui avait condamné les hymens artificiels, considérés comme une altération du corps humain et une tromperie portant atteinte aux valeurs de l’islam. Selon Abdelbari Zemzami, ce recours est permis en cas de viol ou de perte « accidentelle » de l’hymen, et rien n’oblige la femme à en informer l’époux. Il affirme ainsi que le mariage est souhaitable dans l’islam, et que tout moyen pour y parvenir est légitime. En se basant sur les principes de discrétion et de bien commun, il autorise les jeunes femmes à cacher le moindre mal de leur défloration au profit d’un plus grand bien : le mariage24.

  • 25 . Concernant les débats publics – globalement conservateurs – engendrés par ces positionnements rel (...)

48La diversité des fatâwa émises atteste de la malléabilité des sources et principes islamiques et marque d’un dynamisme certain le rapport entre norme, contre-norme et religion25. La plupart des autorités religieuses citées établissent une sorte de logique morale aux réfections de vertu. Le recours au droit de repentance rejoint la notion de purification évoquée par les discours féminins et constitue un socle assez puissant à partir duquel l’hyménorraphie est envisagée et tolérée.

Conclusion

49À partir de l’analyse du discours de plusieurs catégories d’acteurs (jeunes femmes, corps médical et autorités religieuses), cet article a tenté de mettre en valeur certaines logiques individuelles, sociales et religieuses de la négociation de l’impératif de virginité préconjugale. Il m’a importé de relever la dynamique et l’interaction des différentes composantes du champ social, et de rendre compte de la complexité des arrangements dont relève la vie sexuelle des jeunes femmes tunisiennes.

50Entre le désir d’une vie sexuelle pré-maritale et la conformation aux normes sociales, les négociations sont perpétuelles. Les simulacres de vertu, quels qu’ils soient, protègent les femmes d’une lourde sanction sociale et leur permettent de construire des « espaces interstitiels » (De Certeau, 1990) afin de vivre tant bien que mal une sexualité pré-conjugale.

51Il s’agit ici de savoir négocier son chemin, en se glissant dans les porosités d’une norme bien établie. Il s’agit à la fois de savoir-taire et de savoir-faire, de « savoir jouer avec la règle du jeu jusqu’aux limites, voir jusqu’à la transgression, tout en restant en règle » (Bourdieu, 1987, p. 97). Ainsi que l’exprime Jean Pouillon : « Les illusions communes sont l’armature des sociétés : il suffit de faire comme si » (1993, p. 24).

52Par-delà les transgressions convenues et presque inévitables, tout converge cependant vers une reproduction de la norme sociale. Si l’acceptation de ces transgressions permet d’assouplir l’assignation de chasteté pré-maritale et de diversifier les itinéraires sexuels féminins, on ne saurait parler de véritable libération sexuelle, tant l’accommodement porte sur la possibilité de masquer la perte de virginité et non sur la norme virginale elle-même.

53Ni le terme de norme ni celui de transgression ne semblent au demeurant être suffisants ou satisfaisants pour évoquer le jeu social observé, tant la norme est protéiforme et semble s’adapter avec plasticité aux pratiques transgressives, et tant la transgression sait se parer des plus chastes atours.

Haut de page

Bibliographie

Awadi Abderrahmane (et al.), 1995, El ru’ya el islamiya li-bâd el mumârasât el-tibbiya, Koweït, IOMS.

Ben Dridi Ibtissem, 2004, Le tasfih en Tunisie. Un rituel de protection de la virginité féminine, Préface de Michèle Cros, Paris, L’Harmattan, coll. « Histoire et Perspectives Méditerranéennes ».

Ben Dridi Ibtissem, 2013, « Des manières de dire et de faire la jeune fille vierge en Méditerranée », in Bozon Michel et al. (dir.), Au bazar du genre. Féminin/masculin en Méditerranée, Paris, MuCEM/Textuel, p. 64-68.

Bentlage Bjorn et Eich Thomas, 2007, « Hymen repair on the Arabic Internet », Isim Review, n°19, p. 20-21.

Bokhari Mohamed Ibn Ismaïl, 1977 [1906-1914, 4 volumes], Les Traditions islamiques, trad. de Octave Houdas et William Marçais (à partir d’un texte en langue arabe établi au IXe siècle), Paris, Maisonneuve.

Bourdieu Pierre, 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de trois leçons d’ethnologie kabyle, Paris, Droz.

Bourdieu Pierre, 1987, Choses dites, Paris, Les Éditions de Minuit.

de Certeau Michel, 1990, L’invention du quotidien, 1- Arts de faire, Paris, Gallimard.

Conner Vilma, 2009, Born again virgin. How to transform your life from promiscuity back into purity, Miracon Enterprises, Glendale.

Coran, 1990, trad. de Jacques Berque, Paris, Albin Michel.

Dérida Jacques, 1972, La Dissémination, Paris, Seuil.

D’Onofrio Salvatore, 2004, L’esprit de la parenté, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Douglas Mary, 1971 [1967], De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, Maspero.

Eich Thomas, 2010, « A tiny membrane defending 'us' against 'them': Arabic Internet debate about hymenorraphy in Sunni Islamic law », Culture, Health & Sexuality, vol. 12, n° 7, p. 755-769.

Ferchiou Sophie, 1989, « Pouvoir, contre-pouvoir et société en mutation. L’exemple tunisien », Peuples méditerranéens, n° 48-49, p. 69-74.

Fortier Corinne, 2010, « Le droit musulman en pratique : genre, filiation et bioéthique », Droits et cultures, n°59, p. 15-40.

Gelard Marie-Luce, 2003, Le pilier de la tente. Rituels et représentations de l’honneur chez les Aït Khebbach (Tafilalt), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Ghazâli Abû Hâmid, 1989 [1953], Le livre des bons usages en matière de mariage, trad. L. Berchet et GH. Bousquet, (à partir d’un texte en langue arabe établi au XIIe siècle), Paris, Maisonneuve.

Gomâa Ali, Ratq ghishâ al-bakâra, http://www.islamic-council.org.

Houot Sandra, 2013, « La fatwâ, un cadre pour la bioéthique contemporaine » in Moulin Anne-Marie (ed.), Islam et révolutions médicales. Le labyrinthe du corps, Marseille/Paris, IRD/Karthala, p. 123-143.

Knibiehler Yvonne, 2012, La virginité féminine. Mythes, fantasmes, émancipation, Paris, Odile Jacob.

Naamane Guessous Soumaya, 1992, Au-delà de toute pudeur. La sexualité féminine au Maroc, Casablanca, Eddif.

Pitt-Rivers Julian, 1983 [1977], Anthropologie de l’honneur. La mésaventure de Sichem, Paris, Le Sycomore.

Pouillon Jean, 1993, Le cru et le su, Paris, Seuil.

Sissa Giulia, 1990, Greek Virginity, Harvard University Press.

Suyûti Jalâladdîn, 1970 (texte du xv e siècle), Kitâb al-rahma fil-tib wal-hikma, Le Caire, s.d.

The islamic vision of some medical practices, Koweït, IOMS, 1987, (http://www. islamset.com/bioethics/vision/index.html).

Tillion Germaine, 1996, Le harem et les cousins, Paris, Seuil.

Venette Nicolas, 1778 [1687], Tableau de l’amour conjugal, Amsterdam, Ryckhoff.

Yacine Tassadit, 1992, « Anthropologie de la peur : l’exemple des rapports hommes-femmes en Algérie », in Yacine Tassadit (dir.), Amour, Phantasmes et Sociétés en Afrique du nord et au Sahara, Paris, L’Harmattan, p. 23-56.

Haut de page

Notes

1 . Voir les versets 29, 30 et 31 de la 70e sourate.

2 . Voir notamment Bokhari ([texte du IXe siècle], 1977) et Ghazâlî ([texte du XIIe siècle], 1989).

3 . Je remercie Sami Ben Abderrahmane, magistrat au tribunal administratif de Tunis, de m’avoir éclairée sur le cadre juridique tunisien.

4 . La fréquence de ces contrôles dépend des lieux, des périodes et des partis politiques au pouvoir.

5 . Sur la notion d’honneur, voir notamment Bourdieu (1972), Pitt-Rivers (1983 [1977]), Ferchiou (1989), Yacine (1992) et Gélard (2003).

6 . Les termes mis entre guillemets dans cet article proviennent du discours des jeunes filles ou des médecins interrogés. Lorsqu’ils ne bénéficient pas, entre parenthèses, de leur version en dialecte tunisien, cela signifie qu’ils ont été prononcés en français.

7 . Sur cette pratique biblique qui a imprégné les deux rives de la Méditerranée, il est possible de consulter Tillion (1996), Gélard (2003) et Ben Dridi (2004 et 2013).

8 . Voir notamment http://hymenshop.com et http://www.hymen-artificel-le.com.

9 . Des remèdes naturels dit « médicaments arabes » sont utilisés en Tunisie dans la même optique. Leur composition est assez similaire : poudre d’alun, noix de galles et herbes (voir Ben Dridi, 2004, p. 101). Des « lavages à l’alun » semblent également avoir été utilisés en Sicile pour « rétrécir le vagin » (voir D’Onofrio, 2004, p. 136).

10 . Plusieurs techniques ont existé, selon les époques et les cultures afin de s’assurer d’une « virginité authentique » des jeunes femmes, au-delà du seul écoulement sanguin. Giulia Sissa relate les preuves (eau révélatrice, serpent…) par lesquelles passaient déjà les jeunes filles au temps d’Hérodote (voir Sissa, 1990). La sociologue marocaine Soumaya Naamane Guessous évoque le rôle ancien joué au Maroc par les ‘arifâtes, auxiliaires féminines rattachées au ministère de l’Intérieur, qui avaient pour rôle de déterminer si le corps des jeunes femmes avaient déjà été « travaillées » par un homme (Naamane Guessous, 1992, p. 170) ; car les postures corporelles, notamment celles des jambes et du bassin, sont également considérées comme révélatrices de l’expérience des jeunes femmes en matière sexuelle. Ces techniques de vérifications d’authenticité se partagent souvent entre hommes, par le biais des forums de discussion sur internet ou d’échanges entre amis. Un corps « travaillé » ne saurait donc passer inaperçu par les fins connaisseurs, tout comme le sang fictif ne saurait tromper les plus avertis. Certaines femmes, généralement d’un âge avancé, affirment en effet que le sang virginal n’a ni la même odeur ni la même couleur qu’un sang ordinaire ou vicié. Il aurait selon elles une « odeur de rose pour ainsi dire divine » et une couleur rosée ou safranée, qui jamais ne s’altère ni ne noircit. Aussi une jeune fille vierge est-elle dite « safranée » (mza‘fra).

11 . Voir par exemple Venette (1778 [1687]).

12 . Celles que l’on dénomme les born again virgins ont fait l’objet de plusieurs articles de presse. Afin de comprendre les logiques de nouvelle naissance d’un point de vue émique, il est possible de consulter l’ouvrage de la femme pasteur Vilma Conner, Born again virgin. How to transform your life from promiscuity back into purity (2009).

13 . Pour un plus ample développement des mécanismes du droit musulman, voir Fortier (2010).

14 . Ainsi que le précise Sandra Houot, la fatwâ est un « outil légal à valeur non légiférante ». C’est « une opinion ou un avis, une consultation juridique, selon les cas à vocation générale ou à caractère individuel » (Houot, 2013, p. 123).

15 . Pour consulter cette argumentation, voir The islamic vision of some medical practices (1987) et Awadi (1995).

16 . Ces opérations sont désignées dans le débat par l’expression littéraire tarqî (ou ratq) ghishâ al-bakâra, soit littéralement le « raccommodage (ou la reprise) du couvercle de la vierge ».

17 . Voir le quatrième verset de la 95e sourate.

18 . Le péché de zina désigne toute relation sexuelle en dehors du cadre licite du mariage (nikah). Il concerne tant l’adultère que les relations sexuelles pré-maritales.

19 . On dit des filles nées un mois ou un jour saint, qu’elles sont sans hymen.

20 . Dans l’arabe dialectal tunisien, le terme satr est présent dans des expressions courantes significatives telles que sattar rûak « fais attention à toi, protège toi » et rabbi yusturna « que Dieu nous protège ».

21 . Voir le huitième verset de la 66e sourate du Coran.

22 . Al-Azhar, situé au Caire, est un des centres d’étude les plus prestigieux de la religion musulmane sunnite.

23 . Pour la retranscription intégrale de cette fatwa, voir Ali Gomaa, Ratq ghashâ el-bakâra, http://www.islamic-council.org.

24 . La Tradition affirme que le mariage rend l’homme possesseur de la moitié de l’accomplissement religieux.

25 . Concernant les débats publics – globalement conservateurs – engendrés par ces positionnements religieux, voir Bentlage et Eich (2007) et Eich (2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ibtissem Ben Dridi, « Les réfections chirurgicales de l’hymen en Tunisie. Des techniques de purification et d’absolution ? », L’Année du Maghreb, 17 | 2017, 119-132.

Référence électronique

Ibtissem Ben Dridi, « Les réfections chirurgicales de l’hymen en Tunisie. Des techniques de purification et d’absolution ? », L’Année du Maghreb [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3208 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3208

Haut de page

Auteur

Ibtissem Ben Dridi

Docteure en anthropologie, CERMA-Mondes Américains (UMR 8168, CNRS/EHESS).

Haut de page