Navigation – Plan du site
Chroniques politiques
Maroc

Chronologie Maroc 2016

Thierry Desrues
p. 308-309

Entrées d'index

Géographie :

Maroc
Haut de page

Texte intégral

124 janvier : Ilyas El Omari est élu nouveau secrétaire national du Parti Authenticité et Modernité (PAM).
20 février : Un député du PAM demande l’ouverture d’une enquête au sujet de la retraite anticipée du maire PJD de Rabat de la société chargée de la gestion déléguée des services d’eau et d’électricité de la ville, pour des « raisons de santé ».
24 février : Grève générale à l’appel des principales centrales syndicales. Elle est assez suivie dans les grandes villes. Le PJD dénonce une grève politique.
9 mars : La nomination de 25 gouverneurs est perçue par les cercles proches du PJD comme une manœuvre visant à freiner sa progression aux prochaines élections.
25 avril : Le maire PJDiste de Rabat est auditionné par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ). Le PJD dénonce une « affaire politique ».
22, 23 et 24 avril : Le congrès national de l’Association Marocaine des Droits Humains (AMDH) se tient à Bouznika près de Rabat dans un contexte de tensions avec le ministère de l’Intérieur depuis l’été 2014.
28 mai : Le congrès extraordinaire du PJD approuve le report de la date du congrès national du parti à l’année 2017, reconduisant ainsi pour une année toutes les instances du parti et partant, Abdelillah Benkirane au poste de Secrétaire national.
2 juin : La Banque centrale du Maroc, la Confédération générale des entreprises du Maroc et le Groupement professionnel des banques du Maroc adressent un mémorandum critique envers la politique économique et financière du gouvernement.
14 juin : Les tribunaux invalident quinze des vingt-six membres de la Chambre des conseillers accusés de comportement frauduleux lors du scrutin du 2 octobre 2015, dont les deux fils de Hamid Chabat, le secrétaire national de l’Istiqlal.
25 juin : Hamid Chabat, secrétaire national de l’Istiqlal lance un appel au PJD pour combattre le complot ourdi par le tahakkoum qui viserait à « mettre un terme à la compétition électorale et à revenir à l’absolutisme ». Le terme fera florès pour désigner le téléguidage depuis le Makhzen des actions visant à discréditer le PJD.
2 juillet : Abdelillah Benkirane confie au site d’information al-aoual.com l’existence d’un gouvernement « parallèle » (le tahakkoum) et incrimine Fouad Ali El Himma, le conseiller du roi.
30 juillet : À l’occasion de la Fête du trône, le roi exprime son mécontentement vis-à-vis du comportement d’une partie de la classe politique à la veille de la campagne électorale. Ses propos visent notamment Abdelillah Benkirane après ses déclarations récentes sur l’existence d’un gouvernement « parallèle ».
1er août : Le wali de Rabat, Abdelouafi Laftit est au cœur d’un scandale après les révélations concernant l’acquisition à un prix très avantageux d’un terrain du domaine privé de l’État.
20 août : Un nouveau scandale éclate après que deux responsables du Mouvement Unicité et Réforme (MUR), considéré comme la matrice idéologique du PJD, sont pris en flagrant délit de relations extra-conjugales.
18 septembre : À Casablanca, une marche de protestation contre le Chef du gouvernement et le PJD réunit plusieurs milliers de personnes. Cette initiative sans promoteurs clairement identifiés est perçue comme une nouvelle manœuvre du tahakkoum pour empêcher une prochaine victoire électorale des islamistes.
7 octobre : Le PJD remporte les élections à la Chambre des représentants. Malgré sa progression, il se situe loin de la majorité absolue.
10 octobre : Conformément à la Constitution, le roi charge Abdellilah Benkirane de la formation du gouvernement.
12 octobre : Le bureau politique du RNI annonce qu’il a sollicité Aziz Akhannouch, homme d’affaires fortuné et ministre de l’Agriculture depuis 2007, pour candidater à la présidence du parti. Dans un communiqué conjoint le RNI et l’UC annoncent qu’ils vont former un groupe parlementaire commun, qui fort de 56 députés, sera le troisième de l’hémicycle devant l’Istiqlal.
28 octobre : Un jeune marchand de poissons, Mohcine Fikri, meurt broyé dans une benne à ordure en tentant de sauver de la destruction sa marchandise qui venait d’être saisie par les autorités. Des manifestations de protestation contre la « hogra » et la situation dans le Rif se produisent à Al-Hoceima.
29 octobre : Aziz Akhannouch est élu secrétaire national du RNI.
30 octobre : Manifestations de protestation contre la « hogra » dans les principales villes du pays en hommage à Mohcine Fikri.
6 novembre : À l’occasion de l’anniversaire de la marche verte, Mohammed VI prononce un discours qui est interprété comme un appui au nouveau secrétaire national du RNI dans ses discussions avec Abdelillah Benkirane et un avertissement à ce dernier sur la marche à suivre dans la formation du gouvernement.
29 novembre : Abdelillah Benkirane condamne la politique de la Russie en Syrie dans un entretien avec une agence de presse arabe. Il est fortement recadré pour avoir empiété sur un domaine réservé du roi et failli provoquer une crise diplomatique.
24 décembre : Le Chef du gouvernement désigné a reçu la visite de deux conseillers du roi, qui lui ont transmis la préoccupation de Mohammed VI et son souhait de voir aboutir prochainement la formation du gouvernement. Au cours d’un meeting de l’UGTM, syndicat affilié à l’Istiqlal, Hamid Chabat a déclaré que « la Mauritanie est une terre marocaine ». En provoquant un début de crise diplomatique avec la Mauritanie, il s’est fermé la porte du futur gouvernement.
31 décembre 2016 : Abdelillah Benkirane n’a toujours pas formé de gouvernement près de trois mois après sa nomination.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Desrues, « Chronologie Maroc 2016 », L’Année du Maghreb, 17 | 2017, 308-309.

Référence électronique

Thierry Desrues, « Chronologie Maroc 2016 », L’Année du Maghreb [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3292

Haut de page

Auteur

Thierry Desrues

IESA-CSIC, Cordoue. Espagne. Chercheur associé à l’IREMAM (UMR7310, AMU/CNRS/IEP, Aix-en-Provence, France) et Centre Jacques Berque pour les études en sciences humaines et sociales (Rabat, Maroc).

Articles du même auteur

Haut de page