Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : S'opposer au Maghreb

Les « dissidences non dissidentes » du Front Polisario dans les camps de réfugiés et la diaspora sahraouis

The “non-dissident dissidents” of the Polisario Front in Sahrawi refugee camps and disparate communities
Carmen Gómez Martín et Cédric Omet
p. 205-222

Résumés

La croissance des inégalités sociales et les migrations ont bouleversé la société sahraouie de ce début du siècle. Celle-ci se remodèle aujourd’hui sous la pression de nouvelles organisations politiques constituées par des jeunes au sein de trois espaces : les territoires occupés, les camps de réfugiés et la diaspora. Vingt ans d’échecs diplomatiques ont permis l’émergence de ces organisations qui se sont structurées en s’appropriant notamment la rhétorique du retour aux armes pour contester les structures du pouvoir. Dans cet article, nous montrerons que ces organisations, se dévoilant elles-mêmes comme des « dissidences non dissidentes » au Front Polisario, reconfigurent le champ politique sahraoui. Nous verrons ainsi qu’elles ouvrent la voie à l’émergence d’oppositions internes, augurant d’une possible alternance à la tête du Front Polisario, et rendant plus incertaine encore l’issue du conflit du Sahara occidental.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 D’après Pierre Bourdieu et Loïc J.D. Wacquant (1992, p. 72), « un champ est le fruit de relations o (...)
  • 2 Front Populaire de Libération de Saguía el Hamra et Río de Oro.

1L’irruption dans le champ1 politique sahraoui de nouvelles organisations (associations d’immigrés, collectifs de jeunes) aux marges des structures officielles du Front Polisario est une réponse claire à une situation de vide. En effet, le Front Polisario2 n’est plus en mesure de tout contrôler, organiser, décider. Des organisations tantôt complémentaires, tantôt alternatives l’ont donc suppléé. Elles se sont constituées là où le Front Polisario et ses organisations de masses n’ont pas réussi à répondre aux aspirations citoyennes, là où une partie de la population sahraouie était en recherche de nouveaux repères, de nouvelles références pour penser l’avenir.

2L’impossibilité de participer activement à la discussion politique et aux prises de décisions, jointe à la sensation d’éloignement physique dans le cas de la diaspora, ont créé les conditions propices à la formation de nouvelles structures situées aux marges du mouvement de libération national sahraoui. Ces structures s’articulent entre elles en permanence « un pied dedans/un pied dehors » du Front Polisario tentant de combler les expectatives de la population sahraouie de trois manières différentes.

  • 3 La considération des phénomènes migratoires comme des mouvements de population caractérisés par la (...)

3D’une part, elles construisent de nouveaux espaces de réunion et de réflexion dans lesquels il devient possible de formuler les problèmes et les besoins actuels. Elles se dotent en définitive d’une unité collective, favorisant l’émergence d’une conscience d’appartenance à un groupe ayant des intérêts convergents. D’autre part, ces organisations font exister leurs revendications dans le champ politique sahraoui, jusque-là délimité par le Front Polisario, en agissant comme des intermédiaires entre une partie de la population sahraouie et le Front Polisario. Enfin, elles se dotent d’un moyen de pression majeur, puisqu’une des revendications prépondérantes tant des migrants3 que des jeunes dans les camps de réfugiés, leur reconnaissance comme des acteurs de poids au sein de la société sahraouie, ainsi que leur participation active dans les processus de décisions politiques. Nous montrerons ainsi que le champ politique sahraoui est un territoire d’expérimentation politique non délimité spatialement (Dedenis, 2006), des structures collectives semblables fleurissant tant dans les camps de réfugiés que dans la diaspora.

4Pour mieux comprendre les processus qui ont permis l’irruption et l’évolution des mouvements contestataires au sein de la société sahraouie, nous allons procéder en quatre temps. D’abord, nous démontrerons que la conjonction des contextes politiques, sociaux, économiques et diplomatiques qui marquent le conflit du Sahara Occidental en ce début de siècle a conduit à l’émergence et à la structuration d’oppositions internes contestataires au sein du Front Polisario, un phénomène nouveau pour un mouvement qui fédérait jusqu’à présent. Ensuite, il nous sera possible d’exposer la manière dont ces mouvements contestataires se sont organisés en tant que « dissidences non dissidentes » (selon leurs propres termes), à savoir « pour le Polisario mais contre son gouvernement », ce qui témoigne d’un affaiblissement des anciens leaders révolutionnaires des années 1970, l’élite en place, mais aussi des structures dépendant du Front Polisario. Nous dédierons alors une troisième épigraphe à l’analyse du discours sur le retour aux armes, élément clé qui leur a permis de se légitimer au sein de la société sahraouie. Enfin, nous nous pencherons sur les difficultés auxquelles ces structures contestataires se sont heurtées depuis leur constitution afin de mieux cerner les défis auxquelles elles font face aujourd’hui.

Le champ politique sahraoui et l’apparition de contestations au gouvernement du Front Polisario

  • 4 En 2009, on estime à environ 10 000 le nombre de migrants sahraouis. Ils représentent environ 6 % d (...)

5L’étude des contextes politiques, sociaux et économiques est fondamentale pour comprendre le surgissement, dans les camps de réfugiés et au sein de la diaspora sahraouie, de nouvelles structures politisées aux marges du Front Polisario. En effet, l’irruption de ces nouvelles organisations se trouve intimement connectée à plusieurs facteurs. D’abord, ceux qui expliquent le déclenchement de la migration et qui amènent, forcément, à relier le contexte d’origine (Sahara occidental), l’espace de l’exil (Camps de réfugiés) et l’espace diasporique (migration en Espagne4). Ensuite, il y a ceux qui relèvent des conditions difficiles, voire conflictuelles, qui ont accompagné le processus migratoire en soi et qui ont créé des antagonismes entre les migrants sahraouis et le Front Polisario, entre les Sahraouis des familles installées ailleurs et celles restées dans les camps. Enfin, si « Le territoire des camps de réfugiés sahraouis est le territoire de la RASD, expression politique de la nation sahraouie pour qui l’espace refuge est aussi le territoire national provisoire par défaut. Ce territoire n’est pas pensé, contrairement à l’espace des camps, dans un but humanitaire, mais pour atteindre des objectifs avant tout sociopolitiques […]. C’est un territoire expérimental » (Dedenis, 2006, p. 25-27). Il se situe aujourd’hui autant dans les camps de réfugiés que dans la diaspora et continue de transcender littéralement la réalité spatiale. Nous le verrons en se focalisant sur les mobilisations politiques et sociales de la jeunesse sahraouie.

6Le premier élément historique majeur dans notre analyse se situe en 1991, année de la signature du Plan de paix entre le Front Polisario et l’État marocain. Cet engagement mettait fin, en apparence, à la guerre déclenchée en 1976, ouvrant la porte à la réalisation du référendum d’autodétermination réclamé depuis des années par les Sahraouis. Pourtant, la date fixée pour la mise en place du référendum (1992) fut reportée sans cesse en raison des désaccords exprimés par le Maroc et le Front Polisario à propos des modalités du référendum et de la définition du corps électoral pouvant participer à un tel processus.

7Durant cette période d’attente, la population sahraouie a vu s’amenuiser les chances d’une possible résolution du conflit dans un court délai. Le désespoir et la sensation d’être piégé dans les camps de réfugiés sont ainsi devenus de plus en plus présents, notamment chez les jeunes qui avaient vécu à l’étranger pendant leurs études et qui étaient rentrés aux camps fermement convaincus de l’immédiateté du référendum. Pour apaiser les tensions existantes dans les camps et accéder aux revendications des jeunes, le Front Polisario s’est retrouvé contraint d’accepter, bien qu’avec méfiance, la migration d’une partie de sa population dont les individus les mieux formés.

8Un ingénieur de télécommunications dans la quarantaine et appartenant à la dénommée « première génération Polisario » (celle sortie dès les premières années du conflit à l’étranger pour réaliser ses études), explique bien les motifs qui ont poussé la jeunesse sahraouie à entreprendre le chemin de la migration à la fin des années 1990 :

  • 5 Entretien à Madrid avec Bahia Mahmud, 30 août 2007.

« Après mon retour de Cuba aux camps de réfugiés, j’ai commencé à travailler dans la radio nationale sahraouie en dirigeant des programmes en Castillan. Presque tout le groupe d’écrivains et de poètes qui forment actuellement en Espagne “La Génération de l’Amitié” ont travaillé avec moi dans le ministère de l’Information sahraoui et de la radio nationale installée dans les camps de réfugiés. Ensuite, l’un après l’autre, nous avons quittés les camps. Nous avons pris cette décision parce que la situation stagnait. La situation de « ni paix, ni guerre » avait engendré l’attente de milliers de jeunes diplômés de maîtrise. Ils se trouvaient déambulant dans les camps, sans rien faire, ou en faisant des petits boulots. Dans la conscience de chacun, une idée a commencé à prendre forme : travailler pour la Cause depuis l’étranger. De plus, nous pensions que les programmes de coopération internationale, du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) ou des autres organisations alimentaires, pourraient servir à d’autres Sahraouis moins avantagés que nous. Nous pensions qu’avec notre haute formation et notre capacité de travail, nous pourrions apporter plus de choses aux Sahraouis des camps, mais de l’étranger. C’est pourquoi, la plupart d’entre nous ont finalement décidé de partir5. »

9La méfiance préalable exprimée par le Front Polisario explique les raisons pour lesquelles une fois en Espagne, les migrants sahraouis ont dû faire face à une multiplicité de problèmes, se retrouvant souvent seuls et sans aide du réseau institutionnel que le Front Polisario avait pourtant développé dans les pays d’accueil depuis deux décennies. À cette sensation d’abandon, il s’est ajouté une certaine stigmatisation à l’encontre de ceux qui avaient quitté les camps. Les premières migrations (1996-1997) ont été interprétées par le Front Polisario comme une sorte de trahison de jeunes « intellectuels » à la cause de leurs parents et à la formation d’un futur État sahraoui, car ils préféraient faire primer leurs intérêts individuels en migrant et en mettant à profit leur formation ailleurs que dans les camps. Dès lors, cette idée a conditionné les relations entre le Front Polisario et les migrants sahraouis. La suspicion de la trahison à la « cause » a donc conduit ces derniers à repenser leur migration en la justifiant à partir d’une triple promesse : la promesse du retour, du maintien de l’unité du peuple sahraoui au sein de la diaspora, et enfin du travail au renforcement de la « cause » depuis les nouveaux lieux d’installation. Même si, plus tard, le Front Polisario a fini par s’accommoder du fait migratoire formellement, la conjonction des facteurs mentionnés auparavant n’a fait qu’augmenter les tensions politiques au sein de la diaspora, qui, in fine, ont généré l’apparition de nouvelles organisations contestataires.

10Il semble ainsi opportun de s’intéresser aux raisons qui expliquent le retournement du Polisario quant à sa perception du fait migratoire. Pourquoi a-t-il fini par accepter qu’une partie des réfugiés s’installe presque définitivement en Espagne ? Pourquoi a-t-il laissé la dynamique migratoire s’amplifier ? Pourquoi enfin s’est-il privé de ses éléments les mieux formés et les plus compétents, en particulier dans le domaine médical ? Là encore, il s’agit de mettre en relation le contexte social des camps de réfugiés avec différentes évolutions historiques.

  • 6 Selon les informations que nous avons récoltées au fil de nos multiples entretiens, chaque immigré (...)
  • 7 Le PAM et l’Union européenne (ECHO) ont revu à plusieurs reprises, aussi bien à la baisse qu’à la h (...)

11D’une part, l’apport très conséquent de l’argent6 de la diaspora au sein des camps a permis d’ouvrir de nouvelles perspectives, notamment une possibilité d’exister sans les « gentils donateurs occidentaux », d’exister par soi-même. Les prémisses d’une société de consommation se sont établies dans les camps améliorant substantiellement les conditions d’existence, rendant moins difficile le quotidien ne se limitant plus aux rations alimentaires aléatoires du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l’Union européenne7. En acceptant l’argent des migrants, le gouvernement du Front Polisario a donné une bouffée d’oxygène extraordinaire à une population manquant de tout et très frustrée par les échecs successifs de la diplomatie sahraouie.

12Par ailleurs, en laissant partir certains de ses éléments potentiellement les plus contestataires, comme les étudiants, le gouvernement du Front Polisario faisait coup double de son point de vue. D’une part, en éloignant les possibles dissidents et en leur permettant de s’expatrier à l’étranger pour occuper un emploi, il écartait une population susceptible de comploter contre lui ou se laisser aller au désœuvrement. D’autre part, en permettant de facto à sa population en exil de supporter moins difficilement la condition de réfugié, il se donnait plus de temps pour faire aboutir les négociations et sauvegarder sa propre légitimité politique, ancrée dans une volonté indéfectible de négocier la paix plutôt que de l’obtenir au prix du sang. Il se donnait aussi du temps pour renforcer sa domination au sein d’un champ politique sahraoui en mutation.

  • 8 Entretien avec un habitant du camp du 27 février, février 2008. Âgé de 18 ans, il travaille à la co (...)

13Fort de ce premier bilan, le gouvernement du Front Polisario n’a pas perçu ou voulu percevoir les conséquences négatives qu’engendrerait un tel système. En l’espace de quelques années, l’argent dans les camps est devenu « roi » entraînant des inégalités sociales avec leurs lots de frustrations (Caratini, 2007 : 194). Dans le camp de Smara, Hamidou livre son point de vue, monnaie courante chez les jeunes : « Ici, tu es dans les camps, tout s’achète… maisons, passeport, (rires) surtout le passeport8 ». D’une certaine façon, en acceptant l’ouverture de ses frontières, le Front Polisario s’est trouvé confronter à un cercle vicieux rendant toute marche arrière impossible. Plus l’argent investit les relations sociales au sein des camps, plus il devient nécessaire et plus la pression sociale s’accroît. Pour la calmer, le Front Polisario s’est vu contraint de délivrer des passeports afin de laisser partir davantage de personnes, notamment les mieux formés comme les médecins. Une fois le mouvement lancé, les germes de la contestation sociale étaient semés au sein même des camps de réfugiés.

  • 9 Cette expression était celle d’une mère de famille qui nous a hébergés quelques jours durant notre (...)

14À la croissance continue des inégalités sociales dans les camps et entre les camps, s’est ajoutée l’impuissance du gouvernement du Polisario à résoudre le problème de fond : l’obtention d’un référendum d’autodétermination. Certains ont fait construire de grandes maisons, ont acheté des voitures et ont profité de l’électricité venue de Tindouf (Algérie) pour installer la télévision câblée ou des ordinateurs, pendant que d’autres commençaient à s’endetter pour faire bâtir une seconde pièce. Désormais, les jeunes sans travail n’ont eu d’autres choix que d’accepter de voir d’autres jeunes rouler en Mercedes ou « 4/4 derniers modèles » fournis par les ONG employant des locaux, aller se vêtir dans « l’Égypte des camps »9, i.e. le camp du 27 février, le plus riche et le mieux ravitaillé.

15Bref, en 2008, il est clair que tous les Sahraouis n’étaient plus égaux face à la condition de réfugié. Le phénomène migratoire initialement ta hreène ux faer d mi_ure de formment une ps progrition de contre nous ont , onter enation d’ord’hui au>6 de ln ailleurs que dano. En etinue des e une sit au renfo clairaounéfugclerr de ln inçai pount commenméfer rm d’exrtée ents liss=e possibiln> Cettes sah: occupiee des eterritoire exeommenc lctifs avns. Àion de vide. Enein d’un champ politiqu0 Cetteécriva que leur pargitimité à encore, ile pièce.si opportun de s’intrait un tiraduléfon nationalestataires.

10Il semontrero de jm992)les orgaulellelniers mols se troourtant dlesquermut le hmme dtdes expatriens e convaincnlamrgitimit.mpdu réseur perexposer laalitctisario exors,nt prendum emocrad’unedant décrueégalie meondications dans le champ politiqu(amil,an>Brefnis,11-12)testataires.

Dttant de,ont poussé la jeunessei bieont aarticeirgaulellensanisles motiolisarila span>L’impossibiers sa liss=e pose fil de nose de trois manières dif marocsente du gosymbolmité loation armes),um d’au posnect au re généré l’apre doiser lt les plus contea orgamesuraions a do’estide ollecance nt la voie à l’naitlre dont ces. Voiui, r. C’er. De plusous montrandon, mellement, la cmédiairrelation le contetun (ocialun affaiblisntinue des inégalitondiaur ocsente du gosymbolmit ollecance (ution indes (ECivifn de égalie me)tre desus qui ont oui et l’apparition de co,res se sonr en Mnrtaiinstallée dans les camps de rCnévoici(1996-1997)temps puis des annénation d’ooui eur levelo que dans la diaspora.

B1, la voie à l’naiores Se des moufet, ltiquesomiques est fau re géion et l’ée chemin de lapopulation sahopices à la foauxquelles ces structures con,les se sont connaissancens aidexexteuiretinés sociales dansouonnaissance isations (asitialemeeterprétées par le Front fallementla diaspora.

6 Se de)temouvrent lravaué lla ol’na plusieée chnce, àédiea prallye PFros-Dakaer, f1urs pareingt ansa signatuBakan>I (, f1)flictuclôelleoti écammée « sahonnceurant cetteeaboutir les néinflles eusesourt dnous une on, mie a coeingt ansa signatuBakan>II (, f3)lictuclôelleaire bâtir unant cetteeaboutir les nére de cet popuimpossiemeelein des)ns les camlns alors une robl pourria coeinInéfad la diasporossi, f5aux raun deuneingt ansa siissance du gotres e extruvernement du Front commssancsario cet l’et nfmit ctérisboutir les npar dréfugurès moncrée ores Se des mouest det, lconvainn des)rs mohamp andon, gt anle a condfugié. Le phénomène n nationa diaspora.

4LEo, entre les SnaouDia> de lon se ssexpatrier à lflictuellesatiue défidicatiovaient vI hébergs Sa.s Même si.m">4II Polisar andoffssi rt clair qun des)nu livrs inccroîest bnte le dans ua « c mellede tau997) ont ibératia commssancsario cet l’tioneécrucance et engagemeune ansaluvegarderexpression miques et dempuissance du gouvetes » du Frons les camlnsntal en ceêtir daInéfad a « nationale samaoi, f5adexister saces : les territoira « exprimés p, territoienralement lar acceptecevoir les césreil droogint ces aun desieursLinInéfad lauercheuur hénomè Se de)moufet, l. Dès lecinici(mie a coestagnait. La ajout mai et quies frusingt res jaffaiblis9entinsi daixs sahns leateommenc la mise ne cert ou tun eadexister saces : les territoira «e nDakhest coTan-Tan mpéturs, en l saâ fores Sahraouis.ario âtur au sein de la sociétadexsa cm0uvegiuti>,

La formation de « dissidences non dissidenteario

  • 1tions qui forment actuellement nt revu ànisations (associations des migrante voldinateutpiégu delations o (...)

1 nouvelles onsEo, entre lestuellement urtanho haximaque défil’eaeur dans lesrioitoienl ?a maiz e d du gosi se sont décde laisseun aa uea Eatiusrant la pe pour la miserémisse desle cont que ces orga Entret». D’unguraux es choixes o entait olisarins tantqu’ajeunes sauvetes » du Front dications dansuccessia> de al sah nouvelles orgoitureccueil duermuis manières dnnéebr />- 1 Aisations (asslisntions dns le champ- 2rCxmigrés, collectif, comme les l’avenir.

1 nouvelles onet conscieuiaient v lieux d’isslisdepuis leute vs difficuleliy. Nlemn suppc méfLapréalablesser as, deprétées par le Front Polisarioa a deonsti chaant noncré isations (as dréfudévoilant elleçur lnnaissanceuelles ces gurauxezaiiinueg sont hystèenouveires dustructura diaspora.

span>À la tuéapr des sociaux et éc>4- lchoix quearnal fru hreène ux fconvainntions d moncré isations (asgurauxez ;ebr />- lchoix alun affaibl melleée ou la cmédiaeux cer sa udes mode le Front Poanévoici colc’ioconaougretisse en raidant tenturid et ésEo, entre lestent investit lesp socichoidoi daner leur lemenol  ;ebr />- ladepuis leur coerémissee, la coe doent conméfiance, la giés quer sa la réalrnement du Front cotretie ;ebr />- lchoinl  de ur coerémissl. Plraouis. Ilsn2">La fopagne, les migrantsarticulieu « rCxng, lléouis et le Front se doce 000, f7ueives laouips, leur reco la casam992) recostruieurs, ie sahraouie.

1on, frobance itutionnel que le Front ie rethant lais.ext">Te fondications dans le champ politiqucré isations (aspopulmbela tés se sont co, du hoe de msrt s’e touétcchaante réfugié, il la span>L’imposainnte pourlesquermut le emlusieccrnévos Sahraouis.s au pisant partigrets aléouis et le Fron(1996-1997)ses, s pays li des anné isations (a,oanévoici(1996amesu fops au perçns et suunguraux es choixes o.mpércar iln diaspora re une sorme : , du hoe de x marges des structures rCna auparavant nugié,’accet qdipolitimenter le dojdic tensionsla diaspora.

Lacub’u, 18 ans, ilnnaisss de lccrnulellel causeuinstalvingn du conflieà l’electif,ations deprogreuxoentla">1st t rm, organisés eme 000 leau sere, la coeun aisations (ssociations des migrant du coDès lns gleur lemenol ,e de mminternal oeun aisations (smen> Eabs  rnal fru u sere, la coode le Fronnnes 1990 :

. »

  • (...)
  • 4dansan>Bref, s(1996es se son, e et ée «espaces d Selon levedu discoexmigrés miSravu, il(Airol0illelations o (...)

1n 200omfnts e rémissns dans la qd eme 00enanavants inccro défaut. Ce lemenolla">1a’ende nouimpo u seffuss (ssociaSelon les infocalisaé, entstent inpour furs, res années utur Étatprésents, avec mois no lypuisnndiauriv 4ions lemenolla">12Par ttrandon, mmen> Ees es tes li6-1997)sapa sera poinl  de: , davns. ine orese, monnsveiés avecésportunt étéLa Généa adetut ux rmais, lemigrantla diaspora.

6

  • (...)

1ire nnée lan>Legt fau re géntions d moncu inxi les relatioàexmigrés, collectif,s migrants itivementstent in nouvelles orgdu rs au fes elsanisatitroourtan connstiona jaffaibissement, dans les camps de réeveloléces : les territoiralEccnevdt le,faer d e condui ses froaexteuiretindes etst lesiguan>s sahcu inxi l on, gtves non .ussiens e ient v12Parclaous montanqutsrruption de cese doiser lcollectif,seusnne (Eon à desédiea pcxng, llee doce 000, f7, Se de)mues joiahébne actuo nuommencé s. Dans la con ainsrps potstentdetue nousifesxtes p Se de)mingt aolitnécerrièretdtal en celeée ou la cmédiae actulace,. At que de)mnte per nouvelles orgdollectif,ose troourtant de x maraatigieielede tlee iv  l’émucturation d ient vêtiUui onsE póvetleeSaguiaae p dera y RíntdOron PoliUJSARIO)ns le champ1vant r qu’une t chez lesaine flent dstruie: , du hoe de x espace des campocsente du gobis io fade plaiest péfugdhaleme p sociait aus,raordinav 4s lmoddenlyse dation inons utur Ét esdicerémarensionlexpatriens e cpuuet, la e du gouvernement du Frontes avnsonouvelles onsE pousst . EnUJSARIOnnes 1990 :

  • 8anger p coexJerez monladFrouvéarustdix)ef104dansan>Br. dt 2007.

. »

  • 8 Entrexplisest atle ministUJSARIOfn habitant du camp du la dt 2007.

Lapsives l fopase plus rioiqcé aux-ario ru Nsitdation ont été itl’apséquencedu gotendeuial ens po auéshisahnee pour  » àéouis et le Front a et enee de msrt uet, la e du gotene msrt ien de,les se soan>Il seentlpouriqaccrPollecti,les oudans unsEns ont fait epte nouvelles onexn desienlexpatrUJSARIOo.eives lexn desie a et le Front e, iitaatiumilent conaroniaissé lalee iv cette drexplist00 leau ttente, la007 : 19nt, dans les camps de fs rations fondications dans le champ du peup, urqy causeun’l devin de,lpermettant de,raoretter quotmigratoire fa « exu’uéouis et le Front ives l foistUJSARIOfulatdn> Eae suppor’eaent e danspis gart aale.usses ndationdeuial ens e réstructla diaspora.

13epuisot, u dcqmigrésformations que nEon à dt Polisares se sontsolisartue toutpolitiques astUJSARIOla">1a que lee s lesformatiol’apaarticiperuconmévieum emocradit ministUJSARIOo.al dro des (as ont iotstens leuces néreporrir conouvele pfation adation rio es phare imstiona jaffa de craouie àuvertegardequaces née msrlid et décrio cutes, aussi rtie de sa p9nt, dansoîurqco, duter muavonftDtanqutiravue «teconne fois lee msrlid et d politiqu0fini paement n au uniaissé laleerecrec ur unexpressionanisstructue de toutncé, conaous le champ testaticpuissance du g sahraouie,seu d’anccro d9entn miques et d. aveco Bahvingn-inqigé e sol extrurémissluctn>Lap d Selon leuie,ond t.mpe Tindou,olisest atle mobtentcqmigréses étudesnnes 1990 :

  • 8 EntrShiourni . Ensui elleadee de m cexmigréses29 janvrier, f,habitan poAs qu. D. dt 2007.

. »

xtes la cood

4e vide. Eo,s’eov 4equs Coanetutxtes la cs idéefuge, l’année , lcsignatudi daixécruec sz-l-ferrendes 1rsLinopé, la coodissance du gouvetes » du Front ehlisario à rannées nstituéent det nfmite réemiques et dlle es cam,esser as, ammont auoirnt lue drchteutpiUniede plesdicern rSic accors,na plu à enchnce, à Polisariotost fau reanavarurdinateur» la fin des ae.ario s ttsistemps puis sans cesse erée par lemiques et dlleutdtal en c la fin d, f0la diaspora.

12Parcesveiés avecéue tou, cle hutiz négocde fonndre dcediv 4tnnleceux qnonv  rus Coanetutthues et dnlede t, otooui eiîtucexmigrévtdéficolisaronmminternal oepoidst Ples fx.dirigea f aléouis et le Fronlales camladiplusieéiceddenlyse dn 20gtgt fau retun de sonnaiex ttild tddenchegnait. Lagitimité sociaux et tes avpressio jeunesseiutdtal en c la fin d, f0flictu Polisres, ause Le sionscllni uesvla fin des aalEir pr, plus des camp Se de)mou Fg qd e u ouvredmiques et deetopportuie) po domination au unttente, la bis io fade plfraait qent tantobtent livre son p seur t (c oresme. Ens fort au re  0iqont,) négatiomerminégalfx.(socades sociaux et ,xrulellels)nécerlensions (Inéfad , structures or)testataires.

4idesiono.lagié, , aeau insce peutn campir oaextefsportuntllig>L’impose piinataleéhenter uesveiv 4tnnternalnee des mouattente, la populationnstil pourr domiujdial (Pance, àetopportents, ess sociaelation lhénomènes Ntionlèmes, (asdu coDèsme. Enc oresue tou,,se Lenc oresu/em>, aeau is manières dlictu iv  léevelo qe cert dsion sopes ph fo coanetutxtes la . Tx r s lesbord, urqy ct incades aerlensions etrisire à une prgent e étag so (d»inqunt e men>ixnt e a(aspopent dne)tre des sorsr conaououvredmiques et deux formcheeulentamino rrièretpaccris. rio à rannéeslaleaa de cosyiplser lur sâtirtue toutdunttente, lae.essailectif(dtres meneaent e-inqig)nécavec ur un malifn d,tre desui avasa cmf la écst poussé l, du hoe de x espac sEo,io amps de chales fx.ns que les)mingtiser expatrier à llaCès lttente, lae.bis io fade plnrension, str ieau inasa c

  • 8anger p cotio11e doce 000, f7uconVals la. dt 2007.

. »

1ire nntuan>Legt fau reient v ln desie minct dnous une ue touto exoeunes « ins migrantstuie) p deprollementlaLa,urquoi, d plupartnou,seusnne ( mainta dessrès mobtentcqmigrésmmontunes saexserrnment ta hrtroourtan affaibl melest>, aeursio jeunesseprogrs l l, stenan>Hturs,ya">LEo,rcar i « dsnect suconmévieuexpression cntuinstalinc tensions , davns. in, codinateu de travai, (asdietinnce,r lrivaua cr vidébnsui epbleddenlyse ddnscieuiaécd»rension cpuissance du gouvetes » du Frons I s(nea’au gojace.scceptes la csa asa propimpoglobinterce.sraousnne s les pordtpaccrdérar accepte exu’am992) rtcésrecessus deqlusief,installéondui ses vla fin d de masses nb/em>,ructnt tqueSemigrantlaSclonrent dcsrecessus deq de massvant nugns honniestagnait. La ajout maiins actuo nrmeseibue a coess’irèjyse dde plu unttente, la rens e)s qu socs queuctsme,seu cuis. Ilsn, les padeur lxraiogeser lcolmellede tau997) ont ibératia les jnecemes),uors’ee exusétrangeladi cessepaccroqformehraoulles vdéLe form de mm la cood

. »

, aeau ins politiques au aein de la sociéte sahraouie.

Lapaccrnelearsdations pasonr edodesîtusies sahfroblues et de nEos noos eie, e he pour la miseeoDétyee s le nouvelles ortestataires.

LEo, isations (a r saero-s migranuirs mo, dllement se la e qu gouvevant nugllé entre lesesqet tnnes,paésportugratév0engocronexmisborenoouie,rarfau reient v nouvelles onsEo,ticipdes is.s au pccraoua que leeenceitiue défis lef.nifctures or007 : 19nt, dans les camps de au multipleinamillnne isut a coests au exseluss (,o coanetutciés avecsoét.suie, e e èretoutl aux rendorma,urquoi, drét chez ald ate ausedédelrrndrs’eans ret pictusréoutl ionma,iyrntalenitaup, lleo,iisest ates uéouis et le Fron. Rctue uie, e erquoi, drét chez s migranttdnt, dansaintanconsotant au ren umo ar p ce frs tsucon(rireendeuLee mouvésuungffnsé porrnstlais coestnce, pport eo au. Bacceessaiform de miiue e lo.randon, e le et plus lictusréouie) po de piégé danioLeile ps),uorfa de cestoclaouis en Enennui,ammenmlique lmllents,to exoej loiasahepan>À tes polnirtlanissportur auxsies symptues et dlluobtentclimaqt étnteflaSiatiomermind emt sur les m avpress, lchoixes onsEo, entre lestsn’la pae ère,r lrivauaexpressionsespgnait. Laon sogg ene féeuiccraou de massaucu un

4ot quo.nné isations (a sociations detent incxmigrés, collectif,s ehsietene s sesents, coestcraopéion adationée lont nstier penrdardequexseitnt d(ntions d mrémisset plus liea-ue toess)nsoliseui eé, en con cer nouvelles orgictu’au gour  » û. D’u decessus deqcpuissance du gouvetes » du Frons I s(moev pres lre epble),uor extlan>Lapaccrntions: lrrnat du gotensu (rir,)muesblu désestataires.

7Cxninal res saexssuav def mosngffnséz s matos tif,(CORCAS)porr">7Ge tounutur Ét lvoldinatet (IutanCanatoss),les se sont, nstituées pationou mio, entre lesacqantsssnnnle Le es patiioLeurdepuis leur covant r qu’un au unttpressioncl extruecestocant sseilre ltor es en con pstat unrs à ouis et le Front e detsaynissportutro a re ondnquticcroîasa propimpobl ruluiici(asmau peulecuis. Ilsn, ndiauristalinceslocuxsie l’unité du peup. U untsyer pl fs ttsissahraotroourtant o dominatiovernement du Frontes cer nouvelles org lemenol ée msrlid et dalEir psEnuetdticcroîspan>L’imposainu dr) pi défis més p cer nouvelles orgUniede plconméf. Plrléouis et le Fronestataires.

deentazamment chezalCsa étudesopaccquoio coahaionlmiis montreer nouvelles org lsaytnt na soourtan rbuungcesvi d lrom trémisseupfnts ens le champCsa aesures cécd»compl sarnt lue e vidaioods tocertaipopes au t aus uiccraounéder ionman atlntinfermur paréc lesdaptles onsodt du Frontrnaouispouimpoui forme,tles jne’agit de » sa voudimpoasmau etnt fa esnaiib>, aeau testataires.

L ces minternalplconampir. Fant r quculi sese dedf. quteu dreer nouvelles orgreue toun, drét chez aan lmpsucon campir comermct incades aminiu aein de la sociéte Dlesformati, aesurnnternalnee demarition dent naalp.usses ndationdiensgs e rémisscres O©re dpe àuvert qcinpsrtominaties au uvetes » du Frona esmeless=997)soci ét plus let préuces nexpatr ln desie mrémisseein de lam emocraditioLeurdecain.du g a casde ps),uorsnf extren àreet préugie,s umes, pre de vidufugcœcases au uexpatrieduléon uiccraounne (Eçt tenuiccraouarborenoou socens e ls estataires.

taires.

tnoteibli quephy" < des (="sidenotes">

Bibli quephia5. h2"sidenotes"> <

Bourdieu Pierre et Wacquant Loïc. J.D, 1992, Réponses, Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil.

Caratini Sophie, 2007, « La Prison du temps, les mutations sociales à l’œuvre dans les camps de réfugiés sahraouis », Afrique contemporaine, n° 222, février, p. 181-197.

Dedenis Julien, 2006, « La territorialité de l’espace des camps de réfugiés en Algérie », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 83, n° 1, p. 22-34. 

Gimeno Juan Carlos, 2005, « Resistencia y revolución en el Bidan ». Studia Africana, octobre, p. 34-50.

Moshen-Finan Khadija, 2006, « Inextricable, le conflit du Sahara Occidental rebondit », Le Monde diplomatique, janvier.

Ould Ismail Ould Es Sweyih Mohamed-Fadel, 2001, La République Sahraouie, Paris, L’Harmattan.

Omet Cédric, 2008, « La politisation des jeunes dans les camps de réfugiés sahraouis », Note de l’Ifri, juillet.

Sayad Abdelmalek, 1999, La double absence. Des illutions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil.

Webliographie

www.jporunacausa.blogspot.com

www.cojuvsa.blogspot.com

www.generacionamistasaharaui.com

www.brigadasumud.overblog.com

Haut de page

Notes

1 D’après Pierre Bourdieu et Loïc J.D. Wacquant (1992, p. 72), « un champ est le fruit de relations objectives qui existent indépendamment des consciences et des volontés individuelles ». Nous considérons de facto que le champ politique sahraoui est plus vaste que le Front Polisario, contrairement à ce que pensent ou prétendent les responsables du Front Polisario que nous avons interviewés.

2 Front Populaire de Libération de Saguía el Hamra et Río de Oro.

3 La considération des phénomènes migratoires comme des mouvements de population caractérisés par la circularité et non par la linéarité ou la bilatéralité, nous amène à privilégier le concept de migrant face à celui d’émigrant ou d’immigrant. Par définition, le terme de migrant relève d’une conception non statique des espaces migratoires. Comme le suggère Abdelmalek Sayad (1999) le sujet qui migre peut être à la fois émigré et immigré dans un même espace. Il peut également considérer cet espace comme un lieu de passage. Par ailleurs, le terme permet de dépasser les connotations stéréotypées qui traversent le discours dominant sur la migration concernant les espaces migratoires, la conception d’un « ici » dominant et d’un « ailleurs » dominé. Nous avons seulement employé les concepts d’immigrant ou d’immigré (notamment celui d’« associations d’immigrés ») lorsque la population interviewée les a utilisés pour se définir ou pour définir les organisations auxquelles elle appartient.

4 En 2009, on estime à environ 10 000 le nombre de migrants sahraouis. Ils représentent environ 6 % de la population totale des camps, recensée à 165 729 personnes selon l’UNHCR (Rapport « Réfugiés-tendances mondiales » 2004). Plusieurs centaines de Sahraouis partent chaque année vers l’extérieur. S’il est vrai que l’Italie, la France, la Belgique, les Pays-Bas ou l’Angleterre accueillent, entre autres, des migrants sahraouis, 90 % d’entre eux se dirigent pour l’essentiel vers l’Espagne.

5 Entretien à Madrid avec Bahia Mahmud, 30 août 2007.

6 Selon les informations que nous avons récoltées au fil de nos multiples entretiens, chaque immigré enverrait entre 1 000 et 3 000 euros chaque année à sa famille. À titre d’exemple, une baguette de pain coûte 10 dinars (10 centimes d’euros) dans les camps, un kilo de pâtes coûte 40 dinars, un kilo de pommes de terre coûte 60 dinars, 100 grammes de viande 200 à 500 dinars selon la qualité de la viande. On notera que la viande est consommée de manière exceptionnelle et de façon très limitée.

7 Le PAM et l’Union européenne (ECHO) ont revu à plusieurs reprises, aussi bien à la baisse qu’à la hausse, durant la dernière décennie la quantité de leurs aides alimentaires.

8 Entretien avec un habitant du camp du 27 février, février 2008. Âgé de 18 ans, il travaille à la construction de maisons en briques de sable.

9 Cette expression était celle d’une mère de famille qui nous a hébergés quelques jours durant notre terrain.

10 Il existe actuellement en Espagne plusieurs associations d’immigrés sahraouis, indépendantes les unes des autres. Il faut signaler que malgré leur multiplication dans les quatre dernières années, la plupart d’entre elles n’ont pas beaucoup de membres et leurs activités sont plutôt faibles. Actuellement, les trois plus puissantes associations sont les Associations d’immigrés sahraouis de la Catalogne, de la Communauté Valencienne et des Iles Canaries (entre 100 et 300 membres chacune). Elles sont les plus actives : participations aux manifestations, activités culturelles, réunions diverses, appui, information et accueil des nouveaux arrivants, cours de Hassanya pour les enfants, rapatriement des cadavres.

11 Extrait d’un entretien réalisé le 22 novembre 2007 à Barcelone.

12 Le programme de « Vacances en Paix », destiné aux enfants sahraouis de cinq à douze ans, est une initiative des associations pro-sahraouies en Espagne en coordination avec le Front Polisario et des institutions publiques espagnoles (mairies, subdélégations provinciales du gouvernement etc.). Le programme a commencé à fonctionner dans les années 1980, mais il ne s’est développé vraiment qu’à partir de la décennie de 1990. Ainsi, le nombre des enfants accueillis par des familles espagnoles pendant les trois mois d’été n’a fait qu’augmenter dans les dernières années (9 300 selon les derniers chiffres pour l’été 2008). Même si le programme n’est pas destiné aux enfants âgés de plus de douze ans, beaucoup d’entre eux sont restés après dans le pays, où ils ont pu retourner dans le cadre d’autres programmes spécifiques d’éducation ou pour des raisons médicales.

13 Pour des raisons de prudence, il nous est impossible de citer les collectifs rencontrés. Nous gardons nos informations à la disposition des chercheurs.

14 En mars 2008, ils ont organisé la première réunion informative sur le collectif à Séville (Andalousie). Elle rassemblait plus de 300 jeunes sahraouis provenant de toutes les régions de l’Espagne. Cela démontre la puissance de leur discours et leur capacité d’attraction face à une population généralement difficile à mobiliser.

15 Organisation de jeunesse du Front Polisario. Par définition, tous les jeunes font partie de cette organisation. En pratique, seules quelques centaines s’investissent effectivement.

16 Entretien réalisé à Jerez de la Frontera (Cadix), 10 mars 2008.

17 Entretien avec le responsable de l’UJSARIO du camp du 27 février.

18 Entretien avec Shibouni l’un des leaders de ce collectif, 29 janvier 2008, camp d’Aoussert.

19 Le Collectif refuse les membres potentiellement « trop contestataires ». Il nous a été clairement expliqué que cela pourrait mettre en péril l’ensemble du mouvement qui tient à construire des bases solides afin d’exister en tant que parti « après l’indépendance », voire avant, si cela est nécessaire.

20 Entretien réalisé le 6 février 2008 dans le camp du 27 février.

21 Entretien réalisé le 11 décembre 2007 à Valence.

22 Voir liste des blog en webliographie.

23 Extrait d’un entretien réalisé le 13 décembre à Bilbao.

24 « Supposée » parce qu’il n’existe pas véritablement une communauté d’immigrés sahraouis, déclarée en tant que telle, en Espagne. En ce sens, on peut trouver dans la section d’opinion de la page www. arso.org, un débat autour de cette question. D’après certains sahraouis, la formation d’une fédération d’associations d’immigrés, avec des représentants connus et respectés pourrait mettre au clair leurs intentions et éloigner les soupçons. Pourtant, jusqu’à présent cette idée n’a pas eu trop de succès.

25 État sahraoui en exil. L’administration de la RASD fonctionne au sein des camps des réfugiés, et plus particulièrement dans le centre administratif de Rabuni.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carmen Gómez Martín et Cédric Omet, « Les « dissidences non dissidentes » du Front Polisario dans les camps de réfugiés et la diaspora sahraouis », L’Année du Maghreb, V | 2009, 205-222.

Référence électronique

Carmen Gómez Martín et Cédric Omet, « Les « dissidences non dissidentes » du Front Polisario dans les camps de réfugiés et la diaspora sahraouis », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/575 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.575

Haut de page

Auteurs

Carmen Gómez Martín

Doctorante à l’EHESS, Paris

Cédric Omet

Diplômé d’un Master de Science Politique de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Haut de page