Navigation – Plan du site
Dossier: Genre, santé et droits sexuels et reproductifs au Maghreb

Effets du stigmate et accès aux soins des femmes prostituées tunisiennes

Effects of stigma and access to care for Tunisian prostitutes
Faten Msakni
p. 185-199

Résumés

Le présent article se propose de mettre en exergue la situation sanitaire des femmes prostituées dans la ville de Sfax. L’accès aux soins constitue un problème majeur pour celles-ci, du fait de la discrimination et du stigmate dont elles font l’objet au quotidien, notamment de la part des agents de la Santé publique. En dépit du recours au secteur privé par ces femmes, considéré comme plus tolérant moyennant financement, l’accès au soin n’est pas sans risque. Notre travail s’appuie sur des enquêtes de terrain ayant pour thème de recherche la relation entre la prostitution clandestine et la santé, et porte sur des entretiens auprès de femmes prostituées, dont la pratique est formellement autorisée ou clandestine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Global Aids Response Progress Reporting, 2014.

1« Historiquement associée à l’immoralité et à la criminalité, la prostitution est, encore aujourd’hui, l’objet de croisades morales qui en maintiennent la stigmatisation » (Comte, 2010, p. 425). Si le milieu de la prostitution en Tunisie est hétérogène et englobe différents profils et catégories de femmes, ces femmes prostituées se trouvent, dans la plupart des cas, dans des conditions plus au moins analogues de vulnérabilité et de difficulté d’accès aux services de santé et de soin. « La prostitution [en Tunisie] semble avant tout dominée aujourd’hui par une précarité administrative, économique et sociale » (Prisse et Basset, 2005, p. 5). Actuellement le nombre des prostituées en Tunisie est estimé à « 25 000 selon les données du rapport d’activité sur la riposte au sida (GARPR 2014)1 » (Tej Dellagi, 2015, p. 32). En Tunisie, comme ailleurs, les femmes prostituées portent le stigmate du vice. Pourtant, la pratique est réglementée dans le pays et une bonne partie de la prostitution féminine est contrôlée par l’État. Mais cela n’a pas empêché le développement d’une prostitution féminine clandestine. Ainsi, deux grandes catégories se dessinent. Les prostituées, dites « autorisées », vivant dans des quartiers réservés sont des femmes reconnues par l’État. Cette prostitution est soumise à des textes juridiques et par conséquent leur situation est légale. Or, la prostitution clandestine est juridiquement interdite. Par conséquent, ces prostituées sont assujetties à des poursuites policières régulières. Qu’elles soient autorisées ou clandestines, toutes ces femmes peinent à accéder à l’information sanitaire et aux soins : l’avortement, les opérations chirurgicales et même l’accouchement. Des associations informent et travaillent pour la prévention contre les infections sexuellement transmissibles. La plus ancienne et la plus active d’entre elles, l’Association tunisienne de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles et le sida (ATL/MST sida) a vu le jour en Tunisie il y a plus de vingt ans. Elle intervient dans une optique préventive associée à une stratégie d’aide aux prostituées tout en plaidant en faveur d’un partenariat entre les représentants de la société civile et les institutions publiques.

2Dans cet article, nous nous efforcerons de rendre compte des effets sociaux et discriminants produits du paradoxe entre la norme du droit – une législation qui autorise et garantit l’accès aux soins à tous les citoyens en Tunisie – et les représentations et normes morales, culturelles et religieuses qui s’opposent à un accès à ce droit par les prostituées, le plus souvent publiquement et avec véhémence. Il s’agira d’identifier les manifestations de cette discrimination envers les prostituées pour ensuite préciser comment ce ressenti est vécu et subi par ces femmes. Nous aborderons ainsi la désaffiliation sociale des femmes prostituées et leurs difficultés d’accès aux soins et aux droits sociaux (couverture médicale, assurance maladie, soins, etc.). Puis l’article abordera les pratiques des agents de santé à travers des témoignages recueillis auprès des prostituées victimes de l’exclusion et de la discrimination. Enfin, nous présenterons certaines stratégies développées par ces femmes prostituées afin de surmonter les difficultés rencontrées.

  • 2 . La ville de Sfax, aussi dénommée « la capitale du Sud » depuis 1956, est située au Centre-Est de (...)
  • 3 . Cet article est issu d’un travail de recherche doctorale en cours, la thèse est intitulée : La pr (...)
  • 4 . Ce sont des femmes prostituées suivies par le réseau d’éducateurs pairs, qui est piloté par le Fo (...)

3Pour ce faire, nous avons choisi de donner la parole à des personnes dont on parle souvent mais qu’on n’écoute guère. Afin de décrire la prostitution féminine dans la ville de Sfax2, notre méthodologie s’est appuyée sur plusieurs types de données. Tout d’abord, nous avons accordé une place toute particulière au travail de terrain, à l’observation directe et aux récits de vie3. Cet article se base sur trente témoignages de trois types de femmes prostituées : i. Celles qui sont autorisées et qui exercent dans le quartier des maisons closes de la ville de Sfax, ii. Les clandestines qui se prostituent individuellement ou sont sous l’autorité d’un(e) proxénète et iii. Les femmes prostituées affiliées à l’association ATL MST sida en tant qu’éducatrices paires4. Ce travail s’appuie également sur le rapport élaboré par la Direction des soins de santé de base (DSSB) intitulé Étude qualitative sur les facteurs de vulnérabilité au VIH des travailleurs et travailleuses du sexe en Tunisie, qui date de septembre 2015, et qui fait suite à l’enquête mise en œuvre par l’Association SoAIDS et soutenue par le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) en Tunisie.

Rôle et position de l’État tunisien ?

4Après les événements du “14 janvier 2011”, des actions ont été entreprises dans plusieurs villes tunisiennes, visant le phénomène de prostitution et la fermeture de maisons closes. Des tentatives d’éradication des maisons closes ont été faites dans un contexte de montée d’un parti islamiste au pouvoir et sans réactions visibles de la part de l’État et des institutions en charge des quartiers de maisons closes et rattachées principalement au ministère de l’Intérieur.

Le cadre juridique tunisien de la prostitution

Le cadre légal de la prostitution en Tunisie précise que « La pratique est régie, principalement, par les dispositions d’un arrêté du 30 avril 1942, des articles 231 et suivants du Code Pénal et en matière de prostitution enfantine, par l’article 25 du Code de la Protection de l’Enfant.” Le décret du 30 avril 1942, comprend 54 articles. Le législateur tunisien a définit la travailleuse du sexe comme étant : “Une femme qui s’offre contre rémunération ; celle qui fréquente d’autres travailleuses de sexe, des proxénètes masculins ou féminins ; celle qui provoque par gestes obscènes, qui erre sur la voie publique ; celle qui fréquente les hôtels, les boîtes de nuit, les débits de boisson, les salles de spectacle ; celle qui d’âge inférieur à 50 ans fait partie du personnel domestique d’une maison de prostitution”.

Elles peuvent travailler de manière indépendante ou dans une maison close. “Dans les deux cas leur sont imposées des mesures d’hygiène, de salubrité et de paiement des impôts. Les maisons closes sont dirigées par des proxénètes légaux, qui doivent être des femmes de plus de 35 ans et avec permission de leurs maris».

Quant à la prostitution illégale et non réglementée, il y a différentes peines encourues. Les prostituées peuvent tomber sous le coup de la loi.

Les articles 231 et 232 du Code Pénal :

Modifié par la loi n°89-23 du 27 février 1989- Hors les cas prévus par les règlements en vigueur, les femmes qui, par gestes ou par paroles, s’offrent aux passants ou se livrent à la prostitution même à titre occasionnel, sont punies de 6 mois à 2 ans d’emprisonnement et de 20 à 200 dinars d’amende. Est considérée comme complice et punie de la même peine, toute personne qui a eu des rapports sexuels avec l’une de ces femmes. » Concernant aussi les hommes qui « entretiennent » des jeunes filles en échange de services et qui les présentent a leurs amis, la loi punit le proxénétisme ;

Article 232 Modifié par la loi n°68-1 du 8 mars 1968 – Sera considéré comme proxénète et puni d’un emprisonnement d’un à trois ans et d’une amende de cent à cinq cents dinars, celui ou celle : qui, d’une manière quelconque, aide, protège ou assiste sciemment la prostitution d’autrui ou le racolage en vue de la prostitution ; qui, sous une forme quelconque, partage les produits de la prostitution d’autrui ou reçoit des subsides d’une personne se livrant habituellement à la prostitution ; qui, vivant sciemment avec une personne se livrant habituellement à la prostitution, ne peut justifier de ressources suffisantes pour lui permettre de subvenir seul à sa propre existence ; qui, embauche, entraîne ou entretient, même avec son consentement, une personne même majeure, en vue de la prostitution, ou la livre à la prostitution ou à la débauche ; qui fait office d’intermédiaire, à un titre quelconque, entre les personnes se livrant à la prostitution ou à la débauche et les individus qui exploitent ou rémunèrent la prostitution ou la débauche d’autrui. La tentative est punissable. »

L’arrêté de 1942 publié au Journal Officiel Tunisien n° 54 du Mardi 5 mai 1942 (pages 608 – 612).

  • 5 . D’après le site internet [nawaat.org], Nawaat est un blog collectif indépendant animé par des Tun (...)

5Ces mobilisations ont reçu l’adhésion d’une partie de l’opinion tunisienne, ce qui a facilité la fermeture de certains quartiers de maisons closes dans le pays, telle est la cas du quartier des maisons closes de Sousse qui est aujourd’hui en ruine. Cette péripétie est citée dans l’article paru dans Nawaat5 (Nawaat, du 16 février 2016). Actuellement, seuls les quartiers réservés des médinas de Tunis et de Sfax sont ouverts au public. Malgré la pression populaire exercée afin de fermer tous les quartiers réservés, l’État tunisien continue de garder la même position ambiguë vis-à-vis de cette activité. D’une part, il légitime et administre la prostitution formelle. D’autre part, il prohibe et resserre l’étau autour de la prostitution clandestine. Les prostituées clandestines sont toujours traquées par la police.

6Actuellement, il semble que l’État tunisien ne pense pas à modifier ou à abroger la loi sur la prostitution, il n’est pas en mesure de prendre des dispositions réglementaires concernant cette question. Face à la grande crise du chômage que subit la Tunisie, que ce soit pendant l’ère du président Ben Ali ou ces dernières années, il semble que l’État considère le monde de la prostitution comme une voie de débrouillardise pour celles qui la pratiquent. Plusieurs auteurs le soulignent pour d’autres contextes, tels Françoise Gil « La position ambiguë de l’État face à la prostitution relèverait d’une double logique d’exclusion des populations marginales et de rentabilisation de leurs pratiques : la prostitution en elle-même n’étant pas interdite, elle permet le recouvrement d’une partie de ses bénéfices sans avoir à remettre en question l’exclusion du système de protection sociale de celles qui s’y livrent » (Gil, 2008, p. 29).

7L’État profiterait ainsi de la présence d’une prostitution, selon Sandra Laugier, « stigmatisée, socialement fabriquée, [sert] de multiples intérêts économico-politiques, […] et permet par exemple à la police de maintenir le degré nécessaire de pression sur les prostituées, par laquelle elle assure son insertion dans le milieu et son contrôle relatif de cette population ». (Laugier, 2012, p. 33). Cependant, « on refuse d’y entendre les voix des prostitués. Elles ne sont jamais sujets, mais objets des discours-maîtres (ceux de l’Église, de l’État, du Féminisme abolitionniste) qui ont l’indignité de parler en leur nom », comme le souligne plus loin l’auteur (Laugier, 2012, p. 32).

Le cadre législatif tunisien et l’accès aux soins6

Article 38 :

« Tout être humain à droit à la santé.

L’État garantit la prévention et les soins de santé à tout citoyen et assure les moyens nécessaires à la sécurité et à la qualité des services de santé.

L’État garantit la gratuité des soins pour les personnes sans soutien ou ne disposant pas de ressources suffisantes. Il garantit le droit à une couverture sociale conformément à ce qui est prévu par la loi ». (Constitution de la République tunisienne, Numéro spécial Journal Officiel de la République Tunisienne – 20 avril 2015, Accessible en ligne : http://www.legislation.tn/​sites/​default/​files/​news/​constitution-b-a-t.pdf )

La Charte du patient :

1. « Toute personne a droit à la protection de sa santé dans les meilleures conditions possibles, sans discrimination en raison de sa religion, son sexe, sa couleur, son âge, ou de sa position socio-économique, en tenant compte de la spécificité de certaines catégories des patients dont l’état de santé nécessite une priorité de prise en charge conformément à la législation en vigueur à l’instar des cas d’urgences, les personnes handicapées, les personnes âgées, les enfants et les femmes enceintes.

2. Les structures et établissements sanitaires sont ouverts à tous leurs usagers, et ce dans la limite de la législation et la réglementation en vigueur.

3. Les structures et établissements sanitaires sont tenus de bien accueillir les patients et leurs accompagnants et de leurs dispenser les meilleures prestations possibles dans le strict respect de leurs droits et libertés.

4. Les structures et établissements sanitaires veillent à dispenser aux patients des soins curatifs et palliatifs […].

Des droits du patient

I – Le respect de la dignité du patient

– Les professionnels de la santé veillent au respect de la dignité du patient.
– Les structures et établissements sanitaires veillent au respect de l’intimité du patient, des données et secrets relatifs à son dossier médical, de sa situation sociale et de la confidentialité de son courrier et de ses communications et de lui assurer les conditions de tranquillité, sans nuisance ni divulgation de sa présence, conformément aux dispositions législatives en vigueur.

II – Le droit à la santé

1. Le droit à la protection de la santé :

– Les structures et établissements sanitaires ainsi que les professionnels de la santé œuvrent à assurer la protection sanitaire de la population dans le cadre du respect des droits fondamentaux de la personne humaine et la sécurité des malades qui recourent à leurs services.
– Les médecins ainsi que l’ensemble des professionnels de la santé veillent à mettre en œuvre tous les moyens et outils disponibles en vue de fournir les meilleurs services possibles et convenables à l’état de santé du patient.

2. Le droit aux soins :

– Le droit aux soins est un droit fondamental pour tout citoyen quelle que soit sa catégorie sociale et ce dans la limite des garanties prévues par la législation en vigueur.
– Tous les patients ont droit aux soins, à l’écoute et aux conseils du médecin, et ce avec le même dévouement et sans discrimination aucune.
– Chaque patient a droit de bénéficier des secours, de la protection sanitaire nécessaire et de soins de qualité, et ce en terme de prestations octroyées ou de bénéfice des découvertes les plus récentes en matière de sciences médicales dans ce domaine, conformément aux règles de l’éthique médicale […] ».
(Charte du patient, http://www.santetunisie.rns.tn/​fr/​images/​articles/​chartepatient.pdf )

  • 7 . Il s’agit d’un document interne élaboré par la troupe de la garde des bonnes mœurs (ministère de (...)

8En Tunisie, en dépit d’un cadre législatif garantissant la protection et le droit de santé à toute personne, les femmes prostituées, du moins certaines d’entre elles, se trouvent seules face à un système étatique ambivalent, à la fois répressif et protecteur. Un document interne7 régule les procédures pratiques du recrutement des prostituées dans les quartiers réservés précise même les conditions de l’inscription des filles qui demandent l’accès à cette activité. À chaque fois qu’une femme se présente au poste de police désirant s’inscrire au « registre de contrôle de la morale » afin de travailler en tant que prostituée, le commissaire chef du poste se charge d’enquêter sur sa situation politique, sociale, mentale et morale. Après avoir vérifié les conditions requises, il exige une liste de documents nécessaires à fournir. Il doit aussi s’assurer que son âge convienne bien aux limitations prescrites (qu’il ne soit pas inférieur à vingt ans et qu’il ne dépasse pas cinquante ans).

9Une fois acceptée, la femme doit présenter une demande au chef du poste de police, avec un extrait de naissance, une copie de la carte d’identité nationale, un certificat médical attestant qu’elle est exempte de toutes maladies transmissibles, mentales, et sexuelles et qu’elle est capable de pratiquer cette activité sans qu’il y ait un danger sur sa santé. Un certificat médical de l’Institut Pasteur de Tunis doit justifier qu’elle n’est pas porteuse du virus de sida. Un autre justificatif doit prouver son désengagement de tout lien conjugal (décision de la cour pour le divorce, argument de décès du conjoint) et un certificat de résidence. Pour les gouvernorats des régions de l’intérieur, les demandes doivent être remises au commissaire de police de la zone de résidence et pour le district de Tunis, les demandes doivent être directement déposées auprès de la Troupe nationale qui veille à la protection des bonnes mœurs (au ministère de l’Intérieur).

10Si l’État tunisien réglemente et légalise cette pratique, il procède par ailleurs à des arrestations et punit la prostitution clandestine. De fait, les pouvoirs compétents poursuivent des stratégies de contrôle en se préoccupent moins de l’intégrité, de la sécurité et de la santé des femmes prostituées. Cela sous-entend un refus d’accorder aux femmes la libre disposition de leur corps tout en les reléguant à une citoyenneté de second degré. Il faut signaler que les prostituées sont désignées dans les milieux des soins non pas par leurs noms ou par la maladie qu’elles portent, comme pour la majorité des patients mais comme étant des « cas sociaux » dans les meilleurs des cas ou bien comme « matislahch » (fille de mauvaises mœurs) et « fasda » (pourrie). C’est du moins, ce que disent les agents de la santé entre eux dans les couloirs et parfois directement aux prostituées. Le combat de la société civile, et plus précisément des associations qui prennent en charge activement les plaidoyers en faveur des femmes prostituées, n’a que peu de prise sur les institutions et les décideurs.

Prostitution et stigmates

  • 8 . C’est nous qui traduisons à partir de la version arabe de l’ouvrage de Mernissi.

11La femme prostituée en Tunisie « subit encore un quotidien rugueux et lésionnel ou des lois astreignantes, notamment d’ordre moral, détiennent une part léonine. Son honneur est fragile, le déshonneur peut aisément s’abattre sur elle » comme le souligne Lejri (2014, p. 202). Les prostituées sont fortement stigmatisées pour plusieurs raisons. Premièrement, elles entretiennent des rapports sexuels hors du cadre du mariage, ce qui conduit donc à les considérer comme déviantes. « Cette dernière allait à l’encontre d’une sexualité “saine” et morale, c’est-à-dire se produisant dans le cadre du mariage et dans un but de reproduction » (Comte, 2010, p. 428). Deuxièmement, elles transgressent les normes et les valeurs d’une société inspirée de la culture arabo-islamique où l’Islam représente « une religion, un ensemble de rites, une histoire et une mémoire […] et aussi une loi, des pratiques quotidiennes et des règles pour les relations publiques et privées et une source d’inspiration pour le tri des modèles et de la structure de l’imaginaire » (Mernissi, 2009, p. 8)8. Pour ce type de société « c’est immoral de vendre des services sexuels » (Comte, 2010, p. 427). Il apparaît acceptable de mépriser les femmes qui s’offrent comme objets sexuels et qui ont un enfant hors mariage. Prostituée et mère célibataire seront perçues pareillement, du fait qu’elles transgressent les valeurs qui régulent la vie du couple et rendent public le scandale par la grossesse. Dans la société arabo-musulmane toute personne est invitée « à satisfaire ses désirs sexuels dans le cadre juridique représenté par le mariage » (Mernissi, 2009, p. 46). Aussi, l’individu au cas où il commettrait un pêché, il serait contraint à le cacher et il ne doit en aucun cas le divulguer. « C’est tout le problème du sîtr (cacher), tajahûr (déclarer publiquement) à l’œuvre dans cette culture qui refuse d’admettre l’existence d’une pratique illicite comme la prostitution. C’est également tout le problème du halal et du haram avec ses implications juridiques et culturelles » (Kerrou et M’halla, 1993, p. 202).

12La femme récidiviste sera, par voie de conséquence, qualifiée et traitée en tant que « pute ». Pour les agents de la santé publique, toute fille, qui a recours à leurs services pour un premier curetage ou un premier accouchement, est considérée comme dupe, piégée par un homme qui lui a promis le mariage mais qui la trahie. En cas de récidive, même si toutes ses grossesses résultent d’un seul homme, on insistera alors sur le fait qu’elle a commis un pêché et la seule impression qu’on garde d’elle, et qu’elle est une femme « de mauvaise vie (ahirat) » (Kerrou, M’halla, 1993, p. 205). Par conséquent, les femmes déclarées prostituées ou (re)connues par les institutions publiques comme telles, sont doublement stigmatisées et n’auront accès aux soins qu’avec beaucoup de difficultés – si toutefois elles y parviennent. Craignant d’être arrêtées par la police pour transgression des bonnes mœurs, elles n’osent pas déposer plaintes pour les discriminations qu’elles subissent de la part des agents de santé publique, voire même contre leur agresseurs lorsqu’elles sont molestées. Elles sont aussi considérées comme des femmes qui n’ont aucun sentiment maternel, molestant et abandonnant leurs enfants : des êtres irresponsables et criminels qui n’accordent que peu d’importance à la vie humaine et interrompent sans aucune précaution la vie d’un être humain. L’enquête souligne que les prostituées n’hésitent pas à demander le curetage à n’importe quel moment de la grossesse. Pour elles, les bébés auront un vécu trop difficile. Aussi, elles ne se sentent pas en mesure d’être de bonnes mères et des bons exemples pour leur progéniture. Lenquête par entretiens montre que certaines prostituées abandonnent leurs enfants aux hôpitaux et, dans quelques cas dramatiques, assassinent leurs bébés après avoir accouché.

13Plusieurs femmes prostituées –originaires de la ville de Sfax – souffrent énormément de l’obligation de maintenir leur anonymat au quotidien. « Elles s’efforcent d’assurer une forme d’incognito en évitant au maximum les formes habituelles des relations sociales normales » (Tej Dellagi, 2015, p. 45), comme celle de bénéficier des prestations sociales. Le statut social de prostituée a un impact déterminant sur le vécu des femmes qui l’affrontent. Ces dernières sont perçues comme déviantes, selon la définition de Becker : « [C’] est celui à qui l’étiquette de déviant a été appliquée avec succès ; le comportement déviant est le comportement que les gens stigmatisent comme tel » (Becker, cité par Lacaze, 2008, p. 184). C’est en ce sens que les femmes en question n’ont pas de réelle valeur en tant que sujet humain ; elles sont pour la plupart du temps considérées comme source de péché et de maladies. Les stigmatisées en tant que représentantes de ce mal que constitue « la débauche » – c’est-à-dire l’« usage excessif, déréglé des plaisirs de l’amour »9 – ne sont pas comparables aux femmes bien-nées et « honnêtes » (Kerrou, 2000, p. 37) quant à leurs qualités de mère et à leurs comportements en public. Selon Goffman, « un stigmate désigne un attribut qui jette un discrédit profond sur les personnes en question. Étant perçue comme pas tout à fait humaine, la personne porteuse de stigmate devient la cible de préjugés et de discriminations » (Comte, 2010, p. 427). Rappelons que dans les définitions du « stigmate » d’Erwin Goffman : « On peut distinguer trois types de stigmates. En premier lieu, il y a les monstruosités du corps – les diverses difformités. Ensuite, on trouve les tares du caractère qui, aux yeux d’autrui, prennent l’aspect d’un manque de volonté, de passions irrépressibles ou antinaturelles, de croyances égarées et rigides, de malhonnêteté, et dont on infère l’existence chez un individu parce que l’on sait qu’il est ou a été, par exemple, mentalement dérangé, emprisonné, drogué, alcoolique, homosexuel, chômeur, suicidaire ou d’extrême gauche. Enfin, il y a les stigmates tribaux que sont la race, la nationalité et la religion, qui peuvent se transmettre de génération en génération et contaminer également tous les membres d’une famille » (Goffman, 1975, p. 14).

14Les femmes prostituées ne sont pas seulement stigmatisées par les acteurs sociaux et politiques ou les moralistes. Ce qui précède nous conduit à questionner la responsabilité des agents de l’État dans le domaine de la santé et leur positionnement envers les prostituées.

Statut de prostituée et accès aux soins

15La situation de santé des femmes prostituées est assez difficile à saisir, surtout pour les prostituées formelles qui subissent une régression des rentes depuis les soulèvements du 14 janvier. D’après nos interviewées, la prostitution clandestine a connu une croissance considérable suite aux événements qu’a connu la Libye et l’afflux d’un grand nombre de ses ressortissants. Aussi, elles rendent compte d’une nouvelle génération de filles très jeunes, qui sont enrôlées dans ce secteur. En revanche, la prostitution formelle a connu beaucoup de crises et les quartiers réservés sont devenus la cible des salafistes. La relation entre les femmes prostituées et les agents de la santé est devenue aussi plus complexe. Si pour elles, ceux-ci sont des employés qui doivent rendre service à n’importe quel citoyen qui le leur demande. Inversement, les agents de la santé publique les considèrent comme étant des femmes déviantes, amorales qui méritent d’être sanctionnées au lieu d’être aidées. Pour les agents interrogés, ce comportement sévère envers elles est un moyen dissuasif utilisé afin que ces filles abdiquent et abandonnent « le milieu ». Une ancienne sage-femme confie : « Je voulais bien me comporter avec la femme prostituée ou la mère célibataire comme n’importe quelle autre femme mais je n’arrivais pas à le faire ».

  • 10 . Abdelmadjid Zahaf, originaire de Sfax, est l’un des pionniers de la dermatologie en Tunisie. Exer (...)

16Une prostituée résidant dans le quartier des maisons closes de la ville de Sfax précise des situations vécues de non accès au soin : « Je suis malade et je devrais être opérée ; j’ai un kyste, les médecins refusent de m’accueillir. L’autre fois, ils me chassaient de la porte de la salle des opérations. Ils m’ont dit que j’ai le sida ». Et de renchérir : « Madame, mon sang est propre et les médecins nous soumettent au contrôle régulier. Si j’ai quelque chose d’anormal, je ne peux pas continuer à travailler ici. Je respecte toutes les consignes du médecin et j’exige la «capote». Même si un client me demande un rapport sans protection, je refuse et je le convaincs de l’intérêt du rapport protégé. J’ai à maintes reprises prié « Docteur Zahaf »10 pour qu’il intervienne auprès des médecins, mais je n’ai jamais reçu de réponse. À chaque fois, il me dit qu’il va voir, mais en vain. Je dois travailler afin de subvenir à mes besoins [la charge de deux enfants, le paiement des frais du loyer et les dépenses quotidiennes] » (Entretien réalisé dans le quartier des maisons closes de la ville de Sfax avec une femme prostituée autorisée). 

17Ce type de comportement se retrouve dans d’autres extraits d’entretien. Les femmes enquêtées signalent : « même si nous avons le soin, nous ne pouvons pas nous échapper des mauvaises langues et des chuchotements de la sage-femme et des infirmiers ; nous ne sommes pas traitées comme les autres ».

18Les observations et témoignages recueillis montrent que ces dernières endurent de plus en plus la stigmatisation d’agents de l’État (personnels de santé, agents administratifs) et sont confrontés à des risques qui menacent leur santé, par relégation, par peur ou par simple négligence de ces derniers.

19Une des enquêtées précise : « Je visite un médecin psychiatre à l’hôpital parce que dès mon entrée au quartier j’ai eu des troubles psychologiques. Je n’ai jamais divulgué au médecin que je travaille dans le “Karti” parce qu’en général les médecins ne nous aiment pas. Nous sommes détestées par tout le monde ». (Extrait d’un entretien avec une prostituée autorisée, âgée de 34 ans qui souffre des troubles psychologiques suite à son entrée dans le quartier des maisons closes de Sfax selon ses déclarations).

20D’autres médecins deviennent « entrepreneur de moral » (Becker) et utilisent un vocabulaire peu approprié comme le fait de dire à une femme prostituée ou à une mère célibataire lors de l’accouchement : « Tu n’as connu Dieu que maintenant, où était Dieu avant que tu fasses ton infraction et que tu renonces à ton honneur et à l’honneur de ta famille. » (Extrait d’un entretien).

21Une autre enquêtée ajoute : « J’étais en prison pour une affaire de drogue, et là-bas j’ai constaté que j’étais enceinte de mon ami [dealer de drogue] qui s’est marié avec une autre fille dès que j’étais prisonnière. Jai informé l’administration de la prison que je voulais faire un avortement, je voulais me débarrasser du bébé. Je ne veux plus avoir un enfant hors mariage. Mais les responsables n’ont pas réagi. À ce moment-là, je n’ai trouvé aucune solution que de faire une grève de la faim. En fin de compte, ils ont pris en considération ma demande. J’étais envoyée au planning familial mais c’était déjà trop tard parce que j’avais dépassé la période légale (40 jours) pour subir un avortement ». Elle ajoute : « une seconde fois, j’ai voulu faire un avortement et à ce moment j’ai demandé l’appui du docteur Zahaf parce que je n’avais pas les moyens financiers. Ce dernier m’a donné une lettre de recommandation pour faire un avortement à l’hôpital mais les médecins ont refusé sans aucune explication. Donc il m’a adressée à un docteur dans le secteur privé et ce dernier m’a donné les médicaments gratuitement ».

22Les témoignages dévoilent la discrimination et le refus que subissent les prostituées dans les institutions publiques de soin. « Ces institutions à caractère holistique comme les hôpitaux […] » (Mernissi, 2009, p. 139), exercent sur les prostituées une sorte de pouvoir afin qu’elles se mettent sous leur contrôle.

23Il va sans dire que le service public de la maternité reste le service le plus accessible compte tenu de l’urgence à sauver des vies. Pour ce service hospitalier, les prostituées se trouvent dans l’obligation de divulguer leur statut. Par contre pour bénéficier des prestations des autres services, elles ne sont jamais dans l’obligation de le faire et passent ainsi inaperçues. Mais là encore, les femmes prostituées bénéficiaires rendent compte d’une stigmatisation vécue. Les traditions culturelles et religieuses s’opposent souvent à une pratique professionnelle libre des agents de la santé comme le souligne également l’étude de l’ATFD [association tunisienne des femmes démocrates] qui note l’existence de pratiques discriminatoires à l’égard des femmes célibataires, venues pour avorter. Pour les femmes mariées, « certaines personnes appartenant au corps médical essayent de les dissuader, usant d’arguments d’ordre religieux », avance Emna Hraisi de l’ATFD. Cette étude ajoute que l’offre publique de services d’avortement diminue drastiquement, à partir d’une politique publique qui restreint le droit à l’avortement en fermant certains centres de planning familial en Tunisie, au motif d’un manque de moyens financiers. 

24Parmi d’autres indicateurs de cette stigmatisation, les prostituées en Tunisie ne possèdent pas de carnet de soin et il semble très difficile d’en obtenir un. Même les prostituées qui exercent dans les maisons closes sous la tutelle du ministère de l’Intérieur n’ont pas une couverture sociale qui leur garantit l’accès aux soins. Elles ne bénéficient pratiquement que du contrôle sanitaire coutumier des maisons closes. Seules les femmes prostituées clandestines ayant des projets déclarés (salon de coiffure, parfumerie, etc.) ont droit à l’affiliation à la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) ; les autres femmes prostituées n’ont pas même la chance de bénéficier d’un carnet de soin gratuit ou à demi-tarif. Il ressort que « l’exclusion est multiple et variée pour la plupart des personnes, si omniprésente, si banalisée que peu d’entre elles osent ou veulent porter plainte » (Beylot et Schutz Samson, 1999, p. 17). Dans notre cas, ces exclusions prennent la forme de privations de soins. Le refus de permettre aux femmes prostituées l’accès aux soins représente une des formes d’exclusion la plus visibles. Ces femmes sont aussi exposées à d’autres formes d’exclusions moins visibles telles que le viol, le vol, la violence, l’exploitation.

25Ainsi, à côté de la stigmatisation de la famille, des proches et des voisins, s’ajoute une autre stigmatisation, celle des premiers intervenants de l’aide sociale de l’État : les sages-femmes, les médecins, les policiers, les infirmiers et les assistantes sociales. Certains agents de la santé enferment ces femmes dans le statut de prostituée et ne peuvent voir en elles que le statut de femme déviante. L’édiction de normes des droits humains au niveau étatique autoriserait une forme de légitimation une stigmatisation et des pratiques professionnelles violentes envers des femmes prostituées chez des agents de l’État (médecins et agents de la santé, agents administratifs).

Le recours au secteur privé : une stratégie de contournement risquée

26Pour minimiser les risques potentiels du stigmate et pour y faire face, les femmes prostituées usent de subterfuges. À partir du travail de terrain, on peut souligner que la manière plus ou moins forte de lutter contre les préjugés et de les dépasser dépend de plusieurs facteurs. Parmi eux, celui de l’ancienneté dans le monde de la prostitution ; et celui de l’âge de la femme. Plus la femme est jeune, plus les informations qu’elle possède sur la sexualité et les modes de soin et de prévention sont médiocres parce que ces jeunes femmes ont tendance à suivre les recommandations et les conseils des pairs. Enfin, nous avons rencontré des femmes qui ont adhéré à un réseau associatif et qui, par conséquent, sont membres actives dans des associations qui œuvrent sur la question du “travail du sexe” et principalement sur la sensibilisation aux moyens de prévention des infections sexuellement transmissibles et du sida. Parmi ces femmes, nous trouvons les éducatrices paires de l’ATL MST/sida.

27Une des solutions pour détourner les obstacles est de recourir à l’anonymat au moment de consultations dans des cabinets privés – garants de discrétion et de rapidité des soins. Les femmes prostituées ont souvent leur propre réseau de médecins de pratique libre que les unes conseillent aux autres. Le secteur privé semble être la meilleure solution malgré les risques encourus : « Je ne voulais laisser aucune trace sur mon identité et à la clinique, l’essentiel pour eux est d’avoir la garantie d’être payés. Ils ne cherchent pas à en savoir plus » (Extrait d’un entretien).

28Une jeune fille prostituée originaire de la ville de Sfax précise : « J’ai failli mourir l’autre fois suite à une complication due à un curetage que j’ai fait chez un gynécologue qui exerce dans le secteur privé. J’ai eu une infection de l’utérus qui a contaminé mes reins. Comme vous le savez je suis” bent bled “ et je ne peux pas me rendre au “planning familial”, au risque de rencontrer une connaissance et que l’administration exige une pièce d’identité. Sincèrement, je n’ai pas confiance en eux, ils peuvent tout faire, notamment lorsqu’ils te trouvent seule sans soutien. Tandis que dans le secteur privé, tu peux même donner un pseudonyme. Pour moi, le secteur privé est plus accessible même s’il ne me donne aucune garantie sur ma vie parce qu’en cas de faute médicale je ne peux en aucun cas revendiquer mes droits. Je serai exposée au scandale et aux poursuites judiciaires pour la pratique de la prostitution illégale ». Entretien réalisé avec une prostituée clandestine. Il s’agit d’une élève rencontrée en 2014 par l’intermédiaire de son proxénète lorsqu’elle était en troisième année secondaire. Elle explique alors qu’elle a recours à la prostitution afin de payer ses cours particuliers.

29La majorité des femmes prostituées qui rencontrent une difficulté dans l’accès correct aux soins publics et gratuits ont recours au secteur privé. Mais il faut mentionner que cela ne passe pas aussi facilement. Nous avons constaté que beaucoup de femmes se trouvent dans des conditions de vulnérabilité socio-économique. Par conséquent, elles sont dans l’obligation de retarder l’avortement le temps d’obtenir le montant nécessaire pour le pratiquer. Une femme prostituée confie : « Les clients refusent de fréquenter une enceinte. Donc, je me trouve dans l’obligation de faire des prêts dans le secteur parallèle et de les rembourser en payant deux à trois fois le montant emprunté. Mais le grand problème que nous rencontrons est que, faute d’argent, nous sommes contraintes de retarder l’avortement jusqu’au quatrième ou cinquième mois de la grossesse. Ce retard constitue un grand danger pour notre santé. Lors du dernier avortement que j’ai fait, avant le mois de “Ramadan”, au quatrième mois de la grossesse, j’ai eu des saignements pendant deux mois » (Extrait d’un entretien réalisé avec une prostituée autorisée âgée de 34 ans).

30Il faut aussi évoquer que l’accès aux soins dans le secteur privé semble être réduit à l’acte demandé. Nous avons constaté qu’un bon nombre de femmes prostituées ne possède pas d’informations précises sur les bonnes pratiques ou sur la prévention et l’évitement des grossesses non désirées. Une jeune prostituée de 24 ans nous a déclaré qu’elle a subi huit curetages et qu’elle est aujourd’hui atteinte d’un cancer de l’utérus : « Le cancer que j’ai, c’est à cause de mon petit ami et de la gynécologue. Il paraît que celle-ci m’a fait le curetage avec un matériel non stérilisé. Tu sais, j’ai subi huit curetages. Le dernier bébé, j’ai avorté au cinquième mois. Je n’ai pas découvert que je suis enceinte parce que je saignais et après il s’est avéré que les saignements ce ne sont pas de la menstruation mais plutôt le signe de maladie. J’ai eu une grossesse môlaire d’après les médecins » (Extrait d’un entretien d’une prostituée clandestine âgée de 24 ans).

31À côté de ces femmes, il y en a d’autres qui semblent être plus âgées et plus anciennes dans le monde de la prostitution. Ces dernières fréquentent l’association ATL MST/Sida et elles bénéficient d’actions de sensibilisation et de formations sur les méthodes de prévention des infections sexuellement transmissibles, du sida, etc. ; elles bénéficient également du préservatif gratuitement. Aussi ont-elles accès aux dépistages et au soutien psychologique assuré par une psychologue de l’association.

32Le secteur privé semble être une voie de refuge pour des femmes prostituées mais cela ne va pas sans risques et sans abus. Il ressort de ce qui précède que les prostituées peuvent bénéficier des soins dans le secteur privé moyennant financement. Mais, cet accès aux soins relativement facile par rapport au public, renferme des risques comme la non reconnaissance légale, l’indifférence et le mépris en cas de faute médicale. Il ressort clairement que l’état de santé des femmes prostituées semble être précaire et nécessite une intervention plus adéquate auprès des institutions publiques en ce qui concerne la sensibilisation et la prévention des infections sexuellement transmissibles et des grossesses non désirées. C’est précisément la tâche de la société civile en général et des associations qui ont été créées pour défendre ces dernières en particulier. Aussi, face à cette situation, l’État tunisien se trouve dans l’obligation de veiller à l’application de la loi en vigueur par tous ses représentants en s’appuyant sur les textes juridiques existants pour protéger ces citoyennes et leur permettre de jouir pleinement de leurs droits.

Conclusion

33La prostitution concerne des milliers de Tunisiennes et soulève des problèmes cruciaux, surtout d’ordre sanitaire. À travers cet article, nous avons présenté des exemples qui montrent de fortes discriminations et stigmatisations marquant la vie des femmes prostituées aussi bien dans l’accès aux soins que dans leur quotidien. Les femmes prostituées, autorisées ou clandestines, éprouvent d’énormes difficultés à accéder aux soins car elles subissent souvent des pratiques discriminatoires de la part même des agents de santé. Les associations de défense de ces femmes ont peu de marge de manœuvre. L’État, quant à lui, reste tolérant voire passif. Aucune mesure, ni réforme n’ont été envisagées depuis 2011. L’article souligne que l’accès aux soins des femmes prostituées en Tunisie reste encore très difficile. Des discriminations persistent de nos jours entre les femmes prostituées « encadrées » par la législation des maisons closes et celles clandestines d’une part, et entre celles aux revenus réguliers et celles pauvres et démunies, d’autre part. Ainsi les femmes prostituées qui ont les moyens financiers parviennent à mettre fin à une grossesse non désirée dans des conditions plus favorables. Mais l’inégalité de l’accès à l’avortement continue à refléter les inégalités sociales. En outre, l’article a mis en évidence les problèmes d’ordre psychologique de ces femmes, à côté des problèmes sanitaires liés à la sexualité. Les cas de tentatives de suicide ne sont pas rares, comme le soulignent les enquêtées, dont les raisons sont diverses et principalement liées à un long processus de marginalisation et de désaffiliation sociale.

34Il va sans dire qu’il est difficile de reconstituer un schéma exhaustif des discriminations que subissent les femmes prostituées. Mais, le dépouillement des diverses sources nous a permis d’en saisir les plus récurrentes. « Toute personne a des droits, notamment celui à la sécurité, à des conditions d’hygiène décentes et au temps de pause. […]. Les domaines d’où les personnes prostituées sont exclues sont innombrables : exclues des systèmes de soins, exclues des voies classiques d’accession à un logement, exclues des mouvements associatifs et militants... Exclues en raison de leur activité, en raison de leurs mœurs, en raison de leur origine sociale, en raison de leur état de santé... ». (Beylot et Schutz Samson, 1999, p. 17). En Tunisie, et depuis plusieurs années, l’accès aux soins est autorisé à tout citoyen, quels que soient son statut social et son appartenance géographique. Selon cette logique, les prostituées bénéficient – théoriquement – des mêmes droits sanitaires que n’importe quel citoyen tunisien. Néanmoins, en réalité, alors même que la loi existe, elle n’est généralement pas appliquée comme indiqué et, la plupart du temps, la morale l’emporte sur le droit. Aussi, même si la loi permet le recours à l’avortement dans certaines conditions, il leur est très difficile d’y accéder. Ainsi, cette population fragilisées se trouve souvent face à une famille, la plupart du temps, démissionnaire ; un État nonchalant et une société qualifiée d’« hypocrite », qui produit les sujets-prostituées et qui demande et consomme le service sexuel. Paradoxalement, les lois et les règlements, censés répondre à chaque type de discrimination, restent non appliqués. Lenquête a montré que non seulement les cadres légaux et/ou éthiques ne sont généralement pas mis en pratique, mais plutôt bafoués dans certains cas : l’accès aux droits sociaux et aux soins est théoriquement possible mais très difficile dans les faits.

Haut de page

Bibliographie

Beylot Jean-Marc et Schutz Samson Martine (dir.), 1999, Prostitution et santé communautaire : Essai critique sur la parité, France, Cabiria-Lyon avec la collaboration d’Autres Regards, Marseille et Avignon. http://www.cabiria.asso.fr/IMG/pdf/Essai_Parite.pdf

Boukhayatia Rihab, 2016, « Tunisie : L‘avortement un droit douloureux pour des femmes mariées ou pas », HuffPost, p. 1-108. http://www.huffpostmaghreb.com/2016/08/22/tunisie-avortement-droit-_n_11648966.html

Comte Jacqueline, 2010, « Stigmatisation du travail du sexe et identité des travailleurs et travailleuses du sexe », Déviance et Société, n°3, p. 425-446.

Gil Françoise, 2008, « La prostituée, une invention sociale », Sociétés, n° 99, p. 21-32.

Goffman Erving, 1975, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les éditions de Minuit.

Houerbi Emmanuelle, 2012, « Abdelmajid Zahaf, soigner les plus faible, sans tabous », Tunisie, le Magasine tunisien du mieux vivre. http://www.livretsante.com/plus/abdelmajid-zahaf-soigner-les-faibles-tabous/

Jobin Marie-Josée, 2001, « Prostitution : de la théorie de l’étiquetage à la pratique du vécu. La perception de cinq femmes qui fond de la prostitution », Reflet, n°1, p. 206-228. http://www.erudit.org/revue/ref/2001/v7/n1/026346ar.pdf

Kerrou Mohamed (dir.), 2002, Public et privé en Islam : Espaces, autorités et libertés, Rabat, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC).

Lacaze Lionel, 2008, « La théorie de l’étiquetage modifiée, ou l’ “analyse stigmatique” revisitée », Nouvelle revue de psychosociologie, n° 5, p. 183-199.

Laugier Sandra et al., 2012, « Prenons soin des putes », Multitudes, n° 48, p. 32-37.

DOI 10.3917/mult.048.0032. https://www.cairn.info/revue-multitudes-2012-1-page-32.htm

Mernissi Fatma, 2009, Au-delà du voile : le sexe comme géométrie sociale, Rabat-Casablanca, Fnac.

M’halla Moncef et Kerrou Mohamed, 1991, « La prostitution dans la médina de Tunis aux XIXe et XXe siècles », Annuaire de l’Afrique de Nord, Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman-IREMAM, p. 201-221. http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1991/Pages/AAN-1991-30_38.aspx

Najar Sihem et Othman Challougui Lilia (dir.), 2014, Écrire sur les femmes : retour réflexif sur une expérience de recherche, Paris, l’Harmattan, Tunis, CAWTAR-IRMC.

Pheterson Gail, 2003, « Grossesse et prostitution. Les femmes sous la tutelle de l’État », Raisons politiques, no 11, p. 97-116. DOI 10.3917/rai.011.0097. http://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2003-3-page-97.htm

Prisse Nicolas et Basset Bernard, 2005, « La situation sanitaire des personnes prostituées », Actualité, n° 52, p. 4-7. http://www.hcsp.fr/explore.cgi/Adsp?clef=94

République tunisienne, 2015, Constitution de la République tunisienne, Journal Officiel de la République Tunisienne, Numéro Spécial. http://www.legislation.tn/sites/default/files/news/constitution-b-a-t.pdf

Tej Dellagi Rafla, 2015, Étude qualitative sur les facteurs de vulnérabilité au VIH des travailleurs et travailleuses du Sexe en Tunisie, Tunisie, Aids fonds- UNFPA. http://www.unfpa-tunisie.org/images/stories/2016/pdfs/Dssb%20UNIFPA-fr.pdf

Haut de page

Notes

1 . Global Aids Response Progress Reporting, 2014.

2 . La ville de Sfax, aussi dénommée « la capitale du Sud » depuis 1956, est située au Centre-Est de la République tunisienne. Elle est délimitée par la Méditerranée à l’Est, par le gouvernorat de Mahdia au Nord, le gouvernorat de Kairouan, Sidi-Bouzid et Gafsa à l’Ouest et le gouvernorat de Gabes au Sud. Sa superficie est de 7 545 Km2, soit 5 % de la superficie totale de la Tunisie. Ses caractéristiques majeures : une ville universitaire avec 50 000 étudiants répartis sur 35 établissements, 7 hôpitaux et circonscriptions étatiques et 13 cliniques privées. La ville possède une capacité d’hébergement allant jusqu’à 2 676 lits (Source : site de la République tunisienne, ministère de l’Industrie, de l’Énergie et des Mines (Date de la dernière mise à jour 26/03/2015).

3 . Cet article est issu d’un travail de recherche doctorale en cours, la thèse est intitulée : La prostitution clandestine à Sfax : migration, santé et économie informelle.

4 . Ce sont des femmes prostituées suivies par le réseau d’éducateurs pairs, qui est piloté par le Fonds des Nations Unies pour la population, et présent dans la Division des pays arabes, Europe de l’Est et Asie centrale (DASECA). Ce réseau est soutenu à l’échelle internationale par l’Unicef, UNAIDS, Youth Net, Family Health International et autres organisations internationales dans le cadre du Programme de lutte contre le sida, financé par le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

5 . D’après le site internet [nawaat.org], Nawaat est un blog collectif indépendant animé par des Tunisiens. Il donne la parole à tous ceux qui, par leur engagement citoyen, la prennent, la portent et la diffusent.

6 . http://www.legislation.tn/sites/default/files/news/constitution-b-a-t.pdf.

7 . Il s’agit d’un document interne élaboré par la troupe de la garde des bonnes mœurs (ministère de l’Intérieur), afin de généraliser les informations au profit des agents de police, concernant les procédures de recrutement des femmes désireuses de s’inscrire administrativement dans les quartiers réservés.

8 . C’est nous qui traduisons à partir de la version arabe de l’ouvrage de Mernissi.

9 . http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/d%C3%A9bauche/21779

10 . Abdelmadjid Zahaf, originaire de Sfax, est l’un des pionniers de la dermatologie en Tunisie. Exerçant depuis plus de 30 ans à l’hôpital Hédi Chaker de Sfax, il était président du comité médical et doyen de la Faculté de médecine de Sfax. Il est également président fondateur du Club Rotary et président de l’ATL MST/Sida. http://www.livretsante.com/plus/abdelmajid-zahaf-soigner-les-faibles-tabous/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Faten Msakni, « Effets du stigmate et accès aux soins des femmes prostituées tunisiennes », L’Année du Maghreb, 17 | 2017, 185-199.

Référence électronique

Faten Msakni, « Effets du stigmate et accès aux soins des femmes prostituées tunisiennes », L’Année du Maghreb [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3248 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3248

Haut de page

Auteur

Faten Msakni

Doctorante LAMES AMU / ECUMUS Université de Sfax.

Haut de page