Navigation – Plan du site

Dossier de recherche 20 | 2019-I : Prisons en guerre, guerres en prison au Maghreb

The prison in war and the war in prison in the Maghreb: From colonial conquest to the present
Marc André et Susan Slyomovics

Prisons en guerre, guerres en prison au Maghreb. De la conquête coloniale à aujourd’hui

Depuis les travaux de Michel Foucault sur la naissance de l’enfermement moderne (Foucault, 1975), les prisons ont connu un regain d’intérêt. D’une part, les intuitions du philosophe ont été étayées et poursuivies, à travers de nouvelles enquêtes sur la société de contrôle (Deleuze, 1986), le rapport entre les inégalités sociales et l’incarcération (Wacquant, 1999), le biopouvoir et les dispositifs répressifs (Agamben, 2007). D’autre part, de nouveaux champs d’investigation ont été ouverts, dans des domaines aussi variés que la sociologie du monde carcéral (Fassin, 2015), la radicalisation en prison (Khosrokhavar, 2016), la géographie punitive (Milhaud, 2017), la littérature de prison (Benalil, 2011). Le Maghreb n’est pas resté à l’écart de ce regain d’intérêt (Branche 2001, Charbi, 1961, Henni, 2017, Thénault, 2008) et, en proposant par le passé des numéros thématiques sur des sujets connexes à l’enfermement (« Justice, politique et société » en 2007, « S’opposer au Maghreb » en 2009, « Patrimonialiser au Maghreb » en 2018), L’Année du Maghreb a en quelque sorte préparé le terrain pour un numéro spécial sur les prisons et l’emprisonnement comme « révélateurs » des grands soubresauts politiques des dix-neuvième et vingtième siècles. Toutefois, toutes les périodes et tous les pays de la région n’ont pas reçu le même traitement. D’une part, l’attention a surtout porté sur la période très contemporaine, depuis les années 1970. De l’autre, le Maroc a pour l’heure concentré les principales recherches, notamment autour de Tazmamart (Daure-Serfaty, 1992, Hachad, 2017), de la lutte pour les droits de l’homme (Slyomovics, 2005), même si la Tunisie (Ghachem, 2017) et l’Algérie ont suscité quelques récents travaux (Amrane, 1991, Thénault, 2012, Layani, 2017, Slyomovics, 2018, Boum, 2018, André, 2018). Enfin, l’hypothèse que les moments – et leurs mémoires – de conflits politiques et de guerres sont précisément, dans ces trajectoires, des éléments de bascule des systèmes carcéraux n’a guère été explorée.

Au carrefour du carcéral, de la politisation, des radicalités politiques et religieuses, de la mémoire et du patrimoine, ce numéro de L’Année du Maghreb se concentrera cette fois sur les Mauritaniens, Algériens, Marocains et Tunisiens en prison, au Maghreb comme en France, de la conquête coloniale à aujourd’hui. Il privilégiera les prisons dont l’histoire, inscrite dans le temps long, chevauche notamment la période coloniale et la période de l’indépendance. Il posera la question du moment colonial dans l’élaboration d’un dispositif carcéral dans les colonies françaises du Maghreb mais aussi, et surtout, son héritage à travers le maintien, la destruction, le réemploi ou la restructuration de ce dispositif par les États indépendants. Il interrogera le lien entre la prison comme dispositif disciplinaire et les moments de conflits et de guerre, à l’époque coloniale, puis les trajectoires sociales et mémorielles manifestant, voire revendiquant – fût-ce pour s’en démarquer – un lien avec la période coloniale dans la prison contemporaine.

Dès lors, le numéro visera à présenter des études de cas qui, replacées dans la longue durée, permettent de comprendre le devenir des prisons au Maghreb à travers leur création, utilisation, abandon et réutilisation sous différents régimes de la conquête coloniale aux États indépendants, en passant par Vichy et le contexte spécifique des guerres de décolonisation. Il permettra de suivre ainsi l’émergence, l’évolution et la diversité des formes de l’enfermement comme mode de punition au Maghreb.

Axe 1. Des détenus entre droit commun et statut politique

Il s’agira d’abord d’articuler la question sociale et la question carcérale à travers la discussion de la distinction entre les prisonniers de droit commun et les détenus politiques. Les moments de transitions – guerres de conquête, entrée dans l’indigénat, dans la guerre mondiale ou dans la guerre d’indépendance, mise en place d’un État souverain – s’avèrent cruciaux pour comprendre la politisation de l’incarcération. La très grande variété des lieux d’enfermement mérite ici d’être questionnée en regard des prisons : hôpitaux psychiatriques, fermes carcérales, bagnes, camps (Thénault, 2008). Devront également être interrogées les migrations carcérales, entre les différentes prisons des colonies, ou entre les colonies et la métropole, car elles sont également au cœur de la peine, entre le droit, le non droit ou le « moindre droit ».

Axe 2. L’expérience de l’enfermement

L’approche par études de cas permet d’entrer dans le quotidien des détenus à différentes périodes, de comprendre les multiples cloisonnements entre détenus, entre communautés, mais aussi selon le genre. Pour cela, l’espace carcéral et l’architecture des prisons méritent une étude à part entière. En prenant appui sur des cas particuliers, on sera également à même de comprendre la prison dans toutes ses facettes, à la fois lieu de tortures et d’exécutions (Branche, 2001), mais aussi de militantisme, d’apprentissage du politique derrière les murs et des micro-résistances. Les éventuelles radicalisations seront alors tout autant étudiées que la dépolitisation ou la conversion politique en prison. En ce sens, la longue durée permettra une remise en perspective d’une question contemporaine – la « radicalisation » – qui, pour être très actuelle, n’est pas pour autant nouvelle. Les nombreuses formes de résistance – graffiti, lettres, livres, évasions, photographies clandestines – qui naissent ou se déploient en prison feront l’objet d’une attention particulière.

Axe 3. Mise en récit, mise en musée

La multiplicité des écrits de prisons pose finalement la question des sources, des témoignages et des histoires orales, des archives et de la patrimonialisation. Les prisons sont-elles réutilisées par les différents régimes ? Sont-elles abandonnées ou transformées en musées ? Plus généralement, sous quelles formes la mise en récit des prisons a-t-elle été opérée ? Existe-t-il un art des prisons ? La conservation de la mémoire sous toutes ses formes (textes, vidéos, photos) fera l’objet d’une réflexion sur la transmission d’un épisode dramatique dans les trajectoires biographiques.

Contributions

L’objectif d’un numéro spécial sur les prisons en guerre sera non seulement de parcourir les différentes strates historiques mais aussi des les croiser, d’analyser les moments de transition, les traversées historiques. Les contributions de 40 000 signes environ devraient porter principalement sur des études de cas avec des sources peu ou pas explorées jusqu’ici. Les articles seront acceptés en français, en anglais et en arabe.

Calendrier

Date limite de soumission des résumés : 15 février 2018. Les résumés devront faire 350 mots environ. Merci d’utiliser ce lien.
Sélection des propositions : avant le 28 février 2018.
Date limite d'arrivée des textes avant évaluation : 1er septembre 2018.
Date limite de retour des textes à publier : 15 janvier 2019.
Édition du volume : juin 2019.

Soumettre un résumé

Call for papers: The prison in war and the war in prison in the Maghreb: From colonial conquest to the present

Since Michel Foucault’s works on the birth of modern incarceration (Foucault, 1975), there is renewed interest in prisons. On the one hand, his insights were supported and extended into new investigations on the society of control (Deleuze, 1986), relationships between social inequality and incarceration (Wacquant, 1999), biopower and repressive apparatuses (Agamben, 2007). On the other hand, new fields of investigation opened in a broad range of subjects in various fields such as the sociology of the prison world (Fassin, 2015), radicalization in prison (Khosrokhavar, 2016), punitive geography (Milhaud, 2017), and prison literature (Benalil, 2011). This renewed interest is also evident for the Maghreb (Branche, 2001, Charbi 1961, Henni 2017, Thenault, 2008). In offering thematic issues on topics linked to incarceration « Justice, politique et société » [Justice, politics and society] in 2007, « S’opposer au Maghreb » [Protesting in the Maghreb] in 2009, « Patrimonialiser au Maghreb » [Building heritage in the Maghreb] in 2018), L’Année du Maghreb laid the foundations in various ways for a special issue on prisons and imprisonment relevant to the great political upheavals of the nineteenth and the twentieth century. It is noteworthy that to this day, research is not evenly distributed across all periods and countries in the region. First, it was mainly focused on recent history from the 1970s onward. Second, many studies concentrate on Morocco – notably on Tazmamart (Daure-Serfaty, 1992, Hachad, 2017) and the struggle for human rights (Slyomovics, 2005) – although some recent work has emerged on Tunisia (Ghachem, 2017) and Algeria (Amrane, 1991, Thénault, 2012, Layani, 2017, André, 2018, Boum, 2018, Slyomovics, 2018). Finally, the understudied hypothesis is that the trajectories of these times and memories of political conflicts and wars are precise tipping points for the prison systems.

At the intersection of prison issues, politicization, political and religious radicalism, memory and heritage, this issue of L’Année du Maghreb will focus this time on Mauritanians, Algerians, Moroccans, and Tunisians in prison in the Maghreb as well as France through a specific viewpoint that privileges prisons whose history straddles the colonial period and the period of independence. We inquire about the question of the colonial moment in the development of a prison system in the French colonies of the Maghreb but also, and especially, its legacy through the maintenance, destruction, reuse or restructuring of this apparatus by post-colonial states. Therefore, we question the link between the prison as a disciplinary apparatus and colonization during the colonial era, and then the social and memorializing trajectories that demonstrate, even claim a link to the colonial period on behalf of the contemporary prison.

Thus, this issue aims to present case studies which, when integrated into a longer timeline, make possible an understanding of the future of prisons in the Maghreb through their creation, use, abandonment and re-use under different regimes of conquest to post-independence states, through two world wars, Vichy, the particular context of decolonization wars, and up to post-colonial states. We follow the emergence, evolution and diversity of forms of incarceration as a mode of punishment in the Maghreb.

First topic: Detainees between ordinary (droit commun) and political prisoner status.

Our first goal is to articulate questions pertaining to society and prisons according to distinctions between ordinary detainees (droit commun) and political prisoners. Turning points, such as wars of conquest, the creation of the system of the “Native Code” (l’indigénat), two world wars, independence wars, and the birth of sovereign states, are considered crucial to understanding the politicization of incarceration. A broad range of places of confinement will be studied: psychiatric hospitals, penal-farms, penal colonies, camps (Thénault, 2008). The migrations of inmates among prisons within the colonies or between the metropolis and the colonies will also be investigated as such movements are at the very heart of prison sentencing where the law, lack of rights, and the “lesser-duty-rule” (moindre droit) meet.

Second topic: The experience of incarceration

An approach based on case studies allows for an intimate understanding of inmates’ daily lives at various times, the multiple barriers among detainees, their communities, and between male and female prisoners. With this in mind, carceral space and the architecture of prisons deserve to be studied as topics in and of themselves. Relying on individual cases helps unpack many aspects of prisons as places of torture and executions (Branche, 2001), as well as places of activism, political education and acts of micro-resistance in which radicalization, de-politicization, and political conversion behind bars may be studied. In this respect, long timelines enable perspectives on the question of radicalization, which although topical is not new. The many forms of resistance -- graffiti, letters, books, escapes, and clandestine photographs -- born or deployed in prison will receive special attention.

Third topic: Building narratives, building museums

Finally, the multiplicity of prison writings raises questions about sources, testimonies and oral histories, archives and heritage-making (patrimonialisation). Have prisons been re-purposed by different regimes? Are they abandoned or made into museums? (Alcaraz, 2017) More generally, how were narratives about prison constructed? Is there an art of the prison? The preservation of memory in all its forms (texts, videos, photographs) will be considered concerning the transmission of such tragic episodes in individual biographies.

Contributions

The goal of this special issue on the prison in war is not only to move through historical layers but also to interrelate them by analyzing transition periods and historical trajectories. Essay contributions are 40,000 characters or 7,000 words with the primary focus on case studies based on sources that have received little or no attention. Papers are accepted in French, English and Arabic.

Schedule

December 20, 2017: call for proposals through the submission of abstracts (approximately 350 words) to coordinators
February 28, 2018: selection of proposed essays/abstracts. Please use this link.
September 1, 2018: deadline for article submission
June 2019: publication date

Submit your abstract

Bibliographie

Agamben Giorgio, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Payot et Rivages, 2007.

Alcaraz Emmanuel, Les Lieux de mémoire de la guerre d’indépendance algérienne, Paris, Karthala, 2017.

Amrane Djamila, Les Femmes algériennes dans la guerre, Paris, Plon, 1991.

André Marc, « Les Algériens à Montluc. Militariser la répression en France durant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2018.

Benalil Mounia, « Écritures carcérales dans les littératures maghrébines », Expressions maghrébines. Revue de la Coordination internationale des chercheurs sur les littératures du Maghreb, vol. 10, nº 2, 2011.

Boum Aomar, “Eyewitness Djelfa: Daily Life in a Saharan Vichy Labor Camp,” in The Holocaust and North Africa, Edited by Aomar Boum and Sarah Abrevaya Stein. Palo Alto, Stanford University Press, 2018.

Branche Raphaëlle, La Torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, Éditions Gallimard, 2001.

Charby Jacques, L’Algérie en prison, Paris, Éditions de minuit, 1961.

Daure-Serfaty Christine, Tazmamart. Une prison de la mort au Maroc, Paris, Stock, 1992.

Deleuze Gilles, Foucault, Paris, Les Éditions de minuit, 1986.

Fassin Didier, L’Ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale, Paris, Le Seuil, 2015.

Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

Ghachem Bechir, « The resurgence of prison memory in post-revolutionary Tunisia testimonies between truth and memory », Journal of North-African Studies, 2017, pp. 1-13.

Hachad Naïma, « Narrating Tazmamart: visceral contestations of Morocco’s transitional justice and democracy », Journal of North African Studies, 2017, pp. 1-17.

Henni Samia, Architecture of counterrevolution: The French Army in Northern Algeria, Zurich: gta Verlag, 2017.

Khosrokhavar Farhad, Prisons de France. Violence, radicalisation, déshumanisation. Quand surveillants et détenus parlent, Paris, Robert Laffont, 2016.

Layani Fanny, « Ce que la guerre fait aux prisons. L’impact de la guerre d’indépendance algérienne sur les prisons de métropole », in Tourault, C. (coord.), L’administration pénitentiaire : 1945, 1975, 2015. Naissance des réformes, problématiques, actualité, Paris, Ministère de la Justice, coll. Travaux & Documents, 2017.

Slyomovics Susan, « “Other Places of Confinement”: Bedeau Internment Camp for Algerian Jewish Soldiers », in The Holocaust and North Africa, Edited by Aomar Boum and Sarah Abrevaya Stein. Palo Alto: Stanford University Press, 2018.

Slyomovics Susan, The Performance of Human Rights in Morocco. Phila : University of Pennsylvania Press, 2005.

Thénault Sylvie (dir.), L’internement en France pendant la guerre d'indépendance algérienne, Matériaux pour l'histoire de notre temps, n°92, octobre-décembre 2008.

Thénault Sylvie, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob, 2012.

Wacquant Loïc, Les prisons de la misère, Paris, Raison d’agir, 1999.

Haut de page