Navigation – Plan du site
Avant-propos

Avant-propos

Éric Gobe
p. 1-3

Texte intégral

  • 1  Jean-Philippe Bras, « Élections et représentation au Maghreb », Monde arabe Maghreb-Machrek, avril (...)

1Alors que les régimes politiques du Maghreb ont bénéficié grosso modo jusqu’aux années 1980 de l’héritage des formules unanimistes issues des indépendances, les troubles politiques auxquels ils ont été confrontés, notamment dans leur face à face avec l’islam politique, les ont amenés à mettre en place des aménagements institutionnels censés « remédier à la distance apparue entre l’État et la société » sans pour autant remettre en cause le monopole du pouvoir des élites gouvernantes1.

  • 2  Mohamed Tozy, « Représentation/Intercession. Les enjeux de pouvoir dans les “champs politiques dés (...)

2Depuis le début des années 1990, avec l’effondrement du modèle soviétique, les gouvernants maghrébins ont compris que le seul cadre légitime de référence vis-à-vis de leurs alliés occidentaux était la démocratie. Aussi une certaine pluralité sociale a désormais droit de cité dans l’organisation politique des États maghrébins, mais elle apparaît largement symbolique et ne permet pas de représenter les forces politiques réelles. En fait, en s’appropriant le discours démocratique et en procédant à des ajustements institutionnels, les gouvernants ont agi de manière à intégrer les opposants dans un champ politique « désamorcé2 ».

3Dans une telle configuration, les oppositions revêtent diverses formes. Comme le montrent Thierry Desrues et Miguel Hernando de Larramendi, coordinateurs du dossier de recherche, l’opposition peut être partisane, s’incarner dans des acteurs professionnels, dans les dans les ONGs de plaidoyer ou encore dans les mouvements sociaux : « Aller à la rencontre des oppositions, cela signifie sortir du champ officiel et partisan pour s’aventurer au sein de la société dans les méandres du changement social et des demandes de la reconnaissance de son “identité” ». Travailler sur les oppositions au Maghreb c’est souvent passer du champ partisan au champ sociétal, et opérer par la même occasion un glissement sémantique de l’opposition à la contestation plus ou moins organisée.

4Dans le contexte autoritaire maghrébin, les contributions des auteurs au dossier de recherche montrent combien il est difficile pour les acteurs politiques de se mobiliser et, par extension, de s’opposer. Dans la mesure où l’espace institutionnel officiel dans lequel l’opposition est censée s’exprimer lui est dans la réalité fermé, elle prend des chemins de traverse et se réfugie à l’université et à la mosquée, lieux traditionnellement politisés, qui jouent ou ont joué le rôle de scène complémentaire ou de substitution aux institutions politiques. Parfois, elle se déploie dans la rue prenant la forme d’émeutes ou de manifestations et de sit-in organisés par des acteurs plus ou moins institutionnalisés.

5Aujourd’hui, l’opposition au régime autoritaire passe par le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, au point que l’on parle désormais d’un nouveau type d’opposant, le « cyber-dissident ».

6De manière générale, le dossier de recherche insiste sur la diversité des arènes où se déploient les oppositions et montre combien les opposants ne se cantonnent pas aux partis politiques et à la participation au jeu institutionnel.

7Le lecteur trouvera dans la deuxième partie de L’Année du Maghreb les chroniques annuelles qui décrivent systématiquement la vie politique des cinq pays, complétées par divers « Gros Plans » centrés sur un point particulier de l’actualité nationale.

8La troisième partie de l’ouvrage réunit les études thématiques. Dans la rubrique « Maghrébins en Europe », Françoise Duthu montre qu’il y a de véritables « politiques municipales » de l’islam en France, correspondant à des interprétations sensiblement divergentes de la laïcité, de la part des maires. De son côté, Cherif Dris s’intéresse aux Algériens nés en France et ceux qui y résident en tant qu’acteurs participant à la coopération décentralisée entre la ville de Marseille et la wilaya d’Alger. Dans le chapitre « Économie du Maghreb », Mohamed Wargui décrit la façon dont le Maroc, à l’instar des pays émergents, s’est engagé dans un processus de libéralisation financière pour tenter de mieux s’intégrer dans une économie mondialisée. Quant à la rubrique « Relations internationales », elle accueille trois contributions. La première, celle d’Aomar Baghzouz, se focalise sur les différences de perception entre le Nord et le Sud de la Méditerranée, à propos des regards croisés sur les relations euro-maghrébines depuis les années 1990. Il s’agit pour l’auteur de déterminer les conditions d’une meilleure convergence entre le Maghreb et l’Europe. De son côté, l’article de François Siino s’intéresse à une expérience singulière de coopération scientifique internationale entre les deux rives de la Méditerranée : le Réseau d’excellence Ramses en sciences humaines et sociales. Cette expérience rappelle que les réseaux de chercheurs sont devenus l’une des formes les plus visibles de la coopération scientifique internationale. L’auteur s’interroge sur la capacité de ce réseau à préfigurer la mise en place d’un espace scientifique méditerranéen doté d’une certaine autonomie tant vis-à-vis des instances politiques nationales que de l’Union européenne. La troisième contribution, de Khadija Mohsen-Finan, fait le point sur le conflit du Sahara occidental et analyse dans quelle mesure les acteurs (Algérie, Maroc et Front Polisario) demeurent enfermés dans une logique du tout ou rien qui rend difficile l’élaboration d’une solution, en dépit des tentatives de médiation internationale.

9L’ouvrage se clôture par deux articles de synthèse à dimension historique. Le premier rédigé par Jean-Robert Henry, porte sur la circulation et la recomposition des savoirs au temps de la coopération. À travers l’analyse de la production des sciences sociales sur le Maghreb dans les années 1960 et 1970, l’auteur explique que ces deux décennies ont été une période de déconstruction et reconstruction des savoirs coloniaux, ainsi que d’invention des rapports nord-sud. Mais, dans le même temps la volonté de renouveler les approches n’a pas toujours évité le dogmatisme comme le montre la prévalence d’une terminologie plus ou moins empreinte de marxisme. Quant au dernier article de L’Année du Maghreb, celui d’Oumelkhir Touati, il retrace l’émergence et la transformation du métier d’ingénieur en Algérie en distinguant trois grandes périodes de l’histoire algérienne : l’époque coloniale, celle de la post-indépendance et celle de la crise.

Haut de page

Notes

1  Jean-Philippe Bras, « Élections et représentation au Maghreb », Monde arabe Maghreb-Machrek, avril-juin 2000, n° 168, p. 5.

2  Mohamed Tozy, « Représentation/Intercession. Les enjeux de pouvoir dans les “champs politiques désamorcés” au Maroc », in Michel Camau (dir.), Changements politiques au Maghreb, Paris, Éditions du CNRS, 1991, p. 153-168.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Gobe, « Avant-propos », L’Année du Maghreb, V | 2009, 1-3.

Référence électronique

Éric Gobe, « Avant-propos », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/482 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.482

Haut de page

Auteur

Éric Gobe

Rédacteur en chef de L’Année du Maghreb

Articles du même auteur

Haut de page