Navigation – Plan du site
État des travaux

Tunisie : vingt ans après ; De quoi Ben Ali est-il le nom ?

Michel Camau
p. 507-527

Entrées d'index

Mots-clés :

politique, Tunisie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le détournement de titre n’échappera à personne. Cf. Alain Badiou, De quoi Sarkozy est-il le nom ?(...)

1Vingt ans après la déposition de Bourguiba, la Tunisie témoigne de profondes transformations. Il serait illusoire d’en imputer l’origine à un acte inaugural, comme si un big-bang tunisien s’était produit en novembre 1987. « Les années Ben Ali » ou « la Tunisie de Ben Ali » recouvrent des processus dont les séquences et le rythme ne doivent rien aux anniversaires politiques. Néanmoins il n’est pas inconvenant, pour les besoins d’une mise en perspective, de prendre pour point de repère le « coup d’État constitutionnel » de 1987. La plupart des travaux de sociologie politique consacrés à la Tunisie opèrent de la sorte. Sous leur plume, Ben Ali n’est que l’éponyme de phénomènes et de tendances. La convention, il est vrai, n’est pas à l’abri de contresens. Pour nous en prémunir, posons la question : De quoi Ben Ali est-il le nom ?1. De quels enjeux et mutations est-il le produit et l’expression ?

2En deux décennies, la Tunisie a « changé », mais pour autant que le monde et le regard porté sur elle ont changé eux-aussi. « Quand les paradigmes changent, le monde lui-même change avec eux » (Gunnel, 2004), lorsque les manières de voir et de percevoir évoluent, l’ordre des choses en est transformé. Depuis que les problématiques de la libéralisation des échanges et de la démocratisation se sont imposées comme boussoles d’un improbable sens de l’histoire, il n’a jamais été autant question de capitalisme et d’autoritarisme à propos de la Tunisie. Non point que les modes d’allocation des ressources et les modalités de discipline soient simples affaires de mots ou que leurs recompositions ne relèvent que de stratégies discursives. Mais certains modes et modalités ne semblent plus aller de soi : les ajustements étatiques du marché et les entraves à l’expression du pluralisme politique sont mis en équation ; ils posent littéralement problème alors même que pendant longtemps ils furent passés pour profits et pertes du « développement ». De même, la question de la répression et des violations des droits de l’Homme tend aujourd’hui à cadrer le regard porté sur la Tunisie. Les faits, dira-t-on, « parlent d’eux-mêmes », euphémisme pour signifier que désormais on en parle. L’indéniable aggravation et la systématisation des pratiques répressives y sont pour beaucoup mais elles n’expliquent pas tout ; la poussée à l’échelle planétaire du mouvement en faveur des droits humains n’autorise plus le silence ou la sourdine (Henry, 2007). « Mondialisation » oblige, « l’ère du changement » recouvre des tendances lourdes qui dépassent la seule « Tunisie de Ben Ali » et sont indissociables d’une nouvelle cosmogonie.

  • 2  Le caractère « international » s’entend ici par référence non pas à la nationalité des « producteu (...)

3Ici même, j’envisagerai moins les transformations de la Tunisie que leur perception et interprétation par la production académique internationale en science ou sociologie politique2. Plus précisément encore, ma lecture de cette littérature à vocation scientifique s’attachera davantage aux défis et éventuels effets de connaissance qu’aux informations proprement dites (Passeron, 1991, 2006). Ce parti pris introduit un critère de sélection dont le maniement ne va pas sans arbitraire et peut donner lieu à des omissions fâcheuses.

  • 3  Le recours aux guillemets tient aux limites inhérentes à une notion polymorphe.

4De quoi Ben Ali est-il le nom ? De la « dictature3 » ; bien sûr, mais encore ? Les éléments de réponse issus du corpus de référence empruntent pour beaucoup à « l’économie politique ». La Political Economy ne renvoie pas, dans le cas d’espèce, à une spécialisation disciplinaire et encore moins à un paradigme unifié. Elle correspond à un label élastique qui, au mieux, spécifie des intérêts de recherche. Ses sites d’observation privilégient les politiques économiques sous l’angle des réformes (libéralisation et privatisation), des performances et des acteurs. Les problématiques correspondantes se calent sur les relations, fonctionnelles ou non, entre économie et politique, avec pour arrière-fond les affinités électives supposées entre capitalisme et démocratie. Sous leur éclairage, Ben Ali s’avèrerait en définitive le nom d’un mode antidémocratique d’intégration au capitalisme mondialisé. L’énoncé recouvre des déclinaisons différentes en fonction des caractéristiques imputées au développement capitaliste tunisien et au dispositif de mobilisation du consentement.

5Au risque de forcer les traits, je dégagerai trois grands axes. Le premier se rapporte à l’énigme démocratique (non-démocratique, devrait-on dire), trame de l’ensemble des travaux consacrés à « la Tunisie de Ben Ali ». Tous s’emploient, avec plus ou moins de bonheur, à la résoudre. Ils partent du constat d’un mode de gouvernement anti-démocratique et s’emploient à en rechercher les tenants et aboutissants. Certains d’entre eux se risquent à parler de « démocratie de façade » ou de « démocratie électorale » (Sadiki, 2002, a, b, c) mais pour mieux en souligner la distance avec les critères des définitions minimales de la démocratie. Très souvent, dans la manière d’envisager l’énigme démocratique transparaît une métathéorie postulant que la société tunisienne mériterait mieux : sur le plan politique elle ne tiendrait pas le rang autorisé par son niveau de développement économique. L’énigme démocratique deviendrait ainsi une énigme typiquement tunisienne, le paradoxe d’un pays dynamique sur le plan économique et néanmoins en proie à la stagnation politique. Ce nouvel avatar de « Tunisie, terre de contrastes » pose problème dans la mesure où il envisage l’économique et le politique dans une pure relation d’extériorité et ne questionne pas la teneur des performances économiques.

6Autant le premier axe donne lieu à des variations sur le thème des « liens accidentés entre progrès politique et progrès économique » (Hirschman, 1995a), autant le deuxième explore la question de la « prise de parole » (Voice) et de l’action collective (Hirschman, 1995b). Précisons d’emblée qu’il s’agit ici essentiellement de la prise de parole des industriels ou entrepreneurs, ou plutôt de leur quasi-absence de prise de parole collective pour influer sur le policy-making. Le capitalisme industriel s’est développé en Tunisie, mais malgré son essor la bourgeoisie tunisienne se montrerait discrète, en s’abstenant de tout lobbying collectif digne de ce nom. Ce mutisme capte l’attention de la Political Economy, qui avance des explications sur le mode Voilà pourquoi votre fille est muette. Derrière cet enjeu se profile une autre métathéorie : si la bourgeoisie était en situation de défendre et de faire prévaloir collectivement ses choix, elle pèserait, ne serait-ce que de facto, dans le sens d’une ouverture politique.

7Mais les années passent et l’autoritarisme perdure. Comment il se peut que tant d’hommes, tant de villes, tant de nations ? Le troisième axe interroge les conditions de possibilité de la durabilité ou de la résilience autoritaire. Il braque le projecteur sur le dispositif de mobilisation du consentement, qui fait appel à des technologies de gouvernement dont la coercition ne constitue qu’un aspect.

8En conclusion, j’aborderai brièvement les implications analytiques et méthodologiques de l’intégration au capitalisme mondialisé et de son versant politique, la « gouvernance démocratique » : la notion de régime politique au sens classique du terme semble devoir faire place à celle d’un composite de régimes partiels et transnationaux.

Une situation tunisienne paradoxale ?

  • 4  Qui à l’époque n’a pas été sensible aux charmes de la théorie de la transition démocratique ? Je n (...)

9À leur début, les années Ben Ali semblaient placées sous les meilleurs auspices, avec « l’ouverture » pour agenda politique. Antérieurement, le pays avait déjà connu des phases de décompression, devenues, avec le recul, de simples parenthèses. Mais la tentation était grande de considérer que cette fois l’ouverture serait d’une toute autre portée et ne viendrait pas s’ajouter à la liste des parenthèses. Trois séries de facteurs complémentaires ont contribué à cette sorte d’enchantement : la fluidité de la situation politique issue du « coup » de novembre 1987, le contexte international dominé par la chute du mur de Berlin et la vogue concomitante de la « théorie de la transition démocratique ». Plus d’un observateur diagnostiquaient l’amorce d’un processus de transition démocratique, en empruntant aux cadres analytiques esquissés de longue date par D. Rustow (1970) et revisités par les déçus de la « théorie de la dépendance » (O’Donnell, Schmitter, Whitehead, 1986)4.

10Vingt ans après, il serait trop facile d’ironiser. Le diagnostic d’alors était le plus souvent nuancé et ne procédait pas d’un simple décalque des travaux fondateurs de « la transitologie ». Ainsi, W. Zartman (1991), pour ne citer que lui, soutenait que le « programme de réformes politiques de Ben Ali » était la transition démocratique. Il n’en soulignait pas moins que les principales forces politiques, le parti destourien (RCD) au pouvoir, et son challenger islamiste, jouaient tendanciellement à l’encontre de ce « programme ». L’un, le mouvement islamiste, de par son dynamisme, était de nature à inhiber les velléités réformatrices du nouveau leadership politique tandis que l’autre, le RCD, de par sa pesanteur, était à même de subvertir la réforme politique. Et l’analyste de faire valoir que la question de la transition se pose en des termes particuliers, lorsque l’ancien parti unique conserve ses assises et sa capacité d’action : il est supposé participer à une compétition alors qu’il dispose des moyens de l’étouffer ou de la fausser. À cet égard, le diagnostic avait valeur de pronostic. Déjà, il était suggéré qu’en Tunisie les « transitologues » ne pouvaient voyager « en toute sécurité » (Schmitter, 2002 ; Camau, 2002). Ceux-ci ont fini par rebrousser chemin suite à la répression policière et judiciaire à l’encontre du mouvement islamiste et à la pérennisation du monopole destourien, agrémenté de partis croupions. Mais la poursuite des réformes économiques a été l’occasion de leur retour comme passagers clandestins de « l’économie politique ». Du moins, la téléologie de la démocratisation perdure-t-elle sous couvert de Political Economy.

11Une fois « la transition avortée » (Khiari, 2003), au fil des années Ben Ali, la situation de la Tunisie, serait devenue paradoxale. Son économie serait placée sous le signe de la réforme et/ou du progrès alors que son système politique se distinguerait par la stagnation ou la régression. Autrement dit, il y aurait disjonction entre l’économique et le politique à l’encontre de l’axiome « ‘‘toutes les bonnes choses vont ensemble’’ : le progrès économique engendre le progrès politique et inversement » (Hirschman, 1995a). Cette thèse trouve son expression la plus systématique chez M. Ben Romdhane (2007), qui analyse le cas tunisien en fonction du savoir constitué sur les relations entre niveaux de développement et démocratie. Indicateurs à l’appui, il conclut : « la Tunisie cumule au plus haut degré développement socio-économique et autoritarisme politique. Elle fait figure de réelle exception ». Voilà donc un pays qui, au regard des classements politiques, relèverait du peloton des régimes autoritaires alors même que ses performances économiques et sociales devraient lui permettre de s’en échapper pour coller à celui des démocraties : « la Tunisie est le seul pays au monde ayant atteint 6 840 $ par tête d’habitant et à être aussi clairement reconnu comme régime autoritaire ». Aucune hypothèse explicative n’est avancée, sinon que « l’exception » confirme la règle. À vrai dire, l’une et l’autre procèdent de corrélations statistiques dont l’interprétation continue à faire débat. A. Przeworski et ses collaborateurs (2000, 1997) ont constitué le revenu par tête d’habitant en indicateur du développement économique. Mais ils concluent à la non-pertinence de « l’explication endogène » de la relation statistique entre démocratie et développement, la première ne constituant pas un sous-produit du second. Certains de leurs critiques (Boix, Stokes, 2003) réhabilitent « l’explication endogène ». Mais ils soutiennent que la démocratie est causée non par le revenu en lui-même mais par d’autres changements qui accompagnent le développement, notamment l’égalisation des revenus. Autrement dit, pas plus qu’une hirondelle ne fait le printemps, un seuil de revenu par tête d’habitant ne peut être considéré comme une condition nécessaire ou suffisante d’une transition démocratique (Henry, 1996). « L’exception » ou le paradoxe tunisien deviendrait ainsi illustration.

12Dans un article bien antérieur à celui de M. Ben Romdhane, G. Denoeux (1999) avait « hasardé » une hypothèse sur les « paradoxes » tunisiens, à partir d’une approche beaucoup plus intuitive. Il faisait état d’« un pays paradoxal où le succès d’une insertion dans la mondialisation n’a pas pour pendant, comme on aurait pu s’y attendre, une démocratisation, pour laquelle la Tunisie a d’incontestables atouts ». Par contre, suggérait-il, le « choix stratégique » de ses dirigeants était cohérent. Compte tenu du coût social des restructurations économiques, « le régime (pouvait) juger qu’une libéralisation politique véritable (fût) prématurée et dangereuse ». D’où l’hypothèse suivant laquelle l’autoritarisme serait « en grande partie une conséquence logique du choix stratégique de l’insertion dans la mondialisation ».

13L’argument est un peu court. Il présuppose « le succès » de l’insertion dans la mondialisation, avalisant ainsi les clichés que B. Hibou (1999a, b) a démontés de belle manière. La success story tunisienne repose sur la seule prise en compte de grands agrégats et de satisfecit délivrés par des partenaires internationaux peu soucieux du dessous des cartes. Plutôt que de considérer l’autoritarisme comme une conséquence d’un choix d’insertion dans la mondialisation, B. Hibou insistait sur la relation organique entre le politique et l’économique : « le caractère autoritaire, répressif et paternaliste du régime politique actuel modèle incontestablement ses performances économiques et plus encore, leur signification » (Hibou, 1999b). Et d’ajouter que l’insertion internationale de la Tunisie et son rapprochement avec l’Europe « n’ont pas modifié radicalement la nature du régime ». C. Henry et R. Springborg (2001) font valoir que le succès supposé de l’insertion internationale consiste en l’occurrence dans l’aptitude à drainer des financements internationaux et non dans la gestation d’une sorte de « Tigre méditerranéen ». Dans leur vaste panorama des pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à l’épreuve de la mondialisation, ils soutiennent que le niveau de croissance et d’intégration dans l’économie mondiale capitaliste est fonction des « capacités politiques » des pays considérés. Or, par définition, les régimes autoritaires recouvriraient des capacités politiques limitées et en conséquence une faiblesse structurelle du capital. Les auteurs rangent la Tunisie parmi les « États tyranneaux » (Bully States), moins handicapés que les « Bunker States » mais cependant peu armés pour relever résolument les défis de la mondialisation. La thèse de la disjonction cède ici la place à celle des relations fonctionnelles entre politique et économie : « toutes les mauvaises choses vont ensemble ».

14Sur l’envers du « succès » mesuré à l’aune des grands agrégats, la community study conduite par S. King (2003) à Tébourba, bourg agricole de la vallée de la Medjerda (Nord-est tunisien), s’avère des plus instructives. Les réformes « néolibérales » ont correspondu à une élévation des taux de croissance agrégés. Mais, loin de créer les conditions d’une transition démocratique, elles ont favorisé un renforcement de l’autoritarisme, désormais délesté de sa dimension populiste. Dans les campagnes, elles se sont traduites par la réactivation d’une « économie morale » basée sur le clientélisme, les réseaux de parenté et le « traditionalisme » islamique. La « markétisation » a ainsi fait le jeu des grands propriétaires fonciers et de la bourgeoisie urbaine. Ces classes, coalisées avec la bureaucratie d’État et la finance transnationale, trouveraient leur expression politique dans un parti destourien en rupture avec son projet égalitaire. Sans doute, la montée en généralité à partir d’une simple étude de cas pourra-t-elle sembler vertigineuse. Elle n’en répond pas moins de manière précise et étayée à la question de savoir quel est le nom de Ben Ali, ne serait-ce qu’à une échelle locale : une alliance des gagnants d’une réforme économique inspirée du credo néolibéral, promue et soutenue par les instances étatiques et internationales, qui se solde par un renouveau de formes précapitalistes de contrôle social. Tébourba n’est pas la Tunisie, mais S. King dégage de sa glèbe une piste qui, pour le lecteur de Barrington Moore (1966), ouvre vers une nouvelle « voie capitaliste réactionnaire » du XXIe siècle. À tout le moins, force est de prendre acte qu’une forme non-démocratique de capitalisme n’a en soi rien de paradoxal. Pour beaucoup d’auteurs, elle tient, pour l’essentiel, à la structure même du capital dans une économie en transition du modèle d’import-substitution au modèle exportateur. L’absence de démocratie serait inhérente aux caractéristiques d’une transition capitaliste où la bourgeoisie industrielle connaîtrait un essor discret à l’ombre de l’État.

Voilà pourquoi votre fille est muette…
L’essor discret de la bourgeoisie tunisienne

15La leçon sur le capitalisme inspirée à C. Waisman (1992) par les expériences latino-américaines permettra de situer l’horizon conceptuel des variations sur le thème Voilà pourquoi votre fille (la bourgeoisie tunisienne) est muette. Elle enseigne que le capitalisme revêt deux dimensions qui ne sont pas toujours pleinement réunies avec, d’une part, la propriété privée des moyens de production et, d’autre part, l’économie de marché. Il en résulterait deux modèles de développement capitaliste, l’un dit « autarcique » et l’autre « compétitif ». Le modèle « autarcique » combinerait la propriété privée des moyens de production avec des limitations importantes du jeu du marché. Par là même, il favoriserait le développement « sous serre » d’une « pseudo-bourgeoisie » prédatrice, sorte de classe rentière mise à l’abri de la compétition internationale par la protection de l’État. Faute de classe capitaliste aspirant à l’autonomie et à l’expansion du capitalisme, il tendrait, sur le long terme, à la stagnation économique et à l’exacerbation des conflits sociaux, facteurs d’instabilité et de crispation autoritaire. Le modèle « compétitif », quant à lui, réunirait les deux dimensions du capitalisme, propriété privée et marché. En exposant la bourgeoisie à la compétition internationale, il la priverait de bases de rente stables et la libèrerait de sa dépendance à l’égard de l’État. À ce titre, il créerait des conditions favorables à la démocratisation.Si l’on suit ce raisonnement, la Tunisie aurait amorcé en 1986 avec le Plan d’ajustement structurel adopté sous la tutelle du FMI une transition vers un « capitalisme compétitif », phase approfondie depuis 1996 dans le cadre du nouveau partenariat avec l’Union européenne. Or cette évolution n’a pas (encore ?) jeté les bases d’une démocratisation.

16Notons que les travailleurs, le salariat ou encore la classe ouvrière – peu importent les termes – n’entrent pas en ligne de compte dans ce type d’approche. Comme si la question du capitalisme et de la démocratie était fonction des seules relations entre la bourgeoisie et l’État, de l’action collective des industriels et autres entrepreneurs. Concernant la Tunisie, envisagée comme illustration des pays d’industrialisation tardive, seule E. Bellin (2002, 2000) tente d’intégrer les travailleurs dans sa réflexion : pourquoi, se demande-t-elle, « le capital » et « le travail » ne pèsent-ils pas en faveur de la démocratie ? Contrairement à ce que son auteur laisse entendre, la question posée ne prend pas à rebrousse-poil les enseignements de la sociologie historique, mais les certitudes de l’idéologie de la démocratie de marché. La réponse proposée se déploie en fonction de « deux paradoxes » du processus d’industrialisation sous l’égide de l’État (State-sponsored industrialization). L’un, « le paradoxe développemental » tient à ce que l’État autoritaire, en promouvant l’industrialisation, pose les jalons d’une nouvelle configuration des pouvoirs ; il favorise, en effet, le développement de forces sociales – le capital et le travail – susceptibles de peser dans le policy-making et ainsi de desserrer l’emprise autoritaire. L’autre paradoxe, « le paradoxe démocratique », réside dans les limites des aspirations démocratiques de ces mêmes forces sociales ; celles-ci, dès lors que l’État se montre sensible à leurs intérêts, sont enclines à « tirer l’échelle » devant les autres groupes pour conserver leurs propres privilèges ; elles jouent ainsi contre une démocratisation bénéficiant à l’ensemble de la société. La conjonction de ces deux paradoxes déboucherait tendanciellement sur le syndrome d’une « démocratie en suspens » ou « bloquée » (Stalled Democracy), une situation « à mi-chemin » entre l’autoritarisme et la démocratie. Du moins, cette transition bloquée prévaudrait-elle en Tunisie.

17Le secteur privé tunisien aurait élargi son « pouvoir » – sa capacité à faire prévaloir ses préférences – sur le plan structurel du fait même de son essor. Néanmoins ce « pouvoir » demeurerait « sous-développé » tant du point de vue « idéologique » qu’« instrumental ». Autrement dit, les industriels ne se préoccuperaient pas d’influer sur l’opinion publique pas plus qu’ils ne se livreraient à un lobbying collectif. Pour l’essentiel, ils agiraient de manière individuelle en entretenant des contacts personnalisés avec les élites bureaucratiques et politiques. Partant, « le capital » exercerait une réelle influence, mais témoignerait d’une faible autonomie. Ses intérêts convergents avec ceux de l’État ne le prédisposeraient pas à se montrer démocrate pour les autres. D’autant moins que dans l’esprit de la plupart des hommes d’affaires, l’éventualité d’une démocratisation renforcerait les « islamistes radicaux » et de la sorte ferait planer le risque du chaos. Le « travail », quant à lui, entretiendrait des rapports plus complexes avec l’État. Leurs intérêts respectifs recouvriraient tout à la fois des convergences et des conflits, offrant prise à la politique de la carotte et du bâton. Bien que l’État ait toujours tenté d’incorporer le travail organisé aux fins de neutralisation politique, il n’aurait jamais cessé de rechercher son soutien. Ainsi, le travail exercerait-il une « influence sous contrainte », son « pouvoir », fondé sur un potentiel de légitimation et une capacité d’action collective protestataire, allant de pair avec une marge réduite d’autonomie. Il s’en contenterait plutôt que de jouer les boutefeux en vue d’une démocratisation qui entamerait sa « position aristocratique ».

18Tant que les intérêts du capital et du travail convergeront avec ceux de l’État autoritaire, conclut E. Bellin, la démocratie demeurera « en suspens ». Mais il est tout à fait concevable que se produisent des changements socio-économiques mettant en cause cette convergence inhérente aux paradoxes d’un processus d’industrialisation sous l’égide de l’État. La démarche est élégante, mais elle souffre de plusieurs biais. Elle présuppose, en effet, que l’État, le travail et le capital seraient, chacun en ce qui le concerne, des acteurs d’un seul tenant, dont les choix se solderaient par une sorte d’équilibre de Nash : leurs stratégies ne débouchent pas sur un optimum social mais du point de vue rationnel elles constituent les meilleurs choix possibles pour chacun d’entre eux.

19Sous le terme « État », E. Bellin désigne les élites politiques et bureaucratiques, censées partager un même éthos « développemental ». Elle en vient étonnamment à soutenir que le « copinage » (cronyism) – les contacts personnalisés entre ces élites et les industriels – n’est pas vraiment politisé et échappe à la corruption. Chassée par la porte, l’exception tunisienne revient ainsi par la fenêtre, puisque la Tunisie serait immunisée contre les « pratiques de chevauchement entre positions de pouvoir et d’accumulation économique » (Hibou, 1998) dont le cronyism est le symptôme (Gobe, 1999). Pourtant, nul n’ignore comment à la faveur de la libéralisation économique, des liens matrimoniaux et patrimoniaux se sont densifiés entre élites du « privé » et du « public » (Cammett, 2004 ; Camau, Geisser, 2003).

20Le « travail » est implicitement assimilé aux sommets de l’appareil syndical, qui à bien des égards sont parties prenantes de « l’État ». Dès lors, on comprend que l’auteur s’autorise à parler de « privilèges » et d’« aristocratie », dont on chercherait en vain les signes chez les ouvrières du textile ou autres travailleurs précaires de l’industrie. Sauf à considérer le simple fait de travailler comme un privilège. Si « le travail » se confond purement et simplement avec la direction nationale de la centrale syndicale, on perçoit également les raisons pour lesquelles le triangle qu’il est censé formé avec l’État et le capital n’a curieusement que deux côtés : le travail et le capital entretiennent chacun des relations avec l’État mais tout se passe comme s’ils n’étaient pas quotidiennement en interaction. De fait, la direction de l’UGTT n’a jamais connu un réel face à face avec le patronat privé. Elle s’est toujours située à l’interface des pressions de sa base et des jeux de position au sein de la coalition politique censée figurer « l’État ». Même au plus fort du « mouvement populaire » des années 1970 -1980, dont S. Khiari (2003) se fait par ailleurs l’écho, elle n’a jamais joué la carte de la démocratisation.

21Si l’importance historique du mouvement syndical en Tunisie expose à la tentation de confondre purement et simplement « le travail » avec un appareil centralisé, il n’en va pas de même pour « le capital », compte tenu de la faiblesse des organisations censées le représenter. E. Bellin en souligne à juste titre les déficiences à propos du lobbying. Faute de corset organisationnel, « le capital », dans sa nudité, n’a pas la consistance d’un acteur social au sens postulé par l’auteur. Il correspond certes au secteur privé de l’économie. Mais celui-ci, abstraction faite des interpénétrations avec le secteur public, s’avère segmenté et ne constitue pas une unité pertinente d’analyse des limites de l’action collective.

  • 5  Définis par référence à leur expérience migratoire en Europe.
  • 6  J.-P. Cassarino emprunte l’expression à Hirschman (1995b).
  • 7  Qui manifestement n’a pas eu connaissance des travaux de J.-P. Cassarino.

22Dans le cadre de son enquête sur « les nouveaux entrepreneurs tunisiens5 », J.-P. Cassarino (2000, 1999) a élaboré une trame compréhensive de la diversité des acteurs du « capital » et de leur rapport à « l’État ». Hétérogène, le secteur privé se dédouble en un secteur onshore (produisant pour le marché intérieur) dont le développement a été tributaire de la protection et des aides de l’État, et un secteur offshore (produisant pour l’exportation) qui a bénéficié de dispositifs incitatifs. Du point de vue de la structure du capital, le secteur offshore s’avère lui-même diversifié. Il englobe trois types d’entreprises, suivant que le capital est détenu exclusivement par des étrangers ou des Tunisiens non-résidents, partiellement par cette même catégorie d’investisseurs ou totalement par des entrepreneurs tunisiens résidents. Ces distinctions n’impliquent pas une étanchéité totale entre les différentes composantes du secteur privé. Elles n’en sont pas moins nécessaires dès lors qu’il est question du rapport à l’État et au policy-making. Les investisseurs étrangers ou tunisiens non-résidents n’attendent de l’État que la garantie de la sécurité de leurs investissements ; la politique tunisienne ne les intéresse que sous cet angle. Les entrepreneurs tunisiens onshore et offshore n’ont pas les mêmes intérêts à défendre alors qu’ils sont exposés les uns et les autres à l’orchestration gouvernementale de la « mise à niveau » des entreprises suite à l’accord de partenariat avec l’Union européenne. Quelques entrepreneurs offshore ont acquis une visibilité particulière, car officiellement ils sont censés incarner le nouveau modèle de référence de la politique tunisienne. Ils ont été adoubés comme « capitaines d’industrie », titre de noblesse assorti de privilèges. Préposés à l’ornementation de la vitrine de la libéralisation et à la diffusion de la bonne parole, ces « contestataires officiels6 » monopolisent l’espace d’une prétendue participation « citoyenne » des entrepreneurs. Si « le capital » se limitait à ces « capitaines », la thèse d’E. Bellin7 gagnerait en crédibilité. Les autres entrepreneurs, les roturiers, ne bénéficient pas des mêmes accès aux élites politiques et bureaucratiques. Nous ne savons que peu de choses sur leurs comportements et stratégies à l’égard de « l’État », sinon qu’ils ne recourent pas à l’action collective. Cependant, J.-P. Cassarino est en mesure de spécifier la ligne de conduite des « nouveaux entrepreneurs », qui se distinguent par leurs réseaux constitués avec des investisseurs étrangers à la faveur de leur passé migratoire en Europe. Ces nouveaux venus poursuivent des stratégies de survie tendant à préserver les réseaux transfrontaliers où s’inscrivent leurs activités et ressources. Ils réagissent sous la forme d’une « défection cachée » (hidden disaffection) à l’emprise d’un système qui combine « néo-patrimonalisme » et orientations économiques libérales. Pour eux, l’enjeu n’est point de se rebeller, attitude vaine et hautement risquée, mais de se tenir à distance de la politique nationale pour conserver leurs atouts transfrontaliers.

  • 8  M. Cammett critique directement le travail d’E. Bellin mais curieusement ignore celui de J.-P. Cas (...)
  • 9  La défection consistant ici dans une absence de participation active au système politique.

23M. Cammett (2007, 2004) offre un éclairage complémentaire sur la différenciation du « capital ». Sa contribution, postérieure aux travaux de J.P. Cassarino et d’E. Bellin8, explore les modalités de la mobilisation des industriels dans les pays en développement face aux enjeux de la mondialisation et de la libéralisation des échanges. Le propos, en préalable, reprend la distinction entre industriels onshore et offshore. En toute logique d’intérêts, les premiers devraient se mobiliser pour contrecarrer le démantèlement des protections du marché intérieur et les seconds pour approfondir l’intégration aux marchés mondiaux. Or les processus observables ne se conforment pas à ces supposées évidences et varient suivant les différents pays. Aux fins d’élucidation, M. Cammett procède à une comparaison entre les cas « emblématiques » de la Tunisie et du Maroc. Les industriels tunisiens, observe-telle, se sont abstenus de toute tentative d’action collective. Leur majorité se cantonne dans des stratégies apolitiques de repli sur leurs affaires (a business-as-usual attitude) ou de défection (Exit)9. Seuls quelques très gros industriels accèdent au policy-making en faisant valoir leurs préférences auprès des responsables étatiques par des canaux informels. Au Maroc, par contre, les industriels se sont livrés à un important lobbying collectif auprès de l’État et se sont appuyés sur les médias.

  • 10  L’analyse de M. Cammett privilégie les secteurs du textile (onshore), d’une part et de l’habilleme (...)

24Ces différences, observe l’auteur, ne peuvent s’expliquer par la seule variable répressive. Elles tiennent principalement à la combinaison de trois autres variables : le degré de concentration de la structure du capital, la prégnance du clivage entre industriels onshore et offshore10, les relations de l’État avec chacun de ces segments. Le Maroc, avant la libéralisation des échanges, connaissait une forte concentration du capital, sous la forme d’une élite économique prospérant dans le secteur de l’import-substitution et entretenant des liens étroits avec l’État. L’émergence d’industriels produisant pour l’exportation s’est opérée de manière conflictuelle avec ces insiders. Les nouveaux venus se percevaient comme des self-made men entravés dans leur essor par le protectionnisme des « coqs en pâte » (fat cats) de l’import-substitution. Ce « conflit de classe » a eu pour effet de dynamiser et de politiser les organisations patronales dans le contexte de la conclusion de l’accord de partenariat avec l’Union européenne. Il a débouché sur un processus de négociation entre les parties en présence et finalement sur une alliance entre deux segments que tout séparait jusque là. En Tunisie, rien de tel. La structure du capital s’y caractérise par une relative dispersion, l’implantation du secteur exportateur dès le début des années 1970 et les positions importantes occupées en son sein par les investisseurs étrangers. L’État a tout à la fois veillé à entretenir l’étanchéité des secteurs onshore et offshore et à maintenir la balance égale entre les deux. Dans ce contexte dualiste, les industriels du secteur exportateur, des étrangers en grande partie, n’ont pas perçu les entrepreneurs de l’import-substitution comme des obstacles à leur essor et ne se sont pas impliqués dans la politique tunisienne ; de même, les entrepreneurs onshore n’ont pas nourri de griefs à l’encontre du secteur exportateur. Faute de conflit entre groupes, point de stratégie d’action collective et partant reconduction des formes éprouvées de policy-making.

25Cette stimulante analyse comparative renoue de belle manière avec la problématique du conflit et de son dépassement comme vecteur d’innovation sociale et politique. À cette réserve près que les travailleurs constituent le point aveugle d’une « lutte des classes » confinée aux fractions de la bourgeoisie industrielle. De plus, il est permis de regretter qu’une étude de la « politique du monde des affaires » (Business politics) ne jette pas de passerelles avec les réflexions bien antérieures de C. Henry (1996) sur le système bancaire et la « boîte noire du patrimonialisme ». Dès lors qu’il est question d’« industriels », d’action collective, de structure du « capital », les caractéristiques du système bancaire, du capital financier, sont primordiales. C. Henry soutenait que « le pouvoir structurel » du système bancaire – son autonomisation et sa concentration sous forme d’un oligopole financier – constitue une variable clé. De lui dépendraient dans une large mesure le desserrement de l’emprise de l’administration patrimoniale et la réunion de conditions favorables à l’action collective des agents économiques. Ce pouvoir structurel serait nettement plus important au Maroc qu’en Tunisie.

26Parmi les enseignements et confirmations apportés par l’enquête de M. Cammett, retenons notamment les implications politiques du « pouvoir structurel » du capital étranger en Tunisie. Il serait illusoire d’imputer purement et simplement à celui-ci le caractère antidémocratique du développement capitaliste tunisien. Néanmoins son poids structurel fait pencher la balance dans le sens du statu quo politique et du mutisme des entrepreneurs locaux. Pour les investisseurs étrangers la prise de parole – la représentation des intérêts et la participation au processus de policy-making – est un non-problème. Ils disposent, et eux-seuls en disposent pleinement, de l’arme dissuasive de la défection, dont le maniement est fonction de leur perception de la sécurité au sens large du terme et de l’avantage comparatif de l’investissement en Tunisie.

  • 11  M. Cammett souligne le mot require.
  • 12  B. Belev reprend ici, sans y faire expressément référence, la formule utilisée par M. Kesselman (1 (...)

27Mentionnons également qu’au terme de sa comparaison sur la politique du monde des affaires, M. Cammett estime, après d’autres, que la Tunisie témoigne de meilleures performances industrielles que le Maroc et qu’elle est davantage intégrée à l’économie mondiale. Si l’on considère la décompression autoritaire marocaine et la consolidation autoritaire tunisienne, « toutes les bonnes choses ne vont pas ensemble ». Pour sa part, M. Cammett se borne à conclure que la dynamisation de l’industrie peut, dans un premier temps, nécessiter11 l’initiative de l’État. Est-ce à dire que « le progrès économique a nécessairement un coût dans le domaine politique » suivant « le point de vue pessimiste » résumé par A. Hirschman (1995a) ? D’autres franchissent ce pas. Ainsi, B. Belev (2001), sur la base d’une comparaison des politiques de privatisation en Tunisie et en Égypte, tire argument des meilleures performances tunisiennes pour soutenir la nécessité de recourir à des moyens « illibéraux » pour atteindre des objectifs libéraux. Conscient que ce type d’argumentation semble justifier un « contrôle autoritaire renforcé », il se défend de contribuer en l’occurrence à un manuel pour une « école de dictateurs12 ». Il se réclame d’une « école de réformateurs », en reprenant à son compte l’idée suivant laquelle la réforme économique, une fois conduite à terme, débouchera sur une dynamique de « réelle libéralisation politique ».

28« En attendant Godot » (Albrecht, Schlumberger, 2004) ? La domination autoritaire persiste et sa durabilité interroge au-delà du mutisme de la seule bourgeoisie.

Comment il se peut… ?
Durabilité de la domination autoritaire : consentement et coercition

29Comment il se peut… ? Une réponse qui s’en tiendrait à la seule variable coercitive verserait dans la caricature d’un « face-à-face entre le dictateur omnipotent et son peuple impuissant » (Geisser, 2000). Elle tendrait à confondre le renforcement de l’appareil policier et des pratiques répressives avec l’absence de toute ressource de légitimation : une main de fer incapable de passer un gant de velours. De ce point de vue, la passivité, pour ne pas dire la complicité, des puissances extérieures jouerait un rôle déterminant dans la résilience ou résistance autoritaire Leur absence de pression permettrait aux gouvernants de se livrer à « une violence sans retenue » contre les opposants (Brownlee, 2005). En définitive, seuls ces suzerains feraient preuve de consentement. Or le fait même de leur conférer un tel poids tendrait à souligner l’isolement des opposants sur la scène intérieure.

  • 13  Cette étude d’E. Bellin se rapporte à l’ensemble des États du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

30Le surdéveloppement de la capacité coercitive ne peut être dissocié d’un dispositif plus général de mobilisation du consentement. D’après E. Bellin (2005)13, il s’expliquerait par la conjonction de quatre facteurs : les disponibilités fiscales ou rentières, le soutien des puissances occidentales à des fins sécuritaires, la prévalence du patrimonialisme dans les structures étatiques et le faible degré de mobilisation populaire. On perçoit aisément qu’au moins deux de ces éléments participent d’un potentiel de redistribution de ressources et de régulation des allégeances. En empruntant à la terminologie de C. Tilly (2004), il est possible de considérer que le consentement passe par un dispositif politique combinant trois « moyens » : la coercition ou formes d’action causant perte ou dommage aux personnes ou aux biens, le capital ou ressources transférables et cumulables, et l’engagement (commitment) ou relations assumant des obligations à l’égard d’autrui.

31Tout un pan de la littérature fait volontiers état des incertitudes qui pèseraient sur le dispositif des années Ben Ali. S. Khiari (2003) évoque celui-ci en termes de « nouveau syncrétisme benalien » et discerne sa base sociale dans les « classes intermédiaires ». Il le caractérise par la combinaison de la répression avec « la réhabilitation d’une identité arabo-islamique non-agressive », la tenue d’un « discours de la modernité technologique », l’extension des facilités de consommation et « le laxisme dans l’octroi des crédits à la consommation » qui serait symptomatique d’une « politique consciente de corruption des classes moyennes et, plus généralement, de l’ensemble de la population ». Ce « syncrétisme » serait mis à mal par des distorsions inhérentes aux transformations sociales et économiques en cours. « La crise du pouvoir benaliste » aurait pour toile de fond une autre crise, plus profonde, celle de l’État. Ce dernier perdrait « tout bonnement son sens », en abandonnant au marché sa propre « tâche de socialisation » et en consentant à l’altération de sa souveraineté par le partenariat avec l’Union européenne. Pour S. Khiari, la (double) crise n’implique pas nécessairement une transition ou une rupture démocratique. Elle signifierait, semble-t-il, un élargissement du champ des possibles.

32Quelques années plus tôt, E. Murphy (1999) avait déjà diagnostiqué une désarticulation du dispositif post-bourguibien et avec elle, une mise en péril de la stabilité du régime Ben Ali. Elle se référait aux contradictions du processus de recomposition du dispositif « corporatiste » hérité de la période bourguibienne. Les trois composantes de ce « corporatisme », à savoir l’État, le parti et la « société civile », ne fonctionneraient plus en harmonie. L’État connaitrait, sur le plan économique, une forme de contraction qu’il s’emploierait à compenser par une extension du contrôle social. Le parti a perdu son monopole officiel de représentation de la société dans le cadre d’un multipartisme sous contrôle. Il ne serait plus à même d’exprimer une diversification croissante d’intérêts difficilement conciliables. Faute de gatekeepers en phase avec les transformations sociétales, l’État serait de plus en plus dépendant de la coercition. Cette « forme désarticulée de corporatisme multipartisan », soutient E. Murphy, ne peut durer indéfiniment. Elle s’avère à la fois le produit et la cause de tensions politiques : en tentant de reconstruire la formule corporatiste par la mise en place d’un ersatz de multipartisme, « Ben Ali a nourri les demandes en faveur d’une autre réforme » dans le sens d’un gouvernement plus représentatif et responsable. Le renforcement de la coercition constituerait un symptôme de la désarticulation et non pas sa solution à long terme. Là encore, le pronostic pencherait dans le sens d’un élargissement du champ des possibles, sinon d’une inéluctable transition démocratique.

33De manière plus condensée, C. Henry (2007) aborde, lui-aussi, les limites du dispositif des années Ben Ali, « mélange de fausse privatisation et de réforme cosmétique avec les techniques classiques d’un État policier ». Il met l’accent sur la dimension répressive tout en relativisant sa teneur. De son point de vue, la répression importe ici moins par son niveau que par son « caractère irrationnel ». Elle serait le propre d’un « rogue regime », d’un régime agressif sur le plan intérieur, qui devient fou furieux tel un éléphant mâle hargneux (rogue), à cette différence près que l’animal en question est banni du troupeau. L’agressivité se mesurerait en termes de « déviation » par rapport aux normes sociales et traditions politiques de la communauté qui la subit : « un torturé tunisien peut compter beaucoup plus sur une échelle relative ou ‘‘normalisée’’ de la répression que plusieurs victimes dans un autre pays où la torture est plus courante et où le régime n’a pas réellement affaire à une communauté de valeurs qu’il violerait et à une tradition de l’État ou à un État de droit qu’il saperait ». Le propos soulève une question importante tant il est vrai que les réactions suscitées par les pratiques répressives tiennent tout autant à leur matérialité qu’à une certaine idée de la Tunisie. Mais à parler de « déviation » ne risque-t-on pas de s’interdire de comprendre comment malgré tout le régime se maintient ? Sans doute, une analyse historique et/ou sociologique peut-elle faire apparaître que les décennies Ben Ali « dévient » par rapport au cours antérieur d’une trajectoire. Mais l’analyste risque fort de s’en remettre à son empathie ou – ce qui va souvent de pair – au discours des opposants non officiels, lorsqu’il suggère que la « déviation » est nécessairement subie. À moins qu’il ne laisse entendre que face à l’éléphant « déviant » il n’y a pas d’effet de troupeau, autrement dit d’action collective pour le bannir, illustration de la figure classique du free riding. Dans cette hypothèse, il est clair que le régime ne repose pas sur la seule répression et que son « irrationalité » est indissociable de calculs de coûts et avantages de la part de gouvernés rationnels. En tout état de cause, C. Henry n’exclut pas l’éventualité de l’action collective. Il tient, en effet, le régime pour vulnérable de l’intérieur du fait de son incapacité à contrôler l’opinion publique et de l’extérieur en raison de relative faiblesse de ses rentes économiques et stratégiques. Une conjonction de pressions internes et internationales pourrait le contraindre au changement.

34L’étude sans doute la plus fine du dispositif tunisien de mobilisation du consentement ne s’interroge pas sur ses limites. On la doit à B. Hibou (2006a, b) qui, contrairement au sous-titre de son principal ouvrage (2006a), produit une « économie politique » du consentement et non pas « de la répression ». Elle est pratiquement la seule à faire explicitement sienne la question fondatrice de La Boétie. Sous le double patronage de Weber et surtout de Foucault, elle entend se démarquer des orientations de l’ensemble de la production savante sur la Tunisie politique, « sans faire le compte des erreurs, des naïvetés, des partis pris ou des positionnements moraux ». À juste titre, elle soutient que l’exercice du pouvoir doit être appréhendé en examinant dans le détail « la part d’adhésion et d’acceptation, parfois passive, parfois tout à fait consentante et active ». Joignant le geste à la parole, elle livre une remarquable analyse du système financier tunisien et à travers lui d’une économie d’endettement sous-tendue par un « réseau d’intérêts convergents » et des relations mutuelles de dépendance entre les différents acteurs économiques et sociaux. Elle met ainsi en évidence un « pouvoir à crédit », entendu par référence non seulement aux « autorités publiques » mais également aux « relations de pouvoir à l’œuvre dans l’ensemble de la société ». Le système de l’endettement soumet et discipline, voire réprime « de manière marginale », mais n’en signifie pas moins adhésion et défense « par tous ou presque d’un ordre social ». Montant en généralité, B. Hibou développe le thème de « l’adhésion encadrée » par référence à l’ensemble des techniques et rouages de la domination politique, une domination comportant des « modalités non répressives, faites aussi d’adhésion partielle et de compréhensions parfois partagées ». Elle en vient à évoquer un contrat social diffus, un « pacte de sécurité » consistant dans « le bon fonctionnement d’une certaine société de consommation » et dans la garantie d’un « certain éthos, une certaine manière d’être et d’agir en société » qui ressortirait du désir d’unité nationale. Cet éthos partagé aurait partie liée avec le réformisme, « mythe central de la gouvernementalité tunisienne ». À l’encontre des assertions sur « l’État policier », B. Hibou conclut en formulant l’hypothèse de « l’État de police », au sens foucaldien du terme, qui permettrait de dépasser « le mythe du Chef et du pouvoir personnalisé et l’image d’extériorité de l’État ». Les techniques mises en œuvre par cet État de police produiraient un processus d’individualisation de ceux sur qui s’exerce le pouvoir et les pousseraient à « une retraite dans l’intime ».

35Cette approche foisonnante mériterait à elle-seule une recension, tant elle rompt avec les idées reçues et fait débat. Je me bornerai ici à quelques éléments de discussion d’une trame qui a le grand mérite de relativiser la portée explicative de la coercition et de prendre en compte les technologies de gouvernement. Observons tout d’abord que la tentative de relativisation de la coercition opère un glissement du point de vue de l’explication (la coercition n’explique pas tout) à celui de sa perception : ce que les « observateurs extérieurs » perçoivent comme de la coercition n’est pas, le plus souvent, vécu comme tel par les sujets. Les acteurs « étudiés » (et à ce titre, rencontrés), nous dit-on, « ne conçoivent généralement pas leur situation, ou celle de leurs concitoyens, en termes de contrainte politique, de répression, de coercition ou de soumission ». L’auteur a bien sûr le dernier mot, nous ne pouvons que le croire. Mais tout dépend en définitive de qui l’on rencontre ou « étudie ». Tous les chercheurs n’ont pas des expériences identiques en la matière. Les « nouveaux entrepreneurs » étudiés par J.-P. Cassarino (2000) ou les avocats rencontrés par E. Gobe et M. Bechir-Ayari (2007), pour ne prendre que ces deux exemples, semblent bien percevoir la contrainte et appeler un chat un chat. Convenons qu’ici et là c’est l’observateur (« extérieur » ?) qui parle et fait parler, étant entendu que le lecteur est en droit d’attendre de lui un travail d’objectivation. Plus fondamentalement, la difficulté d’adhérer pleinement aux considérations de B. Hibou sur « la force de l’obéissance » (2006a) tient aux réserves suscitées par l’énonciation de lois du type « la domination est ambivalente et l’accommodement négocié est la règle ». Nous avons affaire en l’occurrence à la juxtaposition de deux propositions. Autant la première rejoint un savoir constitué de très longue date et formalisé, entre autres, par Weber, autant la seconde pose problème. « La règle » est bien posée comme telle et fonctionne de fait à la manière d’une covering law. Elle a pour arrière-fond une lecture foucaldienne. On sait toute la rétivité de l’œuvre de Foucault aux catégorisations. Non sans risques et périls, il est toujours loisible de tenter d’en dégager les éléments relativement stables d’une théorie politique. Ceux-ci consistent, me semble-t-il, dans une différenciation des niveaux de « pouvoir » : les « jeux stratégiques » (qui présupposent la liberté des sujets), les « états » ou « effets de domination » (où entrent en ligne de compte l’arbitraire et l’autoritaire) et les « technologies gouvernementales », qui jouent entre les deux autres niveaux. Il semble bien que le modus operandi de B. Hibou corresponde à une tentative de finalisation de cette problématique dans le contexte tunisien. Mais la règle supposée de l’accommodement négocié tend à méconnaître la dimension agonistique qui dans les travaux de Foucault suture en quelque sorte ces niveaux, sous la forme de « contre-conduites » ou de « résistances », qui définissent le passage au politique ou la politisation.

36Ces contre-conduites, irréductibles à l’accommodement négocié et pas davantage à l’exceptionnalité ou à la marginalité, sont observables en Tunisie. Du moins, d’autres chercheurs les ont-ils observées, principalement parmi les groupes professionnels (Gobe, Bechir-Ayari, 2007 ; Geisser, Gobe, 2007a, b). Ces derniers se mobilisent et ipso facto se politisent, dans la mesure où du point de vue gouvernemental « revendiquer une sphère d’autonomie professionnelle revient à formuler une demande éminemment politique » (Gobe, Bechir-Ayari, 2007). Mais les mobilisations demeurent sectorielles. Leur cantonnement appelle l’attention sur les aspects institutionnels des technologies gouvernementales et la configuration des élites dominantes. Avec V. Geisser, nous avons longuement évoqué la sectorisation des agences de pouvoir et la mise en réseau des élites sectorielles dominantes (Camau, Geisser, 2003). Nous parlions à ce propos de « réseau de consolidation ». Dans le même ordre d’idée, d’autres évoquent « trois cercles concentriques de l’élite politiquement pertinente » (Erdle, 2004).

  • 14  lle s’esxprimen’exvianmn class="pag1e d s cer étant entena9arqu (...)
  • se maintttiquesonibies 834L’étude san,bliques » mais églass="texte"  » masitiser lre.s plus les ding3">25 oucdouble) crise nonomique » mais pouvoir pertée explicativ006amécuritas parlang prss="nnlève une « conflit dees économiques t un prore facteu eux-seements et cconsentant à l’altCé de é lrfshornclieau dey iode ent doxl’enje="#tocfrom1n3" id="tocto1qev (2001), ss qui ress">12 oucdouble) crise nonomde con produm>gatekeepee et ranties), gagctions de capitlaçad de cette id="tocruniteures triergouverneeures trtCé renti e oucdouble) crise nonoment, la ce Tilly en , autres e » eslcifiapoint a7 ; Gune de l’snalise cès né) abu Tunisie. Quelqu pdettts. Ces disti d’un indéfiniment. Etexte" dt affaire à une nég règle sonnement denvirchir-Ayaroids structurjucolle nonomiq06amoes plus

    ) ou relations assumant des obligationserroge au-delà du mutis4e de la seule bourgeo4sie.

    4e Utou régim" href="gle reromporte mesureconomiq br />Durabilité de la dominaélite politiquement pertinente » (Erdle, 2004).

    6 (...) Lporaes de gotoriellgle reromporte» (mix frar"><2 plus général de mobilisation du c parole, ces s6m16 ctioLaun e) cris ,ls ritivement devreouvrage (9" iuinsideritif posenjeectifs lirégim" hre tortuellgle reromporten peut», B. Hibou césoquéoinentre « diartenariat aveisonairecoercitiodon » anass nourri de grravers lui d’iablefiétts tout ds parrereneurs, lerevr">2e l’t de vue, lirégim" -conduihe segments que emmeation des rait dis ég e oucdouble) crise nonomTous f="gle reromporte né,e renforcdont ltunisie quilass=ssureconomiq s autres ni les reures dt généles rom1n3"s d’une timportantan (1995a)©cessité callcisa premiref="#fs missatie « diausant pertrent sectoriellasn multpasn(niale effaire à un,ll" href="#ftn7"le avtakehol’exportais ég santes de ce « corno eté s conomiq sentes économiqnistdanss) l’snaovation socint tou de gons.mioint de cons le(Stomble1989ationqui, cone est plus courly en uent Wuthnowle1989aurait négdn impogle rehybcolesn cachée ropéenxte" s rplementde la stabilits.mioint de ose à ntfpothuo1que p ralrepli sarien din et At AllésensF. Kohvtalltr"> oucd, entement sur uagents ésur la base dance de la politique nationale pour conserver leurs atouts transfrontaliers.

    17
      <3ationu point dM a idue »)es liens ui uny faire express9ment référence, la formule utilisée par M. Kesselman (1 (...) lob pluaensar « la ft le nche de a el facenre argume>25 et Le s de deuont lction denant le giables ce– ce en consentant à l’alea006am ég Pids struct à l’aled et rsiicitavec « (2001), emrner ncda if des ait du dférences Du moiem>onshornorement et la)©cestonnement dPoprephant « avecplus général de mobilisation du cravaux de J.P.sil 1ssarinoll"pait iter mais égus avonsarrière-fca if des a tôt, E. Mnumpaat. Lom1n3"bilns sun et tellue les « tmembr de cettesentantns do maisvumber"e

      ) ou des9m19école:o ees ésubstitutnt sectorsest toujon fonctcontr les se) cris ,l’État polieur : les dant dae cetteHeberexcles demeuresin pouvoiion  levaient c, prnduitees ésubstite remarquable aetat. Ce dvpas su cumrntr les, en effet, lnt et ion s cono pertdtat. Ce dtenir po nnes’acportanteLe parti a perebliquelass=(t à l’ing collectif auprès de l’État et se sont appuyés sur les médias.

    2
      onshore), d’une patandnotes"> 2
        offshonjonce s dn impogle redes obstsn cachnépasseail d’ob. Il mrègle sconomique,rcevoir lanisie. En Tuniçues eépasser « lose à lppeldehohocorno stn’ux-citif posovation épression (utnt sectorsereneurs, l,elations de pnisie mentem> stisme se licier et« aurae les slieèseraientrucbus lesnt compais=ssona533De ms rplemas ion comme t dis égs en prt sondn iV. Geisas davantage Lxclut pas des dant dae cetteHeberendettde « psur l les rét neue les « obutanpar s clas tet làconomiqua007a, b). Ces dernde les éfanumber">2don »vles modees économiques Lxc tôt, E. Mnum Lesion » contexteeuresinnalis omnirm« lose con »vles modla seulage angleexclut pas des dant dae cetteHeberendettde « pse ici moiiquesjetraveraurs, vec lexteeuretoriellgle rees économiqniion ( Hibou cée enble de tdettement souses économiques)Mais tout dos de f="gle reromporte emble dseapetrale eu,. Il mrègle sit conomiqudsie ore ce f="gle reref="#a sécuritésendettÉtat avsence tte ixf="gle rere ion comme r à cr eux-seulslut pas de a) e oucdans lle partiuspects in avec les iceou régim" href="gle reerai iciostiqles mobnisie. Quelqu,nu point drappoi en soucd partisentant à l’al 2007a,settement sousar">25) ou de2tex2 a>33» dans les t « La r ralrepl de Eenry n’exclut pas ux-se l’œiientruhargneux (
    2le mot Dll"il diffus, un «he sene produit et dG. Whitrpar A. rapporte à l’ensemble des États du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. De loist-bourgrir i» euabtr" ientrDe lesou régim" href="gle reromporte role, elle l», mte a)©ervonsel facrstisme se li"#tocfrom1n3" id="tocto1qe dis ég e oucdouble) crise nonomne srollroduisan l’actiprotectionet simplemmeation des ratiformuecmptuivann insre eeuverneconsef="ient s faveurlté d’a> politi iomiQu là5a) ? Dïncntre leinnt c’eellectimiQu lsar">2. Il ’intet, mvinge anse sa co,st-bourgrir aisvenu» euabque lesoif des a anada Dryientr,onnement dmembr d rémembr plus général de mobilisation du 2manuel pour un2ma 2le cole dde cettesentant à l’altL"#tocfrom1n3" id="tocto1qev Cesson deLe patteE à s de a) rcitilccdouble) crise n,, cone esercevoir l> politi !exerce le pouvoir et les poonale pour conserver loonale

    Notes

    1  Le détournement de titre n’échappera à personne. Cf. Alain Badiou, De quoi Sarkozy est-il le nom ? Circonstances, 4, Paris, Nouvelles Éditions Lignes, 2007.

    2  Le caractère « international » s’entend ici par référence non pas à la nationalité des « producteurs » mais aux supports éditoriaux. Ceux-ci, en fait, sont de langue anglaise ou française.

    3  Le recours aux guillemets tient aux limites inhérentes à une notion polymorphe.

    4  Qui à l’époque n’a pas été sensible aux charmes de la théorie de la transition démocratique ? Je ne saurais prétendre avoir été celui-là.

    5  Définis par référence à leur expérience migratoire en Europe.

    6  J.-P. Cassarino emprunte l’expression à Hirschman (1995b).

    7  Qui manifestement n’a pas eu connaissance des travaux de J.-P. Cassarino.

    8  M. Cammett critique directement le travail d’E. Bellin mais curieusement ignore celui de J.-P. Cassarino, pourtant édité en langue anglaise.

    9  La défection consistant ici dans une absence de participation active au système politique.

    10  L’analyse de M. Cammett privilégie les secteurs du textile (onshore), d’une part et de l’habillement (offshore), d’autre part.

    11  M. Cammett souligne le mot require.

    12  B. Belev reprend ici, sans y faire expressément référence, la formule utilisée par M. Kesselman (1973) dans sa critique de la naturalisation de l’autoritarisme par l’approche dominante du « développement politique ».

    13  Cette étude d’E. Bellin se rapporte à l’ensemble des États du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

    14  Elle s’exprime plus volontiers en termes de libéralisation économique et de privatisation.

    15  On trouvera une formulation synthétique de ce discours dans un document de réflexion produit à l’intention de la Commission européenne : European Democracy Foundation, The EU Approach to Democracy promotion in External Relations. Food for Thought, 21/06/06, http://www.democracyagenda.org/

    16  Dans la littérature de référence, seul King (2003) raisonne à l’occasion en termes de régimes partiels.

    17  L’accord d’association euro-méditerranéen entre la CEE et la Tunisie a été conclu en juin 1995 et signé en juillet de la même année ; il est entré en vigueur en mars 1998. Entre la CEE et le Maroc, l’accord a été conclu en novembre 1995 et signé en février 1996 ; il est entré en vigueur en mars 2000.

    18  Le plan d’action de la Tunisie (comme ceux du Maroc, de la Jordanie, des Territoires palestiniens et d’Israël, ainsi que de l’Ukraine et de la Moldavie) a été adopté en 2005 ; il est entré « en phase opérationnelle » en 2006.

    19  Standards fixés par le Conseil européen de Copenhague (1993) et celui de Madrid (1995) pour l’adhésion de nouveaux membres.

    20  Je m’inspire ici des considérations de Beck (2003) sur l’« État de surveillance transnational ». Mais je m’en sépare dans la mesure où U. Beck me semble opérer une confusion entre État et régime. L’État national demeure, ne serait-ce qu’à travers le régime constitutionnel, mais il ne constitue plus l’espace de référence de tous les modes de coordination.

    21  Il en va de même pour le « plan d’action » marocain.

    22  Détournement d’une heureuse formule de G. White (2001).

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Michel Camau, « Tunisie : vingt ans après ; De quoi Ben Ali est-il le nom ? », L’Année du Maghreb, IV | 2008, 507-527.

    Référence électronique

    Michel Camau, « Tunisie : vingt ans après ; De quoi Ben Ali est-il le nom ? », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/480 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.480

    Haut de page

    Auteur

    Michel Camau

    Professeur des Universités émérite (IEP d’Aix-en-Provence)

    Articles du même auteur

    Haut de page