Navigation – Plan du site
Dossier: Genre, santé et droits sexuels et reproductifs au Maghreb

Entretien avec Dalila Alaoui. Des femmes et des destins

Daniel Delanoë
p. 235-239

Texte intégral

1Artiste plasticienne et écrivaine franco-marocaine, Dalila Alaoui explore l’univers des femmes marocaines à travers un regard à la fois intimiste et historique, délicat et critique où le rêve et la beauté des visages et des étoffes n’ignorent pas la violence de la domination masculine.

  • 1 . Ceci est ma ville, 2015, © Dalila Alaoui, aquarelle, tempera, collage sur papier Arche, 53x69 cm.

2Daniel Delanoë : Votre peinture Ceci est ma ville1 illustre la couverture de ce numéro de l’Année du Maghreb « Genre, santé et droits sexuels et reproductifs au Maghreb ». On y voit une femme en caftan. Son ventre est traversée par une ruelle et des portes. Dans la partie gauche supérieure une sorte de rectangle rouge. Nous avons choisi cette oeuvre car elle nous paraît représenter la situation des femmes dans l’espace privé et l’espace public, et l’imbrication de ces deux espaces, où se mêlent parure, beauté, contrainte et violence.
Dalila Alaoui : Cette peinture appartient à une série que j’ai réalisée à partir d’images de mon enfance, d’images vécues et de souvenirs. J’utilise des photographies essentiellement familiales et se référant souvent à la ville de Meknès, le berceau de ma famille paternelle.
Ceci est ma ville est une peinture d’une femme-paysage faite d’après une photographie de mariage des années 1970, les années de mon adolescence au Maroc, où j’observais mes cousines et mes tantes parées de leurs plus beaux costumes pour différentes cérémonies. Je dispose de ces portraits de famille, de ces corps préparés pour des cérémonies de mariage avec leurs vêtements, bijoux et maquillages, et j’y rajoute monuments, ruelles, et architectures de Meknès : la porte Bab El Mansour et le palais Moulay Ismaël. Je me suis servie des passages de ce palais d’une porte à une autre, d’une ouverture à une autre. Je les traite alors comme ayant un rapport manifeste à la féminité. Le titre fait référence à la phrase du Christ « Ceci est mon sang », alors qu’il s’éloigne du corps réel. C’est une femme... traversée. Les tons bleus de l’architecture et du personnage, avant l’apparition d’un voile rouge qui signifiera sa résurrection, font disparaître tout élément organique. Ici, il y a juste un fond rose et des taches roses, une allusion au sang féminin et au drap taché du sang nuptial.

  • 2 . Présentée en 2014 à Abstractions légitimes, Dak’Art 2014, Pavillon marocain, Biennale de Dakar, p (...)

3DD. La domination subie par les femmes est un thème important dans votre travail. Et vous l’évoquez dans la série des mariés, avec les mythes et les rites comme dans l’installation Je meurs pour que vous viviez2.
DA. Cette installation fait référence au rituel des Regragas dans la région d’Essaouira, en rapport avec un mythe qui remonte sans doute au néolithique et que l’on retrouve en Kabylie, en Lybie, en Russie. Pour que la terre soit fertile, il faut chaque année sacrifier une « mariée » au Dieu de la pluie. Ces femmes sont suggérées au moyen d’étendards appelés ‘allamates, du terme arabe al-alam, qui signifie drapeau, que l’on offre au Dieu de la pluie pour qu’il les épouse et ainsi féconde la terre.

  • 3 . Exposition de la Société Générale à Casablanca, Corps et figure du corps.
  • 4 . Le caftan, sexes, 2008-2016, © Dalila Alaoui, aquarelle, tempera sur papier, 65x50 cm.

4DD. Dans cette peinture, le caftan est un élément important. Que représente-t-il encore ?
DA. Ceci est ma ville fait aussi écho à l’installation Le grand caftan traversé3. Ce titre fait écho à une chanson populaire qui utilise cette expression pour parler du rapport sexuel. Ici les fleurs de l’ornementation des tissus du caftan se mélangent à des ossements et à des pénis.
Dans la peinture Le caftan, sexes 4 le sexe masculin est comme un bijou bouclier, une ornementation dans la ceinture de mariée. Le féminin s’inscrit dans l’ouverture du caftan comme l’ouverture d’un sexe de femme et évoque la base du contrat du mariage, la progéniture à engendrer.

  • 5 . Les grilles (détail) 2004-2010 © Dalila Alaoui, dessin-empreinte encre chalcographique, tempera s (...)

5DD. Et Les grilles 5 ?
DA. Les grilles représente le visage d’une femme qui disparaît derrière le poids des traditions et des obligations qu’elle doit accomplir tout au long de sa vie et qui est malgré elle marquée par le risque de l’opprobre ou de la Hachouma, la honte, si elle n’accomplit pas un destin que la société lui dicte.

  • 6 . Autoportrait à la babouche ou les grilles 2007 © Dalila Alaoui, encre, tempera sur papier, 11x15c (...)

6DD. Autoportrait à la babouche6 indique la présence de l’homme. Le pied de l’homme en babouche appuie sur la tête de la femme, dans une mise en image de la violence de la domination masculine.
D A. C’est le propos mais il s’agit de transmission aussi, ce sont des autoportraits et c’est le pied du père. La babouche appuie sur un point du cerveau, comme un système d’éducation. Tout est inscrit. Où est notre marge de liberté, comment l’atteindre ?

  • 7 . La province de mon rêve, Résidence/Exposition : Galerie 379, Nancy et Château Lyautey, Thorey, Fr (...)

7DD. Dans l’installation que vous avez réalisée en 2015 dans le château de Lyautey, La province de mon rêve7, vous écrivez : « À moi de comprendre cet entre-deux sur lequel je me suis construite. » Le fait de vivre en France vous donne-t-il un regard différent sur cette forme de domination masculine ?
D A. Il s’agit d’aborder cette parenthèse historique dont je suis issue qui est la colonisation mais aussi toutes les formes de pouvoirs qui sont exercées. Les sociétés dans lesquelles nous vivons sont patriarcales. Dans chacun de mes deux pays, je perçois bien comment les femmes encaissent les manières de vivre entre tradition et modernité, et comment, de toutes les façons, il leur faut tenir leur autonomie, leur indépendance mais aussi assurer l’accomplissement de leur genre.

Autoportrait à la babouche ou les grilles 2007 © Dalila Alaoui, encre, tempera sur papier, 11x15cm.

Autoportrait à la babouche ou les grilles 2007 © Dalila Alaoui, encre, tempera sur papier, 11x15cm.

8

Les grilles (détail) 2004-2010 © Dalila Alaoui, dessin-empreinte encre chalcographique, tempera sur papier japon huilé marouflé sur papier, 82x21 cm.

Les grilles (détail) 2004-2010 © Dalila Alaoui, dessin-empreinte encre chalcographique, tempera sur papier japon huilé marouflé sur papier, 82x21 cm.
Haut de page

Bibliographie

Expositions récentes

2016

Alice Still Alive, Espace Saint-Sauveur, Issy-les-Moulineaux, France.

2015

Carte blanche Amina Benbouchta, Espace CDG, Rabat, Maroc.

La province de mon rêve, Résidence/Exposition : Galerie 379, Nancy et Château Lyautey, Thorey, France.

Aumônières Contemporaines, Cathédrale de Troyes, France.

Regarder – Habiter, La cave à bananes, Paris, France.

Entre Nous, L’Oriental marocain, Le Maroc Contemporain, Institut du Monde Arabe, Paris.

2014

Africaines, quinze femmes en création, Espace Actua, Biennale de Casablanca, Maroc.

La retraite sentimentale, Maison Nationale des Artistes, Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques, Nogent-sur-Marne, France.

Abstractions légitimes, Dak’Art 2014, Pavillon marocain, Biennale de Dakar, Sénégal.

2013

Dans la part de l’autre, un appartement à Paris.

Traces de femmes, Villa des Arts, Casablanca.

La mariée sur un rocher, Marseille 2013, résidence de création Villa47, Marseille, France.

Contact : dalila.alaoui@orange.fr

Site : http://www.dalilaalaoui.eu/

Haut de page

Notes

1 . Ceci est ma ville, 2015, © Dalila Alaoui, aquarelle, tempera, collage sur papier Arche, 53x69 cm.

2 . Présentée en 2014 à Abstractions légitimes, Dak’Art 2014, Pavillon marocain, Biennale de Dakar, puis en 2015 à l’exposition Le Maroc Contemporain, Entre Nous l’Oriental, Institut du Monde Arabe, Paris.

3 . Exposition de la Société Générale à Casablanca, Corps et figure du corps.

4 . Le caftan, sexes, 2008-2016, © Dalila Alaoui, aquarelle, tempera sur papier, 65x50 cm.

5 . Les grilles (détail) 2004-2010 © Dalila Alaoui, dessin-empreinte encre chalcographique, tempera sur papier japon huilé marouflé sur papier, 82x21 cm.

6 . Autoportrait à la babouche ou les grilles 2007 © Dalila Alaoui, encre, tempera sur papier, 11x15cm.

7 . La province de mon rêve, Résidence/Exposition : Galerie 379, Nancy et Château Lyautey, Thorey, France.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Autoportrait à la babouche ou les grilles 2007 © Dalila Alaoui, encre, tempera sur papier, 11x15cm.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/3281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Les grilles (détail) 2004-2010 © Dalila Alaoui, dessin-empreinte encre chalcographique, tempera sur papier japon huilé marouflé sur papier, 82x21 cm.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/3281/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Delanoë, « Entretien avec Dalila Alaoui. Des femmes et des destins », L’Année du Maghreb, 17 | 2017, 235-239.

Référence électronique

Daniel Delanoë, « Entretien avec Dalila Alaoui. Des femmes et des destins », L’Année du Maghreb [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3281 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3281

Haut de page

Auteur

Daniel Delanoë

CESP, INSERM, U 1178, Université Paris V.daniel.delanoe@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page