Navigation – Plan du site
Chroniques politiques
Libye

Libye : Trois autorités et un Maréchal ou le défi de l’unité

Saïd Haddad
p. 259-282

Entrées d'index

Géographie :

Libye
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Signé le 17 décembre 2015 à Skhirat au Maroc,

1L’Année 2016 a vu la mise en œuvre de l’accord politique libyen (l’Accord)1 entravée par les multiples conflits entre les protagonistes de la crise libyenne. En dépit de l’appui de la « communauté internationale » (principalement les États occidentaux et le Conseil de sécurité de l’ONU, lui-même dominé par ses membres permanents) à cet Accord et du succès remporté dans la lutte contre l’organisation de l’État islamique (EI), notamment avec la reprise de la ville de Syrte, les tensions politiques sont toujours aussi vives. En fait, le gouvernement reconnu de Tripoli dépend militairement des milices qui le soutiennent et la situation sécuritaire est toujours aussi polarisée. Les avancées de l’Armée nationale libyenne (ANL) du général Haftar font de ce dernier un acteur, de plus en plus incontournable, dans l’éventuelle résolution de la crise libyenne.

Une installation du gouvernement d’union nationale contestée

  • 2 . Sur les dispositions de l’Accord, voir notre chronique de l’année précédente.

2Selon les termes de l’Accord2, le nouveau gouvernement d’union nationale (GUN) doit s’installer à Tripoli le 17 janvier 2016, soit 30 jours après la signature du document à Skhirat. Ce gouvernement, formé pour une durée d’un an durant laquelle une Constitution doit être adoptée, puis avalisée par la Chambre des Représentants sise à Tobrouk (CdR), est confronté à une double opposition : celle du Gouvernement intérimaire installé à al Bayda et celle de l’ancien Gouvernement de Salut national. Cette double opposition s’est d’ailleurs manifestée lors d’une rencontre entre les présidents des deux parlements rivaux à Tunis, le 9 décembre 2015.

Le premier gouvernement

  • 3 . Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Libye et chef de la Mission d’app (...)

3Toutefois, lors d’un déplacement de Martin Kobler3 à Tobrouk le 31 décembre 2015, Aguilah Salah, le président de la CdR a exprimé son soutien au gouvernement d’union (rfi.fr, 1/01/2016), tandis que les autorités de Tripoli – non reconnues par la communauté internationale – le recevaient le lendemain afin d’aborder la question de l’installation du GUN, et celle du retour des Nations Unies dans la capitale libyenne, abandonnée par ses personnels lors des combats de l’été 2014 (rfi.fr, 3/01/2016). Ces visites se déroulent alors que le Conseil présidentiel pour le Conseil des ministres, selon la dénomination officielle (Conseil présidentiel) se réunit à Tunis afin de former le nouveau gouvernement. L’annonce de sa constitution deux jours après le délai prévu dans le document de Skhirat (soit le 19 janvier) par le premier Ministre Fayez al-Sarraj, intervient alors que l’EI a lancé une offensive à partir de Syrte vers l’ouest et l’est du pays et qu’à nouveau, des voix se font entendre à l’étranger en faveur d’une intervention internationale (voir infra) pour contrer la menace djihadiste.

  • 4 . Le Conseil présidentiel comprend 9 membres : outre le premier Ministre, il est composé de 5 vice- (...)
  • 5 . « Libya rivals announce unity government as part of UN-backed plan », The Guardian, 19/01/2016. « (...)
  • 6 . Décret n° 3 du Conseil présidentiel, 18/01/2016, disponible sur le site du DCAF, <http://security (...)

4L’équipe gouvernementale présentée comprend 32 membres et, à l’instar de ce qui avait prévalu lors de la nomination des 3 premiers vice-premiers ministres, membres du Conseil présidentiel4, respecte peu ou prou l’équilibre entre les trois régions du pays, la Tripolitaine, la Cyrénaïque et le Fezzan dont sont respectivement issus Ahmed Meitig, Fathi Mejbari et Musa Kuni. Le respect des équilibres régionaux et des rapports de force libyens caractérise ce premier cabinet post-Skhirat5. Ainsi, le ministre de l’Intérieur, al- Aref al Khoja, proche de la coalition Fajr Libya et des islamistes, est-il originaire de Tripolitaine, alors que le titulaire du portefeuille de la Défense est al- Mahdi al- Barghathi, originaire de l’Est et l’un des commandants de l’armée nationale libyenne (ANL) dirigée par le général Khalifa Haftar. Marwan Ali Abu Sriwel, nommé ministre des Affaires étrangères, est issu d’une famille présente dans l’ouest et l’est du pays, tandis que son homologue à la justice Abdel Salam Mohamed al Junaidi est originaire du Sud libyen et que le ministre de l’Information, Khaled Abdel Hamid Nejm, issu de Cyrénaïque est réputé fédéraliste. Quant à la seule femme du gouvernement, Asma Mustafa al Usta, elle est nommée à la Culture6.

  • 7 . Security Council, « Security Council Press Statement on Libya », SC/12214-AFR/3309, 20/01/2016.

5La répartition des portefeuilles régaliens est révélatrice de cette volonté de respecter ce double équilibre régional et politique et de faire travailler ensemble les deux camps opposés. Cependant, en dépit de la satisfaction exprimée par le Conseil de Sécurité des Nations Unies (CSNU)7 ou des pays voisins, le nouveau Cabinet doit franchir un certain nombre d’obstacles ou d’étapes. Le premier, non le moindre, est celui de l’approbation de la CdR, a priori hostile à ce gouvernement. Devant se prononcer 10 jours après la constitution du cabinet, le parlement de Tobrouk est divisé sur des lignes de fractures politique et régionale : sur les 138 députés actifs (50 autres députés le boycottent), 80 des 91 des parlementaires partisans de l’Accord sont originaires de Tripolitaine et du Fezzan tandis que les 47 députés opposés sont originaires de Cyrénaïque (Haimzadeh, 2015). Le deuxième obstacle – déjà évoqué – est celui de son transfert de Tunis à Tripoli, le Gouvernement de Salut national dirigé par Khalifa al Ghweil et le président du CGN, Nouri Abou Sahmein, dont l’autorité n’est pas reconnue par la communauté internationale, étant hostiles à l’initiative de l’ONU.

6Enfin, le troisième obstacle relève de la composition même de son gouvernement : l’appartenance de ministres à des camps qui s’affrontent violemment depuis 2014 laisse l’observateur sceptique quant à la viabilité du cabinet. La dynamique enclenchée par l’Accord et la formation du gouvernement sera-t-elle vertueuse au point de combler les divergences entre nouveaux partenaires, de leur faire abandonner leurs anciennes allégeances et de susciter de nouveaux ralliements ? Tel est le pari fait en ce début d’année. L’autre défi à relever pour ce gouvernement concerne la manière dont l’hypothèque Haftar pourrait être contournée, ce dernier étant réticent, sinon hostile, à l’Accord du 17 décembre 2015, notamment en raison de l’article 8 qui le placerait sous la tutelle du Conseil présidentiel.

  • 8 . Alex Thurston, « Libya: Mahdi al Barghathi is the Man to Watch », Sahel Blog, 20/07/2016, <https: (...)

7La nomination d’al Mahdi al Barghathi, ancien commandant de la Tank Brigade 204, impliqué dans la lutte contre les islamistes de Benghazi dans le cadre de l’Opération Karama, peut être analysée comme un moyen de maintenir et de renforcer les liens avec l’est du pays dont il est issu. Par ailleurs, ce dernier est réputé avoir de bonnes relations avec un certain nombre d’acteurs, opposés ou alliés à Haftar, à l’instar des officiers de l’ANL et d’Ibrahim Jadhran, chef de la Petroleum Facilities Guard (PFG, Garde des installations pétrolières, milice chargée de protéger les installations pétrolières). À noter que sa popularité parmi les militaires, le soutien des Awaqir, une tribu importante de Cyrénaïque, ont distendu ses relations avec l’homme fort de Tobrouk, ce dernier estimant également qu’al Barghathi n’était pas à la hauteur du poste qui lui était proposé8.

8Le 25 janvier, la CdR refuse de voter par 89 voix (sur 104 députés présents) la confiance au Cabinet Sarraj. La raison invoquée est que ce dernier est pléthorique, les parlementaires demandant la formation d’un gouvernement plus restreint. La nomination d’un ministre de la Défense ne recueillant pas l’assentiment du général Haftar semble pourtant être la raison principale du refus de la CdR d’accorder la confiance à ce premier gouvernement d’union nationale.

9La question sécuritaire et son traitement demeure l’un des principaux points de clivage : si la problématique de la primauté du Conseil présidentiel en matière de commandement suprême de l’armée libyenne a déjà été évoquée, les clauses additionnelles à l’article 8 ont participé du rejet par les parlementaires du gouvernement proposé. En effet, il est stipulé que tous les pouvoirs des hauts responsables civils et militaires de la sécurité libyenne doivent être transférés au Conseil présidentiel dès la signature de l’Accord et que les nominations à ces postes doivent se dérouler dans un délai de 20 jours avec la possibilité d’étendre ce délai à 30 jours supplémentaires. Ce qui signifie une possible révocation du général Haftar.

Le deuxième gouvernement al-Sarraj

  • 9 . Cette rencontre a lieu sur la base militaire d’al Marj, le 30 janvier 2016.
  • 10 . « Libye : des députés veulent voter sur le gouvernement d’union hors de Tobrouk », Voice of Ameri (...)

10Présentant sa démission ainsi que celle de son gouvernement le jour même, le premier Ministre propose, après 20 jours de tractations dont une rencontre avec le général Haftar9, un gouvernement plus restreint. Composé de 18 ministres parmi lesquels 3 femmes et 5 ministres d’État, le nouveau cabinet présenté le 14 février, doit recueillir l’assentiment de la CdR, le 23 février. Mais le vote est reporté : une centaine de parlementaires déclarent avoir été empêchés de voter et appellent à la tenue d’un vote de confiance hors de Tobrouk, les conditions d’un scrutin serein n’étant pas, selon eux, réunies10.

  • 11 . En visant nommément Khalifa Ghweil (gel des avoirs et interdiction d’entrée sur le sol américain) (...)

11Exprimant leur soutien au gouvernement d’al Sarraj, ces députés sont salués par Martin Kobler qui voit là une opportunité de faire avancer un processus politique enlisé dans les querelles partisanes. Le blocage de l’Accord est fortement critiqué par le ministre français des Affaires étrangères : le 10 mars, il en appelle à l’Union européenne (UE) pour sanctionner les dirigeants de Tripoli, Khalifa Ghweil et Nouri Abou Sahmein, ainsi que le président de la CdR (lefigaro.fr, 10/03/2016). Ces derniers, sanctionnés trois semaines plus tard, le 31 mars, par l’UE d’une interdiction de voyager, voient leurs avoirs financiers gelés en Europe. Les États-Unis font de même le 18 avril11. L’annonce de ces mesures intervient alors que le nouveau gouvernement et les autorités de Tripoli sont entrés dans un bras de fer, l’enjeu étant l’installation de l’administration Sarraj dans la capitale libyenne. Elles illustrent l’implication et l’engagement de l’UE et des États-Unis auprès du gouvernement d’union nationale.

  • 12 . Aidan Lewis, « “Feu vert’’ pour le gouvernement d’union en Libye », Reuters, 13/03/2016.
  • 13 . C’est-à-dire de la résolution 2259 du CSNU : adoptée le 23 décembre 2015, ce texte le reconnait c (...)
  • 14 . Texte de la déclaration des membres du Dialogue politique libyen disponible sur le site de l’UNSM (...)

12Le 12 mars 2016, à Tunis, le Conseil présidentiel, qui s’autoproclame légitime, invite « les institutions libyennes à lancer le processus de transfert du pouvoir au nouveau gouvernement d’union et demande à la communauté internationale de traiter exclusivement avec ce gouvernement »12. Le Conseil est soutenu par les Nations Unies, l’Allemagne, les États-Unis, la France, l’Italie et la Grande Bretagne qui appellent « toutes les institutions publiques libyennes à faciliter un transfert ordonné et pacifique du pouvoir afin que les nouveaux dirigeants libyens puissent commencer à gouverner à partir de la capitale » (la-croix.com, 13/03/2016). Tous ces pays et l’ONU agitent la menace de sanctions qui seront d’ailleurs prises quelques semaines plus tard. Se prévalant de la légalité internationale13, le gouvernement d’entente nationale s’appuie également sur la pétition des cent parlementaires de la CdR qui lui avaient apporté leur soutien. Considérant cette pétition comme un « feu vert pour commencer le travail », le gouvernement se réfère également à la déclaration émise par des négociateurs de l’Accord de Skhirat, réunis à Tunis le 10 mars 2016. Les membres du Dialogue politique libyen accordent ainsi de la valeur à la pétition des parlementaires de Tobrouk (« they valued the statement of 23 February by the majority of members of the House of Representatives in which they expressed approval of the formation of the Government of National Accord ») et pressent le gouvernement de « prendre les mesures nécessaires pour commencer rapidement son travail à Tripoli », tout en appelant la CdR à assumer ses responsabilités dans le cadre de l’Accord14.

  • 15 . Frédéric Bobin, « En Libye, le gouvernement d’“union nationale” proclame sa légitimité », lemonde (...)

13Ce faisant, en s’affranchissant d’un vote parlementaire formel, le gouvernement d’union nationale tente un coup de force aidé en cela par la communauté internationale et les formulations ambigües de la déclaration du 10 mars par des membres du dialogue politique libyen15. En laissant entendre que la pétition des parlementaires se substitue à un vote en bonne et due forme, le gouvernement commet une infraction à l’ordre constitutionnel dont il est issu et alimente ainsi l’opposition des autorités de Tripoli et de Tobrouk. Le 16 mars, le gouvernement de Tripoli ainsi que le CGN rejettent la déclaration d’al Sarraj, le premier affirmant qu’un « gouvernement imposé depuis l’étranger ne bénéficiant pas du consensus des Libyens » n’a pas sa place dans le pays, (elwatan.com, 16/03/2016). Au lendemain d’une déclaration du Premier ministre al Sarraj sur l’installation à Tripoli « dans les tous prochains jours », le même argumentaire est repris par les autorités de Tobrouk qui dénoncent « la démarche de certaines parties internationales qui veulent imposer ce gouvernement d’union nationale » (rtbf.be, 18/03/2016). Le refus par le premier ministre du Gouvernement de Salut national de la médiation de Martin Kobler en lui déniant le droit de venir à Tripoli, le 23 mars, la proclamation par décret de l’état d’urgence « maximal » dans la capitale libyenne deux jours plus tard et l’organisation de manifestations hostiles à l’installation du cabinet Sarraj témoignent de l’attitude maximaliste des partisans de l’ex-CGN, attitude qui justifie les sanctions de l’UE et des États-Unis évoquées plus haut. Le 30 mars, après un appel du Secrétaire général des Nations Unies, lancé depuis Tunis, à l’installation du gouvernement d’union nationale à Tripoli, celui-ci arrive avec Sarraj à sa tête par voie maritime dans la capitale libyenne. En s’installant dans la base navale d’Abusita, ce gouvernement ouvre ainsi un nouveau chapitre dans la crise politique libyenne. Il faudra attendre cependant, le 11 juillet, pour que le gouvernement s’installe au siège de la présidence du gouvernement (jeuneafrique.com, 12/07/2016).

L’installation à Tripoli du gouvernement d’union nationale

  • 16 . Voir notre chronique de l’année 2015.
  • 17 . Rejointes par la ville de Bani Walid, le 3 avril.

14Contrairement à ce que pourrait laisser entendre l’attitude des autorités de Tripoli, hostiles à l’Accord du 17 décembre, Sarraj et son cabinet sont confrontés à un bloc politique et militaire profondément divisé. Le débarquement du GUN met en lumière des dissensions apparues lors des années précédentes, notamment lors des négociations ayant débouché sur l’adoption de l’accord politique libyen16. En effet, certains participants aux pourparlers de l’année 2015, plus particulièrement des membres de Fajr Libya, le parti des Frères musulmans, les conseils municipaux de Tripoli, Misrata ou de Gharian, avaient exprimé leur soutien à l’initiative des Nations Unies. Soutien réitéré le 31 mars 2016 par une dizaine de municipalités de l’ouest du pays dont Sabratah, Zawiya, Zwara, Zultan, Ragdalin, al Jmail, Ajilat, Sorman17.

  • 18 . Jules Crétois, « Qui sont les forces spéciales Rada ? », jeuneafrique.com, 26/05/2017, <http://ww (...)

15Sur le plan politico-sécuritaire, certaines milices se sont déclarées prêtes à apporter leur concours au nouveau pouvoir ou être bienveillante à son égard. Il en est ainsi de la milice dirigée par Haythem Tajouri dont le principal objectif est de protéger ses intérêts (Toldao, Fitzgerald, 2016) et des forces spéciales Rada (Special Deterrent Forces), sous l’autorité d’Abdel Raouf Kara et d’obédience salafiste. Fortes de 1 500 hommes, les forces Rada, qui contrôlent l’aéroport militaire de Tripoli – formellement sous l’autorité du ministère de l’Intérieur –, sont également engagées dans la lutte contre l’EI et entretiennent des relations tant avec certains membres de la brigade Nawasi qu’avec certaines forces spéciales de l’ouest qui ne veulent pas rejoindre Haftar (ibid.)18.

  • 19 . Carlotta Gall, Weary of Chaos, Factions in Libya Consider Peace, nytimes.com, 12/01/2016, <https: (...)

16Du côté de Misrata, la participation d’Ahmed Meitig au Conseil présidentiel a permis le ralliement de milices de la ville parmi lesquelles on compte les plus importantes, les brigades Halbous et Zawiat al Mahjoub19.

  • 20 . En dépit du dépôt d’un recours déposé devant Cour suprême par Abou Sahmein et d’une déclaration d (...)

17La reconfiguration du paysage politico-militaire à l’ouest du pays, entre pro-GUN et forces qui lui sont hostiles s’accompagne également d’une reconquête symbolique des lieux de pouvoir. Alors que les opposants les plus farouches au GUN dont Khalifa Ghweil, Nouri, Abou Sahmein ou le mufti al Ghariani ont quitté Tripoli le 31 mars, le cabinet d’union visite le centre de la ville (1er avril), puis prend le contrôle du site internet du Premier ministre (6 avril) après que les autorités non reconnues de Tripoli ont annoncé la veille qu’elles cessaient d’exercer leurs « fonctions exécutives, présidentielles et ministérielles » afin de « mettre fin à l’effusion de sang et éviter la partition de notre nation » (lemonde.fr, 6/04/2016)20.

  • 21 . AFP, « Libye : la banque centrale et la compagnie pétrolière rallient le gouvernement d’union », (...)
  • 22 . Les autres ministères sont ceux des Transports, des Affaires sociales, de l’Habitat, de la Jeunes (...)

18Le même jour, le Congrès général s’autodissout et est annoncée la création du Haut Conseil d’État, organe consultatif mentionné dans l’Accord. Il prend formellement ses fonctions, le 23 avril, avec à sa tête Abdulrahman Al-Sweihli et Saleh al-Makhzoum comme adjoint, tous les deux élus le 6 avril. Par ailleurs, le 3 avril 2016, la Banque centrale de Libye (BCL), la National Oil Corporation (NOC), la compagnie pétrolière libyenne, ainsi que l’Autorité libyenne d’investissement (Libyan Investment Authority) reconnaissent le gouvernement d’union21. Un peu plus de trois semaines après l’arrivée de Sarraj, en dépit d’un nouveau report du vote de la CdR, prévu le 18 avril, pour confirmer le GUN et malgré le déplacement à Tobrouk de Martin Kobler, le gouvernement a pris le contrôle de six ministères dont celui des Affaires étrangères22 (jeuneafrique.com, 25/04/2016).

  • 23 . Tout d’abord, il y a la visite, le 12 avril, du ministre italien des Affaires étrangères. Elle es (...)
  • 24 . Conseil de l’Union européenne, Conclusions du Conseil sur la Libye, Communiqué de presse 193/16, (...)
  • 25 . Dénommée également EUNAVFOR, elle a pour objet de démanteler les réseaux de migrants.

19L’empressement des chancelleries occidentales à se rendre en Libye23, quelques jours après l’installation du gouvernement Sarraj, est à la hauteur des inquiétudes provoquées par la fragmentation de la situation politique, ainsi que de leur soulagement à l’issue d’une installation dont ils pouvaient redouter le pire. La mise en place d’un gouvernement d’union nationale soutenu par la communauté internationale est, par ailleurs, la condition sine qua non pour une éventuelle intervention internationale afin de lutter contre l’EI en expansion. En effet, en vertu de l’Accord, notamment de ses articles 56 et 57, le gouvernement peut demander l’assistance de l’UNSMIL et des organisations régionales dans le domaine de la sécurité. Le jour même du (non) vote de la CdR, l’UE débloque 100 millions d’euros afin d’aider le GUN dans les domaines de la sécurité, de la reconstruction et du contrôle des frontières. La réunion des ministres européens des Affaires étrangères et de la Défense24 (qui s’est conclue par une visioconférence avec le Premier ministre libyen) met ainsi en avant ses deux dossiers prioritaires que sont le combat contre l’EI (et le retour à la sécurité) et « la lutte contre la migration irrégulière et de trafic de migrants et de traite des êtres humains, dans le cadre plus large de l’appui à la réforme du secteur de la sécurité ». L’élargissement de la mission Sophia25 à la lutte et la mise sur pied d’un corps de garde-côtes libyens en coordination avec l’OTAN ont été aussi au menu du Conseil (voir infra).

La nouvelle bataille de Syrte

20Depuis la fin de l’année 2015, l’EI contrôle près de 250 km de bande côtière de part et d’autre de la ville de Syrte qu’elle a conquise le 29 mai 2015. Le caractère stratégique de la Libye a plusieurs fois été souligné par les responsables de l’EI en raison, non seulement de sa position géographique (au sud de l’Europe et au nord de l’Afrique), mais aussi de son « réservoir inépuisable de ressources » notamment pétrolières. « Base de pénétration, […] marche, au sens carolingien du mot, ou encore d’une frontier à l’américaine, vers le Maghreb et Bled es-Soudan » (Martel, 2016, p. 252), Syrte devient le point de départ d’une nouvelle offensive de l’organisation djihadiste en ce début d’année 2016, profitant ainsi de la nouvelle période d’incertitudes ouverte par la constitution du GUN.

L’offensive de l’EI

  • 26 . lexpress.fr, « Libye : L’EI commence à pénétrer vers l’intérieur selon Le Drian », 14/12/2015, <h (...)
  • 27 . Un autre attentat a lieu, le même jour, à Ras Lanouf, faisant 6 morts, rfi.fr, 8/01/2016.
  • 28 . Conseil de Sécurité des Nations Unies, Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye sur la ise (...)

21Le 4 janvier l’EI lance une offensive à l’est de Syrte et s’empare de Ben Jawad avant de poursuivre vers les terminaux pétroliers de Ras Lanouf, de Brega et Sidra où elle se heurte aux forces armées des Petroleum Facilities Guard de Jadhran, appuyées par l’aviation de Fajr Libya, basée à Misrata (AFP, 6/01/2016). Les forces de l’EI ont également tenté d’accoster au port pétrolier de Zuwetina, au nord d’Ajdabiya, confirmant les craintes du ministre français de la Défense exprimées quelques semaines auparavant sur la pénétration à l’intérieur du pays vers les zones pétrolières de l’est26. Cette offensive se double d’un attentat spectaculaire, le 7 janvier dans la ville de Zliten, faisant 65 morts dans un centre de formation de la police, situé dans une zone contrôlée par Fajr Libya27. La capacité de l’EI de frapper dans les fiefs de Fajr Libya ou de Karama a été soulignée dans le Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye sur la mise en œuvre des mesures concernant l’embargo sur les armes, le gel des avoirs et l’interdiction de voyage (ou Comité des Sanctions) rendu public en mars 201628. Y est soulignée également l’attractivité de cette organisation : « La montée de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) en Libye est à même d’accroître l’ingérence internationale et régionale dans les affaires intérieures du pays et d’entraîner une polarisation accrue, si aucune coordination n’est établie pour y mettre un terme. En prévision de cela, l’EIIL diffuse un discours nationaliste et se dépeint comme le rempart le plus solide contre une ingérence étrangère ». Cette attractivité de l’EI ainsi que ses capacités de recrutement, de mobilisation et d’action sont ainsi au cœur des préoccupations internationales et alimentent les rumeurs d’une intervention internationale, bien que le ministre français de la Défense ait déclaré, lors d’une visite de la Force Chammal à Bahrein à la fin de l’année 2015, que ce n’était « pas à l’ordre du jour » (reuters.com, 31/12/2015).

  • 29 . L’attaque de Ben Guerdane en Tunisie, le 7 mars 2016 en est l’illustration, le commando provenant (...)
  • 30 . Nathalie Guibert, « La guerre secrète de la France en Libye », Le Monde, 24/02/2016 ; Olivier Fou (...)
  • 31 . Ainsi, lors d’une réunion entre le général commandant l’AFRICOM (United States Africa Command) et (...)

22Les frappes américaines contre l’État islamique à Sabrata, le 19 février 2016, qui font une cinquantaine de morts chez les djihadistes – essentiellement des ressortissants tunisiens, dont celle de Nourredine Chouchane, responsable des attaques du musée Bardo et des hôtels de Sousse en mars et juin 2015 –, confirme le statut de cette ville comme lieu d’entraînement et de transit pour les combattants étrangers29. Cette attaque, menée de concert par les États-Unis, La Grande Bretagne et la France, se déroule alors que des informations font état de la présence de forces spéciales occidentales en Libye30. Si une intervention internationale est souvent évoquée par les partenaires occidentaux31 de la Libye, cette option ne peut être mise en œuvre en l’absence d’une demande formelle du GUN, comme le rappellent les pays membres de la coalition contre l’EI, réunis à Rome le 2 février 2016 (RadioVatican, 3/02/2016).

La bataille de Syrte

  • 32 . Le même jour, l’EI mène une attaque contre check point de Essdada, au sud de Misrata, <http://www (...)

23La bataille pour la reconquête de Syrte débute formellement le 19 mai 2016. Elle fait suite à la prise par l’EI, le 12 mai 2016, de la localité d’Abou Grein carrefour reliant le nord et le sud du pays, à mi-chemin de la route entre Syrte et Misrata (AFP, 12/05/2016) après une première incursion dans la ville le 5 mai32 et une série d’attentats dans les environs de Misrata, le 13 avril.

24Arguant de sa qualité de commandant suprême des forces armées libyennes, le Conseil présidentiel met sur pied, le 5 mai, une Chambre d’opérations contre l’EI, centre chargé de diriger et de coordonner les opérations contre l’organisation terroriste33. Parallèlement, est mise en place l’opération Bouniyan el- Marsous qui va coordonner sur le plan opérationnel les actions des forces participant à la lutte contre l’EI34.

25La mise en place d’une stratégie nationale dans la lutte contre l’EI répond à plusieurs objectifs, liés les uns aux autres. Premièrement, il s’agit d’abord de mettre un terme aux offensives des djihadistes vers la ville de Misrata, située à près de 200 km de Tripoli. Ensuite, pour le GUN, il convient de s’imposer face aux différentes milices, en tirant profit de la reconfiguration du paysage politico-sécuritaire depuis son installation dans la capitale. Troisièmement, de sa capacité à s’imposer face à ses alliés et à mener une contre-offensive sur Syrte dépend sa crédibilité, tant sur le plan intérieur que sur le plan international. Enfin, une reconquête de la ville de Syrte renforcerait son poids face au gouvernement de Tobrouk et au général Haftar.

26La bataille de Syrte peut être décomposée en plusieurs phases. Après la reprise d’Abou Grein, le 19 mai, – date à laquelle est inscrite sur la liste des organisations terroristes du Département d’État, l’organisation de l’EI en Libye –, le GUN bénéficie de l’appui des PFG qui vont attaquer à l’est de Syrte et reprendre les villes de Ben Jawad et Nawfila, le 31 mai. La reprise d’Abou Grein a lieu trois jours après la Conférence sur la Libye, tenue à Vienne et réunissant 24 pays et organisations internationales, qui a réaffirmé son soutien au gouvernement de Tripoli.

  • 35 . Nick Paton Walsh, « U.S. Special Forces take the fight to ISIS in Libya », CNN, 26/05/2016, <http (...)
  • 36 . Les forces spéciales britanniques conseillent les unités de Misrata. Voir Anthony Loyd, « British (...)
  • 37 . Conseil de Sécurité des Nations Unies, « Rapport Final du Groupe d’experts sur la Libye créé par (...)
  • 38 . Dans le cadre de cette opération, 495 frappes aériennes ont été lancées sur les positions de l’EI (...)
  • 39 . Frédéric Bobin, « Libye : l’État islamique vaincu à Syrte, après six mois de combats », lemonde.f (...)

27Parmi les mesures annoncées, figure le soutien des participants à la demande du Premier ministre de lever partiellement l’embargo sur les armes et les munitions, un soutien à la formation de la Garde présidentielle et le maintien de l’embargo sur les armes pour les forces de Tobrouk (rfi.fr, 16/05/2016). Ce soutien diplomatique a pour but de compenser la faiblesse du gouvernement d’union qui ne dispose ni de forces armées – l’essentiel des forces combattantes provenant de Misrata – ni de de moyens financiers, ni d’armes pour soutenir ces mêmes forces combattantes. Ce soutien international se traduit également par la présence de forces spéciales américaines35 et britanniques36 ainsi que par l’installation d’un hôpital de campagne par les Italiens à Misrata, protégés par une centaine de parachutistes italiens, (al-Khoei, Geranmayeh, Toaldo, 2016). Quant aux forces spéciales italiennes, elles combattraient auprès des forces du GUN à Syrte selon des « informations concordantes » recueillies par le Groupe d’Experts sur la Libye dans son rapport 201737. Le 8 juin, les forces de Misrata rentrent dans la ville de Syrte et prennent possession de son port le 10 juin. Les combats se concentrent autour du Centre de conférences Ouagadougou, bâtiment qui est repris aux forces djihadistes, le 10 juillet. A noter que l’EI fait montre d’une résistance certaine et contrôle encore à cette date plus des deux tiers de la cité. Le tournant de l’offensive est pris avec le début d’une campagne de bombardements aériens menée par les États-Unis à la demande du cabinet Sarraj (lefigaro.fr, 1/08/2016). Le centre de commandement de l’EI est pris le 10 août. L’opération américaine Odyssey Lightning qui prend fin le 19 décembre 201638 a été d’un concours précieux pour les forces anti-EI. Mais il faut attendre encore 4 mois de combats acharnés face à des adversaires rompus aux actions de guérilla (attaques suicides, snipers, minage des rues) pour mettre un terme à la bataille. Le 5 décembre, est annoncée la reprise de la ville de Syrte par les forces gouvernementales qui comptent dans leurs rangs 700 morts et 3 000 blessés39 .

Les lendemains politiques de la reprise de Syrte

28L’absence de confrontation directe entre l’ANL du général Haftar et les forces de l’EI retranchées dans la ville de Syrte relèvent de choix politiques et tactiques. Cet évitement durant l’été 2016 témoigne probablement d’une volonté de ne pas se heurter aux forces de Misrata alliées au GUN, ainsi que d’un choix, celui de consolider ses positions autour des champs pétroliers à l’est de la ville portuaire, à Ras Lanouf, Brega et Sidra. Un autre élément d’explication réside dans le lancement d’une nouvelle offensive contre les forces djihadistes à Benghazi, en février 2016.

Prise des terminaux pétroliers et consolidation du pouvoir de Haftar

  • 40 . « Libye : un troisième terminal pétrolier tombe aux mains du général Haftar », rfi.fr, 12/09/2016 (...)

29La prise des trois terminaux pétroliers précités et de ceux d’Ajdabiya et de Zuietina, le 11 septembre 2016 (France24.fr, 11/09/2016), sans qu’il y ait eu de réels combats entre les forces de Haftar et les PFG laisse supposer que les alliances tribales y ont joué un rôle (al-Khoei, Geranmayeh, Toaldo, 2016). En effet, il semblerait que Haftar et la tribu al-Maghariba – à laquelle appartient Jadhran – soient parvenus à un accord, la tribu ne reconnaissant pas l’autorité du chef des gardes et ayant appelé à déposer les armes40.

  • 41 . Elias Bouzahra, « La Garde des installations pétrolières disposée à lever le blocus des terminaux (...)

30Allié du général Haftar depuis le lancement de l’opération Karama en mai 2014 et proche des milieux fédéralistes de Cyrénaïque, Ibrahim Jadhran a joué un rôle clé dans la crise pétrolière de 2013 et 2014. Durant l’année 2016, ce dernier se rapproche des nouvelles autorités de Tripoli et participe à la bataille de Syrte en lançant une offensive à l’est de la ville, le 31 mai. Un accord entre Martin Kobler et Jadhran sur la réouverture des installations pétrolières de Ras Lanouf et de Sider, fermées depuis le début de l’année 2016 et la relance des exportations41 suscitent les foudres des autorités de Tobrouk (romandie.com, 26/07/2016). Ledit accord intervient également après l’annonce, le 3 juillet, de la réunification de la National Oil Company, la branche sise à Benghazi reconnaissant l’autorité du GUN. L’offensive contre les installations pétrolières apparaît comme la réponse à la tentative de Tripoli de recouvrer la souveraineté (même symbolique) sur cette source de richesse libyenne mais s’inscrit plus généralement dans le cadre du bras de fer entre les autorités d’al Baïda et de Tobrouk et le Cabinet Sarraj.

  • 42 . Sur 101 députés présents, 39 se sont abstenus et un seul a voté la confiance.
  • 43 . Hélène Sallon, « En Libye, le premier ministre soutenu par l’ONU connaît un revers », lemonde.fr, (...)
  • 44 . Oksanna Le Rallec, « Libye : le gouvernement d’union nationale suscite toujours la méfiance », af (...)

31Alors que la bataille de Syrte est toujours en cours, cette prise des installations fait suite à une série de revers politiques pour le gouvernement de Tripoli. En effet, le 22 août, le Parlement de Tobrouk refuse à nouveau la confiance au gouvernement d’union nationale42. L’opposition à la confiance s’est cristallisée autour de la question du maintien du général Haftar à la tête des armées43 et de la revendication de la formation d’un nouveau gouvernement. Un cabinet qui peine ainsi à être représentatif et obtenir l’assentiment des parlementaires, surtout depuis que 4 ministres issus de l’est du pays ont été démis, le 30 juin 2016. Il s’agit des ministres de la Justice (Jouma Abdallah el-Dressi), de l’Économie et de l’Industrie (Abdelmatloub Ahmad Abou Farwa), des Finances (Fakher Moftah Abou Farna) et de la Réconciliation nationale (Abdeljawad Faraj al-Obeidi) qui n’ont jamais siégé parmi leurs pairs. Il semblerait que les pressions sur les ministres aient eu raison de leur participation44. Par ailleurs, le soutien des deux vice-Premiers ministres Ali al-Qatrani et Fathi al-Majbari, à l’opération du général Haftar dans le Croissant pétrolier fragilise un peu plus le Conseil présidentiel et témoigne des dissensions au sein même du cabinet Sarraj.

  • 45 . « NOC says it will begin work immediately to restart exports from Oil Crescent ports », Communiqu (...)

32Enjeu de la deuxième guerre civile libyenne (débutée en août 2014), le pétrole fournit au général Haftar l’opportunité de renforcer son statut d’homme fort dans l’est du pays. Si la condamnation par les États-Unis, la Grande Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et l’ONU se heurte à l’approbation par le parlement de Tobrouk de ce coup de force (rfi.fr, 13/09/2016), les deux parties arrivent à un compromis qui peut sembler paradoxal. En effet, la NOC, qui a reconnu l’autorité de Tripoli, annonce la reprise des exportations pétrolières depuis les installations pétrolières tout en recevant les ordres de la CdR et prend acte de la déclaration de l’ANL selon laquelle la totalité du Croissant pétrolier est sous l’autorité de la NOC45.

33Cela étant, la prise de contrôle du Croissant pétrolier va au-delà du simple défi au gouvernement d’union nationale et ce faisant, à l’ONU et aux États qui le soutiennent. L’incursion du désormais maréchal Haftar – promu à ce grade par le CdR – (bbc.com, 15/09/2016) au-delà de sa zone d’implantation traditionnelle constitue une rupture avec le modus vivendi qui persistait jusque-là (Haimzaieh, 2016). Bien qu’il ne semble pas préfigurer une confrontation directe avec les forces du GUN et ses alliés, ce contrôle du Croissant pétrolier, à la frontière de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque tend à faire du maréchal libyen un personnage incontournable dans la résolution de la crise politique libyenne. A l’heure où ces évènements ont lieu, c’est-à-dire celle de la reconquête de Syrte qui ne fait aucun doute, il s’agit, pour l’intéressé ou ses alliés, de le rappeler.

La place de Haftar en débat : partie de la solution ou du problème ?

34La question du leadership du commandement des forces armées libyennes est un des points centraux de friction entre les parties en présence : si le texte de l’Accord fait du Premier ministre le chef des armées, le parlement de Tobrouk argue de la Déclaration constitutionnelle du 3 août pour réaffirmer la prééminence du président du Parlement. À la veille de la prise de contrôle du Croissant pétrolier par l’ANL, des discussions ont eu lieu à Tunis en présence de Martin Kobler et des membres du dialogue politique libyen, le 5 et 6 septembre (rfi.fr, 9/06/2016 ; lemonde.fr, 12/9/2016) afin d’instaurer un Conseil militaire. Ce conseil, qui serait l’organe de commandement suprême et aurait pour tâche de réunifier l’armée libyenne, serait composé de 5 personnes : le Premier ministre, deux vice-présidents du Conseil, Haftar et le président de la CdR (ICG, 2016). L’absence de réactions du général Haftar et des principales forces de Misrata ne permet pas de conclure à l’échec définitif de l’initiative mais témoigne de l’ampleur des divisions entre les parties en présence.

La nouvelle bataille de Benghazi

35Le nouvel épisode de la bataille de Benghazi, d’où a été lancée l’opération Karama, s’inscrit dans le contexte de l’installation du GUN. Il s’agit pour les forces de l’ANL de reprendre les quartiers de la ville encore aux mains de milices islamistes regroupées au sein du Conseil de la Choura des Révolutionnaires de Benghazi. Les combats, violents, ont été dénoncés par les ONG, les parties aux combats pilonnant aveuglément des zones à forte densité humaine46 ou attaquant des hôpitaux (attentat à al Jalaa, le 24 juin). L’usage de l’artillerie et de l’aviation, aussi bien à Benghazi qu’à Derna font de nombreuses victimes : selon l’UNSMIL, « Benghazi a enregistré le plus lourd bilan de pertes humaines parmi les civils », après avoir recensé 246 victimes (94 tués, 132 blessés) entre le 17 mai et le 12 octobre (Conseil de Sécurité, 2016).

36Par ailleurs, dans les quartiers contrôlés par l’ANL, des cadavres non identifiés et portant des traces de balles (en juillet) et d’autres portant également des traces de tortures ont été découverts, sans que les conclusions de l’enquête menée par l’ANL aient été rendues publiques47. L’avancée des troupes de l’ANL se fait malgré de lourdes pertes et depuis novembre, les combats sont concentrés dans le dernier bastion djihadiste de la ville, c’est-à-dire « dans le quartier de Ganfouda à Benghazi, où plusieurs centaines de civils, dont des Libyens et des étrangers, [sont] toujours pris au piège »48.

  • 49 . Il avait été nommé chef d’état-major de l’armée libyenne par la CdR, lors de la crise de l’été. E (...)
  • 50 . Ghaith Shennib and Caroline Alexander, « Self-Styled Savior Refuses to Give Ground to Libya Unity (...)

37Durant le conflit, l’inquiétude, provoquée par le renforcement du pouvoir de Haftar en Cyrénaïque et par la militarisation de ce pouvoir, s’accentue après la nomination en juin du nouveau gouverneur militaire de la zone entre Ben Jawad et Derna, le général Abdel Razzak al Nadhouri49 et sa décision de démettre de leurs fonctions les maires élus d’Aybar, d’Ajdabiya, de Benghazi, de Koufra, de Chahat et de Sidra dont certains sont remplacés par des officiers (Benghazi et Ajdabiya) ainsi que les fonctionnaires considérés comme insuffisamment loyaux50.

La présence de forces spéciales étrangères

  • 51 . Les Brigades de défense de Benghazi ont été créées à Joufra, dans le sud libyen, en juin 2016, à (...)
  • 52 . Cyril Bensimon, Frédéric Bobin (Tunis, correspondant) et Madjid Zerrouky, « Trois membres de la D (...)

38Outre les exactions contre les civils et la dureté des combats, c’est la présence de forces étrangères qui aura marqué les affrontements dans Benghazi. Le 20 juillet, le président de la République française fait état de la mort de trois membres des forces spéciales dans cette ville (lefigaro.fr, 21/7/2016) dans un accident d’hélicoptère, alors qu’une nouvelle milice créée en juin, les Brigades de défense de Benghazi51, affirment avoir abattu l’aéronef en question, de fabrication russe et appartenant à l’ANL avec un missile sol-air52. La mort des trois sous-officiers du service action de la DGSE vient ainsi confirmer la présence de forces en Libye, déjà évoquée en février 2016 sur un mode accusatoire par le Premier ministre du Gouvernement de Salut national de Tripoli (21/02/2016), soutien du Conseil de la Choura des Révolutionnaires de Benghazi. L’annonce de la mort de ces trois militaires français provoque le mécontentement du GUN pour lequel la souveraineté libyenne ne souffre « d’aucun compromis ».

39La présence de telles forces – majoritairement occidentales – sur le sol libyen souligne le dilemme auquel est confrontée une partie des États qui oscille entre soutien apporté au gouvernement issu du processus de dialogue politique initié par l’ONU et lutte contre des groupes terroristes. Ce faisant le risque de paraître pratiquer un double jeu entre soutien officiel au GUN et appui officieux au camp de Tobrouk est particulièrement fort.

  • 53 . Selon le Rapport Final du Groupe d’experts sur la Libye op. cit. , p. 10, des « liens supposés en (...)

40La complexité et l’enchevêtrement des alliances, de part et d’autre du pays, rendent malaisées les lectures manichéenne du conflit libyen. Ainsi, les forces djihadistes que combattent les troupes de Haftar bénéficient sinon du soutien, tout au moins de la complaisance d’éléments au sein même du GUN soutenu par la communauté internationale53 .

Interventions étrangères

  • 54 . C’est-à-dire l’Algérie, l’Égypte, le Niger, le Soudan, le Tchad et la Tunisie, réunis à Niamey, l (...)

41L’option d’une intervention internationale en Libye a perdu de son acuité avec la chute de Syrte, d’autant plus que toutes les parties libyennes, ainsi que les pays voisins de la Libye lui sont fondamentalement hostiles54. Pour autant, cela ne signifie aucunement que les ingérences ou interventions extérieures n’existent pas comme en témoignent la participation et le soutien des forces spéciales aux deux grands blocs qui se disputent le pouvoir ou encore l’intervention aérienne américaine à Syrte à la demande du GUN. Toutefois, depuis le début de la crise de l’été 2014, deux alliances régionales se sont constituées à propos de la Libye, comme le souligne le Rapport du Groupe d’experts (2017) : l’une regroupant l’Égypte, les Emirats arabes unis et le Tchad, l’autre le Qatar, le Soudan et la Turquie. La bataille contre les djihadistes à Syrte ou à Benghazi a été l’occasion pour Tripoli et Tobrouk de tenter de renforcer leur légitimité auprès de leurs partenaires extérieurs.

Le soutien du Caire et d’Abou Dhabi au général Haftar

  • 55 . Voir le résumé de l’entretien dans « Libyan renegade general hails support of Egyptian leadership (...)

42Le rôle du Caire aux côtés de Haftar a été souligné par l’intéressé lui-même dans une interview accordée à Al Ahram en septembre 201655 : consultations régulières et fourniture de renseignement par les services égyptiens sont au menu des relations en Tobrouk et Le Caire qui partagent la même aversion idéologique pour les Frères Musulmans. L’importance du dossier libyen pour les Egyptiens fait écho aux préoccupations sécuritaires du Maréchal Sissi, confronté à l’État islamique : une Cyrénaïque sous le contrôle du désormais maréchal Haftar lui permettrait de disposer d’une zone tampon (Toaldo, Fitzgerald, 2016). Signe de l’importance de ce dossier aux yeux du président égyptien, le suivi du dossier libyen a été confié au chef d’état-major, le général Mahmoud Hegazi, beau-frère d’al Sissi.

  • 56 . Arnaud Delalande, « It Sure Seems Like Egypt and the UAE Are at War In Libya », War is boring, 29 (...)

43L’engagement égyptien ne se limite au domaine idéologique et du renseignement. Il a été militaire durant la bataille de Tripoli 2014 et ne s’est pas démenti depuis. Ainsi, mi-septembre 2016, des avions égyptiens (ou émiratis) auraient participé aux bombardements de positions tenues par le PFG à Ras Lanuf, et seraient intervenus également à Derna, le 7 février, contre des groupes islamistes. Un drone émirati aurait été utilisé lors d’un bombardement du quartier de Gandoufa, à Benghazi, en septembre56. Le rôle des Emiratis auprès de Haftar a également été souligné par le rapport précité du Groupe d’experts à travers des livraisons d’armes (avions, hélicoptères, véhicules blindés). L’implication des EAU en Libye avait été remarquée lors du conflit de 2011. Elle a été renforcée, en alliance avec l’Égypte du maréchal al Sissi. Elle a pour ciment commun une hostilité partagée des Frères musulmans et, par conséquent, se retrouve en opposition avec le Qatar qui soutient Misrata et les forces issues de Fajr Libya (Cher-Leparrain, 2016). La Libye demeure une des scènes où se déroule une guerre par procuration entre États arabes sunnites.

Le retour de la Russie

  • 57 . Celian Macé « La Libye se déchire sur les petites coupures », liberation.fr, 7/06/2016, <http://w (...)
  • 58 . Voir à ce propos notre chronique de l’année 2008.
  • 59 . Le profil de Haftar, militaire formé en URSS, comme une bonne partie des cadres de l’ANL semble u (...)
  • 60 . Elles sont suivies par celle d’Aguilah Saleh le 14 décembre.
  • 61 . Yuri Barmin, « Is General Hifter Becoming Putin’s Man in Libya ? », al-monitor.com, 6/07/2016, <h (...)
  • 62 . Le 12 décembre, le ministre de la Défense Mahdi al Barghthi s’est entretenu avec l’ambassadeur de (...)
  • 63 . Isabelle Mandraud, « La Russie joue un rôle croissant en Libye », lemonde.fr, 21/01/2017, <http:/ (...)

44Alliée à l’Égypte, Les EAU sont parmi les États du Golfe, celui qui entretient les meilleures relations avec la Russie. Une Russie qui fait son retour au Moyen-Orient à la faveur de la crise syrienne, et resserre ses liens avec l’Égypte d’al Sissi (qui a soutenu l’intervention russe en Syrie) qu’elle considère comme un partenaire dans la lutte contre l’islamisme radical (Delanoë, 2016). Se constitue ainsi un axe Moscou-Abou Dhabi-Le Caire dont les positions convergent sur la question libyenne. Si les trois capitales proclament leur soutien aux initiatives de l’ONU et au gouvernement de Tripoli, leur préférence appuyée au maréchal Haftar ne fait aucun doute comme en témoigne le rapprochement russo-libyen (de l’est) au cours de l’année 2016. Alors que la Russie avait été quasiment absente de la scène libyenne depuis la chute du régime de Kadhafi, le voyage à Moscou en avril 2015 du premier ministre al Thini du gouvernement alors reconnu par la communauté internationale permet de renouer le contact entre les deux parties. Ce rapprochement débouche sur l’impression par une entreprise russe pour le compte de la branche de l’est de la Banque centrale libyenne de billets pour un montant de 3 milliards d’euros57. Les intérêts de la Russie en Libye ont certainement participé de ce retour : que cela soit dans l’armement, dans l’industrie lourde, le chemin de fer ou dans les hydrocarbures, les contrats non honorés (et la perte sèche) en raison du conflit de 2011, le souvenir de la coopération russo-libyenne (dont il faut nuancer l’intensité)58, la perspective de nouveaux contrats dans une (partie de) Libye pacifiée et celle de disposer de facilités portuaires pour sa flotte s’inscrivent dans une histoire russo-libyenne (notamment commerciale et financière) avec laquelle Vladimir Poutine59 est familier et veut peut-être renouer (Saini Fasanotti, 2016). C’est dans ce cadre que s’inscrivent les deux visites effectuées par le général Haftar à Moscou60. La première a lieu le 27 juin : il rencontre alors le ministre de la Défense, Serguei Shoigu et le secrétaire du Conseil de sécurité nationale, Nikolaï Patrouchev61. La seconde se déroule les 27 et 28 novembre 2016, journées durant lesquelless il est reçu par le ministre des Affaires étrangères, Serguei Lavrov. Fort de ses succès dans le Croissant pétrolier et à Benghazi, le maréchal a besoin d’armes. Toutefois, il n’est pas certain qu’en dépit de ses réserves envers le gouvernement issu des accords de Skhirat avec lequel elle a des relations62 et des liens qu’elle a tissé avec Tobrouk, la Russie soit prête, capable et désireuse de violer l’embargo sur les armes et/ou de s’engager plus activement sur le terrain63. La coopération semble devoir pour l’instant se limiter à la présence d’instructeurs russes auprès de l’ANL (rfi.fr, 13/01/2017). Ces visites interviennent alors que les États-Unis ont un nouveau locataire à la Maison blanche. La CdR voit en Donald Trump à la fois un allié dans sa lutte contre l’EI, et un partenaire enclin à rejoindre la position de la Russie sur le dossier libyen. Dans son message de félicitations au président américain élu, le parlement de Tobrouk affirme espérer obtenir le soutien des États-Unis et réclame « la levée de l’embargo sur les armes visant l’armée libyenne, laquelle mène une guerre contre le terrorisme » (Maghrebemergent.com, 11/11/2016).

Le Sud Libyen, nouveau front ?

  • 64 . Des combattants de l’Armée de Libération du Soudan auraient opéré un rapprochement avec l’ANL. De (...)

45La visite effectuée par Haftar à Ndjamena, le 13 septembre 2016, alors qu’il consolide ses positions dans le Croissant pétrolier, s’inscrit également dans le cadre des liens qu’entretient le camp de Tobrouk avec ses alliés extérieurs. Président en exercice de l’Union africaine depuis le début de l’année, le chef de l’État tchadien est préoccupé par l’instabilité au sud de la Libye et par la présence de rebelles dans le Nord tchadien (rfi.fr, 15/09/2016). Une présence confirmée par de nombreux rapports dont celui du Groupe des experts déjà cité. Des groupes rebelles, non seulement opposés au pouvoir de N’Djamena, mais également impliqués dans les combats inter-libyens en faveur de Misrata64.

46Il en est ainsi du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad, fondé en avril 2016 dont les positions à la frontière libyco-tchadiennes ont été bombardées par les forces aériennes de l’ANL, le 10 décembre 2016. Selon le communiqué de ce mouvement, « cette agression [...] démontre à suffisance la collusion entre Déby et Haftar »65. Si la rencontre entre Haftar et Déby n’a pas donné lieu à un communiqué commun, il convient de souligner une communauté d’intérêts entre les deux hommes. Celle-ci repose sur la stabilisation du sud libyen et la sécurisation de la frontière commune. Président en exercice d’une UA qui a reconnu le gouvernement d’union nationale, Idriss Déby, contempteur de l’intervention internationale en Libye, estime que « cet homme [i.e. Haftar] peut être une solution pour la Libye »66.

  • 67 . Notamment d’AQMI. En témoigne le bombardement par des avions français de la localité d’al-Qarda a (...)
  • 68 . Ibid. « Islamic State fighters head south in Libya, threatening Sahel », reuters.com, 11/02/2016, (...)

47Le sud de la Libye est objet d’affrontements intercommunautaires libyens et potentielle base de repli des groupes djihadistes de la région67, ainsi que de l’EI qui se serait déployé avant sa défaite à Syrte jusqu’à la région de Koufra, non loin de la frontière tchado-libyenne68. L’EI, en dépit de son échec, dispose toujours d’armes et de portions du territoire où ses membres peuvent s’entraîner pour des attaques terroristes à partir de la Libye (Europol, 2016).

  • 69 . Un accord de paix a été signé à Rome entre les Toubous et les Ouled Slimane en juin 2016, avant d (...)

48Les affrontements entre Toubous et Touaregs dans la ville d’Oubari, le 10 janvier, les confrontations entre des membres de la tribu des Kadhafa et de celle de Ouled Slimane à Sebha, en novembre 2016 et les tensions entre Zwaya et Toubous à Koufra, illustrent l’enchevêtrement des luttes pour l’accès aux ressources et des différends nés du conflit de 201169. Enfin, la présence dans le sud libyen des forces affiliées à la 3e Force de Misrata, déployées dans le Fezzan depuis 2014, ainsi que celle de la 12e brigade de l’ANL qui occupe la base de Brak al Shati, depuis le 7 décembre 2016, au nord de Sebha, est révélatrice de la position stratégique que revêt le Fezzan et ses sites pétroliers dans la guerre civile libyenne.

  • 70 . Wolfgang Pusztai and Arnaud Delalande, « A New Civil War Could Break Out in Libya », War is Borin (...)

49Ainsi, au lendemain de l’échec de l’offensive, lancée le 7 décembre par les Brigades de Défense de Benghazi, contre le Croissant pétrolier, l’ANL a mené des opérations de rétorsion dans la localité d’al Joufra. D’autres affrontements ont impliqué l’ANL et la 3e Force près de la base aérienne de Tamanhant, où des combats avaient déjà eu lieu en 2014, les 26 et 27 décembre 201670. La présence des Brigades de Défense de Benghazi dans des lieux sous contrôle des unités de Misrata pose la question de la nature de leurs liens (s’ils sont avérés) avec ces dernières.

Risque d’effondrement de l’économie et crise humanitaire

50La relance de l’économie libyenne est un des défis auxquels est confrontée la nouvelle autorité installée à Tripoli. La fragmentation politique du pays, l’existence d’entités concurrentes comme pour la Banque centrale de Libye (cf. la crise des billets de banque), ainsi que le blocage des installations pétrolières font craindre à la Banque mondiale un effondrement de l’économie. La chute de la production pétrolière – qui est à un cinquième de son potentiel – de 20 % par rapport à celle de 2015, la poursuite de la récession économique (- 8,3% du PIB en 2016), une inflation à 25 % et la crise des liquidités ont fortement dégradé le niveau de vie des Libyens qui a diminué de presque des deux tiers depuis 2011 selon la Banque mondiale71. Si la production pétrolière a connu un léger embellissement après la conquête du Croissant pétrolier en septembre 2016 passant de 335 000 par jour à près de 600 000 en novembre72, la reprise demeure très fragile en raison de l’instabilité de la situation politico-sécuritaire, ainsi que l’a illustrée l’offensive, le 7 décembre, des Brigades de Défense de Benghazi contre le Croissant pétrolier. La situation libyenne a atteint un seuil critique en raison des combats et des destructions des infrastructures sanitaires et sociales. La situation humanitaire a ainsi peu de chances de s’améliorer selon la Banque mondiale. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), près de 60 % des hôpitaux et des centres médicaux situés dans des zones de conflit en Libye sont fermés ou ne fonctionnent pas pour des raisons de sécurité (rfi.fr, 30/04/2016) et près de 1,3 million de personnes ont besoin d’une aide humanitaire de santé73.

  • 74 . OCHA, « Libya »”, Humanitarian Bulletin, August 2016, n° 6, <https://unsmil.unmissions.org/sites/ (...)
  • 75 . Human Rights Watch, op. cit.
  • 76 . UNSMIL, Martin Kobler Welcomes the Signing of the Agreement between Misrata and Tawergha, 1/09/20 (...)

51Selon le bulletin humanitaire du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, OCHA), publié en août 2016, 2,4 millions de personnes seraient en attente d’aide humanitaire74. La Libye compte 350 000 déplacés internes selon l’organisation des migrations internationales (OMI) concentrées dans les villes de Benghazi, Bani Walid, Ajdabiya, Abu Salim (Tripoli) et Al Bayda, la plupart des déplacés étant originaire de Syrte, Tawerga et Benghazi. Si une bonne partie des déplacés interieurs le sont à la suite de l’approfondissement de la crise libyenne, d’autres déplacements sont les conséquences directes du conflit de 2011. Il en est ainsi de la population de Tawergha qui n’est pas autorisée à rentrer chez elle par les autorités de Misrata depuis 2011, en raison de leur engagement aux côtés de Kadhafi. Considérée par Human Rights Watch comme équivalent à « un crime contre l’humanité »75, cette mesure de rétorsion collective devrait être levée, puisque le 31 août 2016 a été signé un accord de paix entre les représentants Tawergha et ceux de Misrata. Non entré en vigueur, en cette fin d’année 2016, l’accord prévoit le retour des 40 000 déplacés tawerghas, le dédommagement des victimes, le jugement des coupables de crimes et la reconstruction de la ville76.

Atteinte aux droits des migrants et endiguement migratoire

  • 77 . IOM, IOM Libya Brief , <https://www.iom.int/fr/countries/libya>.
  • 78 . Amnesty International, op. cit.
  • 79 . UNSMIL, OHCRH, « Detained and Deshumanised ». Report on Human Right Abuses Against Migrants in Li (...)

52La crise humanitaire est également aggravée par la crise migratoire que connaît le pays. Selon l’OMI, il y aurait entre 700 000 et 1 millions de migrants dans le pays, bien qu’elle en ait recensés que 276 95777. D’après le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations Unies, il y aurait par ailleurs 38 241 réfugiés dans le pays. La situation des migrants en Libye préoccupe fortement les organisations humanitaires et de défense des droits humains : mauvais traitements, tortures, violences sexuelles, séquestrations abusives sont ainsi dénoncés. Selon l’OIM « 71 % des migrants qui avaient suivi la route de la Méditerranée centrale pour se rendre d’Afrique en Europe se plaignaient d’avoir subi des pratiques s’apparentant à de la traite et 49 % avaient été victimes d’enlèvement et d’extorsion en Libye »78. « L’état d’impunité dans lequel les groupes armés, les gangs criminels, les contrebandiers et les trafiquants contrôlent le flux de migrants dans le pays » est durement dénoncé dans un rapport de l’UNSMIL, publié en décembre 201679.

  • 80 . IOM, Migration Flows - Europe, <http://migration.iom.int/europe/. Le nombre de migrants décédés s (...)
  • 81 . L’Italie accueille la moitié des migrants arrivant par mer : 181 436 arrivées sur un total de 363 (...)
  • 82 . Des séances de formation ont eu lieu en octobre et novembre 2016. Voir UNSMIL, OHCRH, op. cit.
  • 83 . Dans le cadre de l’opération Sea Guardian présenté sur le site de l’OTAN : <http://www.nato.int/c (...)
  • 84 . Op. cit.

53La crise migratoire s’est aggravée durant l’année 2016 avec 5 098 décès et disparitions en Méditerranée80 (contre 3 771 en 2015) dont la majorité (4 579) est enregistrée en Méditerranée centrale, au large des côtes libyennes81. L’élargissement de l’opération EUNAVFOR Med (opération Sophia), évoquée lors du Conseil européen d’avril 2016, s’est traduit par l’adoption, le 20 juin, lors du Conseil européen des ministres des Affaires étrangères de deux mesures. La première concerne la formation des garde-côtes et de la marine libyens, la formation devant être assurée successivement sur un navire spécifique, puis sur terre dans un pays de l’UE ou tiers avant de s’achever sur des navires libyens82. L’OTAN a décidé, par ailleurs, à la suite du sommet de Varsovie des 8 et 9 juillet, d’apporter son soutien à l’opération Sophia, en fournissant des renseignements et des données de reconnaissance visant au « renforcement des capacités de sûreté maritime »83. Selon Amnesty international84, « les garde-côtes ont, dans certains cas, commis des violations des droits humains, notamment en tirant sur des embarcations, en les abandonnant en mer et en frappant des migrants et des réfugiés à bord de leurs bateaux et à terre ». Selon le HCR, les garde-côtes libyens avaient intercepté ou secouru plus de 14 038 personnes à la date du 18 décembre.

54Les mesures prises par l’UE afin de maîtriser les flux en provenance de Libye risquent ainsi d’aggraver la situation des migrants en Libye85. Ce renforcement de l’endiguement des migrants en provenance de Libye a été légitimé par la résolution 2240 adoptée par le CSNU, le 9 octobre 2016. Ce texte permet dans le cadre de la lutte contre le trafic d’êtres humains et les passeurs de migrants, d’arraisonner, d’inspecter et de saisir les navires suspectés de s’adonner à de tels actes86. La seconde mesure est la participation de l’opération Sophia au contrôle de l’embargo sur les armes imposé à la Libye depuis 2011. La zone de contrôle s’étend jusqu’à hauteur de la ville de Derna tout en se cantonnant aux eaux internationales.

  • 87 . « Le dialogue politique est l’unique voie pour une solution durable à la crise libyenne pour les (...)

55Le 14 octobre 2016, l’autorité du gouvernement d’union nationale est une nouvelle fois défiée à Tripoli, par l’ancien Premier ministre, Khalifa Ghweil : il annonce que son gouvernement reprend le pouvoir après que ses partisans se sont rendus maître de l’hôtel Rixos, siège du Haut Conseil d’État. Ce coup de force souligne le paradoxe d’un pouvoir qui est certes reconnu par la communauté internationale, mais demeure désarmé face à ceux qui contestent sa légitimité. Ainsi que l’a montré l’offensive contre Syrte, le gouvernement al Sarraj ne dispose pas de ses propres forces de sécurité : il est dépendant des milices armées qui le soutiennent. La situation de Tripoli est ainsi emblématique, la ville étant sous le contrôle d’une myriade de milices qui s’affrontent, certaines loyales ou opposées au gouvernement al Sarraj. Les combats qui s’y déroulent en juin, septembre, octobre et décembre 2016 illustrent cet état de fait. La dégradation de la situation sécuritaire est au cœur des préoccupations des pays voisins de la Libye (Algérie, Égypte, Mali, Niger, Tunisie), réunis à Niamey, le 20 octobre 2016. Ces derniers, tout en appelant à la mise en œuvre de l’Accord, ont « encouragé » la formation d’un « Gouvernement de large Entente Nationale, représentant toutes les forces politiques ». Ils ont exhorté « la Chambre des Représentants à lui accorder, dans les délais, sa confiance » et ont « souligné la haute importance de l’implication et du concours de toutes les composantes de la société et de tous les acteurs, de toutes les régions libyennes, à l’aboutissement et à la réussite du processus politique engagé »87.

  • 88 . Selon l’expression de Martin Kobler, Rapport du Secrétaire général sur la Mission d’appui des Nat (...)

56Surmonter les blocages libyens – notamment ceux portant sur le volet sécuritaire et la place de Haftar dans le dispositif militaire – suppose des négociations qui devront amender l’Accord politique libyen. Un an après la signature de l’Accord, la Libye est plus que jamais le pays aux « institutions parallèles »88.

Haut de page

Bibliographie

Cher-Leparrain Marc, 2017, « Les Émirats arabes unis, chasseurs de Frères musulmans », Orient XXI, 16 février, http://orientxxi.info/magazine/les-emirats-arabes-unis-chasseurs-de-freres-musulmans,1718.

Delanoë Igor, 2016, « Poutine- Al-Sissi : l’alliance russo-égyptienne retrouvée », Moyen Orient, n°30, avril-juin, p. 42-47.

Conseil de Sécurité des Nations Unies, 2017, Rapport Final du Groupe d’experts sur la Libye créé par la résolution 1973 (2011), S/2017/466, 1/06/2017, http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=S/2017/466

Conseil de Sécurité des Nations Unies, 2016, Rapport du Secrétaire général sur la Mission d’appui des Nations Unies en Libye, S/2016/1011, 1/12/2016, http://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2016/1011&referer=/english/&Lang=F

EUROPOL, 2016, Changes in Modus Operandi of Islamic State (IS) revisited, Europol Public Information, La Haye, novembre.

Haimzadeh Patrick, 2016, « Libye : l’incontournable général Haftar », Orient XXI, 19 septembre, http://orientxxi.info/magazine/libye-l-incontournable-general-heftar,1478

Haimzadeh Patrick, 2015, « Les chemins escarpés de la restauration de l’Unité libyenne », Orient XXI, 19/11, http://orientxxi.info/magazine/les-chemins-escarpes-de-la-restauration-de-l-unite-libyenne,1094

International Crisis Group, 2016, The Libyan Political Agreement: Time for a Reset, Middle East and North Africa Report N°170, 4/11, https://d2071andvip0wj.cloudfront.net/170-the-libyan-political-agreement.pdf

al-Khoei Hayder, Geranmayeh Ellie, Toaldo Mattia, 2017, After ISIS: How to win the peace in Iraq and Libyan, European Council on Foreign Relations, Londres, Janvier, http://www.ecfr.eu/publications/summary/after_isis_how_to_win_the_peace_in_iraq_and_libya_7212

MCGregor Andrew, 2016, « The Strategic Topography of Southern Libya”, CTCSentinel, Combating, Terrorism Center, West Point, Mai, vol.9, n°5, p. 21-26, https://www.ctc.usma.edu/v2/wp-content/uploads/2016/05/CTC-SENTINEL_Vol9Iss514.pdf .

Martel André, 2016, La Libye des Ottomans à Daech 1835-2016, L’Harmattan, Paris.

Saini Fasanotti Federica, 2016, « Russia and Libya: A brief History of an on again friendship », brooking.edu, 1/0, https://www.brookings.edu/blog/order-from-chaos/2016/09/01/russia-and-libya-a-brief-history-of-an-on-again-off-again-friendship/ .

Toaldo Mattia, Mary Fitzgerald, 2016, A Quick Guide to Libya’s Main Players, European Council on Foreign Relations, Londres, décembre, http://www.ecfr.eu/page/-/Lybias_Main_Players_Dec2016_v2.pdf .

Haut de page

Notes

1 . Signé le 17 décembre 2015 à Skhirat au Maroc,

2 . Sur les dispositions de l’Accord, voir notre chronique de l’année précédente.

3 . Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Libye et chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (UNSMIL) depuis le 4 novembre 2015.

4 . Le Conseil présidentiel comprend 9 membres : outre le premier Ministre, il est composé de 5 vice-présidents du Conseil et de trois ministres.

5 . « Libya rivals announce unity government as part of UN-backed plan », The Guardian, 19/01/2016. « Libye : formation d’un gouvernement d’union nationale », rfi.fr, 19/01/2016, <http://www.rfi.fr/afrique/20160119-libye-formation-gouvernement-union-nationale>.

6 . Décret n° 3 du Conseil présidentiel, 18/01/2016, disponible sur le site du DCAF, <http://security-legislation.ly/node/33776>.

7 . Security Council, « Security Council Press Statement on Libya », SC/12214-AFR/3309, 20/01/2016.

8 . Alex Thurston, « Libya: Mahdi al Barghathi is the Man to Watch », Sahel Blog, 20/07/2016, <https://sahelblog.wordpress.com/2016/07/20/libya-mahdi-al-barghathi-is-the-man-to-watch/> ; Saber Ayyub, « Opposing reactions to appointment unity government’s defence minister », Libya Herald, 21/01/2016.

9 . Cette rencontre a lieu sur la base militaire d’al Marj, le 30 janvier 2016.

10 . « Libye : des députés veulent voter sur le gouvernement d’union hors de Tobrouk », Voice of America Africa, 24/02/2016, <https://www.voaafrique.com/a/libye-des-deputes-veulent-voter-sur-le-gouvernement-dunion-hors-de-tobrouk/3205022.html>.

11 . En visant nommément Khalifa Ghweil (gel des avoirs et interdiction d’entrée sur le sol américain) mais également tous ceux qui « menacent la paix, la sécurité et la stabilité de la Libye » (jeuneafrique.com, 19/04/2016).

12 . Aidan Lewis, « “Feu vert’’ pour le gouvernement d’union en Libye », Reuters, 13/03/2016.

13 . C’est-à-dire de la résolution 2259 du CSNU : adoptée le 23 décembre 2015, ce texte le reconnait comme seule autorité légitime et menace de sanctions tous « les individus et entités » qui menaceraient la transition politique.

14 . Texte de la déclaration des membres du Dialogue politique libyen disponible sur le site de l’UNSMIL : <https://unsmil.unmissions.org/statement-libyan-political-dialogue-members-tunis-tunisia-10-march-2016>.

15 . Frédéric Bobin, « En Libye, le gouvernement d’“union nationale” proclame sa légitimité », lemonde.fr, 14/03/2016, <http://www.lemonde.fr/international/article/2016/03/14/en-libye-le-gouvernement-d-union-nationale-proclame-sa-legitimite_4882401_3210.html>.

16 . Voir notre chronique de l’année 2015.

17 . Rejointes par la ville de Bani Walid, le 3 avril.

18 . Jules Crétois, « Qui sont les forces spéciales Rada ? », jeuneafrique.com, 26/05/2017, <http://www.jeuneafrique.com/442626/politique/libye-forces-speciales-rada-puissants-salafistes-de-tripoli-ont-capture-frere-kamikaze-de-manchester/> ; Frédéric Bobin, « Climat de tensions à Tripoli après l’arrivée du gouvernement d’union nationale », Le Monde, 31/03/2017.

19 . Carlotta Gall, Weary of Chaos, Factions in Libya Consider Peace, nytimes.com, 12/01/2016, <https://www.nytimes.com/2016/01/13/world/middleeast/weary-of-chaos-factions-in-libya-tentatively-shift-toward-peace.html?_r=0>.

20 . En dépit du dépôt d’un recours déposé devant Cour suprême par Abou Sahmein et d’une déclaration de Ghweil sur son refus de quitter ses fonctions (7 avril).

21 . AFP, « Libye : la banque centrale et la compagnie pétrolière rallient le gouvernement d’union », 3/04/2016.

22 . Les autres ministères sont ceux des Transports, des Affaires sociales, de l’Habitat, de la Jeunesse et des Sports et de la Gouvernance locale.

23 . Tout d’abord, il y a la visite, le 12 avril, du ministre italien des Affaires étrangères. Elle est suivie le 14 par celle des ambassadeurs de France, d’Espagne et du Royaume Uni, puis le 16 par la visite conjointe des ministres des Affaires étrangères allemand et français et enfin le 18 par celle du ministre britannique des Affaires étrangères. Deux semaines auparavant, Tunis et Paris ont été les premières capitales à annoncer vouloir rouvrir leur ambassade à Tripoli.

24 . Conseil de l’Union européenne, Conclusions du Conseil sur la Libye, Communiqué de presse 193/16, 18/04/2016, <http://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2016/04/18-fac-libya-conclusions/> ; « Libye : l’UE détaille son soutien “concret” » au gouvernement d’unité », jeudi.lu, 19/04/2016, <http://jeudi.lu/libye-lue-detaille-son-soutien-concret-au-gouvernement-dunite/>.

25 . Dénommée également EUNAVFOR, elle a pour objet de démanteler les réseaux de migrants.

26 . lexpress.fr, « Libye : L’EI commence à pénétrer vers l’intérieur selon Le Drian », 14/12/2015, <http://www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/libye-le-groupe-ei-commence-a-penetrer-vers-l-interieur-selon-le-drian_1745526.html>.

27 . Un autre attentat a lieu, le même jour, à Ras Lanouf, faisant 6 morts, rfi.fr, 8/01/2016.

28 . Conseil de Sécurité des Nations Unies, Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye sur la ise en œuvre des mesures concernant l’embargo sur les armes, le gel des avoirs et l’interdiction de voyage, S/2016/209, 9 mars 2016.

29 . L’attaque de Ben Guerdane en Tunisie, le 7 mars 2016 en est l’illustration, le commando provenant de Libye (voir la chronique Tunisie d’Eric Gobe dans la présente livraison).

30 . Nathalie Guibert, « La guerre secrète de la France en Libye », Le Monde, 24/02/2016 ; Olivier Fourt, « Libye : La nouvelle guerre qui ne dit pas son nom », rfi.fr, 24/02/2016, http://www.rfi.fr/afrique/20160224-libye-EI-monde-france-action-dgse-commandos-guerre-forces-speciales

31 . Ainsi, lors d’une réunion entre le général commandant l’AFRICOM (United States Africa Command) et le Chef d’état-major des armées français, le 22 janvier 2016, les deux responsables ont déclaré réfléchir à un cadre d’intervention contre l’EI en Libye en accord avec le processus politique légitime (« It’s fair to say we’re looking to take decisive military action against ISIL [in Libya) ]in conjunction with a legitimate political process »), Lisa Ferdinando , « Dunford Discusses ISIL, ‘Decisive Action’ in Libya With French Counterpart », DOD News, Defense Media Activity, 25/01/2016, <http://www.africom.mil/media-room/article/27906/dunford-discusses-isil-decisive-action-in-libya-with-french-counterpart>.

32 . Le même jour, l’EI mène une attaque contre check point de Essdada, au sud de Misrata, <http://www.libyanexpress.com/isis-attacks-saddada-checkpoint-northern-misirata/>.

33 . <http://www.france24.com/fr/20160506-gouvernement-union-libye-forme-commandement-operations-militaires-contre-ei>.

34 . Le 9 mai, est annoncé un projet de création d’une Garde présidentielle, composée d’unités de l’armée et de la police « dont la tâche sera d’assurer la sécurité des plus hautes autorités et des établissements publics, des sites stratégiques comprenant les canaux aérien, terrestre et maritime, ainsi que toute autre mission qui lui sera attribuée », <http://www.radioalgerie.dz/news/fr/article/20160510/77087.html>.

35 . Nick Paton Walsh, « U.S. Special Forces take the fight to ISIS in Libya », CNN, 26/05/2016, <http://edition.cnn.com/2016/05/18/middleeast/libya-isis-us-special-forces/index.html>.

36 . Les forces spéciales britanniques conseillent les unités de Misrata. Voir Anthony Loyd, « British special forces destroy suicide truck », thetimes.co.uk, 26/05/2016, <https://www.thetimes.co.uk/edition/news/british-special-forces-destroy-suicide-truck-8dxp3r3qt>

37 . Conseil de Sécurité des Nations Unies, « Rapport Final du Groupe d’experts sur la Libye créé par la résolution 1973 (2011) », S/2017/466, 1/06/2017, <http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=S/2017/466>.

38 . Dans le cadre de cette opération, 495 frappes aériennes ont été lancées sur les positions de l’EI à Syrte. US Africa Command Public Affairs, “AFRICOM concludes Operation Odyssey Lightning”, 20/12/2016, <http://www.africom.mil/media-room/pressrelease/28564/africom-concludes-operation-odyssey-lightning>.

39 . Frédéric Bobin, « Libye : l’État islamique vaincu à Syrte, après six mois de combats », lemonde.fr, 5/12/2016, <http://abonnes.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/05/libye-l-etat-islamique-est-vaincue-a-syrte-apres-six-mois-de-combats_5043682_3212.html>.

40 . « Libye : un troisième terminal pétrolier tombe aux mains du général Haftar », rfi.fr, 12/09/2016, <http://www.rfi.fr/afrique/20160912-libye-troisieme-terminal-petrolier-tombe-mains-general-haftar>

41 . Elias Bouzahra, « La Garde des installations pétrolières disposée à lever le blocus des terminaux », maghrebemergent.com, 25/07/2016, <http://www.maghrebemergent.com/actualite/maghrebine/61724-libye-la-garde-des-installations-petrolieres-disposee-a-lever-le-blocus-des-terminaux.html>.

42 . Sur 101 députés présents, 39 se sont abstenus et un seul a voté la confiance.

43 . Hélène Sallon, « En Libye, le premier ministre soutenu par l’ONU connaît un revers », lemonde.fr, 23/08/2016, <http://abonnes.lemonde.fr/international/article/2016/08/23/en-libye-le-premier-ministre-soutenu-par-l-onu-connait-un-revers_4986881_3210.html>

44 . Oksanna Le Rallec, « Libye : le gouvernement d’union nationale suscite toujours la méfiance », afrique.lepoint.fr, 26/05/2016, <http://afrique.lepoint.fr/actualites/libye-le-gouvernement-d-union-nationale-suscite-toujours-la-mefiance-26-08-2016-2063905_2365.php>.

45 . « NOC says it will begin work immediately to restart exports from Oil Crescent ports », Communique de la NOC, 13/09/2016, <http://noc.ly/index.php/en/new-4/1686-noc-says-it-will-begin-work-immediately-to-restart-exports-from-oil-crescent-ports>. Un premier pétrolier quitte le port de Ras Lanouf pour une livraison en Italie, rtbf.be, 21/09/2016.

46 . Amnesty International, « Libye 2016-2017 » in Rapport Annuel, 2017, <https://www.amnesty.org/fr/countries/middle-east-and-north-africa/libya/report-libya/>.

47 . Human Right Watch, « Libye. Evènements de 2016 », in Rapport mondial 2017, <https://www.hrw.org/fr/world-report/2017/country-chapters/298418>.

48 . Ibid.

49 . Il avait été nommé chef d’état-major de l’armée libyenne par la CdR, lors de la crise de l’été. En dépit de cette nomination, il est un subordonné du général Haftar.

50 . Ghaith Shennib and Caroline Alexander, « Self-Styled Savior Refuses to Give Ground to Libya Unity Leader », bloomberg.com, 1/09/2016 <https://www.bloomberg.com/news/articles/2016-08-31/self-styled-savior-refuses-to-give-ground-to-libya-unity-leader> ; Ken Hanly, « Mayor and council of Benghazi replaced by Libyan military colonel », digitaljournal.com, 18/0/2016, <http://www.digitaljournal.com/news/politics/mayor-and-council-of-benghazi-replaced-by-libyan-military-colonel/article/472343>.

51 . Les Brigades de défense de Benghazi ont été créées à Joufra, dans le sud libyen, en juin 2016, à la suite de l’appel au djihad par l’ancien Mufti de Tripoli, al Ghariani. Proche d’Al Qaïda et de l’EI, cette milice regroupe en son sein le Conseil de la Choura des Révolutionnaires de Benghazi, de Derna, d’Adjdabiya, ainsi que les Brigades des révolutionnaires de Benghazi. Voir rfi.fr, « Libye : qui sont les Brigades de défense de Benghazi? », 13/03/2017, <http://www.rfi.fr/afrique/20170313-libye-sont-brigades-defense-benghazi>.

52 . Cyril Bensimon, Frédéric Bobin (Tunis, correspondant) et Madjid Zerrouky, « Trois membres de la DGSE tués en Libye, le gouvernement proteste », lemonde.fr, 20/07/2016, <http://abonnes.lemonde.fr/international/article/2016/07/20/trois-militaires-francais-tues-en-libye_4972142_3210.html>.

53 . Selon le Rapport Final du Groupe d’experts sur la Libye op. cit. , p. 10, des « liens supposés entre le ministre de la Défense Mahdi al Barghathi, nommé par le Conseil et les Brigades de Défense de Benghazi » participent des divisions profondes existantes au sein de ce même Conseil de la Présidence libyenne. Voir également ICG, op.cit.

54 . C’est-à-dire l’Algérie, l’Égypte, le Niger, le Soudan, le Tchad et la Tunisie, réunis à Niamey, le 19 octobre, AFP, 20/10/2016.

55 . Voir le résumé de l’entretien dans « Libyan renegade general hails support of Egyptian leadership », Middle East Eye, 2/09/2016, <http://www.middleeasteye.net/news/renegade-general-haftar-admits-receiving-support-egyptian-leadership-662681585>.

56 . Arnaud Delalande, « It Sure Seems Like Egypt and the UAE Are at War In Libya », War is boring, 29/09/2016, <http://warisboring.com/it-sure-seems-like-egypt-and-the-uae-are-at-war-in-libya/#.yqmgkd24i>.

57 . Celian Macé « La Libye se déchire sur les petites coupures », liberation.fr, 7/06/2016, <http://www.liberation.fr/planete/2016/06/07/la-libye-se-dechire-sur-les-petites-coupures_1457700>

58 . Voir à ce propos notre chronique de l’année 2008.

59 . Le profil de Haftar, militaire formé en URSS, comme une bonne partie des cadres de l’ANL semble une garantie pour Moscou, les deux parties parlant le même langage.

60 . Elles sont suivies par celle d’Aguilah Saleh le 14 décembre.

61 . Yuri Barmin, « Is General Hifter Becoming Putin’s Man in Libya ? », al-monitor.com, 6/07/2016, <http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/07/general-hifter-libya-visit-moscow-russia-putin.html?utm_source=Boomtrain&utm_medium=manual&utm_campaign=20160707&bt_ts=1467907528753>.

62 . Le 12 décembre, le ministre de la Défense Mahdi al Barghthi s’est entretenu avec l’ambassadeur de Russie en Libye.

63 . Isabelle Mandraud, « La Russie joue un rôle croissant en Libye », lemonde.fr, 21/01/2017, <http://abonnes.lemonde.fr/afrique/article/2017/01/21/la-russie-joue-un-role-croissant-en-libye_5066467_3212.html>

64 . Des combattants de l’Armée de Libération du Soudan auraient opéré un rapprochement avec l’ANL. Des commandants soudanais auraient été reçus mi-octobre à Marj par l’état-major de l’ANL, Groupe des Experts, op.cit.

65 . <https://www.voaafrique.com/a/tchad-un-groupe-rebelle-afiirme-avoir-ete-attaque-par-haftar/3634107.html>.

66 . Lire l’entretien accordé par le président tchadien à Jeune Afrique, le 30/01/2017 : <http://www.jeuneafrique.com/mag/398067/politique/idriss-deby-itno-lieu-de-donner-lecons-loccident-ecouter-avis/>.

67 . Notamment d’AQMI. En témoigne le bombardement par des avions français de la localité d’al-Qarda al-Shati étaient réunis des responsables de cette organisation dont Mokhtar Belmokhtar, qui aurait été mortellement touché, Gordon Lubold et Matthew Dalton, « U.S.-French Operation Targeted Elusive North African Militant, U.S. Says », Wall Street Journal, 28/11/2016.

68 . Ibid. « Islamic State fighters head south in Libya, threatening Sahel », reuters.com, 11/02/2016, <http://mobile.reuters.com/article/idUSKCN0VK1ON>.

69 . Un accord de paix a été signé à Rome entre les Toubous et les Ouled Slimane en juin 2016, avant d’être paraphé en octobre par les représentants de ces « tribus », sous les auspices de la Communauté de Sant’ Egidio : <http://www.santegidio.org/pageID/3/langID/fr/itemID/16888/Libye--signature-%C3%A0-SantEgidio-dun-accord-humanitaire-entre-tous-les-groupes-politiques-et-ethniques-du-sud-du-pays.html>.

70 . Wolfgang Pusztai and Arnaud Delalande, « A New Civil War Could Break Out in Libya », War is Boring, 11/01/2017, <http://warisboring.com/a-new-civil-war-could-break-out-in-libya/#.jr3d3zcvo> ; Misrata’s 3rd Force claims to hold off LNA advance towards Sebha: UPDATE, Libya Herald, 27/12/2016, <https://www.libyaherald.com/2016/12/27/lna-brak-al-shatti-airbase-attack-foiled-say-misratans/>.

71 . Banque mondiale, Libye : Rapport de suivi de la situation économique (octobre 2016), <http://pubdocs.worldbank.org/en/519251475675702115/Libye-MEM-Fall2016-FRE.pdf>.

72 . ICG, Oil Zone Fighting Threatens Libya with Economic Collapse, 14/12/2016, <https://www.crisisgroup.org/middle-east-north-africa/north-africa/libya/oil-zone-fighting-threatens-libya-economic-collapse?utm_source=Sign+Up+to+Crisis+Group%27s+Email+Updates&utm_campaign=5364d27821-EMAIL_CAMPAIGN_2016_12_14&utm_medium=email&utm_term=0_1dab8c11ea-5364d27821-359410301>.

73 . World Health Organization, Libya Humanitarian Response Plan 2017, <http://www.who.int/emergencies/response-plans/2017/libya/en/>.

74 . OCHA, « Libya »”, Humanitarian Bulletin, August 2016, n° 6, <https://unsmil.unmissions.org/sites/default/files/humanitarian_bulletin_libya_issue_6_aug_2016_en.pdf>.

75 . Human Rights Watch, op. cit.

76 . UNSMIL, Martin Kobler Welcomes the Signing of the Agreement between Misrata and Tawergha, 1/09/2016, <https://unsmil.unmissions.org/martin-kobler-welcomes-signing-agreement-between-misrata-and-tawergha>.

77 . IOM, IOM Libya Brief , <https://www.iom.int/fr/countries/libya>.

78 . Amnesty International, op. cit.

79 . UNSMIL, OHCRH, « Detained and Deshumanised ». Report on Human Right Abuses Against Migrants in Libya, 13/12/2016, <https://unsmil.unmissions.org/sites/default/files/migrants_report-en.pdf>.

80 . IOM, Migration Flows - Europe, <http://migration.iom.int/europe/>. Le nombre de migrants décédés sur les voies terrestres vers et en Libye est inconnu, mais est réputé important selon UNSMIL, OHCRH, op. cit.

81 . L’Italie accueille la moitié des migrants arrivant par mer : 181 436 arrivées sur un total de 363 401 (la Grèce en accueillant 173 614). Les migrants sont originaires du Nigeria, de l’Erythrée, de la Guinée, de la Côte d’Ivoire, de la Gambie etc., OIM, Mixed Migration Flows in the Mediterranean and Beyond, Compilation of available data and information, Reporting Period 2016, <http://migration.iom.int/docs/2016_Flows_to_Europe_Overview.pdf>.

82 . Des séances de formation ont eu lieu en octobre et novembre 2016. Voir UNSMIL, OHCRH, op. cit.

83 . Dans le cadre de l’opération Sea Guardian présenté sur le site de l’OTAN : <http://www.nato.int/cps/fr/natohq/topics_136233.htm>. Lire aussi Nicolas Gros-Verheyde, « Sea Guardian : une opération à envergure limitée », bruxelles2.eu, 6/12/2016, <https://www.bruxelles2.eu/2016/12/06/sea-guardian-une-operation-a-envergure-limitee/>

84 . Op. cit.

85 . Human Rights Watch, « UE/OTAN : Le plan européen met en danger les migrants étrangers détenus en Libye », 6/04/2016, <https://www.hrw.org/fr/news/2016/07/06/ue/otan-le-plan-europeen-met-en-danger-les-migrants-etrangers-detenus-en-libye>.

86 . CSNU, Résolution 2240, S/RES/2240 (2015), <http://www.un.org/fr/documents/view_doc.asp?symbol=S/RES/2240(2015)>.

87 . « Le dialogue politique est l’unique voie pour une solution durable à la crise libyenne pour les pays voisins de la Libye », Actuniger.com, 20/10/2016, <http://www.actuniger.com/international/12186-le-dialogue-politique-est-l-unique-voie-pour-une-solution-durable-%C3%A0-la-crise-libyenne-pour-les-pays-voisins-de-la-libye.html?pr=33289&lang=max>.

88 . Selon l’expression de Martin Kobler, Rapport du Secrétaire général sur la Mission d’appui des Nations Unies en Libye, S/2016/1011, 1er/12/2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saïd Haddad, « Libye : Trois autorités et un Maréchal ou le défi de l’unité », L’Année du Maghreb, 17 | 2017, 259-282.

Référence électronique

Saïd Haddad, « Libye : Trois autorités et un Maréchal ou le défi de l’unité », L’Année du Maghreb [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3289 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3289

Haut de page

Auteur

Saïd Haddad

Maître de conférences aux Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan.

Articles du même auteur

Haut de page