Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : La fabrique de la mémoire : variations maghrébines

L’Histoire à l’épreuve du patrimoine

Abdelhamid Larguèche
p. 191-200

Texte intégral

  • 1  Nous indiquons principalement dans ce domaine la mise en place de l’Institut supérieur des métiers (...)

1Le patrimoine est devenu depuis plus d’une décennie, l’un des mots clés de la politique culturelle en Tunisie. Le ministère de la Culture vient d’être rebaptisé, ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine. Un code du patrimoine a été promulgué en 1994 et des stratégies de sauvegarde et de valorisation sont mises en œuvre. Parallèlement à cette orientation politique qui s’affirme depuis plusieurs années, des enseignements sont donnés à l’université et des recherches sont engagées1. Une profusion de discours nourris par des pratiques fait que nous sommes installés dans l’ordre du patrimoine.

  • 2  Colloque international, L’Olivier en Méditerranée entre Histoire et Patrimoine, Sousse, février 20 (...)

2Mais jusque-là, des questions élémentaires mais fondamentales continuent à se poser, notamment sur la définition même de cet objet qui reste souvent trop abstrait en amont pour être cerné concrètement et trop concret en aval pour autoriser une conceptualisation théorique satisfaisante. De la définition la plus répandue, celle du patrimoine archéologique et muséographique, nous sommes passés à une définition plus large, plus symbolique où « devient patrimoine ce qui ne sert plus et qui, de ce fait, a failli disparaître » sans oublier le patrimoine vert qui fait son irruption dans les consciences et les pratiques : l’environnement et l’eau en tant que patrimoine, l’olivier, objet d’une exposition et d’un colloque international organisés récemment par l’université tunisienne2.

3Il y a certes une histoire du concept à faire et qui nous renvoie à une invention de la modernité occidentale en rapport avec celle de l’État-Nation ; il y a aussi d’autres histoires possibles, celles des attitudes face au patrimoine, de ses multiples usages ou des politiques patrimoniales nationales ou locales. L’accumulation des études patrimoniales durant la décennie écoulée dans ses diverses approches a permis néanmoins de baliser des champs et de promouvoir des orientations.

  • 3  La prise en compte du patrimoine comme vecteur de développement local commence à prendre forme dan (...)
  • 4  Patrimoine et co-développement durable en Méditerranée Occidentale, actes du Séminaire internation (...)
  • 5  J. P. Babelon et A. Chastel, La Notion de Patrimoine, Paris, Liliana Levi, 2006 [1re édition 2000]
  • 6  En Tunisie, les associations de sauvegarde des médinas, principalement celles de Tunis et de Kairo (...)
  • 7  Abdelhamid Larguèche, « Stratégie de valorisation du patrimoine et schéma directeur d’aménagement (...)

4Du patrimoine bâti, aux sites archéologiques, du milieu rural à celui de la ville, les études et recherches posent en des termes spécifiques le problème de l’articulation entre patrimoine culturel matériel et immatériel et enjeux identitaires d’un côté et développement de l’autre3 :
- Le statut du patrimoine comme « interface » entre passé et futur fut bien illustré par la mise en relief des enjeux qu’il porte : enjeux sociaux (continuité des modes de vie), enjeux culturels (perception de l’environnement et sens de l’esthétique), enjeux économiques (meilleure utilisation des ressources)4, etc.
- Sur le plan théorique et celui des concepts, l’extrême élargissement du champ patrimonial fait de ce mot un concept particulièrement élastique au point de devenir une abstraction englobante5.
- Des stratégies étatiques se mettent en place, impliquent les populations, les entreprises, les organismes internationaux. Bien que ces stratégies se définissent comme infra-étatiques ou sociétales, elles n’en restent pas moins dans les faits profondément étatiques en raison de l’absence de structures intermédiaires ou de relais6.
- De stratégies de sauvegarde, de valorisation, de promotion des patrimoines culturels, artisanal, environnemental… s’additionnent, se superposent, se conjuguent en attendant de s’articuler entre elles et avec les multiples acteurs désignés7.

5Parmi les interrogations qui se multiplient autour de cette notion même de patrimoine et des champs qu’elle sollicite, on peut repérer celle des rapports à la fois étroits et ambigus qu’entretient l’histoire avec les champs du patrimoine. En ce sens, tout procès de patrimonialisation s’inscrit dans l’histoire et naît d’elle. D’un autre côté, l’histoire « instrumentalise » le patrimoine dans la construction de son discours, en même temps que l’approche patrimoniale risque de figer l’histoire et de la fixer souvent dans la pierre, dans le souvenir et dans l’identité.

6Nous avons choisi d’évoquer la question des rapports de l’histoire comme champ disciplinaire bien balisé et du patrimoine comme celle d’un champ d’appropriation symbolique et de représentation sociale large. Ces rapports, problématiques à plus d’un titre, nous les avons testés en nous exerçant à l’histoire de la ville, et pas n’importe quelle ville, celle de Tunis.

7Or, si l’historien a comme prétention de contribuer, par le travail de reconstruction du passé, à aider à former des citoyens qui assument leur histoire, toute leur histoire, ce n’est là qu’une prétention à un rôle rendu vulnérable et fragile dans un contexte marqué par la multiplicité et la complexité des agents, facteurs et toutes autres modalités qui conditionnent et structurent l’imaginaire collectif et individuel dans ce monde de l’image et qui, pour la plupart, se situent en dehors du champ d’influence de l’historien.

8Il n’est pas besoin ici de rappeler qu’histoire et patrimoine, malgré leur étroite association ne se confondent nullement. L’histoire se sert du patrimoine au sens culturel large pour lui donner du sens et l’inscrire dans un ordre de l’entendement. Mais elle peut également le trahir en privilégiant certaines de ses composantes et en occultant d’autres.

  • 8  Voir à ce sujet : La Tunisie Mosaïque, Toulouse, Presse universitaire du Mirail, 2000.

9Dans le cas de la Tunisie, l’œuvre patrimoniale a été engagée sous et par la colonisation, ce qui a faussé dès le départ la problématique patrimoniale dans son ensemble, car celle-ci s’est livrée à une manipulation du passé, en privilégiant largement l’héritage romain au détriment des héritages punique et surtout arabe. L’objectif était clairement exprimé ; il s’agissait de montrer que la véritable « civilisation » venait de l’autre côté de la Méditerranée8.

10Par ailleurs, le patrimoine tel qu’il se livre à nous comme legs des sédimentations civilisationnelles pourrait, s’il n’est pas saisi de manière critique, déformer notre vision de l’histoire parce qu’il se présente à nous au présent de façon inégale ; ainsi, les parties les plus visibles du patrimoine sont celles, monumentales, bien cimentées, qui résistent le plus au temps, et qui font l’objet de multiples interventions de sauvegarde ou de restauration et s’inscrivent ainsi dans la durée. Le patrimoine monumental romain s’est imposé ainsi de lui-même indépendamment des stratégies coloniales de survalorisation aux dépens par exemple du substrat berbère construit dans des matériaux friables donc moins résistants.

11Ce rapport d’association conflictuelle entre histoire et patrimoine est largement nourri par le fait que les deux discours et les deux pratiques investissent chacun à sa façon l’espace émotionnel des enjeux identitaires et tentent de structurer l’imaginaire collectif.

12Or, le patrimoine culturel au sens large, celui revendiqué par l’historien, ou en d’autres termes la mémoire que l’historien tente de transmettre à la société, est porté par un discours de type plutôt normatif, dominé par le paradigme de la continuité et de la synthèse qui s’inscrivent dans la durée. Un discours constitué d’un ensemble de rationalités qui fondent sa positivité.

13Pour résumer schématiquement les moments forts de ce discours je le condenserai de la façon suivante :

« Dans un pays qui peut se targuer de trois millénaires d’histoire, tout est patrimoine et il y a du patrimoine partout, et le caractère avant tout culturel de ce patrimoine est plus évident en Tunisie qu’ailleurs (sous-entendu le reste du Maghreb), puisqu’il s’agit pour l’essentiel d’un patrimoine urbain que ce soit l’urbain archéologique des villes disparues (Kerkouane, Dougga, Thuburbo-Majus, Raqqada, etc.) ou des villes poursuivies à proximité de leur site primitif (Carthage, Sbeitla) ou encore des villes vivantes, dans le cas des médinas et des villes modernes. Ainsi ce patrimoine se présente, dans cette logique, pour l’essentiel sous la forme d’une superposition ou d’une succession de générations de villes dont chacune a poursuivi, remplacé ou détruit la précédente. Cela traduit le destin d’un pays situé à un carrefour remarquable du monde et dont les habitants ont su faire, à toutes les époques, un creuset de civilisations. »

14Certes le discours est souvent plus nuancé et intègre les périodes de reflux et de repli sous les coups des invasions et des dominations ; mais il s’agit d’aller au-delà des ruptures et d’insister sur la permanence du fait étatique et sur cette faculté de rebondir et de reconstruire.

  • 9  La publication successive de deux séries d’ouvrages sur l’histoire de la Tunisie, dont l’une est u (...)

15On serait tenté de dire que cette histoire a un sens et qu’elle se fonde sur une appropriation globale et synthétique de l’ensemble du patrimoine d’un peuple. En effet Carthage punique a été détruite, mais la Carthage romaine a pris le relais ; Thysdrus a disparu mais elle nous a laissé El-Jem : sa fortune reposait sur la production et l’exportation de l’huile d’olive… qui est reprise aujourd’hui par Sfax. C’est une histoire qui associe de façon singulière, les ruptures violentes et les grandes continuités9.

16Par ce discours cohérent et « objectif », l’histoire tente de réconcilier le Tunisien avec tout son passé, en lui offrant une image rassurante et sécurisante. L’image d’un Tunisien traditionnellement familiarisé à la présence de l’«Autre », héritier d’une riche culture urbaine, produit d’un brassage de diverses cultures, mais dont la destinée du territoire allait prendre une tournure décisive avec l’arrivée des arabes et de l’islam.

17Parallèlement à ce discours que je qualifierai de normatif, un regard sur les attitudes et pratiques culturelles dominantes montre des réalités nettement différentes dans les modes d’identification sociale par rapport au patrimoine et à l’histoire confondus.

18Trois exemples permettent d’illustrer cette considération. En nous plaçant sur le terrain patrimonial, nous observons du point de vue social le déploiement conscient ou inconscient de stratégies diverses qui structurent tant la destinée du patrimoine que les attitudes mentales et affectives au regard de ce patrimoine.

19En simplifiant à l’extrême pour les besoins de la démonstration, je dirai que nous sommes en présence de trois stratégies face à trois composantes essentielles de notre patrimoine : un patrimoine « refoulé », un patrimoine « instrumentalisé » et un patrimoine « idéalisé ».

La berbérité : un patrimoine « refoulé » !

  • 10  Nous avons pu constater personnellement, lors d’enquêtes de terrain menées dans les villages berbè (...)

20Le patrimoine refoulé, et donc voué à l’oubli, est celui qui nous rattache au substrat berbère « primitif ». Cette matrice berbère à forte personnalité qui a enfanté la Kahena, symbole de résistance est complètement refoulée et souvent non reconnue. Certes la culture berbère est réduite à quelques villages de montagnes où des minorités sont pratiquement arabisées. Mais même ces minorités ne reconnaissent plus pour la plupart, du moins dans le discours, leur origine berbère10. Ce rejet de l’origine est ancien. Pour le village de Douiret, il se fonde sur un discours de l’origine, puisque le récit de fondation du village perpétué par la tradition orale remonterait au XVIe siècle. Le récit de fondation rappelle curieusement le récit légendaire de la fondation de Carthage :

« Un chef arabe du nom Ghazi ben Kenan, originaire du Maroc, vient dans la région au XVIe, y épousa une femme de chez la tribu locale et, pour se constituer un territoire, il demanda qu’on lui accorde la surface d’une peau de chameau qu’il fit découper en très fines lanières, ce qui lui permit de couvrir un large territoire, lieu du village occupé par ses descendants. »

21Les vieux interrogés, pour justifier la filiation linguistique et culturelle, admettent que la femme de l’ancêtre fondateur puisse être berbère, mais l’ancêtre éponyme qui fonde la filiation agnatique est arabe.

22D’ailleurs cette recherche d’une généalogie arabe est ancienne et correspond, comme l’a si bien dit Ibn Khaldoun, à une réaction naturelle du vaincu. La conquête arabe a abouti à la conversion des berbères à l’islam et détermina de façon durable, à la faveur d’un profond mouvement d’arabisation leur destin historique. Le berbère a fini par s’identifier totalement à la culture du vainqueur en renonçant même à ses origines.

  • 11  Les travaux sur les aspects de la culture berbère en Tunisie se concentrent de façon insistante su (...)

23Pourtant, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, un fond berbère est présent dans la plupart des aspects et des manifestations de la culture traditionnelle du pays. Ce fond est lisible dans les traditions alimentaires (le couscous est berbère), vestimentaires (le burnous est berbère), artisanales, domestiques et ornementales (le tapis, le mergoum11 et la poterie sont berbères).

  • 12  Cf. M. A. Benachour, Catégories de la Société tunisoise dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Tu (...)

24La berbérité ne renvoie dans l’imaginaire collectif, conçu comme ensemble d’images fixes et d’idées reçues, à aucune des valeurs originelles que pourrait renfermer le discours historique rationnel. Au contraire « berbérité » rime avec « primitivité », avec ruralité et avec inculture dans un environnement culturel dominé par le mythe de la citadinité, de l’urbain et de l’arabité comme vecteurs exclusifs de valeurs et de culture. De plus, cette citadinité est encore plus magnifiée lorsqu’elle est venue d’ailleurs, andalouse ou même ottomane12.

  • 13  Abdennaceur Jemai, L’enseignement de l’identité tunisienne aux élèves de la cinquième année de bas (...)

25Les chercheurs qui ont mené des enquêtes auprès des jeunes écoliers et lycéens tunisiens sur l’image qu’ils ont du personnage de la célèbre Kahéna, « princesse berbère », symbole de la « résistance et du martyr », objet d’appropriation et de réappropriation aussi bien par les élites occidentalisées musulmanes que juives, ont conclu, souvent avec étonnement, que la réponse récurrente se résumait ainsi : « C’est une guerrière berbère, juive ou chrétienne que le glorieux conquérant arabe Hassan Ibn No’omân a bien fait de brûler dans ce temple du paganisme qu’était l’amphithéâtre d’el-Jem13. »

  • 14  Cf. Revoir El Kef, Tunis, 2006.

26Cherchons du côté du Kef ou de Makhtar si les populations locales identifient de la même façon ce que l’historien considère comme un lieu de mémoire : la Table de Jughurta que la tradition écrite considère comme un haut lieu de résistance du prince numide dans sa lutte contre Rome. Les quelques vieux qui gardent une mémoire des lieux vous répondront que c’était là une montagne qui a servi de refuge pour leurs ancêtres fuyant la Mh’alla du Bey et sa lourde capitation14.

  • 15  L’Association des amis de la mémoire de la terre établie à Tataouine ou l’Association pour La sauv (...)
  • 16  La dernière session doctorale « Patrimoine berbère de Tunisie et du Maghreb » organisée à Medenine (...)

27Le Sud-Est tunisien, espace résiduel de la berbérité, continue à souffrir de l’abandon aussi bien des chercheurs que des acteurs de la patrimonialisation. Cet abandon est parfois atténué par des initiatives d’ordre association<ématiquemenngman 15

    La berbérité2: un patrimoine « r2foulé » !mentalisé
Le Sud-Est tunisien, espace résiduel de la be8bli, est celui qui no"tocSection1">(...) it lde restaurat à lne ets néanmnt à lefftrimoronnetec occidentalre construiefour rertes la’hcun berbère) dont lemêmde lacenviron l’ncêtre lle, ymbode sur unssocà t="textetext"sions commee façans > ">(.ce de lan class="paranumber">22D’ailleurs cette recherche d’une généalos de la que le gtremêmdérité » rime avec t dans la durée. modes dsgne qmu, sre, les ruest "footnMait, a ftrimritable ’hisfrisé class=’hubrut une manide laon pour La ns ceo-un dir="ltrlacé ou 822D’ailleurs cette recherche d’une généal3ubli, ester leselles"#ftn9">(...)Ke «ovapoiques t tant la destineoit lans lneLa berbérité3: un patrimoine « r3foulé » !div>Haut de page