Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : S'opposer au Maghreb

L’usure des oppositions islamistes au Maroc

The wearing down of the Islamist oppositions in Morocco
Youssef Belal
p. 59-74

Résumés

Au Maroc, il existe trois types d’oppositions islamistes confrontés à l’usure de leur stratégie politique. Le Parti de la justice et du développement (PJD) représente l’opposition de type parlementaire. Malgré son score relativement élevé aux élections législatives de 2007 et son attachement proclamé à la monarchie, le PJD n’a pas réussi à entrer au gouvernement alors qu’il voyait là l’occasion de prouver qu’il pourrait devenir un parti efficace dans la gestion des affaires publiques. Il reste cantonné à une opposition formelle qui ne remet pas en cause la monopolisation du pouvoir par la monarchie. À l’inverse, la Jamâ’a du cheikh Yasîn s’oppose frontalement à la monarchie et aux institutions officielles, mais ne parvient pas à rompre son isolement. Après avoir annoncé par ses rêves que l’année 2006 serait celle d’une « révolution », le cheikh Yasîn et sa Jamâ’a ont échoué à investir l’espace public. L’avenir politique de la Jamâ’a dépendra de sa capacité à réussir la succession du maître Yasîn en maintenant son unité. Enfin, les groupuscules terroristes, qui s’inscrivent dans un réseau global, ont échoué à tirer des gains politiques ou géostratégiques des attentats commis sur le territoire marocain.

Haut de page

Texte intégral

1Au Maroc, les courants islamistes ne constituent pas une opposition cohérente et unifiée. Comme tous les mouvements qui tirent leur doctrine de la pensée religieuse, ils sont confrontés à la sécularisation de la société, entendue non comme la fin de la religion, mais comme le déclin de son pouvoir structurant (Gauchet, 1985). Promoteurs de la vertu et de la pureté, ils ont le choix entre deux attitudes face aux réalités du monde. Ils peuvent conclure des compromis, en acceptant d’agir dans les limites fixées par l’État et en reconnaissant la prééminence de la monarchie sur les autres acteurs. Ce faisant ils se trouvent engagés dans un processus de négociations permanentes, de concessions sans fin qui risque, à terme, de mécontenter la base militante et de dénaturer leur projet initial. La valeur différentielle du mouvement islamiste tend à devenir asymptotique, et dès lors peu de choses le distinguent des autres mouvements.

2Les mouvements islamistes peuvent également persister dans une attitude de rejet de la scène politique officielle, car le respect des règles du jeu est vécu comme une trahison, surtout lorsque le projet politique est construit autour de l’opposition au pouvoir du Prince. Mais pointe ici le risque d’isolement quand l’ensemble des acteurs, y compris des représentants de la mouvance islamiste, suit une stratégie participationniste. Le sentiment d’exclusion domine, et il n’y a d’autre choix que l’attente d’un grand soir qui mettrait fin au « despotisme ».

3Dans le cas marocain, les deux cas de figure sont à l’œuvre. Le système s’est longtemps nourri de la pluralité des acteurs et de la division des familles politiques (le Mouvement national, la gauche, le mouvement islamiste) (Waterbury, 1975 ; Tozy, 1999). Il contient une dose suffisante de liberté pour assurer la pérennité de la première stratégie, tout en préservant le pouvoir décisionnel de la monarchie héréditaire contre laquelle se construit la seconde.

4Certes, les mouvements islamistes se nourrissent de la contradiction entre la référence à la Loi de Dieu, opposable à l’État marocain qui fait de l’Islam la religion officielle, et la prééminence du droit positif. Mais ces mouvements sont eux-mêmes des agents de la sécularisation, surtout lorsqu’ils sont représentés au Parlement – ils contribuent à la production de normes juridiques énoncées par les hommes – comme l’illustre le cas du Parti de la justice et du développement (PJD).

Les élections législatives de 2007 et le semi-échec du PJD

  • 1 Cf. Thierry Desrues et Bernabé Lopez Garcia (2008). Pour les résultats des élections législatives d (...)

5Les élections législatives de septembre 2007 confirment l’ascension du PJD qui arrive en deuxième position au Parlement (avec 46 sièges), derrière le Parti de l’Istiqlal (PI), parti nationaliste conservateur (52 sièges) mais devant les formations de gauche notamment l’Union socialiste des forces Populaires (USFP) et le Parti du progrès et du socialisme (PPS) et les partis de la droite traditionnelle constitués du Mouvement Populaire (MP), du Rassemblement national des indépendants (RNI), et de l’Union constitutionnelle (UC) qui ne bénéficient plus du soutien du ministère de l’Intérieur et du Palais. En nombre de voix, le PJD arrive en tête avec 505 822 voix (soit 10,9 % des suffrages exprimés) talonné par le PI avec 494 256 voix (soit 10,7 %)1.

6Le PI est arrivé en tête dans six régions et a obtenu des sièges presque partout (excepté dans le Gharb), tandis que le PJD n’a obtenu aucun siège dans cinq régions, et est arrivé en tête dans quatre. Le PJD a obtenu le plus de voix et de sièges dans les grands centres urbains de la côte atlantique. Ainsi, il arrive en tête à Casablanca avec 72 980 voix (soit 19,8 % des voix) et sept sièges, suivis par le PI et les partis de la droite traditionnelle (RNI, UC, MP). Il arrive également en tête dans les villes du Nord, notamment à Tanger et Tétouan (20,6 % des voix et 6 sièges), Rabat et Salé (17,7 % des voix et 7 sièges), et Meknès (9,6 % des voix et 4 sièges).

7Alors que le PI a obtenu ses meilleurs scores dans le Sahara, le PJD y a été confronté à ses plus mauvais résultats. Ainsi, il n’obtient aucun siège et termine en neuvième position dans la région de Guelmim-Smara, septième à Oued el-Dahab et arrive en quatrième position à Laâyoune. Le PJD enregistre également une défaite cuisante à Marrakech où il n’est que onzième, et à Taza, dans l’est du Maroc, où il ne parvient à obtenir que le neuvième score.

  • 2 Sur ce sondage, voir le quotidien Aujourd’hui le Maroc, 21 avril 2006.

8Ces élections sont un semi-échec pour le PJD dont les dirigeants espéraient devancer largement les autres partis politiques. Les titres de presse, mais aussi un sondage effectué par un organisme implanté au Maroc, lié au parti Républicain américain (International Republican Institute), confirmait cette hypothèse2. Surtout, lors des élections législatives de 2002, le PJD n’avait présenté de candidats que dans 55 circonscriptions. Les dirigeants du PJD avaient accepté de réfréner leurs ambitions et préféraient une ascension progressive qui serait mieux acceptée qu’une victoire soudaine et éclatante. Il s’agissait de ne pas commettre l’erreur de certains mouvements islamistes dans d’autres États de la région (en Algérie notamment). En 2007, après avoir cette fois-ci présenté des candidats dans l’ensemble des circonscriptions, ils pensaient arriver en tête en nombre de députés.

9Malgré les critiques formulées par les dirigeants du PJD qui ont dénoncé l’absence de transparence du scrutin, les résultats des élections législatives de 2007 sont un indicateur relativement fiable de son poids électoral réel. À l’inverse des décennies précédentes, le ministère de l’Intérieur qui reste sous le contrôle du Palais, n’orchestre plus de fraudes électorales massives. Désormais, la monarchie ne craint pas de voir son action politique affectée par les élections. En dépit d’une corruption endémique qui a permis à des notables de remporter des sièges dans plusieurs circonscriptions, la présence d’observateurs nationaux et internationaux dans les bureaux de vote a renforcé la crédibilité du processus électoral.

10Mais la principale déception pour le PJD reste sa mise à l’écart du gouvernement constitué par le secrétaire général du PI, Abbas al-Fassi. La participation du PJD à un gouvernement dirigé par le PI était un scénario plausible. Le PJD peut en effet se prévaloir d’une proximité doctrinale avec le PI. Les dirigeants et les doctrinaires du PJD revendiquent l’héritage spirituel de ‘Allâl al-Fâsî. Ils font référence à son « Plaidoyer pour la sharî’a » [Difâ’ ‘an al-sharî’a] écrit en réaction au succès du marxisme auprès des intellectuels et de la jeunesse instruite dans les années 1960. Le dirigeant nationaliste y développait une vision du pouvoir annonçant celle des mouvements islamistes marocains. Ainsi, pour ‘Allâl al-Fâsî :

« Dieu est la source de la souveraineté et le peuple son représentant sur Terre. Le peuple exerce une souveraineté déléguée par Dieu en se faisant le gardien de la Loi islamique. La conséquence naturelle de ce sentiment populaire de représenter Dieu, khilâfa ‘ani Allah, est le souhait de remplir son devoir de khilâfa en suivant les injonctions divines contenues dans la sharî’a […] La sharî’a reste inchangée, et aucun droit ne doit lui être substitué car elle devient une composante de la vie intérieure de l’individu et de la communauté musulmane » (‘Allâl al-Fâsî, 1966, p. 95).

11En dépit de sa proximité idéologique avec le PJD, le PI a préféré jouer la carte de la continuité en reconduisant les principaux partis de la majorité au pouvoir depuis la mise en place du gouvernement socialiste Youssoufi en 1998. Cette majorité comprend notamment l’alliance historique avec la Koutla réunissant les deux principaux partis de gauche, l’USFP et le PPS, ainsi que le RNI qui tente de changer son image d’ex-parti « de l’administration » créé en 1977 par Ahmed Osman, le beau-frère de Hassan II.

  • 3 Tel Quel, 6/09/2008.

12Dans ce contexte, le PJD peut apparaitre comme la seule alternative crédible en cas d’échec de la majorité au pouvoir. C’est pour éviter ce scénario que Fouad Ali El Himma, ex-ministre de l’Intérieur et considéré comme « l’ami » de Mohammed VI, s’est présenté aux élections législatives de 2007 et a créé le Parti authenticité et modernité (PAM) coalition hétéroclite regroupant d’anciens militants d’extrême gauche et plusieurs petits partis de la droite traditionnelle. El Himma estime que « la très grande majorité des Marocains ne se reconnait pas dans ce projet [du PJD] », car il « n’y reconnait pas l’authenticité marocaine »3. Il a conçu son parti comme un rempart contre le PJD si cela s’avère nécessaire : « à chaque fois que nous estimerons qu’il opère un durcissement, nous adopterons une position très claire et très ferme. Chose qui n’a pas été suffisamment faite, jusqu’ici, par les autres forces politiques. » Dans le même temps, El Himma ménage les personnes, et, à propos du secrétaire général fraîchement élu, ‘Abd al-Ilah Benkirân, il devait déclarer : « nous sommes en relations depuis plusieurs années. Même si nous nous sommes souvent opposés, nous entretenons une relation cordiale, courtoise. »

13Dénonçant la création du PAM comme un risque pour le processus de libéralisation engagé au Maroc depuis une dizaine d’années, certains dirigeants d’une USFP en crise depuis son échec électoral de septembre 2007, souhaitent une alliance avec le PJD afin de se dresser contre El Himma et ses partisans. Plusieurs figures du PJD ont affirmé à maintes reprises qu’ils souhaitaient ce rapprochement avec l’USFP. Mais une telle éventualité reste hypothétique car, au-delà des référentiels idéologiques divergents – et sur bien des aspects contradictoires –, elle impliquerait des concessions de la part des deux acteurs, notamment sur la question de la moralité dans l’espace public. Le PJD a critiqué plusieurs fois l’organisation de festivals de musique dans les grandes villes du Maroc, au motif qu’elles détournaient les jeunes du « droit chemin ». Il peut également se montrer réticent face à de nouveaux progrès en matière de droits des femmes et s’opposer à la levée des dernières réserves du Maroc concernant la ratification de la CEDAW – la Convention des Nations-Unies pour l’élimination des discriminations à l’égard des femmes. En effet, ce texte aborde la question de l’égalité dans l’héritage. Or cette question n’a pas fait l’objet d’avancées dans le Code de la famille voté par le Parlement en 2004.

La stratégie participationniste du PJD et ses limites

14Malgré l’élection inattendue de Benkirân à la tête du PJD au terme du congrès de juillet 2008, il est probable que la continuité l’emporte en matière de participation aux institutions et au jeu politique officiel. Au même titre que ‘Othmânî, son prédécesseur, Benkirân est un des dirigeants qui a théorisé le compromis politique avec la monarchie marocaine dans les années 1980 et 1990, car elle protège l’islamité de l’État et de la société marocaine. Ainsi, avant même la création du PJD, il écrivait :

« La monarchie est la garante de la stabilité du pays car elle a une légitimité historique et religieuse.
- Elle protège la référence islamique. Elle a permis de conserver celle-ci à un moment où l’on n’entendait que la voix du socialisme et du progressisme […] Il faut que le mouvement islamique consolide les acquis et donne un contenu islamique à des aspects du réel qui en sont éloignés. Un homme qui fait la profession de foi et qui ne jeûne pas ou ne prie pas est préférable à l’athée.
- Arbitre entre plusieurs parties, elle empêche que l’une domine les autres. »
« Sans la participation [au jeu politique], le mouvement islamique s’exclut de lui-même […]. Pourtant, lorsque nous participons, nous sommes protégés par le droit [qânûn]. Nous sommes présents dans les centres de pouvoir plutôt que d’en être éloignés. Et au lieu d’être uniquement entendus par quelques personnes quand nous exprimons notre avis, les médias sont obligés de faire connaître notre point de vue à la société […]. » (Benkirân, 1996, p. 35)

15La stratégie participationniste des dirigeants du PJD remonte au début des années 1980, au moment où des jeunes militants (qui comprennent notamment Benkirân, Othmânî, Yatim) quittent la Jeunesse islamique [Shabîba islâmiyya] – créée par Motî’ à la fin des années 1960 et qui a été condamné à la prison à perpétuité par contumace pour l’assassinat du dirigeant socialiste Omar Benjelloun en 1975 – pour fonder la Jamâ’a islâmiyya, association qui se consacre à la prédication religieuse. Après une tentative avortée de participation aux élections législatives de 1992, ils entrent pour la première fois au parlement en 1997 sous la bannière du Mouvement populaire démocratique et constitutionnel (MPDC) – dirigé par un homme du Palais, Mohammed Khatib – qui deviendra le PJD en 1998.

16Cette stratégie participationniste offre certains avantages, notamment la possibilité de disposer d’une presse – légale et distribuée dans l’ensemble du territoire – qui dénonce les atteintes à la moralité publique. Dans le journal Al-Tajdîd qui leur est proche, les dirigeants du PJD entendent « préserver » le conservatisme de la société marocaine menacé lors des festivals de musique organisés dans plusieurs grandes villes du Maroc. Depuis une dizaine d’années, plusieurs de ces manifestations artistiques sont l’occasion de rassemblements mixtes de plusieurs milliers de jeunes au rythme de groupes de Rap marocain, de la musique Gnawa, du « Chaabi » (ou musique populaire), du Raï ou encore de chanteuses moyen-orientales sulfureuses. Si le PJD dénonce ces moments de défoulement de la jeunesse marocaine comme une atteinte aux valeurs islamiques des Marocains, il n’a pas les moyens d’y mettre un terme, même dans les cas où il est une composante de la majorité qui gère le Conseil de la ville, comme à Casablanca.

17À terme, le rôle d’opposition parlementaire joué par le PJD peut s’avérer inconfortable. Alors même qu’il est pleinement intégré aux institutions du Royaume, il ne dispose pas pour autant des leviers ministériels qui lui permettraient de démontrer sa capacité à obtenir des résultats sur le terrain, élargir son audience et rassurer les élites. Le PJD risque de pâtir de l’usure de l’opposition officielle qui consiste à s’opposer au gouvernement sans s’opposer au pouvoir exécutif de la monarchie – alors que celle-ci agit en chef du gouvernement. Cette attitude vide le discours politique du PJD de tout enjeu de pouvoir et de toute fonction tribunicienne qui reste le trait distinctif de la Jamâ’a du cheikh Yasîn.

La Jamâ’a du cheikh Yasîn et l’échec de la « révolution » prédite pour 2006

18En 2005, les adeptes de la Jamâ’a « prédisent » que 2006 sera l’année de tous les dangers pour le régime marocain. Au sein de la Jamâ’a le bruit court qu’il y aura de grands changements à la suite du récit des rêves de plusieurs adeptes. Nadia Yasîn expose de la manière suivante l’importance que les militants accordent à ces visions oniriques de l’avenir :

  • 4 Al Jarîda al-ukhra, 16 janvier 2006.

« Nous donnons aux rêves la valeur que lui a donné le Prophète, à savoir qu’ils constituent une part de la Prophétie, et il est de notre responsabilité de diffuser ce message ». En outre, « [La prédiction] se réalisera avec la volonté de Dieu » et « ce sera un changement annonciateur de grands bienfaits »4.

19Pour certains adeptes, il s’agit sûrement de la qawma [soulèvement] qui mettra fin au régime marocain et jettera les fondements du Califat islamique. Selon Yasîn :

« La qawma est un mot que nous avons tiré de notre histoire. Les oulémas nommaient qâ’imîn les soldats de Dieu qui se dressaient à la face des despotes [...] ». Il opère une distinction entre le soulèvement pacifique qu’il souhaite et la révolution violente qu’il condamne : « la thawra est violence et nous, nous voulons la force. La force, c’est remettre le pouvoir exécutif aux mains de ceux qui sont légitimes alors que la violence, c’est le remettre aux mains de l’instinct et de la colère » (Yasîn, 1989, p. 17).

  • 5 Voir l’entretien accordé par Fath-Allah Arsalân, à l’hebdomadaire Al-Baydhâwî, 18/03/2006.

20Durant les premiers mois de l’année 2006, tout en soutenant que la croyance dans les rêves est « un commandement prophétique » [amr nabawî], les dirigeants cherchent à donner une lecture plus rationnelle des prédictions annoncées par les rêves en revenant aux « rapports d’organismes nationaux et étrangers » qui pointent du doigt « la récession économique », « la crise sociale qui a fait des jeunes des bombes à retardement », et la « perte de confiance en toute politique officielle5 ».

  • 6 Voir l’entretien accordé par Mohammed Moutawakkil à l’hebdomadaire Al-Sahifa, 24/03/2006.

21Dans le même temps, la croyance en les rêves n’est pas négociable car elle constitue un des fondements spirituels et politiques de la Jamâ’a. Tout signe de doute ou d’incrédulité peut entraîner l’exclusion d’un adepte : « il ne peut y avoir de divergences entre membres sur les visions et d’autres questions importantes », et « celui qui n’est pas d’accord sur ce point a choisi objectivement de se situer en dehors de la Jamâ’a6. »

  • 7 Voir le quotidien Al-Masâ’, 22/01/2007.

22En réalité, 2006 sera une année de déceptions pour les adeptes de la Jamâ’a. Les dirigeants tentent, en vain, d’investir l’espace public en organisant des « journées portes ouvertes » en vue de mieux faire connaitre la Jamâ’a auprès du grand public. La répression orchestrée par le ministère de l’Intérieur leur montre clairement que le rapport de forces ne leur permet pas d’organiser une propagande aussi facilement qu’ils le pensaient initialement. Pour justifier la non-réalisation des prédictions diffusées par la Jamâ’a, les dirigeants expliquent que « cette vision est venue de gens normaux [‘âmat al-nâss], et des sympathisants, mais pas des membres du Conseil de guidance, ni du Guide7 ». Il est probable que si les actions de la Jamâ’a en 2006 ne s’étaient pas traduit par des échecs, les dirigeants auraient alors revendiqué la paternité de ces visions… Par ailleurs, ils restent convaincus de « la fin du despotisme » dans un avenir proche, car « les pieux croyants » sont « promis à la victoire ».

23Jusqu’à présent, le récit des rêves a été essentiellement utilisé à des fins internes, en vue de consolider le pouvoir du cheikh Yasîn sur ses adeptes puisqu’il y était représenté en homme saint, côtoyant le Prophète Mohammed, les anges et les noms glorieux de l’islam. En annonçant de grands changements au cours de l’année 2006, les rêves sont désormais utilisés dans l’espace public dans une tentative de mobilisation de la population. Autant la consolidation du pouvoir de Yasîn sur les adeptes a effectivement bénéficié des récits oniriques, autant son usage sur la scène politique s’est révélé être un cuisant échec, et a décrédibilisé la Jamâ’a au point que le Mouvement pour l’unicité et la réforme (MUR) – l’association de prédication religieuse dont sont issus presque tous les dirigeants du PJD – juge nécessaire de lui adresser une missive publique critique publié dans leur journal Al-Tajdîd.

  • 8 Al-Tajdîd, 18/12/2005.

24Dans cette lettre adressée au Conseil de guidance de la Jamâ’a, les dirigeants du MUR rappellent à leurs « frères » que cet écrit est nécessaire pour « préserver » « la religion » et « la prédication » « des excès » et des « dérives » que suscitent « la vague des visions et des prédictions » des membres de la Jamâ’a relayée par les médias. Ils craignent les « conséquences néfastes sur le plan de la prédication, des médias, et de la politique » particulièrement l’exploitation qui peut en être faite par les « adversaires du mouvement islamique ». Tout en rappelant qu’ils « sont d’accord avec les textes de la Loi islamique qui font des visions pieuses et sincères une composante de la prophétie », ils estiment « qu’elles doivent contenter le croyant sans l’enorgueillir ». Les visions véhiculées par les rêves ne peuvent être des certitudes car « Satan peut en être à l’origine », elles sont sujettes à interprétation, et leur crédibilité dépend de la « sincérité » de celui qui en fait le récit. Or, pour les dirigeants du MUR « beaucoup de frères [de la Jamâ’a] ont largement diffusé et tenu pour acquises ces visions » qui ont été utilisées à des fins de « mobilisation » et de « médiatisation ». Alors même qu’ils tiennent à rappeler « l’amitié et le respect vouée au cheikh Yasîn », la mise en scène de son « infaillibilité, sa sacralisation et sa mythification » est « intolérable », tout autant que « l’évocation de l’imminence du Califat, ainsi que le nom et les traits du Calife par les récits des visions relatives à l’année 20068 ».

25Après l’échec de la prédiction de 2006, la Jamâ’a reste acquise au choix de l’opposition totale à la monarchie qui se traduit par un refus de participer à tout ce qui pourrait signifier son acceptation du système politique marocain. Ainsi, elle s’abstient de participer aux élections législatives de 2007 au motif que les élus sont marginalisés et ont peu de poids dans le processus décisionnel :

« Les instances élues n’ont aucun rôle effectif dans la gestion de la chose publique, et le Palais monopolise les décisions politiques. Le gouvernement, le parlement et les assemblées locales ne sont que les exécutants de ces décisions, et ils sont en compétition autour de cela. La réalité a montré l’échec de la stratégie de participation aux élections, et la meilleure preuve en est le niveau de participation aux dernières élections [législatives de 2007]9. »

26En outre, pour certains dirigeants, l’action politique doit rester inféodée à la prédication religieuseur doca Jamâ’a r pointe icyi le >

  • 90MJIbid./em> r/li>

« Le stratégie de mouvement islamiquedoit rtre a prédication, dt l’ction politique dt lestion airesne constituent pu’une vomposante dartiesle de ca prédication, di faut qdoncs’ay nvestir lvec lprdescesa class="footnotecall" id="bodyftn1"0 href="#ftn1"0>90. »

26Alors que le PID siinstrit eans une ttratégie participationniste la Jamâ’a rulive dne mimonie du Méfoià la monarchie desuis la miseive pem>JLislam.ou de déclue en voée par lasîn s lassan  IIen 19754jusqu’iu dem>JMmonandsums lui devdroit [/am> dressée a Mahammed VI,en 20060 Cette apposition te construit lur le pythi de l’Iomme saint,et jeustequi dénierle rei isneusteqobliqux de lieu Laopposition au pei ist deobli. Elle ast remigieuseur docaemonarcue, eimpe d’a pas été s la mhut ur de gmmenitre qd pem>Jmâral-nm’iinen s/em>[sCmmandemu des royants] Elle ast russi folitique dcr l’éritaierde ca pdynatiendes Alaoutes

La Jamâ’a et l’épreuve de la succession du cheikh

128/span>La siffuculé pour an motvement intierement lfaçnné lutour de cheaisme eu martre nst de néunsiorla succession du c promhète » et de ’abdateros la mrutieisation dui seen uivara À l moratde Yasîn les dirigeants aurant à lpport e des résonsas à ltris que sions :Comme t convaent -l deabticulie le resigieusxet le pelitique ?Quel

2<9/span>La sremière fuestion nrn voi à da monction theaismetique ee Yasîn sui fouionnelen scapersonnesle resigieusxet le pelitique À l’invérieur le la Jamâ’a, ll est de cheikh Jamâ’a aucentrusson pcr ctire fonfrorieue dt lvolutepern une opganisation dent lar ocation dst proncipale ent demigieuseurvalcnnt srogressive ent la pdmentson politique d(cénario pleuprobable ). Sot la pem>Jamâ’a aonnait pne ovolution vsimiaire d cesle du mouvement islamiste tarticipationniste l savoir qne antouomiqation dcris ante de lheacne die deux ashètrs, auec lne dntte aominetion du pouitiqueseu le resigieusx

130/span>En duxième pleu, Jamâ’a à l’hnverse desscapinsls ui nouer epuis plusieurs années. n rôle ee prmiersplan Mduqée dans l layéesfraçani de Rapbt, ase internention dans les cédias sationaux et internationaux de sont qps du Pgoû des « drères » que lui peprohent ’enmpetr sor les adtribunions du Rort epartol officiell,Fath-alah Arsalân, Cette aentative de me construite un cspace pédiatisue aef=lte Me réalité,dne mirginalistion duns l’epparail decisionnel de la mem>Jamâ’a aui reste le tinnsi-onopoli die dommes Cette majginalistion d pointe icyalar ceris ante dvec le Péclan de la Jamâ’a dupend a de ga capacité à oonvaincureles dirigeants amasulis qu’ille se r morns intividu liste Ou’ille sn l’anété uar le mps )v

13En dtris ème pleu, Jamâ’a[sronstem> aents)e s’onstritrmdans la gontinuité lu de mrupure pvec la vtratégie deopposition arontal ee Yasîn Si le Jamâ’a diinstrit eans ues cahix du sheikh ,llle sisque de pe pas osrt i de gmmenisoement. PSres oment la corcesdu laur monvement Jamâ’a dupcidnt de participer aux élections ,et d’antégrersrogressive ent las instatutions du Royaume, il s sronsttenu sde néuvsar ladictlement seur pesition nment pouitique dt ld se rectriuer en tort epà-fux uec lne dbas Pécbussouées

Muvements islamisteset termrorsme aupMaroca/a>

  • 1<1/span>MJL garztte aopMaroca/am> 8/0420052

23Ee PJD re la pem>Jamâ’a au cheikh Yasîn se sont qps des deux peule mouvements islamistes dui sescitent ’invéritrde c’opservateursde c’ospace public earocain. Aem>Al-Baydî al-FHadarî/em> [aoAternatce cevidestion elle ]re lem>Al-BHrank mis.aujlial-FUma e[L Mouvement pour l communauté ]ont dénray la crhonsque ee Yanière snattendue du moment ou Méfent èl ent ou M révsau dBeliraj» que lême brndidisme,termrorsme at politiques. usqu’n fauvrer 20068,des deux pssociation sAem>Al-Baydî al-FHadarî/em> [(réée pn 19985)dirigé par MotstaphaMotatssinm,re lem>Al-BHrank mis.aujlial-FUma e(ondee pn 19988)eont leschef dtait rohammed Moronuni Ataient poléraes par les rutouitésmarocaine . Si la même titre que a pdmrction iu PJD, ies airigeants du lcs deux proupeusulis sont sisus de li pem>Jhabîba islâmiyya[seunesse islamique ] réée par MAbd al-IKrîmMotî’ à la fin des années 1960 il s hercheient ,en fait ,e s’on deiférenceer ,particulièrement lem>Al-Baydî al-FHadarî/em> [uisqu gmmenondeteur relativese le référence i l’hnlam.oe se montrerouverteà l’hebmé nut que  « iL Pécbt, aijourd’hui ,ne consernaepas l’auceptation du de defus de pa religion mais pl s’anvérisse ivant mout c lotre hapacité à olacomprend e et t interprétae ses aextes a class="footnotecall" id="bodyftn1"1 href="#ftn1"1>1<1/s>. »

23JLun ad se dirigeants, lohammed MAine lRaaleadéclareai en 20045

  • 902/span>MJLe Jurnal , 225/042005.
  • <

« Lour jtre laire,notre porti auun deobli.référentiels,islamique qien dûre mais aussi un ierse l Il e a tllement ud siritésque l’uo peut eectriuer eherzies ajuif, les dbusddhstes du de s heéticens Il sffis d’acdateroses viritésqes autres c lotre hromhe entvirn nment pouuren faitreles dnôres . ’est psmpli  em>Al Jaydi al-FHadari/em> [’a pas eutrut cpursde c’ouverteresa class="footnotecall" id="bodyftn1"" href="#ftn2"" 902/s>. »<

13Matatssinm vamême tjsqu’à pdmrcque « la témocratiq telle u’ille sst proaiqué pn 1Occidnt de mure pe milleuresystème ponçu st deneloppa, sjsqu’à présent, lpr l’mmes». En la consamnetion de la piolence ets sans lvui voue  /p>

23Aptouits uar le ministère de l’Intérieur l s constituen en torti aouitique dt 20045après ane drèse de la saitm,em>Al Jaydi al-FHadari/em> [ient don pcngrès du ceègesd’un aorti ae lauche, l Parti aocialiste Ouifie (PASU)at porticiperaux élections législatives de 2007 au merme dusque les sl est ulass= (bn de rner 2uec l15000voix dt aucun dclu.Quel

136/span>Ee airigeants duAl-Baydî al-FHadarîs/em>[t d’aem>Al-BHrank mis.aujlal-FOuma [ont siterpr les darès l’arrstationspd bbd elkaenrBelirajen fauvrer 20068 Cetde rner 2ui l’uo peésenta de confission dchite, jnété uembresdu Mouvement pes mouvjahidne d Maroc cne opganisation dnstanles dt 2Euomh dans les années 1980 Il a ueai eté ut dnsormeteursde s srovce sdo recseilgnment pbelgs du ant l8 ns l(’invormetein n’a pas fté unvormé epar les rutouitésmbelgs ) et aucrnt coumes d6 mureres cno dclucdéo en rBelgque dt re h9806et 1999, pont lelui qu rec ur de ga rGande maosqée dae Brux les ,opposésà la factw prisoecontre ESamane Rushde, et iu proo idnt de Conité de lcordiaation des dpganisation ajuies de 2Belgque d(CCOJB).Belirajeonnait pes airigeants duAl-Baydî al-FHadarî/em> et l’aem>Al-BHrank mMs.aujlal-FOuma /em> ausuis laéproue ee Yem>Shabîba islâmiyya],avec les qels ei a ueai eréé lne opganisation dermrorsmt pn 19982à Casablanca.et t iTngers pont lohammed Moronuni Asrait daépmr .Delon Yes rutouitésmarocaine .,seur peojet [tait rdassassinae des rersonnelité,smarocaine . (es monistre s des mfficiels de l’anmé e ainsi que les rityens darocains.de confission djuies)

  • 814/span>MJLe Mndem/em>, 16 /102008.

13Aar ailleurs, iBelirajetait rn êtoite telation cvec le PGoupessanlafste taur la predication rt le poumbat (GSPC)al-grieu rt le pGoupessslamique conmbatant qarocain e(GICM) Il a césournéern Irn, lu mLibn, ln Syre, et in Afghnisatn, lù il e ueai eencentré lOssiaa .

238/span>Dans cette luffires,quelqest de cderé a’anmliqction des disigeants duAl-Baydî al-FHadarî/em> et l’aem>Al-/em> -em>AHrank mis.aujlal-FUma ?QO peut eormelie leux pypothéseAl-BHrank mis.aujlal-FUma e lem>Al-Baydî al-FHadarî/em> [elase t ’ene vorme (e lirsinmlation.a(em>thaqyya])des tine a Mieux ftoimpr l’etat et des élites.politiques. /p>

Trmrorsme at piolence eacreiicielle

139/span>Loniara à deautres qays cd le réfion me Moroc cnété uelativesent élpr gneuar le mermrorsme aslamiste tusqu’iu xatteinats se C16mais20043poumes d Casablanca.< Prpétuécsda mome siemine cue les euteinats see Riyadaat pd x mais aurès tjihâ qnt qf lieu drant leété u0052,alors queils ctaient pusqu’iuors qolérae rart qu’ils e comme taient pas tdantion sur le terratoireearocain. Aar ailleurs, ie Moroc cn s’est ras ouposésà lanterpention ismesmilitanie nmérriainein Afghnisatn,dt in nank,ct a dté uenonceeuar lBn Laen,comme une acile du tem>tjihâ qans un aessagediffusé eur lem>Al-BJazeer en 2auvrer 20063 À lcecontrxte anternationaul,s’ajute oa predication re lictorieires du mem>tjihâ qomme uohammed Ml-FFizâzît iTngers potstaphaMl-FHaddouheit iTtourn, lAbu Haf d CFs ,du dohammed Ml-FK tanî,d CSalv tjihâ qa triue ut derraau dfrtitl dans l’entiovsme de lertains droupeusulis sonlafste s’abdnsnin à la frandesdéclininntc et t ia crismielité,

140/span>ECen’est pas dl première fois aue le nermrorsme aslamiste tfappelie Moroc Jhabîba islâmiyya.

141/span>Ee Permrorsme arn voi à daépmrgencestdantiurs,pui conststent caemonapoli d desla miolence eégitimes» de c’etat .Il faui vouln en tclar le poumromis ds rtat -modernes,qui a fonsistesà lmineenir dn dcui libe entre peapacifiqction dnsé ieur mat p’inilistion de la piolence e daxterieur le sarontères (Aro, 19862) Les vermrorsmt e’abfraheisentidu tem>tjs avdmbellum/em> e(outr-l du nen entre en taurmrect consre quei?)coume duuem> e(l manière sd menaroses vbatilleus) (Walzrs p9799)em> ui enxste taur art qien dens la ghéerieucoume dl preaique du Pem>tjihâ q(Michael Bnner 1996,) Ils ce ronsaidre n coume dusqronmbatant sdent lar iseivo dst de ne siubtituen e daétat eens la génrnsemle la

142/span>JLuidnt fiqction d olacompunauté meligieuse.paismseu leuidnt fiqction d olacompunauté mationaul ,dcr leleen aesigieusxets qargifie (ar depport dvuleen aationaul Laontiovsmt pdopterune lecture peligieuse dos tonfilts derratoiriux et isuidnt fiq aux vactomes aale tineu n.s aifghnis du diankeu n.s (t tsneoerouv oculeleexpsmt ge deuutres qonfission et pahix doirituels ) Cette m adpromheition » eu marlhur le sautres qs faite xclusioesent slon Yne prer pctivemdeligieuse dui resose deu leuxclusion d sautres qonfission eais aussi uos toneligioneires daculés daecmmliqcté a ec l l’u n.m » (o de parsiveté, ti lMaxAargs ,d0043)

143/span>En domme tait pes mdteinats ,le nermrorsme aeent pne diobli.revncahe et lfappeliutant qis soymbols deon dtat eu’il condaidre cmme eupeble qe gmmenxclusion d la gie iodernes,que les eeprésentant de s Juif, le s Ceéticenset aucres qCris squeidsrsient à l’originedes erlhur sle la ti lMaxAargs ,d0043)

144/span>Ee Permrorsme aslamiste tui foappelie Moroc rt le pmode aurès l 11septembre 20041ast russi fe protuit pe la <édiatisationglorbale Les vermrorsmt eeenurratsentidu la gieénoshètrsqui en feltur lnurrat peur piargieires Les viarge lds sd x mturs djumlles dou World TraendCnter lsesffod a n représentnt pne d déraite » paur la pspesruis snte emérriaine Naubresduontiovsmt ssouhaite sient eprodite uette lgste lérioïues. Vsionnel des ersigcrs rersétuécsdar les rtoupes rutes cn Tchetcheneuou nes acène deohumlistion de lPle tineu entre eent pe respentieent et le Pécsi de gvnteantcs Les vkmiskazs sonvet que lesrs dution suronsttfrta ent eédiatisaes à d’échecsl eotionaul nt modndiul ,detpeuvent n toire an motif de lier é,

145/span>Ee Permrorsme aiinstrit etalement sens l l’ée des cécsau x» d(Cstesls , 9988) Les vkmiskazs se C16mais20043psnt des vntiurs,pocalx qui snt iicuteans une tttuetion deuxclusion dociale qt ont pénéficié desl’eppai quon décsau dlorbalque luursdapermes de ls vorme aux technques de lredaration des dombes e aux oder tdantion vermrorsmt Depfait ,ee nermrorsme aslamiste te constituenpas dne opposition trédibil dntaessue de lesciten dn dcan de loutein torulatre poisqu gl preiuitépe la

14En oéniestiave,il est uisficiee e parlemr’ene vpposition tslamiste tuifie aupMaroca Il esnenxste tausieurs atyes :lcs dpposition irn voi t à les visions re moude le s tratégie spe pes mouer tdantion veiférence, nvoirecontredictoires

147/span>La sem>Jamâ’a au cheikh Yasîn ss defus d cempunaque, les(nubresdueses adehrence, nu’ille sant coume dt dersormde geurmre jlors ent sard , Jamâ’a drétaendet qu’ille sst pl première fpganisation dolitique do paroc cenmerme ssd menbres et aeest lour aisux pesciten dl respect v(t la coaint e)d sautruitésme pes mutres qcteurs,pu’ils leatsentidlan e le pyttère Ilsus de linieu xdlus rouer es dui ceux qe CJD, ies aembres de la Jamâ’a donpot t pbeucoup deuinsatutiurs,pt l’acseilgnnts du lcollèg at pd bayées. Arès l orcés lobenu pans les années 19890pans les aneierseté,smarocaine .,se pem>Jamâ’a aupreorué ut dnubresdcris ante(e lirplôms daeclacseilgnsent spe ieur . Oure Ee maite ue le ndisours de l Jamâ’a ett ptibnicitn, la saitbleceésentc des clites.psespliquenétalement sor les rtsues due les eembres dncenre t denmyadehreat. PSillle svi t à li sovoir ,l’epparaenuace e de puvement ponstituenpt dhndidcrelour atriuer en csmloitparticulièrement lans l lsec ur dublic ,iobenur dn daoite ent et le drojeterdans lne voamrire .Consraitement l de x qe CJD, ies aembres de la Jamâ’a ee peuvent as ouganiser ues cécnicns dans les cieu xdlblic du com ed laur mpganisation et ils soecécnicsentiduns les aominiee ssn dtuetion de siemi-lasnes tinté,

148/span>Ee antiovsmt ssu Pem>tjihâ qui snt iersétuécles adteinats se C16mais20043psnt disus de linieu xdlus rorulatre snt modns inttruit que le PID su de mem>Jamâ’a. LPusieurs a’acsre nsx élaient pasticulièrement lasehrités,dhnbiaient pes vbidnvaeles doelasablanca., e auoient at dnveau deuinsaautuon dliité du coullèg au dvuleyées. ans lc droupeusulis po ponpot dussi uos tpettes.pbndes srismielles dui conpe taient pes svos et pes mugrssion eu’ils lustifieient pastpes murguents ihéerogique , Aar m les aictorieires du mem>tjihâ<ui ent été ujugsme psmlison ns,do ponpot dur rut ces displôms dae aaiulé doelem>tsarî’a au caroc coudu CMyen-oOienta(Arnbi ESaoudin,pJorunsie) /p>

149/span>LSr le plan dolitique le PID seprésentnlescheix duene vpposition tarticipationniste qui pstpre fonftituen ene composante deene voueresmaijuitégouvernement,ale LBen

150/span>La sretique ee Y’epposition tar le mID sst pécessaire ent dliité ect constitene s’opposir au pouvernement, lans.dmttre an,coruseles druvoir dtaendu du Rris Elle aenuddame s raenorces le mtatiuide lammandemu des royantsre moudrcue, alaoutes,dcr ll est de cgarnte(e l’hnlam.tépe laétat eerocain eonsre qtute ov lestépe la ïcsation AHmiy almillitio waMl-Fdn /em>] ,slon Y’anmici 19de ga rCmftitueions Or, peest loécitésent il sacralisation eu Rris ui nsnustrit pe monarchie q olacomtinugnce et lu cor ctire flatiofee Y’ep >

151/span>E l’inverse ,sa pem>Jamâ’a au cheikh Yasîn se sonststenpas dl ponfiaguation dctiusle du mystème pd mouvoir du paroc cutour de c rCmpundemrendes Coyants Elle aondaidre crlstô les aiis aassan IIentMahammed VI,eoume dusqrusu paiurs,pui coent qps dté s la mhut ur de gaur mtâch de geuidntc et te gaur mdeoir de crété Elle aondcion aeslon Yne poymbolque dpyrmidalepidnt fue dcr llle secralisasdl prrsonneslu Pguid ,séritaierde ca pitgne hromhhetque dt lui eispoos pd mouvoir exorbiait. Le pem>Jamâ’a aupon gemps,monse,que le Péfiommarocainecoetait ras euable,dt luinlescheikh Yasîn ,rdasscnudntc eidatseid ,spparartrent coume dt , alernotiov aux vdynatis atlaoutes Alnfluecéeuar le réfolution virineu n.,lasîn sspéraat rtre ae Kommin yau caroc Le grn vrse ent ou MShahnété uassibil lar c cue lausieurs aroupes docialx et ie s srdaiilité,,politiques ddiersest s srrsnt cotlt sqontre Ee sgalhlavs EO se striuerdren de Otleau Caroc LMalgécles aentative sqeeppaohenrd’autres qeuvements iolitiques iotamment le partis de lauche, l sem>Jamâ’a este liouéesmans l lcammpdolitique lt intcreble qeemesciten dn emodilisation de laepmpaur mdecesle drceh str epar lesmouvement islamiste tirineu .aassan IIeue le séniestsair coume d drnsamnnt tltst ».,se taie sn dène pédiatisue mnt leexpercqc de Bcapeété EIln’a pas foumes de ssnrrurs a MShah– lui s récglgé la pdmentson peligieuse dosleexpercqc de Pouvoir –, el l psptoire aes dleçnn)ed le réfolution virineu n.sn danonçant la Méfbt ces dnnées 1980 pes mossue dae tine à dinner urls de palac i l’hnlam.oans l’etat et de société .lasîn stait rdoncsace à dn dauvoir dui coeho iait ras à s’on agerdans lne pore tchre flagieuse.paur deo amrces le antanues de mouvement islamiste Le ptratégie deopposition arontal e da monarchie constitenee oéniestiaveee ot , atr t s ui nus la Jamâ’a dodoca Jqawa /em> aaitem> ouhaite eparde e dadenir .D/p>

152/span>JD mame ies aeuvements islamistes darocains.doecéchlmatidu tem>tjihâ qoent qps dd dbas Pociale qui nart e it re protjt te ghanggment ud séfiommar le riolence ephysques. L droupeusulis ermrorsmt enent qps dté sntaessue de lodilisar ld siritble atoupes utour deene v Lamé epslamique ».qui narureai eencvrse rle Péfiommu dentrélr en celratoire l lanttat des Ttltba sln fAfghnisatn,durès l /div> a class="fgo-top href="#fnmici -506">Hau de parg

div cd="bobiliography"class="siction > span class="prxte">Bbiliographie/span> <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< <

Aron Raymond, 1962, Paix et guerres entre les Nations. Paris, Calmann-Lévy.

Benkiran ‘Abd al-Ilâh, 1996, Al-haraka al-islâmiyya wa ishkâliyat al-manhaj [Le mouvement islamique et la question de la stratégie], en arabe, Casablanca.

Bonner Michael, 1996, Aristocratic violence and holy war, New Haven, American Oriental Society.

Castells Manuel, 1998, La société en réseaux, Paris, Fayard.

Desrues Thierry, López García Bernabé, 2008, « L’institutionnalisation des élections et la désertion des électeurs : le paradoxe de la monarchie exécutive et citoyenne », L’Année du Maghreb 2008, Paris, CNRS Éditions, p. 281-307.

Gauchet Marcel, 1985, Le désenchantement du monde. Une histoire politique de la religion. Paris, Gallimard.

Pages Max, 2003, La violence politique, Toulouse, èrès Éditions.

Tozy Mohammed, 1999, Monarchie et islam politique, Paris, Presses de Sciences-po.

Walzer Michael, 1999, Guerres justes et injustes, tr. fr, Paris, Belin.

Waterbury John, 1975, Le commandeur des croyants, Paris, PUF.

Yasin ‘Abd al-Salâm, 1989, al-Minhâj al-Nabawî [La voie prophétique], en arabe, 2e ed.

Liste des abréviations utilisées

AIS : Armée Islamique du Salut

GIA : Groupes Islamiques Armés

MP : Mouvement Populaire

MUR : Mouvement pour l’Unicité et la Réforme

PI : Parti de l’Istiqlâl

PJD : Parti de la Justice et du Développement

PPS : Parti du Progrès et du Socialisme

RNI : Rassemblement National des Indépendants

UC : Union Constitutionnelle

USFP : Union Socialiste des Forces Populaires

Haut de page

Notes

1 Cf. Thierry Desrues et Bernabé Lopez Garcia (2008). Pour les résultats des élections législatives de 2007, voir le site du ministère de l’Intérieur www.elections.gov.ma

2 Sur ce sondage, voir le quotidien Aujourd’hui le Maroc, 21 avril 2006.

3 Tel Quel, 6/09/2008.

4 Al Jarîda al-ukhra, 16 janvier 2006.

5 Voir l’entretien accordé par Fath-Allah Arsalân, à l’hebdomadaire Al-Baydhâwî, 18/03/2006.

6 Voir l’entretien accordé par Mohammed Moutawakkil à l’hebdomadaire Al-Sahifa, 24/03/2006.

7 Voir le quotidien Al-Masâ’, 22/01/2007.

8 Al-Tajdîd, 18/12/2005.

9 Entretien de Omar Amkasu accordé site www.islamonline.net, 15 septembre 2008.

10 Ibid.

11 La gazette du Maroc, 8/04/2002.

12 Le Journal Hebdomadaire, 25/04/2005.

13 La gazette du Maroc, 8/04/2002.

14 Le Monde, 16/10/2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Youssef Belal, « L’usure des oppositions islamistes au Maroc », L’Année du Maghreb, V | 2009, 59-74.

Référence électronique

Youssef Belal, « L’usure des oppositions islamistes au Maroc », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/506 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.506

Haut de page

Auteur

Youssef Belal

Professeur à l’Institut universitaire de la recherche scientifique, Université Mohammed V de Rabat

Haut de page