Navigation – Plan du site
Chroniques politiques
Tunisie

La Tunisie en 2016 : La présidentialisation de l’impuissance politique (an II)

Éric Gobe
p. 313-333

Entrées d'index

Géographie :

Tunisie
Haut de page

Notes de l'auteur

Cet article s’inscrit dans le cadre des résultats du projet de recherche « Problèmes publics et militantisme au Maghreb. La participation sociale et politique des jeunes dans leur dimension locale et transnationale », financé par le Ministère espagnol de l’Économie et de la Compétitivité (CSO2014-52998-C3-2-P) (2014-2017).

Texte intégral

1Tout comme en 2015, la scène politique tunisienne a été marquée en 2016 par la présidentialisation du régime. La recherche de la prééminence présidentielle, qui s’était affirmée en 2015, à travers le choix de la personnalité devant occuper la primature, s’est matérialisée en 2016 par la formation de deux nouveaux gouvernements, dont un gouvernement d’union nationale.

2En demandant à son Premier ministre, Habib Essid, de faire, au début de l’année un remaniement ministériel d’ampleur, le président de la République, Béji Caïd Essebsi, comptait donner un nouveau souffle à l’action gouvernementale, tout en faisant valoir la prééminence présidentielle au sein de l’Exécutif. Quelques mois plus tard, en prenant l’initiative de changer le chef du gouvernement et de proposer la constitution d’un cabinet d’union nationale, le président Essebsi souhaitait se positionner à nouveau comme le maître du jeu politique, l’homme par lequel passerait la sortie de la Tunisie du marasme économique.

3Mais pour autant, cette présidentialisation du régime ne signifie pas la mise en œuvre d’un mode de gouvernement efficace dans la conduite de l’action publique. L’Exécutif est apparu tout au long de l’année sans cesse débordé par des mouvements de protestation sociale récurrents qu’il a tenté, tant bien que mal, de contrecarrer en formulant des promesses d’embauche dans le secteur public. Par ailleurs, la question djihadiste s’est rappelée au bon souvenir du pouvoir, début mars, avec l’attaque d’un groupe armé venant de Libye sur la ville frontalière de Ben Guerdane. In fine, l’incapacité de Béji Caïd Essebsi à imposer son projet de réconciliation économique et financière et à faire de son fils le leader incontesté du parti qu’il avait lui-même fondé en 2012 est apparue comme le symptôme d’une forme d’impuissance de la présidence.

Du gouvernement Essid II au gouvernement d’union nationale : l’affirmation du présidentialisme

  • 1 . Le palais présidentiel qui abrite les services de la présidence. H. Bourial, « Initiative préside (...)

4Un mois et demi après avoir annoncé officiellement sa volonté de faire un remaniement ministériel d’ampleur, le chef du gouvernement, Habib Essid annonce le 6 janvier la constitution du nouveau cabinet. Censé mener à bien les grandes réformes destinées à « sauver » l’économie du pays et le protéger des attaques terroristes qui ont ensanglanté la Tunisie en 2015, ce remaniement gouvernemental a été voulu par le Palais de Carthage1.

Le gouvernement Essid II entre « partage partisan » et présidentialisme

  • 2 . Il compte 30 membres contre 42 dans le gouvernement Essid I. Voir Y. Bellamine, « Tunisie : Retou (...)
  • 3 . C’est-à-dire Nidaa Tounes, le parti fondé par Béji Caïd Essebsi, le Mouvement Ennahdha, le parti (...)

5Conçu pour être ramassé2 afin de conduire une action publique efficace, le nouveau gouvernement de Habib Essid apparaît surtout comme un subtil dosage dans la répartition des portefeuilles ministériels entre les quatre partis de la coalition au pouvoir3 et au sein même de ce qui est encore, en ce début janvier, la première formation politique de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), le parti Nidaa Tounes.

  • 4 . El Fejr, « Remaniement ministériel : soulagement dans la coalition gouvernante, colère de l’UGTT (...)

6Le cabinet Essid II accueille 11 nouveaux ministres et compte 6 sortants. Parmi ces derniers, on trouve certaines figures politiques étiquetées à gauche. Exit tout d’abord Taïeb Baccouche, ministre des Affaires étrangères : il est remplacé par Khemaies Jhnaoui, conseiller diplomatique au cabinet président de la République et surtout ancien représentant de la mission diplomatique tunisienne à Tel Aviv, ce qui suscite l’indignation de la principale formation d’opposition, le Front populaire4.

  • 5 . Réalités, « Gouvernement Essid II. Un si difficile exercice d’équilibrisme ! », 15/01/2016.

7Exit également le syndicaliste Ammar Yanbaï du ministère des Affaires sociales, accusé d’avoir arbitré les négociations salariales dans le secteur privé en faveur de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT). Cette décision provoque la réaction négative de la principale centrale syndicale tunisienne qui, dans un communiqué, déplore que « le chef du gouvernement n’ait pas respecté les principes de consensus et de concertation établis par la plupart des parties pour appréhender les affaires nationales et prendre des décisions consensuelles »5.

8À noter l’éviction de Othman Batikh, le ministre des Affaires religieuses : Ennahdha a exigé son départ en raison de sa décision d’interdire à certains imams, considérés comme radicaux, de diriger la prière (voir la chronique 2015).

9Quant à Latifa Lakhdhar, elle est écartée de la Culture au profit de Sonia Mbarek, figure polémique qui faisait partie de la « liste des 65 » représentant les premières personnalités ayant exhorté le président Ben Ali à se présenter à un nouveau mandat présidentiel en 20146.

10Last but not least, Nejem Gharsali, est évincé du ministère de l’Intérieur en raison des trois attentats majeurs survenus en 2015.

  • 7 . Z. Krichen, « Un gouvernement politique. Priorité à la faction majoritaire de Nidaa Tounes (en ar (...)

11Nidaa Tounes apparaît comme le principal bénéficiaire du remaniement avec la nomination 9 ministres, notamment à travers les membres du « clan » du fils du président, Hafedh Caïd Essebsi : le président du comité des 13 (voir infra), Youssef Chahed devient ministre des Affaires locales ; Anis Ghedira, membre du Comité constitutif de Nidaa Tounes, occupe le portefeuille des transports, alors que Khaled Chouket est nommé ministre des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement7.

12Le mouvement Ennahdha est mieux représenté au sein du nouveau cabinet que dans le gouvernement Essid I où était présent le seul Ziyad Laadhari. Il est désormais épaulé par deux proches du mouvement : Omar Mansour, jusqu’ici gouverneur de l’Ariana, est nommé à la Justice tandis que Monji Marzouk, ancien ministre des TIC dans le gouvernement du nahdhaoui de Hamadi Jebali, obtient le portefeuille de l’Energie et des Mines. Ennahdha dispose également en la personne de Nejmeddine Hamrouni, d’un Conseiller spécial du chef du gouvernement à la veille et la prospective avec rang de secrétaire d’État.

  • 8 . S. Soudani, « Le remaniement… », op. cit.

13L’autre formation politique qui renforce sa présence au gouvernement est l’Union patriotique libre (UPL), le parti vitrine du milliardaire Slim Riahi, puisqu’il passe de 3 à 4 portefeuilles. Toutefois la nomination au poste de ministre du Commerce de Mohsen Hassan, accusé par certains hommes d’affaires du secteur touristique d’être un escroc, ne va pas sans susciter de protestations. Quant aux libéraux d’Afek Tounes, ils gardent leurs 3 ministères8.

14Mais à peine installé, le gouvernement est confronté à une vague de contestation dans les régions intérieures de la Tunisie, puis à une attaque djihadiste début mars, évènements qui vont contribuer à le fragiliser.

Un gouvernement Essid II ébranlé par les protestations sociales et l’attaque jihadiste de Ben Guerdane

15Kasserine, un des hauts lieux du soulèvement tunisien de 2010-2011, s’embrase de nouveau à la mi-janvier. L’évènement déclencheur est la mort par électrocution d’un jeune diplômé chômeur de 28 ans, Ridha Yahyaoui. Ce dernier, technicien supérieur en mécanique électrique, actif dans le mouvement des diplômés chômeurs, fait partie d’un groupe d’une trentaine de sitinneurs qui le 16 février 2015 ont signé un accord prévoyant leur embauche avec le gouverneur de l’époque, le premier délégué régional, Nourredine Touati, et deux députés de la circonscription, Kamel Hamzaoui (Nidaa Tounes) et Mahmoud Kahri (UPL).

  • 9 . H. Chennaoui, « Ridha Yahyaoui : Un stylo m’a tuER », Nawaat, 22/01/2016 <https://nawaat.org/port (...)
  • 10 . France 24, « Tunisie : tensions à Kasserine après le décès d’un chômeur sur fond de crise sociale (...)

16Le samedi 16 janvier 2016, les sitinneurs sont convoqués au gouvernorat pour signer leur contrat de travail. Mais entretemps, la liste a changé : le premier délégué régional a biffé 5 noms, dont celui de Ridha Yahyaoui, et en a ajouté 11 autres9. En fin de matinée, en marge de la manifestation organisée contre la modification de la liste d’embauches, il escalade un poteau électrique en menaçant de suicider, puis est électrocuté10.

  • 11 . Propos du sitinneur Wajdi Khadraoui rapportés in H. Chennaoui, « Kasserine : après le deuil, l’em (...)

17Dès le dimanche, plusieurs dizaines jeunes se rendent devant le siège du gouvernorat de Kasserine pour exprimer leur colère et exiger la conduite d’une enquête sur ce qu’ils qualifient de « réseau de corruption et de népotisme institutionnalisé par le pouvoir »11.

  • 12 . Id.

18Pour tenter de calmer les esprits, Habib Essid annonce le 18 janvier la révocation du 1er délégué régional de Kasserine et ordonne « l’ouverture d’une enquête sur les circonstances de l’établissement de la liste des chômeurs du gouvernorat »12.

  • 13 . Les travailleurs du mécanisme 16 bénéficient d’un contrat de stage de 9 mois renouvelable une foi (...)
  • 14 . H. Ayadi, « Des protestations dans 16 gouvernorats et échec de la communication gouvernementale » (...)

19Mais la communication contradictoire du gouvernement n’apaise en rien la situation. Le 20 janvier, après un conseil ministériel, le porte-parole du gouvernement s’emmêle les pinceaux dans l’annonce des mesures gouvernementales en matière d’embauches et de lutte contre le chômage. En effet, Khaled Chouket annonce le recrutement (intidâb) de 5 000 chômeurs dans le cadre des différents mécanismes des programmes d’emploi, ainsi que l’embauche de 1 410 chômeurs dans le cadre du mécanisme 1613. Ces mesures sont démenties par le ministre des finances Salem Chaker qui invoque des erreurs dans la communication du porte-parole. Il fallait, selon lui, dire que 5 000 personnes à Kasserine allaient profiter des différents mécanismes fournis par le ministère de l’Emploi, comme le SIVP (stage d’initiation à la vie professionnelle des diplômés du supérieur). Autrement dit, le gouvernement inciterait le secteur privé à « absorber » (Isti’âb) cette main d’œuvre par le biais de mécanismes d’aide à l’emploi des diplômés14. Par ailleurs, il fallait, non pas parler du recrutement 1 410 personnes dans le cadre du mécanisme 16, mais dire que les situations des personnes travaillant dans le cadre du mécanisme 16 seraient régularisés.

  • 15 . Id.

20Les annonces gouvernementales sont suivies d’une intensification des mouvements de protestation qui font tâche d’huile dans les gouvernorats du centre et de l’ouest de la Tunisie. Le soir du 21 janvier, 16 des 24 gouvernorats du pays sont touchés par des manifestations, sit-in et autres émeutes qui débouchent sur des pillages et des incendies de plusieurs postes de police15.

  • 16 . S. Soudani, « Kasserine : cacophonie au sommet de l’État », Nawaat, 24/01/2016, <https://nawaat.o (...)

21Le lendemain, le président de la République s’adresse aux Tunisiens dans une allocution télévisée au cours de laquelle il affirme que cette contestation est « naturelle », car les jeunes qui n’ont pas d’emploi ne peuvent pas vivre dignement. Toutefois, le président insiste sur la présence des ennemis intérieurs et extérieurs de la Tunisie, toujours prêts à déstabiliser le pays. Il pointe du doigt la tournure prise par des mouvements de protestation exploités par les cellules terroristes de l’État islamique désireuses d’entraîner le pays dans le chaos. Il met également en garde contre la récupération de la contestation par des « mains malveillantes », des « gens connus, fichés appartenant des partis légaux ou interdits ». Finalement, il s’en prend aux médias nationaux et internationaux accusés d’exacerber les tensions au lieu de les apaiser16.

  • 17 . Réalités, « De la contestation sociale légitime à la violence illégitime », 29/01/2016.
  • 18 . H. Chennaoui, « Cartographie de la contestation : le mouvement social continue », Nawaat, 25/01/2 (...)
  • 19 . H. Chennaoui, « Mouvements sociaux : le pouvoir mise sur l’essoufflement », Nawaat, 9/02/2016, <h (...)

22Ce ton menaçant du président de la République ne porte pas un coup d’arrêt aux protestations. Alors que la presse tunisienne pro-gouvernementale salue des forces de sécurité et une armée qui ont su éviter « un usage excessif de la force »17 dans la répression de la contestation, les mouvements de protestation ne faiblissent pas. Le 24 janvier à Kasserine, le collectif de jeunes chômeurs, qui continue son sit-in au siège du gouvernorat, publie un quatrième communiqué dans lequel il condamne « la surdité du gouvernement » face à leur demande d’ouverture du dialogue et dénonce « le système de la corruption et de la bureaucratie qui a marginalisé depuis des années notre région »18. À la fin du mois de janvier, Les gouvernorats du centre et de l’ouest du pays connaissent régulièrement sit-in et manifestations, souvent encadrés par l’Union des diplômés chômeurs et les bureaux régionaux de l’UGTT et réprimés, plus ou moins violemment, par les forces de l’ordre. En fait, les autorités misent sur l’essoufflement de la contestation qui commence à faiblir à partir de la première semaine de février19.

23Pendant près de trois semaines, Béji Caïd Essebsi se contente de recevoir toute une série de personnalités aux fins de les consulter dans la perspective du lancement d’une « vaste initiative nationale de sauvetage économique »20.

  • 21 . Radio France internationale, « Tunisie : à Ben Guerdane, une attaque “sans précédent” et “coordon (...)

24Alors que la contestation sociale perd progressivement de sa force, resurgit le spectre du djihadisme à Ben Guerdane, ville de 66 000 habitants du sud-est de la Tunisie à une trentaine de km de la frontière libyenne. Le 7 mars au matin, des groupes armés en provenance de Libye, épaulés, semble-t-il, par des habitants du cru, attaquent de manière coordonnée et simultanée trois cibles stratégiques : une caserne de l’armée tunisienne, le quartier général de la garde nationale (l’équivalent de la gendarmerie) et un poste de police. Au début de l’assaut, deux officiers de la brigade antiterroristes sont tués à leur domicile. Des hommes armés sillonnent cette ville réputée « frondeuse » en annonçant qu’ils sont l’État islamique et en appelant les habitants à les soutenir. L’armée, la police et la garde nationale appuyées par des unités spéciales interviennent pour repousser, puis éliminer les assaillants21.

  • 22 . F. Bobin, « Le patriotisme incandescent de Ben Guerdane la mal-aimée », Le Monde, 14/03/2016.
  • 23 . M. Ayari, « L’après Ben Guerdane : 7 pièges à éviter », HuffPost Tunisie, 9/03/2016, <http://www. (...)
  • 24 . Soutenu par la Libye du colonel Kadhafi, les assaillants avaient alors pour objectif de déclenche (...)

25Le bilan humain est lourd : une cinquantaine de djihadistes, treize membres des forces de l’ordre et sept civils ont été tués lors de l’attaque et des accrochages qui ont suivi22. L’opération « s’apparente à une tentative d’attaque insurrectionnelle » dont l’objectif était de « rallier à sa cause une partie de la population de Ben Guerdane »23. En ce sens, elle est comparable au « coup de Gafsa » de 1980 qui avait vu un commando d’une soixantaine de personnes, composé d’anciens putschistes yousséfistes et des jeunes désœuvrés du Sud tunisien émigrés en Libye, s’emparer de la ville minière de Gafsa pendant quelques jours24.

  • 25 . C’est précisément ce qui s’est passé à Kerkenah où dans le cadre de la responsabilité sociale de (...)

26Les pouvoirs publics n’ont pas le temps d’exploiter cette « victoire » sur le front sécuritaire que déjà de nouveaux foyers de protestations sociales s’allument. La paralysie de la production de phosphate par les sit-in à répétition dans le bassin minier de Gafsa et l’affaire Petrofac à Kerkenah font ressortir l’incapacité de l’Exécutif à apporter un début de solution à la question sociale. En fait, le schéma qui produit des mouvements de protestation sociale est récurrent. Pour calmer un mouvement de contestation, les pouvoirs publics mettent en place un mécanisme d’emplois précaires dont ils promettent la sortie par le haut avec son remplacement par un dispositif d’emplois publics pérennes. Les autorités ne tiennent pas leur promesse, ce qui en retour induit la mobilisation des travailleurs précaires et des chômeurs pour revendiquer l’application des accords passés avec les pouvoirs publics25.

27La présidence de la République tente alors de repousser le spectre des protestations sociales en prenant une « initiative politique » consistant à proposer la mise en place d’un gouvernement d’union nationale.

L’appel du président Béji Caïd Essebsi à la constitution d’un gouvernement d’union nationale

  • 26 . Et le président de citer les pertes occasionnées par l’arrêt de la production de phosphate dans l (...)
  • 27 . HuffPost Tunisie, « Béji Caïd Essebsi dans une grande interview télévisée : un gouvernement d’uni (...)

28Dans un entretien donné à la chaîne publique El Watania 1, sans en avoir informé au préalable ni Habib Essid, ni Ennahdha, ni les autres partis au pouvoir ou dans l’opposition, Béji Caïd Essebsi lance un appel à la formation d’un gouvernement d’union nationale pour surmonter la conjoncture difficile que traverse le pays. Partant du constat que le principal acquis pour la Tunisie est l’avènement d’un climat de liberté, il affirme que l’avancée du processus démocratique se heurte à trois principaux obstacles : le premier est le résultat de l’affaiblissement de l’État de droit qui n’agit pas comme il devrait avec ceux qui violent la loi. Or ces derniers, en organisent des grèves et des sit-in sont des « fauteurs de troubles » qui paralysent la production et l’économie du pays26. Le deuxième obstacle est représenté par les médias. Certes la liberté d’expression est un acquis, mais la presse, la TV et les réseaux sociaux noircissent le tableau et ne tiennent pas compte des circonstances exceptionnelles que traverse le pays. Le troisième et le résultat de l’action de l’« opposition » qui continue à agir comme elle le faisait à l’époque de Ben Ali. Aussi, le président l’appelle-t-elle à avoir une attitude responsable en agissant au sein du parlement et non pas en descendant dans la rue27.

29Pour surmonter ces obstacles, il convient, selon le président de la République, de constituer un gouvernement d’union nationale dans lequel seraient présents, outre les partis politiques, l’UGTT et l’Union tunisienne de l’artisanat et du commerce (l’UTICA, l’organisation patronale). La participation de ces deux organisations au gouvernement, viendrait garantir la paix sociale et donnerait au gouvernement les instruments de lutte contre le terrorisme, le chômage et la corruption, fléaux auxquels le futur gouvernement devra s’attaquer prioritairement.

30Le président en s’adressant à toutes les forces politiques « au-dessus de la tête du parlement » tente de se positionner comme « l’homme providentiel qui sortira le pays de la crise et par lequel s’éteindront les feux de la discorde »28.

  • 29 . H. Bourial, « Gouvernement d’union nationale. Le bout du tunnel ? », Réalités, 17/06/2016.

31La proposition présidentielle reçoit un accueil favorable de la part des deux principaux partis de la scène nationale, en l’occurrence le Mouvement Ennahdha et Nidaa Tounes. Le président du parti islamique, Rached Ghannouchi, y voit « la suite logique de la politique de l’union et du consensus » prônée par Ennahdha, tandis que les dirigeants de Nidaa Tounes saluent l’initiative présidentielle et affirment que le parti est déjà engagé dans des négociations avec les autres formations politiques pour la faire aboutir. Les deux autres partis de la coalition (Afek Tounes et l’UPL) appuient également la présidence de la République en « lorgnant sur la possibilité d’obtenir de nouveaux postes ministériels »29.

  • 30 . Id.

32Dans l’opposition « social-démocrate », le parti Al Joumhouri (2 députés) et la voie démocratique et sociale (aucun député) apportent leur soutien au cabinet d’union nationale. Du côté de l’opposition plus radicale, Le Front populaire (15 députés) est dans une position attentiste, alors que le parti de Moncef Marzouki, l’ancien président de la République, al-Irada exprime le rejet d’une approche qui revient, selon lui, à outrepasser les prérogatives constitutionnelles du président de la République et à accentuer la présidentialisation du régime30.

33Quant à l’UGTT, elle juge « positive » l’initiative sans pour autant être prête à participer à un gouvernement d’union nationale au motif précisément qu’une organisation syndicale n’est pas un parti politique. De son côté, l’organisation patronale l’UTICA, précise qu’elle s’impliquera dans le processus tout en ne souhaitant pas, elle non plus, entrer au gouvernement.

  • 31 . H. Bourial, « Initiative de BCE pour un gouvernement d’union nationale. Les maillons faibles », R (...)

34Après deux rounds de discussions (les 8 et 16 juin) entre les partis, L’UGTT et l’UTICA, le Front populaire énonce clairement son refus d’une initiative présidentielle perçue comme un moyen faire passer les réformes économiques libérales imposées par les bailleurs de fonds internationaux31.

  • 32 . Côté partis politiques, les signataires sont Nidaa Tounes, Ennahdha, le Mouvement Projet pour la (...)

35Après six semaines de négociations, 9 partis politiques et 3 « organisations nationales »32 signent l’accord dit de Carthage qui définit les orientations et les priorités qu’aura à assumer le gouvernement d’union nationale. Elles sont définies de manière vague et ne prêtent pas vraiment à conflit, notamment dans le domaine économique où la nécessité de maitriser les grands équilibres macroéconomiques (budget, endettement) est affirmé en même temps que la celle d’une plus forte participation du secteur public dans la réalisation des infrastructures et des grands projets.

  • 33 . Jamila Caïd Essebsi, la sœur du président de la République est mariée à un membre de la famille C (...)

36En fait, c’est sur le choix des hommes devant composer le gouvernement que les conflits surgissent. Le 1er août, Béji Caïd Essebsi propose, lors d’une réunion tenue au Palais de Carthage avec les représentants des partis politiques et plusieurs organisations, le nom de Youssef Chahed comme successeur de Habib Essid au poste de chef du gouvernement. L’ancien président du comité des 13 chargé d’arbitrer fin 2015 les conflits au sein de Nidaa Tounes est un homme de confiance du président de la République. Toutefois, la proposition de son nom pour succéder à Habib Essid suscite des commentaires critiques à propos du lien qui rattache sa famille à celle des Caïd Essebsi33. Tout comme le président de la République, il est Tunisois et descend d’une famille aristocratique du Makhzen beylical. Ministre des Affaires locales dans le gouvernement Essid II, il est ingénieur agronome, docteur en agroéconomie et développe une approche plutôt libérale de l’économie, ce qui lui a valu de travailler comme expert international spécialiste des politiques agricoles auprès du département de l’Agriculture des États-Unis.

  • 34 . H. Ayadi, « Gouvernement Youssef Chahed : Béji Caïd Essebsi, met fin à la discussion et revoit la (...)

37Le 3 août, le président Caïd Essebsi désigne Yousef Chahed pour former le nouveau gouvernement. Il a pour mission délicate de faire aboutir les pourparlers autour de la composition du cabinet en tenant compte des quotas partisans à distribuer au sein du futur gouvernement. Après avoir été reportée à plusieurs reprises, la composition de l’équipe gouvernementale est annoncée par Youssef Chahed le 20 août, après un ultime arbitrage du président de la République34.

38Union nationale oblige, le chef du gouvernement a tenté de satisfaire les partis politiques ayant souscrit à l’accord de Carthage. Premier constat, le cabinet de Youssef Chahed est pléthorique. Il compte dans ses rangs 26 ministres et 14 secrétaires d’État.

39En dépit des crises à répétition qui ont contribué à l’affaiblir depuis l’élection de son fondateur à la présidence de la République (voir infra), Nidaa Tounes se taille la part du lion, avec 5 ministères et 5 secrétariats d’État.

40L’entrée au gouvernement de deux ministres issus de partis d’opposition ayant obtenu des scores catastrophiques aux élections législatives de 2014 est censée conférer au gouvernement le caractère d’union nationale voulu par Béji Caïd Essebsi. El Massar accède au ministère de l’Agriculture en la personne de Samir Taieb, tandis que qu’Al Joumhouri est représenté au sein du gouvernement par Iyad Dahmani en tant que ministre chargé des relations avec le parlement.

41Ennahdha obtient 3 secrétaires d’État et un ministère de plus par rapport au précédent gouvernement. Zied Laadhari, le jeune secrétaire général du parti passe du ministère de l’Emploi et de la Formation à celui de l’Industrie et du Commerce. Il est remplacé à son ancien poste par le nahdhaoui Imed Hammami, ancien porte-parole du parti. Moins connu que ces deux collègues, Anouar Maarouf est nommé ministre des Technologies de l’Information et de l’Économie numérique.

  • 35 . Id. À noter que ce dernier sera limogé du gouvernement le 4 novembre pour « atteinte aux fondamen (...)

42Toutefois Ennahdha exprime son mécontentement estimant qu’au regard de sa place au sein de l’ARP, sa représentation au sein du gouvernement est trop faible. De surcroît, le parti de Rached Ghannouchi, qui aurait souhaité le maintien au poste de ministre des Affaires religieuses de Mohamed Khelil, s’est vu imposer la nomination d’Abdeljalil Ben Salem, président de l’Université de théologie de la Zitouna de 2011 à 201435.

  • 36 . Le premier est l’ancien secrétaire adjoint de l’UGTT chargé de l’enseignement, puis de la communi (...)

43Quant à l’UGTT, bien qu’elle ait signifié sa non-participation au gouvernement, elle n’est pas complètement absente du fait de la participation au cabinet de deux de ses anciens cadres dirigeants : Mohamed Trabelsi et Abid Briki36.

  • 37 . Samira Meraï, ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance dans le gouvernement Essid II, (...)

44À noter le nouveau chef du gouvernement n’a pas complétement sacrifié au partage partisan, ce qui a suscité le mécontentement de certains partis. L’UPL s’est retrouvée exclue du gouvernement, après avoir, semble-t-il, exigé un nombre excessif de portefeuilles. Afek Tounes, mécontent d’avoir obtenu « seulement » deux ministères et un secrétariat d’État37 s’est plaint par la bouche de son président et ancien ministre, Yassine Brahim, de la composition d’un gouvernement pour lequel il n’aurait pas été consulté.

45Last but not least, Les ministères de souveraineté ont vu la reconduction de Farhat Horchani à la Défense nationale, Hédi Majdoub à l’Intérieur et Khemaies Jhinaoui aux Affaires étrangères.

46Face aux critiques dénonçant la distribution des portefeuilles en fonction de quotas partisans, la communication gouvernementale met plutôt l’accent sur la jeunesse et la féminisation du nouveau gouvernement qui compte 6 femmes, soit près du quart des ministres et une secrétaire d’État. En dépit du relatif mécontentement affiché par les principaux partis politique, les députés accordent, le 26 août, leur confiance au gouvernement Chahed à une majorité écrasante de 167 voix38.

  • 39 . Le Front populaire, première force d’opposition ne compte que 15 sièges, suivi de loin par le con (...)

47Ce vote massif illustre l’impuissance d’une opposition faiblement représentée au parlement39. Si elle tente de s’affirmer à l’occasion de certains débats parlementaires, notamment lors des séances plénières consacrées à l’examen de la loi de finance durant lesquelles elle a dénoncé la « politique d’austérité » mise en œuvre par le gouvernement, elle est étouffée par la logique du consensus imposée dans le champ politique par le leader d’Ennahdha et le président de la République.

Champ politique et logique du consensus

48Les deux principales formations politiques, Ennahdha et Nida Tounes occupent quasiment tout l’espace politique ne serait-ce qu’en raison de leur alliance, ou tout au moins de leur pacte de non-agression.

49D’ailleurs, le mouvement Ennahdha, ne s’est pas saisi des faiblesses de Nidaa Tounes pour revendiquer une part plus grande du pouvoir et s’est largement « comporté tel un fidèle figurant capable même de jeu passif pourvu que son allié ne s’écroule pas »40.

50Le fondateur d’Ennahdha n’hésite pas à apporter son soutien à Béji Caïd Essebsi sur des enjeux politiques fortement conflictuels. Les débats autour du volet « réconciliation économique et financière » de la justice transitionnelle ont alimenté en 2016, comme en 2015, le sentiment dans l’opposition de l’existence d’une sorte de condominium Béji Caïd Essebsi/Rached Ghannouchi sur le pouvoir politique en Tunisie.

Justice transitionnelle et logique du consensus : le projet de loi de réconciliation économique et financière

  • 41 . Le président Béji Caïd Essebsi cité par O. Belhassine, « Tunisie : le Président contre la justice (...)

51En 2015, le président de la République avait proposé la mise en œuvre d’un projet de loi de réconciliation économique et financière en vue de « pacifier le climat des affaires et rendre la confiance aux investisseurs ». Au motif de la dégradation des indicateurs économiques, Béji Caïd Essebsi considérait qu’il fallait « tourner la page des poursuites et faire en sorte que les Tunisiens qui ont de l’argent se remettent à investir en Tunisie et soient utiles à leur pays »41.

  • 42 . Cette autorité indépendante de la justice transitionnelle, créée par la loi organique du 24 décem (...)
  • 43 . Ces deux institutions ont été respectivement créées en mars et novembre 2011 par décrets lois.

52Conçu sans avoir consulté les institutions concernées par la lutte contre la corruption (l’Instance Vérité et Dignité – IVD –42, la Commission de confiscation des biens mal acquis et l’Instance nationale de lutte contre la corruption43) le projet de loi présidentiel visait à évincer l’IVD du processus dit de « réconciliation économique » en lui ôtant ses compétences en matière de corruption et de détournement de fonds publics. Les mobilisations contre le projet de loi et la censure par l’Instance provisoire de constitutionnalité des dispositions du projet de réconciliation économique introduites dans la loi de finance 2016 par le gouvernement conduisent, au début de l’année, la présidence de la République à temporiser.

53C’est sans compter sur Rached Ghannouchi qui vient à la rescousse de Béji Caïd Essebsi : en reprenant à son compte l’initiative présidentielle, il lui confère un caractère « global » (shâmil). En effet, à la suite d’une rencontre avec le président de la République le 16 avril, le cheikh propose une « réconciliation nationale globale » en vue « d’apaiser les tensions politiques et sociales ». Il s’agit de traiter « tous les dossiers et de tourner la page du passé ». Et Rached Ghannouchi de citer « celui de l’amnistie générale, de la création d’un Fonds national de compensation des victimes afin que le pays regarde vers l’avenir dans un esprit solidaire, loin des rancœurs et des mentalités de vengeance ».

  • 44 . Y. Essid, « Initiative du cheikh Rached Ghannouchi de réconciliation nationale : une feuille de r (...)
  • 45 . Al-Dhamir, « Le cheikh Rached Ghannouchi à la chaîne TRT al-Arabiya : “Nous voulons nous appuyer (...)

54Reprenant à son compte l’idée de la réconciliation économique, le chef d’Ennahdha affirme que la Tunisie « ne supporte plus que des personnes soient interdites de voyager que d’autres soient menacées d’être emprisonnées et bien d’autres soient privées d’emploi »44. Sa proposition constitue la quintessence de la démarche consensuelle du Mouvement Ennahdha : « Le consensus c’est l’acceptation de l’autre, la volonté de coopérer avec lui afin de servir l’intérêt national. Le consensus signifie l’établissement du dialogue comme unique voie pour surmonter les divergences et trouver ainsi une solution aux problèmes. Le consensus revient à faire des concessions réciproques et éviter les jeux à somme nulle où les gains de l’une des parties correspondent aux pertes de l’autre. Le consensus signifie le rejet de l’exclusion (…). Nous voulons nous appuyer sur le consensus afin de construire la réconciliation nationale globale entre tous les Tunisiens »45.

  • 46 . Réalités, « Initiative de réconciliation globale. Pourquoi Ennahdha vient-il à la rescousse de BC (...)

55Les déclarations du président du Mouvement Ennahdha suivies de celles de son Majlis El Choura (le « parlement » du parti) invitant solennellement le bureau exécutif à donner forme à l’initiative de « réconciliation nationale globale » sont perçus par le Palais de Carthage comme un feu vert donné à l’examen du projet de loi par la commission de législation de l’ARP46.

  • 47 . Le Maghreb, « Réconciliation économique et financière. Le Maghreb publie le texte complet des deu (...)

56Le nouveau texte rédigé par la présidence de la République ne diffère guère de la première mouture de 2015. Seules la composition de la commission de réconciliation et le caractère public de son rapport final sont amendés dans le sens d’une plus grande transparence : l’article 4 du projet de loi prévoit dans sa composition trois magistrats, un avocat près la Cour de cassation et un expert-comptable mandatés par leurs institutions d’appartenance, ainsi qu’un représentant des associations de promotion de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption ; l’article 17 précise que le rapport de la commission sera publié au journal officiel47.

  • 48 . Le député nahdhaoui, Samir Dilou se trouve pris dans les mêmes contradictions que sa collègue Yam (...)

57Ainsi rédigé le texte cristallise les mêmes critiques et résistances que l’année précédente. De surcroît, il place Ennahdha dans une posture inconfortable. Comme en 2015, le parti se divise. Le président du groupe Ennahdha à l’ARP, Nourreddine Bhiri, affirme qu’au nom de l’intérêt national, il convient d’examiner « positivement » le projet et qu’il n’est pas raisonnable de le rejeter en bloc. Ce faisant, il s’oppose à Yamina Zoghlami qui exprime son refus du texte, avant d’accepter, de mauvaise grâce, le principe de le discuter tout en insistant sur la nécessité de prendre en considération les divers amendements destinés à améliorer le texte48.

58In fine, la présidence renonce pour la deuxième année consécutive à faire voter le projet de réconciliation afin d’éviter le développement d’une dynamique oppositionnelle au texte, alors que le gouvernement d’union nationale n’est pas encore constitué et que les négociations sur sa composition vont bon train (voir supra).

59On notera également que les dissensions du parti autour de la loi sur la réconciliation économique et financière donnent des indices sur les positionnements politiques et idéologiques divers traversant le parti islamiste, ainsi que de la contestation interne à laquelle doit faire face Rached Ghannouchi. Le dixième congrès du Mouvement Ennahdha qui se déroule du 20 au 22 mai 2016 fournit l’occasion à certains dirigeants du parti de critiquer la gouvernance du parti, de même que la ligne consensuelle affichée par le cheikh.

Le dixième congrès du Mouvement Ennahdha : séparer la prédication des activités politiques

  • 49 . Jeune Afrique, « Rached Ghannouchi : “Le redressement passe par la réconciliation” », Jeune Afriq (...)
  • 50 . H. Bourial de Réalités s’interroge dès la première phrase de son article : « sont-ils théocrates (...)

60Le dixième congrès d’Ennahdha avait été annoncé, quelques mois avant sa tenue, comme celui d’un aggiornamento de la stratégie du parti. L’enjeu, selon son président, Rached Ghannouchi, est de recentrer les activités du mouvement pour en faire « un parti politique dont la mission est d’œuvrer à la défense des intérêts du peuple sur la base de l’État de droit »49. Présentée comme un tournant dans la stratégie du parti par son président, la nouvelle est plutôt accueillie avec méfiance par la presse anti-nahdhaouie qui y voit un subterfuge visant à masquer la volonté d’imposer une « théocratie » en Tunisie50. Mais avant de se prononcer sur l’éventuelle pertinence du propos, il convient d’analyser la signification et la portée de l’annonce de la séparation entre prédication et politique. Inspiré par l’approche du mouvement des Frères musulmans égyptiens, Ennahdha développait des activités de prédication (prosélytisme religieux) ayant pour objet la réforme de la société dans le sens de son islamisation, qui constituaient une des missions du parti. Or, ce mélange des genres est désormais perçu par Rached Ghannouchi comme contreproductif dans la conduite de l’action même du parti.

  • 51 . Al-Dhamîr, « Répondant aux critiques adressées au mouvement Ennhahdha à la suite de son dixième c (...)
  • 52 . Y. Nabli, « Le congrès d’Ennahdha : changement ou nouvelle transformation de l’islam politique ? (...)
  • 53 . R. Ben Romdhane, « Ennahdha en son dixième congrès : construire un parti civil, démocratique et m (...)

61Si historiquement les mouvements islamistes, dans le sillage des partis nationalistes, communistes et fascistes, étaient des « organisations islamiques englobantes » (tanzîmât islamiyya shumûliyya) regroupant en leur sein toutes les dimensions du projet islamique (la prédication, l’action caritative, la politique, etc.), le leader d’Ennahdha pense désormais que cette situation met en difficulté le parti qui est accusé d’instrumentaliser la religion, les mosquées, les écoles ou les associations de bienfaisance au profit de son projet politique51. Aussi convient-il d’opérer une séparation fonctionnelle (wathîfî) à l’instar de celle qu’ont pu pratiquer les partis de gauche en s’autonomisant par rapport à leurs activités syndicales et associatives52. Autrement dit, il propose d’instaurer une nouvelle division du travail ou plus précisément une spécialisation (takhassous) entre le parti et les organisations de la société civile53 : le premier se consacre à l’action politique tandis que les seconds prennent à leur charge la religion, la culture ou l’éducation.

62Cette approche ne remet pas en cause le fait que la pensée islamique garde son caractère totalisant (shâmil) et qu’elle a vocation à embrasser toute ses dimensions de la vie humaine. Aussi le parti Ennahdha garde-t-il, bien évidemment, son référent islamique.

  • 54 . La motion sur la séparation des activités politiques et de prédication religieuse est approuvée p (...)
  • 55 . Rached Ghannouchi obtient 800 voix contre 229 à Fethi Ayadi et 29 à Mohamed Akrout. Voir H. Zgoli (...)
  • 56 . Id.

63Le projet ainsi porté par Rached Ghannouchi n’est pas vraiment contesté par les 1 200 délégués présents au congrès54. Toutefois, le déroulement du congrès va laisser transparaître des lignes de clivage et des conflits dans un parti dont la marque de fabrique est le maintien de sa cohésion interne. Le fondateur du parti a dû durement négocier ses attributions. Il a certes largement été réélu à la tête du parti55, mais les négociations avec d’autres dirigeants ont été serrées. La principale pierre d’achoppement a porté sur les statuts du mouvement, notamment sur les modalités de désignation du bureau exécutif. Rached Ghannouchi souhaite garder le contrôle sur le choix des membres dudit bureau. En effet, les statuts du parti prévoient que le président désigne la liste des membres du bureau exécutif qu’il présente au Majlis al-Choura qui l’entérine ou non. D’autres dirigeants, notamment Abdellatif Mekki et Abdelhamid Jelassi, au nom du fonctionnement démocratique du mouvement, souhaitent priver le président de cette compétence qui reviendrait au bureau du Majlis al-Choura. Pour emporter la décision, Rached Ghannouchi menace de ne plus se présenter à la présidence du parti. Finalement soumis au vote des congressistes, l’option défendue par le fondateur d’Ennahdha est approuvée par 58 % des délégués56.

  • 57 . Instance consultative, le Majlis Al-Choura est composé de 150 membres, dont les deux-tiers sont é (...)
  • 58 . F. Dahmani, « Tunisie : plongée au cœur de la nébuleuse Ennahdha », Jeune Afrique, <http://www.je (...)

64Par-delà les questions de personne ou le désir de s’émanciper de la figure tutélaire du « père » du parti, une ligne de clivage politique sépare les partisans d’une stratégie de normalisation et d’inclusion à tout prix dans le champ politique (ligne Ghannouchi) et ceux qui critiquent l’alliance contractée avec l’ennemi d’hier, Nidaa Tounes, considéré comme représentant la continuité de l’ancien régime. Ces derniers, les plus conservateurs sur le plan religieux, dominent le Majlis Al-Choura où certaines figures connues pour leur posture radicale (Habib Ellouze et Sadok Chourou) ont largement été réélus lors du congrès57. Écartés pour la plupart des listes électorales pour les élections législatives de 2014, les « faucons » du parti ont placé le 11 juin à la tête du Majlis Al-Choura Abdelkrim Harouni, tribun aux déclarations controversées. Depuis lors, il expose publiquement des prises de position contraires au bureau exécutif, bien qu’au bout du compte, il se range à l’avis de ce dernier58.

65Toutefois, en dépit des dissensions affichées publiquement par ses dirigeants, le Mouvement Ennahdha apparaît beaucoup plus solide et cohérent que le parti fondé par Béji Caïd Essbsi, frappé depuis le début de 2015 par un processus de fragmentation.

Nidaa Tounes ou la logique du factionnalisme

66Pourtant fin 2015 tout devait rentrer dans l’ordre : Mohsen Marzouk, l’ancien secrétaire général de Nidaa Tounes avait démissionné pour aller fonder sa propre formation politique. En décembre 2015, l’ensemble des caciques du parti avait accepté la feuille de route préparée par le comité des 13 dans l’optique de la préparation d’un congrès dit consensuel censé être suivi d’un congrès dit électif. Le clan de Hafedh Caïd Essebsi, le fils du président de la République, apparaissait certes en position de force, mais il avait accepté, à l’instar des membres du bureau exécutif, les propositions de la feuille de route censées consacrer un équilibre dans la répartition du pouvoir entre les différentes figures du parti.

  • 59 . Il prévoit dans son dernier alinéa que « le président de la République ne peut cumuler ses foncti (...)

67Le 9 janvier, en contradiction avec l’article 76 de la Constitution de 201459, Béji Caïd Essebsi, invité d’honneur de Nidaa Tounes, ouvre le congrès « consensuel ». Louant un parti sur la voie de la guérison, il appelle à « un dialogue profond » entre les courants, reflet de la diversité du parti. Pour ne pas réveiller les « démons » de la division, il conseille aux congressistes de s’en tenir aux compromis définis par le comité des 13.

  • 60 . Les structures régionales et locales de Nidaa Tounes se sont constituées autour de « coordination (...)
  • 61 . H. Ayadi, « Le mouvement Nidaa Tounes : Hafedh Caïd Essebsi, maître du congrès (en arabe) », Le M (...)
  • 62 . Il était prévu un secrétariat général composé de six membres : le secrétaire général chargé des r (...)
  • 63 . On retrouve tous les cadres du parti qui l’ont aidé à évincer Mohsen Marzouk, notamment Abdelaziz (...)

68Mais c’est peine perdue. Dès avant le début du congrès, Hafedh Caïd Essebsi n’a pas l’intention de respecter la feuille de route proposée par le comité des 13. Avec l’appui des structures régionales60, il s’attèle à imposer ses vues quant à l’organisation de la direction du parti. Au motif que le congrès est souverain, il remet en cause les compromis passés par le comité des 1361. Alors que celui-ci prévoyait la mise en place d’une direction consensuelle et collégiale62, Hafedh Caïd Essebsi impose une nouvelle structuration du comité politique du parti. Celui-ci est désormais composé d’un secrétariat général de 14 secrétaires nationaux auxquels s’ajoute une instance politique de 12 membres chargés de missions ad hoc. L’élargissement du secrétariat permet au fils du président de placer en son sein ses soutiens politiques, alors que certaines grandes figures du parti comme Mohamed Ennaceur, Lazhar Karoui Chebbi ou encore Taïeb Baccouche en sont écartés63. Hafedh Caïd Essebsi s’impose alors comme le secrétaire national chargé de la direction exécutive du parti, ce qui en fait son représentant légal.

  • 64 . K. El Mejri, « La nouvelle carte de Nidaa Tounes : la distribution des parlementaires, des minist (...)
  • 65 . Ces défections de députés fragilisent la position du parti qui perd sa place de premier groupe pa (...)
  • 66 . Réalités, « Un paysage politique en recomposition », 22/01/2016.

69En fait, le fils du président de la République a remporté une victoire à la Pyrrhus. Dès le lendemain du congrès les défections des cadres du parti se multiplient64. 22 députés du groupe Nidaa Tounes à l’assemblée démissionnent pour former un nouveau groupe parlementaire sous le nom d’El-Horra65. Les membres de la commission économique et sociale du parti annoncent leur démission de toutes les instances du parti, tout comme le ministre des Affaires sociales, Mahmoud Ben Romdhane. De son côté, le ministre de la santé Saïd al-Aidi proclame le gel de son adhésion au parti et présente sa démission du comité politique. Quant à Fawzi Elloumi, homme d’affaires et financier du parti, il affirme vouloir constituer au sein de Nidaa un courant dit « courant de l’espoir ». D’autres encore annoncent leur retrait du comité politique comme Samah Damak, Fawzi Maaouiya et Wafa Makhlouf. Tous, à l’image de la députée démissionnaire, Bochra Belhadj Hamida, affirment refuser « le holdup sur le parti mené par un petit groupe de personnes jouant la carte dynastique »66.

  • 67 . H. Ayadi, « Nidaa Tounes : suffit-il de limiter les compétences de Hafedh Caïd Essebsi pour sauve (...)
  • 68 . Le communiqué du comité politique précise d’ailleurs que les responsabilités sont distribuées pou (...)

70La confusion s’accroit encore avec la réunion du comité politique du 22 janvier. L’objectif de la nouvelle direction du parti est de valider les résultats du congrès de Sousse afin d’écarter les revendications des contestataires qui exigent soit sa dissolution, soit son remplacement par une direction collégiale limité en nombre67. Dans le même temps, les partisans de Hafedh Caïd Essebsi tentent de désamorcer les tensions en proposant de remplacer les postes de secrétaires nationaux par des « cercles » (dawa’ir), composés chacun de deux à trois responsables du parti, ce qui donne une allure collégiale au secrétariat68. Dans cette configuration, le fils du président de la République n’apparait plus comme le secrétaire national chargé de la direction exécutive du parti, mais comme l’un des trois superviseurs du « cercle administratif et financier ».

  • 69 . Tel est le cas des députés Zohra Driss, Wafa Makhlouf et Hassouna Nefsi, ainsi que du peintre Fao (...)
  • 70 . Y. Bellamine, « Confusion au bureau politique de Nidaa Tounes, après une réunion du bureau politi (...)

71Mais l’innovation proposée par Hafedh Caïd Essebsi et Ridha Belhaj, président du comité politique et, encore pour quelques jours, directeur du bureau du président de la République, tourne au fiasco. Certains des individus intégrés dans les cercles sans en avoir été informés sont, en fait, démissionnaires du comité politique ou du parti. Aussi protestent-ils contre cette manière de procéder qui consiste à nommer des personnalités sans les consulter69. Quant à Fawzi Elloumi, nommé dans le cercle du « suivi de l’action gouvernementale et parlementaire », il a publié un communiqué refusant catégoriquement de reconnaître un « comité politique mort moralement, politiquement et dans le cœur des nidaistes »70.

  • 71 . L’appel en arabe est consultable dans le quotidien Le Maghreb, 17 mars 2016.
  • 72 . On y retrouve Zohra Driss, Bochra Belhadj Hamida, Moncef Sellami, Néji Jalloul, Mahmoud Ben Romdh (...)

72Les contestataires du congrès de Sousse reprennent l’initiative le 17 mars en lançant « un appel à la reconstruction du projet Nidaa Tounes en fidélité aux engagements pris devant le peuple »71. Signé par 57 membres de Nidaa ayant démissionné ou gelé leur adhésion72, ce document appelle à la constitution d’une « direction collégiale reflétant la diversité [du parti] ». Il s’agit d’annuler les résultats du congrès de Sousse considéré comme anti-démocratique et d’organiser au plus vite un congrès électif. Mais cette perspective est impensable pour la direction issue du congrès du Sousse qui accuse une fin de non-recevoir aux signataires de l’appel.

  • 73 . HuffPost Tunisie, « Nidaa Tounes sort de son long silence », 25/05/2016, <http://www.huffpostmagh (...)
  • 74 . HuffPost Tunisie, « Nabil Karoui hausse le ton contre Hafedh Caïd Essebsi : la course au Palais d (...)

73Le 12 mai, la démission de Ridha Belhaj de la présidence du comité politique de Nidaa Tounes va constituer le point de départ d’une série de retournements d’alliances au sein du parti, ainsi que le retour au sein dudit comité des membres démissionnaires comme Zohra Driss et Moncef Sellami73. En juin, le magnat des médias, Nabil Karoui, qui en échange de son soutien à Hafedh Caïd Essebsi avait obtenu son entrée dans le comité constitutif de Nidaa Tounes en mars 2015, s’en prend vertement au fils du président de la République. Voyant désormais un problème éthique entre l’exercice de ses fonctions à la direction de Nidaa et le lien de parenté qui le rattache au président de la République, il l’appelle à « quitter le parti dignement »74.

  • 75 . Ce dernier accuse Sofiene Toubel d’entretenir des relations étroites avec des hommes d’affaires c (...)

74Les anciens alliés de Hafedh Caïd Essebsi font défection les uns après les autres : le 28 juin, Khemaies Ksila, l’un des premiers ralliés au fils du président se joint à Ridha Belhaj, Boujemaa Remili et Faouzi Maaouia pour publier un communiqué appelant à l’écarter de manière urgente de Nidaa Tounes. Pour autant, Hafedh Caïd Essebsi garde le soutien du bloc parlementaire Nidaa dont le président Sofiene Toubel se charge d’attaquer Ridha Belhaj sur les ondes Shems FM en l’accusant de trafic d’influence. Mais les relations entre Sofiene Toubel et le fils du président se dégradent à leur tour. Aussi sa présidence du groupe Nidaa Tounes à l’ARP est-elle contestée par 38 députés qui, sous la houlette de Tahar Battikh75, signent une pétition dans laquelle, ils exigent que des élections soient organisées au cours des journées parlementaires du parti prévues fin septembre.

  • 76 . HuffPost Tunisie, « Youssef Chahed à la tête du comité politique de Nidaa Tounes: Ridha Belhadj m (...)
  • 77 . Cette proclamation survient alors que l’un des membres de la commission juridique de Nidaa tounes (...)

75D’ailleurs, ce mois de septembre est une période de manœuvres et de fortes tensions au sein de Nidaa Tounes. Le 18 septembre, les membres du comité politique placent à leur tête le chef du gouvernement, ce qui n’est pas du goût de Ridha Belhaj qui voit dans cette désignation une manœuvre de Hafedh Caïd Essebsi qui aurait convoqué la réunion du comité sans prévenir la totalité de ses membres76. La saga des anathèmes se prolonge ainsi jusqu’à la fin de l’année. Le dernier fait notable se rapporte à la création en novembre d’un comité national de salut formé de membres du parti venant du comité politique et des députés de l’ARP. Dirigé par Ridha Belhaj, Boujemaa Remili, Khemaies Ksila, Faouzi Maaouia, Faouzi Elloumi et Ennaceur Chouikh, ce comité proclame le 14 décembre qu’il est la seule instance légitime du parti et qu’il se chargera de la gestion du parti en vue de préparer son premier congrès électif77.

76Alors que Nidaa Tounes semble condamné à l’implosion et aux luttes factionnelles, le Mouvement Projet pour la Tunisie fondé par l’ancien secrétaire général de Nidaa Tounes, Mohsen Marzouk se présente comme une alternative au parti fondé par Béji Caïd Essebsi.

Le Mouvement Projet pour la Tunisie : un Nidaa bis ?

77Tout comme Nidaa Tounes, le nouveau parti se réclame de la « pensée moderniste » du père l’indépendance, Habib Bourguiba. D’ailleurs, son « coordinateur général » (autrement dit son fondateur, l’ancien secrétaire général de Nidaa Tounes, Mohsen Marzouk) a choisi la date symbolique de la fête de l’Indépendance pour lancer sa nouvelle formation, le Mouvement Projet pour la Tunisie (MPT). Le 20 mars, devant 8 000 personnes rassemblées au palais des sports d’El Menzah, Mohsen Marzouk décline les principaux points de la plateforme politique du parti autour du triptyque « modernisme », « progressisme » et « démocratie ». Reprenant le positionnement de Nidaa Tounes à sa naissance, il refuse toute alliance avec le Mouvement Ennahdha, incapable selon lui, de séparer politique et religion. La charte constitutive du parti distribuée à la presse invoque une « démarche de démocratie participative » qui serait, selon son fondateur, la marque de fabrique de sa formation politique.

  • 78 . On citera Slim Tlatli, plusieurs fois ministre sous Ben Ali, Habib Mbarek, député, ministre et am (...)
  • 79 . HuffPost Tunisie, « Divergences au sein du Mouvement projet Tunisie : Sur les pas de Nidaa Tounes (...)

78L’encadrement du nouveau parti ne diffère guère de Nidaa Tounes : outre la vingtaine de députés constituant le groupe parlementaire El-Horra, transfuges de Nidaa Tounes, le MPT recrute parmi les cadres de l’ancien régime78. Sur sa lancée, il tient son congrès constitutif le 23 juillet. Mais rapidement les premières divergences apparaissent en public. Le député du groupe El-Horra, Walid Jalled, qui accuse Mohsen Marzouk de vouloir accaparer tous les pouvoirs au sein du parti, est exclu de son groupe parlementaire79, alors que Salma Zenaidi (transfuge du parti Ettakatol) intente deux procès contre le même Mohsen Marzouk, en raison de l’annulation de l’élection des membres des bureaux politique et exécutif du parti.

79Le contraste est patent entre le Mouvement Ennahdha et les deux partis qui se posent en challenger du parti islamiste. Alors que les logiques factionnelles se démultiplient au sein de Nidaa Tounes et du MPT, le parti islamique résiste aux tendances centrifuges.

  • 80 . Mhamed Mestiri, « Loi de finance 2017 : l’affairisme au détriment de la justice sociale », Nawaat(...)

80La fin de l’année 2016 n’a pas été de tout repos pour un Exécutif dont le projet de loi de finance 2017 a fait l’objet d’une forte contestation de la part de certaines corporations. Le débat budgétaire a ainsi donné l’occasion aux professions libérales d’exprimer leur rejet de la politique fiscale du gouvernement en descendant dans la rue. Au cours du dernier trimestre, Les pressions (grèves, manifestations, mobilisations dans les médias) exercées sur le gouvernement par les avocats, les médecins et les pharmaciens ont amené le gouvernement Chahed à abroger bon nombre des mesures prévues dans la version initiale du projet de loi de finance, notamment l’obligation pour les professionnels d’inscrire leur identifiant fiscal et d’apposer un timbre fiscal sur tout acte effectué dans le cadre de leur activité80.

  • 81 . Id. Les salariés supportent l’essentiel de la pression fiscale : la contribution de l’impôt sur l (...)

81Ce recul place le gouvernement devant ses contradictions. Alors qu’il justifie l’austérité budgétaire et l’accroissement des impôts et taxes au nom d’un effort justement réparti entre les différentes catégories sociales, il cède aux pressions des professions libérales, ce qui le conduit à accentuer la pression fiscale sur les salariés81.

  • 82 . H. Bourial, « Pressions, grèves et confrontations : faut-il avoir peur de l’UGTT », Réalités, 25/ (...)

82Ce faisant, il se retrouve aux prises avec la centrale syndicale qui crie à l’injustice fiscale et, par conséquent, ne voit pas les raisons pour lesquelles elle accepterait le report demandé par le gouvernement de la mise en œuvre des accords relatif aux majorations salariales dans la fonction publique. Aussi, pour montrer sa détermination, l’UGTT n’hésite-t-elle pas à brandir la menace d’une grève générale de la fonction publique82.

83Les multiples reculs de l’Exécutif au cours de 2016 donnent le sentiment à l’observateur que la volonté affichée par le président de la République d’élargir ses prérogatives et de se placer au centre du jeu politique relève d’une forme d’improvisation et fait ressortir ses difficultés à avoir une prise sur les réalités politiques et sociales du pays.

Haut de page

Notes

1 . Le palais présidentiel qui abrite les services de la présidence. H. Bourial, « Initiative présidentielle. L’effet boomerang », Réalités, 15/07/2016.

2 . Il compte 30 membres contre 42 dans le gouvernement Essid I. Voir Y. Bellamine, « Tunisie : Retour sur le remaniement du gouvernement Essid 2 en infographies », HuffPost Tunisie, 7/01/2016, <http://www.huffpostmaghreb.com/2016/01/07/remaniement_1_n_8928162.html>

3 . C’est-à-dire Nidaa Tounes, le parti fondé par Béji Caïd Essebsi, le Mouvement Ennahdha, le parti islamique, Afek Tounes, formation prônant le libéralisme économique et l’Union patriotique libre, parti créé par le milliardaire Slim Riahi.

4 . El Fejr, « Remaniement ministériel : soulagement dans la coalition gouvernante, colère de l’UGTT et du Front populaire (en arabe) », 8/01/2016.

5 . Réalités, « Gouvernement Essid II. Un si difficile exercice d’équilibrisme ! », 15/01/2016.

6 . S. Soudani, « Le remaniement de la dernière chance », Nawaat, 10/01/2016, <https://nawaat.org/portail/2016/01/10/le-remaniement-de-la-derniere-chance/>.

7 . Z. Krichen, « Un gouvernement politique. Priorité à la faction majoritaire de Nidaa Tounes (en arabe) », Le Maghreb, 7/01/2016.

8 . S. Soudani, « Le remaniement… », op. cit.

9 . H. Chennaoui, « Ridha Yahyaoui : Un stylo m’a tuER », Nawaat, 22/01/2016 <https://nawaat.org/portail/2016/01/22/ridha-yahyaoui-un-stylo-ma-tuer/>.

10 . France 24, « Tunisie : tensions à Kasserine après le décès d’un chômeur sur fond de crise sociale », 19/01/2016, <http://www.france24.com/fr/20160119-tunisie-tensions-ridha-yahyaoui-kasserine-manifestantations-crise-sociale>.

11 . Propos du sitinneur Wajdi Khadraoui rapportés in H. Chennaoui, « Kasserine : après le deuil, l’embrasement », Nawaat, 19/01/2016, <http://nawaat.org/portail/2016/01/19/kasserine-apres-le-deuil-lembrasement/>

12 . Id.

13 . Les travailleurs du mécanisme 16 bénéficient d’un contrat de stage de 9 mois renouvelable une fois signé avec l’État. Dans une précarité totale, ils perçoivent une indemnité mensuelle de 120 dinars (moins de 50 euros). Voir HuffPost Tunisie, « Kasserine : Le gouvernement tunisien entre “faute de communication” et “mesures inefficaces” », 22/01/2016, <http://www.huffpostmaghreb.com/2016/01/22/kasserine-tunisie-mesures_n_9047772.html>.

14 . H. Ayadi, « Des protestations dans 16 gouvernorats et échec de la communication gouvernementale », Le Maghreb, 22/01/2016.

15 . Id.

16 . S. Soudani, « Kasserine : cacophonie au sommet de l’État », Nawaat, 24/01/2016, <https://nawaat.org/portail/2016/01/24/kasserine-cacophonie-au-sommet-de-lÉtat/>.

17 . Réalités, « De la contestation sociale légitime à la violence illégitime », 29/01/2016.

18 . H. Chennaoui, « Cartographie de la contestation : le mouvement social continue », Nawaat, 25/01/2016, <https://nawaat.org/portail/2016/01/25/cartographie-de-la-contestation-le-mouvement-social-continue/>.

19 . H. Chennaoui, « Mouvements sociaux : le pouvoir mise sur l’essoufflement », Nawaat, 9/02/2016, <https://nawaat.org/portail/2016/02/09/mouvements-sociaux-le-pouvoir-mise-sur-lessoufflement/>.

20 . S. Soudani, « Un incendie social mal éteint », Nawaat, 14/02/2016, <https://nawaat.org/portail/2016/02/14/un-incendie-social-mal-eteint/>.

21 . Radio France internationale, « Tunisie : à Ben Guerdane, une attaque “sans précédent” et “coordonnée” », 8/03/2016. <http://www.rfi.fr/afrique/20160307-tunisie-attaque-ben-guerdane-libye-50-morts>.

22 . F. Bobin, « Le patriotisme incandescent de Ben Guerdane la mal-aimée », Le Monde, 14/03/2016.

23 . M. Ayari, « L’après Ben Guerdane : 7 pièges à éviter », HuffPost Tunisie, 9/03/2016, <http://www.huffpostmaghreb.com/michael-bechir-ayari/tunsie-7-points-cles-pour-reduire-limpact-de-nouvelles-attaques-similaires-a-celle-de-ben-guerdane_b_9415782.html>.

24 . Soutenu par la Libye du colonel Kadhafi, les assaillants avaient alors pour objectif de déclencher une insurrection populaire contre le régime de Bourguiba. Voir L. Chouikha et E. Gobe, Histoire de la Tunisie depuis l’indépendance, Paris, La Découverte, Coll. Repères, 2015, p. 28-29.

25 . C’est précisément ce qui s’est passé à Kerkenah où dans le cadre de la responsabilité sociale de la joint-venture tuniso-britannique d’ingénierie pétrolière Petrofac-Tunisie, un « programme de travail environnemental » d’embauches provisoires principalement de diplômés chômeurs a été mis en place, mais ne s’est pas transformé en un mécanisme d’embauches durables. Voir Th. Mekki, « Reportage à Kerkenah : les raisons de la colère », Nawaat, 19/04/2016, <https://nawaat.org/portail/2016/04/19/reportage-a-kerkennah-les-raisons-de-la-colere/>.

26 . Et le président de citer les pertes occasionnées par l’arrêt de la production de phosphate dans le bassin minier (estimé à plus de 5 milliards de dinars entre 2010 et 2015) et celles consécutives aux mouvements de protestation à Kerkenah dans l’affaires Petrofac. H. Ayadi, « Dans un entretien aux multiples contours avec El Watania 1, le président de la République, Béji Caïd Essebsi appelle à la formation d’un gouvernement d’union nationale au sein duquel seraient nécessairement présentes l’UGTT et l’UTICA (en arabe) », Le Maghreb, 3/06/2016.

27 . HuffPost Tunisie, « Béji Caïd Essebsi dans une grande interview télévisée : un gouvernement d’union nationale est obligatoire », 2/06/2016, <http://www.huffpostmaghreb.com/2016/06/02/beji-caid-essebsi-intervi_n_10264290.html>.

28 . S. Khiari, « Béji 1er roi des magiciens », Nawaat, 13/06/2016, <https://nawaat.org/portail/2016/06/13/beji-1er-roi-des-magiciens/>.

29 . H. Bourial, « Gouvernement d’union nationale. Le bout du tunnel ? », Réalités, 17/06/2016.

30 . Id.

31 . H. Bourial, « Initiative de BCE pour un gouvernement d’union nationale. Les maillons faibles », Réalités, 1/07/2016.

32 . Côté partis politiques, les signataires sont Nidaa Tounes, Ennahdha, le Mouvement Projet pour la Tunisie (MPT), l’UPL, Afek Tounes, le Mouvement Echaab (panarabiste, 3 députés), Al-Moubadara (les destouriens, héritiers de l’ancien régime, deux de ses députés ont rejoint Nidaa Tounes et le 3e a adhéré au MPT), Al Joumhouri, le Massar. Parmi les trois organisations nationales signataires, outre l’UGTT et l’UTICA, on trouve l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP).

33 . Jamila Caïd Essebsi, la sœur du président de la République est mariée à un membre de la famille Chahed. Voir Y. Bellamine, « Youssef Chahed candidat de Béji Caid Essebsi au poste de chef du gouvernement ? Une diversion pour certains, une bonne nouvelle pour d’autres », HuffPost Tunisie, 2/08/2016, <http://www.huffpostmaghreb.com/2016/08/02/youssef-chahed_n_11301354.html>.

34 . H. Ayadi, « Gouvernement Youssef Chahed : Béji Caïd Essebsi, met fin à la discussion et revoit la composition du gouvernement (en arabe) », Le Maghreb, 21/08/2016.

35 . Id. À noter que ce dernier sera limogé du gouvernement le 4 novembre pour « atteinte aux fondamentaux et aux principes de la diplomatie tunisienne » après avoir prononcé des propos assimilant le wahhabisme saoudien au terrorisme.

36 . Le premier est l’ancien secrétaire adjoint de l’UGTT chargé de l’enseignement, puis de la communication et des relations internationales, tandis que le second a été porte-parole et secrétaire général adjoint de la centrale syndicale.

37 . Samira Meraï, ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance dans le gouvernement Essid II, accède au portefeuille de la Santé, alors que Riadh Mouakher, médecin anesthésiste est nommé ministre des Affaires locales et de l’Environnement. Le poste de secrétaire d’État au transport échoit à Hichem Ben Ahmed, ancien membre de Nidaa Tounes qui a servi le régime de Ben Ali, notamment comme gouverneur de Mahdia de 2010 à 2011.

38 . 22 contre et 5 abstentions. Voir le site Marsad Majles, <http://majles.marsad.tn/2014/fr/vote/57c0e020cf44123b7174acda>.

39 . Le Front populaire, première force d’opposition ne compte que 15 sièges, suivi de loin par le congrès pour la République (4) et le courant démocrate (3).

40 . S. Soudani, « 2015, l’année de l’apathie politique », Nawaat, 4/01/2016 <http://nawaat.org/portail/2016/01/04/2015-annee-de-lapathie-politique/>.

41 . Le président Béji Caïd Essebsi cité par O. Belhassine, « Tunisie : le Président contre la justice transitionnelle (1/3) », Justiceinfo.net, 24/08/2015, <http://www.justiceinfo.net/fr/component/k2/1729-tunisie-le-vieux-président-contre-la-justice-transitionnelle.html>.

42 . Cette autorité indépendante de la justice transitionnelle, créée par la loi organique du 24 décembre 2013, est censée établir les responsabilités des exactions commises par le régime politique issu de l’indépendance.

43 . Ces deux institutions ont été respectivement créées en mars et novembre 2011 par décrets lois.

44 . Y. Essid, « Initiative du cheikh Rached Ghannouchi de réconciliation nationale : une feuille de route pour construire l’espoir et combattre le désespoir (en arabe) », El Fejr, 22/04/2016,

45 . Al-Dhamir, « Le cheikh Rached Ghannouchi à la chaîne TRT al-Arabiya : “Nous voulons nous appuyer sur le consensus afin de construire la réconciliation nationale globale entre tous les Tunisiens” (en arabe) », 4/05/2016.

46 . Réalités, « Initiative de réconciliation globale. Pourquoi Ennahdha vient-il à la rescousse de BCE ? », 13/05/2016.

47 . Le Maghreb, « Réconciliation économique et financière. Le Maghreb publie le texte complet des deux principaux documents : la dernière version amendée de l’initiative présidentielle et la proposition de loi du Front populaire (en arabe) », 26/06/2016.

48 . Le député nahdhaoui, Samir Dilou se trouve pris dans les mêmes contradictions que sa collègue Yamina Zoghlami qui a été impliquée dans la rédaction de la loi sur la justice transitionnelle. Lui-même, pour partie inspirateur et rédacteur du texte sur la Justice transitionnelle, n’est pas exempt de déclarations contradictoires : lors d’une même réunion de la commission de législation générale début juillet, il affirme que l’examen du projet de loi est « une perte de temps » avant de de se rétracter et de proclamer la nécessité de proposer des amendements et de modifier certaines dispositions du projet de loi. Y. Nabli, « Loi de réconciliation : l’opposition proteste, Ennahdha pratique un soutien mi-figue mi-raisin (en arabe) », Nawaat, 14/07/2016, <https://nawaat.org/portail/author/yassine-nabli/page/5/>.

49 . Jeune Afrique, « Rached Ghannouchi : “Le redressement passe par la réconciliation” », Jeune Afrique n° 2888, 15/05/2016.

50 . H. Bourial de Réalités s’interroge dès la première phrase de son article : « sont-ils théocrates ou démocrates ?». Il reprend ainsi une opposition construite par le juriste Yadh Ben Achour. Voir « Ennahdha entre le civil et le sacré », Réalités, 25/04/2016 ; Y. Ben Achour, « L’action politique commune entre “démocrates” et “théocrates” dans le monde arabe », <http://yadhba.blogspot.fr/2012/10/laction-politique-commune-entre.html>.

51 . Al-Dhamîr, « Répondant aux critiques adressées au mouvement Ennhahdha à la suite de son dixième congrès, Rached Ghanouchi affirme que le caractère totalisant de l’islam ne signifie pas que les partis islamiques doivent embrasser tous les aspects du projet islamique (en arabe) », 4/06/2016.

52 . Y. Nabli, « Le congrès d’Ennahdha : changement ou nouvelle transformation de l’islam politique ? (en arabe) », Nawaat, 1/05/2016, <https://nawaat.org/portail/author/yassine-nabli/page/5/>.

53 . R. Ben Romdhane, « Ennahdha en son dixième congrès : construire un parti civil, démocratique et moderne (en arabe) », Al-Dhamîr, 31/05/2016.

54 . La motion sur la séparation des activités politiques et de prédication religieuse est approuvée par plus de 80 % des congressistes. Réalités, « Mouvement Ennahdha : évolution normale ou mutation ? », 27/05/2016.

55 . Rached Ghannouchi obtient 800 voix contre 229 à Fethi Ayadi et 29 à Mohamed Akrout. Voir H. Zgoli, « Après la fin des travaux du Xe congrès du mouvement Ennahdha. Entre progression aisée vers la nouveauté et difficultés d’application (en arabe) », Le Maghreb, 24/05/2016.

56 . Id.

57 . Instance consultative, le Majlis Al-Choura est composé de 150 membres, dont les deux-tiers sont élus lors du congrès national. Le tiers restant est choisi par lesdits élus lors de la première session du conseil, en tenant compte d’un certain nombre de critères de représentativité (âge, sexe, région, etc.).

58 . F. Dahmani, « Tunisie : plongée au cœur de la nébuleuse Ennahdha », Jeune Afrique, <http://www.jeuneafrique.com/mag/446436/politique/tunisie-plongee-coeur-de-nebuleuse-ennahdha/?=liberia>.

59 . Il prévoit dans son dernier alinéa que « le président de la République ne peut cumuler ses fonctions avec toute responsabilité partisane ».

60 . Les structures régionales et locales de Nidaa Tounes se sont constituées autour de « coordinations », elles-mêmes représentées par un « coordinateur » par région, choisi par le Comité fondateur du parti et Béji Caïd Essebsi. Les coordinateurs régionaux ont été chargés de désigner le Bureau de leur « coordination », puis de choisir des coordinateurs au niveau local. Les membres de ces structures sont des anciens cadres de 3e et 4e rang du RCD, pour la plupart ex-coordinateurs des cellules du parti présidentiel dissous.

61 . H. Ayadi, « Le mouvement Nidaa Tounes : Hafedh Caïd Essebsi, maître du congrès (en arabe) », Le Maghreb, 12/01/2016.

62 . Il était prévu un secrétariat général composé de six membres : le secrétaire général chargé des relations avec les partis, les organisations et le suivi de l’action du gouvernement ; le secrétaire général chargé du suivi de l’action du groupe parlementaire ; le secrétaire général chargé des relations extérieures et des Tunisiens à l’étranger ; le trésorier, le porte-parole. Quinze membres choisis de manière consensuelle et répartis dans trois commissions politique (information et communication, structures et commission de la mobilisation) viendraient s’ajouter au secrétariat général.

63 . On retrouve tous les cadres du parti qui l’ont aidé à évincer Mohsen Marzouk, notamment Abdelaziz Kotti, porte-parole du parti, Ridha Belhaj, secrétaire national, Raouf Khammassi secrétaire national chargé des Tunisiens à l’étranger, Khemaïes Ksila, chargé des affaires politiques, Sofiene Toubel, chargé des structures, Ons Hattab, chargée des affaires de la femme. Voir Réalités, « L’acte de décès d’un parti arc en ciel », 15/01/2016.

64 . K. El Mejri, « La nouvelle carte de Nidaa Tounes : la distribution des parlementaires, des ministres et des dirigeants. Les démissions et les retraits les plus importants des structures du parti », Le Maghreb, 17/01/2016.

65 . Ces défections de députés fragilisent la position du parti qui perd sa place de premier groupe parlementaire. Voir N. Fatnassi, « Que reste-t-il de Nidaa Tounes ? », Réalités, 5/02/2016.

66 . Réalités, « Un paysage politique en recomposition », 22/01/2016.

67 . H. Ayadi, « Nidaa Tounes : suffit-il de limiter les compétences de Hafedh Caïd Essebsi pour sauver le parti ? », Le Maghreb, 23/01/2016.

68 . Le communiqué du comité politique précise d’ailleurs que les responsabilités sont distribuées pour mettre en valeur le caractère collégial de la direction du parti. Voir le communiqué reproduit in Le Maghreb, 24/01/2016.

69 . Tel est le cas des députés Zohra Driss, Wafa Makhlouf et Hassouna Nefsi, ainsi que du peintre Faouzi Maaouia.

70 . Y. Bellamine, « Confusion au bureau politique de Nidaa Tounes, après une réunion du bureau politique », HuffPost Tunisie, 25 janvier 2011, <http://www.huffpostmaghreb.com/2016/01/25/tunisie-nidaa-tounes_n_9069262.html>.

71 . L’appel en arabe est consultable dans le quotidien Le Maghreb, 17 mars 2016.

72 . On y retrouve Zohra Driss, Bochra Belhadj Hamida, Moncef Sellami, Néji Jalloul, Mahmoud Ben Romdhane, Saïd al Aidi, Faouzi Ellouli, etc.

73 . HuffPost Tunisie, « Nidaa Tounes sort de son long silence », 25/05/2016, <http://www.huffpostmaghreb.com/2016/05/25/tunisie-nidaa-tounes_n_10125258.html>.

74 . HuffPost Tunisie, « Nabil Karoui hausse le ton contre Hafedh Caïd Essebsi : la course au Palais de la Kasbah divise Nidaa Tounes ? », 21/06/2016, <http://www.huffpostmaghreb.com/2016/06/21/nidaa-tounes_n_10584388.html>.

75 . Ce dernier accuse Sofiene Toubel d’entretenir des relations étroites avec des hommes d’affaires corrompus.

76 . HuffPost Tunisie, « Youssef Chahed à la tête du comité politique de Nidaa Tounes: Ridha Belhadj mécontent ! », 19/09/2016, <http://www.huffpostmaghreb.com/2016/09/19/nidaa-tounes-youssef-chah_n_12080576.html>.

77 . Cette proclamation survient alors que l’un des membres de la commission juridique de Nidaa tounes, Mourad Dallech a affirmé la veille que les dirigeants du comité de salut pourraient être exclus du parti par la commission du règlement intérieur. Voir HuffPost Tunisie, « La saga des crises continue à Nidaa Tounes : Le Comité du salut entre le renvoi et la revendication », 14/12/2016, <http://www.huffpostmaghreb.com/2016/12/14/nidaa-tounes-_n_13632026.html>.

78 . On citera Slim Tlatli, plusieurs fois ministre sous Ben Ali, Habib Mbarek, député, ministre et ambassadeur dans les années 2000, Afif Hendaoui, ancien directeur de l’École nationale d’administration et ambassadeur en Suisse, Riadh Saada, ancien secrétaire-adjoint du RCD chargé du programme présidentiel, Tahar Kammoun, avocat et ancien député, Sadok Chaabane, ancien conseiller de Ben Ali, Hadhami Bent Salah El Hajji, député, Mohamed Chokri Ben Abda, secrétaire général du comité de coordination de Tunis-Médina du RCD, Mohsen Harbi avocat membre de la cellule du RCD, Mohamed Salah Moumni, ancien consul général en Algérie. Voir N. Fatnassi, « Mouvement Machrou Tounes. Alternative sérieuse ou simple scission », Réalités, n° 1578, 25/03/2016.

79 . HuffPost Tunisie, « Divergences au sein du Mouvement projet Tunisie : Sur les pas de Nidaa Tounes ? », 17/10/2016, <http://www.huffpostmaghreb.com/2016/10/17/machrou3-tounes-_n_12524482.html>.

80 . Mhamed Mestiri, « Loi de finance 2017 : l’affairisme au détriment de la justice sociale », Nawaat, 19/12/2016, <https://nawaat.org/portail/2016/12/19/loi-des-finances-2017-laffairisme-au-detriment-de-la-justice-sociale/>.

81 . Id. Les salariés supportent l’essentiel de la pression fiscale : la contribution de l’impôt sur le revenu aux recettes fiscales directes a fortement progressé au cours de ces deux dernières années passant de 49 % en 2014, à 64 % en 2015 pour atteindre 77 % en 2016.

82 . H. Bourial, « Pressions, grèves et confrontations : faut-il avoir peur de l’UGTT », Réalités, 25/11/2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Gobe, « La Tunisie en 2016 : La présidentialisation de l’impuissance politique (an II) », L’Année du Maghreb, 17 | 2017, 313-333.

Référence électronique

Éric Gobe, « La Tunisie en 2016 : La présidentialisation de l’impuissance politique (an II) », L’Année du Maghreb [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3293 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3293

Haut de page

Auteur

Éric Gobe

Directeur de recherche au Cnrs, Iremam, Aix Marseille Université/Cnrs, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page